Version classiqueVersion mobile

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Relire le Racine de Thierry Maulnier et le Corneille de Robert Brasillach ?

Re-reading Thierry Maulnier’s Racine and Robert Brasillach’s Corneille?

Hélène Merlin-Kajman

Résumé

Le Racine de Maulnier (1935) et le Corneille de Brasillach (1938) peuvent être lus en écho au célèbre parallèle que La Bruyère avait établi entre les deux grands dramaturges : ceci signifie plus précisément que le second constitue une réponse au premier. Tous deux se présentent comme une interprétation militante de leur auteur éponyme, et même, plus encore, une construction mythique et une résurrection mystique : mais si la résurrection de Racine, de Maulnier, a quelque chose de totalement cérébral malgré l’insistante référence au dionysiaque, celle de Brasillach, qui joue avec brutalité de l’anachronisme et du souvenir d’école, consiste en une sorte de réanimation dramatique, énergétique, des héros cornéliens d’une grande efficacité.
Si la relecture du Racine de Maulnier et du Corneille de Brasillach ne saurait avoir (et n’a quasiment plus) de valeur épistémologique dans notre approche des textes du XVIIe siècle, elle pose de façon radicale la question d’une éthique de la transmission des « classiques ». Relire Maulnier et Brasillach nous prouve que la défense des « humanités », de la culture lettrée, ne peut être une fin en soi : la foi maurassienne en la régénération des esprits par les lettres n’est pas une perspective tenable. Il faudrait alors peut-être – au lieu de mobiliser, comme le font ces auteurs, les textes classiques comme des scènes, en dégageant des énergies nous enrôlant – mettre en place des scénarios d’enseignement aptes à favoriser non pas une communion autour d’autant de « permanences », mais une liberté à l’intérieur d’une communauté, civile, de lecteurs.

Texte intégral

  • 1 Il serait toutefois certainement possible de repérer une influence de Maulnier sur les travaux de (...)
  • 2 Un exemple parmi d’autres : « Appliquez à Phèdre ces réflexions écrites par Thierry Maulnier à pro (...)

1Relire le Racine de Thierry Maulnier et le Corneille de Robert Brasillach ? La question, à laquelle les réflexions qui suivent voudraient apporter une réponse négative, peut paraître saugrenue, tant il est vrai que ces deux ouvrages jouent un rôle quasiment inexistant dans le champ de la recherche dix-septiémiste1. Les chercheurs abordent aujourd’hui la littérature du « grand siècle », malgré tous les désaccords qui peuvent les opposer, de façon radicalement différente, et même opposée, à la façon dont Brasillach et Maulnier l’abordaient. Pourquoi, dès lors, se poser la question de leur relecture ? C’est qu’en fait, les sites d’enseignement sur internet montrent que l’ouvrage de Maulnier fournit toujours des sujets de dissertation, plutôt indigents2 : il est donc, sinon toujours lu ou relu, du moins mobilisé, et, en ce sens, « vivant ». Le Corneille de Brasillach a, quant à lui, quelque chose de fascinant, et même, quand on le lit après le livre de Maulnier, quelque chose de revigorant. On reviendra sur cet adjectif, car il photographie certainement l’enjeu de leur rapprochement et de leur différence au moment où Brasillach publie le sien. Bernard Dort avouait du reste le rôle joué par cette lecture dans son propre intérêt critique pour Corneille :

  • 3 Dort B., L’écrivain périodique, Paris, POL, 2001, p. 303.

« Peut-être aimais-je Corneille auparavant, mais c’est Brasillach (j’ai toujours son livre, dans une édition datée de 1943) qui, pour moi, mit le feu aux poudres. C’est par lui que je découvris sinon Corneille, du moins l’ampleur, la variété, la splendeur d’un Corneille tentaculaire qui s’étendait de Calderón au Mystère de la chambre jaune, d’Euripide et de Sénèque à Pirandello... bref, qui était notre Shakespeare. Et il ne me déplaisait pas (toujours l’esprit de contradiction) de flirter, par Corneille interposé, avec un Brasillach dont tout, par ailleurs, m’éloignait.3 »

  • 4 Brasillach R., Corneille (1938), Paris, Fayard, 2006.

2La fascination peut (devrait ?) certes s’accompagner aussi d’un profond sentiment d’écœurement. Mais l’ouvrage de Brasillach contient une volonté de dépoussiérage du grand Classique momifié si réussie en un sens, qu’il peut imposer à certains lecteurs la question de sa remise en circulation et de sa diffusion comme une tentation possible qu’il fait de fait miroiter : « après tout, pourquoi pas... ? » Il a été republié récemment, en 20064, et dans Le Figaro, un journaliste en faisait un compte rendu bonhomme, sans mentionner que Brasillach n’arrêtait pas d’y célébrer le fascisme mussolinien de Corneille, ou de déplorer le nazisme un peu trop voyant d’Horace. La vigueur de la prose critique de Brasillach paraît à coup sûr plus dangereuse que la pompe morne du livre de Maulnier.

3Mais c’est ensemble qu’ils font sens, comme ensemble, qu’on considérera ici de manière presque purement interne ou dans le système de leurs échos : ils nous obligent à penser la discipline littéraire dans sa responsabilité à l’égard des « classiques », c’est-à-dire à l’égard de la transmission, de l’historicité de la littérature, et de l’idée antagoniste de « modernité ».

  • 5 Kaplan A., Intelligence avec l’ennemi, Paris, Gallimard, 2001, p. 208.

4Thierry Maulnier et Robert Brasillach sont nés la même année, en 1909 – plus de quarante ans après Maurras par conséquent ; et ils ont tous les deux intégré l’ENS de la rue d’Ulm en 1928. Les deux amis n’ont pas arrêté ensuite de se côtoyer en participant aux mêmes revues d’extrême-droite, notamment L’Action française, puis Je suis partout créée en 1930, à laquelle cependant Thierry Maulnier, contrairement à Brasillach, cesse de participer lors de sa reparution en 1941 après sa suspension en juin 1940. Thierry Maulnier, en outre, a été l’un des premiers signataires, et signataire actif, de la pétition lancée à l’initiative de Jean Anouilh, Marcel Aymé et François Mauriac et rédigée par Claude Mauriac fin janvier 1945 pour obtenir la grâce présidentielle de Brasillach condamné à mort à l’issue de son procès le 19 janvier, comme chacun sait5.

  • 6 Brasillach R., Corneille, op. cit., 1961, p. 10.

5Le Racine de Thierry Maulnier est paru en 1935 aux éditions Bédier, puis un an plus tard chez Gallimard ; le Corneille de Brasillach en 1938 chez Fayard. Il est presque impossible de ne pas voir dans ce second texte un écho au précédent et de ne pas lire les deux ouvrages en parallèle, un parallèle induit par « certaine phrase de La Bruyère que tout Français vacciné et diplômé a expliqué au moins une fois6 ». C’est Brasillach qui parle ainsi, évoquant le célèbre parallèle entre Corneille et Racine que La Bruyère a développé dans ses Caractères, jugement lui-même imité – explicitement – du jugement qu’Aristote avait fait de Sophocle et d’Euripide dans sa Poétique :

  • 7 Jean de La Bruyère, Les Caractères, éd. par M. Escola, Paris, Champion, 1999, p. 182.

« Corneille nous assujettit à ses caractères et à ses idées, Racine se conforme aux nôtres ; celui-là peint les hommes comme ils devraient être, celui-ci les peint tels qu’ils sont. Il y a plus dans le premier de ce que l’on admire, et de ce que l’on doit même imiter ; il y a plus dans le second de ce que l’on reconnaît dans les autres, ou de ce que l’on éprouve dans soi-même. L’un élève, étonne, maîtrise, instruit ; l’autre plaît, remue, touche, pénètre. Ce qu’il y a de plus beau, de plus noble et de plus impérieux dans la raison, est manié par le premier ; et par l’autre, ce qu’il y a de plus flatteur et de plus délicat dans la passion. Ce sont dans celui-là des maximes, des règles, des préceptes ; et dans celui-ci, du goût et des sentiments. L’on est plus occupé aux pièces de Corneille ; l’on est plus ébranlé et plus attendri à celles de Racine. Corneille est plus moral, Racine plus naturel. Il semble que l’un imite SOPHOCLE, et que l’autre doit plus à EURIPIDE.7 »

  • 8 Brasillach R., op. cit., p. 10.

6Dans son introduction, Brasillach affirme en effet que si « de décade en décade notre compréhension de Racine s’affine et se renouvelle » – et il cite alors notamment Giraudoux et Maulnier –, « Pierre Corneille en reste toujours à la même image figée », celle de « [l]’honneur et le devoir », et de « la clémence qui l’emporte sur la passion, et l’amour de la patrie sur celui de la famille, et l’amour de Dieu sur tous les autres »8. À la fin de son livre, c’est-à-dire après avoir accompli la « résurrection » de Corneille qu’il annonçait vouloir réaliser en introduction, il revient encore sur ce parallèle au moment où il réaffirme l’extraordinaire diversité, l’extraordinaire énergie, de l’œuvre cornélienne :

  • 9 Ibid., p. 352.

« [...] je ne crois pas que l’on pourrait attendre grand chose d’essayer, pour terminer, de rajeunir l’éternel parallèle entre Corneille et Racine dont notre enfance a été bercée. Si nous avons parfois à opposer ces deux écrivains, qui se sont connus, qui ont été jaloux l’un de l’autre, qui ont parfois traité les mêmes sujets ou des sujets analogues, ce ne peut être que sur des points particuliers et définis. Et puis, Racine est incomparable, Racine est inimitable, il est le seul Racine, et l’amitié pour Corneille ne doit pas nous empêcher de le savoir.9 »

7Je me garderai bien de lire dans cette dernière phrase plus qu’elle ne dit – même si elle est (volontairement ?) troublante : « ces deux écrivains, qui se sont connus, qui ont été jaloux l’un de l’autre, qui ont parfois traité les mêmes sujets ou des sujets analogues... ». Elle se présente cependant comme une quasi citation dans laquelle il n’est pas impossible d’entendre une pointe d’ironie : Brasillach semble s’adresser à un interlocuteur à qui il concèderait volontiers que son jugement sur Racine est fondé ; et l’« amitié pour Corneille » semble confirmer un enjeu contextuel explicite, auquel Brasillach va du reste faire encore une allusion :

  • 10 Ibid., p. 354.

« Vivre avec Pierre Corneille pendant quelques mois, le sentir accompagner nos jours, nos plaisirs et aussi nos peines, l’associer à l’amitié, aux querelles du temps et à la mort, c’est un accompagnement assez miraculeux de la vie. Parce que cet accompagnement a été entendu, a été écrit ce livre.10 »

8Il me semble peu douteux que Brasillach désigne donc clairement, au fondement de son livre sur Corneille, un désir de dialogue avec (ou de réponse au, de rebonds sur) le Racine de Maulnier ; et l’on peut supposer qu’au-delà de leur amitié et de ce qui pouvait s’y jouer, les noms de Corneille et de Racine, au moins sous la plume de Brasillach sinon sous celle de Maulnier, ont emblématisé quelque chose de leur différence d’ethos et de position.

  • 11 Maulnier T., op. cit., p. 108.
  • 12 Ibid., p. 14.
  • 13 Maulnier écrit à propos de Racine une phrase qui s’enchaîne ensuite sur le parallèle Corneille/Rac (...)
  • 14 Giraudoux J., Racine, Paris, Grasset, 1930, p. 49.
  • 15 Maulnier T., op. cit., p. 84.
  • 16 Ibid., p. 83.

9Or, contrairement à Brasillach, si Maulnier ne cite jamais le parallèle de La Bruyère, en revanche, il le revisite constamment. Dans cette phrase, « Racine ne peint pas ses héros tels qu’ils ont été11 », on entend l’écho de celle de La Bruyère, tandis que sans cesse, Maulnier relance la comparaison des deux dramaturges, et ceci, dès l’introduction où il place Corneille du côté de « la harangue et [de] la prédication », et Racine du côté de « la vie privée » et de « l’intime »12. L’opposition qu’il trace de la sorte entre Corneille et Racine n’est pas sans lien avec celle que Giraudoux avait déjà tracée en 1930 : « On sort drapé13 du Cid, dénudé de Bajazet », écrivait celui-ci14. Maulnier lui emboîte le pas. Racine est nu, simple : « C’est par la simplicité, qui est le vœu de tout le siècle, et que seul il donne au siècle, que Racine triomphe le plus glorieusement de son rival, et de l’époque15 » ; Corneille « ruse puérilement avec les unités16 » contrairement à Racine qui se coule sans problème dans l’époque, dans sa langue et ses règles dramatiques. Racine est nécessaire, purement tragique, pure expression impersonnelle – c’est-à-dire absolument anti-romantique, et Maulnier ici poursuit la haine du romantisme déjà présente chez Maurras – du faîte d’une civilisation – ; et l’on peut citer ici les premières lignes de Giraudoux :

  • 17 Giraudoux J., op. cit., p. 1.

« Il est satisfaisant de penser que le premier écrivain de la littérature française n’est pas un moraliste, ni un savant, ni un général, ni même un roi, mais un homme de lettres. Pour ceux qui croient encore au génie, ils ont également l’occasion, en contemplant Racine, de constater que dans une civilisation dont tous les faîtes sont atteints et dont les pratiquants reçoivent une âme également nourrie en toutes parts, le génie ne peut rien prétendre contre le talent. C’est cette civilisation qui est elle-même le génie [...]17 »

  • 18 Maulnier T., op. cit., p. 91 ; p. 103 ; p. 220.

10Pour Maulnier, la scène cornélienne est « encombrée » de « héros éloquents et conventionnels », son théâtre ne « suscit[e] à l’homme que des obstacles humains, trahisons, guerres, complots, querelles de famille »18, ce que Maulnier range du côté de l’accidentel :

  • 19 Ibid., p. 196.

« Corneille avait beau jeu d’inventer, pour ses héros galants, raisonneurs, formalistes jusque dans le crime, beaux parleurs et lyriques, des querelles familiales ou politiques. Dans les querelles familiales ou politiques, l’homme peut bien aller jusqu’au crime : il n’y va pas tout entier. Sa conduite y est définie et bornée au but à atteindre [...] [l]e héros racinien doit aller à la mort par un consentement de toute sa nature et par le vertige même de la destruction. Il faut que Racine ôte à la mort son caractère honorable et volontaire pour la faire à nouveau primitive et fatale.19 »

  • 20 Ibid., p. 14.
  • 21 Ibid., p. 128.
  • 22 Ibid., p. 118.

11On voit que ce parallèle régulièrement mobilisé par Maulnier n’a plus grand rapport avec celui de La Bruyère même si le fantôme de la phrase de La Bruyère est bien là. Ou plus exactement, on pourrait à la limite jeter un pont entre les quelques assertions de La Bruyère concernant Corneille et celles de Maulnier, tandis que le Racine tragique que le second décrit n’a plus un seul trait commun avec celui du premier, à l’exception sans doute de l’affirmation selon laquelle « Racine est un peintre de la vie privée20 », qui peut faire écho à l’affirmation de La Bruyère selon laquelle Racine « peint » les hommes « tels qu’ils sont ». Mais généralement, Maulnier n’arrête pas de répéter que Racine ne représente rien, n’imite pas la réalité, fût-elle psychologique, mais « mime le mythe21 », en quoi il est authentiquement tragique22. Cette perspective ne va pas sans acrobatie :

  • 23 Ibid., p. 168.

« Tandis que Corneille montre le tragique autour de l’homme – et cède ainsi aisément à l’emphase héroïque, à cette invitation au sublime qu’est le malheur – Racine montre le tragique dans l’homme : ce qui fait que le drame, qui porte les sentiments dans Corneille, est dans Racine porté par eux. »23

  • 24 Ibid., p. 170

12Corneille laisse à Racine les sujets vraiment surhumains, familles poursuivies par les vengeances divines, hérédités inexorables, captives livrées au chantage et à la brutalité des vainqueurs, sacrifices humains, duels fratricides. Corneille met dans des situations humaines une humanité héroïque ; Racine, qui est tragique, met une humanité vraie dans des circonstances implacables, images mêmes de la fatalité24.

  • 25 Ibid., loc. cit.

« Racine veut que sa tragédie représente une humanité moyenne, et invoque sur ce point l’exemple des anciens, pour mieux humilier son devancier. Car Racine veut montrer sur la scène des personnages représentatifs de l’espèce non dans quelque mouvement sublime, mais dans le plus profond et dans le plus tragique de l’angoisse ou de la tentation. »25

13Un passage de Maulnier, qui semble plus directement faire allusion au jugement de La Bruyère, résume le bouleversement de perspective. Avec Athalie, nous dit-il,

  • 26 Ibid., p. 273.

« Racine qui, seul de son temps, a déjà su voir Euripide et Sophocle à travers Sénèque, va au-delà d’Euripide et de Sophocle, et retrouve sa vraie parenté avec le tragique eschylien [...] Non qu’il soit le premier à mettre la religion au théâtre ; mais il est le premier à découvrir dans cette religion un tragique. Corneille a fait des tragédies religieuses : mais ce maître de la tragédie héroïque s’est borné à porter à la scène un héroïsme chrétien. Tandis que Corneille chrétien va droit à ce qu’il y a dans le christianisme d’héroïque et d’historique, le temps de l’Église primitive et des martyrs, Racine, tragique et mythologique, va droit à la mythologie chrétienne et à la fatalité chrétienne. »26

14La Bruyère rapprochait Corneille de Sophocle ; pour Maulnier, il n’y a rien de grec, ni de tragique, chez Corneille, et Racine concentre à lui tout seul tous les aspects, apolliniens et dionysiaques, de la tragédie grecque.

  • 27 Ibid., p. 25.
  • 28 Ibid., p. 9.
  • 29 Dubech L., Jean Racine Politique, Paris, Grasset, 1926. Un exemple, au chapitre XII : l’auteur com (...)

15C’est, me semble-t-il, la seule singularité du livre de Maulnier. Même si Maulnier fait de Racine, au détour d’un jeu de paronomase facile, « le cristal même de la race27 », même si Racine emblématise pour lui une culture, une civilisation et « la seule race qui puisse en avoir la charge28 », son œuvre, dégagée de toute espèce de contextualisation concrète, tant en son propre temps que dans le temps où écrit Maulnier, ne sert pas de prétexte à l’antisémitisme radical auquel se livrait, dix ans avant lui, Lucien Dubech à propos de Bérénice et, plus encore, des tragédies bibliques de Racine29. Maulnier se contente, si l’on peut dire, d’enrôler Racine au service d’une vision de la civilisation – bien sûr menacée – qui comprend même, pour plus d’universalité grecque (occidentale), un point de contact avec du « primitif ».

16L’introduction brosse ainsi le tableau à la fois historique et universel qui donne à Racine un sens strictement allégorique, malgré la prétérition initiale :

  • 30 Maulnier T., op. cit., p. 9.

« Il ne convient pas de faire de Racine un symbole ; le plus humain des poètes mérite mieux ; il unit pourtant en lui tout ce qu’a d’irremplaçable une civilisation dont nous défendons les restes, et tout ce qu’elle a de plus menacé [...] L’importance et la qualité de cette œuvre pourraient bien être mesurées dans le moment même où le plus grand péril menace la culture qui l’a portée comme son fruit et son miracle. Ne faut-il pas voir là que la lucidité particulière aux civilisations déclinantes, où triomphent les genres de l’histoire et de la critique, où la recherche et l’analyse illuminent des territoires jusque-là secrets, où des siècles de vie, de bonheur et de réussite éclatante sont rappelés et rassemblés par un regard inutile et clair comme la conscience des mourants ?30 »

17Ces lignes résument bien l’espèce d’exercice d’école, qui est aussi manifestement, dans la perspective de Maulnier, un exercice politique, auquel il soumet l’œuvre de Racine, sous forme d’une alternative :

  • 31 Ibid., loc. cit.

« Peut-être le désastre n’est-il pas imminent, et Racine mérite alors d’être considéré comme un des moments éblouissants de cette culture même qu’il s’agit de maintenir, et de la seule race qui puisse en avoir la charge. Peut-être, au contraire, la savante hiérarchie des êtres et des valeurs qui a rendu possible une telle œuvre doit-elle disparaître devant une pensée et un art plus barbares. »31

  • 32 Ibid., p. 10.
  • 33 Ibid., p. 25.

18Il dispose ici d’une antithèse, l’antithèse maurrassienne de la civilisation et de la barbarie. Mais il la déplace : la barbarie, c’est le collectif et l’épique, et elle est puissante : on peut supposer que Maulnier pense ici à l’Allemagne et à l’Italie. Alors, il greffe Racine sur cette barbarie par le biais du dionysiaque, tout en lui donnant la mission de le sublimer – de le garder dans la « pure » région du mythe. Car d’un côté, « [s]on art, un des moins primitifs, un des plus savants qui soient, manque des couleurs violentes du réalisme et du sublime qui assurent la popularité32 » ; de l’autre, « L’art racinien est le plus civilisé parce qu’il est le plus instinctif. Loin d’ôter à l’instinct pour donner à l’intelligence, la civilisation est un continuel enrichissement de l’instinct, un continuel appel à l’instinct33 ».

19Racine, dont Maulnier ne cite pratiquement aucun vers, privilégiant ainsi une sorte de prosopopée, ou d’écriture ventriloque, devient le support d’une personnification esthético-politique obsessionnellement ruminée :

  • 34 Ibid., p. 23.

« Le dieu classique est celui qui ne se plie point à la distinction allemande et célèbre établie entre Apollon et Dionysos, entre le principe de la forme et le principe du délire créateur. Le dieu classique est un Apollon vivifié, humanisé, présent à la source même des énergies, des désirs, du lyrisme, un Dionysos qui, dans l’orgie même, connaît sa forme et sa loi. [...] Ce sont les inventeurs d’un classicisme mutilé, abstrait, formel, qui ont créé la légende d’une France apollinienne [...]34 »

  • 35 Ibid., p. 12.
  • 36 Ibid., p. 14.
  • 37 Piniau B. (avec la collaboration de Ramon Tio Bellido), L’action artistique de la France dans le m (...)

20Expression de la civilisation, c’est-à-dire de la synthèse dialectique de l’apollinien et du dionysiaque – des deux faces grecques –, Racine n’est donc ni individuel – Maulnier interdit de le lire comme un romantique – ni « social » : son « œuvre littéraire exclut tout ce qui plaît aux foules », il « préfère l’homme au troupeau »35. Et c’est à ce niveau que, parfois sourdement, parfois explicitement, l’opposition entre Racine et Corneille se poursuit. Si « Napoléon préfère Corneille », si « Corneille l’emporte, joué sur le forum romain », en revanche, « les dictateurs plébéiens se déconcertent devant cette humanité inutilisable, dédaigneuse de donner au spectateur des leçons ou des consignes [...] »36. En 1934, la comédie française avait joué Horace et Britannicus au forum, devant Mussolini37 : Maulnier fait visiblement allusion, ici, à une différence de succès entre les deux tragédies, et cette différence tourne à l’éloge de Racine. C’est que Racine est du côté d’une communauté plus originelle et plus authentique, la communauté de la fête dionysiaque, de la cérémonie primitive :

  • 38 Ibid., p. 123.

« À aucun moment, la tragédie racinienne, renouant après une longue éclipse avec la tragédie grecque, ne renie les Dionysies primitives. Elle garde sa filiation avec des spectacles nés dans des manifestations religieuses, elle garde son caractère et son prestige religieux. Dans son principe, la tragédie est un rite, la réunion d’une communauté, à des dates convenues, pour assister à la représentation parlée, mimée et chantée de grandes légendes représentatives. Il y a du religieux dans la tragédie comme il y a du théâtral dans la religion, où toute cérémonie comporte décors et costumes, représentations symboliques et actions mimées. La tragédie de Racine garde des jeux dionysiaques leur grandeur. Son but n’est pas un réalisme, une imitation de la réalité humaine, mais la création de sentiment de vénération et de la ferveur. »38

21Écrire sur Racine, mieux, se glisser dans la pure voix tragique de Racine, c’est rappeler avec lui que derrière l’homme socio-historique se tient l’homme comme espèce tragico-mythique, et de la sorte, essayer de contribuer au sauvetage d’une civilisation menacée par un exercice d’anamnèse assez peu platonicien :

  • 39 Ibid., p. 26.

« Un civilisé ne se compose pas que d’une culture apprise, mais d’une culture oubliée, c’est-à-dire incorporée à l’intimité de son être. Cette culture instinctive ne doit pas disparaître. Les valeurs spirituelles de notre civilisation ne se sont pas effacées : elles se sont seulement séparées du tissu de la substance humaine, elles ne font plus corps avec nous. »39

22Le Racine de Thierry Maulnier vise à redonner corps à cette couche d’extrême civilisation et d’extrême primitivité transhistorique, qu’il voit comme quintessenciée dans ce texte français classique.

  • 40 « Et je ne sais pas si, chemin faisant, nous ne pourrions pas découvrir que cette tentation [de la (...)

23Le Corneille de Brasillach offre, par contraste avec cette sorte d’aristocratisme sombre et décharné, un vitalisme saisissant. Brasillach, on l’a vu, réfute donc le parallèle Corneille/Racine. Mais quand on lit son livre après celui de Maulnier, ce qui saute aux yeux, c’est que ce contraste des deux livres s’inscrit dans le contraste creusé par Maulnier entre les deux dramaturges : car Brasillach va investir le « forum romain », résolument40. Contraste qui doit peu, par conséquent, au XVIIe siècle – si l’on peut dire. Pourtant, Brasillach écrit une biographie contrairement à Maulnier. Dès cette différence générique, s’inscrit en fait une différence de perspective qui esquisse la différence cornélienne par rapport au Racine de Maulnier : Corneille ne sera pas le produit docile et génialement impersonnel d’un faîte de civilisation. Le Corneille de Brasillach est à la vérité plus romantique que classique :

  • 41 Ibid., p. 152.

« Dieu seul peut comprendre Pierre Corneille, au moment où il écrit, Dieu seul peut comprendre sa jeunesse déçue, sa fougue, sa résignation à la paix, son dévouement, sa crainte. Tous les démons qu’il porte en lui, il les libère dans cette œuvre, qui, plus qu’aucune autre, est une offrande. Le jeune martyr, c’est lui, c’est ce qu’il voudrait être, et c’est lui aussi, la lâcheté de Félix devant les grands, et c’est lui encore Sévère, et, plus mystérieusement, c’est lui surtout, Pauline, en cette année 1640 où il se marie [...]41 »

24Réanimer sa vie, c’est comprendre son œuvre, c’est retrouver la source d’une énergie dirigeante – comme celle des chefs – le Nietzsche mobilisé en sous-texte par Brasillach n’est pas celui du dionysiaque, mais celui du surhomme et de la volonté de puissance. Si Corneille mérite donc une biographie, c’est qu’il est totalement incarné dans son temps, incarnation qui, elle aussi, prend une valeur exemplaire autorisant Brasillach à mobiliser en permanence l’anachronisme, avec provocation : comme si restituer la force d’une telle incarnation, c’était la réincarner en quelque sorte soi-même, seule solution pour arracher Corneille à l’École, ce qui est le but initial de Brasillach.

  • 42 Maulnier T., op. cit., p. 9.

25En effet, « Racine », nous disait Maulnier, « a commencé d’excéder pour toujours cette condition ennuyeuse et vénérable d’auteur classique, cette concession à perpétuité dans nos lettres que lui avaient assignée les pompes de l’Enseignement Secondaire et du Théâtre Français42 ». Brasillach confirme :

  • 43 Brasillach R., op. cit., p. 10.

« Alors que de décade en décade notre compréhension de Racine s’affine et se renouvelle, [...] alors que nous avons vu se succéder au Racine de Sainte-Beuve, le Racine de Lemaître et d’Anatole France, le Racine de François Mauriac, et à celui de François Mauriac le Racine de Giraudoux et de Thierry Maulnier, sans parler de celui de l’abbé Brémond – Pierre Corneille en reste toujours à la même image figée. »43

26Ce travail de déconfinement, Brasillach se propose de le faire pour Corneille. Son livre manifeste des sentiments pour le moins ambivalents à l’égard de l’enseignement républicain, des institutions républicaines. Dès les premières lignes, il oppose les mises en scène qui font de l’œuvre une œuvre « vivante » aux scénarios stéréotypés qui la tuent :

  • 44 Ibid., p. 9-10.

« Mais quand on la joue toujours de la même manière, quand seuls les professeurs et les comédiens d’Etat en prennent soin, quand on la respecte, quand on y mène dans la province les longues théories de pensionnaires en pèlerines bleues et de jeunes filles externes en robes roses [...], alors, plaignez-la, c’est une pièce morte.
Pendant des années, pendant plus d’un siècle à vrai dire, on a pu croire que Pierre Corneille avait empli à lui seul le plus abondant cimetière de pièces mortes qu’on puisse imaginer [...]. Et une fois l’enfance et l’adolescence oubliées, une fois passé ce dernier sacrement du baccalauréat qui est pour tant de Français comme l’extrême-onction de la culture bourgeoise, plus personne ne se souciait de Pierre Corneille. »44

  • 45 Le mot est de Corneille qui rappelle, à propos des visites de Rodrigue chez Chimène : « Tous presq (...)

27Le style de Brasillach, dans ce livre, peut sans doute être appréhendé à partir de ce rapport ambivalent à l’école : il présente une familiarité, voire une vulgarité de potache supérieurement intelligent et ne cesse de faire appel à la connivence d’un lecteur qui a été un ancien élève et a lu Corneille sur les bancs de l’école, soit qu’il nous présente Horace en « bon élève costaud et emphatique » qui a manqué de peu d’incarner « une ardeur vigoureuse de jeune nazi » ; soit qu’il nous présente au contraire le « frémissement45 » spécifiquement scolaire qui soulève les élèves de quatrième à la lecture du Cid – probablement surtout l’acte III :

  • 46 Ici, le texte semble vraiment citer implicitement l’« Examen » de Corneille (cf. note précédente).
  • 47 Brasillach R., op. cit., p. 104 (je souligne).

« Dans les classes de quatrième où l’on explique Le Cid, sur les gradins usés, contre les bancs de bois noir, ce que les garçons de treize ans voient surgir entre les lignes du vieux chef-d’œuvre, s’ils savent lire, c’est un couple sportif et brillant, ce sont de jeunes aînés magnifiques, et on leur permet sans scandale de traduire le point d’honneur par le fair play, et de voir dans cette Chimène vite à la course, aux muscles allongés, au corps droit, dans le Rodrigue exalté et méthodique, deux beaux coureurs rivaux dans la poudre de neige lancés sur leur bois recourbés, deux beaux nageurs rivaux dans la poudre d’écume lorsqu’ils touchent ensemble le rebord de la piscine et se retournent, deux enfants de vingt ans joyeux dans leur malheur46 et qui ne donnent décidément pas au mot épreuve un autre sens que celui de compétition sportive47

28Mais la représentation de l’école n’est pas univoque, et Brasillach évoque ce « personnage un peu raide, un peu gauche » inventé par l’école – le héros cornélien – en lui rendant un hommage paradoxal :

  • 48 On enseignait Le Cid en quatrième, et Horace ou Cinna en troisième (« A » désigne la section litté (...)
  • 49 Ibid., p. 132-133.

« Il existe par le monde des êtres de fer, à qui l’exercice d’un pouvoir sans limite a donné une âme redoutable, parfois un cœur de tortionnaire, presque toujours une infaillibilité auprès de laquelle celle du pape n’est que doute, modestie et indécision. [...] Ils ont contribué plus que tous autres à tirer de Corneille une formidable législation, un appareil de pompe et d’orgueil qui les aide à mater ceux qui leur sont soumis. De même que les régimes totalitaires exaltent les musiciens, les poètes, les romanciers qui ont pratiqué l’orthodoxie de la doctrine et vénéré la force, de même le régime établi par ces despotes impose le respect de Corneille, qu’ils feraient prince de Montenevoso si Corneille s’appelait d’Annunzio, qu’ils joueraient dans les congrès nazis si Corneille s’appelait Wagner. Rien n’est plus beau, plus grand, que l’exercice sans limite de la puissance d’hommes. Rien n’est plus digne de cette morale imposée aux races pures. Ces maîtres que nous connaissons tous entraînent à leur suite leurs sujets aux représentations cornéliennes comme ils les entraîneraient à la suite de Mlle Leni Riefensthal devant les écrans où se déploie Le Triomphe de la volonté, et ce titre du plus célèbre des films hitlériens formerait une assez belle épigraphe à l’œuvre entière de leur poète. Telle est l’idéologie du Troisième Reich, mais telle est aussi l’idéologie de la Troisième A48. Ces êtres de fer, ces despotes, on les a reconnus : ce sont les professeurs. Ce sont les professeurs en effet qui ont contribué à accuser chez Corneille cet aspect volontaire, qui existe sans doute [...]49 »

  • 50 Kaplan A., op. cit., p. 19.

29Il est difficile de couper les citations du texte de Brasillach : car il convient d’entendre son style oratoire qui « ressuscite » le texte cornélien, conformément à la parole oratoire qui devait en accompagner la diction – les tirades –, qu’elles fussent récitées par les élèves ou qu’elles fussent commentées par certains enseignants. Brasillach évoque du reste André Bellessort qu’il a eu comme professeur à Louis-le-Grand et qui était maurrassien50 :

  • 51 Brasillach R., op. cit., p. 208.

« Et si le père est inconvertible, le fils finit pas comprendre, lui qui pourtant, ainsi que nous l’expliquait jadis André Bellessort dans la classe de Louis-le-Grand, est pareil au fils d’un radjah hindou élevé à Oxford, et qui revient persuadé que rien n’est meilleur que l’armée anglaise, la politique anglaise et le plum-pudding anglais. C’est contre de tels avilissements que luttent les héros chers à Pierre Corneille. »51

30Le choix de l’anachronisme délibéré est vraisemblablement tourné vers la méthode historiciste de l’enseignement lansonien, école fustigée en son temps par Agathon. On voit qu’il ne s’agit pas là d’une pure invention de Brasillach, et que la pratique de l’anachronisme prend un sens politique : aux textes littéraires est alors confié le soin de dire une permanence d’énergie et de race – l’exemple précédent porte sur un « radjah hindou », aryen sans doute, en tout cas « indo-européen » –, et joue avec provocation de la collusion des références idéologiques de l’histoire littéraire, comme dans ce passage où Brasillach évoque encore Nicomède :

  • 52 Ibid., p. 198-199 (je souligne).

« [I]l n’y a pas d’œuvre sans doute où nous pouvons mieux comprendre ce qu’il y a de hardi, de jeune, de révolutionnaire et parfois d’anarchiste dans la tragédie de Pierre Corneille. […] Quand on y regarde de près, rien n’est plus saisissant, parfois plus effrayant que cette hostilité de Corneille envers tout ce que représente une famille riche et bien nourrie, que cette peinture hardie, scandaleuse, violente, des tares et des ignominies de la vieillesse et des situations acquises. Et de cela, je ne suis pas très sûr que nos professeurs se soient jamais aperçus : en tout cas, ils ne nous en ont rien dit. Mais soyons bien sûrs que devant la famille et devant les bien-pensants, Corneille a pu paraître au XVIIe siècle comme le Jules Vallès de la tragédie. »52

31Aucune pièce de Corneille ne se prête au déferlement de haine antisémite d’un Lucien Dubech dans son Jean Racine Politique. Du reste, le même Lucien Dubech abordant Corneille avait trouvé d’autres angles d’accroche pour mobiliser le texte cornélien au service de son idéologie d’extrême droite, et cette fois-ci, le parallèle entre Corneille et Racine passait par un parallèle historique relu à la lumière (encore une fois crûment anachronique) de l’époque contemporaine :

  • 53 Dubech L., « Corneille », dans Les Chefs d’œuvre de Corneille, Rio de Janeiro, Americ-Edit, 1947, (...)

« Comme l’a dit M. Pierre Benoît, Racine n’était pas d’une classe mobilisable. La classe de Corneille était encore un peu mobilisée. Il était nécessaire que Corneille vînt faire sonner la vaillance des jeunes cœurs, l’héroïsme de l’effort, du devoir et de l’épée. Le Cid a l’importance d’une bataille gagnée. On sait qu’entre Rocroy et Ramillies, les armes françaises ne connurent pas la défaite ; Le Cid est le Rocroy de notre littérature. »53

32Corneille se prête en revanche à l’affirmation de la race en un sens quasi absolu qui devient synonyme de puissance :

  • 54 Ibid., p. 23. Brasillach : « Mais imagine-t-on comment, au lendemain de cette bataille de la Marne (...)

« Quel enfant de France ne se rappelle le temps où, petit écolier, on lui faisait apprendre par cœur le dialogue sublime : A moi, comte, deux mots ? Depuis trois siècles, c’est un des exemples qui, avec le catéchisme, le Selectae et les légendes grecques, éveillent les vertus et les nobles images pour les hommes de notre race. »54

  • 55 Brasillach R., op. cit., p. 123.
  • 56 Cf. les travaux de George L. Mosse, L’Image de l’homme : l’invention de la virilité, Paris, Éditio (...)

33De même, pour Brasillach, avec Le Cid, Corneille vient d’écrire « un des chefs d’œuvre de sa race55 ». Nul cristal : la race, chez Brasillach, a toujours un corps qui évoque l’esthétique du sport, de la santé et de la beauté propre aux idéologies d’extrême-droite de ces années-là56.

  • 57 Brasillach R., op. cit., p. 351.
  • 58 Ibid., p. 203.
  • 59 Je prie le lecteur d’entendre dans cet adverbe son sens étymologique : est malicieux celui qui fai (...)
  • 60 Ibid., p. 207-208. Ce passage précède de peu l’allusion à l’enseignement d’André Bellessort.

34Brasillach fait ici un amalgame encore une fois provocateur. Puisque « [l]e classicisme, c’est la Révolution permanente57 », il peut aussi bien comparer les héros cornéliens à de jeunes nazis, à de jeunes fascistes, ou à « ces jeunes militants des films soviétiques58 », et écrire malicieusement59 à propos de Polyeucte que « des critiques marxistes pourraient [y] voir si aisément la lutte d’une espèce de petit héros asiatique contre le système impérialiste60 ».

35Ce Corneille, dont Brasillach parle avec un sentiment d’intense camaraderie, devient ainsi le modèle de toute espèce d’énergie et de révolte. Mais, même si, à l’occasion, Brasillach ne recule pas devant la comparaison avec des héros cornéliens avec des figures révolutionnaires, le plus souvent, ce sont évidemment les références au fascisme, innombrables, qui donnent à cette sorte de longue hypotypose biographique toute son animation – son frémissement :

  • 61 Ibid., p. 210-211.

« Il est bien rare qu’on ne trouve pas un poète à la naissance des grands mouvements totalitaires. Dans Attila, Corneille fera l’éloge de Louis XIV [...] Corneille et Louis XIV sont d’accord sur ce point, comme ils le sont sur l’importance de la majesté royale, sur la dictature royale, sur l’absolutisme royal, sur l’exaltation du nationalisme français contre les entreprises de l’Empire. Nous avons vu, de nos jours, le fascisme italien naître et se soutenir par l’alliance de la poésie et de l’action, par la rencontre de la passion décorative et du pouvoir, par l’union de d’Annunzio et de Mussolini. La même rencontre, la même alliance, a déjà eu lieu une fois pour le nationalisme français, par l’amitié spirituelle de Corneille et de Louis XIV. »61

36Bref, Brasillach fait avec Corneille ce que Thierry Maulnier disait qu’on ne pouvait pas faire avec Racine :

  • 62 Maulnier T., op. cit., p. 13.

« Le théâtre a une valeur éducatrice et sociale, on trouve en lui une morale un peu déclamatoire, une abondante dépense de thèmes excellents, – patriotisme, vertu, courage, – mais parfaitement monnayables, susceptibles d’être changés, à des guichets assiégés par un public enthousiaste, en loyalisme militaire, en impôts, en enfants. Les chefs de gouvernement, hommes sociaux, ne savent gré à un art que de ses vertus sociales, vertus nécessaires, mais nécessairement vulgaires, et vulgaires jusque dans leur grandeur. Racine n’est pas social. La France peut le considérer comme une inégalable réussite de sa culture, non comme un stimulant d’énergie, un guide national, un ouvrier de son unité. Si elle est un jour asservie, ce n’est pas une tragédie de Racine qui fera naître le soulèvement pour l’indépendance. »62

37Donner à la France, avec un Corneille arraché aux poussières de l’école, un « stimulant d’énergie », tel est explicitement le but de Brasillach. Et il y réussit en revigorant dangereusement l’œuvre classique, au prix d’une nouvelle définition du classicisme :

  • 63 Brasillach R., op. cit., p. 350.

« Un classique, c’est d’abord un inventeur, c’est un explorateur, et c’est un fondateur d’Empire. Il s’installe dans une jungle qu’il défriche, et il plante son pavillon de colocolonisateur. »63

  • 64 Maulnier T., op. cit., p. 31.
  • 65 Barrès M., Les Déracinés (1897), Paris, Gallimard, 1988, p. 263.
  • 66 Le roman de Barrès est le premier volet d’un triptyque intitulé Roman de l’énergie nationale.

38Nous sommes très loin des définitions du classicisme de Maulnier. Pour ce dernier, « Racine avait mieux à tenter qu’une révolution » puisqu’il était arrivé selon lui dans une configuration exceptionnelle, « merveilleuse organisation du monde en vue de [sa] réussite » qui « consiste dans l’intime accord d’une civilisation éminente et d’une grande communauté humaine avec l’artiste le mieux fait pour lui donner leur parfaite consécration »64. Le Corneille de Brasillach, en revanche, est non seulement fortement individué, mais également « social » et même « populaire ». C’est, autant et même peut-être mieux que le Napoléon des « déracinés » du roman du même nom de Barrès, un « professeur d’énergie65 » – d’« énergie nationale66 », évidemment.

  • 67 Cité par Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 177.

39Trois ans après sa parution, en 1941, une polémique surgit pour savoir s’il fallait ou non incriminer la littérature d’entre les deux guerres de la défaite. Dans le camp des défenseurs de la littérature, on trouve Thierry Maulnier pour qui la valeur d’une œuvre est « indépendante de l’utilité ou de l’inutilité qu’elle peut avoir67 »:

  • 68 Ibid., p. 179.

« De ce que le génie littéraire français a eu assez de force pour demeurer vivace et fécond aux jours les plus noirs de notre décomposition politique et sociale, il ne faudrait pas tirer les conclusions – ce que certains font aujourd’hui – qu’il en a été le complice, qu’il en porte les tares, et qu’une société nouvelle, plus austère et plus rude, a pour premier devoir de mépriser ou de détruire les seules de nos richesses que la société ait épargnées. »68

40Telle n’était évidemment pas la position de Brasillach, qui mit pleinement la littérature « au service » de la société et de la politique. L’opposition entre leurs deux livres reflète déjà largement cet antagonisme : les deux figures de Racine et de Corneille leur permettaient de le mettre en scène.

41Je voudrais, pour conclure, livrer quelques mots de réflexion sur la leçon que nous pouvons tirer, aujourd’hui, de cette obsédante thématique de la décadence de la civilisation et, à l’inverse, de la régénération des esprits par la littérature, par le classicisme, qui vient du maurrassisme, et qui hante les deux textes. La phrase de Nicolas Sarkozy sur La Princesse de Clèves nous a légitimement indignés, parce que nous y avons reconnu la menace que la barbarie néo-libérale faisait peser sur notre culture humaniste et lettrée. Mais relire Maulnier et Brasillach nous rappelle que la culture lettrée n’a pas été simplement humaniste, et encore plus, que la littérature n’est garante de rien du tout. Ce qui frappe au contraire en les lisant, c’est comment une éducation trop lettrée (dans le lycée aux « classes grillagées de fer » évoqué par Brasillach) les amenait à tout voir à travers le prisme de la littérature, à tout jouer à travers elle.

  • 69 Barres M., Les Déracinés, op. cit., p. 102.

42Certes, dans Les Déracinés, c’était ce confinement que Barrès avait dénoncé : « ils ne sentaient pas la nature, ne savaient pas l’utiliser. En leur fermant l’horizon pendant une dizaine d’années, on les avait contraint de ne rien voir qu’en eux ». Mais le lycée avait, ajoute-t-il, bel et bien « développé en eux l’énergie »69, ce dont Barrès fait l’éloge. Le problème, c’était le kantisme de leur professeur, « qui l’avait poussée toute en cérébralité ».

43Une fois le kantisme écarté au profit d’une mise en équivalence quasi religieuse de la littérature et du mythe, l’énergie, chez Maulnier et Brasillach, se teinte d’esthétique et de mysticisme : mais elle ne cesse pas pour autant d’être purement livresque. Autonomie du champ littéraire ? Éducation bourgeoise confinée ? Malgré les différences considérables relevées entre les deux œuvres de Maulnier et de Brasillach, ce que l’on entrevoit en tout cas, c’est que trop de littérature coupe court à toute espèce de sentiment concret d’humanité. Ceci nous invite à mesurer que face à la crise des études littéraires, nous ne devons pas seulement raisonner en termes de disciplines et de corpus, mais aussi en termes d’éthique de la transmission. On a vu comment André Bellessort enseignait et comment le livre de Brasillach transporte le lecteur par la séduction brutale de son commentaire biographique du texte cornélien. C’est désigner à l’attention l’importance des scénarios d’enseignement. Tâche plus importante encore que la défense de l’enseignement des « classiques », il faut inventer une transmission de la littérature qui laisse les élèves et les étudiants libres : c’est-à-dire qui ne vise ni à les subjuguer ni à les « militer », quel que soit le message qui pourrait paraître justifier ces moyens. Et rester vigilants face à la « relecture » de Maulnier, et sans doute plus encore de Brasillach...

Notes

1 Il serait toutefois certainement possible de repérer une influence de Maulnier sur les travaux de Marc Fumaroli.

2 Un exemple parmi d’autres : « Appliquez à Phèdre ces réflexions écrites par Thierry Maulnier à propos de l’œuvre de Racine : Le théâtre le plus dur et la poésie la plus sauvage, la peinture de tout ce que la condition humaine a d’inexorable et de tout ce qu’ont d’émouvant les vertiges du cœur ? » (www.devoir-de-francais.com,consultéle16janvier 2012).

3 Dort B., L’écrivain périodique, Paris, POL, 2001, p. 303.

4 Brasillach R., Corneille (1938), Paris, Fayard, 2006.

5 Kaplan A., Intelligence avec l’ennemi, Paris, Gallimard, 2001, p. 208.

6 Brasillach R., Corneille, op. cit., 1961, p. 10.

7 Jean de La Bruyère, Les Caractères, éd. par M. Escola, Paris, Champion, 1999, p. 182.

8 Brasillach R., op. cit., p. 10.

9 Ibid., p. 352.

10 Ibid., p. 354.

11 Maulnier T., op. cit., p. 108.

12 Ibid., p. 14.

13 Maulnier écrit à propos de Racine une phrase qui s’enchaîne ensuite sur le parallèle Corneille/Racine : « Il n’est pas possible de draper ces personnages [de Racine] d’un costume national... » (ibid., loc. cit.).

14 Giraudoux J., Racine, Paris, Grasset, 1930, p. 49.

15 Maulnier T., op. cit., p. 84.

16 Ibid., p. 83.

17 Giraudoux J., op. cit., p. 1.

18 Maulnier T., op. cit., p. 91 ; p. 103 ; p. 220.

19 Ibid., p. 196.

20 Ibid., p. 14.

21 Ibid., p. 128.

22 Ibid., p. 118.

23 Ibid., p. 168.

24 Ibid., p. 170

25 Ibid., loc. cit.

26 Ibid., p. 273.

27 Ibid., p. 25.

28 Ibid., p. 9.

29 Dubech L., Jean Racine Politique, Paris, Grasset, 1926. Un exemple, au chapitre XII : l’auteur commente un vers prononcé par Esther expliquant à Elise comment elle a réuni secrètement les jeunes filles israélites qui forment le chœur de la tragédie (I, 1, 111) : « Mais à tous les Persans je cache leurs familles » : « Ce n’est donc pas d’aujourd’hui qu’on rencontre des Lévy qui s’appellent Dupont. Cette dissimulation s’accompagne d’un mépris profond pour l’étranger à qui l’on ment et qui est dupe [...] » (p. 247). Plus loin, Lucien Dubech fait du reste allusions à l’antisémitisme de Maurras, manifesté à l’occasion de cette tragédie de Racine : « Sans affadir la figure de cette forcenée [il s’agit toujours d’Esther], Racine l’a rendue supportable [...] Maurice Barrès portait sur Mardochée et sur sa nièce un sentiment un peu vif. Il en jugeait parmi les mesures humaines, alors que Racine s’élevait au-dessus d’elles. » (p. 266-267).

30 Maulnier T., op. cit., p. 9.

31 Ibid., loc. cit.

32 Ibid., p. 10.

33 Ibid., p. 25.

34 Ibid., p. 23.

35 Ibid., p. 12.

36 Ibid., p. 14.

37 Piniau B. (avec la collaboration de Ramon Tio Bellido), L’action artistique de la France dans le monde, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 50.

38 Ibid., p. 123.

39 Ibid., p. 26.

40 « Et je ne sais pas si, chemin faisant, nous ne pourrions pas découvrir que cette tentation [de la volonté] l’a rendu en somme plus près de nous que nous ne le croyons, et si, quand Mussolini invite la Comédie-Française à jouer au Forum, il ne retrouve pas, justement, dans ce Corneille de notre enfance, le précurseur génial, hardi, anti-bourgeois, anti-capitaliste et anti-parlementaire, du fascisme moderne. » Brasillach R., op. cit, p. 133-134.

41 Ibid., p. 152.

42 Maulnier T., op. cit., p. 9.

43 Brasillach R., op. cit., p. 10.

44 Ibid., p. 9-10.

45 Le mot est de Corneille qui rappelle, à propos des visites de Rodrigue chez Chimène : « Tous presque ont souhaité que ces entretiens se fissent ; et j’ai remarqué aux premières représentations, qu’alors que ce malheureux amant se présentait devant elle, il s’élevait un certain frémissement dans l’assemblée, qui marquait une curiosité merveilleuse et un redoublement d’attention pour ce qu’ils avaient à se dire dans un état si pitoyable. » (Corneille, Le Cid, « Examen », dans Œuvres complètes, textes établis, présentés et annotés par G. Couton, Paris, Gallimard, coll. Pléiade, t. I, 1980, p. 702). Je suggère ici que ce « frémissement » des spectateurs du XVIIe siècle témoigne d’une puissance d’émotion interne à la tragédie, qui provoque la fantasmagorie fasciste de Brasillach interprétant le bouleversement causé par Le Cid sur des lycéens adolescents.

46 Ici, le texte semble vraiment citer implicitement l’« Examen » de Corneille (cf. note précédente).

47 Brasillach R., op. cit., p. 104 (je souligne).

48 On enseignait Le Cid en quatrième, et Horace ou Cinna en troisième (« A » désigne la section littéraire de l’enseignement secondaire).

49 Ibid., p. 132-133.

50 Kaplan A., op. cit., p. 19.

51 Brasillach R., op. cit., p. 208.

52 Ibid., p. 198-199 (je souligne).

53 Dubech L., « Corneille », dans Les Chefs d’œuvre de Corneille, Rio de Janeiro, Americ-Edit, 1947, p. 27.

54 Ibid., p. 23. Brasillach : « Mais imagine-t-on comment, au lendemain de cette bataille de la Marne que fut Corbie, on dut accueillir Le Cid ? » (op. cit. p. 103).

55 Brasillach R., op. cit., p. 123.

56 Cf. les travaux de George L. Mosse, L’Image de l’homme : l’invention de la virilité, Paris, Éditions Pocket, 1999 ; De la Grande guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette, 1999.

57 Brasillach R., op. cit., p. 351.

58 Ibid., p. 203.

59 Je prie le lecteur d’entendre dans cet adverbe son sens étymologique : est malicieux celui qui fait le mal en toute conscience.

60 Ibid., p. 207-208. Ce passage précède de peu l’allusion à l’enseignement d’André Bellessort.

61 Ibid., p. 210-211.

62 Maulnier T., op. cit., p. 13.

63 Brasillach R., op. cit., p. 350.

64 Maulnier T., op. cit., p. 31.

65 Barrès M., Les Déracinés (1897), Paris, Gallimard, 1988, p. 263.

66 Le roman de Barrès est le premier volet d’un triptyque intitulé Roman de l’énergie nationale.

67 Cité par Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999, p. 177.

68 Ibid., p. 179.

69 Barres M., Les Déracinés, op. cit., p. 102.

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de lettres modernes, Hélène Merlin-Kajman est actuellement professeur de littérature française à l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III et directrice du centre de recherche Cercle 17-21 (EA-174). Spécialiste du XVIIe siècle, elle a entre autres publié La langue est-elle fasciste ? Langue, pouvoir, enseignement (Seuil, 2003), L’excentricité académique. Institution, littérature, société (Belles Lettres, 2001), L’absolutisme dans les lettres et la théorie des deux corps. Passions et politique (Champion, 2000) et Public et littérature en France au XVIIe siècle (Belles Lettres, 1994). Elle a également publié plusieurs romans, dont La désobéissance de Pyrame (Belin, 2009). Membre de l’Institut universitaire de France, Hélène Merlin-Kajman est aussi la fondatrice et directrice du mouvement littéraire Transitions (www.mouvement-transitions.fr).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search