Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Georges Bernanos et l’Action française : histoire d’un malentendu

Georges Bernanos and Action Française: a historical look at a misunderstanding

Denis Labouret

Résumé

On voit habituellement en Georges Bernanos un écrivain très proche de l’Action française, si ce n’est l’écrivain maurassien par excellence. En réalité, s’il fut en effet maurrassien convaincu dans sa jeunesse, journaliste militant à L’Avant-Garde de Normandie en 1913-1914, proche du mouvement à l’époque de Sous le soleil de Satan et de la condamnation de l’Action française par le Vatican (1926-1927), sa rupture avec Maurras en 1932 révèle toute la distance qui le sépare en profondeur du mouvement royaliste. Il est logique que Bernanos en vienne à condamner la « trahison du maurrassisme », coupable de complaisance envers les dictatures conquérantes, au temps de Munich et de la guerre d’Espagne : son maurrassisme apparent résultait d’un malentendu. La vérité, c’est que le romancier et polémiste a déployé l’essentiel de son œuvre contre l’Action française et hors de l’Action française. Opposé à la vision maurrassienne de l’Histoire parce qu’il a toujours choisi le romantisme de l’aventure personnelle contre le positivisme de la raison politique, opposé au « catholicisme sans Christ » de la France maurrassienne au nom même du Dieu de l’Évangile, il a bâti son œuvre d’écrivain sur une quête spirituelle qui est restée totalement étrangère, en définitive, aux idées et aux valeurs de l’Action française.

Bernanos is often seen as close to Action Française, if not as a Maurrassian writer par excellence. In fact, even if he was indeed a staunch Maurrassian in his youth, writing regularly in L’Avant-Garde de Normandie in 1913-1914 and remaining close to AF when Sous le soleil de Satan was published and Action Française condemned by the Vatican (1926-1927), he broke away from Maurras in 1932, which reveals how vastly estranged he became from the royalist movement. It is thus logical that Bernanos came to talk about the “betrayal of Maurrasism”, which was guilty of dubious affinities towards dictatorships at the time of Munich and the Spanish War. His seeming Maurrasism may be viewed as resulting from a misunderstanding. The truth is that Bernanos, both as a novelist and as a polemical writer, dedicated much of his energy against Action Française and outside of the movement. Bernanos was at loggerheads with the Maurrassian vision of history, because he always opted for the Romanticism of his personal fight against the positivism of political reason and opposed the “Christless Catholicism” of Maurrasism out of personal faith in the Gospel. He built his career as a writer upon a spiritual quest which is foreign to the ideas and values of Action Française.

Texte intégral

1S’agissant des rapports entre maurrassisme et littérature, la référence à Georges Bernanos s’impose. Quel grand écrivain du XXe siècle fut plus proche de l’Action française que Bernanos ? Et pourtant cette parenté bien visible, trop aisément établie, résulte en réalité d’un double malentendu : malentendu entre Bernanos lui-même et Maurras ; malentendu entre les historiens de la littérature et Bernanos. Bernanos s’est cru maurrassien ; et nombre d’historiens l’ont cru maurrassien. Double illusion – mais les illusions font aussi partie de l’Histoire. Il faut donc tenter de comprendre ces relations ambiguës, en faisant l’histoire de cette illusion.

2Or cette histoire des relations entre Bernanos et l’Action française se déploie en deux temps nettement distincts : le temps de l’adhésion, jusqu’en 1931, et le temps de la rupture, à partir de 1932. Mais la deuxième phase est aussi pour Bernanos relecture critique de la première : elle invite donc à dépasser l’antithèse, qui oppose moins l’avant et l’après-1932 sur un axe diachronique que la surface et la profondeur, l’engagement apparent et le cheminement intérieur, en synchronie. Dès les années vingt, l’adhésion de surface masque des différences très sensibles, et Bernanos écrivain n’est jamais soluble dans le maurrassisme. D’où le mouvement dialectique qui conduira à envisager, après Bernanos avec l’Action française (l’adhésion), puis contre l’Action française (la rupture), un Bernanos hors de l’Action française dans ses constantes fondamentales, dans ses principes, par-delà les péripéties de l’histoire (le dépassement).

L’adhésion : Bernanos avec l’Action française

  • 1 Nous autres Français, Essais et écrits de combat, désormais noté EEC, textes présentés et annotés p (...)

3Il faut rappeler ici quelques données biographiques bien connues. Bernanos se tourne vers l’Action française dès 1905-1906, à l’âge de 17 ans. Marqué par son milieu familial, catholique et monarchiste, c’est tout naturellement qu’il adhère à ce mouvement alors tout jeune, qui a vu le jour en 1899. Il était donc monarchiste avant d’être maurrassien – alors que Maurras a été nationaliste avant de devenir royaliste. Et il s’affiche maurrassien bien avant d’être écrivain. Entré aux Camelots du roi en 1908, il manifeste ses convictions monarchistes en faisant le coup de poing au Quartier latin, ce qui lui vaut un bref séjour en prison (1909). Trente ans plus tard, après la rupture, il continuera d’évoquer avec nostalgie le souvenir des « innombrables coups de matraque reçus » et des « condamnations encourues » dans sa jeunesse en raison de ses sympathies royalistes1.

  • 2 René Rémond, La Droite en France, Aubier-Montaigne, 1968, p. 188.

4Ce qui l’attire à l’Action française, c’est donc moins la pensée maurrassienne que le goût de l’action, la violence antirépublicaine, la tentation du coup de force sur laquelle débouche logiquement un royalisme intransigeant. Face à la « contradiction interne » entre la raison et la passion, notée par René Rémond comme caractéristique de l’Action française à l’époque2, Bernanos n’hésite pas : son adhésion est toute de passion. Elle n’a rien d’intellectuel. Ses amis de combat le remarquent pour son indépendance d’esprit et son refus des compromissions, et il lui arrive d’être rappelé à l’ordre. Mais il reste que cette identité originelle de Camelot du roi est pour beaucoup dans la représentation de Bernanos comme maurrassien exemplaire.

5Cette image semble confirmée par deux périodes surtout de la carrière de Bernanos devenu homme de plume, journaliste et écrivain. Deux périodes importantes mais deux périodes seulement, et relativement brèves, sur le quart de siècle qui s’étend d’un avant-guerre à l’autre : en 1913-1914 et en 1926-1930.

  • 3 « Une lettre de Paul Bourget », L’Avant-Garde de Normandie, no 237, 28 décembre 1913 (EEC, I, p. 96 (...)
  • 4 « La jeunesse française autour de Maurras », L’Avant-Garde de Normandie, no 229, 2 novembre 1913 (E (...)
  • 5 Claire Daudin, « Bernanos journaliste », Europe, no 789-790, 1995, p. 56.
  • 6 Joseph Jurt observe par exemple la présence déjà remarquable, dans ces textes, d’une « critique de (...)

6Première période : celle de L’Avant-Garde de Normandie, organe régional de l’Action française, journal du « Nationalisme intégral » en Haute-Normandie, dont Léon Daudet lui a confié la direction. Bernanos y exerce son talent littéraire naissant dans l’écriture polémique en guerroyant contre les journaux rivaux, en prenant notamment pour cible le « pion » Alain, qui écrivait au Journal de Rouen, et en assumant la rhétorique antisémite de l’Action française. Cette violence polémique n’est certes pas propre à l’Action française, et Bernanos en avait bien assimilé les codes à travers La Libre Parole de Drumont, lecture paternelle qui a bercé son enfance, quand l’Action française n’existait pas encore. Mais on peut considérer que, dans l’ensemble, les articles qu’il donne à cette revue en 1913-1914 se soumettent aux orientations de la presse maurrassienne. Bien qu’il y publie aussi quelques nouvelles et fasse ainsi ses débuts comme auteur de fictions, le Bernanos maurrassien d’alors, bon militant au service de la cause, n’est pas encore le Bernanos écrivain. En lutte contre l’existence même de la République, il fait œuvre de « propagande » explicite en faveur du « patriotisme renaissant », autrement dit du monarchisme maurrassien3, et célèbre les louanges du « maître », dont la parole réveille la « fierté » française et l’« orgueil patriotique »4. Cette collaboration à L’Avant-Garde de Normandie révèle sans doute, comme l’a souligné Claire Daudin, « l’entière dépendance idéologique et rhétorique de Bernanos à l’égard de L’Action française »5, même si une analyse plus nuancée permet d’entrevoir déjà les signes avant-coureurs d’une pensée indépendante6.

  • 7 « J’avais d’ailleurs cessé d’appartenir à l’Action française depuis 1920, ayant adressé, dès ce mom (...)

7La guerre et ses lendemains éloignent Bernanos de cet engagement militant. Marié et père de famille, il quitte le journalisme pour un emploi dans les assurances, qui garantit des ressources plus sûres. La rencontre de Dom Besse, puis de Robert Vallery-Radot, l’encourage dans la voie d’un approfondissement personnel de sa quête spirituelle. C’est dans la gestation de son roman Sous le soleil de Satan qu’il cherche une réponse à la crise morale de l’après-guerre, non dans le combat politique et idéologique. Il cesse d’appartenir à l’Action française en 1920, si l’on en croit ses propos des années trente, non démentis par Maurras7.

  • 8 Jacques Maritain, Carnet de notes, Desclée de Brouwer, 1965, p. 179.

8Mais l’achèvement, la publication et la réception de Sous le soleil de Satan, en 1926, replacent Bernanos au cœur de la sphère maurrassienne. S’ouvre alors une seconde phase d’adhésion. La véritable entrée de Bernanos dans le champ littéraire avec ce roman favorise, indiscutablement, la perception de Bernanos comme romancier de l’Action française. D’abord, le roman est accueilli par Henri Massis et Jacques Maritain dans la collection « Le Roseau d’Or », chez Plon. Massis et Maritain s’étaient rapprochés de la direction de La Revue universelle, conçue selon Maritain comme une « tribune pour les idées de l’Action française dans l’ordre politique », mais aussi comme une « tribune pour la pensée chrétienne »8. Les liens établis par Bernanos avec Massis dans les mois où il achève son roman ravivent ainsi le passé maurrassien, mais sur de nouvelles bases – comme en témoignent ces lignes d’une lettre à Massis :

  • 9 Combat pour la vérité, Correspondance inédite 1904-1934, Plon, 1971, p. 195.

« Mes dix-sept ans s’étaient donnés à Maurras, je veux dire à un ordre que je croyais total. Mais j’ai compris très tôt qu’on ne peut confondre l’adhésion de l’intelligence avec la foi – et je ne suis qu’un homme de foi. Vous m’avez permis de me compléter sans me renier – de boucler la boucle. »9

9Avec de telles amitiés, Bernanos entre dans un réseau qui paraît concilier convictions maurrassiennes et exigence chrétienne. Le maurrassisme n’est plus passionnel et militant : il s’accorde avec la quête inquiète du chrétien.

10Et par ailleurs, aussitôt paru, le roman est salué par Léon Daudet, qui signe deux articles très élogieux dans L’Action française des 7 et 26 avril 1926. Cet accueil n’est pas sans influence sur le succès de Sous le soleil de Satan. L’entrée fracassante de Bernanos dans le monde des lettres reçoit ainsi l’onction de la presse maurrassienne. C’est situer l’auteur dans un secteur bien précis du champ littéraire – même si cette situation institutionnelle doit plus au contexte qu’au texte même du roman, ce qui contient en germe de possibles malentendus : on y reviendra.

  • 10 Bernanos le rappellera dans Nous autres Français, après la rupture : « [M. Maurras] a été, il est, (...)

11Ce qui est certain, c’est que ce rapprochement entre Bernanos et les milieux maurrassiens précède de peu la condamnation de L’Action française par le Vatican, événement capital qui fournit au romancier l’occasion de sceller son alliance avec les victimes. À l’opposé de Maritain qui suit la voie inverse, il prend alors vigoureusement parti pour l’Action française, au nom même de l’idée qu’il se fait du catholicisme, incompatible selon lui avec tout ralliement à la République. L’épisode est connu. C’est un moment décisif dans la vie de Bernanos, une épreuve majeure dans le parcours de sa conscience : rompre avec l’Église, c’est en effet mettre son âme en péril10. Mais l’Action française est alors pour lui le rempart le plus sûr d’un catholicisme fidèle à son ancrage national et à son exigence d’absolu, contre le mouvement de dissolution de la France chrétienne dans le monde moderne. Le soutien vibrant qu’il donne à l’Action française alors en position de martyre témoigne de son sens du risque et de l’aventure – valeurs transcendantes à ses yeux.

  • 11 La Grande Peur des bien-pensants, EEC, I, p. 280.
  • 12 Ibid., p. 281.
  • 13 Ibid., p. 96.

12Dans les années qui suivent, il reste proche des mêmes milieux, publie des articles dans L’Action française, prononce à plusieurs reprises des conférences devant des étudiants du mouvement. Nul doute que l’adversité partagée du fait des circonstances ait fortement contribué à resserrer les liens, au risque de dissimuler les possibles divergences de fond. L’écrivain et orateur trouve dans la jeunesse de l’Action française son public naturel. C’est dans ce contexte qu’il travaille à La Grande Peur des bien-pensants, qui paraît en 1931. Cette biographie de Drumont, l’auteur de La France juive, est surtout un pamphlet qui dénonce le déclin de la nation tombée entre les mains de la bourgeoisie conservatrice dans les premières décennies de la IIIe République. Peut-on parler pour autant d’un texte maurrassien ? Pour l’essentiel, Bernanos remonte au temps d’avant l’Action française. Il évoque en passant la naissance du mouvement, quand l’Action française était « encore républicaine »11. Et lorsqu’il s’interroge sur l’avenir et sur les perspectives de redressement possibles, c’est hors de toute référence maurrassienne. À deux reprises, il esquisse un parallèle entre Drumont et Maurras, mais c’est pour opposer à la « sainte patience » et au long travail du second12 l’imagination fulgurante qu’il prête au premier. Maurras est loué pour sa « haute raison », sa « prodigieuse entreprise de redressement national, poursuivie sans trêve »13… Mais on voit bien que la préférence bernanosienne va à de tout autres qualités. Le risque et l’aventure, que la conjoncture a associés à l’Action française lors de la condamnation pontificale, ne sont pas structurellement liés à la lente courbe du maurrassisme dans la durée. Le temps bernanosien n’est pas le temps maurrassien. En ce sens, la rupture était inévitable.

13Reconnu comme écrivain avec sa stature propre, Bernanos peut en effet parler et écrire en toute liberté, et se dégager des réseaux idéologiques et culturels qu’il a côtoyés jusqu’alors – ce qui ne va pas sans violence…

La rupture : Bernanos contre l’Action française

14Cette rupture s’accomplit elle-même en deux étapes bien distinctes : d’abord la polémique de 1932 entre l’Action française et le Figaro de François Coty. Proche de Coty, Bernanos dénonce l’impuissance maurrassienne. Ensuite la réaction de Bernanos à l’attitude de Maurras au moment des Accords de Munich, et plus généralement face aux dictatures, en 1938-1939. Bernanos dénonce alors la trahison maurrassienne.

  • 14 Maurras, « Un adieu », L’Action française, 16 mai 1932 (article reproduit dans EEC, I, p. 1254).

15Bernanos se retourne d’abord contre l’Action française, en effet, à la suite de sa collaboration avec le Figaro de François Coty, en 1931-1932. Il a rejoint ce journal dans l’espoir de voir se former un nouveau pôle intellectuel en prise sur une action de redressement national à un moment où l’Action française lui semble ne plus être en mesure de jouer ce rôle. À l’occasion d’une polémique issue des élections de 1932, Bernanos prend parti pour Coty contre l’Action française. La réaction est rapide et très violente de la part de Maurras, de Léon Daudet, de Maurice Pujo. Maurras reproche à Bernanos d’avoir foulé au pied leur ancienne amitié pour avoir cédé à la tentation de l’or, auprès du milliardaire Coty. Il n’y a donc qu’à tourner la page : « Je vous dis adieu, Bernanos. »14 Les premières réponses de Bernanos sont plus nuancées : l’écrivain ne renie nullement les liens du passé, et rend encore hommage au « maître ».

  • 15 Bernanos, réponse à Maurras parue dans Le Figaro, 21 mai 1932 (EEC, I, p. 1255).

« Mon cher Maître,
L’idée d’entrer en polémique avec vous me paraît trop absurde pour que je m’y arrête même un instant. Quoi que vous puissiez dire ou faire, vous restez malgré vous bien au-dessus de nos querelles et de nos agitations quotidiennes, vous appartenez déjà tout vivant à l’histoire de mon pays. […] Qu’il me suffise de garder désormais, dans la citadelle de l’âme, avec le souvenir des morts, la leçon de grandeur dont vous avez enivré notre jeunesse, et que nous allons transmettre à nos fils. »15

16L’hommage, on le voit, est une forme d’enterrement : on ne saurait mieux dire que le maurrassisme, en tout état de cause, a fait son temps.

  • 16 Maurice Pujo, L’Action française, 18 et 19 novembre 1932 (articles reproduits dans EEC, I, p. 1286 (...)
  • 17 Léon Daudet, L’Action française, 14 décembre 1932 (EEC, I, p. 1302).
  • 18 Léon Daudet, lettre citée par Maurice Pujo, L’Action française, 19 novembre 1932 (EEC, I, p. 1289).
  • 19 Léon Daudet, L’Action française, 19 novembre 1932 (EEC, I, p. 1291).

17L’offensive de l’Action française va dès lors crescendo : Bernanos, surnommé le « Dandy de la mangeoire »16 ou le « suce-pieds grandiloquent »17, devient un « imposteur abject »18 sous la plume inventive de Léon Daudet, qui raille « Bernan-de-l’Os », ami de « Vallery de la Méduse » (autrement dit, Vallery-Radot)19… La polémique tourne à la « rixe », Bernanos le reconnaît. Mais l’intérêt de cette polémique, au-delà de l’outrance verbale qui est la loi du genre, est d’amener les deux camps à relire l’histoire de leurs relations. Bernanos analyse ainsi les causes de la rupture :

  • 20 Lettre à François Coty (novembre 1932) reproduite dans le Bulletin de la Société des Amis de George (...)

« L’A.F. est née d’un mouvement intellectuel, d’un grand effort de recherche et de redressement intellectuel. On l’a vue grandir, de 1905 à 1914, tant qu’elle est restée fidèle à ses origines. Elle a décru depuis que le despotisme de Maurras en a fait une petite église jalousement fermée à toutes les influences du dehors. Hé bien, ce mouvement de recherche et de redressement, mais élargi aux proportions des événements actuels, nous nous engageons à le reprendre dans le Figaro. »20

18Dans cette perspective, le choix actuel de Bernanos serait plus maurassien que celui de Maurras. Le Figaro poursuivrait la mission de l’Action française par d’autres moyens, sans l’Action française, parce que l’Action française a manqué son rendez-vous avec l’histoire (les « événements actuels »). Comment mener à bien l’objectif de restauration nationale sans prendre en compte la réalité de la situation présente ? C’est Bernanos, en somme, qui serait fidèle au maurrassisme, contre Maurras et les maurrassiens.

  • 21 Marie-Noële Harrault, « La rupture de Bernanos avec Maurras », Études bernanosiennes, no 10, La Rev (...)

19On peut se demander pourquoi Maurras a si vite prononcé l’exclusion, en disant solennellement « adieu » à Bernanos. Pour Marie-Noële Harrault, qui a étudié de près cette polémique21, Maurras et ses proches s’étaient rendu compte, avant même que Bernanos ne rejoigne Coty, que le romancier ne plaçait plus vraiment son espérance dans l’Action française. La Grande Peur des bien-pensants, dénonçant la « démission de la France », laissait entendre que l’Action française en est en partie responsable, pour n’avoir pas su atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés et restaurer la France chrétienne. Maurras a compris que Bernanos, en rejoignant le Figaro, cherche ailleurs qu’à ses côtés une relève efficace.

  • 22 Ibid., p. 203-204.

« En 1932, l’Action française a failli à sa mission. […] Bernanos s’était rapproché du mouvement en 1926-1927, ayant cru à ce moment-là à un nouvel essor possible sous la conduite des catholiques. Cet espoir déçu, il s’écartait de l’Action française, sans rompre ouvertement, car il était lié sinon par la discipline du moins par l’amitié. Maurras ne voulait que des croyants : une fidélité sentimentale ne le contentait pas. Il rompit l’équivoque. »22

  • 23 Ibid., p. 201.

20Autrement dit : « Maurras rejette – de jure – Bernanos, parce que celui-ci se détache – de facto – de l’Action française »23.

  • 24 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 596.
  • 25 Ibid., p. 595.
  • 26 Ibid., p. 598.

21Six ans plus tard, tout malentendu est définitivement dissipé à l’heure où l’Europe découvre le vrai visage du franquisme, du fascisme et du nazisme. Dans Les Grands Cimetières sous la lune, Bernanos a fait son choix avec éclat, et il le confirme dans ses essais suivants, Scandale de la vérité et Nous autres Français (1939). Fermer les yeux sur les massacres perpétrés en Espagne ou en Ethiopie, approuver la démission de Munich, ce serait le déshonneur pour un catholique français conscient de sa vocation. Maurras a suivi la voie inverse, celle de la bourgeoisie bien-pensante qui consent à l’ordre fasciste pour préserver ses intérêts. Et beaucoup d’esprits issus de l’Action française s’aviliront dans le fascisme ou la collaboration… C’est pour Bernanos l’aboutissement d’un mouvement logique : « Le courant de la pensée maurrassienne, poursuivant sa route à travers les couches profondes de la bourgeoisie conservatrice, a fini par l’orienter vers les dictatures. »24 L’Action française, en réalité complice de la bourgeoisie conservatrice, devait en venir à se retourner contre la « véritable tradition monarchique », contre la « tradition de la Chrétienté »25 qu’elle avait longtemps paru incarner. Telle est la « trahison du maurrassisme »26. C’est pour Bernanos la fin des illusions. Il avait adhéré à l’Action française dans sa jeunesse, dit-il, parce qu’il croyait à la mystique du « coup de force » ; or…

  • 27 Ibid., p. 592.

« Il n’y a pas eu de coup de force. Il n’y a eu que le coup de force de trouver chaque année plusieurs millions pour l’entretien paradoxal d’un parti qui, sorti voilà plus de trente ans des marécages de l’union bien-pensante, réduit aujourd’hui aux proportions d’un mince filet limoneux, s’efforce de rentrer dans les eaux mortes. »27

  • 28 Nous autres Français, EEC, I, p. 642.

22Monarchiste de conviction avant même de découvrir Maurras, Bernanos avait pu espérer que Maurras prolongerait et parachèverait les vertus politiques qu’il prêtait à Drumont, adversaire viscéral de la bourgeoisie possédante. Il s’est trompé : c’était un malentendu. Et c’est en relisant le Péguy de Notre jeunesse, dans Scandale de la vérité, qu’il peut faire tomber le masque : sous le monarchisme et le nationalisme intégral de l’Action française, il n’y a rien d’autre que la nostalgie de l’Ordre moral. C’est parce qu’il estime avoir été gravement trompé que Bernanos, dans Scandale de la vérité et Nous autres Français, consacre tant de pages à régler ses comptes avec Maurras, dont la pensée a servi d’« alibi », écrit-il, aux « conservateurs imbéciles » ainsi qu’aux « lâches »28.

23De l’adhésion au rejet, on pourrait considérer que l’évolution diachronique des relations entre Bernanos et l’Action française traduit un éloignement progressif qui tient au hasard des circonstances ou aux changements de l’histoire. De 1905 à 1939, au fond, Maurras et Bernanos n’ont-ils pas tous les deux changé ? Ne faut-il pas simplement constater que Bernanos est passé par une période maurrassienne relativement longue, avant la rupture de 1932 et la diatribe anti-maurrassienne des essais de 1939 ? Cette interprétation reste insuffisante. Il faut reconnaître au contraire qu’il y a, tout au long de la carrière littéraire et politique de Bernanos, un imaginaire et une pensée qui, résistant profondément à la pensée maurrassienne, se déploient à l’écart et au-delà des valeurs de l’Action française.

Le dépassement : Bernanos hors de l’Action française

24C’est d’abord le romancier Bernanos qui se dérobe à l’influence maurrassienne, quelle que soit la part prise par l’Action française au succès éditorial de ses livres. Si l’écrivain a été lié à l’Action française dans son parcours, comme on l’a vu, l’univers de ses romans n’a pas grand-chose à voir avec la pensée de Maurras. Bernanos ironise à ce sujet au cours de la polémique de 1932 :

  • 29 « De Luther à Gribouille », Le Figaro, 23 novembre 1932 (EEC, I, p. 1297).

« […] qui ne voit que le Soleil de Satan, L’Imposture, La Joie sont des ouvrages de stricte obédience maurrassienne ? Que dis-je, maurrassienne ! La seule image barbue de M. Pujo qui m’a jusqu’ici gardé du mal continuera d’assurer mon salut en ce monde et dans l’autre. Je dois tout, absolument tout, à M. Maurice Pujo. »29

  • 30 Nous autres Français, EEC, I, p. 646.

25Et il y revient dans Nous autres Français : « Il faudrait être ivre ou fou pour croire que des livres comme Sous le soleil de Satan, La Joie, L’Imposture, le Journal d’un curé de campagne ou la Nouvelle Histoire de Mouchette doivent quelque chose à l’auteur du Chemin de Paradis »30. Ces livres-là, c’est tout de même l’essentiel : voilà l’œuvre à laquelle Bernanos doit sa reconnaissance comme écrivain. C’est tout autre chose que L’Avant-Garde de Normandie ou les quelques conférence données aux étudiants d’Action française à la fin des années vingt… L’œuvre de Bernanos, en tant que telle, ne porte guère la marque de l’Action française, de fait. La veine satirique des romans remonte à Barbey d’Aurevilly ou à Drumont ; les milieux de province représentés doivent leurs modèles à Balzac et à Bloy ; le combat avec le Mal et la rencontre du Surnaturel, surtout, postulent une transcendance qui est étrangère au rationalisme maurrassien.

26C’est ce qui conduit à dégager, en dernière analyse, trois grands sujets de divergence entre Bernanos et l’Action française – sujets de divergence constants, tout au long de ces deux périodes qui auraient pu faire croire à un tournant radical avant et après la rupture. Ces trois thèmes, ce sont l’Histoire, le Peuple et Dieu.

  • 31 Voir sur ce point Jacques Chabot, Notice de Scandale de la vérité, EEC, I, p. 1501.
  • 32 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 587.

27L’Histoire, d’abord. Maurras et Bernanos se réclament tous deux de l’Ancien Régime. Mais le premier exalte l’ordre et la stabilité, la monarchie immuable, alors que le second est attaché aux valeurs féodales plus archaïques, chevaleresques, de l’héroïsme et de la sainteté. Ils ne se réfèrent donc pas aux mêmes strates de l’histoire de France31. Le véritable héritage de la tradition monarchique, en ce sens, n’appartient pas à Maurras : « Il n’y a pas d’homme au monde plus différent d’un homme d’Ancien Régime qu’un royaliste maurrassien, si facilement rallié aux dictatures », écrit Bernanos32. La « France de Chartres », pour lui, n’est pas le modèle passé d’un idéal réactionnaire. Elle inspire au monarchiste d’aujourd’hui l’élan, l’aventure, le dépassement de soi. Au contraire, le réalisme maurrassien se plie devant les fatalités de l’Histoire. Bernanos refuse ce réalisme qui conduit à l’immobilisme. C’est lui, Bernanos, le véritable antimoderne, comme dirait Antoine Compagnon, plus « moderne » par sa révolte et son imagination que le moderne Maurras adepte de la raison positiviste. Autrement dit encore : Bernanos est un romantique, ses romans le montrent assez, bien loin du classicisme maurrassien.

  • 33 Gaétan Picon, Bernanos. L’impatiente joie, éd. Robert Marin, 1948, rééd. Hachette, coll. « Coup dou (...)
  • 34 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 599.
  • 35 Ibid., p. 600.
  • 36 Le mot est de Jacques Chabot (Notice de Scandale de la vérité, EEC, I, p. 1499).

28Le Peuple, ensuite. Ni réactionnaire ni conservateur, comme l’avait bien montré Gaétan Picon dans son essai sur Bernanos paru en 1948, l’année de la mort du romancier, Bernanos dénonce comme Péguy le règne de l’Argent et l’oppression capitaliste des plus pauvres33. Par Drumont, il se rattache à l’esprit de la Commune, à la pensée de Proudhon et au syndicalisme anarchiste de la fin du XIXe siècle. L’ennemi, c’est Cavaignac ou Thiers. Et Bernanos voit volontiers dans les monarchistes de l’Action française qui se rallient aux dictatures à la fin des années trente de nouveaux Versaillais. Le maurrassisme s’est coupé du Peuple, alors que le monarchisme authentique repose sur l’alliance du roi et du peuple. Bernanos l’affirme clairement : « La part du monde ouvrier qui se soulève contre la moderne féodalité de l’argent est dans la tradition monarchique et M. Maurras est dehors. »34 Il regrette que le camp monarchiste n’ait pas su, dans les années trente, réconcilier la patrie « avec le monde ouvrier » « contre la bourgeoisie conservatrice et radicale »35. De ce point de vue, il y a bien une continuité de La Grande Peur aux Grands Cimetières et autres écrits de combat qui suivront : l’Action française s’est repliée sur un conservatisme de possédants, alors que Bernanos rêve d’une sorte de « chouannerie socialiste »36.

  • 37 Gaétan Picon, op. cit., p. 131.
  • 38 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 584.
  • 39 Nous autres Français, EEC, I, p. 655.

29Dieu, enfin, et surtout. Aux yeux du catholique Bernanos, la religion qui convient à l’Action française est un catholicisme de façade. Selon la formule de Gaétan Picon : « Pour Maurras, l’Église est justifiée par la monarchie. Pour Bernanos, la monarchie est justifiée par l’Église […]. »37 C’est la foi qui est première chez Bernanos. Or « la France maurrassienne est aussi creuse, aussi vide que son catholicisme sans Christ, son Ordre catholique sans la grâce »38. Ou encore : « L’esprit maurrassien est absolument dépourvu, dépouillé, destitué de toute charité, je veux dire de la charité du Christ. »39 Là se situe le point de divergence majeur, et qui a toujours existé : le croyant Bernanos, qui place sa vie entière sous le regard de Dieu, ne pouvait jamais rejoindre en vérité le maurrassisme agnostique.

  • 40 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 583.

« N’est-il pas énorme d’entendre M. Maurras parler au nom de la tradition française, alors qu’il est volontairement étranger à la part la plus précieuse pour nous de notre héritage national, la tradition chrétienne française, la chrétienté française ? »40 (SV, I, 583).

30Quand il célèbre le premier roman de Céline, en 1932, Bernanos règle encore ses comptes avec Maurras :

  • 41 « Au bout de la nuit », Le Figaro, 13 décembre 1932 (EEC, I, p. 1302).

« Le bout de la nuit, c’est la douce pitié de Dieu, cette douce pitié de Dieu à laquelle je m’étais permis de renvoyer un jour M. Maurras, et dont le seul nom l’a fait – du diable si je sais pourquoi ! – siffler et grincer comme un rat pris sous une poutre – la douce pitié de Dieu – c’est-à-dire la profonde – la profonde – la profonde Éternité. »41

  • 42 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 581.
  • 43 Combat pour la vérité, op. cit., p. 279.
  • 44 Selon le mot de Bernanos (Nous autres Français, EEC, I, p. 649).
  • 45 Joseph Jurt, art. cité, p. 225.

31Maurras reste totalement étranger à l’univers bernanosien en ce qu’il est « absolument étranger à toute vie intérieure surnaturelle »42. Dans une lettre à Massis de 1926, Bernanos dit avoir espéré que la crise avec Rome fût « le point de départ d’un renouveau spirituel dont l’A. F. avait bien besoin, car elle manque déplorablement de vie intérieure »43. Or cette vie intérieure ouverte sur le surnaturel, c’est précisément ce qui fait la singularité de l’œuvre romanesque de Bernanos. Sur ce foyer obscur de l’être, l’intelligence de Maurras « le Penseur »44 est sans prise. Il y a bel et bien « incompatibilité entre le prophète Bernanos et le positiviste Maurras »45, incompatibilité ancienne, profonde, constante. Si Bernanos, à la surface du champ littéraire, n’a pu qu’être associé aux cercles de l’Action française – on a vu pourquoi –, il arrive que l’effet de champ crée des illusions d’optique : car au cœur de l’œuvre, précisément, cette parenté s’efface : la qualité littéraire du texte tient au battement d’une vie spirituelle qui se situe à mille lieues de la pensée du « Maître ».

 

  • 46 Marc Angenot, La Parole pamphlétaire, Payot, 1982, p. 362-363.

32En résumé, on peut considérer que les liens de Bernanos avec l’Action française, bien réels avant et après la Première Guerre mondiale, ont assurément laissé des traces visibles jusque dans les retournements polémiques par lesquels l’auteur s’est efforcé de s’en libérer. C’est dans une large mesure en se confrontant à la figure de Maurras et aux positions de l’Action française que Bernanos s’est formé et s’est défini, bref qu’il est devenu lui-même. Ce poids du maurrassisme dans sa vie, alors même que ce courant de pensée ne correspondait que très imparfaitement à ses convictions catholiques, en dit long sur le pouvoir d’attraction et de rayonnement de l’Action française dans la jeunesse d’avant 1914 et dans les milieux intellectuels du premier tiers du XXe siècle. Les ambiguïtés originelles du mouvement étaient telles que tout jeune monarchiste, dans les années 1900, devait y trouver son compte. Mais dès lors que le romancier Bernanos s’affirme, sa différence s’impose, loin de Maurras ou contre Maurras : romantique et non réaliste ; croyant et non rationaliste ; mystique impénitent, à la suite de Péguy, opposé à la mutation politique de l’Action française ; révolté, indigné enfin par le danger fasciste, sur lequel beaucoup de maurrassiens furent aveugles – quand ils n’en furent pas les complices. Bernanos ne peut donc être considéré comme un « écrivain de l’Action française ». Il a moins de raisons encore de figurer sous la rubrique « Maurrassiens et fascistes », comme on le voit dans un grand ouvrage critique46. Mais il est des malentendus féconds. Et le maurrassisme, à cet égard, aura sans doute servi à Bernanos d’illusion formatrice.

Notes

1 Nous autres Français, Essais et écrits de combat, désormais noté EEC, textes présentés et annotés par Yves Bridel, Jacques Chabot et Joseph Jurt, sous la direction de Michel Estève, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. I, 1971, p. 646.

2 René Rémond, La Droite en France, Aubier-Montaigne, 1968, p. 188.

3 « Une lettre de Paul Bourget », L’Avant-Garde de Normandie, no 237, 28 décembre 1913 (EEC, I, p. 962).

4 « La jeunesse française autour de Maurras », L’Avant-Garde de Normandie, no 229, 2 novembre 1913 (EEC, I, p. 939-940).

5 Claire Daudin, « Bernanos journaliste », Europe, no 789-790, 1995, p. 56.

6 Joseph Jurt observe par exemple la présence déjà remarquable, dans ces textes, d’une « critique de l’idéalisme » et d’une « sympathie pour le pauvre » par lesquelles Bernanos se dégage de la doxa maurrassienne (compte rendu de la thèse de Horst Sing, Georges Bernanos und Frankreich. Zur Politik der Bernanosschen Polemik, Carnet critique des Études bernanosiennes, no 10, La Revue des Lettres modernes, 1969, p. 223-224).

7 « J’avais d’ailleurs cessé d’appartenir à l’Action française depuis 1920, ayant adressé, dès ce moment, à M. Maurras, une lettre de démission, approuvée, pour ne pas dire inspirée, par le R. P. Dom Besse. » (Nous autres Français, EEC, I, p. 646).

8 Jacques Maritain, Carnet de notes, Desclée de Brouwer, 1965, p. 179.

9 Combat pour la vérité, Correspondance inédite 1904-1934, Plon, 1971, p. 195.

10 Bernanos le rappellera dans Nous autres Français, après la rupture : « [M. Maurras] a été, il est, il sera, en ce monde et dans l’autre, l’homme pour qui nous nous sommes vus privés des sacrements, menacés d’une agonie sans prêtre. » (EEC, I, p. 647).

11 La Grande Peur des bien-pensants, EEC, I, p. 280.

12 Ibid., p. 281.

13 Ibid., p. 96.

14 Maurras, « Un adieu », L’Action française, 16 mai 1932 (article reproduit dans EEC, I, p. 1254).

15 Bernanos, réponse à Maurras parue dans Le Figaro, 21 mai 1932 (EEC, I, p. 1255).

16 Maurice Pujo, L’Action française, 18 et 19 novembre 1932 (articles reproduits dans EEC, I, p. 1286 et 1289), etc.

17 Léon Daudet, L’Action française, 14 décembre 1932 (EEC, I, p. 1302).

18 Léon Daudet, lettre citée par Maurice Pujo, L’Action française, 19 novembre 1932 (EEC, I, p. 1289).

19 Léon Daudet, L’Action française, 19 novembre 1932 (EEC, I, p. 1291).

20 Lettre à François Coty (novembre 1932) reproduite dans le Bulletin de la Société des Amis de Georges Bernanos, no 17-20, p. 67.

21 Marie-Noële Harrault, « La rupture de Bernanos avec Maurras », Études bernanosiennes, no 10, La Revue des Lettres modernes, 1969, p. 189-207.

22 Ibid., p. 203-204.

23 Ibid., p. 201.

24 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 596.

25 Ibid., p. 595.

26 Ibid., p. 598.

27 Ibid., p. 592.

28 Nous autres Français, EEC, I, p. 642.

29 « De Luther à Gribouille », Le Figaro, 23 novembre 1932 (EEC, I, p. 1297).

30 Nous autres Français, EEC, I, p. 646.

31 Voir sur ce point Jacques Chabot, Notice de Scandale de la vérité, EEC, I, p. 1501.

32 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 587.

33 Gaétan Picon, Bernanos. L’impatiente joie, éd. Robert Marin, 1948, rééd. Hachette, coll. « Coup double », 1997. Le chapitre « Situation de Bernanos », surtout, montre à quel point les idées sociales, politiques et religieuses de Bernanos sont éloignées de celles de Maurras (p. 123-149).

34 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 599.

35 Ibid., p. 600.

36 Le mot est de Jacques Chabot (Notice de Scandale de la vérité, EEC, I, p. 1499).

37 Gaétan Picon, op. cit., p. 131.

38 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 584.

39 Nous autres Français, EEC, I, p. 655.

40 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 583.

41 « Au bout de la nuit », Le Figaro, 13 décembre 1932 (EEC, I, p. 1302).

42 Scandale de la vérité, EEC, I, p. 581.

43 Combat pour la vérité, op. cit., p. 279.

44 Selon le mot de Bernanos (Nous autres Français, EEC, I, p. 649).

45 Joseph Jurt, art. cité, p. 225.

46 Marc Angenot, La Parole pamphlétaire, Payot, 1982, p. 362-363.

Auteur

Maître de conférences de littérature française à l’Université Paris-Sorbonne, Denis Labouret est spécialiste de l’œuvre de Jean Giono, à laquelle il a consacré sa thèse de doctorat et de nombreuses publications (« Les Grands Chemins » ou les Détours du temps, Belin, 2000). Ses recherches portent plus largement sur le roman français du XXe siècle (Bernanos, Gary, Gracq…), le genre de l’essai et la littérature polémique aux XIXe et XXe siècles (Vallès, Bloy, Péguy…). Auteur d’éditions critiques de Jules Vallès (Les Victimes du Livre. Écrits sur la littérature, La Chasse au Snark, 2001), auteur d’ouvrages pédagogiques et directeur de collection aux éditions Bordas (Français. Méthodes et pratiques, 2011), il codirige à Paris-Sorbonne un séminaire consacré au statut de l’écrivain catholique au XXe siècle.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540