Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

La Jeune Droite, le maurrassisme et la littérature

The Jeune Droite, Maurrasism and literature

Olivier Dard

Résumé

Un marqueur essentiel de la Jeune Droite renvoie à son empreinte maurrassienne : beaucoup de figures de la Jeune Droite des années trente sont passées par l’Action française et quelques-unes y sont restés. Celles qui s’en sont éloigné ne sont cependant pas devenues des dissidents éruptifs au point qu’en 1956 Gilbert Ganne, dans une célèbre enquête parue dans Arts a pu leur donner la parole sous l’étiquette de « jeunes maurrassiens » : le lecteur croise alors Thierry Maulnier, Jean de Fabrègues, Jacques Laurent, Claude Roy (le seul à s’en être complètement détaché), René Vincent, Kléber Haedens ou Louis Salleron. On aurait pu leur ajouter Maurice Blanchot, Jean-François Gravier ou François Sentein. Dans cette contribution, il s’agit de questionner le rapport des revues de la Jeune Droite et de ses productions sur la littérature aux canons esthétiques du maurrassisme définis par Maurras lui-même, mais aussi par Henri Massis, éveilleur essentiel. Est analysée en particulier la relation entre esthétique, politique et maurrassisme. Après un examen de la place de Maurras (envisagée sous l’angle de la littérature) dans les publications de la Jeune Droite, ses héritages et ses positionnements sont analysés, notamment quant au catholicisme et à La Nouvelle Revue française. Enfin, l’étude de la revue Combat permet de voir ce qu’est pour la Jeune Droite la critique littéraire, quels sont ses goûts et ses rejets en la matière et de les confronter aux canons esthétiques maurrassiens.

One central feature of Jeune Droite is its indebtedness to Maurras. In the 1930s, many leading figures of Jeune Droite were former Action Française sympathizers and some remained members of AF afterwards. Those who took their distance from AF did not irrevocably break away from it, quite the contrary: in 1956, when Gilbert Ganne published his celebrated inquiry in Arts, he dubbed them “young Maurrassians”. Among that group, one notes the presence of Thierry Maulnier, Jean de Fabrègues, Jacques Laurent, Claude Roy (the only one who completely broke free from AF), René Vincent, Kléber Haedens or Louis Salleron. To them could have been added Maurice Blanchot, Jean-François Gravier or François Sentein. In this chapter, what is under study is the relation between the Jeune Droite journals and literary works and the aesthetic principles defined by Maurras and also by Henri Massis, who acted as a crucial pathbreaker. What is specifically analyzed is the relation between aesthetics, politics and Maurrassism. The place of Maurras in Jeune Droite publications is assessed, and so are his legacy and his positions, especially concerning Catholicism and the Nouvelle Revue française. A survey of the journal Combat finally gives a glimpse of what literary criticism means for Jeune Droite, what are the tastes and dislikes of that group, which allows an assessment of its conformity with Maurrassian aesthetic principles.

Texte intégral

  • 1 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1943). Une révolution conservatrice à (...)

1La Jeune Droite des années trente a fait chez les historiens l’objet d’une série de travaux centrés sur des figures (Jean de Fabrègues, Jean-Pierre Maxence, Thierry Maulnier, sans oublier Robert Brasillach) mais seul Nicolas Kessler s’est employé à dresser un tableau d’ensemble1.

  • 2 On trouve des éléments sur les relations entre esthétique et maurrassisme (art, musique, débat cla (...)
  • 3 Voir le numéro de la Revue d’histoire littéraire de la France, volume 105, 2005/3, en particulier (...)

2Un autre marqueur essentiel de cette Jeune Droite tient à son empreinte maurrassienne : beaucoup de figures de la Jeune Droite des années trente sont passées par l’Action française et quelques-uns y sont restés. En 1956, Gilbert Ganne, dans une célèbre enquête parue dans Arts a pu leur donner la parole sous l’étiquette de « jeunes maurrassiens » : le lecteur croise alors Maulnier, Fabrègues, Jacques Laurent, Claude Roy (le seul à s’en être complètement éloigné), René Vincent, Kléber Haedens ou Louis Salleron. On aurait pu leur ajouter Maurice Blanchot, Jean-François Gravier ou François Sentein. À travers ses publications, la Jeune Droite aborde nombre de domaines, et en particulier la littérature. Dans cette contribution, il s’agit de questionner le rapport des revues de la Jeune Droite et de ses productions sur la littérature aux canons esthétiques du maurrassisme2 définis par Maurras lui-même, mais aussi par Henri Massis, éveilleur essentiel. Les spécialistes de littérature ont déjà travaillé sur la « critique de droite », en particulier sur les figures de Maurice Blanchot et de Robert Brasillach3. Avec une approche historienne, nous nous emploierons à analyser la relation de la Jeune Droite à l’esthétique et au politique sur fond de maurrassisme. Esthétique et politique sont-elles liées ? Ou convient-il de distinguer un maurrassisme politique et un maurrassisme esthétique ?

3Après avoir examiné la place que tient, pour la Jeune Droite des années 1930, Maurras comme auteur et critique littéraire, il convient d’analyser ensuite dans les publications de ce courant ses héritages et ses positionnements, notamment par rapport au catholicisme et à La Nouvelle Revue française ; enfin l’étude de la revue Combat permettra de voir ce qu’est, pour la Jeune Droite la critique littéraire, quels sont ses goûts et rejets en la matière et de les confronter aux canons esthétiques maurassiens.

Absence et présence de Maurras

  • 4 On songe ici à la Revue du Siècle, la Revue du XXe siècle et à Combat. Ce mensuel qui paraît de 19 (...)
  • 5 Nous nous appuyons ici sur le troisième volume de la thèse dactylographiée soutenue en 1998 à l’un (...)
  • 6 « Wagner et nous », Revue du Siècle, juillet-août 1933.

4La lecture des sommaires des revues de la Jeune Droite4 conduit à un constat confirmé par l’inventaire des collaborations déjà dressé par Nicolas Kessler : Maurras est absent comme auteur5 : il ne donne aucun article à ces publications et ne répond même pas aux « enquêtes » qu’elles suscitent. Jacques Bainville, autre figure majeure du maurrassisme, est également absent des sommaires et Léon Daudet ne publie qu’un seul article dans la Revue du Siècle6. On pourrait s’attendre à une plus grande présence d’Henri Massis, le « grand frère » de cette Jeune Droite ; mais celui-ci donne seulement deux articles, autant que Jean Paulhan !

5L’absence de Maurras et plus largement des figures tutélaires de l’Action française parmi les auteurs des sommaires ne signifie pas qu’ils soient absents des contenus. Encore faut-il préciser dans quelles proportions et selon quelles perspectives. Une recension de la Troisième République parue dans la Revue du XXe siècle fixe bien les choses. Le texte est moins un compte rendu qu’un hommage à Bainville et plus largement aux doctrinaires de l’Action française :

  • 7 Georges Verdeil, « La Troisième République de Jacques Bainville », Revue du XXe siècle, mai-juin 1 (...)

« Nous sommes fiers de saluer en M. Jacques Bainville un de nos maîtres et nous ne pouvons séparer son nom de ceux de Maurras et de Gaxotte. Certains bons esprits qui se soucient d’orienter les égarés, déploraient récemment que notre équipe ne secouât pas assez le joug de ces maîtres et alléguaient que notre position serait bien plus raisonnable si nous voulions les abandonner. Trahirions-nous donc ceux à qui nous devons tant ? Nous savons bien certes que leur influence, si profonde qu’elle ait été sur nous, peut être utilement complétée par d’autres, celles d’un Péguy ou d’un Alain par exemple. Mais sans eux, nous serions encore dans les nuées. Nous sommes arrivés à des conclusions qui ne heurtent ni notre intelligence ni notre cœur ; on ne nous fera pas dire qu’ils n’y sont pour rien7

6« Influence » écrit Georges Verdeil, mais de quelle nature ? La lecture d’un article collectif publié dans Combat et intitulé « Pour le jubilé littéraire de Charles Maurras » est éclairante : les mots littérature ou poésie n’y figurent pas. Certes, la présentation de l’œuvre inclut sa partie littéraire puisque le texte évoque une « somme immense dont il serait vain de vouloir distraire quelque part » mais il paraît bien que ce n’est pas à celle-ci que pense principalement la rédaction de la revue. L’hommage au « maître rigoureux » n’en est pas moins profond :

  • 8 « Pour le jubilé littéraire de M. Charles Maurras », Combat, no 4, avril 1936, p. 62.

« En redécouvrant les lois du réel, en affirmant la nécessaire subordination de l’intelligence à ce réel, en démontrant comment aussi bien dans les sociétés que dans l’ordre de la pensée, le particulier devait s’ordonner au général et comment seule cette nécessaire discipline pouvait conférer à ce que la nature a fait éphémère la dignité de la durée, l’œuvre de M. Charles Maurras nous a sevrés des Nuées. Nous lui devons ce précieux bienfait d’avoir vu le jour alors que le redressement des esprits était déjà presque accompli, un ordre valable élaboré8

  • 9 La liste des occurrences serait fastidieuse. On renverra cependant à Jean de Fabrègues, « Notes su (...)
  • 10 Combat, no 17, juillet 1937.
  • 11 René Vincent, « La “Politique Naturelle” de M. Charles Maurras », Combat, no 17, juillet 1937.

7De fait, c’est autour de la question de l’ordre, un des thèmes majeurs de la Jeune Droite, qu’est cité Maurras, considéré d’abord comme une référence politique9. Pour suivre encore la trace de celui-ci, on peut ajouter les recensions proposées de ses ouvrages. Sous le titre « L’œuvre civique de M. Charles Maurras », Jean Hébert analyse La dentelle du rempart ; il souligne l’importance de « l’œuvre politique » de Maurras, qu’il définit comme un « commentaire de l’évènement » fondé sur « l’idée » qu’« à travers l’instant, c’est l’éternel qui y est inclus qu’il cherche à atteindre10 ». On retrouve une même admiration chez René Vincent dans la conclusion de son analyse de Mes idées politiques : l’accent est mis sur l’importance de « la Politique naturelle », qualifié de « noble et beau texte » qui « rétablit dans son exacte perspective l’ordonnance d’une pensée réaliste dont le développement mène aux sommets de la pensée. Mais à des sommets stables, auxquels on accède par la terre ferme, par des sentiers sûrs11. » Faudrait-il considérer après ce constat abrupt que la Jeune Droite est silencieuse sur l’œuvre littéraire de Maurras ? Ce serait excessif ; mais les occurrences en la matière sont peu nombreuses.

  • 12 « Réalité du Nationalisme », Combat, no 25, mai 1938.
  • 13 Charles Mauban, « La poésie est en prison », Combat, no 10, décembre 1936. Mauban cite Paul Valéry (...)

8Il est instructif de voir comment Maurras est d’abord désigné. Charles Mauban, lorsqu’il évoque « les trois grandes œuvres du nationalisme français » (il entend par là Péguy, Barrès et Maurras) qualifie respectivement ceux-ci de « saint, poète et héros de la France à reconstruire12 ». On notera cependant que Mauban inscrit Maurras dans « la famille Mallarmé » et lui réserve une place de choix : « Si, après Mallarmé et M. Paul Valéry, ce courant littéraire parvient à se survivre, ce sera par le paradoxe heureux qui fait que cette poésie, issue du plus symboliste des symbolistes, mais devenue racinienne par l’harmonie et l’écriture, rejoint une autre tradition. Elle rejoint notamment la grande œuvre classique, plus nourrie de passions humaines, plus chaude, plus vive, plus directe, de M. Charles Maurras13 ».

  • 14 Claude Orland, « Avons-nous une critique littéraire ? », Combat, no 16, juin 1937.
  • 15 Claude Roy, « Contre une certaine critique… », Combat, no 35, mai 1939.

9Claude Orland (Claude Roy) place Maurras aux côtés de Mauriac, Gide, Giraudoux, Valéry et il le range parmi les grands écrivains qui font de la critique littéraire : ses « recueils critiques » le « livrent tout entier14 ». Le même Claude Roy le met aussi en regard de Paulhan par un jeu de citations qui ouvre un article intitulé « Contre une certaine critique… » ; mais ce texte se réfère surtout à Paulhan, et rend hommage à La Nouvelle Revue française et aux Cahiers du Sud15.

10C’est chez René Vincent que l’on trouve la réflexion la plus approfondie sur Maurras qui est désigné comme « contemporain capital », au « talent littéraire très grand ». Vincent insiste sur l’unité d’un homme : « Le poète, l’écrivain, le politique dans des activités si différentes restent unis dans une absolue communion qui est très rare et dont seul avant lui, sans doute, Maurice Barrès nous avait offert l’exemple. » René Vincent propose alors une présentation de Maurras qui en est une définition :

  • 16 « Croquis pour un portait de M. Charles Maurras », Combat, ns 27, juillet 1938.

« En analysant le caractère commun que présentent ses essais littéraires, son œuvre poétique et ses essais politiques comme son activité publique, on découvre que la vie et la pensée de M. Charles Maurras sont tout entières dominées par une immense passion de l’ordre. Le classicisme de sa poésie, comme sa réaction contre le romantisme, comme ses conclusions politiques sont essentiellement une revendication pour l’ordre. L’Art, comme la Politique – le gouvernement de la Cité – sont par nature la pratique d’un ordre16

11Ce qui est indissociable chez Maurras l’est-il pour ses jeunes disciples déjà plus ou moins émancipés ? Maurras est-il pour eux un modèle en matière esthétique ou comme critique littéraire ? Tenter d’y répondre impose de voir ce qui ressort de la critique littéraire des revues de la Jeune Droite.

Héritages et positionnements

12Les revues de la Jeune Droite des années trente ne sauraient être considérées comme des revues littéraires à part entière ; mais les analyses qu’elles livrent des œuvres et des débats sur la littérature et le catholicisme, le regard qu’elles portent sur La NRF retiendront prioritairement ici l’attention.

La Jeune Droite, la littérature et le catholicisme

  • 17 Voir en particulier Véronique Chavagnac, « Les écrivains catholiques et l’esprit des années vingt  (...)
  • 18 Véronique Chavagnac, « Les écrivains catholiques… », op. cit., p. 48-49.
  • 19 Revue du Siècle, no 8, décembre 1933, p. 104 et suiv.
  • 20 Combat, no 26, juin 1938.
  • 21 « Un artisanat familial : la firme Mauriac », Combat, no 29, novembre 1938.

13Le catholicisme est sans doute le marqueur majeur de la Jeune Droite de la fin des années vingt et du début des années trente : on songe ici aux frères Godmé ou à Jean de Fabrègues et à des revues comme les Cahiers ou la Revue du Siècle. Le dossier est connu17 ; on se contentera de rappeler que ces jeunes gens, lecteurs du « Roseau d’or » derrière Henri Massis, ont participé de leur côté à nombre de réflexions sur ce que devrait être un écrivain catholique. Véronique Chavagnac évoque « le ralliement progressif au “spirituel d’abord” d’une Jeune Droite catholique qui fait éclater le carcan maurrassien à la fin de la décennie » et souligne l’importance des années vingt qui « représentent la prise de conscience de la subsidiarité du politique18 ». Au début des années trente, si parmi les écrivains catholiques Bernanos est une figure montante et appréciée de la Jeune Droite catholique, c’est sans doute François Mauriac qui constitue une référence majeure. Ainsi, la Revue du siècle organise un grand dîner en son honneur en 193319 et les références à la littérature catholique sont nombreuses et positives dans la Revue du Siècle comme dans la Revue du XXe siècle. Il en va différemment dans Combat. On peut y voir un marqueur de la politisation des années trente. La chose est certaine mais se conjugue avec une déception marquée pour de jeunes aînés. François Mauriac en est le symbole. Il serait trop simple d’expliquer le revirement de ses anciens admirateurs par des prises de position différentes, notamment sur la guerre d’Espagne : il n’en est d’ailleurs pas question dans les jugements qui sont portés et Bernanos reste une figure appréciée en dépit des Grands cimetières sous la lune : la recension qui en est proposée par Vincent entend dissocier le contenu du livre de « l’exploitation » qui en est faite. Plus encore, si Vincent reproche à Bernanos de donner trop de prise à ses « rancunes personnelles » et à une « vaine rhétorique », il souligne que « maintes protestations des Grands cimetières sous la lune contre un monde de lâcheté et de bassesse, contre les démissions et les compromissions de milieux conservateurs assez aveugles pour n’avoir en face de la décomposition de la société que la réaction de la conservation, nous sont très sympathiques. » Ce qui est en cause dans le livre de Bernanos, c’est son statut d’« écrivain catholique » dont le lecteur serait en droit d’attendre « une explication moins sommaire du monde que sa division – inspirée d’une sorte de nietzschéisme à usage personnel – entre les imbéciles et les autres. » En somme, pour Vincent, les Grands cimetières sous la lune « participent comme la littérature de M. Céline, à un regrettable complexe d’infériorité devant les événements et ne nous enseignent qu’à désespérer20 ». Les reproches faits à Mauriac sont d’une autre nature. Le chroniqueur de Combat déplore qu’il soit devenu un entrepreneur littéraire21. Vincent met aussi en cause la qualité de ses écrits et éreinte Les chemins de la mer, comparant son « optique » à celle de la comtesse de Ségur :

  • 22 Combat, no 32, février 1939.

« Le nouveau roman de M. François Mauriac n’ajoutera sans doute rien à sa gloire. S’il reste même quelque souvenir de ce livre essentiellement fade, il est probable que les personnages s’en confondront, dans notre mémoire avec les héros d’un plus grand relief de quelques-uns de ses précédents romans22. »

  • 23 Jean-Sébastien Morel, « En relisant Paul Bourget », Combat, no 35, mai 1939.
  • 24 René Vincent, « Le poète et le Saint », Combat, no 25, mai 1938.

14La déception vis-à-vis des jeunes aînés ne conduit pas à renouer avec des figures longtemps mises au premier plan à droite. Paul Bourget fait ainsi l’objet d’une relecture particulièrement négative à la veille de la guerre et le cinquantième anniversaire du Disciple passe inaperçu. Le rédacteur de Combat interroge : « Serait-il sacrilège d’examiner d’un point de vue purement politique, l’œuvre critique et romanesque de l’auteur […] et de se demander dans quelle mesure, un nationaliste peut encore penser en 1939, que “si l’on sent que la politique est une science, qu’elle se soutient et se nourrit de raisons, il faut faire état des formules de M. Paul Bourget”. » Le jugement porté sur ce dernier est décapant : « il fournit des arguments contre le nationalisme qu’il fonde sur ce traditionalisme mal conçu et sur une vague idée de race qui en France ne signifie rien. » Et le rédacteur de conclure : « Paul Bourget n’est plus beaucoup lu aujourd’hui : on ne saurait trop s’en féliciter. Il est de ceux qui ont le plus contribué à creuser un fossé entre la nation et les masses ouvrières23.» Quels sont donc les écrivains catholiques susceptibles d’être considérés comme des références de premier ordre, que ce soit sur le plan littéraire ou par leur démarche ? On retiendra l’intérêt porté à Claudel : Un poète regarde la Croix fait l’objet d’un éloge nourri : « S’il n’est pas absolument sans précédent, si des efforts trop rares ont été tentés par des écrivains catholiques pour mettre leur talent et leur art au service de leur foi, on ne connaît aucun de ces essais – sinon peut-être une ou deux œuvres de Léon Bloy – qui ait atteint à une si véridique puissance. » La célébration de Claudel est d’autant plus instructive qu’il est mis en regard de Mauriac dont est dénoncée « l’incurable déformation romancière » qui « assignait […] au seul écrivain actuel qui ait parfois ambitionné de décrire le mystère religieux les limites assez étroites de son fade Jeudi Saint ou la contrainte de sa Vie de Jésus24 ».

La Jeune Droite et La NRF

  • 25 Pierre Tisserand, « Lettre d’un vieil universitaire de province à M. Paulhan, directeur de la “Nou (...)

15On ne reviendra pas sur l’opposition des maurrassiens à La NRF. Au sein de la Jeune Droite des années trente, cette opposition est d’abord politique. C’est le philosoviétisme qui est pointé du doigt dans une « Lettre ouverte » à Jean Paulhan. Son auteur, après avoir rendu hommage à l’importance de La NRF malgré les désaccords qu’il peut avoir à sa lecture s’en prend ensuite vivement, citations à l’appui, à son numéro de décembre 1936 où est abordée la question du stakhanovisme : « Les textes que je viens de recopier se dispensent de tout commentaire. On peut sûrement manifester l’intérêt qu’on porte à un peuple et à son activité d’autre manière qu’en louant chez lui ce qu’on abhorrait au nom de la civilisation dans la barbarie américaine. S’extasier ici est une preuve qu’on n’estime point son lecteur25. » La réaction de Paulhan ne se fait pas attendre : le mois suivant, il justifie le choix de ses textes au nom de l’importance qu’il accorde au stakhanovisme ; usant d’un balancement qui lui est familier, il fait à son détracteur une réponse politique qui vise aussi à définir La NRF et son positionnement :

  • 26 « Une lettre de M. Jean Paulhan à l’Universitaire de Province », Combat, no 3, mars 1936.

« […] La Nouvelle Revue française, depuis qu’elle existe, a régulièrement paru réactionnaire aux hommes de gauche mais révolutionnaire aux hommes de droite. Mais elle constamment été suspecte aux royalistes, mais aussi aux communistes ; aux néo-classiques, mais aux néo-romantiques26

16La question du communisme rebondit quelques mois plus tard lorsque Combat rend compte des Nouvelles pages de Journal de Gide. Vincent dénonce longuement « l’abdication » et le « reniement » de l’esprit critique du romancier et résume à sa façon sa relation que celui-ci entretient avec le communisme : « M. Gide ne sert la cause qu’il défend que par la caution de son nom et “André Gide” est devenu une enseigne pour la boutique communiste… » René Vincent y livre aussi un avis sur un adversaire qu’il ne reconnaît plus :

  • 27 René Vincent, « Libérez André Gide ! », Combat, no 8, octobre 1936. On signalera qu’on ne trouve n (...)

« Si ces Nouvelles pages de Journal étaient seulement le testament d’un suicidé, on abandonnerait M. Gide comme un mort. Mais on n’a pu ne pas être frappé par ces lueurs vite éteintes, par ces éclairs retenus qui y témoignent encore d’un homme toujours vivant mais emmuré. On n’a pas pu ne pas y reconnaître non plus la marque personnelle de l’écrivain que, jadis, on estimait sans l’aimer. On ne se résigne pas, sans regret, à ce qu’un tel adversaire se réduise ainsi, de lui-même. On ne se résigne pas à ce que le tentateur des Nourritures devienne seulement le vil partisan des nouvelles pages de journal. Mieux vaudrait sans doute qu’il fût prisonnier dans quelque camp de concentration […] tandis qu’il est aujourd’hui le prisonnier d’un parti, le prisonnier – qui doit faire taire ses révoltes – d’une adhésion donnée. Faudra-t-il organiser des meetings à Paris pour la libération d’André Gide27 ? »

  • 28 Kléber Haedens, « Romans et romanciers », Combat, no 24, avril 1938. On remarquera que ce terme de (...)
  • 29 Dans sa correspondance avec Paulhan, Marcel Arland évoque aussi Kléber Haedens dont il analyse le (...)

17En fait, La NRF est continûment lue par la Jeune Droite qui réagit et commente sa production (ce qui n’est pas le cas de celle de la Revue universelle). Deux exemples peuvent être cités. Le premier renvoie à Albert Thibaudet et à ses Réflexions sur le roman analysées par Kléber Haedens. Le jeune chroniqueur de Combat rend hommage à cette figure de La NRF décédée deux ans plus tôt : « C’est un ouvrage plein d’idées intéressantes, parfois à peine indiquées et qui semblent jetées en toute hâte au courant de la plume. On le lit presque toujours avec plaisir et de temps à autre avec un peu de lassitude, car il arrive à Albert Thibaudet de refaire avec allégresse des chemins déjà parcourus. Mais il est impossible de ne pas être séduit par cette intelligence sans cesse éveillée, cette langue libre et savoureuse, ce vagabondage plein d’imprévus. Et c’est sans doute dans ce recueil de réflexions et ceux qui vont venir qu’on devra chercher désormais le meilleur de la critique d’Albert Thibaudet. » Certes, Thibaudet « donne à maintes reprises l’impression de tourner en rond » mais « il n’en reste pas moins que ce recueil est l’un des plus importants qui aient été écrits sur la question qu’il traite28 ». La conclusion de l’article est marquée par une autre référence à La NRF puisqu’elle s’appuie sur une citation d’une lettre que lui a adressée Marcel Arland29.

  • 30 René Vincent, « Fiction et réalité dans le roman », Combat, no 30, décembre 1938.

18Marcel Arland est une des figures de La NRF qui intéresse le plus la Jeune Droite. Réagissant à un de ses textes consacré au Grand Meaulnes, Vincent ne tranche pas la question du devenir ou non de l’œuvre littéraire d’Alain-Fournier mais répond avec le cas Radiguet : « Elle s’est posée aussi pour Radiguet après qu’il eut publié le Diable au corps jusqu’à ce que l’on sût qu’il était un écrivain véritable et un grand romancier lorsqu’il écrivit le Bal du Comte d’Orgel30. »

  • 31 Id., « Le grand Meaulnes, roman de chevalerie », Combat, no 32, février 1939.

19Deux mois plus tard, René Vincent, évoquant l’ouvrage d’Isabelle Rivière, Images d’Alain-Fournier paru chez Emile-Paul, livre sa propre analyse du livre d’Alain-Fournier et se le réapproprie : « Le Grand Meaulnes – et c’est pour cela que nous lui accordons un prix inestimable – c’est la réapparition dans la banalité de la vie d’aujourd’hui, de toute la mystique du Moyen Âge, de la foi inébranlable dans la grâce qui est donnée à l’homme (et dont notre littérature trop pessimiste fait si bon marché) dans la simplicité du destin humain et dans l’identification de la grandeur humaine avec sa pureté31. » À travers cette présentation personnelle, René Vincent montre l’importance que, pour lui et pour toute une Jeune Droite catholique, revêtent l’empreinte des années vingt et la référence au Moyen Âge.

  • 32 Claude Roy, « “L’Esprit français, axe de la Civilisation” », Combat, no 25, mai 1938.

20La production contemporaine lui paraît bien faible, et c’est là un marqueur de la Jeune Droite des années trente convaincue de la décadence de la France. Comme l’écrit Claude Roy qui disserte sur le peuple et l’élite en commentant les articles de Pierre Hamp dans l’Encyclopédie française : « […] un peuple dont la classe dirigeante dégage dans son ensemble une telle impression de médiocrité est un peuple gravement atteint32. » René Vincent est plus précis en opposant, au plan littéraire, les années 1918-1925 aux années trente dans un tableau qu’il est instructif de citer dans son intégralité :

  • 33 Pour François Sentein (« Montherlant à la portée des Midinettes », Combat, avril 1939) qui dénonce (...)
  • 34 René Vincent, « Apologie des querelles littéraires », Combat, no 21, janvier 1938.

« Cette période est évidemment révolue mais il semble malheureusement qu’aucune autre ne se soit ouverte depuis : hormis M. Georges Bernanos, de quel grand écrivain pourrait-on citer la venue depuis dix ans ? C’est peu de temps, il est vrai, mais c’est assez de temps cependant pour qu’une génération frémissante et vivante ait vieilli et laissé derrière elle un vide qui ne se comble pas. Les écrivains de l’après-guerre, qui ne sont pas tout simplement morts – au propre comme Radiguet, ou au figuré comme Delteil – sont devenus aujourd’hui des sortes de “maîtres” si ce n’est des académiciens : Montherlant, un sujet de thèse en Sorbonne33, Cocteau le collaborateur des grands quotidiens du soir, Mauriac le romancier catholique officiel… Les plus turbulents se sont assagis : les valises de M. Paul Morand se sont garnies de manuscrits pour la Revue des Deux Mondes : tel qui comme M. Georges Duhamel a pu en certaines circonstances, faire un moment quelque figure, montre tout-à-coup le fond de son âme, incurablement “petit-bourgeois”, et les surréalistes font des conférences officielles sous les auspices de l’Exposition ! Tout cela est normal, naturel, il est vrai. Ce qui le paraît moins, c’est qu’on ne voit pas poindre de nouvelles figures, qu’il n’y ait pas d’écoles ou de groupements nouveaux, que les “petites revues littéraires” soient rares et que celles qui existent soient d’une désespérante sagesse, que tous les livres des romanciers nouveaux soient souvent consciencieux et appliqués mais toujours engagés dans les anciennes ornières. Une époque où les écrivains les plus notoires occupent déjà plus de place dans les manuels littéraires que dans les courriers des lettres des journaux sera peut-être en fin de compte une grande époque : ce n’est pas, en tout cas, une époque amusante ; c’est surtout une époque dont la relève semble mal assurée et dont l’horizon s’ouvre sur les mornes plaines de la médiocrité34

La critique littéraire : les principes et les goûts

La critique littéraire

  • 35 De ce point de vue, il nourrit le questionnement de Maria Gil qui s’interrogeait, en présentant «  (...)
  • 36 René Vincent, « Liberté pour l’écrivain », Combat, no spécial, été 1936 [août-septembre]. Les ital (...)

21Les rédacteurs de Combat ont réfléchi sur la critique et René Vincent livre une synthèse sur les fondements de sa vision esthétique qu’il entend dissocier d’une vision politique35. « À la liberté de l’écrivain correspondent les lois de son art. Les lois de l’art d’écrire ne limitent pas cet art, elles le délimitent. Elles concilient dans la création littéraire le libre jeu avec le réalisme qui impose à l’esprit ses conditions. Elles ont d’ailleurs, pour chacun un aspect personnel qu’il serait vain de tenter de définir : pour un écrivain rien ne peut suppléer le talent si ce n’est le génie. Qu’il se range dans des voies déjà tracées ou qu’il crée des formes nouvelles d’expression, il n’en a pas moins sa personnalité, c’est-à-dire que son œuvre échappe finalement à une analyse en touts points définissables. Le critérium qui permettra de juger cette œuvre a, lui aussi, un caractère intime qui ne peut se contraindre : c’est le goût. » René Vincent indique ensuite comment il entend le rôle de la critique : « À elle de discerner la valeur d’une œuvre, à elle de signaler les malfaçons intellectuelles qui dispensent d’y porter quelque attention. Il convient donc que la critique soit honnête, c’est-à-dire qu’elle accepte un rôle utile, mais, il faut le dire, servile. Il est fort naturel que la critique manifeste des goûts, des tendances, des préférences personnels ; mais elle doit cependant rester objective. Une œuvre qui se soumet à la critique mérite respect. C’est-à-dire qu’elle doit être jugée à la fois d’après ce qu’elle prétend être et dans ses rapports avec les lois de l’art littéraire, c’est-à-dire que le critique doit s’appliquer non à mesurer une œuvre d’après son propre système de mesure – comme le font tant de créateurs impuissants et d’auteurs ratés qui cherchent à imposer à propos des œuvres des autres ce qu’ils n’ont pas su exprimer dans les leurs – mais à faire jouer tous les ressorts de cette œuvre pour mesurer finalement sa réalisation à son ambition et pour confronter cette ambition aux réalités spirituelles auxquelles elle prétend toucher36. »

  • 37 René Vincent, « Le génie de Cami », Combat, no 36, juin 1939. Les italiques figurent dans l’articl (...)

22Derrière ces principes généraux, René Vincent vise ses contemporains : « De craindre de paraître futile, la critique littéraire ne connaît que des livres où sont abordés – avec ou sans talent : peu importe – les problèmes essentiels de la vie. […] toute gratuité dans une œuvre est une tare et à la lire, on se persuaderait assez que notre époque qui compte quelques très grands artistes ne compte que des penseurs. » Et Vincent d’ajouter : « Du reste, les plus grands écrivains, ceux qu’il importe de ne pas confondre avec le commun avant de porter sur eux le moindre jugement, ne peuvent qu’être victimes d’un critérium qui, basé uniquement sur le sujet fait totalement abstraction du talent. » René Vincent donne ensuite des exemples précis : « Du même ton, la critique parlera de l’œuvre de M. Paul Claudel ou des livres de M. Daniel-Rops, des essais de M. Paul Valéry ou des élucubrations de M. Jean-Paul Sartre. […] Corollairement, n’importe quel barbouilleur, pourvu qu’il se situe de sa propre autorité parmi les auteurs de “grands sujets”, retiendra l’attention bienveillante de la critique : aucun des livres de M. Marcel Prévost ne passera inaperçu ; on fera un sort aux romans de M. Marius Richard et chaque quinzaine nous sera révélée la naissance au Bois-Sacré d’un nouveau neveu de M. François Mauriac37. »

Les goûts de la Jeune Droite

  • 38 Combat, no 28, octobre 1938.
  • 39 Combat, no 36, juin 1939.
  • 40 « Il y aurait trop à dire sur ce remarquable essai dont chaque page pourrait être matière d’un art (...)

23On fera peu de place ici à l’entre soi et à une certaine forme d’autopromotion, même si elle est visible. Ainsi, les romans ou essais de Robert Brasillach ou ceux de Thierry Maulnier font l’objet de recensions élogieuses. On citera notamment Kléber Haedens qui « ne connaî [t] pas meilleur ouvrage sur Corneille ni de plus vivant que celui de Robert Brasillach38. » Chaque ouvrage de ce dernier, du Marchand d’oiseaux aux Sept couleurs, en passant par Notre avant-guerre est recensé favorablement. Kléber Haedens voit dans les Sept couleurs une « intéressante tentative », évoque son extrême plaisir à faire partager son intérêt pour un livre où on « trouvera toutes les qualités qui font le charme des autres livres de Robert Brasillach » et enfin un style : « Brasillach écrit beaucoup mieux que la plupart de ceux qui tiennent une plume aujourd’hui […]39. » On retrouve une empathie comparable dans la recension que fait Vincent de l’Introduction à la poésie française de Thierry Maulnier40.

  • 41 Combat, no 34, avril 1939.
  • 42 Combat, no 34, avril 1939.
  • 43 Combat, no 29, novembre 1938.
  • 44 Combat, no 31, janvier 1939.
  • 45 Combat, no 31, janvier 1939.
  • 46 Combat, no 34, avril 1939. Thierry Maulnier y a consacré une note tout aussi laudative dans le num (...)

24Si les pages littéraires soulignent souvent la faiblesse de la production du temps, il faut relever des exceptions. Les recensions de la Jeune Droite dessinent un panthéon de ses références les plus contemporaines. Parmi celles-ci, Jean Giraudoux dont Kléber Haedens fait l’éloge dans une note sur Choix des Élues : « M. Jean Giraudoux qui presque seul maintenant fait l’honneur du théâtre français maintient à une très haute dignité notre art romanesque41. » Le même rend un hommage appuyé à Saint-Exupéry : « On doit encourager vivement la lecture de Terre des Hommes. C’est un livre qui donne aux tentatives audacieuses pour vaincre l’espace leur plus profonde noblesse et qui brille des qualités littéraires les plus vivantes et les plus rares42. » Marcel Jouhandeau est un goût partagé. Kléber Haedens s’extasie devant les Chroniques maritales : « J’insiste pour qu’on lise ce livre, l’un des plus originaux et des plus violents qui aient été inspirés par l’union de l’homme et de la femme, et qui est – de loin –, le meilleur roman de l’année. J’ajoute que la langue de M. Jouhandeau est très belle43. » Quelques mois plus tard, François Sentein clame son admiration pour Le jardin de Cordoue : « Cette œuvre dont tout le truquage est banni nous prouve une fois encore que Marcel Jouhandeau est dans l’après-guerre parmi les plus grands et promis à la survie. Son œuvre s’appesantit d’un livre nouveau, d’un accent plus pur et voilé de sa seule pudeur, avec toujours, présente et douce, l’incarnation des démons et des anges44. » On notera encore l’importance de la découverte d’André Fraigneau par René Vincent qui a aimé La Grâce humaine : « Les lauriers distribués en chaque fin d’année à quelques œuvres fracassantes et médiocres se flétriront vite ; on peut miser à coup sûr sur l’avenir d’écrivain de M. André Fraigneau45. » Ajoutons enfin le choc ressenti par Thierry Maulnier à la lecture d’Au château d’Argol de Julien Gracq, qui veut « dès aujourd’hui signaler ce livre non seulement comme le plus important “premier livre” paru cette année, mais comme un des plus éclatants débuts dans les lettres auxquels on ait assisté depuis dix ans46. »

  • 47 René Vincent, « Les aveux du Juif Céline », Combat, no 23, mars 1938.
  • 48 Combat, no 31, janvier 1939.

25Il faut enfin faire une place aux rejets profonds exprimés par la Jeune Droite. Deux noms ressortent : Louis-Ferdinand Céline et Jean-Paul Sartre. Le jugement sur Céline de René Vincent est sans appel et porte d’abord sur son style : « Le processus créateur de M. L.-F. Céline s’apparente assez à celui d’une indigestion : c’est tout d’abord une ingurgitation énorme, sans mesure, lourde d’épices et qui lève le cœur ; son talent ne trouve sa forme parfaite que dans l’expectoration. Tout ce que le langage possède de mots orduriers, toutes les images obscènes que peut concevoir l’esprit s’y mêlent dans le liquide débordant d’une scatologie ignoble et visqueuse. » Le décor est planté et les œuvres se voient affublées de qualificatifs peu flatteurs : « sombre mais indéniable puissance » pour le Voyage au bout de la nuit, « morne égout » pour Mort à crédit et Bagatelles pour un massacre qui « barbote dans les mêmes eaux ». Comme auteur antisémite, Céline ne souffrirait pas la comparaison avec Drumont : il proposerait un « roman » là où il faudrait mettre en avant des « faits objectifs ». Pour le dire autrement, l’antisémitisme de Céline ne serait pas sérieux47. L’école des cadavres suscite l’ironie mordante de René Vincent qui prend la plume pour ne pas accompagner le « scandaleux silence » qui « s’organise autour de cette suite de Bagatelles pour un massacre : “On a parlé ici avec assez de liberté de M. L.-F. Céline pour qu’il nous soit permis de rendre sans arrière pensée hommage au courage de cet écrivain. Il est fort probable en effet qu’avec l’École des Cadavres, M. L.-F. Céline a eu le dessein de décevoir tous ses admirateurs : ceux de toujours et ceux pour qui Bagatelles pour un massacre avait été la révélation de son antisémitisme. Les premiers ne manqueront pas d’éprouver quelque dépit mélancolique à la lecture de ce livre où, malgré une constance méritoire dans le style scatologique, le mot de Cambronne n’est imprimé que 25 fois en plus de 300 pages […] Quant aux seconds, on croit volontiers qu’ils ne retiendront pas pour les hagiographies de leur maître les doctrines qu’expose l’École des cadavres”. » Le choix proposé par Céline : « Resterons nous esclaves des Juifs ou redeviendrons germaniques ? » n’est même pas discuté par René Vincent. Ce dernier se contente de relever les critiques contre Maurras (qualifié d’« imbécile » et réputé en « collusion avec Juda ») et recense les auteurs loués au contraire par l’auteur pour conclure : « Une seule lacune dans ce nouveau chef d’œuvre : M. L-F Céline omet de réfuter les doctrines de Samuel-Ferdinand Lop. Serait-il complice ?48 »

  • 49 René Vincent, « J.-P. Sartre : une mystique de l’asphyxie », Combat, no 35, mai 1939.

26C’est Jean-Paul Sartre qui, à la veille de la guerre, subit les assauts les plus rudes. René Vincent porte le fer contre La Nausée et Le Mur ; il refuse de voir Sartre comparé à Céline et encore moins à Proust : « Peut-être s’apparenterait-il au premier par une vision effroyablement pessimiste de la vie et par une conception purement stercoraire de l’humanité. Mais comparé à la littérature de la Nausée et du Mur, le talent de M. L-F Céline apparaît d’une prodigieuse santé. La verve drue, grossière, irritante (et parfois imbécile) de l’auteur du Voyage au bout de la nuit procède de la révolte foncière d’une trop riche vitalité ; son art est sans doute contestable : du moins est-il un art. On ne saurait en dire autant de l’œuvre de M. Jean-Paul Sartre qui témoigne surtout d’une résignation assez basse aux états morbides. Quant à Proust, si l’on doit reconnaître à l’auteur de la Nausée une certaine adresse dans la pénétration dissolvante et dans l’abus maniaque de l’analyse, toute ressemblance s’arrête en deçà de l’immense art du Temps perdu. S’il faut situer l’œuvre de M. Jean-Paul Sartre, c’est hors de la littérature et la Nausée comme le Mur semblent plutôt ressortir de la section imprimée du Musée Dupuytren. » La conclusion de l’article est donc sans appel : « Le mur, La nausée constituent une littérature abjecte […] avilissante pour le critique qui, pour l’éclairer, ne peut que se référer à la médecine. Elle est la négation de tout art et ce n’est pas non plus une œuvre de science, mais une odieuse confusion de littérature, de philosophie et de science, à laquelle une laborieuse recherche de l’ordure donne la seule originalité que l’on reconnaîtra volontiers à M. Jean-Paul Sartre. Car si l’art et la littérature ne lui doivent rien, il serait déshonnête de contester que l’on doive à M. Jean-Paul Sartre une nouvelle méthode de la connaissance : la psychanalyse chez la blanchisseuse49

En guise de bilan : éclipse de Maurras, retour à Barrès ?

  • 50 Lorsque Laurent Cély, Jean-Serge Morel défendent le classicisme contre Benda, le « vieil aigri de (...)

27L’examen de la relation entre Jeune Droite, maurrassisme et littérature débouche sur un bilan en demi-teinte. La référence à Maurras est présente mais elle est sans conteste beaucoup plus marquée sur le plan politique que sur le plan littéraire. On peut même considérer qu’il existe une forme d’autonomie si ce n’est de césure entre maurrassisme politique et esthétique maurrassienne. À moins de ramener toute défense du classicisme au maurrassisme50.

  • 51 « La belle au bois dormant », Combat, no 36, juin 1939.
  • 52 Cette observation peut se lire en miroir de la contribution de Marc Dambre dans ce volume.
  • 53 « Chefs », Combat, no 34, avril 1939.

28Au printemps 1939, Combat paraît considérer qu’il existerait une forme d’éclipse de Maurras au profit d’un retour de Maurice Barrès. Deux éléments viennent appuyer cette hypothèse. Le premier renvoie à une remise en cause des perspectives ouvertes par une Révolution nationale. Ainsi, Jacques-Laurent Cély dresse à ce propos un constat désabusé et vise implicitement l’Action française : « Personne ne pense d’ailleurs plus à la faire. Les théoriciens du coup de force organisent des banquets et les “jeunes trublions” des ligues de naguère regardent sans enthousiasme les plus acharnés d’entre eux vendre des journaux le dimanche aux portes des églises : ultime activité51. » À la question de savoir si cette analyse est représentative, on est tenté de répondre qu’elle vaut davantage pour les derniers venus de la Jeune Droite que pour leurs jeunes aînés52, exception faite de ceux qui s’orientent vers le fascisme. Thierry Maulnier qui célèbre la prudence politique de Maurras auprès de visiteurs étrangers, notamment le canadien Paul Péladeau reste encore très laudatif vis-à-vis d’Henri Massis et se reconnaît pleinement dans la prose de Chefs : « Il faut lire ces pages où l’on trouvera une précieuse confirmation de certaines des grandes thèses défendues par Combat, et un des plus importants efforts tentés ces dernières années par la conscience politique pour la définition du problème français53. »

  • 54 « Maîtres d’aujourd’hui et de demain : Barrès, Péguy, Claudel », Combat, no 32, février 1939.
  • 55 « Retour à Barrès », Combat, no 33, mars 1939.
  • 56 Sur ces tentatives de Massis pour faire connaître et aimer Barrès aux jeunes générations, « le bar (...)

29Le recours à Barrès est l’affaire des catholiques, à commencer par Jean de Fabrègues et René Vincent. Le premier prône une réhabilitation de ce « maître » un peu oublié : « Il semble que nous lui devions une certaine justice. Ceux qui l’ont accusé d’avoir trop donné à son être personnel, trop accordé à sa sensibilité – et nous sommes bien un certain nombre – doivent retrouver maintenant de nouvelles perspectives. S’il se penche tant sur soi, c’est qu’il n’accepte point de tenir tout pour achevé parce qu’il a raison et voit clair : ni pour lui, ni pour les autres. […] Il paraît donc que la leçon de Barrès sera désormais appelé à nous donner, c’est de sortir de nos idées, de préférer l’existence à l’idéologie, comme il le dit à peu près : aimer les choses plus que les idées54. » Maurras n’est pas cité mais la référence est implicite. C’est René Vincent qui appelle à un « retour » à Barrès : « le nom de Barrès n’a plus grande signification auprès des plus jeunes hommes de ce temps ». Pourtant « Barrès est aujourd’hui d’une actualité prodigieuse ». René Vincent en retient moins l’aspect politique, – même s’il dit son admiration pour Leurs figures –, que l’importance du « Moi barrèsien » considéré comme « un univers extrêmement riche » dont il salue « l’unité » et « l’équilibre », un « équilibre » qui « n’est pas obtenu par ce truquage qui consiste à réaliser l’immobilité par le vide » mais qui est « la compensation merveilleuse de forces opposées également puissantes ». Le résultat n’en est pas le choix du libéralisme mais celui du nationalisme qui, « s’il dépasse son égotisme, continue à l’inclure. » Pour Vincent, « Ce qui rend Barrès précieux aujourd’hui, c’est cette affirmation de la puissance du Moi (aidé par la Grâce, ajouterions-nous) contre l’abusif pouvoir du déterminisme auxquels s’abandonnent les hommes de notre temps. » « Les problèmes qui se posent aujourd’hui aux États et aux hommes, dont totalitarisme et démocratie sont, sur le plan politique ou philosophique, des réponses également insatisfaisantes pour l’esprit et sur lesquels le confusionnisme “personnaliste” jette plus de ténèbres que [de] la lumière, s’éclaire dans l’œuvre de Barrès d’une réponse qui n’a sans doute de valeur que personnelle, mais qui est pathétique. La réponse de Barrès, c’est en effet celle de la grandeur personnelle ; elle n’a donc pas de valeur universelle mais elle peut en avoir pour quelques uns et, par là, elle est d’une valeur rare55. » On constate ici un affaissement du magistère de Maurras et, serait-on tenté d’écrire, un refus de toute architecture globale. Ainsi, ce qui avait conduit les jeunes barrésiens du début du vingtième siècle à se tourner vers Maurras (on songe ici à Massis) se retourne aujourd’hui contre le penseur martégal au bénéfice de l’écrivain lorrain qui avait toujours refusé d’incarner un projet collectif et d’être un chef d’école. Ce mouvement de balancier est perceptible mais ne doit pas être surévalué. la veille du plus grand traumatisme de la France au vingtième siècle, la défaite de 1940, Maurras reprend sa place comme mentor politique et Barrès ne sort pas durablement de son « éloignement » bien connu malgré les efforts d’Henri Massis pour le faire connaître et aimer à la Jeune Droite56.

Notes

1 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1943). Une révolution conservatrice à la française, préface de Jean-Louis Loubet del Bayle, Paris, L’Harmattan, 2002. Se reporter aussi à Véronique Auzepy-Chavagnac, Jean de Fabrègues et la Jeune Droite catholique. Aux sources de la Révolution nationale, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002 et à Jean-Louis Loubet del Bayle, Les non-conformistes des années trente. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française, Paris, Seuil, 2001 (l’édition originale date de 1969). Nous nous permettons enfin de renvoyer à Olivier Dard, Le rendez-vous manqué des relèves des années 30, Paris, PUF, 2002 et Id., « Existe-t-il une “Jeune Droite” dans l’Europe des années trente ? », in Olivier Dard, Etienne Deschamps (dir.), Les relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2005, p. 21-52.

2 On trouve des éléments sur les relations entre esthétique et maurrassisme (art, musique, débat classicisme/romantisme), dans différentes contributions réunies in Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil Mc William (dir.), Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique (III), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

3 Voir le numéro de la Revue d’histoire littéraire de la France, volume 105, 2005/3, en particulier les contributions de Nadia Amara, « Maurice Blanchot : quelques enjeux idéologiques et esthétiques d’une première époque critique », p. 607-619 et de Marie Gil, « Brasillach, critique dualiste », p. 549-571.

4 On songe ici à la Revue du Siècle, la Revue du XXe siècle et à Combat. Ce mensuel qui paraît de 1936 à juin 1939 et n’a pas dépassé les 2 000 exemplaires sera privilégié dans cette contribution. Il compte comme directeurs Jean de Fabrègues et Thierry Maulnier et comme rédacteur en chef René Vincent qui s’occupe principalement de la critique littéraire et s’appuie pour ce faire sur des jeunes gens en devenir, Kléber Haedens, Jacques Laurent et Claude Roy.

5 Nous nous appuyons ici sur le troisième volume de la thèse dactylographiée soutenue en 1998 à l’université de Paris IV sous le titre Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942).

6 « Wagner et nous », Revue du Siècle, juillet-août 1933.

7 Georges Verdeil, « La Troisième République de Jacques Bainville », Revue du XXe siècle, mai-juin 1935, p. 60.

8 « Pour le jubilé littéraire de M. Charles Maurras », Combat, no 4, avril 1936, p. 62.

9 La liste des occurrences serait fastidieuse. On renverra cependant à Jean de Fabrègues, « Notes sur l’Ordre », Combat, no 14, avril 1937.

10 Combat, no 17, juillet 1937.

11 René Vincent, « La “Politique Naturelle” de M. Charles Maurras », Combat, no 17, juillet 1937.

12 « Réalité du Nationalisme », Combat, no 25, mai 1938.

13 Charles Mauban, « La poésie est en prison », Combat, no 10, décembre 1936. Mauban cite Paul Valéry et distingue entre les « familles » Verlaine, Mallarmé et Rimbaud. Précisons que l’article, malgré son titre, n’évoque en rien l’emprisonnement de Maurras.

14 Claude Orland, « Avons-nous une critique littéraire ? », Combat, no 16, juin 1937.

15 Claude Roy, « Contre une certaine critique… », Combat, no 35, mai 1939.

16 « Croquis pour un portait de M. Charles Maurras », Combat, ns 27, juillet 1938.

17 Voir en particulier Véronique Chavagnac, « Les écrivains catholiques et l’esprit des années vingt », in Pierre Colin (dir.), Intellectuels chrétiens et esprit des années 1920, Paris, Éditions du Cerf, 1997, p. 31-49 et Hervé Serry, Naissance de l’intellectuel catholique, Paris, Éditions La Découverte, 2004, (chapitres 5 et 6).

18 Véronique Chavagnac, « Les écrivains catholiques… », op. cit., p. 48-49.

19 Revue du Siècle, no 8, décembre 1933, p. 104 et suiv.

20 Combat, no 26, juin 1938.

21 « Un artisanat familial : la firme Mauriac », Combat, no 29, novembre 1938.

22 Combat, no 32, février 1939.

23 Jean-Sébastien Morel, « En relisant Paul Bourget », Combat, no 35, mai 1939.

24 René Vincent, « Le poète et le Saint », Combat, no 25, mai 1938.

25 Pierre Tisserand, « Lettre d’un vieil universitaire de province à M. Paulhan, directeur de la “Nouvelle Revue française” », Combat, no 2, février 1936.

26 « Une lettre de M. Jean Paulhan à l’Universitaire de Province », Combat, no 3, mars 1936.

27 René Vincent, « Libérez André Gide ! », Combat, no 8, octobre 1936. On signalera qu’on ne trouve nulle référence à ces textes dans le Journal 1889-1939 d’André Gide, Paris, Gallimard, 1948 ni dans celui de Roger Martin du Gard.

28 Kléber Haedens, « Romans et romanciers », Combat, no 24, avril 1938. On remarquera que ce terme de « vagabondage » n’est pas sans faire songer aux développements que consacre Michel Leymarie au « critique en promenade » (Michel Leymarie, Albert Thibaudet, « L’outsider du dedans », Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2006, p. 145 et suiv.).

29 Dans sa correspondance avec Paulhan, Marcel Arland évoque aussi Kléber Haedens dont il analyse le Nerval cite dans sa « Chronique » parue dans La NRF en août 1939 (lettre de Marcel Arland à Jean Paulhan, fin juillet 1939, in Marcel Arland, Jean Paulhan, Correspondance 1936-1945, édition établie et annotée par Jean-Jacques Didier, Paris, Gallimard, 2000, p. 134). On ajoutera que Kléber Haedens a fait paraître en 1941 un essai, Paradoxe sur le roman qu’il a adressé à Roger Martin du Gard, suscitant l’ire de ce dernier qui y voit « un très irritant opuscule […] Le plus gênant, c’est qu’il m’envoie ce livre plein de réflexions paradoxales dont je n’approuve aucune, avec une dédicace élogieuse pour mon œuvre. » (Roger Martin du Gard, Journal III, 1937-1949. Textes autobiographiques 1950-1958, édition présentée et annotée par Claude Sicard, Paris, Gallimard, 1993, p. 454 (20 novembre 1941).

30 René Vincent, « Fiction et réalité dans le roman », Combat, no 30, décembre 1938.

31 Id., « Le grand Meaulnes, roman de chevalerie », Combat, no 32, février 1939.

32 Claude Roy, « “L’Esprit français, axe de la Civilisation” », Combat, no 25, mai 1938.

33 Pour François Sentein (« Montherlant à la portée des Midinettes », Combat, avril 1939) qui dénonce la « médiocrité des Jeunes filles » et « le ridicule de Pasiphaé », « Il y a autour de lui non plus un parfum de chair et de feu mais de cuir et de bureau ».

34 René Vincent, « Apologie des querelles littéraires », Combat, no 21, janvier 1938.

35 De ce point de vue, il nourrit le questionnement de Maria Gil qui s’interrogeait, en présentant « La critique de droite : une autre avant-garde ? » sur sa relation à l’idéologie et sur les « liens qui unissent critique littéraire et (critique) politique » : Revue d’histoire littéraire de la France, volume 105, 2005/3, p. 515.

36 René Vincent, « Liberté pour l’écrivain », Combat, no spécial, été 1936 [août-septembre]. Les italiques figurent dans l’article original.

37 René Vincent, « Le génie de Cami », Combat, no 36, juin 1939. Les italiques figurent dans l’article original.

38 Combat, no 28, octobre 1938.

39 Combat, no 36, juin 1939.

40 « Il y aurait trop à dire sur ce remarquable essai dont chaque page pourrait être matière d’un article » (Combat, no 37, juillet 1939).

41 Combat, no 34, avril 1939.

42 Combat, no 34, avril 1939.

43 Combat, no 29, novembre 1938.

44 Combat, no 31, janvier 1939.

45 Combat, no 31, janvier 1939.

46 Combat, no 34, avril 1939. Thierry Maulnier y a consacré une note tout aussi laudative dans le numéro de juillet 1939.

47 René Vincent, « Les aveux du Juif Céline », Combat, no 23, mars 1938.

48 Combat, no 31, janvier 1939.

49 René Vincent, « J.-P. Sartre : une mystique de l’asphyxie », Combat, no 35, mai 1939.

50 Lorsque Laurent Cély, Jean-Serge Morel défendent le classicisme contre Benda, le « vieil aigri de La NRF », (« Violence et classicisme », Combat, no 33, mars 1939), ils ne citent pas Maurras et leur charge contre Benda est assez commune : « La confusion de M. Benda et de ses semblables provient d’une idée à l’origine juste, mais mal comprise. Les classiques, et c’est ce qui les différencie des malades romantiques, placent l’intelligence avant le cœur ; mais ils n’excluent pas ce dernier. L’esprit ayant posé, c’est au caractère sentimental de l’homme d’affirmer. »

51 « La belle au bois dormant », Combat, no 36, juin 1939.

52 Cette observation peut se lire en miroir de la contribution de Marc Dambre dans ce volume.

53 « Chefs », Combat, no 34, avril 1939.

54 « Maîtres d’aujourd’hui et de demain : Barrès, Péguy, Claudel », Combat, no 32, février 1939.

55 « Retour à Barrès », Combat, no 33, mars 1939.

56 Sur ces tentatives de Massis pour faire connaître et aimer Barrès aux jeunes générations, « le barrésisme d’Henri Massis : bilan d’un demi-siècle », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie et Jean-Michel Wittmann (éds), Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Berne, Peter Lang, 2011, p. 192-197.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et directeur du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire. Spécialiste d’histoire politique et notamment des droites radicales, il a récemment dirigé une série d’ouvrages sur ces objets parmi lesquels Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras. L’Action française. Culture, société, politique II, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Berne, PIE, Peter Lang, 2009 ; Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique III, études réunies par Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil Mc William, PU du Septentrion, 2010 ; Jacques Bainville. Profils et réceptions, études réunies par Olivier Dard et Michel Grunewald, Berne, PIE Peter Lang, 2009 ; Georges Valois, itinéraire et réceptions, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Maurice Barrès, La Lorraine, La France et l’étranger, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Le corporatisme dans l’aire francophone au XXe siècle, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540