Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Gide, La NRF et L’Action française 1908-1925

Gide, the NRF and Action Française 1908-1925

Pierre Masson

Abstract

Cette relation est d’abord celle de deux hommes, Gide et Maurras, que leur attitude face à Barrès amène à s’opposer. Quand Gide groupe autour de lui l’équipe de La NRF, Maurras devient un interlocuteur essentiel et sa revue une sorte de miroir-repoussoir, moyen de se définir soi-même. Ce flirt devient mariage de raison à l’époque de la guerre, la plupart des amis de Gide ralliant à la fois Maurras et le catholicisme.
Mais en 1919, cette quasi unanimité se fissure, l’allégeance à l’Action française devient un facteur de division au sein de La NRF. Sous l’influence de Rivière, ce fossé n’ira plus qu’en s’élargissant, devenant définitivement conflictuel à partir de 1922.

This chapter explores the relations between two men, Gide and Maurras. Their respective attitudes towards Barrès gradually lead to oppose one another. When Gide constituted the team around the NRF, Maurras became an important interlocutor for him. Maurras’s own journal acted both as a magnet and as a foil to the NRF and as a means to define the line of the review. This flirtation tuned into a full-blown alliance during the war, as most of Gide’s friends rallied both Maurras and Catholicism. But by 1919, this quasi-unanimity broke apart, with allegiance to AF becoming a factor of division within the NRF. Under the influence of Rivière, the gap continued to widen and the two journals became hostile to one another after 1922.

Testo integrale

1891-1908. Gide et Maurras, premiers marivaudages

  • 1 Cher maître. Lettre à Charles Maurras, Bartillat, 1995, p. 33

1C’est en mai 1891 que commence la relation entre Gide et Maurras, à l’occasion de la parution des Cahiers d’André Walter dont Maurras a fait, dans L’Observateur français du 26 mai, un compte rendu inespérément flatteur. Gide aussitôt le remercie pour cet « admirable article »1, espérant une rencontre prochaine pour en discuter plus longuement. Maurras, qui n’a qu’un an de plus que Gide, suit alors avec intérêt la génération des jeunes symbolistes, étudiant surtout leur capacité à se détacher de leur maître. Ce n’est que sept ans plus tard, alors que Gide, au sein de L’Ermitage, commence à faire figure de chef de file d’une nouvelle génération, que Maurras, qui apparaît désormais comme le chantre de la tradition classique, engage véritablement la bataille. C’est ainsi que le 23 juillet 1899, dans La Revue encyclopédique, il se livre à une critique impitoyable de De l’Angélus de l’aube à l’angélus du soir de Francis Jammes. L’année suivante, c’est le tour d’Emmanuel Signoret, poète soutenu par Gide, de subir les attaques de Maurras. Mais il faut noter aussi le peu d’empressement de Gide pour répondre à Maurras ; et noter encore que cette réticence venait juste après l’envoi par Maurras de sa brochure, récemment parue sous le titre Trois idées politiques. Ce n’est que lorsqu’il est pris directement à partie, dans l’article sur Le Prométhée mal enchaîné, paru dans La Revue encyclopédique du 28 octobre, que Gide va réagir, non pas pour se démarquer de Maurras, mais au contraire pour souligner sa proximité avec lui. Maurras donnait de ce récit une lecture clairement idéologique, épinglant particulièrement l’assertion « L’homme en tant qu’individu tente d’échapper à la race » et louant l’histoire de Tityre de manière ambiguë : « Ce n’est plus l’aigle suisse, mais le cygne français qui a prêté ici son plumage à notre écrivain ». Gide lui écrit alors, le 15 novembre :

  • 2 Ibid., p. 331-332.

« Je me suis demandé si ce qui vous faisait croire mes livres de si pénible lecture, ce n’était pas de me savoir protestant ? Et si ce n’était pas aussi cela qui vous faisait me croire Suisse... ?
J’en suis bien désolé pour vous, cher Maurras, mais je n’ai rien que de français dans les veines et dans la tête. Il faut prendre votre parti de cela : on peut être à la fois moraliste et français. […] Où la pensée se rétrécit, la figure s’en accentue. — Croyez-vous que vous m’intéressiez moins parce que je vous sens “nationaliste” ? — Peut-être, mais, si vos articles m’ont parfois si vivement requis, croyez que c’est beaucoup à cause de leur particularité.
Profitons de l’aimable occasion que vous me donnez de vous écrire, pour vous remercier de la trop courte brochure que vous avez bien voulu m’envoyer au commencement de l’été. J’y ai pris un intérêt très vif. — Certaines phrases y sont parfaites..., j’en connais aujourd’hui peu, me semble-t-il, pour écrire le français comme vous, certes vous vous donnez ainsi de justes droits à critiquer l’écriture d’autrui. Les pages sur Chateaubriand sont mieux qu’ingénieuses, et j’accepte votre pensée. […] Les pages sur Sainte-Beuve m’ont paru peut-être d’autant meilleures que je les pensais avec vous. Merci encore2. »

  • 3 Gide, Essais critiques, Pléiade, Gallimard, 1999, p. 22.

2Mais Maurras n’est à cette époque, aux yeux de Gide, qu’une sorte de brillant second de Barrès ; s’il n’est pas question d’en faire un allié, il est toutefois avantageux de jouter avec lui. C’est ainsi que débutait la « Lettre à Angèle » de novembre 1898, dans L’Ermitage, par une pique à l’adresse de Maurras, à seule fin de préciser sa position personnelle : « On reproche à M. Maurras de ne dire du bien que de ses amis3. » Aussi, deux ans plus tard, à la reprise de ce texte en volume, il s’offusqua de ce que Maurras donnât de l’importance à sa boutade :

  • 4 Brouillon de lettre daté de milieu de juin 1901, archives Catherine Gide.

« Ah ! Monsieur Maurras, cette fois vraiment votre bonne humeur combative vous entraîne. / Où diable avez-vous été prendre que ce fût à propos de Moréas que j’écrivis naguère ; “On reproche à M. Maurras de ne dire du bien que de ses amis”, etc. ? […]4. »

  • 5 Voir Correspondance Gide-Schlumberger, Gallimard, 1993, p. 19 et 23.

3C’est ce rôle d’adversaire de second plan que Gide va continuer de faire jouer à Maurras, alors même que celui-ci pourrait lui apparaître de plus en plus comme un ennemi, pourfendeur déclaré des protestants. Gide sait ainsi que le 15 juillet 1903, dans la revue L’Action française, Léon de Montesquiou (« Lettre à un protestant ») avait accusé les protestants de collusion avec les partisans de la laïcité de l’enseignement, suscitant une réponse, le 1er août, de son ami François de Witt-Guizot5. Le 15 septembre, parce qu’il a été pris à partie par Gide, pour une question d’arboriculture, dans une note rajoutée dans la reprise en volume (Prétextes) de l’article de 1898 « À propos des Déracinés de M. Barrès », Maurras déploie, dans La Gazette de France, une longue défense de Barrès, où il égratigne Gide assez méchamment :

« L’auteur de Prétextes est un de ces précieux qui deviennent malades dès qu’il leur faut renoncer aux mélancolies qu’ils ont élaborées à la sueur de leur front. […] L’esprit de M. Gide ne se plaît qu’à douter de ce qui est clair ou facile à élucider. »

  • 6 Correspondance Gide-Rouart, PUL, 2006, t. II, p. 163.

4Gide va donc répondre, longuement lui aussi, dans L’Ermitage de novembre, à la fois pour ironiser sur Maurras, mais aussi pour répondre à nouveau, sur le fond, à Barrès, qui reste son interlocuteur privilégié, comme le montre ce propos à son ami Rouart, le 27 septembre : « N’étant en principe nullement opposé à la doctrine de Barrès, je ne m’irrite ici que lorsque Maurras, sous prétexte de la servir, vient nous sortir des arguments de mauvais aloi6

5Et malgré cette irritation, il se refuse à poser Maurras en adversaire, comme il l’explique à Ghéon, le 18 septembre :

  • 7 Correspondance Gide-Ghéon, Gallimard, 1976, p. 546.

« La critique de Maurras est brutale et peu honnête. […] Je suis bien résolu à ne pas me fâcher pour si peu. Vraiment il y en aura qui auront fait tout ce qu’ils peuvent pour que je sois leur ennemi. Mais moi je n’aime pas avoir la main forcée et j’ai les jugements de parti en horreur7

1908-1910. Un flirt calculé

6Lorsqu’en 1906 disparaît L’Ermitage, Gide a eu le temps d’y constituer un petit noyau d’amis guidés par les mêmes principes que lui. Pour la plupart anciens dreyfusards, Ghéon, Schlumberger, Copeau, Drouin, Ruyters sont inégalement marqués par une sensibilité de gauche ; c’est le cas de Drouin, mais il commence à rêver d’une synthèse du laïcisme républicain de Desjardins et de l’empirisme de Maurras, auquel il trouve des mérites. C’est celui de Copeau qu’une enquête de Henriot, en 1912, classera encore à gauche. Schlumberger est d’abord assez proche de lui, nettement plus, en tout cas, que Gide dont l’idéal politique est assez vague, hormis son hostilité affirmée tout au long de sa vie au suffrage universel.

  • 8 Correspondance Gide-Denis, Gallimard, 2006, p. 278.

7Cependant, s’ils s’opposent à Maurras, c’est, paradoxalement, en raison d’un autre principe qui autorise en même temps le dialogue avec lui : il s’agit de l’absolue liberté de l’art, qui exclut tout esprit de parti capable de l’aliéner ou, simplement, de l’orienter. Le fameux slogan maurrassien, « politique d’abord », est pour eux un sacrilège. Mais si d’aventure Maurras aborde un autre sujet, il redevient, tout comme ses pairs, un interlocuteur intéressant. En effet, au moment où Gide et ses amis se définissent de plus en plus comme les prêtres d’un culte rénové de l’art, mettant l’exigence d’une perfection formelle au service d’une compréhension approfondie de l’âme humaine, Maurras et ses amis peuvent apparaître comme des alliés objectifs par leur refus des facilités et de la superficialité des romantiques ou de certains contemporains. Par exemple, quand Gide enterrera une seconde fois Catulle Mendès dans son article d’avril 1909, il va tout à fait dans le sens de Maurras qui le rejetait en même temps que Heredia et Régnier. Quand, à la publication du livre de Pierre Lasserre, L’Action française entreprend, en 1907, sa campagne contre le romantisme, Gide se déclare tout de suite intéressé. En juillet 1908, il écrit à Maurice Denis « Le Romantisme français […] Il y a longtemps qu’un livre de critique ne m’avait autant intéressé […] Son Chateaubriand devrait être plus dur. Celui de Maurras était presque meilleur8. »

8Assurément, il faut bien voir que, là où Lasserre reproche au Romantisme sa dimension politique, Gide ne se place qu’au point de vue de l’esthétique. De même, quand Gide et ses amis décident de nommer leur revue NRF, ils pourraient sembler brandir à leur tour l’étendard nationaliste. En fait, pour ces amoureux des littératures anglaises et allemandes, la définition d’une identité française était surtout le moyen d’exalter le culte de la beauté héritée des classiques et renouvelée par le travail. Ils pouvaient ainsi faire se côtoyer, aux sommaires de la revue, les poèmes d’inspiration très maurrassienne d’Alibert, et ceux d’Henri de Régnier, que l’Action française attaquait volontiers.

9Cependant, au moment où la jeune revue, pour se définir, est obligée de se situer par rapport à ses voisines, il est frappant de voir Gide et ses amis si soucieux de rappeler que leur désaccord avec Maurras ne les inclut pas nécessairement dans le parti adverse à l’Action française. Gide, vers le 15 mai 1909, écrit à Ghéon :

  • 9 Correspondance Gide-Ghéon, op. cit., p. 721.

« Je ne voudrais pas qu’un malentendu se formât et que d’avoir été, d’être encore dreyfusard, c’est-à-dire de considérer comme une abominable erreur politique le fait de recoudre une plaie sans l’avoir nettoyée – m’attachât pour la vie à un parti dont je n’épouse presque aucun des “principes”, […] Je ne veux pas me poser en ennemi de Maurras, et cite avec éloges une partie de l’article ci-joint, dans le numéro de juin9

10Précisément, l’article de Maurras, paru dans L’Action française du 11 mai, sous le titre « Le plus beau vers », refusait de réduire la perfection classique à des vers isolés. Un tel point de vue ne pouvait que séduire Gide qui, le 15 mai, écrivait donc à Ghéon : « Je t’envoie cet article de Maurras qui pourra t’exciter à écrire ton article sur le classicisme, très souhaité par le numéro de juillet de La NRF. » Et en signe avant-coureur de sympathie, une note de juin donnait un long extrait de ces « quelques réflexions d’excellente critique » de « M. Maurras ».

11Il y avait ainsi de quoi développer une stratégie complexe, idéalement conforme à l’esprit complexe de Gide. Dans sa lettre à Ghéon, il annonce :

« Sans doute, pour ce no de juillet, écrirai-je un article presque politique (théorique) où je tâcherai d’indiquer comme possible la position de celui qui condamne un mouvement (celui de l’AF) en tant que perturbateur de l’ordre, mais l’approuve de grand cœur en théorie. »

  • 10 Ibid., p. 736.

12À ce jeu, il faut bien reconnaître qu’on ne sait plus s’il cultive l’art comme une fin en soi ou comme un alibi, ainsi que le suggère cette phrase adressée à Ghéon en décembre 1909, Gide parlant de « La NRF – où les uns et les autres sommes décidés à nous montrer d’autant moins rétrogrades en art que nous nous découvrons plus conservateurs en opinions10. »

13Une conséquence de cette ambiguïté, c’est la stratégie que va développer La NRF : d’un côté, on évite d’attaquer Maurras, dont les textes sont en général cités avec louange ou intérêt ; de l’autre, on s’en prend volontiers aux seconds couteaux, comme Henri Clouard et La Revue critique des idées et des livres, ou Jean-Marc Bernard et ses Guêpes. On est proche de Maurras, mais pas de son parti. C’est ainsi que Ghéon, dans La NRF de juillet, publie « le classicisme de M. Moréas », qu’il ouvre en se démarquant nettement de Clouard, qui avait cru pouvoir l’annexer à sa cause, et en condamnant « la belle, vaine et luisante nuée [de] leur classicisme rétrospectif » dont il affecte de s’étonner que Maurras ne la « pourfende » point. Et plus loin, évoquant lui aussi l’article de Maurras sur le vers français, il ajoute une série de piques :

« Que M. Charles Maurras écrivit là-dessus de justes lignes […] – mais peut-être sans s’en douter… Il devrait se lamenter avec nous de voir le noble effort de M. Moréas autoriser de son exemple toutes les lâchetés et toutes les redites, […]. Si son “roi” revenait, ce ne serait pas, j’imagine, pour gouverner comme gouvernait le “grand roi” ?... »

  • 11 Bulletin des Amis d’André Gide, no 164, octobre 2009, p. 468.
  • 12 Gide, Essais critiques, p. 180.

14De son côté, Gide avait, depuis février, engagé un duel courtois avec Jean-Marc Bernard, rédacteur de la très royaliste revue Les Guêpes, et avec son ami Henri Clouard qui, dans La Phalange, d’août 1908 à février 1909, avait mené une enquête sur la question « Une haute littérature est-elle nécessairement nationale ? ». Avec Bernard, les choses avaient failli mal s’engager, à propos de Mallarmé et de son impuissance, mais très vite le ton était devenu plus que cordial. Le 19 avril, Bernard écrivait à Gide son admiration pour La Porte étroite, ajoutant qu’il s’était choisi Gide pour maître, « avec Barrès, Maurras et Mithouard11 ». Gide profita de ce que l’enquête de La Phalange tournait au pugilat pour intervenir en arbitre. Son intervention, dans les numéros de juin, octobre et novembre de La NRF, ne contredit pas Clouard, mais le dépasse, en affirmant qu’une littérature, pour être nationale, doit d’abord être individuelle, et qu’arrivée à ce stade, elle acquiert une portée universelle. Affectant de dédaigner Clouard (« je trouve effroyablement germanique la couleur de l’ennui que respire toute son enquête, teutonnes ses notes et tudesques ses conclusions12. »), il cite avantageusement Maurras, fait l’éloge de Lasserre, pour mieux célébrer tout ce que l’Action française déteste, Calvin, Rousseau, D’Aubigné et Porto-Riche.

  • 13 Ibid., p. 193.

15Dans Les Guêpes de septembre, Jean-Marc Bernard publie alors une mise au point qui est un véritable pont lancé en direction de Gide, Ghéon et Viélé-Griffin. Gide consacre alors son deuxième article à répondre à Bernard, afin de marquer une distance protectrice envers « cette piquante petite revue [qui] groupe quelques jeunes gens à tendances nettement conservatrices et réactionnaires13. » Et en décembre, alors que Bernard et Clouard s’efforcent encore, dans Les Guêpes, de rallier Gide à Maurras, en deux piques, Gide brise l’encerclement :

  • 14 Ibid., p. 200-201.

« Je ne lis pas souvent L’Action française, par crainte de redevenir républicain. Ces écrivains de parti qui vous poussent par les épaules gêneront toujours qui tâche à marcher droit. […] Je crains bien que M. Lasserre ne sache jamais plus combien j’aimais son Romantisme ! Après ce livre on pouvait espérer de lui une saine, alerte et très judicieuse critique. Mais le voici tout d’un côté ; il verse. C’est un écrivain de parti. Il pouvait être tout français ; il devient d’intérêt local. C’est dommage14. »

  • 15 Ibid., p. 202.

16Enfin, parlant de Darwin, il ironise : « Ces messieurs de L’Action française le connaissent-ils ? Non sans doute puisqu’ils ne savent pas l’étranger15. »

17La réaction de Bernard, le 13 décembre, lui confirma qu’il avait raison de garder ses distances : « Un Maurras, un Lasserre, etc., n’ont pas à s’attarder actuellement aux nuances. L’œuvre qu’ils poursuivent n’est pas un beau livre mais le renversement de la république et le rétablissement de la monarchie. Or, pour agir, il faut être brutal et affirmatif. »

  • 16 Voir Correspondance Gide-Schlumberger, Gallimard, 1993, p. 278.

18L’année 1910 est l’occasion d’autres louvoiements, calculés ou non. C’est par exemple la publication d’une lettre de Charles-Louis Philippe à Georges Valois, éditorialiste de L’Action française, dont Gide et Schlumberger discutent l’opportunité ; le même mois, Gide recommande la prudence à Schlumberger à l’égard de Du Fresnois, autre collaborateur notoire de L’Action française16. S’il est question de Maurras, dans La NRF, ce n’est que dans les termes les plus élogieux. En janvier, Gide parle du « remarquable article de Maurras sur le protestantisme » ; en mars, il cite Barrès qui fait l’éloge de Péguy et de Maurras : « La compagnie perpétuelle de leur pensée leur suffit et les anoblit » ; et en mai, c’est Ghéon qui profite de la mort de Moréas pour égratigner les royalistes, tout en accordant un statut à part à Maurras :

  • 17 Ghéon, « L’Action française et le cas Moréas », La NRF, mai 1910, p. 689.

« M. Charles Maurras a bien discerné la valeur proprement lyrique du poète. […] Où la situation des néo-royalistes en face de Jean Moréas devient plus difficile encore, et là M. Maurras s’efface et laisse la parole au journal, c’est quand il s’agit des funérailles. Le “nationalisme intégral” comprend la stance, comme on sait, mais aussi le catholicisme. Or M. Moréas est mort, dans toute sa lucidité d’esprit, sans prêtre, et a voulu non seulement des obsèques civiles, mais l’incinération !... – Ah ! par quelle ruse ces messiers s’en tirent17 ! »

19Gide tout spécialement prend soin de prouver à la fois sa proximité avec les idées de droite, et son indépendance vis-à-vis d’elle, quitte à donner le tournis à ceux qui voudraient bien l’enrôler parmi eux. En janvier, il donne dans son « Journal sans dates » une longue lecture du Catherine de Médicis de Balzac et de l’analyse qu’en a tirée Maurras (« Pour Calvin ») dans L’AF du 4 novembre 1909, centrée sur le rôle supposé perturbateur du protestantisme. Gide aurait pu s’indigner de cette attaque qui visait nommément le pasteur Roberty, ami de sa famille, et dont la fille Mathilde était la meilleure amie de sa femme. Or, par une stratégie complexe, il s’emploie à affirmer que Maurras n’a pas fait une apologie de la Saint-Barthélemy, et que par ailleurs son athéisme ne lui permet pas de comprendre le protestantisme qui ne se résume pas à une dimension politique.

  • 18 Essais critiques, p. 240.
  • 19 Ibid., p. 259.

20Autre exemple : en avril, Gide attaque Remy de Gourmont dans un article tel que Jean-Marc Bernard regrette de n’avoir pu le publier dans Les Guêpes, mais dans La NRF de novembre, il fait au contraire son éloge, au grand dam d’Henri Clouard qui pour sa part s’en était déjà pris à Verhaeren et Viélé-Griffin, deux figures emblématiques de La NRF qu’il qualifiait de « mauvais maîtres ». En juin, Gide s’en prend à Jules Lemaître, figure de la droite, en lui reprochant les mêmes amalgames que Maurras : « Barrès, Lemaître, Maurras sentent tout l’avantage d’une religion unique dans l’État ; mais ayant le malheur de ne pas “croire”, ils peuvent caresser le rêve ou le regret d’un catholicisme qui n’aurait pas exclu de lui-même la libre-pensée18. » En décembre, Gide prend prétexte d’un chahut organisé par les maurrassiens contre une conférence hostile à Racine, pour distinguer entre « ces « jeunes littérateurs [qui] ont des mœurs qui rappellent beaucoup plus celles du Palais-Bourbon que celles du Parnasse » et Maurras qui, dans L’Action française du 5 novembre, avait tenu à distinguer entre la défense de Racine et l’agitation politique. Et Gide de commenter : « La politique se développe sur un plan, la littérature sur un autre ; sous prétexte de s’intéresser aux deux, certains jeunes gens ne quittent plus des yeux la ligne où ces deux plans se coupent. Décidément Maurras a bien fait de nous rassurer19. »

21Mais cela n’empêche pas Gide de faire suivre son « Journal sans dates » d’un récit humoristique très significatif :

  • 20 Ibid., p. 259-260.

« J’avais lu L’Action française avant de m’endormir ; j’ai fait un cauchemar affreux : l’Odéon, mal défendu par Antoine, conquis par les Juifs, rebâti sur le modèle de la Bourse, n’abritait plus que des gens de finance qui faisaient de la littérature et des arts l’objet de leurs spéculations20. »

22Moralité : Maurras est sans doute un penseur avec lequel il est bon de dialoguer, mais si La NRF ne veut pas perdre son âme, il ne faut pas qu’elle cherche à ressembler à L’Action française.

1911-1913. La brouille

23Après avoir dialogué avec les partisans de Maurras, la revue de Gide se sent peutêtre suffisamment forte pour ne plus se chercher d’alliés, tandis que ceux-ci se lassent de séduire un aussi insaisissable allié. En 1911, lorsqu’il reprend en volume ses articles sur « Nationalisme et littérature », Gide ajoute deux notes hostiles à l’égard des Guêpes. En 1909, il écrivait : « Ces jeunes gens me paraissent extrêmement sympathiques. Je les soupçonne de manquer de méchanceté. […] Si j’avais leur âge et pouvais prendre les présents événements de droit fil, je marcherais à leur côté. » Dans Nouveaux Prétextes, il ajoute à la première assertion : « Ils ont montré depuis qu’ils savaient être très méchants. » et à la seconde : « Ce qui m’aurait rendu parfois bien malheureux. » Pour Gide, il ne s’agit plus de chercher des alliés, mais d’assurer à La NRF un éclectisme qui la place, si possible, au-dessus de tout esprit partisan. C’est ce qu’il expose à Schlumberger, le 6 octobre, lorsque Jean-Marc Bernard propose à Gallimard de publier son recueil de poèmes Sub tegmine fagi :

  • 21 Correspondance Gide-Schlumberger, p. 431.

« Son livre a chance de se vendre passablement – aussi n’est-ce pas au point de vue commercial que se pose la question. Mais bien : tendances. Vous m’avez parlé encore dernièrement de “terreur blanche” ; je vois aussi chez vous la terreur du blanc ; mais je serais désolé que vous ne l’ayez pas, car alors cela me forcerait, pour l’équilibre, d’être un peu plus rouge. Avec […] le groupe Duhamel, Chenevière, Vildrac, le contrepoids me paraît bien dosé et il me paraît que nous pourrions nous permettre J.-M. Bernard. Je crois intéressant de l’avoir dans notre maison, en manière d’otage21

  • 22 La Revue critique, p. 641-645.
  • 23 Le Mercure de France, 1er août 1911, p. 501.
  • 24 La Revue critique, 10 octobre 1911, p. 371.

24Mais cet esprit calculateur est désormais perçu par les jeunes royalistes Dans La Revue critique des idées et des livres, qui est un peu La NRF de la droite, Henri Clouard se rebiffe assez vite. En mai, Thibaudet avait, dans la revue, approuvé l’attaque d’Agathon contre la Sorbonne. Mais le 25 juin, Clouard refuse cette main tendue, dénonçant l’équipe de La NRF comme un faux ami : « Nous assistons en ce moment aux efforts d’une réaction qui se dit idéaliste, classique, française, et qui est en réalité celle du pur verbiage, de l’élégance verbeuse et vide, de la fantaisie non vérifiée22.» Dans divers articles qu’ils vont alors donner au long de l’année 1911, Bernard et Clouard vont exposer qu’à leurs yeux, Gide est un faux traditionaliste, puisqu’il « a légitimé à plusieurs reprises le cosmopolitisme littéraire23 » et un faux classique puisque le « renouveau classique est subordonné à la restauration de la monarchie24 ».

25En janvier 1912, Clouard se livre à une critique en règle du livre de Ghéon, Nos Directions, qui résumait l’orientation de toute l’équipe de La NRF :

  • 25 La Revue critique, 25 janvier 1912, p. 197-200.

« La revue de M. André Gide est une école d’arbitrage littéraire. L’arbitrage, tel qu’on l’enseigne là, est destiné à remplacer la critique. Il s’en distingue surtout en ce qu’il n’exerce sur les parties engagées aucune action positive ou créatrice. […] Voici ce qu’il faut dire et répéter, maintenant que les fondateurs de La NRF veulent se donner pour des représentants du vrai classicisme. Beaucoup de gens s’y trompent, qu’il faut avertir25. »

26Et en mars, dans la Revue du temps présent, il affirme sa méfiance à l’égard du traditionalisme de « la petite troupe d’André Gide ».

27La suite aggrave par étapes ce désamour ; tandis que Bernard et Gide s’efforcent de maintenir un dialogue littéraire, Clouard, le plus militant des deux, lance des attaques de plus en plus vives contre Gide et son groupe. Dans La Revue critique de juillet 1912, il ironise sur la « surprise » de voir « le groupement de La NRF se constituer ces temps-ci en Agence du classicisme », en dépit d’un « Ghéon laissant bien des fois passer un bout de vieille oreille, qui est celle de l’imbécillité “décadente” », et il dénonce comme vide de sens un article récent de Copeau sur le classicisme. La NRF d’août réplique alors, en donnant un long compte rendu ironique de La Revue critique de juin, consacré à Rousseau.

28La période du flirt utile est passé, La NRF plus sûre d’elle se permet un éclectisme sans complexes. Par exemple, elle prend la défense, en novembre 1911, d’un Paul Desjardins, ennemi déclaré de l’Action française, qui venait d’être attaqué dans L’Indépendance de Sorel. Par ailleurs, La NRF a fait de Claudel un de ses grands hommes, Claudel qui, en janvier 1912, écrit à Gide qu’il déteste « les gens de l’AF et les autres qui ne sont catholiques que de nom », et qui est lui-même l’objet des attaques de Lasserre dans L’Action française. À côté de Thibaudet qui continue de louer Maurras écrivain, glissant par exemple, à propos du pèlerinage classique, que « s’il ne lui avait pas paru plus urgent de ramener le roi », [Maurras] aurait donné le chef-d’œuvre du genre, on trouve Suarès qui multiplie les allusions rageuses à Barrès et Maurras. En retour, en 1913, les royalistes montrent clairement que les ponts sont rompus. En mars, c’est Clouard, dans La Revue critique, qui incrimine le « protestantisme émancipé » de Gide comme source d’anarchie. Et en mai, c’est Bernard qui, pour louer un livre théorique de son ami Clouard, condamne en passant chez Gide « la peur de s’attacher à un système ».

1914-1917. Un mariage de raison

29Le revirement qui s’accomplit en 1914 est évidemment à mettre sur le compte de la guerre, réveillant chez les membres de La NRF un nationalisme latent. Dans un premier temps, ce nationalisme va les porter vers celui qui, déjà auparavant, en était à leurs yeux le meilleur représentant, c’est-à-dire Maurras. L’intéressant sera de voir que, la guerre achevée, le reflux de l’élan patriotique divisera alors l’équipe, certains reprenant leur liberté de jugement, tandis que d’autres vont convertir en intransigeance politique leur ardeur nationaliste.

  • 26 Ibid., p. 217.

30Le début de la guerre ne va pourtant pas toucher de manière égale les membres de l’équipe. Par exemple, Gide, non mobilisé, va s’efforcer de conserver un esprit critique à l’égard de la propagande officielle. Mais d’autres sont plus radicaux. Ainsi Henri Bachelin, ami de Romain Rolland, collaborant à La NRF depuis 1909, écrit, le 5 décembre, à Jean-Richard Bloch (51) : « Je ne puis plus lire L’Humanité. […] Les véritables réalistes, […] je les trouve en Léon Daudet […] et […] Maurras. » et, le 14 décembre, à R. Rolland : « Je ne suis pas éloigné de croire que la vérité se trouve du côté du royalisme de Maurras et du traditionalisme de Bourget26. »

  • 27 Gide, Journal, t. I, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1998, p. 969.

31La suspension de la parution de La NRF a rendu à chacun une plus grande liberté d’engagement. Le 20 octobre 1916, Gide rédige un projet de lettre à Maurras où il essaie d’abord de faire dire à celui-ci qu’il s’est mépris autrefois sur la pensée de Gide, qui, dans la synthèse de ses provinces cherchait bien la même unité de la France que lui. Un second brouillon, déjà plus général, assure Maurras qu’il a toujours été « très près de [sa] pensée »27. La lettre définitive, datée du 2 novembre, prend finalement prétexte du projet de publier les lettres du lieutenant Dupouey – dont la mort au combat a bouleversé Ghéon et Gide, et dont les lettres mentionnent plusieurs fois L’AF et Maurras avec approbation – pour déclarer nettement :

  • 28 Écrits de Paris, janvier 1983, p. 65.

« Mais le temps est venu peut-être de se connaître et de se compter, vivants ou morts. Je suis reconnaissant à mon ami de cette occasion qu’il me donne ; car vous entendez bien que je ne transcrirais pas ses louanges avec tant d’émotion et de zèle, si je ne m’y associais de tout mon cœur28

32Et Gide termine en autorisant Maurras à publier sa lettre – ce que celui-ci va faire, à la satisfaction de Gide –, et en joignant un mandat destiné à l’abonnement à L’AF.

  • 29 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1015.

33Maurras répond aussitôt, pour exprimer sa « joie ». À partir de là, pendant près de deux ans, on suit dans le Journal de Gide les marques d’une fidélité à L’Action française, vécue comme une ascèse nécessaire, la figure de Maurras demeurant pour lui supérieure au journal dont il est l’inspirateur. Si, le 5 janvier 1917, il note : « Je ne trouve quelque satisfaction d’esprit qu’avec Maurras et La Dépêche de Rouen29. » Le 7, il ajoute :

  • 30 Ibid., p. 1016-1017.

« Retenu une lettre que j’allais écrire à Maurras ; que déjà j’avais écrite hier soir, dans l’indignation causée par un entrefilet de L’AF contre Souday, en réponse à un article de celui-ci paru dans Le Temps postdaté du même pour. Mais quoi ! se faire le chevalier de Souday ! […] Maurras m’écrira : “Mon cher Gide, votre générosité vous honore, mais nous n’avons pas besoin de vos avertissements. […] Vous, vous regardez surtout l’être qu’on écrase ; nous, nous regardons à marcher droit. Etc.” Je connais la théorie et parfois j’en viens à penser qu’il la faut pour sauver la France. Mais que sert de lui sauver la vie, si l’on perd son âme ? […] En attendant, et nonobstant, les articles de Maurras, chaque jour, sont excellents30. »

34C’est à peu près le même chemin que suit, à ce moment, Jean Schlumberger mobilisé :

  • 31 Schlumberger, Notes sur la vie littéraire, Gallimard, 1999, p. 1050.

« Quelles qu’eussent toujours été mes préventions contre le journal de Maurras, je dois reconnaître qu’à Réchésy, où tout le monde le lisait, j’y avait trouvé, mieux que dans tout le reste de la presse, l’accent, le tonus qui me semblaient convenir à l’effort surhumain demandé au pays. […] Ce qu’il y avait de négatif, de desséché, de sectaire chez Maurras s’effaçait à mes yeux devant une passion nationale où il pouvait enfin être de bonne foi. […] Tout en sachant avec quel manque de scrupules un parti politique s’empare des moindres gages, je n’avais pu me retenir d’écrire à Maurras ma gratitude pour le viatique qu’il nous apportait31

35Gide, le 12 février, lui confirme leur proximité intellectuelle :

  • 32 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 615.

« Ce que tu me dis de tes compagnons nationalistes m’intéresse puissamment ! As-tu su que je m’étais décidé à écrire à Maurras (il y a 3 mois environ) au sujet de Dupouey (prétexte que j’étais heureux de saisir) une lettre qu’il a reproduite dans L’Action française. M’y étant abonné, je la suis avec une approbation à peu près constante. Je ne proteste que lorsqu’il touche aux choses de l’esprit ; il m’est à peu près intolérable d’accepter qu’elles soient soumises à la raison d’État, comme le reste : mais, acceptant que certaines vérités soient inopportunes, c’est aussi ce qui me fait traiter d’œuvres posthumes tout ce que je me sens en humeur d’écrire aujourd’hui32

36Cela tourne alors un peu à l’acte de contrition rétrospectif. Le 11 août, Schlumberger écrit à Rivière :

  • 33 Correspondance Rivière-Schlumberger, Centre d’études gidiennes, Lyon, 1980, p. 147.
  • 34 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1671.

« Notre pudeur nous a donné un air ergoteur et pincé ; nous avons paru manquer d’amour. L’Action française, où la louange mutuelle est effrénée, ose crier sur les toits ce qu’elle aime – et on leur en sait gré33. » Et en décembre, Gide, écrivant à Maurras pour le féliciter de sa critique « du livre pernicieux de Barbusse », en profite pour le complimenter sur la bonne tenue de son journal34.

37Et le 16 décembre 1917, Gide adresse à nouveau à Maurras une lettre que celui-ci va s’empresser de publier :

  • 35 L’Action française, 21 décembre 1917 ; BAAG 55, p. 434.

« […] Combien n’en ai-je pas rencontré, de timides, retenus par la crainte que vous ne vous “serviez” de leur nom ! D’autres qui hésitent à s’abonner à l’A. F. par crainte que leur geste, consigné par vous, ne les engage – (et pourquoi n’avouerai-je pas que cette crainte m’a longtemps retenu moi-même) – qui pourtant vont disant et répétant : L’AF est, somme toute, le seul journal en France qui se soit bien tenu pendant la guerre. Surtout, des gens de tous partis vous ont su gré, ainsi que je fais, de préférer la France au parti. Je me persuade que vous avez beaucoup plus d’amis qu’il ne paraît, et que vous ne savez peut-être, qui vous approuveraient ouvertement aujourd’hui, s’ils étaient assurés de pouvoir vous approuver demain – ou, si vous préférez : qui vous font un crédit provisoire, et vous approuvent tout en tâchant à demeurer républicains.35 »

1918-1919. Maurras le diviseur

38Alors que la fin de la guerre se laisse entrevoir, la perspective d’une reprise des activités du groupe commence à révéler des différences d’appréciation. Le 17 février 1918, Schlumberger écrit à Gide :

  • 36 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 659.

« Je prévois que pour le choix des livres à publier il s’établira une sorte de marchandage. Très ombrageux à l’idée d’être submergé sous les livres “Action française”, Gaston opposera des couleurs complémentaires. Il se peut d’ailleurs que cette méthode soit du plus heureux effet36

39Gaston Gallimard, qui va justement prendre une position renforcée à l’égard de toute la maison NRF, est en effet loin de partager la sympathie de ses amis à l’égard de Maurras ; par exemple, il s’oppose à la publication des lettres du catholique et monarchiste Dupouey que Gide veut lui imposer. Gide, pour sa part, avance comme argument la nécessité d’une pluralité de points de vue, d’accord en cela avec Schlumberger à qui il écrit, le 3 mars :

  • 37 Ibid., p. 665.

« Mon idée, mon désir violent serait d’accepter les ouvrages les plus marquants et les meilleurs des deux partis. […] Je me persuade de plus en plus que notre rôle, que le rôle de La NRF, peut et doit devenir des plus importants, au point de vue littéraire – et au point de vue français37. »

40Mais ce désir d’équilibre cache une inclination encore forte envers le parti de Maurras, comme il l’explique à Lucien Maury qui craint une révolution socialiste :

  • 38 Gide, Journal, t. I, p. 1060.

« Quand je lui parle de l’organisation de résistance que travaille à former l’Action française, il s’indigne. Maurras l’exaspère et Léon Daudet l’indigne. “Je comprends, lui dis-je, qu’ils ne vous satisfassent point. Mais vous serez bien forcé de vous mettre avec eux si vous avez souci de résister. Il n’y aura pas de troisième parti. […] Le groupement de l’AF ne vous plait pas ? Ce n’est pas que moi-même je l’estime le meilleur – mais c’est le seul”38. »

41Et le 1er avril, Schlumberger suggère de même à Copeau que son désir d’équilibre incline sensiblement d’un côté :

  • 39 Correspondance Schlumberger-Copeau, Gallimard, 2000, p. 665.

« Gaston […] comprendra-t-il qu’après la guerre […] on sera forcé de prendre parti et qu’il se trouvera presque seul, parmi beaucoup de lecteurs de L’Action française. […] Le danger […] consisterait à devenir de plus en plus neutres pour ne pas nous peiner mutuellement. Non, notre raison d’être est manifestement de réunir ce qu’il peut y avoir de plus marquant, de plus vigoureux dans les deux camps39. »

42Mais à côté de Gaston, la maison compte désormais un jeune directeur, Jacques Rivière, que son expérience de la guerre a orienté dans un sens opposé à celui de Ghéon. Dans des notes évoquant son retour en France après la guerre, on peut lire :

« En passant en Suisse, lecture de L’Action française. Consternation et fureur de trouver un point de vue exactement semblable chez nous. Abomination de Maurras. »

43Le 12 août, il écrit à Gallimard :

  • 40 Correspondance Rivière-Gallimard, Gallimard, 1994, p. 60.

« Si ce sont ses [Dupouey] déclarations d’admiration et d’amitié à Maurras et à l’AF qui te gênent, ne t’en fais pas. Je me charge de ces gens-là et de leur river leur clou un jour ou l’autre, tout au moins de préciser notre position en face d’eux. Il n’y a aucun inconvénient à laisser croire momentanément à notre flirt avec eux. […] Crois bien qu’ils ne perdront rie pour attendre et qu’il est dans mes projets de les “ramasser” d’importance40

44Et le 24 octobre, à Copeau :

  • 41 Correspondance Rivière-Schlumberger, op. cit., p. 307.

« Publions d’abord Dupouey. Et après je me charge de Maurras. Depuis que je suis rentré d’Allemagne, je le lis et depuis le même temps j’ai envie de lui cogner dessus. Mais […] j’aurai probablement d’autres besognes plus importantes à exécuter avant […] de lui “régler son compte”41

  • 42 Correspondance Gide-Ghéon, op. cit., p. 946.

45Presque au même moment, le 1er novembre, après sa conversion, Ghéon annonce à Gide son adhésion : « Le temps est venu de choisir, car il va falloir rebâtir la France. J’ai donc envoyé à Maurras ma totale adhésion ; tu as peut-être lu ma lettre42 ? »

46Même si elles ne s’y réduisent pas, ce sont ces divergences d’ordre politique qui sous-tendent le débat qui va s’engager au début de 1919, lors du redémarrage de la revue, afin de savoir si le temps était venu d’une littérature plus détendue, plus « gratuite », ou au contraire fidèle à l’obligation civique appliquée à la vie intellectuelle, née pendant la guerre. Rivière défendait la première option, Schlumberger et Ghéon la seconde, tandis que Drouin optait pour une littérature de témoignage. Gide, pour sa part, louvoyait prudemment, en pleine évolution depuis son idylle avec Marc Allégret et la destruction de ses lettres par sa femme Madeleine.

47En juin, premier signe : une note de Ghéon, faisant l’éloge du groupe de La Revue critique des idées et des livres (Bernard, Clouard, Marsan, Du Fresnois) est refusée par Rivière ; elle paraît, après modifications, en août. En juillet a lieu une réunion sur l’orientation de La NRF. En octobre, nouveau refus par Rivière d’une note de Ghéon, faisant l’éloge d’un recueil d’Henriette Charasson (femme de René Johannet, proche de L’AF) :

  • 43 Correspondance Rivière-Ghéon, Centre d’étude gidiennes, Lyon, 1988, p. 136.

« Il était entendu que tu devais réserver pour la revue d’Action française les articles où s’affirmeraient tes tendances. Évidemment, le sujet est purement littéraire, mais tu ne peux pas nier que ce qui incline principalement ta sympathie vers le poète en question, c’est qu’il appartient au groupe d’Action Française43. »

48Au cours de cette année 1919, les divergences entre les membres vont devenir fissures, puis fractures, à l’occasion du lancement du Parti de l’Intelligence, groupement qui se réclamait clairement de l’Action française, ne serait-ce que par son nom qui renvoyaient à un grand article de Maurras, paru en 1903, sur « L’avenir de l’intelligence ». Ghéon aussitôt adhéra, invitant Schlumberger à faire de même. En vain, et les choses en seraient restées là si Rivière, dans La NRF de septembre, n’avait écrit une longue note ironisant sur ce parti et son programme. Déjà, en juillet, Roger Allard, dans Le Nouveau Spectateur, avait critiqué le Parti de l’Intelligence, dénonçant derrière lui Maurras et son intolérance. Rivière alors l’avait engagé comme collaborateur de La NRF.

49Mais plutôt qu’en termes politiques, le débat va être posé en termes religieux, autant par Schlumberger qui, en octobre, répond à Rivière par une note où il déclare : « Si j’étais catholique, j’aurais signé le manifeste du parti de l’intelligence », que par Rivière qui, en novembre, dans sa note « Catholicisme et nationalisme », reproche à l’AF de « prétendre substituer le culte de la Patrie au culte de Dieu. […] Rien de moins catholique, rien de plus païen, rien de plus sauvage que cette doctrine. […] Le Parti de l’intelligence c’est, à peu de chose près, camouflée pour la circonstance, l’éternelle Action française. » Et dans le même numéro, Ghéon lui donnait la réplique avec sa « réflexion sur le rôle actuel de l’intelligence française » : « Jusqu’à réfection complète de la France, notre esprit n’aura pas de soin plus urgent que d’aliéner, s’il le faut, une partie de sa liberté, ou plus exactement de limite sa fantaisie, en choisissant au lus tôt […] la discipline la plus propre à servir à la fois les intérêts de la France et les siens. » Ce choc fit des étincelles.

50Le 3 novembre, Maurice Denis, vieil ami de Gide, aussi fervent catholique que royaliste, écrivait une lettre d’insulte à Rivière, et de mise en garde à Gide :

  • 44 Correspondance Gide-Rivière, op. cit., p. 576.

« Rivière insultant Ghéon dans la revue qu’il a fondée, insultant nos morts de L’AF et de La Revue critique, c’est d’abord une mauvaise action, mais c’est aussi une muflerie que la courtoisie la plus élémentaire vous commandait d’éviter44

51Le 8 novembre, la réponse de Gide à Denis montre que pour lui, l’heure de Maurras est passée :

  • 45 Correspondance Gide-Denis, op. cit., p. 341.

« J’ai marqué à plus d’une reprise, depuis août 1914, l’estime où je tenais l’Action française. J’ai dit et répété autour de moi combien j’approuvais son attitude. […] Son rôle durant la guerre m’a paru des plus utiles […] ; pour lutter contre les éléments perturbateurs il n’était plus question de discuter si c’était le meilleur point de ralliement possible : c’était le seul. […] Pour [ces] raisons […], j’ai réprimé de mon mieux pendant la guerre les sursauts de souffrance et d’indignation morale que L’AF me faisait trop souvent éprouver. Quels sentiments choque-t-elle donc en moi ? sinon mes sentiments chrétiens. […] Je ne connais rien de moins chrétien que l’esprit de Maurras, si ce n’et peut-être l’esprit de Léon Daudet45

52De son côté, aux protestations de Ghéon, Rivière répond : « S’il y a dans ma note quelque chose d’agressif, ce n’est pas à l’endroit des catholiques d’AF, c’est à l’endroit de Maurras tout seul, à qui je reproche de vouloir faire passer pour catholique une doctrine qui ne l’est pas. » La querelle fut close par une mise au point de Rivière en janvier 1920, qui reprenait les termes de sa lettre à Ghéon.

1921-1925. Ruptures

53En apparence, il n’y eut pas grand changement dans l’orientation de La NRF, si ce n’est que la place accordée par Rivière à Proust, Morand, Aragon, Larbaud, etc. montrait bien que la quête du classicisme avait fait son temps, et avec elle une possible complicité avec les visées conservatrices.

  • 46 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1142.
  • 47 Les Cahiers de la Petite Dame, t. I, Gallimard, 1973, p. 108.

54Certes, Gide ne s’est pas désabonné de L’Action française où, en octobre 1921, il lit avec plaisir un éloge de son ami Alibert. Mais pour autant il relève désormais ce qui lui déplaît dans ce journal, comme ce 2 décembre 1921 où il lit un article de Ghéon sur la littérature : « Intelligent encore, mais déjà tout incliné. Il […] soutient qu’aucune œuvre d’art digne de ce nom n’a jamais été crées que dans un but utilitaire et avec l’intention de servir. […] Dans tout cet article je sens une protestation contre ma pensée, contre moi46. » Ou encore, en février 1922 : « Madeleine me signale ses [Ghéon] articles dans L’Action française, justement à propos de Dostoievski ; il réclame le protectionnisme pour la pensée française ! c’est consternant47. »

55Certes, Ghéon continue d’approvisionner La NRF de ses notes, choisissant de préférence ses sujets dans la littérature religieuse, ou chez des écrivains de droite comme René Johannet et Jean Variot. Mais Rivière veille à limiter ces dérapages, comme le 15 janvier 1922, lorsque Ghéon propose un compte rendu des mémoires de Georges Valois :

  • 48 Correspondance Ghéon-Rivière, op. cit., p. 165.

« On m’avait dit que ces Mémoires […] n’avaient aucun caractère politique ; on m’avait trompé sans doute. Tels que tu les présentes, ils forment une véritable défense et illustration de la doctrine d’AF. Il est tout naturel que tu cherches à en faire ressortir la tendance et ce qu’ils te paraissent contenir des preuves en faveur de cette doctrine qui est la tienne. Mais il serait beaucoup moins naturel, tu en conviendras, qu’au moment où nous sommes violemment attaqués par Massis et par Orion [pseudo du chroniqueur littéraire de L’AF] nous nous fassions bénévolement les apologistes de leurs théories48. »

56Le fossé est désormais profond, car sa nature dépasse de loin des considérations tactiques. D’abord, sur le plan politique, Gide et Schlumberger, en liaison avec les Luxembourgeois Aline et Émile Mayrisch, et guidés par Rivière qui en est devenu un porte-parole, prennent des distances croissantes avec le nationalisme belliqueux qui prétend pressurer l’Allemagne au-delà du raisonnable. Dès juin 1919, Gide proclame l’urgence d’une vision de l’Europe incluant nécessairement l’Allemagne. Il y revient en février 1922. Le 19 février 1923, c’est Schlumberger qui lui écrit :

  • 49 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 773.

« Il reste inadmissible qu’on prétende nous faire marcher pour une guerre économique par un appel au dévouement que nous avons été prêts à fournir au moment de l’invasion. Nos créances n’ont rien de sacré. […–] Je reconnais que l’opinion marche (du moins à Paris où l’Action française a de l’influence)49. »

57S’attirant cette réponse, le 23 février :

  • 50 Ibid., p. 775.

« Ta lettre me donne cette parfaite joie amicale de sentir des pensées, qui sont miennes également, exprimées nettement, fortement, éloquemment. Et j’y suis d’autant plus sensible que nous n’avons pas toujours pensé de même durant la guerre, ou du moins au moment de la reprise de la revue50. »

  • 51 Journal, t. I, op. cit., p. 1120.

58Ensuite, plus personnellement, Gide fait de cet après-guerre le moment d’un nouveau départ dans la vie, celui de l’affirmation de toutes ses composantes intellectuelles et sensuelles. Et cela, au moment où il écrit la seconde partie de Si le grain ne meurt, Corydon, mais aussi ses conférences sur Dostoïevski où s’affirme à la fois l’accueil de l’étranger, et la prise en compte des zones obscures de l’homme, tout cela contredit l’obligation de choisir que Maurras prétend imposer dans tous les domaines. Le 14 janvier 1921, Gide note : « Le seul classicisme admissible c’est celui qui tienne compte de tout. Celui de Maurras est détestable parce qu’il opprime et supprime, et rien ne me dit que ce qu’il opprime ne vaut pas mieux que l’oppresseur. La parole aujourd’hui est à ce qui n’a pas encore parlé51. »

59Ce n’est donc pas sur le terrain politique, mai, plus insidieusement, sur celui de la morale et des mœurs que la droite va attaquer Gide. Ce n’est pas Maurras qui va répondre à Gide, mais l’un de ses proches, Henri Massis, fondateur du Parti de l’intelligence, qui en novembre, lance dans La Revue universelle une première attaque, où Gide est tout simplement qualifié de démoniaque. Il revient à la charge plus longuement en 1923, son étude s’appuyant sur quatre citations de Maurras, à qui il dédie le volume où il rassemble ces articles l’année suivante. Selon Massis, « ce qui est mis en cause » par Gide, « c’est la notion même de l’homme sur laquelle nous vivons. » C’est aussi ce que suggère Ghéon, dans L’Action française du 16 mars 1923 ; dans sa chronique il s’en prend à « tels de ses amis de La NRF » et précisément à Gide dont, s’appuyant sur une citation de Maurras, il dénonce le « snobisme » qu’il appelle « messianisme ».

60Ces attaques ad hominem sont précisément une méthode qui répugne à Gide, et qui achève de le détourner de L’Action française. Le 4 novembre 1922, il écrit à Roger Martin du Gard, à propos de l’article de Massis :

  • 52 Correspondance Gide-Martin du Gard, t. I, Gallimard, 1968, p. 199.

« L’art de discréditer, d’invalider la pensée d’autrui est pratiquée là avec une indéniable maîtrise. […] Ah ! les malhonnêtes gens ! […] Avez-vous lu dans L’AF d’il y a trois jours […] un article de Léon [Daudet] sur le prix Balzac ? Ils organisent savamment une terreur littéraire. “Soyez avec nous, ou vous ne serez pas. Nous vous empêcherons d’être.”52 »

  • 53 Journal, t. 1, p. 1234.

61Et en décembre, il revient sur l’esprit « qui inspire L’AF ; un procédé d’intimidation, d’esbroufe et de terreur – […] Rien ne me paraît plus abominable53. »

  • 54 Ibid., p. 1204.

62Maurras désormais n’est pas excepté par Gide dans sa réprobation envers L’Action française ; il a cessé de compter pour lui, remplacé, dans cette note du 11 janvier 1923, par une figure située bien différemment sur l’échiquier politique, et qui deviendra, à partir de 1927, une des voix dominantes de La NRF : « Je lis certains propos d’Alain avec une admiration très vive. Je le préfère, et même de beaucoup, à Maurras et ne vois pas par où Maurras pourrait lui être supérieur – si ce n’est pas sa surdité54. »

63Avant même d’entamer son compagnonnage avec les communistes, le jugement de Gide à l’égard de L’AF est désormais fixé, comme le montre cette anecdote d’août 1926, rapportée par la Petite Dame :

  • 55 Les Cahiers de la Petite Dame, t. I, p. 266.

« Il raconte qu’il a vu sur le bureau de Copeau une série de photographies, faites par Pascal, d’hommes politiques opposés à l’Action française, et visiblement prises avec une volonté de monstrueuse caricature. Et comme Copeau avait l’air de trouver ça très drôle, très réussi, il s’insurge et lui dit : “Mais songes-tu que dans le groupe adverse on doit montrer les mêmes déformations systématiques, et que c’est avec ça qu’on écrira l’histoire !” Copeau a répondu : “Nous apparaîtrions dans tous les cas avec plus de noblesse.” […] Voilà des années que j’ai prévenu Agnès : ce petit se nourrit uniquement de L’Action française, sans le moindre contrepoids55. »

64Déjà, dans ses Faux-Monnayeurs, achevés en 1925, se trouvait résumé l’essentiel de son évolution : le roman s’ouvre presque sur cette réflexion d’un lycéen anonyme, lecteur des articles de Maurras : « Ça m’emmerde, mais je trouve qu’il a raison » et se clôt presque avec le refus de Bernard d’adhérer à un mouvement nationaliste dont le nom n’est pas donné, mais l’orientation évidente. Pour Gide au moins, la cause désormais est entendue. Mais La NRF, après la mort de Rivière, n’a pas fini d’évoluer…

Note

1 Cher maître. Lettre à Charles Maurras, Bartillat, 1995, p. 33

2 Ibid., p. 331-332.

3 Gide, Essais critiques, Pléiade, Gallimard, 1999, p. 22.

4 Brouillon de lettre daté de milieu de juin 1901, archives Catherine Gide.

5 Voir Correspondance Gide-Schlumberger, Gallimard, 1993, p. 19 et 23.

6 Correspondance Gide-Rouart, PUL, 2006, t. II, p. 163.

7 Correspondance Gide-Ghéon, Gallimard, 1976, p. 546.

8 Correspondance Gide-Denis, Gallimard, 2006, p. 278.

9 Correspondance Gide-Ghéon, op. cit., p. 721.

10 Ibid., p. 736.

11 Bulletin des Amis d’André Gide, no 164, octobre 2009, p. 468.

12 Gide, Essais critiques, p. 180.

13 Ibid., p. 193.

14 Ibid., p. 200-201.

15 Ibid., p. 202.

16 Voir Correspondance Gide-Schlumberger, Gallimard, 1993, p. 278.

17 Ghéon, « L’Action française et le cas Moréas », La NRF, mai 1910, p. 689.

18 Essais critiques, p. 240.

19 Ibid., p. 259.

20 Ibid., p. 259-260.

21 Correspondance Gide-Schlumberger, p. 431.

22 La Revue critique, p. 641-645.

23 Le Mercure de France, 1er août 1911, p. 501.

24 La Revue critique, 10 octobre 1911, p. 371.

25 La Revue critique, 25 janvier 1912, p. 197-200.

26 Ibid., p. 217.

27 Gide, Journal, t. I, Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1998, p. 969.

28 Écrits de Paris, janvier 1983, p. 65.

29 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1015.

30 Ibid., p. 1016-1017.

31 Schlumberger, Notes sur la vie littéraire, Gallimard, 1999, p. 1050.

32 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 615.

33 Correspondance Rivière-Schlumberger, Centre d’études gidiennes, Lyon, 1980, p. 147.

34 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1671.

35 L’Action française, 21 décembre 1917 ; BAAG 55, p. 434.

36 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 659.

37 Ibid., p. 665.

38 Gide, Journal, t. I, p. 1060.

39 Correspondance Schlumberger-Copeau, Gallimard, 2000, p. 665.

40 Correspondance Rivière-Gallimard, Gallimard, 1994, p. 60.

41 Correspondance Rivière-Schlumberger, op. cit., p. 307.

42 Correspondance Gide-Ghéon, op. cit., p. 946.

43 Correspondance Rivière-Ghéon, Centre d’étude gidiennes, Lyon, 1988, p. 136.

44 Correspondance Gide-Rivière, op. cit., p. 576.

45 Correspondance Gide-Denis, op. cit., p. 341.

46 Gide, Journal, t. I, op. cit., p. 1142.

47 Les Cahiers de la Petite Dame, t. I, Gallimard, 1973, p. 108.

48 Correspondance Ghéon-Rivière, op. cit., p. 165.

49 Correspondance Gide-Schlumberger, op. cit., p. 773.

50 Ibid., p. 775.

51 Journal, t. I, op. cit., p. 1120.

52 Correspondance Gide-Martin du Gard, t. I, Gallimard, 1968, p. 199.

53 Journal, t. 1, p. 1234.

54 Ibid., p. 1204.

55 Les Cahiers de la Petite Dame, t. I, p. 266.

Autore

Professeur émérite à l’Université de Nantes, Pierre Masson est président de l’Association des amis d’André Gide. Il a publié plusieurs études sur André Gide (« André Gide, voyage et écriture » ; « Lire les Faux-Monnayeurs »), édité une dizaine de ses correspondances (avec Christian Beck, Robert Levesque, Aline Mayrisch, Jean Malaquais, Maurice Denis, Marc Allégret, Paul Desjardins...), co-dirigé le Dictionnaire Gide (Garnier, 2011) et édité les quatre derniers volumes des œuvres de Gide dans la Bibliothèque de la Pléiade.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540