Version classiqueVersion mobile

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Les Lettres dans La Revue universelle de 1920 à 1924

The Letters in the Revue universelle from 1920 to 1924

Michel Leymarie

Résumé

La Revue universelle, publication alliée de l’Action française, paraît à partir de 1920 sous la direction de J. Bainville. Elle publie des réflexions, des textes romanesques et poétiques dont la postérité n’a pas toujours gardé le souvenir. Maurras, Bainville, Barrès, Bourget, Benoit… figurent parmi les premiers collaborateurs. Elle fait place aussi à de nombreux articles de critique littéraire, à ceux, en particulier, de Lasserre, Daudet et Massis, le secrétaire de la revue ; elle livre aussi des articles de collaborateurs mineurs qui reprennent et développent des thèses traditionalistes. La question des rapports entre les ordres politique, moral et esthétique est centrale chez ces critiques, en opposition avec les idées et les productions de La NRF. De fait, La Revue universelle paraît s’intéresser davantage à l’histoire et à la politique qu’à la littérature.

Texte intégral

1Sous le ministère Combes, au temps du Bloc des gauches, le ministre de la Guerre avait fait établir deux registres : le premier, appelé « Carthage », comprenait les listes d’officiers que le pouvoir jugeait hostiles à la République et qui devaient être brisés ou brimés ; le second, intitulé « Corinthe », comptait les noms de ceux, loyaux, à qui l’on promettait la félicité d’une promotion. Ce sont en quelque sorte deux registres « Carthage » et « Corinthe » que l’on peut dresser à la lecture des œuvres de fiction ou des critiques livrées les quatre premières années de La Revue universelle.

  • 1 P. Bourget, La Revue universelle, désormais notée RU, t. I, no 4, 15 mai 1920, p. 385. Entre autres (...)
  • 2 RU, t. I, no 1, 1er avril 1920, p. 1-9.
  • 3 ***, Nonni et Élis, RU, t. XVII, no 1, 1er avril 1924, p. 31, n. 1.
  • 4 Benjamin Crémieux, XXe siècle, Les Cahiers de La NRF, Gallimard 2010, p. 215.
  • 5 Ibid., p. 144.

2Paul Bourget, un des auteurs vedettes de la revue dirigée par Jacques Bainville, note que « c’est un signe des temps que le mot d’Intelligence passe et repasse indéfiniment dans les projets de réfection nationale, ébauchés partout en ce moment1 ». En effet, au sortir de la Grande Guerre, « l’intelligence » ne manque pas de défenseurs et d’interprètes, à gauche comme à droite. Massis, auteur en juillet 1919 du manifeste « Pour un Parti de l’Intelligence », est le secrétaire d’une revue qui, à partir d’avril 1920, veut permettre « aux écrivains de la Renaissance intellectuelle et nationale » de « rassembler les forces de l’intelligence contre les puissances de dissolution, d’ignorance et d’argent qui menacent la raison et l’ordre de l’univers »2. La disposition de la revue, – à laquelle ne participent presque uniquement des hommes –, est d’emblée fixée : plusieurs textes de réflexion ou de fiction précèdent la vaste rubrique « Les idées et les faits » qui regroupe diverses chroniques sur l’étranger, les Lettres, l’histoire, les Beaux-Arts, la philosophie, la vie économique et sociale, les sciences ; enfin, une « chronique de la quinzaine » livre quelques comptes rendus. On note aussi qu’à la différence de La NRF, le domaine étranger est faiblement représenté à La Revue universelle : il l’est notamment par un extrait d’Orthodoxy et par La Sphère et la Croix de C. K. Chesterton, ainsi que par Nonni et Élis, le récit d’un prêtre islandais, Jon Svenson, qui vaut, d’après la rédaction, « sans doute à l’esprit du catholicisme répandu sur une imagination aussi septentrionale3 ». Si la revue manifeste un intérêt certain pour la littérature allemande de l’immédiat après-guerre ou pour la crise des Lettres anglaises, elle le fait fréquemment en ayant pour référence la France, une France inquiète et insatisfaite des traités de 1919-1920. On ne trouve nullement, dans ses colonnes, une dilection particulière pour le cosmopolitisme d’un Paul Morand, qui recherche dans les capitales du continent, comme le dit Benjamin Crémieux, « les morceaux épars de l’Europe4 ». La différence est ici patente – et, on le verra, ce n’est pas la seule – avec la Nouvelle Revue française dont nombre de membres ont, comme Valery Larbaud, « le sens de l’Europe5 ».

  • 6 Cf. Pascale Ryan, La Revue universelle 1920-1944, DEA d’histoire, P. Ory (dir.), Université de Vers (...)

3Les articles de tête sont, le plus souvent, réservés aux membres les plus éminents de l’Action française ou à ceux, célèbres, qui sont dans l’orbite du mouvement6. Les articles critiques sur les Lettres sont, eux, disséminés dans les livraisons de la revue ; se distinguent Pierre Lasserre, Léon Daudet ainsi que Henri Massis, constamment présent. Derrière eux, les minores : Henri Albert, Maurice Bourgeois, Pierre Hepp, Robert Kemp, Marc Lafargue, Georges Le Cardonnel, Robert Lejeune, René Lote, Xavier de Magallon, Henri Martineau, Louis Martin-Chauffier, Jacques Roujon, André Thérive, Gonzague Truc…

  • 7 RU, t. XI, no 18, 15 décembre 1922, p. 798 et ibid., t. V, no 2, 15 avril 1921, p. 225.
  • 8 Bien qu’ils n’obéissent pas « aux lois, d’ailleurs tutélaires, de la métrique malherbienne », P. La (...)

4Ces collaborateurs ne répugnent pas à la louange d’auteurs qui sont proches ou même membres de La Revue universelle. « Nul n’aura de l’esprit, hors nous et nos amis », pourraient-ils dire. Massis voit ainsi dans Sylla et son destin de Daudet – publiée dans la revue – une œuvre « sans précédent dans notre littérature » et il estime que Les Chapelles littéraires de Lasserre est un des plus importants livres de critique par la méthode qu’il formule, celle d’une « haute mission conservatrice7 ». Lasserre loue trois auteurs publiés dans des numéros voisins de ceux où il écrit : il traite de l’œuvre poétique de Lucien Dubech, rend hommage à Pierre Benoit et dit des vers de Jammes qu’ils lui « ont toujours trop fait battre le cœur8 ».

  • 9 Selon R. Kemp, l’historien est de ces « dogmatiques qui font de l’histoire une science exacte, au l (...)
  • 10 P. Lasserre, RU, no 20, 15 janvier 1921, p. 221-227 ; ibid., no 22, 15 février 1921, p. 489-491.
  • 11 G. Le Cardonnel, RU, t. IX, no 2, 15 avril 1922, p. 229.
  • 12 RU, t. XIII, no 2, 15 avril 1923, p. 103-104 et ibid., t. XIX, no 18, 15 décembre 1924.
  • 13 P. Lasserre, Faust en France, Paris, Calmann-Lévy, 1929, p. I. Cf. Gaetano de Leonibus, « Discordan (...)

5Kemp s’en prend à Seignobos qui a critiqué Le drame des Jardies de Daudet9. Le Cardonnel voit en cet auteur l’une des plus fortes et originales personnalités du temps qui, à des talents de polémiste et de pamphlétaire, joint ceux d’un conteur et d’un romancier10. Les romans d’Edouard Estaunié le font songer à Balzac « par son talent à peindre les milieux provinciaux », à Dostoïevski « par son sens hallucinatoire des personnages et de la vie », à Bourget « par son souci de la vie morale »11 ! Truc loue les Jugements de Massis, « qui s’appuie sur Dieu », Thérive se dévoue pour vanter la poésie de Le Cardonnel, également familier de la revue12. Bref, comme le dira Lasserre, « les disciples intégraux sont toujours médiocres13 ».

6Au-delà de ces entreprises de promotion réciproque, quels sont les œuvres de fiction et les auteurs loués ? Par qui le sont-ils ? Quels autres sont combattus ? Quelle esthétique se dégage ? Quelle est, finalement, la place de la littérature dans La Revue universelle de ces années-là ?

Roman et poésie

  • 14 H. Massis, « L’art de Jérôme et Jean Tharaud », RU, t. X, no 7, 1er juillet 1922, p. 101.

7Massis constate, comme bien d’autres, que le roman est devenu « l’ars magna14 » mais les œuvres proposées par la revue ne sont pas de celles que la postérité a le plus souvent retenues : Et la Lumière fut ! et Les Feux s’éteignent de Charles Géniaux ; Le Retour éternel de Pierre de Cardonne ; Aimée Collinet de Henri Davignon ; La Chaussée des Géants de Pierre Benoit ; La Brière d’Alphonse de Chateaubriant ; La Reine évanouie de Jean-Louis Vaudoyer ; Colin-Maillard de Louis Hémon ; Le Mariage basque et Les Robinsons basques de Francis Jammes ; Les vertus bourgeoises d’Émile Henriot ; Ulysse, Cafre ou l’Histoire dorée d’un Noir de Marius-Ary Leblond ; Le Couvent désaffecté de Paul Bourget ; L’Alcyone d’Edmond Jaloux ; Valentine ou la Folie démocratique de René Benjamin…

  • 15 « Debout sur son vaisseau près de ses compagnons, / Quand le dur laboureur de l’humide sillon, / Le (...)
  • 16 C. Maurras, « Les nouvelles générations de poètes », RU, t. XIII, no 6, 15 juin 1923, p. 659.
  • 17 L. Dubech, RU, t. IV, no 23, 1er mars 1921, p. 623 ; M. Lafargue, RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p (...)
  • 18 L. Mercier, RU, t. VI, no 11, 1er septembre 1921 ; C. Cordès, ibid., t. XVI, no 20, 15 janvier 1924
  • 19 F.-P. Alibert, RU, t. XIV, no 7, 1er juillet 1923.
  • 20 A. Droin, RU, t. VIII, no 20, 15 janvier 1922.

8Maurras, qui publie dans la revue « Le mystère d’Ulysse » – avant de le donner chez Gallimard – paraît bien isolé dans la production poétique de son temps. « Les compagnons deviennent rares », note-t-il mélancoliquement dans « Le colloque des morts »15. Dans les nouvelles générations de poètes, il ne trouve à citer que Thérive, Fagus, Camo16 ; Dubech vante « l’admirable carrure, le suc, la force simple de Raoul Ponchon », Lafargue « le noble poète Raymond de la Tailhède »17. De fait, certains poètes prometteurs comme Jean-Marc Bernard ou Pierre Gilbert, ont disparu. Ceux qui sont alors publiés dans la revue ne paraissent, pas plus que les prosateurs, avoir connu une gloire posthume. Quelques extraits peuvent étayer ce jugement. Ainsi, « La Fête du Blé » de Louis Mercier : « Honorons en ce champ de blé / les vertus de la bonne terre / dont les épis se sont gonflés. » Ou « Les Feux du Liban » de Claude Cordès : « Écoute, un son de flûte au loin s’évanouit / Vers le quartier arabe et les ruelles basses, / Et d’invisibles yeux, sur le bord des terrasses, / Se remplissent de ciel, de douceur et de nuit18. » Ou bien encore « Premier printemps » de François-Paul Alibert : « Heure recommençante, arbres, légers feuillages, / Charme des mois nouveaux, / Qui ne laissez tomber qu’à peine un peu d’ombrage / De vos tendres rameaux19 ». Il est loisible de ne pas se souvenir de l’Ode à sainte Jeanne d’Arc que donne Ghéon, lue à l’occasion du retour de la statue dans la cathédrale de Reims en juillet 1921 : « Là, sous le dais de l’été, / Une jeune fille armée / recoud avec son épée / le royaume divisé. » Ou bien de peu goûter l’ode à la cathédrale de Strasbourg d’Alfred Droin20.

  • 21 RU, t. II, no 11, 1er septembre 1920, p. 540-541.

9Robert Havard de la Montagne, que l’on connaît parfois plus grave, livre deux pastiches : l’un, « Pour la canonisation de Jeanne d’Arc », écrit à la manière de Péguy, que Charles de Pesloüan évoque dans un hommage versifié21 ; l’autre, « Le Grand Soir », rappelle la manière d’Anna de Noailles. Kemp voit dans « la rêveuse, la fougueuse, l’illuminée et l’éperdue » une lyrique romantique et les « dons éclatants » qu’elle manifeste dans Forces éternelles sont célébrés par Lasserre.

  • 22 P. Valéry, RU, t. V, no 3, 1er mai 1921, p. 277-279 ; Œuvres, Poésies, Mélange, Variété, édition de (...)
  • 23 D. Halévy, « De Mallarmé à Paul Valéry », RU, t. I, no 3, 1er mai 1920, p. 281-288.
  • 24 RU, t. X, no 8, 15 juillet 1922.
  • 25 C. Maurras, « L’Art du poète », RU, t. XIX, no 16, 15 novembre 1924, p. 386.

10La publication de Fragments de Narcisse de Paul Valéry en mai 1921 paraît relever d’une stratégie d’auteur et d’éditeur plus que d’une adhésion aux valeurs du groupe. Cette publication intervient en effet après celle d’un extrait dans la Revue de Paris en septembre 1919 et avant une autre en juin 1921 dans la NRF22. Les textes consacrés à l’ancien antidreyfusard Valéry l’associent souvent à Mallarmé. Halévy voit en lui « un décadent de grande classe » qui retrouve « sous la musicalité, l’énigme et la recherche mallarméennes, les anciennes maîtrises » et il se réjouit de son succès23. Lafargue trouve « une certaine parenté – un peu lointaine – » de Ghéon avec Valéry24. Maurras lui-même dit que « Valéry, mallarmiste, finit par retrouver une grande partie de ce que Mallarmé nous a retranché25 ».

  • 26 Id., « L’avènement de Moréas », RU, t. XI, no 16, 15 novembre 1922.
  • 27 R. de la Tailhède, Paris-Journal, 18 avril 1924, cité par Ivan P. Barko, L’esthétique littéraire de (...)

11Jean Moréas occupe une place de choix dans le panthéon de La Revue universelle : Maurras rappelle l’avènement du fondateur de l’École romane26 et son importance pour lui. Mais, comme l’écrit alors pudiquement La Tailhède, « l’École romane n’a pas obtenu chez nos contemporains tout le crédit qu’elle était en droit d’espérer27 ». Autrement dit, la « renaissance classique » a déjà échoué, tout comme la restauration monarchique.

Lasserre et Daudet

  • 28 Ce que dit Lasserre de l’école de l’art pour l’art, école de « l’artificieuse fantaisie et de l’iro (...)
  • 29 P. Lasserre, « Marcel Proust humoriste et moraliste », RU, t. II, no 7, 1er juillet 1920, p. 19-32. (...)
  • 30 RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p. 485-489.
  • 31 « Rien de plus faux, rien de plus trouble, rien de plus barbare que cette conception à la mode dont (...)

12Lasserre n’est présent que la première année de la revue. L’auteur de la fameuse thèse sur Le Romantisme français n’hésite pas à pratiquer une critique où le moi n’est pas toujours haïssable28 et deux de ses textes le montrent en décalage par rapport à d’autres auteurs de l’Action française : Daudet avait soutenu À l’ombre des jeunes filles en fleurs pour le Prix Goncourt en 1919. Lasserre, même s’il apprécie « ses sentences de moraliste », livre une critique plutôt acerbe sur Proust, qualifié d’« esthète pensif », de « snob de l’humour » : « c’est Spinoza qui marivaude » ; son œuvre est comparée à « une mécanique artificiellement combinée et montée »29. Quand il rend compte du Dialogue d’Éleuthère de Julien Benda, il le fait avec sympathie – nous sommes quelques années avant La Trahison des clercs – et la curiosité de l’auteur, la densité de son style sont louées30 ; mais Lasserre s’oppose surtout à un « lieu commun, fort répandu dans la littérature de ces vingt dernières années et qui consiste à exagérer, à pousser à l’extrême la différence et l’opposition de nature entre la sensibilité et l’intelligence, celle-ci nous étant représentée comme une faculté froide et sèche31 ».

  • 32 Cf., dans ce volume, la communication de J. El Gammal et celle de R. Kopp, « Maurras lecteur de Rou (...)
  • 33 Dédicace de Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance 1895-1905, Nouvelle L (...)
  • 34 L. Daudet, RU, t. III, 1er octobre 1920, p. 26.
  • 35 Id., Les Œuvres dans les hommes, Nouvelle Librairie nationale, 1922, p. 51.
  • 36 Id., RU, no XVII, 1er décembre 1920, p. 513 ; Les Œuvres dans les hommes, op. cit., p. 91.
  • 37 Id., Les Œuvres dans les hommes, op. cit. p. 98 et 122.
  • 38 Id., RU, no 17, 1er décembre 1920, p. 541. Les Œuvres dans les hommes, op. cit., p. 140.

13Comme une contribution est consacrée à Léon Daudet, il suffira de dire ici que le polémiste livre en feuilleton à partir d’octobre 1920 Les Œuvres dans les hommes, la série publiée par la Nouvelle Librairie nationale dirigée par Georges Valois, et, à partir de février 1922, Le stupide dix-neuvième siècle sur « l’aberration romantique au XIXe siècle et ses conséquences »32. Selon Daudet, loué par Maurras pour son « comique rédempteur33 », Victor Hugo est le deuxième père du romantisme, « le père numéro un étant Chateaubriand » ; le poète appartient à la catégorie des « comédiens de soi-même, toujours en représentation […] avec Chateaubriand et, plus loin, Rousseau34 ». Tandis que Frédéric Mistral représente « le génie équilibré », Zola symbolise au contraire « la perversion naturaliste35 » ou bien « le romantisme de l’égout » d’un « primaire romantique » à la « réputation usurpée »36, « un hérédo coprolatique, accablé d’images semi-érotiques, semi-scatologiques, dont il cherchait à se libérer dans ses écrits ». Le romantisme est « une déformation, une maladie du lyrisme »37 ; « caricature obscène du romantisme, le zolisme procède de la même erreur, d’origine évidemment sexuelle38 ».

Corinthe

  • 39 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Fayard, 1988, (...)
  • 40 P. Bourget, « Réflexions sur le Rouge et le Noir », RU, t. XIII, no 5, 1er juin 1923, p. 534.

14La Revue universelle honore ses collaborateurs académiciens de « la France des grand B » : Barrès, Bordeaux et Bourget, qui publient aussi dans la prospère Revue des Deux Mondes39. Un texte sur Le Rouge et le Noir offre l’occasion à l’auteur de L’Étape de reprendre une de ses thèses majeures : la juxtaposition des classes ; « leur échafaudage, constitue une des conditions nécessaires de toute société40 ». Et Martin-Chauffier compare la formation de la doctrine de Bourget à la constitution du royaume de France :

  • 41 L. Martin-Chauffier, « Paul Bourget critique », RU, t. XI, no 15, 1er novembre 1922, p. 362-363.

« Lente assimilation, choix prudent et judicieux des seuls éléments assimilables, extension mesurée, qui développe la puissance sans compromettre l’unité, ce sont les mêmes caractères, la même méthode. Paul Bourget ou le Capétien ; nul n’a mieux mérité ce titre »41.

  • 42 P. Bourget, RU, t. I, no 4, 15 mai 1920, p. 389-390.
  • 43 H. Massis, « Ernest Renan ou le romantisme de l’intelligence I », RU, t. XII, no 22, 15 février 192 (...)
  • 44 Id., IIe partie, RU, t. XII, no 23, 1er mars 1923, p. 638 et 653. « Cette universalité sentimentale (...)
  • 45 Id., IIIe partie, RU, t. XIII, no 1, 1er avril 1923, p. 74.

15Bourget rappelle tout ce que le courant traditionaliste doit à Taine et Renan : le Taine des Origines de la France contemporaine et le Renan de la Réforme intellectuelle et morale, « deux maîtres à cette critique de l’erreur révolutionnaire », « loin des flagorneries de la démocratie et des dupes, plus dangereuses encore »42. Massis distingue, lui aussi, l’auteur de La Réforme du premier Renan, dont la doctrine « n’est qu’une rapsodie spéculative faite d’éléments assemblés par une imagination capricieuse » ; le relativisme, la sensibilité de cet homme qui « méconnaît la valeur de l’abstraction, de l’idée » sont condamnés43. L’Avenir de la Science est « une affirmation dogmatique et rationaliste » et « Renan n’est sorti du catholicisme que pour entrer dans une sorte d’universalité imaginative et sentimentale qui est le comble de la subjectivité »44. Il n’aurait fait que « s’abandonner à l’impressionnisme et à la fantaisie de sa nature mobile45. »

  • 46 Ainsi la série de Barrès sur « la réorganisation scientifique de la France » qui, commencée en août (...)
  • 47 « Luther fut avant tout une incarnation vivante du génie et du caractère de sa race, s’opposant au (...)
  • 48 R. Kemp, « Trois aspects du dilettantisme » sur les Jugements de Massis, RU, t. XIV, no 11, 1er sep (...)

16Les textes politiques de Barrès46 n’intéressent que peu notre propos ici ; bien davantage, en revanche, son cours donné à l’Université de Strasbourg sur le Génie du Rhin et reproduit en février 1921, ou bien son article de janvier 1922 « Quelles limites poser au germanisme intellectuel ? », dont les réflexions convergent avec celles de Maurras et de Massis et de maurrassiens de moindre importance, qui opposent, comme Le Cardonnel, germanisme et latinité47. Après Massis, Kemp estime que Barrès, « dilettante », est « parvenu à se dépasser et à restituer son “moi”, jadis trop isolé ou précieux, dans le “moi” plus ample de la race et des institutions48 ». L’un et l’autre ne font que paraphraser ici ce qu’écrivait vingt ans plus tôt l’auteur d’Amori et dolori sacrum dans « Le 2 novembre en Lorraine ».

  • 49 H. Massis, RU, t. X, no 9, 1er août 1922, p. 360, 366 et 367.

17Il faut s’arrêter sur les commentaires que Massis fait à deux reprises d’Un jardin sur l’Oronte, nouvel épisode de la querelle initiée par José Vincent en juillet 1922. Le premier article, en août, résume le roman de Barrès, « ce Chateaubriand qu’il rappelle par tant de ressemblances » et il se borne à souligner le « pathétique voluptueux », « la brillante énigme poétique » de l’œuvre49. Le second article, en octobre, est, lui, polémique. Il s’insère dans le débat sur la question de la morale et de l’art, plus précisément sur les rapports entre la littérature et le catholicisme :

  • 50 Id., « Un débat sur la littérature et le catholicisme », RU, t. XI, no 13, 1er octobre 1922, p. 99- (...)

« Pour Barrès, comme pour beaucoup d’écrivains d’aujourd’hui, en effet, catholique signifie moraliste et rien d’autre […] Sans doute apparaît-il à Barrès et à d’autres artistes que, pour certains écrivains “bien pensants”, les bonnes intentions morales suppléent à la qualité du métier ou de l’inspiration50

  • 51 Ibid., p. 104.
  • 52 Id., F. Lefebvre, Une heure avec…, RU, t. XVI, no 21, 1er février 1924, p. 377-378.

18Aux yeux de Massis, certains auteurs, même proches comme Bourget, produisent parfois des œuvres qui sont certes édifiantes mais dont le récit demeure factice. « Beaucoup d’artistes catholiques ne sont que des moralistes religieux », juge-t-il. Mais le critique précise que le point de vue catholique n’est pas étranger à l’art et il rappelle « les admirables pages [de Romantisme et Révolution] où Maurras a montré l’analogie profonde de l’ordre politique et de l’ordre esthétique51 ». En écho aux diverses enquêtes contemporaines sur « les préoccupations, les tendances de la littérature d’aujourd’hui », Massis estime que la seule figure qui, selon lui, émerge est celle de Barrès. La mort du romancier exige un examen de conscience, dit-il, alors que le problème des générations, – question récurrente des années vingt –, se pose d’une manière nouvelle52.

  • 53 « Réflexions sur un premier livre », p. 154.
  • 54 Pour une histoire du texte, voir Bruno Goyet, « Récits d’enfance et de jeunesse dans l’œuvre de Cha (...)

19Un homme se penche sur son passé, tel pourrait être le titre, repris de Constantin-Weyer, pour rendre compte de certains écrits publiés dans La Revue universelle par Maurras ; celui-ci revient en 1921 sur Le Chemin de Paradis, « petit livre, esquisse trop confuse de claires visions53 » dont il avait publié une première version en 1895, inscrite dans la mode des mythes et fabliaux54. Il confesse alors la révision du texte pour ménager « l’alliance des catholiques » :

  • 55 Ibid., p. 143.

« Toute ma révision s’est inspirée du souci majeur de ne pas trop déplaire aux gens raisonnables et aux gens de goût. Les catholiques en sont bien. […] ce que j’ai voulu éviter, c’est de les offenser. Mon intention ne leur a jamais été adverse. Le respect m’a toujours paru être obligatoire envers eux. L’alliance des catholiques me semble désirable pour tout homme de bonne foi, et surtout s’il est né Français ou si une raison quelconque l’intéresse au maintien de l’héritage latin ou helléno-latin : sans l’alliance catholique, c’est un trésor dont l’humanité peut faire son deuil55

  • 56 C. Maurras, « Du roman rustique au roman mystique », RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 534.
  • 57 H. Ghéon, RU, t. II, no 8, 15 juillet 1920, p. 222-226.

20En 1924, fidèle à sa méthode, il reprend des pages publiées trente ans auparavant sur Émile Pouvillon, avant de se livrer à une attaque contre Zola qui « verse son moi sur la nature56 ». Vaudoyer étudie les variantes de style dans la nouvelle édition du Chemin de Paradis en août 1921 et Camille Bellaigue est « au pays de Maurras, avec lui » en septembre. La Provence et Mistral sont souvent associés à Maurras, qui vante Montenard, illustrateur du Félibre. La genèse de Mireille est évoquée en 1920, les lettres inédites de Mallarmé à Aubanel commentées par Thérive en 1923. La seule critique faite au doctrinaire de l’Action française réside dans le compte rendu des Idées de Charles Maurras de Thibaudet : Ghéon, qui fut du noyau initial de La NRF, reconnaît au Bourguignon « la patience d’un bœuf ou, si vous préférez, d’un laboureur » et il lui sait gré d’avoir mis en évidence chez le doctrinaire « l’immense question de l’ordre »57.

  • 58 ***, RU, t. III, no 15, 1er novembre 1920, p. 374. Voir aussi R. Grousset sur La Châtelaine du Liba (...)
  • 59 L. Daudet, RU, no 16, 15 novembre 1920, p. 491 ; H. Massis, RU, t. X, no 7, 1er juillet 1922, p. 10 (...)

21Dans le dossier « Corinthe » il faut aussi placer Pierre Benoit, « un bon écrivain de la lignée française », et Louis Bertrand, « au premier rang des maîtres »58. Chez les Tharaud qui vont bientôt quitter la Revue des Deux Mondes pour La Revue universelle Daudet aime « la grâce de la ligne, la simplicité du ton, le dédain des artifices, les truculences de la couleur » ; Massis les inscrit dans une lignée classique ; Le Cardonnel juge qu’ils sont « de véritables écrivains » ; Kemp voit en ces auteurs antisémites des « historiens de l’âme juive »59.

  • 60 R. Kemp, RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 636.
  • 61 Id., RU, t. XVI, no 22, 15 février 1924, p. 511.
  • 62 ***, RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 648-650.
  • 63 « C’est par cette “modernité” que Le bal séduira les jeunes gens, qu’il agira sur eux ; mais il a d (...)

22Ce n’est pas dans La Revue universelle que se trouvent les analyses les plus pénétrantes sur l’œuvre de Proust, où Kemp découvre des merveilles de sensibilité, d’acuité, « de finesse et de poésie60 ». Dans Ouvert la nuit, Fermé la nuit, l’auteur « dépouille presque complètement l’ancien Paul Morand61 » ; c’est un véritable écrivain, « le représentant d’une nationalité auprès d’une autre », juge un auteur anonyme selon lequel ses dernières œuvres brossent « une vingtaine d’excellents portraits […] piqués sur une carte de géographie62 ». Le Diable au corps de Radiguet était pour Massis un chef-d’œuvre de promesses, tenues dans Le Bal du comte d’Orgel, où est intégré « l’apport le plus neuf de la recherche moderne : le meilleur de Proust, de Gide, et plus près encore de Cocteau, de Morand63 ».

  • 64 C. Maurras, Anatole France politique et poète, Librairie Plon, 1924, p. 53.
  • 65 Id., « Réflexions sur un premier livre », RU, no 20, 15 janvier 1921, p. 130 et 135.
  • 66 G. Truc, RU, t. XIV, no 11, 1er septembre 1923, p. 617 ; J. Roujon, « Anatole France et la Révoluti (...)

23Enfin, à La Revue universelle, Anatole France est l’objet d’une comptabilité en partie double : le républicain engagé dans l’affaire Dreyfus est nettement distingué de l’humaniste sceptique, qu’admire Maurras. Il consacre une plaquette à celui qu’il dit être son Maître à l’occasion de son jubilé de 1924 : « France et Barrès ont réintégré l’intelligence dans l’art d’écrire64 » : il est « un écrivain vivant et qui vivra toujours », « le gardien et le rénovateur et le prêtre de ce “parler aux douceurs souveraines” que les trois quarts de siècle avaient outragé »65. France est sauvé par Truc pour avoir libéré « la littérature d’un naturalisme aussi bête qu’odieux » et par Roujon car ce « prétendu révolutionnaire » est « l’homme le plus réactionnaire du monde » ; il a « respecté le siècle de Louis XIV », « pénétré toute la férocité des humanitaires » et dit de Zola : « Personne avant lui n’avait élevé un si haut tas d’immondices »66.

Carthage

  • 67 RU, t. II, no 8, 15 juillet 1920, p. 231.
  • 68 Bien que romantique, Lamartine est aimé de Maurras et de quelques disciples ; Stendhal est « un ami (...)
  • 69 L. Daudet, Les Œuvres dans les hommes, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1922, p. 116.

24Alors que la littérature oscille « entre l’abdication de l’intelligence et les balbutiements puérils d’une fausse simplicité67 », selon Bourgeois, alors que, juge Massis, « pour l’instant, la chose littéraire semble compromise », à quoi s’opposent les chroniqueurs de La Revue universelle ? Au romantisme et au naturalisme, bien entendu68 ; il suffira ici de rappeler ce que Massis dit des livres de Zola : ils « ont joué un rôle dans l’avilissement démocratique de l’esprit français, depuis dix ans en pleine résurgence, grâce surtout à un politique doublé d’un penseur et d’un poète : Charles Maurras69 ».

  • 70 J. Maritain, RU, t. I, no 1, 1er avril 1920, p. 101-103 ; P. Lasserre, RU, t. I, no 3, 1er mai 1920 (...)
  • 71 G. Le Cardonnel, RU, t. VIII, no 21, 1er février 1922, p. 398 et 402.

25Au début des années vingt, la revue s’oppose d’abord à la « démobilisation de l’intelligence » et, comme Maritain, à l’anti-intellectualisme. À cet égard, la critique qui frappe Duhamel est intéressante. Le néo-catholique Ghéon lui reproche d’avancer que la raison a fait faillite : son « règne du cœur » n’est, dit-il, « qu’un idéal catholique vidé de toute substance, réduite à l’état d’aspiration ». Lasserre voit en lui « un esprit faux », qui ne sait dégager la signification du conflit. Massis condamne son idéalisme, « les équivoques et les faux-semblants de sa “religion humaine” » : « la pensée ici est descendue du cerveau dans les viscères et c’est à la sensibilité que, dégoûté de l’intelligence, M. Duhamel remet le commandement »70. Dorgelès n’échappe pas à la condamnation : Le Cardonnel reconnaît que Les Croix de bois sont parmi les ouvrages qui dominent la production des romans inspirés par la guerre, mais que, dans Sainte-Magloire, il est « un réaliste que le naturalisme guette encore »71.

  • 72 J.-L. Vaudoyer, RU, t. II, no 7, 1er juillet 1920, p. 83.
  • 73 G. Le Cardonnel, RU, t. V, no 5, 1er juin 1921, p. 611.
  • 74 H. Massis, RU, t. VI, no 7, 1er juillet 1921, p. 94-95.
  • 75 « Au vrai, la plupart des œuvres qui nous sont proposées par des écrivains encore jeunes ont l’air (...)

26Le dadaïsme est attaqué par Jean-Louis Vaudoyer, qui voit dans ce phénomène européen un « cubisme littéraire »72. Le Cardonnel critique Anicet ou le Panorama et Aragon, « l’un des espoirs de la nouvelle école des dadas […] un groupe de jeunes hommes qui ambitionnent de faire croire qu’ils ne sont allés que fort peu à l’école73 ». À La Revue universelle, on ne note point, comme à La NRF, de véritables débats sur le dadaïsme et le surréalisme. « Dada est un état d’esprit fait d’écœurement et de révolte », dit Massis, « une réaction critique, insolente et brutale », « l’aboutissement logique, réalisé formellement dans le langage, de l’anarchie intellectuelle et esthétique qui a, elle aussi, sa tradition »74. Il vante au contraire la faveur renouvelée qui s’attacherait à Bourget et avance que les jeunes écrivains trouvent toujours en lui, « d’incomparables leçons techniques75 ».

  • 76 H. Massis, « M. Émile Baumann ou la querelle de l’art et du roman », RU, t. XI, no 17, 1er décembre (...)
  • 77 R. Kemp, RU, t. XVI, no 19, 1er janvier 1924, p. 120. Mais « La Chair et le sang (1920), Préséances(...)
  • 78 R. Lejeune, RU, t. XVII, no 6, 15 juin 1924, p. 771-776.

27Sous l’influence de Maritain, Ghéon, Massis, Bourget, la revue entend en effet défendre et promouvoir un catholicisme traditionaliste. C’est pourquoi des auteurs tels que Le Goffic ou Artus sont proposés en exemples, pas tant pour la qualité de leur œuvre que pour leurs convictions catholiques. Massis soutient Baumann qui, voyant les choses « sous l’angle de la Révélation », en montre aussi « la face spirituelle »76. Le principal reproche fait à Genitrix de Mauriac est de ne pas instituer « de grand débat moral »77. Pour Lejeune, qui oppose l’Histoire littéraire du sentiment religieux en France de l’abbé Bremond et Parti pris de Ghéon, le classicisme « va de pair avec le catholicisme, et avec le thomisme plus précisément78 ».

  • 79 Ibid., p. 104. L’itinéraire de Massis apparaît bien en l’occurrence ce qu’en disait Olivier Dard : (...)

28Si Massis reconnaît que la dualité du moraliste et de l’artiste est parfois chez Bourget factice, s’il voit que « beaucoup d’artistes catholiques ne sont que des moralistes religieux », il affirme que le point de vue catholique n’est pas étranger à l’art et rappelle « les admirables pages [de Romantisme et Révolution] où Maurras a montré l’analogie profonde de l’ordre politique et de l’ordre esthétique79 ».

Contre Gide et La NRF

  • 80 H. Massis, « le cas de M. Jacques Rivière », RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 375.
  • 81 Id., RU, t. XVI, no 21, 1er février 1924, p. 379.

29Cette question des rapports entre les ordres politique, moral et esthétique est centrale. Massis reconnaît que La NRF est « un mouvement qui n’a pas laissé d’exercer, depuis plus de dix ans, une influence certaine sur la nouvelle littérature80 » ; « tous se sentent d’accord pour admirer l’écrivain [Gide] et pour l’exclure au nom de la santé morale81. » Cependant, la Revue universelle multiplie les attaques pour deux raisons principales.

  • 82 H. Rambaud, RU, t. II, no 12, 15 septembre 1920, p. 745.
  • 83 H. Massis, « Le cas de M. Jacques Rivière », RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 376.
  • 84 Id., « L’influence de M. André Gide », RU, t. VII, no 16, 15 novembre 1921, p. 502.
  • 85 Ibid., p. 507.

30La première raison relève de la défense de « la santé morale » : les attaques sont frontales contre l’auteur des Nourritures terrestres et de L’Immoraliste, attiré d’abord par des personnages troubles ou pervers, comme le criminel Racadot des Déracinés de Barrès. Il lui est reproché son refus de choisir entre plusieurs possibles82, son dilettantisme, sa façon d’éluder les responsabilités83, une impuissance à sortir de soi, « cet antagonisme de l’esthétique et de la morale84 ». Gide « fait de la morale une esthétique », avance Massis, qui ne trouve qu’un mot pour définir un tel homme : « celui de démoniaque85 ».

  • 86 R. Allard, RU, t. XII, no 19, 1er janvier 1923, p. 109.
  • 87 H. Massis, RU, t. V, no 2, 15 avril 1921, p. 227.
  • 88 Id., RU, t. VII, no 16, 15 novembre 1921, p. 502.
  • 89 H. Béraud, La croisade des longues figures, Éditions du siècle, coll. « Les pamphlets du siècle », (...)

31La critique est étendue à la revue tout entière : Allard se moque de « cette manière puritaine et guindée qui compose aux écrivains de la Nouvelle Revue française une curieuse ressemblance86 ». La NRF semble à Massis « la plus étroite chapelle, tout ensemble anarchique et puritaine87 », un « mélange de moralisme et d’anarchie, de rigueur protestante et d’ivresse nietzschéenne88 ». Henri Béraud, qui polémique avec le secrétaire de La Revue universelle, le rejoint pour stigmatiser à son tour en 1924, dans La croisade des longues figures, ce groupe de La NRF, qui, « avec l’appui de cent cuistres, d’autant de clergymen et d’un fils à papa, prétend instaurer chez nous le snobisme huguenot89 ».

  • 90 Id., « Le romantisme de l’adolescence », RU, t. X, no 12, 15 septembre 1922, p. 753, 755-760.
  • 91 Il « étouffe dans l’immoralisme » selon Massis, RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 381.

32Massis tente de dissocier du chef de file certains membres de La NRF comme Roger Martin du Gard et Jacques Rivière. Si Martin du Gard est critiqué pour avoir donné avec Les Thibault dans une littérature surabondante sur l’adolescence, « fortement imprégnée de bergsonisme » (« après le romantisme féminin, le romantisme de l’adolescence »), s’il décrit « de tristes perversions », cet auteur « n’écrit pas pour corrompre », contrairement à son ami90. Jacques Rivière, quant à lui, aurait été « mordu par l’esprit gidien » et détourné du catholicisme91. Ces remarques rappellent, on le voit, le but qu’assignait à la revue Jacques Maritain, un de ses fondateurs : faire de cette « publication alliée et autonome » de l’Action française une tribune non seulement pour les idées politiques du mouvement mais aussi pour la pensée chrétienne, en particulier thomiste.

  • 92 H. Massis, RU, t. XVIII, no 10, 15 août 1924, p. 489.
  • 93 R. Lejeune, RU, t. XVI, no 24, 15 mars 1924, p. 774-775.

33La seconde raison des attaques tient à la concurrence des deux revues sur le terrain du classicisme, de sa définition et de son renouvellement, car le « classicisme moderne » et productif de La NRF s’oppose à un classicisme hypostasié et dogmatique, celui de La Revue universelle, qui n’instruit guère par l’exemple. Il y aurait, toujours selon Massis, les bons défenseurs d’un vrai classicisme, celui de La Revue universelle, qui mêlerait l’esthétique et la morale, et un « classicisme hypocrite », celui de La NRF qui introduit « une dissociation entre l’art et l’humain qu’il a charge de manifester92 » ; le classicisme gidien ne serait classique qu’en apparence mais en réalité, dit Lejeune, il est « une habileté de plus pour attirer dans le gouffre des sirènes. Cette mode du flou, lancée par la philosophie de Bergson, est plus favorisée que jamais par l’invasion agaçante ou effrayante, de la barbarie germanique93 ».

34« Nous menons depuis trente ans pour les lettres et la patrie un effort de nationalisme intellectuel », écrit Maurras dans l’Action française du 20 avril 1923. Les précédentes rencontres ont montré les succès et les limites du mouvement maurrassien dans divers domaines. Les textes de fiction comme les articles critiques des premières années de La Revue universelle ne suscitent pas de débats ou d’oppositions, pas plus dans le périodique qu’à l’extérieur de celui-ci. Sans doute parce qu’on ne jette pas de pierre au figuier stérile.

  • 94 J. Paulhan, Présentation de La NRF à Radio 37, Œuvres complètes, t. IV : Sade et autres primitifs, (...)
  • 95 Cf. W. Marx, Les arrière-gardes au XXe siècle, PUF, 2008, p. 9.

35On est ici bien loin de la flamboyance du feuilleton littéraire de Brasillach dans l’Action française des années trente ou de la juxtaposition de valeurs et d’œuvres bien différentes caractéristique de La NRF, de ce « balancement des contraires » que Paulhan met en œuvre. Celui-ci peut affirmer en 1937 : « Tout ce qui a paru depuis vingt-cinq ans dans les lettres françaises de neuf et de puissant sortait de La NRF94. » On ne saurait en dire autant de La Revue universelle des premières années. Plus didactique et illustrative que prospective, celle-ci figure parmi les arrière-gardes au XXe siècle, les « retardataires de l’esthétique »95, et elle demeure le plus souvent indifférente aux productions contemporaines, distribuant les bons et les mauvais points en fonction de critères idéologiques ou moraux. Elle ne parvient pas à rivaliser avec la forte et académique Revue des Deux Mondes qui connaît alors une nouvelle phase d’expansion sous la direction de René Doumic.

  • 96 H. Clouard, cité par H. Massis, Maurras et notre temps, La Palatine, 1951, t. I, p. 204. Cf. I. P. (...)

36Or, les grands anciens ou les nouveaux venus dont traite La Revue universelle semblent, pour beaucoup, aujourd’hui tombés dans les oubliettes de l’histoire. La plupart des chroniqueurs littéraires de la revue, tout comme Maurras – dont les lectures sont presque arrêtées et qui, fréquemment, méconnaît ses contemporains96 –, sont peu sensibles aux aspirations et aux goûts d’une nouvelle génération venue à l’Action française d’abord pour des raisons politiques. Ils semblent désaccordés de leur époque. Est-ce un hasard si Massis intitule son livre Maurras et notre temps et non pas Maurras et son temps ?

  • 97 P. Varillon et H. Rambaud, Enquête sur les maîtres de la jeune littérature, Bloud et Gay, 1923, p.  (...)
  • 98 H. Massis, livrant en 1920 des Considérations à la manière de Schlumberger aux tout débuts de La NR (...)
  • 99 K. Haedens, Une histoire de la littérature française, Grasset, 1970, p. 375.

37La Nouvelle Revue française « a marqué ma formation littéraire comme l’Action française a marqué ma formation politique », résume Drieu97. L’Action française, pas La Revue universelle, traditionaliste et réactionnaire, – au sens strict du terme – qui, rebelle à la modernité, promeut d’abord une littérature militante, une « littérature de bastions » constituée d’« ouvrages de défense », dit Massis98. De fait, la conclusion avait déjà été livrée par le maurrassien Kléber Haedens dans son Histoire de la littérature française : « La Revue universelle s’intéressait plus à l’histoire et à la politique qu’à la littérature99

Notes

1 P. Bourget, La Revue universelle, désormais notée RU, t. I, no 4, 15 mai 1920, p. 385. Entre autres exemples, M. Barrès : « Les lettres, les sciences, l’Université, tous les intellectuels sentent qu’il faut travailler au maintien et au développement de l’intelligence française », « La réorganisation intellectuelle de la France », Pour la haute Intelligence française, Plon, 1925, p. 30.

2 RU, t. I, no 1, 1er avril 1920, p. 1-9.

3 ***, Nonni et Élis, RU, t. XVII, no 1, 1er avril 1924, p. 31, n. 1.

4 Benjamin Crémieux, XXe siècle, Les Cahiers de La NRF, Gallimard 2010, p. 215.

5 Ibid., p. 144.

6 Cf. Pascale Ryan, La Revue universelle 1920-1944, DEA d’histoire, P. Ory (dir.), Université de Versailles-Saint-Quentin, 1996 ; Lionel Charret, La Revue universelle 1920-1940. Auteurs et thématiques, Master d’histoire, O. Dard (dir.), Université de Metz, 2009.

7 RU, t. XI, no 18, 15 décembre 1922, p. 798 et ibid., t. V, no 2, 15 avril 1921, p. 225.

8 Bien qu’ils n’obéissent pas « aux lois, d’ailleurs tutélaires, de la métrique malherbienne », P. Lasserre, RU, t. II, no 8, 15 juillet 1920, p. 222.

9 Selon R. Kemp, l’historien est de ces « dogmatiques qui font de l’histoire une science exacte, au lieu de la prendre pour ce qu’elle est : un jeu instructif et délicieux, une série de devinettes aux solutions variées, un exercice psychologie et de raisonnement. » RU, t. XVIII, no 1, 1er septembre 1924, p. 622. On note qu’un article non signé dans la chronique de la quinzaine se livre à une autre attaque contre Seignobos.

10 P. Lasserre, RU, no 20, 15 janvier 1921, p. 221-227 ; ibid., no 22, 15 février 1921, p. 489-491.

11 G. Le Cardonnel, RU, t. IX, no 2, 15 avril 1922, p. 229.

12 RU, t. XIII, no 2, 15 avril 1923, p. 103-104 et ibid., t. XIX, no 18, 15 décembre 1924.

13 P. Lasserre, Faust en France, Paris, Calmann-Lévy, 1929, p. I. Cf. Gaetano de Leonibus, « Discordances du classicisme maurrassien », Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique III, Villeneuve-d’Ascq, PU du Septentrion, 2010, p. 161-172.

14 H. Massis, « L’art de Jérôme et Jean Tharaud », RU, t. X, no 7, 1er juillet 1922, p. 101.

15 « Debout sur son vaisseau près de ses compagnons, / Quand le dur laboureur de l’humide sillon, / Le héros préféré de Pallas et d’Homère, / a médité l’avis que ses Dieux lui donnèrent, / L’Aurore déchirant de célestes pâleurs, / Sur le rire des eaux jette son vent de fleurs / Et dore l’île basse où languit la Sirène. » C. Maurras, « Le mystère d’Ulysse », RU, t. XII, no 22, 15 février 1923, p. 417. Id., « Le Colloque des morts », RU, t. VII, no 16, 15 novembre 1921. R. Kemp, trente ans plus tard, juge sévèrement ces productions : « Poèmes qui paraissent souvent rigides et d’une émotion concentrée, mais dont la singularité est l’absence de toute image auditive ; une poésie dont la musique se crée dans les infra et les ultrasons, musique raréfiée, partition sans instrumentistes », Les Nouvelles littéraires, 20 novembre 1952.

16 C. Maurras, « Les nouvelles générations de poètes », RU, t. XIII, no 6, 15 juin 1923, p. 659.

17 L. Dubech, RU, t. IV, no 23, 1er mars 1921, p. 623 ; M. Lafargue, RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p. 490.

18 L. Mercier, RU, t. VI, no 11, 1er septembre 1921 ; C. Cordès, ibid., t. XVI, no 20, 15 janvier 1924.

19 F.-P. Alibert, RU, t. XIV, no 7, 1er juillet 1923.

20 A. Droin, RU, t. VIII, no 20, 15 janvier 1922.

21 RU, t. II, no 11, 1er septembre 1920, p. 540-541.

22 P. Valéry, RU, t. V, no 3, 1er mai 1921, p. 277-279 ; Œuvres, Poésies, Mélange, Variété, édition de J. Hytier, NRF Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1957, p. 1665-1666. On note aussi la prépublication de Note (ou l’Européen) : « Caractères de l’esprit européen », extrait d’une conférence donnée à Zurich en novembre 1922 et qui suit dans Variété, les deux lettres qui constituent la Crise de l’esprit, P. Valéry, Essais quasi politiques, éd. établie par J. Hytier, NRF Gallimard, Bibl. de la Pléiade, 1957, p. 1000 et n. p. 1792.

23 D. Halévy, « De Mallarmé à Paul Valéry », RU, t. I, no 3, 1er mai 1920, p. 281-288.

24 RU, t. X, no 8, 15 juillet 1922.

25 C. Maurras, « L’Art du poète », RU, t. XIX, no 16, 15 novembre 1924, p. 386.

26 Id., « L’avènement de Moréas », RU, t. XI, no 16, 15 novembre 1922.

27 R. de la Tailhède, Paris-Journal, 18 avril 1924, cité par Ivan P. Barko, L’esthétique littéraire de Charles Maurras, Genève, Droz, Minard, Paris, 1961, p. 211.

28 Ce que dit Lasserre de l’école de l’art pour l’art, école de « l’artificieuse fantaisie et de l’ironie systématique » est banal, RU, t. 1, 1er avril 1920, p. 221. Il livre le janvier 1921 un inédit « La promenade insolite » et interroge : « Jean Rostand est-il un bolcheviste de salon ? », RU, no 21, p. 358.

29 P. Lasserre, « Marcel Proust humoriste et moraliste », RU, t. II, no 7, 1er juillet 1920, p. 19-32. « Il y a eu dans sa famille un chirurgien célèbre dont on pourrait lui recommander l’exemple. Lorsque le professeur Proust déployait sa trousse et posait sur la table de l’hôpital ses redoutables instruments d’acier, ce n’était pas pour opérer de petits boutons de chaleur ni pour trépaner un individu souffrant d’un simple mal aux cheveux. À moins qu’il ne songeât à les lui couper en quatre. Mais alors, quel abus de la chirurgie ! » Ibid, p. 32.

30 RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p. 485-489.

31 « Rien de plus faux, rien de plus trouble, rien de plus barbare que cette conception à la mode dont l’origine n’est nullement française et qui contient véritablement la négation de l’homme civilisé. » RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p. 486. Massis semble répondre à cet article dans « L’évolution de M. Julien Benda », chez qui « l’amour, sentiment et instinct, occupe la première place » mais reconnaît « ce qui s’y décèle, sous l’outrance, de classique, de français et d’humain », RU, t. X, no 10 15 août 1922, p. 487 et 497.

32 Cf., dans ce volume, la communication de J. El Gammal et celle de R. Kopp, « Maurras lecteur de Rousseau et de Chateaubriand », dans Le maurrassisme et la culture, op. cit., p. 147-160.

33 Dédicace de Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance 1895-1905, Nouvelle Librairie nationale, 1926, p. VI.

34 L. Daudet, RU, t. III, 1er octobre 1920, p. 26.

35 Id., Les Œuvres dans les hommes, Nouvelle Librairie nationale, 1922, p. 51.

36 Id., RU, no XVII, 1er décembre 1920, p. 513 ; Les Œuvres dans les hommes, op. cit., p. 91.

37 Id., Les Œuvres dans les hommes, op. cit. p. 98 et 122.

38 Id., RU, no 17, 1er décembre 1920, p. 541. Les Œuvres dans les hommes, op. cit., p. 140.

39 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme d’édition, 1880-1920, Fayard, 1988, p. 112.

40 P. Bourget, « Réflexions sur le Rouge et le Noir », RU, t. XIII, no 5, 1er juin 1923, p. 534.

41 L. Martin-Chauffier, « Paul Bourget critique », RU, t. XI, no 15, 1er novembre 1922, p. 362-363.

42 P. Bourget, RU, t. I, no 4, 15 mai 1920, p. 389-390.

43 H. Massis, « Ernest Renan ou le romantisme de l’intelligence I », RU, t. XII, no 22, 15 février 1923, p. 459 et 461.

44 Id., IIe partie, RU, t. XII, no 23, 1er mars 1923, p. 638 et 653. « Cette universalité sentimentale » a été dénoncée par Pierre Lasserre dans une conférence de 1914.

45 Id., IIIe partie, RU, t. XIII, no 1, 1er avril 1923, p. 74.

46 Ainsi la série de Barrès sur « la réorganisation scientifique de la France » qui, commencée en août 1920, va constituer la majeure partie de son œuvre posthume Pour la haute intelligence française, RU, t. II, no 10, 15 août 1920, p. 385 et sq.

47 « Luther fut avant tout une incarnation vivante du génie et du caractère de sa race, s’opposant au génie et au caractère latins », RU, t. I, no 2, 15 avril 1920, p. 229.

48 R. Kemp, « Trois aspects du dilettantisme » sur les Jugements de Massis, RU, t. XIV, no 11, 1er septembre 1923, p. 620.

49 H. Massis, RU, t. X, no 9, 1er août 1922, p. 360, 366 et 367.

50 Id., « Un débat sur la littérature et le catholicisme », RU, t. XI, no 13, 1er octobre 1922, p. 99-100.

51 Ibid., p. 104.

52 Id., F. Lefebvre, Une heure avec…, RU, t. XVI, no 21, 1er février 1924, p. 377-378.

53 « Réflexions sur un premier livre », p. 154.

54 Pour une histoire du texte, voir Bruno Goyet, « Récits d’enfance et de jeunesse dans l’œuvre de Charles Maurras, entre stigmatisation et revendication », Genèses, 47, juin 2002, p. 76. Voir la réédition de Charles Maurras, La bonne mort, préface de Boris Cyrulnik, présentation de Nicole Maurras, L’Herne, coll. « Carnets », 2011.

55 Ibid., p. 143.

56 C. Maurras, « Du roman rustique au roman mystique », RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 534.

57 H. Ghéon, RU, t. II, no 8, 15 juillet 1920, p. 222-226.

58 ***, RU, t. III, no 15, 1er novembre 1920, p. 374. Voir aussi R. Grousset sur La Châtelaine du Liban, RU, t. XIX, no 16, 15 novembre 1924, p. 489. L. Gillet, RU, t. III, no 9, 1er août 1920, p. 291.

59 L. Daudet, RU, no 16, 15 novembre 1920, p. 491 ; H. Massis, RU, t. X, no 7, 1er juillet 1922, p. 107 ; G. Le Cardonnel, RU, no 19, 1er janvier 1921, p. 98-99 ; R. Kemp, RU, 1er juillet 1924, p. 112.

60 R. Kemp, RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 636.

61 Id., RU, t. XVI, no 22, 15 février 1924, p. 511.

62 ***, RU, t. XVI, no 23, 1er mars 1924, p. 648-650.

63 « C’est par cette “modernité” que Le bal séduira les jeunes gens, qu’il agira sur eux ; mais il a des éléments plus durables » ; H. Massis, RU, t. XVIII, no 10, 15 août 1924, p. 495.

64 C. Maurras, Anatole France politique et poète, Librairie Plon, 1924, p. 53.

65 Id., « Réflexions sur un premier livre », RU, no 20, 15 janvier 1921, p. 130 et 135.

66 G. Truc, RU, t. XIV, no 11, 1er septembre 1923, p. 617 ; J. Roujon, « Anatole France et la Révolution », RU, t. XIX, no 15, 1er novembre 1924, p. 309-317 et no 16, 15 novembre 1924, p. 459.

67 RU, t. II, no 8, 15 juillet 1920, p. 231.

68 Bien que romantique, Lamartine est aimé de Maurras et de quelques disciples ; Stendhal est « un ami de l’ordre », H. Martineau, « Le Romantisme de Stendhal », RU, t. V, no 6, 15 juin 1921, p. 747. Mais Dominique de Fromentin est « le fils de René », dit Massis, « La leçon de Dominique », RU, t. III, 15 novembre 1920, p. 486. Selon Daudet, Hugo « ce grand et gros poète » « ne tient que par le langage et l’éloquence » ; « dans ce tout, il y a des riens » : « Les nuées des Droits de l’Homme, l’aberration du Dernier Jour d’un condamné, la stérilité incontrôlée de la préface de Cromwell », RU, t. III, no 13, 1er octobre 1920, p. 668.

69 L. Daudet, Les Œuvres dans les hommes, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1922, p. 116.

70 J. Maritain, RU, t. I, no 1, 1er avril 1920, p. 101-103 ; P. Lasserre, RU, t. I, no 3, 1er mai 1920, p. 347, RU, t. III, no 17, 1er décembre 1920, p. 643-647 ; H. Massis, RU, t. VIII, no 24, 15 mars 1922, p. 761 et 750.

71 G. Le Cardonnel, RU, t. VIII, no 21, 1er février 1922, p. 398 et 402.

72 J.-L. Vaudoyer, RU, t. II, no 7, 1er juillet 1920, p. 83.

73 G. Le Cardonnel, RU, t. V, no 5, 1er juin 1921, p. 611.

74 H. Massis, RU, t. VI, no 7, 1er juillet 1921, p. 94-95.

75 « Au vrai, la plupart des œuvres qui nous sont proposées par des écrivains encore jeunes ont l’air d’être la fin, “la queue” de quelque chose : nous assistons au crépuscule des idoles. » H. Massis, « Une enquête sur la jeune littérature », RU, t. XI, no 14, 15 octobre 1922, p. 241. L’enquête de Varillon et Rambaud a déjà été étudiée lors d’un précédent colloque. Cf. M. Leymarie, « Trois enquêtes et un hommage », dans Le maurrassisme et la culture, op. cit., p. 253-256.

76 H. Massis, « M. Émile Baumann ou la querelle de l’art et du roman », RU, t. XI, no 17, 1er décembre 1922, p. 642.

77 R. Kemp, RU, t. XVI, no 19, 1er janvier 1924, p. 120. Mais « La Chair et le sang (1920), Préséances (1921) nous révèlent un homme nouveau qui veut descendre au plus profond de nous-mêmes et jusqu’à la division de la chair et de l’esprit, et qui réclame pour l’art catholique le droit de peindre les passions. » ***, RU, t. XVI, 15 mars 1924, p. 788 et 790.

78 R. Lejeune, RU, t. XVII, no 6, 15 juin 1924, p. 771-776.

79 Ibid., p. 104. L’itinéraire de Massis apparaît bien en l’occurrence ce qu’en disait Olivier Dard : « une tension vers l’unité où se croisent et se mêlent esthétique, religion et politique », « Henri Massis (1886-1970) », Le maurrassisme et la culture, op. cit., p. 223.

80 H. Massis, « le cas de M. Jacques Rivière », RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 375.

81 Id., RU, t. XVI, no 21, 1er février 1924, p. 379.

82 H. Rambaud, RU, t. II, no 12, 15 septembre 1920, p. 745.

83 H. Massis, « Le cas de M. Jacques Rivière », RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 376.

84 Id., « L’influence de M. André Gide », RU, t. VII, no 16, 15 novembre 1921, p. 502.

85 Ibid., p. 507.

86 R. Allard, RU, t. XII, no 19, 1er janvier 1923, p. 109.

87 H. Massis, RU, t. V, no 2, 15 avril 1921, p. 227.

88 Id., RU, t. VII, no 16, 15 novembre 1921, p. 502.

89 H. Béraud, La croisade des longues figures, Éditions du siècle, coll. « Les pamphlets du siècle », 1924, p. 24.

90 Id., « Le romantisme de l’adolescence », RU, t. X, no 12, 15 septembre 1922, p. 753, 755-760.

91 Il « étouffe dans l’immoralisme » selon Massis, RU, t. XII, no 21, 1er février 1923, p. 381.

92 H. Massis, RU, t. XVIII, no 10, 15 août 1924, p. 489.

93 R. Lejeune, RU, t. XVI, no 24, 15 mars 1924, p. 774-775.

94 J. Paulhan, Présentation de La NRF à Radio 37, Œuvres complètes, t. IV : Sade et autres primitifs, Cercle du Livre Précieux, 1969, p. 363.

95 Cf. W. Marx, Les arrière-gardes au XXe siècle, PUF, 2008, p. 9.

96 H. Clouard, cité par H. Massis, Maurras et notre temps, La Palatine, 1951, t. I, p. 204. Cf. I. P. Barko, op. cit., p. 170-177.

97 P. Varillon et H. Rambaud, Enquête sur les maîtres de la jeune littérature, Bloud et Gay, 1923, p. 62.

98 H. Massis, livrant en 1920 des Considérations à la manière de Schlumberger aux tout débuts de La NRF écrit : « Notre office doit consister à maintenir contre les puissances de déraison un certain ordre de culture, un classicisme agissant : c’est encore la littérature militante et nous sommes pour un temps condamnés à ces ouvrages de défense. » « La leçon de Dominique », RU, t. III, 1er novembre 1920, p. 485.

99 K. Haedens, Une histoire de la littérature française, Grasset, 1970, p. 375.

Auteur

Maître de conférences habilité à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3 (UMR 8569), Michel Leymarie est notamment l’auteur de Les intellectuels et la politique en France (PUF, coll. Que sais-je ?, 2001) et d’Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans » (PU du Septentrion, 2006). Il a dirigé, avec Jean-Yves Mollier et Jacqueline Pluet-Despatins, La Belle Époque des revues 1880-1914 (IMEC, 2002), avec Jean-François Sirinelli, L’histoire des intellectuels aujourd’hui (PUF, 2003), présenté avec Michela Passini la réédition de La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (PU du Septentrion, 2012).
Il a en outre codirigé un cycle de colloques sur L’Action française. Culture, société, politique et sur Maurice Barrès (PU du Septentrion et Peter Lang, 2008-2012).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search