Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Léon Daudet critique : histoire, littérature, politique

Leon Daudet as a critic: history, literature and politics

Jean El Gammal

Résumé

Surtout connu en tant que journaliste, polémiste, romancier et l’un des dirigeants de l’Action française, Léon Daudet a déployé une importante activité de critique. Fils d’un célèbre écrivain et doté d’une vaste culture, en partie associée à sa formation de médecin, membre de l’Académie Goncourt, il a multiplié les articles, notamment dans L’Action française et Candide. Sa réputation de critique est souvent liée à un goût de la découverte, le cas échéant en décalage avec les doctrines esthétiques de Maurras, qui lui a fait vanter Proust et Céline, ses appréciations sur Bernanos étant plus nettement influencées par la politique. Cet article tend à rendre compte, dans une perspective historique, d’un parcours critique resté pour l’essentiel sans héritage, en dehors de certains des « hussards », mais qui continue à susciter étonnement ou curiosité, non seulement en raison d’une violence verbale – plus marquée dans le domaine politique – mais de l’art du portrait, qui mêle souvent critique et souvenirs.

Best-known as a journalist, a novelist, a polemicist and a leader of AF, Leon Daudet has also been very active as a reviewer. The son of the famous writer, Leon Daudet was a very cultured man, who, though trained as a doctor, became a member of the Goncourt Academie. He wrote numerous reviews in the L’Action Française and Candide. His reputation as a reviewer is often related to his taste for discovery, which was at times at loggerheads with Maurras’s aesthetic doctrines. He thus extolled Proust and Céline, though his appreciation of Bernanos was heavily tainted by his own political leanings. This chapter seeks to analyze Daudet’s reviewing career from a historical perspective. One has to admit that Daudet’s work as a reviewer left no legacy, apart from a few latter-day ‘Hussars’. It nonetheless continues to elicit surprise and amazement, not only because of his verbal violence – especially marked when it comes to politics – but also because of his art of portrayal, which often intermingles criticism and personal memories.

Texte intégral

  • 1 Francis Balace souligne l’intérêt de l’ouvrage de Justin Sauvier, paru en 1933, qui campe Léon Dau (...)
  • 2 François-Xavier Hervouët, « Léon Daudet, un réactionnaire aux avant-gardes », Revue d’histoire lit (...)
  • 3 Philippe Secondy, « Léon Daudet pamphlétaire », in Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil Mc William (...)
  • 4 François Broche, Léon Daudet, le dernier imprécateur, Paris, Laffont, 1992.
  • 5 Voir Antoine Compagnon, « Maurras critique », Revue d’histoire littéraire de la France, 2005/3, p. (...)
  • 6 Voir la communication de Denis Labouret.

1Dans le cadre d’une réflexion sur le maurrassisme et la littérature, le nom de Léon Daudet ne peut manquer de resurgir. Sans doute ne fut-il pas principalement un homme de doctrine, encore qu’il eût parfois usé de ce registre durant l’entre-deux-guerres. En revanche, il s’est abondamment exprimé en tant que critique littéraire, non seulement dans les colonnes de L’Action française, mais dans des revues, recueils et ouvrages. Ses fameux souvenirs revêtent aussi un caractère en grande partie littéraire. C’est dire que la masse des sources est impressionnante. Or, elle n’a pas donné lieu à beaucoup d’études récentes1, même s’il existe une contribution sur les conceptions littéraires de Léon Daudet2, ainsi que des travaux au sujet du polémiste3, voire de l’« imprécateur »4. La difficulté – ou la spécificité – d’une approche fondée sur la notion de critique tient à plusieurs raisons. Tout d’abord, d’un point de vue matériel, une recherche de grande ampleur ne pourrait être entreprise que dans le cadre d’une thèse ou pour le moins d’un livre. Ce n’est évidemment pas ce qui sera proposé ici. Il faut aussi prendre la mesure de considérations d’un autre ordre. S’il est le fils d’un écrivain célèbre et si ses articles sont souvent cités, Léon Daudet, médecin de formation et polygraphe tenu parfois pour graphomane, n’est pas reconnu et ne se manifeste pas en tant que critique littéraire au sens canonique et universitaire, il est vrai non nécessairement dominant. Léon Daudet est surtout identifié, non seulement comme polémiste et homme de presse, mais comme auteur politique, du moins à compter du tournant du siècle. Néanmoins, il est souvent dit de lui – et il l’a dit lui-même – qu’il opère une distinction, nettement moins évidente chez Maurras5, entre engagement politique et goût littéraire. Il l’a montré au sujet de plusieurs auteurs majeurs, comme Proust et dans une certaine mesure Céline, le cas de Bernanos, longtemps militant d’Action française, étant différent6. Pour traiter de Léon Daudet critique, il faut tenir compte de tous ces aspects. On le fera selon la démarche suivante : en premier lieu, il sera question de l’apparition et des caractères de l’activité critique de Léon Daudet, puis de son activité de « découvreur » à travers l’écho d’un certain nombre de prises de position, avant une interrogation sur les prolongements éventuels de ses conceptions critiques.

Un milieu, une trajectoire, un flux d’écriture

  • 7 En dehors de celle de François Broche, citons notamment celle de Jean-Noël Marque, Léon Daudet, Pa (...)
  • 8 Voir le récent Belle Époque, traduction de Gilded Youth - Three Lives in France’s Belle Epoque, de (...)

2Les biographies de Léon Daudet7 ou les travaux dans lesquels il occupe une place centrale8 permettent, même si ce n’est pas leur orientation principale, de présenter les principaux jalons de l’activité critique du fils d’Alphonse Daudet. Bien des observations sont d’ailleurs empruntées, du reste, aux souvenirs de Léon Daudet lui-même.

La part de la formation

  • 9 Kate Cambor, op. cit, p. 64 et 117-118.
  • 10 Notamment Fantômes et vivants et Devant la Douleur.
  • 11 Voir les formules de François Broche, « Le dauphin de la République » ou de Jean-Noël Marque, « Un (...)

3Rappelons tout d’abord que l’exemple paternel et la sollicitude maternelle ont précocement éveillé la sensibilité littéraire de Léon Daudet. Son père lui a donné en quelque sorte des leçons particulières de français et de latin9. Il a connu très tôt des écrivains, dont ceux du « Groupe des Cinq » (son père, Flaubert, Edmond de Goncourt, Tourgueniev, Zola) et de nombreuses personnalités des débuts de la Troisième République10. Il fait de solides études classiques dans les lycées Charlemagne et Louis-le-Grand, ce qui, avec son ascendance, contribue à augurer d’un brillant avenir11. S’il n’entreprend pas d’emblée une activité d’homme de lettres – encore qu’il soit difficile de définir une véritable solution de continuité – il est déçu par ses études de médecine, entreprises notamment pour mieux porter secours à son père affaibli par la maladie. En effet, il n’est pas reçu à l’internat, en 1891, année, par ailleurs, où en épousant la petite-fille de Victor Hugo, Jeanne, il entre, pour quelques années, dans la famille de l’illustre écrivain. Léon Daudet est alors républicain et a été antiboulangiste, même s’il a aussi adhéré à la Ligue nationale antisémitique de Drumont, qui avait été un ami de son père.

  • 12 Léon Daudet vivant, Paris, Laffont, 1948, p. 412. Le recueil a été publié chez Fasquelle en 1896.
  • 13 Kate Cambor, op. cit, p. 205.
  • 14 Ibid., p. 262.

4L’activité critique de Léon Daudet ne revêt guère, à première vue, dans les années 1890, de caractère très spécifique, même si Paul Dresse attire l’attention sur le recueil Les idées en marche, dans lequel il voit une « entrée en scène magnifique »12. Le jeune homme de lettres écrit dans divers journaux des articles relevant plutôt de la vie politique et sociale, alors que son activité littéraire s’exprime principalement à travers des romans satiriques, tel Les Morticoles, évocation caustique des milieux médicaux qu’il a côtoyés lors de ses études. À l’époque de son divorce avec Jeanne Hugo, en janvier 1895, Léon Daudet, dont l’activité d’écriture demeure importante, n’a plus le profil « républicain » que ses attaches familiales dessinaient à dire vrai assez vaguement. Son antisémitisme transparaît à travers l’article où il évoque la dégradation de Dreyfus. Durant la seconde moitié des années 1890, il est très affecté par la mort de son père, survenue en février 1897. Il cherche aussi sa voie, plutôt dans le domaine de la satire et de la critique politique, par exemple avec Le pays des parlementeurs, en 1901, mais aussi, sur des modes différents, dans Le Voyage de Shakespeare ou le risqué Suzanne, qui datent de 1896. S’il est un antidreyfusard résolu – encore qu’il ait adressé un télégramme courtois à Zola, avec son frère, après sa condamnation en février 189813 – il ne met pas en avant, par ailleurs, de considérations littéraires très étoffées. Dans La Libre parole, Le Gaulois, Le Journal ou Le Soleil, selon Kate Cambor, « ses écrits sont éclectiques et encyclopédiques, robustes et décousus » et il « se laisse envahir par un sujet14 ».

Premières implications de la rencontre avec Maurras

  • 15 Voir Jeannine Verdès-Leroux, Refus et violences. Politique et littérature à l’extrême droite des a (...)
  • 16 Voir François Broche, op. cit., p. 240-243 et Kate Cambor, op. cit., p. 273-275. Léon Daudet s’est (...)
  • 17 Voir Olivier Forcade, « L’espionnage allemand et l’Action française : de la subversion à l’autosub (...)

5Même si Léon Daudet fait partie de l’académie Goncourt – il a succédé à son père en 1900 – ce sont a priori, un an après son remariage avec sa cousine royaliste Marthe Allard, la rencontre avec Maurras et le ralliement à l’Action française, en 1904, qui le conduisent à préciser son profil critique. En fait, l’évolution est plus complexe. En effet, selon une formule rapportée bien plus tard par Henri Massis, Léon Daudet en était venu à approuver les idées politiques de Maurras, mais ne prisait guère ses conceptions littéraires, trop rigides15. Bien évidemment, il ne fit pas état de ces différences d’appréciation, et il apparut, comme orateur puis dans les colonnes de L’Action française, comme un zélateur du nationalisme intégral et de la monarchie. On manque d’une étude précise des articles de Léon Daudet avant la guerre. Toujours est-il que ceux qui sont les plus commentés, – en dehors de la cabale contre Henry Bernstein, taxé de désertion lorsque sa pièce Après moi est représentée, avant d’être retirée du fait des perturbations orchestrées par L’Action française16 – concernent plutôt des campagnes politiques, comme celle dirigée, en 1913, contre le prétendu espionnage « juif-allemand »17. Les questions de doctrine, sur le plan littéraire, sont surtout traitées par Maurras, critique de profession, pour sa part, et le succès de Léon Daudet auprès des lecteurs de L’Action française tient surtout à sa verve et à son maniement de l’insulte.

De la Grande Guerre aux années 20 : une vue d’ensemble

  • 18 Le premier volume, Fantômes et Vivants avait du reste été mis en vente le 14 mars 1914 : voir l’in (...)
  • 19 Voir le chapitre II, « L’aberration romantique et ses conséquences », dans l’édition citée ci-dess (...)

6La période qui s’ouvre en 1914 ne modifie que partiellement le profil que l’on vient d’esquisser. Ralliée dans une certaine mesure à l’Union sacrée, l’Action française n’a pas délaissé sa violence verbale et la tourne contre les pacifistes et les agents supposés de l’Allemagne. L’heure n’est guère à la critique littéraire, même si Léon Daudet a commencé la publication de ses souvenirs, qui font beaucoup pour sa réputation de critique18. C’est surtout, en 1922, la publication du Stupide XIXe siècle, qui peut le faire apparaître comme un homme de doctrine, même si la littérature n’occupe qu’une place assez modeste dans ce livre19. En tout cas, si les jugements de valeur formulés ont en partie été empruntés à Maurras, Léon Daudet fait entendre sa voix.

  • 20 De son expérience, il tira le très caustique Député de Paris, publié en 1933.
  • 21 Voir François Huguenin, À l’École de l’Action française, Paris, Perrin, 1998, p. 333-340 (p. 334 : (...)

7Il le fait d’ailleurs au sens propre à la tribune de la Chambre en tant que député de Paris depuis son élection en 191920. En outre, il publie toujours beaucoup. Après son échec aux élections de 1924 – et sans qu’il y ait nécessairement là de relation de cause à effet –, dans un premier temps, il multiplie articles et recueils, dont certains datent du temps de l’exil consécutif à son évasion de la prison de la Santé, après la condamnation infligée pour diffamation après la mort de son fils. Outre les volumes du Courrier des Pays-Bas, caractérisés par une certaine ambition littéraire et philosophique21, les Études et milieux littéraires, en 1927, puis la longue série d’Écrivains et artistes, lui permettent de recueillir en volume des études et articles caractéristiques de ses orientations – qu’il lui est plus aisé, lorsque ses opinions littéraires s’éloignent trop de celles de Maurras, d’exprimer dans Candide que dans L’Action française – et revenant sur un certain nombre de ses souvenirs.

  • 22 Le stupide XIXe siècle, op. cit., p. 1251.
  • 23 Études et milieux littéraires, Paris, Grasset, 1927, p. 9.
  • 24 Ibid., p. 1 : cité par François-Xavier Hervouët, art. cité, p. 538.

8Pour autant, il ne s’agit pas seulement de juxtaposition. Déjà, en effet, Léon Daudet a défini sa conception de la critique. Elle offre un caractère en partie négatif. Selon lui, celle du XIXe siècle forme une « tourbe des abstracteurs de néant »22, à l’exception de Sainte-Beuve et Jules Lemaître. Plus généralement, il met en cause une tradition déterministe, de Descartes à Claude Bernard, dans laquelle il voit la cause de l’« affaissement »23 d’une « critique générale » qu’il prise et prône : « La critique littéraire n’a jamais été qu’un chapitre de cette critique générale qui contrôle les phénomènes de la vie »24. Il a aussi acquis une réputation, qu’il convient d’aborder de manière spécifique : non pas seulement celle d’un polémiste issu d’un milieu très littéraire, mais celle d’un « découvreur », en partie guidé par une sensibilité qui n’est pas inscrite dans le seul canon – ou carcan – de la culture politique d’Action française

Un découvreur ?

  • 25 Y compris – parfois – dans le domaine pictural : voir ibid., p. 534, au sujet de Picasso.
  • 26 Voir François Huguenin, op. cit., p. 350 et suiv., qui cite abondamment les articles sur Proust, B (...)
  • 27 Il en a loué d’autres, tels Larbaud et Morand.

9Souvent évoqué au sujet de Léon Daudet, le thème de l’homme de plume sensible, sinon à l’avant-garde25 – qu’il rejette souvent lorsqu’elle se veut révolutionnaire – du moins aux qualités exceptionnelles d’écrivains d’horizons divers, voire doté d’une vision prophétique26, doit être ici réexaminé, à travers trois auteurs27, ou plus exactement, puisqu’il s’agira ici des années comprises entre 1917 et 1932, trois « moments », stricto ou lato sensu.

1917-1922, de Salons et Journaux au couronnement d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs à la fin de la vie de Proust

  • 28 Souvenirs et polémiques, édition citée, p. 503 et 505-506.
  • 29 Article repris dans Écrivains et artistes, tome 3, p. 12-17.
  • 30 Repris dans Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1971, édition de Pi (...)
  • 31 Dans cette dédicace, partiellement citée par Kate Cambor, op. cit., p. 343, Proust mentionne d’ail (...)
  • 32 Voir Ecrivains et artistes, op. cit., p. 20-27.

10On le sait, Léon Daudet avait fait la connaissance de Proust en 1895, lors d’un séjour à Fontainebleau. Dans Salons et journaux, publié en 1917, il passe rapidement sur Du côté de chez Swann, « ce livre original, souvent ahurissant, plein de promesses », et, faisant l’éloge d’un « lettré ultra-raffiné », écrit : « S’il arrive à se guider, contenir, ordonner au point de vue littéraire, il écrira un beau matin, en marge de la vie, quelque chose d’étonnant. Ce n’est certes pas l’étoffe qui lui manque. »28. En termes de critique littéraire, ce sont bien évidemment le rôle et les commentaires de Léon Daudet en décembre 1919, lorsqu’il joue un rôle décisif dans l’attribution du prix Goncourt au volume suivant de Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, qui importent. Son article du 12 décembre 1919 est intitulé « Un nouveau et puissant romancier – Marcel Proust ». S’il reconnaît que le volume est « d’aspect assez rébarbatif », il y voit une « recherche de l’équilibre » et termine sur une note lyrique : « Laissez faire cette coulée d’or bruni et de flammes courtes, et vous verrez les palais qu’elle édifiera »29. Il est à noter que le rôle de Léon Daudet dans l’attribution du prix gêne un certain nombre d’amis de Proust, mais que celui-ci exprime de plusieurs manières sa reconnaissance, en essayant – en vain – de publier un article exaltant les qualités littéraires de Léon Daudet, « Un esprit et un génie innombrables »30, en rendant hommage, au détour de sa préface à Tendres stocks de Paul Morand, à « mes maîtres, MM. Léon Daudet et Charles Maurras, et [à] leur délicieux émule M. Jacques Bainville » – ce qui, contrairement à ce pourrait croire un lecteur pressé, n’a bien sûr pas de signification politique –, puis en dédiant Le côté de Guermantes à Léon Daudet31. Celui-ci ne manque d’ailleurs pas de saluer le roman, toujours en première page de L’Action française, le 8 octobre 1920, sous le titre « À propos d’un nouveau livre de Marcel Proust »32. Il ne s’agit pas seulement d’échanges de bons procédés. Du reste, Léon Daudet a confié à Proust qu’il ne pouvait publier, du seul fait du titre, d’article dans son journal sur Sodome et Gomorrhe. En revanche, après la mort de Proust, Daudet manifeste son émotion, dans un article nécrologique dédié au frère de l’écrivain, le docteur Robert Proust :

  • 33 L’Action française, 20 novembre 1922, p. 1 ; repris ibid., p. 29-31.

« J’ai trop de chagrin pour tenter aujourd’hui même une esquisse du grand écrivain – à la fois traditionnel et neuf – et de l’ami délicieux et sûr qu’était notre cher Marcel Proust. Sa perte sera cruellement ressentie par toute la jeune génération de beaux romanciers, dont il était incontestablement le maître et le premier33

11Trois jours après, rendant compte des obsèques, qui n’avaient réuni qu’une « cinquantaine d’amis et d’hommes de lettres », il évoque le « romancier de génie que fut notre cher Marcel Proust ». La fin de son article contient même une référence a priori étonnante pour un tenant de l’Action française :

  • 34 Ibid., « L’universalité et le Roman », 23 novembre 1922, p. 1 et op. cit., p. 33-39 (citation p. 3 (...)

« Si le prix Goncourt n’avait pas, en 1919, mis en vedette, brutalement, le nom de Marcel Proust, nous en serions encore, quant à cet étourdissant romancier, au silence, ou aux niaiseries qui accueillirent par exemple l’infortuné Arthur Rimbaud, et ce serait honteux ! »34

1926 et Sous le soleil de Satan

  • 35 Voir la communication de Denis Labouret.
  • 36 Voir « Léon Daudet » (non signé), article du 6 juin 1914 repris dans Essais et écrits de combat, t (...)
  • 37 Voir Michel Estève, Georges Bernanos – Un triple itinéraire, Paris, Hachette, 1981, p. 89-90. Voir (...)

12Quelques années plus tard, le dithyrambe concerne un écrivain qui appartenait déjà avant la guerre à la mouvance de l’Action française, même s’il s’en est quelque peu éloigné à partir de 192035. Dans un journal quelque peu confidentiel, L’Avant-garde de Normandie, le jeune Georges Bernanos avait salué Léon Daudet qui lui en avait confié la direction, du reste, peu après la publication de Fantômes et vivants36. Si, contrairement à ce qu’il en était pour Proust, des considérations politiques ont pu jouer après la parution de Sous le soleil de Satan, que Léon Daudet aurait peut-être simplement parcouru – et qu’Henri Massis avait décidé auparavant de faire paraître dans la collection « Le Roseau d’or »37 – c’est en tant que découvreur, en quelque sorte, que Léon Daudet présente Bernanos aux lecteurs de L’Action française. Le premier article, « Révélation d’un grand romancier – Sous le soleil de Satan », paraît le 7 avril 1926, et contient un bref parallèle avec Proust :

  • 38 Article repris dans Ecrivains et artistes, tome 4, p. 161-162.

« Demain le premier livre, le premier roman d’un jeune écrivain, M. Georges Bernanos, sera entre toutes les mains et M. Georges Bernanos, auteur de Sous le soleil de Satan, sera célèbre. Je dirai de lui, comme je le disais naguère de Marcel Proust – hélas ! – qu’une grande force, intellectuelle et imaginative, apparaît au firmament des lettres françaises. Mais cette fois synthétique, et non plus analytique, et dans un genre à ma connaissance encore inexploré et qui est le domaine de la vie spirituelle, des choses et des corps commandés par les âmes38

13Le 26 avril, le parallèle est poursuivi, non sans autosatisfaction :

  • 39 Ibid., p. 173-174. Le titre original est « À propos de Georges Bernanos-Le succès littéraire ». Il (...)

« Il se produit pour le livre de Bernanos, Sous le soleil de Satan, ce qui s’est déjà produit pour l’ouvrage de Marcel Proust, À l’ombre des jeunes filles en fleurs : il a suffi d’un article, signalant au public lettré quelque chose de neuf et de grand, pour qu’il s’y ruât comme au feu. Toutefois, le succès de Bernanos est plus étendu que celui de Proust, le roman étant synthétique et non analytique et rentrant en somme dans la grande catégorie des Balzac et des Barbey d’Aurevilly [...] Je répète ici de Bernanos ce que j’ai dit, il y a quelques années, de Proust : littérateur né, très cultivé, riche en substance, il produira, Dieu voulant, et pour commencer, une vingtaine de bouquins qui renouvelleront telle et telle branche de la littérature et provoqueront des discussions passionnées39. »

  • 40 Articles des 28 avril et 12 décembre 1931 cité par Michel Estève, op. cit., p. 212.
  • 41 Voir Essais et écrits de combat, op. cit., p. 1278-1279 et 1302-1303.

14De fait, les commentaires de Léon Daudet sur l’œuvre de Bernanos ne se situent pas toujours sur ce plan. S’il rend hommage, en 1931, à La Grande Peur des bienpensants, qualifié de « livre fulgurant » et à son auteur, le « prince des jeunes écrivains français »40, la rupture entre Bernanos et Maurras, en mai 1932, ouvre le temps de polémiques que nous n’avons pas à présenter en détail ici. Il suffira de noter que Léon Daudet s’en prend à un « porte-flacon » et à un « suce-pieds grandiloquent »41.

1932 et Le voyage au bout de la nuit

  • 42 Voir son témoignage, « Céline rue Amélie », Les Cahiers de l’Herne, 1972, p. 214-216, reproduit pa (...)
  • 43 Voir le recueil présenté par André Derval, Paris, IMEC, 10/18, 1993.
  • 44 Voir les extraits présentés par David Alliot, op. cit., p. 38 et Henri Godard dans son édition des(...)
  • 45 Lettre reproduite ibid., p. 1120-1121.
  • 46 Le Grenier d’Arlequin, journal 1916-1940, Paris, Denoël, 1981, cité par David Alliot, op. cit., p. (...)

15Cette même année, c’est un auteur très différent que présente Léon Daudet, après que Max Dorian, secrétaire général de Denoël et Steele, lui en a apporté les bonnes feuilles42. Il s’agit de Céline, pour Voyage au bout de la nuit, qui fait l’objet de multiples articles de presse43. Le ton des commentaires relève en partie de l’attitude du découvreur. Il a publié deux articles sur l’ouvrage. Le premier, paru dans L’Action française du 6 décembre 1932, est très bref et se réfère, comme celui de Lucien Descaves la veille dans Le Journal, à Rabelais. Le second constitue un compte rendu étoffé, dans Candide du 22 décembre. Léon Daudet, qui développe le parallèle avec Rabelais, met en évidence à sa manière la maîtrise de la langue, « dans sa branche mâle et débridée. À vrai dire, il y avait fort longtemps qu’on n’avait entendu retentir pareils accents, nos lettres, sinon nos auteurs étant, depuis quelque trente ans, pas mal édulcorées et féminisées. » Il souligne les « dons extraordinaires » de Céline, qui « peuvent et doivent maintenant le mener aux Alpes »44. Céline, qui lui sait bien évidemment gré d’avoir voté en sa faveur pour l’attribution du prix Goncourt, qu’il n’obtint pas, remercie l’auteur dans une lettre qui contient nombre d’indications sur sa démarche et attribue à Léon Daudet une « grande partie » du succès du livre, alors même que la plupart des critiques ne l’auraient ni lu, ni compris45. Il est difficile d’apprécier exactement l’influence, auprès du public, des commentaires de Léon Daudet sur Céline. D’après certaines indications, c’est surtout l’article de L’Action française qui a attiré l’attention. Ainsi, le journaliste, dessinateur et scénariste (entre autres) Carlo Rim, dans son Journal, note-t-il à la date du 6 décembre 1932 : « Ce matin, dans L’Action française, l’article de Léon Daudet passe en éloges tout ce qu’on pouvait attendre. Quand le gros Léon s’emballe, il n’y va pas de main morte46. » Par ailleurs, on peut se demander si, comme cela est souvent indiqué, Léon Daudet a alors témoigné de son absence de sectarisme littéraire en présence d’une œuvre sortant largement de l’ordinaire. À ce sujet, un passage du Journal de Paul Léautaud, daté du 17 mai 1933, apporte un éclairage intéressant. Il fait référence à l’attitude d’un membre – depuis 1924 – de l’Académie Goncourt, lors de la discussion sur l’attribution du prix, en 1932, à travers une confidence fait à Léon Deffoux d’un autre membre de l’académie :

  • 47 Cité ibid., p. 302.

« Pol Neveux était scandalisé : le prix à ce livre ? Mais il s’y trouve des attaques abominables contre la patrie. Ce qui fit exploser Léon Daudet : “La patrie, je lui dis merde, quand il s’agit de littérature.” Evidemment, c’est très bien, mais Léon Daudet n’en a pas moins, depuis plusieurs années, prononcé un interdit rigoureux, pour le prix Goncourt, à l’égard des éditions Rieder, à cause des tendances politiques des publications de cette maison. Libéral d’un côté. Sectaire de l’autre47

  • 48 C’est le point de vue d’Albert Thibaudet, exprimé il est vrai le 1er janvier 1926, au sujet d’À l’ (...)

16On le voit, on ne peut apprécier l’attitude critique à travers le seul prisme des articles élogieux qu’il consacra, non sans discernement, à plusieurs oeuvres majeures. De plus, il semble bien que de manière globale, l’apogée de son influence se situe au lendemain de la Grande Guerre48, et qu’elle a plutôt reculé ensuite, notamment du fait des polémiques internes, du vieillissement des dirigeants de L’Action française et d’un certain isolement de celle-ci, du moins à la fin des années vingt et au seuil des années trente. Peut-être l’apparition d’une nouvelle génération de critiques joue-telle. Toutefois, il ne faut sans doute pas, au sujet du rôle de Léon Daudet en tant que critique, marquer de césure trop rigide.

Changements de conjoncture et postérité

Une certaine perte d’élan critique

  • 49 Voir le tome 1 de l’édition citée d’Henri Godard, p. 406.

17Vers le milieu des années trente, Léon Daudet attire surtout l’attention par ses polémiques, à l’époque de l’affaire Stavisky ou du Front populaire. Ses violences verbales, toujours présentes auparavant, demeurent, même s’il rappelle aussi des souvenirs et des personnalités de sa jeunesse. Dans le domaine de la critique, il fait preuve, semble-t-il, de moins de curiosité. Il ne parle de Mort à crédit ni dans L’Action française (où Robert Brasillach fait paraître une critique peu enthousiaste), ni dans Candide49. Il est vrai que le livre ne plaît guère, ce qui contribue à accentuer l’acrimonie de Céline à l’égard de ses contemporains. Il n’en témoigne pas à l’égard de Léon Daudet, mais il a certainement été déçu de l’absence de réponse du vieux critique à une lettre, dans laquelle on ne reconnaît guère, du reste, le ton habituel de Céline :

  • 50 Lettres de Céline, Paris, même éditeur, 2010, p. 495.

« Ah ! Comme je serais heureux que vous me réserviez un article, non pour me louer (cette demande ne serait digne ni de vous ni de moi), mais pour définir clairement comme vous seul pourriez le faire, avec votre immense autorité, ce qui existe et ce qui n’existe pas dans mon livre50

18Il est vrai que cette missive, datant de mai 1936, fut adressée à Léon Daudet alors que l’actualité était particulièrement chargée. De plus, deux ans plus tard, Léon Daudet présenta à nouveau un ouvrage de Céline – mais il avait un caractère à bien des égards différent de ceux de ses romans.

À propos de la fin des années trente

19En effet, il s’agit de Bagatelles pour un massacre. Le vieux critique, dans son éditorial de L’Action française du 10 février 1938, le qualifie de « livre symptomatique ». Il lui trouve aussi, non sans une certaine prémonition, un caractère inquiétant : « Qu’on ne s’y trompe pas, ce livre est UN ACTE qui aura peut-être, un jour, de redoutables conséquences. Bagatelles pour un massacre, c’est un livre carnassier, et qui paraît, sous un ciel d’orage, à la lueur des éclairs. ». Il ajoute :

« À côté de ce bouquin, fébrile et débridé, La France juive de Drumont est un verre d’eau de fleur d’oranger et Les Juifs, roi de l’époque de Toussenel sont un conte de Berquin. Je vais plus loin : il n’existe pas, dans notre littérature depuis la Ménippée et les poèmes d’Agrippa d’Aubigné, de pareil hurlement de colère, répercuté par les échos d’une syntaxe parlée, musclée, gaillarde et nue comme une fille du grand Courbet. »

20Il écrit aussi :

  • 51 Cité d’après André Derval, L’accueil critique de Bagatelles pour un massacre, Paris, Écriture, 201 (...)

« Je pense que le solfatare littéraire est le plus contagieux de tous, que l’allumette enflammée ici est capable de mettre le feu à vingt kilomètres plus loin et que, si après l’Allemagne et la Roumanie, la France se jetait à l’antisémitisme, nous ne pourrions plus l’arrêter51. »

  • 52 Ibid., p. 167-168. L’article est conclu par une évocation du prétendu silence de presque toute la (...)

21Peu après, dans les Nouvelles littéraires du 19 février, il évoque « les raisons d’un succès », en relation avec l’antisémitisme, « avivé », assure-t-il – alors qu’il se dit lui-même plus modéré, parlant même de « l’extinction de mes sentiments d’ancien collaborateur de Drumont » –, « par le cabinet du Juif Blum », tandis que s’exprime « un besoin d’expression crue, née de la violence et menace des événements politiques »52.

  • 53 Essais et écrits de combat, op. cit., p. 561-562 : le passage se termine ainsi : « Qu’est-ce qu’il (...)
  • 54 Paris, Albin Michel, 1939, réédition 1989.

22De manière plus générale, en cette période de crise et d’avant-guerre, Bernanos l’a campé, au-delà des polémiques antérieures, en une sorte de Cassandre ou de prophète de malheur, porteur du « message d’un autre monde », dans une page des Grands cimetières sous la lune53. Léon Daudet intervient certes sur le terrain politique, mais ses nombreux ouvrages d’alors ne se renouvellent qu’inégalement, même si, à l’occasion du cent-cinquantenaire de la Révolution française, il publie un livre remarqué et polémique, Deux idoles sanguinaires - La Révolution et son fils Bonaparte54, et si, également en 1939, il fait paraître chez Fayard Mes idées esthétiques, ouvrage plutôt apaisé et panorama littéraire et artistique.

Disparition et postérité

  • 55 Paris, Flammarion, 1941. Léon Daudet y passe en revue de nombreux auteurs.

23Pendant la guerre et surtout après la défaite, Léon Daudet, très affaibli et malade, s’efface peu à peu de la vie littéraire, encore que Quand vivait mon père et Sauveteurs et incendiaires55 datent de cette période. Sa disparition, dans la nuit du 29 au 30 juin 1942, donne lieu à des commentaires en partie relatifs à son activité de critique. L’hommage de Maurice Martin du Gard se rapporte surtout à la fin de sa vie et se termine ainsi :

  • 56 « Léon Daudet nous a quittés » : repris dans Les Mémorables, op. cit., p. 1009-1010.

« Daudet eut une existence gourmande, flambante et moirée, traversée de douleurs shakespeariennes. Il fit du mal à quelques-uns, mais il fit rire un plus grand nombre. Devant la postérité, les erreurs ou les injustices ne comptent plus, c’est l’illumination littéraire56. »

  • 57 « Mort de Léon Daudet », 4-5 juillet 1942 : cité par Jeannine Verdès-Leroux, op. cit., p. 309.
  • 58 « Le souvenir de Léon Daudet », cité ibid., p. 67 et repris dans Circumnavigations - Littérature, (...)
  • 59 Mentionné par François-Xavier Hervouët, art. cité, p. 536.
  • 60 Paris, Julliard, 1943 ; voir une citation caractéristique faite par Paul Dresse in Léon Daudet viv (...)

24Dans Le Figaro, un article non signé, qui suscita la fureur de Maurras, souligna que le disparu utilisait « avec ivresse au profit de l’injure une sorte de génie verbal57 ». Mais, à cette date, son activité de critique, en tant que telle, ne retenait guère l’attention. Le jeune universitaire résistant Auguste Anglès, néanmoins, lui rendit hommage avec force références historiques dans Confluences : « catholique de la Ligue », « royaliste chouan », « frondeur comme un bourgeois de Paris et grave comme un sénateur romain »58. Toutefois, en 1942, Maurice Clavière publia à l’Office français du Livre le très connoté Léon Daudet, ou le contre-courant d’une décadence59. La même année, Kléber Haedens fit l’éloge du disparu dans Une histoire de la littérature française60.

  • 61 Voir par exemple Alain Cresciucci, Les désenchantés, Paris, Fayard, 2011, p. 148, qui évoque la «  (...)
  • 62 Voir Marc Dambre, Roger Nimier - hussard du demi-siècle, Paris, Flammarion, 1989, notamment p. 106 (...)
  • 63 Voir la réédition des Cahiers rouges, Paris, Grasset, 1997, p. 11-18.
  • 64 Interview avec Madeleine Chapsal, in Cahiers Céline, 2, 21, cité par Marc Dambre, op. cit., p. 615

25En fait, après la guerre, la postérité, en dehors du livre de Paul Dresse, est en partie liée aux échos au sein de la mouvance des « hussards »61 – Roger Nimier avait lu dans sa jeunesse des œuvres de Léon Daudet, dont il appréciait le tempérament de critique, certes différent du sien62 – et à travers les rééditions des Souvenirs littéraires, préfacés, précisément, par Kléber Haedens63, et ce jusqu’à nos jours, au-delà de l’actualité littéraire et des polémiques d’Action française. Il est arrivé aussi, à travers un retour sur le passé de critique de Léon Daudet, qu’un regret s’exprime : celui de Céline, lors de la publication, certes savamment orchestrée par Roger Nimier, de D’un château l’autre : « Aujourd’hui, il n’y a plus de voix comme Daudet, comme Descaves, même comme Ajalbert. [...] Daudet, lui, il m’avait senti. Daudet savait. Maintenant personne ne sait plus64. »

  • 65 Auteur d’un article intéressant, « Le maurrassisme et la retraite de la critique universitaire » ( (...)
  • 66 Voir Les Mémorables, op. cit., p. 744, dans un passage où il est question d’André Suarès et de la (...)
  • 67 Paul Dresse, op. cit., p. 426.
  • 68 Ibid.
  • 69 Lettre de Céline à Paul Dresse, citée par Philippe Alméras en épigraphe à son article « Léon Daude (...)
  • 70 Voir Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011, p. 603.
  • 71 Voir aussi La Recherche du beau - corps et âme, Paris, Flammarion, 1932.

26Outre des considérations littéraires sur le thème des rapports entre arrière-gardes et avant-gardes, même si Léon Daudet lui-même ne raisonnait nullement en ces termes, on peut formuler des appréciations sur le « caractère primesautier, imagé, partisan » de sa critique, selon Albert Thibaudet65, « d’humeur », comme l’écrit Maurice Martin du Gard66 ou encore pratiquée par un « trapéziste agile »67. Assurément, Léon Daudet a fait montre d’attitudes parfois bien peu maurrassiennes au sujet de certains livres. Certes, un certain « goût de la synthèse »68 lui est propre, mais il n’adopte pas clairement, et pour cause, de perspective doctrinale autre que celle de Maurras, après son ralliement à l’Action Française. La critique en tant que discipline à part entière ne lui importe guère, d’ailleurs – il apprécie fort peu les universitaires, et ce depuis longtemps – si bien que son influence relève au premier chef de sa capacité à divertir, à ébahir ou à scandaliser le public cultivé. Selon Céline, Léon Daudet aurait en quelque sorte gâché ses dons remarquables faute de sens de la « décision »69. Quant à Mauriac, en 1946, il considérait, dans une tout autre perspective, que l’échec littéraire de Léon Daudet était dû à son usage systématique de l’invective70. Mais l’écrivain disparu avait surtout voulu, en fonction de ses souvenirs, de ses lectures (ou de ses survols) et de ses impulsions, rendre compte, surtout, peut-être, en homme de presse, de ce qui lui avait plu ou déplu, en fonction d’une quête parfois esthétique71. Lorsque ses écrits apparaissent durables, ils relèvent surtout d’une galerie de portraits, dans lesquels sont glissés des notations critiques. Reste son profil littéraire, entre les souvenirs de Shakespeare et de Rabelais et une époque souvent sombre, durant laquelle il a souvent déchaîné sa violence verbale, tout en s’attachant parfois, non sans brio, à mettre en relief des nouveautés, principalement dans le domaine du roman.

Notes

1 Francis Balace souligne l’intérêt de l’ouvrage de Justin Sauvier, paru en 1933, qui campe Léon Daudet en « humaniste rabelaisien ». Il sera question plus loin du livre de Paul Dresse.

2 François-Xavier Hervouët, « Léon Daudet, un réactionnaire aux avant-gardes », Revue d’histoire littéraire de la France, « La critique de droite », 2005/3, p. 533-547.

3 Philippe Secondy, « Léon Daudet pamphlétaire », in Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil Mc William (dir.), Le Maurrassisme et la culture - L’Action française, culture, société, politique(III), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010, p. 25-34.

4 François Broche, Léon Daudet, le dernier imprécateur, Paris, Laffont, 1992.

5 Voir Antoine Compagnon, « Maurras critique », Revue d’histoire littéraire de la France, 2005/3, p. 517-532.

6 Voir la communication de Denis Labouret.

7 En dehors de celle de François Broche, citons notamment celle de Jean-Noël Marque, Léon Daudet, Paris, Fayard, 1971.

8 Voir le récent Belle Époque, traduction de Gilded Youth - Three Lives in France’s Belle Epoque, de Kate Cambor, Paris Flammarion, 2009 (sous-titre de l’édition française : Jeanne Hugo, Léon Daudet et Jean-Baptiste Charcot face à leur destin).

9 Kate Cambor, op. cit, p. 64 et 117-118.

10 Notamment Fantômes et vivants et Devant la Douleur.

11 Voir les formules de François Broche, « Le dauphin de la République » ou de Jean-Noël Marque, « Un benjamin de la République ».

12 Léon Daudet vivant, Paris, Laffont, 1948, p. 412. Le recueil a été publié chez Fasquelle en 1896.

13 Kate Cambor, op. cit, p. 205.

14 Ibid., p. 262.

15 Voir Jeannine Verdès-Leroux, Refus et violences. Politique et littérature à l’extrême droite des années trente aux retombées de la Libération, Paris, Gallimard, 1996, p. 62 (l’auteur cite Maurras et notre temps, d’Henri Massis, Paris, Plon, 1961, p. 233 : « Maurras, quelle tête politique ! Mais ses idées littéraires, ah ça, non. »).

16 Voir François Broche, op. cit., p. 240-243 et Kate Cambor, op. cit., p. 273-275. Léon Daudet s’est battu en duel avec l’écrivain.

17 Voir Olivier Forcade, « L’espionnage allemand et l’Action française : de la subversion à l’autosubversion », in François Cochet et Olivier Dard (dir.), Subversion, anti-subversion, contre-subersion, Paris, Riveneuve éditions, 2009, p. 15-23.

18 Le premier volume, Fantômes et Vivants avait du reste été mis en vente le 14 mars 1914 : voir l’introduction de Bernard Oudin aux Souvenirs et polémiques, Paris, Robert Laffont, collection Bouquins, 1992, p. 3-4.

19 Voir le chapitre II, « L’aberration romantique et ses conséquences », dans l’édition citée ci-dessus. On ne peut entrer ici dans le détail : voir par exemple l’article cité de François-Xavier Hervouët, p. 535 et 537. Peu après la parution du Stupide XIXe siècle, signalons les intéressants commentaires d’Albert Thibaudet : voir « La critique du Midi » (1er juin 1922), in Réflexions sur la littérature, Paris, Gallimard, Quarto, 2007, édition d’Antoine Compagnon et Christophe Pradeau, Paris, Gallimard, Quarto, 2007, p. 1065.

20 De son expérience, il tira le très caustique Député de Paris, publié en 1933.

21 Voir François Huguenin, À l’École de l’Action française, Paris, Perrin, 1998, p. 333-340 (p. 334 : « une somme de petits essais de critique générale, traitant de politique, de médecine et de littérature »). L’ouvrage de François Huguenin a été réédité, dans une version un peu modifiée, sous le titre L’Action française - Une histoire intellectuelle, Paris, Tempus, 2011.

22 Le stupide XIXe siècle, op. cit., p. 1251.

23 Études et milieux littéraires, Paris, Grasset, 1927, p. 9.

24 Ibid., p. 1 : cité par François-Xavier Hervouët, art. cité, p. 538.

25 Y compris – parfois – dans le domaine pictural : voir ibid., p. 534, au sujet de Picasso.

26 Voir François Huguenin, op. cit., p. 350 et suiv., qui cite abondamment les articles sur Proust, Bernanos et Céline. Il se réfère notamment au livre d’Olivier Rony, Les années roman - Anthologie de la littérature romanesque dans l’entre-deux-guerres, Paris, Flammarion, 1997.

27 Il en a loué d’autres, tels Larbaud et Morand.

28 Souvenirs et polémiques, édition citée, p. 503 et 505-506.

29 Article repris dans Écrivains et artistes, tome 3, p. 12-17.

30 Repris dans Contre Sainte-Beuve, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1971, édition de Pierre Clarac et Yves Sandre, p. 601-602. Proust assure notamment – non sans quelque ironie, probablement – que les livres de Léon Daudet « donneront peu à peu naissance à une nouvelle médecine, une nouvelle critique littéraire, une nouvelle éthique, une nouvelle sociologie ».

31 Dans cette dédicace, partiellement citée par Kate Cambor, op. cit., p. 343, Proust mentionne d’ailleurs plusieurs œuvres de Léon Daudet : Le Voyage de Shakespeare, Le Partage de l’enfant, L’Astre noir, Fantômes et vivants, Le Monde des images, soit « tant de chefs-d’œuvre ».

32 Voir Ecrivains et artistes, op. cit., p. 20-27.

33 L’Action française, 20 novembre 1922, p. 1 ; repris ibid., p. 29-31.

34 Ibid., « L’universalité et le Roman », 23 novembre 1922, p. 1 et op. cit., p. 33-39 (citation p. 39).

35 Voir la communication de Denis Labouret.

36 Voir « Léon Daudet » (non signé), article du 6 juin 1914 repris dans Essais et écrits de combat, t. 1, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1971, p. 1009-1014.

37 Voir Michel Estève, Georges Bernanos – Un triple itinéraire, Paris, Hachette, 1981, p. 89-90. Voir aussi les propos grinçants de Bernanos, tenus en 1931 et rapportés par Maurice Martin du Gard dans Les Mémorables, Paris, Gallimard, réédition de 1999 : il se demande s’il l’a lu, même après parution : « Quand le roman parut avec un certain bruit, alors Léon fit un article délirant : il m’avait découvert ! M’avait-il lu cette fois ? J’en doute encore. Il ne lit jamais rien. » (p. 783).

38 Article repris dans Ecrivains et artistes, tome 4, p. 161-162.

39 Ibid., p. 173-174. Le titre original est « À propos de Georges Bernanos-Le succès littéraire ». Il se termine d’ailleurs par des considérations anti-démocratiques (p. 177).

40 Articles des 28 avril et 12 décembre 1931 cité par Michel Estève, op. cit., p. 212.

41 Voir Essais et écrits de combat, op. cit., p. 1278-1279 et 1302-1303.

42 Voir son témoignage, « Céline rue Amélie », Les Cahiers de l’Herne, 1972, p. 214-216, reproduit par David Alliot dans D’un Céline l’autre, Paris, Bouquins, 2011, p. 274.

43 Voir le recueil présenté par André Derval, Paris, IMEC, 10/18, 1993.

44 Voir les extraits présentés par David Alliot, op. cit., p. 38 et Henri Godard dans son édition des Romans de Céline, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. 1, 1981, p. 1273.

45 Lettre reproduite ibid., p. 1120-1121.

46 Le Grenier d’Arlequin, journal 1916-1940, Paris, Denoël, 1981, cité par David Alliot, op. cit., p. 288. Sans se référer à un article précis, mais on peut penser qu’il s’agit du même, Arletty, dans ses mémoires, la Défense, indique que c’est la « critique de Léon Daudet » qui lui avait « donné envie » de lire le Voyage au bout de la nuit. Elle ajoute d’ailleurs plus loin : « Léon Daudet et Trotsky, ces hommes diamétralement opposés, se rejoignent sur le génie de Trotsky. », cité ibid., p. 661-662.

47 Cité ibid., p. 302.

48 C’est le point de vue d’Albert Thibaudet, exprimé il est vrai le 1er janvier 1926, au sujet d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, en post-scriptum d’un article intitulé « Poésie » : voir Réflexions sur la littérature, op. cit., p. 1065.

49 Voir le tome 1 de l’édition citée d’Henri Godard, p. 406.

50 Lettres de Céline, Paris, même éditeur, 2010, p. 495.

51 Cité d’après André Derval, L’accueil critique de Bagatelles pour un massacre, Paris, Écriture, 2010, p. 164-166. Notons que la Jeune Droite est hostile à ce livre, comme à L’École des cadavres : voir la communication d’Olivier Dard.

52 Ibid., p. 167-168. L’article est conclu par une évocation du prétendu silence de presque toute la presse, suivie de l’exclamation « Ah ! ces Juifs... » (p. 169).

53 Essais et écrits de combat, op. cit., p. 561-562 : le passage se termine ainsi : « Qu’est-ce qu’il fiche à l’Académie Goncourt, Seigneur ? »

54 Paris, Albin Michel, 1939, réédition 1989.

55 Paris, Flammarion, 1941. Léon Daudet y passe en revue de nombreux auteurs.

56 « Léon Daudet nous a quittés » : repris dans Les Mémorables, op. cit., p. 1009-1010.

57 « Mort de Léon Daudet », 4-5 juillet 1942 : cité par Jeannine Verdès-Leroux, op. cit., p. 309.

58 « Le souvenir de Léon Daudet », cité ibid., p. 67 et repris dans Circumnavigations - Littérature, voyages, politique 1942-1943, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1986, p. 6-9 (ici p. 9).

59 Mentionné par François-Xavier Hervouët, art. cité, p. 536.

60 Paris, Julliard, 1943 ; voir une citation caractéristique faite par Paul Dresse in Léon Daudet vivant, op. cit., p. 503.

61 Voir par exemple Alain Cresciucci, Les désenchantés, Paris, Fayard, 2011, p. 148, qui évoque la « générosité critique » au sein du groupe – certes composite – dans le sillage de « certains anciens, dont Léon Daudet, qui distinguait son engagement politique de ses goûts artistiques ».

62 Voir Marc Dambre, Roger Nimier - hussard du demi-siècle, Paris, Flammarion, 1989, notamment p. 106, 136, 380, 419, 455 et 504.

63 Voir la réédition des Cahiers rouges, Paris, Grasset, 1997, p. 11-18.

64 Interview avec Madeleine Chapsal, in Cahiers Céline, 2, 21, cité par Marc Dambre, op. cit., p. 615.

65 Auteur d’un article intéressant, « Le maurrassisme et la retraite de la critique universitaire » (1er février 1933), repris dans Réflexions sur la littérature, op. cit. : voir notamment la p. 1471. De nombreuses références s’y trouvent, non seulement à Rabelais et à Barbey d’Aurevilly – abondamment loué, du reste, dans Le Stupide XIXe siècle, op. cit., p. 1247-1251 –, mais aux romanciers naturalistes et à Brunetière (que Léon Daudet appréciait fort peu).

66 Voir Les Mémorables, op. cit., p. 744, dans un passage où il est question d’André Suarès et de la sympathie qu’aurait éprouvée Léon Daudet à son égard.

67 Paul Dresse, op. cit., p. 426.

68 Ibid.

69 Lettre de Céline à Paul Dresse, citée par Philippe Alméras en épigraphe à son article « Léon Daudet » du Dictionnaire Céline, Paris, Plon, 2004, p. 241.

70 Voir Gisèle Sapiro, La responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011, p. 603.

71 Voir aussi La Recherche du beau - corps et âme, Paris, Flammarion, 1932.

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine, Jean El Gammal a participé à l’Histoire des droites en France, dirigée par Jean-François Sirinelli, Paris, Gallimard, 1992 et à l’Histoire des gauches en France, dirigée par Jean-Jacques Becker et Gilles Candar, Paris, La Découverte, 2004. Il a notamment publié Politique et poids du passé dans la France « fin de siècle », Limoges, Pulim, 1999. Il est également l’auteur de contributions aux volumes sur Maurras, Bainville et Barrès (PU du Septentrion, Peter Lang, 2009-2012).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540