Version classiqueVersion mobile

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Les « grands écrivains sont avec nous » Bourget, Lemaitre et l’Action française

“Great writers are among us”: Bourget, Lemaitre and Action Française

Laurent Joly

Résumé

Dans les années 1899 et 1900, le jeune Charles Maurras convertit un à un ses amis du petit groupe nationaliste d’Action française à la monarchie. Jusqu’à la Grande Guerre, le mouvement néo-royaliste a besoin de maîtres pour se légitimer et élargir son public. À cet égard, le ralliement des deux prestigieux académiciens Paul Bourget et Jules Lemaitre a représenté une importance capitale pour la propagande maurrassienne. L’objet de cette communication est d’examiner les cheminements et les modalités par lesquels Bourget et Lemaitre ont été amenés à rallier l’Action française. Chez le premier, le lien, continu jusqu’au début des années 1910, est d’abord celui d’une adhésion personnelle à Maurras.
Même si l’auteur de L’Étape se tient à l’écart de toute manifestation politique trop appuyée, sa caution et son parrainage intellectuels sont extrêmement précieux pour l’AF des premières années. Quant à l’ancien président de la Ligue de la Patrie française, proche surtout de Léon Daudet, il se transforme en 1908 en militant dévoué et organique du mouvement royaliste. Au final, son apport, comme conférencier et porteur de la bonne parole auprès du grand public, s’avère plus important que ce que l’histoire de l’Action française, consacrée au lendemain de la Première Guerre mondiale, a retenu.

Texte intégral

  • 1 Cité par Archives nationales (désormais, AN), F7 12862, note de police, 19 juin 1909.
  • 2 Voir notre article « Le césarisme ou le Roi ? Maurice Barrès et les débuts de l’Action française », (...)

1Dans les années 1899 et 1900, le jeune Charles Maurras convertit un à un ses amis du petit groupe nationaliste d’Action française (AF) à la monarchie. Son ambition est immense : amener à sa doctrine l’élite du monde intellectuel et littéraire conservateur. Établi au lendemain de la Première Guerre mondiale, le magistère maurrassien est le produit d’un travail de longue haleine, ciblé et à bien des égards couronné de succès. S’exprimant lors du deuxième congrès de l’Action française, en 1909, Pierre Lasserre, lui-même converti par Maurras quelques années plus tôt, note : « De mon temps, nous avions quatre grands écrivains que nous admirions : deux sont avec nous, Bourget, Lemaitre ; un troisième, Barrès, est bien près de nous ; le quatrième, Anatole France, est le seul littérateur de marque que le dreyfusisme ait eu1 ». Faute de Maurice Barrès, qui résiste à la cour assidue de ses amis d’AF2, les académiciens Paul Bourget et Jules Lemaitre sont effectivement deux recrues de prestige, les plus éminentes qu’ait faites Maurras au début du siècle.

  • 3 Michel Mansuy, Un moderne. Paul Bourget. De l’enfance au Disciple, Les Belles Lettres, 1968 (1re éd (...)
  • 4 Paul Bourget, Pages de critique et de doctrine, t. 1, Plon, 1912, p. II-III.

2Si le ralliement de Bourget en 1900 ne surprend guère, les prises de positions monarchistes de l’auteur du Disciple n’en sont pas moins fort rares avant cette date3. Quant à Lemaitre, président de la puissante Ligue de la Patrie française (1899-1904), son adhésion, officialisée au moment de la création du quotidien L’Action française en mars 1908, étonne davantage, vue de l’extérieur – même si depuis plusieurs années le célèbre critique se rapprochait insensiblement des rives du « nationalisme intégral ». Dans la préface d’un recueil publié en 1912, Paul Bourget s’adresse à son glorieux confrère, âgé comme lui d’une soixantaine d’années. L’heure est au bilan : « Nous avons grandi tous les deux, mon cher Lemaitre, dans l’atmosphère et dans l’esprit de la Révolution, et nous sommes arrivés, tous les deux, à des conclusions traditionnelles […]. Ni de votre part, ni de la mienne, ce ne fut là une conversion4. » Dès leurs débuts littéraires, poursuit Bourget, tous deux étaient attachés au vrai, à l’ordre, au classicisme. Ils étaient donc préparés à adhérer à la cause de la monarchie traditionnelle et, en somme, ils doivent peu aux penseurs de la nouvelle génération… La vérité est évidemment plus complexe, et pour Lemaitre assez différente : il est bel et bien un converti.

3L’objet de ce chapitre est d’examiner les cheminements et les modalités par lesquels Paul Bourget et Jules Lemaitre ont été amenés à rallier la doctrine maurrassienne. D’autre part, quel rôle ont-ils joué dans le mouvement royaliste et comment interpréter les formes de leur investissement ? Avant d’aborder ces deux séries de problèmes, il convient de mettre en lumière la dimension – centrale dans le cas de Bourget – du lien personnel à Maurras, fait de fascination et de projection, d’admiration et de dépendance affective. Si l’Action française a besoin des deux « illustres maîtres », pour légitimer et faire connaître ses idées, l’inverse est également vrai – comme il en va dans toute relation.

Fascination intellectuelle et projection affective : le rapport personnel à Maurras

  • 5 AN, F7 12861, copie Maurras à Buffet, s.d., vers 1900, note d’indicateur, Bruxelles, 5 septembre 19 (...)

4Depuis le début des années 1890, Charles Maurras, collaborateur littéraire de diverses publications, est connu de Paul Bourget, qui apprécie son acuité et ses dons de jeune critique. La fin du siècle approchant, Maurras investit des thèmes politiques chers au romancier – la décentralisation, la monarchie – et ne tarde pas à être reconnu par ce dernier comme un penseur décisif, destiné à rénover la doctrine traditionnelle. En 1898, Maurras lui dédie sa brochure Trois idées politiques : « À M. Paul Bourget. En souvenir des justes conclusions d’Outre-Mer ». Dans une lettre privée à André Buffet, chef du bureau politique du duc d’Orléans, Maurras admet pourtant n’avoir « pas trouvé grand’chose » en faveur de la décentralisation dans cet ouvrage de Bourget sur les États-Unis. Mais la cause vaut bien cette annexion d’une figure aussi prestigieuse et fermement royaliste5

  • 6 Charles Maurras, « L’esprit de M. Paul Bourget », Revue de Paris, 1er décembre 1895, p. 578-579.
  • 7 AN, fonds Maurras (576AP), 576AP 183, Bourget à Maurras, 5 décembre 1899.

5Comme critique littéraire, Maurras sait mieux que personne séduire et capter l’attention de ses aînés. Un compte rendu de Lucien Corpechot ou du jeune Bainville fait assurément plaisir ; mais être compris et loué par Maurras vaut bien davantage aux yeux de Bourget. Ainsi, dans un long article publié dans La Revue de Paris en 1895, l’auteur du Chemin de Paradis analyse la puissance des romans du « prince » de la jeunesse, d’une vérité scientifique et « d’une clairvoyance supérieure » aux écrits de Brunetière ou de Vogüé, porteurs d’une « grande énergie sociale », etc.6. Charles Maurras a ce talent pour révéler d’une œuvre ce qui va aller droit au cœur de son auteur, le rassurer, lui donner l’impression qu’elle est plus importante et plus durable qu’il ne se l’imagine dans ses périodes de doute. À la fin de 1899, après un nouveau dithyrambe de Maurras, Bourget l’invite à déjeuner à son domicile, rue Barbet-de-Jouy, à Paris, pour le remercier de « ces nobles pages », qui sont l’« une des grandes joies de [sa] vie littéraire » : « Mon cher ami. Laissez-moi vous donner ce nom par reconnaissance de votre si remarquable étude7. »

  • 8 Lucien Corpechot, Souvenirs d’un journaliste, t. 2, Barrès-Bourget, Plon, 1936, p. 238-240.
  • 9 AN, 576AP 46, Corpechot à Maurras, s.d., 1901.
  • 10 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 21 juin 1901, 15 juillet 1903 ; 576AP 182, Bourget à Maurras, 6 oc (...)
  • 11 Le Plantier de Costebelle est le nom de la propriété de Bourget à Hyères-les-Palmiers (Var).
  • 12 AN, 576AP 3, Léautaud à Maurras, fin 1900 ; 576AP 4, Léautaud à Maurras, 14 avril 1902.
  • 13 Maurice Barrès, Charles Maurras, La République ou le Roi. Correspondance inédite (1888-1923), Plon, (...)

6Sur le plan politique, l’académicien est subjugué par Maurras et ses amis de la revue d’Action française, fondée en juillet 1899. « N’en doutez pas, dit-il à Barrès, voilà l’avenir ! ». Corpechot, qui rapporte ce propos8, est frappé, lors de sa première visite rue Barbet-de-Jouy, de la « tendresse » avec laquelle Bourget parle de Maurras9. Dans les années 1900-1902, l’écrivain enamouré se rend fréquemment au café de Flore pour y retrouver ses jeunes amis ; il les recommande activement auprès de la presse royaliste, obtient une tribune pour Maurras dans Le Figaro, donne quelques articles à la revue, qu’il lit attentivement, et distribue ses conseils. La relation, empreinte de projection et de dépendance affective, fragilise Bourget : « Trouvez un moment pour m’écrire de vos nouvelles » ; « Donnez-moi de vos nouvelles » ; « Sans nouvelles de vous »10… Maurras, toujours plus absorbé par le combat quotidien, néglige sa correspondance. À plusieurs reprises, il est sermonné par le vicomte de Léautaud, ami de villégiature de l’éminent écrivain : « Bourget se plaint que vous le négligiez un peu » ; « Je viens de quitter pour quelques jours Costebelle11 où j’ai laissé Bourget attristé de votre silence. En dehors de ses autres mérites que vous appréciez mieux que moi, cet homme est très bon et il vous aime. Vous ne sauriez croire combien de fois en une journée vous occupez sa pensée – aussi, ce mot est-il pour vous dire de ne pas l’oublier »12… « J’écris à Bourget, dont l’inquiétude m’afflige et à qui je dois bien des lettres », s’amende Maurras en 190313

  • 14 Jules Lemaitre, « Évangile et Anarchie », L’Écho de Paris, 14 avril 1899. Notons que ces passages é (...)
  • 15 Archives de la préfecture de Police de Paris (désormais, APP), BA 1150, dossier Lemaitre, notes d’i (...)
  • 16 AN, 576AP 81, Lemaitre à Maurras, 4 novembre 1901.

7La relation Lemaitre-Maurras n’a pas cette intensité. Mais, comme Bourget, le célèbre critique éprouve d’emblée une vive admiration pour son jeune confrère, l’un des esprits les plus prometteurs du camp antidreyfusard. En avril 1899, il note, dans sa chronique du jour de L’Écho de Paris : « Je voudrais que tout le monde fût averti que M. Charles Maurras écrit depuis quelques mois, à la Gazette de France, de fort belles études sociales. […] Il a hérité de Joseph de Maistre et de Bonald leur conception mystique du fondement des sociétés humaines, mais il donne à leurs théories un air de renouveau […]. Il pense avec profondeur14. » Comme chef politique, Lemaitre est un homme dévoué mais facilement impressionnable et à l’humeur changeante – les phases de pessimisme alternant avec des moments d’optimisme de plus en plus rares. Dès janvier 1900, il confie à Maurras être « absolument découragé » par la Ligue de la Patrie française, où il n’est entouré que d’« ambitieux ». Le terrain est favorable à la dialectique maurrassienne. Un an plus tard, Maurras lui assène : « Avouez que vous êtes un royaliste déguisé ! », ce que Lemaitre veut bien admettre : « Eh bien, je suis obligé d’en convenir ; vous vos principes sont vrais […]. Quel ennui d’être obligé de mentir jusqu’en 190215. » Mais à la fin de 1901, accusant réception d’Anthinéa par un simple mot adressé à son « cher confrère », Lemaitre reproche à Maurras d’être trop « dur » vis-à-vis de son populaire bras droit Gabriel Syveton16. À ce moment, le président de la Patrie française a retrouvé la foi dans l’action électorale et attend beaucoup de l’échéance de 1902…

  • 17 En janvier 1903, il confie à un journaliste de L’Aurore son admiration pour Maurras, « dialecticien (...)
  • 18 Jules Lemaitre, « Un Nouvelle État d’Esprit », L’Écho de Paris, 14 septembre 1903, 3, 10, 24 et 31 (...)
  • 19 AN, F7 13230, note d’indicateur, 9 octobre 1903 ; APP, BA 1150, dossier Lemaitre, note d’indicateur (...)

8Le résultat des élections s’avère plus catastrophique que prévu. Meurtri par l’impuissance du nationalisme, jaloux de l’essor de l’Action libérale populaire de Jacques Piou, Lemaitre cache de moins en moins sa mélancolie. Maurras le tente ; le jeune théoricien a mené une habile campagne royaliste dans les colonnes du Figaro et Bourget ne cesse de parler de lui. Mais le Jules Lemaitre dirigeant politique sait bien qu’une alliance avec les royalistes reviendrait à s’exclure du champ politique républicain. Il continue donc à « mentir », tout en donnant des signes de sympathie maurrassienne de plus en plus visibles17. À l’automne 1903, l’écrivain étale ses doutes et ses nouvelles inclinations au grand jour, dans une série d’articles de L’Écho de Paris significativement intitulée « Un nouvel état d’esprit ». Sous la forme d’un dialogue imaginaire avec un ami, Lemaitre dénonce le parlementarisme, le sectarisme et la démocratie : « j’ai lu ou relu, ces temps-ci, Comte, Le Play, Balzac, Taine, Renan, et j’ai vu que les plus fortes têtes du dernier siècle exécraient la Révolution, son esprit et ses œuvres. » « Bref, je suis maintenant ce qu’on appelle un “réactionnaire”, tout comme les grands hommes que j’énumérais tout à l’heure », poursuit le narrateur, avant d’évoquer un « groupe d’esprits qui n’est point négligeable », les jeunes et ardents néo-royalistes18… La publication des premiers articles de la série, en septembre et octobre 1903, fait « grande impression dans les divers milieux nationalistes de la capitale » ; à la Patrie française, on multiplie les démentis auprès des ligueurs et l’entourage de Lemaitre est catastrophé : comment présenter des candidats aux élections municipales de 1904 si le président s’affirme royaliste19 ?

  • 20 Voir le dernier article apaisant de Jules Lemaitre, « Un Nouvelle État d’Esprit. VII », L’Écho de P (...)
  • 21 Plus importante encore que l’adhésion de Bourget, connu pour ses convictions traditionalistes et qu (...)
  • 22 Charles Maurras, « Comment faire la monarchie », L’AF bimensuelle, 108, 15 décembre 1903, p. 458.
  • 23 Ce que Lemaitre lui refuse, préférant s’en tenir au titre originel Un nouvel état d’esprit. AN, 576 (...)
  • 24 Qui constitue le « Troisième livre » de L’Enquête, rééditée en 1909 avec un chapitre supplémentaire (...)

9L’effet de ces premières déclarations détourne sans doute Lemaitre d’une conclusion qui aurait semé la désolation dans les rangs de la Ligue20. Pour l’AF, le ralliement de l’un des dirigeants nationalistes les plus populaires, dans un quotidien tirant à 100 000 exemplaires, aurait constitué une publicité formidable21. Dès le 15 octobre, la revue d’Action française réédite les articles de L’Écho, et Maurras tâche d’en tirer le meilleur profit, tout en regrettant le « fatalisme » final de Lemaitre22. Dans le même temps, il obtient de ce dernier la publication de l’ensemble, sous forme de brochure (chez Juven) – il tente même d’imposer comme titre : Le Nouvel état d’esprit royaliste23 ! – puis dans les colonnes de La Gazette de France, où, tour à tour flatteur et offensif, il engage une discussion serrée en notes de bas de pages24.

  • 25 AN, 576AP 183, projet de lettre à Lemaitre, sans date, fin 1903.

10Le duc d’Orléans tenant à remercier Lemaitre pour cette série d’articles, c’est Charles Maurras qui se charge de rédiger la lettre en question. Le brouillon en est conservé dans ses archives privées : Philippe-Maurras y exprime sa gratitude pour la campagne patriotique menée par le grand écrivain depuis cinq ans et loue ces nouveaux royalistes, qui viennent de tous les milieux, représentent l’avenir, l’espoir, etc.25. Maurras ne lésine pas sur les artifices de propagande pour rallier le président de la Patrie française.

  • 26 Selon l’amiral Bienaimé, AN, F7 12719, note d’indicateur, 25 mars 1905. Le brutal décès de Gabriel (...)
  • 27 Voir ainsi AN, 576AP 78, Lemaitre à Maurras, 28 janvier 1907.
  • 28 Myriam Harry, La Vie de Jules Lemaitre, Flammarion, 1946, p. 226-227.

11En 1904, le Jules Lemaitre déprimé laisse temporairement place à un Jules Lemaitre conquérant, persuadé que les élections municipales souriront, cette fois, à la Ligue. Mais, c’est un nouvel échec. L’affaire Syveton, au cours de laquelle on lui reproche son comportement de « loque »26, précipite sa démission. Dégoûté de la vie politique, vieilli et presque ringardisé, Lemaitre se rapproche de l’AF, comme on le verra. La personnalité de Maurras, qu’il admire désormais sans restriction27, le fascine et le sécurise : « Il exerce sur ses collaborateurs un ascendant comparable à celui de Lamennais sur ses compagnons de la Chesnaye. […] Il a la foi », dit-il à une amie28. En 1908, il passe le pas, huit ans après son ami Paul Bourget.

Les fondements du ralliement à l’Action française

Paul Bourget ou la Restauration par le combat littéraire

  • 29 Victor Giraud, Les Maîtres de l’heure. Essais d’histoire morale contemporaine, t. 1, Pierre Loti – (...)
  • 30 Voir « La lettre du duc d’Orléans », Le Temps, 4 septembre 1900.
  • 31 AN, F7 12861, copie Maurras à Buffet, s.d., vers 1900, note d’indicateur, Bruxelles, 5 septembre 19 (...)
  • 32 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 10 et 19 août 1900.

12C’est sous le choc de l’affaire Dreyfus et par sa découverte émerveillée de l’école maurrassienne que Bourget s’est mué, de « nonchalant apologiste […], en apologiste conscient et résolu », selon la formule de Victor Giraud29. L’auteur de L’Échéance est, en août 1900, le seul grand nom à apporter son adhésion à l’« enquête sur la monarchie », lancée par Charles Maurras dans les colonnes du vieux quotidien royaliste La Gazette de France. Ce soutien, joint à la lettre d’approbation du duc d’Orléans30, est pour Maurras d’un grand prix, comparable, dit-il à Buffet, au ralliement de Chateaubriand à Louis XVIII31 ! Parrain bienveillant de l’entreprise, Paul Bourget félicite son jeune confrère de faire « de la doctrine » : « La force du Royalisme est là, et elle n’est que là. Le Comte de Chambord disait : “Je suis un principe”. » Dans le mot qui accompagne sa réponse, le 19 août, il s’excuse – faussement modeste et désolé – de la nature « un peu philosophique » de son propos : « Je crois que c’est nécessaire pour prendre notre position qui est essentiellement celle de penseurs (pardon du mot !) indépendants qui disent : voilà où nous arrivons par la méthode positiviste32. »

  • 33 C. MAURRAS, Enquête sur la Monarchie, op. cit., lettre de Bourget, p. 117.

13Dans sa lettre rendue publique, l’académicien se déclare en totale harmonie avec l’approche positiviste de Maurras et avec des idées qui sont depuis longtemps les siennes. Il rappelle – en des termes qui ont sans doute influencé Lemaitre – que Bonald, Balzac, Le Play et Taine, soit « les plus grands génies de philosophie sociale qu’ait eus la France du dix-neuvième siècle », ont tous les quatre « conclu de même à la condamnation définitive des faux dogmes de 89 ! » L’enquête de Maurras est conforme à leur méthode intellectuelle, « à savoir que la solution monarchiste est la seule qui soit conforme aux enseignements les plus récents de la Science » – lesquels enseignements ont validé, selon Bourget, l’excellence de l’analyse des sociétés en termes de « continuité » (« assurée » par la famille royale), de « sélection » (organisée par une noblesse ouverte) et de « race »33

  • 34 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 21 juin 1901.
  • 35 C. Maurras, Enquête sur la Monarchie, op. cit., p. 118-119.

14De fait, l’idée de « laboratoire » associée à l’entreprise maurrassienne correspond totalement à ses propres conceptions du combat politique, qui est d’abord et avant tout un combat des idées. Le rôle de l’écrivain « national » selon Bourget est de préparer les esprits à la Restauration par des ouvrages de haute qualité. Sur le plan politique, il compte beaucoup sur Maurras, l’incitant à ne pas « disperser » son « beau talent » dans des articles quotidiens et à se concentrer sur la rédaction d’un « volume de forte doctrine » : « La Théorie du Pouvoir [Bonald] n’est à récrire que par vous34. » S’il semble avoir envisagé, en 1900, la réalisation d’un traité sur L’Erreur française35, Paul Bourget mène le combat sur le terrain qu’il connaît le mieux : le roman, qui doit à la fois faire œuvre morale et œuvre artistique.

  • 36 Sur la technique narrative de L’Étape, voir Béatrice Laville, « Un roman à thèse de Paul Bourget, L (...)
  • 37 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bremond, lettre du 16 avril 1902.
  • 38 « Discours de M. Paul Bourget », L’AF bimensuelle, 74, 15 juillet 1902, p. 89.

15Publié en 1902, L’Étape, qui conte les malheurs d’un homme monté trop vite dans la hiérarchie sociale, mais dont le fils, par une prise de conscience édifiante, atteindra la vérité politique, est, plus encore que Le Disciple (1889), la principale contribution de Bourget au genre éminemment didactique du roman d’analyse (ou roman à thèse)36. L’Étape, « c’est le triomphe de Maurras », s’écrie Henri Bremond37. Et effectivement, c’est à l’Action française que le romancier de la tradition trouve ses lecteurs les plus enthousiastes. En juillet 1902, Maurras et ses amis offrent un banquet en l’honneur de Paul Bourget, flatté et heureux de voir son « effort intimement, complètement compris » : « N’arriver aux idées qu’à travers les faits, à la généralisation qu’à travers l’observation, il n’existe pas de méthode plus scientifique. […] Elle est la seule qui compte pour le politique. […] C’est elle qui a présidé à la fondation de votre Action française. Voilà pourquoi votre suffrage m’est deux fois précieux38. »

  • 39 P. Bourget, Pages de critique et de doctrine, op. cit., p. vii, p. viii.

16Dans la préface qu’il adresse à Lemaitre en 1912, Bourget résume ainsi ses conceptions : les « œuvres de littérature » sont des « témoignages réfléchis » qui ne peuvent mener qu’à la conclusion du « Traditionalisme ». À cet égard, il reproche à son vieil ami d’avoir écrit un jour, à propos de l’Action française : « “Désenchanté des jeux de la littérature, je m’abandonne avec foi à un instinct que je crois sain et bienfaisant.” Il y a dans cette phrase un mot injuste. Il n’est pas vrai que la littérature ait été jamais un jeu pour vous. C’est à travers elle, parce que vous l’avez aimée avec passion, avec religion, que vous avez dégagé en vous cet instinct39. » En réalité, Lemaitre est beaucoup plus sceptique quant au pouvoir des « œuvres de littérature » et son ralliement à l’AF procède d’un tout autre cheminement.

Jules Lemaitre ou la quête de la « paix intellectuelle »

  • 40 Note de Jules Lemaitre parue dans L’Écho de Paris, 23 juin 1899.
  • 41 BN, fonds Barrès, II, correspondance Caplain, circulaire de l’AF, 26 avril 1900.
  • 42 Henri Vaugeois, « L’Opinion et la Raison dans le Nationalisme », L’AF bimensuelle, 38, 15 janvier 1 (...)
  • 43 « Vous n’êtes pas un Lemaitre », pense ainsi écrire Vaugeois à l’intention d’un Barrès indécis. Ber (...)

17L’histoire de Jules Lemaitre avec l’Action française a commencé par une rupture. Né au sein de la Ligue de la Patrie française, le petit groupe dirigé par Henri Vaugeois affiche d’emblée des positions radicales ; il ne tarde pas à être désavoué publiquement par Lemaitre, désireux d’« éviter toute équivoque40 ». Depuis la tentative de coup d’État de Déroulède en février 1899, la Ligue se tient en effet sur ses gardes et craint la dissolution : il est hors de question de se voir associé à des « césaristes »… Malgré cette mise au point, le lien n’est pas rompu. En avril 1900, avec Coppée et Barrès, Lemaitre fait encore figure de « maître illustre » de L’Action française41. Mais par la suite, devenue royaliste, la petite revue ne ménage pas ses critiques. Vaugeois, notamment, dénonce le « nationalisme libéral », en ciblant Lemaitre, « qui sert de tête à cette armée42 » et incarne à lui seul la « mollesse » du nationalisme parlementaire43.

  • 44 AN, F7 13230, note d’indicateur, 2 juillet 1902 ; F7 160212, dossier Syveton, note d’indicateur, 19 (...)
  • 45 AN, F7 12719, note d’indicateur, 24 novembre 1902.
  • 46 Lors du meeting contre les « Insulteurs de Jeanne d’Arc », une lettre de Lemaitre est lue, le criti (...)
  • 47 « L’amitié seule décidait des opinions de ce grand sceptique et ses opinions étaient extrêmes à cau (...)

18Dans les faits, comme on l’a vu, Lemaitre radicalise peu à peu ses positions, fait bon accueil aux antisémites et promeut l’élection du président de la République au suffrage universel44. Toutes ces idées plaisent à la foule, même si, rapporte un indicateur, leur porte-parole finit par « embêter » les dirigeants nationalistes « avec toutes ses évolutions45 »… Après 1903, et les fameux articles de L’Écho de Paris, Lemaitre soutient les principales campagnes de l’AF – ainsi, la défense de Jeanne d’Arc46 ou l’hommage à l’historien Fustel de Coulanges. Son départ de la présidence de la Ligue de la Patrie française, joint au prosélytisme de Léon Daudet, dont il est très proche et que Maurras a « converti » depuis peu, achève de le convaincre – Jean Cocteau, qui l’a bien connu, insiste sur la dimension affective de cette adhésion, liée à son adoration de Daudet, « dont il épousait aveuglément la cause47. » Mais le respect de liens anciens (il est toujours, officiellement, membre de la Patrie française) l’empêche de « conclure » avant 1908, et il se contente d’assister discrètement à des séances de l’Institut d’Action française. Dans le petit monde qu’il fréquente désormais, l’idée royaliste semble avoir le vent en poupe ; un journal à cinq centimes est proche de voir le jour. C’est le moment ou jamais de passer le pas.

  • 48 Lettres de Montesquiou à un ami, 24 février, 13 mars et 20 mars 1908, citées par Coudekerque-Lambre (...)

19Quelques semaines auparavant, Lemaitre a perdu la compagne de sa vie, Mme de Loynes. Figurant parmi ses héritières, l’épouse de Léon Daudet pourra renflouer L’Action française dès la fin du mois de mars 1908. Lui-même a souscrit pour une somme de 1 000 francs en février. « C’est là un signe de sympathie de sa part qui pourra nous être précieuse dans l’avenir », note Léon de Montesquiou, secrétaire général de l’AF, dans une lettre privée à un ami. Ayant l’esprit de suite, Montesquiou invite l’ex-président de la Patrie française au dîner de célébration de l’apparition du journal, le soir du 20 mars, afin de « l’attirer vers nous ». Le résultat est probant : « Lemaitre avait l’air content de se trouver au milieu de nous48. » Le lendemain, en première page du premier numéro de L’Action française quotidienne, dans un entretien plein de déférence signé « Un ligueur » (il s’agit peut-être de Maurras), le ralliement du grand écrivain est officialisé :

Nous nous excusons de le déranger au milieu de la préparation de ses admirables conférences sur Racine.
- Mais oui, vous me dérangez bien un peu.
- C’est pour la Cause, mon cher maître, pour la bonne Cause.

  • 49 Un Ligueur, « De la Patrie française à l’Action française. L’évolution de Jules Lemaitre », L’AF, 2 (...)

20Confessant ses anciennes croyances républicaines – « C’est l’affaire Dreyfus qui m’a réveillé » –, le « cher maître » dit maintenant tout haut ce qu’il pensait tout bas au moment de la brochure Un nouvel état d’esprit et se déclare heureux d’avoir trouvé « le port, enfin, en devenant royaliste » : « Oui, plus j’y réfléchis, plus la campagne de Maurras me semble avoir des chances de succès49 ».

  • 50 AN, F7 159432, dossier Daudet, note de police, 31 mars 1908.

21Tout est fait pour s’attacher le prestigieux – quoique décoté – écrivain. Henri Vaugeois, qui sait trouver les mots pour flatter un Lemaitre qu’il épargnait peu naguère, explique à 2 000 militants surchauffés, réunis salle Wagram à la fin de mars 1908, que le programme de l’AF est « le prolongement du geste de Jules Lemaitre et de la Patrie Française50 »!

  • 51 M. Harry, La Vie de Jules Lemaitre, op. cit., p. 226-227.
  • 52 André Du Fresnois, « Jules Lemaitre », RCIL, 75, 25 mai 1911, p. 409 ; Henri Morice, Jules Lemaitre (...)

22Indéniablement, Daudet, Maurras, Montesquiou et Vaugeois ont su combler chez le célèbre critique une soif d’idéal et un besoin de sécurité psychologique – pour le plus grand bénéfice de « la Cause ». Dans une biographie enlevée, pleine d’empathie et de finesse, bien que truffée d’erreurs factuelles, Myriam Harry, proche de l’académicien à la fin de sa vie (elle sera la légataire de ses droits d’auteur), a bien cerné cet aspect de sa personnalité. En somme, explique-t-elle, les « chaînes » qui l’attachaient à Mme de Loynes ont été remplacées par de nouvelles l’attachant à Maurras, qui « lui dispensa la plénitude de sa sécurité morale et politique51 ». Les autres biographes de Lemaitre ont également souligné cet « apaisement » des dernières années, cette « magnifique paix intellectuelle » liée à son évolution vers la « lumière »52

23L’Action française de l’avant-1914 a besoin de maîtres pour se légitimer et élargir son public. La notoriété de Jules Lemaitre constitue à cet égard un atout important, on va le voir. Mais son ralliement tardif et les ressorts qui le fondent font que le rôle qu’il accepte de jouer à l’AF et le statut qui est le sien n’égalent pas en prestige la figure de Paul Bourget.

L’« illustre maître » et « ce cher parrain »

Bourget ou la figure tutélaire

  • 53 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bourget, lettre du 13 avril 1901.

24Après Barrès en 1899-1901, Bourget est au début du siècle le « grand maître » de l’Action française – un peu par défaut, en vérité, à mesure que les amis de Maurras se convertissent à la monarchie et que l’auteur des Déracinés s’y refuse, au grand dam de tous. Paul Bourget, en particulier, accuse le coup : « J’ai eu de la peine […] à constater que vous êtes plus séparé que jamais de l’idée monarchiste. […] Il m’afflige profondément pour que j’y vois la preuve que la France est condamnée à une irrémédiable division53 ». De manière significative, Montesquiou qui a dédié son volume Salut public à Barrès en 1901 dédie l’année suivante Raison d’État à Bourget…

  • 54 Coudekerque-Lambrecht, Léon de Montesquiou, op. cit., p. 85-87.
  • 55 Jacques Bainville, « “Un divorce”, par Paul Bourget », L’AF bimensuelle, 126, 15 septembre 1904, p. (...)

25L’académicien peut compter sur des disciples totalement dévoués à la célébration de son œuvre. Au printemps 1903, « voyant dans l’Étape, comme il a vu dans l’Appel au Soldat, une source de pensées saines et patriotique », Léon de Montesquiou prononce trois conférences sur ce roman, à Paris, Bruxelles et Marseille – la dernière, qui se déroule devant 1 000 royalistes marseillais, est organisée à la demande de Bourget54 ! La moindre de ses publications fait l’objet d’un compte rendu dithyrambique – ainsi d’Un divorce (1904), dont Jacques Bainville estime qu’il s’agit du « meilleur roman, le plus fort et le plus poignant qu’on ait écrit depuis longtemps dans notre langue55 ».

  • 56 Ainsi que le lui reproche le secrétaire de Barrès, qui estime que Bourget ne fait rien pour l’auteu (...)
  • 57 Cité dans P. Bourget, Pages de critique et de doctrine, op. cit., p. 139.

26Assimilant la rhétorique maurrassienne – « Restauration intégrale », « monarchistes intégraux », etc. –, le romancier est moins optimiste que les chefs de l’Action française. Il n’est pas loin de penser que sa mission comme la leur est de porter témoignage des saines doctrines dans un monde fatalement perdu. Conformément à ses conceptions, son soutien à l’AF se limite à la diffusion des idées. L’écrivain intervient, on l’a vu, pour ouvrir les colonnes de la presse royaliste à ses jeunes amis, mais il est avare de sa plume56. S’il livre un compte rendu élogieux d’Anthinéa dans La Gazette de France à la fin de 1901, il se contente le plus souvent, publiquement, de notations vagues et de peu de portée. Ainsi à propos de Léon Daudet, en 1906 : « Qu’un esprit de cette vigueur soit devenu un traditionnel, qu’il ait rejoint le groupe de talents nouveaux qui travaillent aujourd’hui de toutes parts à la contre-révolution des idées, ce doit être une joie profonde pour les vétérans de cette dure bataille57. »

27En privé, Bourget est plus enthousiaste, du moins dans les premiers mois. Parrainant toutes les entreprises intellectuelles de l’AF, il prend part aux réunions préparatoires de l’Institut d’Action française en 1905-1906, préside la première séance de la Chaire du Syllabus à l’Institut en mai 1906, puis, en 1907, la séance inaugurale de la deuxième année de l’Institut ainsi que la séance solennelle d’ouverture des cours. À partir de 1908, il partage cet honneur avec Jules Lemaitre. Jusqu’en 1914, toutes les séances d’inauguration et de clôture de la contre-université royaliste sont placées sous le haut patronage des deux écrivains.

  • 58 Yehoshua Mathias, « Paul Bourget, écrivain engagée », Vingtième Siècle, 45, 1995, p. 16-17.
  • 59 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bourget, lettre s.d., 1910.
  • 60 La revue publie des bonnes feuilles de Pages de critique et de doctrine ainsi qu’un texte de Bourge (...)
  • 61 « Au dîner de la Revue Critique », RCIL, 126, 10 juillet 1913.

28À l’approche des années 1910, Bourget semble se détacher de l’AF, comme l’attestent certaines remarques désabusées de son journal intime ou de ses lettres privées58. Tout le monde n’a pas la valeur de Maurras, et « les gens autour de lui sont trop imprudents », juge-t-il59. Le romancier s’intéresse à d’autres groupes traditionnalistes, et parraine notamment les efforts de la jeune équipe de La Revue critique des idées et des livres, dirigée par Jean Rivain, qu’il connaît depuis 1902 – l’« illustre maître » confie quelques articles à la revue60 et préside son banquet annuel en 191361.

29Ainsi, après sa passion maurrassienne du début du siècle, Paul Bourget en revient à la position de surplomb qui, au final, a toujours été la sienne. Du haut de sa gloire, l’écrivain voit au-delà des forces en présence et des nouvelles générations royalistes : par ses romans, ses déclarations solennelles, il poursuit, seul et admiré par son public nombreux de lecteurs, le bon combat pour la « vérité politique ».

Lemaitre ou le converti de bonne volonté

  • 62 AN, F7 159432, dossier Daudet, note d’indicateur, 20 mai 1908.
  • 63 Cité par V. Giraud, Les Maîtres de l’heure, op. cit., p. 70.
  • 64 « Le discours de Jules Lemaitre », L’AF, 20 juin 1909.

30Tout heureux d’être entouré de préventions par ces jeunes gens auquel l’avenir semble appartenir, Jules Lemaitre tient un rôle bien différent au sein de l’Action française. Sa fonction est en somme celle du converti – figure obligée de tout mouvement fondé sur la croyance absolue en un dogme –, mais du converti de prestige. Spirituel et humble, Lemaitre est parfait dans ce rôle. Dès le printemps 1908, sans être un militant, « il se met à la disposition » de l’AF « pour donner un peu partout des conférences62 ». Ainsi, à Bordeaux, pour un banquet de la Saint-Philippe : « Aux réunions de l’Armée du Salut, il y a de bonnes gens, généralement d’anciens ivrognes, qui montent sur l’estrade pour confesser leur erreur et raconter leur conversion. Ces manifestations s’appellent des “témoignages”. Je ne suis pas, messieurs, un ancien ivrogne, sinon sans un sens extrêmement métaphorique et pour m’être grisé autrefois du mauvais vin des principes de la Révolution. Mais, ma foi, je monte sans vergogne sur les estrades, non par plaisir, mais pour raconter mes aberrations passées, et pour que mon exemple rende témoignage à la vérité63. » Ou à Paris, salle Wagram, lors du congrès de 1909 : « Cette immense salle de l’avenue Wagram est pour moi pleine de souvenirs. La Patrie Française y a donné plusieurs de ses réunions. […] On criait “Marchons ! Marchons !”, mais, en réalité, on ne savait pas très bien vers quoi il fallait marcher […]. Aujourd’hui, messieurs, nous savons où nous allons, nous savons ce que nous voulons : L’Action française a une doctrine et des certitudes64. »

  • 65 Si l’on en croit les indicateurs tant de la Sûreté que de la préfecture de Police de Paris. AN, F7  (...)

31Surmontant ses réticences et sous la pression insistante de ses amis65, Lemaitre accepte également de collaborer à L’Action française. En novembre 1908, il publie le premier article d’une série fameuse, « Lettres à un ami ». La parution de l’ensemble en volume, Lettres à mon ami. Comment je suis devenu royaliste, réédité en 1910 puis en 1914, sera l’un des plus grands succès de la Nouvelle Librairie nationale.

  • 66 « Échos », L’AF, 13 avril 1912.
  • 67 M. Harry, La Vie de Jules Lemaitre, op. cit., p. 255.
  • 68 APP, BA 1150, dossier Lemaitre, notes d’indicateurs, 24 septembre et 27 novembre 1912.

32Le duc d’Orléans et son entourage reprochant aux dirigeants de l’AF de négliger la province, la serviabilité de Lemaitre est d’un précieux secours. Le vieil académicien ne ménage pas sa peine. Ainsi le 13 avril 1912, il accepte de « s’arrêter à Nevers » pour présider une grande réunion d’AF aux côtés d’Henri Vaugeois et de la marquise de Mac Mahon. Le lendemain, un dimanche, il est à Lyon où il donne une conférence sur Louis Veuillot à la Société d’Études historiques et littéraires. Le périple s’achève le jour d’après à Marseille, le lundi 15 avril, où il préside une conférence de Vaugeois66. À certains amis, il « disait avoir éprouvé, dans ses “expériences politiques”, les plus rares émotions de sa vie, d’avoir ressenti, durant les conférences royalistes, les joies et les exaltations de la bataille qui laissaient loin derrière elles toutes les satisfactions littéraires67. » Mais à d’autres, l’écrivain ne cache pas une certaine lassitude. On abuse de sa gentillesse, et parfois son « amour-propre » s’en trouve « froissé » ; à un ami d’enfance, il confie « que la ligue se sert trop de son nom et qu’elle l’exhibe trop souvent dans des réunions où le nombre des auditeurs est infime ». En novembre 1912, lors du congrès annuel de l’AF, Jules Lemaitre constate que c’est la quatrième fois d’affilée qu’il le préside68

  • 69 AN, F7 12862, note d’indicateur, 4 novembre 1910.
  • 70 AN, F7 159882, dossier duc d’Orléans, note d’indicateur, 8 décembre 1911.

33Habitué, depuis le temps de la Patrie française, à parler devant de grandes assemblées, Lemaitre joue un rôle important dans l’essor du mouvement monarchiste au début des années 1910. Son nom attire à l’AF un public dépassant le cénacle habituel des réunions royalistes, et le ton bonhomme de ses discours donne une vision rassurante d’une doctrine prônant le coup de force (lui-même loue les Camelots du Roi et l’illégalité). De son exil, le duc d’Orléans a le plus grand respect pour un serviteur aussi prestigieux et désintéressé. En 1910, c’est Lemaitre que la direction de l’Action française envoie à Bruxelles lors de la grave crise au sein du parti royaliste69. L’académicien a l’oreille du Prétendant, qui le consulte régulièrement70.

  • 71 Charles Maurras, « Jules Lemaitre », L’AF, 7 août 1914.
  • 72 Jacques Bainville, Journal inédit. (1914), Plon, 1953, 7 août 1914, p. 22.

34Usé à soixante ans, Jules Lemaitre meurt le 5 août 1914, au lendemain de la déclaration de guerre. Seuls quelques intimes peuvent assister à son enterrement. Maurras rend hommage au « critique divin » et au « maître en patriotisme »71. « Nous n’entendrons plus la belle voix, les fines pensées du cher “parrain”. Première tristesse de cette guerre », note Jacques Bainville dans son journal72. Mais le rôle du célèbre académicien, les services rendus tombent rapidement dans l’oubli. Trace symbolique : il n’y a pas d’entrée « Lemaitre » dans le Dictionnaire politique et critique, le grand œuvre maurrassien publié au début des années 1930…

 

  • 73 AN, 576AP 8, double de la lettre de Bernard au rédacteur en chef du Gaulois, janvier 1912.
  • 74 BN, fonds Barrès, II, correspondance Clouard, lettre du 9 novembre 1914. En 1910, à une réunion des (...)

35À la veille de la guerre, Maurras atteint les quarante-cinq ans. Son autorité sur l’Action française est bien établie. Le maître, c’est lui désormais. En 1912, répondant à un article de Lucien Corpechot publié dans Le Gaulois, le jeune maurrassien Jean-Marc Bernard écrit : « il cite comme nos maîtres en nationalisme : Barrès, Bourget et Lemaitre. Certes nous admirons et respectons comme il convient ces trois grands écrivains ; mais nous reconnaissons comme notre premier Maître, M. Charles Maurras73. » Dans une lettre privée à Barrès, en 1914, un autre disciple, Henri Clouard, de La Revue critique des idées et des livres, note plus crument que Bourget est « vraiment […] d’avant le déluge74 »…

  • 75 « Discours de Jules Lemaitre » et « Lettre de M. Paul Bourget », Revue critique des idées et des li (...)

36Le dîner offert à Charles Maurras en 1911 par La Revue critique, pour « célébrer le 25e anniversaire » de son « entrée dans la vie littéraire », constitue un moment symbolique fort de ce passage de témoin de « vieux maître » à « jeune maître ». Lemaitre préside le dîner, qu’il introduit par un court discours : « Comme théoricien de l’art de gouverner les hommes, Maurras est le digne continuateur des Maistre, des Bonald, des Auguste Comte, des Taine et des Renan. » C’est-à-dire des noms qu’il citait en 1903 comme « les plus fortes têtes » de leur temps, et comme eux, disait-il, il était « maintenant ce qu’on appelle un “réactionnaire” »… Bourget n’assiste pas à la manifestation, mais il a adressé une lettre à Lemaitre, qui est lue : « Nous savons tous deux combien il est doux d’éprouver, devant le génie d’un cadet, l’émotion saine que l’on a éprouvée, cadet soi-même, devant ses grands aînés. Pour ma part, j’aime à unir Taine et Maurras dans ma pensée, et je suis fier de les avoir, dès le premier jour, aimés l’un et l’autre. Leur œuvre se complète d’une façon saisissante. Après eux, il n’est plus permis d’être la dupe de cette sinistre aventure de 89 dont la France est si malade. Mais elle guérira, comme elle a souffert, par la tête. En lui refaisant son intelligence, on la refera tout entière75. »

  • 76 AN, 576AP 49, Havard à Maurras, 11 décembre 1899.
  • 77 Paul Bourget, Le Tribun. Chronique de 1911, Plon, 1912, p. ix.

37Avec Maurras, Bourget comme Lemaitre ont le sentiment électif d’avoir affaire à un pair de « génie », qui prolonge leur propre œuvre et le combat de leur vie ; en lui, ils reconnaissent et projettent une part d’eux-mêmes, de leurs rêves, de leurs aspirations. En 1899, Robert Havard écrivait à Maurras : « nos maîtres s’appellent Taine, Renan, Fustel de Coulanges, Le Play, Bourget76. » Au début des années 1910, l’auteur de L’Avenir de l’intelligence fait désormais partie de cette chaîne prestigieuse. De manière significative, en 1912, Bourget adresse la préface de sa pièce Le Tribun à Charles Maurras, se félicitant de son « prestige grandissant ». Le ton, sentencieux, est celui qui caractérise les dernières œuvres du « Maréchal des lettres françaises » (décédé en 1935) : « Nous nous sommes souvent étonnés, mon cher Maurras, quand nous discutions ensemble, que certaines évidences pussent être méconnues comme elles le sont par tant de Français d’aujourd’hui. Nous tenons ici un exemple bien typique de cet aveuglement devant l’humble et quotidienne réalité77. »

  • 78 Eugen Weber, L’Action française, traduit de l’anglais par Michel Chrestien, Fayard, 1985 (1re éd. a (...)
  • 79 Charles Benoist, Souvenirs, t. 3, 1902-1933. Vie parlementaire. Vie diplomatique, Plon, 1934, p. 47 (...)

38Dans les années 1920, Maurras s’impose comme le maître des nouvelles générations nationalistes78, faisant oublier cette période de l’histoire de l’Action française où la présence de parrains et de figures tutélaires extérieurs était indispensable. Non pas qu’après la Grande Guerre, l’AF n’ait plus cherché à attirer des grands noms – comme le montre l’organisation du grand banquet de la salle Bullier en l’honneur du converti de prestige Charles Benoist79. Mais elle n’a tout simplement plus besoin d’« illustres maîtres ». Avant 1914, sa place dominante au sein du parti royaliste était encore loin d’être acquise. Pour le duc d’Orléans, Bourget et Lemaitre étaient des noms célèbres, et lorsque, dès la fin de 1908, il hésitait sur la position à tenir – condamner ou pas un mouvement adepte de la violence et de l’agitation –, il pensait à ces grands noms et temporisait…

39Chez Paul Bourget, le lien, continu jusqu’au début des années 1910, est d’abord celui d’une adhésion personnelle à Maurras. Même si l’auteur de L’Étape s’est tenu à l’écart de toute manifestation politique trop appuyée, sa caution et son parrainage intellectuels ont été extrêmement précieux pour l’AF des premières années. Quant à Jules Lemaitre, proche surtout de Léon Daudet, il s’est transformé en vrai croyant de la « Cause », en militant dévoué et organique du mouvement royaliste. Au final, son apport, comme conférencier et porteur de la bonne parole auprès du grand public, s’avère plus important que ce que l’histoire de l’Action française, consacrée au lendemain de la Grande Guerre, a retenu.

Notes

1 Cité par Archives nationales (désormais, AN), F7 12862, note de police, 19 juin 1909.

2 Voir notre article « Le césarisme ou le Roi ? Maurice Barrès et les débuts de l’Action française », in Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie et Jean-Michel Wittmann (éds), Maurice Barrès, la Lorraine, la France et l’étranger, Peter Lang, 2011, p. 71-92.

3 Michel Mansuy, Un moderne. Paul Bourget. De l’enfance au Disciple, Les Belles Lettres, 1968 (1re éd. 1961), p. 449.

4 Paul Bourget, Pages de critique et de doctrine, t. 1, Plon, 1912, p. II-III.

5 AN, F7 12861, copie Maurras à Buffet, s.d., vers 1900, note d’indicateur, Bruxelles, 5 septembre 1903.

6 Charles Maurras, « L’esprit de M. Paul Bourget », Revue de Paris, 1er décembre 1895, p. 578-579.

7 AN, fonds Maurras (576AP), 576AP 183, Bourget à Maurras, 5 décembre 1899.

8 Lucien Corpechot, Souvenirs d’un journaliste, t. 2, Barrès-Bourget, Plon, 1936, p. 238-240.

9 AN, 576AP 46, Corpechot à Maurras, s.d., 1901.

10 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 21 juin 1901, 15 juillet 1903 ; 576AP 182, Bourget à Maurras, 6 octobre 1907.

11 Le Plantier de Costebelle est le nom de la propriété de Bourget à Hyères-les-Palmiers (Var).

12 AN, 576AP 3, Léautaud à Maurras, fin 1900 ; 576AP 4, Léautaud à Maurras, 14 avril 1902.

13 Maurice Barrès, Charles Maurras, La République ou le Roi. Correspondance inédite (1888-1923), Plon, 1970, lettre de Maurras, avril 1903, p. 411.

14 Jules Lemaitre, « Évangile et Anarchie », L’Écho de Paris, 14 avril 1899. Notons que ces passages élogieux ne figurent pas dans l’article tel qu’il est reproduit dans id., Opinions à répandre, Société française d’imprimerie et de librairie, 1901, p. 205-212. Mais Maurras les cite dans Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance 1895-1905, Nouvelle librairie nationale, 1926 (1re éd., en partie censurée, 1916), p. 141.

15 Archives de la préfecture de Police de Paris (désormais, APP), BA 1150, dossier Lemaitre, notes d’indicateurs, 5 janvier 1900, 24-25 avril 1901.

16 AN, 576AP 81, Lemaitre à Maurras, 4 novembre 1901.

17 En janvier 1903, il confie à un journaliste de L’Aurore son admiration pour Maurras, « dialecticien » sans « égal », et « s’extasie devant la trouvaille […] de la “monarchie positiviste” », malgré son désaccord. Léon Millot, « Libres Propos », L’Aurore, 16 janvier 1903. Du reste, la « République intégrale » (c’est-à-dire plébiscitaire) qu’il promeut alors et le thème fédéraliste qu’il enfourche à la fin de l’année font écho aux thèses maurrassiennes. AN, F7 12719, notes d’indicateurs, 12 décembre 1902, 21 décembre 1903.

18 Jules Lemaitre, « Un Nouvelle État d’Esprit », L’Écho de Paris, 14 septembre 1903, 3, 10, 24 et 31 octobre 1903, 7 novembre 1903. En P.-S. à ce dernier article, le sixième de la série, Lemaitre écrit : « Je prie ceux de nos amis que ces dialogues auraient pu troubler de vouloir bien en attendre la fin. »

19 AN, F7 13230, note d’indicateur, 9 octobre 1903 ; APP, BA 1150, dossier Lemaitre, note d’indicateur, 15 octobre 1903.

20 Voir le dernier article apaisant de Jules Lemaitre, « Un Nouvelle État d’Esprit. VII », L’Écho de Paris, 14 novembre 1903.

21 Plus importante encore que l’adhésion de Bourget, connu pour ses convictions traditionalistes et qui depuis toujours se tient à bonne distance de l’action politique.

22 Charles Maurras, « Comment faire la monarchie », L’AF bimensuelle, 108, 15 décembre 1903, p. 458.

23 Ce que Lemaitre lui refuse, préférant s’en tenir au titre originel Un nouvel état d’esprit. AN, 576AP 155, Lemaitre à Maurras, 9 décembre 1903.

24 Qui constitue le « Troisième livre » de L’Enquête, rééditée en 1909 avec un chapitre supplémentaire concernant le ralliement de Lemaitre à la monarchie, Charles Maurras, Enquête sur la Monarchie, édition définitive (1re publication, 1900), Paris, Nouvelle librairie nationale, 1924, p. 359-427.

25 AN, 576AP 183, projet de lettre à Lemaitre, sans date, fin 1903.

26 Selon l’amiral Bienaimé, AN, F7 12719, note d’indicateur, 25 mars 1905. Le brutal décès de Gabriel Syveton, trésorier et patron de fait de la Ligue, en décembre 1904 provoque diverses accusations de crime politique, maçonnique, etc. Sans illusion sur la moralité de son bras droit et convaincu qu’il s’agit d’un suicide (ou d’un assassinat domestique crapuleux), Lemaitre ne se rallie que mollement à la thèse complotiste de ses amis et il est pratiquement poussé dehors de la direction de Ligue. Sur le long déclin de la Ligue à partir de 1900, voir Jean-Pierre Rioux, Nationalisme et conservatisme. La Ligue de la Patrie Française 1899-1904, Beauchesne, 1977, p. 69-110, et Bertrand Joly, Nationalistes et conservateurs en France 1885-1902, Paris, Les Indes savantes, 2008, p. 312-317.

27 Voir ainsi AN, 576AP 78, Lemaitre à Maurras, 28 janvier 1907.

28 Myriam Harry, La Vie de Jules Lemaitre, Flammarion, 1946, p. 226-227.

29 Victor Giraud, Les Maîtres de l’heure. Essais d’histoire morale contemporaine, t. 1, Pierre Loti – Ferdinand Brunetière – Émile Faguet – Eugène-Melchior de Vogüé – Paul Bourget, Hachette, 1927 (1re éd. 1911), p. 299.

30 Voir « La lettre du duc d’Orléans », Le Temps, 4 septembre 1900.

31 AN, F7 12861, copie Maurras à Buffet, s.d., vers 1900, note d’indicateur, Bruxelles, 5 septembre 1903.

32 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 10 et 19 août 1900.

33 C. MAURRAS, Enquête sur la Monarchie, op. cit., lettre de Bourget, p. 117.

34 AN, 576AP 81, Bourget à Maurras, 21 juin 1901.

35 C. Maurras, Enquête sur la Monarchie, op. cit., p. 118-119.

36 Sur la technique narrative de L’Étape, voir Béatrice Laville, « Un roman à thèse de Paul Bourget, L’Étape », in Marie-Ange Fougère et Daniel Sangsue (éds), Avez-vous lu Paul Bourget ?, Éditions Universitaires de Dijon, 2007, p. 21-30.

37 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bremond, lettre du 16 avril 1902.

38 « Discours de M. Paul Bourget », L’AF bimensuelle, 74, 15 juillet 1902, p. 89.

39 P. Bourget, Pages de critique et de doctrine, op. cit., p. vii, p. viii.

40 Note de Jules Lemaitre parue dans L’Écho de Paris, 23 juin 1899.

41 BN, fonds Barrès, II, correspondance Caplain, circulaire de l’AF, 26 avril 1900.

42 Henri Vaugeois, « L’Opinion et la Raison dans le Nationalisme », L’AF bimensuelle, 38, 15 janvier 1901, p. 100.

43 « Vous n’êtes pas un Lemaitre », pense ainsi écrire Vaugeois à l’intention d’un Barrès indécis. Bertrand Joly, « Henri Vaugeois (1864-1916) », in Agnès Callu, Patricia Gillet (éds), Lettres à Charles Maurras. Amitiés politiques, lettres autographes 1898-1952, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, Vaugeois à Maurras, sans date, août 1900, p. 74.

44 AN, F7 13230, note d’indicateur, 2 juillet 1902 ; F7 160212, dossier Syveton, note d’indicateur, 19 juin 1902.

45 AN, F7 12719, note d’indicateur, 24 novembre 1902.

46 Lors du meeting contre les « Insulteurs de Jeanne d’Arc », une lettre de Lemaitre est lue, le critique évoquant sa dévotion d’enfant pour Jeanne d’Arc et flétrissant la campagne maçonnique : « À bas la République maçonnique ! Vive la France ! » « Lettre de M. Jules Lemaitre », L’AF bimensuelle, 132, 15 décembre 1904, p. 414-415.

47 « L’amitié seule décidait des opinions de ce grand sceptique et ses opinions étaient extrêmes à cause des forces de son cœur. » Jean Cocteau, Portraits souvenir, Grasset, 1984 (1re éd. 1935), p. 170.

48 Lettres de Montesquiou à un ami, 24 février, 13 mars et 20 mars 1908, citées par Coudekerque-Lambrecht, Léon de Montesquiou. Sa vie politique. L’Action française, Nouvelle librairie nationale, 1925, p. 324-325.

49 Un Ligueur, « De la Patrie française à l’Action française. L’évolution de Jules Lemaitre », L’AF, 21 mars 1908.

50 AN, F7 159432, dossier Daudet, note de police, 31 mars 1908.

51 M. Harry, La Vie de Jules Lemaitre, op. cit., p. 226-227.

52 André Du Fresnois, « Jules Lemaitre », RCIL, 75, 25 mai 1911, p. 409 ; Henri Morice, Jules Lemaitre, Perrin, 1924, p. 177.

53 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bourget, lettre du 13 avril 1901.

54 Coudekerque-Lambrecht, Léon de Montesquiou, op. cit., p. 85-87.

55 Jacques Bainville, « “Un divorce”, par Paul Bourget », L’AF bimensuelle, 126, 15 septembre 1904, p. 431. D’autres critiques des années 1900-1911 réunies dans id., Au seuil du siècle. Études critiques, Éditions du Capitole, 1927, p. 163-196.

56 Ainsi que le lui reproche le secrétaire de Barrès, qui estime que Bourget ne fait rien pour l’auteur des Déracinés et pour Maurras. BN, fonds Barrès, II, correspondance Calté, lettre du 12 février 1902.

57 Cité dans P. Bourget, Pages de critique et de doctrine, op. cit., p. 139.

58 Yehoshua Mathias, « Paul Bourget, écrivain engagée », Vingtième Siècle, 45, 1995, p. 16-17.

59 BN, fonds Barrès, II, correspondance Bourget, lettre s.d., 1910.

60 La revue publie des bonnes feuilles de Pages de critique et de doctrine ainsi qu’un texte de Bourget introduisant le numéro spécial « Contre la glorification de Rousseau ». Paul Bourget, « La jeunesse de Michelet », RCIL, 96, 10 avril 1912 ; id., « L’enfance de Henri Heine », RCIL, 97, 25 avril 1912 ; id., « Sur Jean-Jacques Rousseau », RCIL, 101, 25 juin 1912.

61 « Au dîner de la Revue Critique », RCIL, 126, 10 juillet 1913.

62 AN, F7 159432, dossier Daudet, note d’indicateur, 20 mai 1908.

63 Cité par V. Giraud, Les Maîtres de l’heure, op. cit., p. 70.

64 « Le discours de Jules Lemaitre », L’AF, 20 juin 1909.

65 Si l’on en croit les indicateurs tant de la Sûreté que de la préfecture de Police de Paris. AN, F7 12862, note d’indicateur, 22 octobre 1908 ; APP, BA 1150, dossier Lemaitre, note d’indicateur, 15 octobre 1908. Il est officiellement exclu de la Ligue de la Patrie française en novembre 1908, au moment de son premier article dans L’AF.

66 « Échos », L’AF, 13 avril 1912.

67 M. Harry, La Vie de Jules Lemaitre, op. cit., p. 255.

68 APP, BA 1150, dossier Lemaitre, notes d’indicateurs, 24 septembre et 27 novembre 1912.

69 AN, F7 12862, note d’indicateur, 4 novembre 1910.

70 AN, F7 159882, dossier duc d’Orléans, note d’indicateur, 8 décembre 1911.

71 Charles Maurras, « Jules Lemaitre », L’AF, 7 août 1914.

72 Jacques Bainville, Journal inédit. (1914), Plon, 1953, 7 août 1914, p. 22.

73 AN, 576AP 8, double de la lettre de Bernard au rédacteur en chef du Gaulois, janvier 1912.

74 BN, fonds Barrès, II, correspondance Clouard, lettre du 9 novembre 1914. En 1910, à une réunion des Camelots, la pièce de Bourget La Barricade est réfutée par un conférencier. AN, F7 12864, note d’indicateur, 15 janvier 1910.

75 « Discours de Jules Lemaitre » et « Lettre de M. Paul Bourget », Revue critique des idées et des livres (RCIL), 74, 10 mai 1911, p. 258-261.

76 AN, 576AP 49, Havard à Maurras, 11 décembre 1899.

77 Paul Bourget, Le Tribun. Chronique de 1911, Plon, 1912, p. ix.

78 Eugen Weber, L’Action française, traduit de l’anglais par Michel Chrestien, Fayard, 1985 (1re éd. américaine, 1962), p. 566-567.

79 Charles Benoist, Souvenirs, t. 3, 1902-1933. Vie parlementaire. Vie diplomatique, Plon, 1934, p. 479.

Auteur

Chargé de recherche au CNRS (CRHQ-Caen), Laurent Joly a notamment publié L’Antisémitisme de bureau (Grasset, 2011), Les « Collabos » (Les Échappés, 2011), Louis Sadosky, brigadier-chef aux RG, Berlin, 1942. Chronique d’une détention par la Gestapo (CNRS Éditions, 2009), Vichy dans la « Solution finale » (Grasset, 2006) et a dirigé La Délation dans la France des années noires (Perrin, 2012). Il travaille actuellement sur l’histoire de l’Action française, des origines à 1914.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search