Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Mistral-Maurras : les enjeux d’une filiation

Mistral-Maurras: the meanings of an inheritance

Martin Motte

Résumé

Charles Maurras fut-il le fils spirituel de Frédéric Mistral ou détourna-t-il l’héritage du grand poète provençal ? La question ne peut être directement tranchée par comparaison de leurs idées politiques, celles de Mistral ayant été très fluctuantes. Le détour par la littérature s’avère en revanche plus fructueux, puisque c’est sur ce terrain-là qu’ils se sont rencontrés. Pour Maurras, la poésie de Mistral était l’antidote au nihilisme romantique et, de façon analogue mais sur un plan collectif, une forme d’action civique. L’engagement du jeune Mistral au sein du Félibrige se fit sous ces auspices, mais il se rendit vite compte que les hiérarques du mouvement étaient trop proches de la République jacobine pour ne pas trahir le rêve de Mistral ; aussi se convertit-il au monarchisme, persuadé que seul un roi pourrait restaurer les libertés régionales. En somme, Maurras pensait accomplir le mistralisme par les voies du politique. Mais il ne put jamais rallier Mistral à ses vues, car de nombreuses questions les divisaient – et d’abord le fait que le poète abhorrait la politique. Leurs désaccords sur des enjeux annexes masquent toutefois une grande proximité quant à la façon d’articuler littérature et engagement civique, qu’ils avaient tendance à rapprocher jusqu’à les confondre. Cela explique que confrontés à des circonstances tragiques, la révolte des vignerons languedociens pour Mistral, le 6 février 1934 pour Maurras, l’un et l’autre se soient repliés sur l’écriture. Au total, ils pratiquèrent une sorte de politique platonicienne dont l’influence sur l’évolution de la France fut plus durable qu’on ne le pense ordinairement, mais qui, dans l’immédiat, était condamnée à se laisser déborder par les événements.

Was Charles Maurras Frédéric Mistral’s intellectual heir or did Maurras subvert the inheritance of the great Provençal poet? The question cannot be addressed through a direct comparison of the political ideas of both writers, given that Mistral’s ideas shifted over time. It may be more meaningful to take a look at the two authors’ literary works, as it is on that ground that both men met. For Maurras, Mistral’s poetry constituted an antidote against romantic nihilism for individuals and, on a collective level, a form of active citizenship. Animated by such motives, Mistral became involved in the Félibrige in his early years, but he quickly realized that the hierarchy of that movement was too close to the Jacobine Republic and was thus likely to betray Mistral’s ideals. This is why he converted to monarchism as he was convinced that only a king could restore regional liberties. In a way, Maurras hoped to translate Mistralian values into the political field. But he was never able to get Mistral to rally to his views, as too many issues set them apart – first of all the fact that the poet intensely disliked politics. Their other disagreements on minor issues end up concealing the fact that they shared a lot, in the way they combined literature and a commitment to citizenship, which they tended to consider as one and the same thing. This explains why, once they were confronted to tragic events, the revolt of the Languedoc wine-makers for Mistral and the riots which took place on the 6th of February 1934 for Maurras, they both retreated into writing. They both put into a practice some form of Platonician politics the influence of which on the evolution of the country was more lasting than is usually supposed, but which, at the time, was doomed to be superseded by the turn of events.

Texte intégral

  • 1 Charles Maurras, Mistral, Paris, Aubier-Montaigne, 1941, p. 22.
  • 2 Ibid., p. 23.
  • 3 Frédéric Mistral, Soulòmi sus la mort de Lamartine / Élégie sur la mort de Lamartine (1869), Lis Is (...)

1« Un enfant perdu dans la nuit » : tel se décrit rétrospectivement Charles Maurras au moment où il apprit la mort de Frédéric Mistral1. Rien ne peut exprimer la douleur qu’il éprouva ce 25 mars 1914, ajoute-t-il un peu plus loin, pas même « les strophes de lamentation que [Mistral] épancha sur la mort de Lamartine2 ». Or, dans ces strophes, le grand poète provençal avait appelé Lamartine son « maître » et son « père »3 ; Maurras se désigne donc indirectement comme le fils par excellence de Mistral. C’est d’ailleurs ainsi que le perçurent ceux des félibres qui le suivirent à l’Action française. À l’inverse, les félibres républicains lui reprochèrent de vouloir transformer le mouvement de renaissance provençale et plus généralement occitane en vivier du néo-monarchisme. Filiation ou détournement d’héritage ? La question ne peut être directement tranchée par une comparaison des idées politiques de Maurras avec celles de Mistral, ces dernières ayant été très fluctuantes. Le détour par la littérature s’avère en revanche plus fructueux, puisque c’est sur ce terrain-là que les deux hommes se sont rencontrés. Il faut d’abord, croyons-nous, méditer les jugements que Maurras a portés sur l’œuvre de Mistral, puis voir comment il a prolongé l’esthétique mistralienne sur le terrain politique. Ces préalables posés, on peut relever ce qui sépare le maître et le disciple. Mais on peut aussi montrer que leurs désaccords sur des enjeux annexes masquent une grande proximité quant à la façon d’articuler littérature et politique.

Maurras lecteur de Mistral

Du mistralisme comme classicisme

  • 4 C. Maurras (1931), cité par Stéphane Giocanti, Charles Maurras félibre, Paris, Louis de Montalte, 1 (...)

2« Je ne sais pas parler de Mistral : je l’aime », déclara un jour Maurras4, ce qui ne l’a pas empêché d’exposer inlassablement les raisons de cet amour. Ainsi dans le fragment suivant :

  • 5 C. Maurras, Mistral, op. cit, p. 19-20.

« Mistral n’aura jamais nié la douleur ni la mort, la difficulté ni l’épreuve. Tout ce qu’il a senti de la beauté du monde n’en compense pas la misère : elle en est éclaircie et ainsi rendue plus cruelle. Mais il s’appuie sur la pensée. Religieuse ou patriotique, humaine ou divine, la pensée de Mistral, toujours mêlée à la vie réelle, dont elle part pour y revenir sous la forme de l’action, ressemble à cette “Idée” de Joachim du Bellay et de Platon, qui ennoblit les choses et retient l’homme dans un état de fidélité si constante qu’il se reconnaît éternel. Dès lors, le découragement ne signifie plus rien, l’erreur n’est qu’une exhortation à se relever5. »

  • 6 Voir notamment Claude Mauron, Frédéric Mistral, Paris, Fayard, 1993.

3De ce texte fort dense, retenons d’abord que la poésie mistralienne incarne pour Maurras la perfection du classicisme. Ce dernier n’est nullement négation du sentiment ; il épouse au contraire toutes les impulsions du cœur, y compris la tristesse. À vue humaine, la fin de Mirèio est désespérante, puisque l’héroïne meurt brûlée par le soleil. La fin du Pouèmo dóu Rose ne l’est pas moins, qui évoque la disparition de l’ancienne batellerie rhodanienne sous la forme d’un naufrage. Le destin de la reine Jeanne fut sinistre, même si Mistral, dans la pièce qu’il lui a consacrée, arrête l’action avant son assassinat. Et le poète ne se contente pas d’évoquer des tragédies, il en a subi, à commencer par les suicides de son neveu et de son frère. Lui-même traversa de longues périodes d’angoisse, contrairement à l’image olympienne qu’eurent de lui ses contemporains6.

4Du moins cette image porte-t-elle témoignage d’une grande maîtrise de soi, dont l’œuvre de Mistral livre la clé. Aux inévitables chagrins dont est pétrie la condition humaine, elle oppose les ressources de la foi ou celles du courage, qui lui aussi, à sa façon, est foi en un avenir ou en une harmonie possibles. Mireille meurt dans une extase mystique, ce qui fait de sa mort une assomption. Les nautoniers du Rhône, rescapés du naufrage, entreprennent bravement de rentrer chez eux à pied pour commencer une nouvelle vie. Sans cesse bafouée, la reine Jeanne fait front et défend pied à pied son honneur. Par la pratique de telles vertus, l’homme, fût-il apparemment vaincu, réalise la perfection de son essence, donc atteint à l’universalité et entre dans l’éternité.

  • 7 Nous résumons ici des idées récurrentes dans l’esthétique maurrassienne : voir notamment le tome II (...)

5C’est en quoi Mistral fut classique, le classicisme étant pour Maurras composition du cœur qui meut et de la raison qui, gouvernant les mouvements du cœur, élève l’homme vers son accomplissement. Le romantisme, au contraire, signe la capitulation de la raison devant les passions. Le Parnasse ne vaut pas mieux, puisqu’il immole à la fois le cœur et la raison sur l’autel de la forme. Non bien sûr que Maurras dédaigne cette dernière : il la prise très haut, et suffisamment a-t-il reproché au romantisme de tendre à l’informe. Mais la perfection formelle est un moyen, pas une fin. Au fond, pense Maurras, les Parnassiens sont encore esclaves d’une passion, celle de l’art pour l’art, autrement dit de l’art vide d’idées. La poésie mistralienne, elle, est éminemment poésie de l’Idée, d’où la comparaison récurrente sous la plume de Maurras entre Mistral et Dante. Ce souci de l’Idée pourrait jeter un pont entre mistralisme et symbolisme ; de fait, Mistral fut l’ami du Sâr Péladan et le jeune Maurras a fréquenté les milieux symbolistes. Mais il prit ses distances avec eux à partir de 1891, car leur hermétisme effréné lui semblait là encore devenir une fin en soi, pour ne pas dire un genre d’autisme. Sans compter – mais justement cela comptait pour Maurras – que l’esthétique symboliste sent son Europe du Nord, et que le Midi s’accommode mal des soleils mouillés et des ciels brouillés7.

6En somme, la poésie de Mistral est pour Maurras l’antidote à tous les désespoirs, à tous les nihilismes, à toutes les démissions. Là où le romantisme ronge, elle fortifie. Là où le Parnasse pétrifie, elle épouse les mouvements du réel. Là où le symbolisme s’évade vers des Ailleurs frelatés, elle est célébration de l’Être.

Poésie et action

7Que la sagesse solaire de Mistral débouche naturellement sur l’action, la meilleure illustration en est la vie du poète lui-même et le miracle qu’il a opéré de la résurrection d’une langue. Il a trouvé le provençal envahi de gallicismes, ravalé au rang d’un patois, déchu de la souveraineté littéraire qui était la sienne au Moyen Âge. Il l’a épuré, l’a orné de chefs-d’œuvre impérissables et l’a proposé à l’admiration du monde entier, d’où les très nombreuses traductions dont son œuvre fit l’objet et le prix Nobel de littérature qu’il reçut en 1904.

  • 8 F. Mistral, I troubaire catalan / Aux poètes catalans (1861), Lis Isclo d’Or, op. cit., p. 175.
  • 9 F. Mistral, Calendau / Calendal (1867), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1990, p. 2 des notes en fin d (...)

8Cette action fut éminemment civique, le sauvetage du provençal préparant aux yeux de Mistral celui de la nation provençale : « Car, face contre terre, qu’un peuple tombe esclave, – S’il tient sa langue, il tient la clef – Qui le délivre de ses chaînes8 ». Les mots de « nation » et de « peuple » n’ont ici aucune connotation séparatiste : Mistral se voulut toujours fervent patriote français, mais d’une France conçue comme fédération de provinces aux personnalités bien accusées. Le respect de ces personnalités était pour lui une condition sine qua non de la vitalité française. Du reste, rappelait-il, les Provençaux du XVe siècle s’étaient librement unis à la France, « non comme un accessoire à un principal, mais comme un principal à un autre principal9 ». Ce n’est donc pas contre la France que s’est dressé le poète, mais contre la conception jacobine de la nation, pure abstraction idéologique dont la manie du nivellement ne pouvait selon lui conduire qu’à l’anémie du pays réel et au triomphe du nihilisme.

  • 10 C. Maurras, Mistral, op. cit., p. 156.

9Mais parce qu’il n’était pas victime du mirage romantique, Mistral comprit qu’un moment d’inspiration ne pouvait suffire à sauver la langue et la cité, tout moment étant par définition passager. La Pentecôte n’opère que s’il y a une Église prête à la recevoir et à transmettre le flambeau de génération en génération, pour reprendre des images auxquelles il a volontiers recouru. Il a par conséquent fondé des institutions ad hoc, que Maurras évoque lui aussi avec des accents religieux : le Félibrige tout d’abord, à la fois académie et « sorte de tiers-ordre provençal » ; le Museon arlaten (Musée arlésien), mémoire ethnologique de la Provence ; les Fèsto vierginenco (Fêtes des Vierges), qui voient les jeunes Provençales revêtir solennellement le costume traditionnel et constituent « une manière de sacrement10 ».

  • 11 C. Maurras, « Ironie et poésie » (1901), Œuvres capitales, op. cit., t. III, p. 51.

10Ce n’est pas seulement l’analogie formelle entre le Félibrige et l’Église qui explique la tonalité sacrale du propos, c’est son objet même. Sauver l’âme d’un peuple est en effet assurer à ses membres une immortalité collective les consolant de la brièveté de leurs vies individuelles. Seule la poésie peut accomplir ce pieux office, soutient Maurras, car la prose renvoie à la triste banalité d’un monde où les plus hautes aspirations de l’homme se heurtent tôt au tard au désordre, à la dissolution de l’Un dans le Multiple, en un mot à la Mort. « Mais en poésie, nous faisons (ou nous voyons faire) tout autre chose que le monde. Nous fixons le meilleur de nous-mêmes au-dessus de nous […]. La poésie, c’est le ciel11. »

  • 12 C. Maurras, « Mistral », Œuvres capitales, op. cit., t. III, p. 263. Le Sirventès est, dans la poés (...)

11La fonction salvatrice qu’accomplit l’art poétique pour l’âme du peuple, l’art politique l’assume pour son corps. La mission est certes plus grossière, mais plus urgente. Elle consiste essentiellement à contrer les périls immédiats qui menacent la cité de l’extérieur comme de l’intérieur, souci obsédant pour Maurras, dont la petite enfance eut pour toile de fond l’invasion de 1870 et la Commune. Tâches voisines, donc, que celles de la poésie et de la politique, ces deux digues édifiées contre les forces d’anéantissement. Elles peuvent même se rejoindre, à preuve Mistral : Maurras voit en lui « le plus grand des poètes politiques », parce que « ses Sirventès ont la force, le sens, la plénitude, d’un psaume de Mort et de Résurrection12 ».

12Est-il besoin de dire que la poésie politique, ou pour mieux dire la poésie civique dont il est ici question n’a rien à voir avec la « littérature engagée » du XXe siècle ? Elle en est l’exact contraire, puisqu’elle est contemplation platonicienne de la Concorde là où l’autre est slogan de guerre civile. Mistral n’a certes pas dédaigné de prolonger son action poétique en militantisme classique, notamment par ses campagnes de presse en faveur du fédéralisme, mais précisément il concevait ce dernier comme harmonie, dépassement des querelles de sectes et des luttes de classes sur lesquelles devait ultérieurement proliférer la « littérature engagée ».

13Tels furent les principes que Maurras trouva dans l’héritage mistralien. La question est de savoir ce qu’il en fit.

De la poétique mistralienne à la politique maurrassienne

Le parcours de Maurras

  • 13 Mistral emprunte ce vers à Horace.
  • 14 C. Maurras, « Les forces latines » (1922), Soliloque du prisonnier (1950-1951), rééd. Paris, L’Hern (...)

14Maurras l’a dit et redit, il appartient à une génération guettée par le nihilisme. C’est d’abord à Mistral qu’il dut d’en réchapper tant au plan personnel, la poésie mistralienne rétablissant l’équilibre entre le cœur et la raison, qu’au plan collectif, l’action restauratrice du Félibrige démontrant qu’il n’est pas, pour les communautés humaines, de décadence irréversible : Multa renascentur quae jam cecidere, « Bien des choses renaissent qui étaient tombées », a inscrit le poète au frontispice des Isclo d’Or13. À défaut d’avoir « l’honneur [et] le bonheur de compter parmi les croyants au catholicisme14 », ce qu’il était le premier à déplorer, Maurras eut donc foi en l’Idée mistralienne. Pour contribuer à la promouvoir, il fonda avec le poète grec Jean Moréas l’École romane, qui devait insuffler l’esprit néoclassique du Midi aux écrivains menacés par les langueurs du Septentrion. Il doubla ce combat par son engagement en faveur des libertés régionales, dont il devint un des plus éminents champions. En 1892 notamment, il rédigea avec l’historien Frédéric Amouretti une déclaration fédéraliste demandant l’instauration de parlements régionaux souverains en matière d’administration, de justice, d’enseignement et de travaux publics. Mistral publia le texte en première page de son journal L’Aiòli et appuya ses jeunes émules face aux notables du Félibrige, députés, maires ou universitaires trop introduits dans les allées du Pouvoir pour admettre cette attaque frontale contre le dogme jacobin.

  • 15 C. Maurras, Gazette de France, 6 août 1897.
  • 16 C. Maurras, « Mistral », art. cit., p. 273.

15Mais l’immobilisme desdits notables ne désarma pas et finit par lasser Maurras : le Félibrige, écrivait-il en 1897, est « abandonné, trahi et ridiculisé » par ses prétendus défenseurs, qui le ravalent au rang de groupe folklorique et, « chapeaux de travers, courent les villes et les campagnes, en servant de risée aux populations15 ». En outre, les revendications régionalistes se heurtaient au refus inflexible de la Troisième République. Dans l’Enquête sur la monarchie (1900), Maurras en conclut que la démocratie est nécessairement centralisatrice : les élus n’ayant aucun souci plus pressant que leur réélection, il leur faut accaparer les moindres détails de l’administration afin de pouvoir distribuer des prébendes à leurs agents, et par leur intermédiaire de tenir l’électorat. La monarchie traditionnelle, c’est-à-dire absolue dans son ordre propre – essentiellement la politique étrangère et la politique militaire – mais décentralisée pour tout le reste, est a contrario le seul moyen de réaliser le rêve félibréen. En d’autres termes, « la réforme était concevable par en haut. Par en bas, non. Travailler à la périphérie était chimère pure. Une politique mistralienne restait possible. Nous l’avions entreprise par le mauvais bout16 ».

  • 17 F. Mistral, La Coupo / La Coupe (1867), Lis Isclo d’Or, op. cit., p. 39-41.
  • 18 C. Maurras, Mistral, op. cit., p. 98.
  • 19 C. Maurras, Enquête sur la Monarchie (1900-1901), rééd. Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1925, (...)
  • 20 Albert Thibaudet, Mistral ou la République du Soleil, Paris, Hachette, 1930, p. 230.

16C’est donc par fidélité à son maître que Maurras, sans toutefois quitter le Félibrige, reporta ses espoirs sur l’Action française, où le suivirent Amouretti et d’autres jeunes félibres fédéralistes. De là certain air de parenté entre l’un et l’autre mouvement, qui tous deux reposent sur une perception dramatique des enjeux et sur une conception héroïque des solutions. Pour le Félibrige, la Provence est menacée de disparition, mais l’action intelligente et volontaire d’une élite peut infléchir le cours des choses. L’expriment avec force les deux premières strophes de l’hymne félibréen : « D’un ancien peuple fier et libre, – Nous sommes peut-être la fin ; – Et si les Félibres tombent, – Tombera notre nation […]. D’une race qui regerme, – Peut-être sommes-nous les premiers jets ; – De la patrie, peut-être, nous sommes – Les piliers et les chefs17 ». Que ces paroles, mutatis mutandis, définissent aussi le projet de l’Action française, Maurras le dit clairement : « Ceux qui désespèrent de la Provence et de la France se ressemblent tous ; ils ne prennent pas garde au grand miracle réalisé : ce qui semblait mort ressuscite, ce que tout condamnait manifeste une glorieuse vigueur. En Provence, la langue du “vieux peuple fier et libre”. À Paris, la foi nationale et royale18 ». Non moins révélateur ce fragment de l’Enquête : « Peut-être ne serais-je ni royaliste, ni traditionnaliste, ni nationaliste, ni même patriote sans les enseignements donnés [en provençal] par le chant divin de Mistral19 ». On comprend mieux dès lors la pénétrante remarque de Thibaudet : « Si l’on voulait trouver une action née de la semaille mistralienne, l’ironie des destinées nous désignerait non une action provençale mais l’Action française20 ».

Le maître et son disciple

  • 21 F. Mistral (1900), cité par Marcel Decremps, « Mistral et Maurras. La réponse de Mistral à l’Enquêt (...)
  • 22 F. Mistral (1899), Écrits politiques, textes recueillis par René Jouveau et Pierrette Berengier, Ma (...)

17La généalogie intellectuelle ainsi mise en lumière bute sur le fait que Mistral n’a ni adhéré à l’Action française, ni même participé à l’Enquête. Il s’en est expliqué dans une lettre confidentielle à Maurras : ayant entrepris de rallier sous la bannière du Félibrige tous les méridionaux attachés à leur langue, qu’ils fussent rouges, blancs, catholiques ou francs-maçons, il ne devait « sous aucun prétexte devenir suspect de tendances politiques ou religieuses21 ». Certes le poète, fin 1898, s’était laissé enrôler dans la Ligue de la Patrie Française, déclarant pour l’occasion qu’on ne redresserait pas la France sans procéder à « l’émancipation de ces forces provinciales qui surent […] repousser avec Jeanne d’Arc l’invasion anglo-saxonne, et avec les Provençaux, celle de Charles-Quint22 ». L’Action française eût souscrit sans peine à ce propos, mais elle était un mouvement franchement partisan, puisqu’elle remettait en cause la forme du régime. Tel n’était pas le cas de la Ligue de la Patrie Française : légaliste et républicaine, elle fédérait des gens venus d’horizons idéologiques variés dont l’antidreyfusisme visait surtout à défendre l’Armée, incarnation de l’unité nationale et rempart contre l’Allemagne ; lorsqu’elle se radicalisa, Mistral s’en éloigna.

  • 23 F. Mistral (1900), cité par M. Decremps, art. cit., p. 78.
  • 24 F. Mistral (1909), Écrits politiques, op. cit., p. 166.
  • 25 F. Mistral (1910), cité par S. Giocanti, op. cit., p. 109.

18En première instance donc, on peut admettre l’argument dont usa le poète pour motiver son refus de participer à l’Enquête. Maurras, en tout cas, s’en accommoda d’autant mieux que Mistral, dans une précédente lettre confidentielle, l’avait félicité de sa campagne monarchiste : « Vous vous êtes révélé là comme un futur directeur de règne, si les dieux pitoyables réservaient à la France quelque retour de bon sens23 ». En 1909 d’autre part, Mistral offrit son portrait à son disciple avec la dédicace suivante : « À mon ami Charles Maurras, qui mieux et plus que quiconque a compris et éclairci l’idée de ma vie24 ». Il alla plus loin encore dans une lettre de 1910 : « Si jamais, sur notre pauvre terre, devait survenir la réalisation de l’Empire du Soleil, de ce merveilleux Empire que notre Félibrige voit dans l’azur, c’est toi qui serais fait pour en être le premier ministre25 ! »

  • 26 C. Maurras, cité par S. Giocanti, ibid., p. 140.
  • 27 C. Maurras, Brèu de Memòri / Abrégé d’un mémoire, s.l., s.d. (1946), p. 15.
  • 28 F. Mistral, Mirèio / Mireille (1859), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1980, p. 461.

19De fait, l’engagement nationaliste de Maurras ne lui fit jamais oublier ses premières amours. En 1939, il déclama du Mistral dans son discours de réception à l’Académie française. Élu en 1941 Majoral, c’est-à-dire membre du Consistoire du Félibrige, il se déclara plus fier de cette dignité que de son siège d’académicien26. Radié dudit Consistoire en 1945, il se consola en se disant que « les Majoraux s’étaient inspirés du Bien suprême de la Cause27 ». Sa radiation fut d’ailleurs assez théorique, car pas plus que l’Académie française, le Félibrige ne lui donna de successeur avant sa mort. Citons enfin deux vers qu’il fit graver sur son carditaphe, dans le jardin de sa maison martégale : « La mer, belle plaine agitée, – Du paradis est l’avenue ». On se doute assez de qui ils sont28.

20De tout cela, les mistralo-maurrassiens ont conclu que Mistral était maurrassien sans pouvoir le crier sur les toits et que Maurras représentait la quintessence du mistralisme. La vérité nous semble plus contrastée.

L’envers du diptyque

Questions de méthode

  • 29 F. Mistral (1885), Écrits politiques, op. cit., p. 124.
  • 30 Déclaration des félibres fédéralistes (1892), reprise dans C. Maurras, L’Étang de Berre, Paris, Cha (...)

21S’il ne fait aucun doute que Mistral et Maurras entendaient l’un et l’autre faire œuvre de patriotes provençaux, leurs approches du problème divergèrent de bonne heure. Pour Mistral, le combat linguistique primait le combat politique : « La langue sauvée, toutes les libertés en jailliront en leur temps », disait-il en 1885 à l’un de ses disciples29. Dans leur manifeste de 1892 au contraire, Maurras et Amouretti écrivaient : « Nous ne nous bornons pas à réclamer pour notre langue […] les droits et les devoirs de la liberté : nous croyons que ces biens ne feront pas notre autonomie politique, ils en découleront30 ». Seules des institutions locales et provinciales autonomes pourraient en effet délibérer et légiférer en provençal, ce qui rendrait au peuple le respect de sa langue. Le raisonnement annonçait à l’évidence le « Politique d’abord » de l’Action française. Or, c’est le seul passage du manifeste fédéraliste que censura Mistral lorsqu’il le publia dans L’Aiòli.

22Cette divergence se compliquait de facteurs connexes, dont la question marseillaise. Il faut remonter à l’origine du mouvement de renaissance provençale, soit aux années 1840-1850, pour en comprendre les enjeux. Deux écoles s’étaient alors affrontées : celle d’Avignon, d’où devait naître en 1854 le Félibrige, et celle de Marseille. Pour encourager l’écriture du provençal, les chefs de l’école avignonnaise, Roumanille et Mistral, avaient procédé à une réforme de l’orthographe privilégiant la simplicité phonétique, ce qu’avaient refusé les marseillais. La querelle avait aussi des connotations sociales et esthétiques : rejetons cultivés d’une paysannerie aisée, Roumanille et Mistral voulaient que le provençal s’illustrât dans des genres littéraires élevés. De souche beaucoup plus populaire, le marseillais Victor Gelu voyait là une trahison : le provençal, à l’en croire, était la langue des pauvres et sa vocation était par conséquent d’évoquer les bas-fonds avec le plus grand réalisme possible. Derrière tout cela, il y avait bien sûr l’opposition entre des campagnes très conservatrices et un grand port beaucoup plus remuant.

  • 31 P. Cros (1891) et F. Mistral (1902), cités par S. Giocanti, op. cit., p. 47.
  • 32 F Mistral (1865), cité par C. Mauron, op. cit., p. 154.

23On en était toujours là quarante ans plus tard, lorsque Maurras commença à faire parler de lui dans les milieux provençalistes. Or, fils de Roquevaire et de Martigues, deux satellites de la cité phocéenne, il n’éprouvait pas devant les écrivains marseillais les réticences de Mistral. Il fut très lié à Pascal Cros, qui se proposait de « protéger le parler provençal contre les maquillages et les badigeonnements du Félibrige » ; Mistral réagit en qualifiant Cros et ses émules de « patoisants »31. À coup sûr enfin Maurras était-il sensible au dynamisme économique de Marseille : cette capitale provinciale de facto pouvait être à la renaissance provençale ce que Barcelone était au catalanisme. Rien d’étonnant, de ce point de vue, à ce que le manifeste de 1892 évoquât la politique de grands travaux que stimulerait le fédéralisme en libérant les énergies provinciales. Pour Mistral inversement, le Félibrige avait par essence « horreur des usines, fabriques, manufactures, bourse, etc.32 ».

24Cette opposition entre Mistral et Maurras n’est pas sans rappeler l’opposition entre Platon et Aristote telle que la résume le célèbre tableau de Raphaël : l’un désigne le ciel, l’autre montre la terre. Mistral inclinait à penser que la poésie et le Félibrige, institution essentiellement littéraire, suffisaient à ressusciter la Provence, par quoi il entendait surtout le monde rural de son enfance. Pour Maurras au contraire, Félibrige et poésie ne constituaient que le premier acte de la renaissance provençale, qui devait aussi se doter d’institutions politiques et s’ouvrir à la modernité industrielle.

Le fédéralisme en question

25À l’époque où Maurras conduisit l’Enquête sur la Monarchie, un désaccord plus grave encore était apparu : Mistral avait répudié le fédéralisme, auquel son disciple restait fermement attaché. Que s’était-il donc passé pour que le poète reniât l’idée qu’il avait professée durant un demi-siècle ? Simplement ceci que les municipalités du Midi ne s’en montraient pas dignes : celle d’Arles avait défiguré les Alyscamps, celle d’Avignon rêvait d’abattre ses remparts, et les seuls signes de résistance à leur vandalisme venaient du ministère des Beaux-Arts, c’est-à-dire de l’État central. Ainsi, écrivait Mistral à Maurras,

  • 33 F. Mistral (1900), cité par M. Decremps, art. cit., p. 80.

« Dans les populations qu’on nous a faites, je constate trop de signes d’incapacité ou de sottise criminelle pour que je leur souhaite l’autonomie de notre rêve […]. Nous perdons tout grâce aux immunités que le suffrage universel donne aux édilités stupides et méchantes […]. Et vous voulez, mon bon Maurras, que l’on ne se décourage pas et que l’on s’attelle à élargir l’autonomie et la malfaisance de telles générations33 ! »

  • 34 F. Mistral (1900), Écrits politiques, op. cit., p. 151.

26Le propos n’était certes pas d’un démocrate : la bêtise et la vulgarité des municipalités provinciales, Mistral les attribuait au nivellement jacobin, qui avait dévasté « toute tradition non seulement de patrie, mais de poésie ou d’art34 ». Mais sa position n’était pas pour autant compatible avec celle de Maurras. Le disciple, en effet, se montrait en la matière beaucoup moins conservateur que son maître :

  • 35 C. Maurras, L’Étang de Berre (1915), Œuvres capitales, op. cit., t. IV, p. 81.

« Qui dit antiquité ne dit pas sacrement, notre vie a le droit de détruire pour reconstruire, le monde n’est pas un musée. Bref, le faux esthétisme étant la plus exaspérante des folies romantiques et n’allant qu’à tout immobiliser par badauderie vénérante, je suis de cœur et d’âme avec ceux qui agitent la pierre, le sable et les eaux, pour essayer d’en tirer un meilleur parti. Superstition pour superstition, autant préférer l’industrie et le génie de l’homme35. »

  • 36 F. Mistral (1898), cité par C. Mauron, op. cit., p. 317.
  • 37 Ce point nous a été confié par M. Yves-Henri Allard, dont le grand-père fut secrétaire de Maurras. (...)

27Un autre facteur contribuait à éloigner le poète du fédéralisme : au sein même du Félibrige, une nouvelle dissidence dite « occitaniste », apparue dans les années 1890, s’en prévalait pour contester la graphie adoptée un demi-siècle plus tôt par Roumanille et Mistral. Ce dernier avait beau rappeler que l’unité graphique était une condition de crédibilité face au français, il butait sur une contradiction de taille : « Nous sommes tenus de chanter la décentralisation, c’est-à-dire la cause de notre impuissance36 ! » Or, ici encore, Maurras se montrait plus libéral que son illustre aîné : il semble s’être intéressé de près à la graphie occitaniste37.

Mistral ou l’horreur de la politique

  • 38 F. Mistral (1882), Écrits politiques, op. cit., p. 113.
  • 39 F. Mistral (1904), ibid., p. 159.

28Plus généralement Mistral, tour à tour quarante-huitard, proudhonien, bonapartiste, légitimiste, républicain modéré, boulangiste et membre de la Ligue de la Patrie Française, fut toujours déçu dans ses espérances, au point d’avoir la politique « en horreur38 ». En 1904, il confia bien à l’un de ses proches qu’il était monarchiste ; « mais le gouvernement, ça m’est égal, en somme », ajouta-t-il aussitôt39. On pourrait ici parler de « monarchisme de lassitude » procédant d’un rejet des partis, monarchisme minimaliste donc, loin des convictions insufflées par Maurras à l’Action française.

  • 40 F. Mistral (1901), ibid., p. 153.

29Que reprochait Mistral à la politique ? D’abord de reposer sur le mensonge. Comme il avait pu s’en rendre compte en effet, tous les politiciens promettaient la fin du jacobinisme lorsqu’ils étaient dans l’opposition et tous le trouvaient bien commode lorsqu’ils arrivaient au pouvoir. Mais qui voulait sortir du mensonge tombait facilement dans le fanatisme, attitude encore plus incompréhensible au poète : « Les gens qui se murent dans un parti se rétrécissent d’autant la tête », écrivait-il à un de ses disciples en 1901. « Pour Maurras il n’y a plus sous le soleil que dreyfusards et antidreyfusards ; pour Barrès il n’y a plus qu’enracinés et déracinés ; et pour M. Déroulède, tout ce qui ne pense pas comme lui n’est pas digne de vivre40. »

30Sans doute l’horreur de Mistral pour la politique reflétait-elle sa nostalgie d’une société traditionnelle fonctionnant sur le mode unanimiste et inclusif. Sans doute encore Maurras éprouvait-il la même nostalgie. Mais là s’arrêtait la ressemblance entre les deux hommes, Mistral ayant suppléé la disparition de l’ancien monde par l’instauration du Félibrige, qui fonctionnait lui aussi de manière unanimiste et inclusive. C’est d’ailleurs le terrain sur lequel le projet mistralien connut ses succès les plus remarquables, car en un temps de guerres civiles ouvertes ou larvées, il n’était pas évident de faire coexister des gens d’opinions et de croyances opposées. Maurras, au contraire, avait choisi la voie de la politique, ce qui le contraignait à l’exclusive.

  • 41 F. Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige / Le Trésor du Félibrige (1886), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, (...)

31La question juive est un bon observatoire de cette différence. Maurras ne méconnaît pas les apports sémitiques à l’identité provençale, mais il tend à en faire le versant obscur d’une histoire dominée par la lumineuse tradition gréco-latine. Mistral, au contraire, s’est toujours reconnu une dette envers ces apports, entre autres choses parce que la Kabbale a influencé l’ésotérisme provençal, qui fut une de ses sources récurrentes d’inspiration. Il avait notamment une véritable fascination pour Nostradamus. Parmi les origines possibles du mot « félibre », son célèbre dictionnaire indique philebraïos, « hébraïsant »41. D’autre part, le poète était hanté par la Bible, Ancien et Nouveau Testament confondus ; son œuvre la cite constamment, sous forme directe ou déguisée. Enfin, il a consacré au judaïsme provençal une vitrine de son Museon Arlaten, conçue en étroite liaison avec ses amis juifs de Carpentras, Albert Lunel et son petit-fils le romancier Armand Lunel.

  • 42 C. Maurras (1897), in Maurice Barrès et C. Maurras, La République ou le Roi. Correspondance inédite (...)

32Dans un autre registre, Mistral restait marqué par le principe des nationalités, qui l’avait tant fait vibrer en 1848. Maurras, au contraire, reproche à ce principe son côté égalitariste. À ses yeux, toutes les nationalités ne se valent pas. Si l’identité provençale doit être sauvée, c’est parce qu’elle s’inscrit en plein dans la tradition grécolatine qui constitue le socle de l’identité française ; en revanche, Maurras se méfie des revendications basque, bretonne, flamande et alsacienne, car « dans ces quatre pays, un sentiment trop nettement autonomiste aboutirait à un conflit avec la tradition, le sentiment et l’esprit français ». On sait par Maurras lui-même que cet ostracisme indignait Mistral – et aussi Barrès42.

  • 43 F. Mistral (1914), cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige, 1876-1914, chez l’auteur, 1971, p. (...)

33Tant de divergences entre les deux hommes ne pouvaient manquer d’entraîner des heurts. Le plus grave survint le 14 octobre 1913, lorsque Poincaré vint en grande pompe rendre visite à Mistral dans son village de Maillane. On ne pouvait imaginer consécration plus éclatante de la renaissance provençale que cet hommage du Président de la République au vieux poète. Mais c’était oublier les rancœurs de la « Vendée provençale » contre un régime jacobin et athée : les royalistes du lieu – dont le propre neveu de Mistral, fervent maurrassien – répandirent du purin dans les rues, la mairie resta fermée, la musique locale refusa de venir jouer La Marseillaise, les jeunes filles arborèrent ostensiblement leurs habits de tous les jours et il fallut aller emprunter des drapeaux tricolores à Saint-Rémy, ceux de Maillane étant introuvables. Mistral, ulcéré, s’en plaignit à Maurras : « C’était à la Provence que le Président de la République apportait son salut. Pourquoi ont-ils mêlé de la politique à cela43 ? »

34Mais quelles qu’aient pu être les tensions entre Mistral et Maurras, elles n’ont pas empêché une proximité de 26 ans (1888-1914). Il faut donc examiner ce qui leur permit de surmonter leurs divergences.

Deux réponses à une même question

Considérations psychologiques

  • 44 F. Mistral (1865), cité par C. Mauron, op. cit., p. 172.

35On se gardera tout d’abord de surestimer la portée de ces divergences. Mistral, en effet, a professé à un moment ou à un autre de sa vie maintes opinions qu’il a ensuite reprochées à Maurras. En 1865 par exemple, il se déclarait fédéraliste au motif que « [si] la Provence [retrouvait] sa vie politique, le provençal deviendrait en peu de temps la langue officielle44 », idée qu’il censura vingt-sept ans plus tard dans le manifeste de Maurras et d’Amouretti. La même démonstration pourrait être faite en ce qui concerne le point de vue de Mistral sur Marseille, les Juifs et d’autres points de friction avec Maurras. Sur d’autres encore c’est Maurras qui, en mûrissant, fit siennes certaines idées mistraliennes : ainsi des langues non-romanes de France ou de la protection de l’environnement. Il y a donc lieu de se demander si les dissensions occasionnelles entre le maître et le disciple n’ont pas d’abord procédé d’un classique problème de générations.

36Intervinrent aussi des différences de personnalités et de destinées. Mistral eut une jeunesse très heureuse ; celle de Maurras fut jalonnée de cruelles épreuves, mort précoce du père, surdité, perte de la foi. En outre, si Mistral dut quitter le mas natal lorsque celui-ci revint à son frère aîné, son exil l’amena à deux kilomètres de là, dans ce village de Maillane qu’il ne quitta plus guère jusqu’à sa mort. Au contraire, les vicissitudes de l’existence transplantèrent Maurras à Paris, ville qu’il aima profondément, mais qui le mettait en porte-à-faux avec ses convictions félibréennes. De là sans doute la différence de style entre les deux hommes : la Cause que Mistral défendait de façon souriante et pacifique, parce qu’il la vivait au quotidien, Maurras la soutint au couteau de cuisine.

37Toutefois, les explications de type psychologique ne sauraient suffire à rendre compte de la relation entre deux esprits aussi puissants. Nous sommes donc renvoyés au point de départ de cette enquête, c’est-à-dire à la littérature, ou plutôt au lien entre la politique et la littérature. Là est finalement le problème central que se posèrent les deux hommes, celui qui explique leurs affinités profondes ; leurs dissensions superficielles, quant à elles, tinrent plutôt aux réponses qu’ils lui apportèrent.

Politique et littérature

  • 45 F. Mistral, Soulòmi..., op. cit., p. 387.
  • 46 Ibid., p. 388.

38Il faut ici partir du parallèle suggéré par Maurras entre sa relation à Mistral et celle de Mistral à Lamartine. Ce dernier revêtit deux aspects principaux aux yeux de Mistral : en amont, il fut « du Très-Haut Adonaï [le] sublime grand-prêtre45 » ; en aval, l’homme de 1848, « le grand citoyen » venu « sauver […] la patrie » menacée par le « volcan » de la guerre civile46. De même, nous l’avons vu, Maurras admire en Mistral le prophète de la renaissance provençale devenu son organisateur. Chez Lamartine comme chez Mistral donc, la poésie forme trait d’union entre l’Idée et l’action civique. Par quoi l’on rejoint la méditation sur le rôle politique de l’écrivain à laquelle se livre Maurras dans L’Avenir de l’Intelligence.

39Comme on sait, il y reproche au XVIIIe siècle d’avoir consacré la royauté des intellectuels au détriment de l’ordre monarchique et préparé ainsi la Révolution. Ce fut un jeu de dupes pour les lettrés, car la logique révolutionnaire, loin de pérenniser leur brève souveraineté, leur valut un amer déclassement : en démocratie, l’Intelligence est nécessairement serve du Nombre. Le pouvoir de ce dernier est au demeurant tout théorique, la démocratie n’étant que la vitrine légale de la ploutocratie. Les masses, en effet, n’ont pas de volonté autonome ; leurs choix électoraux sont conditionnés par la presse, elle-même tenue par l’Argent. C’est donc pour l’Argent qu’a ultimement œuvré la prétendue royauté de l’Intelligence. Mais la méfiance qu’elle inspire à Maurras se double d’une fascination mal dissimulée :

  • 47 C. Maurras, L’Avenir de l’Intelligence (1905), Romantisme et Révolution, Paris, Nouvelle Librairie (...)

« [Si] une fois de plus la couronne d’or était présentée [à l’Intelligence], il faudrait la repousser. Et aussi, en repoussant cette dictature, faudrait-il l’exercer provisoirement. Non point certes pour relever un empire désormais reconnu fictif et dérisoire, mais, selon la vraie fonction de l’Intelligence, pour voir et faire voir quel régime serait le meilleur47. »

40En somme, l’Intelligence doit accepter le pouvoir pour restaurer la monarchie, après quoi elle assumera une forme de pontificat, c’est-à-dire une autorité spirituelle chargée de conseiller le roi. Mistral préfigure aux yeux de Maurras cette dignité retrouvée de l’écrivain, mais son mouvement n’a pas abouti autant qu’il l’aurait souhaité. Il s’agit donc de revisiter le rapport entre littérature et politique en inversant les priorités, d’où le « Politique d’abord ».

  • 48 C. Maurras, « Réflexions préalables sur la critique et sur l’action » (1925), Œuvres capitales, op. (...)
  • 49 C. Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1916, p. XV.

41Cependant la politique conserve chez Maurras des liens intimes avec la poésie. Elles sont toutes deux agencement d’un univers sans cesse menacé par le chaos : « Les règles de la vie collective et les lois du gouvernement […] ne sont pas sans rapport avec les principes qui président à l’art du poète quand il met en ordre son peuple d’idées et de mots, de couleurs et de sons48 ». En ce sens, la critique littéraire est acte politique, car la mise en accusation de l’anarchie romantique emporte condamnation des idéologies révolutionnaires dont elle est indissociable. « Les Lettres nous ont conduit à la Politique », reconnaît bien volontiers Maurras ; « notre nationalisme commença par être esthétique49 ».

  • 50 F. Mistral (1880), Discours e Dicho, édition numérique, CIEL d’Oc, 1998, p. 28.
  • 51 Pierre Birnbaum, Les fous de la République – Histoire politique des Juifs d’État de Gambetta à Vich (...)
  • 52 C. Maurras (1901), cité par Bruno Goyet, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 2 (...)

42D’autre part, la politique comme la littérature ne peuvent imposer un semblant d’ordre aux turbulences d’ici-bas qu’en recourant à la fiction, au mythe ou, pour citer Mistral, à « cette enchanteresse, cette jeune et puissance sorcière qui se nomme Illusion50 ». Le fondateur du Félibrige a chanté une Provence rêvée pour amener les Provençaux à reprendre conscience de leur identité. L’ancienne France vantée par Maurras, de même, est assez mythique, ne serait-ce que parce que l’autonomie des provinces avait déjà beaucoup régressé sous la monarchie absolue. Assez mythique aussi son anti-France qui, comme tout mythe, part d’une réalité – les affinités électives entre Juifs, protestants et francs-maçons, leur surreprésentation dans le monde républicain51 – mais la travestit en termes de complot afin de mobiliser l’opinion : il l’a suggéré à demi-mots en écrivant que l’antisémitisme était « la première idée contre-révolutionnaire […] qui ait, depuis cent ans, joui chez nous d’une popularité vraie et forte52 ».

43Pour Mistral, la littérature est introduction à la politique ; pour Maurras, la politique est continuation de la littérature par d’autres moyens. Mais dans la pratique, l’un et l’autre homme ont tendu à estomper la différence entre les deux genres.

Aspiration et conspiration

  • 53 F. Mistral (1869), Écrits politiques, op. cit., p. 68.
  • 54 Communication du Siège central de la Ligue d’AF (1907), Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 596.
  • 55 C. Maurras et H. Dutrait-Crozon, Si le coup de force est possible (1908), Enquête sur la monarchie, (...)
  • 56 C. Maurras, Mademoiselle Monk ou la génération des événements (1905), Romantisme et révolution, op. (...)

44En 1869, Mistral, écrivant à l’un de ses proches que le Félibrige devait attendre des temps plus propices à ses idéaux, concluait par ces mots : « Espérons et aspirons. L’aspiration ne vaut-elle pas la conspiration53 ? » On retrouve une réduction analogue dans la mission que s’assigna en 1907 l’Action française : « Ce que nous sommes, c’est une conspiration. Nous conspirons à déterminer un état d’esprit. Cet état d’esprit, nous le destinons essentiellement à suggérer, à susciter, à seconder […] un coup de force […] dirigé contre le régime qui tue la France54 ». Il ne s’agissait donc pas tant de renverser la République que de créer les conditions intellectuelles et morales de son renversement, lequel devait être une « révolution opérée par en haut ». Le modèle d’une telle révolution, Maurras, nonobstant son aversion pour le bonapartisme, le voyait dans le coup d’Etat du 2 décembre 1851 : il fut préparé par plusieurs décennies de légende napoléonienne, « œuvre d’art collective, à la fois spontanée et concertée, à laquelle ont travaillé presque tous les écrivains, presque tous les artistes de la première moitié du XIXe siècle55 ». Une fois l’esprit public mûr pour un coup d’État, « toute la politique se réduit à cet art de guetter la combinazione, l’heureux hasard, de ne point cesser d’épier un événement comme s’il était là, l’esprit tendu, le cœur alerte, la main libre et presque en action56 ».

  • 57 C. Maurras, « Ironie et poésie », art. cit., p. 51.
  • 58 C. Maurras, L’Idée de la Décentralisation, Paris, Librairie de la Revue encyclopédique, 1898, p. 10

45Cette manière de poser les rapports de la culture et de la politique annonce Gramsci. Toutefois la conclusion est défectueuse. La politique ne consiste pas seulement à guetter la combinazione, mais à l’exploiter ; il ne lui suffit pas d’être « presque en action », vient un moment où il faut agir, et agir politiquement. Or Maurras semble prisonnier d’une conception toute littéraire de l’action, celle pour laquelle « le poème […] est l’acte par excellence57 ». En quoi il se révèle plus proche qu’il ne veut l’avouer du romantisme et de 1848, dont il note d’ailleurs l’influence sur Mistral58.

  • 59 Marius André, La vie harmonieuse de Mistral, Paris, Plon, 1928, p. 281.

46Nulle surprise dans ces conditions qu’aux moments critiques, le poète provençal et le théoricien du nationalisme intégral aient été dépassés par les événements, comme Lamartine en juin 1848. Au printemps 1907, les vignerons du Languedoc, engagés depuis plusieurs semaines déjà dans l’imposant mouvement que l’on sait, sollicitèrent l’appui de Mistral par le truchement du docteur Ferroul, député-maire socialiste de Narbonne et félibre. Ce dernier se serait même agenouillé devant le poète pour obtenir qu’il prît la tête des « gueux du Midi ». Mistral refusa, ce dont Marius André – l’un de ses proches, mais également un intime de Maurras – le loue hautement : « Quels événements, dépassant les émeutes sanglantes de Narbonne, seraient advenus s’il avait cédé59 ! » Admettons, mais il n’est pas indifférent que Mistral ait alors été absorbé par le polissage de son ultime recueil de poèmes.

47C’est également à un poème provençal que Maurras consacra la nuit du 6 au 7 février 1934, alors que le sang n’avait pas fini de sécher sur la place de la Concorde. Il eut beau jeu après coup d’expliquer que l’opinion n’était pas mûre pour une restauration monarchique : c’était exact, mais puisque l’Action française, en 1907, s’était donné pour vocation de la faire mûrir, l’interprétation de Maurras enveloppait un constat d’échec. Telle fut en tout cas la conclusion qu’en tirèrent nombre de ses jeunes disciples, d’où leur rupture avec ce qu’ils appelèrent désormais « l’Inaction française » et leur dérive ultérieure vers le fascisme. Il est très tentant d’y voir une réédition de la rupture entre le jeune Maurras et les caciques du Félibrige, quarante ans plus tôt.

  • 60 Robert Brasillach, cité par S. Giocanti, Maurras, le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, p.  (...)

48Tout se passe donc comme si Maurras s’était identifié à Mistral au point de reproduire son existence et comme si la littérature, matrice commune de leurs destinées, avait été pour eux le substitut d’une impossible politique, le dernier bastion de l’Harmonie dans un monde en proie au Chaos. Brasillach semble avoir compris quelque chose de cette généalogie lorsque, pendant la Seconde Guerre mondiale, il railla l’abstentionnisme de Maurras par la formule « La Provence, la Provence seule60 »…

Conclusion

  • 61 F. Mistral (1857), Écrits politiques, op. cit., p. 38.
  • 62 F. Mistral (1880), Discours e Dicho, op. cit., p. 30.
  • 63 F. Mistral (1900), Écrits politiques, op. cit., p. 151
  • 64 F. Mistral, Lou Parangoun / L’Archétype (1906), Lis Óulivado / Les Olivades, Paris, Lemerre, 1912, (...)
  • 65 Ibid., p. 7.
  • 66 Ibid., p. 11.

49De Mistral et de Maurras, le plus réaliste fut paradoxalement le premier, qui s’était d’emblée rangé parmi les « platoniciens61 », « en-dehors et au-dessus de la réalité62 ». Cela ne veut pas dire qu’il ait exclu un prolongement politique de son œuvre. Mais elle pouvait au besoin s’en passer, parce qu’en elle-même et par elle-même, elle avait déjà atteint son objet – sauver la « Provence idéale63 ». On le voit dans Lou Parangoun, en français L’Archétype, poème-testament écrit en 1906. Mistral y annonce l’imminence d’une catastrophe épouvantable, d’un déluge « antichrétien, rageur, universel64 » qu’il décrit en des vers saisissants : « Je vois flotter les morts et les mourants, – Les ambitions que dévore la faim, – Les illusions que broie le doute, – les négations accroupies au néant […] – Je vois planer les lourds oiseaux de proie, – Leur bec qui fouille, leur serre qui déchire – La pourriture de ce monde mauvais65 ». Pressentiment des deux guerres mondiales, où conduisait le nihilisme que le poète a dénoncé toute sa vie. Il n’a que sa foi à lui opposer, et encore convient-il qu’elle n’est qu’un rêve, mais un rêve propre à sauver l’Espérance : « Sur la mer de l’histoire, pour moi, – Tu fus, Provence, un pur symbole, – Un mirage de gloire et de victoire – Qui, dans la transition ténébreuse des siècles, – Nous laisse voir un éclair de Beauté66 ».

50Maurras, lui, voulut faire advenir ici-bas le rêve mistralien. C’était courageux, mais par nature le rêve se prête mal aux incarnations plénières. Il fallait donc s’attendre à de fortes déconvenues, qui en effet ne manquèrent pas. Au soir de sa vie, le vieux lutteur écrivit un texte rappelant étrangement Lou Parangoun :

  • 67 C. Maurras (1950), cité par P. Boutang, Maurras, la destinée et l’œuvre, Paris, Plon, 1984, p. 627.

« Même si, la démocratie étant devenue irrésistible, c’est le mal, c’est la mort qui devaient l’emporter, même en ce cas apocalyptique, il faut que notre arche franco-catholique soit construite et mise à l’eau. Cette âme du bien l’aura emporté, tout de même, à sa manière, et, périssant dans la perte universelle, elle aura fait son salut moral et peut-être l’autre. Je dis peut-être, parce que je ne fais pas de métaphysique et m’arrête au bord du mythe tentateur, mais non sans foi dans la vraie colombe, comme au vrai brin d’olivier, en avant de tous les déluges67

  • 68 Raymond Aron, « Maurrassisme et gaullisme » (1964), Les articles du Figaro, t. II, Paris, Éditions (...)

51Les noces de l’Idée et de la politique sont rarement heureuses, Platon en avait fait l’amère expérience vingt-cinq siècles plus tôt. Mais elles ont parfois une fécondité différée : la régionalisation mise en œuvre depuis les années 1950 est l’aboutissement partiel des campagnes mistraliennes, comme les institutions de la Ve République marquent à certains égards la « revanche posthume de Maurras68 ».

Notes

1 Charles Maurras, Mistral, Paris, Aubier-Montaigne, 1941, p. 22.

2 Ibid., p. 23.

3 Frédéric Mistral, Soulòmi sus la mort de Lamartine / Élégie sur la mort de Lamartine (1869), Lis Isclo d’Or / Les Îles d’Or (1876), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1980, p. 385.

4 C. Maurras (1931), cité par Stéphane Giocanti, Charles Maurras félibre, Paris, Louis de Montalte, 1995, p. 206.

5 C. Maurras, Mistral, op. cit, p. 19-20.

6 Voir notamment Claude Mauron, Frédéric Mistral, Paris, Fayard, 1993.

7 Nous résumons ici des idées récurrentes dans l’esthétique maurrassienne : voir notamment le tome III des Œuvres capitales, Paris, Flammarion, 1954.

8 F. Mistral, I troubaire catalan / Aux poètes catalans (1861), Lis Isclo d’Or, op. cit., p. 175.

9 F. Mistral, Calendau / Calendal (1867), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1990, p. 2 des notes en fin de volume.

10 C. Maurras, Mistral, op. cit., p. 156.

11 C. Maurras, « Ironie et poésie » (1901), Œuvres capitales, op. cit., t. III, p. 51.

12 C. Maurras, « Mistral », Œuvres capitales, op. cit., t. III, p. 263. Le Sirventès est, dans la poésie des troubadours, une pièce politique.

13 Mistral emprunte ce vers à Horace.

14 C. Maurras, « Les forces latines » (1922), Soliloque du prisonnier (1950-1951), rééd. Paris, L’Herne, 2010, p. 74.

15 C. Maurras, Gazette de France, 6 août 1897.

16 C. Maurras, « Mistral », art. cit., p. 273.

17 F. Mistral, La Coupo / La Coupe (1867), Lis Isclo d’Or, op. cit., p. 39-41.

18 C. Maurras, Mistral, op. cit., p. 98.

19 C. Maurras, Enquête sur la Monarchie (1900-1901), rééd. Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1925, p. 319.

20 Albert Thibaudet, Mistral ou la République du Soleil, Paris, Hachette, 1930, p. 230.

21 F. Mistral (1900), cité par Marcel Decremps, « Mistral et Maurras. La réponse de Mistral à l’Enquête sur la monarchie », La France Latine no 36, octobre-décembre 1968, p. 80.

22 F. Mistral (1899), Écrits politiques, textes recueillis par René Jouveau et Pierrette Berengier, Marseille, Edicioun Prouvènço d’Aro, 1989, p. 147.

23 F. Mistral (1900), cité par M. Decremps, art. cit., p. 78.

24 F. Mistral (1909), Écrits politiques, op. cit., p. 166.

25 F. Mistral (1910), cité par S. Giocanti, op. cit., p. 109.

26 C. Maurras, cité par S. Giocanti, ibid., p. 140.

27 C. Maurras, Brèu de Memòri / Abrégé d’un mémoire, s.l., s.d. (1946), p. 15.

28 F. Mistral, Mirèio / Mireille (1859), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1980, p. 461.

29 F. Mistral (1885), Écrits politiques, op. cit., p. 124.

30 Déclaration des félibres fédéralistes (1892), reprise dans C. Maurras, L’Étang de Berre, Paris, Champion, 1915, p. 127.

31 P. Cros (1891) et F. Mistral (1902), cités par S. Giocanti, op. cit., p. 47.

32 F Mistral (1865), cité par C. Mauron, op. cit., p. 154.

33 F. Mistral (1900), cité par M. Decremps, art. cit., p. 80.

34 F. Mistral (1900), Écrits politiques, op. cit., p. 151.

35 C. Maurras, L’Étang de Berre (1915), Œuvres capitales, op. cit., t. IV, p. 81.

36 F. Mistral (1898), cité par C. Mauron, op. cit., p. 317.

37 Ce point nous a été confié par M. Yves-Henri Allard, dont le grand-père fut secrétaire de Maurras. Qu’il trouve ici l’expression de notre gratitude.

38 F. Mistral (1882), Écrits politiques, op. cit., p. 113.

39 F. Mistral (1904), ibid., p. 159.

40 F. Mistral (1901), ibid., p. 153.

41 F. Mistral, Lou Tresor dóu Felibrige / Le Trésor du Félibrige (1886), rééd. Raphèle-lès-Arles, CPM, 1979, article « Felibrige ».

42 C. Maurras (1897), in Maurice Barrès et C. Maurras, La République ou le Roi. Correspondance inédite (1888-1923), Paris, Plon, 1970, p. 153.

43 F. Mistral (1914), cité par René Jouveau, Histoire du Félibrige, 1876-1914, chez l’auteur, 1971, p. 452.

44 F. Mistral (1865), cité par C. Mauron, op. cit., p. 172.

45 F. Mistral, Soulòmi..., op. cit., p. 387.

46 Ibid., p. 388.

47 C. Maurras, L’Avenir de l’Intelligence (1905), Romantisme et Révolution, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1922, p. 86.

48 C. Maurras, « Réflexions préalables sur la critique et sur l’action » (1925), Œuvres capitales, op. cit., t. III, p. 217.

49 C. Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1916, p. XV.

50 F. Mistral (1880), Discours e Dicho, édition numérique, CIEL d’Oc, 1998, p. 28.

51 Pierre Birnbaum, Les fous de la République – Histoire politique des Juifs d’État de Gambetta à Vichy, Paris, Fayard, 1992 ; Patrick Cabanel, Juifs et Protestants – Les affinités électives, XVIe-XXIe siècles, Paris, Fayard, 2004.

52 C. Maurras (1901), cité par Bruno Goyet, Charles Maurras, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 264.

53 F. Mistral (1869), Écrits politiques, op. cit., p. 68.

54 Communication du Siège central de la Ligue d’AF (1907), Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 596.

55 C. Maurras et H. Dutrait-Crozon, Si le coup de force est possible (1908), Enquête sur la monarchie, op. cit., p. 545.

56 C. Maurras, Mademoiselle Monk ou la génération des événements (1905), Romantisme et révolution, op. cit., p. 220.

57 C. Maurras, « Ironie et poésie », art. cit., p. 51.

58 C. Maurras, L’Idée de la Décentralisation, Paris, Librairie de la Revue encyclopédique, 1898, p. 10.

59 Marius André, La vie harmonieuse de Mistral, Paris, Plon, 1928, p. 281.

60 Robert Brasillach, cité par S. Giocanti, Maurras, le chaos et l’ordre, Paris, Flammarion, 2006, p. 440.

61 F. Mistral (1857), Écrits politiques, op. cit., p. 38.

62 F. Mistral (1880), Discours e Dicho, op. cit., p. 30.

63 F. Mistral (1900), Écrits politiques, op. cit., p. 151

64 F. Mistral, Lou Parangoun / L’Archétype (1906), Lis Óulivado / Les Olivades, Paris, Lemerre, 1912, p. 5.

65 Ibid., p. 7.

66 Ibid., p. 11.

67 C. Maurras (1950), cité par P. Boutang, Maurras, la destinée et l’œuvre, Paris, Plon, 1984, p. 627.

68 Raymond Aron, « Maurrassisme et gaullisme » (1964), Les articles du Figaro, t. II, Paris, Éditions de Fallois, 1994, p. 1442.

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm, 1988), agrégé et docteur en histoire, Martin Motte est maître de conférences de l’Université Paris-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle, EA3550), détaché au Centre de recherches des Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan. Il est par ailleurs félibre de la Maintenance de Provence. Ses recherches portent sur les questions stratégiques, les relations internationales, Charles Maurras et Frédéric Mistral. Il a consacré à ces sujets de nombreux travaux, dont Une éducation géostratégique : la pensée navale française, de la Jeune École à 1914, Paris, Economica, 2004 (Grand Prix 2005 de l’Académie de Marine) ; en codirection avec Laure Bardiès, De la guerre ? Clausewitz et la pensée stratégique contemporaine, Paris, Economica, 2007 ; en codirection avec Georges-Henri Soutou, Entre la vieille Europe et la seule France : Charles Maurras, la politique étrangère et la Défense nationale, Paris, Economica, 2009.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540