Version classiqueVersion mobile

Maurrassisme et littérature. Volume  IV

 | 
Michel Leymarie
, 
Olivier Dard
, 
Jeanyves Guérin

Introduction

Olivier Dard et Michel Leymarie

Texte intégral

  • 1 Michel Leymarie, Jacques Prévotat (dir.), L’Action française, culture, société, politique, Villene (...)

1Les rapports entre nationalisme, littérature et, plus généralement, esthétique sont au cœur des contributions de ce volume consacré au maurrassisme et à la littérature. Celui-ci est le quatrième d’une série intitulée « L’Action française. Culture, société, politique1 », qui se propose de prendre la mesure d’un pôle idéologique, politique et culturel important dans la France du premier XXe siècle.

2Les trois précédents colloques, déjà publiés, ont associé historiens, historiens de l’art, littéraires, politistes, germanistes et sociologues. Ils se sont attachés à l’étude des multiples facettes du maurrassisme qui excède la personne et l’œuvre de Charles Maurras. Le premier colloque s’est penché sur les héritages revendiqués ou refusés, les milieux sociaux et religieux que le mouvement informe, ses vecteurs de diffusion et les régions plus particulièrement sensibles à ses thématiques, les oppositions et les dissidences qu’il a pu susciter. Le deuxième colloque a explicité les relations que Maurras et les maurrassiens entretiennent avec leurs interlocuteurs, favorables ou hostiles, à l’étranger, ainsi que la réception, les divers usages et les transferts culturels et politiques hors de France. La troisième rencontre, consacrée au maurrassisme et à la culture, aux liens entre histoire, politique, philosophie et esthétique, a permis d’étudier la place et les productions de quelques-unes des personnalités majeures appartenant à différentes générations du mouvement.

  • 2 Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann (dir), Maurice Barrès, La Lo (...)

3Ce quatrième colloque conserve un trait spécifique qui caractérise ce cycle depuis ses débuts : la dimension interdisciplinaire. Dans la mesure où son principal objet est la sphère littéraire, les personnalités, les groupes – de Mistral ou Lemaitre aux Hussards –, aussi bien que les institutions, les revues et les réceptions critiques, favorables, réservées, voire hostiles, ce sont donc d’abord des historiens ainsi que des historiens ou théoriciens de la littérature qu’il convenait de solliciter, comme cela avait été le cas lors du colloque Maurice Barrès, la Lorraine, la France, l’étranger2.

  • 3 Cf. notamment Antoine Compagnon, « Maurras critique », Revue d’histoire littéraire de la France, 2 (...)
  • 4 On pense en particulier au cas de Drieu la Rochelle, récemment publié dans la collection de la Plé (...)

4Les rapports entre littérature et histoire constituent une question récurrente depuis des décennies. Elle a été réactivée par le colloque sur « la critique littéraire de droite », publié dans la Revue d’histoire littéraire de la France en 20053, ou par la livraison de la revue Le Débat de mai-août 2011, intitulée « L’histoire saisie par le débat ». L’ambition est ici de penser conjointement la littérature et l’histoire, de travailler collectivement avec des approches et des méthodes différentes mais centrées sur un même objet : le maurrassisme, compris comme l’ensemble que constitue le maître et ses disciples, même lorsque certains d’entre eux sont devenus des dissidents. Une précision s’impose d’emblée : le choix des sujets a été opéré en fonction de la bibliographie existante. L’étude de certaines figures plus ou moins importantes ayant déjà été abordée lors des précédents colloques ou par d’autres travaux4, il ne sera fait ici mention d’eux que de manière incidente ; c’est pourquoi, aussi, l’accent sera mis sur des hommes ou des moments qui n’ont pas toujours fait, jusqu’alors, l’objet de la même attention.

5Quelle part la littérature tient-elle chez un Maurras qui, avant même d’être un politique, a été d’abord un critique et un journaliste, et dont la pratique a façonné la manière et le style ? Chez lui, comme chez Barrès, la passion littéraire précède l’engagement politique. Lui-même invite à étudier ces rapports entre politique et littérature quand il écrit dans Quand les Français ne s’aimaient pas :

  • 5 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance 1895-1905, Préf (...)

« Les Lettres nous ont conduit à la Politique, mais notre nationalisme commença par être esthétique. Il tendait à restituer à la France des avantages contestés, ou méconnus ou négligés. Sans perdre un seul instant de vue que la raison et l’art ont pour objet l’universel, nous remettions au jour les services et les hommages rendus à la beauté et à la vérité par les hommes de sang français5

  • 6 L’Action française, 20 juillet 1919, repris dans Dictionnaire politique et critique, établi par le (...)
  • 7 Repris dans le Dictionnaire politique et critique, op. cit., p. 430.

6Au lendemain du premier conflit mondial, Maurras revient sur ce qu’il désigne comme « l’aventure de notre vie personnelle » et qu’il résume ainsi : « Le fait est que nous sommes allés à la politique par les Lettres, par le souci des Lettres, par la préoccupation des intérêts de l’esprit ». Il dénonce alors « les menteurs avérés » qui l’ont « représenté comme suivant la voie inverse et voulant soumettre les arts à des disciplines de parti »6. Maurras paraît ici reconnaître, sinon l’autonomie des œuvres de l’esprit, l’autonomie du culturel, du moins distinguer une véritable critique littéraire d’une critique moralisatrice. Son propre goût littéraire est donc loin d’être dicté uniquement par des choix idéologiques et politiques, comme en témoigne son attachement réitéré à Lamartine ou à Anatole France. Il ajoute cependant, dans un propos tiré de Poètes et repris dans le Dictionnaire politique et critique : « Les bonnes Lettres importent au bien de l’État7. »

  • 8 Henri Massis, « Un débat sur la littérature et le catholicisme », la Revue universelle, t. XI, no  (...)

7Se trouvent donc ainsi posées la question des relations de la doctrine et des œuvres et celle des rapports entre l’ordre politique et l’ordre esthétique. Dans un commentaire de Romantisme et Révolution, Henri Massis, fidèle disciple, postule l’analogie entre les deux ordres8 et introduit un aspect qui lui paraît complémentaire, celui d’un point de vue catholique qui ne serait pas étranger à l’art. Vouloir prendre la mesure de l’influence maurrassienne en matière littéraire, c’est donc poser la question des liens entre, d’une part, des positions idéologiques, politiques ou religieuses et, d’autre part, des conceptions esthétiques, un goût littéraire qui, progressivement, relègue l’Action française à l’arrière-garde.

8Si Pierre Lasserre a soutenu en 1907 une thèse controversée sur le romantisme français, il n’y a pas, à proprement parler, de réflexion d’ensemble de Maurras sur le sujet. Certes, celui-ci s’est attaché, notamment dans des ouvrages tels que Barbarie et Poésie, Essai sur la critique ou dans divers articles, à donner des éléments d’une critique littéraire, critique de jugement et de doctrine plus qu’une critique de compréhension et d’intelligence, dit Thibaudet. Le Dictionnaire politique et critique ne comporte pas d’entrée « Littérature » ou « Roman » mais en revanche des entrées « Lettres », « Critique », « Langue », « Poésie », « Théâtre » et « Romantisme ».

  • 9 Réplique de Charles Maurras à Jules Bois, Le Figaro, 27 février 1907, citée par Pierre Boutang, Ma (...)
  • 10 Albert Thibaudet, Trente ans de vie française, t. I, Les Idées de Charles Maurras, Paris, Gallimar (...)

9Les précédents colloques sont amplement revenus sur cette hostilité au romantisme. Maurras écrit déjà en 1907 que « la moitié au moins de [sa] vie intellectuelle s’est dépensée à la critique du sentiment et du goût romantiques9 ». Un romantisme condamné à la fois pour des raisons littéraires et politiques, parce qu’il aurait poursuivi l’œuvre de la Réforme et de la Révolution française, condamné aussi parce qu’il serait « féminin ». Comme l’a montré Albert Thibaudet, l’anti-romantisme de l’Action française et de son chef tient en fait beaucoup du romantisme ; le critique de la Nouvelle Revue française est particulièrement convaincant quand il traite du « romantisme de M. Maurras10 », « individualiste retourné ». À ce « désordre » – qui est aussi celui du naturalisme – est opposée, plus que le « classicisme », une « tradition classique » qui boit à plusieurs sources, n’a pas été théorisée et doit être, elle aussi, interrogée.

10Que Maurras ait joui d’un magistère dans plusieurs phases de l’histoire nationale, sur différentes générations, avant, pendant comme après la Grande Guerre, est indéniable. Ce magistère est polymorphe, littéraire et journalistique, politique et idéologique, mais ses expressions et ses temporalités ont évolué avec le temps. Ses propres productions sont diverses et diversement reçues. Tel qui est attaché à la formulation réitérée de la doctrine le sera moins, par exemple, à La Musique intérieure.

  • 11 Id., « La Nouvelle Revue française », NRF, 1er décembre 1926, Réflexions sur la politique, édition (...)
  • 12 Id., La République des Professeurs, [1927], rééd. Hachette Littératures, coll. Pluriel Histoire, p (...)

11Un élément essentiel de l’audience qu’a l’Action française, au-delà des cercles politiques que le mouvement informe, tient à la qualité de la plume de certains de ses hommes. « Charles Maurras et Léon Daudet ont jailli du cœur même de la profession littéraire11 », dit encore Thibaudet. Et le critique ajoute que le quotidien est un « journal d’écrivains, quartier général de littérateurs12 ».

  • 13 Anatole France, « A Charles Maurras », in Le Chemin de Paradis, Mythes et fabliaux, Paris, Calmann (...)
  • 14 André Gide, L’Action Française, 21 déc. 1917 ; Bulletin des Amis d’André Gide, 55, p. 434.

12Un des premiers à reconnaître en Maurras l’écrivain comme un pair est, en 1895, Anatole France, qui lui dédie un poème placé en tête de la première édition du Chemin de Paradis13. Deux autres figures majeures, Gide et Proust, saluent en lui un doctrinaire lucide ou le maître ès langue française. Le premier lui écrit en 1917 : « L’A. F. est, somme toute, le seul journal en France qui se soit bien tenu pendant la guerre14. » Le second, en 1920, affirme :

  • 15 Marcel Proust, « Un esprit et un génie innombrables : Léon Daudet », Nouveaux Mélanges, 1920, Essa (...)

« Ne pouvant plus lire qu’un journal, je lis, au lieu de ceux d’autrefois, L’Action française. […] Dans quel autre journal le portique est-il décoré à fresque par Saint-Simon lui-même, j’entends par Léon Daudet ? Plus loin, verticalement en son cristal infrangible, me conduit à travers le désert de la politique extérieure, la colonne lumineuse de Bainville. Que Maurras, qui semble détenir le record de la hauteur, donne sur Lamartine une indication géniale, et c’est pour nous mieux qu’une promenade en avion, une cure d’altitude mentale15

13Ces hommages appuyés ne doivent pas masquer que les épigones ne procurent pas tous une semblable « cure d’altitude mentale ». Les fruits ne passent pas toujours la promesse des fleurs. Y a-t-il même, au-delà de Maurras, des créations littéraires marquées du sceau du maurrassisme, exactement fidèles à une doctrine tôt fixée ? On se souvient qu’avant la guerre, le Maître de Martigues appelait avec d’autres non seulement à une nouvelle réforme intellectuelle et morale aussi bien que politique, mais aussi à une « renaissance classique » dont Moréas, constamment admiré, et l’école romane pouvaient présenter le modèle. Qu’en est-il dans les années vingt ?

  • 16 Henri Massis, Maurras et notre temps. Entretiens et souvenirs. Edition définitive augmentée de doc (...)

14Il faut, en outre, prendre en considération les divergences qui ont pu opposer notamment Léon Daudet et Maurras, en matière de références et de goût littéraire. Cet échange rapporté par Henri Massis raccompagnant Daudet en donne tout le sel : « je l’entends encore me dire, dans la nuit de la voiture, avec bonne humeur : Maurras, quelle tête politique ! Mais ses idées littéraires, ah ça, non ! » Et Massis d’ajouter : « Et comme j’allais lui répondre que toute la politique de Maurras est sortie de son esthétique, l’auto s’était arrêtée devant le 33 de la rue Saint-Guillaume16. »

15Les divergences repérées avec Daudet n’ont pas épargné les générations successives de maurrassiens. Ceux-ci n’ont pas vu dans le penseur martégal un chef d’école littéraire, même s’il reste un « maître » incontesté ainsi que l’avait constaté Louis Dimier. Ce dernier, dissident majeur de l’Action française, avait brossé de la relation de Maurras à la littérature un tableau acide :

« Il avait en fait de lettres des vues générales justes et quelquefois fécondes, mais presque pas de discernement des œuvres. Une profession d’admiration du grec servait à dissimuler cela, comme celle de la scolastique couvrait chez lui le défaut de philosophie. »

16Pour Dimier, les conséquences de cette situation sur la production littéraire de l’Action française auraient été particulièrement fâcheuses :

« Ce fonds d’insensibilité réelle en fait de lettres est, je crois, une des raisons qui, une fois le premier prestige passé, aura contribué davantage à retirer la jeunesse de l’Action française. Chez elle, elle fut en partie cause d’une stérilité poétique dont Maurras se plaignait parfois, comme d’une impuissance de notre action. »

17Dimier met donc en cause directement les vues esthétiques de Maurras et ce qu’il dénonce comme leurs œillères :

« Mais comment l’imagination, le goût, le sentiment auraient-ils pris l’essor sous la conduite d’un homme qui allait disant que, dans la guerre générale menée jadis par lui contre les poètes du temps, l’éloge de Moréas lui avait été un secours comme diversion à sa critique, comme lui tenant contenance, non de pamphlétaire mais de juge. De pareils égards tuent l’inspiration, ils sentent la chiourme intellectuelle, ils encourent l’aversion de tout ce qui chérit dans les lettres autre chose qu’un sentiment d’influence et une mainmise sur les esprits. »

  • 17 Louis Dimier, Vingt ans d’Action française et autres Souvenirs, Paris, Nouvelle Librairie National (...)

18Et Dimier de conclure sur un mode lapidaire : « Tous ces caractères feront comprendre comment Maurras, en possédant les aptitudes du maître, aura manqué de celles du chef17

  • 18 Ibid., p. 336.
  • 19 Pierre Drieu la Rochelle, Journal 1939-1945, 4 juin 1940, présenté et annoté par Julien Hervier, P (...)

19Le constat de Dimier date du milieu des années 1920 et prend en compte l’échec politique de l’Action française quant aux objectifs qu’elle s’était assignés : « Pratiquement, nos amis avaient cessé de croire au but ancien de l’Action française, à la restauration, encore plus au coup de force18 ». Néanmoins, aux lendemains immédiats du premier conflit mondial, l’Action française pense pouvoir nourrir, sur le plan politique, des espoirs et des ambitions qui sont loin d’être infondées. Pourtant, malgré son importance dans la vie de la France de cette époque, et même si les mots peuvent être des pistolets chargés, la littérature ne saurait se substituer à l’action politique. Elle peut même être génératrice d’illusions que dénoncent certains cadets de Maurras, formés à son école avant de s’en détacher. Ainsi, en 1940, Pierre Drieu la Rochelle dit-il de lui : « Il n’avait pas dépouillé l’écrivain et il enlisait ses partisans dans les charmes de sa spéculation sur le papier19

20Enfin, que représentent Maurras et l’Action française pour les écrivains, pour des contemporains « capitaux » français ou étrangers (Gide et la Nouvelle Revue française, Claudel, Mauriac, Bernanos, Pessoa…) ?

21Ce sont là quelques-unes des questions qui, évoquées lors de ce colloque scientifique, irriguent l’ensemble des contributions qui en composent les actes.

Notes

1 Michel Leymarie, Jacques Prévotat (dir.), L’Action française, culture, société, politique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2008 ; Olivier Dard, Michel Grunewald (dir.), Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras, Berne, PIE Peter Lang, 2009 ; Olivier Dard, Michel Leymarie, Neil McWilliam (dir.), Le maurrassisme et la culture. L’Action française, culture, société, politique III, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010.

2 Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann (dir), Maurice Barrès, La Lorraine, la France et l’étranger, Berne, PIE Peter Lang, 2011.

3 Cf. notamment Antoine Compagnon, « Maurras critique », Revue d’histoire littéraire de la France, 2005/3, vol. 105, p. 517-532.

4 On pense en particulier au cas de Drieu la Rochelle, récemment publié dans la collection de la Pléiade (no 578) : Pierre Drieu la Rochelle, Romans, récits, nouvelles, édition établie sous la direction de Jean-François Louette avec la collaboration d’Hélène Baty-Delalande, Julien Hervier, Nathalie Piégay-Gros, Paris, Gallimard, 2012. Il faut ajouter Jean-Baptiste Bruneau, Le « cas Drieu ». Drieu la Rochelle entre écriture et engagement. Débats, représentations et interprétations de 1917 à nos jours, Paris, Eurédit, 2011 ; Jacques Cantier, Pierre Drieu la Rochelle, Paris, Perrin, 2011.

5 Charles Maurras, Quand les Français ne s’aimaient pas. Chronique d’une renaissance 1895-1905, Préface de 1916, Paris, Nouvelle Librairie nationale, 1926, p. XIII.

6 L’Action française, 20 juillet 1919, repris dans Dictionnaire politique et critique, établi par les soins de Pierre Chardon, tome II, Paris, A la cité des Livres, 1932, p. 430-431 (entrée « lettres »).

7 Repris dans le Dictionnaire politique et critique, op. cit., p. 430.

8 Henri Massis, « Un débat sur la littérature et le catholicisme », la Revue universelle, t. XI, no 13, 1er octobre 1922, p. 104.

9 Réplique de Charles Maurras à Jules Bois, Le Figaro, 27 février 1907, citée par Pierre Boutang, Maurras. La destinée et l’œuvre, Paris, Plon, 1984, p. 261.

10 Albert Thibaudet, Trente ans de vie française, t. I, Les Idées de Charles Maurras, Paris, Gallimard, 1919, p. 208.

11 Id., « La Nouvelle Revue française », NRF, 1er décembre 1926, Réflexions sur la politique, édition établie par Antoine Compagnon, Robert Laffont, coll. Bouquins, p. 321.

12 Id., La République des Professeurs, [1927], rééd. Hachette Littératures, coll. Pluriel Histoire, préface de Michel Leymarie, 2006, p. 134.

13 Anatole France, « A Charles Maurras », in Le Chemin de Paradis, Mythes et fabliaux, Paris, Calmann-Lévy, 1895.

14 André Gide, L’Action Française, 21 déc. 1917 ; Bulletin des Amis d’André Gide, 55, p. 434.

15 Marcel Proust, « Un esprit et un génie innombrables : Léon Daudet », Nouveaux Mélanges, 1920, Essais et articles, in Contre Sainte-Beuve, précédé de Pastiches et mélanges, Paris, NRF Gallimard, édition établie par Pierre Clarac, 1971, p. 603.

16 Henri Massis, Maurras et notre temps. Entretiens et souvenirs. Edition définitive augmentée de documents inédits, Paris, Plon, 1961, p. 233. Les italiques figurent dans le texte original.

17 Louis Dimier, Vingt ans d’Action française et autres Souvenirs, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1926, p. 334-335.

18 Ibid., p. 336.

19 Pierre Drieu la Rochelle, Journal 1939-1945, 4 juin 1940, présenté et annoté par Julien Hervier, Paris, Gallimard, coll. « Témoins », 1992, p. 234.

Auteurs

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Lorraine et directeur du Centre de recherche universitaire lorrain d’histoire. Spécialiste d’histoire politique et notamment des droites radicales, il a récemment dirigé une série d’ouvrages sur ces objets parmi lesquels Charles Maurras et l’étranger. L’étranger et Charles Maurras. L’Action française. Culture, société, politique II, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Berne, PIE, Peter Lang, 2009 ; Le maurrassisme et la culture. L’Action française. Culture, société, politique III, études réunies par Olivier Dard, Michel Leymarie et Neil Mc William, PU du Septentrion, 2010 ; Jacques Bainville. Profils et réceptions, études réunies par Olivier Dard et Michel Grunewald, Berne, PIE Peter Lang, 2009 ; Georges Valois, itinéraire et réceptions, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Maurice Barrès, La Lorraine, La France et l’étranger, études réunies par Olivier Dard, Michel Grunewald, Michel Leymarie, Jean-Michel Wittmann, Berne, PIE Peter Lang, 2011 ; Le corporatisme dans l’aire francophone au XXe siècle, études réunies par Olivier Dard, Berne, PIE Peter Lang, 2011.

Maître de conférences habilité à l’Université Charles-de-Gaulle Lille 3 (UMR 8569), Michel Leymarie est notamment l’auteur de Les intellectuels et la politique en France (PUF, coll. Que sais-je ?, 2001) et d’Albert Thibaudet, « l’outsider du dedans » (PU du Septentrion, 2006). Il a dirigé, avec Jean-Yves Mollier et Jacqueline Pluet-Despatins, La Belle Époque des revues 1880-1914 (IMEC, 2002), avec Jean-François Sirinelli, L’histoire des intellectuels aujourd’hui (PUF, 2003), présenté avec Michela Passini la réédition de La grande pitié des églises de France de Maurice Barrès (PU du Septentrion, 2012).
Il a en outre codirigé un cycle de colloques sur L’Action française. Culture, société, politique et sur Maurice Barrès (PU du Septentrion et Peter Lang, 2008-2012).

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search