Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Circulations policières

 | 
Catherine Denys

IIe partie. Rejets et échecs

« Être tout pour tous » : Le Bobby anglais au cœur des débats sur les réformes policières en Allemagne, 1848-1914

Anja Johansen

Texte intégral

1Tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle, l’Allemagne est agitée par un débat permanent sur la question du type de police dont a besoin le pays, et nulle part il ne sera plus vif qu’en Prusse, à propos de la police d’État, la Schutzmannschaft, dont la juridiction comprend alors Berlin et un nombre croissant de grandes cités prussiennes.

  • 1 Alf Lüdtke, « Gemeinwohl », Polizei und « Festungspraxis » : Staatsliche Gewaltsamkeit und innere V (...)
  • 2 En 1913 encore, le manuel de Bartels, distribué aux nouvelles recrues, insiste sur l’importance du (...)

2Ces discussions vives autour de la Schutzmannschaft berlinoise peuvent, en dernière analyse, se ramener à une concurrence entre deux modèles. Durant la période réactionnaire du début des années 1850, la Schutzmannschaft se développe dans l’esprit de la gendarmerie prussienne – moyennant certains ajustements au contexte urbain, et à ceci près qu’elle dépend du ministère de l’Intérieur et non pas du ministère de la Guerre1. Ses partisans vantent une approche paternaliste, fondée sur des valeurs « allemandes », voire « prussiennes » – dévouement total au roi et à l’État, honnêteté incorruptible dans la tâche de maintien de l’ordre et de la loi. Si la Schutzmannschaft, d’après Avé-Lallemant, n’atteindra jamais tout à fait cet idéal, on attend tout de même clairement des autorités qu’elles travaillent dans cette direction. Dans le même esprit, les conservateurs, thuriféraires du modèle « prussien », soutiennent que la question de la discipline et de l’exemplarité du comportement des Schutzmänner est avant tout d’ordre moral : il suffit que les hommes soient imprégnés des vraies « valeurs prussiennes » pour circonvenir d’emblée les errements et mauvaises pratiques2.

  • 3 Albrecht Funk, « Die Entstehung der modernen Polizei in Preussen 1870-1890 : Bezugspunkte einer his (...)
  • 4 Clive Emsley, The English police : a political and social history, London, Longman, (2e éd.) 1996, (...)

3Les Libéraux, quant à eux, préconisent une réforme s’inspirant de la Police Métropolitaine de Londres, suggestion qui fait irruption dans l’arène politique en 1848, lorsque se constitue la Schutzmannschaft de Berlin3. Ils entendent remplacer la gendarmerie, les milices de citoyens et autres patrouilles militaires par une police civile, sous le contrôle des assemblées élues, auxquelles elle devra rendre des comptes. Suite à la réaffirmation du pouvoir des conservateurs, cette revendication de réforme sur le « modèle anglais » resurgit à l’occasion de l’Exposition universelle de 1851 : les observateurs allemands, comme de nombreux étrangers, sont impressionnés par la parfaite urbanité des policiers londoniens, qui gèrent la foule en douceur et répondent poliment aux questions du public4. L’exemple anglais aura son importance, démontrant qu’il est possible de maintenir l’ordre dans une grande ville sans recourir face au public à des démonstrations d’autorité dans le style cher aux militaires.

  • 5 Albrecht Funk, Polizei und Rechtsstaat : Die Entwicklung des staatslichen Gewaltsmonopols in Preuße (...)
  • 6 Friedrich Christian Avé-Lallemant, Die Krisis der deutschen Polizei, Leipzig, Brodhaus, 1861, p. 1- (...)

4À ce stade, la Schutzmannschaft s’était déjà fait une triste réputation chez les libéraux et dans l’opposition de gauche ; pourtant, durant toutes les années 1850, cette force reste acceptée – et même louée – par les tenants de l’ordre moral, qui y voient un rempart pour les protéger de la vindicte populaire et des assauts contre la propriété privée. Il faudra attendre 1859 et les révélations de corruption et de malversations rampantes au sein de la Schutzmannschaft, dirigée alors par le Polizeipräsident (Préfet de police) Hinkeldey, pour voir son prestige sérieusement entamé. C’est alors un coup sévère porté à la crédibilité de ce corps censé incarner les « vertus prussiennes » d’honnêteté et d’incorruptibilité qui fondent sa légitimité. Dès lors, celle-ci est entamée non seulement auprès de ses détracteurs de gauche, mais aussi chez les plus farouches conservateurs qui, s’ils tolèrent volontiers les comportements violents envers l’opposition et une certaine rudesse vis-à-vis du public, estiment que la corruption est incompatible avec l’exercice de lʹautorité5. Pourtant, loin de considérer le fonctionnement de cette institution comme responsable du problème, le criminologue Friedrich Christian Avé-Lallemant estime que c’est lʹinfluence étrangère, et notamment française, qui est à blâmer. En conséquence, la solution n’est pas institutionnelle mais bien morale : il s’agit de renforcer les bonnes vieilles valeurs germano-prussiennes6.

  • 7 A. Funk, art. cit., p. 59 ; Ibidem, op. cit., p. 103.
  • 8 A. Lüdtke, op. cit., p. 69-70.

5En dehors des apologistes qui n’envisagent le mal et sa solution qu’en termes exclusivement moraux, d’autres admettent qu’un renouveau de l’ordre moral ne suffira pas et que la source du problème réside dans la concentration des pouvoirs et l’absence d’une autorité de contrôle des fonctionnaires détenteurs de l’autorité. L’un des projets de réforme, avancé en 1862 par le préfet Winter, propose non seulement la démilitarisation de la Schutzmannschaft, mais encore une toute nouvelle conception de cette force comme un service public assurant une médiation entre les autorités et les citoyens7. Les appels à la réforme sur le modèle anglais se constituent en marge d’un débat judiciaire et constitutionnel plus large portant sur les pouvoirs de la police et la relation entre la police et le judiciaire, débat qui se poursuivra jusqu’à la fin du XIXe siècle8. C’est également au cours des années 1860 que les fonctionnaires et juristes de Prusse et d’Allemagne imposeront progressivement le concept d’État de droit (Rechtsstaat) malgré l’opposition des forces conservatrices, pour qui il est inconcevable que l’État puisse s’engager à borner sa liberté d’action par une législation quelconque.

 

6Aucune des deux tendances ne trouve grâce aux yeux de la Schutzmannschaft, institution militaire dans l’âme, fondée sur une autorité paternaliste qui se place au-dessus des lois et n’a ni comptes à rendre, ni obligation envers le public. Durant les années 1860 et 1870, le processus d’unification et la panique suscitée par la montée du socialisme – notamment après la Commune, les émeutes de 1872 à Berlin (Blumenstrassenkrawall) et la formation, en 1875, d’un Parti socialiste ouvrier unifié qui allait devenir le Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD) – ne permettent pas aux voix les plus critiques de se faire entendre. Mais dans les années 1890, on parle à nouveau plus que jamais de réformer la Schutzmannschaft en s’inspirant du modèle anglais.

Schutzmann ou Bobby ? Le débat allemand sur la réforme des pratiques policières

  • 9 Heinrich Eiben, Polizei-Taschen-Lexicon : Sammlung von Reichs-und Landesgesetzen nebst Ausführungs- (...)

7Le voyageur parcourant l’Allemagne guillaumienne ne peut manquer de noter qu’en dépit de sa taille, Berlin est à l’époque une des villes les plus sûres pour les étrangers, avec des taux de criminalité nettement inférieurs à ceux des grandes cités européennes et américaines, et un policier à tous les coins de rue9. Quand on évoque les relations entre les policiers et le public, il faut toujours garder à l’esprit que cette force conserve alors une excellente réputation auprès des fonctionnaires prussiens et des citoyens monarchistes (Kaisertreue, littéralement « fidèles à l’empereur »), lesquels vantent avec fierté la discipline et l’efficacité de leur Schutzmannschaft.

  • 10 Anonyme‚ « Polizei und Publikum », Die Polizei, 1914, vol. 11, no 15, p. 145.
  • 11 Iohannes Segger, Executiv-Polizei und Publikum. Ein Wort zur Klärung und gegenseitigen Würdigung, H (...)
  • 12 A. Funk, op. cit., p. 286 ; voir aussi Jessen sur l’augmentation réelle ou perçue des mauvaises pra (...)

8D’un autre côté, durant toute la seconde moitié du XIXe siècle, le Schutzmann est craint et vilipendé au point qu’un observateur compatissant parlera de « profession la mieux haïe »10. Même dans la frange monarchiste de la population, ou parmi les officiers de police, hauts fonctionnaires et ministres – qui balaient d’un revers de main les accusations de brutalité policière « follement exagérées » des sociaux-démocrates – les commentateurs concèdent que l’attitude des policiers prussiens envers le public n’est pas exempte d’une certaine rudesse et pas aussi courtoise qu’on serait en droit de l’attendre11. Or, dans les années 1890, ces critiques – qui sont le lot de toute force de police – montent en puissance, formant un véritable déluge impossible à ignorer12.

  • 13 Philipp Müller, Auf der Suche nach dem Täter : Die öffentliche Dramatisierung von Verbrechen im Ber (...)

9Que s’est-il donc passé pour que cette vague de récriminations prenne une telle ampleur dans les années 1890 ? L’élément le plus évident est purement et simplement la quantité d’information disponible sur les exactions policières. Les incidents isolés font l’objet d’enquêtes journalistiques de plus en plus poussées, avec un retentissement d’autant plus considérable que la presse est très lue. Les grandes administrations – suivant en cela l’exemple du Kaiser, très attentif à son reflet médiatique – se préoccupent de plus en plus de cultiver leur image auprès du public. C’est ainsi que la police, imitée par plusieurs institutions gouvernementales, finit par se doter d’un service de presse13.

10Cette préoccupation accrue pour les questions d’image est évidemment à replacer dans le contexte politique et social plus ouvert de l’Allemagne des années 1888-1890 : un nouveau Kaiser, le départ de Bismarck, l’accès au pouvoir d’une nouvelle génération, le Neue Kurs et la libéralisation des lois sur la presse. En outre, la grande grève des mineurs, qui a suscité d’importantes interventions militaires, est suivie de plusieurs tentatives sérieuses d’expansion des forces de police civile. Il convient d’ajouter que la légalisation du parti social-démocrate suscite des craintes très réelles de révolution : chacun cherche donc à séduire autant que faire se peut les ouvriers, de façon à les éloigner de la social-démocratie.

  • 14 Jean-Marc Berlière, « Images de policiers : deux siècles de fantasmes ? », Jahrbuch für Verwaltungs (...)
  • 15 Voir notamment Curt von Massow, Reform oder Revolution, Berlin, Otto Liebmann, 1894, p. 265.

11Mais c’est aussi l’obsession allemande de la popularité de la Schutzmannschaft qu’il faut inscrire dans une tendance plus large. C’est en effet à la même période que Lépine se lance dans une réforme en profondeur de la police parisienne, avec l’objectif avoué de faire aimer la police par la population. Lépine est d’avis qu’une force de police détestée du public est plus fragile et moins efficace14. De même, c’est dans un contexte de tension sociale que le comportement de la Schutzmannschaft envers la population en général et envers les ouvriers en particulier finit par être considéré, même chez les plus ardents défenseurs de la police, comme contre-productif et, en dernière analyse, dangereux pour la stabilité sociale15. Compte tenu des difficultés du travail policier dans les grandes conurbations modernes et des exigences croissantes en matière de lutte contre la criminalité et de maintien de l’ordre, les réformateurs n’ignorent pas les avantages – disons même le besoin – d’une coopération de la population en général. Répression et force brute sont insuffisantes pour assumer les missions de plus en plus nombreuses de la police moderne.

  • 16 R. Jessen, op. cit., p. 170.
  • 17 R. Jessen, op. cit., p. 179-180.

12Parallèlement, les attentes de la population envers sa police évoluent, sur le plan du comportement en particulier. Le déluge de plaintes contre la Schutzmannschaft prussienne, à partir des années 1890, reflète une intolérance croissante envers la violence et l’arbitraire policier. Le concept de Rechtsstaat (État de droit), qui s’est répandu et imposé au sein de la population, se voit bientôt complété par la notion de Rechtsbewusstsein : le citoyen est « conscient de ses droits » – l’expression fait florès dans les plaintes adressées à l’administration. Il appartient donc aux autorités de s’adapter à ces exigences nouvelles. Par ailleurs, au cours de ces mêmes années 1890, la Schutzmannschaft souffrira de plus en plus de ce que Jessen décrit comme une double crise de légitimité et d’autorité16 : alors même que le prestige professionnel et le statut social de la Schutzmannschaft déclinent à vue d’œil, ses pouvoirs et devoirs d’interférence et de régulation dans l’espace public explosent littéralement. Dans le même temps, l’État qui lui confère ces pouvoirs voit sa légitimité remise en cause politiquement et doit lutter pour la restaurer, notamment auprès des ouvriers17.

 

  • 18 I. Segger, op. cit., p. 33-34 & p. 38-40 ; R. Lemke, op. cit, p. 209-211.
  • 19 Alf Lüdtke & Thomas Erwig-Drüppel, « “Das Subjekt. Das Objekt” Polizisten und andere Amtspersonen i (...)
  • 20 R. Jessen, op. cit., p. 180-183.

13C’est dans ce contexte que les appels à une réforme s’inspirant de la police anglaise refont surface dans l’arène publique allemande. Si les réformateurs de la police prussienne sont séduits par le modèle britannique, ce n’est pas seulement parce qu’il semble promettre une meilleure coopération de la population18, mais aussi parce que le Bobby anglais semble inspirer plus de respect (et donc jouir d’une plus grande autorité) que le Schutzmann prussien – il est à coup sûr moins tourné en ridicule par la population19. Or, si la coopération populaire est considérée comme un gage d’efficacité accrue du maintien de l’ordre au quotidien, les observateurs allemands perçoivent aussi, à juste titre, la police anglaise comme plus légitime aux yeux du grand public – et c’est précisément là que le bât blesse le plus douloureusement pour la Schutzmannschaft20.

  • 21 Otte Gerland, Der Polizei-Dienst bei städtischen Polizei-Verwaltung in Preußen, Berlin, Hermann, 18 (...)

14Alors qu’y a-t-il dans le modèle anglais pour séduire les réformateurs allemands ? À gauche, on l’apprécie parce qu’il est apolitique, au service du public, composé de personnels sans armes, qui ne sont pas militaires. Toutefois, l’interprétation diffère. Là où les plus libéraux insistent sur la vocation de la Schutzmannschaft à « servir le public » au lieu de servir l’État « contre le public », les conservateurs soutiennent qu’elle est déjà apolitique, et que ce sont les sociaux-démocrates qui politisent à tort les questions sécuritaires21. Selon ces derniers, mettre à exécution la volonté de l’État est un acte par définition neutre politiquement, et l’on ne saurait opposer le service de l’État au service public.

15Les aspects militaires de l’organisation de la Schutzmannschaft (recrutement, organigramme, uniformes, culture) font l’objet de débats houleux, tant il est vrai que même du côté conservateur, d’aucuns admettent sans ambages que certains éléments militaires de la Schutzmannschaft s’avèrent contre-productifs en termes de maintien de l’ordre civil. En particulier, la figure emblématique de l’ancien sous-officier de carrière de l’armée prussienne doit être en partie remplacée par des recrues fiables, issues du milieu rural ou de la classe ouvrière, dont on espère qu’ils inciteront les ouvriers et les franges loyalistes (Kaisertreue) des populations modestes à mieux coopérer. D’un autre côté, nulle part je n’ai rencontré l’idée que la Schutzmannschaft devrait renoncer à ses armes et le projet de la transformer en une force sans arme ne semble pas à l’ordre du jour.

  • 22 R. Lemke, op. cit, p. 207 ; L. Bartels, op. cit, p. 10-14.

16Au lieu de cela, les réformateurs des deux bords préfèrent mettre l’accent sur la formation : il faut apprendre au Schutzmann à se montrer plus poli, plus civil, plus avenant. On considère qu’il s’agit là d’une question de formation professionnelle pour les plus frustes, mais aussi et avant tout d’un effort pour les civiliser22. La société ressent particulièrement le besoin d’un policier averti des subtilités de l’ordre social, qui connaît sa place, notamment en relation avec ceux qui lui sont supérieurs dans cette échelle, et qui ne fait pas passer son dédain militaire pour les civils avant son devoir de policier.

17Mais dans cette tentative de transfert du modèle anglais au contexte allemand, le nœud du problème tient à la sélectivité des réformateurs allemands, lesquels n’acceptent pas l’idée d’un modèle anglais bâti sur une conception totalement différente des relations de pouvoir entre la puissance publique et la population.

Un écueil majeur : les devoirs du Schutzmann diffèrent de ceux du Bobby

  • 23 I. Segger, op. cit., p. 40 ; H. Eiben, op. cit., p. v-viii ; L. Bartels, op. cit, p. 11.
  • 24 Règlement de la Direction de la Police Royale de Königsberg, 28 juin 1887, Art. 1.
  • 25 O. Gerland, op. cit., page de titre.
  • 26 H. Eiben, op. cit., p. v-viii.
  • 27 I. Segger, op. cit., p. 40.

18Le premier problème survient dès lors qu’une exigence de politesse et de service public est imposée au Schutzmann. Dans la police prussienne, la plupart des manuels et circulaires appellent les fonctionnaires à aborder le public poliment, avec courtoisie, sans irritation ni mesquinerie d’aucune sorte ; d’ailleurs, Segger note qu’il n’a jamais rencontré d’instructions policières qui ne mettent l’accent sur la nécessité de traiter le public avec respect et courtoisie23. Le règlement intérieur de la police de Königsberg, dans sa version de 1887 qui apparaît comme le texte clé en la matière pour cette période, précise qu’« envers le public, le Schutzmann doit toujours se montrer poli et prêt à servir »24. De la même manière, Gerland note sur la page de garde de son ouvrage sur le service policier dans les villes prussiennes que « l’officier de police doit toujours garder à l’esprit qu’il a pour vocation de défendre le public »25 ; Eiben, dans son introduction, insiste sur l’importance du service public et l’adhésion rigoureuse à la lettre de la loi26 ; et Segger précise que toutes les dispositions réglementaires appellent le policier à se montrer ferme mais calme, détaché, poli, humble, amical et disponible27.

  • 28 R. Lemke, op. cit., p. 196 ; Thielemann, « Polizei und Publikum », Die Polizei, 1907, J.-G. 4, no 8 (...)

19On voit par là que les incitations à la politesse et à la courtoisie envers le public n’ont jamais manqué au sein de la Schutzmannschaft – en vain, comme l’admettent les réformateurs eux-mêmes28. On est donc en droit de demander ce qui n’a pas fonctionné ? Naturellement, rien n’est plus simple que d’ignorer les incitations à la politesse au sein d’un organisme aux schémas comportementaux enracinés depuis longtemps. Il n’en reste pas moins que certains problèmes systémiques et conceptuels font – et c’est compréhensible – de la question de la politesse une priorité tout à fait mineure pour les Schutzmänner prussiens dans leurs interactions quotidiennes avec le public.

 

20L’un des problèmes sous-jacents qui s’opposent au changement d’attitude du Schutzmann envers le public, repose en fait sur le concept de « public » lui-même, tel qu’il apparaît dans les instructions prussiennes – et qui est tout simplement incompatible avec la notion anglaise. En premier lieu, il faut d’ailleurs se pencher sur la présentation de concept tel que le « citoyen » et « le public » dans la littérature policière administrative – circulaires, manuels, instructions –, ces textes étant avant tout destinés à souligner l’étendue des pouvoirs et de l’autorité des policiers.

  • 29 Gestezt zum Schutz der persönlichen Freiheit du 24 septembre 1848 et révision du 12 février 1850, A (...)
  • 30 Règlement de la Direction de la Police Royale de Königsberg, 28 juin 1887, Art. 1 ; O. Gerland, op. (...)
  • 31 Seul le Règlement de Königsberg contient en annexe les paragaphes définissant juridiquement les pri (...)

21Dans les années 1890, la loi allemande, mais aussi prussienne, a d’ores et déjà établi un certain nombre de droits et de libertés civiles29. Pourtant, dans les manuels et instructions, le concept de « citoyen » (Bürger) définit avant tout quelqu’un qui a besoin de protection, et non pas quelqu’un qui a des droits30. Lorsque d’aventure les droits du citoyen sont mentionnés, c’est tout au plus comme une arrière-pensée. De même, si le règlement s’étend largement sur les prérogatives du policier, précise les conditions des emprisonnements, arrestations, perquisitions, et encadre l’usage de l’arme de service, en revanche, le paragraphe exigeant du Schutzmann une certaine modération dans sa conduite et le respect des droits du citoyen, là encore, semble accessoire – lorsqu’il existe31.

22D’autre part, la définition même du « public » ne va pas sans poser problème. En premier lieu, l’idée de « service public » se limite à certains aspects bien précis du devoir du policier, comme indiquer leur chemin aux personnes qui le demandent ou aider les vieilles dames à traverser. Seulement, si le Schutzmann sert le public, c’est dans le cadre de son devoir – maintenir l’ordre et s’assurer du respect des lois au nom du roi et de l’État –, et non pas pour servir le public en soi. De même, « le public » est une entité qui réclame protection au nom de la loi et de l’ordre – non pas en tant que service rendu au public. Au bout du compte, en aucune manière le Schutzmann n’a de comptes à rendre au public.

  • 32 I. Segger, op. cit., p. 32 ; H. Eiben, op. cit., p. v-vi ; R. Lemke, op. cit., p. 209-211.

23Deuxièmement, le public (Publikum) ne se compose que du Bürger respectueux des lois. Celui qui enfreint la loi – ou même celui qui pourrait le faire, voire celui qui en est suspecté – ne fait pas partie, conceptuellement parlant, du Publikum. Et pourtant, même ce Publikum respectueux des lois se compose d’individus égoïstes qui trouveraient tout naturel de privilégier leur intérêt privé au détriment du bien commun. Il est donc du devoir du policier d’empêcher, dans la mesure du possible, la poursuite d’intérêts individuels susceptibles d’interférer en quoi que ce soit avec le bon fonctionnement de l’espace public32. Contrairement à la conception anglaise qui considère la poursuite de l’intérêt individuel comme légitime, et même comme un droit civique élémentaire tant qu’aucune nuisance n’est établie envers autrui, les réglementations allemandes partent du principe que l’intérêt individuel est un « obstacle » potentiel à la réalisation du bien commun.

  • 33 I. Segger, op. cit., p. 32 & 36.
  • 34 I. Segger, op. cit., p. 37.

24Cette conception du Publikum comme uniquement composé des membres du public respectueux de la loi pose problème au regard de la notion de délinquant. Compte tenu des innombrables ordonnances et réglementations locales, l’Allemand moyen ne peut éviter, au cours de ses activités normales, d’en violer certaines, y compris à son insu. Dès lors qu’une personne enfreint une loi, elle passe de la catégorie de citoyen en règle – pour qui la protection est un droit – à celle du délinquant à traiter le plus durement possible, de manière à le dissuader de recommencer, mais aussi pour faire un exemple. C’est ainsi que tout un chacun peut à tout moment glisser de la catégorie de « bon citoyen » digne de la protection de la loi à celle de délinquant réel ou potentiel constituant un obstacle à l’autorité du policier ou une menace à l’ordre public. Par extension, tout membre du public est considéré à titre individuel, dans les instructions policières, comme un délinquant potentiel, partant du principe que tout individu est naturellement enclin à enfreindre la loi si son intérêt privé en dépend. Il en découle que tout un chacun est à tout moment un hors-la-loi en puissance auquel il faut s’opposer33. La population problématique n’est donc pas uniquement composée des catégories habituelles – pauvres, marginaux, classe ouvrière –, mais aussi des citoyens les plus respectables, dans la mesure où ils poursuivent des intérêts qui entrent en conflit avec le « bien commun », tel que défini par la police34.

  • 35 Clive Emsley, « Control and Legitimacy : The Police in Comparative Perspective since circa 1800 », (...)
  • 36 A. Lüdtke, op. cit., p. 79-82 ; A. Funk, op. cit., p. 284.

25Il faut également relever la conception divergente des missions de prévention de la police en Angleterre et en Prusse. Le concept anglais repose sur l’idée que la seule présence du policeman suffira à dissuader les malveillants de s’adonner à leurs mauvais penchants, au moins sous son nez35. Mais durant la première moitié du XIXe siècle, la pensée administrative prussienne a développé une autre interprétation, celle de l’interférence active du policier avec toute action susceptible de déboucher sur une quelconque violation de la loi36. En conséquence, le Schutzmann a non seulement pour instruction de considérer tout un chacun comme un délinquant potentiel, mais encore d’intervenir activement contre tout acte de délinquance potentiel.

  • 37 Parliamentary Papers 1830/515, June 1st 1830: A Return of all General Orders, issued by the Magistr (...)
  • 38 H. Eiben, op. cit., p. viii ; également O. Gerland, op. cit, Article 21 et R. Lemke, op. cit., p. 1 (...)
  • 39 A. Funk, op. cit., p. 278.
  • 40 Geheimes Staatsarchiv (GstA), Berlin, H. A. 1, Rep. 77, CB S 48 Vols. 3 & 4. Les Archives Secrètes (...)
  • 41 Raymond Fosdick, European Police Systems, Monclair, Patterson Smith, 1969 (1re éd. 1915), p. 34-35.

26Le concept est d’autant plus envahissant que le Schutzmann a pour obligation professionnelle de faire respecter rigoureusement tous les lois et règlements. Là où l’approche anglaise encourage le policier à ne pas interférer à tout propos, lui laissant à titre individuel une certaine latitude dans l’application des lois37, le Schutzmann est tenu d’intervenir au moindre écart. La conception prussienne de la prévention est donc infiniment plus développée, puisque le policier a pour instruction d’empêcher tout écart en intervenant contre les membres du public avant même l’infraction. On considère qu’il est préférable d’infliger paternellement un avertissement (Belehrung) avant toute transgression, plutôt que de dresser procès-verbal et procéder à une arrestation a posteriori38. Ainsi que l’observe Funk, les règlements prussiens s’articulent autour du concept de « suspects » (Verdächtigen) et non pas de « délinquants » ou « criminels » (Verbrecher), et considèrent la « suspicion » comme un motif suffisant de perquisition et même d’arrestation39. Compte tenu de l’infinie profusion des réglementations en tout genre, même les membres les plus respectables de la classe moyenne doivent subir les conséquences de ce micro-management qui concerne alors, en plus de l’espace public, un grand nombre d’activités se déroulant dans les habitations privées, mais réglementées par la loi40. Comme n’a pas manqué de le relever Fosdick en 1911, c’était ouvrir en grand la porte à l’arbitraire41.

 

  • 42 A. Lüdtke, « Polizeiverständnis… », art. cit., p. 320.
  • 43 Theodor von Brand, Volks-, Noth- und Hülfsbüchlein für Jedermann, Glogan Saxony, 1838, p. 502.
  • 44 Circulaire du 22 juin 1898 (citée par A. Funk, op. cit., note 703).

27Enfin, l’un des éléments centraux du modèle anglais est le concept de modération dans l’usage de la force. L’idée de proportionner l’usage de la force à l’objectif recherché n’est pas entièrement absente des instructions prussiennes, qui évoquent la notion de Mäßigkeit. Dès les premières versions, dans les années 1830, on encourage les policiers à éviter l’usage de la force chaque fois que l’objectif peut être atteint par la simple persuasion42. Ou, comme le formule von Brand en 1838, « Humanität mit Strenge zu paren » et n’utiliser que la force absolument nécessaire pour faire respecter la loi et maintenir l’ordre – ceci à une époque où le châtiment physique constitue encore une prérogative policière légale43. Tout au long de la seconde moitié du XIXe siècle, on retrouve fréquemment de la part des autorités cette incitation paternaliste à éviter toute violence inutile, et tous les règlements de la période 1890-1919 appellent à une approche polie et mesurée du public. Dans la même veine, en 1898, les instructions du ministère de l’Intérieur précisent que l’usage des armes est à réserver aux cas où les autres moyens de coercition se sont avérés infructueux44.

  • 45 Government Papers 1830 :/515 Return of Numbers of Metropolitan Police ; Numbers of Divisions in Met (...)
  • 46 GStA, H. A. 1, Rep. 77, Titel 1190, Nr 2, Vol. 2 « Organisation der Schutzmannschaften und die Verh (...)

28Pour autant, les instructions exigent avant toute chose que, même face à une opposition tout à fait mineure, la démonstration de force soit écrasante, ce qui naturellement prend le pas sur les appels à la modération. Le concept de réaction mesurée se limite aux cas où il n’y a pas de réel conflit. Dès lors qu’existe une véritable opposition, qu’elle soit physique ou verbale, le Schutzmann doit faire comprendre très clairement au public qu’aucune opposition, aucune remise en cause de son autorité ne saurait être tolérée. C’est exactement l’inverse des instructions que reçoit le policier anglais, que l’on encourage régulièrement à ne pas réagir aux provocations, à garder son calme et à faire un usage de la force correspondant précisément aux nécessités du maintien de l’ordre45. De même, là où le policeman ne doit s’autoriser qu’un usage de la violence proportionné à la situation, le Schutzmann est tenu à une démonstration de force disproportionnée : plutôt le tranchant de la lame que le dos, et plutôt l’arme à feu que l’arme blanche, de telle sorte que la population ne doute pas un instant que tout affront à un Schutzmann est un affront à l’autorité de l’État et donnera lieu à une réplique écrasante46.

 

29L’attitude arrogante et agressive des Schutzmänner prussiens envers le public trouve bien en grande partie sa source dans les instructions qu’ils reçoivent et dans la définition même des concepts clés définissant le devoir du policier et son attitude envers le public.

Coopération et légitimité versus contrôle et ridicule

  • 47 I. Segger, op. cit., p. 33-34 ; R. Lemke, op. cit., p. 209-211.

30Pour les réformateurs prussiens d’obédience conservatrice comme Segger et Lemke, passablement frustrés par la tournure des événements, le doute n’est pas permis : si les relations entre la Schutzmannschaft et le public ne s’améliorent pas, si la population allemande ne réagit pas de manière aussi positive que la population anglaise à l’action de ses policiers, la responsabilité en incombe naturellement à la population allemande ! Indisciplinés, égoïstes, les Allemands doivent faire un effort pour ressembler aux Anglais47.

  • 48 Clive Emsley, « The English Bobby : An Indulgent Tradition », dans Roy Porter (ed.), Myths of the E (...)

31Bien entendu, même en Angleterre, le « modèle anglais » reste dans une certaine mesure un idéal vers lequel on essaie de tendre, il ne reflète pas vraiment la réalité des relations entre les policiers et le public48. Certains traits caractéristiques du comportement des policiers, tel que décrit par les autorités anglaises, sont de l’ordre du vœu pieux, du moins en ce qui concerne les interactions avec les couches les plus populaires de la société.

32Pourtant, à un niveau tout à fait fondamental, le modèle anglais était difficilement transposable à Berlin, tant il est vrai que certaines conceptions anglaises du travail policier sont incompatibles avec un grand nombre de notions tout à fait essentielles pour la police prussienne. Il s’ensuit que l’application du modèle anglais au contexte germano-prussien aurait exigé bien plus que quelques changements institutionnels en matière de transparence et de contrôle. Certes, la légitimité des forces de police prussiennes aurait eu tout à gagner à adopter certaines dispositions anglaises, notamment donc en termes de transparence et de contrôle par les élus et les magistrats, de manière à lutter contre l’idée, largement répandue dans le public, que les Schutzmänner étaient franchement au-dessus des lois.

33Seulement, la mise en œuvre du modèle anglais au sein des forces Prussiennes aurait exigé de repenser totalement la logique des structures de pouvoir entre la police comme autorité de l’État et les citoyens à titre individuel. Sélectionner certains aspects isolés du modèle anglais – dé-militarisation du recrutement et de la formation, travail sur la politesse, introduction de la notion de « service public » en plus des nombreuses tâches de la Schutzmannschaft – ne suffisait pas.

  • 49 A. Funk, op. cit., p. 90-91 ; A. Hall, op. cit., p. 89-112.

34Si les réformateurs prussiens tentent bien d’améliorer la coopération du public et de renforcer la légitimité et le respect pour le Schutzmann chez les Allemands, ils passent à côté de la logique profonde qui préside à la notion d’acceptation de l’autorité par le public, le « policing by consent ». Dans ce cadre, l’exercice du pouvoir s’inscrit dans une négociation permanente avec la population, portant sur les limites du pouvoir policier, sur son étendue et sur le droit à l’interférence. Les autorités prussiennes, quant à elles, ne comprennent que la coercition. Si les notions de consentement et de coopération apparaissent dans les écrits prussiens, c’est dans le sens où la population « doit » en faire preuve, de la même manière que les Schutzmänner « doivent », en hommes d’honneur, se garder de la corruption sur la seule base de leur sens du devoir. Refusant de repenser les prémices élémentaires des relations de pouvoir, les autorités de police prussiennes adoptent une approche uniquement moralisatrice excluant tout mécanisme institutionnel allant dans la direction de la transparence, de la responsabilité et du contrôle. Or, la multiplication des scandales liés à une corruption policière endémique49 a clairement montré que toute tentative de réguler le comportement des policiers sur la base de la moralité, de l’honneur et des « valeurs prussiennes » était vouée à l’échec.

35Ce que les autorités de police prussiennes n’ont pas compris, c’est en particulier le fait que le modèle anglais repose sur une gestion attentive de l’équilibre et de la négociation – avec le public – des limites du pouvoir policier. L’introduction même des forces de police en Angleterre ayant prêté à controverse en son temps, il fallait que ces forces apparaissent comme réactives et comptables de leurs actes devant la population. De fait, les autorités policières ont développé toute une panoplie d’attitudes permettant de donner à penser qu’elles réagissent, voire cèdent du terrain, perdent, renoncent – tout en gardant le contrôle des événements. Les autorités prussiennes n’ont jamais envisagé la méthode douce consistant à gagner en ayant l’air de perdre, et n’ont jamais imaginé renoncer aux vieilles méthodes, brutales mais « sûres ».

36De même, il ne fut jamais question de reconsidérer lʹimportance accordée à l’idée de ne jamais perdre la face, de ne jamais reculer. Ce fut toujours un des points faibles de la police prussienne, car bien souvent, la nécessité de ne pas perdre la face les plaçait moralement dans une position intenable, quand elle ne les faisait pas passer pour stupides. Non seulement les autorités prussiennes voulaient garder le contrôle, mais elles entendaient s’assurer que le public savait – ne pouvait douter une seconde – que c’était le cas. Au lieu d’une approche fondée sur la négociation, qui aurait renforcé la légitimité de l’action policière en paraissant soucieuse des attentes des citoyens, la volonté farouche de ne jamais perdre la face n’a fait qu’entamer la légitimité de la Schutzmannschaft et la rendre plus vulnérable au ridicule dans certaines situations, inévitables, où le comportement outrancier du policier ne pouvait échapper à personne.

Notes

1 Alf Lüdtke, « Gemeinwohl », Polizei und « Festungspraxis » : Staatsliche Gewaltsamkeit und innere Verwaltung in Preussen, 1815-1850, Göttingen, Vandenhoeck & Rupreckt, 1982, p. 193.

2 En 1913 encore, le manuel de Bartels, distribué aux nouvelles recrues, insiste sur l’importance du serment de bonne conduite du policier et avertit que toute rupture de ce serment constitue une atteinte à l’honneur (ehrlos). Ludwig Bartels, Polizeilehrbuch, Berlin, Carl Hermann, 1913, p. 11.

3 Albrecht Funk, « Die Entstehung der modernen Polizei in Preussen 1870-1890 : Bezugspunkte einer historischen Polizeianalyse », dans Herbert Reinke (ed.), « Nur für die Sicherheit da... ? » Zur Geschichte der Polizei im 19. und 20. Jahrhundert, Frankfurt aM., Campus, 1993, p. 56-72.

4 Clive Emsley, The English police : a political and social history, London, Longman, (2e éd.) 1996, p. 259 ; Rudolf Gneist, Das Englische Verwaltungsrecht der Gegenwart in Vergleichung mit den Deutschen Verwaltungssystem, Berlin, Julius Springer, (3e éd.) 1884, Bd. 1 p. 252-272 & 276 ; Bd. 2 p. 804-834.

5 Albrecht Funk, Polizei und Rechtsstaat : Die Entwicklung des staatslichen Gewaltsmonopols in Preußen 1848-1918, Frankfurt aM., Campus, 1986, p. 90.

6 Friedrich Christian Avé-Lallemant, Die Krisis der deutschen Polizei, Leipzig, Brodhaus, 1861, p. 1-2.

7 A. Funk, art. cit., p. 59 ; Ibidem, op. cit., p. 103.

8 A. Lüdtke, op. cit., p. 69-70.

9 Heinrich Eiben, Polizei-Taschen-Lexicon : Sammlung von Reichs-und Landesgesetzen nebst Ausführungs-und Polizei-Verordnungen und zahlreichen Erkenntnissen der höchsten Gerichte, Köln, Kölner Verlag, 1903, p. v-viii.

10 Anonyme‚ « Polizei und Publikum », Die Polizei, 1914, vol. 11, no 15, p. 145.

11 Iohannes Segger, Executiv-Polizei und Publikum. Ein Wort zur Klärung und gegenseitigen Würdigung, Hann. Münden, 1898, p. 40 ; Rudolf Lemke, Die Preussische Executiv-Polizei. Wie sie war, wie sie ist und wie sie sein müsste, Osnabrück, Liesecke, 1904, p. 196 ; également ministre de l’Intérieur von der Recke, débat du 17 février 1898, Diète prussienne, Session 24, p. 716-717 ; voir également le courrier des lecteurs du journal Allgemeine Beobachter (Essener Anzeiger), 4 mai 1910.

12 A. Funk, op. cit., p. 286 ; voir aussi Jessen sur l’augmentation réelle ou perçue des mauvaises pratiques. Ralph Jessen, Polizei im Industrierevier, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, p. 180-183.

13 Philipp Müller, Auf der Suche nach dem Täter : Die öffentliche Dramatisierung von Verbrechen im Berlin des Kaiserreichs, Frankfurt a. M., Campus Verlag, 2005, p. 34-38 ; Alex Hall, Scandal, Sensation and Social Democracy : the SPD press and Wilhelmine Germany 1890-1914, Cambridge, CUP, 1977, p. 104. Voir aussi l’analyse de Chris Clark sur l’attention portée aux médias par le Kaiser et son gouvernement, Kaiser Wilhelm II, Harlow, Pearson, Longman, 2000, p. 160-185.

14 Jean-Marc Berlière, « Images de policiers : deux siècles de fantasmes ? », Jahrbuch für Verwaltungsgeschichte, 1994, no 6, p. 157-158 ; J-M. Berlière, Le Préfet Lépine, vers la naissance de la police moderne, Paris, Denoël, 1993, p. 117-158.

15 Voir notamment Curt von Massow, Reform oder Revolution, Berlin, Otto Liebmann, 1894, p. 265.

16 R. Jessen, op. cit., p. 170.

17 R. Jessen, op. cit., p. 179-180.

18 I. Segger, op. cit., p. 33-34 & p. 38-40 ; R. Lemke, op. cit, p. 209-211.

19 Alf Lüdtke & Thomas Erwig-Drüppel, « “Das Subjekt. Das Objekt” Polizisten und andere Amtspersonen im “Simplicissimus” 1896-1914 », Jahrbuch für Verwaltungsgeschichte, no 6, 1994, p. 149-177.

20 R. Jessen, op. cit., p. 180-183.

21 Otte Gerland, Der Polizei-Dienst bei städtischen Polizei-Verwaltung in Preußen, Berlin, Hermann, 1895, chap. 4. I. Segger, op. cit., p. 32.

22 R. Lemke, op. cit, p. 207 ; L. Bartels, op. cit, p. 10-14.

23 I. Segger, op. cit., p. 40 ; H. Eiben, op. cit., p. v-viii ; L. Bartels, op. cit, p. 11.

24 Règlement de la Direction de la Police Royale de Königsberg, 28 juin 1887, Art. 1.

25 O. Gerland, op. cit., page de titre.

26 H. Eiben, op. cit., p. v-viii.

27 I. Segger, op. cit., p. 40.

28 R. Lemke, op. cit., p. 196 ; Thielemann, « Polizei und Publikum », Die Polizei, 1907, J.-G. 4, no 8, p. 106.

29 Gestezt zum Schutz der persönlichen Freiheit du 24 septembre 1848 et révision du 12 février 1850, Articles 4 & 6 et Constitution prussienne du 31 janvier 1850, Articles 5-12. Cf. également Alf Lüdtke, « Polizeiverständnis preussischer Polizeihandbücher im 19. Jahrhundert. Zur Folgenlosigkeit akademischer Diskurse », Ius Commune : Wissenschaft und Recht der Verwaltung seit dem Ancien Régime (Numéro spécial) Vol. 21, 1984, p. 329.

30 Règlement de la Direction de la Police Royale de Königsberg, 28 juin 1887, Art. 1 ; O. Gerland, op. cit, page de garde, définit le rôle du policier en termes de « défense du public ». Il le réitère dans le dernier paragraphe de la section IV ; H. Eiben, op. cit., p. vi ; R. Lemke, op. cit., p. 194 ; L. Bartels, op. cit., p. 16 ; également ministre de l’Intérieur von der Recke, débat du 17 février 1898, Diète prussienne (Session 24, p. 716).

31 Seul le Règlement de Königsberg contient en annexe les paragaphes définissant juridiquement les principaux droits civiques.

32 I. Segger, op. cit., p. 32 ; H. Eiben, op. cit., p. v-vi ; R. Lemke, op. cit., p. 209-211.

33 I. Segger, op. cit., p. 32 & 36.

34 I. Segger, op. cit., p. 37.

35 Clive Emsley, « Control and Legitimacy : The Police in Comparative Perspective since circa 1800 », dans Clive Emsley, Eric A. Johnson & Pieter Spierenburg (eds.), Social control in Europe 1800-2000, Columbus, Ohio State University, 2004, p. 198.

36 A. Lüdtke, op. cit., p. 79-82 ; A. Funk, op. cit., p. 284.

37 Parliamentary Papers 1830/515, June 1st 1830: A Return of all General Orders, issued by the Magistrates appointed under the Act of 1829: Instructions Part I, ‘Police Constables’.

38 H. Eiben, op. cit., p. viii ; également O. Gerland, op. cit, Article 21 et R. Lemke, op. cit., p. 194 & 201.

39 A. Funk, op. cit., p. 278.

40 Geheimes Staatsarchiv (GstA), Berlin, H. A. 1, Rep. 77, CB S 48 Vols. 3 & 4. Les Archives Secrètes de l’Héritage Culturel de Prusse détiennent une importante collection de coupures de presse concernant les plaintes contre la police sur la période 1908-1918, sur toute lʹAllemagne. Cf. aussi les archives du Land de Berlin : Berlin Landesarchiv (BLA), Pr. Br. Rep. 030, C, Polizeipräsidium Berlin 94, Geheime Präsidentialregistratur : 8872-8881 : « Beschwerden der Bevölkerung über Polizeidienststellen und Polizeibeamte in Berlin, 1892-1913 ».

41 Raymond Fosdick, European Police Systems, Monclair, Patterson Smith, 1969 (1re éd. 1915), p. 34-35.

42 A. Lüdtke, « Polizeiverständnis… », art. cit., p. 320.

43 Theodor von Brand, Volks-, Noth- und Hülfsbüchlein für Jedermann, Glogan Saxony, 1838, p. 502.

44 Circulaire du 22 juin 1898 (citée par A. Funk, op. cit., note 703).

45 Government Papers 1830 :/515 Return of Numbers of Metropolitan Police ; Numbers of Divisions in Metropolitan Police District ; General Orders issued by Secretary of State (Robert Peel), 29 septembre 1829 ; Howard Vincent, A Police Code and Manual of the Criminal Law (Preceded by an Address to Constables by Sir Henry Hawkins), London, Cassell & Co., 1883, p. 76.

46 GStA, H. A. 1, Rep. 77, Titel 1190, Nr 2, Vol. 2 « Organisation der Schutzmannschaften und die Verhältnisse der Schutzmänner bei den königlichen Polizeipräsidium, 1903-1905 » docs. 139ff. ; Dienstanweisung für die Schutzmannschaft des königlichen Polizei-Präsidiums zu Hannover, 1er mai 1900 ; GStA, H. A. 1, Rep. 77, Titel 1190, Nr. 2, Vol. 2 « Organisation der Schutzmannschaften und die Verhältnisse der Schutzmänner bei den königlichen Polizeipräsidium, 1903-1905 », docs. 48ff. Dienstanweisung für die Schutzmänner des königlichen Polizei-Präsidiums zu Königsberg in Preussen. Vom 28 Juni 1887 nebst den später ergangenen Zusätzen pp. (1902) art. 1 & 16 ; L. Bartels, op. cit, p. 11-12.

47 I. Segger, op. cit., p. 33-34 ; R. Lemke, op. cit., p. 209-211.

48 Clive Emsley, « The English Bobby : An Indulgent Tradition », dans Roy Porter (ed.), Myths of the English, Cambridge, Polity Press, 1992, p. 121.

49 A. Funk, op. cit., p. 90-91 ; A. Hall, op. cit., p. 89-112.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540