Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

En guise de conclusion

Texte intégral

1La très longue Histoire de la Palestine est jalonnée de nombreux conflits. Terre convoitée par les Empires qui, de l’Antiquité à nos jours, ont dominé la scène politique du Proche-Orient, elle est aussi une Terre sainte pour les fidèles des trois grandes religions monothéistes qui s’en sont disputé le contrôle.

2A l’époque contemporaine, c’est le choc des aspirations nationales contradictoires des Juifs et des Arabes qui a fait de la Palestine un des principaux points chauds de la planète. Les esprits les plus lucides en ont eu clairement conscience.

3Voici par exemple ce que déclarait, au lendemain de la Guerre des Six Jours. Moshe Dayan, chef militaire israélien prestigieux devenu ministre de la défense :

« Il n’est pas vrai que les Arabes détestent les Juifs pour des raisons personnelles, religieuses ou raciales. Ils nous considèrent, et à juste titre de leur point de vue, comme des Occidentaux, des étrangers, des envahisseurs qui se sont emparés d’un pays arabe pour en faire un Etat juif... Dès lors que nous sommes obligés de réaliser nos objectifs contre la volonté des Arabes, nous devons vivre dans un état de guerre permanent ».

4En quelques lignes se trouve posé le problème essentiel. Le développement du mouvement sioniste a été considéré par une proportion croissante des Juifs comme une véritable renaissance nationale s’effectuant sur la terre de Palestine à laquelle les attachent toutes leurs traditions et leur culture, et ceci bien que la présence juive y soit devenue depuis de nombreux siècles très minoritaire.

5Cette aventure sioniste a été, en revanche, ressentie par la population arabe de Palestine largement majoritaire au début du XXe siècle comme une entreprise.de colonisation menée sous la protection des puissances occidentales, et beaucoup plus radicale que bien d’autres opérations coloniales de cette époque dans la mesure où elle portait en germe l’éviction à plus ou moins long terme de la population locale de sa terre natale. Les Juifs sionistes ont presque constamment manifesté une incompréhension totale à l’égard des aspirations des Arabes palestiniens, tandis que le monde arabe n’a voulu voir dans le sionisme qu’une manifestation de l’impérialisme occidental.

6Cette contradiction a engendré un interminable conflit qui a commencé avec les émeutes contre l’immigration juive des années 20 et s’est poursuivi jusqu’à nos jours avec la série des guerres et affrontements qui ont opposé l’Etat hébreu aux Etats arabes et aux Palestiniens.

7Pourtant, la fatalité de ce conflit, qui a fait de l’Etat d’Israël une sorte de camp retranché au milieu d’un environnement hostile, a semblé s’éloigner. Un processus de paix s’est engagé qui pouvait déboucher, à tenue, sur l’établissement d’une véritable coexistence entre Juifs et Arabes au Proche-Orient. Mais ce processus a été rapidement fragilisé par l’action des adversaires de tout compromis. Les obstacles qui se sont accumulés sont venus montrer que l’évolution amorcée n’avait rien d’irréversible.

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search