Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

Israël face au monde arabe : La Palestine entre la guerre et la paix

Texte intégral

1Ayant conquis sa souveraineté, l’Etat d’Israël se donne les structures nécessaires à la mise en œuvre des orientations définies dans sa déclaration d’indépendance. On retiendra notamment l’instauration d’un régime politique qui apparente Israël aux démocraties occidentales, et la poursuite, à grande échelle désormais, de la réalisation du projet sioniste qui est sa raison d’être.

2Mais l’existence même de cet Etat est considérée dans les pays arabes comme une agression, parce qu’elle est le produit de la domination européenne dont ils ont entrepris par ailleurs de se libérer. D’autre part, les Etats arabes s’estiment tenus de manifester leur solidarité avec les Palestiniens privés de leur patrie. Dans ces conditions, on comprend que la lutte contre Israël va être un thème essentiel du nationalisme arabe et la seule cause susceptible de faire l’unanimité d’une « nation arabe » souvent divisée.

3La vigueur du nationalisme arabe et l’intransigeance israélienne font échouer les tentatives de conciliation. Il en résulte un état de tension presque permanent : le conflit israélo-arabe devient une donnée primordiale de la géopolitique moyen-orientale. La prolongation de l’état de guerre favorise le développement de l’influence des puissances dominantes : Etats Unis et U.R.S.S. qui prennent au Moyen Orient le relais des pays d’Europe qui achèvent de s’effacer. Le conflit israélo-arabe devient aussi un des enjeux de la Guerre Froide.

1 – L’Etat d’Israël

4Le nouvel Etat d’Israël est doté, dès la fin des combats en 1949, d’institutions politiques démocratiques. La déclaration d’indépendance faisait référence explicitement aux principes qui sont ceux des démocraties occidentales, mais cela ne débouche pas sur la rédaction d’une Constitution. L’absence de loi fondamentale est due principalement à l’opposition des partis religieux dont l’appoint est indispensable pour la formation d’une majorité parlementaire. Pour eux, la seule constitution acceptable est la Loi divine exprimée dans la Torah.

5La démocratie parlementaire qui se met en place est en fait le prolongement des institutions pré-étatiques créées à l’époque du mandat britannique. L’éventail des forces politiques ne subit pas de sensible transformation par rapport à la période de l’entre-deux-guerres.

6Les partis politiques de la gauche sioniste ont longtemps bénéficié d’une position prépondérante dans l’électorat israélien. Les Travaillistes, conduits notamment par Ben Gourion (premier ministre de 1948 à 1953, puis de 1955 à 1963) ont joué un rôle déterminant dans la création de l’Etat d’Israël et la mise en place de ses structures. Pendant près de 30 ans ils dominent la scène politique, tout en contrôlant la centrale syndicale Histadrout qui conserve un rôle essentiel dans la vie économique et sociale de l’Etat d’Israël.

7Au début des années 70, la position des Travaillistes s’affaiblit et ils perdent le pouvoir aux élections de 1977 au profit d’une coalition de droite conduite par le Likoud, parti nationaliste, qui a à sa tête l’ancien chef de l’Irgoun, Menahem Begin. Le Likoud se maintient à la tête du pays jusqu’en 1992 non sans avoir dû partager le pouvoir avec les Travaillistes au sein d’un gouvernement d’union nationale de 1984 à 1990. Les années 90 sont caractérisées par un processus répété d’alternance avec la victoire successive d’une coalition de gauche animée par les Travaillistes en 1992 et d’une coalition nationaliste animée par le Likoud en 1996. Cette dernière est ensuite mise en échec en 1999.

8La politique des gouvernements israéliens successifs se caractérise par une grande continuité. Seuls certains changements de majorité ont entraîné l’adoption de nouvelles orientations, notamment en ce qui concerne la question palestinienne. C’est le cas en 1977 et ainsi qu’à chacune des alternances des années 90.

9Les changements de majorité sont liés à l’attitude des partis religieux qui, sans jamais dépasser 15 % des suffrages, sont les véritables arbitres de la vie politique israélienne, et ont pu ainsi obtenir que soient prises en compte leurs préoccupations.

10L’Etat d’Israël est en principe un Etat laïc. La liberté de conscience et de religion est inscrite dans la déclaration d’indépendance et le judaïsme n’est pas religion d’Etat. Il faut se souvenir que les théoriciens et les pionniers du sionisme étaient le plus souvent agnostiques, voire athées, tandis que les Juifs religieux ont longtemps été réticents, sinon même hostiles, à l’égard de ce mouvement. Pourtant l’Etat d’Israël s’est voulu dès le départ un Etat juif. Etat et religion sont en fait très liés en Israël. Le rabbinat a le statut d’institution publique et certains des préceptes de la Loi juive ont été incorporés à la législation de l’Etat (ex. le repos du sabbat).

11Plus important est le fait que le statut personnel des citoyens israéliens dépend de leur appartenance (effective ou théorique) à une communauté religieuse. La loi stipule que le mariage et le divorce des Juifs en Israël sont de la compétence des tribunaux rabbiniques. Les non-Juifs, Musulmans ou Chrétiens, ont leurs propres instances pour juger de ces questions. Il y a là une remarquable survivance du principe communautaire hérité de l’Empire Ottoman, et maintenu par les Britanniques.

12Mais si l’Etat d’Israël se veut avant tout un Etat juif, la loi se garde bien de définir l’identité juive ce qui ne va pas sans poser problème pour la mise en œuvre du droit, reconnu à tout Juif, d’immiger en Israël.

13Car Israël est par nature un Etat sioniste. La finalité de l’Etat d’Israël est de constituer une patrie pour les Juifs dispersés à travers le monde qui peuvent et souhaitent s’y établir. Le rassemblement des exilés sur une terre qui soit la leur est le principe fondateur du mouvement sioniste tel que l’a créé Théodore Herzl. Ce principe, réaffirmé dans la déclaration d’indépendance, s’est traduit concrètement par un certain nombre de décisions. C’est d’abord, dès le mois de mai 1948, l’abrogation du Livre blanc britannique de 1939 et la suppression de toute restriction à l’immigration. C’est ensuite l’adoption d’une législation qui définit les grandes lignes de la politique d’immigration. L’élément essentiel en est la Loi du Retour, votée le 5 juillet 1950, qui affirme clairement que tout Juif a le droit d’immigrer en Israël.

La loi du retour (5 juillet 1950)
1. Tout Juif a le droit d’immigrer en Israël.
2. Le visa d’immigration est accordé à tout Juif qui exprime le désir de s’établir en Israël, sauf si le ministre de l’Immigration prouve que le candidat :
a) a été engagé dans des activités dirigées contre le peuple juif,
b) peut mettre en danger la santé publique ou la sécurité de l’Etat.
3. Tout Juif qui après son arrivée en Israël exprime le désir de s’établir, peut recevoir un certificat d’immigration.
4. Tout Juif qui a immigré en Israël avant l’entrée en vigueur de cette loi et tout Juif né dans le pays avant ou après l’entrée en vigueur de cette loi, est assimilé à une personne considérée comme immigrant par la présente loi.
5. Le ministre de l’Immigration est chargé de l’exécution de cette loi ; il peut prendre toutes les mesures nécessaires pour l’exécution de cette loi et accorder les visas et certificats d’immigration aux mineurs âgés de moins de dix huit ans.
Source : Israéliens et Palestiniens. La longue marche vers la paix.
Doris Bensimon, L’Harmattan, p. 37.

14Une loi de 1932 attribue automatiquement à tout immigrant Juif la nationalité israélienne. Pour ce qui est de l’identité juive, on considérera ici que le mot « juif » désigne l’appartenance à un groupe national et non l’adhésion à une religion. Il s’agit de judéité, non de judaïsme.

15L’Etat d’Israël est donc un pays d’immigration. Depuis 1948, ce sont environ 2,2 millions de Juifs qui sont venus s’y établir.

16Deux cas de figure peuvent être distingués :

  • il y a l’immigration que l’on peut qualifier d’individuelle ou de volontaire, originaire des pays où les Juifs jouissent effectivement de tous les droits civiques, c’est-à-dire essentiellement les pays de démocratie libérale d’Europe occidentale et d’Amérique. Cette immigration en provenance des pays occidentaux ne s’est développée qu’à la fin des années 1960 et représente environ 10 % du total ;

  • il y a l’immigration en masse de communautés juives qui viennent s’établir en Israël dans leur presque totalité. Il s’agit de communautés qui vivent dans des conditions précaires ou dont la situation a pu se détériorer du fait du conflit permanent qui oppose Israël aux pays arabes. On peut citer deux exemples principaux :

    • celui des communautés juives des pays de démocratie populaire d’Europe de l’Est où se conjuguent les effets de l’antisémitisme traditionnel et la répression menée contre les courants de pensée non-communistes. L’émigration juive concerne surtout la Pologne, la Roumanie et par la suite l’Union Soviétique. Les immigrants d’Europe de l’Est (U.R.S.S. comprise) représentent près de 55 % du total ;

    • celui des communautés juives des pays arabes. La guerre israélo-arabe rend précaire la situation des Juifs en pays d’Islam. Les relations entre Juifs et Arabes se détériorent gravement. Attisé par une violente propagande, un climat d’hostilité se développe entraînant une multiplication des agressions perpétrées contre les Juifs : assassinats, incendies de synagogues et de maisons, pillages de magasins. Des faits de cette nature se produisent à la fin de 1947 et durant une grande partie de 1948 au Caire, à Beyrouth, à Damas et Alep, à Bagdad, à Aden au Yemen, mais aussi en Lybie et au Maroc.

17L’insécurité croissante incite beaucoup de Juifs au départ. Ce n’est toutefois pas la seule raison. Dans ces communautés restées très proches des traditions religieuses, la création de l’Etat d’Israël et la possibilité d’aller s’y établir sont vécues comme la réalisation des promesses messianiques. L’exode de certaines communautés fait l’objet d’opérations de grande envergure organisées par le gouvernement d’Israël (Yemen, Irak). Ce sont ainsi quelques-unes des plus anciennes communautés de la diaspora qui sont transférées en Israël. Les pays musulmans d’Afrique du Nord et du Moyen Orient ont fourni près de 35 % du total des immigrants.

18L’immigration en Israël, qui reste de la compétence de l’Agence juive, a sensiblement varié depuis l’indépendance du pays. Dans les années qui suivent la création de l’Etat hébreu, elle a un caractère massif. De mai 1948 à 1951, c’est près de 700000 nouveaux immigrants qui entrent en Israël, doublant le chiffre de la population juive du pays. Ces immigrants se divisent à peu près en deux groupes : Juifs rescapés de la guerre et Juifs venant des pays arabes. Par la suite le mouvement se ralentit sensiblement. Son évolution est irrégulière avec des pointes correspondant à des événements particuliers : décolonisation de l’Afrique du Nord, regain de l’antisémitisme en Europe orientale (Pologne notamment), politique d’émigration de l’Union soviétique... La liberté accordée aux Juifs soviétiques d’émigrer explique qu’après le très faible niveau des années 1980, l’immigration en Israël a connu une très forte progression au début des années 1990.

19Israël a ainsi accueilli des immigrants provenant d’une centaine de pays et l’intégration de populations aussi diverses à la société israélienne s’est avérée difficile. Le problème social le plus grave a été l’intégration des Juifs venant des pays arabes (qu’on appelle Séfarades). Leur héritage culturel et leur mode de vie étaient très différents de ceux des Juifs européens (ou Ashkénazes) qui ont fondé Israël et ont longtemps monopolisé les postes de responsabilité. Les Séfarades restent encore aujourd’hui un groupe économiquement et socialement défavorisé.

20Tous les immigrants ne sont pas parvenus à s’intégrer. Certains ont quitté Israël, contribuant à alimenter un courant d’émigration, d’ampleur variable suivant la période considérée. Cette émigration, faible dans les deux premières décennies qui ont suivi la création de l’Etat d’Israël s’est accrue à partir de 1970. Elle a atteint son maximum d’ampleur dans les années 1980. Ces années là, où l’immigration a fortement baissé, il est arrivé que les départs soient plus nombreux que les entrées. La tendance s’est depuis lors inversée. On évalue à plus de 400 000 personnes le nombre de ceux qui ont quitté le pays.

L’immigration juive en Israël depuis 1948

L’immigration juive en Israël depuis 1948

Tableau de l’immigration juive en Israël. Entrées annuelles en milliers

Tableau de l’immigration juive en Israël. Entrées annuelles en milliers

Graphique réalisé à partir des informations communiquées par les Archives sionistes centrales de Jérusalem.

21Aujourd’hui, l’Etat d’Israël compte environ 5 000 000 de Juifs dont 60 % environ sont nés en Israël et 40 % à l’étranger. Ils représentent 82 % de la population.

22Les 18 % restant appartiennent à des communautés non-juives. Les Arabes israéliens ont connu une forte croissance démographique, du fait d’une fécondité plus élevée que celle de la population juive. D’environ 170 000 à l’issue de la guerre d’indépendance, leur nombre est passé à environ 1 000 000 (sans compter la population de Jérusalem-Est). Le pourcentage des non-juifs dans la population totale a varié dans le temps. La forte immigration juive qui a suivi la naissance de l’Etat d’Israël a d’abord fait baisser ce pourcentage (de 18 % en 1948 à 11 % en 1960). Depuis lors l’évolution s’est inversée. Les non-juifs représentent une proportion croissante de la population. Plus de la moitié d’entre eux vivent en Galilée. Les Arabes israéliens se caractérisent par la diversité d’appartenance confessionnelle. Si la majorité d’entre eux sont Musulmans (75 %), il y a aussi des Druzes (10 %) et des Chrétiens (15 %). Le pourcentage des Chrétiens a sensiblement faibli du fait d’un taux de natalité plus faible que celui des Musulmans et de l’existence d’un mouvement d’émigration.

23Le statut légal de cette population arabe ne devrait théoriquement pas faire problème. La déclaration d’indépendance garantit une complète égalité des droits sociaux et politiques à l’ensemble des citoyens du pays, sans distinction. La promesse n’est cependant que partiellement tenue. La loi sur la nationalité de 1952 attribue aux résidents non-Juifs en situation régulière la citoyenneté israélienne, ce qui leur donne, entre autre, le droit de participer à la vie politique du pays et d’élire des représentants à l’Assemblée législative (Knesset).

24Pourtant les Arabes israéliens sont restés, à bien des égards, des citoyens de deuxième catégorie. Ils sont exemptés du service militaire (à l’exception des Druzes). Les pouvoirs publics, peu confiants dans leur loyalisme, ne veulent pas armer les Arabes. Inversement cette exemption leur évite de se trouver confrontés à d’autres Arabes en cas de conflit. La majorité de la population arabe réside dans des régions qui sont restées placées sous administration militaire pendant près de vingt ans, pour des raisons de sécurité. Les zones sous contrôle militaire étaient soumises à un régime d’exception régi par une réglementation héritée des Britanniques (les Defence Emergency Régulations), restreignant fortement les droits des habitants (en particulier la liberté de circulation et celle de la presse) et les exposant à de nombreuses sanctions (perquisitions, confiscation des biens, assignation à résidence, exil). Les infractions étaient jugées par des tribunaux militaires. Le contrôle militaire, assoupli à partir de 1957, a été aboli en 1966.

25La suppression du contrôle militaire n’a pas fait disparaître pour autant les pratiques discriminatoires à l’égard des Arabes israéliens. L’un des problèmes les plus sensibles reste celui de la terre. L’Etat d’Israël, on l’a vu, s’est emparé des terres « abandonnées » lors de l’exode arabe consécutif à la guerre d’indépendance. Cette prise de possession s’est même étendue aux terres appartenant à des gens qui s’étaient seulement déplacés à l’intérieur de la zone juive. Il faudra attendre 1953 pour que des terres soient redistribuées à des paysans arabes.

26Par la suite, les atteintes au droit de propriété se sont maintenues. Les Arabes israéliens ont été victimes d’une politique de confiscation légale des terres – contre indemnisation – menée par les gouvernements successifs poursuivant avec constance l’objectif sioniste de prise de contrôle effective du territoire. Les Arabes ont tenté de s’opposer à cette politique par des manifestations. Depuis 1976, une « Journée de la terre » est ainsi organisée tous les ans. Les Palestiniens des territoires occupés lors de la Guerre des Six jours, vingt ans après l’indépendance, s’associent à cette protestation des Arabes israéliens, dont se trouve ainsi rappelée la double identité de citoyens d’Israël et de membres du peuple palestinien. Toutefois la place de l’agriculture dans l’activité économique des Arabes israéliens a très sensiblement diminué. 6 % seulement des actifs sont agriculteurs alors que plus de 60 % sont ouvriers.

27Les Arabes israéliens participent à la vie politique du pays. Leurs suffrages se portent notamment sur le parti communiste israélien. Les quelques députés arabes (entre six et dix) à la Knesset peuvent jouer un rôle d’appoint pour la formation d’une majorité parlementaire (avec les Travaillistes).

2 – De la paix manquée à la guerre du Kippour

28Les armistices de 1949 ne conduisent pas à l’établissement de la paix entre Israël et les Etats arabes. En l’absence de tout règlement, c’est au contraire la tension qui caractérise les relations entre Israël et les pays voisins. Cet état de tension entretenu par différents litiges (liberté de circulation sur les voies d’eau maritimes de la région, utilisation des ressources en eau, gestion des zones démilitarisées le long des lignes d’armistice) se manifeste par de fréquents incidents de frontière et prend à plusieurs reprises un tour très aigu. En l’espace d’un quart de siècle, ce sont trois conflits armés qui opposent Israël à un ou plusieurs des Etats arabes voisins.

29Ces affrontements à répétition amènent les parties en conflit à rechercher des soutiens extérieurs.

30L’isolement d’Israël, entouré de pays hostiles, l’y conduit plus ou moins nécessairement, comme l’avait d’ailleurs prévu, dès avant l’indépendance de l’Etat hébreu, le secrétaire d’Etat américain G. Marshall. Dans une circulaire adressée aux ambassades des Etats-Unis au Proche-Orient, il écrivait le 13 mai 1948 :

  • 1 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 80.

« La faiblesse interne des différents pays arabes rend difficile pour eux d’agir en Palestine... Cela ne veut pas dire cependant que, sur une longue période, l’Etat Juif puisse survivre comme un ensemble autosuffisant en face de l’hostilité du monde arabe. Si les Juifs suivent les avis de leurs extrémistes qui prônent une politique de mépris envers les Arabes, quel que soit l’Etat Juif qui sera établi, il ne sera capable de survivre qu’avec une aide permanente venue de l’extérieur »1.

31Les pays arabes, qui sont théoriquement en position de force, ont besoin d’aide extérieure pour compenser leurs faiblesses économiques et techniques.

32Par leur activité diplomatique, leur rôle de fournisseurs d’armes, les deux grandes puissances U.S.A. et U.R.S.S. deviennent ainsi des acteurs importants, quoiqu’indirects, du conflit israélo-arabe.

A) L’échec de la conciliation et l’évolution du contentieux israélo-arabe

33L’O.N.U. avait chargé une Commission de conciliation de trouver une solution au problème palestinien. Pendant près de trois ans, la Commission ainsi créée déploie une grande activité pour tenter de rapprocher les points de vue. Trois conférences arabo-israéliennes sont réunies successivement à Lausanne (1949), Genève (1950) et Paris (1951). Les parties refusant d’engager des conversations directes, les pourparlers sont menés indirectement par le biais de la Commission de conciliation.

34Les objectifs principaux de ces réunions sont :

  • le règlement des litiges territoriaux et la délimitation des frontières ;

  • la solution de la question des réfugiés.

35Les Arabes posent comme préalable le retour des réfugiés et acceptent de prendre comme base de discussion le plan de partage de 1947 qu’ils avaient rejeté précédemment. Les Israéliens veulent d’abord régler les questions territoriales et refusent toute remise en cause des conquêtes opérées à la faveur de la guerre. Ils consentent à envisager un retour partiel des réfugiés (100 000) à condition que s’engagent des négociations de paix.

36D’une conférence à l’autre, les interlocuteurs ont tendance à durcir leurs positions. Tandis que les Arabes demandent l’application intégrale des résolutions de l’O.N.U., les Israéliens se montrent de moins en moins disposés à faire des concessions. Ils prétendent que l’exode des Juifs des pays arabes s’apparente à un véritable échange de populations qui libère l’Etat hébreu de l’obligation d’accepter le retour des réfugiés palestiniens. Cette double intransigeance fait échouer les efforts entrepris. A la fin de 1951, la conciliation est abandonnée.

37Parallèlement à ces négociations, des conversations secrètes s’engagent entre Israël et deux de ses voisins arabes, l’Egypte et surtout la Jordanie. Un projet de traité de paix jordano-israélien est élaboré au début de 1950, mais suscite du côté jordanien de vives résistances que le roi Abdallah ne parvient pas à surmonter.

38Il est mis en difficulté par l’attitude de la Ligue arabe qui adopte, au début d’avril 1950, une résolution intransigeante stipulant que

  • 2 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3000 ans d’histoire », Grasset, p. 239.

« sera exclu de la Ligue... tout Etat arabe qui prendrait l’initiative de négocier ou de conclure avec Israël soit une paix séparée, soit un accord d’ordre politique, militaire ou économique »2.

39Le roi de Jordanie se trouve alors contraint de renoncer à conclure la paix envisagée. Dénoncé comme traître à la cause arabe, il est assassiné en juillet 1951 à Jérusalem, dans la mosquée Al Aqsa, par un partisan du mufti. Cet assassinat compromet pour longtemps toute tentative de négociation directe entre Israël et les dirigeants arabes, peu soucieux de connaître le même sort.

Israël et son environnement arabe en 1949

Israël et son environnement arabe en 1949

40A défaut d’un accord politique qui se révèle impossible à trouver, des initiatives sont prises, notamment par l’administration américaine pour mettre en place entre Israël et les pays arabes une coopération de type économique, fondée sur l’utilisation en commun des eaux du Jourdain.

41Les Américains y voient, outre la possibilité d’arriver à un accord entre Israël et ses voisins, un moyen de régler le problème palestinien par la réinstallation des réfugiés dans les nouvelles zones mises en valeur. Les négociations se prolongent durant près de deux ans (1953-1955) sans aboutir. Accepté du bout des lèvres par Israël, le plan américain est rejeté par les Arabes.

42Israël entreprend alors de réaliser son propre plan de détournement des eaux du Jourdain dans un aqueduc qui devrait les amener jusqu’au désert du Neguev au Sud, le pompage s’effectuant dans le lac de Tibériade. Parallèlement la Jordanie engage les travaux d’extension du canal de Ghor en vue de développer l’irrigation et de ravitailler en eau ses villes. Israéliens et Jordaniens conviennent officieusement de ne pas pomper plus d’eau que ce qui leur était alloué dans le plan américain. Malgré cet accord tacite avec la Jordanie, la question de l’utilisation des eaux du Jourdain devient en fait un élément du contentieux judéo-arabe.

43Tandis qu’échouent les tentatives pour établir un dialogue entre Israël et les pays arabes, c’est la logique de confrontation qui l’emporte.

44Elle se manifeste principalement de deux manières :

  • le recours des pays arabes à l’arme économique contre Israël. Différents moyens sont utilisés. Il y a d’abord l’organisation d’un boycottage de l’économie israélienne. En 1950, la Ligue arabe met au point un plan destiné à dissuader les Etats et les entreprises d’entrer en relation d’affaires avec Israël. Un office central de boycottage est créé et dresse des listes noires des partenaires commerciaux d’Israël. Le but recherché est partiellement atteint. Les entreprises qui ont des intérêts dans les pays arabes, surtout pétroliers, se soumettent.

45Il y a ensuite, à l’initiative de l’Egypte, le refus d’accorder à Israël la liberté de navigation sur certaines voies d’eau internationales. Prenant argument du maintien de l’état de guerre avec Israël, les Egyptiens interdisent aux bateaux israéliens l’accès du canal de Suez (mai 1951). Une résolution du Conseil de sécurité demandant aux Egyptiens de respecter la liberté de navigation sur le canal reste sans effet. Par ailleurs, les Egyptiens s’assurent le contrôle du détroit de Tiran situé au débouché du golfe d’Akaba, ce qui leur donne les moyens d’entraver l’accès d’Israël à la Mer rouge.

  • la dégradation progressive du régime d’armistice avec la multiplication des incidents sur les lignes de démarcation. Des litiges opposent Israéliens et Arabes à propos des zones démilitarisées qui ont été instaurées au, moment des armistices pour séparer les positions des belligérants. Les Israéliens entreprennent l’installation de colonies dans certains secteurs disputés et en expulsent la population. De tels faits se produisent notamment en Galilée face à la Syrie, mais aussi dans le Neguev face à l’Egypte.

Le Jourdain au cœur du conflit israélo-arabe

Le Jourdain au cœur du conflit israélo-arabe

Source : La bataille de l’eau au Proche-Orient. Christian Chesnot. L’Harmattan, p. 68.

Les pays arabes dénoncent ces entreprises qu’ils considèrent comme des violations des conventions d’armistice et éventuellement ripostent. Des combats opposent les forces syriennes et israéliennes. Ces dernières mènent à plusieurs reprises (1951, 1955) des opérations de grande envergure en territoire syrien.

46Mais les incidents les plus nombreux résultent de la pénétration en territoire israélien d’éléments qui n’appartiennent pas aux forces régulières arabes et qui franchissent clandestinement les frontières de la Jordanie et dans une moindre mesure de la bande de Gaza. Au début, ces infiltrations sont le fait de paysans palestiniens qui reviennent dans leurs villages pour y récupérer des biens abandonnés ou s’y livrer à des actes de vengeance contre les nouveaux occupants. Israël réagit avec vigueur contre ces agressions qui entretiennent l’insécurité le long de ses frontières. A partir de 1953, la situation empire. Les infiltrations deviennent des opérations de commandos organisées à partir d’autres Etats arabes, notamment par les partisans du mufti ; leur objectif est ouvertement terroriste, en frappant les installations israéliennes aussi bien que les populations civiles. Les Israéliens répondent par des représailles violentes, parfois très meurtrières, en territoire jordanien. Les autorités de ce pays sont conduites à renforcer le contrôle des zones frontalières, ce qui permet de réduire fortement le nombre des incidents. 11 n’en va pas de même, en revanche, du côté de Gaza. La confrontation larvée qui oppose Israël à ses voisins arabes entretient la tension dans une région sensible qui est un des principaux enjeux de la rivalité entre les grandes puissances.

B) Le jeu des Puissances et la crise de 1956

47Au début des années 1950, l’influence prépondérante est toujours celle des pays occidentaux, notamment des Anglo-saxons. En mai 1950, trois puissances occidentales, Etats-Unis, Grande-Bretagne et France publient une déclaration « tripartite » qui définit leur attitude face aux problèmes de sécurité du Moyen Orient.

  • 3 Textes cités par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, pp. 93-94.

48Se déclarant opposés au développement d’une course aux armements entre les Etats arabes et Israël, les trois gouvernements s’engagent à ne leur livrer d’armes que pour « assurer leur sécurité intérieure, leur légitime défense et leur permettre de jouer le rôle qui leur revient dans la défense de l’ensemble de la région ». Affirmant « leur désir d’aider au rétablissement et au maintien de la paix dans la région et leur inaltérable opposition à tout usage de la force entre les Etats quelconques de cette région », les trois puissances occidentales soulignent que si elles « constatent que l’un quelconque de ces Etats se prépare à violer les frontières et les lignes d’armistice, [elles] ne manqueraient pas d’agir immédiatement à la fois dans le cadre des Nations-Unies et en dehors de ce cadre pour prévenir une telle violation »3.

49Cette déclaration est mal reçue dans les pays arabes. La prise de position en faveur du statu quo est jugée particulièrement favorable à Israël dont les annexions unilatérales se trouvent ainsi reconnues. D’autre part, les occidentaux sont soupçonnés de vouloir maintenir en tutelle les pays arabes devenus récemment indépendants. Et la vigueur des sentiments nationalistes en vient à menacer la stabilité, voire l’existence des régimes politiques arabes jugés trop accomodants avec les anciens colonisateurs.

50L’exemple le plus caractéristique à cet égard est le renversement, en juillet 1952, de la monarchie égyptienne longtemps liée à la Grande-Bretagne, lors d’un coup d’Etat organisé par le Comité des Officiers libres sous la direction du colonel Nasser. Devenu le maître du pouvoir au début de 1954, Nasser s’attache à libérer définitivement son pays de la présence britannique. Le 19 octobre 1954, il obtient la conclusion d’un traité prévoyant le retrait des forces anglaises encore stationnées dans la zone du canal de Suez. L’évacuation sera effective en juin 1956.

51Le nouveau régime égyptien n’est nullement anti-occidental. Il se tourne volontiers vers les Etats-Unis dont il attend un soutien notamment financier, mais Nasser refuse la participation de l’Egypte à l’alliance militaire que mettent alors sur pied les Anglo-saxons au Moyen Orient. Il s’agit du Pacte de Bagdad, signé en février 1955. Ce refus est le point de départ d’un infléchissement progressif de la politique égyptienne vers le neutralisme. Soucieux d’accroître le potentiel militaire de son pays, Nasser se tourne vers le camp socialiste pour obtenir les armes que les pays occidentaux n’acceptent de lui vendre qu’en y mettant des conditions. Un accord de livraisons d’armes par la Tchécoslovaquie est conclu et annoncé à la fin de septembre 1955.

52Par ce biais, l’Union Soviétique fait sa rentrée dans le jeu politique moyen-oriental, du côté des Arabes (après avoir soutenu en 1947 la création d’Israël) et elle en devient un acteur essentiel.

53Cette évolution survient alors que les relations entre les pays arabes et Israël se détériorent gravement. C’est surtout vrai de l’Egypte. Depuis l’armistice de 1949, la bande de Gaza était le théâtre de fréquents incidents de frontières, mais de moindre gravité que les affrontements du même type sur les autres frontières de l’Etat hébreu. Les représailles israéliennes restaient limitées. Or, au début de 1955, on assiste à un durcissement de l’attitude israélienne. A la fin de février, un raid de représailles contre la bande de Gaza fait près de quarante morts dans l’armée égyptienne. Les conséquences sont sérieuses.

54Tandis que l’Egypte décide de renforcer son potentiel militaire (voir supra), les accrochages se multiplient aux frontières. L’armée égyptienne organise, équipe, entraîne les unités de commandos palestiniens, qu’on appelle les Fedayin (ou « combattants de la mort »). Les attaques prennent l’allure de véritables opérations militaires. De leur côté les Israéliens intensifient leurs raids de représailles. Au début de novembre 1955, l’armée d’Israël s’empare de la zone démilitarisée d’El-Auja qui occupe une position stratégique : par là passe l’une des voies possibles d’invasion, du Sinaï par Israël, ou du Neguev par les Egyptiens.

55A cette aggravation des affrontements frontaliers, s’ajoute celle des entraves à la liberté de navigation. En septembre 1955, l’Egypte décide de fermer complètement le golfe d’Akaba à la navigation en provenance ou à destination d’Israël. Dès lors les dirigeants israéliens étudient la possibilité de déclencher une opération militaire majeure contre l’Egypte en vue d’atteindre trois objectifs :

  • la réouverture du détroit de Tiran ;

  • la fin des raids de Fedayin à partir de Gaza ;

  • l’affaiblissement de l’armée égyptienne avant la mise en service des armes soviétiques.

56Israël cherche à développer son équipement militaire et obtient d’importantes livraisons d’armes de la France, alors aux prises avec la révolte de l’Algérie soutenue par l’Egypte. La solidarité anti-égyptienne va donner naissance à une alliance étroite entre les deux pays. Cette hostilité à la politique de l’Egypte nassérienne est partagée par un autre pays, la Grande-Bretagne. Le gouvernement de Londres s’inquiète du caractère de plus en plus antibritannique des manifestations du nationalisme arabe. Il en attribue la responsabilité au président égyptien dont l’influence va grandissant, y compris dans les pays jusqu’alors alliés de l’Angleterre comme l’Irak et surtout la Jordanie où le commandement de l’armée est retiré aux Britanniques (il s’ensuit une recrudescence des incidents de frontière avec Israël).

57A la fin du printemps 1956, Israël, la France et la Grande-Bretagne voient dans Nasser l’homme à abattre. C’est dans ce contexte qu’éclate la crise de Suez. Il n’y a pas lieu de faire ici un récit détaillé de cette affaire dont l’enjeu dépasse le seul conflit israélo-arabe. On rappellera seulement que le point de départ de la crise est la question du financement de la construction par l’Egypte du barrage d’Assouan sur le Nil. Après avoir promis leur concours, les Anglo-saxons décident finalement de se retirer du projet (entraînant avec eux le retrait de la Banque Mondiale). La décision est signifiée aux dirigeants égyptiens le 19 juillet 1956. Une semaine plus tard, Nasser riposte en annonçant la nationalisation de la Compagnie universelle du canal de Suez, détenue par des intérêts franco-anglais, et dont les revenus doivent permettre d’assurer le financement du barrage. L’annonce de cette décision vaut à Nasser une popularité immense. Prendre le contrôle du canal, c’était achever de rendre à l’Egypte l’indépendance perdue au XIXe siècle à cause de l’existence de la voie d’eau.

58L’Angleterre et la France sont déterminées à s’opposer à la nationalisation en recourant à la force. Mais ces deux pays n’ont pas la possibilité de réagir rapidement. Il faut de longues semaines pour rassembler les moyens militaires adéquats. Pendant ce temps, l’Egypte se montre capable d’assurer le bon fonctionnement du canal où la navigation se poursuit normalement. Pour justifier leur intervention, les Franco-anglais doivent s’associer à un troisième partenaire, Israël, prêt depuis longtemps à mener une guerre préventive contre l’Egypte mais hésitant à se lancer seul dans cette entreprise. La Grande-Bretagne, alliée à de nombreux Etats arabes, ne se rallie qu’avec beaucoup de réticence à ce projet.

59Lors d’une rencontre secrète qui se tient à Sèvres le 22 octobre, un scénario d’action naïvement machiavélique est mis au point. Il est prévu qu’Israël lance une attaque contre l’Egypte dans le Sinaï. Prétextant la sécurité du canal et la nécessité de séparer les combattants, Paris et Londres enverront un ultimatum aux deux belligérants, leur intimant l’ordre de retirer leurs troupes de part et d’autre du canal sous la menace d’une intervention militaire franco-anglaise. Le plan ainsi élaboré est exécuté. L’offensive israélienne commence le 29 octobre 1956. Disposant d’une nette supériorité, l’armée d’Israël progresse rapidement et en une semaine s’empare de la totalité de la péninsule du Sinaï. Le 30 octobre, la France et la Grande-Bretagne adressent leur ultimatum à Israël et à l’Egypte. Après le refus de celle-ci de s’incliner, leur aviation commence à attaquer le territoire égyptien le 31 octobre. Cette offensive aérienne est suivie du débarquement de forces terrestres à Port-Saïd, à l’entrée du canal, le 5 novembre.

60L’opération franco-anglaise suscite, dans le monde, une très vive opposition. Les Etats-Unis, pris au dépourvu, se montrent résolument hostiles à cette entreprise et prennent l’initiative de la faire condamner par les Nations-Unies. Le 2 novembre, l’Assemblée générale vote une résolution exigeant la cessation des hostilités et le retrait des forces israéliennes du Sinaï. De très vives pressions s’exercent sur la France et la Grande-Bretagne. Tandis que l’U.R.S.S. menace les agresseurs de représailles nucléaires, les Etats-Unis organisent un mouvement de spéculation contre la livre Sterling. Les pressions ont raison de la détermination du gouvernement britannique qui cède, entraînant avec lui le gouvernement français.

61Le 6 novembre, moins de 48 heures après le débarquement de leurs forces, Français et Anglais acceptent le cessez-le-feu. Ils se retirent d’Egypte au cours du mois de décembre, en revanche Israël n’accepte de se retirer des territoires conquis qu’en mars 1957 après avoir été soumis à de très fortes pressions de la part des Américains qui menacent de prendre des sanctions. Dans une note adressée en février au gouvernement israélien, le président Eisenhower écrit :

  • 4 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 151.

« J’espère vivement que l’évacuation sera achevée sans nouveau délai. Continuer d’ignorer... les résolutions des Nations-Unies aurait presque certainement pour conséquence le recours à d’autres procédures... ce qui perturberait dangereusement les relations entre Israël et les autres pays membres, y compris les Etats Unis »4.

 

Crise de Suez : Résolutions de l’Assemblée générale de l’O.N.U.
• Résolution 997 – 2 novembre 1956
L’Assemblée générale,
Considérant
qu’en maintes occasions des parties aux conventions arabo-israéliennes d’armistice de 1949 ont méconnu les dispositions de ces conventions, et que les forces armées d’Israël ont profondément pénétré en territoire égyptien, en violation de la Convention d’armistice général conclue entre l’Egypte et Israël le 24 février 1949,
Constatant que des forces armées de la France et du Royaume-Uni de Grande Bretagne et d’Irlande du Nord se livrent à des opérations militaires contre le territoire égyptien,

1956 – Crise de Suez et campagne du Sinaï

1956 – Crise de Suez et campagne du Sinaï

Constatant que la circulation par le canal de Suez se trouve actuellement interrompue, au grand détriment de nombreux pays,
Exprimant la grave inquiétude
que lui causent ces événements,
1. Demande instamment, et de toute urgence, que toutes les parties actuellement mêlées aux hostilités dans la région acceptent immédiatement de cesser le feu et, à ce titre, s’arrêtent d’envoyer dans la région des forces militaires ou des armes ;
2. Demande instamment aux parties aux conventions d’armistice de retirer sans tarder toutes leurs forces derrière les lignes de démarcation de l’armistice, de renoncer à toute incursion en territoire voisin à travers ces lignes et de respecter scrupuleusement les dispositions des conventions d’armistice ;
4. Demande instamment que, dès l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, des mesures soient prises pour rouvrir le canal de Suez et rétablir la liberté et la sécurité de la navigation ;
5. Charge le Secrétaire général de surveiller l’application de la présente résolution et d’en rendre compte sans délai au Conseil de Sécurité et à l’Assemblée générale, en vue des mesures ultérieures que ces organes pourraient juger opportun de prendre conformément à la Charte ;

• Résolution 998 – 4 novembre 1956
L’Assemblée générale,
Tenant compte
de l’urgente nécessité de faciliter l’observation de sa résolution 997 (ES-I), du 2 novembre 1956,
Demande,
de toute urgence, au Secrétaire général de lui soumettre, dans les quarante-huit heures, un plan en vue de constituer, avec l’assentiment des nations intéressées, une Force internationale d’urgence des Nations Unies chargée d’assurer et de surveiller la cessation des hostilités conformément à toutes les dispositions de la résolution précitée.
Source : Le conflit israélo-arabe. Irène Errera-Hoechstetter, P.U.F., pp. 57-59.

62La force internationale d’urgence, créée par les Nations-Unies, est déployée le long de la frontière israélo-égyptienne et à Charm-El-Cheikh au débouché du golfe d’Akaba. Cette force est stationnée uniquement sur le territoire égyptien, Israël ayant refusé la présence des casques bleus de l’O.N.U.

63Les Israéliens ont sans doute été contraints d’évacuer le Sinaï, mais ils ont atteint l’essentiel de leurs objectifs. Ils ont affaibli l’armée égyptienne, dont la puissance avait été (délibérément ou non) surestimée, et fait une démonstration de force qui va leur garantir quelques années de tranquilité avec tous leurs voisins. Ils ont obtenu la liberté de navigation dans le détroit de Tiran et la fin des opérations de Fedayin.

64En revanche, pour les puissances européennes, l’expédition de Suez est un échec total. L’influence de la Grande-Bretagne, et celle plus modeste de la France, subissent un recul irréversible, au profit des puissances mondiales. L’U.R.S.S. est apparue comme le principal protecteur de l’indépendance de l’Egypte ce qui lui permet de renforcer son audience dans le inonde arabe, tandis que les Etats-Unis, en se désolidarisant de leurs alliés européens et en intervenant efficacement auprès d’eux, parviennent à consolider leurs positions.

C) La guerre des Six Jours

65La crise de Suez est suivie pendant quelques années d’un relatif apaisement du conflit israélo-arabe. Les affrontements frontaliers cessent pratiquement. La seule frontière où subsiste une activité militaire est celle de la Syrie où le statut toujours contesté de la zone démilitarisée continue à provoquer des incidents.

66Cette situation bénéficie à Israël qui peut intensifier la mise en valeur de son territoire, tandis que s’élève le niveau de vie jusque-là assez faible de sa population. Cet essor économique est largement favorisé par l’aide financière en provenance de la diaspora, et notamment de la puissante communauté juive américaine. Les années 1960 sont dans l’ensemble marquées par un développement de la coopération entre Israël et les Etats-Unis. A l’aide privée, vient s’ajouter de plus en plus le soutien financier de l’Etat américain qui entreprend de livrer des armes à Israël, supplantant bientôt la France qui, après 1967, prend ses distances à l’égard de l’Etat hébreu.

67L’Orient arabe, de son côté, en dépit du succès politique que représente l’affaire de Suez, est plus que jamais divisé en tendances antagonistes. Schématiquement on peut opposer le camp des monarchies conservatrices de la péninsule arabique, qui restent liées aux pays occidentaux, au groupe des pays réputés progressistes qui bénéficient du soutien de l’Union Soviétique, malgré des relations parfois difficiles avec Moscou.

68Ce camp progressiste a le vent en poupe après Suez : comprenant principalement l’Egypte et la Syrie, il est renforcé par la chute, en 1958, de la monarchie pro-britannique en Irak. Mais ce groupe de pays n’est nullement homogène, ni solidaire. Bien que se réclamant des mêmes principes (nationalisme, hostilité à l’impérialisme occidental, adhésion au socialisme), les Etats qui le composent ont des ambitions rivales. Ils se disputent le leadership au sein du monde arabe dont ils prétendent réaliser l’unité. L’Egypte de Nasser semble bien placée. Elle réussit un temps à s’unir avec la Syrie (1958-1961) au sein de la République Arabe unie, dont la création inquiète Israël qui y voit une tentative d’encerclement de la part de l’Egypte. Mais cette union reste éphémère. La prépondérance de l’Egypte est activement contestée par l’Irak.

69Et cette rivalité interarabe s’exerce notamment sur le terrain toujours sensible et propice aux surenchères de la confrontation avec Israël et de la question palestinienne.

Les enjeux de la confrontation

70Il y a d’une part le contentieux entre Israël et ses voisins. Au début des années 1960, la principale pomme de discorde est l’utilisation de l’eau du Jourdain. Le problème n’était pas nouveau et avait fait l’objet, on l’a vu, de tractations internationales sans résultats. Or Israël a un impérieux besoin d’accroître ses ressources en eau pour assurer son développement. Faute d’accord avec ses voisins arabes, l’Etat hébreu avait entrepris de réaliser ses propres plans et de détourner une partie des eaux du Jourdain. A la fin de 1963 la construction du conduit national israélien est achevée et les opérations de pompage commencent. Le camp arabe se prépare alors à riposter.

71Il y a d’autre part la question palestinienne proprement dite, c’est-à-dire la situation créée non plus seulement par la politique, mais par l’existence même de l’Etat d’Israël. Le problème crucial reste celui du sort des populations arabes qui ont fui la Palestine. La principale évolution qui caractérise la fin des années 1950 et le début des années 1960 est l’émergence, dans la diaspora palestinienne en exil, de mouvements qui défendent l’idée d’une existence politique autonome du peuple palestinien et désirent secouer la tutelle des autres Etats arabes.

72Cette tendance, combattue par Nasser, est au contraire encouragée par l’Irak où s’est établi l’ancien mufti de Jérusalem. L’Irak propose, en 1959, la création d’une république palestinienne en Cisjordanie et à Gaza. Pour contrer les initiatives de l’Irak et dissiper les accusations de modérantisme à l’égard d’Israël, Nasser propose la réunion, au Caire, d’un sommet de tous les chefs d’Etat arabes. Ce sommet, qui se tient en janvier 1964, se saisit des deux problèmes précédemment évoqués :

  • il met au point un projet de détournement des eaux des affluents du Jourdain, destiné à faire échec au plan israélien. Ce projet doit être mis en œuvre par trois pays, la Jordanie, le Liban et la Syrie.

73Cette initiative arabe suscite une vigoureuse réaction d’Israël. En janvier 1965 le premier ministre Levy Eshkol déclare :

  • 5 Texte cité par Christian Chesnot dans « La bataille de l’eau au Proche-Orient », L’Harmattan, p. 72

« Toute tentative des Arabes d’empêcher Israël d’utiliser la part qui lui revient des eaux du Jourdain serait considérée par nous comme une attaque contre notre territoire. J’espère donc que les Etats arabes n’appliqueront pas les décisions qu’ils ont prises à la conférence du Caire. S’ils les appliquaient toutefois, une confrontation militaire serait inévitable »5.

  • il approuve la création d’une organisation représentative des Palestiniens, l’Organisation de Libération de la Palestine (O.L.P.) dont la présidence est confiée à un diplomate palestinien, lié à l’Arabie Séoudite et à l’Egypte, Ahmed Choukeiri. Celui-ci organise, à la fin de mai 1964, un congrès à Jérusalem qui fonde officiellement l’O.L.P. dont la création met fin à la carrière politique de l’ancien mufti Amine-El-Husseini.

74L’O.L.P. est pourvue d’une charte qui contient des positions maximalistes, puisqu’elle affirme le caractère arabe de la Palestine, refuse le plan de partage de 1947 et dénie toute légitimité à l’existence de l’Etat d’Israël. L’O.L.P. est dotée d’institutions. Un Conseil National palestinien tient lieu de parlement et l’Organisation est dirigée par un Comité Exécutif. Le Congrès décide également la création d’une Armée de Libération de la Palestine. L’autonomie de l’Organisation palestinienne ainsi créée reste limitée. L’O.L.P. reste très dépendante des Etats arabes, et en particulier de l’Egypte. Par ailleurs, elle ne regroupe pas l’ensemble des mouvements palestiniens. Certains, les plus radicaux, préfèrent conserver leur indépendance. C’est le cas notamment du Fatah (« la Conquête ») fondé en 1959 au Koweït par un groupe d’émigrés palestiniens (dont Yasser Arafat). Influencés par les exemples algérien et vietnamien, ils veulent substituer la guérilla à la guerre conventionnelle dans la lutte contre Israël. Le Fatah se dote d’une branche militaire dénommée Al Assifa (« la tempête ») basée en Syrie et qui entreprend, à partir de 1965, de mener des attaques sur le territoire israélien. La première opération menée par la branche militaire du Fatah vise les installations qui amènent l’eau du Jourdain vers le Neguev.

75On assiste donc, à partir du milieu des années 1960, à une nouvelle dégradation des relations israélo-arabes. C’est du côté de la Syrie que se produit une montée des périls conduisant à un affrontement général. En février 1966, des nationalistes radicaux s’emparent du pouvoir à Damas et adoptent une position très militante face à Israël. Du début de 1966 au mois de mai 1967, les incidents se multiplient à la frontière israélo-syrienne, israélo-jordanienne, du fait de l’action des commandos palestiniens qui, de Syrie, s’infiltrent en Jordanie. Outre les sabotages et les attentats perpétrés par les commandos du Fatah, de nombreux accrochages se produisent entre Israéliens et Syriens. L’artillerie syrienne bombarde les Kibboutz de Galilée depuis les hauteurs du Golan. Les Israéliens ripostent en menant des raids de représailles contre la Syrie, mais aussi contre la Jordanie. Les attaques menées par les uns et les autres frappent notamment les installations hydrauliques de chaque camp. Aux actions de sabotage contre les stations de pompage en Israël, l’Etat hébreu répond en détruisant le barrage construit par les Syriens et les Jordaniens sur le Yarmouk, principal affluent du Jourdain.

76Au fil des mois, on assiste à une escalade des combats. Au début d’avril 1967, c’est une véritable bataille qui oppose les armées syrienne et israélienne. La perspective d’un nouveau conflit est ouvertement envisagée. Dans la première quinzaine de mai, les dirigeants israéliens multiplient les déclarations menaçant la Syrie de représailles de plus en plus graves, pouvant aller jusqu’à une attaque sur Damas. A la mi-mai, les Etats arabes sont informés par l’Union Soviétique de l’existence de concentrations militaires israéliennes à la frontière de la Syrie, ce qui semble annoncer une attaque imminente. L’objectif soviétique était sans doute de susciter une réaction de solidarité des autres Etats arabes. Nasser, qui ne veut pas d’un nouveau conflit avec Israël, mais se trouve lié à Damas par un pacte de défense mutuelle, ne peut se dérober.

Le conflit et ses conséquences

77C’est alors que se met en route l’engrenage qui mène au conflit. Nasser envoie des renforts dans le Sinaï et le 16 mai 1967 demande à l’O.N.U. le retrait de ses forces de la frontière israélo-égyptienne. Cette demande est acceptée 48 heures plus tard. Le 22 mai, la crise s’aggrave avec l’annonce par Nasser de la fermeture du détroit de Tiran et du golfe d’Akaba à la navigation israélienne. Cette décision vaut à Nasser un surcroît de prestige au sein du monde arabe, mais est considéré par Israël comme un acte d’agression. Enfin les pays arabes resserrent leurs liens. Un pacte de défense est conclu entre l’Egypte et la Jordanie, auxquelles se joint peu après l’Irak (30 mai-4 juin).

78Tous ces évènements font croire à l’imminence d’une attaque arabe générale et suscitent en Israël une grande inquiétude. L’existence même de l’Etat hébreu semble menacée. Ce sentiment d’insécurité est avivé par les déclarations enflammées de certains dirigeants arabes.

79Nasser lui-même déclare le 23 mai à Radio Le Caire :

  • 6 Texte cité par Charles Enderlin dans « Paix ou guerres. Les secrets des négociations israélo-arabes (...)

« Nous sommes en confrontation avec Israël. Contrairement à ce qui est arrivé en 1956... Israël n’est soutenu aujourd’hui par aucune puissance européenne. Il est possible toutefois que l’Amérique lui vienne en aide. Les Etats-Unis soutiennent Israël politiquement et lui fournissent des armes, mais le inonde n’acceptera pas une répétition de 1956. Nous sommes dans un face à face avec Israël. Nos forces armées ont occupé Charm-El-Cheik. Nous ne permettrons pas au drapeau israélien de passer par le golfe d’Akaba. Les Juifs menacent de faire la guerre. Je réponds : soyez les bienvenus, nous sommes prêts pour la guerre »6.

80Quant au président de l’O.L.P. Choukeiri, il multiplie les déclarations belliqueuses et parle de rejeter les Juifs à la mer.

81Les dirigeants israéliens, qui ont décrété la mobilisation générale, hésitent pourtant sur la conduite à tenir. Finalement, le 1er juin, un gouvernement d’union nationale est constitué et décide de prendre l’initiative des opérations militaires. Le rapport des forces paraît défavorable. Les années arabes disposent d’une nette supériorité en hommes et en matériel, mais l’armée d’Israël, mieux préparée, surclasse ses adversaires. L’attaque israélienne se déclenche le 5 juin 1967. Dès les premières heures de la guerre, le potentiel aérien arabe est détruit par une attaque éclair.

82Les combats terrestres se déroulent sur trois fronts :

  • les Israéliens, ayant décidé de concentrer leurs efforts contre l’Egypte, lancent une offensive dans le Sinaï et y progressent rapidement. Ils atteignent le canal de Suez le 8 juin ;

  • la bataille s’élargit avec l’entrée de la Jordanie dans le conflit. Les Israéliens pénètrent en Cisjordanie et de durs combats sont livrés pour la possession de Jérusalem. La vieille ville est conquise le 7 juin et ce succès provoque en Israël une vive émotion. Le ministre de la défense, Moshe Dayan, déclare :

  • 7 Texte cité par Doris Bensimon dans « Israéliens et Palestiniens. La longue marche vers la paix », L (...)

« Ce matin, l’armée de défense d’Israël a libéré Jérusalem... Nous sommes de retour dans le plus saint de nos lieux, nous y sommes revenus pour ne plus jamais nous en séparer »7.

– des opérations sont ensuite menées contre la Syrie à partir du 9 juin. Les Israéliens conquièrent les positions syriennes qui, du sommet de l’escarpement du plateau du Golan, dominent la Galilée et en menacent la sécurité.

1967 – Guerre des 6 jours (5-10 juin)

1967 – Guerre des 6 jours (5-10 juin)

Des parachutistes israéliens près du mur des Lamentations, après la prise de Jérusalem en juin 1967.

Des parachutistes israéliens près du mur des Lamentations, après la prise de Jérusalem en juin 1967.

Atlas historique d’Israël. Editions Autrement, p. 40. (Office de presse du gouvernement israélien)

83En l’espace de six jours (5-10 juin 1967) la victoire d’Israël est totale. Elle est acquise au prix de pertes relativement limitées (environ 700 morts dont plus de 200 dans l’assaut contre la vieille ville de Jérusalem), tandis que du côté arabe le bilan est beaucoup plus lourd (20 000 à 30 000 tués ?). Les conséquences du conflit sont considérables. Le statuquo territorial issu des armistices de 1949 se trouve bouleversé. Le territoire sous contrôle israélien est multiplié par cinq pour atteindre environ 100 000 km2 et comprend désormais la totalité de la Palestine mandataire.

84L’armée d’Israël s’est emparée :

  • de l’ensemble de la péninsule du Sinaï jusqu’au canal de Suez sur lequel la navigation est complètement interrompue (cette situation va durer huit ans). L’occupation de la position de Charm-El-Cheik, à l’extrémité du Sinaï, permet à Israël de rouvrir à ses navires le détroit de Tiran et le golfe d’Akaba ;

  • de la totalité de la Cisjordanie jusqu’au Jourdain et de la partie orientale de Jérusalem ;

  • du plateau du Golan.

85La conquête de la Cisjordanie et du Golan syrien donne à Israël le contrôle d’une part importante des ressources hydrauliques de la région. C’était là un des enjeux de la guerre des Six Jours comme le montre Ariel Sharon dans ses Mémoires :

  • 8 Texte cité par Christian Chesnot dans « La bataille de l’eau au Proche-Orient », L’Harmattan, p. 67

« Le 5 juin est généralement considéré comme étant la date de l’ouverture de la guerre des Six Jours. Officiellement c’est le cas. Mais en fait cette guerre avait déjà commencé deux ans et demi plus tôt, soit le jour où le gouvernement israélien décida d’agir contre le détournement des eaux du Jourdain »8.

86La Guerre des Six jours provoque, à son tour, d’importants mouvements de population. La plupart des habitants du Golan (plus de 100.000) se sont enfuis au-delà de la ligne de cessez-le-feu, pour se réfugier en territoire syrien non-occupé. Et puis surtout plus de 200.000 habitants de Cisjordanie, résidents ou réfugiés de 1948, traversent le Jourdain pour s’installer dans les camps de Transjordanie. Cet exode, encouragé par les autorités israéliennes, se prolonge dans les mois qui suivent. Malgré ce nouveau déplacement de population, l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza aboutit à placer une fraction importante du peuple palestinien sous l’autorité d’Israël.

87A l’issue de cette nouvelle épreuve de force, les positions des belligérants sont plus éloignées que jamais. Les Israéliens entendent tirer parti de leur victoire pour obtenir un règlement du conflit. Ils n’acceptent de négocier que sur la base de rapports directs d’Etat à Etat, pour parvenir à des accords de paix qui signifieraient la reconnaissance par les Arabes du droit à l’existence de leur Etat. A la différence de ce qui s’est produit en 1956-57, Israël n’est pas contraint, par des pressions internationales, d’évacuer les territoires conquis durant la guerre. Les Etats-Unis, qui considèrent que cette fois les gouvernements arabes se sont mis dans leur tort, y sont opposés. Les territoires occupés pouvaient servir éventuellement de monnaie d’échange dans une négociation, mais sur ce point les avis divergent sensiblement au sein de la classe dirigeante israélienne.

Source : Palestiniens, Israéliens : la paix promise. Omar Massalha Albin Michel, p. 179

88L’unanimité se fait cependant pour faire voter par le Parlement, dès le 27 juin 1967, l’annexion à Israël de la partie orientale de Jérusalem. Le lendemain, la ville divisée depuis 1948 est réunifiée sous une seule administration. Israël s’engage à assurer la protection des Lieux Saints et garantit leur libre accès aux fidèles des diverses religions concernées. La monarchie hachémite de Jordanie conserve un droit de regard sur la gestion des Lieux Saints musulmans. L’émotion que la prise de Jérusalem a suscitée n’atteint pas seulement les Israéliens, mais s’étend aux autres communautés juives. On note une reprise de l’immigration juive, après la Guerre des Six jours, en provenance notamment des pays occidentaux. Cette annexion de Jérusalem-Est, inacceptable pour les Arabes, n’est pas reconnue par le reste du monde et est condamnée par les Nations-Unies.

89Pour le reste des territoires, toutes les opinions sont émises depuis la restitution complète en échange de la paix jusqu’à l’annexion pure et simple en passant par de nombreuses positions intermédiaires. Beaucoup de dirigeants envisagent des modifications plus ou moins importantes des limites de 1949 et souhaitent voir Israël conserver le contrôle de positions stratégiques (Golan, Charm-El-Cheik...).

90Les pays arabes, quant à eux, tentent malgré leurs divisions de présenter un front uni. Réunis à Khartoum au Soudan, du 29 août au 1er septembre 1967, les chefs d’Etats arabes refusent de s’engager dans la voie souhaitée par Israël. Le communiqué publié à l’issue du sommet l’indique clairement :

  • 9 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 218.

« Le sommet réaffirme l’unité des rangs arabes, l’unité d’action, sa ferme intention de liquider les séquelles de l’agression... (il) proclame que les territoires occupés sont arabes et que la tâche de les récupérer incombe à tous les pays arabes. Les rois et chefs d’Etats sont d’accord pour unifier leurs efforts sur le plan politique international et diplomatique afin d’effacer les traces de l’agression et d’obtenir le retrait des troupes israéliennes des territoires arabes occupés après le 5 juin. Cette double action sera entreprise sur la base des principes reconnus par tous les Etats arabes et qui sont : pas de réconciliation avec Israël, pas de reconnaissance de cet Etat et de négociation avec lui et réaffirmation des droits du peuple palestinien sur son pays »9.

91C’est donc l’impasse. Au niveau international, les Nations-Unies éprouvent de grandes difficultés à proposer un projet de règlement. Les Etats-Unis, qui ont fortement resserré leurs liens avec Israël, sans pour autant approuver toutes les initiatives de l’Etat hébreu, tentent de trouver un terrain d’entente avec l’Union Soviétique qui a, de son côté, condamné « l’agression israélienne » et soutient activement les positions des Etats arabes en rompant ses relations diplomatiques avec Israël. Malgré leur opposition, les deux grands, qui avaient en vain incité leurs protégés respectifs à la prudence dans la crise de mai 1967, veulent empêcher un rebondissement de la guerre entre Israël et les pays arabes pour éviter de se trouver plus directement impliqués dans le conflit.

92C’est seulement près de six mois après la fin des hostilités que les tractactions diplomatiques aboutissent. Le 22 novembre 1967, le Conseil de Sécurité de l’Ο.Ν.U. adopte à l’unanimité la résolution 242 qui constitue un habile compromis entre les demandes des uns et des autres : le principe du retrait israélien des territoires occupés est mis sur le même plan que le droit pour tous les Etats du Moyen-Orient de vivre à l’intérieur de frontières sûres et reconnues. On a beaucoup glosé sur l’ambiguïté de la version anglaise du texte et notamment de la phrase « withdrawal of Israel armed forces from territories occupied in the recent conflict », qui peut se traduire par « retrait israélien de ou des territoires occupés ».

93L’Egypte et la Jordanie acceptent la résolution 242 mais considèrent que le retrait israélien doit porter sur l’ensemble des territoires occupés et que ce retrait est un préalable à toute négociation éventuelle sur les autres aspects du contentieux israélo-arabe. En revanche le texte de l’O.N.U. est rejeté par la Syrie, toujours aussi radicale, et par les Palestiniens qui refusent de voir leur sort réduit à une simple question de réfugiés. Les Israéliens acceptent aussi la résolution 242 mais considèrent que leur droit à des frontières sûres implique que les lignes d’armistice d’avant 1967 puissent être modifiées et donc que ce retrait puisse ne pas être total. Le retrait doit découler de la négociation et non la précéder.

94Le texte de l’O.N.U prévoit la nomination d’un médiateur chargé d’explorer avec les parties en conflit les possibilités de règlement.

  • 10 Le texte anglais indique « from territories » c’est-à-dire « de » territoires occupés. L’Anglais ét (...)

Résolution 242 du conseil de sécurité de l’O.N.U. 22 novembre 1967
Evacuation des territoires occupés Le Conseil de sécurité

Exprimant
l’inquiétude que continue de lui causer la grave situation au Moyen-Orient,
Soulignant
l’inadmissibilité de l’acquision de territoire par la guerre et la nécessité d’œuvrer pour une paix juste et durable permettant à chaque Etat de la région de vivre en sécurité,
Soulignant en outre
que tous les Etats Membres, en acceptant la Charte des Nations Unies, ont contracté l’engagement d’agir conformément à l’Article 2 de la Charte,
1. Affirme que l’accomplissement des principes de la Charte exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient qui devrait comprendre l’application des deux principes suivants :
i) Retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés lors du récent conflit ;10
ii) Cessation de toutes assertions de belligérance ou de tous états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque Etat de la région et de leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues à l’abri de menaces ou d’actes de force ;
2.
Affirme en outre la nécessité
a) De garantir la liberté de navigation sur les voies d’eau internationales de la région ;
b) De réaliser un juste règlement du problème des réfugiés ;
c) De garantir l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique de chaque Etat de la région, par des mesures comprenant la création de zones démilitarisées ;
3. Prie le Secrétaire général de désigner un représentant spécial pour se rendre au Moyen-Orient afin d’y établir et d’y maintenir des rapports avec les Etats intéressés en vue de favoriser un accord et de seconder les efforts tendant à aboutir à un règlement pacifique et accepté, conformément aux dispositions et aux principes de la présente résolution ;
4. Prie le Secrétaire général de présenter aussitôt que possible au Conseil de sécurité un rapport d’activité sur les efforts du représentant spécial.
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence. Hachette, pp. 144-145.

D) Le blocage persistant de la situation : vers un nouveau conflit

Occupation israélienne et résistance palestinienne

95Les divergences d’interprétation de la résolution 242 sont telles que la mission de médiation confiée au diplomate suédois Gunnar Jarring, à la fin de 1967, ne tarde pas à s’enliser. Dès lors la situation territoriale issue de la Guerre des Six jours tend à devenir durable.

96Israël s’engage dans une politique de colonisation partielle des territoires occupés, manifestant ainsi clairement son refus d’accepter un simple retour aux lignes de démarcation d’avant la Guerre des Six jours. Dès l’été 1967, un ministre du gouvernement travailliste, Ygal Allon, élabore un plan qui sera formellement adopté par le parti travailliste en 1971 et restera jusqu’en 1977 la référence de la politique gouvernementale. Le plan Allon prévoit l’annexion d’une bande de territoires d’une largeur de dix à quinze kilomètres tout le long de la vallée du Jourdain et d’une partie du désert de Judée au sud de Jérusalem. Le projet recommande l’établissement dans ces régions « de colonies rurales et urbaines et de bases militaires permanentes suivant les besoins de sécurité », et la création à l’est de Jérusalem, « de banlieues à population juive après avoir accéléré la reconstruction et la restauration du quartier juif de la vieille ville ». Si aucune annexion n’est décidée (honnis celle de Jérusalem-Est), toutes les autres propositions du plan sont retenues. La création d’implantations juives dans les territoires occupés sous la forme d’installations militaires dans un premier temps, puis civiles ensuite, nécessite la confiscation de terres arabes.

97Malgré le maintien en vigueur de la législation jordanienne ou égyptienne dans les territoires occupés, une nouvelle réglementation est introduite par les autorités israéliennes sous la forme des « ordres militaires ». Plusieurs d’entre eux concernent le statut des terres. Ils permettent à l’Etat d’Israël de prendre le contrôle des terres réputées « abandonnées » par leurs propriétaires (il s’agit des Palestiniens ayant quitté le pays du fait de la guerre), de celles qui appartenaient aux Etats « ennemis » (essentiellement la Jordanie). Des confiscations de terres sont également opérées en invoquant des besoins militaires, bien que les terres ainsi réquisitionnées soient souvent utilisées pour implanter des colonies civiles. Israël s’assure également le contrôle de l’eau qui est un des enjeux essentiels du conflit israélo-arabe. Dès le 7 juin 1967, un ordre militaire fait passer le système hydrographique de Cisjordanie sous contrôle israélien.

98Dans la mise en œuvre de cette politique de colonisation, les Travaillistes alors au pouvoir en Israël privilégient les considérations stratégiques. Ils évitent la création de colonies de peuplement dans les régions à forte densité de population arabe, sauf dans le cas de Jérusalem-Est annexée à Israël. Cette politique de colonisation concerne principalement la Cisjordanie, mais des implantations sont également créées sur le plateau du Golan et dans le Nord-Est du Sinaï sur l’une des voies qui relient la péninsule à Israël. En 1973, on compte environ quarante cinq colonies regroupant près de six mille personnes. Cette implantation de colonies, très tôt condamnée par les Nations Unies, ne pouvaient être qu’un obstacle supplémentaire sur la voie d’un règlement.

99Du côté arabe, le fait le plus marquant de la période qui suit la débâcle de juin 1967 est l’affirmation de la résistance palestinienne. La défaite des Etats arabes permet aux Palestiniens d’acquérir, pour la première fois depuis 1948, une réelle autonomie d’organisation et d’action politique. Les structures et les orientations de l’O.L.P. sont complètement remaniées en 1968. Les organisations de résistance année, qui étaient restées à l’écart au moment de la création de l’O.L.P, font leur entrée dans la centrale palestinienne et en prennent le contrôle qui échappe ainsi à l’Egypte.

100On assiste à une multiplication des mouvements palestiniens, due à la fois à l’existence de divergences idéologiques et à la volonté des Etats arabes de constituer des organisations à leur dévotion.

101L’organisation la plus importante est le Fatah dont le président Yasser Arafat est porté en février 1969 à la tête de l’O.L.P. Le Fatah se veut le représentant d’un nationalisme proprement palestinien pour qui la libération de la Palestine passe avant l’unité arabe ou la révolution sociale. Dans un texte datant du début de 1969, il est affirmé que :

  • 11 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 15 (...)

« Le Fatah est l’expression du peuple palestinien et de sa volonté de libérer son territoire de la colonisation sioniste afin de recouvrer son identité nationale »11.

102Le même texte condamne la résolution 242 de l’O.N.U. parce qu’elle ignore les droits nationaux du peuple palestinien.

103A côté du Fatah, on trouve des mouvements d’obédience marxiste (F.P.L.P., F.D.L.P., Front Populaire et Front Démocratique de Libération de la Palestine) et diverses formations liées à certains pays arabes (Syrie, Irak).

104Ces diverses organisations sont représentées au Conseil National palestinien, ce qui favorise un réel pluralisme d’expression dans les débats où sont élaborées les orientations de l’O.L.P. Au Conseil National qui se tient au Caire en juillet 1968, la charte de l’O.L.P. est profondément remaniée dans le sens d’une radicalisation. Le nouveau texte préconise le recours à la lutte armée pour libérer la Palestine (art. 9), dénonce le sionisme en termes virulents (art. 22) et ne reconnaît comme palestiniens que les Juifs résidant en Palestine avant la déclaration Balfour de 1917. Par ailleurs la nouvelle charte affirme davantage l’identité propre des Palestiniens (art. 4) et met l’accent sur l’indépendance de l’O.L.P. par rapport aux Etats arabes, en déclarant rejeter :

« toute forme d’ingérence, de tutelle ou de dépendance » (art. 28).

105L’affirmation de l’identité nationale palestinienne porte en germe l’idée d’un Etat palestinien indépendant à créer, même si cette question n’est pas abordée dans le texte de 1968. Cette orientation nouvelle, liée à l’émergence de l’O.L.P. comme organisation autonome par rapport aux Etats arabes, représente une modification sensible des données du problème israélo-arabe. Il faut souligner enfin que le nationalisme palestinien n’a pas, à l’origine, de caractère confessionnel. La lutte pour la cause palestinienne associe Musulmans et Chrétiens arabes. L’arabisme se distingue alors nettement de l’islamisme.

La charte de l’O.L.P. (Extraits) adoptée en 1964, amendée en 1968
1. La Palestine est la patrie du peuple arabe palestinien ; elle constitue une partie inséparable de la grande patrie arabe, et le peuple palestinien fait partie de la nation arabe.
2. La Palestine, dans les frontières du mandat britannique, constitue une unité territoriale indivisible.
3. Seul le peuple palestinien a des droits légitimes sur sa patrie. Après l’avoir libérée, il exercera son droit à l’auto-détermination, selon ses vœux et sa seule volonté.
4. L’identité palestinienne est une caractéristique authentique, intrinsèque et perpétuelle. Elle se transmet des parents aux enfants. Ni l’occupation sioniste, ni la dispersion du peuple arabe palestinien résultant des souffrances qu’il a endurées ne peuvent effacer cette identité palestinienne.
5. Les Palestiniens sont les citoyens arabes qui résidaient habituellement en Palestine jusqu’en 1947, qu’ils aient été forcés de partir ou qu’ils y soient demeurés. Toute personne née de parents palestients après cette date, que ce soit en Palestine ou hors de Palestine, est palestinienne.
6. Les Juifs qui résidaient habituellement en Palestine jusqu’au commencement de l’invasion sioniste sont Palestiniens...
9. La lutte armée est la seule voie pour la libération de la Palestine. Il s’agit d’une ligne stratégique et non pas d’une ligne tactique. Le peuple arabe palestinien affirme sa détermination totale à mener la lutte armée et à lancer la révolution populaire pour la libération et le retour dans sa patrie. Il affirme également son droit à mener une vie normale en Palestine et à y exercer le droit à l’autodétermination ainsi que sa souveraineté...
12. Le peuple arabe palestinien croit à l’unité arabe. Pour jouer son rôle dans la réalisation de cette unité, il doit, dans l’étape actuelle de son combat national, sauvegarder son identité palestinienne avec tout ce que cela implique, œuvrer pour avoir une plus grande conscience de cette identité et s’opposer à tout ce qui pourrait l’affaiblir ou la faire disparaître.
13. L’unité arabe et la libération de la Palestine sont deux objectifs complémentaires. Chacun d’eux conduit à la réalisation de l’autre. L’unité arabe mènera à la libération de la Palestine, et la libération de la Palestine conduira à l’unité arabe. Œuvrer en faveur de l’une revient à agir pour la réalisation des deux.
16. Sur le plan spirituel, la libération de la Palestine créera en Terre sainte une atmosphère de paix et de tranquilité, assurant la sauvegarde de toutes les institutions religieuses, et la garantie de la liberté de culte et du droit de visite à tous, sans discrimination et sans distinction de race, de couleur, de langue ou de religion...
19. Le partage de la Palestine en 1947 et la création d’Israël n’ont aucune validité, quel que soit le temps écoulé, car ils sont contraires à la volonté du peuple palestinien et à son droit naturel sur sa patrie. Ils sont en contradiction avec les principes de la Charte des Nations unies, notamment en ce qui concerne le droit à l’autodétermination.
20. La Déclaration Balfour, le Mandat et tout ce qui en résulte sont déclarés nuis et non avenus. L’affirmation selon laquelle des liens historiques ou spirituels unissent les Juifs à la Palestine n’est pas conforme aux faits historiques et ne répond pas aux conditions requises pour constituer un Etat. Le judaïsme est une religion révélée. Ce n’est pas une nationalité particulière. Les Juifs ne forment pas un peuple avec son identité distincte, mais sont les citoyens des Etats auxquels ils appartiennent.
21. Le peuple arabe palestininen, s’exprimant par sa révolution armée, rejette toute solution de remplacement à la libération totale de la Palestine.
22. Le sionisme est un mouvement politique, organiquement lié à l’impérialisme mondial et opposé à tous les mouvements de libération et de progrès dans le monde. Le sionisme est, par nature, fanatique et raciste. Ses objectifs sont agressifs, expansionnistes et coloniaux. Ses méthodes sont celles des fascistes et des nazis...
26. L’Organisation de Libération de la Palestine, en sa qualité de représentant des forces de la révolution palestinienne, est responsable de la lutte du peuple arabe palestinien pour recouvrer, libérer et retourner dans sa patrie, et y exercer le droit à l’autodétermination.
27. L’Organisation de Libération de la Palestine coopérera avec tous les pays arabes, selon les possibilités de chacun. Elle adoptera une attitude neutre à l’égard de ces pays, selon les nécessités de la bataille de libération ; sur cette base, elle n’interviendra dans les affaires intérieures d’aucun Etat arabe.
28. Le peuple arabe palestinien affirme que sa révolution nationale est authentique et indépendante. Il rejette toute forme d’ingérence, de tutelle ou de dépendance.
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence.
Hachette, pp. 147 à 152.

106L’O.L.P. ainsi réorganisée, outre ses fonctions de représentation politique du mouvement palestinien, développe tout un ensemble d’activités couvrant l’ensemble des secteurs de la vie : santé, éducation, police interne, projets économiques, vie syndicale. Elle tend à devenir un quasi-Etat, un peu à la manière du mouvement sioniste avant la création de l’Etat d’Israël. Le financement vient des contributions volontaires des Palestiniens de la diaspora et de l’aide apportée par les monarchies pétrolières du Golfe arabo-persique. La résistance palestinienne tente en vain de s’implanter dans les territoires occupés. En Cisjordanie, le Fatah ne parvient pas à créer des réseaux stables de résistance. Il se heurte à la méfiance des notables palestiniens restés fidèles au pouvoir jordanien et surtout ne peut tenir longtemps face à la répression israélienne. Dès le début de 1968, il faut renoncer. En revanche, à Gaza, l’implantation est plus solide. Ce n’est que dans l’été 1971 que les Israéliens réussissent à éliminer la résistance armée.

107A défaut des territoires occupés, ce sont les camps de réfugiés établis dans les pays voisins d’Israël (Syrie, Liban, Jordanie) qui deviennent les bases principales des mouvements qui composent l’O.L.P. dans leurs opérations contre Israël. L’activisme de l’O.L.P. pose inévitablement le problème des relations de la Centrale palestinienne avec les gouvernements de ces pays qui se trouvent exposés aux représailles israéliennes. La Syrie exerce un contrôle strict sur les activités des organisations palestiniennes basées sur son territoire. Elles ne peuvent passer à l’action sans obtenir l’aval du gouvernement de Damas. Il n’en va pas de même du Liban, où le pouvoir politique est faible, ni de la Jordanie où le roi Hussein doit tenir compte du fait que la population est majoritairement d’origine palestinienne et soutient l’action de l’O.L.P.

108Dans ces deux pays, les camps de réfugiés deviennent des centres de recrutement et d’entraînement des combattants palestiniens, dont les effectifs sont en augmentation rapide. Les unités de Fedayin se livrent à des opérations de harcèlement contre le territoire israélien : infiltrations, pose de mines, attentats, bombardements de villages frontaliers. Les accrochages avec les forces israéliennes donnent lieu parfois à de véritables batailles rangées (comme à Karameh en mars 1968). Les organisations palestiniennes les plus radicales (notamment le F.P.L.P.) s’engagent, à partir de l’été 1968, dans la voie du terrorisme international, par des détournements ou des attaques d’avions de lignes israéliens, puis occidentaux. Israël riposte à cette escalade des opérations palestiniennes en appliquant la stratégie traditionnelle de représailles par bombardements aériens contre les Etats arabes pour les inciter à empêcher Faction des Fedayin.

Un camp d’entraînement palestinien.

Un camp d’entraînement palestinien.

Au cours des années 70, le terrorisme devint le mode d’action au nationalisme palestinien.

Atlas historique d’Israël, p. 56. (Agence Magnum)

109Cette politique de représailles n’atteint pas toujours l’effet recherché, comme le montre l’exemple du Liban où le raid lancé par Israël contre l’aéroport de Beyrouth en décembre 1968 provoque une crise gouvernementale prolongée. L’armée libanaise essaie d’empêcher l’implantation de bases palestiniennes dans le sud du pays, ce qui conduit à des heurts avec la Résistance. Finalement, après une médiation de Nasser, un accord est conclu au Caire le 3 novembre 1969 qui légitime la présence armée palestinienne dans les camps du Liban et autorise les opérations de guérilla à partir du sud du pays contre Israël.

110L’évolution est tout à fait différente en Jordanie où l’O.L.P. a installé la plupart de ses bases et de son appareil politique et militaire. Les organisations palestiniennes y disposent d’une grande liberté d’action et y constituent assez rapidement un véritable Etat dans l’Etat, ce qui porte atteinte à la souveraineté de l’Etat jordanien. Le roi Hussein ne tarde pas à juger cette situation insupportable. En septembre 1970, un détournement d’avion opéré par le F.P.L.P. en direction de l’aéroport jordanien de Zarka met le feu aux poudres. Le 17 septembre, Hussein engage la lutte contre la résistance palestinienne. De violents combats se livrent à Amman et dans une grande partie du pays. Cet épisode, connu sous le nom de « Septembre noir », est extrêmement meurtrier (il fait au moins 4 000 victimes chez les Fedayin, peut-être beaucoup plus) et permet au gouvernement jordanien de rétablir son autorité. Nasser intervient et parvient, à l’issue de difficiles négociations, à imposer le 27 septembre un compromis entre les frères ennemis.

111L’accord du Caire n’est en fait pas appliqué. Les affrontements jordano-palestiniens se poursuivent jusqu’à l’été 1971 et aboutissent à l’éviction de l’O.L.P. qui doit évacuer les bases qu’elle avait établies en Jordanie et transférer ailleurs sa direction et l’essentiel de ses forces. Elle se replie sur le Liban, l’Etat le plus faible du monde arabe. Malgré sa montée en puissance, la résistance palestinienne n’était pas en mesure de tenir tête aux principaux Etats arabes, ni de leur imposer sa conception de la lutte contre Israël.

La guerre du Kippour

112A la fin des années 1960 et au début des années 1970, ce sont en fait les Etats arabes qui jouent encore le rôle essentiel dans la confrontation israélo-arabe. Ils refusent d’accepter la situation territoriale issue de la Guerre des Six jours, mais face à la détermination israélienne, leur stratégie est hésitante. Ils acceptent de prendre part aux tractations diplomatiques menées en vue d’amorcer des négociations tout en se préparant à une reprise des hostilités.

113En effet le cessez-le-feu conclu en juin 1967 n’est pas vraiment respecté. Des accrochages se produisent sur les diverses lignes de démarcation entre l’Etat hébreu et ses voisins arabes, mais les affrontements les plus importants opposent Israéliens et Egyptiens. Dès juillet 1967, des incidents éclatent de part et d’autre du canal de Suez et prennent peu à peu de l’ampleur sous la forme notamment de fréquents duels d’artillerie. A partir de mars 1969, Nasser engage contre Israël une véritable guerre d’usure. Son objectif est de démontrer, tout particulièrement aux grandes puissances, que le statu quo de 1967 ne peut être stable, tout en rendant l’occupation des territoires conquis aussi coûteuse que possible pour les Israéliens. Cette guerre d’usure est également envisagée comme le prélude possible à une reprise générale des hostilités.

114Ce type de guerre est réellement coûteux pour Israël. Il l’oblige à livrer une bataille statique sans pouvoir utiliser ce qui constitue son principal atout face aux armées arabes : son aptitude à mener des opérations mobiles. Pour sortir de cette situation, les Israéliens ripostent en utilisant leur aviation d’abord contre les batteries d’artillerie égyptiennes dans la zone du canal, puis à partir de janvier 1970 contre des objectifs situés à l’intérieur du territoire égyptien. Les bombardements israéliens ne visent pas seulement des objectifs militaires mais aussi des installations industrielles et font de nombreuses victimes civiles. Nasser se tourne alors vers l’Union Soviétique qui accepte de renforcer la défense anti-aérienne de l’Egypte. Mais l’engagement accru de l’U.R.S.S. comporte le risque d’un affrontement direct avec les Israéliens.

115La crainte d’une escalade militaire difficile à maîtriser favorise la reprise du processus diplomatique pratiquement interrompu depuis le début de 1968. Le secrétaire d’Etat américain William Rogers (qui avait déjà fait un essai infructueux quelques mois plus tôt) présente le 19 juin 1970 un plan de paix prévoyant un cessez-le-feu de trois mois, la reprise de la mission du médiateur de l’O.N.U. Gunnar Jarring et l’acceptation par toutes les parties de l’application de la résolution 242. Il est accepté par Israël, l’Egypte et la Jordanie. L’acceptation du plan Rogers par la Jordanie contribue à aggraver la tension qui se développe entre le pouvoir jordanien et la résistance palestinienne hostile à tout compromis, ce qui débouche sur le massacre de « Septembre noir ». Le cessez-le-feu prévu par le plan Rogers entre en vigueur le 7 août 1970 et est reconduit à plusieurs reprises. Une sorte de dialogue indirect s’ouvre, notamment entre Israël et l’Egypte, soit par l’intermédiaire du médiateur qui transmet les idées et suggestions des différents gouvernements et formule des propositions, soit par le biais de déclarations publiques des principaux dirigeants.

116Après la mort de Nasser en septembre 1970, son successeur à la tête de l’Egypte Anouar El Sadate paraît disposé à négocier un accord avec Israël. Il accepte l’idée d’un règlement par étapes devant conduire cependant à un retrait total d’Israël des territoires occupés. Or les Israéliens s’y refusent. Ils entendent bien conserver certains des territoires conquis, principalement pour des raisons de sécurité. C’est le cas entre autres du Golan, mais aussi d’une partie du Sinaï

117Les divergences restent trop importantes pour que puissent s’ouvrir de véritables négociations. A partir de l’été 1971, les échanges sont pratiquement interrompus. C’est un état de « ni guerre, ni paix » qui s’instaure alors dans la région, inacceptable pour les Arabes, mais dont s’accommodent aussi bien les grandes puissances que l’Etat d’Israël. De 1971 à 1973, les Israéliens ont pour principale préoccupation la lutte contre les organisations palestiniennes qui multiplient les actions de terrorisme tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Etat juif (l’action la plus retentissante est la prise en otage meurtrière d’athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de 1972 à Munich). De nombreux raids de représailles sont menés contre la Syrie et surtout le Liban dont la situation intérieure se dégrade fortement.

118En revanche, les dirigeants israéliens ne prennent guère au sérieux les avertissements du président égyptien Sadate qui annonce à plusieurs reprises son intention de recourir aux armes pour reconquérir les territoires perdus. Israël considère que le rapport de forces lui est plus favorable que jamais et le renvoi par Sadate des 20 000 conseillers militaires soviétiques est perçu comme un facteur d’affaiblissement de la position égyptienne. Et pourtant l’Egypte se prépare effectivement à faire la guerre en liaison avec la Syrie. Après la débâcle de juin 1967, les pays arabes ont reconstitué leur potentiel militaire avec l’aide de l’Union Soviétique. Leurs aimées, bien équipées et mieux entraînées, ont retrouvé et même amélioré leurs capacités opérationnelles.

119L’Egypte et la Syrie créent la surprise en déclenchant les hostilités le 6 octobre 1973, jour de la fête juive du Yom Kippour (le grand pardon) et 10e jour du ramadan de cette année-là.

120On peut souligner toutefois que les dirigeants israéliens, avertis des préparatifs militaires syro-égyptiens et de l’imminence d’une attaque, refusent de prendre les devants comme en 1967, ainsi que l’explique le premier ministre Golda Meir :

  • 12 Texte cité par Charles Enderlin dans « Paix ou guerres », Stock, p. 330.

« En 1967, je croyais qu’il était encore clair pour tous que nous étions agressés, mais nous avons ouvert le feu les premiers. De nombreux chefs d’Etat m’ont dit que nous avions commenté la guerre. Cette lois, j’ai décidé que ce ne serait pas le cas. L’identité de l’agresseur doit être connue de tous... »12.

121La guerre commence par une double offensive des armées arabes qui débordent les faibles effectifs israéliens qui tiennent à ce moment-là les deux fronts :

  • les Egyptiens franchissent le canal de Suez, occupent la rive orientale et y établissent une tête de pont d’une dizaine de kilomètres de profondeur ;

  • les Syriens, renforcés par des contingents fournis par plusieurs Etats Arabes, reprennent la majeure partie du plateau du Golan.

122Les Israéliens qui se sont laissés surprendre ont besoin de 48 heures pour réagir et mobiliser leurs forces. D’autre part, l’équipement des armées arabes en armes défensives et anti-chars empêche Israël de répéter les offensives éclair de 1967 et oblige les chefs militaires à improviser de nouvelles méthodes de combat.

123A partir du 9 octobre, la contre-offensive israélienne s’engage. Les Israéliens donnent la priorité au front syrien plus proche des zones vitales du pays. Du 9 au 13 octobre, ils refoulent les Syriens et avancent d’une vingtaine de kilomètres au-delà de la ligne de cessez-le-feu de 1967. Puis ils se retournent contre l’Egypte qui vient de reprendre l’offensive dans le Sinaï. L’année d’Israël parvient à atteindre le canal de Suez le 15 octobre. Une manœuvre audacieuse lui permet d’établir une tête de pont sur la rive occidentale et de menacer d’encerclement une des deux armées égyptiennes engagées à l’Est du canal.

124L’évolution de la situation militaire est suivie avec beaucoup d’attention par les grandes puissances. Elles sont rapidement amenées à soutenir leurs alliés respectifs par des envois massifs d’armements pour compenser les destructions considérables provoquées par les combats. Ce sont de véritables ponts aériens qui sont organisés d’abord par l’U.R.S.S. en direction de l’Egypte et de la Syrie à partir du 10 octobre, puis par les Etats-Unis en faveur d’Israël à partir du 14 octobre. La dépendance des belligérants à l’égard des grandes puissances met ces dernières en position d’exercer des pressions en vue de mettre un terme au conflit. Les Soviétiques notamment se montrent soucieux d’éviter un effondrement égyptien. Des négociations menées avec les Etats-Unis aboutissent à la rédaction d’un texte commun adopté le 22 octobre 1973 par le Conseil de sécurité sous le nom de résolution 338. L’appel au cessez-le-feu y est assorti de recommandations en faveur de l’application de la résolution 242 de 1967 et de l’ouverture de négociations de paix. Les Etats arabes acceptent la résolution des Nations Unies, mais Israël, qui cherche à obtenir une victoire totale sur l’Egypte, poursuit ses opérations militaires.

1973 – Guerre du Kippour

1973 – Guerre du Kippour

Appel au cessez-le-feu
Résolution 338 du Conseil de sécurité 22 octobre 1973
Le Conseil de sécurité,
1. Demande à toutes les parties aux présents combats de cesser le feu et de mettre fin à toute activité militaire immédiatement, douze heures au plus tard après le moment de l’adoption de la présente décision, dans les positions qu’elles occupent maintenant.
2. Demande aux parties en cause de commencer immédiatement après le cessez-le-feu l’application de la résolution 242 (1967) du Conseil de sécurité, en date du 22 novembre 1967, dans toutes ses parties.
3. Décide que, immédiatement et en même temps que le cessez-le-feu, des négociations commenceront entre les parties en cause sous des auspices appropriés en vue d’instaurer une paix juste et durable au Proche-Orient.
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence.

Hachette, p. 164.

125La poursuite des combats fait monter la tension. Les Soviétiques semblent envisager une intervention directe sur le théâtre des opérations ce qui conduit les Etats-Unis à placer leurs forces nucléaires en état d’alerte (24-25 octobre). Les pressions américaines sur Israël permettent l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, ce qui désamorce la crise internationale. La situation militaire parvient à être stabilisée. Conformément à la résolution 338, une conférence de la paix est réunie à Genève tin décembre. Elle rassemble, outre les grandes puissances, les pays du champ de bataille. Pour la première-fois, des négociateurs israéliens et arabes se trouvent officiellement face à face. L’évènement a en fait une importance surtout symbolique, car rien de concret ne sort des travaux de cette conférence qui est rapidement mise en veilleuse. Les véritables négociations vont avoir lieu dans un autre cadre.

126La guerre du Kippour a d’importantes répercussions. Pour Israël d’abord. La quatrième guerre israélo-arabe s’achève par une nouvelle victoire israélienne. Mais pour beaucoup d’Israéliens, c’est une victoire amère. Malgré des frontières plus sûres et un rapport de forces théoriquement plus favorable qu’en 1967, l’armée israélienne a dû livrer une guerre beaucoup plus meurtrière pour obtenir une victoire moins complète. Le prix à payer est lourd. Les pertes humaines sont beaucoup plus élevées que dans les conflits précédents (2 500 tués, ce qui est beaucoup pour une population de 3 000 000 d’habitants) et surtout bien des certitudes sont remises en cause : Israël a fortement ressenti sa vulnérabilité, tandis que s’effondre le mythe de l’invincibilité de son armée. Ajoutons qu’Israël a dû constater son extrême dépendance à l’égard des Etats Unis. L’Etat hébreu n’a pu l’emporter que grâce aux livraisons massives de matériel américain, ce qui réduit inévitablement sa marge de manœuvre sur le plan politique et l’oblige à prendre en compte la volonté de Washington.

127La confiance dans les dirigeants du pays, accusés d’imprévoyance, se trouve ébranlée. Des mouvements de contestations se font jour. Le choc provoqué par la guerre d’octobre contribue à affaiblir la position du parti travailliste qui dirige le pays depuis l’indépendance. L’accession au pouvoir d’une nouvelle génération de dirigeants, qui succède à celle des fondateurs de l’Etat israélien, n’épargne pas aux Travaillistes le désaveu de la population qui se manifeste avec éclat aux élections de 1977 qui donnent la victoire à la droite nationaliste rassemblée au sein du Likoud dirigé par Menahem Begin.

128Vainqueur militairement, Israël sort du conflit politiquement affaibli. Les pays arabes sont eux dans une situation inverse. Malgré les revers subis et l’importance des pertes humaines (15 000 tués ?) et matérielles, l’issue de la guerre du Kippour n’est pas ressentie par les Arabes comme une véritable défaite. Que les armées arabes aient pu pendant plusieurs jours avancer dans des territoires contrôlés par Israël, qu’elles aient pu mettre l’Etat juif en danger, apparaît comme une sorte de victoire. Cette perception des faits bénéficie particulièrement à l’Egypte (plus qu’à la Syrie beaucoup plus touchée par les combats). La guerre d’octobre 1973 renforce l’autorité du présient Sadate et lui donne une légitimité qui lui manquait. Il va pouvoir réorienter complètement, on le verra, la politique égyptienne.

129La guerre du Kippour a une autre conséquence qui déborde le cadre du seul conflit israélo-arabe. Pour la première fois les pays arabes font usage de l’arme pétrolière. Le 17 octobre 1973, les représentants des pays arabes pétroliers ont décidé une réduction mensuelle de 5 % de la production de pétiole jusqu’à ce que les territoires occupés par Israël soient évacués. Un embargo est décrété contre les pays jugés trop favorables à Israël (Etats Unis, Pays-Bas). Ces décisions sont sans conséquence sur le déroulement du conflit et n’atteignent par leur objectif. Mais elles créent les conditions du premier choc pétrolier qui ébranle l’économie mondiale. Elles poussent la plupart des pays occidentaux (Europe, Japon), très dépendants du pétrole, à adopter des positions pro-arabes, ce qui aggrave l’isolement diplomatique d’Israël dont les Etats-Unis sont désormais le seul véritable soutien.

3 – De la guerre du Kippour à nos jours : une longue marche vers la paix ?

130Dans un ouvrage intitulé « Terres trop promises » Charles Zorgbibe montre que le conflit israélo-arabe comporte trois dimensions distinctes :

  • locales : il s’agit de la confrontation palestino-israélienne qui résulte des conditions dans lesquelles l’Etat d’Israël a été créé. Elle est primordiale et constitue le fondement même du conflit israélo-arabe ;

  • régionale : pendant vingt cinq ans c’est la dimension principale avec quatre guerres qui opposent Israël à ses voisins arabes, ce qui aboutit à éclipser, voire à nier l’existence d’un peuple palestinien ayant ses aspirations propres ;

    • 13 Charles Zorgbibe « Terres trop promises », La Manufacture, Chap. 9, p. 288 et sq.

    internationale : elle se caractérise, après l’effacement de l’Europe, par l’engagement qui reste cependant indirect des deux Grands et qui est lié à l’importance économique et stratégique de la région13.

131Ces trois dimensions s’articulent évidemment entre elles. Les Etats arabes sont intervenus pour secourir les Palestiniens au nom de la défense de la nation arabe considérée comme un tout par-delà les frontières étatiques. Ils ont ainsi pris part à des guerres qui ont par ailleurs donné l’occasion aux grandes puissances de développer leur influence.

132Mais ces trois dimensions conservent aussi leur logique propre et donnent lieu à des évolutions divergentes. C’est là le fait essentiel qui se produit après la guerre du Kippour. On assiste à une dissociation progressive entre les dimensions locale et régionale du conflit qui résulte d’un affaiblissement de la solidarité pan-arabe tant de fois proclamée par le passé et de la volonté des Etats de donner la priorité à la défense de leurs intérêts nationaux. Depuis 1973, les Etats arabes ont renoncé à toute nouvelle confrontation avec Israël. Certains se sont même engagés dans la voie de la négociation avec l’Etat hébreu. Ce désengagement relatif a contribué à refaire de la confrontation israélo-palestinienne l’enjeu majeur du conflit israélo-arabe.

133Quant à la dimension internationale, elle évolue également dans le sens d’un accroissement de l’influence américaine au détriment de celle de l’U.R.S.S. C’est sous l’égide des Etats-Unis que s’effectuent les premières avancées notables sur la voie d’une solution négociée du conflit.

A) La paix avec l’Egypte

134C’est la réorientation de la politique égyptienne qui est à coup sûr l’élément principal de l’évolution qui se produit après la guerre du Kippour.

135Avec Nasser, figure emblématique du nationalisme, l’Egypte a longtemps exercé une sorte de leadership au sein du monde arabe. Mais c’est aussi elle qui a payé le prix le plus lourd dans le conflit avec Israël en étant un protagoniste essentiel des quatre guerres israélo-arabes qui ont coûté cher en vies humaines et privé l’Egypte à la fois des revenus du canal de Suez fermé depuis 1967 et du contrôle du Sinaï, région au sous-sol riche (gisements de pétrole) et à l’importance stratégique certaine.

136La politique de Sadate, successeur de Nasser, va consister à faire passer les intérêts de l’Egypte avant ceux de la « nation arabe », à réhabiliter le nationalisme égyptien fondé sur une Histoire plusieurs fois millénaire au détriment de l’arabisme. Sadate veut avant tout assurer le développement économique du pays, ce qui suppose de mettre un terme à la confrontation avec Israël. La réalisation de ces objectifs passe par un rapprochement avec les Etats-Unis, seul Etat capable à la fois d’apporter à l’Egypte les capitaux dont elle a besoin et de servir de médiateur entre elle et l’Etat d’Israël.

137Dès son accession au pouvoir, Sadate semble rallié à l’idée d’un règlement négocié du conflit avec Israël. La guerre d’octobre 1973 apparaît en fait comme le moyen de rompre un statu quo inacceptable. Une opération militaire limitée mais réussie devait permettre à l’Egypte de se présenter en position de force à des négociations. Cette stratégie cadre tout à fait avec les conceptions de l’homme qui est le principal inspirateur de la politique américaine, Henry Kissinger, adepte de la « diplomatie à chaud ».

  • 14 Jean-Pierre Deriennic « Le Moyen-Orient au XXe siècle », A. Colin, p. 212.

138L’entreprise égyptienne menace cependant, on l’a vu, de tourner au désastre que seules les pressions américaines sur Israël permettent d’éviter. C’est ainsi qu’une défaite militaire va se transformer en succès politique. On a pu dire que la statégie de Sadate avait consisté « à faire la guerre avec des armes russes afin de pouvoir faire la paix grâce à une médiation américaine »14.

139Dès la fin des combats, l’américain Kissinger déploie une intense activité diplomatique au Moyen-Orient, multiplie les contacts et les navettes entre Jérusalem et les différentes capitales arabes. Cette activité s’avère dans un premier temps fructueuse. Au cours du premier semestre 1974, des accords de désengagement sont conclus permettant une séparation effective des armées qui se sont affrontées en octobre 1973.

140Avec l’Egypte, la négociation aboutit rapidement. Le 18 janvier 1974, l’accord israélo-égyptien est signé (au kilomètre 101 de la route Le Caire-Suez). L’armée israélienne évacue les deux rives du canal de Suez et se retire derrière une ligne située à une vingtaine de kilomètres de celui-ci. L’armée égyptienne occupe une bande de terrain d’une dizaine de kilomètres à l’est du canal. Entre les deux armées, une zone-tampon est occupée par des casques bleus de l’O.N.U. Des négociations parviennent également à s’engager, non sans mal, avec la Syrie très liée à l’U.R.S.S. et dont l’hostilité à Israël est tenace. Un accord est cependant conclu à Genève le 31 mai 1974, Les Israéliens évacuent le territoire conquis en 1973 et une bande de territoire d’environ deux kilomètres de large occupée en 1967. Comme dans le Sinaï, une zone-tampon occupée par les casques bleus est délimitée.

141Ces premiers accords permettent seulement de consolider les armistices de l’automne précédent sans que soient abordées les question de fond. Les textes signés précisent clairement que les accords conclus ne sont qu’« un premier pas sur la voie d’une paix définitive, juste et durable ». Les Etats-Unis se montrent décidés à aller de l’avant et poursuivent leurs efforts diplomatiques. L’Egypte qui a décidé la réouverture du canal de Suez (5 juin 1975) se montre prête à seconder les efforts américains, qui se heurtent en revanche aux réticences israéliennes. Les négociations toujours menées par Henry Kissinger aboutissent toutefois à la conclusion à Genève d’un nouvel accord israélo-égyptien le 4 septembre 1975. Les deux pays s’engagent à ne plus recourir à la force pour régler le conflit qui les oppose. Israël consent à un nouveau retrait dans le Sinaï et renonce aux champs de pétrole du golfe de Suez. La zone-tampon occupée par les forces de l’O.N.U. est élargie.

142Cependant la diplomatie des « petits pas » chère à Henry Kissinger et fondée sur la conclusion d’accords partiels, montre bientôt ses limites. On reste très loin du règlement global que recherche l’Egypte. Four éviter le retour à l’immobilisme et à l’état de « ni guerre, ni paix » d’avant 1973, le président Sadate, qui n’attend rien d’une reprise de la conférence internationale de Genève proposée par les Américains, se décide à rompre avec un tabou majeur de la politique arabe : il se résoud à engager directement le dialogue avec Israël.

Les accords de désengagement israélo-égyptiens 1974-1975

Les accords de désengagement israélo-égyptiens 1974-1975

Source : Notes et Études documentaires. no 4792, pp 28 et 40.

143Des contacts secrets sont pris à cet effet et le 9 novembre 1977, Sadate crée de nouveau la surprise en annonçant qu’il est prêt à se rendre n’importe où, même à Jérusalem, pour négocier la paix. Invité officiellement par le gouvernement israélien, Sadate arrive à Jérusalem le 19 novembre et prend la parole devant la Knesset (le parlement). Il se déclare prêt à reconnaître l’existence de l’Etat d’Israël et de conclure avec lui une paix durable en échange de l’évacuation de tous les territoires occupés et de la reconnaissance des droits des Palestiniens, y compris celui d’avoir leur propre Etat.

Extraits du discours du président Sadate devant la Knesseth (20 novembre 1977)
Je vous dis sincèrement qu’aujourd’hui nous avons la vraie chance de faire la paix, si nous sommes vraiment sérieux dans notre désir de paix. C’est une chance qui ne se représentera plus. C’est une chance qui, si elle est perdue ou gaspillée, fera porter la malédiction de l’humanité et la malédiction de l’histoire sur celui qui l’aura fait échouer.
Qu’est la paix pour Israël ? Elle signifie qu’Israël vit dans cette région, avec ses voisins arabes, en sûreté et en sécurité. A ce raisonnement, je dis oui. Elle signifie qu’Israël recevrait toutes les garanties nécessaires pour assurer ces deux conditions. A cette exigence, je réponds oui...
En bref donc, quand nous demandons : qu’est la paix pour Israël ? la réponse devrait être : qu’Israël vivra à l’intérieur de ses frontières avec ses voisins arabes, en sûreté et en sécurité dans le cadre de toutes les garanties qu’il acceptera et qui seront offertes à l’autre partie. Mais comme cela sera-t-il réalisé ? Comment pouvons-nous arriver à la conclusion qui nous mènera à une paix permanente fondée sur la justice ?
Il y a des faits qu’il faut affronter avec courage et clairvoyance. Il y a des territoires arabes qu’Israël a occupés par la force armée Nous exigeons le retrait complet de ces territoires, y compris la Jérusalem arabe.
Je suis venu à Jérusalem, comme Cité de la Paix, qui restera toujours un vivant emblème de la coexistence des fidèles des trois religions. Il est inadmissible que qui que ce soit puisse envisager un statut spécial de la Cité de Jérusalem dans le cadre de l’expansion ou de l’expansionnisme ; elle devrait être, au contraire, une cité libre et ouverte à tous les croyants...
Laissez-moi vous dire sans la moindre hésitation que je ne suis pas venu sous ce toit pour demander que vos troupes évacuent les territoires occupés. L’évacuation totale des territoires arabes occupés en 1967 est un fait logique et incontesté. Nul ne devrait plaider cela. Tout ce qui peut être dit sur une paix permanente fondée sur la justice, et tout ce qui peut être fait pour assurer notre coexistence en paix et en sécurité dans cette partie du monde serait vidé de son sens si vous occupez des territoires arabes par la force des armes. Car il n’existe pas de véritable paix qui pourrait être édifiée sur l’occupation du pays d’autrui. Ce ne serait pas une paix sérieuse.
Oui, cela est une conclusion inéluctable qui n’est pas ouverte à débat ou discussion si les intentions sont sincères et si les efforts pour établir une paix juste et durable pour notre génération et les générations à venir sont véritables.
Quant à la cause palestinienne, personne ne saurait nier qu’elle est le nœud du problème tout entier. Personne au monde ne saurait accepter, aujourd’hui, les slogans diffusés ici, en Israël, et qui ignorent l’existence du peuple palestinien et qui remettent en cause sa personnalité. La cause du peuple palestinien et ses droits légitimes ne sont plus ignorés, ni niés aujourd’hui par personne. Au contraire, nulle personne douée de jugement ne peut les nier ou les ignorer...
Je ne passerai pas en revue les événements du passé depuis la déclaration Balfour, d’il y a soixante ans. Vous connaissez bien les faits significatifs. Si vous avez trouvé la justification morale et légale pour l’établissement d’un foyer national sur une terre qui ne vous appartient pas tout entière, l’obligation vous incombe de manifester votre compréhension pour l’insistance du peuple palestinien à établir, à nouveau, un Etat sur sa terre. Quand certains extrémistes demandent aux Palestiniens de renoncer à cet objectif sublime, ils leur demandent en fait de renoncer à leur identité et à tout espoir pour l’avenir.
Je salue les voix israéliennes qui ont demandé la reconnaissance des droits du peuple palestinien pour arriver à la paix et la préserver. Je vous le dis, Mesdames et Messieurs, qu’il ne sert à rien de refuser de reconnaître le peuple palestinien et son droit à la souveraineté nationale et au retour.
Nous, les Arabes, avons affronté cette expérience auparavant, avec vous et avec la réalité de l’existence israélienne. Cette lutte nous a menés de guerre en guerre, avec de plus en plus de pertes, jusqu’à ce que vous et moi soyons arrivés au bord d’un abîme horrible et d’un terrifiant désastre, à moins que, ensemble, nous saisissions l’occasion, aujourd’hui, d’une paix durable fondée sur la justice.
Vous devez affronter la réalité courageusement, comme je l’ai fait. On ne peut trouver aucune solution à un problème en l’éludant ou en faisant la sourde oreille. La paix ne peut durer si l’on essaie d’imposer des conceptions fantastiques, auxquelles le monde a tourné le dos en annonçant son appel unanime au respect des droits et des faits.
Source : Textes de politique internationale depuis 1945. Que sais-je ?, P.U.F., pp. 112-115.

144Les négociations bilatérales qui s’ouvrent à la fin de l’année achoppent sur le refus d’Israël d’accepter un retrait total des territoires occupés et de prendre des engagements précis à l’égard des Palestiniens.

145L’intervention des Etats-Unis permet de sortir de l’impasse la négociation qui continue de façon triangulaire. Les discussions sont longues et difficiles d’autant plus que pendant ce temps Israël poursuit sa politique de colonisation de la Cisjordanie et ses raids de représailles contre le Liban. Le président américain Carter se saisit personnellement du dossier. Il convoque les Israéliens et les Egyptiens pour une conférence au sommet à Camp-David, l’une des résidences du président des Etats-Unis (5-17 septembre 1978). Seule la médiation américaine permet d’aboutir. Le 17 septembre, les présidents Carter et Sadate et le premier ministre Begin signent à Washington deux accords-cadres pour la paix au Proche-Orient :

  • l’un est l’élaboration d’un traité de paix israélo-égyptien ;

  • l’autre prévoit des négociations visant à doter la Cisjordanie et Gaza d’un statut d’autonomie durant une période transitoire de cinq ans durant laquelle l’autorité militaire israélienne doit être remplacée par une autorité librement élue. A l’issue de la période transitoire doit être adopté un statut définitif.

146Les accords de Camp-David sont inégalement mis en œuvre. La paix est effectivement signée entre Israël et l’Egypte.

147Il faut cependant encore six mois de tractations pour mettre au point le texte du traité signé le 26 mars 1979 à Washington. Il confirme la fin de l’état de guerre entre les deux pays. Israël accepte d’évacuer la totalité du Sinaï où l’Egypte s’engage à limiter sa présence militaire. Il obtient la liberté de circulation sur le canal de Suez et dans le détroit de Tiran.

Les accords de Camp David
Extraits

Les parties sont déterminées à parvenir à un règlement juste, global et durable du conflit du Proche-Orient par la conclusion de traités de paix fondés sur les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité, dans tous leurs aspects. Leur objectif est de parvenir à la paix et à des relations de bon voisinage. Elles reconnaissent que la paix, pour être durable, doit associer tous ceux qui ont été le plus profondément affectés par le conflit. [...]

A. Cisjordanie et Gaza

1. L’Egypte, Israël, la Jordanie et les représentants du peuple palestinien participeront aux négociations visant à trouver une solution au problème palestinien sous tous ses aspects. Pour atteindre ce ! objectif, des négociations portant sur la Cisjordanie et Gaza devront se dérouler en trois étapes :
a) L’Egypte et Israël conviennent qu’afin d’assurer un transfert de pouvoir dans la paix et l’ordre, et tout en prenant en considération les préoccupations de sécurité de toutes les parties, des arrangements transitoires devront être appliqués en Cisjordanie et à Gaza pour une période n’excédant pas cinq ans. Afin d’accorder une pleine autonomie aux habitants, dans le cadre de ces arrangements, le gouvernement militaire israélien et son administration civile se retireront dès qu’une autorité autonome aura été librement élue par les habitants de ces régions pour remplacer l’actuel gouvernement militaire. Pour négocier les modalités des arrangements transitoires, le gouvernement de la Jordanie sera invité à se joindre aux négociations sur la base de ce cadre. [...]
b) Lorsque l’autorité autonome (Conseil administratif) de Cisjordanie et de Gaza sera installée et entrera en fonction, la période transitoire de cinq ans commencera. Dès que possible, mais pas plus tard que la troisième année après les débuts de la période transitoire, les négociations s’engageront pour définir le statut final de la Cisjordanie et de Gaza et leurs relations avec leurs voisins, et pour conclure un traité de paix entre Israël et la Jordanie à la fin de la période transitoire. Ces négociations se dérouleront entre l’Egypte, Israël, la Jordanie et les représentants élus des habitants de la Cisjordanie et de Gaza.
Les négociations seront fondées sur toutes les clauses et les principes de la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations unies. Les négociations résoudront notamment les questions relatives au tracé des frontières et à la nature des arrangements de sécurité. La solution issue des négociations devra aussi reconnaître les droits légitimes du peuple palestinien et ses justes demandes. De cette façon, les Palestiniens participeront à la détermination de leur propre avenir.
[...]
2. Toutes les mesures et les dispositions nécessaires seront prises pour assurer la sécurité d’Israël et de ses voisins pendant la période transitoire et au-delà. Pour apporter sa contribution à cette sécurité, une importante force de police locale sera créée par l’autorité autonome. Elle sera composée d’habitants de la Cisjordanie et de Gaza. La police demeurera en liaison permanente avec, les officiers désignés israéliens, jordaniens et égyptiens sur les questions de sécurité intérieure.
3. Pendant la période transitoire, des représentants de l’Egypte, d’Israël, de la Jordanie et de l’autorité autonome formeront une commission permanente pour décider, par accord entre les parties, des modalités d’admission des personnes déplacées hors de la Cisjordanie et de Gaza en 1967, tout en prenant les mesures nécessaires pour éviter tout trouble et désordre. D’autres questions d’intérêt commun pourront également être traitées par cette commission.

B. Egypte-Israël

1. L’Egypte et Israël s’engagent à ne pas recourir à la menace ou à l’usage de la force pour régler leurs différends. Tout différend sera réglé par des moyens pacifiques conformément aux dispositions de l’article 33 de la Charte des Nations unies.
2. Afin d’établir la paix entre elles, les parties conviennent de négocier de bonne foi, leur objectif étant de conclure dans les trois mois qui suivront la signature de cet accord-cadre, un traité de paix entre elles. Elles invitent les autres parties au conflit à ouvrir simultanément des négociations et à conclure de semblables traités de paix dans l’intention de parvenir à une paix globale dans la région. Le cadre défini pour la conclusion d’un traité de paix entre l’Egypte et Israël régira les négociations de paix entre eux. Les parties se mettront d’accord sur les modalités et le calendrier de leurs obligations découlant du traité.
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence.
Hachette, pp. 188 à 192.

 

Traité de paix égypto-israélien
PREAMBULE
Convaincus de la nécessité urgente de l’établissement d’une paix juste, globale et durable au Proche-Orient, en accord avec les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité.
Réaffirmant leur adhésion à l’accord-cadre pour la paix au Proche-Orient de Camp David, daté du 17 septembre 1978.
Notant que l’accord-cadre précité constitue une base pour la paix, non seulement entre l’Egypte et Israël et chacun de ses voisins arabes prêts à négocier avec lui sur cette base.

ARTICLE PREMIER
1) L’Etat de guerre entre les parties sera terminé et la paix sera établie entre elles dès l’échange des instruments de ratification de ce traité.
2) Israël retirera toutes ses forces armées et ses civils du Sinaï dernière la frontière internationale reconnue entre l’Egypte et la Palestine sous mandat, comme stipulé dans l’annexe 1, et l’Egypte recouvrera l’exercice de sa pleine souveraineté sur le Sinaï.
3) Dès le retrait progressif stipulé dans l’annexe 1, les parties établiront des relations normales et amicales, conformément à l’article 3.

ARTICLE II
La frontière permanente entre l’Egypte et Israël est la frontière internationale reconnue entre l’Egypte et l’ancien territoire de Palestine sous mandat (carte annexe 2), réserve faite du futur statut de la bande de Gaza.
Les parties reconnaissent l’inviolabilité de cette frontière. Chacune respectera l’intégralité territoriale de l’autre, y compris celle des eaux territoriales et de l’espace aérien.

ARTICLE III
1) Les parties respecteront les dispositions de la charte des Nations unies et les principes de la législation internationale régissant les relations diplomatiques en temps de paix. En particulier :
a) Elles reconnaissent et respecteront leur souveraineté, intégrité territoriale et indépendance politique respectives.
b) Elles reconnaissent et respecteront leurs droits mutuels à vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues.
c) Elles s’abstiendront des menaces de recours à la force, directement ou indirectement, et régleront pacifiquement tous leurs conflits.
2) Chaque partie s’engage à s’assurer que toute acte ou menace de belligérance, d’hositlité ou de violence ne provienne pas de, ou ne soit pas commis dans son territoire, ou par toutes forces soumises à son contrôle, ou stationnées sur son territoire, et dirigé contre la population, les biens ou personnes de l’autre partie. Chaque partie s’engage également à ne pas organiser, ni inciter, ni assister, ni participer à des actes ou des menaces de belligérance, d’hositlité ou de violence contre l’autre partie, en aucun lieu, et s’engage à présenter à la justice les auteurs de tels actes.
3) Les parties conviennent que les relations normales établies entre elles comprendront la pleine reconnaissance des relations diplomatiques, économiques et culturelles, la fin des boycottages et des barrières discriminatoires au libre mouvement des personnes et des biens, et garantiront aux citoyens la protection mutuelle de la loi. [...]

ARTICLE V
1) Les navires israéliens et les cargaisons destinées à Israël ou en provenance de ce pays jouiront du droit de libre passage par le canal de Suez et ses approches dans le golfe de Suez et la Méditerranée, sur la base de la convention de Constantinople de 1888, valable pour toutes les nations.
Les citoyens, navires et cargaisons israéliens, aussi bien que les personnes, navires et cargaisons à destination ou en provenance d’Israël, ne subiront aucune discrimination dans l’utilisation du canal.
2) Les parties considèrent que le détroit de Tiran et le golfe d’Akaba doivent être des voies d’eau internationales ouvertes à toutes les nations, qui y jouiront d’une liberté sans entraves, et à laquelle on ne pourra surseoir, de navigation et de survol. Les parties respecteront leurs droits respectifs de navigation et de survol pour l’accès à un autre pays à travers le détroit de Tiran et le golfe d’Akaba.

148Les engagements pris lors de la conclusion du traité sont intégralement respectés. L’évacuation du Sinaï est menée à bien dans le délai prévu et s’achève en mai 1982. Les colonies israéliennes implantées clans le Nord-Est de la péninsule sont démantelées. Les relations israélo-égyptiennes sont normalisées, avec l’établissement de relations diplomatiques et l’ouverture des frontières.

L’évacuation du Sinaï par Israël (1974-1982)

L’évacuation du Sinaï par Israël (1974-1982)

149En revanche, le deuxième volet des accords de Camp David relatif à l’avenir de la Cisjordanie et de Gaza reste lettre morte. Des pourparlers s’engagent à la fin de mai 1979 entre Israël et l’Egypte à ce sujet, avec la participation d’une délégation américaine. La Jordanie, qui devait être associée à cette négociation, refuse d’y prendre part. Douze sessions de négociations, réparties sur un an, restent sans résultat. Les divergences de vue restent trop fortes entre l’Egypte désireuse de faire reconnaître les droits des Palestiniens et Israël qui n’envisage pas sérieusement de renoncer à la Cisjordanie et à Gaza. En acceptant d’évacuer le Sinaï, de loin le plus étendu des territoires conquis en 1967, Begin estime avoir satisfait aux exigences de la résolution 242. A la fin de mai 1980, les négociations, bloquées, sont de fait suspendues.

150Au total, ce sont les conceptions israéliennes qui ont prévalu. Israël a obtenu la conclusion d’une paix séparée avec le plus important des Etats arabes, par négociations directes, ne faisant de concessions que sur le Sinaï où il a renoncé à conserver certaines positions. Cet indéniable succès a été paradoxalement obtenu par un gouvernement de la droite nationaliste, peu porté a priori au compromis.

151Quant à l’Egypte, la conclusion de la paix lui permet de réduire son effort militaire, mais son projet de règlement global du conflit israélo-arabe a échoué. Aucun lien n’a pu être établi entre la paix qu’elle a signée avec Israël et la solution du problème palestinien. L’Egypte se retrouve isolée au sein du monde arabe qui, dans sa majorité, rejette les accords conclus avec Israël. Son appartenance à la Ligue arabe est suspendue et le restera jusqu’en 1987. Le siège de cette organisation pan-arabe est transféré du Caire à Tunis. Le président Sadate paye de sa vie l’audace de sa politique. Le 6 octobre 1981 il est assassiné par un commando de soldats appartenant à la mouvance islamiste et se réclamant du djihad.

152La paix entre Israël et l’Egypte constitue réellement un tournant dans l’évolution du conflit israélo-arabe. Celui-ci redevient en effet essentiellement un conflit israélo-palestinien.

B) Israël et le problème palestinien

La politique israélienne de colonisation

153Le contentieux avec les Palestiniens est, on l’a vu, inhérent à la création et au développement de l’Etat d’Israël. Les guerres de 1948 et 1967 ont permis à Israël de prendre le contrôle de l’ensemble du territoire de l’ancienne Palestine mandataire et provoqué l’exode de la majorité du peuple palestinien. Les territoires conquis à la faveur de la guerre d’indépendance sont partie intégrante d’Israël et les lignes d’armistice de 1949 sont devenues les frontières internationalement reconnues de l’Etat hébreu. Il n’en va pas de même des territoires conquis en 1967.

154Depuis la Guerre des Six jours, les gouvernements israéliens successifs se sont abstenus de leur donner un statut définitif, préférant y pratiquer une politique de faits accomplis (implantation de colonies) qui les intègre peu à peu dans l’espace israélien. Ceci est particulièrement vrai de la Cisjordanie, de Gaza ainsi que du Golan. Il n’en est jamais allé de même pour le Sinaï qui ne fait pas historiquement partie de la Palestine et dont seule l’importance stratégique était prise en compte.

155Sur l’avenir de la Cisjordanie et de Gaza, sur le statut à accorder aux populations palestiniennes, les forces politiques israéliennes sont restées divisées. Il y a pourtant un certain nombre de points importants sur lesquels il a existé, au moins jusqu’à une date récente, un très large consensus :

  • la négation de l’existence d’une nation palestinienne et donc le refus d’accepter la création d’un Etat palestinien indépendant dans tout ou partie des territoires occupés. Pour la plupart des Israéliens, il existe déjà un Etat palestinien, la Jordanie. Les Arabes des territoires occupés n’ont que des droits individuels et leur statut peut faire l’objet de discussions, mais n’ont pas de droits nationaux. Ce refus d’un Etat palestinien en Cisjordanie et à Gaza se fonde aussi sur des considérations de sécurité. Les Israéliens craignent qu’il ne serve ensuite de base à des opérations terroristes contre leur propre territoire ;

  • le refus absolu de toute discussion avec l’O.L.P. à laquelle est déniée toute qualité à représenter la population palestinienne. L’O.L.P. est considérée comme une organisation terroriste, responsable de nombreux attentats meurtriers contre la population juive d’Israël et dont l’objectif avoué, tel que l’expose la Charte de l’organisation, est la destruction de l’Etat israélien ;

  • la politique de colonisation des territoires occupés. Elle est mise en œuvre, on l’a vu, dès 1967 par le gouvernement travailliste au pouvoir. Ce sont des ordres militaires rédigés à ce moment-là qui ont donné à l’Etat israélien les moyens juridiques d’organiser l’appropriation des terres arabes. Cette politique de colonisation a été poursuivie pendant plus de vingt cinq ans, sans que l’alternance au pouvoir des principaux partis politiques ne remette en cause ce processus.

156La continuité n’est cependant pas totale. Au cours de ces vingt cinq années, les objectifs poursuivis par les autorités israéliennes ont sensible ment évolué. Dans un premier temps, la colonisation a été justifiée par des impératifs stratégiques. C’est pour assurer la sécurité d’Israël qu’on a commencé à établir des colonies de type militaire. C’est le plan Allon qui préconise d’implanter des colonies dans les régions faiblement peuplées, comme notamment la vallée du Jourdain abandonnée par ses habitants qui ont fui les combats en juin 1967. Les Travaillistes se déclarent par ailleurs partisans d’un compromis territorial à négocier avec la Jordanie, qui reste indirectement présente dans les territoires occupés. En effet, la plupart des Palestiniens sous autorité israélienne ont la citoyenneté jordanienne et restent soumis pour l’essentiel à la législation jordanienne.

157Un premier tournant se produit après la guerre du Kippour. A cette date la plan Allon est pratiquement achevé. Les Travaillistes, toujours au pouvoir, modifient leur politique et acceptent l’implantation de colonies dans les régions densément peuplées. D’autre part le gouvernement laisse le champ libre aux entreprises de petits groupes de Juifs activistes qui établissent, de leur propre chef, des colonies en principe illégales, mais dont la création est entérinée par l’Etat. Le groupe le plus actif est le « Goush Emounim » (ou Bloc de la Foi) créé en 1974, pour lequel l’installation des Juifs sur l’ensemble de la terre d’Israël est un devoir religieux.

158Le fait est révélateur d’une évolution importante survenue au sein du sionisme. Celui-ci avait été à l’origine, on le sait, essentiellement un mouvement laïc dont l’objectif était purement politique : la création d’un Etat juif en Palestine. Ce projet sioniste, qui s’écartait des conceptions traditionnelles du judaïsme, s’était heurté à l’opposition des Juifs religieux qui refusaient de voir le messianisme servir de support à une entreprise politique. La plupart d’entre eux avaient cependant fini par accepter la création de l’Etat d’Israël. Or on assiste, après la Guerre des Six jours, et plus encore après celle du Kippour, à l’affirmation d’un véritable sionisme religieux (jusqu’alors peu influent) qui se reconnaît volontiers dans le volontarisme des pionniers du sionisme mais entend fonder son action sur des considérations bibliques. Le droit des Juifs à s’installer en Palestine découle, selon eux, « de la promesse faite par Dieu aux Israélites de leur concéder à jamais cette terre ».

159L’audience de ce courant s’accroît avec la victoire électorale, en mai 1977, de la droite nationaliste qui affirme clairement sa volonté de conserver la totalité des territoires conquis par Israël en 1967 (à l’exception du Sinaï) et envisage ouvertement de procéder à leur annexion. Le Likoud, principal parti de droite, refuse d’ailleurs de parler des « territoires occupés ». Pour eux ces territoires ont été « récupérés » ou mieux encore « libérés » et il est légitime pour le peuple juif de s’y installer. La colonisation ne répond plus à des besoins de sécurité mais correspond à une volonté de peuplement, de judéisation des territoires conquis. Une fois au pouvoir, le Likoud, sous la direction de ses chefs historiques Menahem Begin et Itzhak Shamir, met en œuvre ses conceptions. Il accélère la politique de colonisation. De nouvelles implantations sont créées tant en Cisjordanie (désignée désormais de façon courante par le vocable biblique de Judée-Samarie) qu’à Gaza et sur le plateau du Golan.

160Aux plans gouvernementaux de développement de la colonisation s’ajoute plus que jamais l’action des groupes d’activistes religieux qui sont désormais officiellement encouragés. De nouvelles dispositions sont adoptées pour faciliter les acquisitions de terres. En vertu d’une loi de l’époque ottomane, les terres non-cadastrées (cas fréquent) sont dévolues à l’Etat et peuvent être confisquées. La possibilité d’acquérir des terres est ouverte aux particuliers. L’Etat favorise les investissements dans les territoires occupés et accorde d’importants avantages fiscaux aux Israéliens, qui vont s’y établir.

161A cet accaparement des terres par Israël s’ajoute l’utilisation intensive des ressources en eau. Israël qui utilise la quasi-totalité de ses ressources propres (provenant de son territoire dans ses limites d’avant 1967) a entrepris de mobiliser à son profit les ressources hydrauliques de Cisjordanie. A l’heure actuelle (milieu des années 90) 40 % de sa consommation en proviennent. Si l’on ajoute les prélèvements opérés par les colonies juives, ce sont plus de 80 % des disponibilités en eau de Cisjordanie qui sont affectées aux israéliens. Cette situation permet aux israéliens de disposer annuellement d’un volume d’eau par habitant quatre fois supérieur en moyenne à celui des Palestiniens (360/90 m3)

L’évolution de la colonisation dans les territoires occupés

L’évolution de la colonisation dans les territoires occupés

Les 16 implantations du Sinaï – 1968/1982 – ne sont pas recensées

Source : Le dossier Palestine. Ligue internationale pour le droit et la libération des peuples, p. 148.

L’eau, un enjeu politique

L’eau, un enjeu politique

Source : Maghreb et Moyen-Orient. Espaces et sociétés. A. Prenant et B ; Semmoud. Ellipses, p. 71.

162Parallèlement des mesures restrictives sont imposées aux Palestiniens. Les permis de construire et les autorisations de forer des puits ne sont plus accordés qu’en quantité limitée. Les transferts financiers de l’extérieur sont plus strictement contrôlés. Il s’agit en fait d’inciter les Palestiniens à émigrer.

163Le bilan de cette politique de colonisation est tout à fait éloquent (malgré l’imprécision des statistiques publiées par les ouvrages et revues traitant de cette question). En vingt cinq ans ce sont environ 200 colonies qui ont été implantées dans les territoires conquis en 1967. En prenant en compte la population juive de Jérusalem-Est, ce sont plus de 300 000 Israéliens qui y vivent aujourd’hui.

164C’est la Cisjordanie qui a fait l’objet de l’effort le plus systématique de colonisation. On y dénombre 130 colonies abritant environ 145 000 habiants. Le plan d’aménagement adopté en 1983 vise à intégrer la Cisjordanie à Israël en rompant l’homogénéité du peuplement arabe et en isolant les agglomérations palestiniennes par tout un réseau de routes et de colonies de peuplement juives dont le rôle est d’assurer le contrôle effectif du territoire. En revanche leur importance économique est réduite. Plus de 50 % des terres ont été confisquées mais l’agriculture ne représente qu’une faible part de l’activité des colonies. Beaucoup d’entre elles sont en fait établies à proximité de l’ancienne frontière d’avant 1967, certaines n’étant que le prolongement d’agglomérations proprement israéliennes (région de Jérusalem notamment). 70 % environ des colons travaillent à l’intérieur d’Israël et résident en Cisjordanie parce que les conditions de vie y sont avantageuses.

165Quant à la bande de Gaza où près de la moitié des terres ont été confisquées, elle compte vingt colonies pour environ 6 000 habitants.

166Tandis qu’Israël a consenti d’énormes investissements au développement des colonies de Cisjordanie et de Gaza, l’économie palestinienne reste sous-développée. L’agriculture souffre de la répartition très inégale des ressources en eau et l’activité industrielle est des plus réduites. La Cisjordanie et Gaza sont étroitement dépendants d’Israël avec qui s’effectue la majeure partie des échanges. De nombreux Palestiniens n’échappent au chômage qu’en allant travailler sur les chantiers et dans les exploitations agricoles israéliens.

167La politique de colonisation concerne également le plateau du Golan où a été établie la première colonie en 1967, avant même la Cisjordanie. On dénombre aujourd’hui une trentaine de localités où vivent 15 000 Israéliens. Le Golan a été annexé par Israël par le vote d’une loi adoptée en décembre 1981 et qui prévoit l’extension à ce territoire de la législation israélienne. Pour Israël le contrôle du plateau du Golan répond à une double préoccupation :

  • stratégique : s’élevant en pente raide au-dessus du lac de Tibériade, il constitue une ligne de défense naturelle pour la Galilée ;

  • économique : cette région dispose d’une grande richesse hydraulique. C’est : là que prennent leur source des cours d’eau qui contribuent pour plus d’1/3 au débit du Jourdain. A l’heure actuelle, il semble que cette richesse hydraulique soit devenue l’enjeu principal.

168Reste le cas de Jérusalem-Est.

169La partie orientale de Jérusalem s’est profondément transformée. Les limites de la ville ont été considérablement étendues par l’incorporation, d’importantes portions de territoire cisjordanien. Outre la reconstruction d’un quartier juif à l’intérieur des remparts de la vieille ville, de nombreuses banlieues destinées exclusivement à la population juive ont été édifiées sur des terres enlevées aux Arabes. Le but était clairement de changer les rapports démographiques en donnant à la partie orientale de la ville un caractère majoritairement juif. Le but est atteint dans l’été 1993. Pour la première fois depuis des siècles la population juive de Jérusalem-Est a dépassé la population arabe (155 000 contre 153 000).

Les colonies juives de peuplement

Les colonies juives de peuplement

Source : Numéro spécial du « Monde » : demain la paix ? septembre 1993.

170Les Israéliens ont restauré l’unité de Jérusalem divisée par la guerre de 1948. Ils en ont fait une agglomération unique (dont la population atteint aujourd’hui 600 000 habitants dont 70 % de Juifs) et ont confirmé le rôle de premier plan qu’ils entendent lui faire jouer dans la vie du pays. Dès juin 1967, Jérusalem-Est a été formellement annexée par l’extension à cette partie de la ville de la législation en vigueur en Israël.

171Une étape supplémentaire est franchie avec l’adoption le 30 juillet 1980 d’une loi fondamentale qui déclare « Jérusalem, entière et réunifiée, capitale d’Israël ». Cette décision, qui provoque l’interruption définitive des pourparlers avec l’Egypte sur l’autonomie palestinienne, n’est pas reconnue par la communauté internationale. En revanche elle fait l’unanimité des forces politiques israéliennes. Pour la droite nationaliste comme pour les Travaillistes, Jérusalem réunifiée est « la capitale éternelle du peuple juif », sur laquelle la souveraineté israélienne ne saurait être remise en cause.

La loi fondamentale israélienne sur Jérusalem 30 juillet 1980
1. Jérusalem, entière et unifiée, est la capitale d’Israël.
2. Jérusalem est le siège du président de l’Etat, de la Knesset, du gouvernement et de la Cour suprême.
3. Les Lieux saints seront protégés confie la profanation et contre toute atteinte, ainsi que contre tout ce qui peut prévenir la liberté d’accès des croyants des différentes religions à leurs lieux sacrés, et tout ce qui peut heurter leurs sentiments à l’égard de ces lieux.
4. 1) Le gouvernement veillera au développement, à la prospérité de Jérusalem et au bien-être de ses habitants en allouant des fonds spéciaux, notamment une subvention spéciale annuelle de la municipalité de Jérusalem (subvention de la capitale) avec l’approbation de la Commission des finances de la Knesset.
2) L’Etat accordera la priorité à Jérusalem pour ce qui concerne son développement dans les domaines économique et autres.
3) Le gouvernement mettra en place un ou plusieurs organismes pour la mise en œuvre de cette disposition.
Source : Jérusalem – de la civilisation au partage – A. Levallois et S. Pommier. Editions Michalon, p. 175.

172Sur les différents points évoqués, Israël maintient une position intransigeante, bien que sa politique soit régulièrement condamnée par les organisations internationales et qu’elle soit la cause d’un isolement diplomatique croissant.

Jérusalem

Jérusalem

Les limites de la ville ont été étendues par le gouvernement israélien qui l’a annexée en juillet 1967 et a proclamé Jérusalem réunifiée, « capitale éternelle » de l’État en juin 1980. Jérusalem-Est compte désormais une majorité juive.

Montée en puissance de l’O.L.P. et conflit ouvert avec Israël

173L’isolement d’Israël tient au fait que les Nations-Unies, tout comme les gouvernements de la plupart des Etats du monde, ont fini par reconnaître plus ou moins clairement le caractère légitime des aspirations palestiniennes. Parallèlement la résistance palestinienne parvient à s’affirmer sur la scène internationale en dépit de sa relative impuissance à s’imposer militairement.

  • 15 Texte cité dans « Le dossier Palestine » de la Ligue internationale pour le droit et la libération (...)

174C’est dans les années 1970 que cette double évolution se manifeste. En 1967, la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations-Unies réduit encore le problème palestinien à une question de réfugiés. C’est à partir de 1969 que les Nations-Unies prennent ouvertement position en faveur des droits déclarés « inaliénables » du peuple palestinien, et en particulier de son droit à l’autodétermination. Dans une résolution adoptée en décembre 1970, l’Assemblée générale « reconnaît que le peuple de Palestine doit pouvoir jouir de l’égalité des droits et exercer son droit à disposer de lui-même » et « déclare que le respect intégral des droits inaliénables du peuple de Palestine est un élément indispensable à l’établissement d’une paix juste et durable au Moyen-Orient »15. Par la suite bien des textes sont adoptés qui confirment cette orientation.

175Cette reconnaissance des droits nationaux des Palestiniens se généralise peu à peu. Même des Etats Occidentaux, réputés souvent les plus proches d’Israël, prennent position en ce sens. Aux Etats Unis c’est l’administration Carter, entrée en fonctions au début de 1977, qui s’engage dans cette voie, reconnaissant la nécessité de doter d’une patrie (homeland) les Palestiniens qui doivent être associés à toute tentative de règlement du conflit israélo-arabe. Cette position américaine, reprise par les accords de Camp-David, est maintenue dans les années 80. Le président Reagan, si favorable qu’il soit à Israël, présente en 1982 un plan de paix où il est fait mention des droits des Palestiniens :

  • 16 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, p. 211.

« Les Palestiniens ressentent profondément que leur cause est plus qu’une question de réfugiés... Les accords de Camp David reconnaissent ce fait quand ils font état des droits légitimes des Palestiniens et de leurs justes revendications »16.

176De leur côté, les pays de la Communauté européenne publient en juin 1980 la déclaration de Venise dont un paragraphe précise que

  • 17 Ibid., p. 202.

« Le problème palestinien, qui n’est pas un simple problème de réfugiés, doit enfin trouver une juste solution. Le peuple palestinien, qui a conscience d’exister en tant que tel, doit être mis en mesure, par un processus approprié défini dans le code du règlement global de paix, d’exercer pleinement son droit à l’autodétermination »17.

177Cette reconnaissance des droits des Palestiniens va de pair avec celle du rôle de l’O.L.P. qui réalise une véritable percée diplomatique. Ce sont les pays arabes qui ouvrent la voie. Malgré l’opposition de la Jordanie, une conférence au sommet des Etats de la Ligue arabe tenue à Alger à la fin de novembre 1973 décide de reconnaître l’O.L.P. comme unique représentant du peuple palestinien. Le relais est pris par les Nations-Unies. En novembre 1974, le président de l’O.L.P., Yasser Arafat, est invité à prendre la parole devant l’Assemblée Générale qui adopte quelques jours plus tard une résolution reconnaissant le droit des Palestiniens à l’indépendance et à la souveraineté nationales. Un statut d’observateur permanent est accordé à l’O.L.P. par l’O.N.U. et par les organisations qui en dépendent. De nombreux pays nouent des relations avec la Centrale palestinienne qui bénéficie du soutien du camp socialiste et de celui de la plupart des Etats du Tiers-Monde. Les pays occidentaux sont plus réservés. Mais la Communauté européenne finit, elle aussi, par reconnaître que l’O.L.P. devra participer aux négociations sur la solution du conflit (déclaration de Venise de 1980, déjà citée). En revanche, les Etats-Unis refusent tout contact.

178De son côté l’O.L.P. juge nécessaire de préciser sa stratégie en tenant compte de l’évolution du rapport des forces au Proche-Orient. C’est durant les années 1970 qu’achève de prendre corps, sous l’influence du Fatah, l’idée que l’objectif principal à atteindre est la création d’un Etat indépendant en Palestine, distinct de la Jordanie, partageant, certes, les aspirations de l’ensemble de la nation arabe mais se gouvernant effectivement lui-même. Cet Etat à construire est défini comme « un Etat démocratique, progressiste... au sein duquel Juifs, Chrétiens et Musulmans vivront en paix et jouiront des mêmes droits », ce qui suppose toujours la disparition de l’Etat d’Israël.

179Après la guerre du Kippour (ou du ramadan) l’O.L.P infléchit sa position comme le montre le programme politique adopté au Conseil national palestinien qui se tient au Caire en juin 1974. Dans ce texte, l’O.L.P, tout en réaffirmant ses positions habituelles, introduit une formulation nouvelle, au détour d’un paragraphe :

  • 18 Texte cité dans « Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence, Hachette, p. 166.

« Il est réaffirmé l’attitude antérieure de l’O.L.P. à l’égard de la résolution qui ignore les droits nationaux de notre peuple, et traite notre cause comme d’un problème de réfugiés...
et L’O.L.P. emploiera tous les moyens, et en premier la lutte armée, pour libérer le territoire palestinien et établir l’autorité indépendante nationale et combattante pour notre peuple, sur toute partie du territoire palestinien qui sera libérée »18.

180Ces dernier mots signifient implicitement que l’O.L.P. accepterait la création d’un mini-Etat en Cisjordanie et dans la bande de Gaza étant entendu qu’il ne s’agit que d’« une étape vers la réalisation de l’objectif stratégique de l’O.L.P. » à savoir un Etat s’étendant à l’ensemble du territoire palestinien.

181Cette position qui suscite l’hostilité des mouvements les plus radicaux de l’O.L.P. est réitérée lors des sessions de 1977 et 1980 du Conseil palestinien sans que soit désormais exprimée la volonté de « libérer » toute la Palestine. La nouvelle orientation définie par l’O.L.P. reçoit le soutien des chefs d’Etat arabes qui, réunis assez régulièrement en conférences au sommet, approuvent l’instauration d’un Etat palestinien dans l’éventualité d’une évacuation par Israël des territoires occupés depuis 1967. L’adoption par l’O.L.P. d’un programme plus pragmatique ne suffit pas à débloquer la situation. Israël considère plus que jamais l’O.L.P. comme un adversaire à combattre d’autant plus que les Palestiniens n’ont pas renoncé à la lutte armée contre Israël.

182On s’oriente alors vers un affrontement israélo-palestinien majeur dont le théâtre va être le Liban. Après les massacres de Septembre Noir en Jordanie, le Sud-Liban est devenu la principale zone d’implantation de la résistance palestinenne. L’O.L.P. édifie là un véritable sanctuaire où est cantonné l’essentiel de ses forces combattantes qui s’élèvent à plusieurs dizaines de miliers d’hommes (30000 ?). C’est un Etat palestinien embryonnaire (on a même parlé de Fathaland) qui s’instaure dans cette région où l’autorité de l’Etat libanais ne s’exerce guère.

183Cette forte implantation palestinienne au Liban contribue à aggraver les profondes divisions qui affectent ce pays dont l’existence repose sur un fragile équilibre entre les communautés qui composent la population. Les différents partis organisés sur une base confessionnelle y disposent de milices armées. La présence de l’O.L.P. est approuvée par les principaux partis musulmans mais dénoncée par les partis chrétiens. Elle joue un rôle important dans le déclenchement de la guerre civile qui éclate au Liban au printemps 1975 et dans laquelle les forces palestiniennes se trouvent directement impliquées. Cette guerre civile fournit par ailleurs à la Syrie du président Hafez-El-Assad le prétexte pour prendre pied durablement au Liban.

184L’existence d’un bastion palestinien au Sud-Liban, à partir duquel les forces de l’O.L.P. peuvent mener des actions de commando ou bombarder le Nord de la Galilée, est intolérable pour Israël. Les affrontements frontaliers sont très fréquents.

185A partir de 1978, c’est une véritable escalade qui se produit. A la suite d’un attentat particulièrement meurtrier perpétré par un commando palestinien, Israël déclenche une riposte de grande ampleur (14-15 mars 1978). L’armée israélienne envahit le Sud-Liban jusqu’au fleuve Litani à vingt kilomètres de la frontière. Les forces palestiniennes sont repoussées vers le Nord mais sans être détruites. L’opération israélienne est condamnée par le Conseil de sécurité qui décide le déploiement d’une force des Nations-Unies. Les Israéliens se retirent après avoir placé sous le contrôle d’une milice qu’ils aident et financent une zone de sécurité large de cinq à dix kilomètres le long de la frontière. En avril 1979, le chef de cette milice, le commandant Haddad, transforme cette zone en un Etat du « Liban libre » très lié à Israël. L’opération « Litani » n’a pas d’effets durables. L’O.L.P. reconstitue ses bases et les affrontements reprennent dès l’année suivante. Aux tirs de l’artillerie palestinienne, répondent les bombardements de l’aviation israélienne. Dans ce climat de tension quasi-permanent, on assiste à certains moments à une intensification des combats, notamment quand les représailles israéliennes prennent de l’ampleur, comme en juillet 1981 où une véritable offensive est menée à nouveau contre les positions palestiniennes du Sud-Liban.

186Ces opérations de représailles n’entraînent que des accalmies provisoires sans assurer au Nord d’Israël une sécurité durable. Les dirigeants de Jérusalem décident alors d’engager une opération beaucoup plus ambitieuse destinée à porter à l’O.L.P. un coup décisif en profitant d’un contexte régional favorable, l’Egypte étant neutralisée par la paix qu’elle a signée, l’Irak accaparé par sa guerre contre l’Iran et la Syrie isolée. Officiellement, c’est une opération limitée qui est prévue. Il s’agit de faire reculer les bases de l’O.L.P. suffisamment pour mettre un terme aux attaques palestiniennes sur la Galilée. Le 6 juin 1982 est déclenchée l’opération’« Paix en Galilée ».

187En réalité les objectifs poursuivis sont beaucoup plus considérables. Israël, qui a noué des relations étroites avec les Chrétiens libanais, s’est fixé un double but :

  • détruire l’O.L.P. en frappant son potentiel militaire, mais aussi son organisation politique et administrative. Il s’agit d’éliminer « toute présence physique ou symbolique, sous forme militaire ou organisationnelle » des Palestiniens au Liban ;

  • bouleverser la situation politique et militaire libanaise en favorisant la restauration d’un Etat fort, à direction chrétienne, libéré de la tutelle syrienne et disposé à conclure la paix avec Israël.

188C’est en fait une vraie guerre qu’Israël déclenche le 6 juin 1982. L’armée israélienne progresse rapidement dans le Sud-Liban. Non seulement les Palestiniens et leurs alliés libanais sont défaits, mais les positions occupées par l’armée syrienne sont bousculées. Le 10 juin, les Israéliens atteignent Beyrouth, mais s’y heurtent à une vive résistance. Le siège de la ville, qui est violemment bombardée, dure plus de deux mois sans qu’Israël ne parvienne à s’en emparer complètement. Le bilan de l’opération « Paix en Galilée » est très lourd. Les pertes humaines s’élèvent à près de 20 000 tués. On compte aussi des centaines de milliers de réfugiés.

189Sur le plan politique et militaire, les résultats de cette opération correspondent, au moins dans un premier temps, aux objectifs visés par Israël :

  • affaiblissement de l’O.L.P. Dès les débuts de leur occupation au Liban, les Israéliens entreprennent de détruire l’infrastructure de l’O.L.P. C’est tout le quasi-Etat palestinien en place au Sud-Liban qui est démantelé. Yasser Arafat accepte de néfocier le départ des combattants palestiniens de Beyrouth. Un accord est conclu le 19 août 1982 et les fedayin sont évacués fin août-début septembre sous la protection d’une force multinationale occidentale. Yasser Arafat et l’état-major de la résistance quittent Beyrouth pour Tunis où est transféré le quartier général de l’O.L.P. tandis que les combattants palestiniens sont dispersés dans plusieurs pays arabes ;

  • avenir politique du Liban. Le principal chef des milices chrétiennes, Béchir Gemayel, qui avait fait alliance avec Israël, est élu président du Liban le 23 août ; mais trois semaines plus tard il est assasiné. Sous prétexte d’assurer le maintien de l’ordre, l’armée israélienne pénètre alors à Beyrouth-Ouest (partie musulmane de la ville) malgré l’engagement pris de ne pas y entrer. Elle laisse les milices chrétiennes investir les camps palestiniens de Sabra et Chatila laissés sans défense, et y perpétrer un véritable massacre (16-18 septembre). Cet épisode provoque une vive émotion dans le monde. En Israël même se manifeste une forte opposition à la politique gouvernementale qui porte gravement atteinte au crédit international de l’Etat hébreu. Le frère du président assassiné. Amine Gemayel, est porté à son tour à la tête de l’Etat libanais. Un accord est conclu entre Israël et le Liban le 17 mai 1983. Sans être un traité de paix, l’accord met fin à l’état de guerre entre les deux pays et prévoit la création d’une importante zone de sécurité dans le Sud du Liban en échange du retrait des forces israéliennes.

Intervention israélienne au Liban

Intervention israélienne au Liban

190Pourtant les résultats ainsi obtenus se révèlent assez vite en partie illusoires.

191L’accord israélo-libanais, qui suscite de vives oppositions, n’est jamais ratifié et reste lettre morte. Il sera dénoncé en mars 1984. Et surtout les forces israéliennes qui occupent une partie importante du territoire libanais doivent faire face au développement de mouvements de résistance et la répression ne permet pas de venir à bout de cette guérilla. Pour Israël, c’est l’enlisement. Le gouvernement israélien d’union nationale à direction travailliste, issu des élections de juillet 1984, décide au début de l’année 1985 d’opérer un retrait des forces israéliennes du Liban. Ce retrait, effectué en plusieurs étapes, s’achève en juin 1985. Une zone de sécurité est reconstituée le long de la frontière israélo-libanaise sur une profondeur de dix à ving kilomètres (soit environ 8 % du territoire du Liban). Cette zone de sécurité administrée en fait par Israël est confiée à une armée du Liban-Sud commandée par le général Lahad (qui a succédé au commandant Haddad mort en 1984). Cette milice forte d’environ 3 000 hommes est épaulée par quelques centaines de conseillers militaires israéliens.

192Le retrait israélien ouvre la voie à un retour en force de la Syrie au Liban.

193Pour l’O.L.P., la guerre du Liban a des conséquences redoutables :

  • c’est d’abord et avant tout la fin d’une présence armée aux frontières d’Israël. Dans la pratique, il y a abandon de la lutte directe contre l’occupant israélien qui était la raison d’être de l’O.L.P. ;

  • ensuite, les divisions internes de la Centrale palestinienne s’en trouvent aggravées et l’unité de l’organisation vole en éclats. La rupture est causée par les divergences profondes sur la stratégie à suivre. La direction de l’O.L.P. se montre favorable à la recherche d’une solution négociée du conflit avec Israël, à un moment où l’on voit se multiplier les projets de règlement (plan Reagan, plan arabe de paix adopté au sommet de Fès, publiés tous deux au début de septembre 1982).

194Les opposants à Arafat entrent ouvertement en dissidence en mai 1983. Ils affichent des positions radicales et reçoivent le soutien de la Syrie, hostile aux plans de paix proposés et désireuse depuis longtemps de prendre le contrôle de la résistance palestinienne. La dissidence tourne à l’épreuve de force à la fin de l’année 1983, dans le Nord du Liban à Tripoli où les troupes palestiniennes loyalistes qu’est venu rejoindre Arafat sont assiégées par leurs adversaires appuyés par l’armée syrienne. La bataille de Tripoli dure plusieurs mois (septembre-décembre). En décembre 1983, un accord peut être conclu. Une fois encore Arafat quitte le Liban. Il est évacué avec ses partisans sous la protection de la marine française.

195Les dissidents et les organisations hostiles à la direction de l’O.L.P. se regroupent en un Front de salut national créé à Damas. La rupture semble consommée quand Arafat accepte de négocier avec le roi de Jordanie, à qui beaucoup de Palestiniens ne pardonnent pas la répression de Septembre Noir. L’accord conclu en février 1985 envisage la formation d’une confédération entre la Jordanie et l’Etat palestinien à créer. Mais cette option jordanienne reste sans lendemain. L’O.L.P. parvient finalement à refaire son unité lors du Conseil national palestinien d’Alger de 1987, mais elle paraît très isolée et sans véritable prise sur les événements.

Intifada et islamisme

196Ce sont alors les Palestiniens de l’intérieur, les habitants des territoires occupés, qui prennent spectaculairement le relais de la résistance extérieure devenue impuissante dans la lutte contre Israël. La mobilisation de la population des territoires occupés surprend Israël tout autant que les dirigeants de l’O.L.P. car pendant vingt ans ces Palestiniens de l’intérieur avaient subi l’occupation israélienne sans faire beaucoup parler d’eux.

197Pourtant durant ces vingt années, cette société palestinienne de Cisjordanie et de Gaza a beaucoup évolué. Le premier fait à mettre en évidence est la très forte croissance démographique que connaissent les territoires occupés. La population s’est accrue de 50 % en vingt ans, et ceci malgré la forte émigration qui s’est produite, soit du fait des combats de la Guerre des Six Jours en 1967 (250 000 personnes environ), soit du fait de l’occupation israélienne qui entraîne des départs volontaires ou forcés (près de 300 000). Le mouvement d’émigration a particulièrement affecté la communauté chrétienne. La présence chrétienne aussi bien en Cisjordanie qu’à Jérusalem-Est est devenue marginale.

198La forte croissance démographique résulte d’une fécondité très élevée de la population palestinienne, l’une des plus fortes du monde avec des taux de natalité situés entre 40 et 45 ‰. De ce fait les Arabes sont restés très largement majoritaires dans les territoires occupés. Ce sont ces Arabes de Cisjordanie et de Gaza qui constituent le noyau (30 % du total) d’un peuple palestinien largement dispersé. La majorité des Palestiniens forme une diaspora principalement implantée dans les différents pays du monde arabe.

199La colonisation juive dans les territoires occupés n’est donc pas parvenue à modifier les rapports démographiques. Cette situation a certainement contribué à écarter toute perspective d’annexion des territoires par Israël. Certains historiens n’ont pas hésité à voir dans cette fécondité élevée des femmes palestiniennes une manifestation de nationalisme, l’un d’entre eux parlant même de « l’arme de la natalité ». Cette augmentation de la population s’accompagne d’importantes transformations des structures sociales. Dans une société en voie d’urbanisation rapide, les rapports entre les groupes sociaux se modifient sensiblement, avec le déclin de l’influence des notables qui assuraient traditionnellement l’encadrement de la population, notamment en Cisjordanie. Et cette évolution n’est pas sans conséquences politiques.

200Israël avait laissé subsister dans les territoires occupés les institutions municipales existantes sans intervenir dans les affaires locales de la population. Les conseils municipaux étaient dominés par les notables, restés généralement pro-jordaniens en Cisjordanie où l’influence de l’O.L.P. était faible au début de l’occupation israélienne (à la différence de Gaza). Les années 1970 voient se produire une affirmation du sentiment national palestinien. La répression anti-palestinienne menée par le roi Hussein (Septembre noir) provoque une nette désaffection à l’égard de la Jordanie et favorise au contraire une progression de l’influence des organisations de la résistance. Une nouvelle élite politique émerge lors des élections municipales de 1976 qui sont remportées par des nationalistes proches de l’O.L.P.

201Les maires ainsi élus se refusent à servir de courroies de transmission à l’administration militaire israélienne. Ils finissent par être déposés en 1982 et les territoires occupés sont alors soumis à une administration directe.

202La population de Cisjordanie et de Gaza ne se résigne pas à la domination israélienne mais ne lui oppose longtemps qu’une résistance passive qui prend la forme de manifestations (notamment contre les confiscations de terres) et de mouvements de grèves qui peuvent entraîner des affrontements avec les forces de l’ordre. Les universités comptent parmi les principaux foyers de nationalisme. La jeunesse étudiante participe activement à l’agitation. La tension est souvent vive, mais les troubles sont réprimés avec vigueur en ne déployant, en temps normal, que des effectifs limités. Toutefois, si la répression assure le maintien de l’ordre, elle est impuissante à démanteler les réseaux mis en place par les mouvements palestiniens dont l’influence s’exerce notamment au sein des nombreuses associations qui se sont constituées (syndicales, professionnelles, culturelles...).

203A côté des organisations de résistance affiliées à l’O.L.P. et qui sont d’inspiration laïque, se développe à partir de la fin des années 1970 et au cours des années 1980 un courant islamiste, bien implanté notamment à Gaza. Les groupes islamistes ont, à l’origine, comme objectif principal la réislamisation de la société palestinienne et la lutte contre les influences occidentales. Leur action se situe sur le plan religieux et non politique. Ils prennent peu à peu le contrôle des institutions religieuses, en premier lieu des mosquées, et développent tout un réseau d’œuvres éducatives et caritatives, ce qui leur permet d’étendre leur influence dans la population.

204Les autorités israéliennes ont d’abord vu d’un œil favorable l’émergence des mouvements islamiques, perçus avant tout comme des concurrents des mouvements nationalistes à tendance laïque ou marxiste. On a vu à Jérusalem dans la poussée islamiste un moyen d’affaiblir l’O.L.P. Mais dès la fin des années 80, les mouvements islamiques s’engagent dans faction politique et deviennent de redoutables adversaires d’un Etat d’Israël dont ils dénoncent l’existence en termes violents :

  • 19 Texte cité par J.-M. Balencie et A. De la Grange, dans « Mondes rebelles », Editions Michalon, tome (...)

« L’Etat de l’entité sioniste constitue le fer de lance de l’agression occidentale contre le monde arabe et islamique. Le mouvement islamique contemporain agit pour affronter le défi occidental dans tous ses aspects culturels, économiques et politiques. » (Février 1988)19.

205Les mots d’ordre radicaux trouvent de plus en plus d’écho dans une population palestinienne très marquée par les événements du Liban (massacres dans les camps de réfugiés), exaspérée par la rigueur d’une occupation israélienne qui se renforce avec l’implantation incessante de nouvelles colonies et que l’absence de toute perspective de règlement achève de désespérer.

206Cette accumulation de frustrations et de rancœurs crée les conditions d’une explosion que personne n’a vu venir. Un incident localisé à Gaza au début de décembre 1987 met le feu aux poudres et débouche sur un soulèvement qui s’étend à l’ensemble des territoires occupés. Ce soulèvement symbolisé par les pierres que les jeunes manifestants lancent contre les soldats israéliens reçoit le nom d’intifada (ou « révolte des pierres »). Ce soulèvement est à l’origine tout à fait spontané, mais le mouvement se dote rapidement d’une organisation dont les cadres proviennent des nombreuses associations existant dans la société palestinienne. Partout des comités populaires se constituent. Au début de janvier 1988 se met en place, dans la clandestinité, une Direction nationale unifiée du soulèvement qui assure la direction de l’action pour l’ensemble des territoires occupés et publie régulièrement des communiqués qui donnent les directives aux militants.

Communiqué du commandement unifié du soulèvement
Le Commandement Unifié du Soulèvement est une large coalition suscitée par le soulèvement. Il se compose des principales forces actives dans les territoires occupés représentées au sein de l’Organisation de Libération de la Palestine, c’est-à-dire le Fath, le Parti Communiste Palestinien, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine, le Front Démocratique, ainsi que d’autres forces nationalistes, des comités patriotiques de la Bande de Gaza disséminés dans des dizaines de quartiers, dans des camps de réfugiés, les villages et les villes, des institutions et personnalités nationales et des forces patriotiques religieuses engagées dans le programme de l’Organisation de Libération de la Palestine.
Le Commandement Unifié, ainsi composé, a adopté un programme unifié du soulèvement qui reflète les aspirations des masses populaires [au sens] large, comprenant la classe ouvrière, les paysans, les commerçants, les médecins, les avocats, les ingénieurs, les enseignants, les employés, les étudiants ainsi que les couches de la bourgeoisie patriote attachées à l’objectif de l’indépendance nationale. Ce programme se fonde sur les principes fondamentaux suivants :
1) L’Organisation de Libération de la Palestine est le représentant légitime et unique du peuple palestinien ; elle est une adresse pour l’identité nationale, pour l’autodétermination et l’édification de l’Etat palestinien indépendant.
2) Le soulèvement est une étape avancée de la lutte de notre peuple ; il se poursuit en vue de la réalisation des objectifs nationaux suivants :
a) L’attachement résolu aux droits nationaux de notre peuple, consistant en l’autodétermination, l’édification de l’Etat indépendant et l’adoption immédiate des mesures pratiques garantissant la convocation et la tenue de la conférence internationale souveraine avec la participation de l’Organisation de Libération de la Palestine.
b) L’assurance que seront mis en œuvre de toute urgence les moyens de protection internationale pour le peuple palestinien qui ploie sous le joug de l’occupation, et plus particulièrement, que seront appliqués les articles de la Quatrième Convention de Genève, parmi lesquels ceux afférents au caractère illégal de la perception des taxes et des amendements à la législation effectués par la puissance occupante.
c) L’arrêt des mesures répressives des occupants, telles que les coups, le couvre-feu, la violation de l’enceinte des mosquées et des maisons, et le retrait des forces israéliennes vers l’extérieur des villes et des agglomérations.
d) La libération des détenus du soulèvement, la cessation des jugements expéditifs, le retour des bannis et l’abandon de la politique de bannissement hors de la patrie...
Le Commandement Unifié du Soulèvement, qui assume la responsabilité du choix des formes du soulèvement et de ses revendications en s’appuyant sur la réalité concrète de l’intérieur, rend hommage aux masses courageuses de notre peuple que n’ont pas intimidé les campagnes sionistes de répression : bien au contraire, elles n’ont fait qu’augmenter leur fierté et leur honneur. Il s’adresse à l’ensemble des secteurs de notre peuple pour la poursuite du chemin du soulèvement géant.
Vive le Soulèvement ! Vive l’Organisation de Libération de la Palestine ! Gloire et éternité aux martyrs du soulèvement et à tous les martyrs !
Commandement National Unifié du Soulèvement dans la bande de Gaza.
Source : Les voix du soulèvement, J.-François Legrain, CEDEJ.

207Bien que n’ayant pas eu l’initiative des soulèvements, les organisations palestiniennes existantes entrent en jeu grâce à leur infrastructure clandestine. Les principales organisations qui composent l’O.L.P. parviennent à prendre progressivement le contrôle de la Direction unifiée : il s’agit du Fatah qui reste le mouvement principal, du F.P.L.P., du F.D.L.P. et du Parti communiste palestinien. Ce sont des palestiniens de l’intérieur, membres de ces organisations, qui dirigent les comités populaires. Mais la direction extérieure de l’O.L.P. ne tarde pas à jouer un rôle croissant.

208L’O.L.P. doit pourtant composer avec les mouvements islamiques. Il s’agit :

  • d’une part du Djihad islamique fondé au début des années 80 et qui bénéficie du soutien de l’Iran. Le Djihad islamique avait choisi de passer à l’action violente contre Israël avant même le déclenchement de l’Intifada ;

    • 20 Les Protocoles des Sages de Sion ont déjà fait l’objet d’une note explicative p. 164.

    d’autre part, et surtout, du Hamas qui apparaît en décembre 1987. Hamas est à la fois un mot arabe qui signifie « courage, zèle » et le sigle de Harakat al Moukawama el Islanhyya, c’est-à-dire le Mouvement de la résistance islamique. Fondé par la confrérie des Frères musulmans, orientée plutôt vers l’action sociale et culturelle, le Hamas se dote en août 1988 d’une charte où il insiste sur la dimension nécessairement religieuse de la lutte politique et militaire. Il appelle à libérer la Palestine de la domination juive en s’inspirant des Protocoles des Sages de Sion. Le fondement islamique donné ainsi au nationalisme20 met en difficulté les Palestiniens chrétiens. Le soutien apporté par les Eglises à l’Intifada ne les met pas à l’abri des violences et leur émigration s’accentue.

Extraits die la charte du Hamas 18 août 1988
Art. 2 – Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’une des ailes des Frères musulmans en Palestine...
Art. 6 – Le Mouvement de la résistance Islamique est un mouvement palestinien spécifique qui fait allégeance à Dieu, fait de l’Islam sa règle de vie et œuvre à planter l’étendard de Dieu sur toute parcelle de la Palestine. A l’ombre de l’Islam, les fidèles de toutes les religions peuvent coexister en toute confiance et sécurité pour leur vie, leurs biens et leurs droits...
Art. 7 – Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’un des épisodes du jihad mené contre l’invasion sioniste. Il est étroitement lié au soulèvement du martyr Izz al-Dîn al-Qassâm et de ses frères combattants du jihad des frères musulmans en 1936 ; il est aussi étroitement lié à un autre épisode, celui du jihad des Palestiniens, des efforts et du jihad des Frères musulmans dans la guerre de 1948...
Art. 11 – Le Mouvement de la Résistance Islamique considère que la terre de Palestine est une terre islamique waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection. Il est illicite d’y renoncer en tout ou en partie, de s’en séparer en tout ou en partie : aucun Etat arabe n’en a le droit, ni même tous les Etats arabes réunis ; aucune organisation n’en a le droit, ni même toutes les organisations réunies, qu’elles soient palestiniennes ou arabes...
Art. 13 – Les initiatives, les prétendues solutions de paix et les conférences internationales préconisées pour régler la question palestinienne vont à l’encontre de la profession de foi du Mouvement de la Résistance Islamique. Renoncer à quelque partie de la Palestine que ce soit, c’est renoncer à une partie de la religion. Ainsi, le patriotisme du Mouvement de la Résistante Islamique fait-il partie de sa religion C’est sur cette base que ses membres ont été éduqués et c’est pour déployer l’étendard de Dieu sur leur patrie qu’ils mènent le jihad…
Art. 15 – Le jour où les ennemis usurpent une terre qui appartient aux musulmans, le combat devient une obligation religieuse individuelle qui incombe à chaque musulman. Face à l’usurpation de la Palestine par les Juifs, il faut brandir l’étandard du jihad et cela nécessite la diffusion de la conscience islamique parmi les masses locales, arabes et islamiques. Il faut propager l’esprit du jihad dans la nation, l’engagement face aux ennemis l’adhésion aux rangs des combattants du jihad...
Art. 20 – La société musulmane est une société solidaire... La plongée adoucissante dans l’esprit islamique constitue une priorité pour la société qui affronte un ennemi à la cruauté nazie dans ses pratiques, un ennemi qui ne fait aucune distinction entre l’homme et la femme, le vieillard et le jeune. Notre ennemi a adopté les châtiments collectifs pour pratiques courantes ; il prive les gens de leurs patries et de leurs propriétés, il les pourchasse jusque dans leur exode et leurs lieux de rassemblement ; parmi ses autres pratiques figurent également la fracture des os, l’ouverture du feu sur les femmes, les enfants et les vieillards, avec ou sans raison, la création de centres de détention pour y jeter des milliers d’hommes dans des conditions inhumaines. Et tout cela, sans parler de la destruction des maisons, la multiplication des orphelins, la prononciation de jugements iniques à l’encontre de milliers de jeunes condamnés à passer la fleur de leur âge à l’ombre des prisons...
Art. 27 – L’Organisation de Libération de la Palestine est la plus intime des intimes du Mouvement de la Libération Islamique. On y trouve le père ou le frère, le proche ou l’ami. Est-il donc possible que le musulman traite avec dureté son père ou son frère, son proche ou son ami ? Notre patrie est une, notre malheur est un et notre ennemi est commun.
C’est sous l’effet des circonstances qui entouraient la constitution de l’Organisation et de la confusion intellectuelle qui prévalait dans le monde arabe fruit de l’invasion intellectuelle que subit le monde arabe depuis la défaite des Croisés et qu’ont renforcée et ne cessent de renforcer l’orientalisme, l’évangélisation et le colonialisme, que l’Organisation a adopté l’idée d’Etat laïc.
L’idée laïque est incompatible avec l’idée religieuse, d’une totale incompatibilité.
A partir de là, malgré toute notre estime pour l’Organisation de Libération de la Palestine – et pour tout ce qui pourrait s’y développer-, et sans vouloir minimiser son rôle dans le conflit arabo-israélien, il nous est impossible de troquer l’islamité actuelle et future de la Palestine pour l’adoption de l’idée laïque. L’islamité de la Palestine fait, en effet, partie de notre religion ; or quiconque néglige une part de sa religion perd à tout coup...
Art. 32 – Le sionisme mondial et les forces colonialistes, par un mouvement subtil et une planification étudiée, essaient de faire sortir les uns après les autres les Etats arabes du cercle du conflit avec le sionisme pour qu’en fin de parcours le peuple palestinien se retrouve tout seul. Ils ont déjà réussi, en grande part, à faire soi tir l’Egypte du cercle du conflit par les traîtres accords de « Camp David » et ils essaient d’entraîner d’autres Etats encore vers de semblables accords pour les sortir du cercle du conflit.
Le mouvement de la résistance islamique appelle les peuples arabes et islamiques à œuvrer avec sérieux et persévérance à empêcher la poursuite de ce plan effroyable et à conscientiser les masses sur le danger que représente la sortie du cercle du conflit avec le sionisme. Aujourd’hui, il s’agit de la Palestine et demain il s’agira d’une ou plusieurs autres régions : le plan sioniste n’a pas de limite ; après la Palestine, ils ambitionnent de s’étendre du Nil à l’Euphrate. Lorsqu’ils auront parachevé l’assimilation des régions jusqu’auxquelles ils seront parvenus, ils ambitionneront de s’étendre plus loin encore, et ainsi de suite. Leur plan se trouve dans « les Protocoles des Sages de Sion » et leur conduite présente est une bonne preuve de ce qu’ils avancent...
Art. 34 – La Palestine est l’axe du globe terrestre, le point de rencontre des continents, le lieu envié... depuis l’aube de l’histoire...
Les envieux ont convoité la Palestine à maintes reprises et ont fondu sur elle avec leurs armées pour combler leur envie. Les hordes de Croisés sont venues porter leur profession de foi et brandir leur croix, parvenant à défaire les musulmans pendant un temps ; les musulmans n’ont réussi à la récupérer qu’à l’instant où ils se sont rangés à l’ombre de leur étendard religieux, ont rassemblé leur commandement, ont reconnu la grandeur de leur Seigneur et ont engagé le jihad sous les ordres de Salâh al-Dîn al-Ayyûbî pendant presque vingt ans. La reconquête fut alors achevée, les Croisés avaient été défaits et la Palestine était libérée.
Telle est la voie unique de la libération : il faut croire le témoignage de l’histoire, c’est l’une des lois de l’univers et l’une des règles de l’existence...
Source : Les voix du soulèvement, J.-François Legrain, CEDEJ, pp. 152-165.

209Les relations entre le Hamas et l’O.L.P. sont ambivalentes, faites à la fois de complicité (lutte contre un ennemi commun) et de rivalité, pouvant aller jusqu’à l’affrontement.

210L’Intifada prend des formes diverses. Il y a des actions violentes menées par des groupes de choc qui se recrutent dans la jeunesse : harcèlement des forces de l’ordre (jets de pierres, de cocktails molotov), bagarres sur les routes, attaques perpétrées contre des soldats et des colons israéliens, élimination des Palestiniens accusés de collaboration avec l’occupant. Par ailleurs des actions de type non-violent sont lancées pour mobiliser la population : manifestations, mouvements de grève notamment des commerçants, refus de la coopération administrative avec l’occupant avec la démission d’une partie des fonctionnaires palestiniens en poste dans les territoires occupés (en particulier des policiers), désobéissance civile avec le refus de payer impôts et taxes, boycottage au moins partiel des produits israéliens.

211A ce soulèvement multiforme, les autorités israéliennes répondent par l’usage de la force. Le responsable militaire de la Cisjordanie affirme :

  • 21 Texte cité par J.-P. Chaonollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 119.

« Nous emploierons des méthodes agressives pour restaurer la loi et l’ordre dans les territoires et notamment à l’encontre de ceux qui incitent les gens à descendre dans la rue »21.

212Tout l’arsenal de la répression est mis en œuvre : dispersion brutale des manifestations (ordre est donné de tirer sur les attroupements avec des balles en plastique ou en caoutchouc), perquisitions, arrestations et détentions administratives, expulsions, exécutions sommaires de cadres palestiniens. Aux mesures individuelles s’ajoutent les formes de répression collective : couvre-feux, destructions de maisons, fermeture des locaux de nombreuses institutions (établissements scolaires, centres de soins, syndicats). A l’action menée par l’armée viennent s’ajouter les violences commises par les colons israéliens contre les Palestiniens.

213L’armée israélienne qui assurait le contrôle des territoires occupés avec quelques centaines d’hommes avant l’Intifada est contrainte de déployer des effectifs importants : de 25 à 30 000 hommes environ. Cette armée, organisée en vue de la défense du territoire, se transforme en force de maintien de l’ordre avec tous les dérapages que cela comporte. Certains faits particulièrement tragiques frappent l’opinion publique, comme l’affrontement meurtrier qui se produit en octobre 1990 sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, lieu hautement sensible. L’image d’Israël dans le monde s’en trouve sérieusement affectée. Enfin l’Intifada met à mal certaines illusions. Par mesure de sécurité, les dirigeants israéliens sont amenés à plusieurs reprises à décider le bouclage complet des territoires occupés, ce qui a pour effet de rappeler l’existence des frontières d’avant 1967 (appelées « la ligne verte ») que les partisans du Grand Israël voulaient oublier.

214La répression parvient à ralentir le rythme des actions de l’Intifada sans venir à bout du soulèvement. Le bilan est en tout cas très lourd. L’une des évaluations les plus complètes se trouve dans un discours prononcé en avril 1944 devant la Knesset par Itzhak Rabin, alors premier ministre.

215En six ans et demi d’intifada :

  • 220 Juifs ont été tués par des Palestiniens et 7 800 blessés ;

  • 2 150 Palestiniens sont morts dont la moitié ont été tués par les forces israéliennes et près de 900 victimes de règlements de compte interpalestiniens et près de 20 000 blessés.

216De 120 à 140 000 Palestiniens ont séjourné dans les prisons israéliennes. Des milliers d’hectares de terres ont été confisqués et des milliers de maisons détruites.

217Sur le plan politique, l’Intifada contribue à remettre en selle l’O.L.P. qui paraissait en perte de vitesse et lui rendre sa représentativité. Les dirigeants du soulèvement prennent très vite parti en sa faveur et dénient catégoriquement au roi de Jordanie toute responsabilité sur les territoires situés à l’ouest du Jourdain.

218Le troisième communiqué de la Direction unifiée de l’Intifada est très explicite sur ce point :

  • 22 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 382.

« La direction patriotique unifiée du soulèvement salue les familles des martyrs et réaffirme son rejet des tentatives du roi de Jordanie à faire un chantage avec le sang des martyrs... Le peuple des martyrs sait qui est sa direction légitime et unique incarnée par l’O.L.P. »22.

219Le roi Hussein se considérait en effet toujours comme le souverain de la Cisjordanie perdue en 1967. A plusieurs reprises il avait fait des propositions de paix prévoyant de réunir sous son autorité les deux rives du Jourdain. Prenant acte de l’hostilité des Palestiniens à toute solution de ce type, Hussein renonce à ses prétentions. Le 31 juillet 1988, il annonce le désengagement total de la Jordanie de la question palestinienne. Les liens économiques, administratifs et politiques qui subsistaient avec la Cisjordanie sont rompus. Cette décision ruine l’option jordanienne longtemps considérée par les Travaillistes israéliens comme la seule solution au problème des territoires occupés.

220Quant à l’O.L.P., forte de sa nouvelle légitimité, elle peut accentuer l’évolution amorcée au milieu des années 1970 vers un plus grand réalisme politique. La majorité de l’O.L.P. consent à faire des concessions qui peuvent ouvrir la voie à des négociations de paix. Il s’agit notamment de satisfaire les exigences formulées par les Etats-Unis jugés seuls capables d’obtenir un assouplissement de la position de l’Etat d’Israël. C’est au cours du 19e Conseil national palestinien réuni à Alger à la mi-novembre 1988 que le tournant est pris. La démarche effectuée est double :

  • proclamation de l’indépendance de l’Etat de Palestine. Il s’agit en fait d’un acte symbolique qui vise à réaffirmer l’existence de la nation palestinienne et son droit à participer comme acteur à part entière à une éventuelle négociation. Le texte promulgué accepte le principe du partage de la Palestine et rejette l’usage de la violence et du terrorisme, tournant le dos sur ces points à la Charte de l’O.L.P. ;

  • adoption d’une déclaration politique qui évoque notamment les perspectives de règlement du conflit avec Israël.

  • 23 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, pp. 245-246.

« Le Conseil national palestinien affirme la détermination de l’O.L.P. de parvenir à un règlement politique global du conflit arabo-israélien dont l’essence est la question palestinienne, dans le cadre de la Charte des Nations-Unies... et des résolutions de l’O.N.U...
Pour la réalisation de cet objectif, le C.N.P. réaffirme la nécessité de réunir une conférence internationale... convoquée sur la base des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité, et des droits inaliénables du peuple palestinien et en premier lieu du droit à l’autodétermination... »23.

221Le texte constitue une révision majeure de la position de l’O.L.P. L’acceptation de la résolution 242, qui affirme le droit de tous les Etats du Proche-Orient « à vivre en paix dans des frontières sûtes et reconnues », équivant en fait à une reconnaissance implicite de l’Etat d’Israël.

222Dans les mois qui suivent, Yasser Arafat est amené à préciser les orientations définies à Alger sur certains points sensibles. En décembre 1988, lors d’une conférence de presse donnée à Genève, il se prononce clairement pour la reconnaissance de l’existence d’Israël et condamne sans ambiguïté le recours au terrorisme :

  • 24 Ibid., p. 254.

« Nous renonçons totalement et absolument à toute forme de terrorisme, qu’il s’agisse de terrorisme individuel, de groupe ou d’Etat »24.

 

Déclaration d’indépendance de l’État de Palestine (15 novembre 1988)
Au nom de Dieu, clément et miséricordieux.
Terre des messages divins révélés à l’humanité, la Palestine est le pays natal du peuple arabe palestinien. C’est là qu’il a grandi, qu’il s’est développé et qu’il s’est épanoui. Son existence nationale et humaine s’y est affirmée, dans une relation organique ininterrompue et inaltérée, entre le peuple, sa terre et son histoire.
Continuellement enraciné dans son espace, le peuple arabe palestinien a forgé son identité nationale, et s’est élevé, par son acharnement à la défendre, jusqu’au niveau de l’impossible... En dépit de la fascination suscitée par cette terre ancienne et par sa position cruciale à la charnière des civilisations et des puissances, en dépit des visées, des ambitions et des invasions qui ont empêché le peuple arabe palestinien de réaliser son indépendance politique, l’attachement permanent de ce peuple à sa terre a néanmoins imprimé au pays son identité et au peuple son caractère national.
Inspiré par la multiplicité des civilisations et la diversité des cultures, y puisant ses traditions spirituelles et temporelles, le peuple arabe palestinien s’est développé dans une complète unité entre l’homme et son sol. Sur les pas des prophètes qui se sont succédé sur cette terre bénie, c’est de ses mosquées, de ses églises et de ses synagogues que se sont élevés les louanges au Créateur et les cantiques de la miséricorde et de la paix.[...]
En dépit de l’injustice historique imposée au peuple arabe palestinien, qui a abouti à sa dispersion et l’a privé de son droit à l’autodétermination au lendemain de la résolution 181 (1947) de l’Assemblée générale des Nations Unies recommandant le partage de la Palestine en deux Etats, l’un arabe et l’autre juif, il n’en demeure pas moins que c’est cette résolution qui assure, aujourd’hui encore, les conditions de légitimité internationale qui garantissent également le droit du peuple arabe palestinien à la souveraineté et à l’indépendance. [...]
Avec l’Intifada, et l’expérience révolutionnaire accumulée, le temps palestinien est parvenu au seuil d’un tournant historique décisif. Le peuple arabe palestinien réaffirme aujourd’hui ses droits inaliénables et leur exercice sur le sol palestinien.
Conformément aux droits naturels, historiques et légaux du peuple arabe palestinien à sa patrie, la Palestine, et fort des sacrifices des générations successives de Palestiniens pour la défense de la liberté et de l’indépendance de leur patrie,
Sur la base des résolutions des sommets arabes,
En vertu de la primauté du droit et de la légalité internationale incarnées par les résolutions de l’Organisation des Nations Unies depuis 1947,
Exerçant le droit du peuple arabe palestinien à l’autodétermination, à l’indépendance politique et à la souveraineté sur son sol,
Le Conseil national palestinien, au nom de Dieu et au nom du peuple arabe palestinien, proclame l’établissement de l’Etat de Palestine sur notre terre palestinienne, avec pour capitale Jérusalem.
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence.
Hachette, pp. 237 à 240.

223Toutefois cette renonciation ne concerne pas l’Intifada :

  • 25 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, p. 254.

« L’Intifada prendra fin seulement lorsque des mesures pratiques et concrètes auront été prises pour réaliser nos objectifs nationaux et instaurer notre Etat palestinien indépendant »25.

224Au début de mai 1989, lors d’un séjour à Paris, Arafat déclare que la Charte de l’O.L.P. est désormais caduque.

225L’évolution de la position de l’O.L.P. est jugée suffisamment significative par l’administration américaine qui accepte pour la première fois d’engager des discussions avec la centrale palestinienne. A la mi-décembre 1988, le secrétaire d’Etat américain annonce que

  • 26 Ibid., p. 257.

« les Etats-Unis sont disposés à avoir un dialogue substantiel avec des représentants de l’O.L.P. »26.

226Ce dialogue se révèle assez peu fructueux. Les Etats-Unis restent favorables à l’idée d’autonomie palestinienne (comme le prévoyaient déjà dix ans plus tôt les accords de Camp David), mais refusent d’engager une réelle négociation avec l’O.L.P. Après dix huit mois de discussions, le dialogue est rompu en juin 1990 après que l’O.L.P. a refusé de condamner une action terroriste menée près de Tel-Aviv par une organisation palestinienne radicale (FLP).

227Quant à Israël, il s’est refusé à prendre au sérieux les ouvertures faites par l’O.L.P. à la fin de 1988. Les dirigeants israéliens ne veulent y voir qu’« une manœuvre tactique relevant de la propagande ». Israël écarte toujours tout contact avec l’O.L.P. et n’envisage pas sérieusement de se retirer des territoires occupés. Le premier ministre et chef du Likoud, Itzhak Shamir, entend au contraire y intensifier la politique de colonisation :

  • 27 Texte cité par J.-P. Chagnollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 153.

« Le peuple juif doit bâtir son pays et ses institutions dans tous les lieux que les générations passées ont foulés de leurs pieds... aucun prix n’est trop élevé pour avancer »27.

228Il compte pour cela sur l’immigration massive des Juifs soviétiques rendue possible par la libéralisation de l’U.R.S.S. dont le gouvernement cherche à renouer des relations avec Israël.

229Cette intransigeance n’est toutefois pas partagée par l’ensemble de l’opinion israélienne. On assiste en fait à une double polarisation du champ politique marquée :

  • d’une part par la montée d’un courant d’extrême-droite qui défend l’idée d’un transfert des Arabes hors de Palestine, position radicale qui a également des partisans au sein de la droite nationaliste au pouvoir ;

  • d’autre part par le développement de mouvements favorables à l’ouverture de négociations directes avec les Palestiniens, y compris avec l’O.L.P. Il s’agit entre autres du Shalom Archav (la paix maintenant), du mouvement pour les droits civiques (Ratz) auxquels se joignent certains élus de la gauche travailliste.

230Cette double évolution reste toutefois sans effets immédiats sur la politique israélienne. Pour les Palestiniens, c’est donc l’impasse, les concessions faites n’ont en définitive donné aucun résultat. La stratégie de la direction de l’O.L.P. est mise en échec, ce qui risque de faire le jeu des organisations les plus radicales et notamment des groupes islamistes qui excluent toute reconnaissance de l’existence d’Israël et rejettent les projets de solution négociée de la question palestinienne :

  • 28 Texte cité par J.-P. Chagnollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 91.

« La Palestine est une terre sainte, islamique, attribuée aux générations de Musulmans jusqu’à la fin des temps ; on ne peut l’abandonner en tout ou en partie »28.

231déclare la Charte du mouvement Hamas, qui dénonce par ailleurs les conférences internationales comme « l’une des formes de l’arbitrage des infidèles sur la terre des Musulmans. » Le Hamas connaît une audience croissante au début des années 90. Ses militants se montrent particulièrement combatifs et mènent les actions les plus dures de l’Intifada, notamment les actions armées contre les soldats et colons israéliens. Ils prennent le nom de commandos « Ezzedine-Al-Kassem » en mémoire d’un chef nationaliste des années 30.

232C’est alors que survient un événement considérable qui vient bouleverser la situation et provoque une redistribution des cartes au Proche-Orient. Il s’agit de la Guerre du Golfe qui éclate en riposte à l’invasion de l’Emirat du Koweït par l’Irak le 2 août 1990.

C) Les retombées de la guerre du Golfe

Le lien entre guerre du Golfe et conflit israélo-arabe

233L’opération irakienne provoque une nette division du monde arabe. Quelques-uns des principaux pays arabes se rangent dans la coalition formée autour des Etats-Unis pour combattre l’Irak avec l’aval de l’U.R.S.S. Il s’agit, outre l’Arabie Séoudite où se déploie un puissant corps expéditionnaire américain, de l’Egypte et de la Syrie. En revanche l’Irak reçoit le soutien entre autres de la Jordanie et de l’O.L.P.

234L’O.L.P., isolée, déçue par l’attitude des Etats-Unis, doit aussi tenir compte de l’opinion palestinienne qui se montre très réceptive à la propagande irakienne, qui appelle à secouer la tutelle occidentale sur le monde arabe et à libérer les Lieux Saints de l’Islam au nombre desquels se trouve bien sûr Jérusalem. Les Palestiniens sont sensibles au lien que le président irakien Saddam Hussein s’efforce d’établir entre la solution de la crise du Koweït et celle de la question palestinienne. Après avoir participé aux efforts en vue de trouver une issue diplomatique à la crise, l’O.L.P condamne l’intervention étrangère en terre arabe et finit par apporter un soutien sans nuance à l’Irak. Au début de janvier 1991, Arafat déclare à Bagdad :

  • 29 Texte cité par A. Barthélemy dans « Israéliens et Palestiniens », Chronique sociale, p. 221

« L’Irak et la Palestine incarnent une volonté commune. Nous serons ensemble côte à côte, et après la grande bataille, avec la volonté de Dieu, nous prierons ensemble à Jérusalem. Les combattants irakiens et les lanceurs de pierres palestiniens ont un rendez-vous commun avec la victoire »29.

235Les opérations militaires de la coalition contre l’Irak débutent le 17 janvier 1991 par une gigantesque offensive aérienne. L’Irak tente d’impliquer directement Israël dans le conflit. Dans la deuxième quinzaine de janvier 1991 plusieurs villes israéliennes (dont notamment Haïfa et Tel-Aviv) sont frappées par des tirs de missiles Scud qui font cinq morts et plusieurs dizaines de blessés. Les missiles étaient équipés de charges explosives conventionnelles mais la menace de Saddam Hussein d’avoir recours aux armes chimiques est prise très au sérieux par les Israéliens. Pour sauvegarder la cohésion de la coalition anti-irakienne et notamment pour préserver la participation des pays arabes, les Etats-Unis dissuadent Israël d’exercer des représailles et participent directement à la défense anti-aérienne du pays. La Guerre du Golfe s’achève à la fin de février 1991 par de brèves opérations terrestres qui viennent rapidement à bout de l’Irak très affaibli par les bombardements aériens.

236La guerre du Golfe représente un choc pour la société israélienne et ébranle bien des certitudes. La guerre a montré la vulnérabilité d’Israël et ranime de vieilles hantises. La théorie selon laquelle la possession des territoires conquis en 1967 assurant à Israël la profondeur stratégique qui lui faisait défaut est battue en brèche. Un autre mythe se trouve atteint, celui de la capacité absolue d’Israël à se défendre seul contre toute agression. La remise en cause des dogmes officiels est de nature à affaiblir la position de la droite au pouvoir.

237De son côté, l’O.L.P. paye très cher son soutien à l’Irak. Elle perd le soutien financier des monarchies pétrolières, tandis que de nombreux immigrants palestiniens sont contraints de quitter les émirats du Golfe Persique. La crédibilité internationale que la Centrale palestinienne avait réussi à acquérir est sérieusement compromise. L’O.L.P. va être contrainte de se plier aux demandes américaines dans la partie diplomatique qui s’engage peu après.

238Car, paradoxalement, c’est la guerre du Golfe qui ouvre la voie à l’organisation de négociations au Proche-Orient. Les Etats-Unis en prennent l’initiative. Une semaine après la fin de la guerre, le 6 mars 1991, le président Bush déclare devant le Congrès :

  • 30 Texte cité par « Le Monde », 8 mars 1991.

« Israël et plusieurs pays arabes ont pour la première fois affronté ensemble le même agresseur. Désormais il devrait être clair pour toutes les parties que faire la paix au Moyen-Orient demande des compromis... Une paix globale doit être fondée sur les résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, et le principe des territoires contre la paix. Ce principe doit être élaboré pour assurer la sécurité et la reconnaissance d’Israël et, en même temps, les droits politiques légitimes des Palestiniens. Toute autre solution manquerait aux deux critères d’équité et de sécurité. Le moment est venu de mettre fin au conflit israélo-arabe... »30.

239Après avoir refusé le lien que Saddam Hussein voulait imposer entre l’invasion du Koweit et l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza pour ne pas accorder au président irakien une prime à l’agression, les Etats-Unis sont plus ou moins obligés de l’établir eux-mêmes. La légalité internationale invoquée pour justifier la guerre contre l’Irak doit aussi être respectée à propos de la question palestinienne. Il ne s’agit pas seulement d’une question de principes. Il y a aussi une nécessité politique. Washington a en quelque sorte contracté une dette envers un certain nombre de pays arabes, dont les gouvernements ont choisi de rallier la coalition formée autour des Etats-Unis, alors que la sympathie des populations allait manifestement au président irakien. II y a à l’évidence des frustrations à apaiser.

240Or la situation paraît favorable à la recherche d’un règlement sous la houlette des Etats-Unis. L’affaiblissement de l’Union Soviétique laisse le champ libre à la politique américaine. D’autre part la dépendance d’Israël à l’égard des Etats-Unis s’est accrue. Après avoir dû accepter l’assistance militaire américaine pendant la guerre, les dirigeants israéliens ont besoin de la garantie financière des Etats-Unis pour emprunter les sommes considérables que nécessite l’installation des immigrants d’origine soviétique. Washington dispose là d’un moyen de pression qui va se révéler très efficace.

241Il faut près de huit mois d’efforts au secrétaire d’Etat américain James Baker qui effectue de multiples tournées au Proche-Orient pour convaincre Israël et les pays arabes qui sont encore en état de guerre avec l’Etat hébreu (Syrie, Liban et Jordanie) de participer à une conférence internationale placée sous le double parrainage des Etats-Unis et de l’U.R.S.S. Israël, qui a dû céder aux pressions américaines, parvient à obtenir satisfaction à propos de la représentation des Palestiniens. Non seulement la participation de l’O.L.P. est exclue, mais les délégués palestiniens qui ne doivent pas être des habitants de Jérusalem-Est sont inclus dans la représentation de la Jordanie. L’O.L.P. doit se résoudre à accepter ces conditions, mais les exigences israéliennes sont en partie tournées par la désignation d’un groupe de conseillers proches de l’O.L P. aux côtés des délégués palestiniens officiels.

242La conférence de paix israélo-arabe s’ouvre à Madrid le 30 octobre 1991. Cette séance inaugurale n’est que le prélude à la véritable négociation qui s’engage dans les semaines suivantes et qui comprend deux volets :

  • des négociations bilatérales qui se tiennent à Washington entre Israël et chacune des délégations des pays arabes. Leur objectif est de mettre fin à l’état de belligérance qui les oppose les uns aux autres et de régler les conflits territoriaux ;

  • des négociations multilatérales qui regroupent un grand nombre de participants (dont l’Europe) qui doivent jeter les bases d’une coopération régionale multiforme entre Israël et ses voisins. Cinq thèmes de discussion ont été retenus : partage de l’eau, environnement, développement économique, contrôle des armements, problème des réfugiés.

243Ces diverses négociations s’engagent effectivement en décembre 1991 et janvier 1992 et se poursuivent durant toute l’année 1992. Les discussions bilatérales donnent rapidement l’impression de piétiner, chacune des parties campant sur ses positions. Quant aux négociations multilatérales, elles souffrent de ne jamais réunir la totalité des pays directement concernés par les questions discutées. La Syrie et le Liban notamment s’abstiennent le plus souvent d’y prendre part. Dans ces conditions, aucune percée ne peut être réalisée et les pourparlers risquent fort de s’enliser.

244Finalement ce n’est pas sur la scène diplomatique que se joue l’avenir du processus de paix amorcé à Madrid, mais sur la scène politique israélienne. Les élections législatives du 23 juin 1992 révèlent une évolution sensible de l’opinion israélienne. La gauche travailliste et ses alliés qui se montrent soucieux de désamorcer la révolte palestinienne l’emportent sur la droite nationaliste (Likoud) qui est en net recul après avoir dirigé pendant près de quinze ans la politique israélienne. Ce résultat exprime la lassitude de la population devant le spectacle d’une violence sans fin, mais aussi l’inquiétude que suscite la montée des mouvements islamistes particulièrement activistes.

245Le chef de file du parti travailliste, Itzhak Rabin, devient premier ministre et dès son investiture formule des propositions de paix. Le nouveau gouvernement manifeste une indéniable volonté d’ouverture. Un coup d’arrêt est donné à l’implantation de colonies dans les territoires occupés et l’évacuation d’au moins une partie d’entre eux est ouvertement envisagée. La législation interdisant aux Israéliens tout contact avec les représentants de l’O.L.R est abrogée.

246Mais dans le même temps, il n’y a aucun relâchement de la répression contre l’Intifada qui se poursuit en Cisjordanie et à Gaza. En décembre 1992, en représailles contre l’assassinat de plusieurs israéliens dans les territoires occupés, 415 Palestiniens soupçonnés d’être des militants islamistes sont expulsés vers le Sud-Liban. Cette action de force met le processus de paix en péril. Les délégations arabes se retirent des pourparlers de Washington. Pourtant, dans les premiers mois de 1993, Israël assouplit son attitude et les négociations peuvent reprendre à la fin du mois d’avril.

247Mais le fait majeur est que parallèlement aux négociations officielles, le gouvernement israélien a entrepris d’entrer secrètement en contact, par différents canaux, avec la direction de l’O.L.P. à Tunis. Itzhak Rabin, ancien commandant en chef de l’armée israélienne pendant la Guerre des Six Jours, s’était toujours montré hostile à l’O.L.P. Il avait la réputation d’un homme à poigne, partisan de la manière forte, pour briser la résistance palestinienne. Mais le réalisme politique le conduit à modifier sa position. Il finit par admettre que toute négociation avec les Palestiniens passe inévitablement par l’O.L.P. Il s’en expliquera ensuite devant les députés de sa majorité :

  • 31 Texte cité par « Le Monde diplomatique », Octobre 1993.

« Pendant longtemps, je croyais que les habitants des territoires occupés pourraient agir indépendamment de la centrale palestinienne. Un an de pourparlers est passé et je suis arrivé à la conclusion qu’ils ne le pouvaient pas... Ceux qui ne veulent pas affronter la réalité en face ont le droit de le faire. Mais ceux qui veulent faire avancer la paix ne peuvent fermer les yeux sur ces faits majeurs »31.

248Itzak Rabin brise ainsi l’un des tabous les mieux ancrés dans l’opinion israélienne.

Discours d’investiture d’Itzhak Rabin (13 juillet 1992)
« [...] Au cours de la dernière décennie du vingtième siècle, les atlas, les manuels d’histoire et de géographie ne présentent plus une image fidèle de la situation. Des murs d’hostilité se sont abattus, des frontières ont été effacées, des grandes puissances se sont effondrées, des idéologies ont disparu, des pays sont nés avant de connaître leur fin. Les portes de l’alyah [l’immigration juive] se sont ouvertes. Notre devoir pour nous-mêmes et nos fils est de considérer ce nouveau monde tel qu’il est aujourd’hui, mesurer les dangers, en vérifier les possibilités, et tout faire pour que l’Etat d’Israël s’intégre dans ce monde qui change de forme. Nous ne sommes plus nécessairement un peuple isolé, et il n’est pas vrai que le monde entier soit contre nous. Nous devons nous débarasser de ce sentiment d’isolement qui nous habite depuis près d’un siècle. Nous devons participer à la marche de paix, de réconciliation et de coopération internationale qui survole le globe ces jours-ci. Si nous ne le faisons pas, nous resterons les derniers, seuls à la station de départ.
Le nouveau gouvernement s’est donc donné pour objectif central de faire progresser la paix en Israël et prendre des mesures énergiques afin de conduire à son terme le conflit israélo-arabe. Nous le ferons sur la base d’une reconnaissance par les Etats arabes et les Palestiniens, d’Israël en tant qu’Etat souverain ayant le droit d’exister dans la paix et la sécurité. [...] Et je m’adresse à vous, Palestiniens des territoires. Le destin nous oblige à vivre ensemble, sur cette même terre. Notre vie se déroule aux côtés de et contre la vôtre. Vous avez échoué dans votre guerre contre nous. Un siècle d’effusions de sang et de terrorisme de votre part contre nous ne vous a causé que de la souffrance, de la douleur et des deuils. Vous avez perdu des milliers de vos fils et de vos filles et, constamment, vous avez fait marche arrière.
Depuis quarante-quatre ans, vous vivez dans l’illusion. Vos responsables vous conduisent dans l’erreur. Ils ont raté toutes les occasions de paix. Ils ont rejeté toutes nos propositions de solutions et vous ont menés de catastrophe en catastrophe. [...] Nous vous proposons l’autonomie, l’autogouvernement, avec ses avantages et ses défauts, car vous n’obtiendrez pas tout ce que vous voulez. Il est possible aussi que nous n’obtenions pas tout ce que nous voulons, prenez enfin votre destin en main. [...] Si les Palestiniens devaient rejeter cette proposition, nous continuerions les pourparlers, mais nous nous conduirions dans les territoires comme s’il n’y avait pas eu de négociations, et au lieu de vous tendre une main amicale, nous ferions appel à tous les moyens afin d’empêcher la violence et le terrorisme. Le choix est entre les mains des Palestiniens des territoires [...] »
Source : Paix ou gerres, Charles Enderlin, Stock, pp. 605-606.

Le processus de paix israélo-palestinien

249C’est à Oslo que se nouent à partir du printemps 1993 les discussions les plus sérieuses qui aboutissent le 19 août à la rédaction d’un document relatif à l’autonomie palestinienne. A la fin du mois d’août, l’existence de cette négociation, restée ignorée même des Américains, est reconnue publiquement.

250Le 9 septembre 1993, c’est par un échange de lettres entre Yasser Arafat et Itzhak Rabin que s’effectue la reconnaissance mutuelle d’Israël et de l’O.L.P. Le 13 septembre a lieu officiellement à Washington la signature d’une déclaration de principes sur l’autonomie des territoires occupés. Des discours prononcés ce jour-là, on peut retenir quelques extraits :

251Itzak Rabin :

« Laissez-moi vous dire. Palestiniens, nous sommes destinés à vivre ensemble sur le même sol, la même terre. Nous les soldats revenus des combats, entachés de sang... Nous qui nous sommes battus contre vous Palestiniens, nous vous disons d’une voix forte et claire : assez de sang, assez de larmes, assez ! ».

252Le premier ministre israélien cite le livre biblique de l’Ecclésiaste (ou Kohelet) :

  • 32 Textes cités par « Le Monde », 15 septembre, 1993.

« Il y a une saison pour toute chose et un temps pour tout sous nos deux.
Un temps pour naître et un temps pour mourir...
Un temps pour tuer et un temps pour soigner...
Un temps pour pleurer et un temps pour rire...
Un temps pour aimer et un temps pour haïr...
Un temps pour la guerre et un temps pour la paix. »
3, 1-832

253Yasser Arafat :

« Notre peuple ne considère pas que l’exercice de son droit à l’auto-détermination puisse violer les droits de ses voisins ou menacer leur sécurité. Au contraire, mettre fin à son sentiment d’avoir été maltraité et d’avoir subi une injustice historique constitue le meilleur moyen pour réaliser la coexistence entre nos deux peuples ».30

254La déclaration de principes signée à Washington ne constitue pas un plan global de règlement du conflit israélo-palestinien. Ce document définit les grandes lignes d’un projet d’autonomie à mettre en œuvre en Cisjordanie et à Gaza pendant une période intérimaire de cinq ans. Il est prévu un retrait d’Israël de la bande de Gaza et de la région de Jéricho et un redéploiement de son armée hors des zones peuplées des territoires occupés, au plus tard à la veille de l’élection d’un conseil chargé de les administrer. Les modalités d’application de cet accord intérimaire doivent encore être négociées. Quant au statut définitif des territoires occupés et à la solution des questions particulièrement litigieuses (comme Jérusalem ou le problème des réfugiés) ils sont renvoyés à des pourparlers ultérieurs. Vouloir résoudre tous les problèmes d’un coup aurait sans doute rendu impossible la conclusion d’un accord. C’est donc une démarche progressive qui a été adoptée avec l’arrière-pensée qu’un succès des premières étapes pouvait rendre crédible le processus engagé et préparer le terrain à un règlement d’ensemble.

Lettres de reconnaissance mutuelle entre Israël et l’O.L.P.
La lettre de Yasser Arafat
9 septembre 1993
Monsieur le Premier ministre,
La signature de la Déclaration de principes marque une nouvelle ère dans l’histoire du Proche-Orient. Avec cette ferme conviction, je voudrais confirmer les engagements suivants de l’OLP :
L’OLP reconnaît le droit de l’Etat d’Israël à vivre en paix et dans la sécurité.
L’OLP accepte les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité des Nations unies.
L’OLP est engagée par le processus de paix au Proche-Orient et par une solution pacifique du conflit entre les deux parties et déclare que toutes les questions en suspens liées au statut permanent seront résolues par des négociations...
Dans la perspective d’une ère nouvelle et de la signature de la Déclaration de principes, et du fait de l’acceptation par les Palestiniens des résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité, l’OLP affirme que les articles de la Charte palestinienne qui nient à Israël le droit à l’existence et les dispositions de la Charte qui contredisent les engagements de cette lettre sont désormais inopérants et sans validité. En conséquence, l’OLP soumettra à l’approbation formelle du Conseil National Palestinien les modifications qui doivent être apportées à la Charte palestinienne.
Sincèrement.
Yasser Arafat Président de l’Organisatio de Libération de la Palestine

 

La lettre de Yitzhak Rabin
9 septembre 1993
Monsieur le Président,
En réponse à vote lettre du 9 septembre 1993, je souhaite vous confirmer qu’à la lumière des engagements de l’OLP qui y figurent, le gouvernement d’Israël a décidé de reconnaître l’OLP comme le représentant du peuple palestinien et d’ouvrir des négociations avec l’OLP dans le cadre du processus de paix au Proche-Orient.
Yitzhak Rabin Premier ministre d’Israël
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence.
Hachette, pp. 347-348

Washington, 13 septembre 1993 : devant Bill Clinton, pour la première fois, un chef du gouvernement israélien serre la main du no 1 palestinien.

Washington, 13 septembre 1993 : devant Bill Clinton, pour la première fois, un chef du gouvernement israélien serre la main du no 1 palestinien.

Israël. 100 ans d’histoire, p. 106. (Agence Gamma)

Déclaration israélo-palestinienne (13 septembre 1993)
But
 : Etablissement d’un régime d’autonomie en Cisjordanie et dans la bande de Gaza pour une période transitoire de 5 ans au plus.
La déclaration entre en vigueur 1 mois après sa signature.
« Le but des négociations israélo-palestiniennes, dans le cadre actuel du processus de paix au Proche-Orient, est, entre autres, d’établir une autorité intérimaire palestinienne de l’autonomie, le Conseil élu (le « Conseil ») pour les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, pour une période transitoire n’excédant pas cinq ans et menant à un arrangement permanent basé sur les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité de l’ONU. »
(Art. I)
Dans un premier temps, il est prévu l’évacuation par les forces israéliennes de la bande de Gaza et de la région de Jéricho.
Une négociation doit s’engager en vue de conclure (dans un délai de 2 mois) d’un accord sur un retrait échelonné (au maximum en 4 mois) de l’armée israélienne.
Ce retrait israélien doit s’accompagner du déploiement d’une police palestinienne et d’un transfert d’autorité de l’armée israélienne aux Palestiniens, notamment dans des domaines tels que éducation et culture, santé, affaires sociales.
« Les deux parties concluront et signeront, dans les deux mois suivant l’entrée en vigueur de cette déclaration de principes, un accord sur le retrait des forces militaires israéliennes de la bande de Gaza et de la région de Jéricho. Cet accord comprendra des arrangements globaux devant être appliqués dans la bande de Gaza et la région de Jéricho à la suite du retrait israélien. »
(Annexe II)
« Dès l’entrée en vigueur de cette déclaration de principes et le retrait de la bande de Gaza et de la zone de Jéricho, commencera un transfert d’autorité du gouvernement militaire israélien et de son administration civile aux Palestiniens désignés pour cette tâche, comme défini dans ce texte. »
(Art. VI)
Le retrait de Gaza et de Jéricho marque le début de la période transitoire de 5 ans durant laquelle 3 tâches principales doivent être menées à bien :
– Un processus électoral devant permettre la désignation d’un Conseil représentatif des Palestiniens (dans un délai de 9 mois après l’entrée en vigueur de la Déclaration).
– Le redéploiement des forces israéliennes en Cisjordanie et à Gaza.
– L’ouverture de négociations sur le statut définitif des territoires occupés.
Ces négociations devront s’engager au plus tard au début de la 3e année de la période transistoire.
« Pour que les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza puissent se gouverner selon les principes démocratiques, des élections politiques générales, libres et directes, seront organisées pour le Conseil, sous supervision mutuellement agréée et sous observation internationale, tandis que la police palestinienne assurera l’ordre public. »
(Art. III)
« En redéployant ses forces militaires, Israël sera guidé par le principe selon lequel ses forces militaires doivent être redéployées hors des zones peuplées. »
(Art. XIII)
« Les négociations entre le gouvernement israélien et les représentants des Palestiniens sur le statut définitif commenceront le plus tôt possible et au plus tard au début de la troisième année de la période intérimaire.
Il est entendu que ces négociations couvriront les questions en suspens, y compris : Jérusalem, les réfugiés, les implantations, les arrangements de sécurité, les frontières, les relations et la coopération avec les autres voisins et les autres sujets d’intérêt commun. »
(Art. V)
Pendant la période transistoire, Israël continue d’assurer la défense extérieure de la Cisjordanie et de la bande de Gaza et la sécurité des Israéliens, notamment des colons qui y sont établis.
« Afin de garantir l’ordre public et la sécurité intérieure des Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, le Conseil établira une puissante force de police tandis qu’Israël conservera la responsabilité de la défense contre des menaces extérieures, de même que la responsabilité de la sécurité globale des Israéliens, de manière à sauvegarder leur sécurité intérieure et l’ordre public. »
(Art. VIII)
Les citations du texte de la Déclaration sont extraites du numéro spécial du journal « Le Monde » de septembre 1993, intitulé « demain la paix ».

255Les dispositions contenues dans la déclaration de Washington constituent, en fait, le prolongement direct des orientations concernant la Cisjordanie et Gaza définies par les accords de Camp David, restés sut ce point sans lendemains. La comparaison des deux textes est tout à fait éclairante.

256L’accord d’autonomie ainsi conclu est un compromis qui suscite dans les deux camps de vives réactions.

257Du côté des Palestiniens, Yasser Arafat obtient l’approbation du Conseil exécutif de l’O.L.P. mais les oppositions sont fortes. L’accord est dénoncé non seulement par les mouvements islamistes qui accusent Arafat de trahison, mais aussi par les organisations les plus radicales de l’O.L.P. Au sein même du Fatah, l’organisation d’Arafat, de sérieuses réserves sont formulées. Le contenu de l’accord est jugé trop restrictif au regard des objectifs poursuivis par les Palestiniens.

258Du côté des Israéliens, la politique de Rabin est approuvée par la Knesset, mais la majorité parlementaire reste étroite. Les partis de droite et d’extrême droite contestent les décisions prises. Le premier ministre est accusé de renoncer à une partie de la terre d’Israël, ce qui le conduit à faire une vigoureuse mise au moint devant les députés :

  • 33 Texte cité par « Le Monde », 20 avril 1994.

« Depuis vingt sept ans, chaque matin, les Palestiniens se lèvent la rage au cœur, une haine viscérale contre nous. Ce peuple nous est étranger sur tous les plans, religieux, politique, national. Il ne veut pas de nous. Notre domination sur lui... nous vaut une hostilité permanente ». (18 avril 1994)33.

259C’est à cette occasion que Rabin fait un tableau sans complaisance des pertes causées par l’Intifada, qui a déjà été cité.

260Le principal risque de dérapage du côté israélien vient de l’attitude des colons implantés dans les territoires occupés, qui manifestent violemment leur hostilité au processus de paix et leur détermination à s’y opposer.

261La mise en œuvre des accords d’Oslo s’avère très difficile. Les relations entre les principaux interlocuteurs restent empreintes d’une grande méfiance. Certaines déclarations de Yasser Arafat sur la poursuite du Djihad, notamment pour libérer Jérusalem, font douter de la sincérité de ses intentions pacifiques. Les tractations engagées pour assurer l’application de ces accords traînent en longueur et le calendrier prévu par la Déclaration des principes de Washington ne peut être respecté.

262Pourtant malgré les blocages multiples et les divergences profondes entre les partenaires, malgré aussi la poursuite des violences, les négociations israélo-palestiniennes aboutissent à la conclusion de deux accords :

  • le 4 mai 1994, un accord conclu au Caire ouvre la période intérimaire d’autonomie. Il prévoit l’établissement de deux zones autonomes : la bande de Gaza et le secteur de Jéricho, qui passent sous le contrôle d’une autorité palestinienne présidée par Yasser Arafat et siégeant à Gaza. L’armée israélienne se retire en tout ou partie de ces territoires (elle reste présente à Gaza pour assurer la protection des colons juifs). Une police palestinienne y est déployée au cours du mois de mai ;

  • le 28 septembre 1995, un deuxième accord conclu à Taba est signé à Washington. Cet accord, dénommé « accord d’Oslo II », donne de la consistance à l’autonomie palestinienne. Il prévoit l’organisation d’élections destinées à doter les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza de leurs propres institutions politiques qui auront en charge l’administration civile des territoires occupés. D’autre part, il détermine les étapes d’un redéploiement de l’armée israélienne en Cisjordanie. On peut analyser ce statut d’autonomie accordé à la Cisjordanie comme une étape vers l’instauration ultérieure d’un Etat palestinien à côté d’Israël. On peut tout aussi bien y voir un éclatement du territoire palestinien qui devient ainsi une sorte de « peau de léopard », composée d’une série d’enclaves mal reliées entre elles et prises dans le réseau des colonies israéliennes, ce qui compromet à l’avance la viabilité d’un éventuel Etat palestinien.

« Gaza-Jéricho d’abord »

« Gaza-Jéricho d’abord »

L’accord de Ταβα signé à Washington le 28 septembre 1995
Cet accord prévoit de confier l’administration des territoires occupés à un pouvoir palestinien élu.
1. Israël transférera les pouvoirs et les responsabilités spécifiées dans cet Accord, du gouvernement militaire israélien et de son administration civile au Conseil,
Chap. I Article I
Ce pouvoir palestinien se compose :
– d’un Conseil législatif
– d’un Chef de l’exécutif
Le Conseil et le Chef de l’exécutif sont élus par les Palestiniens de Cisjordanie, de Jérusalem et de la bande de Gaza.
Elections
« 1. Pour que les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza puissent se gouverner eux-mêmes conformément aux principes démocratiques, des élections politiques générales, directes et libres, seront organisées pour le Conseil et pour le Raïs de l’Autorité exécutive du Conseil.
2. Ces élections représenteront un pas préparatoire et intérimaire significatif vers la réalisation des droits légitimes des Palestiniens et de leurs justes exigences et constitueront un fondement démocratique pour les institutions palestiniennes. »
Chap. I Article II
Cet accord prévoit ensuite le redéploiement des forces israéliennes à l’intérieur de la Cisjordanie occupée.
La Cisjordanie est divisée en 3 zones :
• La zone A comprend les principales villes palestiniennes, Djenine, Naplouse, Tulkarem, Kalkilya, Ramallah et Bethléem, qui doivent être évacuées par l’armée israélienne et passer entièrement sous le contrôle de l’autorité palestinienne qui pourra y déployer des forces de police.
Hébron, ville peuplée de 120 000 habitants arabes mais où résident 450 colons juifs fait l’objet d’un accord spécial qui prévoit le maintien partiel du contrôle israélien.
Cette zone A représente 3 % du territoire de la Cisjordanie et abrite environ 20 % de la population.
• la zone B se compose d’une douzaine de régions rurales distinctes représentant 27 % du territoire de la Cisjordanie et 70 % de ses habitants répartis dans 450 villages et localités.
L’autorité palestinienne doit y disposer des pouvoirs civils, Israël y conservant l’autorité en matière de sécurité.
Redéploiement des forces militaires israéliennes
« 1. La première phase du redéploiement des forces militaires israéliennes couvrira les régions habitées de la Cisjordanie – villes, bourgs, villages, camps de réfugiés et hameaux – ainsi que stipulé à l’annexe I, et sera achevée avant la veille des élections palestiniennes, c’est-à-dire 22 jours avant le jour des élections.
2. Des redéploiements ultérieurs des forces militaires israéliennes vers des sites de sécurité spécifiques commenceront après l’entrée en fonction du Conseil et seront progressivement mis en œuvre. »
Chap. II Article X
Arrangements sur la sécurité et l’ordre public
« 1. Afin de garantir l’ordre public et la sécurité intérieure pour les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza, le Conseil établira une force de police forte...
Israël continuera à assumer la responsabilité de la défense contre les menaces extérieures, y compris la responsabilité de la protection des frontières égyptienne et jordanienne... et la responsabilité de la sécurité globale des Israéliens et des colonies, afin de préserver leur sécurité intérieure et l’ordre public, et aura tout pouvoir de prendre les mesures nécessaires afin d’assumer cette responsabilité. »
Chap. Il Article XII
« Il y aura un redéploiement complet des forces militaires israéliennes de la zone B. Israël transférera au Conseil, et le Conseil assumera la responsabilité de l’ordre public pour les Palestiniens. Israël aura la responsabilité globale de la sécurité afin de protéger les Israéliens et affronter la menace du terrorisme. »
Chap. II Article XIII
• La zone C qui représente 70 % du territoire reste sous contrôle israélien. Les Palestiniens y sont peu nombreux, mais cette zone englobe l’essentiel des colonies juives.
Parmi les dispositions diverses on peut retenir surtout l’engagement de l’OLP à modifier sa Charte.
« L’OLP s’engage à ce que, dans les deux mois suivant l’entrée en fonction du Conseil, le Conseil national palestinien se réunisse et approuve formellement les changements nécessaires relatifs à la Charte palestinienne, ainsi que l’engagement en a été pris dans les lettres signées par le président de l’OLP et adressées au Premier ministre d’Israël, en date du 9 septembre 1993 et du 4 mai 1994. »
Chap. V Article XXXI
Source : Revue d’Etudes palestiniennes no 6 (nouvelle série), Hiver 1996.

263Parallèlement à la négociation avec les Palestiniens, Israël poursuit la recherche d’un règlement avec les Etats arabes voisins. La signature de l’accord avec l’O.L.P. permet un déblocage rapide des discussions avec la Jordanie. Le royaume Hachémite était depuis longtemps disposé à trouver un accommodement avec l’Etat d’Israël. A de nombreuses reprises, le roi Hussein avait eu des contacts avec les dirigeants israéliens.

Les territoires palestiniens autonomes

Les territoires palestiniens autonomes

264L’idée d’une restitution partielle de la Cisjordanie au roi Hussein (ce qu’on appelait l’option jordanienne) avait été sérieusement envisagée par les Travaillistes. Mais la fragilité de son Etat, la nécessité de ménager une population en majorité palestinienne très favorable à l’O.L.P. avaient dissuadé Hussein de suivre l’exemple de l’Egypte. C’est seulement quinze ans plus tard, à la faveur de l’accord entre Israël et la centrale palestinienne, que le souverain jordanien peut aller de l’avant. En juillet 1994, une déclaration signée à Washington met officiellement fin à l’état de guerre entre Israël et la Jordanie. La normalisation des relations entre les deux pays conduit rapidement à la conclusion d’un traité de paix, signé le 26 octobre 1994.

Le traité israélo-jordanien
Préambule

Le gouvernement de l’Etat d’Israël et le gouvernement du Royaume hachémite de Jordanie :
Aspirant à l’instauration d’une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient fondée sur les résolutions 242 et 338 du Conseil de sécurité dans leur intégralité ;
Désireux de développer des relations amicales et la coopération entre eux en accord avec les principes du droit international régissant les relations internationales en temps de paix ;
Désireux également d’assurer une paix durable pour leurs deux Etats et en particulier d’éviter toute menace et tout usage de la force l’un contre l’autre ;
Rappelant que dans leur déclaration de Washington du 25 juillet 1994 ils avaient déclaré la fin de l’Etat de belligérance entre eux ;
Sont convenus de ce qui suit.
Article premier : établissement de la paix
La paix est conclue entre l’Etat d’Israël et le Royaume hachémite de Jordanie (« les parties »).
Article III : frontière internationale
1. La frontière internationale entre Israël et la Jordanie est délimitée conformément au tracé des frontières existant sous le Mandat [britannique] (...)
2. La frontière définie dans l’annexe I est la frontière permanente, sûre et internationalement reconnue entre Israël et la Jordanie, sans que cela préjuge du statut des territoires qui sont passés sous le contrôle de l’administration militaire israélienne en 1967. [...]
Article IV : sécurité
3. Pour instaurer une ère de paix et en s’engageant à construire la sécurité régionale, à éviter et à prévenir agression et violence, les parties conviennent de plus de s’abstenir :
a. de se joindre ou d’aider d’une façon ou d’une autre, d’encourager ou de coopérer avec toute coalition, organisation ou alliance de caractère militaire ou de sécurité avec une tierce partie dont les objectifs ou les activités incluent le déclenchement d’une agression ou d’autres actes d’hostilité armée contre l’autre partie, en contravention avec les articles du présent traité.
b. de permettre l’entrée, le stationnement et le déploiement sur leur territoire, ou à travers lui, de forces militaires, de personnel ou de matériel d’une tierce partie, dans des circonstantes qui pourraient porter préjudice à la sécurité de l’autre partie.
Article VI : eau
Dans le but de parvenir à un règlement global et durable de tous les problèmes communs de ressources en eau :
1. Les parties s’accordent mutuellement pour reconnaître à chacune d’elles une répartition équitable des eaux du Jourdain et du Yarmouk ainsi que de la nappe phréatique de la Arava conformément aux principes, quantités et qualité convenus et acceptés. [...]
Article VIII : réfugiés et personnes déplacées

[...] 2. Reconnaissant que les problèmes humains causés par le conflit au Moyen-Orient ne peuvent être entièrement résolus sur une base bilatérale, les parties chercheront à les résoudre dans des forums appropriés, en accord avec la loi internationale, notamment :
a. pour les personnes déplacées [en 1967] dans le cadre d’un comité quadripartie avec l’Egypte et les Palestiniens ;
b. pour les réfugiés [de 1948] :
– dans le cadre du groupe de travail multilatéral sur les réfugiés,
– par des négociations dont le cadre, bilatéral ou autre, sera ci déterminer, concurremment et simultanément aux négociations sur le statut permanent des territoires mentionnés dans l’article III du présent traité.
Article IX : lieux ayant une signification historique et religieuse
1. Chaque partie garantira la liberté d’accès aux lieux ayant une signification religieuse et historique.
2. A cet égard, conformément à la déclaration de Washington, Israël respecte le rôle spécial actuellement joué par le Royaume hachémite de Jordanie dans les Lieux saints musulmans de Jérusalem Lorsque se tiendront les négociations sur le statut permanent, Israël accordera une haute priorité au rôle historique des Jordaniens dans ces lieux.
Source : Problèmes politiques et sociaux. no 738-739 (18 XI 1994) pp. 102-105.

265Ces avancées dans la voie d’un règlement du conflit israélo-arabe restent pourtant incomplètes et surtout fragiles.

266La conclusion de la paix entre Israël et ses voisins arabes reste inachevée. Les laborieuses négociations menées avec la Syrie depuis la de Madrid d’octobre 1991 n’ont donné aucun résultat. Elles butent essentiellement sur la question du Golan dont Damas exige la restitution intégrale sans conditions, avec retour aux frontières de 1967. Pour Israël, le Golan représente, on l’a dit, un enjeu non négligeable en raison de sa situation stratégique et de ses ressources en eau. D’autre part se pose la question de l’avenir des colonies israéliennes établies sur le Golan depuis 1967. La position d’Israël, longtemps intransigeante, a paru un temps s’assouplir. Une évacuation par étapes du Golan est envisagée ouvertement par le gouvernement travailliste au cours de l’année 1995. Mais les tentatives faites pour relancer les pourparlers avec la Syrie restent vaines. L’attitude de la Syrie conditionne étroitement celle du Liban devenu un pays sous tutelle. Le gouvernement libanais, inspiré par Damas, laisse le champ libre à l’activité d’un mouvement islamiste, le Hezbollah, qui mène la lutte contre I existence de la zone de sécurité établie par Israël dans le Sud-Liban. De fréquents accrochages s’y produisent.

267S’agissant du processus de paix avec les Palestiniens, il ne tarde pas à être mis à mal par l’action des adversaires des négociations tant israéliens qu’arabes. Les opposants les plus résolus optent pour la violence aveugle en commettant de sanglants attentats :

  • massacre de 30 Palestiniens dans la mosquée d’Hébron par un extrémiste juif à la fin de février 1994 ;

  • attentats répétés commis par les organisations islamistes, Hamas et Djihad islamique, au cœur même du territoire israélien (Afula, Tel-Aviv, Jérusalem). Du printemps 1994 à l’été 1995, ces attentats font soixante dix victimes israéliennes et ravivent les craintes de la population quant à sa sécurité.

268Le gouvernement réagit avec vigueur en ordonnant après chaque attentat, le bouclage des territoires occupés et notamment des zones autonomes. Il exerce de vives pressions sur l’autorité palestinienne, exigeant qu’elle engage une lutte résolue contre les activités anti-israéliennes. La police palestinienne est effectivement engagée dans des opérations de répression contre les militants islamistes. Mais cette action suscite des réactions hostiles dans la population arabe, et conduit même à des affrontements interpalestiniens (Gaza, novembre 1994). Or, dans le même temps, elle est jugée insuffisante par les responsables israéliens qui partagent cette opinion du commandant de la région militaire du Sud qui déclare en avril 1995 dans une intervieuw :

  • 34 Texte cité par Michel Guritnkiel dans « Israël. Géopolitique d’une paix », Editions Michalon. p. 20 (...)

« Le problème essentiel, en ce qui concerne la mise en œuvre des accords israélo-palestiniens en matière de sécurité, c’est le manque de volonté et de l’Autorité palestinienne et de l’appareil de sécurité palestinien dans leur lutte contre le Hamas ou le Djihad islamique »34

269Il faut par ailleurs compter avec le mécontentement de la population des territoires occupés, qui avait pourtant approuvé en majorité la signature des accords d’Oslo. Les Palestiniens, irrités par la lenteur de la mise en œuvre de l’autonomie, souffrent d’une dégradation de leurs conditions de vie. Les bouclages répétés des territoires perturbent gravement la vie économique. La liberté de circulation est moins grande qu’avant la signature des accords avec Israël. L’accès à la ville de Jérusalem notamment a été fortement restreint pour les Arabes non-résidents. Le chômage sévit d’autant plus fortement que les Palestiniens sont progressivement évincés du marché du travail israélien. Avant les accords d’Oslo de 1993, plus de 100.000 travailleurs palestiniens, originaires surtout de Gaza, venaient travailler en Israël. Deux ans plus tard, ce chiffre était divisé par quatre. Pendant ce temps les Israéliens recrutent, pour occuper les emplois non-qualifiés, des travailleurs non-juifs en Europe orientale ou Asie du Sud-Est.

270Mais le fait essentiel est que la mise en œuvre des accords israélo-palestiniens n’a pas mis un terme à la politique de colonisation des territoires occupés. Si aucune implantation nouvelle n’est créée, les colonies existantes poursuivent leur développement. Israël continue à exproprier des terres arabes pour y ouvrir des routes et y construire de nouveaux logements par milliers. Cette colonisation rampante affecte notamment la partie orientale de Jérusalem dont le processus de judaïsation se poursuit activement. La population juive établie à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, continue à s’accroître sensiblement après la signature des accords de 1993. Bien que les statistiques varient selon les sources, on parle d’un accroissement de 10 à 15 %, en l’espace de deux ans et demi.

271Bien qu’elle demeure partielle, l’évolution vers l’autonomie de la Cisjordanie et de Gaza engagée par les Travaillistes suscite des réactions hostiles dans des secteurs importants de l’opinion israélienne. Les partis de la droite nationaliste et religieuse s’en prennent violemment au gouvernement. Des manifestations très dures sont organisées contre les dirigeants travaillistes accusés d’avoir capitulé face aux Arabes, d’avoir donné à l’O.L.P. le moyen d’implanter des bases pour mener des actions terroristes. « Concrètement la remise de territoires entre les mains de l’O.L.P. signifie leur transfert aux forces du terrorisme et du fondamentalisme islamique », écrit le leader du Likoud, Benyamin Netanyahou. Les porte-paroles de l’opposition parlent ouvertement de trahison. C’est dans ce climat de haine qu’un attentat est perpétré contre le premier ministre Itzhak Rabin assassiné le 4 novembre 1995 par un extrémiste juif appartenant à la mouvance religieuse activiste. Rabin est remplacé par son bras droit Shimon Pérès, un des principaux architectes des négociations avec l’O.L.P. Le nouveau gouvernement entreprend très vite d’appliquer l’accord signé avec l’O.L.P. à Washington en septembre 1995. De la mi-novembre à la fin décembre, l’armée israélienne se retire comme prévu des principales villes de Cisjordanie (Djénine, Tulkarem, Naplouse, Kalkilya, Bethléem et Ramallah) qui forment la zone A définie par l’accord, et laisse la place à la police palestinienne.

272Cette première phase du redéploiement israélien constitue le prélude à l’organisation, pour la première fois, d’élections destinées à mettre en place les institutions politiques palestiniennes prévues par l’accord. Seuls sont admis à voter les Palestiniens de l’intérieur, à l’exclusion de la diaspora (soit 1/3 du total). Les élections du 20 janvier 1996 sont marquées par une forte participation. Yasser Arafat est plébiscité. Il est élu, avec 88 % des suffrages, à la présidence de l’autorité palestinienne, tandis que son parti, le Fatah, obtient une très nette majorité au conseil législatif désigné le même jour. Quelques semaines plus tard, le Conseil National Palestinien (la plus haute instance de l’O.L.P.) autorisé par Israël à se réunir à Gaza décide, le 24 avril 1996, conformément aux engagements pris, de supprimer de sa Charte les articles prônant la liquidation d’Israël et du sionisme.

273La mise en œuvre effective de l’autonomie palestinienne ne suffit pas à calmer l’hostilité des islamistes radicaux. Ces derniers reprochent à Arafat d’avoir multiplié les concessions à l’Etat d’Israël qu’ils sont décidés à frapper de nouveau après plusieurs mois de trêve relative. Trois attentats très meurtriers sont perpétrés à Jérusalem et à Tel-Aviv en une semaine (25 février-4 mars 1996) faisant soixante victimes israéliennes. Ces attentats pèsent lourdement sur la campagne électorale qui s’est ouverte en Israël et qui est dominée par la question de la sécurité. Le gouvernement travailliste, soucieux de ne pas donner prise aux accusations de faiblesse, se montre résolu à combattre le terrorisme islamiste par tous les moyens. Il menace d’intervenir militairement dans les zones palestiniennes autonomes depuis peu. C’est le même souci d’afficher sa détermination qui conduit Shimon Pérès à durcir son attitude à l’égard du Hezbollah dont les opérations dans le Sud-Liban atteignent le Nord d’Israël. Il en résulte dans la deuxième quinzaine d’avril 1996 une véritable escalade militaire. Mais l’opération « Raisins de la colère », déclenchée par Israël et qui se solde par la mort de nombreux civils libanais, n’apporte pas de vraie solution à ce conflit.

Le retour de la droite israélienne au pouvoir

274Le 29 mai 1996 a lieu en Israël un double scrutin : l’élection directe du chef de gouvernement (c’est une innovation) et celle des députés membres de la Knesset. Cette double élection est remportée par les partis de droite. Le chef du Likoud, Benyamin Netanyahou, est élu premier ministre avec 50,4 % des suffrages, devançant de 29 000 voix son adversaire travailliste Shimon Pérès, défait malgré le soutien international dont il disposait, et notamment celui de Washington. A la Knesset, les partis nationalistes et religieux (ces derniers étant en sensible progression) obtiennent une nette majorité. La droite nationaliste et religieuse est en particulier clairement majoritaire dans l’électorat juif. Les partis de droite ont su exploiter le traumatisme provoqué par les attentats très meurtriers perpétrés par les islamistes au cours des deux ans et demi qui se sont écoulés depuis les accords signés entre Israël et l’O.L.P. Jamais le terrorisme n’avait fait autant de victimes israéliennes en si peu de temps (130 morts d’avril 1994 à mars 1996). En se déclarant pour la continuation du processus de paix avec la sécurité, Benyamin Netanyahou a su répondre aux attentes de l’opinion.

275Pourtant il apparaît qu’une mise en œuvre effective du programme électoral soutenu par le chef du Likoud et les partis de droite risque de vider de toute substance les négociations avec les Palestiniens. Benyamin Netanyahou rejette le principe qui sous-tend implicitement tout le processus des négociations israélo-arabes à savoir l’échange des territoires (occupés depuis 1967) contre la paix. Il énonce un triple refus :

  • non à un Etat palestinien en Judée-Samarie (Cisjordanie) dont les Travaillistes commençaient à admettre l’idée ;

  • non à toute négociation sur le statut de Jérusalem ;

  • non à la restitution du Golan à la Syrie.

276Le nouveau premier ministre se déclare résolu à reprendre la politique de colonisation de l’ensemble des territoires occupés considérée comme « un objectif d’intérêt national pour la défense d’Israël et une expression de l’accomplissement du sionisme ». Le développement accéléré de la colonisation est en fait conçu comme un moyen de créer sur le terrain une situation irréversible qui rende impossible la formation d’un Etat palestinien. C’est là une façon de renouer avec la politique déjà menée par le Likoud alors qu’il était au pouvoir dans les années 80.

277Le nouveau pouvoir ne se fait pas faute de remarquer qu’en matière de colonisation, il va poursuivre, au plus intensifier, l’action des Travaillistes. C’est ce qu’indique clairement, en juillet 1996, le ministre des finances Dan Meridor :

  • 35 Texte cité dans le no 10 (Nouvelle série) de la « Revue d’Etudes palestiniennes », Hiver 1996.

« Nous devons remercier le défunt Itzhak Rabin (qu’il repose en paix), ainsi que Shimon Pérès. Au cours des quatre dernières années, ils ont fait augmenter de 40 % le nombre de Juifs en Judée-Samarie. Sous leur gouvernement, des milliers d’habitations y ont été construites et le nombre de Juifs y est passé de 100 000 à 140 000. Mais notre reconnaissance ne va pas à eux seuls. Nous devons également remercier la gauche israélienne, qui n’a pas soufflé mot à ce sujet au cours des quatre dernières années, ainsi qu’au gouvernement américain qui était au courant mais n’y trouvait rien à redire. Et nous devons aussi remercier l’Autorité palestinienne qui voyait que nous construisions mais n’a pas permis que cela interrompe le processus de paix. Il est clair comme le jour que nous ne ferons pas moins en ce domaine [la construction d’implantations] que le parti travailliste. J’ai déjà informé l’ambassadeur des Etats-Unis qu’il peut être tranquille sur ce point : la politique de colonisation massive du Likoud ne sera pas différente de celle des Travaillistes. Il est possible que nous agirons un peu différemment, mais il est clair que si nous sommes sérieux dans notre intention de ne pas revenir aux frontières de 1967, les mots ne suffisent pas. Les colonies font partie des choses qui déterminent la carte de ce pays »35.

 

Discours de Benyamin Netanyahou à la Knesset (18 juin 1996)
Nous avons promis de former un gouvernement de renouveau adoptant une orientation nouvelle, et je n’entends pas me contenter de changements purement superficiels.
Ce ne sera pas le même type de gouvernement qu’avant avec simplement une apparence différente. Ce gouvernement représentera un changement fondamental, profond et substantiel qui entraînera Israël ves la réalisation de ses objectifs du 21e siècle.
En effet ce gouvernement sera celui d’une politique nouvelle, nouvelle en premier lieu dans sa conception de la sécurité et la recherche de la paix... Je veux faire comprendre que nous désirons une paix stable et durable, plutôt qu’un accord transitoire et temporaire. Nous désirons une paix que nous puissions léguer à nos enfants et petits-enfants et non pas une paix sans lendemains.
Une telle paix ne peut être fondée que sur le maintien de la sécurité, d’abord et avant tout, sur le maintien de la sécurité de l’Etat d’Israël et de ses citoyens. Par conséquent, la sécurité sera la pierre de touche des accords de paix et nous ne ferons pas de concession sur ce point. La situation en matière de sécurité s’est détériorée, à travers le pays et sur nos frontières, ces dernières années, et pour mettre un terme à cette détérioration, nous mènerons une lutte permanente contre le terrorisme. Que ceux qui planifient la terreur sachent qu’ils se heurteront à une réaction résolue, et je ne pense pas seulement aux terroristes, mais aussi à ceux qui commanditent, supervisent, organisent et collaborent... La sécurité est un élément indispensable si nous voulons nous diriger vers la conclusion d’une paix authentique avec nos voisins...
Le gouvernement d’Israël négociera avec l’autorité palestinienne pourvu qu’elle tienne ses engagements. Les négociations porteront à la fois sur l’application d’un accord provisoire et sur la préparation du statut définitif qui permettra aux deux parties de vivre en paix et en sécurité. Je crois que le statut définitif sera durable s’il parvient à satisfaire à égalité deux besoins essentiels : le minimum d’intervention israélienne dans la vie des Palestiniens et le maximum de sécurité possible pour Israël contre le terrorisme et les menaces de guerre. Nous avons à bâtir une réalité nouvelle qui naîtra de la coexistence israélo-palestinienne...
Le nouveau gouvernement entend promouvoir les valeurs de l’héritage d’Israël... Le renforcement de notre adhésion aux valeurs éternelles du peuple d’Israël... nous permettra d’édifier une société saine capable d’affronter les défis immenses auxquels nous devons faire face, et de progresser dans la réalisation des objectifs du sionisme.
Le sionisme n’est pas mort qui qu’en disent certains cercles mal disposés à son égard. Nous avons une jeunesse admirable, prête à se rassembler autour de projets d’envergure nationale.
Nous sommes prêts à encourager cet état d’esprit. Nous encourageons l’activité d’implantation pionnière sur toute l’étendue de la Terre d’Israël...
Les colons sont aujourd’hui les vrais pionniers et pour cela sont dignes de notre soutien et de notre adminration. Et par-dessus tout nous sauvegarderons et développerons Jérusalem, capitale éternelle du peuple d’Israël. Nous voulons qu’elle demeure une cité unifiée et indivise sous la souveraineté de l’Etat d’Israël...
Nous, la génération née après la création de l’Etat, nous portons une grande responsabilité dans la poursuite de l’ambition sioniste et son accomplissement. Prions afin de nous en montrer dignes...
Communiqué par le Centre d’information et de Documentation Internationale Contemporaine.

278Dans ces conditions il n’y a plus grand chose à négocier avec les Palestiniens comme le montrent les rencontres qui ont lieu durant l’été.

279La fragilisation du processus de paix, les premières mesures du nouveau pouvoir israélien en faveur d’une nouvelle extension des colonies et d’une réaffirmation de la souveraineté juive sur l’ensemble de Jérusalem renforcent l’amertume et la colère des Palestiniens. La tension qui en résulte peut aisément conduire à l’explosion, comme le montrent les événements de septembre 1996. Il a suffi alors d’une décision de portée réduite, comme le percement d’un accès à un tunnel antique dans le secteur très sensible de l’esplanade des mosquées à Jérusalem, pour provoquer l’embrasement. Des heurts entre manifestants et forces de l’ordre se sont transformés en affrontements meurtriers auxquels ont pris part des membres de la police palestinienne qui ouvrent le feu sur les soldats insraéliens. Si l’ensemble des zones autonomes palestiniennes sont touchées par cette flambée de violence, les combats les plus durs ont eu lieu à Gaza, Ramallah, ainsi qu’à Jérusalem. Les trois jours d’affrontements (25-27 septembre 1996) qui coûtent la vie à soixante Palestiniens et quinze soldats israéliens portent un coup très rude à la coopération qui s’était établie sur le terrain entre les militaires des deux camps. Un calme précaire est finalement rétabli dans les territoires occupés.

280Israéliens et Palestiniens parviennent encore à négocier l’évacuation par l’armée d’Israël de la majeure partie de la ville d’Hébron en janvier 1997. Mais la décision prise peu après par le gouvernement Netanyahou de créer une nouvelle colonie juive à Jérusalem-Est, aux portes de la ville arabe de Bethléem, entraîne une suspension sine die des pourparlers. L’avenir du processus de paix paraît alors gravement compromis.

281La situation reste très tendue. La question de la sécurité continue à se poser avec acuité. De nouveaux attentats islamistes font une vingtaine de victimes israéliennes dans l’été 1997 et suscitent une vive réaction du gouvernement de Jérusalem :

  • 36 Texte cité par « Le Monde », 2 août 1997.

« Pour faire avancer la paix, il doit y avoir un changement complet de politique de la part des Palestiniens, une campagne vigoureuse, systmatique et immédiate pour éliminer le terrorisme »36 déclare le premier ministre.

282Des incidents opposent fréquemment des manifestants palestiniens aux forces de l’ordre israéliennes, tandis que les territoires autonomes sont soumis à des bouclages répétés.

283Les Etats-Unis, qui approuvent les exigences de sécurité d’Israël mais déplorent la politique d’extension des colonies en Cisjordanie et à Jérusalem, tentent de renouer le dialogue interrompu entre Israéliens et Palestiniens. Leurs efforts de médiation finissent par aboutir en octobre 1998 à la conclusion d’un nouvel accord israélo-palestinien.

284Le mémorandum de Wye Plantation prévoit un nouveau transfert de territoires à l’Autorité palestinienne en échange de la mise en œuvre d’un dispositif plus strict de lutte contre le terrorisme et de la confirmation de l’abrogation des articles de la Charte palestinienne qui appellent à la destruction de l’Etat d’Israël. Mais l’application de cet accord est vite bloquée.

285La position du premier ministre, Benyamin Netanyahou, est affaiblie par les divisions de sa majorité dont une partie se montre résolument hostile à tout compromis. Dans ces conditions, le parlement israélien opte pour la dissolution et l’organisation d’élections anticipées.

286Les élections de mai 1999 voient le succès du candidat travailliste Ehoud Barak qui se déclare résolu à œuvrer « en vue d’aboutir à une solution du conflit israélo-arabe par une paix véritable » et de « mettre fin à cent années de conflit. »

287Aujourd’hui, Israël se trouve à la croisée des chemins. L’Etat hébreu est plus que jamais confronté à deux problèmes essentiels qui se posent en fait depuis ses origines :

  • la question de ses relations avec le peuple arabe palestinien dont 1/3 environ vit dans les territoires occupés depuis 1967. Les autres forment une diaspora principalement implantée dans les pays voisins. Une partie d’entre eux disposent du statut de réfugiés ;

  • celle de son intégration régionale au sein d’un Moyen-Orient essentiellement arabe.

288Les deux problèmes sont en fait fiés. Longtemps l’ensemble des pays arabes a dénié à Israël, considéré comme un corps étranger, le droit d’exister. Cette situation a sensiblement évolué dans le sens d’une acceptation du fait israélien. Israël a pu conclure un traité de paix avec deux de ses voisins : l’Egypte en 1979, la Jordanie en 1994. D’autres Etats arabes ont envisagé de nouer des relations avec l’Etat hébreu. Mais de nouveaux progrès dans cette voie étaient subordonnés à l’attitude d’Israël vis-à-vis du problème palestinien. L’intransigeance du pouvoir israélien a eu comme conséquence de ralentir, voire de remettre en cause, ce processus de normalisation.

289Longtemps Israël a refusé de reconnaître l’existence d’un peuple arabe palestinien et lui a donc dénié tout droit à se doter d’un Etat qui lui soit propre. Israël n’a jamais défini avec précision ce qu’il entendait faire des territoires conquis en 1967. Comme on l’a vu, l’annexion pure et simple a été écartée (à l’exception notoire de Jérusalem-Est et du Golan pour éviter de transformer Israël en un Etat binational de fait. Mais un contrôle strict est exercé sur les territoires et leur population, par le biais notamment de la création d’un réseau de colonies. Une sorte de consensus s’était établi dans l’opinion israélienne, fondé sur le refus de la restitution des territoires et de l’Etat palestinien ainsi que le soutien à la colonisation. Ce consensus a été ébranlé par l’Intifada et remis en cause ouvertement par la décision du gouvernement Rabin d’engager le dialogue avec l’O.L.R, reconnue comme représentante légitime du peuple palestinien par les accords de 1993.

290Les accords d’Oslo et la déclaration de Washington ne constituaient pas un plan global de règlement. Il s’agissait seulement de mettre en œuvre un processus d’autonomie interne de la Cisjordanie et Gaza pendant une période intérimaire, en attendant que des négociations élaborent leur statut définitif. La démarche progressive qui a été alors adoptée a permis de débloquer un temps une situation qui paraissait sans issue, mais elle laissait en suspens des problèmes essentiels sur lesquels les divergences entre Israël et l’O.L.R sont patentes.

291Outre la création proprement dite d’un Etat palestinien souverain en Cisjordanie et à Gaza nulle part envisagée dans les textes, les accords israélo-palestiniens mentionnent ;

  • le problème de Jérusalem-Est, que les Palestiniens revendiquent comme capitale et dont Israël entend conserver le contrôle ;

  • l’avenir des colonies juives implantées dans les territoires occupés et dont le développement s’est poursuivi après la signature des accords d’Oslo ;

  • la question de la frontière orientale d’Israël et des aménagements de sécurité à prévoir (Israël revendique le Jourdain comme « frontière de sécurité ») ;

  • l’exercice d’un éventuel « droit au retour » des Palestiniens émigrés en 1948 et 1967 et réfugiés dans les pays arabes voisins.

292On mesure combien l’évolution amorcée en 1993 reposait sur une ambiguïté que les diplomates qualifient de constructive. « Oslo » en fait ouvrait une voie pouvant conduire ultérieurement à une paix durable.

293Les élections israéliennes de 1996 ont rapidement conduit à une véritable remise en cause du laborieux processus de négociations engagé en 1993. Celles de 1999 pourraient en marquer la renaissance.

294De l’attitude de l’Etat d’Israël dépend largement l’évolution ultérieure de la situation. Ce qui est en jeu est le contenu même de l’idée sioniste qui a inspiré directement la création de l’Etat hébreu. Deux conceptions du sionisme sont envisageables :

  • soit un sionisme politique dont le but est la création et la consolidation d’un Etat juif en Palestine, capable d’accueillir tous les immigrants juifs qui souhaitent s’y installer et d’assurer leur défense. Un demi-siècle après la création d’Israël, on peut considérer cet objectif comme atteint. Pour ceux qui défendent cette conception la priorité est désormais de parvenir à une normalisation durable des rapports entre Israël et son environnement arabe ;

  • soit un sionisme territorial qui met l’accent sur le droit des Juifs de s’établir sur l’ensemble de la Terre de leurs ancêtres jusqu’au Jourdain, notamment en Cisjordanie qui constitue ce qu’on peut appeler « le cœur biblique de l’ancien pays juif », « le berceau de notre peuple, l’héritage des Patriarches et le pays des Juges » disait le général Dayan en 1967. Ce sionisme à fondement religieux a vu son audience s’accroître fortement, surtout après la Guerre des Six jours, vécue par certains Israéliens comme un événement de dimension messianique. La mise en œuvre de cette conception exclut toute forme de compromis territorial avec les Palestiniens arabes et s’inscrit dans une logique d’affrontement.

295L’enjeu est donc considérable et les choix opérés pourraient être lourds de conséquences, tant à l’intérieur d’Israël où l’opinion est désormais très divisée sur ce sujet crucial, qu’à l’extérieur bien évidemment.

Les problèmes encore en suspens

Les problèmes encore en suspens

Notes

1 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 80.

2 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3000 ans d’histoire », Grasset, p. 239.

3 Textes cités par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, pp. 93-94.

4 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 151.

5 Texte cité par Christian Chesnot dans « La bataille de l’eau au Proche-Orient », L’Harmattan, p. 72.

6 Texte cité par Charles Enderlin dans « Paix ou guerres. Les secrets des négociations israélo-arabes », Stock, p. 233.

7 Texte cité par Doris Bensimon dans « Israéliens et Palestiniens. La longue marche vers la paix », L’Harmattan, p. 101.

8 Texte cité par Christian Chesnot dans « La bataille de l’eau au Proche-Orient », L’Harmattan, p. 67.

9 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 218.

10 Le texte anglais indique « from territories » c’est-à-dire « de » territoires occupés. L’Anglais étant la langue d’origine de la résolution, cette ambiguïté, peut-être volontaire, a fait l’objet de multiples controverses et donné un argument à ceux qui estiment qu’Israël ne devait se retirer que de certains territoires. Pourtant la résolution souligne absolument « l’inadmissibilité de l’acquisition de territoire par la guerre ».

11 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 154.

12 Texte cité par Charles Enderlin dans « Paix ou guerres », Stock, p. 330.

13 Charles Zorgbibe « Terres trop promises », La Manufacture, Chap. 9, p. 288 et sq.

14 Jean-Pierre Deriennic « Le Moyen-Orient au XXe siècle », A. Colin, p. 212.

15 Texte cité dans « Le dossier Palestine » de la Ligue internationale pour le droit et la libération des peuples, p. 82.

16 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, p. 211.

17 Ibid., p. 202.

18 Texte cité dans « Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence, Hachette, p. 166.

19 Texte cité par J.-M. Balencie et A. De la Grange, dans « Mondes rebelles », Editions Michalon, tome 2, p. 434.

20 Les Protocoles des Sages de Sion ont déjà fait l’objet d’une note explicative p. 164.

21 Texte cité par J.-P. Chaonollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 119.

22 Texte cité par Henry Laurens dans « Le Grand Jeu », A. Colin, p. 382.

23 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, pp. 245-246.

24 Ibid., p. 254.

25 Texte cité dans le recueil intitulé « Proche-Orient, du refus à la paix », Hachette, p. 254.

26 Ibid., p. 257.

27 Texte cité par J.-P. Chagnollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 153.

28 Texte cité par J.-P. Chagnollaud dans « Intifada », L’Harmattan, p. 91.

29 Texte cité par A. Barthélemy dans « Israéliens et Palestiniens », Chronique sociale, p. 221

30 Texte cité par « Le Monde », 8 mars 1991.

31 Texte cité par « Le Monde diplomatique », Octobre 1993.

32 Textes cités par « Le Monde », 15 septembre, 1993.

33 Texte cité par « Le Monde », 20 avril 1994.

34 Texte cité par Michel Guritnkiel dans « Israël. Géopolitique d’une paix », Editions Michalon. p. 207.

35 Texte cité dans le no 10 (Nouvelle série) de la « Revue d’Etudes palestiniennes », Hiver 1996.

36 Texte cité par « Le Monde », 2 août 1997.

Table des illustrations

Titre L’immigration juive en Israël depuis 1948
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Tableau de l’immigration juive en Israël. Entrées annuelles en milliers
Crédits Graphique réalisé à partir des informations communiquées par les Archives sionistes centrales de Jérusalem.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Israël et son environnement arabe en 1949
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Le Jourdain au cœur du conflit israélo-arabe
Crédits Source : La bataille de l’eau au Proche-Orient. Christian Chesnot. L’Harmattan, p. 68.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre 1956 – Crise de Suez et campagne du Sinaï
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre 1967 – Guerre des 6 jours (5-10 juin)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Des parachutistes israéliens près du mur des Lamentations, après la prise de Jérusalem en juin 1967.
Crédits Atlas historique d’Israël. Editions Autrement, p. 40. (Office de presse du gouvernement israélien)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Crédits Source : Palestiniens, Israéliens : la paix promise. Omar Massalha Albin Michel, p. 179
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Un camp d’entraînement palestinien.
Légende Au cours des années 70, le terrorisme devint le mode d’action au nationalisme palestinien.
Crédits Atlas historique d’Israël, p. 56. (Agence Magnum)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 1973 – Guerre du Kippour
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Les accords de désengagement israélo-égyptiens 1974-1975
Crédits Source : Notes et Études documentaires. no 4792, pp 28 et 40.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre L’évacuation du Sinaï par Israël (1974-1982)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre L’évolution de la colonisation dans les territoires occupés
Légende Les 16 implantations du Sinaï – 1968/1982 – ne sont pas recensées
Crédits Source : Le dossier Palestine. Ligue internationale pour le droit et la libération des peuples, p. 148.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre L’eau, un enjeu politique
Crédits Source : Maghreb et Moyen-Orient. Espaces et sociétés. A. Prenant et B ; Semmoud. Ellipses, p. 71.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Les colonies juives de peuplement
Crédits Source : Numéro spécial du « Monde » : demain la paix ? septembre 1993.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Jérusalem
Légende Les limites de la ville ont été étendues par le gouvernement israélien qui l’a annexée en juillet 1967 et a proclamé Jérusalem réunifiée, « capitale éternelle » de l’État en juin 1980. Jérusalem-Est compte désormais une majorité juive.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Intervention israélienne au Liban
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Washington, 13 septembre 1993 : devant Bill Clinton, pour la première fois, un chef du gouvernement israélien serre la main du no 1 palestinien.
Crédits Israël. 100 ans d’histoire, p. 106. (Agence Gamma)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre « Gaza-Jéricho d’abord »
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Les territoires palestiniens autonomes
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Les problèmes encore en suspens
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48752/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search