Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

D’une guerre à l’autre : le mandat britannique

Texte intégral

1La Première Guerre mondiale bouleverse profondément la situation du Proche-Orient. Elle entraîne la disparition de l'Empire Ottoman après plus d’un demi-millénaire d’existence. Le démantèlement de cet Empire, décidé par les puissances victorieuses de la guerre, conduit à une séparation entre Turcs et Arabes.

2Mais cette rupture ne se fait pas dans les conditions envisagées par les mouvements nationalistes arabes qui s’étaient formés avant 1914. Ce conflit mondial ne débouche pas sur une émancipation du monde arabe. Il permet en revanche la réalisation des ambitions de certaines puissances européennes. En effet, le Croissant fertile, soustrait à la domination turque, passe sous le contrôle de la France et surtout de la Grande-Bretagne, qui conforte ainsi ses positions dans une région où elle devient la puissance dominante. La Grande-Bretagne tire profit de la mise hors jeu de l’Allemagne vaincue et de la Russie devenue l’Union Soviétique. L’U.R.S.S. se trouve en effet écartée pour plusieurs décennies du jeu politique moyen-oriental.

3La destruction de l’Empire Ottoman et l’établissement de la domination britannique ouvrent des perspectives nouvelles au mouvement sioniste. La construction d’un Etat juif en Palestine s’engage réellement, malgré les vives résistances que cette entreprise suscite dans la population arabe. Ainsi se produit le choc des deux nationalismes juif et arabe, annoncé dès le début du XXe siècle par les observateurs les plus lucides.

1 – La guerre de 1914 et les engagements contradictoires de la Grande-Bretagne

4La guerre qui éclate au début d’août 1914 voit principalement s’affronter les grandes puissances européennes. Mais le conflit ne reste pas limité à l’Europe et s’étend assez rapidement au Moyen-Orient avec l’entrée en guerre de l’Empire Ottoman aux côtés des Empires germaniques. Les liens de plus en plus étroits noués avec l’Allemagne (avec le développement d’une importante coopération militaire), l’hostilité traditionnelle à la Russie, font basculer l’Empire Turc du côté des Empires centraux.

5Les dirigeants Jeunes-Turcs estiment que la participation aux hostilités représente une occasion de secouer la tutelle politique et financière des Pays d’Occident. Dès le 8 septembre 1914, alors que l’Empire Ottoman est encore officiellement neutre, le gouvernement d’Istanbul décide unilatéralement l’abolition des Capitulations, mettant fin au statut privilégié des ressortissants des pays européens, ce qui donne satisfaction à l’une des principales revendications des nationalistes.

6Pressés par l’Allemagne, avec laquelle ils ont conclu un traité d’alliance le 2 août, les Turcs entrent en guerre au début de novembre 1914. Ils tentent de faire jouer à leur profit la solidarité islamique. Le 23 novembre, le sultan (qui est aussi calife) publie un manifeste qui constitue un véritable appel à la guerre sainte (djihad). Il enjoint à tous les croyants, qu’ils soient sujets ottomans ou non, de s’élever « contre le groupement oppresseur qui porte le nom de Triple Entente... dont l’orgueil national a pour suprêmes délices l’asservissement des musulmans ».

7Cet appel était destiné à provoquer le soulèvement des importantes populations musulmanes de l’Empire russe et des colonies anglaises et françaises. Ses effets sont à peu près nuis, mais la menace est néanmoins prise au sérieux, en particulier par les dirigeants britanniques qui ne tardent pas à réagir comme on le verra.

8Dans l’évolution générale de la Première Guerre mondiale, le théâtre d’opérations du Moyen-Orient n’a longtemps qu’une importance secondaire. En dehors de deux raids en direction du canal de Suez, effectués en février 1915 et août 1916, l’action de l’armée turque est restée essentiellement défensive. Cette action est menée avec une réelle efficacité face aux interventions anglo-françaises (Dardanelles, Mésopotamie). En revanche, les Turcs subissent des défaites face aux Russes qui pénètrent en Anatolie orientale.

9Malgré le caractère défensif des opérations militaires qui s’y déroulent, le Moyen-Orient est le théâtre et l’enjeu d’importantes tractations diplomatiques, au centre desquelles se trouve notamment l’Angleterre. La politique anglaise est guidée par un double souci :

  • prévenir le risque d’une révolte des sujets musulmans de son Empire (en Egypte ou en Inde),

  • assurer la protection du canal de Suez, dont les actions menées par les Turcs ont montré la vulnérabilité à des attaques venant du Nord.

10Cette double préoccupation conduit la Grande-Bretagne à rechercher le concours d’un prince arabe susceptible, à la fois, de contrer les effets éventuels de l’appel à la guerre sainte et de susciter une attaque de diversion contre les Turcs.

11Sous l'influence de l’équipe de la Résidence britannique au Caire, le choix de la Grande-Bretagne se porte sur l’émir du Hedjaz, Hussein, Chérif de La Mecque, qui tire un certain prestige de ses fonctions de gardien des villes saintes de l’Islam. D’autre part, Hussein avait, avant 1914, sollicité l’appui de Londres pour consolider son pouvoir sur le Hedjaz, face au gouvernement turc. Cette fois, c’est l’Angleterre qui cherche à reprendre contact avec Hussein qui a refusé de se joindre à l’appel à la guerre sainte.

Extraits de la correspondance Hussein – Mac Mahon (1915-1916)
No1 14 juillet 1915
A son Honneur,
Attendu que l'ensemble de la nation arabe sans aucune exception a pris ces dernières années la décision de vivre, et de réaliser sa liberté, et de prendre en main les rênes de son gouvernement à la fois en théorie et en pratique ; et attendu qu'ils ont trouvé et senti qu'il est de l'intérêt du gouvernement de Grande-Bretagne de les soutenir et de les aider à réaliser leurs légitimes et fermes intentions (fondées sur le maintien de leur honneur et de leur dignité), sans aucune autre motivation qui ne contribuerait pas à la réalisation de ce but.
Et attendu qu'il est également de l'intérêt des Arabes de préférer l'assistance du gouvernement de Grande-Bretagne en considération de sa situation géographique et de ses intérêts économiques...
Pour ces raisons, la nation arabe estime opportun de se limiter, comme le temps presse, à demander au gouvernement de Grande-Bretagne s'il jugeait opportun d'approuver, par l'intermédiaire de son délégué ou représentant, les propositions suivantes,
Premièrement. L'Angleterre reconnaîtra l'indépendance des pays arabes avec pour frontières : au Nord, Mersin et Adana jusqu'au 37° de latitude, et jusqu'à la frontière perse ; à l'Est, la frontière perse jusqu'au golfe de Bassora ; au Sud, jusqu'à l'Océan indien à l'exception d'Aden, dont la situation restera ce qu'elle est ; à l'Ouest, la mer Rouge et la Méditerranée jusqu'à Mersin.
Deuxièmement. Le gouvernement arabe du chérif reconnaîtra à l'Angleterre un droit préférentiel sur toutes les entreprises économiques dans les pays arabes, chaque fois que les conditions d'entreprise seront par ailleurs à égalité.

No 2 30 août 1915
Réponse de Sir H. Mc Mahon à Son Altesse le Chérif Hussein,
Nous avons l'honneur de vous remercier pour l'expression généreuse de la sincérité de vos sentiments à l'égard de l'Angleterre. Nous nous réjouissons, en outre, de ce que Votre Altesse et votre peuple soient entièrement d'accord pour constater que les intérêts des Arabes sont aussi ceux des Anglais, et ceux des Anglais ceux des Arabes. Aussi, nous confirmons-vous... notre désir d'assurer l'indépendance de l'Arabie et de ses habitants... Quand à la question des limites et des frontières, il apparaîtrait prématuré de perdre notre temps à discuter de pareils détails dans le feu de la guerre, et à un moment où les Turcs en occupent encore effectivement jusqu'ici la plus grande partie...

Selon l'échange de lettres entre Hussein et MacMahon (1915-1916)

Selon l'échange de lettres entre Hussein et MacMahon (1915-1916)

Aucune carte ne fut jointe à cette correspondance.

La carte ci-contre est seulement une illustration empruntée à Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien ». Coll. Archives, p. 28.

No3 9 septembre 1915
A son Excellence le très Honoré, le très Eminent haut-commissaire britannique en Egypte : que Dieu lui donne le succès.
J'ai reçu avec grande satisfaction et grande joie votre lettre datée du 19 Shawal 1333 (30 août 1915) et je lui ai accordé la plus grande considération, en dépit de l'impression qu'elle m'a laissée d'une certaine ambiguïté et d'un ton hésitant et froid en ce qui concerne notre point essentiel.
Il est nécessaire de rendre bien claires à Votre Excellence la sincérité de nos sentiments à l'égard de l'illustre Empire britannique et l'affirmation de notre préférence pour lui en toute occasion et en toutes les sortes de circonstances. C'est une nécessité que nous impose l'intérêt réel des fidèles de notre religion.
Néanmoins, Votre Excellence me pardonnera et me permettra de lui dire clairement que la froideur et le ton hésitant avec lesquels vous avez traité la question des limites et frontières, en disant que leur discussion, présentement inutile, est une perte de temps, et que ces territoires sont encore aux mains du gouvernement qui les domine, etc ; tout cela peut être interprété comme exprimant un manque d'intérêt ou quelque chose d'analogue.
Les limites et frontières demandées ne sont pas celles d'un particulier dont les exigences pourraient attendre la fin de la guerre, mais sont bien celles d'un peuple qui a décidé que ces frontières sont le minimum vital indispensable à sa nouvelle vie, et dont les résolutions sur ce point sont définitives. Aussi avons-nous décidé de discuter ce point en tout premier lieu avec la puissance en qui notre peuple a maintenant confiance et qu'il considère comme son ultime recours, à savoir l'illustre Empire britannique.

No 4 24 octobre 1915
De Sir H. McMahon au chérif de la Mecque.
J'ai reçu votre lettre du 29 Shawal 1333 avec un vif plaisir et l'expression de votre amitié et de votre sincérité m'a donné la plus profonde satisfaction.
Je regrette que vous ayez eu, au reçu de ma précédente lettre, l'impression que je considérais la question des limites et frontières avec froideur et hésitation ; tel n'est pas le cas, mais il m'a semblé que le moment n'était pas encore venu où ce problème pouvait être discuté d'une manière définitive... Cependant j'ai compris d'après votre dernière lettre que vous considérez ce problème comme urgent et d'importance vitale. J'ai donc en toute hâte informé le gouvernement britannique du contenu de votre lettre, et c'est avec grand plaisir que je vous communique en son nom la déclaration suivante :
Les deux districts de Mersin et d'Alexandrette et le morceau de Syrie à l'ouest du district de Damas, Homs, Hama et Alep – ne peuvent être considérés comme purement arabes et seraient exclus des limites et frontières envisagées. Avec les modifications ci-dessus, et sans porter atteinte à nos traités avec les chefs arabes, nous acceptons ces limites et frontières. Quant aux territoires situés à l'intérieur de ces frontières, et où l'Angleterre est libre d'agir sans nuire aux intérêts de son allié : la France, je suis autorisé à vous donner, au nom du gouvernement britannique, les assurances suivantes, et à fournir à votre lettre la réponse suivante :
1. Compte tenu des modifications ci-dessus, le Grande-Bretagne est disposée à reconnaître et à encourager l'indépendance des Arabes à l'intérieur des frontières proposées par le chérif de la Mecque.
2. La Grande-Bretagne garantira les Lieux Saints contre toute agression extérieure, et reconnaîtra leur caractère inviolable.
3. Quand la situation le permettra, la Grande-Bretagne donnera aux Arabes ses conseils et les aidera à établir ce qui pourra apparaître comme la meilleure forme de gouvernement dans ces différentes régions.
4. D'un autre côté, il est entendu que les Arabes ont décidé de ne chercher aide et conseil qu'auprès de l'Angleterre exclusivement, et que tout conseiller ou fonctionnaire européen dont la présence sera rendue nécessaire pour la mise en place d'une administration sérieuse devra être nécessairement anglais.
5. En ce qui concerne les vilayets de Bagdad et Bassora – c'est-à-dire la Mésopotamie-, les Arabes reconnaîtront que les positions établies et les intérêts des Anglais exigent des accords administratifs particuliers...
Je suis persuadé que cette déclaration vous assurera de la sympathie, sans aucun doute possible, de la Grande-Bretagne à l'égard des aspirations de ses amis les Arabes.
Documents cités par Renée Neher-Bernheim dans La déclaration Balfour.
Collection Archives, pp. 125 et sq., Julliard.

12Les tractations engagées aboutissent à une véritable négociation sous la forme d’un échange de lettres entre le Chérif Hussein et le Haut-commissaire anglais au Caire, Sir Henry Mac-Mahon (voir ci-dessus). Cette correspondance, qui s’échelonne de juillet 1915 à janvier 1916, vise à préciser les buts des deux partenaires. Une révolte des Arabes contre les Turcs, déclenchée par le Chérif de La Mecque, devrait leur permettre d’accéder à l’indépendance que l’Angleterre s’engage « à reconnaître et à encourager ». La discussion porte surtout sur les limites de l’Etat arabe à naître. Hussein reprend à son compte les revendications des organisations nationalistes de Damas avec lesquelles il est en contact. Il envisage un vaste Etat comprenant l’ensemble de la péninsule arabique et du Croissant fertile. La Grande-Bretagne, tout en émettant des réserves (à propos des intérêts de la France dans la région) accepte l’essentiel des demandes qui sont formulées. Les promesses ainsi faites restent imprécises, aucune carte n’étant jointe à la correspondance. D’autre part, cet échange de lettres n’aboutit à la conclusion d’aucun traité confirmant les engagements pris.

13Cette négociation n’a pas d’effets immédiats. Le Chérif Hussein, impressionné par la puissance militaire encore redoutable de l’Empire Ottoman, tarde à déclencher la révolte. C’est la répression brutale menée contre les nationalistes syriens qui conduit les Arabes à passer à l’action.

14L’Emir du Hedjaz lance, le 5 juin 1916, un appel à la révolte contre les Turcs, qu’il justifie d’ailleurs par la volonté de défendre les principes de l’Islam contre la politique du gouvernement d’Istanbul. En novembre 1916, il se proclame « Roi des Arabes », mais les puissances de l’Entente ne lui reconnaissent que le titre de Roi du Hedjaz. L’impact de la révolte arabe est d’abord limité. Les forces arabes harcèlent les garnisons turques et lancent des raids contre le chemin de fer du Hedjaz. Le premier succès important est la prise d’Akaba, au début de juillet 1917, qui permet d’opérer une liaison avec les forces anglaises du Sinaï. En devenant effective, la révolte arabe donne de la consistance aux engagements britanniques qui sont confirmés par une communication du gouvernement de Londres au roi Hussein, au début de février 1918 : « Le gouvernement de Sa Majesté réaffirme les promesses précédentes concernant la libération des peuples arabes ».

15Mais les tractations avec les princes arabes de la famille des Hachémites ne constituent qu’un aspect de la politique britannique.

16Avec l’entrée en guerre des Turcs aux côtés de l’Allemagne c’est l’existence même de l’Empire Ottoman qui se trouve en jeu. Les puissances de l'Entente peuvent donner libre cours à leurs ambitions dont la réalisation implique en fait un véritable démantèlement du vieil Empire. L’alliance qui unit les pays de l’Entente n’exclut pas l’existence de rivalités. Certains territoires sont particulièrement convoités. C’est le cas du Croissant fertile, au Moyen-Orient, où s’affrontent les intérêts opposés de l’Angleterre et de la France.

17La France, protectrice traditionnelle des catholiques de l’Empire Ottoman, revendique l’ensemble de la Syrie historique (y compris le Liban et la Palestine). De son côté, la Grande-Bretagne entend contrôler les territoires qui occupent une position-clé sur la route des Indes :

  • déjà très présente dans le Golfe Persique, elle revendique la Mésopotamie ;

  • soucieuse d’assurer la sécurité du Canal de Suez, elle s’intéresse de près à la Palestine.

18Pour tenter de concilier leurs intérêts, les deux pays engagent, au début de 1916, des négociations qui aboutissent, en mai, à la conclusion des accords Sykes-Picot (du nom des principaux négociateurs). Ces accords devaient être le volet franco-anglais d’un arrangement plus vaste à négocier ultérieurement avec la Russie. Le texte de ces accords prévoit l’existence dans le Croissant fertile d’un Etat ou d’une confédération d’Etats arabes, mais surtout la division de la région en deux zones d’influence française et britannique. Quant à la Palestine, il est question de la placer sous une administration internationale. Cette clause d’internationalisation était destinée à tenir compte des intérêts de la Russie protectrice des Orthodoxes. Elle permet surtout à la Grande-Bretagne de faire obstacle aux ambitions de la France.

Les accords Sykes-Picot (avril 1916)

Les accords Sykes-Picot (avril 1916)

Il demeure donc entendu que :
1. La France et la Grande-Bretagne sont disposées à reconnaître et à soutenir un Etat arabe indépendant ou une confédération d'Etats arabes dans les zones (A) et (B) indiquées sur la carte ci-jointe, sous la suzeraineté d'un chef arabe. Dans la zone (A) la France et dans la zone (B) la Grande-Bretagne seront seules à fournir des conseillers ou des fonctionnaires étrangers à la demande de l'Etat arabe ou de la confédération d'Etats arabes.
2. Dans la zone bleue la France et dans la zone rouge la Grande-Bretagne seront autorisées à établir telle administration directe ou indirecte ou tel contrôle qu'elles désirent et qu'elles jugeront convenable d'établir, après entente avec l'Etat ou la confédération d'Etats arabes.
3. Dans la zone brune sera établie une administration internationale dont la forme devra étire décidée après consultation avec la Russie et, ensuite, d'accord avec les autres alliés et les représentants du chérif de La Mecque.
4. Il sera accordé à la Grande-Bretagne 1o : les ports de Haïfa et d'Acre, 2o : la garantie d'une quantité définie d'eau du Tigre et de l'Euphrate dans la zone (A) pour la zone (B).
Carte et texte sont tirés de « L'Orient arabe » de H. Laurens, A. Colin, pp. 154-55.

19Loin d’être la base d’une coopération franco-anglaise au Proche-Orient, les accords Sykes-Picot ne sont qu’un compromis provisoire et fragile entre les intérêts de deux puissances rivales. La Grande-Bretagne cherche assez vite à en obtenir la révision, de manière à s’assurer un contrôle exclusif sur la Palestine.

20C’est cet intérêt pour la Palestine qui conduit la Grande-Bretagne à contracter un troisième type d’engagement, négocié, cette fois, avec certains responsables du mouvement sioniste. Ce rapprochement entre la Grande-Bretagne et l’organisation sioniste n’avait pourtant rien d’évident.

21Avec la Première Guerre mondiale, le mouvement sioniste s’est trouvé, comme toutes les autres organisations internationales, empêché de fonctionner et même confronté à un danger d’éclatement ; chaque section nationale s’est ralliée spontanément au gouvernement de son pays. Cependant, l’influence de l’Allemagne est la plus forte au sein du mouvement dont le siège était d’ailleurs à Berlin en 1914. Malgré la neutralité officielle du Comité Exécutif, l’hostilité à la Russie conduit bien des Juifs sionistes à souhaiter la victoire de l’Allemagne. Le gouvernement allemand se montre plutôt bien disposé à l’égard des aspirations sionistes et intervient auprès des autorités turques en faveur des Juifs de Palestine.

22Entrés en guerre contre l’Entente, les Turcs considèrent avec suspicion les Juifs palestiniens dont beaucoup étaient d’origine russe. Les Juifs possédant la nationalité ottomane ou ceux qui acceptent de la prendre dès la déclaration de guerre sont relativement épargnés. Les autres se trouvent sans défense, du fait de l’abolition des Capitulations. Les ressortissants étrangers ne sont plus protégés par leurs consuls. Le gouverneur de Syrie-Palestine, Djemal Pacha, envisage un moment la déportation massive de la communauté juive. Il fait procéder à des arrestations parmi les dirigeants sionistes et à des expulsions dont l’ampleur est difficile à apprécier (au minimum plusieurs centaines, peut-être quelques milliers). Certains des Juifs, expulsés de Palestine et réfugiés en Egypte, participent à la constitution d’unités militaires juives qui combattent dans les rangs de l’armée anglaise.

23La pression exercée par les autorités turques sur les Juifs de Palestine au début du conflit se relâche ensuite sous l’action des représentants allemands, avant de reprendre en 1917 à l’approche de l’offensive britannique. L’Allemagne assure donc un rôle de protection des Juifs palestiniens, mais elle veille aussi à ne pas compromettre ses relations avec son allié turc ; c’est pourquoi Berlin exclut de se prononcer ouvertement en faveur du sionisme.

24C’est finalement la Grande-Bretagne qui entreprend d’intégrer la revendication sioniste à son jeu politique. Dès l’entrée en guerre de l’Empire Turc en novembre 1914, le gouvernement anglais s’est préoccupé de l’avenir de la Palestine, compte tenu de sa situation géographique, à proximité de l’Egypte. Mais l’infléchissement de la politique britannique en faveur du sionisme ne se dessine qu’en 1917. Cette évolution doit beaucoup à la détermination des responsables sionistes d’Angleterre et à la sympathie active de quelques-uns des principaux dirigeants politiques britanniques. A la différence de leurs homologues du continent, les sionistes anglais croient à la victoire de l’Entente. Le comité de Londres, sous la conduite notamment de Haïm Weizmann, multiplie les contacts pour faire admettre l’idée d’une réalisation des projets sionistes en Palestine sous le protectorat de l’Angleterre.

25Du côté du pouvoir britannique, diverses personnalités manifestent de l’intérêt pour le projet sioniste et son utilisation éventuelle pour atteindre les buts de guerre de la Grande-Bretagne. Le rôle de précurseur revient à Herbert Samuel (premier Juif non converti à faire partie d'un cabinet britannique). En mars 1915, il rédige un mémorandum ou il expose les différentes possibilités de règlement du problème de la Palestine. Ce texte est très précieux : il va en effet servir de base à l’élaboration de la politique ultérieure du gouvernement britannique.

Extraits du memorandum d’Herbert Samuel (Mars 1915)
Si la guerre a pour conséquence l'éclatement de l'Empire turc en Asie, quel sera l'avenir de la Palestine ?
a) Des différentes possibilités, celle de l'annexion par la France est la plus souvent envisagée.
Mais l'installation d'une grande puissance européenne si près du canal de Suez serait une menace permanente et sérieuse pour les principales voies de communication de l'Empire britannique. La ceinture désertique bordant le canal à l'est s'est révélée une excellente ceinture stratégique contre les Turcs. Mais elle serait une défense insuffisante contre une expédition militaire entreprise par un puissant Etat occidental, et appuyée par l'installation d'un chemin de fer depuis El Arish. Nous ne pouvons pas tabler sur l'espoir que nos bonnes relations actuelles avec la France dureront éternellement.
b) Une seconde possibilité serait de laisser le pays à la Turquie.
La Palestine a été opprimée sous les Turcs. Pendant des siècles, elle n'a rien produit d'utile au monde, ni en hommes ni en ressources...
S'il est possible aux nations occidentales de délivrer la Palestine des Turcs, c'est tout autant leur devoir que de délivrer les provinces européennes de l'Empire turc. De plus, si la Syrie du Nord va à la France et la Mésopotamie à l'Angleterre, il n'y a apparemment aucune raison de laisser la Palestine comme possession turque, seule et isolée.
c) Une troisième possibilité serait l'internationalisation.
Un régime international a toujours été une étape vers quelque chose d'autre. Il est le théâtre d'intrigues entre les agents des Etats dirigeants, chacun cherchant à obtenir pour son pays des droits à une annexion ultérieure. Dans ce cas précis, l'internationalisation pourrait se révéler être un premier pas vers un protectorat allemand.
d) Une autre possibilité souvent envisagée est l'établissement d'un Etat juif indépendant en Palestine.
Quels que soient les avantages ou les inconvénients d'une telle proposition, le temps n'en est sûrement pas encore venu... Si on essayait de placer les cinq cent mille ou six cent mille musulmans de race arabe sous un gouvernement reposant sur les quatre-vingt-dix mille ou cent mille habitants juifs, il n'est pas du tout sûr qu'un tel gouvernement, même installé avec l'appui des grandes puissances, soit capable de s'imposer. Le rêve d'un Etat juif prospère, dynamique, et foyer d'une brillante civilisation, pourrait se dissiper en sordides conflits avec la population arabe.
e) La dernière possibilité est un protectorat britannique.
Son établissement serait une garantie pour l'Egypte. Il est vrai qu'une Palestine aux mains des Anglais serait, elle aussi, exposée à être attaquée, et son annexion entraînerait des responsabilités militaires accrues... Une frontière commune avec un voisin européen au Liban est un risque bien moindre pour les intérêts vitaux de l'Empire britannique qu'une frontière commune à El Arish...
J'ai l'assurance, à la fois des sionistes et des non-sionistes, que c'est la solution du problème palestinien qui serait la mieux accueillie par les Juifs dans le monde entier. Il faut espérer que sous l'administration britannique, des facilités seraient données aux organisations juives pour acheter des terres, fonder des villages, établir des institutions éducatives et religieuses, et coopérer au développement économique du pays ; l'immigration juive, soigneusement disciplinée, devrait être préférentielle, de manière à ce que, petit à petit, les habitants juifs devenus majoritaires et adaptés au pays, puissent accéder à tel type de gouvernement autonome que les conditions de l'époque justifieront.
Etablissons un centre juif en Palestine, laissons-le, comme c'est possible, réussir à atteindre une certaine grandeur spirituelle et intellectuelle, et insensiblement le tempérament de chaque Juif, où qu'il se trouve, en sera réhaussé. Le mot juif serait, en grande partie du moins, dépouillé des tristes associations d'idées qu'il évoque, et la valeur des Juifs en tant qu'élément contributif à la civilisation européenne en serait rehaussée.
La solution préconisée gagnerait à l'Angleterre la gratitude de tous les Juifs du monde. Aux Etats-Unis où ils sont environ deux millions, et dans les autres pays où ils sont dispersés, ils formeraient une opinion publique qui, là où les pays dont ils sont citoyens sont neutres, ferait pencher en faveur de l'Emprire britannique.
Inclure la Palestine dans l'empire, ce serait même rehausser l'éclat de la couronne britannique... Il y a, profondément enracinée dans la conscience protestante mondiale, une sympathie pour la restauration du peuple hébreu sur la terre qu'il devait avoir en héritage...
Source : La déclaration Balfour, R. Neher-Bernheim, Coll. Archives, Julliard, p. 195 et sq.

26Samuel met en lumière le fait que la culture biblique des dirigeants anglais protestants les rend sensibles aux aspirations juives, ce que confirment divers témoignages, dont celui de Lloyd George (dirigeant de premier plan) qui, dans une conversation avec Madame de Rothschild, déclarait :

« Quand le Docteur Weizmann me parle de la Palestine, il me cite constamment des noms qui me sont plus familiers que ceux du front de l’Ouest ».

27L’influence des sentiments religieux (déjà évoquée à propos de projets datant des années 1840) a été réelle, mais ne doit pas être surestimée. Ce sont bien des considérations politiques qui ont déterminé l’attitude de la Grande-Bretagne.

28Le mémorandum d’Herbert Samuel rappelle que la préoccupation essentielle de l’Angleterre, qu’on a déjà plusieurs fois mentionnée, est d’assurer la protection de l’Egypte et du canal de Suez. Ce qui fait l’originalité de son texte, c’est la proposition de rechercher l’appui des Juifs, qu’ils soient sionistes ou non, pour mettre leur influence au service de la politique britannique. Cette proposition, qui préfigure ce que sera effectivement la démarche britannique, n’est pas retenue sur le moment. Pourtant, tout au long des années 1915-16, la question reste débattue. Mais les tractations inlassablement menées par Weizmann et ses amis restent longtemps infructueuses.

29C’est la conjoncture particulière de l’année 1917 qui entraîne l’infléchissement de la politique anglaise.

30Celui-ci semble lié :

  • d’une part à la situation particulière du Proche-Orient. La Grande-Bretagne se prépare à lancer une offensive en Palestine contre les forces turques. Elle cherche, par avance, le moyen de conserver le contrôle du territoire à conquérir et d’écarter définitivement les ambitions françaises ;

  • d’autre part et surtout à l’évolution générale de la guerre. Le printemps 1917 est marqué par deux événements majeurs : la première révolution russe qui plonge le pays dans une crise profonde et risque de compromettre sa participation an conflit ; l’entrée en guerre des Etats-Unis aux côtés des pays de l’Entente.

31Maintenir la Russie dans la guerre et hâter la participation active des Etats-Unis à celle-ci, telles sont les préoccupations les plus urgentes du gouvernement de Londres (comme d’ailleurs de celui de Paris). Or, tant en Russie qu’aux Etats-Unis vivent d’importantes communautés juives qui paraissent y disposer d’une influence importante. Celle-ci s’exerce surtout au sein des partis politiques qui ont pris le pouvoir en Russie, tandis qu’aux Etats-Unis, elle concerne plutôt les milieux d’affaires.

32Les dirigeants anglais tentent de faire jouer cette influence, réelle ou supposée, en faveur des intérêts britanniques. Plus tard, Lloyd George (qui était premier ministre en 1917), évoquant la démarche britannique, la présentera comme « un élément de notre tactique de propagande en vue de mobiliser à travers le monde toutes les forces de l’opinion qui pourraient affaiblir l’ennemi et augmenter les chances des alliés ».

33Des pourparlers s’engagent officiellement entre le cabinet de Londres et les responsables sionistes. Ceux-ci sont invités à préparer le texte d’une déclaration par laquelle le gouvernement anglais donnerait sa caution au projet sioniste. Après d’intenses discussions et plusieurs remaniements, on aboutit à un document, publié le 2 novembre 1917 sous la forme d’une lettre adressée par Lord Balfour, ministre des affaires étrangères, à Lord Rothschild. Cette Déclaration Balfour se situe dans le droit fil de l’action menée au début du XXe siècle par Théodore Herzl.

34Le texte parle de l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. La formulation est relativement imprécise, sur le plan à la fois juridique et géographique. Il est question d’un foyer national et non d’un Etat juif. D’autre part, ce foyer national est à établir « en Palestine », ce qui n’implique pas de confier aux Juifs l’ensemble de ce territoire. Cette formulation prudente, en retrait par rapport aux demandes des dirigeants sionistes, était destinée à éviter des réactions trop vives (de la part des Arabes notamment)... et à attendre l’installation éventuelle d’une majorité juive en Palestine.

35Lord Balfour l’a lui-même dit clairement :

  • 1 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3000 ans d’histoire », Grasset, pp. 83-84.

« La déclaration n’implique pas nécessairement le prochain établissement d'un Etat Juif indépendant, ce qui est affaire de développement progressif, selon les lois ordinaires de l’évolution politique »1.

36Lloyd George écrit de son côté :

  • 2 Idem.

« Il ne peut y avoir aucun doute sur les projets que le cabinet avait en tête. Il n’avait pas eu l’idée de constituer un Etat Juif immédiatement après le traité de paix sans en déférer au désir de la majorité des habitants ; d’un autre côté on envisageait, lorsque le moment serait venu, d’accorder des institutions représentatives à la Palestine. Si entre-temps les Juifs avaient réagi à l’occasion offerte et constituaient la majorité des habitants, alors la Palestine deviendrait un “Commonwealth juif”. La notion que l’immigration devrait être restreinte artificiellement afin que les Juifs demeurent une minorité permanente ne vint jamais à l’esprit d’aucun responsable de notre politique. Cela aurait été considéré comme injuste et frauduleux envers le peuple à qui nous faisions appel »2.

La déclaration Balfour (2 novembre 1917)
Foreign Office,
Novembre 2
nd, 1917
Dear Lord Rothschild, I have much pleasure in conveying to you, on behalf of His Majesty's Government, the following déclaration of sympathy with Jewish Zionist aspirations which has been submitted to and approved by the Cabinet.
«His Majesty's Government view with favour the establishment in Palestine of a national home for the Jewish people, and will use their best endeavours to facilitate the achievement of this object, it being clearly understood that nothing shall be done which may préjudice the civil and religious rights of existing non-Jewish communities in Palestine, or the rights and political status enjoyed by Jews in any other country».
I should be grateful if you would bring this déclaration to the knowledge of the Zionist Fédération.

Cher Lord Rothschild,
J'ai le plaisir de vous adresser, au nom du gouvernement de Sa Majesté, la déclaration ci-dessous de sympathie à l'adresse des aspirations sionistes, déclaration soumise au cabinet et approuvée par lui.
« Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays ».
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.
Source : La déclaration Balfour. R. Neher-Bernheim.
Collection Archives, pp. 4 et 10.

37La version finale de la Déclaration comportait une double réserve :

  • l’une tient compte de l’opposition au sionisme qui se manifeste dans certaines communautés juives où dominent les tendances assimilationnistes (et notamment dans celle d’Angleterre), en appelant au respect des droits des Juifs dispersés à travers le monde ;

  • l’autre concerne les droits des communautés non-juives de Palestine dont il faut rappeler qu’elles représentent alors la très grande majorité (plus de 90 %) de la population de ce territoire.

38Cette dernière précision ne figurait pas dans le projet de déclaration préparée par les responsables sionistes.

39Cette attitude d’indifférence est caractéristique du mouvement sioniste en général qui, dès ses origines, a eu le plus souvent tendance à négliger l’existence et les aspirations des Arabes. Quelques années plus tard, Sir Herbert Samuel, dont on a vu le rôle d’inspirateur de la politique britannique, et devenu le Premier Haut-Commissaire civil en Palestine, écrit dans un rapport :

  • 3 Texte cité par J.-P. Alem dans « La déclaration Balfour », Editions Complexe, p. 84.

« ... Il y ceux quelquefois qui oublient ou ignorent les habitants actuels de la Palestine. Inspirés par la grandeur de leur idéal, sentant derrière eux la pression de deux mille ans d’histoire juive, tendus vers les mesures pratiques qui conduiront à la réalisation de leurs buts, ils apprennent avec surprise et souvent avec incrédulité qu’il y a un demi-million d’habitants en Palestine, dont beaucoup sont pénétrés, et fortement pénétrés, d'un idéal très différent ». (1921)3.

40Dans l’immédiat, la Déclaration Balfour constitue la première grande victoire diplomatique du mouvement sioniste. Son texte est très important car il sera repris presque mot pour mot, dans plusieurs documents juridiques ultérieurs.

41Au total, l’activité diplomatique de la Grande-Bretagne concernant l’avenir politique du Moyen-Orient après la guerre s’est traduite par une série d’engagements :

  • promesse de soutien à l’indépendance arabe (correspondance Hussein Mac-Mahon) ;

  • projet de partage du Croissant fertile en zones d’influence avec la France (accords Sykes-Picot) ;

  • soutien au projet sioniste de foyer national juif en Palestine (déclaration Balfour).

42Force est de constater que ces divers documents contiennent des dispositions difficilement compatibles entre elles, même si l’imprécision des formulations est de nature à relativiser la portée des engagements pris. Les plaidoyers ultérieurs de dirigeants britanniques, ayant pris part à ces événements et s’efforçant de disculper leur pays de l’accusation de double, voire de triple jeu, ne sont pas très convaincants.

43Dès 1923, un ancien ministre des affaires étrangères, Lord Grey, lors d’un débat à la Chambre des Lords, admettait implicitement la réalité de ces contradictions :

  • 4 Texte cité par J.-P. Alem dans « La déclaration Balfour », Editions Complexe, p. 112.

« Je suis convaincu que ce ne serait pas une conduite honnête que d’approuver nos engagements (en Orient) en déclarant qu’ils sont compatibles, s’ils ne le sont pas. Je crois que la conduite la plus honorable consiste à publier nos engagements et, s’ils sont contradictoires, à l’admettre franchement et à chercher la méthode la plus honnête pour sortir de l’impasse où nous sommes fourvoyés »4.

44Il ne fut pas écouté.

45Les divers engagements, pris par la Grande-Bretagne, avaient ceci de commun qu'ils concernaient des territoires qui continuaient, à ce moment – là, à dépendre de l’Empire Ottoman. C’est seulement à partir de 1917-18 que l’évolution de la situation militaire pennet à la Grande-Bretagne et à ses alliés de se saisir des territoires en question.

46Les Anglais ont débarqué des troupes en Mésopotamie dès novembre 1914 et ont entamé une lente progression vers le Nord, principalement le long de la vallée du Tigre. Après avoir été bloquée durant toute l’année 1916, leur avance reprend au début de 1917 avec la prise de Bagdad. En revanche, du côté de la Méditerranée, les Anglais, longtemps réduits à la défensive, se limitent à repousser les raids lancés à travers le Sinaï, contre le canal de Suez.

47A la fin de 1917, l’armée anglaise d’Egypte, commandée par le général Allenby, est en mesure de passer à l’offensive. Après s’être emparées de Gaza le 6 novembre, les forces britanniques pénètrent dans le Sud de la Palestine. Elles entrent à Jérusalem le 11 décembre. Puis le front se stabilise pour de nombreux mois. Les opérations reprennent en septembre 1918. Les Anglais reçoivent le concours actif de contingents arabes, commandés par Fayçal, un des fils d’Hussein, roi du Hedjaz. Fayçal est assisté d’officiers britanniques dont le célèbre colonel Thomas Lauwrence. Les positions turques sont enfoncées. Tandis que les Anglais progressent rapidement le long de la côte méditerranéenne, Fayçal et Lauwrence entrent à Damas. Dans le même temps la progression anglaise s’est poursuivie en Mésopotamie. L’Empire Turc, menacé de toutes parts, s’incline. Un armistice est conclu à Moudros le 30 octobre 1918.

48Avec la fin des hostilités, s’ouvre le temps des grandes manœuvres diplomatiques dans un Moyen-Orient ébranlé par l’effondrement de la puissance ottomane.

2 – Négociations et traités : la réorganisation du Moyen-Orient

49C’est aux puissances victorieuses qu’il revient de décider de l’avenir politique des anciennes provinces arabes de l’Empire Ottoman, soustraites à 1 autorité des Turcs.

50L’existence de documents élaborés pendant la guerre au sujet de ces territoires est désormais connue. Le contenu des accords secrets conclus par les pays de l'Entente a été révélé par les Bolcheviks russes. Les contradictions, déjà relevées entre les divers projets, apparaissent au grand jour et conduisent les dirigeants britanniques à publier des mises au point qui se veulent rassurantes, notamment à l’égard des nationalistes arabes qui craignent d'avoir été dupés.

51D’autre part les Européens ne sont plus seuls à décider, du fait de l’intervention américaine. En faisant entrer son pays dans la guerre, le Président Wilson a formulé les principes qui devaient, selon lui, inspirer le règlement du conflit. Wilson recommande notamment que soient prises en compte les aspirations des peuples, avant qu’il soit décidé de leur sort et cette proposition trouve un large écho.

Les opérations militaires au levant (1917-1918)

Les opérations militaires au levant (1917-1918)

52Aussi, une semaine après l’armistice avec les Turcs, la France et la Grande-Bretagne estiment nécessaire de publier une déclaration sur les territoires libérés, dont voici un extrait :

  • 5 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 162.

« Le but qu’envisagent la France et la Grande-Bretagne en poursuivant en Orient la guerre déchaînée par l’ambition allemande, c’est l’affranchissement complet et définitif des peuples très longtemps opprimés par les Turcs et l’établissement de gouvernements et administrations nationaux, puisant leur autorité dans l’initiative et le libre choix des populations indigènes » (7 novembre 1918)5.

53Les vieilles méthodes de l’impérialisme européen se trouvent remises en cause. A l’annexion fondée sur le droit de conquête va succéder le système des mandats qui consiste à confier, pour un temps, à une grande puissance l’administration de territoires appelés à devenir indépendants.

54Ce principe est confirmé par le Pacte de la Société des Nations, adopté en avril 1919. L’article 22, qui traite de cette question, contient un paragraphe concernant les provinces arabes de l’ex-Empire Turc :

  • 6 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire », Grasset, p. 100.

« Certaines communautés, qui appartenaient autrefois à l’Empire Ottoman, ont atteint un degré de développement tel que leur existence comme nations indépendantes peut être reconnue provisoirement, à la condition que les conseils et l’aide d’un mandataire guident leur administration jusqu’au moment où elles seront capables de se conduite seules. Les vœux de ces communautés doivent être pris d’abord en considération pour le choix du mandataire »6.

55Restait à mettre ces principes en application. Cette tâche est dévolue à la Conférence de la Paix qui s’ouvre à Paris à la mi-janvier 1919 et réunit les représentants de toutes les puissantes alliées.

56Quand est mise à l’étude la question du Moyen-Orient, la Conférence est saisie des demandes des Arabes et des sionistes, au cours du mois de février 1919.

57Le porte-parole des Arabes est Fayçal, fils d’Hussein et chef de la révolte contre les Turcs. Fayçal demande la réalisation des promesses faites à son père pendant la guerre. Il revendique l’unité de l’Orient arabe et s'oppose à tout partage entre les puissances victorieuses, « qui serait considéré par les Arabes comme le partage du butin après la bataille ».

58Fayçal fait référence également à la doctrine wilsonienne du droit des peuples :

  • 7 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 397.

« Le but des mouvements nationalistes arabes (dont mon père prit la tête durant la guerre après avoir été sollicité conjointement par la branche syrienne et la branche mésopotamienne) est de tenter d’unir les Arabes en une seule nation...
Nous pensons que notre idéal d’assurer l’unité arabe en Asie est justifié en lui-même sans autre forme de plaidoyer. Si l’on exigeait une justification, nous pourrions invoquer les principes généraux acceptés par les alliés lorsque les Etats-Unis s’associèrent à eux, notre splendide passé, la ténacité avec laquelle notre race a résisté durant six cents ans aux tentatives turques pour nous absorber, et à un degré moindre, le fait que nous avons fait de notre mieux dans cette guerre pour aider les alliés »7.

59La délégation sioniste conduite notamment par Weizmann présente un mémorandum dont le préambule évoque le lien indestructible qui unit le peuple juif à la Terre d’Israël :

  • 8 Ibid., p. 36.

« La requête des Juifs en ce qui concerne la Palestine repose essentiellement sur les considérations suivantes :... ce pays est la patrie historique des Juifs ; c’est là qu’ils ont réalisé leur plus bel épanouissement ; grâce à eux ont rayonné à partir de ce centre des valeurs spirituelles et morales d’une importance capitale pour l’humanité. C’est par la violence qu’ils ont été chassés de Palestine, mais à travers les âges, ils n’ont jamais cessé de caresser le rêve nostalgique d’y retourner »8.

60Puis le texte du mémorandum comporte une série de paragraphes dans lesquels sont proposés, outre la reconnaissance des droits historiques du peuple Juif sur la Palestine et le droit des Juifs d’y reconstruire leur foyer national, la remise de la souveraineté sur la Palestine à la Société des Nations et l’octroi d’un mandat à la Grande-Bretagne.

61Ce cadre étant ainsi tracé, le mémoire dresse un catalogue des mesures à prendre pour la réalisation effective du foyer national juif. Interrogé sur le sens qu'il donne à cette expression, Weizmann répond :

  • 9 Ibid., p. 366.

« Nous ne demandons pas un gouvernement proprement juif. Nous demandons que, sous le gouvernement de la région, il s’établisse dans le pays des conditions déterminées et une administration telle que nous puissions envoyer en Palestine des émigrants. Ceux-ci pourront être au nombre de 70 000 à 80 000 par an... Nous nous attacherions... à développer graduellement une vie juive aussi juive que la vie en Angleterre est anglaise.
Quand cette nationalité formera la majorité de la population, c’est alors que le moment sera venu de réclamer le gouvernement de ce pays »9.

62Les demandes arabes et sionistes étaient-elles totalement incompatibles ? Au début de 1919, cela ne paraissait pas encore évident.

63Le 3 janvier 1919 à Londres, l’émir Fayçal avait accepté de signer avec Weizmann un accord comportant de très importantes concessions arabes : la séparation de l’Etat arabe à créer et de la Palestine était acceptée, de même que le principe d’une immigration massive des Juifs. Toutefois, dans un postscriptum, Fayçal indiquait que cet accord n’aurait de valeur que si les Arabes obtenaient leur indépendance, comme il l’avait par ailleurs exposé dans un mémoire adressé à la conférence de paix.

Accord Faycal-Weizmann du 3 janvier 1919
Son Altesse royale, l'émir Fayçal, représentant et agissant au nom du Royaume arabe de l'Hedjaz, et le Dr Chaim Weizmann, représentant de l'Organisation sioniste et agissant en son nom,
Prenant en considération la parenté de race et les liens anciens existant entre les Arabes et le peuple juif, comprenant que le plus sûr moyen de travailler à la réalisation de leurs aspirations nationales réciproques est d'établir la plus étroite collaboration possible dans le développement de l'Etat arabe et de la Palestine, et étant, en outre, désireux de consolider la bonne entente qui règne entre eux, ont convenu des articles suivants :
Article Premier.
– Pour tout ce qui concerne leurs relations mutuelles et à l'occasion des négociations qui pourraient avoir lieu, l'Etat arabe et la Palestine s'inspireront d'un désir d'entente et d'une bonne volonté réciproques et, à cette fin, des représentants arabes et juifs, dûment accrédités, seront désignés et maintenus dans les territoires de l'autre Etat.
Art. 2. – Immédiatement après l'achèvement des délibérations de la Conférence de la Paix, les frontières définitives entre l'Etat arabe et la Palestine seront fixées par une commission nommée à la suite d'un accord entre les deux parties.
Art. 3. – Dans l'établissement de la constitution et de l'administration de la Palestine, toutes mesures seront prises en vue de garantir pleinement l'exécution et l'application pratique de la déclaration du gouvernement anglais du 2 novembre 1917.
Art. 4. – Toutes les mesures nécessaires seront prises pour encourager et stimuler l'immigration des Juifs en Palestine sur une large échelle, et pour établir dans le plus bref délai les immigrants juifs sur le territoire, grâce à une colonisation plus dense et à une culture intensive du sol. Il est convenu que, dans l'exécution de ces mesures, la protection des droits des paysans et des fermiers arabes sera assurée et que ces derniers seront aidés à l'avenir en ce qui concerne le développement économique.
Art. 5. – Aucune loi ou règlement ne devra s'opposer ou porter atteinte, d'une manière quelconque, au libre exercice des cultes, et, en outre, aucune mesure de discrimination ne sera prise en ce qui concerne les fonctionnaires du culte ou les pratiques des diverses croyances. Il ne sera pas tenu compte de l'origine religieuse dans le libre exercice des droits civils et politiques.
Art. 6. – Les Lieux Saints musulmans seront placés sous contrôle musulman.
Art. 7. – L'Organisation sioniste propose d'envoyer en Palestine une commission d'experts, chargés de dresser un tableau d'ensemble des possibilités économiques du pays, et de rédiger un rapport quant aux meilleurs moyens à mettre en œuvre en vue du développement du territoire. L'Organisation sioniste mettra la commission, ci-dessus mentionnée, à la disposition de l'Etat arabe, afin qu'elle se livre également à une enquête approfondie sur les possibilités économiques de l'Etat arabe et établisse un rapport définissant à quelles conditions le meilleur développement pourra être atteint. L'Organisation sioniste, enfin, emploiera tous ses efforts à aider l'Etat arabe à obtenir les moyens indispensables en vue du développement de ses ressources naturelles et de ses possibilités économiques.
Art. 8. – Les parties soussignées reconnaissent agir en complet accord et en parfaite harmonie sur toutes les questions ci-dessus visées, à porter devant la Conférence de la Paix.
Art. 9. – Toute contestation qui pourrait s'élever entre les parties contractantes sera soumise, pour arbitrage, au Gouvernement britannique.
Fait et écrit par nous,
Le 3 janvier 1919
Chaim WEIZMANN
Fayçal ibn HUSSEIN

(traduit de l'arabe)
Réserve faite par l'Emir Fayçal :
Si les Arabes sont établis conformément aux conditions que j'ai indiquées dans ma proclamation du 4 janvier, adressée au secrétaire d'Etat anglais pour les Affaires Etrangères, je m'engage à donner effet aux diverses clauses de cet accord.
Toutefois, dans le cas où des changements interviendraient, ma responsabilité ne serait plus engagée si le présent accord n'était pas exécuté.
Source : La Déclaration Balfour. Jean-Pierre Alem.
Editions Complexe, pp. 132-133.

64L’esprit de cet accord est confirmé deux mois plus tard dans une lettre très cordiale adressée par le prince à Félix Frankfurter, membre de la délégation sioniste à la conférence de Paris :

  • 10 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël », France Empire, p. 229.

« Nous sommes convaincus que les Arabes et les Juifs sont des parents de race très proche, ayant subi tous deux des persécutions de la part de forces supérieures aux leurs. Mais par une heureuse coïncidence, ils ont été à même de faire ensemble le premier pas vers la réalisation de leurs idéaux nationaux... Nous tenons à adresser aux Juifs nos vœux cordiaux de bienvenue, à l’occasion de leur retour dans leur patrie...
Nous travaillons ensemble pour reconstruire et pour faire revivre le Proche-Orient et nos deux mouvement se complètent... Il y a en Palestine assez de place pour deux peuples »10.

65Les historiens se sont interrogés sur les raisons qui ont pu pousser Fayçal à signer un tel document. Le prince hachémite, installé à Damas, tente alors de faire reconnaître son autorité sur la Syrie, encouragé en sous-main par la Grande-Bretagne, qui souhaite empêcher l’application des accords Sykes-Picot, conclus avec la France en 1916. Fayçal a peut-être accepté l’accord avec les sionistes en échange de leur soutien contre l’installation des Français en Syrie. Mais surtout les Anglais semblent avoir encouragé l’accord Fayçal-Weizmann dans l’espoir de désarmer la résistance de la population arabe de Palestine à l’établissement d’un foyer juif.

66Cette opposition s’est, en effet, manifestée dès qu’a été connu le contenu de la Déclaration Balfour. Weizmann, qui séjourne en Palestine à la tête d’une commission sioniste dans le courant de l’année 1918, en a bien conscience.

67Dans une lettre à un dirigeant sioniste américain, il écrit :

  • 11 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 55.

« La communauté non-juive, en particulier les Arabes, tant chrétiens que musulmans, ont interprété la Déclaration dans le sens d’une intention de la part du gouvernement britannique d’installer un gouvernement juif à la fin de la guerre, de priver les Arabes de leurs terres et de les chasser de leur pays. Ils considèrent la Commission comme l’avant-garde des capitalistes et expropriateurs juifs et naturellement l’ont reçue avec le maximum de défiance »11.

68Dès 1919, la protestation arabe se développe avec la publication de déclarations, la formation d’organisations qui tiennent congrès pour exposer leurs revendications. Les autorités militaires britanniques, hostiles en majorité au projet sioniste, laissent faire.

69On retiendra ici deux exemples :

70Dans une pétition adressée au début de janvier 1919 à la Conférence de la Paix, des notables palestiniens écrivent :

  • 12 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 33

« A peine étions-nous délivrés du joug des Turcs que nous entendions les rumeurs répandues par les sionistes selon lesquelles notre pays serait pour eux un foyer national... Les Arabes de Palestine ne se sont-ils pas justifiés de prévenir l’immigration d’un élément étranger qui menace leur existence nationale ?
Ce pays est le nôtre depuis longtemps. Nous y vivons depuis plus longtemps qu’eux. Nos relations historiques et religieuses avec lui, nous, Musulmans et Chrétiens, sont beaucoup plus développées que celles des Juifs. Aussi, leur revendication de droits historiques antiques dans le pays ne leur confère pas le droit de se l’approprier... »12.

71Le refus de l’établissement d’un foyer juif va de pair avec la revendication de l’appartenance de la Palestine à la Syrie Arabe. C’est ce qu’affirme, entre autres, le Congrès général syrien réuni à Damas en juillet 1919, à l’appel d’un Parti de l’indépendance (Istiqlal), issu de la société Al Fatat qui avait joué un rôle actif dans l’essor du mouvement nationaliste arabe avant 1914.

72Ce congrès adopte dix résolutions parmi lesquelles une concerne particulièrement la Palestine :

  • 13 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire », Grasset, pp. 112-113.

« Nous rejetons les prétentions des sionistes visant à établir un foyer national dans cette partie de la Syrie du Sud connue sous le nom de Palestine, et nous nous opposons à toute immigration juive dans quelque partie que ce soit du pays. Nous ne reconnaissons aucun titre aux Juifs sur la Palestine, et nous considérons leurs revendications comme une grave menace pour notre peuple, du point de vue national, politique et économique. Nos compatriotes juifs continueront à partager toutes les responsabilités et à jouir de tous les droits communs »13.

73L’émir Fayçal, dont les demandes n’ont pas été prises en considération par la Conférence de la Paix, fait siennes les résolutions du Congrès de Damas. L’accord conclu avec Weizmann est donc caduc. A partir de l’été 1919, Fayçal revendique la Palestine comme part du royaume arabe. Rappelant les accords signés pendant la guerre, il minore la portée des engagements pris envers les sionistes et affirme le refus des populations arabes d’une séparation de la Palestine et de la Syrie.

74Dans une lettre au Général Allenby (ancien vainqueur des Turcs), il écrit :

  • 14 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 186.

« En ce qui concerne mon accord sur la création d’un foyer national juif en Palestine, je crois qu’il y a une certaine incompréhension. Tout ce que j’ai admis est la sauvegarde des droits des Juifs dans ce pays dans la même mesure que les droits des habitants indigènes arabes sont sauvegardés et leur permettre de disposer des mêmes droits et privilèges. Les Arabes de la Palestine, à la fois chrétiens et musulmans, ont de façon répétée utilisé eux-mêmes toutes les possibilités de protester contre tout accord et engagement qui feraient de leur mère-patrie un foyer national pour les Juifs. Je suis prêt à me rendre en Europe pour défendre le cas de mon pays si seulement je reçois une déclaration positive destinée à mon peuple inquiet, affirmant que la conférence ne permettra pas la séparation de la Palestine et de la Syrie ». (Mai 1920)14.

75L'activité des nationalistes arabes se trouve un temps encouragée par le séjour en Syrie-Palestine d’une commission d’enquête internationale (en fait américaine) envoyée à la demande du Président Wilson et conduite par le Dr Henri King et Charles Crane. La création de cette commission résulte en fait d’une controverse (à laquelle il a déjà été fait allusion) qui oppose la Grande-Bretagne et la France à propos de la Syrie. La France entend obtenir l’application des accords conclus en 1916, alors que la Grande-Bretagne cherche à s’y soustraire.

76La commission King-Crane a pour mission de consulter les populations de Syrie-Palestine. Après trois mois d’investigations (juin-août 1919), elle rédige un rapport qui traite de la situation politique dans l’ensemble du Croissant fertile. Toute une partie du rapport est consacrée à la Palestine et à la question sioniste. Ces commissaires préconisent une limitation de l’immigration juive en Palestine et concluent à un abandon de la perspective d’un Etat Juif. Ce rapport, très lucide, est mal reçu par le Président Wilson acquis à l’idée sioniste et reste lettre morte. Les revendications arabes sont en fait ignorées.

Extraits du rapport King-Crane (août 1919)
La commission reconnaît également qu'un encouragement précis a été donné aux sionistes par les Alliés dans la déclaration souvent évoquée de M. Balfour, et dans son approbation par les représentants des Alliés. Si toutefois l'on s'en tient à la lettre de la déclaration Balfour, préconisant « l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif... étant clairement entendu que rien ne sera fait qui pourrait porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine », on peut difficilement contester que le programme sioniste extrême doive être profondément modifié.
Car établir un foyer national juif n'équivaut pas à faire de la Palestine un Etat juif ; et la création d'un Etat juif ne pourrait se faire sans porter les plus graves atteintes aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine. Le fait est constamment apparu, dans les conférences de la Commission avec les représentants juifs, que les sionistes envisagent une complète dépossession des habitants non juifs actuels de Palestine, par diverses formes d'achat des terres.
Dans son message du 4 juillet 1918, le président Wilson a énoncé Quatre principes pour le respect desquels combattent les Alliés. L'un e ces principes est la solution de toute question territoriale, de souveraineté, économique, politique – sur la base de la libre volonté du peuple immédiatement concerné, et non d'après les intérêts matériels ou les privilèges de quelque autre nation ou peuple que ce soit.
Si ce principe doit être appliqué, et si, par conséquent, la volonté de la population palestinienne est appelée à décider du sort de son pays, alors on doit se rappeler que la population non juive – près des neuf dixièmes de l'ensemble – est absolument opposée au programme sioniste dans son entier. Imposer à une. population ainsi disposée une immigration juive illimitée, et la soumettre à une pression financière et sociale pour l'amener à céder le sol, serait une grave violation du principe qui vient d'être évoqué.
La Conférence de la Paix ne devrait pas perdre de vue le fait que le sentiment antisioniste est intense en Palestine et ne saurait être pris à la légère. Aucun des officers britanniques consultés par la Commission ne croit à la possibilité d'appliquer le programme sioniste sans recourir à la force armée. Ces officiers estiment qu'un simple commencement d'exécution de ce programme exigerait une force de cinquante mille hommes au moins. Ce jugement montre combien est ancré le sentiment de l'injustice du programme sioniste dans l'esprit des populations de Palestine et de Syrie. Les décisions dont l'application exige un recours à la force sont parfois nécessaires, mais il n'y a certainement pas lieu de les adopter gratuitement alors qu'elles sont en faveur d'une cause injuste. Quant à la prétention souvent formulée par les sionistes, à savoir que les Juifs ont sur la Palestine un « droit » fondé sur une occupation vieille de deux mille ans, il est difficile de la prendre sérieusement en considération.
Compte tenu de toutes ces considérations, et malgré leur profond sentiment de sympathie pour la cause |uive, les commissaires estiment être en devoir de recommander que la Conférence de la Paix ne prenne en considération qu'un programme sioniste très réduit, et que, de plus, celui-ci ne soit réalisé que très progressivement. Ce qui revient à dire que l'immigration juive devrait être limitée de façon précise, et que le projet de faire de la Palestine un commonwealth juif devrait être abandonné.
Source : Juifs et Arabes3 000 ans d'histoire, J.-P. Alem, Grasset, p. 121 et sq.

77Entre temps la conférence de la paix s’est séparée sans résoudre la question du traité avec la Turquie. Rentré aux Etats-Unis, le Président américain voit sa politique contestée au Sénat qui refuse de ratifier le traité de paix avec l’Allemagne et le pacte de la Société des Nations. Le retrait américain laisse de nouveau le champ libre aux puissances européennes. Dès le mois de mai 1919, la France et l'Angleterre ont entrepris de négocier pour mettre un terme à leur querelle.

78Dans un mémoire datant du mois d’août 1919, Lord Balfour explique avec beaucoup de franchise (certains y verront sans doute du cynisme) qu’il n’est pas possible d’appliquer à la Syrie et à la Palestine les principes édictés par le pacte de la S.D.N.

  • 15 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », pp. 408-409.

« Comment seront choisies par les alliés les puissances qui auront le mandat sur la Syrie et la Palestine, puisque la charte de la S.D.N. dit : « La volonté de ces communautés... doit être le critère déterminant dans le choix d’un mandataire ? ».
L’intention est irréprochable, mais comment la réaliser dans les faits ? Prenons d’abord la Syrie. Est-ce que cela signifie que nous allons avant tout consulter la population ? Nous n’y pensons pas... quelle que soit la volonté des populations, c’est certainement la France qui aura le mandat...
La contradiction entre les termes de la charte et la ligne politique des alliés est encore plus flagrante dans le cas de... la Palestine. Car, en Palestine, nous ne nous proposons même pas de passer par la formalité de consulter la population actuelle, bien que la commission américaine l’ait fait, les quatre puissances ont donné leur appui au sionisme. Et le sionisme, qu’il ait raison ou tort, qu’il soit bon ou mauvais, est enraciné dans les traditions séculaires, dans des besoins actuels, dans les espoirs pour l’avenir, d’une importance bien plus grande que les souhaits ou les regrets des sept cent mille Arabes qui habitent actuellement cet antique pays »15.

79Les négociations franco-britanniques confirment l’application, après modification, des accords conclus pendant la guerre. C’est le Conseil suprême allié qui règle en définitive le sort des anciennes provinces arabes de l’Empire Ottoman.

80Le 25 avril 1920, la conférence de San Remo décide l’attribution à la Grande-Bretagne de la Mésopotamie et de la Palestine avec mission d’y mettre en œuvre la déclaration Balfour. La France reçoit le Liban et la Syrie (d’où Fayçal ne tarde pas à être chassé).

81Les accords de San Remo formèrent la substance du traité de Sèvres signé le 10 août 1920 avec la Turquie et dont l’article 95 consacre la vocation sioniste de la Palestine :

  • 16 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 413.

« Les hautes parties contractantes sont d’accord pour confier, en application de l’article 22 (du pacte de la Société des Nations), l’administration de la Palestine à un mandataire choisi par les puissances... il incombera au mandataire de rendre effective la déclaration originelle faite le 2 novembre 1917 par le gouvernement britannique et adoptée par les autres puissances alliées, en faveur de l’établissement en Palestine d’un Foyer national pour le peuple juif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte... aux droits civils et religieux des collectivités non-juives existant en Palestine... »16.

82Le traité de Sèvres fut rejeté par les nationalistes turcs et remplacé trois ans plus tard (14 juillet 1923) par le traité de Lausanne qui reconduit les décisions prises à San Remo au sujet des provinces arabes et de la Palestine. Celle-ci reçoit dès juillet 1920 une administration civile qui l’apparente à une colonie de la couronne britannique, mais le mandat n’est officiellement confirmé par le Conseil de la Société des Nations que le 24 juillet 1922.

83Les différents textes qui fondent le mandat anglais sur la Palestine se réfèrent à la fois à l’article 22 du Pacte de la Société des Nations et à la déclaration Balfour. L’article 22 imposait à la Grande-Bretagne des obligations générales envers l’ensemble des populations de Palestine, et notamment de les préparer à se gouverner elles-mêmes, mais en même temps des obligations particulières sont édictées en faveur de la communauté juive encore très minoritaire.

Proche-Orient : des Accords secrets aux Traités de paix

Proche-Orient : des Accords secrets aux Traités de paix

Correspondance Hussein-MacMahon 1915-1916

Source : Le mouvement national palestinien. O. Carré. Coll. Archives, p. 28.

Accords Sykes-Picot

Accords Sykes-Picot

Source : Turbulente Europe et mondes nouveaux. R. Girault et R. Frank. A. Colin, p. 30.

Situation en 1923 (Traité de Lausanne)

Situation en 1923 (Traité de Lausanne)

Mandat pour la Palestine
Le Conseil de la Société des Nations,

Considérant que les principales Puissances alliées sont d'accord en vue de donner effet aux dispositions de l'article 22 du Pacte de la Société des Nations pour confier à un Mandataire choisi par lesdites Puissances l'administration du territoire de la Palestine, qui faisait autrefois partie de l'Empire Ottoman, dans des frontières à fixer par lesdites Puissances ;
Considérant que les principales Puissances alliées ont, en outre, convenu que le Mandataire serait responsable de la mise à exécution de la déclaration originairement faite le 2 novembre 1917 par le Gouvernement britannique et adoptée par lesdites Puissances, en faveur de l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif, étant bien entendu que rien ne sera fait qui puisse porter préjudice aux droits civils et religieux des communautés non juives en Palestine, non plus qu'aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays ; Considérant que les Puissances déclaration comporte la reconnaissance des liens historiques du peuple juif avec la Palestine et des raisons de la reconstruction de son Foyer national en ce pays ;
Considérant que les Puissances alliées ont choisi Sa Majesté Britannique comme Mandataire pour la Palestine ;
Considérant que les termes du Mandat sur la Palestine ont été formulés de la façon suivante et soumis à l'approbation du Conseil de la Société ;
Considérant que Sa Majesté Britannique a accepté le Mandat pour la Palestine et s'est engagée à l'exercer au nom de la Société des Nations, conformément aux dispositions ci-dessous ; [...]
Confirmant ledit mandat, a statué sur ces termes comme suit :
Article premier.
– Le Mandataire aura pleins pouvoirs de législation et d'administration, sous réserve des limites qui peuvent être fixées par les termes du présent mandat.
Art. 2. – Le Mandataire assumera la responsabilité d'instituer dans le pays un état de choses politique, administratif et économique de nature à assurer l'établissement du Foyer national pour le peuple juif, comme il est prévu au préambule, et à assurer également le développement d'institutions de libre gouvernement, ainsi que la sauvegarde des droits civils et religieux de tous les habitants de la Palestine, à quelque race ou religion qu'ils appartiennent.
Art. 3. – Le Mandataire favorisera les autonomies locales dans toute la mesure où les circonstances s'y prêteront.
Art. 4. – Un organisme juif convenable sera officiellement reconnu et aura le droit de donner des avis à l'Administration de la Palestine et de coopérer avec elle dans toutes questions économiques, sociales et autres, susceptibles d'affecter l'établissement du Foyer national juif et les intérêts de la population juive en Palestine, et, toujours sous réserve du contrôle de l'Administration, d'aider et de participer au développement du pays.
L'organisation sioniste sera reconnue comme étant l'organisme visé ci-dessus, pour autant que, de l'avis du Mandataire, son organisation et sa constitution seront jugées convenables. D'accord avec le Gouvernement de Sa Majesté Britannique, elle prendra toutes mesures nécessaires pour assurer la coopération de tous les Juifs disposés à collaborer à la constitution du Foyer national juif. [...]
Art. 6.
– Tout en veillant à ce qu'il ne soit porté atteinte aux droits et à la situation des autres parties de la population, l'Administration de la Palestine facilitera l'immigration juive dans des conditions convenables et, de concert avec l'organisme juif mentionné à l'article 4, elle encouragera l'établissement intensif des Juifs sur les terres du pays, v compris les domaines de l'Etat et les terres incultes inutilisées pour les services publics.
Art. 7. – L'Administration de la Palestine assumera la responsabilité d'édicter une loi sur la nationalité. Cette loi comportera des clauses destinées à faciliter aux Juifs qui s'établiront en Palestine d'une façon permanente l'acquisition de la nationalité palestinienne. [...]
Art. 9.
– Le Mandataire assumera la responsabilité de veiller à l'institution en Palestine d'un système judiciaire assurant, tant aux étrangers qu'aux indigènes, la garantie complète de leurs droits.
Le respect du statut personnel des diverses populations et communautés et de leurs intérêts d'ordre religieux sera entièrement garanti. [...]
Art. 13.
– Tout en maintenant l'ordre et la bienséance publics, le Mandataire assume toute responsabilité au sujet des Lieux Saints, des édifices et des sites religieux en Palestine, y compris celle de préserver les droits existants, d'assurer le libre accès des Lieux Saints, des édifices et des sites religieux et le libre exercice du culte. Il ne sera responsable, pour toutes les questions qui s'y réfèrent, que vis-à-vis de la Société des Nations, étant entendu... que rien dans le présent mandat ne pourra être interprété comme l'autorisant à toucher aux immeubles ou à intervenir dans l'administration des sanctuaires purement musulmans, dont les privilèges sont garantis. [...]
Art. 15.
– Le Mandataire garantira à tous la plus complète liberté de conscience, ainsi que le libre exercice de toutes les formes du culte compatibles avec l'ordre public et les bonnes mœurs. Il n'y aura aucune inégalité de traitement entre les habitants de la Palestine, du fait de la différence de race, de religion ou de langue. Personne ne sera exclu de la Palestine, en raison seulement de ses convictions religieuses...
Source : La Déclaration Balfour, Jean-Pierre Alem.
Editions Complexe, pp. 134-136.

84Le texte du mandat indique que la puissance mandataire doit prendre toutes les dispositions nécessaires à l’établissement du Foyer National pour le peuple Juif. L’administration britannique doit faciliter l’immigration juive et organiser l’installation des immigrants de concert avec l’organisation sioniste qui se voit reconnaître le statut de partenaire officiel.

85La Société des Nations a, en fait, tranché en faveur des thèses sionistes, avec une réserve toutefois. Les sionistes pensaient que le Foyer National Juif à créer s’étendrait sur les deux rives du Jourdain. Ils l’avaient revendiqué dans le mémoire soumis à la Conférence de la Faix :

  • 17 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 376.

« Les frontières (ainsi) définies sont celles que nous estimons essentielles pour les nécessités fondamentales de l’économie du pays. La Palestine doit avoir ses débouchés naturels vers les mers et le contrôle de ses rivières et de leurs sources. Le tracé des frontières est basé sur les besoins économiques et les traditions historiques du pays, facteurs qui devront obligatoirement être pris en considération par la commission spécialisée qui gérera définitivement les frontières.
La commission n’oubliera pas qu’il est hautement souhaité, dans l’intérêt de l’administration économique, que le territoire de la Palestine soit aussi étendu que possible, afin que le pays puisse éventuellement contenir une population nombreuse et prospère... »17.

86Le territoire confié par la S.D.N. à la Grande-Bretagne comprend bien les deux rives du Jourdain (la limite orientale étant relativement imprécise). Mais la puissance mandataire était autorisée à soustraire les territoires au-delà du Jourdain à l’application des dispositions du mandat, ce que fait la Grande-Bretagne.

87En effet, l'article 25 du mandat pour la Palestine dispose que :

  • 18 Le texte complet du mandat pour la Palestine est reproduit par J.-P. Alem dans « La déclaration Bal (...)

« Dans les territoires s’étendant entre le Jourdain et la frontière orientale de la Palestine, telle qu'elle sera définitivement fixée, le Mandataire aura la faculté... de retarder ou de refuser l’application des dispositions de ce mandat qu’il pourra juger inapplicables en raison des conditions locales existantes et de prendre pour l’administration de ces territoires les dispositions qu’il estimera convenables... »18.

88La Grande-Bretagne décide de ne pas appliquer les dispositions concernant le Foyer National Juif à la Transjordanie où l’immigration juive est interdite.

89Malgré les protestations des dirigeants sionistes, les Anglais décident de confier l’administration de ce territoire peu peuplé à un membre de la famille Hachémite, Abdallah, installé à Amman et qui réunit autour de lui une coalition de bédouins locaux et de nationalistes arabes (mars 1921), à charge pour lui d’assurer la stabilisation de cette région aux contours encore mal définis. Cette décision est approuvée par le conseil de la S.D.N. et, en 1923, l’existence de la Transjordanie en tant qu’Etat distinct, séparé de la Palestine et placé sous tutelle britannique, est officiellement reconnue par le gouvernement de Londres.

90On peut noter enfin que le texte du mandat confirme l’abolition du régime des Capitulations en Palestine :

  • 19 Idem.

« Les privilèges et immunités des étrangers... tels qu’ils étaient autrefois pratiqués dans l’Empire Ottoman au titre des Capitulations... ne seront plus applicables en Palestine ». (art. 8)19.

La Grande-Bretagne et l'extension du foyer national juif

La Grande-Bretagne et l'extension du foyer national juif

91C’est à la puissance mandataire, à savoir la Grande-Bretagne, qu'il revient d’assumer les responsabilités liées aux Lieux Saints en Palestine.

92La réorganisation du Moyen-Orient s’achève ainsi au début des années 1920. Elle s’est effectuée principalement au profit de la Grande-Bretagne qui va y exercer une influence prépondérante, pratiquement jusqu’au milieu des années 1950. Cette influence ne souffre pas vraiment des évolutions auxquelles la politique anglaise doit consentir en reconnaissant assez rapidement l’indépendance au moins nominale de certains Etats Arabes : Egypte (1922), Irak (1930). Des traités, conclus avec les nouveaux Etats, préservent l’essentiel des intérêts britanniques.

3 – La construction du Foyer National Juif et la résistance arabe

93La période qui s’étend de l’attribution à la Grande-Bretagne d’un mandat sur la Palestine à la Deuxième Guerre mondiale est marquée par deux faits majeurs :

  • le développement de la colonisation juive qui fait peu à peu du Foyer National promis en 1917 une réalité. La communauté juive (le Yishouv) se dote de structures quasi-étatiques qui en fait une véritable nation en puissance ;

  • l’opposition croissante de la population arabe à cette extension de l’implantation sioniste. Cette résistance arabe n’est cependant pas très structurée. L’activité du mouvement nationaliste palestinien est d’intensité variable suivant les moments. Durant les années 20 des troubles graves éclatent à plusieurs reprises, suivis de périodes d’accalmie. Cependant, à la fin des années 30, c’est une révolte générale qui finit par se produire. Bien qu’elle soit réprimée, elle ne reste pas sans conséquences.

94La Grande-Bretagne, puissance mandataire, se trouve confrontée à une situation délicate. Le double objectif qui lui a été assigné, à savoir favoriser le développement du Foyer National Juif sans porter atteinte aux droits de la population arabe, se révèle rapidement contradictoire. Il en résulta une certaine ambiguïté de la politique britannique, qui revêt un double aspect :

  • protection de la communauté juive qui peut ainsi poursuivre son activité de colonisation ;

  • tentative de se concilier la population arabe en mettant des limites à l’entreprise sioniste.

95Cette recherche d’un compromis difficile entre des exigences contradictoires vise principalement à préserver les intérêts impériaux de la Grande-Bretagne. Elle a cependant comme conséquence de susciter l’hostilité à la fois des Juifs et des Arabes.

A) Essor et organisation de la communauté juive

96Les Juifs utilisent pleinement les possibilités offertes par l'établissement du mandat en Palestine. La communauté juive (ou Yishouv) connaît un accroissement sensible durant les vingt années de l’entre-deux guerres. Après avoir été sérieusement malmenée durant la Première Guerre mondiale, cette communauté compte 65 000 membres en 1919 (contre 80000 en 1914) et représente environ un dixième de la population du pays.

97La reconnaissance officielle de l’entreprise sioniste permet une reprise de l’immigration. Celle-ci n’a cependant pas l’importance qu’avaient imaginée les dirigeants sionistes. Elle ne correspond pas aux espérances formulées par Weizmann lors de la Conférence de la Paix.

98Son évolution est en fait très irrégulière (voir graphique). Elle dépend de plusieurs facteurs :

  • la politique d’immigration menée par les autorités mandataires. Celles-ci fixent périodiquement le nombre maximum d’immigrants pouvant être admis et allouent des certificats d’immigration aux organismes sionistes compétents. Il s’agit d’une émigration sélective avec des quotas qui tiennent compte des caractéristiques des candidats (les capitaux dont ils disposent, leurs qualifications professionnelles...) ;

  • les événements qui affectent les communautés juives d’Europe. Les politiques antisémites menées par certains gouvernements européens entraînent un accroissement de l’immigration. C’est le cas entre 1924 et 1926 avec l'arrivée des Juifs polonais, incités à quitter leur pays par l’adoption à Varsovie d’une législation discriminatoire à leur égard. C’est vrai surtout, à partir de 1933 à la suite de l’arrivée au pouvoir des Nazis en Allemagne et de la mise en œuvre très rapide d’une politique anti-juive. Les organisations sionistes sont même amenées à négocier avec les autorités du IIIe Reich l’immigration des Juifs allemands. L’accord dit de la Haavara (« transfert » en hébreu), conclu en août 1933, prévoit la possibilité pour les Juifs allemands qui possèdent des biens de partir en récupérant leurs capitaux grâce à un transfert de marchandises allemandes vers la Palestine. Cet accord a été appliqué jusqu’au début de 1941. Les Juifs allemands ne représentent cependant qu’une partie des immigrants qui arrivent en Palestine au milieu des années 30. Cette forte poussée d’immigration ne dure pas en raison des mesures restrictives prises par les autorités mandataires ;

  • la situation économique de la Palestine elle-même, qui n’est pas toujours florissante. Une partie des émigrants ne parviennent d’ailleurs pas à se fixer et quittent le pays.

99En vingt ans, ce sont 300 000 Juifs qui ont émigré en Palestine. En 1939, ils sont environ 425 000 et représentent un peu moins du tiers de la population. Entre les deux guerres, la colonisation juive en Palestine continue largement à suivre les orientations définies avant 1914. Au sein de la communauté juive palestinienne, l’exaltation de l’esprit pionnier va de pair avec l’adhésion au socialisme. L’idéal de régénération du peuple juif par le travail manuel, de préférence celui de la terre, et la volonté d’associer rénovation sociale et renaissance nationale ont été véhiculés surtout par les immigrants venus d’Europe orientale et arrivés en Palestine dans le premier quart du XXe siècle, dans les années qui précèdent et celles qui suivent la Pemière Guerre mondiale.

100Les motivations idéologiques des vagues d’immigrants suivantes ont été moins fortes ou différentes. Des tensions sont ainsi perceptibles entre les différents groupes d’immigrants en fonction de leur période d’arrivée dans le pays et de leur origine : ceux qui arrivent dans les années 1930 en provenance d’Europe centrale (d’Allemagne surtout) n’ont guère de sympathie pour le socialisme sioniste. Mais cela ne remet pas en cause le modèle dominant.

Tableau de l'immigration juive en Palestine Entrées annuelles

Tableau de l'immigration juive en Palestine Entrées annuelles

Graphique réalisé à partir du tableau statistique publié par Henry Laurens dans « Le grand jeu ». A. Colin, p. 63.

101La volonté de promouvoir le travail juif conduit à la mise en œuvre d’un système exclusif : aucune entreprise sioniste ne doit employer de travailleurs arabes. Régulièrement, les organisations socialistes s’en prennent aux employeurs juifs qui emploient de la main-d'œuvre arabe moins chère.

102Une importance particulière est accordée au développement de l’agriculture. La prise de contrôle du sol est une composante essentielle du projet sioniste. Le mouvement de l’achat de terre par les Juifs, interrompu par la Première Guerre mondiale, reprend activement. Dans une brochure du Fonds National Juif, datant de 1925, on peut lire ceci :

  • 20 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 54

« Toute colonisation suppose d’abord l’acquisition de terres... En Palestine, il ne s’agit plus d’une colonisation en terre vierge, car... elle est déjà... toute appropriée par les indigènes. Et d’autre part on ne peut exproprier ceux-ci par les procédés sommaires employés dans les colonies de conquête... il n’y a donc d’autre ressource, si l’on veut la terre, que de l’acheter »20.

103Les organismes sionistes trouvent sans grande difficulté des terres à acheter. Les ventes les plus importantes (40 % du total) viennent de Libanais ou de Syriens qui, séparés de leurs domaines par les nouvelles frontières, préfèrent les liquider à bon compte. Mais une part croissante des ventes est effectuée par des Palestiniens, souvent des grands propriétaires appartenant à des familles dont certains membres assurent par ailleurs la direction des mouvements nationalistes arabes. Il y a également des ventes réalisées par des petits paysans. Les achats sont soumis à certaines conditions. Les terres doivent être libres de leurs occupants, ce qui pose la question des tenanciers arabes. Pour éviter des troubles, les autorités britanniques imposent que les tenanciers évincés soient indemnisés par d’autres terres ou de l’argent.

104La propriété des terres ainsi acquises est essentiellement collective et définie comme « propriété inaliénable du peuple juif ». Tout bien acquis ne peut être ni rétrocédé, ni loué à des Arabes. L’extension de la propriété juive s’effectue à un rythme irrégulier qui reflète, mais imparfaitement, l’évolution de l’immigration elle-même. Malgré l’importance des achats réalisés, les sionistes ne parviennent à acquérir qu’une fraction réduite de la Palestine. L’étendue des propriétés juives passe de 50 à 150 000 hectares, du début des années 20 au milieu des années 40. En 1945, c’est environ 6 % de la superficie totale qui est contrôlée, peut-être le double si on ne prend en compte que la surface agricole utile.

105Les dirigeants sionistes poursuivent la politique d’implantation commencée avant 1914 en concentrant les achats de terre dans les régions les moins peuplées.

  • 21 M. Harsgor et M. Stroun « Israël/Palestine. L’Histoire au-delà des mythes », Metropolis, p. 283.

106Cette observation conduit M. Harsgor et M. Stroun dans leur ouvrage « Israël/Palestine, l’Histoire au-delà des mythes », à avancer l’hypothèse que « plus ou moins consciemment les responsables des organisations sionistes, par cette implantation sélective, ne cherchent à dessiner la carte d’un Etat Juif que sur une partie de la Palestine »21. Cartes à l’appui, ils soulignent que « l’acquisition de nouvelles terres est effectuée toujours avec la volonté de transformer le patchwork que représentent les colonies juives en une seule toile, en se préoccupant de relier les diverses régions colonisées ».

La colonisation juive en Palestine du Mandat au Plan de partage

La colonisation juive en Palestine du Mandat au Plan de partage

Graphiques de l’accroissement de la population et des terres juives en Palestine de 1922 à 1947 (terres en dounams).

Acquisition de terres par les Juifs (1881-1948)

Acquisition de terres par les Juifs (1881-1948)

107L’idéal socialiste majoritaire inspire l’organisation agricole. Sur les terres achetées par le Fonds National Juif s’établissent des villages coopératifs (mochav) et des exploitations collectives (kibboutz). Les membres des kibboutz ne représentent qu’une fraction très minoritaire de la population juive (moins de 10 %), mais mieux instruits et très motivés idéologiquement, ils fournissent une proportion importante des cadres des organismes sionistes (qui seront décrits plus loin) et des partis politiques. Dans le cadre du projet sioniste, la colonisation agricole poursuivait un triple objectif : transformer les immigrés urbains d’Europe en paysans, développer la production et s’assurer le contrôle des territoires. La proportion de la population rurale par rapport à la population totale augmente (18 % en 1922 ; 25 % en 1944), mais la majeure partie de la population reste formée de citadins.

108Dès l’établissement du mandat britannique, la communauté juive de Palestine met en place ses propres institutions qui lui permettent de se constituer en quasi-Etat. Ce dernier est dirigé par plusieurs organismes imbriqués entre eux. Le plus ancien est l’Organisation sioniste mondiale, fondée par Théodore Herzl et dont Weizmann devient président en 1920 (il allait exercer cette fonction de 1920 à 1931, puis de 1935 à 1946). Cette organisation collecte des fonds auprès de ses sections implantées en Europe et en Amérique et elle subventionne la communauté juive de Palestine. Elle gère le Fonds National Juif chargé depuis le début du siècle d’acheter des terres pour établir de nouveaux immigrants.

109Le texte du mandat prévoyait qu’un organisme juif serait habilité à coopérer avec les autorités mandataires. Cet organisme devait représenter les intérêts de la population juive de Palestine et contribuer au développement économique du pays.

110Cette fonction est dévolue à l’Organisation sioniste mondiale qui décide de mettre en place une structure particulière, l’Agence juive, créée en août 1929. L'Agence juive prend en charge l’organisation de l’immigration, l’intégration économique et sociale des immigrants et les relations extérieures de la communauté juive de Palestine. Emanation de l’Organisation sioniste, l’Agence juive, dont le siège est à Jérusalem, acquiert une existence autonome et passe en fait sous le contrôle des Juifs palestiniens.

111Ceux-ci disposent par ailleurs, d’institutions politiques autonomes. A partir de 1920, ils élisent une « Assemblée de députés », qui désigne ensuite un Conseil National faisant fonction de gouvernement pour les questions qui touchent à l’éducation, à la santé et à la sécurité. Ce Conseil National est officiellement reconnu, à partir de 1927, par le mandataire britannique qui lui confie la gestion des services publics, lui confère le droit d’édicter des règlements et de lever l’impôt. L’Agence juive et le Conseil National collaborent activement. Dès avant la fin du mandat, ils vont préparer la constitution de l’Etat d'Israël.

112Une politique économique très interventionniste est menée par l'intermédiaire d'une autre organisation, la Histadrout ou Confédération générale des travailleurs juifs, fondée en décembre 1920. Son activité dépasse très vite celle d’une confédération syndicale chargée de défendre les intérêts des salariés. Elle acquiert rapidement un rôle majeur dans l’économie et la société, en se faisant entrepreneur pour pallier la faiblesse du capitalisme privé. La Histadrout a des coopératives dans l’industrie, les travaux publics et les transports, et devient le principal employeur du pays. Elle s’occupe également de la protection sociale. Un système scolaire et universitaire propre à la communauté juive est créé. Une université hébraïque est ouverte à Jérusalem en 1925. Ce quasi-Etat juif organise enfin sa propre milice armée, la Haganah (créée en 1920) dont le recrutement est assuré par une conscription officieuse. La Haganah est très liée au mouvement ouvrier et passe dès 1923 sous le contrôle de la Histadrout.

113Entre ces différentes institutions existent des liens étroits. Leur personnel dirigeant est souvent commun, leur contrôle est un des enjeux principaux de la vie politique intense qui se développe au sein de la communauté juive de la Palestine. Les partis politiques sont bien plus que des organisations constituées à des fins électorales. Ils ont d'importantes ramifications au sein de la société. Ils ont leurs mouvements de jeunesse, contrôlent des organisations syndicales et disposent éventuellement d’unités paramilitaires.

114Dès l’entre-deux guerres, se dégagent les principales tendances qui vont dominer la vie politique israélienne jusqu’à nos jours.

115A gauche, il y a le courant socialiste. A l’origine il est fragmenté en plusieurs formations. Un processus de regroupement donne naissance en 1930 à un Parti des Travailleurs (appelé par la suite Parti Travailliste), le Mapai. Les socialistes, qui contrôlent le Histadrout, acquièrent une position dominante au sein des principales institutions représentatives de la communauté juive. En 1935, leur président Ben Gourion devient président du Conseil national et de l’Agence juive.

116Au centre de l’échiquier politique se trouvent les sionistes généraux, héritiers du sionisme européen d’avant-guerre, et dont le principal représentant est le président Weizmann. C’est une tendance peu structurée dont l’importance décroît avec la montée des courants rivaux.

117La droite est représentée par les sionistes révisionnistes. Le parti révisionniste est créé en 1925 par Vladimir Jabotinsky. En conflit avec l’Organisation sioniste mondiale, les révisionnistes finissent par rompre avec elle au milieu des années 30. Ils se caractérisent par leur antisocialisme, leur hostilité au pouvoir de l’organisation syndicale, la Histadrout... et leur nationalisme intransigeant. Ils sont favorables à la création rapide, par la force si nécessaire, d’un Etat juif indépendant. L’action des révisionnistes, qui constituent la principale force d’opposition au pouvoir des socialistes, provoque une série de scissions au sein des principales institutions juives de Palestine, y compris dans la milice la Haganah. Les révisionnistes fondent en 1931 l’Irgoun Zvai Leumi (Organisation militaire nationale). L’idéologie et le programme révisionniste n’ont cessé d’inspirer par la suite les partis de la droite israélienne.

118Restent enfin les représentants du judaïsme orthodoxe qui sont eux-mêmes divisés entre adversaires du sionisme (coupable à leurs yeux d’avoir transformé l’espérance messianique en projet politique) et les partisans d’une conciliation entre le sionisme et les impératifs religieux.

119Au total c’est une société nouvelle que la colonisation sioniste a entrepris d'édifier en Palestine, avec ses activités économiques, ses institutions représentatives, ses services publics et même un embryon d’année.

120Cette entreprise exclut en fait toute collaboration réelle avec la population arabe dont les intérêts ne sont nullement pris en compte. L’Organisation sioniste mondiale peut bien, au cours de ses congrès, adopter des résolutions apaisantes comme celle-ci qui proclame le désir du peuple juif :

  • 22 Texte cité par Walter Laqueur dans « Histoire du sionisme », Tel Gallimard, tome 1, p. 357.

« de vivre dans l’amitié et le respect mutuel avec le peuple arabe et de mettre en valeur avec lui la patrie qui leur est commune pour en faire une communauté florissante qui assurerait à chacun de ses peuples un développement national paisible ». (Congrès de Karlsbad 1921 et 23)22.

121Les bonnes intentions restent sans effet. Elles ne reflètent pas la réalité vécue en Palestine.

122Cependant, le développement de la colonisation est encore loin d’assurer aux Juifs la maîtrise du territoire. La stratégie élaborée par les dirigeants sionistes a, de ce fait, un caractère progressif. Elle se trouve résumée dans une lettre adressée par Arlosoroff, un des dirigeants de l’Agence juive, à Weizmann en 1932 :

  • 23 Texte cité par Lotfallah Soliman dans « Pour une histoire profane de la Palestine », La Découverte (...)

« L’étape actuelle... se présente approximativement ainsi : les Arabes ne sont plus assez forts pour détruire nos positions, mais ils se considèrent l’être encore suffisamment pour établir un Etat arabe en Palestine. Nous atteindrons la prochaine étape lorsque le rapport de forces sera tel qu’il ne sera plus possible d’établir un Etat arabe en Palestine... Cette étape sera suivie, ultérieurement, par une autre qui sera caractérisée par l’incapacité des Arabes d’empêcher le développement constant de la communauté juive... [Ce] développement... aura alors une influence sur les Arabes et les amènera à chercher un accord négocié... »23.

123Quant à la création d’un Etat juif, elle reste une perspective lointaine. En 1931, au 17e Congrès de l'Organisation sioniste mondiale, le leader socialiste Ben Gourion déclare :

  • 24 Texte cité par A. Gresh et D. Vidal dans « Palestine 47. Un partage avorté », Complexe, pp. 78-79.

« Nous n’acceptons pas, ni maintenant, ni dans le futur, le pouvoir d’un groupe national sur un autre. Pas plus que nous n’acceptons l’idée d’un Etat juif qui pourrait finalement signifier la domination juive sur les Arabes »24.

124Cette formule « ne pas dominer, ne pas être dominé » pouvait éventuellement servir de base à un projet de création d'un Etat binational où le pouvoir serait partagé également entre les deux communautés juive et arabe. Cette formule a la faveur d’organisations minoritaires au sein du sionisme : l’association Brit Chalom (créée en 1926), la Ligue pour le rapprochement et la coopération judéo arabe, créée en 1939, qui en 1942 encore appelle à faire de la Palestine une patrie commune aux peuples juif et arabe « fondée sur une compréhension et un accord mutuel durable ».

125Mais un tel projet supposait la reconnaissance de l’immigration et de la colonisation juive en Palestine. Il ne pouvait que se heurter à l’opposition des Arabes avec lesquels la recherche d’un accord paraît plutôt illusoire. Ceux qui en sont le plus conscients sont finalement les sionistes révisionnistes dont le principal dirigeant, Vladimir Jabolinsky, écrit dès 1923 dans un ouvrage intitulé « Le Mur de Fer » :

  • 25 Texte cité par A. Barthélémy dans « Israéliens et Palestiniens », Chronique sociale, p. 53.

« Il ne peut être question d’une réconciliation volontaire entre nous et les Arabes, ni maintenant, ni dans un futur prévisible. Toute personne de bonne foi... a compris depuis longtemps l’impossibilité complète d’aboutir à un accord volontaire avec les Arabes de Palestine pour la transformation de la Palestine d’un pays arabe à majorité juive... Tout peuple indigène considère son pays comme sa patrie, dont il veut être totalement maître. Il ne permettra pas de bon gré que s’installe un nouveau maître, il en est ainsi pour les Arabes. Les partisans du compromis parmi nous essaient de nous convaincre que les Arabes sont des espèces d’imbéciles que l’on peut tromper avec des formules falsifiées de nos buts fondamentaux. Je refuse purement et simplement cette vision des Arabes palestiniens.
Nous ne pouvons offrir aucune compensation pour la Palestine, ni aux Palestiniens, ni aux Arabes. Par conséquent, un accord volontaire est inconcevable. Toute colonisation même la plus réduite doit se poursuivre au mépris de la volonté indigène. Et donc, elle ne peut se poursuivre et se développer qu’à l’abri du bouclier de la force... Telle est notre politique arabe. La formule de toute autre façon serait de l’hypocrisie »25.

126Cette analyse, pour brutale qu’elle soit, a le mérite de ne pas sous-estimer les Arabes palestiniens, alors que beaucoup de dirigeants sionistes ont longtemps fait peu de cas du nationalisme arabe, attribuant l’agitation populaire à l’action de politiciens sans scrupules, d’agents de puissances étrangères ou au fanatisme religieux. Ils sont enclins à nier que les Arabes palestiniens puissent acquérir une conscience nationale. Il faudra la révolte arabe de la fin des années 30 pour amener les dirigeants sionistes à reconsidérer leur analyse.

B) Le refus arabe et la politique britannique

La montée des tensions

127L’opposition arabe au sionisme s’est manifestée de bonne heure. On l’a vue à l’œuvre dès avant 1914. Dès ce moment ont été formulées les revendications essentielles qui seront reprises par la suite. La Première Guerre mondiale laisse la question sioniste en suspens, mais la fin du conflit la ramène au premier plan de l’actualité.

128La déclaration Balfour et l’attribution à la Grande-Bretagne d’un mandat sur la Palestine donnent un nouvel élan à une opposition qui mobilise désormais fortement la population arabe, mais le mouvement national palestinien a du mal à se doter d’une organisation solide. La protestation arabe prend, à plusieurs reprises, des formes violentes, ce qui conduit la Grande-Bretagne à infléchir sa politique.

129Dès l'année 1918, les Palestiniens arabes commencent à s’organiser en constituant diverses associations tant musulmanes que chrétiennes. En janvier 1919, ces associations islamo-chrétiennes se réunissent en une conférence générale. Elles le font ensuite périodiquement tout au long des années 20. Pratiquement chaque année, se tient un Congrès arabe palestinien. Ce Congrès élit un Comité exécutif composé de notables qui va être jusqu’au début des années 30 le principal animateur et porte-parole du mouvement national palestinien.

130Des résolutions adoptées par les premiers congrès se dégagent les principales revendications arabes : abolition du Foyer National Juif, arrêt de l’immigration et des ventes de terres, établissement d’un gouvernement national palestinien, non-séparation de la Palestine du reste de la nation arabe. Formulées dès 1919-20, ces revendications n’ont plus guère varié par la suite. Le Comité exécutif arabe intervient durant l’année 1921 et au début de 1922, auprès des autorités britanniques, pour que soit pris en compte le point de vue arabe, avant qu’il ne soit statué définitivement sur le sort de la Palestine.

131Mais ces démarches se révèlent tout à fait impuissantes à modifier le cours des événements. Quand le mandat sur la Palestine, très favorable au sionisme, est confirmé par la S.D.N., le Congrès arabe palestinien proteste vigoureusement et refuse de reconnaître le fait accompli :

  • 26 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 129.

« Nous, représentants de la Nation arabe de Palestine réunis à Naplouse pour le 5e Congrès arabe palestinien, nous nous engageons devant Dieu, l'Histoire et la Nation, à continuer à déployer nos efforts en vue d’obtenir l’indépendance du pays et l’unité arabe, par tous les moyens légaux, et à n’accepter ni l’établissement d’un Foyer National Juif, ni l’immigration juive ». (Août 1922)26.

132Pendant ce temps, une vive agitation règne dans la population palestinienne. Les manifestations anti-sionistes finissent par dégénérer en émeutes et en affrontements entre Juifs et Arabes.

133En mars 1920, les nationalistes arabes lancent un raid, à partir de la Syrie, sur le Nord de la Galilée et causent des pertes humaines importantes dans les colonies juives de la région.

134Le 4 avril se tient la fête de Nabi Musa, le plus grand pèlerinage musulman de la région de Jérusalem (en l’honneur de Moïse). Le rassemblement religieux se transforme en une manifestation politique violente marquée par une attaque des quartiers juifs de Jérusalem faisant neuf morts (dont cinq Juifs) et près de deux cent cinquante blessés. Les Britanniques sanctionnent les notables. Le maire de Jérusalem, de la famille des Husseini, est démis de ses fonctions au profit de la famille rivale des Nashashibi. Amine-El-Husseini, accusé d’être un des organisateurs de la violence et qui est en fuite, est condamné par contumace à une peine de dix ans de prison.

135Des troubles plus graves éclatent au début de mai 1921 à Jaffa. Le 1er mai, une manifestation de communistes juifs palestiniens dégénère en bagarre avec les sionistes socialistes. Les Arabes s’en mêlent et s’en prennent indistinctement à tous les Juifs. Les troubles durent trois jours faisant quarante trois morts juifs et quatorze arabes. La violence se déplace dans le centre de la Palestine faisant quarante sept morts juifs et quarante huit arabes.

136Les rapports rédigés par certains administrateurs anglais en poste en Palestine analysent ces émeutes comme « l’expression d’un ressentiment populaire profond et généralisé vis-à-vis de la politique britannique actuelle ».

137La violence inattendue de l’agitation conduit le gouvernement de Londres à prendre en compte les inquiétudes des Arabes quant à leur avenir en Palestine qu’ils jugent menacé par le développement de la communauté juive.

  • 27 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 224.

« C’est bien de dire sur le papier que les Juifs ne sont pas en train de nous chasser, c’est entièrement une autre chose de le mettre en pratique »27, déclare le porte-parole d’une délégation arabe venue à Londres.

  • 28 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d'histoire », Grasset, p. 131

138Tandis que le territoire du Foyer National Juif est amputé des 2/3 par le détachement de la Transjordanie (v. supra), Churchill, ministre des colonies, s’efforce de dissiper les craintes des Arabes. Il publie, le 1er juillet 1922, un Livre blanc qui donne de la déclaration Balfour une interprétation restrictive. Le Livre blanc indique qu’il n’est pas question de transformer l’ensemble de la Palestine en Foyer National Juif, que le gouvernement anglais n’a « à aucun moment envisagé la disparition ou la subordination de la population arabe, de sa langue et de sa culture en Palestine, que l’immigration juive sera proportionnée à la « capacité économique d’absorption du pays »28.

139Churchill propose une nouvelle définition du Foyer National qui n’implique plus nécessairement la création d’un Etat-juif :

  • 29 Ibid., pp. 131-132.

« A la question : qu’est-ce qui est entendu par développement du Foyer National Juif en Palestine, il peut être répondu que ce n’est pas l’imposition d’une nationalité juive aux habitants de la Palestine dans son entier, mais le développement futur de la communauté juive existante, avec l’aide des Juifs des autres parties du monde, afin qu’elle devienne un centre auquel le peuple juif puisse prendre de l’intérêt, et dont il puisse s'enorgueillir, dans le domaine de la race et de la religion »29.

140C’est également pour tenter d’apaiser l’opposition arabe qu’est proposée l'instauration en Palestine d'un Conseil législatif élu et représentatif des diverses communautés du pays et placé au côté du Haut-commissaire britannique. Mais, soucieux de ne rien faire qui paraisse légitimer l’existence du Foyer National Juif, les Arabes refusent de participer aux institutions mandataires. Un scrutin organisé en février 1923 est massivement boycotté.

141Tandis que les Juifs disposent d’institutions qui peuvent les représenter auprès des autorités anglaises, la population arabe est beaucoup moins organisée. Dans un souci d’équilibre, les Britanniques tentent de donner à la population musulmane les organismes qui lui font défaut.

142En janvier 1922, ils décident la création d’un Conseil suprême musulman, choisi par les Arabes, qui reçoit la charte de gérer les biens des fondations religieuses (waqf) et d’assurer la tutelle des tribunaux coraniques avec droit de nomination des juges (qadis) ainsi que de l’ensemble du personnel judiciaire. Le Conseil est dirigé par Hadj-Amine-el-Husseini qui, après avoir été amnistié de la condamnation subie au printemps 1920, a été désigné avec l’accord des Britanniques comme mufti de Jérusalem en mai 1921. Le mufti devient alors la personnalité arabe palestinienne la plus en vue, tout en personnifiant pour les Juifs l’hostilité au sionisme.

143Dans la Palestine mandataire, chaque communauté dispose donc de ses propres institutions. C’est le retour à la logique des millets, comme au temps de l’Empire Ottoman, et l’échec de l’élaboration d’une citoyenneté proprement palestinienne.

144Après les graves émeutes anti-juives du début des années 1920, la situation en Palestine s’apaise pendant plusieurs années. Le calme relatif qui s’établit ne résulte pas d’une amélioration des relations entre sionistes et Arabes, il s’explique par la faible croissance de la population juive due au net ralentissement de l’immigration. Les conflits qui se produisent restent locaux et sont liés en général aux problèmes agraires.

145D’autre part, le mouvement national palestinien est affaibli par les divisions internes qui reflètent les clivages existant au sein de la société arabe. Aux rivalités de clans déjà relevées, s’ajoutent les oppositions régionales (avec la contestation du rôle jugé excessif des notables de Jérusalem) ou sociales (avec le vieux clivage entre cheikhs ruraux et notables urbains). Reste enfin le facteur confessionnel. Si le rejet du sionisme unit Chrétiens et Musulmans dans une mobilisation commune, les liens étroits entre le Conseil suprême musulman et l’Exécutif arabe tendent à identifier le combat pour la Palestine et la défense de l’Islam, tendance qui va s’accentuer avec les troubles de 1929.

146L’opposition au mufti s’organise. Elle rompt avec l’Exécutif arabe pour fonder un parti national arabe plus modéré disposé à coopérer avec l’autorité mandataire, voire à nouer des contacts avec les dirigeants sionistes.

147Les rapports arabo-juifs se tendent brusquement en 1929. Cette crise n’est pas liée à un renforcement de la communauté juive. Son origine est religieuse et liée au statut des Lieux Saints. La cause immédiate des troubles est une querelle entre les fidèles juifs et musulmans concernant leurs droits respectifs sur le Mur des Lamentations, vénéré par les Juifs comme les murs de l’ancien Temple, et considéré par les Musulmans comme partie intégrante du sanctuaire de l’esplanade des Mosquées (Haram es Sherif).

148Sous le régime ottoman, les Juifs étaient autorisés par la coutume à se réunir dans la ruelle qui passe auprès du Mur des Lamentations. Ils pouvaient y prier mais sans y installer de mobilier fixe qui aurait transformé cet emplacement en lieu de culte. L’implantation d’un paravent pour séparer hommes et femmes pour la journée du Kippour 1928 est immédiatement ressenti comme une atteinte au statuquo. Le mufti accuse les Juifs de vouloir s’emparer des Lieux Saints musulmans. Dans son journal, il écrit en octobre 1928 :

  • 30 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Complexe, p. 83.

« Les Musulmans de Palestine sont déterminés à se sacrifier corps et âmes pour sauvegarder leurs droits religieux. Il est suffisant que leurs droits nationaux aient été volés »30.

149Une très vive tension se développe et débouche dans la deuxième quinzaine d’août 1929 sur une explosion de violence. Des manifestations juives et arabes dégénèrent en affrontements. Les Arabes se livrent à une série d’attaques contre les quartiers juifs de plusieurs villes de Palestine : Jérusalem, Hébron, Haïfa, Safed (23-29 août). Cent trente trois Juifs sont tués et plus de trois cents sont blessés. Les victimes sont surtout des Juifs pieux non sionistes appartenant à des communautés présentes depuis plusieurs siècles. Les Anglais, contraints de faire venir des renforts extérieurs, interviennent vigoureusement pour rétablir l’ordre. Les victimes de cette répression sont principalement arabes. Une centaine est tuée.

150La plupart du temps la responsabilité de cet épisode sanglant est attribuée au mufti de Jérusalem considéré comme le principal instigateur des troubles, les uns l’accusant d’avoir harangué la foule à Jérusalem, les autres d’avoir au contraire agi en sous-main. Le rôle du mufti paraît difficilement niable ; mais il n’est pas possible pour autant d’affirmer que les massacres, perpétrés en août 1929 aient été prémédités. Il semble que le contrôle de la situation ait échappé au contrôle des responsables arabes, mufti compris.

151Malgré la répression, les dirigeants arabes cherchent à éviter un confit arabo-britannique ouvert en Palestine en dépit de l’hostilité grandissante de la population à l'égard des Anglais. Le gouvernement de Londres tient donc à les ménager. Une commission d’enquête formée pour étudier les causes des troubles reconnaît qu’il y a eu agression arabe mais écarte la préméditation. Et surtout au lieu de se limiter aux causes immédiates, elle recherche les raisons profondes de mécontentement arabe.

152Le rapport de la commission met en cause l’immigration juive qui a dépassé selon elle la capacité d’absorption du pays :

  • 31 Texte cité par, Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 233.

« La situation est actuellement troublante. Il n’existe pas de terres d’échanges où les personnes expropriées puissent s’installer. On crée donc une catégorie de gens privés de terre, de mécontents : c’est une menace de danger pour le pays. Si l’on ne remédie pas à cette situation, le mécontentement présent persistera, et il peut donner lieu à de nouveaux désordres dans l’avenir »31.

153Les travaux de la commission servent de base à la rédaction d’un nouveau Livre blanc, publié en octobre 1930, qui recommande de limiter très sévèrement l’immigration et d’interdire l’achat des terres par les Juifs dans la majeure partie de la Palestine.

154Le Livre blanc suscite l’indignation des milieux sionistes qui mènent une vigoureuse campagne dans les milieux politiques britanniques. Le premier ministre, Mac Donald, recule. Dans une lettre adressée à Weizmann en février 1931, il donne une interprétation souple du Livre blanc qui enlève tout effet aux limitations annoncées. En fait, jusqu’en 1936, l’immigration et le développement de la colonisation juive sont l’objet de peu de restrictions par les autorités mandataires.

155Or, les problèmes laissés sans solutions s’aggravent durant les années 1930. L’avènement du nazisme en Allemagne, le durcissement de l’antisémitisme des pays d’Europe orientale, incitent de nombreux Juifs à émigrer et à chercher refuge en Palestine. Les Britanniques acceptent un accroissement sensible de l’immigration qui est multipliée par six entre 1932 et 1935 (soit 135 000 immigrants en trois ans). Mais cette augmentation de l’immigration venant après l'abandon du Livre blanc de 1930, la mise en échec par les sionistes d’un nouveau projet de conseil législatif entraîne une radicalisation du mouvement national arabe.

La révolte arabe

156C’est désormais contre la Grande-Bretagne, responsable de l’existence et du développement du Foyer National Juif, que se tourne de plus en plus le mécontentement arabe.

157Dans une « Déclaration à la Nation arabe », rédigée en 1931, l’Exécutif arabe de Palestine affirme :

  • 32 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Complexe, p. 84.

« Nous devons abandonner l’idée de faire confiance au gouvernement britannique pour sauvegarder notre existence nationale et économique parce que ce gouvernement est faible face aux forces des Juifs du monde. Laissons ce gouvernement flatter les Juifs autant qu’ils le désirent et cherchons de l’aide en nous-mêmes et dans le monde arabe et islamique »32.

158Mais ce raidissement ne doit pas cacher que les troubles de 1929 et ce qui s’en est suivi ont surtout comme effet d’aggraver les dissensions entre nationalistes arabes. Le début des années 30 est marqué par une dispersion des forces dont témoigne la formation de plusieurs partis liés souvent à une grande famille de notables ou à un clan local. Tandis que les Nashabishi fondent en 1934 un parti de la défense nationale, en 1935 un parti arabe palestinien se constitue autour des Husseini.

159Cet éparpillement encourage la contestation des notables et la dénonciation de leur impuissance par des forces politiques nouvelles issues des mouvements de jeunesse ou des nouvelles couches sociales instruites. C’est sous leur pression que l’Exécutif arabe organise à l’automne 1933 une série de grèves et de manifestations contre la puissance mandataire, faisant une vingtaine de morts à Jaffa. C’est encore sous la pression des éléments radicaux du mouvement national arabe que la priorité est donnée à la question foncière dans le combat politique. Des voix s’élèvent pour dénoncer la passivité des élites, voire leurs complaisances dans la vente des terres aux Juifs. Dans un journal de 1931 on peut lire ce texte :

  • 33 Ibid., p. 86.

« Nous vendons nos terres aux Juifs sans aucun remords. Les courtiers sont affairés joui et nuit à leur odieux commerce sans ressentir la moindre honte. Pendant ce temps, la nation est occupée à envoyer des protestations. Où allons-nous ? Si l’on considère la quantité de terres arabes transférées tous les jours entre des mains juives, on réalise que l’on sera obligé de quitter ce pays. Pour où ? Partirons nous pour l’Egypte, le Hedjaz ou la Syrie ? Comment y vivrons-nous puisque nous aurions vendu les terres de nos pères et de nos ancêtres à nos ennemis ? Personne ne pourrait témoigner de la pitié si nous devions quitter le pays parce que nous l’aurions perdu de nos propres mains »33.

160Ces protestations restent sans effet et cette impuissance encourage les partisans d’un recours à la violence armée. Des groupes d’activistes commencent à se former. Le mouvement le plus significatif se constitue en 1935 en Basse-Galilée autour du cheikh Ezzedine-Al-Kassem qui est tué au cours d’un affrontement avec les Britanniques. L’événement a un grand retentissement et encourage les tendances les plus radicales du mouvement palestinien. La tension grandissante depuis la fin de 1935 débouche sur une révolte de grande ampleur.

161Dans la deuxième quinzaine d’avril 1936, des heurts localisés entre Juifs et Arabes mettent le feu aux poudres. Tandis que les violences s’étendent à une grande partie du pays, un Comité national arabe créé à Naplouse lance le 20 avril un appel à la grève générale. Cette initiative locale est rapidement imitée. Dans les jours qui suivent des comités se forment dans les principales villes du pays, leur action est bientôt relayée par les partis politiques palestiniens qui participent à la constitution, le 25 avril 1936, d’un Comité suprême, connu plus tard sous le nom de Haut-Comité arabe et présidé par Amine-El-Husseini. Le mufti de Jérusalem n’apparaît pas comme l’initiateur du mouvement animé par les radicaux mais il s’efforce d’en prendre le contrôle.

162L’appel à la grève générale a une tonalité nettement anti-britannique. Le Haut-Comité arabe s’engage :

  • 34 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 216.

« à poursuivre la grève générale jusqu’à ce que le gouvernement britannique ait modifié sa politique actuelle de manière fondamentale, et le premier pas serait constitué par l’interruption de l’immigration juive »34.

163Le mouvement de grève, largement suivi, paralyse la Palestine. La population pratique la désobéissance civile (non-paiement des impôts). La grève générale s’accompagne de nombreuses violences qui lui donnent peu à peu un caractère insurrectionnel : sabotages, agressions contre les Juifs, affrontements armés avec les forces de l’ordre. En août 1936, des volontaires venant des autres pays arabes, sous le commandement de Fawzi-Al-Qawuqji, viennent se joindre aux activistes palestiniens.

164Les autorités britanniques organisent la riposte tout en recherchant une issue négociée à la crise avec le soutien de plusieurs gouvernements arabes (Irak, Transjordanie, Arabie Saoudite) qui se posent en médiateurs :

  • 35 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 90.

« Nous avons été profondément affligés par l’état de choses actuel en Palestine... Nous vous demandons de vous décider en faveur de la paix pour éviter que continue l’effusion de sang. Nous comptons sur la bonne volonté de notre amie la Grande-Bretagne qui s’est déclarée prête à rendre justice »35.

165Tandis que le Haut-Comité arabe décide d’arrêter le mouvement, la Grande-Bretagne infléchit sa politique.

166L’administration britannique impose des limitations très strictes à l’immigration qui diminue fortement à partir de 1936. Un commission royale d’enquête dirigée par Lord Peel est envoyée en Palestine. L’enquête de la commission dure plusieurs mois, ramenant un calme relatif dans le pays. Juifs et Arabes sont invités à exposer leur point de vue.

167Les dirigeants sionistes adoptent un profil bas. Mesurant mieux la force du nationalisme arabe antisioniste, ils s’efforcent d’en tenir compte dans la formulation de leurs objectifs. Ils affirment que leur but n’est pas de transformer la Palestine en un Etat juif et se déclarent prêts à accepter le principe de parité entre les deux peuples juif et arabe dans les futures instances étatiques palestiniennes, afin qu’aucun de ces deux peuples ne puisse dominer l’autre.

168Du côté arabe, les doléances, exposées par le mufti de Jérusalem Amine-El-Husseini, sont plus marquées. Les Arabes déplorent qu'après avoir lutté aux côtés des Alliés contre les Turcs, ils aient été soumis à un statut colonial. Ils estiment que le mandat est en contradiction avec le pacte de la S.D.N., protestent contre l’activité de l’Agence juive et rappellent leurs revendications :

« La déclaration Balfour... comporte deux faits que la pratique a prouvé être contradictoires... Les deux objectifs concernent à la fois la construction d’un Foyer National Juif et la préservation « des droits » et de la « position » des Arabes ; ils sont parfaitement contradictoires, car la conséquence immédiate et naturelle de la construction de ce Foyer est la perte des « droits » et de la « position » dont disposaient les Arabes.
Le gouvernement britannique... a ainsi fait de ce pays saint une région de troubles sanglants...
Un traitement franc et profond de la situation exige :

  1. de revenir sur le projet de construction d’un Foyer National Juif...

  2. d’arrêter définitivement et immédiatement l’immigration juive ;

  3. d’arrêter le transfert des terres arabes aux Juifs immédiatement et de façon définitive ;

    • 36 Texte cité par Elias Sanbar dans « Les Palestiniens dans le siècle », Gallimard, p. 140.

    de résoudre la question de Palestine sur les mêmes bases que celles d’Irak, de Syrie et du Liban et cela en mettant fin au Mandat et en concluant un traité entre la Grande-Bretagne et la Palestine aux termes duquel serait formé un gouvernement national indépendant...représentant toutes les composantes nationales... »36.

169Le mufti ne cache pas qu’une Palestine indépendante ne pourrait assimiler l’ensemble de la population juive déjà présente.

170Le rapport de la commission Peel est publié le 7 juillet 1937. Les auteurs se déclarent convaincus de l’impossibilité de faire coexister Arabes et Juifs dans une même entité nationale :

  • 37 Texte cité dans « Le dossier Palestine », de la Ligue internationale pour le droit et la libération (...)

« L’établissement d’un gouvernement unique et autonome en Palestine demeurera aussi impraticable demain qu’il l’est aujourd’hui... Manifestement le problème ne peut être résolu en donnant soit aux Arabes soit aux Juifs tout ce qu'ils veulent. La réponse à la question : lesquels gouverneront finalement la Palestine ? doit très certainement être : « Ni l’un, ni l’autre » [...] Le partage semble au moins offrir une chance de paix. Aucun autre plan ne nous paraît le faire »37.

171La commission se prononce pour le partage de la Palestine en :

  • un Etat juif comprenant la Galilée et une partie de la plaine côtière (soit 1/4 de la superficie du pays) ;

  • un Etat arabe comprenant le reste du pays à l’exception d’un corridor allant de Jérusalem à la mer qui resterait sous mandat britannique. L’Etat arabe serait appelé à fusionner avec la Transjordanie.

Plan de partage de la commission Peel 1937

Plan de partage de la commission Peel 1937

172Des transferts de population sont prévus. On envisage notamment les moyens d’organiser le déplacement de l’importante population arabe résidant sur le territoire de l’Etat juif projeté vers l’Etat arabe à créer.

173Les Arabes sont unanimes à s’opposer au plan de partage. Quant aux sionistes, ils sont divisés. Les sionistes révisionnistes qui réclament la totalité de la Palestine et de la Transjordanie y sont hostiles. Les sionistes modérés acceptent le principe de la partition comme une étape dans la réalisation de leurs objectifs. C’est ce qu’explique très clairement Ben Gourion au début d’août 1937 :

  • 38 Texte cité dans le no 14 (nouvelle série) de la Revue d’études palestiniennes, Hiver 1998, p. 22.

« L'Etat juif que la commission [Peel] nous propose, même avec toutes les rectifications et améliorations imaginables, ne coïncide pas avec les buts du sionisme, car la question juive ne peut être résolue dans un tel territoire. Mais un tel Etat peut constituer une étape décisive dans l'accomplissement des buts finaux du sionisme. Il se formera dans ce pays, pendant un temps, une force juive concrète qui nous conduira vers la terre de notre désir historique »38.

174La divulgation du plan de partage entraîne une relance de l’agitation en Palestine, qui est de nouveau le théâtre de troubles très graves.

175L’insurrection reprend à partir de l’automne de 1937 sous la forme d’une guérilla qui s’étend à une grande partie du pays. Les groupements armés, d’origine paysanne, qui avaient déjà fait leur apparition en 1936, se multiplient. Les rebelles s’en prennent aux voies de communication, font dérailler des trains, coupent les lignes téléphoniques et sabotent à plusieurs reprises le pipe-line qui achemine vers la Méditerranée (à Haifa) le pétrole d’Irak. Ils attaquent les convois britanniques et donnent l’assaut aux implantations juives. Les Arabes qui ne se rallient pas à la révolte sont inquiétés. C’est le cas par exemple de Chrétiens arabes qui se voient reprocher leur passivité et sont parfois victimes d’actions violentes. Les insurgés parviennent à prendre momentanément le contrôle de nombreuses régions (Galilée, région d’Hébron et de Gaza) et à s’infiltrer jusque dans les villes, notamment à Jérusalem. L’insurrection atteint son apogée au cours de l’été 1938.

176Les Britanniques répliquent par une répression extrêmement brutale. La loi martiale est décrétée. Il n’est plus question désormais de ménager la classe politique palestinienne. Le Haut-Comité arabe est dissous. Toutes les organisations politiques arabes sont interdites et leurs dirigeants sont arrêtés. Cependant le mufti de Jérusalem parvient à s’échapper. Il se réfugie à Beyrouth, puis à Damas d’où il continue à diriger la guérilla.

177Les autorités britanniques s’efforcent d’exploiter les divisions existant au sein de la société palestinienne. Certains membres de l’opposition au mufti Amine-El-Husseini n’hésitent pas à collaborer avec l’autorité militaire anglaise. La révolte nationaliste menace de dégénérer en guerre civile, voire en guerre sociale contre les possédants. Une coopération discrète s’esquisse entre Britanniques et sionistes. Une police auxiliaire est recrutée dans la population juive. La force aimée sioniste, la Haganah, se développe librement, tandis que l’organisation paramilitaire des révisionnistes, l’Irgoun, s'engage en 1938 dans le terrorisme anti-arabe.

178Ayant reçu d'importants renforts, les forces britanniques qui comptent plus de 20 000 hommes entreprennent, à partir d’octobre 1938, une véritable reconquête militaire de la Palestine. Les opérations terrestres s’accompagnent du bombardement des villages insurgés par l’aviation. La répression qui vise à anéantir les bandes rebelles frappe aussi durement la population civile. L’arsenal des mesures répressives est très étendu : couvre-feu, amendes collectives, dynamitage des maisons des suspects ou de leurs parents, arrestations massives et internements dans des camps de détention. Les cours martiales prononcent un grand nombre de condamnations à mort, dont beaucoup sont exécutées. A la fin de 1938, la révolte arabe commence à refluer, mais l’ordre n’est complètement rétabli qu’à l’été 1939. Le bilan est très lourd : environ 7 000 morts et blessés, dont 3 800 Arabes, 2 500 Juifs et 600 Anglais.

179Les années 1920-30 avaient vu se développer une vie politique active chez les Arabes de Palestine soucieux d’exprimer à la fois leurs aspirations à se gouverner eux-mêmes face à l’autorité britannique et leur refus du sionisme. C’est surtout contre ce dernier qu’a émergé un fait national palestinien autonome, inconnu avant 1914. Ce mouvement national palestinien est complètement disloqué par la répression anglaise et mettra longtemps à s’en remettre. La défense de la cause palestinienne devient tributaire de la politique des Etats arabes voisins. Elle le restera pendant environ un quart de siècle.

180Tout en écrasant la révolte arabe, la Grande-Bretagne modifie radicalement sa politique en Palestine. Les Anglais sont désormais convaincus de l’impossibilité de faire accepter un Etat juif par les Arabes. Mais surtout ils tiennent compte de l’impact des événements sur le reste du monde arabe.

181Une conférence panarabe pour la défense de la Palestine s’est réunie en Syrie en septembre 1937. Les déclarations qui y ont été faites ont constitué pour Londres un véritable avertissement :

  • 39 Texte cité par A. Gresh et D. Vidal dans « Palestine 47. Un partage avorté », Complexe, p. 56.

« La Grande-Bretagne doit changer sa politique en Palestine, ou nous serons libres de nous ranger aux côtés d’autres puissances européennes dont les politiques lui sont contraires »39.

  • 40 Les Protocoles des Sages de Sion sont un des principaux ouvrages de la littérature antisémite conte (...)

182L’avertissement est pris d’autant plus au sérieux que la révolte arabe dirigée à la fois contre le colonialisme anglais et le sionisme juif a bénéficié de l’appui des puissances fascistes. Dès le début des années 30, la propagande nazie s’est développée dans les pays arabes où les thèses anti-juives connaissent un réel succès avec la diffusion de la traduction en arabe de Mein Kampf et des Protocoles des Sages de Sion40.

183Durant la révolte, on a pu voir en Palestine des drapeaux allemands et italiens déployés voisinant avec des portraits d’Hitler et de Mussolini. Des contacts semblent avoir été établis entre les Allemands et certains chefs religieux musulmans. Ces faits préfigurent les dérives qui seront constatées durant la Deuxième Guerre mondiale.

184Or, à partir de 1938, la situation internationale se dégrade rapidement du fait de la politique hitlérienne de coups de force et des risques de guerre qui en résultent. La Grande-Bretagne a donc besoin d’assurer ses arrières au Proche-Orient. En toutes circonstances, il lui faut garantir la sécurité de la route des Indes, du Canal de Suez et du pipe-line d'Haïfa. Pour cela, Londres doit convaincre les Etats arabes de respecter les engagements contenus dans les traités d’amitié et de défenses mutuelles qu’ils ont conclus avec elle (Irak, Egypte) ou de garder une neutralité bienveillante (Arabie). En 1939, les préoccupations britanniques n’ont pas changé depuis la Première Guerre mondiale mais conduisent à mener une autre politique qu’en 1917.

185Pour donner des gages de bonne volonté à ses alliés arabes, la Grande-Bretagne se montre donc disposée à réviser sa politique palestinienne. Au début de février 1939 une table ronde est convoquée à Londres avec les représentants de l’Agence juive, des Arabes de Palestine, et des Etats arabes voisins. Il s’agit en fait d’une série de réunions bilatérales entre les Anglais et chacune des parties en présence, qui ne donne aucun résultat. Les Britanniques ne s’attardent pas à chercher un impossible compromis. Pressé de stabiliser la situation en Palestine, le gouvernement de Londres impose sa volonté en publiant le 17 mai 1939, un nouveau Libre blanc.

186Ce document comporte trois parties :

  • la première écarte la perspective d’un Etat juif et annonce la mise en place d’un Etat palestinien indépendant dans un délai de dix ans, au terme d’une période de transition pendant laquelle la population tant arabe que juive devrait « recevoir une part croissance dans le gouvernement de son pays » ;

  • les deuxième et troisième parties limitent strictement l’immigration et la vente des terres. Pendant une période de cinq ans, 75 000 Juifs seront autorisés à s’établir en Palestine. Ensuite la poursuite de l’immigration juive sera subordonnée à l’accord des Arabes.

187Le Haut-Commissaire britannique reçoit le pouvoir de réglementer la vente des terres. Cette disposition est précisée par une ordonnance de février 1940 qui divise la Palestine en trois zones : une zone dans laquelle les ventes de terres sont libres (5 % du territoire), une zone dans laquelle les ventes sont contrôlées (31,5 %) et une zone enfin où elles sont interdites.

Le livre blanc de 1939
I. Constitution

[...] Il a été avancé que l'expression foyer national pour le peuple juif offrait la perspective d'une Palestine devenue progressivement un Etat ou un commonwealth juif. Le gouvernement de Sa Majesté n’entend pas mettre en cause le point de vue – exprimé par la Commission royale – des chefs sionistes lors de la déclaration Balfour, selon lequel ils estimaient que les termes de la déclaration n'excluaient pas un Etat juif ultimement. Mais, en accord avec la Commission royale, le gouvernement de Sa Majesté est convaincu qu'intégrée au cadre du mandat comme elle l'a été, la déclaration Balfour ne pouvait en aucune façon signifier que la Palestine serait transformée en un Etat juif, contre la volonté de la population arabe du pays.
[...] Le gouvernement de Sa Majesté déclare aujourd'hui sans équivoque qu'il n'est nullement dans ses intentions de transformer la Palestine en un Etat juif. Il considérerait comme une chose contraire à ses obligations envers les Arabes placés sous son mandat, et contraire aux assurances fournies précédemment aux Arabes, que la population arabe de Palestine doive devenir, contre sa volonté, les sujets d'un Etat juif.
[...] Il serait contraire à tout l'esprit du système des mandats que la population de Palestine demeure indéfiniment sous tutelle mandataire, aussi convient-il que les habitants du pays jouissent dès que possible du droit de se gouverner eux-mêmes, droit qu'exercent déjà les habitants des pays voisins. Le gouvernement de Sa Majesté ne peut présentement prévoir la forme constitutionnelle exacte que prendra le gouvernement en Palestine, mais son objectif est le self-government, et son désir est de voir s'établir finalement un Etat de Palestine indépendant. Ce devra être un Etat dans lequel les Arabes et les Juifs partageront l'autorité dans le gouvernement de telle manière que les intérêts essentiels de chacun soient sauvegardés.
II. Immigration
[...] Encore qu'il ne soit pas difficile de montrer que la masse des immigrants juifs admis jusqu'à présent a été économiquement intégrée, la crainte qu'ont les Arabes que ce flot se poursuive indéfiniment jusqu'à ce que la population juive soit à même de les dominer a provoqué des conséquences extrêmement graves pour les Juifs et les Arabes et pour la paix et la prospérité de la Palestine. Les troubles regrettables des trois années écoulées ne sont que la plus récente et la plus persistante manifestation de cette grave appréhension arabe. Les méthodes utilisées par les terroristes arabes contre des frères arabes et contre des Juifs méritent la plus sévère condamnation. Mais on ne peut nier que la peur d'une immigration juive indéfinie est largement répandue dans les rangs de la population arabe et que cette peur a rendu possibles ces troubles. [...]
En conséquence, l'immigration sera maintenue au cours des cinq prochaines années pour autant que la capacité économique d'absorption du pays le permettra, à un taux qui portera la population juive à environ le tiers de la population totale. [...] Au terme de la période de cinq ans, aucune immigration juive ne sera plus autorisée, à moins que les Arabes de Palestine ne soient disposés à y consentir. [...]
III. La terre

[...] les rapports de plusieurs commissions d'experts ont indiqué que, compte tenu de la croissance naturelle de la population arabe et de l'importance des ventes de terres arabes aux Juifs, en certains endroits il ne reste plus assez de place pour de nouveaux transferts de terres arabes, tandis qu'en d'autres endroits ces transferts doivent être limités pour que les cultivateurs arabes puissent garder leur niveau de vie actuel et que ne soit pas créée prochainement une importante population arabe sans terre. Dans ces circonstances, le haut-commissaire recevra tous les pouvoirs pour prohiber et réglementer les transferts de terres. [...]
Source : Le Mouvement national palestinien. Olivier Carré, Collection Archives, pp. 76-79.

188La signification du Mandat britannique se trouve complètement inversée. On a pu parler de déclaration Balfour à l’envers : la majorité arabe se voit offrir, à terme, le pouvoir en Palestine, à charge pour elle de préserver les droits de la minorité juive. Les décisions britanniques sont bien accueillies par certains dirigeants arabes modérés, notamment ceux des Etats voisins de la Palestine, mais rejetées par le mufti Amine-El-Husseini et ses partisans qui refusent tout compromis. Du côté juif, le rejet est total. Les dirigeants sionistes prônent la résistance, et certains décident même d’engager le combat contre la puissance mandataire. L’association entre le sionisme et les Britanniques est désormais rompue.

189Mais le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale le 1er septembre 1939 vient bouleverser la situation.

4 – La Palestine dans la deuxième guerre mondiale

190La guerre a comme effet de geler provisoirement la question de Palestine.

191Comme prévu, la situation géographique du Moyen-Orient lui donne une place essentielle dans la stratégie de la Grande-Bretagne, dont les positions sont un temps ébranlées par l’avance des forces de l’Axe et le révolte de l’Irak. La Palestine, qui sert de base de départ à des opérations en Irak et en Syrie, prend une part active au conflit.

192Quand les hostilités s’éloignent du Proche-Orient, du fait des victoires alliées, le problème de l’avenir politique de la Palestine revient en force, réveillant l’antagonisme des nationalismes rivaux. Mais les données du problème ont sensiblement évolué. La guerre accélère le processus d’émancipation politique d’un monde arabe, resté fidèle dans l’ensemble à l’alliance anglaise, malgré certaines défaillances. Et puis surtout la révélation du génocide perpétré par le IIIe Reich contre les Juifs conduit les dirigeants sionistes à radicaliser leur position, en revendiquant ouvertement la création d’un Etat juif indépendant.

193Durant le deuxième conflit mondial, on observe un contraste saisissant dans l’attitude des deux communautés qui composent la population de la Palestine.

  • 41 Henry Laurens « L'Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945 », A. Colin, pp. 342-346.

194Après trois ans d’insurrection et de répression, les Arabes palestiniens s’abstiennent de toute agitation durant les années de guerre. Ils restent sourds, en particulier, aux appels à la révolte lancés par le mufti Amine-El-Husseini. Celui-ci, après avoir participé à un soulèvement anti-britannique en Irak, s’est réfugié en Allemagne où il cherche à obtenir le soutien d'Hitler à la cause de l’indépendance arabe. Il parvient à rencontrer le Führer à la fin de novembre 1941. On trouvera dans l’ouvrage d’Henri Laurens « L’Orient arabe »41 le compte-rendu intégral, effectué par l’interprète allemand, de cette rencontre qui reste sans lendemain.

195Malgré le peu d’empressement d’Hitler à se prononcer en faveur de l’indépendance arabe, le mufti n’hésite pas à se livrer depuis l’Allemagne à une active propagande en direction du monde arabe et musulman, axée sur la question juive, comme le montre ce texte de novembre 1942 :

  • 42 Texte cité par Bernard Lewis dans « Sémites et antisémites ». Presses Pocket, p. 199.

« Dans ce conflit, la nation arabe ne peut connaître ni la paix, ni la neutralité. Elle s’est engagée seule dans le plus dur combat contre les ambitions judéo-britanniques et cette guerre n’est que la continuation du combat ininterrompu qu’elle mène depuis vingt ans. Aujourd’hui le monde arabe a pour alliés les puissants ennemis de son ennemi. Pour lui l’issue de cette guerre est vitale. Si... l’Angleterre devait sortir victorieuse, les Juifs domineraient le monde... En revanche si l’Angleterre et ses alliés sont vaincus, la question juive sera définitivement résolue... »42.

196En dépit des appels du mufti, les Arabes palestiniens refusent de se soulever contre les Britanniques. Leur manque de réactions laisse le champ libre aux manœuvres des dirigeants des Etats arabes voisins, qui s’intéressent au sort de la Palestine et l’intègrent, comme on le verra, dans leurs projets pour l’après-guerre.

197Si la population arabe reste calme, les Juifs de Palestine déploient au contraire une activité fébrile. Leur attitude à l’égard des Britanniques est ambivalente. Elle est bien résumée par une formule de Ben Gourion qui déclare le 1er septembre 1939 :

  • 43 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 97.

« Nous devons aider les Anglais dans leur guerre (contre Hitler) comme s’il n’y avait pas le Livre blanc et nous devons combattre le Livre blanc comme s’il n’y avait pas la guerre »43.

198Dans la pratique cela signifie deux choses :

  • d’abord la cessation de tout acte d’hostilité à l’égard de la présence britannique en Palestine et la participation à l’effort de guerre anglais.

199Une trêve est décidée, que même l’Irgoun s’engage à respecter. Seule une fraction extrémiste refuse de se soumettre et se sépare de l’Irgoun en septembre 1940 pour former un groupe dissident sous la direction d’Abraham Stem. Le groupe Stem continue de s’en prendre aux Anglais. Stern ayant été tué par la police anglaise en 1942, ses compagnons se réorganisent sous le nom de LEHI (Lohamay Herout Israël, ou Combattants pour la liberté d’Israël).

200Le respect quasi-général de la trêve ouvre la voie à l’établissement d’une véritable collaboration militaire. Les Anglais coopèrent un temps avec la Haganah pour élaborer un plan de résistance en cas d’invasion directe du pays et permettent la création au sein de la milice juive d’unités de choc, le Palmach, dont les membres proviennent surtout des Kibboutz. L’armée anglaise, qui souffre d’une pénurie d’effectifs, recrute des volontaires en Palestine. Les Anglais auraient souhaité procéder à un recrutement équilibré entre les deux communautés juive et arabe. Mais une conscription officieuse ayant été instaurée par leurs autorités communautaires, les volontaires juifs sont beaucoup plus nombreux à s’engager. Environ 50 000 Juifs effectuent ainsi un service militaire, la moitié d’entre eux sont employés au maintien de l’ordre en Palestine, l'autre moitié servant dans l’armée proprement dite. En 1944, une brigade juive est créée et combat en Italie.

201En face de cette quasi-mobilisation, le nombre des volontaires arabes n’est que de 9 000 ; ils sont affectés à des unités non-combattantes. Le nombre relativement élevé de Juifs ayant acquis une expérience de la guerre moderne sera, en 1948, un élément décisif du rapport de forces entre les deux communautés.

  • parallèlement à cette collaboration militaire avec la Grande-Bretagne, les sionistes continuent à s’opposer au Livre blanc de 1939. La Haganah organise des réseaux d’immigration clandestine. Certaines des opérations ainsi menées réussissent, mais le plus souvent les bateaux affrétés par les organisations sionistes sont interceptés par les Anglais qui empêchent le débarquement des passagers, les internent dans des camps ou les déportent. Bien des drames jalonnent l'histoire de cette immigration illégale. Des navires, chargés de réfugiés, coulent en pleine mer.

202Tandis que le Yishouv, la communauté juive de Palestine, multiplie les initiatives, une évolution capitale se produit au sein du mouvement sioniste, dont les principaux dirigeants prennent position en faveur de la transformation du Foyer National Juif de Palestine en un véritable Etat. L’idée d’un Etat juif avait été acceptée implicitement en même temps que le principe du partage proposé par la Commission Peel en 1937. Les nouvelles en provenance de l’Europe occupée accélèrent l’évolution idéologique.

203La politique systématique de persécution menée par les nazis renforce la conviction que les Juifs ne seront en sécurité que dans un pays à eux, où ils pourront organiser leur défense. Le Foyer National ne suffit pas, un Etat juif souverain est nécessaire. Il faut insister sur le fait que c’est le sort infligé aux Juifs d’Europe qui a suscité une adhésion massive des communautés juives du monde entier à l’idée sioniste, restée jusqu’alors minoritaire.

204A la fin de 1941, une déclaration de Weizmann annonce la mutation du sionisme :

  • 44 Texte cité par Charles Zorgbibe dans « Terres trop promises », La Manufacture, p. 99.

« On doit dire clairement aux Arabes que les Juifs seront encouragés à s’établir en Palestine et contrôleront leur propre immigration. Qu’en Palestine les Juifs qui le désireront pourront être libres et se gouverner dans un Etat à eux, cessant d’être une minorité dépendante du bon vouloir des autres nations »44.

205Cette nouvelle orientation est officialisée lors d’une conférence des organisations sionistes américaines, tenue à l’hôtel Biltmore à New-York du 6 au 11 mai 1942. Le choix d’un tel lieu pour effectuer cette démarche est tout à fait significatif.

206C’est un tournant dans l’histoire du sionisme. Le mouvement sioniste n’a pu se développer et commencer à mettre en œuvre son projet d’établissement juif en Palestine que grâce au soutien de la Grande-Bretagne. Mais cette longue association a pris fin. La Grande-Bretagne est devenue un obstacle à la réalisation des objectifs du sionisme. C’est donc vers les Etats Unis que se tournent les dirigeants du mouvement. Ceux-ci ont compris assez rapidement que l’entrée des Etats-Unis dans la guerre allait leur permettre de jouer un rôle de premier plan, voire même prépondérant, dans les affaires mondiales.

207Or les Etats Unis abritent la plus importante communauté juive du monde, la plus puissante aussi. Le sort infligé aux communautés juives d’Europe ne peut que renforcer son influence et c’est aux organisations américaines qu’est confié le soin d'élaborer le nouveau programme sioniste. Le centre de gravité du sionisme se déplace donc vers les Etats-Unis et cette tendance ira en s’accentuant.

208Le programme de Biltmore se distingue par son style radical, son ton tranché inconnu des congrès précédents. La conférence demande instamment l’ouverture de la Palestine à l’immigration juive et prévoit explicitement de faire de la Palestine un Etat juif. Six mois plus tard, en novembre 1942, le programme de Biltmore est adopté par les instances dirigeantes de la communauté juive palestinienne (Conseil national et Agence juive) sous l’impulsion notamment de Ben Gourion dont le leadership s’affirme de plus en plus. Toutefois le programme de Biltmore ne fait pas l’unanimité parmi les sionistes. Une minorité, qui se recrute principalement dans l’aile gauche du courant socialiste, continue à marquer sa préférence pour la création d’un Etat binational.

Le programme de Biltmore (11 mai 1942)
1. Les sionistes américains réunis en Conférence extraordinaire réaffirment leur engagement sans équivoque à la cause de la liberté démocratique et de la justice internationale à laquelle le peuple des Etats-Unis, et ses alliés des Nations unies, se sont consacrés, et se déclarent confiants dans la victoire finale des valeurs humaines et de la justice sur le désordre et la force brutale.
2. Cette Conférence apporte un message d'espoir et un encouragement aux Juifs des ghettos et des camps de concentration dans l'Europe dominée par Hitler, et prie pour que l'heure de leur libération arrive prochainement.
3. Cette Conférence adresse ses chaleureuses félicitations au bureau exécutif de l'Agence juive à Jérusalem, au Conseil représentatif juif en Palestine, et à la communauté juive en Palestine, et exprime sa profonde admiration pour leur ténacité et leurs réalisations face au danger et aux grandes difficultés.
4. Au cours de notre génération, et en particulier pendant les vingt dernières années, le peuple juif a revitalisé et transformé son ancienne patrie ; de 50 000 à la fin de la dernière guerre, sa population est passée à plus de 500 000. Grâce à lui, les terres abandonnées sont devenues fécondes, et le désert fleurit. Ses réalisations de pionnier dans l'agriculture et dans l'industrie, concrétisant de nouvelles formes d'efforts coopératifs, ont écrit une page remarquable dans l'histoire de la colonisation.
5. Ses voisins arabes en Palestine ont partagé ces nouvelles valeurs. Le peuple juif dans sa propre œuvre de rédemption nationale fait bon accueil au développement économique, agricole et national des populations et des Etats arabes. La Conférence réaffirme sa position déjà adoptée aux congrès de l'Organisation sioniste mondiale, exprimant que le peuple juif est disposé et désireux de coopérer pleinement avec ses voisins arabes.
6. La Conférence demande l'accomplissement de l'objectif originel de la Déclaration Balfour et du Mandat qui, « en reconnaissant le lien historique du peuple juif avec la Palestine », devait lui accorder les moyens, ainsi que l'a déclaré le président Wilson, de fonder là-bas un Etat juif.
La Conférence affirme son rejet irrévocable du Livre Blanc de mai 1939 et lui dénie toute validité morale ou légale.
8. La Conférence déclare que le nouvel ordre mondial qui suivra la victoire ne pourra reposer sur la paix, la justice et l'égalité si la question des Juifs sans foyer n'est pas définitivement réglée.
La Conférence demande avec insistance que les portes de la Palestine soient ouvertes ; que l'Agence juive soit chargée du contrôle de l'immigration en Palestine et dispose de l'autorité nécessaire pour construire le pays, notamment pour développer les terres inhabitées et qui ne sont pas cultivées ; et que la Palestine soit organisée en un Etat juif intégré dans le nouveau monde démocratique.
Alors seulement toute l'injustice qui a été faite, au long des siècles, au peuple juif sera réparée.

209Pendant ce temps, en Palestine même, la Grande-Bretagne s’en tient à l’application du Livre blanc de 1939. Si aucun processus de dévolution des pouvoirs au profit des Palestiniens n’est enclenché, en revanche la législation réglementant les transferts fonciers est mise en œuvre et l’immigration juive est strictement limitée. A la fin de la période transitoire prévue par le Livre blanc, en 1944, deux-tiers seulement des 75 000 visas disponibles ont été effectivement accordés.

210L’administration anglaise cherche à détruire les filières de l’immigration clandestine organisée, on l’a vu, par la Haganah. La relative bienveillance, dont la milice juive a bénéficié dans les années 1941-42, prend fin en même temps que s’éloigne la menace militaire germano-italienne sur l’Egypte. L’activité de la Haganah redevient peu à peu clandestine. Elle se prépare en vue d’un éventuel affrontement (constitution de dépôts d’armes, entraînement des unités).

211En revanche les organisations paramilitaires des sionistes nationalistes n’entendent pas en rester là. Le groupe Stem n’avait jamais renoncé à la lutte armée. L'Irgoun, dirigé depuis 1943 par Menahem Begin, décide de rompre la trêve observée depuis 1940 et de reprendre le combat contre les Anglais. En janvier 1944, un appel à la révolte est lancé :

  • 45 Texte cité par Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine », Editions de la Baconnière, p. 38.

« Quatre années sont écoulées depuis le début de la Guerre mondiale et tous les espoirs qui avaient agité nos cœurs se sont évanouis sans laisser de traces. On ne nous a pas accordé le statut international... les portes du pays ont été fermées. Le régime britannique a honteusement trahi le peuple d’Israël et il n’y a plus aucune base morale pour justifier sa présence en Eretz d’Israël.
Il ne peut plus y avoir d’armistice entre le peuple juif et l’administration britannique qui livre nos frères à Hitler. Notre peuple est en guerre avec ce régime et le restera jusqu’au bout...
Nous combattrons. Le Dieu d’Israël nous aidera. Nous ne reculerons point : la liberté ou la mort »45.

212La force de ces organisations reste cependant limitée. Avec un millier de militants, elles effectuent des opérations plus symboliques que décisives. La plus spectaculaire est l’assassinat, en novembre 1944, du ministre résident britannique en Egypte. Ce meurtre, qui était de nature à compromettre les tractations diplomatiques en cours, conduit les dirigeants de la communauté juive à collaborer un temps à la répression britannique contre les terroristes juifs.

213L’avenir politique de la Palestine reste, à ce moment encore très incertain.

214Churchill, dans ses contacts avec les dirigeants sionistes (Weizmann notamment) laisse entendre que la Grande-Bretagne pourrait renouer avec l’idée d’un partage de la Palestine en deux Etats, mais il ne prend aucun engagement précis.

215Dans le même temps, les dirigeants britanniques se montrent attentifs aux préoccupations de leurs alliés arabes. L’aspiration à l’unité qui caractérisait le nationalisme arabe à la fin de la Première Guerre mondiale n’a pas disparu. Les projets d’unité arabe des princes de la famille Hachémite, qui ont échoué en 1919-20, refont surface. L’émir Abdallah de Transjordanie reparle de la création d’une Grande Syrie incorporant la Palestine.

216Le premier ministre d’Irak, Noury Saïd, envisage, lui, d’unifier l’ensemble des pays du Croissant fertile. Ces projets suscitent la méfiance des autres Etats arabes (Egypte, Arabie), qui leur préfèrent l’idée d’un regroupement plus large, sous la forme d’une association régionale d’Etats indépendants.

217C’est cette conception moins ambitieuse qui prévaut avec le soutien des Anglais. Une conférence préparatoire réunie à Alexandrie adopte le 7 octobre 1944 le principe de la création d’une Ligue arabe, qui est officiellement fondée le 22 mars 1945 par une seconde conférence qui se tient au Caire. Les textes élaborés lors de ces conférences comportent des passages consacrés à la Palestine : ils réaffirment l’appartenance de la Palestine au monde arabe, ainsi que son droit à devenir un Etat indépendant.

La Palestine dans les textes fondateurs de la LIGUE ARABE
Protocole d'Alexandrie (7 octobre 1944)
Résolution spéciale sur la Palestine

A. Le Comité considère que la Palestine représente une part importante du monde arabe et qu'il ne peut pas être porté atteinte aux droits des Arabes de Palestine sans préjudice à la paix et à la stabilité du monde arabe.
Le Comité considère également que les engagements du gouvernement britannique prévoyant l'arrêt de l'immigration juive, la conservation des terres arabes, et la réalisation de l'indépendance de la Palestine sont des droits arabes permanents dont l'application rapide constituerait une étape vers l'objectif désiré et vers la stabilisation de la paix et de la sécurité.
Le Comité proclame son soutien à la cause des Arabes de Palestine et sa volonté d'œuvrer à la réalisation de leur objectif légitime et à la sauvegarde de leurs justes droits.
Le Comité déclare également qu'il ne regrette pas moins que quiconque les malheurs qui ont été infligés aux Juifs d'Europe par les Etats dictatoriaux européens. Mais la question de ces Juifs ne devrait pas être confondue avec le sionisme, car il ne peut pas y avoir de plus grande injustice et agression que de régler le problème des Juifs d'Europe par une autre injustice, c'est-à-dire en commettant une injustice à l'égard des Arabes de Palestine de diverses religions et confessions.

Charte de la Ligue Arabe (22 mars 1945)
Annexe spéciale sur la Palestine

Depuis la fin de la dernière grande guerre, la suzeraineté de l'Empire ottoman a cessé de s'exercer sur les pays arabes qui en ont été détachés, y compris la Palestine qui est devenue indépendante, sujet d'aucun autre Etat. Le traité de Lausanne a établi que son avenir était entre les mains de ceux qui y vivaient et qui étaient directement concernés, et bien que la Palestine n'ai pas été en mesure de prendre le contrôle de ses propres affaires, c'est seulement sur la base de la reconnaissance de son indépendance que la Charte de la Société des Nations, en 1919, a ratifié le statut qu'elle lui a donné. Son existence et son indépendance nationale de jure est une question sur laquelle il n'y a pas de doute ; de même qu'il n'y a pas de doute sur l'indépendance des autres pays arabes. C'est pourquoi, bien que les manifestations extérieures de cette indépendance aient continué à être obscurcies par des circonstances prépondérantes, il n'est pas acceptable que ceci puisse constituer un obstacle à sa participation aux travaux du Conseil de la Ligue.
En conséquence, les Etats signataires de la Charle de la Ligue arabe considèrent que, au regard des circonstances particulières que connaît la Palestine, et jusqu'à ce que ce pays puisse exercer de facto son indépendance, le Conseil de la Ligue assumera la responsabilité de désigner un délégué arabe de la Palestine pour participer à ses travaux.
Source : Proche Orient, du refus à la paix. Les documents de référence, Hachette, pp. 61-70.

218A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la question de Palestine, restée sans solution, est un des principaux problèmes politiques auxquels se trouvent confrontées les puissances victorieuses du conflit.

Notes

1 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3000 ans d’histoire », Grasset, pp. 83-84.

2 Idem.

3 Texte cité par J.-P. Alem dans « La déclaration Balfour », Editions Complexe, p. 84.

4 Texte cité par J.-P. Alem dans « La déclaration Balfour », Editions Complexe, p. 112.

5 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 162.

6 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire », Grasset, p. 100.

7 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 397.

8 Ibid., p. 36.

9 Ibid., p. 366.

10 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël », France Empire, p. 229.

11 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 55.

12 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 33.

13 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire », Grasset, pp. 112-113.

14 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 186.

15 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », pp. 408-409.

16 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 413.

17 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 376.

18 Le texte complet du mandat pour la Palestine est reproduit par J.-P. Alem dans « La déclaration Balfour », Editions Complexe, pp. 134-139.

19 Idem.

20 Texte cité par Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien », Collection Archives, p. 54.

21 M. Harsgor et M. Stroun « Israël/Palestine. L’Histoire au-delà des mythes », Metropolis, p. 283.

22 Texte cité par Walter Laqueur dans « Histoire du sionisme », Tel Gallimard, tome 1, p. 357.

23 Texte cité par Lotfallah Soliman dans « Pour une histoire profane de la Palestine », La Découverte pp. 36-37.

24 Texte cité par A. Gresh et D. Vidal dans « Palestine 47. Un partage avorté », Complexe, pp. 78-79.

25 Texte cité par A. Barthélémy dans « Israéliens et Palestiniens », Chronique sociale, p. 53.

26 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 129.

27 Texte cité par Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 224.

28 Texte cité par J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d'histoire », Grasset, p. 131

29 Ibid., pp. 131-132.

30 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Complexe, p. 83.

31 Texte cité par, Henry Laurens dans « L’Orient arabe », A. Colin, p. 233.

32 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Complexe, p. 84.

33 Ibid., p. 86.

34 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 216.

35 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 90.

36 Texte cité par Elias Sanbar dans « Les Palestiniens dans le siècle », Gallimard, p. 140.

37 Texte cité dans « Le dossier Palestine », de la Ligue internationale pour le droit et la libération des peuples, pp. 41-43.

38 Texte cité dans le no 14 (nouvelle série) de la Revue d’études palestiniennes, Hiver 1998, p. 22.

39 Texte cité par A. Gresh et D. Vidal dans « Palestine 47. Un partage avorté », Complexe, p. 56.

40 Les Protocoles des Sages de Sion sont un des principaux ouvrages de la littérature antisémite contemporaine. Composé en Russie à la fin du XIXe siècle par un auteur lié à la police secrète du Tsar, il est publié en 1905. Cet ouvrage prétend démontrer l’existence d’une conférence des dirigeants du judaïsme mondial complotant en vue de dominer l’univers. C’est ainsi que s’est forgé le mythe du complot juif qui a fourni un thème majeur de propagande à l’antisémitisme radical du XXe siècle dont les Protocoles des Sages de Sion sont une des sources essentielles d’inspiration.

41 Henry Laurens « L'Orient arabe. Arabisme et islamisme de 1798 à 1945 », A. Colin, pp. 342-346.

42 Texte cité par Bernard Lewis dans « Sémites et antisémites ». Presses Pocket, p. 199.

43 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 97.

44 Texte cité par Charles Zorgbibe dans « Terres trop promises », La Manufacture, p. 99.

45 Texte cité par Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine », Editions de la Baconnière, p. 38.

Table des illustrations

Titre Selon l'échange de lettres entre Hussein et MacMahon (1915-1916)
Légende Aucune carte ne fut jointe à cette correspondance.
Crédits La carte ci-contre est seulement une illustration empruntée à Olivier Carré dans « Le mouvement national palestinien ». Coll. Archives, p. 28.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Les accords Sykes-Picot (avril 1916)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Les opérations militaires au levant (1917-1918)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Proche-Orient : des Accords secrets aux Traités de paix
Légende Correspondance Hussein-MacMahon 1915-1916
Crédits Source : Le mouvement national palestinien. O. Carré. Coll. Archives, p. 28.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Accords Sykes-Picot
Crédits Source : Turbulente Europe et mondes nouveaux. R. Girault et R. Frank. A. Colin, p. 30.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Situation en 1923 (Traité de Lausanne)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre La Grande-Bretagne et l'extension du foyer national juif
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Tableau de l'immigration juive en Palestine Entrées annuelles
Crédits Graphique réalisé à partir du tableau statistique publié par Henry Laurens dans « Le grand jeu ». A. Colin, p. 63.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre La colonisation juive en Palestine du Mandat au Plan de partage
Légende Graphiques de l’accroissement de la population et des terres juives en Palestine de 1922 à 1947 (terres en dounams).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Acquisition de terres par les Juifs (1881-1948)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Plan de partage de la commission Peel 1937
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48746/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search