Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

Naissance du Sionisme et du nationalisme arabe

Texte intégral

1L’un des grands courants de l’histoire du XIXe siècle est le mouvement des nationalités.

2Il conduit de nombreux peuples dominés à affirmer leur personnalité nationale fondée éventuellement sur leur particularisme ethnique, et surtout sur leur histoire et leur culture (langue, religion). Cette affirmation débouche inévitablement sur la revendication du droit à former une entité politique autonome ou indépendante.

3Ce mouvement des nationalités, qui s’est manifesté avec force en Europe, atteint, quoique plus tardivement (fin du XIXe siècle) le Proche-Orient. L’Empire Ottoman, vaste conglomérat de peuples soumis à la domination turque, est travaillé lui aussi par les forces du nationalisme, y compris dans sa partie asiatique.

4La Palestine est concernée à un double titre par ce phénomène :

  • elle est au cœur du projet qui se forme dans une partie des communautés juives d’Europe de reconstituer une nation juive indépendante, qui dispose d’un territoire qui lui soit propre. Les promoteurs de ce projet n’envisagent, pour la plupart d’entre eux, sa réalisation que sur la Terre qui a vu naître le peuple d’Israël et le judaïsme ;

  • elle est partie prenante d’un mouvement de réveil national qui gagne les élites des territoires arabes de l’Empire Ottoman. Il n’y a pas à l’origine de nationalisme arabe spécifiquement palestinien. Pour les nationalistes arabes, la Palestine n’est qu’une composante de la nation arabe qu’ils ambitionnent de constituer et dont les limites envisagées restent relativement floues.

5Il y a là à l’évidence des aspirations contradictoires entre ceux qui rêvent d’une Terre à laquelle les rattache toute leur culture mais qu’ils ne possèdent pas, et ceux qui résident sur cette même Terre et n’imaginent pas qu’ils puissent en être dépossédés par l’action d’éléments venus de l’extérieur.

6Aux effets déstabilisateurs du nationalisme, vient s’ajouter le jeu des grandes puissances européennes qui, on l’a vu, n’ont cessé, au cours du XIXe siècle, de développer leur influence à l’intérieur de l’Empire Ottoman. L’affaiblissement continu de cet Etat, devenu « l’homme malade de l’Europe », aiguise leurs convoitises.

7A la fin du XIXe et au début du XXe siècle, c’est à une mise en tutelle, voire à un démembrement du vieil Empire qu’elles songent de plus en plus. L’importance des enjeux est bien exprimée, dès 1905, dans un ouvrage publié à Paris, par le palestinien chrétien Negib Azoury, « Le réveil de la nation arabe dans l’Asie turque » :

  • 1 Texte cité par Charles Zorobibe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 44.

« Deux phénomènes importants, de même nature et pourtant opposés, qui n’ont encore attiré l’attention de personne, se manifestent en ce moment dans la Turquie d’Asie : ce sont le réveil de la nation arabe et l’effort latent des Juifs pour reconstituer sur une très large échelle l’ancienne monarchie d’Israël. Les deux mouvements sont destinés à se combattre continuellement jusqu’à ce que l’un d’eux l’emporte sur l’autre. Du résultat final de cette lutte entre ces deux peuples, représentant deux principes contraires, dépendra le sort du monde entier. Ce n’est pas la première fois, du reste, que les intérêts de l’Europe dans la Méditerranée sont agités dans les pays arabes ; car ce territoire qui met en communication trois continents et trois mers a été, à des époques différentes, la scène où se sont déroulés des événements politiques ou religieux qui ont renversé le cours des destinées de l’Univers »1.

1 – La Genèse du Sionisme

8Le mot sionisme a été forgé à la fin du XIXe siècle.

9La première définition connue date de 1892 ; elle est due à Nathan Birnbaum, journaliste et chef de file d’un groupe d’étudiants juifs nationalistes :

  • 2 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique ». Collection Archives, pp. 65- (...)

« Le sionisme dérive du mot Sion. Depuis des temps reculés, Sion est le nom d’une colline de Jérusalem ; c’est aussi la désignation poétique de Jérusalem. Parce que cette cité a été le centre le l’Etat juif, ce nom a servi aussi à désigner les contrées juives de Palestine. Après la destruction par Rome de l’indépendance juive, le mot Sion a symbolisé l’aspiration nationale à la rédemption, il a incarné l’espoir d’une régénération nationale. Le retour à Sion est devenu l’idéal du peuple juif, au long de deux mille ans d’exil et de tribulations. Cet idéal est à la base du sionisme »2.

10Ce texte définit, en quelques mots, ce qu’est le projet sioniste qui est inspiré, on le verra, par des intellectuels laïcs et pas toujours croyants.

11Mais si le sionisme est un mouvement laïc, il prend appui sur le sentiment, profondément ancré dans le peuple juif, d’attachement à Jérusalem et à la Terre Sainte qui, lui, est d’essence religieuse. La religion juive telle qu’elle n’a cessé d’être pratiquée fait constamment référence à la Terre promise. Aussi bien les fêtes religieuses que les prières rappellent aux Juifs pratiquants le souvenir de la Terre accordée par Dieu au peuple élu.

12Cet attachement s’exprime notamment par une formule inlassablement répétée aux fêtes de Pâques et du Nouvel An :

« L’an prochain à Jérusalem et dans la Jérusalem reconstruite ».

13Il ne s’agit pas là seulement d’une formule rituelle. Elle exprime une nostalgie de Sion (donc de Jérusalem) et une volonté de retour fondée d’ailleurs sur un commandement (une mitzva) qui fait de l’« aliya » la montée vers la Terre Sainte, une obligation pour tout fidèle du judaïsme. Et de fait, à toutes les époques, il s’est trouvé des individus ou des communautés pour mettre en application ce commandement.

Le messianisme

14Les mouvements de « montée en Israël » sont en général liés à une résurgence du messianisme (attente d’un messie libérateur) qui se nourrit de la lecture de l’Ecriture et notamment de certains passages des livres prophétiques.

15Citons à titre d’exemples :

16le prophète Ezéchiel :

« Ainsi parle le Seigneur Yahvé. Je vous rassemblerai du milieu des peuples, je vous réunirai de tous les pays où vous avez été dispersés et je vous donnerai la terre d’Israël » (XI-17)

17ou encore le prophète Jérémie :

« Je ramènerai vos captifs et vous rassemblerai de toutes les nations et de tous les lieux où je vous ai relégués. Je vous ramènerai en ce lieu d’où je vous ai exilés » (XXIX-14).

18Les mouvements correspondent à des périodes de crise ou de bouleversements qui affectent les communautés juives. Après les soulèvements des Ier et IIe siècles contre Rome, on peut encore mentionner le VIIe siècle marqué par la conquête islamique, les XIe-XIIe siècles qui sont le temps des Croisades, le XVe siècle qui s’achève avec l’expulsion des Juifs d’Espagne, ou le XVIIe siècle marqué lui par des persécutions antijuives en Pologne et en Ukraine.

19A chaque fois, l’effervescence qui gagne une part plus ou moins grande des communautés juives se manifeste, soit par l’annonce de la venue prochaine du messie, soit même par le surgissement de personnages qui tentent de se faire reconnaître comme messie. Dans ce climat, certains fidèles décident d’aller s’établir en Palestine.

20On ne fera pas ici une étude détaillée de ce phénomène (on peut se reporter sur ce point à l’ouvrage de Paul Giniewski « Préhistoire de l’Etat d’Israël », Edition France Empire). On ne retiendra qu’un seul exemple, sans doute un des plus significatifs, qui se situe au XVIIe siècle : un Juif originaire de Smyme, Sabbatai Zevi, venu à Jérusalem en 1662 pour étudier, se proclame messie et est reconnu comme tel par de nombreux rabbins et fidèles. Une effervescence spirituelle s’empare d’un grand nombre de communautés juives d’Europe et du Moyen-Orient.

21Voici un extrait d’un mémoire rédigé sur ce sujet par un membre de l’ambassade de France à Istanbul :

  • 3 Texte cité par Bemhard Blumenkranz dans « Histoire de l’Etat d’Israël ». Privat,. p. 27.

« ... Les Juifs de Palestine ne doutèrent plus que celui que leurs pères avaient tant souhaité et qu’ils n’avaient point vu était arrivé, qu’il paraissait enfin dans leurs jours, et que le peuple choisi par Dieu allait être réuni dans cette terre de bénédictions dont il était exilé et banni depuis tant de siècles. Le bruit de cette nouvelle se communique bientôt aux provinces voisines, et peu de temps après, elle s’étendit jusqu’aux plus éloignés... »3.

22Arrêté sur l’ordre du sultan, le pseudo-messie se convertit à l’Islam pour échapper à la mort, mais le mouvement qu’il a suscité ne retombe que lentement. Certains de ses adeptes gagnent la Terre Sainte. C’est le cas notamment d’un millier de Juifs d’Europe centrale qui arrivent à Jérusalem en 1700.

23Ces retours vers la Palestine, qui maintiennent un lien physique entre le peuple juif et la Terre Sainte, ont tous un point commun : ils sont le fait de groupes peu nombreux. Ils ne résultent pas de projets plus vastes de réinstallation de tout ou partie du peuple juif en Palestine.

24Une seule tentative de cette nature peut être citée : celle de Joseph Nassi, juif émigré d’Espagne dans la deuxième moitié du XVIe siècle. Ayant gagné la faveur du sultan, il s’était fait attribuer la concession de Tibériade et d’un territoire autour de la cité. Il fit reconstruire la ville et tenta d’en faire un centre d’artisanat. Il s’efforça d’y attirer les familles juives dispersées dans le pays, puis fit appel aux artisans juifs des Etats du Pape. Il fut sans doute le premiers envisager la restauration d’Israël, non par la prière et l’appel à la providence divine, mais par la voie du travail manuel. Mais son projet fut abandonné après sa mort. En fait bien des Juifs vivant en Palestine considéraient comme profanatrice toute activité autre que l’étude de la Torah. Pour subsister, ils envoyaient tous les ans dans la diaspora des « émissaires du Miséricordieux » pour y recueillir les sommes nécessaires à la survie des villes saintes de Palestine.

25En fait, l’attachement à Sion a longtemps été, pour les communautés juives, de nature spirituelle. Le retour à la Terre Promise ne pouvait être que l’œuvre de Dieu, ainsi que le montrent les textes prophétiques cités ci-dessus, et il était impie de prétendre se substituer à Lui. Leur espérance est de type eschatologique, c’est-à-dire en relation avec la fin des temps. Les autorités religieuses juives sont longtemps restées hostiles à toute idée d’immigration massive en Terre Sainte. Leur principal souci était le maintien de la cohésion des communautés par la fidélité à la Loi.

Les précurseurs non-Juifs du Sionisme

26En réalité l’idée d’une restauration politique juive en Palestine a d’abord germé hors du monde juif. Ce sont principalement des intellectuels protestants qui sont les auteurs de diverses propositions. Bien des traités savants, des plans et mémoires sont rédigés sur ce sujet entre le XVIe et le XIXe siècles.

27Plus que le détail de ces projets sans suite, il importe surtout d’en voir l’inspiration. Ils se rattachent à tout un courant du puritanisme anglo-saxon qui, par confiance dans la vérité de la parole divine, acceptait comme littérales les promesses à Israël formulées dans la Bible juive et reprises dans le Nouveau Testament. La référence la plus explicite est un passage de l’Epître de Saint Paul aux Romains où sont évoquées la résurrection et la conversion d’Israël :

« Or je vous le dis à vous, les païens, je suis bien l’apôtre des païens et j’honore mon ministère, mais c’est avec l’espoir d’exciter la jalousie de ceux de mon sang et d’en sauver quelques-uns. Car si leur mise à l’écart fut une réconciliation pour la monde, que sera leur admission, sinon une résurrection d’entre les morts... » (XI 13-15).

28Ainsi était née la conviction que la réunion de l’ensemble du peuple juif en Terre Sainte, suivie de sa conversion massive au christianisme, devait précéder la fin des temps qu’on croyait proche.

29De ces spéculations religieuses, on passe dans la première moitié du XIXe siècle à des projets politiques issus surtout des milieux dirigeants britanniques très imprégnés de culture biblique. On voit s’exprimer des préoccupations d’ordre politique, économique ou stratégique mais qui restent fortement empreintes de considérations religieuses.

30L’intérêt croissant qui se manifeste alors pour la Palestine est lié aux craintes suscitées par l’entreprise conquérante du pacha d’Egypte Méhémet-Ali. La Grande-Bretagne joue un rôle important dans la mise en échec, en 1840-41, des ambitions égyptiennes et cherche à éviter tout retour offensif de Méhémet-Ali, plus ou moins soutenu par la France.

31C’est à ce moment là que sont avancées des propositions préconisant la création d’un Etat indépendant en Syrie et Palestine et envisageant une immigration massive des Juifs. L’idée est de créer un Etat tampon juif entre Turcs et Egyptiens.

  • 4 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël ». France Empire, p. 53.

« Les temps messianiques mûrissent à l’horloge d’Israël et la Grande-Bretagne, ses intérêts vitaux sur la route des Indes mis à part, doit saisir cette occasion unique de s’aligner sur la volonté divine menant l’Histoire »4 écrit alors le comte Shaftesbury, familier de Palmerston alors ministre britannique des Affaires Etrangères.

32Palmerston prend au sérieux cette idée comme le montre une note adressée en août 1840 à l’ambassadeur anglais en Turquie :

  • 5 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour ». Collection Archives Julliard, (...)

« Il existe actuellement, parmi les Juifs dispersés à travers l’Europe, la conscience très vive que les temps sont proches où leur nation retournera en Palestine. Leur volonté d’aller là-bas est donc devenue plus aiguë, et leurs projets sont tournés avec bien plus d’intensité que jadis vers les moyens d’une telle réalisation... »5.

33Et Palmerston ajoute :

« Il est manifeste qu’un pays, où un nombre important de Juifs choisirait de s’établir, tirerait un grand profit des biens qu’ils apporteraient avec eux. Le peuple juif, s’il revenait sous l’autorité et la protection du sultan, serait un frein aux éventuelles tentatives pernicieuses de Méhémet-Ali ou ses successeurs ».

34L’idée de se servir des Juifs comme pions sur l’échiquier politique du Proche-Orient dans un contexte d’affaiblissement de l’Empire Ottoman, est tout à fait claire.

35Ce projet ne reçoit, à ce moment, aucun commencement d’exécution. Mais l’idée subsiste. Dans l’immédiat, la Grande-Bretagne développe sa présence en Palestine. Elle est, on l’a vu, le premier pays européen à ouvrir un consulat à Jérusalem et se soucie d’accorder sa protection aux Juifs de l’Empire Ottoman.

36Vingt ans plus tard, en 1860, c’est un français, Ernest Lahanne, secrétaire de Napoléon III, qui publie un ouvrage sur « la nouvelle question d’Orient », dans lequel il affirme le droit incontestable des Juifs de disposer d’une patrie en Terre Sainte :

  • 6 Texte cité par Charles Zorgbibe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 15.

« Placés comme un vivant trait d’union entre trois mondes, vous devez amener la civilisation chez les peuples encore inexpérimentés, vous devez porter les lumières d’Europe que vous avez recueillies à flot... Marchez, Juifs de tous les pays !...
Vous serez les instituteurs de peuplades africaines et des bandes errantes de l’Arabie... Et si vous marchez, rappelez-vous fils d’Israël, rappelez-vous de la France, car la France vous a aimés et la France n’a pas fini de vous défendre6 !

37On retrouve là l’idée de mission civilisatrice chère à tous les théoriciens de la colonisation au XIXe siècle, mais aussi la confirmation que le soutien à la cause juive n’a rien de désintéressé.

38Ces spéculations anglo-françaises restent, sur le moment, sans grande portée et laissent indifférent le monde juif. Bien plus important est le développement, à la même époque, au sein du judaïsme européen, de tout une réflexion sur le problème de l’identité juive dans le monde moderne. La situation des communautés juives est alors très variable suivant les pays. Un processus d’émancipation et d’intégration des Juifs à la collectivité nationale amorcée en 1791 par la Révolution française s’est étendu aux autres pays d’Europe occidentale et a gagné l’Europe centrale au milieu du XIXe siècle.

39En revanche, en Europe orientale où vivent la majorité des Juifs européens, ceux-ci continuent à former des communautés tout à fait distinctes du reste de la population, et soumises à de nombreuses mesures discriminatoires (c’est le cas notamment en Russie).

40Avec l’émancipation fondée sur la reconnaissance de l’égalité civile, l’Etat cesse de prendre en compte l’existence d’une communauté juive ayant ses lois propres, pour ne plus considérer les Juifs que comme des individus ayant les mêmes droits et obligations que les autres citoyens. Cette évolution a été clairement expliquée, dès 1789, à l’Assemblée Nationale française par le comte de Clermont Tonnerre :

  • 7 Texte cité par Béatrice Philippe dans « Etre Juif dans la société française ». Editions Montalba, p (...)

« Il faut tout refuser aux Juifs comme nation et tout accorder aux Juifs comme individus. Il faut refuser la protection légale au maintien des prétendues lois de leur corporation judaïque ; il faut qu’ils ne fassent plus dans l’Etat ni corps politique, ni ordre ; il faut qu’ils soient individuellement citoyens »7.

41L’émancipation des Juifs et leur intégration à la société des pays où ils résident débouche sur un processus d’assimilation. Les Juifs ne sont plus que les fidèles d’une confession religieuse. La négation de l’existence d’une nation juive tend à dénouer le lien avec la Terre d’Israël. Cette évolution qui risque d’affaiblir les structures traditionnelles et menace la cohésion des communautés juives suscite de vifs débats qui divisent profondément le monde juif européen. Ces divisions sont largement le reflet du sort réservé aux Juifs par les autorités politiques des différents pays d’Europe.

42En Europe occidentale, où les Juifs ne constituent qu’une minorité de la population, la perpective de l’assimilation est dans l’ensemble bien accueillie. On y accepte volontiers l’idée d’une adaptation de la vie juive au monde moderne. Dans une société devenue plus ouverte, bien des Juifs profitent des possibilités d’ascension sociale. Ils sont particulièrement actifs dans certains secteurs : activités financières, professions libérales, monde de la presse, des arts et lettres... Cette promotion sociale n’est d’ailleurs pas sans provoquer des réactions hostiles.

43Ces perspectives d’intégration à la société des pays d’Europe occidentale ne fait pas disparaître pour autant tout sentiment d’appartenance communautaire.

  • 8 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique ». Collection Archives, p. 29.

44Celui-ci s’exprime notamment dans l’idée de créer une organisation chargée « d’empêcher que la diversité des pays et des langues ne nous rendent étrangers les uns aux autres... et d’assurer l’assistance mutuelle entre coreligionnaires qui a fait notre force dans le passé et que l’émancipation ne doit pas tuer, mais confirmer »8.

45C’est ainsi qu’est fondée, à Paris, en mai 1860, l’Alliance Israélite universelle qui se donne comme but de « travailler partout à l’émancipation et aux progrès moraux des Israélites, prêter un appui efficace à ceux qui souffrent pour leur qualité d’Israélites » (Extrait des statuts de l’Association, cité par Yohanan Manor dans l’ouvrage mentionné ci-dessus p. 30).

46Dans les pays d’Europe centrale et orientale, la situation est bien différente. L’émancipation des Juifs, qui représentent parfois une fraction importante de la population, est soit récente (Europe centrale), soit rendue impossible par le refus des gouvernements d’abolir une législation discriminatoire (Europe orientale).

47Face aux tenants du judaïsme orthodoxe, soucieux de maintenir immuables les structures héritées du passé, deux orientations, très différentes, se dessinent et prennent peu à peu de l’ampleur :

  • l’adhésion à l’idéal révolutionnaire d’une transformation de la société. Le mouvement socialiste va recruter de nombreux militants parmi les Juifs d’Europe orientale ;

  • l’éveil d’un nationalisme juif qui s’inscrit dans le mouvement d’affirmation des nationalités qui caractérise l’histoire de l’Europe du XIXe siècle. Ce courant nationaliste entend préserver l’identité juive, mais surtout affirme la nécessité de doter la nation juive dispersée d’une véritable patrie. Telle est l’origine du sionisme.

Les théoriciens juifs

48Dès le milieu du XIXe siècle, cette idée commence à s’exprimer dans les écrits d’hommes venus d’horizons très différents.

49Certains rabbins n’hésitent pas à remettre en cause la conception du messianisme défendue traditionnellement par les milieux religieux. C’est le cas de Zvi Kulisher, rabbin polonais, qui publie, en 1862, « Le livre de la quête de Sion » où il déclare :

  • 9 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 23.

« Il n’est pas vrai que pour la rédemption d’Israël qui est l’essentiel de notre espérance. Dieu descendra soudain du ciel et dira à son peuple de quitter l’exil, ou qu’il enverra tout à coup son prophète annoncer au son du shofar (corne de bélier) aux enfants égarés d’Israël que l’heure est venue de se rassembler à Jérusalem... Non, ce n’est pas ainsi que nous accéderons au salut ; celui-ci surviendra... par la (bonne) volonté des nations de rassembler une petite partie de la dispersion d’Israël en Terre Sainte »9.

50Cette vision ouvre la voie à l’utilisation de l’espérance messianique pour donner corps à un projet politique.

51Durant la même année 1862, un Juif allemand, Moïse Hess, connu d’abord comme penseur socialiste proche de Karl Marx, publie, sous le titre « Rome et Jérusalem, la dernière question nationale », un ouvrage où il dénonce les illusions de l’assimilation et plaide pour une renaissance de la nation juive ;

  • 10 Les extraits de l’ouvrage de Moïse Hess cités ici sont tirés de l’« Histoire du Sionisme » de Walte (...)

« Nous demeurons toujours des étrangers parmi les nations. Celles-ci peuvent, animées d’un sentiment d’humanité et de justice, nous donner l’égalité des droits, mais elles ne nous respecterons jamais tant que nous ferons de l’adage « ubi bene, ibi patria » (« là où on est bien, là est la patrie ») notre règle de conduite et même une religion et les placerons au-dessus de nos grands souvenirs nationaux. Il se peut que le fanatisme religieux cesse de provoquer la haine des Juifs dans les pays les plus avancés du point de vue culturel ; mais en dépit des lumières et de l’éducation, le Juif en exil qui nie sa nationalité ne gagnera jamais le respect des nations chez lesquelles il habite... Ce que nous avons à accomplir dans le présent pour la régénération de la nation juive est d’abord de maintenir vivant l’espoir d’une renaissance politique de notre peuple, puis de réveiller cet espoir, là où il sommeille. Quand les conditions politiques en Orient seront propices à l’organisation d’un début de rétablissement de l’Etat juif, ce début s’exprimera par la création de colonies juives dans le pays de leurs ancêtres »10.

52Ces premiers appels ne rencontrent cependant guère d’échos. On peut seulement signaler quelques entreprises isolées visant à transformer la condition de la communauté juive vivant en Palestine (qu’on appelle le Yishouv). Il s’agit de sortir les Juifs de Palestine de leurs conditions d’assistés, subsistant grâce aux fonds de la diaspora (système de la halouka) pour en faire des producteurs capables de vivre de leur travail.

53C’est de la diaspora que viennent surtout les initiatives. On peut citer la construction à Jérusalem, vers 1860, d’un nouveau quartier juif, situé en dehors des remparts de la ville et destiné à l’établissement d’artisans. L’initiative en revient à un riche financier juif britannique, Moses Montefiore, qui obtient pour la première fois en 1855 le droit pour un étranger d’acheter des terrains en Palestine. Les premiers habitants du nouveau quartier viennent s’y installer en 1860. C’est le début d’une nouvelle ville qui connaît ensuite un développement rapide.

54Un autre objectif est de favoriser le développement d’activités agricoles. En 1870, l’Alliance israélite crée une ferme-école près de Jaffa. Dans les années qui suivent, des Juifs palestiniens commencent à fonder des villages agricoles. Ces réalisations sont modestes et ne suscitent aucune immigration, mais témoignent d’une intéressante évolution des mentalités. Elles reposent sur l’idée que les Juifs doivent contribuer, par leur travail, à la mise en valeur de la Terre d’Israël. On trouve là, déjà en germe, les projets ultérieurs de colonisation.

55Pourtant, à ce moment, la majorité des Juifs d’Europe continue de croire aux vertus de l’émancipation juridique qui ouvre la voie à l’intégration sociale. Même en Europe orientale, le projet intégratif a des adeptes, notamment parmi les intellectuels.

56Mais cette volonté d’intégration des Juifs européens se heurte au développement, dans le dernier tiers du XIXe siècle, d’un fort courant d’antisémitisme (mot nouveau qui aurait été forgé en 1879 par le journaliste berlinois Wilhelm Marr). L’hostilité aux Juifs était fort ancienne. Alimentée par les passions religieuses ou les griefs économiques, elle s’était manifestée à maintes reprises au cours des siècles. Mais cette hostilité traditionnelle semblait vouée à s’estomper avec l’évolution des sociétés européennes.

57Mais l’antisémitisme de la fin du XIXe siècle prend des formes nouvelles en liaison avec un nationalisme virulent. A la conception issue de la Révolution française qui définit la nation comme une communauté de destin fondée sur la volonté de vivre ensemble, s’oppose de plus en plus une conception d’origine germanique pour qui la nation est d’abord une communauté de race et de sang, enracinée dans une terre, ce qui conduit à rejeter l’intégration d’éléments considérés comme étrangers, et en premier celle des Juifs.

58Ce nouvel antisémitisme se répand dans l’ensemble des pays d’Europe. Mais si en Europe occidentale et centrale il reste un fait d’opinion qui se traduit par des campagnes de presse ou des manifestations hostiles, en Europe orientale, l’antisémitisme prend des formes violentes avec des massacres, les pogroms, et l’établissement d’une législation qui vise à interdire une intégration à la société chrétienne. C’est en Russie que se produisent les événements les plus tragiques. L’assassinat du Tsar Alexandre II en 1881 provoque une vague de pogroms sanglants tolérée, sinon encouragée par les autorités.

59Cette vague d’antisémitisme confirme les craintes de ceux qui considèrent l’assimilation des Juifs comme une illusion et ruine les espoirs de bien des intellectuels juifs d’Europe orientale. C’est le cas par exemple de Léon Pinsker, médecin d’Odessa qui, à la suite des massacres dont il a été témoin, publie en 1882 une brochure, écrite en allemand et intitulée « Auto-émancipation, mise en garde d’un Juif russe à ses frères », qui peut être considérée comme le premier manifeste du sionisme.

60Pinsker affirme que l’opinion européenne ne peut qu’éprouver peur et répugnance à l’égard des Juifs dont il trace un portrait sans complaisance :

  • 11 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël ». France Empire, pp. 71-72.

« ... Au milieu des nations vivantes, les Juifs sont un mort vivant. Ils n’ont ni autonomie ni patrie, ce qui est incompatible avec les structures d’un organisme normalement constitué. Leur Etat a disparu sous l’effet de la domination romaine. Mais ayant perdu toute existence matérielle, toute signification politique temporelle, le peuple juif ne s’est pas abandonné à l’anéantissement total, il est resté une nation sur le pian spirituel. Il offrait donc à la vue du monde le spectacle d’un revenant, d’un peuple sans unité, sans ossature, sans terre, qui a cessé de vivre et pourtant chemine parmi les vivants, figure étrange, sans aucune analogie dans l’histoire, sans modèle et sans réplique, dont l’imagination des peuples ne pouvait manquer d’être impressionnée, qui ne pouvait produire chez eux qu’une réaction de rejet...
... En vérité quelle lamentable figure est la nôtre ! Nous ne comptons point en tant que nation... et n’avons point voix au conseil des peuples, lors même qu’on y traite de nos propres affaires. Quelle est notre patrie ? Un sol étranger. Sur quoi se fonde notre unité ? Sur la dispersion. D’où vient notre solidarité ? De l’hostilité générale. En quoi consistent nos armes ?
Dans l’humilité. Par quoi se manifeste notre potentiel militaire ? Par la fuite... Voilà le rôle misérable d’un peuple qui compta jadis dans ses rangs les Maccabées »11.

61Pour retrouver sa dignité, le peuple juif ne doit pas attendre une émancipation accordée par les pouvoirs publics européens. Il doit s’auto-émanciper en s’érigeant en nation indépendante par l’acquisition d’un territoire où il puisse édifier son propre Etat :

  • 12 Extraits de la brochure de Léo Pinsker cités par :
    – Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine  (...)

« Aussi longtemps que nous n’aurons pas un foyer propre comme les autres nations, nous devrons abandonner cette noble espérance de devenir des hommes comme les autres. Ce n’est pas l’égalisation civique des Juifs dans l’un ou l’autre Etat qui peut produire le bouleversement de notre situation, mais uniquement et seulement l’auto-émancipation du peuple juif comme nation. La question juive internationale doit avoir une solution nationale »12.

62La possession d’un territoire indépendant doit être le seul objectif, en Palestine ou ailleurs :

  • 13 Extraits de la brochure de Léo Pinsker cités par 
    – Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine » (...)

« Ce n’est pas la Terre Sainte qui doit être le but actuel de nos efforts, mais une terre à nous. Nous y transporterons l’idée de Dieu et la Bible. Elles seules ont fait de notre vieille patrie la Terre Sainte ; le reste n’y est pour rien ; ni Jérusalem, ni le Jourdain »13

63La brochure de Pinsker n’eut, sur le montent, qu’un impact limité.

64En Europe occidentale, le développement de l’antisémitisme ne remet pas en cause l’intégration des communautés juives déjà bien avancée. Mais sa diffusion dans une partie de l’opinion ne reste pas sans conséquences, y compris sur le plan politique, comme en témoigne notamment en France l’Affaire Dreyfus. En Europe orientale, la politique de discrimination et les persécutions, provoquent le développement d’un vaste mouvement d’émigration essentiellement en direction du continent américain, et tout particulièrement des Etats-Unis. De 1880 à 1914 c’est plus de deux millions et demi de Juifs, en provenance surtout de Russie, qui vont s’établir outre-atlantique.

2 – La naissance du Sionisme

Les premières initiatives

65Seule une minorité de Juifs européens, refusant le processus émigration-assimilation, prend les premières initiatives qu’on peut qualifier de sionistes. Au début des années 1880, se forment des associations qui militent pour l’installation des Juifs en Palestine.

66Le prototype en est l’association Ahavat Zion (l’Amour de Sion) fondée en 1881 par des étudiants de Saint-Pétersbourg. Et c’est sous le nom général de Hoveveï Zion, « les Amants de Sion », que sont connues les nombreuses sociétés qui se créent avec comme but de préparer l’implantation de colonies agricoles juives en Palestine. Le mouvement des « Amants de Sion » se développe surtout en Europe Orientale (Russie, Roumanie), mais se répand également en Occident jusqu’en Amérique ; il s’agit à l’origine d’un mouvement peu structuré, formé de groupements locaux indépendants. Pour tenter de coordonner l’action de ces diverses sociétés, une conférence est réunie en 1884 à Kattowitz en Silésie. A la tête de l’organisation alors mise en place est élu Léo Pinsker qui, depuis la publication de son ouvrage sur l’auto-émancipation des Juifs, s’est rallié à l’option palestinienne.

67Les Amants de Sion se consacrent à la collecte de fonds pour acheter des terres en Palestine. Les opérations immobilières, réalisées par des étrangers ont été en effet officiellement autorisées par un firman impérial de juin 1867 :

  • 14 Texte cité par G. Pelissié du Rausas dans « Le régime des Capitulations dans l’Empire Ottoman », to (...)

« Les étrangers sont admis, au même titre que les sujets ottomans, et sans autre condition, à jouir du droit de propriété des immeubles urbains ou ruraux dans toute l’étendue de l’Empire à l’exception de la province du Hedjaz, en se soumettant aux lois et règlements qui régissent les sujets ottomans eux-mêmes »14.

68Dès 1882 sont fondées les premières colonies (Rishon-le-Zion, Rosh Pina, Zikhron Yaakov, Rehovot, Gedera...). Ainsi débute ce qu’on appelle la première Aliya qui, en l’espace de vingt ans, de 1882 à 1903, amène en Palestine entre 20 et 30 000 immigrants russes, polonais ou roumains.

69Cette arrivée d’immigrants, en provenance d’Europe, n’est pas accueillie très favorablement par la communauté juive vivant en Palestine, qui est formée surtout d’éléments religieux de stricte observance. Les nouveaux arrivants ne reconnaissant pas l’autorité du grand rabbin Sépharade (terme qui sert à désigner les Juifs méditerranéens, par opposition aux Ashkénazes européens) qui représente les Juifs de Palestine auprès du gouvernement d’Istanbul, dans le cadre du système des millets (décrit plus haut). La plupart d’entre eux conservent leur nationalité d’origine, ce qui leur permet de bénéficier de la protection des consulats européens prévue par le système des capitulations. Les immigrants forment donc une sorte d’enclave étrangère, sans véritable statut, seulement tolérée.

70Le gouvernement ottoman s’est très vite inquiété de ce mouvement d’émigration et a manifesté son opposition. Aux yeux d’Istanbul, l’immigration d’un grand nombre de Juifs européens en Palestine risque de provoquer la naissance d’un nouveau problème national dans un Empire déjà affaibli et de favoriser les interventions étrangères dans ses affaires intérieures.

71Dans une lettre adressée à son consul général à Odessa en avril 1882, le gouvernement turc :

  • 15 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’Histoire », Ed. Complexe, pp. 2 (...)

« informe tous les Juifs souhaitant immigrer en Turquie qu’ils ne sont pas autorisés à s’installer en Palestine. Ils peuvent immigrer dans les autres provinces de Turquie et s’installer comme ils l’entendent, à la seule condition de devenir sujets ottomans et d’accepter de respecter les lois en vigueur dans l’Empire15

72Aux puissances européennes qui font pression pour qu’il assouplisse sa position, le gouvernement turc répond en justifiant sa politique, comme le montre cette note adressée en février 1888 par le sultan au gouvernement britannique :

  • 16 Texte cité par Renée Nehrer-Bernheim dans « La déclaration Balfour », pp. 64-65.

« Tout le monde sait qu’à une époque où les Israélites étaient expulsés de certaines parties de l’Europe, ils trouvaient le repos, la sécurité et une liberté entière de conscience en Turquie. Aujourd’hui encore, un grand nombre d’Israélites viennent chercher refuge sur le sol Ottoman, sans que leur religion soit considérée comme un motif d’exclusion.
Exceptée la Palestine, les Israélites sont libres en effet de s’établir dans l’Empire et d’exercer leur industrie sans la moindre entrave.
Si le gouvernement impérial a cru devoir se préoccuper de leur agglomération dans cette province, c’est à cause de certaines considérations économiques et d’ordre public qui lui ont imposé la nécessité de mettre obstacle à l’immigration en masse, surtout des Juifs de Roumanie et de Russie, dans une contrée dont les ressources actuelles ne suffiraient pas aux besoins d’une population plus nombreuse »16.

73Mais sur place, les instructions du gouvernement ne sont guère respectées. L’administration locale se montre accommodante, comme le note en 1892, le futur maire de Tel-Aviv, à son arrivée dans le pays :

« L’administration turque était molle et les gouverneurs locaux « indulgents » face à l’immigration juive, malgré les ordres stricts émanant de Constantinople. Cette indulgence est proportionnée naturellement à l’importance des « cadeaux » perçus par ces fonctionnaires turcs ».

74Cette complaisance suscite des réactions hostiles de la population arabe de Palestine. Dès 1890, les notables arabes de Jérusalem protestent à Constantinople contre le favoritisme dont le gouverneur de la région fait preuve à l’égard des Juifs. En juin 1891, une pétition est adressée au gouvernement demandant qu’il soit interdit aux Juifs de Russie d’entrer en Palestine et d’y acheter des terres.

75En 1892 le gouverneur de la province de Jérusalem décide d’interdire la vente des terres, de type communautaire, aux Juifs fussent ils sujets ottomans, contrevenant ainsi à la loi de 1867. Mais sous la pression des consuls européens, cette politique restrictive est abandonnée. Une loi de janvier 1901 autorise finalement les Juifs ottomans et les résidents de longue durée à acheter ou à bâtir librement, contribuant à régulariser le statut des Juifs non-ottomans anciennement établis en Palestine et qui représentent une fraction non négligeable de la population juive de Palestine.

76Parallèlement à cet établissement de colons, le réveil national juif se manifeste (suivant un processus déjà vu en Europe centrale et orientale) par un retour à la langue originelle des Juifs : l’hébreu, qui avait cessé depuis longtemps d’être la langue parlée courante. Les Juifs n’avaient plus de langue unique. Tandis que ceux de Palestine parlaient l’arabe, les Juifs d’Europe centrale et orientale utilisaient le Yiddich, idiome composite, à consonance germanique. L’hébreu n’était plus qu’une langue écrite, à usage religieux : c’était la langue de la Torah, de l’étude et de la prière.

77Un mouvement de renaissance de l’hébreu, amorcé dès le XVIIIe siècle en Europe centrale et orientale, prend de l’ampleur au cours du XIXe siècle avec la publication de journaux et d’une littérature.

78Mais le principal rénovateur de l’hébreu est un juif d’origine lithuanienne, Eliezer Ben Yehuda, qui entreprend de faire d’une langue littéraire une langue de communication courante, vivante et moderne ; il donne à cette entreprise un sens nettement politique :

  • 17 Texte cité dans le recueil intitulé « Sionismes. Textes fondamentaux », p. 257.

« ... A mesure que se renforçait en moi ma conscience politique, je me persuadais de plus en plus de l’importance de la langue. J’en vins donc rapidement à ce point où, à l’argument de la langue... je finis par donner la réponse la plus naturelle et la plus simple : de même que les Juifs ne peuvent être une nation vivante à moins de rentrer dans la patrie de leurs ancêtres, ils ne peuvent être un peuple vivant à moins de revenir à la langue de leurs ancêtres et de l’utiliser non seulement pour leurs livres, les choses sacrées, mais également dans la langue quotidienne... pour toutes les choses de la vie... »17

79Lui-même émigre en Palestine en 1881 et prend la tête d’une campagne auprès des colons juifs pour répandre l’usage de l’hébreu dans le travail comme dans l’enseignement. Cette initiative rencontre bien des oppositions. Beaucoup de leaders sionistes eux-mêmes n’y croient guère. Pourtant l’usage de l’hébreu progresse peu à peu et le mouvement s’étend hors de Palestine dans les communautés juives de certains pays d’Europe, comme la Russie.

80Les résultats de la première vague d’immigration juive en Palestine se révèlent cependant assez décevants. Les pionniers adhéraient pleinement au projet de refaire des Juifs un peuple de producteurs. Ils entendaient travailler eux-mêmes les terres qu’ils avaient achetées aux propriétaires arabes, mais ils manquaient d’expérience et se heurtèrent à de nombreuses difficultés : prix parfois élevé des terres, conditions climatiques défavorables, insécurité.

81Les ressources des immigrants s’épuisèrent rapidement. Il fallut faire appel au soutien des riches financiers de la diaspora. C’est notamment l’appui du baron Edmond de Rothschild qui sauva l’entreprise de l’échec. Mais cette intervention, plus humanitaire que politique, transforma la nature de l’opération. En fait de retour à la terre, les immigrants devinrent des contremaîtres, voire des propriétaires fonciers employant des ouvriers arabes à bon marché.

82A la fin du XIXe siècle, l’avenir de l’entreprise sioniste qui n’avait réussi à intéresser qu’une faible partie du monde juif, paraissait très incertain.

Théodore Herzl

83C’est l’action de Théodore Herzl (1860-1904) qui, en donnant au sionisme un second souffle, le transforme en une véritable force politique.

84Théodore Herzl est un Juif d’origine hongroise. Par ses origines et son éducation, il est un bon représentant de la bourgeoisie juive émancipée, ignorant presque tout du judaïsme traditionnel. Juriste, puis journaliste, il vit à Vienne où il a acquis une position sociale plutôt enviable. Pourtant il se trouve confronté aux réalités de l’antisémitisme en Autriche, puis en France, où il est nommé en 1891 correspondant d’un grand journal viennois. C’est à Paris qu’il découvre l’importance de la politique et en même temps entreprend de réfléchir à l’antisémitisme et aux solutions à apporter à la question juive.

85Contrairement à ce qui a été souvent affirmé, ce n’est pas le fait d’être témoin des débuts de l’Affaire Dreyfus (1894-95) qui joue un rôle décisif dans l’évolution de sa pensée et son ralliement à l’idée sioniste. Sa réflexion était alors déjà très avancée. C’est rétrospectivement que l’Affaire Dreyfus est apparue à Herzl comme un moment symbolique, une preuve que l’assimilation des Juifs est une impasse et que la véritable libération ne peut avoir lieu que dans le cadre d’un Etat Juif indépendant.

86Au début de 1896, Théodore Herzl publie un ouvrage qu’il intitule : « L’Etat des Juifs (Der Judenstaat). Essai d’une solution moderne de la question juive ». Les raisons que Herzl invoque pour prouver la nécessité d’un Etat Juif ne sont pas nouvelles. D’autres les avaient déjà exposées avant lui avec beaucoup de force, mais dans des textes restés sans grande diffusion (comme celui de Léo Pinsker que Herzl découvrira tardivement).

Théodore Herzl
L’État des Juifs

L’idée que je présente dans cet écrit est très ancienne. C’est celle de la création d’un Etat pour les Juifs.
Le monde retentit de clameurs contre les Juifs qui viennent ranimer cette idée restée en veilleuse, [...]
La question juive existe. Il serait vain de la nier. C’est là un vestige moyenâgeux auquel les peuples civilisés n’ont pas été en mesure d’apporter une réponse, malgré leur meilleure volonté. N’ont-ils pas témoigné de leur grandeur d’âme lorsqu’ils nous ont émancipés ? La question juive existe là où les Juifs sont en nombre. Là où elle n’existe pas, elle est importée par les immigrants juifs. Naturellement nous avons tendance à nous installer là où nous ne sommes pas persécutés ; mais notre arrivée entraîne les persécutions. Cela est vrai et restera vrai, partout, même dans les pays les plus développés – la France en administre la preuve-, aussi longtemps que la question juive n’aura pas été réglée politiquement. [...]
Quelle que soit la coloration qu’elle prenne, je considère la question juive comme n’étant ni religieuse ni sociale, mais bien nationale. Pour la résoudre, il nous faut avant tout la poser en termes politiques, à l’échelle mondiale. Elle pourra alors être réglée dans le cadre du conseil des peuples civilisés.
Nous sommes un peuple, Un peuple-un. [...]
Que disparaisse celui qui peut, veut ou doit disparaître. Mais la personnalité des Juifs ne peut pas, ne veut pas et ne doit pas disparaître. Elle ne le peut pas, parce que des ennemis extérieurs la maintiennent. Elle ne le veut pas et elle l’a prouvé à travers deux mille ans de souffrances inouïes. Elle ne le doit pas et c’est là ce que j’essaie de démontrer dans cet écrit, à la suite de nombreux Juifs qui n’ont pas renoncé à leur espérance. [...]
J’ai déjà parlé de notre « assimilation ». Pas un instant je n’ai dit que je la souhaitais. Notre personnalité nationale est historiquement trop célèbre et sa valeur est encore trop haute, malgré toutes les humiliations que nous avons subies, pour que sa disparition soit souhaitable. Pourtant, il serait peut-être possible que nous nous dissolvions dans les peuples qui nous entourent, sans laisser de traces, si, partout, on nous laissait vivre en paix pour au moins deux générations. Mais on ne nous laissera pas vivre en paix... D’ailleurs, que ce soit par ignorance ou par étroitesse d’esprit, on ne remarque pas que notre bien-être nous affaiblit comme Juifs et tend à nous faire perdre nos particularismes. Seule l’oppression nous rejette vers nos anciennes origines, seule la haine environnante fait de nous des étrangers.
Ainsi, que nous le voulions ou non, nous sommes et nous restons un groupe historique reconnaissable à ses caractéristiques homogènes. […]
Les Juifs qui acceptent notre idée d’Etat formeront la Society of Jews. C’est ainsi que celle-ci acquerra, face aux gouvernements, le pouvoir de parler et de négocier au nom des Juifs. Pour utiliser une analogie du droit international, la Society sera reconnue comme un Etat en formation. Ainsi l’Etat serait déjà créé.
Dès que les puissances se montreront disposées à accorder au peuple juif la souveraineté sur un territoire neutre, la Society négociera au sujet du territoire à acquérir. Deux régions peuvent être envisagées : la Palestine et l’Argentine. Des tentatives de colonisation très remarquables y ont été organisées, mais toujours selon le principe erroné de l’infiltration progressive des Juifs. L’infiltration aboutit toujours à un échec. En effet, régulièrement, sous la pression des populations qui se sentent menacées, le gouvernement est amené à interdire l’immigration des juifs. L’émigration n’a de sens que si elle est établie sur une souveraineté qui nous est garantie.
La Society of Jews négociera avec les souverains actuels des territoires. Elle le fera sous l’égide des puissances européennes, si celles-ci nous sont favorables...
Faut-il donner la préférence à la Palestine ou à l’Argentine ? La Society prendra ce qu’on lui donne et ce que l’opinion des Juifs choisira. La Society procédera aux constatations.
L’Argentine est l’un des pays les plus riches du monde, d’une superficie énorme, avec une faible population et un climat modéré. La République Argentine aurait le plus grand intérêt à nous céder un morceau de son territoire. [...]
La Palestine reste notre patrie historique inoubliable. Son seul nom constituerait pour notre peuple un cri de ralliement d’une extraordinaire puissance. Si Sa Majesté le Sultan consentait à nous donner la Palestine, nous pourrions nous charger de mettre en ordre les finances de la Turquie. Pour l’Europe, nous formerions lǎ-bas un élément du mur contre l’Asie ainsi que l’avant-poste de la civilisation contre la barbarie. [...]
Il faut que notre idée puisse s’envoler vers les coins les plus reculés où se trouvent nos gens. Ils se réveilleront de leur long sommeil embrumé. Car voici un nouveau contenu à notre vie. Que chacun pense à soi-même et le courant prendra de l’élan.
Quelle gloire attend les combattants de cette idée ! Les Macchabées ressusciteront.
Je répète ce que je disais au début de cet ouvrage : les Juifs qui le veulent auront leur Etat.
Nous serons enfin des hommes libres sur notre terre et nous mourrons en paix dans notre patrie.
Extraits de la traduction publiée aux éditions © La Découverte, Paris, 1990.

87L’originalité de l’ouvrage de Herzl tient au fait qu’il ne se borne pas à exposer des idées générales, un projet plus ou moins utopique, mais qu’il présente un plan d’action concret où il définit avec beaucoup de précision les organismes qui seront chargés de la construction de l’Etat Juif (à établir, selon les circonstances, en Argentine... ou en Palestine). Une « Société des Juifs » devrait assurer la direction politique de l’entreprise, tandis qu’une « Compagnie Juive » aurait en charge l’organisation de l’immigration et le développement économique du nouvel Etat.

88L’accueil fait à l’ouvrage de Herzl est très divers. Il suscite l’hostilité des Juifs occidentaux qui persistaient à croire à la possibilité d’une assimilation complète, mais aussi des milieux religieux qui estimaient le sionisme incompatible avec le judaïsme. Il rencontre la méfiance des premiers groupes sionistes du mouvement « Les Amants de Sion » avant tout soucieux de leurs colonies en Palestine, dont Herzl semblait ignorer l’existence, mais il recueille l’adhésion enthousiaste de la jeunesse intellectuelle juive d’Europe centrale et orientale.

89Herzl, qui aurait voulu se contenter d’être un inspirateur, est conduit à lancer le mouvement destiné à soutenir la réalisation de son projet. Ayant reçu le soutien de quelques personnalités éminentes du judaïsme européen et fort des soutiens venus des communautés juives d’Europe orientale, Herzl passe outre aux oppositions (notamment celles des financiers juifs qui lui refusent tout appui). Il reprend à son compte l’idée de la convocation d’un congrès sioniste universel. Celui-ci se tient à Bâle, du 29 au 31 août 1897, réunissant des délégués venus principalement des pays germaniques et de Russie. L’invitation au Congrès indiquait l’objectif poursuivi :

  • 18 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 104.

« Ces jours qui verront tous nos frères dispersés se rassembler et ne plus former qu’un seul peuple, seront les jours de la Victoire, ceux de la Résurrection de notre Nation...
C’est dans le cadre de ce Congrès que notre action qui, jusqu’à présent n’a été que fragmentée ou fragmentaire, deviendra une action coordonnée, centralisée et globale. C’est lors de ce Congrès que nos yeux verront le rassemblement des exilés, ce rassemblement qui lui seul nous permettra de réunir toutes nos forces en une seule et d’accomplir notre grande et noble tâche »18.

90Ce Congrès adopte un programme que l’on peut considérer comme le texte fondateur du mouvement sioniste. Le programme voté par le congrès de Bâle parle de la création d’un foyer pour le peuple juif. La localisation de ce foyer est nettement définie : il s’agit de la Palestine. Les hésitations de Herzl sur ce point ne sont plus de mise. La formation adoptée est prudente pour ne pas inquiéter les autorités de l’Empire Ottoman. Mais l’idée sous-jacente est bien la création d’un Etat juif, comme le note Herzl dans son journal, à l’issue du congrès :

  • 19 Ibid., p. 114.

« Si je veux résumer le Congrès de Bâle d’un mot, que je me garderai de prononcer en public, je dirai : à Bâle, j’ai fondé l’Etat Juif. Si je disais cela aujourd’hui, à haute voix, je déclencherais un rire universel. D’ici cinq ans peut-être, cinquante ans sûrement, chacun le comprendra »19.

 

Le programme de Bâle
29 août 1897
« Le sionisme aspire à la création, en Palestine, pour le peuple juif d’un foyer garanti par le droit public. A cette fin, le congrès envisage d’employer les méthodes suivantes :
1. L’encouragement réfléchi de la colonisation de la Palestine par des agriculteurs, artisans et commerçants juifs.
2. L’organisation et l’unification de l’ensemble du judaïsme par des dispositions appropriées, locales et générales, conformément aux lois de chaque pays.
3. Le renforcement du sentiment national juif et de la conscience nationale.
4. Des démarches préparatoires en vue d’obtenir le consentement des gouvernements nécessaire à la réalisation des objectifs du sionisme ».
Source : Proche-Orient, du refus à la paix – les documents de référence – Hachette, 1994, p. 10.

91Le texte adopté à Râle est un programme de type national, sans référence religieuse. Le sionisme apparaît alors comme une idéologie laïque. C’est ce qu’affirme encore, quelques années plus tard, le rédacteur en chef du journal Die Welt, fondé par Herzl en 1897 et devenu l’organe officiel du mouvement sioniste :

  • 20 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 190.

« Le judaïsme repose sur une base objective : être Juif ne signifie pas l’acceptation d’une croyance religieuse ou éthique. Nous ne sommes pas plus une dénomination qu’une école de pensée, mais les membres d’une famille porteurs d’une histoire commune...
La définition nationale refuse de définir le Juif comme quelque chose de subjectif, comme une foi, mais préfère le fonder sur quelque chose d’objectif : sur la terre et la langue...
Le sionisme a commencé une nouvelle ère non seulement pour mettre fin à la diaspora, mais aussi pour établir une nouvelle définition de l’identité juive. Une définition séculière »20.

92Cette définition passe sous silence le fait que le lien qui unit le peuple juif à la Palestine, revendiquée comme foyer national, a d’évidentes racines religieuses. Le mouvement sioniste associe d’ailleurs plusieurs courants de pensée.

93Si les laïcs y sont majoritaires, il comporte aussi dans ses rangs des éléments religieux qui restent fidèles à l’idée messianique et tondent l’espoir du retour au pays des ancêtres sur les promesses contenues dans la Bible.

94Dès 1902 est fondé un parti religieux sioniste, le Mizrahi, qui se définit comme :

  • 21 Ibid., p. 131.

« Une organisation de sionistes acceptant le programme de Bâle et qui aspire à œuvrer à l’existence d’une vie nationale du peuple d’Israël. Le Mizrahi voit la possibilité d’existence du peuple d’Israël dans le respect de la Torah et de la tradition... et dans le retour à la terre des patriarches »21

95Peu à peu, c’est l’ensemble du mouvement sioniste qui va incorporer dans son discours les références religieuses, comme en témoigne notamment le texte de la déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël en 1948.

96Au lendemain du Congrès de Bâle, le mouvement sioniste se structure rapidement avec la création de l’organisation sioniste mondiale, composée à l’origine de fédérations nationales et régionales, mais qui admet bientôt l’existence en son sein de partis politiques. De nombreuses sections sionistes se créent à travers le monde. Dès 1899, on en compte plus d’un millier. L’Organisation est dirigée par un congrès qui se tient tous les ans jusqu’en 1901, puis tous les deux ans. Celui-ci désigne un comité d’action qui est l’exécutif du mouvement. L’Organisation sioniste se dote d’une presse et entreprend de constituer des organismes financiers chargés de rassembler des fonds pour financer les entreprises économiques du mouvement sioniste (comme le prévoyait Herzl dans son ouvrage).

97Faute de l’appui des banquiers juifs, on s’efforce de collecter l’épargne populaire. Est d’abord créée une banque coloniale Juive (le « Jewish colonial trust ») puis en 1901 est fondée une institution dont le rôle va être essentiel, le Fonds national juif, chargé d’acquérir des terres en Palestine ; celles-ci sont propriété collective de l’Organisation et concédées ensuite aux colons. Il s’agit de mettre en œuvre une résolution du Congrès de Bâle rédigée en ces termes :

« Les Juifs du monde entier devront constituer un fonds pour le rachat du sol de la Palestine ».

98Malgré l’importance de ce travail d’organisation, Herzl se consacre essentiellement à une intense activité diplomatique. Il est tout à fait hostile à l’immigration conçue comme un lent mouvement d’infiltration dans la Palestine ottomane, qui laisse les immigrants à la merci de mesures d’expulsion. Il ne conçoit l’émigration en Palestine qu’à grande échelle, effectuée légalement et bénéficiant d’une reconnaissance internationale préalable qu’il tente d’obtenir par des négociations avec les dirigeants des grandes puissances.

99Jusqu’à sa mort en 1904, Herzl multiplie les contacts, les rencontres, les tractations diverses. Il sollicite l’appui de nombreux monarques : l’empereur d’Allemagne Guillaume II, le roi d’Italie, le pape Pie X. Il rend même visite à des membres du gouvernement russe dont Plehve, responsable de la politique antisémite de son pays.

100Guillaume II fait d’abord un bon accueil aux idées sionistes. En novembre 1898, il accepte de rencontrer Herzl lors d’un voyage à Jérusalem, mais le communiqué publié à l’issue de l’entrevue dissipe les illusions. L’empereur d’Allemagne se borne à manifester un intérêt bienveillant pour « les entreprises visant à l’amélioration de l’agriculture en Palestine... aussi longtemps qu’elles étaient conduites dans un esprit de respect complet de la souveraineté du Sultan ». Le roi d’Italie Victor Emmanuel III se contente de prodiguer des encouragements au dirigeant sioniste, quant au pape Pie X, il oppose à Herzl une fin de non-recevoir :

  • 22 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « Jérusalem. Trois millénaires d’histoire Albin Michel, p. (...)

« Nous ne pouvons pas empêcher les Juifs d’aller à Jérusalem, mais nous ne pouvons pas soutenir ce mouvement... Il est désagréable de voir les Turcs en possession de nos Lieux saints... Nous sommes forcés de le supporter. Mais soutenir les Juifs pour qu’ils obtiennent, eux, les Lieux saints, c’est une chose que nous ne pouvons pas faire »22.

101Enfin des contacts avec les ministres russes, il ne sort rien de concret.

102Mais c’est surtout avec les autorités ottomanes qu’il tente de négocier. Il rencontre le sultan Abdul-Hamid II. Il soumet aux dirigeants turcs de grands projets de soutien financier au développement économique de l’Empire en contrepartie de l’établissement d’un foyer en Palestine.

103Herzl multiplie les propositions. Il suggère d’abord la création d’une compagnie foncière chargée d’installer des immigrants juifs en Palestine sur des terres non cultivées :

  • 23 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 146.

« Certes il y a suffisamment de terres en Palestine qui pourraient être utilisées à cet effet. Si cette compagnie foncière, qui sans aucun doute devra être une compagnie ottomane, se voyait conférer une concession appropriée, elle pourrait rendre la terre cultivable, installer des gens et payer des impôts »23.

104Puis c’est un projet plus vaste d’une création d’une compagnie qui « aurait pour but le développement de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, en un mot de la vie économique dans l’Asie Mineure, la Palestine et la Syrie » qui est envisagé. Mais Herzl n’obtient pas le soutien escompté des banquiers juifs tandis que les Turcs ont d’énormes exigences financières.

105Et surtout, si les autorités turques se montrent disposées à accueillir des immigrants juifs c’est, on le sait, à la condition qu’ils acceptent de devenir des sujets ottomans et que leur établissement s’effectue non pas « en masses concentrées, mais par petites quantités dispersées dans des endroits jugés convenables par les autorités », c’est-à-dire, en clair, dans toutes les provinces de l’Empire sauf en Palestine.

106Les pourparlers se soldent par un échec. Le sultan Abdul-Hamid aurait déclaré :

  • 24 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 38.

« L’Empire Turc n’est pas à moi, il est au peuple turc. Je ne peux céder aucune parcelle. Que les Juifs fassent l’économie de leurs milliards. Peut-être, le jour où l’on procédera au partage de l’Empire, auront-ils la Palestine pour rien. Mais c’est notre cadavre que l’on partagera. Je ne consentirai jamais à une vivisection »24.

107A partir de 1902, Théodore Herzl oriente l’essentiel de son action diplomatique vers l’Angleterre. Certains dirigeants anglais manifestent de l’intérêt pour les projets du mouvement sioniste, en particulier le ministre des colonies, Joseph Chamberlain. Celui-ci se montre favorable à l’idée de créer un établissement Juif, sur un territoire dépendant de la couronne britannique. Diverses localisations sont envisagées : Chypre, la péninsule du Sinaï et surtout l’Ouganda.

108En avril 1903, au cours d’un entretien accordé au retour d’un voyage dans les possessions anglaises d’Afrique, Chamberlain déclare à Herzl :

  • 25 Texte cité par Renée Nemer-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 88.

« Au cours de mon voyage, j’ai vu juste le pays qu’il vous faut. C’est l’Ouganda. La région côtière est chaude, mais plus on avance vers l’intérieur, plus le climat devient agréable, même pour les Européens. On peut y planter du coton et du sucre. C’est pourquoi je me suis dit à moi-même : ce serait exactement un pays pour le docteur Herzl. Mais bien sûr, lui, il ne veut aller qu’en Palestine, ou juste dans les parages »25.

109L’offre britannique est débattue au VIe Congrès de l’Organisation sioniste, en août 1903. A ce moment, de nouveaux pogroms se produisent en Russie. Herzl recommande de prendre en considération la proposition anglaise, comme une solution provisoire. L’Ouganda pourrait être une sorte de laboratoire pour la colonisation juive, et un refuge pour les Juifs contraints à une émigration immédiate. Le projet se heurte à de vives résistances, notamment de la part des délégués russes. Seul le prestige de Herzl permet de ratifier l’envoi d’une commission sioniste en Ouganda.

110Après la mort de Théodore Herzl, survenue en 1904, le projet ougandais est définitivement rejeté. Le VIL Congrès sioniste de 1905 déclare :

  • 26 Texte cité par Alain Boyer dans « Les origines du sionisme », Q.S.J., P.U.F., p. 114.

« Repousser, comme but ou comme moyen, toute activité de colonisation hors de la Palestine et de ses contrées avoisinantes »26.

111Le sionisme politique préconisé par Herzl, qui entendait obtenir la reconnaissance officielle du retour du peuple juif en Palestine par des démarches auprès des grandes puissances, semble avoir échoué. Il passe momentanément au second plan, avant que la Première Guerre Mondiale ne lui ouvre de nouvelles perspectives qui aboutiront en 1917.

L’essor de la colonisation juive

112Après la mort de Herzl, la tendance qui l’emporte est celle du sionisme pratique qui envisage plutôt un processus de colonisation lente et continue grâce à l’immigration, devant conduire à terme à la formation d’une véritable société juive en Palestine.

113Les pogroms, qui sévissent en Russie dans les années 1903-1906, et qui sont en partie liés à la Révolution manquée de 1905, entraînent l’émigration de nombreux Juifs de ce pays. Si un grand nombre continue à se diriger vers l’Amérique, une partie d’entre eux opte pour la Palestine. Avec ou sans autorisation des autorités turques, 35 à 40 000 immigrants parviennent à s’y installer entre 1903 et 1914. C’est la deuxième aliya, qui va fournir pour plusieurs décennies les cadres du yishouv (c’est-à-dire de la communauté juive de Palestine), puis de l’Etat d’Israël.

114Beaucoup de ces immigrants sont influencés par les idées socialistes : pour eux le sionisme est un idéal social autant qu’un projet national. A leur arrivée en Palestine, ils sont souvent déçus par le comportement des Juifs établis là depuis une quinzaine d’années. Dans ses Mémoires, l’un des leaders de la deuxième aliya, David Ben Gourion (devenu par la suite premier ministre d’Israël) écrit :

  • 27 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 16.

« Parmi les premières déceptions, il y eut le spectacle des Juifs de la première aliya, vivant maintenant comme des effendis, tirant leurs revenus de plantations et de champs cultivés par de la main-d’œuvre embauchée (sous-entendu arabe), ou de métiers du genre de ceux que l’exil a imposé à notre peuple. Pour moi, il était clair que nous ne réaliseront jamais de réhabilitation nationale de cette manière »27.

115Les pionniers de la deuxième aliya entendent au contraire prôner le retour à la nature et le travail physique. L’un d’eux, David Gordon, écrit en 1911 :

  • 28 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 186.

« Il n’y a qu’une voie qui conduise à notre renaissance, la voie du travail manuel, de la mobilisation de toutes les énergies nationales... car quels que soient les titres que nous avons à posséder de la terre en Palestine, (ceux-ci) ne nous ont pas donné jusqu’à maintenant un litre réel à faire valoir sur notre pays... Un peuple ne peut acquérir sa terre que par ses propres efforts »28.

116Les nouveaux immigrants militent en faveur du « travail juif ». Aucun arabe ne fut employé dans les nouvelles colonies qui s’établissent au cours de la décennie 1904-1914. Dans les villes, où le syndicalisme juif se développe, des pressions sont exercées sur les entreprises pour que les emplois soient réservés à des Juifs. La formation d’un prolétariat juif est jugé nécessaire au développement futur du pays.

117Un nouvel élan est ainsi donné au développement économique et culturel de la communauté juive palestinienne. Les pionniers sont aidés par les organismes mis en place par l’Organisation sioniste mondiale. Le Fonds national juif procède aux achats de terres. Celles-ci sont acquises surtout auprès de grands propriétaires libanais ou palestiniens non exploitants. En 1908 est établi, à Jaffa, un office chargé d’animer l’ensemble de la colonisation qui prend un tour plus systématique. Des formes d’exploitation collectives apparaissent avec la fondation, à la veille de la première guerre mondiale, des premiers kibboutz.

118La localisation des implantations juives prend en compte les réalités géographiques du pays. Les immigrants ne se dirigent pas vers la Palestine centrale où se trouve pourtant un grand nombre des lieux qui ont marqué l’histoire des hébreux (Hébron, Jéricho, Naplouse) mais où vit la majorité de la population arabe, musulmane et chrétienne. La majorité des nouveaux arrivants, qui viennent participer à la construction d’un foyer national sur un territoire effectivement contrôlé par les Juifs, s’installent de préférence dans les régions peu peuplées le long de la plaine côtière entre Jaffa et Haïfa, en Galilée orientale, autour des villes à majorité juive, telles Tibériade et Safed, et dans le couloir Jaffa-Jérusalem (voir carte des colonies juives en 1914). Toutefois les implantations juives voisinent tout de même avec des villages arabes dont elles ont acquis une partie des terres.

119Mais l’agriculture n’occupe qu’une fraction limitée (15 % environ) de la population juive de Palestine. La majeure partie est formée de citadins. Des activités industrielles sont créées. En 1909, la première ville juive, Tel-Aviv, commence à être édifiée, à côté de la ville arabe de Jaffa. Sur le plan culturel, un système d’enseignement hébraïque est mis en place. L’hébreu s’impose peu à peu comme langue parlée.

  • 29 Nadine Picaudou « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Editions Complexe, p. 23.

120En 1914, la population juive de Palestine se compte en dizaines de milliers d’individus. Le chiffre le plus souvent avancé est celui de 85 000 personnes, mais il est discuté. Dans un ouvrage récent sur les Palestiniens, Nadine Picaudou avance le chiffre de 60 000 qu’elle juge plus conforme aux données fournies par les archives ottomanes29. Ce yishouv ne forme pas un ensemble homogène : juifs religieux présents depuis longtemps et vivant encore en partie des subsides de la diaspora, immigrés de la première et de la deuxième aliya, coexistent sans se mélanger. Mais le fait essentiel est que les Juifs ne représentent qu’une minorité (de 8 à 12 % suivant les estimations) de la population d’une Palestine qui reste majoritairement peuplée d’Arabes (plus de 600 000 personnes).

Les colonies juives en Palestine en 1914

Les colonies juives en Palestine en 1914

Source : La Palestine. Histoire d’une Terre. B. Scarcia Amoretti, L’Harmattan, p. 147.

121Les sionistes, en élaborant leur projet de foyer national juif en Palestine, ont eu tendance à se comporter comme si ce pays était une terre vide d’habitants. La formule célèbre (quoiqu’apocryphe) qui définit la Palestine comme une « terre sans peuple, pour un peuple sans terre » résume assez bien cet état d’esprit. Les dirigeants sionistes se sont, dans l’ensemble, assez peu souciés de la question des relations avec une population arabe issue, pour une part, des plus anciens occupants du pays. Quand ils s’expriment sur ce sujet, c’est pour affirmer la conviction que Juifs et Arabes pourront vivre en bonne intelligence et que l’immigration juive ne peut avoir que des effets bénéfiques.

122Ainsi, Théodore Herzl, évoquant dans une lettre datée de 1899 l’immigration « d’une quantité de Juifs apportant leur intelligence, leur esprit d’entreprise, leurs moyens financiers, écrit :

« Il ne peut faire de doute pour personne que le bien-être du pays tout entier en serait l’heureuse conséquence ».

123En 1914 encore, le Président de l’Union des agriculteurs d’Israël estime que :

  • 30 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 228.

« Les Juifs sont le seul élément européen qui puisse apporter le progrès sous sa forme européenne aux pays turco-arabes, sans exercer aucune oppression, comme c’est le cas chez d’autres éléments venus d’Europe qui pèsent sur les besoins et les aspirations nationales des peuples orientaux »30.

124Cette attitude n’est pourtant pas générale. Certains intellectuels ont pris, au contraire, très tôt conscience du problème de la coexistence avec les Arabes. On peut citer entre autre l’écrivain sioniste Ahad Haam (pseudonyme d’Asher Ginsberg) qui devait s’opposer, par la suite, aux conceptions de Herzl.

125Envoyé en Palestine en 1891 par le comité d’Odessa des « Amants de Sion », il écrit une série d’articles intitulée « La vérité sur Eretz-Israël », dans lesquels on peut lire notamment ces lignes :

(1) « Nous avons l’habitude de croire, à l’étranger, que la Palestine est une terre presque entièrement désolée, un désert non cultivé, un champ en friche, où quiconque désireux d’y acheter des terrains pourrait se rendre et en acquérir à sa guise. En réalité elle ne l’est pas : sur toute cette terre, il est difficile de trouver un champ de terre arable non semée ; il n’y a plus que des champs de sable et des collines pierreuses... Nous avons l’habitude, à l’étranger, de croire que les Arabes sont tous des sauvages du désert, un peuple pareil à l’âne, incapables de voir et de comprendre ce qui se passe autour d’eux. C’est là une grande erreur... Les Arabes, notamment ceux des villes, voient et comprennent le sens de nos actions et de nos aspirations en Palestine, mais ils se taisent. Ils affectent de ne rien savoir car, pour le moment, ils ne voient dans notre action aucun danger pour leur avenir. Ils s’efforcent de nous exploiter au mieux, de tirer parti de ces nouveaux hôtes... Mais le jour où la présence de notre peuple prendra une dimension telle qu’elle empiète, de peu ou de beaucoup, sur les positions des autochtones, ce n’est pas de bon gré qu’ils nous céderont la place... ».

126Dans un autre passage, il écrit encore :

  • 31 Des extraits du texte de Ahad Haam figurent dans divers ouvrages qui traitent de l’histoire du sion (...)

(2) « Il nous faut traiter la population locale avec amour, conformément au droit et à la justice. Or que font nos frères en Palestine ? Exactement le contraire. Ils ont été serfs en diaspora. Et maintenant qu’ils peuvent jouir d’une liberté sans contrainte, ils deviennent eux-mêmes des despotes. Ils traitent les Arabes avec hostilité et cruauté, les privent de leurs droits... et personne parmi nous ne s’oppose à cette attitude méprisable et dangereuse31.

127Cet avertissement n’est guère entendu. Pourtant la réalisation du projet sioniste suscite très tôt des résistances parmi la population arabe de Palestine.

128Dès les premiers temps de l’immigration juive, dans les années 1880, des heurts parfois sanglants se produisent entre les nouveaux colons et leurs voisins arabes. Ces incidents sont liés à l’acquisition de terres par les nouveaux arrivants, dont l’installation lèse les paysans arabes évincés. Dès 1891, une protestation est adressée, on l’a vu, à ce sujet aux autorités turques. Cette question de la terre va devenir, par la suite, un enjeu crucial de l’affrontement israélo-arabe.

129Sur le moment, la portée de ces premiers incidents reste limitée. L’opposition arabe s’estompe assez rapidement, surtout quand il apparaît que les colonies juives se transforment en exploitations agricoles gérées par les colons, mais utilisant la main-d’œuvre arabe et s’intégrant à l’économie locale. Mais la vague d’immigration juive du début du XXe siècle redonne vigueur à la protestation arabe, d’autant que ces nouveaux pionniers s’orientent nettement vers la constitution en Palestine d’une société juive, nettement séparée du reste de la population. Il en résulte une recrudescence des incidents. Les attaques lancées contre les colonies juives provoquent la création, dès 1909. d’une force d’autodéfense dénommée « Hashomer » (la Garde).

130La « question arabe » suscite de très vifs débats dans la communauté juive de Palestine. Certains plaident pour la recherche d’un accord avec les Arabes, « véritables propriétaires du pays », que les sionistes ont trop négligé, en privilégiant les négociations avec les autorités turques... C’est, parmi d’autres, la position que vient défendre au congrès sioniste de 1913, Arthur Ruppin, principal responsable de la politique de colonisation :

  • 32 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 112.

« Nous avons devant nous la tâche d’établir des relations pacifiques et amicales entre Juifs et Arabes. Nous avons dans ce domaine à rattraper beaucoup de choses que nous avons négligées et à rectifier des erreurs que nous avons commises. Il est très évidemment inutile de nous borner à assurer simplement aux Arabes que nous débarquons dans le pays pour être leurs amis. 11 faut le prouver dans nos actes »32.

131D’autres, en revanche, ne croient guère à la possibilité de relations pacifiques. C’est le cas, par exemple, du dirigeant sioniste allemand, Richard Lichtheim, qui écrit en 1913 :

  • 33 Texte cité par Walter Laqueur dans « Histoire du sionisme », Collection Tel. Gallimard, tome 1, p.  (...)

« Les Arabes sont et demeureront nos adversaires naturels. Ils se soucient comme d’une guigne de l’esprit sémite commun. Je ne peux que mettre instamment en garde contre cette chimère historique ou culturelle. Ils veulent un gouvernement qui fasse régner l’ordre, des impôts équitables et l’indépendance politique... Bien sûr les Arabes veulent conserver leur nation et approfondir leur culture... Pour eux, le Juif est un concurrent qui menace leur prépondérance en Palestine »33.

132A la veille de la Première Guerre mondiale, ce sont les partisans du dialogue qui se montrent les plus actifs. Certains responsables sionistes tentent même d’opérer un rapprochement avec les autonomistes arabes de l’Empire Ottoman. A ce moment, il est vrai, la formation d’un Etat Juif indépendant est un objectif qui reste tout à fait hors de portée. Les dirigeants juifs de Palestine déclarent que leur idéal maximal est la reconnaissance de l’autonomie économique et culturelle. Mais les contacts noués au Caire et à Beyrouth restent sans résultats.

133En 1914, le sionisme apparaît comme un mouvement déjà fortement constitué, quoique toujours minoritaire dans le monde juif. Conçu comme un mouvement d’affirmation nationale du peuple juif, il prend aussi la forme d’une entreprise de colonisation, contemporaine, mais cependant distincte, de la politique générale d’expansion menée par les Européens à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

3 – L’éveil national arabe

Une émergence tardive

134Les populations arabes du Proche-Orient étaient, depuis le XVIe siècle, soumises au pouvoir des Turcs. L’expression « populations arabes » désigne indistinctement les Arabes d’origine (venus du désert d’Arabie) et les populations arabisées depuis la conquête du VIF siècle. Les critères qui peuvent servir, au XIXe siècle, à caractériser les populations ne sont plus ethniques mais culturels.

135La grande majorité des Arabes du Proche-Orient sont musulmans, mais on se souvient qu’il subsiste, dans cette région, d’importantes minorités chrétiennes (en Syrie et Palestine notamment) qui sont aussi de culture arabe. 11 importe en effet de distinguer entre appartenance au monde arabe et identification religieuse musulmane. Toutefois le fait majeur est bien l’existence d’une communauté de croyances entre la majorité des Arabes et les Turcs. L’Islam qui a uni, dès ses origines, les Arabes et les peuples qu’ils ont conquis, associe de la même façon les Arabes et leurs conquérants Turcs. Cela constitue un important facteur de cohésion pour cet Etat pluriethnique qu’est l’Empire Ottoman.

136Le sultan n’est pas seulement détenteur de l’autorité politique. Il est investi de la fonction religieuse de calife qui donne à son pouvoir un caractère sacré et fait de lui le protecteur de l’Islam et de l’ensemble des musulmans. De ce fait, pendant quatre siècles, les Arabes n’ont pas vraiment considéré les sultans turcs comme des maîtres étrangers. Cette attitude, qui résulte de la vigueur des sentiments religieux, est confortée par la politique pragmatique des sultans ottomans qui savent se ménager l’appui des forces locales et faire participer activement les notables des provinces arabes de l’Empire à l’administration.

137Ces faits expliquent que le phénomène du nationalisme ne soit apparu que tardivement dans les territoires arabes de l’Empire Ottoman, car il supposait qu’un processus de dissociation s’opère entre Turcs et Arabes, que l’affirmation des identités ethniques et culturelles prenne le pas sur la référence religieuse commune. En réalité l’éveil tardif du nationalisme arabe s’est effectué en marge de l’Islam, sous l’impulsion d’abord d’Arabes chrétiens.

138L’Egypte, affranchie de bonne heure de l’autorité du sultan, mène une existence quasi-indépendante, jusqu’au moment où elle est occupée par les Britanniques (1882). Elle se trouve ainsi coupée du reste du monde arabe. Dans ces conditions, c’est la Syrie (entendue au sens large du terme, y compris le Liban et la Palestine) qui va jouer un rôle central dans l’éveil du nationalisme arabe à l’intérieur de l’Empire Ottoman. La Syrie, qui se souvient d’avoir été le centre du premier Empire arabe au Moyen Age, est surtout la plus riche et la plus urbanisée des provinces arabes de l’Empire Ottoman. Par sa façade méditerranéenne, elle est la plus ouverte aux influences européennes, d’autant plus qu’elle abrite d’importantes minorités chrétiennes dont les relations avec l’Occident se développent fortement au cours du XIXe siècle.

139Comme ce fut souvent le cas au siècle dernier, l’éveil national arabe prend d’abord la forme d’un mouvement de renaissance culturelle (Nahda) et en tout premier lieu linguistique. La langue arabe était, au milieu du XIXe siècle, en pleine décadence. Elle avait tendance à se fragmenter en papiers différents, s’éloignant les uns des autres et de leur souche commune. Ce sont les écoles fondées par les missions chrétiennes, catholiques françaises et protestantes américaines, principalement au Liban, qui entreprennent de restituer à la langue arabe sa pureté et son unité. Elle peut ainsi devenir le vecteur d’une nouvelle production littéraire stimulée par la création de diverses sociétés culturelles.

140C’est dans cette élite intellectuelle, d’abord formée de chrétiens, mais qui s’élargit ensuite à des Arabes de toutes confessions, que commencent à se répandre les idées nationalistes. La première manifestation publique de ce nationalisme se situe dans les années 1875-80 avec l’affichage dans les principales ville de Syrie, et notamment à Beyrouth, de placards anonymes dénonçant la domination turque. Mais cet épisode reste sans lendemain.

• 1880 – Texte d’un placard de Beyrouth
« Compatriotes »
« Vous connaissez l’insolence des Turcs, leur tyrannie, leur caractère insociable ; vous savez qu’une poignée d’hommes de cette race vous domine, vous assujettit à son joug et fait bon marché de vos existences et de vos biens. Ils ont confisqué tous vos droits, détruit votre honneur et le respect dû à vos Livres (croyances). Ils ont créé des règlements qui condamnent votre noble langue à l’oubli, et ils emploient tous les moyens pour vous désunir et affaiblir vos forces. Ils usurpent le fruit de vos fatigues, vous privent de la libre circulation dans votre pays et de la libre disposition de vos biens. Enfin, ils vous ont fermé toutes les voies du progrès, ils vous insultent, vous asservissent et vous traitent en esclaves comme si vous n’étiez pas des hommes ».
« Mais à votre tour, souvenez-vous que vous avez été les maîtres ; que vous avez produit des hommes illustres dans toutes les branches des connaissances et de l’activité humaine ; que vous avez relevé les écoles, peuplé le pays, fait de vastes conquêtes et que c’est sur les bases de votre langue qu’a été édifié le Khalifat dont les Turcs vous ont ensuite dépouillé... ».
« Il faut songer aux moyens de relever votre pays des ruines. En avant pour briser le joug et nous émanciper ! Apprenez que les temps sont venus où nous devons reprendre nos droits ! Secouons notre torpeur. Unissons-nous et marchons à la lumière de la vérité et de la justice ».
Source : L’Orient arabe. H. Laurens – A. Colin p. 98.

141Le pouvoir ottoman, sous l’impulsion du sultan Abdul-Hamid II (1878-1909), s’efforce de combattre les tendances séparatistes, en faisant plus que jamais de l’Islam le principe d’unité de l’Empire. Le gouvernement turc travaille à mieux intégrer les provinces arabes, à la fois économiquement (par le développement des voies de communication) et politiquement (en faisant davantage de place aux Arabes dans la vie de l’Etat). Abandonnant la politique de réformes libérales de ses prédécesseurs, Abdul-Hamid Il renforce le caractère autoritaire du régime politique turc. Les opposants sont contraints à l’exil. C’est donc au Caire, ou encore à Paris, que s’expriment les revendications autonomistes, plus rarement indépendantistes. Le thème du califat arabe à restaurer, et même d’un Etat arabe à créer, fait peu à peu son chemin.

142Il est exprimé avec vigueur par le palestinien chrétien Negib Azoury dans un ouvrage déjà évoqué, « Le réveil de la nation arabe dans l’Asie turque », publié à Paris en 1905. Il y réclame la constitution d’un Empire Arabe indépendant s’étendant du Tigre et de l’Euphrate à la Méditerranée. Cette revendication sera reprise ensuite par la plupart des nationalistes arabes.

143Mais le nationalisme arabe n’a pas d’expression politique organisée avant 1908. A cette date, une Révolution se produit à Istanbul. Le mouvement des « Jeunes-Turcs » s’empare du pouvoir et instaure un nouveau régime en principe libéral et parlementaire. Ce changement est en général bien accueilli. Une vie politique active se développe, et les élections permettent une large représentation, au Parlement, des nationalités non-turques de l’Empire, au premier rang desquelles se trouvent les Arabes. Les représentants de ces nationalités attendent du nouveau pouvoir une politique d’ouverture, qui tienne largement compte de la diversité de la population de l’Etat Ottoman : les non-musulmans escomptent un renforcement de leur autonomie culturelle (déjà reconnue par le système des millets) ; les musulmans non-turcs, qui ne disposent, eux, d’aucun privilège, espèrent la mise en œuvre d’une politique de décentralisation.

144Or, les Jeunes-Turcs ont fait la Révolution de 1908 pour sauver l’unité de l’Empire, qu’ils jugent menacée. Ils entendent renforcer la cohésion de cet Empire par une politique d’unification et de centralisation, en rupture complète avec la tradition de respect des particularismes communautaires. Le programme de centralisation se traduit par l’imposition de la langue turque dans l’administration, la justice et l’enseignement. Les mesures prises débouchent sur un véritable processus de turquisation qui s’accompagne, dans les cercles dirigeants, de toute une exaltation de la nation turque. Cette politique suscite de très vifs mécontentements, notamment dans la population arabe. La volonté centralisatrice conduit, en effet, à remplacer dans l’appareil d’Etat les Arabes, nommés sous le sultan Abdul-Hamid, par les Turcs liés au parti au pouvoir.

145L’affirmation du nationalisme turc favorise, par contrecoup, le développement des aspirations nationalistes des peuples non-turcs. L’opposition arabe exige, à l’encontre de la politique gouvernementale, une décentralisation des structures de l’Empire. Elle s’exprime au Parlement, mais aussi dans des mouvements politiques. Un parti de la décentralisation ottomane est crée au Caire en 1912, tandis qu’un Comité des Réformes groupant des Arabes de toutes confessions voit le jour à Beyrouth en 1913. Ces mouvements ont des ramifications et tiennent des réunions dans les principales villes de Syrie et d’Irak (Damas, Alep, Acre, Naplouse, Bagdad). Grâce à leurs relations avec les Syriens exilés, ils peuvent organiser un Congrès arabe à Paris en juin 1913. Les résolutions adoptées restent modérées. On y revendique seulement l’autonomie des provinces arabes de l’Empire Ottoman. Cette modération favorise l’ouverture de négociations avec des représentants du gouvernement turc. Mais les mesures prises à l’issue des discussions sont de portée très limitée.

• Juin 1913 – Résolutions du Congrès arabe de Paris
« 1° Des réformes radicales et urgentes sont nécessaires dans l’Empire ottoman ».
« 2° Il importe d’assurer aux Arabes ottomans l’exercice de leurs droits politiques en rendant effective leur participation à l’administration centrale de l’Empire ».
« 3° Il importe d’établir dans chacun des vilayets syriens et arabes un régime décentralisateur approprié à ses besoins et à ses aptitudes ».
« 4° Le vilayet de Beyrouth, ayant formulé ses revendications dans un projet spécial voté le 31 janvier 1913 par une assemblée générale du vilayet et de la nomination de conseillers étrangers, le Congrès demande la mise en application du susdit projet ».
« 5° La langue arabe doit être reconnue au parlement ottoman et considérée comme officielle dans les pays syriens et arabes ».
« 6° Le service militaire sera régional dans les vilayets syriens et arabes, en dehors des cas d’extrême nécessité... ».
« 9° Les présentes résolutions seront communiquées au gouvernement impérial ottoman ».
« 10° Il sera fait également communication des mêmes résolutions aux puissances amies de l’Empire ottoman ».
« Annexe aux précédentes résolutions » : « 1° Aussi longtemps que les résolutions votées par le présent Congrès n’auront pas été dûment exécutées, les membres des comités réformistes arabes syriens s’abstiendront d’accepter toute fonction dans l’Empire ottoman, à moins d’une autorisation expresse et spéciale de leurs comités respectifs ».
« 2° Les présentes résolutions constitueront le programme politique des Syriens et Arabes ottomans. Aucun candidat aux élections législatives ne sera appuyé s’il ne s’est engagé au préalable à défendre le susdit programme et à en poursuivre l’exécution ».
Source : L’Orient arabe. H. Laurens – A. Colin p. 133.

146A côté des organisations politiques arabes agissant au grand jour, se forment des sociétés secrètes qui recrutent leurs adhérents soit parmi les officiers arabes de l’armée ottomane (c’est le cas de groupements intitulés Al Qahtania ou Al-Ahd dont l’objectif est la création d’une confédération turco-arabe), soit parmi les intellectuels (c’est le cas de Al-Fatat ou Organisation Jeune-Arabe fondée en 1911 à Paris par des étudiants musulmans, puis transférée à Damas, et qui revendique l’indépendance totale des Arabes.

147Certains éléments issus de ces sociétés secrètes commencent à envisager l’idée d’un soulèvement arabe contre les Turcs. Mais conscients de la faiblesse du mouvement nationaliste, ils sollicitent l’appui des princes de la péninsule arabe, largement autonomes à l’égard d’Istanbul. Des contacts sont établis particulièrement avec l’émir de la province du Hedjaz qui tire son prestige de sa double qualité de gardien des villes saintes de l’Islam (Médine et La Mecque) et de descendant du Prophète, ce qui lui vaut le titre de Chérif. Depuis 1908, c’est le Chérif Hussein, de la famille des Hachémites, qui règne sur le Hedjaz. Hussein se montre d’autant plus sensible aux arguments des nationalistes arabes qui recherchent son soutien, que ses relations avec le pouvoir jeune-turc sont difficiles. Il s’inquiète, lui aussi, de la politique de centralisation du gouvernement d’Istanbul qui menace l’autonomie de son émirat. Cette inquiétude le pousse également à prendre contact, en 1913, avec les Britanniques, installés en Egypte.

148Les puissances européennes s’intéressent, en effet, depuis longtemps à l’évolution politique de l’Empire Ottoman, qui fait l’objet de bien des convoitises. La Grande-Bretagne avait longtemps défendu le principe du maintien de l’intégrité de l’Empire Ottoman, équilibrant ainsi la politique de la Russie, traditionnellement hostile aux Turcs et périodiquement en conflit avec eux. Or, au début du XXe siècle, la Grande-Bretagne se rapproche de la France et de la Russie par crainte de la puissance allemande. Cette évolution de l’attitude britannique ne peut qu’encourager les dirigeants turcs à développer leurs relations avec l’Allemagne, qui manifeste un intérêt croissant pour le Proche-Orient. Il en résulte un développement rapide de l’influence allemande dans l’Empire Ottoman.

149La Grande-Bretagne s’en inquiète. Elle se préoccupe notamment de la protection du canal de Suez qui peut être menacé, en cas de conflit, par les forces turques qui disposent d’un réseau ferroviaire en pleine extension. Les Britanniques font pression sur Istanbul et obtiennent, en 1906, le rattachement du Sinaï à l’Egypte. Dès ce moment, les stratèges britanniques jugent que la Palestine doit être intégrée, d’une manière ou d’une autre, au système de défense de l’Empire. Les Anglais s’intéressent, dans le même temps, aux manifestations d’autonomisme des Arabes. Ils accueillent favorablement les ouvertures de l’émir du Hedjaz, Hussein, sans prendre cependant d’engagement à son égard.

150Jusqu’à la Première Guerre mondiale, c’est donc avant tout contre les Ottomans que le mouvement nationaliste arabe s’organise. Toutefois, dès avant 1914, la revendication de l’autonomie à l’intérieur de l’Empire Ottoman va de pair, pour une partie au moins des nationalistes, avec la dénonciation du péril représenté, selon eux, par le développement du mouvement sioniste.

L’opposition naissante au Sionisme

151On a déjà vu que la fondation de colonies juives en Palestine avait suscité, de bonne heure, des protestations. La mise en forme du projet sioniste par Théodore Herzl et la constitution du sionisme en tant que mouvement ne sont pas passées inaperçues dans les milieux dirigeants arabes de Palestine et y suscitent des réactions défavorables.

152Cette opposition arabe n’est pas à l’origine d’inspiration nationaliste, comme en témoignent ces extraits d’une lettre adressée en 1899 au grand rabbin de France par un ancien maire de Jérusalem, Youssouf Alkhalidy :

  • 34 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 217 et sq.

« Qui peut contester les droits des Juifs sur la Palestine ? Mon Dieu, historiquement, c’est bien votre pays ! Et quel spectacle merveilleux ça serait si les Juifs, si doués, étaient de nouveau reconstitués en une nation indépendante respectée, heureuse, pouvant rendre à la pauvre humanité des services dans le domaine moral comme autrefois !
Malheureusement, les destinées des nations ne sont point gouvernées seulement par ces conceptions abstraites, si pures, si nobles qu’elles puissent être. 11 faut compter avec la réalité, avec les faits acquis, avec la force, oui, avec la force brutale des circonstances. Or la réalité est que la Palestine fait maintenant partie intégrale de l’Empire Ottoman et, ce qui est plus grave, elle est habitée par d’autres que des Israélites. Cette réalité, ces faits acquis, cette force brutale des circonstances ne laissent au sionisme, géographiquement aucun espoir de réalisation, et ce qui est surtout important, menacent d’un vrai danger la situation des Juifs en Turquie...
Certes, les Turcs et les Arabes sont généralement bien disposés envers vos coreligionnaires. Cependant, il y a parmi eux aussi des fanatiques, eux aussi, comme toutes les autres nations même les plus civilisées, ne sont pas exempts des sentiments de haine de race. En outre, il y a en Palestine des chrétiens fanatiques, surtout parmi les orthodoxes et les catholiques qui, considérant la Palestine comme devant appartenir à eux seulement, sont très jaloux des progrès des Juifs dans le pays de leurs ancêtres et ne laissent passer aucune occasion pour exciter la haine des musulmans contre les Juifs...
Il faut donc pour la tranquillité des Juifs en Turquie que le mouvement sioniste, dans le sens géographique du mot, cesse. Que l’on cherche un endroit quelque part pour la malheureuse nation juive, rien de plus juste et équitable...
Mais, au nom de Dieu, qu’ON LAISSE TRANQUILLE LA PALESTINE...»34.

153L’auteur de cette lettre admet qu’il peut exister un droit historique des Juifs à s’établir en Palestine. Mais il écarte immédiatement cette perspective au nom des réalités géographiques du moment. Et surtout il entrevoit que le sionisme peut contribuer à éveiller le nationalisme arabe local en réunissant dans une même opposition Chrétiens et Musulmans. La suite des événements confirme cette analyse.

154Au début du XXe siècle, l’opposition au sionisme se radicalise chez certains Palestiniens arabes. Dans le « Réveil de la Nation arabe » (ouvrage déjà cité) publié en 1908 à Paris, et que certains considèrent comme une véritable réplique à « l’Etat Juif » de Herzl, Negib Azoury s’en prend cette fois à la légitimité historique de la revendication sioniste :

  • 35 Texte cité par Charles Zorgbihe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 42.

« La Palestine, telle que veulent la reconstituer les Juifs d’aujourd’hui, serait beaucoup plus grande que celle qu’ils ont possédée dans les différentes phases de leur existence historique. Ni du temps de Josué ni sous la monarchie de David et de Salomon, les Juifs n’ont pu occuper les frontières naturelles du pays pour barrer le passage aux conquérants et aux envahisseurs. Même à l’époque de, ces deux rois, la Palestine n’a jamais abrité dans son sein un seul et même peuple, partant la même langue, ayant les mêmes origines historiques, professant le même culte et pratiquant les mêmes coutumes ; car les Juifs ne purent exterminer, ni asservir les nations diverses qui habitaient la vallée du Jourdain et la terre de Chanaan... Les douze tribus d’Israël, prises collectivement, n’étaient pas plus nombreuses que chacune des races au milieu desquelles elles s’étaient établies »35.

155En Palestine même, l’opposition au sionisme se manifeste ouvertement, surtout à partir de 1908, date de la Révolution jeune-turque. Un climat de liberté, inconnu jusqu’alors, s’instaure et favorise le développement en Palestine, comme dans le reste de l’Empire Ottoman, d’une importante activité politique.

156L’antisionisme arabe s’exprime par des campagnes de presse menées par les journaux palestiniens dont les plus engagés sont créés par des Arabes chrétiens. Des sociétés antisionistes se constituent en Palestine et dans les milieux palestiniens à l’étranger. Les propagandistes arabes dénoncent les idées et les activités sionistes et mettent en cause l’attitude des autorités turques accusées de passivité, voire même de complaisance à l’égard des Juifs.

157Le sionisme est analysé comme une menace non seulement pour les Arabes de Palestine, mais pour la nation arabe tout entière, comme en témoignent les citations suivantes :

158La première est extraite d’un tract datant du printemps 1911 :

  • 36 Textes cités par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, pp. 24-38.

« Le sionisme est le danger que court notre patrie,... c’est la source des tromperies que nous subissons et que nous devons craindre plus que d’avancer seuls au plus profond de la nuit. Plus encore, c’est aussi le présage de notre exil à venir, loin de notre terre natale, de notre départ loin de nos foyers et de nos biens »36.

159La seconde provient d’une interview d’un juriste arabe de Jérusalem, publiée en mars 1914 :

  • 37 Textes cités par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, pp. 24-38.

« Les sionistes veulent prendre possession de la Palestine, c’est-à-dire du cœur des pays arabes, lien central entre la Péninsule arabe et l’Afrique. Il semble par conséquent qu’ils veulent briser la chaîne et diviser la nation arabe (al-’Umma al-’arabiyya) en deux parties pour en empêcher l’unification dans la solidarité. Le peuple devrait être conscient du fait qu’il possède un territoire et une langue ; tuer une nation, lui couper la langue et occuper son territoire, voilà ce que les sionistes ont l’intention de faire de la nation arabe »37

160Il y a là des arguments qui seront souvent repris par la suite, mais surtout ce dernier texte témoigne du fait qu’il n’existe pas encore, avant 1914, de nationalisme palestinien spécifique. C’est le destin de la nation arabe tout entière qui est pris en considération.

161La dénonciation du sionisme ne se limite pas à des idées générales. Plus concrètement, elle consiste à protester :

  • contre l’immigration juive en Palestine.

162Les arabes dénoncent en particulier le fait (déjà mentionné) que beaucoup d’immigrants Juifs conservent leur statut d’étrangers, bénéficiant ainsi de la protection des consulats européens et d’exemptions fiscales.

  • contre l’achat de terres par les Juifs.

163Ces colons Juifs acquièrent des terres, principalement auprès de grands propriétaires citadins, palestiniens ou non. Les paysans arabes qui exploitaient ces terres et en étaient donc les véritables occupants sont évincés.

164Cette situation résulte de l’application de la législation foncière élaborée par le pouvoir ottoman à partir de 1858. Elle a favorisé, on l’a vu, la constitution au détriment des communautés villageoises d’une grande propriété foncière. Les paysans sont devenus des tenanciers. Ils ont continué à exploiter les terres comme par le passé, mais leur condition est devenue précaire. Cette précarité se trouve mise en évidence quand des propriétaires acceptent, à partir de la fin du XIXe siècle, de vendre des terres aux immigrants Juifs, les paysans arabes ressentent leur éviction comme une véritable dépossession, d’autant plus que les colons juifs, surtout ceux qui arrivent au début du XXe siècle, entendent bien cultiver eux-mêmes les terres acquises et excluent l’emploi de main-d’œuvre arabe.

165La question foncière provoque le développement d’une certaine agitation populaire (manifestations contre les ventes de terre, pétitions adressées aux autorités pour exiger des mesures dirigées contre l’implantation des Juifs en Palestine).

166Ainsi, en décembre 1910, le gouverneur arabe de Nazareth, dans une lettre ouverte signée « Saladin », met en cause la tendance des Juifs de Palestine à s’organiser en une communauté autonome dotée de ses structures propres, distinctes de celles de l’Etat ottoman :

  • 38 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Ed Complexe, pp. 33 (...)

« Chaque village a établi un bureau administratif et chaque district un administrateur général. Ils ont un drapeau bleu au milieu duquel se trouve une étoile de David... Ils lèvent ce drapeau au lieu du drapeau ottoman dans leurs célébrations et leurs rassemblements et ils chantent l’hymne sioniste. Ils trompent le gouvernement quand ils se font inscrire sur les registres comme sujets ottomans car ils continuent à détenir des passeports étrangers qu’ils possèdent... Ils donnent à leurs enfants un entraînement physique et leur apprennent le maniement des armes... Ils ont un service de poste spécial... qui prouve qu’ils ont commencé à établir leurs objectifs politiques et leur gouvernement imaginaire. Si le gouvernement n’oppose pas une limite à ce courant torrentiel, bientôt la Palestine deviendra la propriété de l’organisation sioniste... »38.

167Des colonies juives sont victimes d’agressions.

168Pourtant cette protestation antisioniste ne fait pas l’unanimité parmi les nationalistes arabes.

169En février 1913 le quotidien égyptien al-Ahram écrit :

  • 39 Ibid., p. 36.

« Il est absolument indispensable qu’il y ait une entente entre sionistes et Arabes car cette guerre des mots ne peut faire que du mal. Les sionistes sont nécessaires à la région ; le capital qu’ils apporteront, leurs connaissances, leur intelligence et l’esprit industrieux qui les caractérise contribueront sans aucun doute à la régénération de la région »39.

170Le Congrès arabe, réuni à Paris en juin 1913, n’adopte aucune résolution relative à la colonisation juive en Palestine. Au contraire, en marge de ce congrès, des contacts se sont établis entre sionistes et nationalistes arabes. La formation d’un front commun arabo-sioniste contre les Turcs est même envisagé par certains. Mais ces contacts, on le sait, restent infructueux.

171En 1914, l’évolution de la Palestine reste un problème d’ordre local, relevant de la seule autorité de l’Empire Ottoman, malgré l’intérêt que les grandes puissances européennes manifestent pour cette région. C’est la Première Guerre mondiale qui donne à la question de la Palestine une dimension tout à fait nouvelle, une portée véritablement internationale.

Le Moyen-Orient en 1914

Le Moyen-Orient en 1914

Notes

1 Texte cité par Charles Zorobibe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 44.

2 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique ». Collection Archives, pp. 65-66.

3 Texte cité par Bemhard Blumenkranz dans « Histoire de l’Etat d’Israël ». Privat,. p. 27.

4 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël ». France Empire, p. 53.

5 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour ». Collection Archives Julliard, p. 46.

6 Texte cité par Charles Zorgbibe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 15.

7 Texte cité par Béatrice Philippe dans « Etre Juif dans la société française ». Editions Montalba, p. 112.

8 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique ». Collection Archives, p. 29.

9 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 23.

10 Les extraits de l’ouvrage de Moïse Hess cités ici sont tirés de l’« Histoire du Sionisme » de Walter Laqueur. Collection Tel. Gallimard, Tome 1, pp. 84-85 et de « Naissance du sionisme politique », de Yohanan Manor, p. 32.

11 Texte cité par Paul Giniewski dans « Préhistoire de l’Etat d’Israël ». France Empire, pp. 71-72.

12 Extraits de la brochure de Léo Pinsker cités par :
– Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine ». La Baconnière, p. 16.
– J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire ». Grasset, p. 64.

13 Extraits de la brochure de Léo Pinsker cités par 
– Simon Jargy dans « Guerre et paix en Palestine ». La Baconnière, p. 16.
– J.-P. Alem dans « Juifs et Arabes. 3 000 ans d’histoire ». Grasset, p. 64.

14 Texte cité par G. Pelissié du Rausas dans « Le régime des Capitulations dans l’Empire Ottoman », tome 1, p. 460.

15 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’Histoire », Ed. Complexe, pp. 24-25.

16 Texte cité par Renée Nehrer-Bernheim dans « La déclaration Balfour », pp. 64-65.

17 Texte cité dans le recueil intitulé « Sionismes. Textes fondamentaux », p. 257.

18 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 104.

19 Ibid., p. 114.

20 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 190.

21 Ibid., p. 131.

22 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « Jérusalem. Trois millénaires d’histoire Albin Michel, p. 170.

23 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 146.

24 Texte cité par Daniel Amson dans « Israël et Palestine », P.U.F., p. 38.

25 Texte cité par Renée Nemer-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 88.

26 Texte cité par Alain Boyer dans « Les origines du sionisme », Q.S.J., P.U.F., p. 114.

27 Texte cité par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, p. 16.

28 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 186.

29 Nadine Picaudou « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Editions Complexe, p. 23.

30 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 228.

31 Des extraits du texte de Ahad Haam figurent dans divers ouvrages qui traitent de l’histoire du sionisme ou de l’Etat d’Israël. Nous avons retenu ici deux extraits :
le plus important (1) provient du recueil intitulé « Sionismes. Les textes fondamentaux », Albin Michel, pp. 394-395 ;
le second (2) est cité par Ernst Pawel dans sa biographie de Herzl « Théodore Herzl ou le labyrinthe de l’exil », Seuil, p. 318.

32 Texte cité par Renée Neher-Bernheim dans « La déclaration Balfour », p. 112.

33 Texte cité par Walter Laqueur dans « Histoire du sionisme », Collection Tel. Gallimard, tome 1, p. 338.

34 Texte cité par Yohanan Manor dans « Naissance du sionisme politique », p. 217 et sq.

35 Texte cité par Charles Zorgbihe dans « Terres trop promises ». La Manufacture, p. 42.

36 Textes cités par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, pp. 24-38.

37 Textes cités par A.-W. Kayyali dans « Histoire de la Palestine », L’Harmattan, pp. 24-38.

38 Texte cité par Nadine Picaudou dans « Les Palestiniens. Un siècle d’histoire », Ed Complexe, pp. 33-34.

39 Ibid., p. 36.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48743/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Les colonies juives en Palestine en 1914
Crédits Source : La Palestine. Histoire d’une Terre. B. Scarcia Amoretti, L’Harmattan, p. 147.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48743/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Le Moyen-Orient en 1914
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48743/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search