Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

De la domination de Rome à la conquête par les Ottomans

Texte intégral

1L’écrasement des dernières révoltes juives ouvre une très longue période d’environ 18 siècles durant laquelle la Palestine passe sous la domination des différents Etats qui prennent successivement le contrôle de la région. La Palestine n’a plus d’histoire propre. Elle n’est plus en général qu’une province secondaire d’Etats beaucoup plus vastes.

2Une présence juive assez importante s’y maintient au cours du 1er millénaire. Elle décline ensuite pour devenir même un temps presque symbolique. D’autres traditions culturelles et religieuses s’implantent et deviennent majoritaires dans la population de la région.

L’empire chrétien

3Au cours des premiers siècles de notre ère, la Palestine n’est plus qu’une province ou un groupe de provinces de l’Empire Romain, puis de l’Empire Byzantin qui lui succède en Orient.

4Après l’écrasement de la dernière grande révolte anti-romaine, s’ouvre une période d’apaisement. Rome, soucieuse de ramener le calme dans une région géographiquement sensible de l’Empire, se prête à un compromis.

5En échange de sa soumission, le droit de la nation juive à préserver son identité est reconnu. Le judaïsme reste une religion légale. La population juive de Palestine peut avoir ses propres institutions disposant de pouvoirs administratifs et judiciaires (le droit ayant un fondement religieux). Le pouvoir est confié à un patriarche héréditaire qui est assisté d’un sanhédrin et d’une haute-cour rabbinique. Un important travail de codification est effectué qui vise à intégrer la tradition orale dans la législation. C’est l’origine du Talmud qui devient une des bases essentielles de la culture juive.

6Un changement important intervient avec l’élévation du christianisme au rang de religion d’Etat de l’Empire Romain au cours du IVe siècle.

7Pendant les trois premiers siècles de notre ère, le christianisme ne joue pas de rôle important en Palestine, bien que ce pays soit le point de départ de l’évangélisation. Son implantation se limite aux villes et aux régions les plus hellénisées.

8En devenant religion impériale, le christianisme renforce ses positions. Le nombre des évêchés palestiniens, longtemps modeste, s’accroît sensiblement. Jérusalem, qui retrouve son nom originel mais reste fermée aux Juifs, devient une ville uniquement chrétienne. Des sanctuaires sont édifiés dans les lieux saints chrétiens qui attirent de nombreux pèlerins. L’empereur Constantin fait édifier une basilique à l’emplacement présumé du tombeau du Christ.

9Pourtant l’expansion du Christianisme continue à se heurter à la résistance des Juifs et des Samaritains qui constituent ensemble la majorité de la population palestinienne jusqu’à la conquête arabe. Sous l’influence des évêques, le pouvoir impérial prend des mesures à l’encontre des communautés réfractaires à l’évangélisation. En 438, le code Théodosien reprend et renforce les interdictions applicables aux Juifs (prosélytisme, mariage avec des Chrétiens, accès aux fonctions publiques...). En 453, le patriarcat juif est supprimé privant complètement les Juifs de Palestine de toute structure de type politique qui leur soit propre. Au VIe siècle, le Code de Justinien omet de mentionner le judaïsme comme religion légale dans l’Empire.

10Les Samaritains, dont l’existence était depuis longtemps admise, sont touchés eux aussi par la politique impériale et réagissent violemment. A deux reprises, ils s’insurgent (484, 529) et sont défaits. Beaucoup d’entre eux sont massacrés.

11Les Juifs, échaudés par les expériences passées, se tiennent à l’écart des révoltes. En revanche ils accueillent plutôt favorablement l’invasion de la Palestine par les Perses, en conflit avec Byzance, au début du VIIe siècle. Les Juifs ouvrent aux Perses les portes de leurs villes et s’engagent en grand nombre dans leur armée. Les chroniqueurs tant byzantins qu’arabes en témoignent.

« Lors de la marche des Perses sur Jérusalem, les Juifs de Tibériade, de la Galilée, de Nazareth et des contrées voisines, s’unirent à eux et les aidèrent à détruire les sanctuaires », écrit l’annaliste arabe Eutychius au Xe siècle.

12Jérusalem est prise en 614 et son gouvernement est confié aux Juifs. Mais très vite, les Perses soucieux de ménager les Chrétiens leur rendent le contrôle de la ville. Une dizaine d’années plus tard, l’Empire byzantin parvient à renverser la situation à son profit et à rétablir son autorité sur les provinces orientales. En 629, l’empereur Héraclius rentre dans Jérusalem dont les Juifs sont de nouveau chassés. La reconquête byzantine s’accompagne de représailles. Des massacres se produisent et surtout obligation est faite aux Juifs de se convertir au christianisme. Mais les Byzantins n’ont guère le temps d’appliquer cette décision. Ils doivent bientôt faire face au déclenchement de la conquête arabe.

La conquête arabe et ses conséquences

13Les tribus arabes converties à l’Islam et fédérées par Mahomet, se lancent peu après la mort du prophète (632) dans une vaste entreprise de conquête territoriale.

14Le Coran prescrit aux croyants de l’Islam de mener la guerre sainte (djihad) contre les infidèles :

« Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier, qui ne regardent point comme défendu ce que Dieu et son apôtre ont défendu, et à ceux d’entre les hommes des Ecritures qui ne professent pas la vraie religion. Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’il paient le tribut de leurs propres mains et qu’ils soient soumis ».
(Sourate 9, verset 29)

15Les arabes mettent à profit l’affaiblissement des empires voisins et remportent des succès rapides. Les forces byzantines sont défaites à la bataille de Yarmouk (636) au sud du lac de Tibériade et s’emparent de la Palestine. Ils mettent le siège devant Jérusalem qui se rend au début de l’année 638, après que le calife Omar, en personne, ait garanti aux habitants « la sauvegarde pour leurs personnes, leurs églises et leur culte en général » contre l’obligation de payer une taxe personnelle.

16Les populations de Syrie-Palestine accueillent plutôt favorablement la conquête arabe. Les historiens suggèrent souvent que les conquérants ont trouvé des complicités, voué des auxiliaires parmi les communautés en conflit avec le pouvoir byzantin : Samaritains, Chrétiens arabes ou en dissidence à l’égard de Constantinople, Juifs.

17Comme beaucoup d’autres territoires conquis alors par les Arabes, la Palestine connaît un double processus d’arabisation et d’islamisation.

18L’arabisation est en partie ethnique. La conquête entraîne l’arrivée de populations arabes en Palestine. Deux groupes principaux viennent s’y établir : les Qaysi en Palestine méridionale et les Yamani au nord et dans la zone côtière. La plupart des nouveaux venus se sédentarisent, mais conservent une organisation sociale de type tribal. Certains restent nomades et la présence de tribus bédouines en Palestine devient un élément important de la vie du pays.

19L’arabisation est surtout culturelle avec notamment l’adoption de la langue arabe. On avance souvent comme facteur d’explication les mesures d’arabisation du calife ommeyade Abd-El-Malik (685-705) qui traduisent la volonté de mieux contrôler une administration demeurée aux mains de fonctionnaires indigènes. Mais ces mesures ne peuvent à elles seules expliquer l’arabisation des populations dont les modalités restent mal connues. Il s’agit en tout cas d’un processus progressif, plus rapide semble-t-il dans les villes que dans les campagnes où l’araméen subsiste plus longtemps, et qui s’étend sur plus de deux siècles. Par la suite l’arabe devient même une des langues liturgiques dans l’Eglise melkite, c’est-à-dire grecque orthodoxe, de Syrie-Palestine.

20Quant à l’islamisation, elle apparaît comme un phénomène encore plus complexe à appréhender. Il n’y a pas eu de la part des autorités musulmanes de politique générale de conversion forcée, même si ce type de pratique a existé. En fait, les Musulmans sont restés assez longtemps minoritaires. Selon certaines sources qui concernent la Syrie, ils ne deviennent la majorité qu’à partir des Xe-XIe siècles. En dépit de cette évolution, la Syrie-Palestine, contrairement à d’autres parties de l’empire arabe, n’a jamais été entièrement islamisée. Il subsiste une forte minorité chrétienne divisée elle-même en plusieurs appartenances, avec une prédominance en Palestine de l’Eglise melkite.

21L’implantation de tribus bédouines en Palestine a entraîné une tendance à l’urbanisation des communautés chrétiennes notamment chez les grecs orthodoxes ; toutefois il subsiste des villages chrétiens notamment en Galilée.

22La place des Chrétiens dans la vie sociale reste importante et malgré les interdits de la loi islamique (on y reviendra) nombre d’entre eux occupent des postes administratifs au service de l’Etat musulman. Malgré les perturbations provoquées par la conquête arabe, une vie religieuse active se maintient, centrée notamment sur les monastères, et les Lieux saints du christianisme attirent des pèlerins venant de l’ensemble de la chrétienté.

23A côté des Chrétiens, la Palestine continue d’abriter une communauté juive dont la situation évolue plutôt favorablement avec la conquête arabe, par rapport à la période byzantine. A l’instar des Chrétiens, mais de manière encore plus marquée, la population juive de Palestine devient essentiellement urbaine, Les Juifs retrouvent peu à peu le droit de s’installer à Jérusalem. La principale école talmudique (yeshiva) qui régit la vie des Juifs de Palestine est transférée de Tibériade à Jérusalem. Mais l’urbanisation ne se limite pas à la Ville sainte. Des communautés importantes existent dans la plupart des centres urbains du pays.

24La minorité juive de Palestine est par ailleurs renforcée par la venue d’éléments de la diaspora, en provenance surtout d’autres régions de l’empire arabe, et qui s’établissent en Terre Sainte. On peut noter par exemple la formation, au cours du IXe siècle, au sein du judaïsme oriental, d’un courant dissident, le karaîsme, qui prône le retour des Juifs en Palestine. Un important foyer karaïte s’implante à Jérusalem.

25La position minoritaire des Musulmans, dans les premiers temps de la conquête, amène les dirigeants de l’empire arabe à élaborer un statut des populations non-musulmanes, en particulier les Juifs et les Chrétiens.

26Pour les Musulmans, ils sont les gens du Livre qui ont reçu les Ecritures, Bible et Evangiles, dont le Coran se veut le prolongement et l’aboutissement. La question des rapports avec les non-musulmans est abordée dans plusieurs sourates du Coran. Le message délivré est ambivalent. Tantôt c’est la méfiance qui prévaut comme le montrent ces versets de la 5e sourate :

« Vous qui croyez, ne prenez pas de Juifs et de Chrétiens pour amis ».
(Verset 51)

27ou encore :

« Vous qui avez le Livre, que nous reprochez-vous sinon de croire en Allah, à ce qu’il nous révèle et à ce qu’il révélait avant nous ? Mais la plupart d’entre vous êtes pervers ».
(Verset 59)

28Tantôt au contraire, le ton est beaucoup plus conciliant :

« Ne discutez avec les gens du Livre que de la manière la plus courtoise sauf avec ceux d’entre eux qui sont injustes.
Dites : Nous croyons à ce qu’on nous a révélé et à ce qu’on vous a révélé. Notre Dieu est unique, le même que le vôtre, et nous lui sommes soumis ».
(Sourate 29 verset 46)

29Concrètement, Juifs et Chrétiens ont le statut de « dhimmis » (ou gens du pacte). Leur statut est défini par un pacte (ou dhimma) entre le pouvoir musulman et les communautés non-musulmanes, connu sous le nom de « pacte d’Omar ». La tradition en attribue en effet la paternité au calife Ontar I (634-644), mais le texte, dont les versions les plus anciennes qui nous soient parvenues ne remontent pas au-delà du XIIe siècle, ne date certainement pas des premiers temps de l’Islam. Son authenticité même est mise en doute par certains (voir Bernard Lewis dans l’ouvrage intitulé « Juifs en terre d’Islam »).

30Il semble en fait que ce document soit une compilation de dispositions élaborées progressivement, dont certaines pourraient dater du règne du calife Omar II (717-720) connu pour sa volonté d’appliquer les préceptes musulmans dans toute leur rigueur. C’est peut-être l’origine d’une confusion volontaire sur le nom de l’auteur supposé du pacte. Ce « pacte d’Omar », qui reste en vigueur jusqu’au XIXe siècle, assure la protection des populations non-musulmanes et en même temps les établit dans une situation juridique et sociale inférieure.

  • 1 Appelation père de (Abū).

Le pacte dit de ‘Umar
On lient de ‘Abd al-Raḥmān b. Ghunm (m. 687) ce qui suit : lorsque ‘Umar Ibn al-Khaṭṭāb eut accordé la paix aux chrétiens de Syrie, nous lui écrivîmes une lettre ainsi conçue :
Au nom d’Allāḥ, le Bienfaiteur miséricordieux !
Ceci est une lettre adressée par les chrétiens de telle ville au serviteur d’Allāḥ, ‘Umar Ibn al-Khattâb, commandeur des croyants. Quand vous êtes venus dans ce pays, nous vous avons demandé la sauvegarde (aman) pour nous, notre progéniture, nos biens et nos coreligionnaires, et nous avons pris par devers vous l’engagement suivant :
Nous tiendrons nos portes grandes ouvertes aux passants et aux voyageurs. Nous donnerons l’hospitalité à tous les musulmans qui passeront chez nous et les hébergerons durant trois jours.
Nous ne donnerons asile, ni dans nos églises ni dans nos demeures, à aucun espion.
Nous ne cacherons rien aux musulmans qui soit de nature à leur nuire.
Nous n’enseignerons pas le Coran à nos enfants.
Nous ne manifesterons pas publiquement notre culte et ne le prêcherons pas. Nous n’empêcherons aucun de nos parents d’embrasser l’islam, si telle est sa volonté.
Nous serons plein de respect envers les musulmans. Nous nous lèverons de nos sièges lorsqu’ils voudront s’asseoir.
Nous ne chercherons point à leur ressembler, sous le rapport des vêtements, par le bonnet (qalanswa), le turban ou les chaussures, ou par la manière de peigner nos cheveux.
Nous ne ferons point usage de leur parler ; nous ne prendrons pas leurs kunya1.
Nous ne monterons point sur des selles.
Nous ne ceindrons pas l’épée. Nous ne détiendrons aucune espèce d’arme et n’en porterons point sur nous.
Nous ne ferons point graver nos cachets en caractères arabes.
Nous ne vendrons point de boissons fermentées.
Nous nous tondrons le devant de la tête.
Nous nous habillerons toujours de la même manière, en quelque endroit que nous soyons. Nous nous serrerons la taille avec la ceinture (zunnār).
Nous ne ferons point paraître nos croix et nos livres sur les chemins fréquentés par les musulmans et dans leurs marchés. Nous ne battrons la simandre (nāqūs) dans nos églises que très doucement. Nous n’y élèverons pas la voix en présence des musulmans. Nous ne ferons pas les processions publiques du dimanche des Rameaux et de Pâques. Nous n’élèverons pas la voix en accompagnant nos morts. Nous ne prierons pas à voix haute sur les chemins fréquentés par les musulmans et dans leurs marchés. Nous n’enterrerons point nos morts dans le voisinage des musulmans.
Nous n’emploierons pas les esclaves qui sont échus en partage aux musulmans.
Nous n’aurons point de vue sur les maisons des musulmans.
Telles sont les conditions auxquelles nous avons souscrit, nous et nos coreligionnaires, et en échange desquelles nous recevons la sauvegarde. S’il nous arrivait de contrevenir à quelques-uns de ces engagements dont nos personnes demeurent garantes, nous n’aurions plus droit à la dhimma et nous serions passibles des peines réservées aux rebelles et aux séditieux.
Version donnée par Ibn Abi Randaqa al-Turtushi (XIIe siècle)
Source : Communautés chrétiennes en pays d’Islam. A.-M. Eddé, F. Micheau, C. Picard - SEDES © SEDES, 1997, p. 188.

31Grâce au pacte, les « Gens du Livre » ont le droit de demeurer en terre d’Islam, de pratiquer leur culte, de conserver leurs institutions religieuses et juridiques. En contrepartie, ces « dhimmis » doivent s’acquitter d’un impôt de capitation (djizya) auquel échappent les Musulmans, et surtout se soumettre à un vaste ensemble d’interdictions : interdiction de construire ou réparer les édifices religieux, de célébrer leur culte publiquement, d’épouser une musulmane, de posséder des esclaves, de porter les armes et, au moins en théorie, d’occuper des emplois publics ; ce à quoi s’ajoute l’obligation de porter des signes distinctifs d’ordre vestimentaire notamment.

32Les dispositions du pacte sont appliquées avec plus ou moins de rigueur et la condition des non-musulmans a fortement varié selon les périodes au gré des fluctuations de la situation intérieure et extérieure de l’Islam. Les engagements pris par le pouvoir musulman ne sont pas toujours tenus. La protection due aux lieux de culte juifs et chrétiens en particulier est loin d’être toujours assurée. Confiscations et destructions sont fréquentes dans les premiers siècles qui suivent la conquête arabe ; il y a également islamisation de bien des synagogues, églises et autres lieux saints.

33Cette volonté d’islamisation se manifeste notamment à Jérusalem qui connaît une évolution marquée. Ville chrétienne au moment de la conquête arabe, siège depuis 451 d’un des patriarcats de l’Eglise d’Orient, Jérusalem redevient une ville pluriconfessionnelle. Non seulement les Juifs sont admis de nouveau à y résider, mais les califes entendent y développer une présence musulmane.

34Ils manifestent leur attachement à Jérusalem par la construction sur l’esplanade de l’ancien Temple de deux édifices devenus rapidement prestigieux : le Dôme du Rocher, construit à la fin du VIIsiècle par le calife Abd-AlMalik à l’emplacement supposé du sacrifice d’Isaac, et la mosquée El Aqsa, due au calife Walid, successeur du précédent. Mais de l’édifice originel construit au VIIIe siècle il ne reste presque plus rien aujourd’hui. Depuis lors cette esplanade est devenue, pour les Musulmans, le Haram es Sherif, le « noble sanctuaire » qu’ils vénèrent particulièrement.

35Les non-musulmans ne sont pas seulement contraints d’accepter la présence de l’Islam dans certains des hauts-lieux de leur religion. Se pose de façon plus générale la question de l’accès aux lieux saints juifs et chrétiens théoriquement garanti par le pacte, mais qui dépend beaucoup des situations locales que le pouvoir central maîtrise mal. En réalité la « protection » des Lieux Saints est surtout l’occasion pour les responsables locaux ou les chefs bédouins qui contrôlent les régions concernées d’exiger le paiement de lourdes taxes par les dhimmis locaux et les pèlerins (droits pour accéder aux Lieux saints, y prier, taxes pour éviter la profanation des cimetières...). Des pratiques de ce genre sont mentionnées par les chroniqueurs jusqu’au XIXe siècle.

36Au total la situation des non-musulmans se caractérise surtout par sa précarité. Les périodes de relative tolérance et même de prospérité sont entrecoupées de phases de répression et de persécution qui entraînent des conversions à l’Islam ou des exodes de population.

37Les phases de répression sont liées en général à la personnalité des souverains et à leur politique religieuse. Certains califes sont connus pour leur volonté de faire appliquer très strictement la loi islamique dont faisaient partie les règles imposées aux dhimmis. Cela se traduit concrètement par une remise en vigueur de règles mal appliquées et par l’introduction de nouvelles exigences. Les édifices de culte, nouvellement construits, sont détruits. Les califes intransigeants s’efforcent de limiter l’influence intellectuelle des non-musulmans devenus arabophones et de mettre un terme au recrutement de fonctionnaires juifs et chrétiens qui s’était poursuivi malgré les interdictions.

38Les mesures répressives pouvaient déboucher sur la persécution violente. L’exemple le plus connu est celui du calife fatimide Al-Hakim (996-1021) qui va bien au-delà de l’application rigoureuse de la loi musulmane et s’en prend aux communautés juives et chrétiennes. Les biens religieux sont saisis, profanés ou détruits et les pèlerinages proscrits. La destruction, à partir de 1009, de la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem soulève une émotion considérable dans l’ensemble du monde chrétien. Après la mort du calife, la persécution prend fin, mais ce n’est qu’en 1027 que le successeur d’AlHakim autorise la reconstruction du Saint-Sépulcre qui n’est menée à bien que 20 ans plus tard.

39L’immense empire, issu de la conquête arabe, ne peut maintenir longtemps son unité. Il se fractionne en Etats rivaux. La principale rivalité oppose les deux principaux centres de pouvoir du monde musulman, à savoir la Mésopotamie (ou Irak) qui dépend du calife de Bagdad (qui est théoriquement la principale autorité du monde islamique) et l’Egypte qui s’est érigée en califat indépendant.

40Dans la deuxième moitié du XIe siècle, les Fatimides d’Egypte entrent en conflit ouvert avec les Turcs Seldjoukides devenus une des principales forces politico-militaires du Moyen-Orient après avoir pris le contrôle du califat de Bagdad et conquis l’Asie Mineure sur les Byzantins. Les deux puissances se disputent notamment le contrôle de toute la région de Syrie-Palestine. Les Fatimides d’Egypte enlèvent la Palestine aux Abbassides en 969. Leur domination dure un siècle et présente un profil très contrasté. A la relative tolérance dont font preuve en général les Fatamides à l’égard des non-musulmans s’oppose le règne persécuteur du calife Al-Hakim déjà évoqué.

41En 1071 les Turcs Seldjoukides, qui viennent d’infliger une retentissante défaite aux Byzantins à la bataille de Mantzikert, conquièrent à leur tour la Palestine. Cette nouvelle invasion s’accompagne de dévastations et de destructions qui font apparaître les Turcs, par ailleurs Musulmans rigoureux, comme des maîtres redoutables. La conquête turque semble avoir entraîné une certaine fragmentation de l’autorité politique en Syrie-Palestine. La réalité du pouvoir appartient aux chefs locaux rivaux les uns des autres, ce qui favorise la persistance des désordres et de l’insécurité. La vie religieuse s’en trouve fortement perturbée et en particulier les pèlerinages qui amènent en nombre croissant les Chrétiens d’Occident en Terre Sainte.

Les croisades et l’Orient latin

42La chrétienté occidentale, qui s’était jusqu’alors accommodée de la domination musulmane sur la Palestine, se montre désormais bien plus sensible que par le passé aux informations qui proviennent d’Orient. L’idée germe peu à peu d’une réaction à entreprendre pour mettre un terme aux exactions infligées aux pèlerins, aux destructions des lieux de culte. On comprend mieux dans ces conditions qu’à la fin du XIe siècle l’Occident s’engage, à l’appel du Pape, dans une vaste entreprise militaire, les Croisades, qui entraînent un affrontement de près de deux siècles avec l’Orient musulman.

43Les Croisades correspondent à une période où l’Europe Occidentale, après un long temps d’affaiblissement dû notamment aux invasions, connaît un fort développement économique, mais aussi un grand renouveau spirituel. Désormais l’Occident chrétien n’en est plus réduit à se défendre difficilement contre les adversaires qui l’assaillent mais est en mesure de passer à la contre-attaque. Le XIe siècle voit se développer les expéditions destinées à reprendre les territoires conquis en Méditerranée occidentale par les Musulmans. La reconquête s’accélère en Espagne, mais aussi en Sicile.

Le Moyen-Orient à la fin du XIe siècle

Le Moyen-Orient à la fin du XIe siècle

44C’est ainsi que s’est forgée l’idée de Croisade que reprend à son compte la Papauté, à qui la réforme de l’Eglise a donné un rayonnement et une vigueur accrus.

45L’appel à la Croisade est pour la Papauté un moyen d’affirmer son autorité et de rassembler les forces de la chrétienté en les engageant dans une entreprise de grande envergure destinée à combattre les ennemis du Christ et à délivrer Jérusalem. Si le souci de porter secours aux Byzantins menacés par l’expansion des Turcs et d’assurer la sécurité des Lieux saints de Palestine est bien réel, la Croisade doit d’abord permettre d’orienter l’ardeur guerrière des chevaliers d’Occident vers un objectif religieux. Elle est une sorte de pèlerinage armé qui leur est proposé pour la rémission de leurs péchés.

46Ces différents éléments apparaissent bien dans le sermon prononcé par le pape Urbain II. à la clôture du concile de Clermont en novembre 1095, tel que nous le rapporte le chroniqueur Foucher de Chartres.

L’appel à la Croisade
Allocution du pape Urbain II au concile de Clermont (Novembre 1095)
« Mes très chers frères ! Poussé par les nécessités du temps, je suis venu vers vous, moi, Urbain, porteur par la grâce de Dieu de la couronne pontificale, prêtre suprême de l’univers, je suis venu vers vous, qui êtes les serviteurs de Dieu, en quelque sorte en messager qui veut vous révéler la volonté divine... Il est absolument indispensable d’apporter à nos frères d’Orient l’aide que nous leur avons si souvent promise et dont ils ont tant besoin. Les Turcs et les Arabes les ont assaillis, et ils ont pénétré en Roumanie jusqu’à la partie de la Méditerranée qu’on appelle le bras de Saint-Georges ; et, pour envahir ainsi le pays de ces chrétiens, ils ont remporté sur eux sept batailles, ils ont tué nombre de combattants et fait davantage encore de prisonniers, ils ont détruit les églises et dévasté le pays. Si vous ne leur résistez pas dès maintenant, les fidèles serviteurs de Dieu en Orient ne seront bientôt plus en état de se défendre contre leurs assauts.
C’est pourquoi vous devez, je vous le demande et je vous y exhorte, et ce n’est pas moi, mais le Seigneur qui vous le demande et vous y exhorte, vous empresser, riches et pauvres, d’aller en messagers du Christ chasser des territoires habités par vos frères cette ignoble vermine et secourir au plus vile les adorateurs du Christ. Je parle à ceux qui sont ici, et je ferai aussi parvenir ce message à ceux qui ne sont pas là, mais c’est le Christ qui ordonne...
Si ceux qui partent là-bas perdent la vie sur terre ou sur mer pendant le voyage ou dans le combat contre les païens, alors, sur l’heure même, leurs péchés leur seront pardonnés, je le leur garantis sur le pouvoir de Dieu, qui m’a été conféré...
Que ceux qui avaient jusqu’à maintenant pour coutume de mener des guerres pécheresses contre des ennemis de la même foi aillent se battre contre les infidèles et remportent la victoire dans une guerre qui aurait dû être entreprise depuis longtemps ; que les brigands d’hier deviennent les soldats de demain ;...que les mercenaires qui ont jusqu’à présent combattu pour de méprisables soldes aillent gagner le salaire de l’éternité ; que ceux qui ont jusqu’ici épuisé leurs forces au dam de leur corps et de leur âme s’efforcent désormais de se racheter et de regagner le double de ce qu’ils ont perdu... On trouvera d’un côté les misérables, et de l’autre les riches de la vraie richesse, d’un côté les amis de Dieu, et de l’autre ses ennemis. Engagez-vous sans hésitation ; que les chevaliers mettent bon ordre à leurs affaires et prévoient l’argent nécessaire à leurs dépenses ; à la fin de l’hiver, quand le printemps viendra, qu’ils se mettent en route, la joie au cœur, sous la conduite du Seigneur ».
Foucher de Chartres, Historia Hierosolymitana
Source : Le temps des Croisades. M. Erbstösser, Editions de la Courtille, p. 74.

47Cet appel suscite un élan d’une ampleur imprévue. Les années se constituent rassemblant plusieurs dizaines de milliers d’hommes et prennent la direction de l’Orient. Il faut trois ans à la Première Croisade partie en 1096 pour atteindre la Palestine. Les Croisés viennent mettre le siège devant Jénisalem et s’en emparent le 15 juillet 1099, après plus d’un mois de combats. La conquête de la ville s’accompagne du massacre d’une grande partie de la population musulmane et juive. Sur ce point tous les témoignages concordent.

La prise de Jérusalem
Vue par les Arabes
« Les Francs marchèrent donc sur Jérusalem, après leurs vains assauts contre Acre, et y mirent le siège pendant plus de quarante jours. Ils élevèrent deux tours, dont l’une du côté de Sion que les musulmans brûlèrent en tuant tous ceux qui étaient dedans ; mais à peine avaient-ils fini de la brûler qu’un messager arriva, réclamant de l’aide car la ville avait été prise par l’autre côté : de fait elle tomba par le côté nord, le matin du vendredi 22 sha’bân 492 (15 juillet 1099). La population fut passée au fil de l’épée et les Francs massacrèrent les musulmans de la ville pendant une semaine. Une petite troupe s’était retranchée dans l’oratoire de David ; elle y résista pendant plusieurs jours. Les Francs leur accordèrent la vie sauve et, ayant respecté leur parole, les laissèrent partir de nuit pour Asacalon où ils s’établirent. Dans la mosquée al-Aqsa, au contraire, les Francs massacrèrent plus de soixante-dix mille personnes parmi lesquelles une grande foule d’imâms et de docteurs musulmans, de dévots et d’ascètes qui avaient quitté leur pays pour venir vivre en une pieuse retraite dans ces Lieux saints. Sur le Rocher ils dérobèrent plus de quarante candélabres d’argent, chacun d’un poids de trois mille six cents drachmes, un grand lampadaire d’argent du poids de quarante livres syriennes, et d’autres candélabres plus petits, cent cinquante en argent et plus de vingt en or, ainsi qu’un énorme butin ».
« Les Syriens fugitifs arrivèrent à Baghdâd dans le mois de ramadhan avec le cadi Abû Saïd al-Hârawi et tinrent devant la chancellerie du calife un discours à faire pleurer les yeux et émouvoir les cœurs. Le vendredi, ils vinrent à la grande mosquée et implorèrent du secours en pleurant, en faisant pleurer, en racontant tout ce que les musulmans avaient souffert dans la Cité sainte : hommes massacrés, femmes et enfants prisonniers, biens pillés. En raison des graves malheurs qu’ils avaient supportés, ils en arrivèrent à rompre le jeûne... ».
Ibn al-Athir, Somme des histoires

Vue par les Francs
« C’est alors que nos seigneurs mirent au point ce plan d’assaut qui permettait d’entrer dans Jérusalem y adorer le sépulcre de Notre Sauveur. Ils firent deux tours de bois et plusieurs autres machines. Le duc Godefroi fit faire la sienne, assortie de machines, et le comte Raymond en fit autant. On alla chercher le bois très loin. Voyant les nôtres faire ces machines, les Sarrasins fortifièrent la cité à merveille, renforçant leurs remparts pendant la nuit ».
« Repérant l’endroit où la cité fléchissait, nos seigneurs y firent transporter, une nuit de samedi, notre machine et notre tour de bois ; c’était à l’orient. Au point du jour, ils les dressèrent ; ils ajustèrent et équipèrent la tour les dimanche, lundi et mardi. Cepenant, dans la zone sud, le comte de Saint-Gilles mettait au point sa machine [...] ».
« Le vendredi, de grand matin, nous attaquons de toute part la ville sans aucun succès, et nous étions tous dans la stupeur et une terrible angoisse. Mais à l’approche de l’heure à laquelle Notre-Seigneur Jésus-Christ a daigné souffir pour nous les fourches de la croix, nos chevaliers se battaient vaillamment dans le château placé sous le commandement du duc Godefroi et de son frère, le comte Eustache. C’est alors qu’un de nos chevaliers, nommé Liétaud, escalada le mur de la ville. Peu après qu’il fut monté, tous les défenseurs de la cité s’enfuirent par les remparts et par la cité. Les nôtres les suivirent et les pourchassèrent, tuant et sabrant à plein corps, jusqu’au temple de Salomon. Là, il y eut un tel carnage que les nôtres enfonçaient dans le sang jusqu’aux chevilles [...] ».
« Une fois entrés dans la cité, nos pélerins poursuivirent et massacrèrent les Sarrasins jusqu’au temple de Salomon, où ils se rassemblèrent et livrèrent tout le jour aux nôtres un furieux combat. C’était au point que tout le temple ruisselait de leur sang. Enfin, les païens furent réduits. Les nôtres se saisirent dans le temple d’une bonne quantité d’entre eux, mâles et femelles, qu’ils tuèrent ou épargnèrent selon leur bon plaisir ».
La Geste des Francs, chronique anonyme de la Première Croisade, traduit du latin par Aude Matignon, Arléa, 1992
Source : Sur la route des Croisades. J.-Cl. Guillebaud, Arléa, p. 230.

48La Première Croisade débouche sur la création d’une série d’Etats, dirigés par des seigneurs occidentaux, le long de la côte méditerranéenne, de l’Asie Mineure à l’Egypte. Le plus important d’entre eux est le royaume de Jérusalem dont la constitution, amorcée avec la prise de la ville, se poursuit pendant les premières années du XIIe siècle par la conquête des places côtières tenues par des forces égyptiennes qui opposent une vive résistance et tentent de reconquérir le terrain perdu. Il faut près d’un quart de siècle de combats incessants pour doter le royaume de Jérusalem d’un territoire assez vaste et cohérent qui s’étend de Beyrouth au Liban au golfe d’Aqaba. Dans le royaume de Jérusalem, comme dans les autres Etats latins, les Francs (nom générique donné aux Croisés occidentaux) établissent une organisation de type féodal avec une division du territoire en fiefs sous l’autorité supérieure du roi. L’aristocratie franque détient seule l’autorité politique mais les structures administratives locales restent aux mains des indigènes.

49Les Croisades entraînent un apport non négligeable de population originaire d’Europe occidentale. Derrière la noblesse féodale, c’est toute une société latine d’Orient qui se constitue. Aux soldats qui servent sous les ordres des chevaliers, aux pèlerins dont le nombre s’accroît fortement et qui ne regagnent pas toujours l’Europe, s’ajoutent des marchands, artisans et paysans venus s’établir en Orient. La population latine du royaume de Jérusalem est majoritairement formée de citadins, mais il existe aussi, au moins durant le XIIe siècle, des colonies agricoles fondées par les Latins. Ceux-ci forment un noyau important de peuplement qui a pu atteindre jusqu’à une centaine de milliers d’individus mais reste cependant minoritaire.

50La Palestine sous domination franque est en fait une mosaïque de communautés qui s’organisent sur la base de l’appartenance confessionnelle avec chacune de leurs coutumes et surtout leur droit particulier. La majorité des habitants sont Musulmans. Ceux-ci représentent la majeure partie de la population rurale mais aussi une fraction de la population urbaine. Les Musulmans sont astreints au paiement d’un impôt de capitation (analogue à celui que les conquérants arabes avaient imposé aux non-musulmans). Ils disposent en principe de la liberté de culte, mais de nombreuses mosquées sont converties en églises. Ainsi le Dôme du Rocher devient le Temple du Seigneur à Jérusalem.

51La Palestine franque abrite aussi des communautés juives peu nombreuses. Beaucoup de Juifs, fuyant les massacres qui ont accompagné la conquête de la Terre sainte par les Croisés ont préféré émigrer dans les Etats islamiques voisins. Les Juifs ne sont pas autorisés à résider à Jérusalem, mais cette interdiction n’est pas totalement respectée. Le développement des relations entre l’Europe et l’Orient, à la faveur des Croisades, favorise la pratique du pèlerinage non seulement pour les Chrétiens, mais aussi pour les Juifs. Des Juifs pieux, venant d’Occident, visitent les Lieux saints de Palestine et parfois s’y établissent. La principale communauté est établie à Acre.

52Il faut enfin évoquer le cas des Chrétiens orientaux. Ils sont épargnés par les massacres et ne sont pas concernés par les mesures d’expulsion qui frappent les non-chrétiens. Pourtant leur situation n’est pas très différente de celle des autres indigènes. Le fait de partager la même foi n’entraîne pas de véritable rapprochement entre les Chrétiens d’Orient et leurs maîtres latins. Une hiérarchie ecclésiastique latine est mise en place par les nouveaux dirigeants avec à sa tête un patriarche de Jérusalem qui se substitue au patriarche grec. Les Chrétiens orientaux restent des sujets de seconde zone, conservant leur organisation propre notamment sur le plan religieux. Ils ne sont pas associés à l’administration et encore moins à la défense du territoire.

53Cette juxtaposition de diverses communautés distinctes n’exclut pourtant pas l’existence de contacts et même l’établissement de liens économiques et familiaux. Les récits des chroniqueurs font état d’une tendance à l’assimilation d’une partie de la population d’origine européenne :

  • 2 Texte cité par Jean Richard dans « Histoire des Croisades », Fayard, p. 105.

« Nous qui étions Occidentaux, nous sommes maintenant devenus Orientaux. Celui qui était Romain ou Franc, le voilà dans cette terre Galiléen ou Palestinien... Nous avons déjà oublié les lieux où nous sommes nés... Celui-ci possède des maisons et des mesnies comme par droit naturel et héréditaire ; celui-là a pris pour femme non pas une compatriote, mais une Syrienne, une Arménienne, voire une Sarrasine qui a reçu la grâce du baptême... Chacun se sert tour à tour de diverses langues, et une langue étrangère devenue commune est connue d’une nation à l’autre, la foi réunissant ceux qui ne reconnaissent pas leur race... Celui qui était étranger est maintenant comme indigène... », écrit Foucher de Chartres, dans le premier quart du XIIe siècle2.

54Sans doute faut-il tempérer les affirmations du chroniqueur. Mais cette description n’en reflète pas moins une situation réelle plus marquée d’ailleurs au XIIIe siècle qu’à l’époque où ce texte a été rédigé.

55Les Etats latins d’Orient sont restés tout au long de leur existence des constructions fragiles. Les armées Croisées avaient dû leur victoire à l’importance de la force militaire qu’elles représentaient, mais aussi à la division de leurs adversaires. A la fin du XIe siècle, les principaux Etats musulmans de la région sont très affaiblis. Leurs souverains ne parviennent plus à faire respecter leur autorité par les gouverneurs de province qui ont tendance à s’émanciper. Divisés en émirats rivaux, les Musulmans ont été incapables d’opposer une résistance efficace à la Croisade.

56Mais une réaction musulmane s’esquisse dès le début du XIIe siècle. Très vite est remise à l’honneur la notion de djihad définie comme le devoir qu’ont les croyants de l’Islam de mener la guerre sainte contre les infidèles chrétiens. On a découvert un texte datant de 1105, rédigé à Damas, qui va dans ce sens. L’histoire des Etats latins est en fait celle d’un combat presque incessant contre les Etats musulmans voisins, ce qui rend les Francs d’Orient dépendants de l’arrivée de renforts en provenance d’Europe et même de l’organisation de nouvelles Croisades.

Extrait d’un traité de djihad
... Une partie des infidèles assaillit à l’improviste l’île de la Sicile, mettant à profit des différends et des rivalités qui y régnaient ; de cette manière les infidèles s’emparèrent aussi d’une ville après l’autre en Espagne. Lorsque des informations se confirmant l’une l’autre leur parvinrent sur la situation perturbée de ce pays (la Syrie), dont les souverains se détestaient et se combattaient, ils résolurent de l’envahir. Et Jérusalem était le comble de leurs vœux.
Examinant le pays de Syrie, les Francs constataient que les Etats étaient aux prises l’un avec l’autre, leurs vues divergaient, leurs rapports reposaient sur des désirs latents de vengeance. Leur avidité s’en trouvait renforcée, les encourageant à s’appliquer (à l’attaque). En fait, ils mènent encore avec zèle le djihâd contre les musulmans : ceux-ci, en revanche, font preuve de manque d’énergie et d’union dans la guerre, chacun essayant de laisser cette tâche aux autres. Ainsi les Francs parvinrent-ils à conquérir des territoires beaucoup plus grands qu’ils n’en avaient l’intention, exterminant et avilissant leurs habitants. Jusqu’à ce moment, ils poursuivent leur effort afin d’agrandir leur entreprise ; leur avidité s’accroît sans cesse dans la mesure où ils constatent la lâcheté de leurs ennemis, qui se contentent de vivre à l’abri du danger. Aussi espèrent-ils maintenant avec certitude se rendre maîtres de tout le pays et en faire prisonniers les habitants. Plaise à Dieu que, dans sa bonté, il les frustre dans leurs espérances en rétablissant l’untié de la communauté. Il est proche et exauce les vœux.
….……………………………………………………………………………………
Vos doutes s’étant dissipés, vous devez maintenant être sûr quant à votre obligation personnelle de guerroyer pour la foi. Cette tâche incombe plus spécialement aux souverains, puisque Allâh leur a confié les destinées de leurs sujets, et prescrit de veiller à leurs intérêts et de défendre le territoire musulman, il faut absolument que le souverain s’emploie chaque année à attaquer les territoires des infidèles et à les en chasser, ainsi qu’il est enjoint à tous les chefs (musulmans), pour exalter dorénavant la parole de la foi et abaisser celle des mécréants, enfin pour dissuader les ennemis de la religion d’Allâh de désirer entreprendre de nouveau une telle expédition. On est saisi d’un étonnement profond à la vue de ces souverains qui continuent à mener une vie aisée et tranquille lorsque survient une telle catastrophe, à savoir la conquête du pays par les infidèles, l’expatriation forcée (des uns) et la vie d’humiliation (des autres) sous le joug des infidèles, avec tout ce que cela comporte : carnage, captivité et supplices qui continuent jours et nuits.
Composé vers 1105 par al-Sulamî à Damas
Source : Orient et Occident au temps des Croisades.
CL. Cahen, Aubier, p. 219.

L’Orient latin au XIIe siècle

L’Orient latin au XIIe siècle

57A partir des années 1130, des souverains énergiques entreprennent de rassembler les forces dispersées de l’Islam pour se donner les moyens de mener la guerre sainte (djihad) contre les Chrétiens. C’est d’abord la Syrie qui est unifiée sous la direction du sultan Nour-Ed-Din. Mais l’étape décisive du redressement musulman est la réunion, sous une domination commune, de la Syrie et de l’Egypte, malgré les tentatives du royaume latin de Jérusalem, qui a bien vu la menace, de s’y opposer.

58L’union égypto-syrienne est réalisée par celui qui va devenir un des héros les plus fameux de l’histoire musulmane, Salah-Ad-Din, que les occidentaux appellent Saladin, fondateur de la dynastie des Ayyoubides. Maître de l’Egypte en 1171, Saladin parvient à s’emparer de la Syrie, entre 1174 et 1183 et à faire reconnaître son autorité sur le Haut-Irak (1185). Il se trouve ainsi à la tête d’un vaste Etat qui s’étend de la vallée du Nil à celle de l’Euphrate et encercle les Etats latins. Ceux-ci sont affaiblis par leurs querelles intestines et par la guerre qu’ils doivent presque constamment mener contre leurs voisins arabes.

59Saladin, disposant désormais de forces considérables, engage les hostilités au printemps 1187. Il inflige une terrible défaite à l’armée franque à Hattin, près du lac de Tibériade. Cette défaite laisse la Palestine sans défense. Saladin s’en empare et prend Jérusalem après douze jours de siège (octobre 1187). La population chrétienne de la ville est épargnée moyennant le versement d’une rançon. Les Latins doivent quitter Jérusalem, les Chrétiens orientaux sont autorisés à demeurer dans la ville ouverte aux Musulmans et aux Juifs. Toutes les églises sont confisquées sauf le Saint-Sépulcre. Le caractère musulman de l’esplanade du Temple est restauré.

60Les victoires de Saladin ne mettent pas un terme à l’existence des Etats latins. Ceux-ci doivent leur suivie à l’organisation d’une nouvelle Croisade (la Troisième) qui leur permet de conserver le contrôle d’une étroite bande côtière. Le sursis ainsi obtenu allait durer un siècle, du fait des divisions qui ne tardent pas à resurgir entre princes musulmans après la mort de Saladin (1193) et surtout du fait de l’invasion mongole du XIIIe siècle qui affaiblit gravement l’Islam proche-oriental. Les Latins parviennent même à revenir momentanément à Jérusalem. A la tête de la Sixième Croisade, l’empereur germanique Frédéric II obtient, plus par la négociation que par les combats, que les Lieux saints (Nazareth, Bethléem, Jérusalem) soient rendus (pour dix ans) aux Chrétiens occidentaux (traité de Jaffa, 1229). Mais ce n’est qu’un épisode éphémère. Jérusalem est reconquise par les Musulmans en 1244.

61C’est sous la direction de l’Egypte que les Musulmans reprennent l’offensive. Les héritiers de Saladin y sont évincés par les mercenaires turcs, les Mamelouks, qui s’emparent du pouvoir (1259). Les Mamelouks parviennent à vaincre les Mongols à la bataille d’Aïn-Jalout en Galilée (1260). Ils conquièrent la Palestine et une partie de la Syrie et se tournent ensuite contre ce qui reste des Etats latins. Les ports tenus par les Francs sur la côte de Palestine tombent les uns après les autres, le dentier, St Jean d’Acre en 1291. La victoire finale revient donc aux Musulmans.

62Pourtant les Croisades ont constitué pour l’Orient arabe un choc majeur à qui certains attribuent la responsabilité du déclin de ce qui avait été une des plus brillantes civilisations de l’époque médiévale.

63Quoiqu’il en soit le souvenir des Croisades continue à marquer les esprits et influence l’attitude de certains dirigeants arabes contemporains dans leurs relations avec l’Occident, mais aussi et surtout avec l’Etat d’Israël. Amin Maalouf, dans la conclusion d’un ouvrage intitulé « Les Croisades vues par les Arabes », analyse avec pertinence ce phénomène (voir texte). Maalouf montre que, « du temps de sa gloire », le président Nasser était régulièrement comparé à Saladin. On peut ajouter que, plus récemment, c’est aussi sous le patronage de Saladiri que s’est placé le président irakien Saddam Hussein lors de sa confrontation avec les Occidentaux.

64De même la propagande des nationalistes arabes radicaux n’a pas hésité à faire une assimilation entre la lutte contre les Etats croisés et le combat contre l’Etat d’Israël. C’est le cas aujourd’hui des organisations islamistes palestiniennes.

Les Croisades vues par les Arabes
Alors que pour l’Europe occidentale l’époque des croisades était l’amorce d’une véritable révolution, à la fois économique et culturelle, en Orient, ces guerres saintes allaient déboucher sur de longs siècles de dédadence et d’obscurantisme. Assailli de toutes parts, le monde musulman se recroqueville sur lui-même. Il est devenu frileux, défensif, intolérant, stérile, autant d’attitudes qui s’aggravent à mesure que se poursuit l’évolution planétaire, par rapport à laquelle il se sent marginalisé. Le progrès, c’est désormais l’autre. Le modernisme, c’est l’autre. Fallait-il affirmer son identité culturelle et religieuse en rejetant ce modernisme que symbolisait l’Occident ? Fallait-il, au contraire, s’engager résolument sur la voie de la modernisation en prenant le risque de perdre son identité ?
A la fois fasciné et effrayé par ces Franj qu’il a connus barbares, qu’il a vaincus mais qui, depuis, ont réussi à dominer la Terre, le monde arabe ne peut se résoudre à considérer les croisades comme un simple épisode d’un passé révolu. On est souvent surpris de découvrir à quel point l’attitude des Arabes, et des musulmans en général, à l’égard de l’Occident, reste influencée, aujourd’hui encore, par des événements qui sont censés avoir trouvé leur terme il y a sept siècles.
Or, à la veille du troisième millénaire, les responsables politiques et religieux du monde arabe se réfèrent constamment à Saladin, à la chute de Jérusalem et à sa reprise. Israël est assimilé, dans l’acception populaire comme dans certains discours officiels, à un nouvel Etat croisé. Le président Nasser, du temps de la gloire, était régulièrement comparé à Saladin qui, comme lui, avait réuni la Syrie et l’Egypte. Il est clair que l’Orient arabe voit toujours dans l’Occident un ennemi naturel.
Amin Maalouf. Editions J’ai lu, p. 303.

Propagande politique : Saddam Hussein s’est fait représenter aux côtés de Saladin.

Propagande politique : Saddam Hussein s’est fait représenter aux côtés de Saladin.

Gravure reproduite dans l’Orient des Croisades de G. Tate. Découvertes, Gallimard, p. 177.

Le temps des Mamelouks

65La fin des Etats latins d’Orient entraîne le retour à une configuration territoriale classique au Proche-Orient ; comme souvent dans leur histoire, la Palestine ainsi que la Syrie se trouvent intégrées dans un ensemble politique dominé par l’Egypte. Pendant deux siècles et demi, la Palestine appartient à l’Etat dirigé par les sultans Mamelouks, d’abord turcomans puis circassiens, et n’y tient qu’une place modeste.

66Malgré les troubles occasionnés par les luttes pour le pouvoir dans un Etat où il n’existe pas de règles successorales claires, malgré les incursions mongoles qui se poursuivent jusqu’au début du XIVe siècle et reprennent même brièvement au début du XVe siècle, le royaume des Mamelouks, qui contrôle les principaux axes commerciaux de la région, connaît une intense activité économique. Mais la Palestine ne profite guère de cette expansion. Les Mamelouks craignent une reprise des Croisades, bien que les projets échafaudés en Occident restent sans lendemain. Ils décident de démanteler les installations portuaires de la côte (Ascalon, Jaffa, Acre) pour empêcher tout nouveau débarquement ennemi, ce qui contribue à paralyser le commerce et appauvrir la Palestine. Jérusalem, malgré quelques embellissements architecturaux réalisés par les sultans Mamelouks, ne participa pas à l’essor urbain qui caractérise alors la région. C’est une petit ville dont la population ne dépasse guère 10 000 habitants à la veille de la conquête turque. La défaite finale des Etats latins est suivie d’une entreprise de restauration islamique qui n’est pas sans conséquences pour les minorités non-musulmanes qui continuent d’y vivre. La plupart des Francs d’Orient quittent la région et ceux qui restent finissent par se fondre dans la population locale. La chrétienté latine disparaît alors d’Orient. Toutefois, au XIVe siècle, le sultan Mohammed Ben Qalawin autorise les moines franciscains à se réinstaller dans les Lieux saints malgré l’opposition de l’Eglise grecque. Ainsi se constitue la « custodie » de Terre Sainte officiellement établie en 1342 qui n’a cessé d’assurer une présence catholique en Palestine jusqu’à aujourd’hui.

Empire mamelouk (fin XIIIe-début XVIe siècle)

Empire mamelouk (fin XIIIe-début XVIe siècle)

67A la différence des Latins, les Chrétiens orientaux restent bien présents au Levant. Bien qu’ils ne se soient pas mis en général au service des Etats latins, leur loyauté est mise en doute, certains d’entre eux ayant pactisé avec les envahisseurs mongols. Toute menace d’un retour offensif des Croisés d’Occident provoque des manifestations hostiles à leur égard, qui peuvent dégénérer en explosions de violence ponctuées de massacres et de destructions.

68Quant aux Juifs, ils retrouvent une réelle liberté d’implantation, notamment à Jérusalem. Ils ne forment plus qu’une communauté aux effectifs restreints et fluctuants (les témoignages divergent sur ce point). Les derniers siècles du Moyen-Age sont une période de faible présence juive en Palestine, qui se maintient grâce à des apports extérieurs.

69Chrétiens orientaux et Juifs sont de nouveau soumis comme avant les Croisades au statut des dhimmis. Le statut est pourtant inégalement appliqué. A maintes reprises on voit, dans les moments difficiles, les sultans remettre en vigueur les interdits et les pratiques discriminatoires plus ou moins tombés en désuétude, pour apaiser le mécontentement populaire. Aux prescriptions codifiées dans le statut des dhimmis viennent souvent s’ajouter d’autres mesures vexatoires qui viennent aggraver leur condition. Ainsi l’accès aux Lieux saints est non seulement soumis de nouveau à diverses taxations, mais fait aussi l’objet de restrictions pouvant aller jusqu’à l’exclusion. On peut citer l’exemple du caveau des Patriarches (Makpelah) à Hébron. Devenu une église au temps des Croisés, il est transformé en mosquée et à partir de 1266 interdit d’accès aux Juifs et aux Chrétiens. Cette interdiction a été maintenue jusqu’à l’époque contemporaine. Les Juifs n’ont pu y revenir qu’en 1967, après la guerre des Six jours.

70Les non-musulmans ressentent d’autant plus la précarité de leur condition qu’ils doivent aussi subir, comme le reste de la population cette fois, l’insécurité qui règne en Palestine dans les zones rurales et jusqu’aux bords des villes. Cette insécurité est liée à la présence de tribus bédouines qui échappent au contrôle des autorités.

71Le bilan de la période de domination des Mamelouks paraît donc mitigé. Les historiens qui traitent de cette question l’étudient, le plus souvent, dans le cadre plus vaste de l’histoire des derniers siècles du Moyen Age (J. Favier, R. Fossier...). Ils portent sur cette période des appréciations généralement assez positives. Mais, hormis quelques aperçus sur la situation de Jérusalem, ils ne font que brièvement mention de la Palestine qui se trouve située à l’écart des principaux centres de pouvoir des sultans Mamelouks.

Notes

1 Appelation père de (Abū).

2 Texte cité par Jean Richard dans « Histoire des Croisades », Fayard, p. 105.

Table des illustrations

Titre Le Moyen-Orient à la fin du XIe siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre L’Orient latin au XIIe siècle
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Propagande politique : Saddam Hussein s’est fait représenter aux côtés de Saladin.
Crédits Gravure reproduite dans l’Orient des Croisades de G. Tate. Découvertes, Gallimard, p. 177.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Empire mamelouk (fin XIIIe-début XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search