Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

Des temps bibliques à la dispersion du peuple juif

Texte intégral

La formation du peuple juif

1La déclaration d’indépendance de l’Etat d’Israël, publiée le 15 mai 1948, commence ainsi :

« Eretz-Israël est le lieu où naquit le peuple Juif. C’est là que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C’est là qu’il réalisa son indépendance et créa une culture d’une portée à la fois nationale et universelle. C’est là qu’il écrivit la Bible et en fit don au monde... »

2On peut toujours contester le droit de l’actuel Etat d’Israël à invoquer le passé juif de la Palestine pour fonder sa légitimité. En revanche les faits mentionnés dans les quelques phrases citées ci-dessus sont avérés. C’est bien en Palestine qu’est né le peuple Juif et que s’est formé le judaïsme au cours du premier millénaire avant J.-C.

3Pour connaître la formation du peuple Juif, la Bible reste une source majeure, en particulier les cinq premiers livres de ce qu’on appelle ordinairement l’Ancien Testament (et qui correspondent à ce que les Juifs désignent sous le nom de Torah).

4Mais l’interprétation de ces textes pose aux historiens bien des problèmes.

  • 1 Cf. Paul Garelli et André Lemaire, « Le Proche-Orient asiatique », tome 2, Nouvelle Clio, p. 61.

« La tradition biblique, écrivent Paul Garelli et André Lemaire, essentiellement mise par écrit à partir de l’époque de David, comporte de nombreux récits évoquant des traditions anciennes sous la forme d’histoires patriarcales, mais même si elles ont pu se développer à partir d’un certain noyau historique, leur caractère légendaire, et parfois tardif, les rend difficile à exploiter pour l’historien. La recherche historique sur cette période n’aboutit qu’à des hypothèses de travail qui auront d’autant plus de vraisemblance que les traditions bibliques seront confrontées aux données de l’archéologie... »1.

5Les Juifs se veulent les descendants d’un ancêtre unique Abraham et de ses héritiers directs Isaac et Jacob (ils forment à eux trois le groupe des Patriarches). Les douze fils de Jacob ont donné ensuite naissance aux douze tribus qui composent le peuple hébreu.

6Le récit biblique fait ensuite état de l’établissement des tribus d’Israël en Egypte où elles finissent par être réduites en esclavage. Et c’est le peuple d’Israël déjà fortement constitué qui, par la suite, sort d’Egypte sous la conduite de Moïse et, après avoir reçu la loi divine dans le désert du Sinaï, part à la conquête de la Palestine.

7Cette vision biblique de l’histoire des Hébreux est bien résumée dans un passage du livre du Deutéronome (26, 5-9) :

« Mon père était un Araméen errant qui descendit en Egypte, et c’est en petit nombre qu’il vint s’y réfugier, avant d’y devenir une nation grande, puissante et nombreuse. Les Egyptiens nous maltraitèrent... et nous imposèrent une dure servitude. Nous avons fait appel à Yahvé le Dieu de nos pères. Yahvé entendit notre voix, il vit notre misère... et notre état d’oppression, et Yahvé nous fit sortir d’Egypte à main forte... par une grande terreur, des signes et des prodiges. IL nous a conduits ici et nous a donné ce pays ».

8A l’évidence, ce récit traditionnel ne saurait être considéré comme un récit historique, bien qu’une partie des faits rapportés puissent s’intégrer dans l’histoire générale du Proche-Orient, telle que nous la connaissons par les sources profanes.

9Ainsi les déplacements effectués par les Patriarches bibliques s’apparentent à ceux des populations nomades ou semi-nomades du Croissant fertile. Un des traits les plus constants de cette région est la présence aux franges des terres qu’occupent les sédentaires de populations aux genres de vie variés : agriculteurs itinérants, groupes mi-agriculteurs mi-éleveurs, éleveurs nomades. Le récit biblique, sur ce point, est tout à fait vraisemblable.

10En revanche, l’existence historique des Patriarches bibliques ne peut être prouvée, ce qui ne veut pas dire qu’ils n’ont pas existé. C’est en effet une tradition orale très forte porteuse du souvenir des ancêtres du peuple d’Israël qui a été consignée bien plus tard dans le texte biblique. Quant à situer ces patriarches dans le temps, l’exercice est aléatoire. La confrontation du texte biblique avec les données archéologiques a longtemps conduit à les situer au début du 2e millénaire avant J.-C. (vers 1800 ?). Mais cette datation reste hypothétique.

11Mais pour les trois religions monothéistes, Abraham est l’homme avec lequel Dieu a fait alliance. Et les tombes supposées des trois Patriarches et de leurs épouses sont toujours vénérées aujourd’hui dans la ville d’Hébron. Autre temps fort du récit biblique : la sortie d’Egypte.

12L’établissement des Hébreux en Egypte peut être mis en relation avec les migrations attestées de populations asiatiques en direction du delta du Nil, qui fut un temps sous leur domination (XVIIIe-XVIe siècles avant J.-C.).

13Après la restauration de l’indépendance égyptienne, des groupes de populations asiatiques continuèrent à résider dans ce pays. C’est parmi eux que les dirigeants de l’Egypte recrutaient la main-d’œuvre nécessaire pour l’édification des importantes constructions décidées par les Pharaons de cette époque. Cette main-d’œuvre asiatique était peu considérée et c’est peut-être un durcissement des conditions qui leur étaient imposées qui conduisit certains d’entre eux à s’enfuir d’Egypte vers l’Est en direction de Canaan (milieu du XIIIe siècle avant J.-C.). Cette datation est la plus généralement admise. Elle résulte des indications fournies par la principale source archéologique : la stèle du pharaon égyptien Mineptah. successeur de Ramsès II. Cette stèle célèbre les victoires remportées par le pharaon sur une série de peuples, dont l’un est dénommé Israël. Ainsi se trouve attestée la présence d’une population israélite, sans doute établie en Cisjordanie centrale, dès la fin du XIIIe siècle avant J.-C. (vers 1210).

14Cette sortie d’Egypte d’un groupe sans doute peu nombreux de populations sémitiques, événement mineur passé inaperçu à l’époque, se trouve évoquée sous la forme d’une véritable épopée dans le livre biblique de l’Exode.

15La tradition biblique incorpore des faits qui se sont passés réellement, mais elle nous donne des origines du peuple juif une vision que l’on peut qualifier de mythique.

16En réalité la formation du peuple hébreu résulte probablement d’un processus plus complexe. La plupart des commentateurs s’accordent pour penser que le peuple hébreu, historiquement repérable au 1er millénaire avant J.-C. en Palestine, est issu en fait de l’association de groupes différents mais ayant sans doute une origine araméenne commune. Des éléments venus de l’extérieur (d’Egypte) se seraient mêlés à des populations demeurées en Terre de Canaan.

17On trouverait l’écho de cette association dans un récit du Livre de Josué (chapitre 24) qui évoque la grande assemblée de Sichem où les Hébreux renouvellent leur Alliance avec Dieu et l’étendent à des groupes qui n’ont pas connu les événement du désert du Sinaï. C’est donc sur une base religieuse que s’effectue l’unification nominale des clans Israélites.

18La tradition biblique présente les groupes Israélites organisés en douze tribus, pourvue chacune d’un territoire bien délimité (Livre de Josué, chapitres 13 à 19). En réalité une telle organisation semble beaucoup plus tardive, contemporaine de l’époque de David et de Salomon. Auparavant l’organisation des groupes Israélites parait encore floue et fluctuante.

19Ajoutons que le peuple hébreu en voie de formation n’est pas le seul occupant de la Terre de Canaan. D’autres peuples y résident également. Au premier chapitre du Livre des Juges, il est expliqué clairement que les tribus d’Israël ont soumis les Cananéens à la corvée, mais sans les déposséder de leurs terres.

20Les rapports entre les Hébreux et les autres peuples qui vivent à leurs côtés sont faits d’affrontements répétés mais aussi d’échanges et d’alliances comme la Bible le reconnaît :

« Et les Israélites habitèrent au milieu des Cananéens, des Hittites, des Amorrites... et des Jébuséens ; ils épousèrent leurs filles, il donnèrent leurs propres fils à leurs filles et ils servirent leurs dieux ».
(Livre des Juges 3, 5-6)

21Vers l’an 1000 avant J.-C. environ, une grande partie de la Palestine se trouve aux mains des tribus qui composent le peuple d’Israël. C’est au sein de ce groupe de tribus encore mal unifiées que s’enracine une tradition religieuse originale, dont l’inspiration est attribuée à Moïse, mais dont la constitution est historiquement difficile à établir.

22Contrairement aux divinités cananéennes qui symbolisent les forces de la nature, notamment celles de la fécondité, la tradition religieuse israélite se fonde sur la croyance en un Dieu personnel et transcendant qui se révèle en faisant alliance avec un peuple qui est devenu son peuple et auquel il a donné sa loi :

« Je suis Yahvé, ton Dieu, qui t’a fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de servitude.
Tu n’auras pas d’autres dieux devant moi.
Tu ne feras aucune image sculptée de rien qui ressemble à ce qui est dans les cieux là-haut ou sur la terre ici-bas... Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux, ni les serviras. Car moi, Yahvé, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux... ».
(Deutéronome 5, 6-9)

23Cette conception originale et rigoureuse ne s’est sûrement pas imposée facilement. Le peuple hébreu n’est pas devenu d’un coup monothéiste. Tout donne à penser (à commencer par le texte biblique) que le culte rendu à Yahvé, le Dieu d’Israël, n’a pas fait disparaître la dévotion aux divinités cananéennes.

24Le judaïsme est en fait le produit d’un long travail d’élaboration et de réflexion qui s’effectue durant le premier millénaire avant J.-C. et qui trouve sa traduction dans la Bible dont la rédaction s’étend sur plusieurs siècles.

25L’Ancien Testament raconte notamment le long combat mené par les prophètes pour détourner les Israélites du culte des idoles et les maintenir dans la fidélité à Yahvé (cf. le récit haut en couleurs de la confrontation entre le prophète Elie et les prêtres de Baal au 1er livre des Rois, chapitre 18).

26En définitive c’est bien la religion qui donne peu à peu sa véritable identité au peuple juif, qui se définit comme un peuple élu de Dieu, occupant une place à part dans l’ensemble des nations. Et c’est la fidélité à ses croyances, aux préceptes et aux rites qui en découlent qui va permettre à ce peuple juif de préserver son existence tout au long d’une histoire tourmentée.

De la royauté de David à l’exil

27Revenons maintenant à l’histoire des tribus d’Israël.

28Une évolution importante se produit au cours du Xe siècle avant J.-C. Les tribus, qui formaient jusqu’alors une confédération aux liens très lâches, acceptent, non sans peine, de se placer sous une autorité commune et l’établissement d’institutions monarchiques.

29La raison généralement avancée pour expliquer cette évolution est que les tribus Israélites ont dû alors affronter un adversaire beaucoup plus redoutable que les petits royaumes cananéens, à savoir le peuple des Philistins qui, venant de la mer, s’était établi sur la côte de la Palestine et, fort de la supériorité que lui conféraient ses armes en fer, avait conquis des territoires aux dépens des Israélites.

30La menace que représentaient les Philistins n’est conjurée qu’au prix de difficiles combats, mais favorise la naissance d’un royaume israélite unifié, qui atteint très vite son apogée, sous l’impulsion de deux souverains. La tradition juive n’a cessé, par la suite, de célébrer leur mémoire, mais il n’est pas aisé de dater leur règne avec précision.

31La dignité royale est d’abord conférée à Saül qui s’était fait remarquer par ses qualités militaires. La majeure partie de son règne est consacrée à lutter contre les Philistins. Il finit par être vaincu et tué par eux et sa famille ne parvient pas à se maintenir au pouvoir. Malgré la brièveté de cette première dynastie, son histoire marque une évolution importante en faisant passer Israël d’une confédération assez lâche à une royauté unifiée et militaire.

32La royauté passe ensuite à la Maison de David. Placé à la tête des tribus du Sud dès la mort de Saül, il est ensuite reconnu comme roi par l’ensemble des tribus d’Israël :

« Tous les anciens d’Israël vinrent... auprès du roi à Hébron, le roi David conclut un pacte avec eux... eux... en présence de Yahvé, et ils oignirent David comme roi sur Israël ».
(2e livre de Samuel 5-3)

33David, qui aurait régné de. 1005-1000 à 970-965 avant J.-C., est principalement un souverain guerrier qui achève d’unifier politiquement la Palestine en réduisant systématiquement les enclaves cananéennes encore indépendantes. L’épisode le plus célèbre est la prise de Jérusalem dont David fait la capitale politique et religieuse de son royaume.

34Il entreprend ensuite de soumettre les peuples voisins de la Palestine, vivant à l’Est du Jourdain, et d’imposer son autorité aux principautés araméennes situées au Nord-Est de son royaume. A sa mort, ce royaume s’étendait, dit-on, du Sinaï au cours de l’Euphrate. Cela ne veut pas dire que l’ensemble de ce territoire était placé sous la domination directe du roi d’Israël. Une partie était formée de principautés vassales.

35A David, succède son fils Salomon (970-965 - 930-925 avant J.-C.) qui travaille à consolider son royaume en organisant le gouvernement et l’administration des provinces. Il est surtout celui qui édifie à Jérusalem un Temple qui achève de faire de la ville le centre spirituel de l’ensemble du peuple d’Israël. Le Temple abrite l’Arche d’Alliance qui symbolise l’alliance conclue par Yahvé avec son peuple. C’est le sanctuaire où sont offerts les sacrifices et célébrées les diverses cérémonies du culte.

36Le royaume d’Israël apparaît donc comme un des principaux Etats syropalestiniens du Xe siècle avant J.-C. La formation d’un tel Etat dans cette région n’a été possible que grâce à un contexte international favorable.

37Au cours du deuxième millénaire avant J.-C. toute cette région de Syrie-Palestine avait été l’enjeu de rivalités opposant les principales puissances du Proche-Orient :

  • le royaume d’Egypte au Sud,

  • l’empire Hittite au Nord-Ouest,

  • les Etats mésopotamiens à l’Est.

38Des guerres interminables avaient notamment opposé le royaume d’Egypte qui avait réussi à étendre son contrôle sur l’ensemble de la région côtière du Croissant fertile (y compris donc la Palestine) et l’Empire Hittite qui cherchait à s’étendre vers le Sud en Syrie.

Royaume de David et Salomon

Royaume de David et Salomon

39L’équilibre qui avait fini par s’établir entre ces deux puissances au cours du XIIIe siècle avant J.-C. est rompu par une vague d’invasions qui vient bouleverser tout l’échiquier politique du Proche-Orient et entraîne soit la disparition (Empire Hittite), soit l’affaiblissement (Egypte. Mésopotamie), des principaux empires. Et c’est à la faveur de cet affaiblissement, en particulier de celui de l’Egypte, que de petits Etats peuvent s’affirmer, dont le royaume de David et Salomon. Mais cette situation n’est que transitoire.

40L’existence d’un royaume d’Israël unifié ne dure pas plus de 3/4 de siècle. L’unité du royaume ne survit pas à Salomon. Dès sa mort, des troubles éclatent. Une partie des tribus supporte mal la centralisation imposée par le souverain disparu et la charge fiscale qui en est résultée.

41L’Etat israélite se scinde en deux royaumes :

  • au Nord, celui d’Israël (au sens étroit du terme) dont la capitale est établie à Samarie ;

  • au Sud, celui de Juda qui conserve Jérusalem comme capitale.

42L’affaiblissement des Israélites permet aux principautés vassales assujetties de retrouver leur pleine indépendance.

43Les deux royaumes Israélites sont des constructions fragiles. Ils connaissent une histoire intérieure troublée et surtout sont exposés à des menaces extérieures qui finissent par avoir raison de leur existence.

44La connaissance de l’histoire de ces deux royaumes reste très tributaire de la Bible (1er et 2e livres des Rois), mais le récit biblique doit être confronté aux autres sources disponibles. Les auteurs bibliques ont en effet des préoccupations plus religieuses qu’historiques, ce qui influe directement sur la façon de juger l’activité des rois d’Israël et de Juda. La Bible oppose volontiers les souverains pieux qui font ce qui est « agréable à Yahvé », à l’imitation de David (tels les rois de Juda Ezechias ou Josias, auteurs de réformes religieuses), aux souverains impies qui se détournent de Yahvé pour élever des autels aux autres Dieux (principalement les rois d’Israël).

45Un récit plus strictement historique conduit à des appréciations différentes. Certains des rois vilipendés dans le texte biblique apparaissent éventuellement comme des souverains avisés (tel Achab en Israël) dont le règne correspond à des périodes de paix et de prospérité, tandis que certains rois réputés pieux mènent des politiques imprudentes qui valent à leurs Etats guerre et dévastation.

46Des deux royaumes Israélites, le plus riche et le plus puissant est le royaume d’Israël. Mais il est affecté d’une instabilité politique chronique. Les luttes dynastiques y sont aussi fréquentes que sanglantes. Conspirations, révoltes, assassinats ponctuent la brève histoire du royaume. Sur dix neuf rois en 2 siècles, dix périssent de mort violente. En revanche, le royaume de Juda jouit d’une réelle stabilité avec la succession régulière des souverains de la Maison de David.

47Après avoir passé les premières décennies de leur existence séparée à s’affronter, les deux royaumes opèrent à partir du IXe siècle avant J.-C. un rapprochement plus ou moins durable qui renforce leur position respective à l’égard de leurs voisins.

48Israël et Juda sont fréquemment en guerre contre les principautés araméennes voisines, assujetties au temps de David et de Salomon et qui ont retrouvé leur indépendance au moment de la rupture de l’unité du royaume hébreu. Tantôt Israël et Juda parviennent à étendre leur sujétion sur leurs voisins, tantôt ils doivent au contraire composer avec eux, voire leur verser un tribut.

Israël et Juda

Israël et Juda

Source : Nous partons pour la Terre Sainte - J. Perrier, PUF, p. 16.

49Mais surtout les royaumes Israélites doivent faire face au danger que représente la reconstitution de puissants Etats dans les régions majeures du Proche-Orient : vallée du Nil et Mésopotamie. L’Egypte intervient de nouveau militairement en Palestine. Mais la menace principale vient désormais de la Mésopotamie.

50La puissance montante à partir du IXe siècle avant J.-C. est l’Assyrie. Les souverains assyriens, après s’être rendus maîtres de l’ensemble de la Mésopotamie entament une expansion vers l’Ouest et soumettent à leur tutelle les royaumes de la région de Syrie-Palestine.

51Dès le milieu du IXe siècle avant J.-C., le royaume d’Israël doit payer tribut. Un de ses rois, ayant commis l’imprudence de s’allier à l’Egypte contre son suzerain, les Assyriens s’emparent de Samarie en 721 avant J.-C.... Le royaume est détruit. Une partie de la population est déportée et remplacée par des colons recrutés dans d’autres provinces de l’empire assyrien. Les colons s’unirent aux Israélites laissés dans le pays pour former un nouveau peuple, les Samaritains.

52Le royaume de Juda parvient à subsister encore pendant plus d’un siècle grâce à une politique plus prudente que celle du royaume frère du Nord. Mais en définitive le royaume de Juda connaît une évolution semblable à celle du royaume d’Israël. Il passe dès la fin du VIIIe siècle avant J.-C. sous la tutelle de l’empire assyrien, à laquelle succède par la suite celle de Babylone qui s’est substituée à l’Assyrie. Comme Israël, Juda tente de se libérer en s’associant avec l’Egypte ; et comme Israël, il est détruit. Les troupes du roi de Babylone, Nabuchodonosor, s’emparent de Jérusalem en 587 avant J.-C. La ville est mise à sac, le Temple est détruit et une grande partie de la population est emmenée en captivité à Babylone.

53La Palestine cesse pour plusieurs siècles de former un Etat indépendant. Elle passe sous la domination des empires qui prennent successivement le contrôle du Proche-Orient et dont elle n’est plus qu’une modeste province.

Restauration et destruction

54La disparition d’Israël, en tant qu’entité politique indépendante, a des conséquences importantes.

55A partir de la fin du VIe siècle avant J.-C., l’exil à Babylone donne naissance à la diaspora israélite, d’abord en Mésopotamie, en Egypte également où se sont réfugiés une partie de ceux qui ont échappé à la déportation, puis le long des rivages méditerranéens et dans une grande partie de l’Orient. Par la suite la diaspora n’a cessé de s’accroître. Les communautés existantes sont renforcées par de nouveaux éléments venus de Palestine qui émigrent pour des raisons économiques ou politiques, et par des conversions.

56L’exil à Babylone n’entraîne pas la disparition de la tradition religieuse issue de Moïse. L’Exil est, au contraire, une période d’approfondissement religieux. C’est à Babylone qu’ont été probablement rédigés, dans leur forme définitive, les cinq premiers livres de la Bible (qui forment le Pentateuque et qu’on appelle chez les Juifs la Torah) grâce à un travail de compilation et de recomposition d’œuvres plus anciennes.

Empire assyrien VIIIe-VIIe siècles av. J.C.)

Empire assyrien VIIIe-VIIe siècles av. J.C.)

Empire néo-babylone (VIe siècle av. J.C.).

Empire néo-babylone (VIe siècle av. J.C.).

Les diasporas (IVe siècle av. J.-C. /siècle ap. J.-C.)

Les diasporas (IVe siècle av. J.-C. /siècle ap. J.-C.)

Source : Histoire universelle des Juifs. E. Barnavi, Atlas Hachette, p. 37.

57L’exil ne dure pas plus d’un demi-siècle. En 539 avant J-C. l’empire de Babylone est détruit par les Perses qui étendent leur domination jusqu’à la Méditerranée. Le roi de Perse, Cyrus, autorise les Israélites exilés à retourner à Jérusalem et à reconstruire le Temple.

58Seul un petit nombre d’exilés (50 000 ?) reprend le chemin de la Palestine. L’entreprise de réinstallation s’avère extrêmement difficile. Les nouveaux arrivants trouvent un pays à peine sorti de ses ruines. Ils se heurtent surtout à l’hostilité des Israélites qui n’avaient pas été déportés. Ces derniers s’étaient emparés des terres abandonnées et étaient restés inégalement fidèles à leurs croyances religieuses. Le conflit prend un tour particulièrement aigu avec les Samaritains.

59Ces difficultés expliquent la lenteur de la restauration. Le Temple reconstruit ne fut achevé qu’en 515 et la communauté qui a refondé Jérusalem dans une Judée qui n’excède pas 2 000 km2 ne fut définitivement organisée qu’à la fin du Ve siècle avant J.-C., sous l’impulsion de dirigeants issus de la diaspora babylonienne. Ainsi se constitue sur une partie très modeste du vaste Empire perse, une sorte d’Etat sacerdotal autonome, dont les habitants peuvent régler leurs propres affaires selon une loi religieuse particulière.

60Jérusalem et la Judée sont le centre d’une nation désormais dispersée et se voient investis d’une mission spirituelle qui s’étend à l’ensemble des communautés Israélites disséminées en Orient. C’est là que résident les autorités religieuses qui ont compétence pour interpréter la Loi et définir les dispositions juridiques qui en découlent. Le rôle dévolu à Jérusalem et à la Judée conduit à utiliser le terme de Judéens pour désigner les Israélites, qu’ils soient ou non habitants de la Judée. C’est de « judéen » que nous avons fait le mot « juif ».

61L’observance de la Loi (ramenée par les exilés de Babylone) assure plus que jamais l’unité et l’identité du peuple juif et sa pérennité au milieu des autres peuples.

62La Palestine fit partie pendant deux siècles de l’Empire Perse ; puis, conquise par Alexandre le Grand (332 avant J.-C.), elle appartient ensuite à l’une ou l’autre des monarchies hellénistiques qui se sont partagé l’empire du conquérant. Soumise d’abord aux souverains Lagides d’Egypte (301), elle est ensuite conquise par les Séleucides (198 avant J.-C.).

63Le siècle de domination égyptienne apparaît comme une période plutôt paisible. L’Egypte des Ptolémées maintient le principe déjà en vigueur au temps de l’Empire Perse de l’autonomie interne des provinces. Les Juifs administrent ainsi eux-mêmes la province de Judée. Le pays est gouverné par un conseil (sanhédrin) composé de prêtres et de membres des familles aristocratiques sous l’autorité du grand-prêtre du Temple de Jérusalem. Quant aux Samaritains, ils ont aussi leur administration. Depuis la fin du IVe siècle, ils disposent de leur propre sanctuaire édifié sur le Mont Garizim.

64Le passage de la Judée sous l’autorité des Séleucides de Syrie conduit assez rapidement au développement de graves tensions. Cette dégradation de la situation est en fait une conséquence du processus d’hellénisation qui a atteint le pays hébreu au cours du deuxième siècle avant J.-C. Sujets de souverains hellénistiques d’origine grecque, les Juifs se trouvent en effet confrontés à la pénétration de la civilisation grecque devenue omniprésente dans tout l’Orient. Bien des Juifs, notamment des couches supérieures de la société, se laissent séduire et adoptent les usages grecs, comme le rapportent, dans la Bible, quelques versets du 1er livre des Maccabées :

« Plusieurs parmi le peuple s’empressent d’aller trouver le roi qui leur donne l’autorisation d’observer les coutumes païennes. Ils construisirent donc un gymnase à Jérusalem, selon les usages païens... ».
(I Macc 1, 13-14)

Frontières administratives à l’époque perse (Ve-IVe siècles av. J.C.)

Frontières administratives à l’époque perse (Ve-IVe siècles av. J.C.)

Source : La Palestine. Histoire d’une Terre, M. Liverani, L’Harmattan, p. 75.

Le monde hellénistique

Le monde hellénistique

65C’est dans ce contexte-là que des rivalités entre les grandes familles qui se disputent les hautes charges sacerdotales provoquent une intervention brutale du souverain Antiochus IV (175/164). Non content de piller le trésor du temple, celui-ci décide de promulguer une série de décrets qui proscrivent l’observance des principaux rites de la loi juive, tandis qu’un autel est édifié à l’intérieur même du Temple de Jérusalem et des sacrifices effectués en l’honneur de Zeus.

66Cette politique violente vaut au roi Antiochus IV une sinistre réputation dans la tradition juive. Pourtant ce souverain était avant tout animé par le souci de préserver l’existence de son royaume menacé par la puissance grandissante de Rome. Antiochus IV a donc tenté d’unifier les populations hétérogènes de ses Etats par une vaste politique d’hellénisation, comportant une importante dimension religieuse. Il s’agissait de favoriser l’émergence d’une divinité syncrétique que pourrait honorer l’ensemble des sujets du roi, Grecs, Syriens et Juifs, en s’efforçant d’opérer une assimilation entre Zeus Olympien, dieu des Grecs, avec les divinités souveraines des autres peuples, dont le Dieu des Juifs. Antiochus IV se fait lui-même surnommer « Epiphane », c’est-à-dire produit d’une manifestation divine. N’ayant que des contacts limités avec la communauté juive, il n’a pas prévu les réactions que sa politique va susciter.

67Or la profanation du temple (qualifiée par la Bible d’« abomination de la désolation ») et la persécution qui frappe les juifs pieux qui refusent de se soumettre à la politique royale provoquent le déclenchement d’une insurrection dirigée par la famille des Maccabées (167 avant J.-C.). Cette insurrection se transforme en révolte nationaliste et débouche, après un quart de siècle de combats, sur la restauration d’un Etat Juif indépendant (140 avant J.-C).

68A la fin du deuxième siècle, le nouvel Etat devient officiellement un royaume gouverné par la dynastie des Hasmonéens, héritiers directs des chefs de l’insurrection. Les souverains hasmonéens mènent une politique d’expansion. Partis de la Judée, ils parviennent en quelques décennies à conquérir l’ensemble de la Palestine et à étendre leur autorité sur les deux rives du Jourdain. L’apogée est atteinte vers 75 avant J.-C. Cette politique de conquête s’accompagne d’une entreprise de rejudéisation des territoires conquis. Partout s’imposent les préceptes de la Loi juive. Ce processus de judéisation porte particulièrement ses fruits en Galilée.

69La politique des Hasmonéens contribue ainsi à renouveler la composition ethnique du peuple juif. En revanche, les Samaritains apparaissent toujours comme des dissidents et sont durement traités. Pour complaire au clergé de Jérusalem, l’ethnarque Jean Hyrcan, qui régne sur la Palestine à la fin du IIe siècle, détruit leur temple du Mont Garizim édifié deux siècles plus tôt (125 avant J.-C.).

La Palestine à l’apogée de l’État hasmonéen (75 av. J.-C.)

La Palestine à l’apogée de l’État hasmonéen (75 av. J.-C.)

70Bien que née d’une révolte contre l’hellénisme, la monarchie hasmonéenne en subit fortement l’influence. Les souverains hasmonéens gouvernent la Palestine à la manière des rois héllénistiques. Ils exercent simultanément des fonctions religieuses et politiques. Ils sont à la fois grand-prêtres et chefs politiques avec le titre d’ethnarque, puis de roi, à partir de 104-103 avant J.-C. En réalité le pouvoir religieux perd sa préséance sur le temporel. L’association des deux fonctions sert surtout à conforter le pouvoir politique et n’est pas admise facilement chez les Juifs.

71L’usage de la langue grecque continue à se répandre (beaucoup de Juifs portent des noms grecs) et une culture judéo hellénique tend à se constituer. Cette évolution est favorisée par les liens étroits qui unissent la Palestine aux communautés de la diaspora qui représentent désormais la majorité du peuple juif. De plus en plus, ces Juifs établis dans l’ensemble du monde méditerranéen ignorent l’hébreu et utilisent les langues des pays où ils résident. Pour répondre aux besoins religieux de ce judaïsme de la dispersion, la Bible est traduite pour la première fois dans une langue étrangère, le grec précisément : c’est la version dite des Septante réalisée à Alexandrie au IIIe siècle avant J.-C.

72Le lien entre Palestine et diaspora est spécifiquement religieux. Il était essentiel pour les Juifs, vivant loin de la Terre Sainte, que l’autorité religieuse et législative du Temple de Jérusalem puisse s’exercer librement. Si cette liberté était assurée, peu leur importait le statut politique précis de la Palestine, et donc l’existence ou non d’un Etat Juif indépendant. La diaspora assiste donc sans réaction majeure au déclin rapide de l’Etat créé par les Maccabées, affaibli par les divisions au sein de l’élite dirigeante.

73Deux « partis » principaux s’opposent pour des raisons à la fois religieuses et politiques :

  • les Sadducéens, qui se recrutent notamment dans l’aristocratie sacerdotale, défendent des positions conservatrices en matière religieuse, ils s’en tiennent à la Torah écrite et n’acceptent pas de croyances nouvelles. D’autre part, ils considèrent que le Temple de Jérusalem, son clergé, son culte, doivent occuper une place centrale dans la vie religieuse juive. Le Temple est également pour eux une partie intégrante de l’Etat. De ce fait, les Sadducéens sont très liés au pouvoir politique en place ;

  • les Pharisiens apparaissent comme les héritiers des Juifs pieux qui ont déclenché la révolte des Maccabées. Originaires de divers milieux sociaux, ils sont liés à l’élite intellectuelle du pays : scribes et docteurs de la Loi. Ils développent toute une tradition orale qui s’enrichit de l’enseignement des rabbins et font évoluer la Loi écrite. Ils s’attachent à obtenir une participation aussi étendue que possible du peuple aux manifestations religieuses sans donner la priorité au culte du Temple. Les Pharisiens sont hostiles à la confusion des fonctions politiques et religieuses, et la vocation religieuse d’Israël leur parait avoir plus d’importance que la destinée politique de la Palestine. Une telle attitude les met en conflit avec le pouvoir royal.

74Le conflit atteint son maximum d’intensité sous le règle d’Alexandre l’année (103-76 avant J.-C.). Les Pharisiens vont jusqu’à solliciter des appuis à l’extérieur. Ils sont durement châtiés. A la mort de ce souverain (qui est aussi celui qui a donné au royaume juif son maximum d’extension), sa veuve Alexandra Salomé (76-67 avant J.-C.) lui succède. Elle parvient à apaiser les passions politico-religieuses. Mais après elle, ses fils se disputent le trône et la grande-prêtrise. Les luttes fratricides favorisent l’intervention de Rome qui a entrepris de soumettre à son autorité l’ensemble de l’Orient méditerranéen.

75Venant de Syrie, dont il vient de faire une province romaine, Pompée entre à Jérusalem en 63 avant J.-C. La Palestine devient un territoire vassal de Rome qui y laisse subsister une ou plusieurs principautés autonomes dont les frontières sont fréquemment remaniées.

76Un temps la Palestine retrouve son unité politique sous l’autorité d’Hérode, prince apparenté par mariage à l’ancienne famille hasmonéenne que son père avait servie précédemment. Hérode est proclamé roi en 37 avant J.-C. mais ce titre royal lui est conféré par les Romains. Issu d’une famille arabe de judaïsation récente, Hérode est mal accepté par l’aristocratie et le clergé.

77Souverain autoritaire, cruel à l’occasion, il sait faire preuve d’un grand sens politique. Il apporte son soutien aux détenteurs successifs du pouvoir à Rome, en échange de quoi il dispose d’une grande liberté pour gérer le pays. Le royaume d’Hérode connaît une grande prospérité économique qui lui permet d’entreprendre de grands travaux. La réalisation la plus considérable est une reconstruction fastueuse du Temple de Jérusalem, qui devient un édifice de dimensions imposantes qui impressionne beaucoup les visiteurs. Il n’en subsiste aujourd’hui que le mur occidental.

78A la mort d’Hérode, en 4 avant J.-C., ses successeurs ne sont plus que des roitelets entre les mains des Romains qui les investissent ou les destituent au gré de leurs seuls intérêts. Dans la première moitié du premier siècle de notre ère, la Palestine passe à peu près entièrement sous l’administration directe de Rome.

79L’ordre romain s’installe difficilement en Palestine. La région connaît au cours du 1er siècle de notre ère une véritable fermentation à la fois politique, sociale et religieuse. Les Juifs supportent mal l’administration directe par Rome et ont la nostalgie de l’indépendance perdue. Ce ressentiment est aggravé par l’attitude des administrateurs romains qui songent surtout à s’enrichir grâce à la levée des impôts. Ils ignorent tout des traditions d’une population dont ils heurtent les sentiments religieux. Le mécontentement qui en résulte, attisé par les tensions sociales, par les heurts entre Juifs et Grecs, favorise en Palestine une agitation endémique qui prend volontiers une coloration religieuse avec l’expression d’aspirations messianiques. Le messsianisme se traduit par l’espérance d’une intervention divine qui assurerait la libération du peuple juif et l’effacement des humiliations subies.

80C’est dans ce contexte très troublé que naît le christianisme ; les repères chronologiques que fournissent les Evangiles (notamment celui de St Luc assez précis sur ce point) permettent de situer l’existence du Christ dans le premier tiers du premier siècle de notre ère. La Passion se serait déroulée en l’an 29 ou 30. C’est notamment comme perturbateur de l’ordre public et donc ennemi de Rome que le Christ est condamné et exécuté comme le suggèrent quelques passages des Evangiles :

« Pilate dit alors aux grands prêtres et aux foules : Je ne trouve en cet homme aucun motif de condamnation ». Mais eux d’insister en disant : « Il soulève le peuple, enseignant par toute la Judée, depuis la Galilée, où il a commencé, jusqu’ici ».
(St Luc 23, 4-5)

81ou

« Dès lors Pilate cherchait à le relâcher. Mais les Juifs vociféraient, disant : “Si tu le relâches, tu n’es pas un ami de César : quiconque se fait roi, s’oppose à César” ».
(St Jean 19, 12)

Le royaume d’Hérode

Le royaume d’Hérode

Source : Histoire d’Israël. De la conquête d’Alexandre à la destruction du Temple. Ch. Saulnier, Cerf, p. 520.

82Les premières communautés chrétiennes sont perçues comme un courant supplémentaire au sein d’un judaïsme divisé en de multiples tendances. Ils sont qualifiés de « parti des Nazoréens ».

83Dans le récit que font les Actes des Apôtres du procès intenté à l’apôtre Paul, l’accusation est formulée ainsi :

« Cet homme, nous l’avons constaté, est une peste : il suscite des désordres chez tous les Juifs du monde entier, et c’est un meneur du parti des Nazoréens ».
(Actes des Apôtres 24, 5)

84Parmi les groupes qui s’agitent, certains s’organisent en vue de résister par la force à l’occupation romaine. Ce sont principalement les Zélotes, qui ne reconnaissent que Dieu comme « seul chef et maître ». Ils se donnent pour but de hâter l’heure de la libération en recourant aux armes. On assiste à une montée des violences qui débouche sur la grande insurrection de l’année 66 contre la domination de Rome

85Il en résulte une véritable guerre qui dure de 66 à 73 et dont l’épisode central est la prise de Jérusalem par Titus en 70. La ville est mise à sac et le Temple est incendié. La résistance ne prend fin qu’en 73 avec le siège de Massada, forteresse naturelle située près de la Mer Morte dont les défenseurs préfèrent se suicider collectivement plutôt que se rendre. L’épisode de Massada est resté ancré dans la mémoire collective du peuple Juif et l’Etat d’Israël en entretient aujourd’hui encore le souvenir.

L’incendie du temple de Jérusalem (70 ap. J.-C.)
« Titus se replia sur l’Antonio, ayant décidé d’attaquer le jour suivant à l’aube avec la totalité de ses forces et d’investir le Temple. Dieu certes, avait depuis longtemps condamné le bâtiment à être brûlé, mais le jour fatal, du fait de la révolution du temps, était maintenant arrivé, ce dixième jour du mois loüs (le 30 août 70) où, déjà auparavant, il avait été incendié par le roi se Babylone. L’origine de l’incendie et sa cause se trouvent d’ailleurs chez les Juifs eux-mêmes. En effet, lorsque Titus se fut retiré, les rebelles, après un bref répit, attaquèrent de nouveau les Romains et un combat s’engagea entre les gardes du Sanctuaire et les soldats qui éteignaient le feu dans la cour extérieure du Temple. Ceux-ci, ayant mis les Juifs en déroute, les poursuivirent jusqu’au Sanctuaire. Et c’est là qu’un soldat, sans attendre les ordres, sans être effrayé par une telle initiative, mû par une sorte d’impulsion surnaturelle, arracha un brandon aux boiseries en feu et, soulevé par un de ses camarades, jeta ce brandon par une petite porte d’or qui donnait accès, du côté nord, aux habitations entourant le Sanctuaire. Les flammes jaillirent et provoquèrent chez les Juifs une clameur digne de la catastrophe. Ils s’élancèrent à la rescousse sans souci d’épargner leur vie ou de ménager leurs forces, maintenant qu’allait disparaître l’objet de leur vigilance passée.
Quelqu’un courut porter la nouvelle à Titus. Il se trouvait dans sa tente, en train de se reposer après le combat : il fut debout d’un bond et, comme il était, courut au Temple pour maîtriser l’incendie ; en arrière suivaient tous les généraux, accompagnés des légionnaires dans un état de grande excitation ; il y avait des cris et du vacarme, comme il est normal quand une si grande armée se déplace en désordre. César, de la voix et de la main, faisait signe aux combattants d’éteindre l’incendie, mais eux n’entendaient pas ses cris, ayant les oreilles pleines d’une clameur bien plus forte, et quant aux signes qu’il faisait avec la main, ils n’y prêtaient pas attention, les uns pris par le combat, les autres tout à leur colère. Ni exhortations ni menaces ne pouvaient contenir l’impétuosité des légionnqires en train de charger : chacun n’avait d’autre général que sa fureur...
... Arrivés plus près du Sanctuaire, les uns faisaient semblant de ne même pas entendre les ordres de César et encouragaient ceux qui étaient devant eux à jeter des brandons à l’intérieur. Les rebelles étaient dès ce moment dans l’impossiblité d’intervenir : de toutes parts ils étaient massacrés et mis en déroute. Des civils sans force et sans armes, représentant une grande partie de la population, étaient égorgés là où chacun se faisant prendre : une foule de cadavres s’amoncelait près de l’autel ; le long des marches du Sanctuaire ruisselait le sang et roulaient les corps des victimes ».
« César, voyant qu’il était impuissant à contenir l’élan de ses soldats, qui ne se contrôlaient plus, et que l’incendie était vainqueur, passa avec ses généraux à l’intérieur et contempla le lieu saint du Sanctuaire avec tout ce qu’il contenait, un ensemble bien supérieur à sa réputation auprès des étrangers et nullement inférieur à l’opinion avantageuse qu’en avaient les nationaux. Les flammes n’avaient encore nulle part pénétré à l’intérieur mais consumaient les habitations qui entouraient le Sanctuaire ; Titus, estimant que cette œuvre d’art pouvait encore être sauvée, ce qui était vrai, se précipita au dehors et s’efforçait personnellement de convaincre les soldats d’éteindre le feu ; il donna l’ordre au centurion Libéralius, qui faisait partie de sa garde de piquiers, de contraindre à coups de bâton ceux qui désobéiraient. Mais leur respect pour César et la peur que leur inspirait le centurion qui essayait de les retenir étaient moins forts que leur colère, leur haine des Juifs, et une ardeur guerrière incoercible. La majorité étaient aussi poussés par l’espoir du pillage, car en voyant que l’extérieur du Sanctuaire était en or, ils s’imaginaient que l’intérieur était bourré de richesses. Mais déjà un de ceux qui étaient entrés, tandis que César se précipitait au-dehors pour retenir ses troupes, avait jeté dans l’obscurité un brandon sur les gonds de la porte. Alors la flamme jaillit brusquement de l’intérieur. César se retira avec ses généraux, et il ne resta personne pour empêcher les soldats qui étaient à l’extérieur de mettre le feu. C’est ainsi que, contre la volonté de César, le Sanctuaire fut incendié ».
FLAVIUS JOSEPHE, La Guerre des Juifs
Extrait de la traduction de P. Savinel publiée aux Editions de Minuit (1977).

86Nous possédons un récit détaillé de ces événements grâce à l’historien juif Flavius Josèphe qui fut à la fois acteur et témoin des faits qu’il rapporte dans « la Guerre des Juifs ». Ancien commandant des forces juives en Galilée, il s’est soumis à Rome et est devenu écrivain.

87Le bilan de cette guerre est très lourd. Des dizaines de milliers de Juifs sont massacrés ou vendus comme esclaves. La Palestine perd toute trace d’autonomie, mais la vie religieuse parvient à se réorganiser malgré la suppression de la liturgie du Temple. C’est à partir de ce moment que les synagogues deviennent les principaux centres spirituels des communautés juives. Ainsi s’impose la conception de la vie religieuse défendue par les Pharisiens qu’on appelle le judaïsme rabbinique.

88La soumission à Rome n’était pourtant pas encore définitive. Le monde juif est secoué, au début du IIe siècle après J.-C., par une nouvelle vague de révoltes, qui touche d’abord les communautés de la diaspora (115-117). Puis c’est la Palestine qui s’insurge de nouveau sous la direction de Bar Kokhba (132-135). La révolte est écrasée et cette fois la défaite est sans appel. La répression s’accompagne de massacres et de déportations qui accentuent les effets de la précédente révolte.

89Le nom même de Judée est effacé. La nouvelle province romaine est dénommée Palaestina, mot forgé à partir du nom grec de la Philistie (ou pays des Philistins). Les Juifs disparaissent pratiquement de la région de Jérusalem, et l’accès à cette ville leur est dorénavant interdit. Une colonie romaine y est fondée sous le nom d’Aelia Capitolina. Les restes du Temple sont rasés pour laisser la place à un sanctuaire de Jupiter.

90Le peuplement juif de la Palestine diminue sensiblement et ne couvre plus qu’inégalement le territoire. Les Juifs se regroupent notamment en Galilée qui a été épargnée par les troubles. Le reste de la population se compose de Samaritains, de Syriens, de Grecs et de tribus arabes. Les Arabes sont en effet présents dès le premier millénaire avant J.-C., aux confins de la Palestine, menant une existence nomade le long de la vallée du Jourdain. Des Etats arabes se sont constitués en Transjordanie et ont été soumis à l’autorité de Rome.

91On peut dire qu’à partir de 135 après J.-C., l’histoire du peuple Juif tend à se dissocier de plus en plus de celle de sa Terre d’origine.

Carte administrative de l’empire après les réformes de dioclétien et de Constantin

Carte administrative de l’empire après les réformes de dioclétien et de Constantin

Source : La crise de l’Empire romain. R. Rémondon. Nouvelle Clio. PUF, p. 329.

Notes

1 Cf. Paul Garelli et André Lemaire, « Le Proche-Orient asiatique », tome 2, Nouvelle Clio, p. 61.

Table des illustrations

Titre Royaume de David et Salomon
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Israël et Juda
Crédits Source : Nous partons pour la Terre Sainte - J. Perrier, PUF, p. 16.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Empire assyrien VIIIe-VIIe siècles av. J.C.)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Empire néo-babylone (VIe siècle av. J.C.).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Les diasporas (IVe siècle av. J.-C. /siècle ap. J.-C.)
Crédits Source : Histoire universelle des Juifs. E. Barnavi, Atlas Hachette, p. 37.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Frontières administratives à l’époque perse (Ve-IVe siècles av. J.C.)
Crédits Source : La Palestine. Histoire d’une Terre, M. Liverani, L’Harmattan, p. 75.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Le monde hellénistique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre La Palestine à l’apogée de l’État hasmonéen (75 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Le royaume d’Hérode
Crédits Source : Histoire d’Israël. De la conquête d’Alexandre à la destruction du Temple. Ch. Saulnier, Cerf, p. 520.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte administrative de l’empire après les réformes de dioclétien et de Constantin
Crédits Source : La crise de l’Empire romain. R. Rémondon. Nouvelle Clio. PUF, p. 329.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48734/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search