Version classiqueVersion mobile

Palestine

 | 
Dominique Perrin

Introduction

Texte intégral

1La Palestine appartient géographiquement au Croissant fertile du Proche Orient, c’est-à-dire à cette région disposée en arc de cercle qui va de l’Egypte au Golfe Persique en longeant la côte méditerranéenne, puis en suivant les vallées des deux fleuves de Mésopotamie, le Tigre et l’Euphrate.

2Borné au Nord par de hauts reliefs et s’ouvrant au Sud sur le vaste désert d’Arabie, le Croissant fertile bénéficie de conditions naturelles sensiblement plus favorables que les régions environnantes (grâce à ses ressources en eau), ce qui explique à la fois son nom et le rôle exceptionnel qu'il a joué dans l’Histoire.

3Voie naturelle des échanges entre la Méditerranée et l’Orient, ce Croissant fertile a été en effet un des premiers grands foyers de civilisation de l’histoire de l’humanité. Il a vu naître de nombreuses cités, puis de vastes empires qui se sont efforcés d’étendre leur contrôle sur tout ou partie de l’ensemble.

4La Palestine ne représente qu’une fraction du Croissant fertile proche-oriental. Il s’agit d’un territoire aux limites imprécises, localisé entre la Méditerranée et le Jourdain. Mais celui-ci ne constitue pas une véritable frontière et l’histoire d'une partie de la Transjordanie ne se sépare guère de celle de la Palestine. L’imprécision des contours est encore plus évidente au Nord où la Palestine se relie à la Syrie avec laquelle elle partage bien des traits de civilisation, et au Sud où le désert du Neguev n’est qu’une partie de la zone aride qui s’étend de la péninsule du Sinaï à l’Arabie.

5Pourtant ce territoire d’étendue réduite (sa superficie ne dépasse pas celle de la Belgique) a un passé d’une extraordinaire richesse. C’est en millénaires que se compte l’histoire très complexe d’une région où se sont succédées et entremêlées de nombreuses influences, ce qui fait de la Palestine une des terres d’élection de la recherche archéologique (un des exemples les plus connus est celui du site de Jéricho où les fouilles ont mis à jour une construction que l’on peut dater avec vraisemblance de quelques huit mille ans avant J.-C.).

6Autrement dit, c’est dans une Palestine déjà chargée d’histoire que vient s’insérer, à partir de la fin du deuxième millénaire avant J.-C., la grande épopée que représente la naissance du peuple juif.

7Cette région comprise entre Méditerranée et Jourdain a longtemps été connue sous le nom de Terre de Canaan. C’est en particulier le vocable employé dans les livres de l'Ancien Testament.

Situation géographique de la Palestine

Situation géographique de la Palestine

8Le mot de Cananéens sert ordinairement à désigner des peuples qui se sont établis sur toute la zone côtière allant de l’Egypte à l’Asie mineure à la fin du troisième millénaire avant J.-C., donnant naissance à une civilisation déjà très avancée. Un grand nombre de villes dont le nom a été rendu célèbre par le texte de la Bible ont été d’abord des cités cananéennes, à commencer par Jérusalem.

9La civilisation cananéenne a exercé un très fort attrait sur les populations nomades vivant à l'Est et au Sud du pays et qui s’y sont régulièrement introduites, fixées et ont été en général assimilées.

10Un écho de cet attrait nous est parvenu par un passage de l’Ancien Testament où la Terre de Canaan est décrite comme :

« un heureux pays, pays de cours d’eau, de sources qui sourdent de l’abîme dans les vallées comme dans les montagnes, pays de froment et d’orge, de vigne, de figuiers et de grenadiers, pays d’oliviers, d’huile et de miel, pays où le pain ne te sera pas mesuré et où tu ne manqueras de rien », pays où il y aura des pierres de feu et d’où tu extrairas, dans la montagne, le bronze. Tu mangeras, tu te rassasieras et tu béniras Yahvé ton Dieu en cet heureux pays qu’il t’a donné ».
(Deutéronome 8, 7-10)

11Le nom même de Palestine est relativement plus récent. Il n’apparaît qu’au Ve siècle avant J.C. Il est employé par l’historien grec Hérodote et repris ensuite par la tradition gréco-latine. Palestine signifie, suivant une opinion communément admise, « pays des Philistins », du nom d’un peuple qui s’est établi le long de la côte méditerranéenne à la fin du deuxième millénaire avant J.-C. Ce terme traduit le fait que la connaissance que les Grecs avaient de la région s’est longtemps réduite à la frange côtière, tandis que l’intérieur leur était inconnu.

12L’importance historique de la Palestine tient à deux raisons principales : – sa position géographique.

13La Palestine est située à la jonction de deux continents, l’Afrique et l’Asie. C’est un lieu de passage obligé et constamment emprunté entre la partie asiatique du Proche-Orient et l’Egypte, ouvert de plus aux influences et aux invasions méditerranéennes (notamment en provenance du monde grec). La Palestine (tout comme la Syrie voisine) constitue un carrefour de routes marchandes dont la possession a été, à maintes reprises, âprement disputée. Depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, elle a été l’enjeu de rivalités entre les grandes puissances qui ont toujours essayé de la contrôler ou tout au moins de l’intégrer dans leur zone d’influence et elle a vu se succéder un grand nombre de dominations. La Palestine a rarement constitué une entité politique indépendante. Elle n’a pu y parvenir qu’à de rares moments en mettant à profit l’affaiblissement provisoire de ses puissants voisins.

14– sa vocation religieuse.

15L’originalité de l’histoire de la Palestine est qu’elle ne se limite pas à une longue série d’épisodes politico-militaires, générateurs d’apports culturels successifs. La Palestine est surtout un des foyers essentiels de l'histoire religieuse de l’humanité. C’est une « Terre Sainte » pour les fidèles de trois des plus importantes religions du monde d’aujourd’hui, trois religions qui ne sont pas étrangères l’une à l’autre d’ailleurs et ont notamment en commun d’être monothéistes.

16Il s’agit d’abord du judaïsme.

17Pour les Juifs, la terre de Canaan, la Palestine, est la Terre Promise par Dieu à leur ancêtre Abraham et à ses descendants. Les livres de l’Ancien Testament en font mention à maintes reprises.

18Ainsi dans le Livre de la Genèse (13, 14-15)

« Abraham s’établit au pays de Canaan... Yahvé dit à Abraham : Lève les yeux et regarde, de l'endroit où tu es, vers le Nord et le Midi, vers l’Orient et l’Occident. Tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours ».

19ou dans le Livre du Deutéronome (1, 6-8)

« Yahvé notre Dieu nous a ainsi parlé à l’Horeb :... Allez-vous en... allez en terre de Canaan et gagnez le Liban jusqu’au grand fleuve l’Euphrate. Voici le pays que je vous ai livré : allez donc prendre possession du pays que Yahvé a promis par serment à vos Pères Abraham, Isaac et Jacob et à leur postérité après eux ».

20Toute l’histoire du peuple juif et du judaïsme est enracinée dans cette terre.

21Vient ensuite le christianisme.

22Pour les Chrétiens, la Palestine est la région où s’est déroulée l’existence terrestre de Jésus-Christ. Tous les lieux où se situent les épisodes de la vie du Christ, tels qu’ils sont rapportés par les Evangiles sont devenus pour les Chrétiens des lieux saints. Le christianisme apparaît à bien des égards comme un prolongement du judaïsme. Le Christ est présenté comme celui qui vient accomplir les promesses faites au peuple juif, au nom de Dieu, par les prophètes, interprétation que les Juifs récusent bien sûr totalement.

23Enfin il y a l’Islam.

24L’Islam accorde lui aussi une grande importance religieuse à la Palestine (bien qu’il soit né en Arabie). C’est que l’Islam se présente comme le produit d’une nouvelle révélation divine communiquée aux hommes par le dernier et le plus grand des prophètes Mahomet (ou Mohammed). Cette nouvelle révélation vient se superposer aux révélations précédentes (juive et chrétienne) et les englobe. Aussi les Musulmans honorent-ils les grands personnages bibliques, et les lieux où la tradition situe leur existence et leurs sépultures.

25On peut lire ceci dans le Coran :

« Dis : Nous croyons en Dieu, à ce qu’il nous révèle, à ce qu’il a révélé à Abraham, Ismaël, Isaac, Jacob et les Tribus, à ce qui fut révélé à Moïse, à Jésus et aux autres prophètes par leur Seigneur. Nous ne faisons pas de différence entre eux, nous lui sommes soumis ».
(Sourate II – 136, III – 84)

26Ce caractère de Terre Sainte de la Palestine est particulièrement symbolisé par la ville de Jérusalem.

27Pour les Juifs, c’est Yeroushalayim (la ville de la paix), cité du roi David, où fut édifié le Temple pour y célébrer le culte divin.

28Bien des textes de l’Ancien Testament célèbrent Jérusalem. Parmi d’autres, le psaume 122 :

« Quelle joie quand on m’a dit :
Allons à la maison de Yahvé !
Enfin nos pieds s’arrêtent
dans tes portes, Jérusalem.
Jérusalem, bâtie comme une ville
où tout ensemble fait corps.
C’est là que montent les tribus,
les tribus de Yahvé pour célébrer
selon la règle en Israël
le nom de Yahvé.
Car les sièges de justice sont là,
les sièges de la maison de David ».

29Pour les Chrétiens, Jérusalem est la ville où se sont produits les événements qui constituent le fondement de leur foi : la passion et la résurrection du Christ.

30C’est ce que disent ces quelques versets de l’Evangile de Saint Marc (10, 33-34) :

« Voici que nous montons à Jérusalem, et le fils de l’homme va être livré aux grands prêtres et aux scribes ; ils le condamneront à mort et le livreront aux païens, ils le bafoueront... et le mettront à mort, et trois jours après, il ressuscitera ».

31Pour les Musulmans, c’est Al Qods, la Sainte, en ajoutant quelquefois l’épithète de Al Chérif, la Noble.

32Le Coran ne parle pas de Jérusalem, ou seulement par allusion. C’est là que les Musulmans situent l’épisode du voyage nocturne de Mahomet (rapporté par la Sourate III dont l’interprétation est controversée). C’est du Temple de Jérusalem que le prophète aurait été élevé au ciel, devant le trône de Dieu.

33La tradition islamique a, en tout cas, vénéré très tôt Jérusalem. Des textes, qui ne font pas partie du Coran, mais dont la rédaction est attribuée au Prophète, célèbrent avec emphase les vertus de la Ville :

  • 1 Texte cité par Jacques Perrier dans « Nous partons pour la Terre Sainte », PUF, p. 290.

« O Jérusalem, terre élue d’Allah et patrie de ses serviteurs, c’est de tes murs que le monde est devenu monde.
O Jérusalem, la rosée qui descend vers toi guérit tous les maux parce qu’elle vient des jardins du Paradis ».
Dans les dits du Prophète (ou hadith)1

34Cette triple vénération se traduit, encore aujourd'hui, par une extraordinaire imbrication des lieux de culte.

35Des mosquées réputées (Dôme du Rocher, El Aqsa) ont été édifiées sur l’esplanade de l’ancien temple juif dont la muraille occidentale est plus connue sous le nom de « Mur des Lamentations » où viennent se recueillir les Juifs pieux, tandis qu’à quelques centaines de mètres de là se trouve le Saint-Sépulcre où les Chrétiens viennent en pèlerinage.

36On imagine sans peine que la richesse de cette vocation religieuse de la Palestine a aussi son revers. Elle peut être la source de passions antagonistes difficilement contrôlables.

Notes

1 Texte cité par Jacques Perrier dans « Nous partons pour la Terre Sainte », PUF, p. 290.

Table des illustrations

Titre Situation géographique de la Palestine
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48731/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k

© Presses universitaires du Septentrion, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search