Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Conclusions

Ségolène Demougin

Texte intégral

1L’historien serait-il un voyeur ? Cette interrogation brutale peut sans doute heurter les âmes sensibles, mais la question mérite d’être posée, en regard même du thème de cette réunion scientifique. La Vie des Autres, qui est censée n’appartenir qu’à eux, est scrutée, observée, questionnée par des analystes qui tentent d’en comprendre le cours, en la replaçant dans son contexte. Elle sort de l’ombre et se trouve exposée en pleine lumière ; on exclura de ce processus les figures emblématiques de l’histoire, auxquelles la tradition historique de jadis vouait un intérêt souvent exclusif.

2Contrairement à leurs confrères, les spécialistes de l’Antiquité, particulièrement dans le domaine de l’histoire sociale, sont confrontés à des difficultés et à des défis, comme cela a déjà été exposé au début de ce volume. Les difficultés sont bien connues, et proviennent d’une documentation à la fois large et tronquée, étendue à des sources très diverses qui exigent une longue formation, et souvent trop lacunaire. Quant aux défis, ils sont inhérents au métier même de l’historien : comment, à partir du disparate de données biographiques éparses, reconstituer le tissu de la vie, et derrière les réussites et les échecs de l’individu, tenter d’en retrouver les motivations ? Nous sommes là dans le domaine de la biographie.

3Il n’en va pas de même pour la prosopographie, qui n’a pas un but universel, mais qui choisit les acteurs d’une histoire dont elle veut retracer le cours. Une prosopographie, dans ce sens, est toujours particulière, puisqu’elle est déterminée, au départ, par une sélection ; c’était d’ailleurs le vœu exprimé par l’Académie de Berlin, lors de la conception et de la parution de la Prosopographia Imperii Romani : il s’agissait de présenter au public savant les données les plus récentes sur les homines notabiles, qui en réalité faisaient tous partie, à quel que titre que ce soit, du monde des privilégiés. Désormais, le caractère le plus important d’une prosopographie consiste en l’organisation de séries, regroupant, selon des critères préalablement établis, des individus rassemblés par les mêmes caractéristiques ; ces séries se fondent tout naturellement sur l’ensemble des biographies – ou du moins des éléments biographiques – des membres du groupe sélectionné.

 

4C’est donc à juste titre que les organisateurs du Colloque dont les communications sont regroupées dans ce volume ont voulu explorer les deux versants de la Vie des Autres : d’une part, la biographie bien ciblée de tel ou tel individu et, d’autre part, les particularités d’un groupe choisi. Mais un autre choix a été aussi fait : ne pas négliger la continuité de l’histoire romaine, ne pas privilégier une ère spécifique mais, en parcourant tout le spectre chronologique, marquer les permanences, du moins dans les méthodes, même si les sujets changeaient.

5Ce faisant, ils se sont aussi proposé de rendre un hommage amical à l’une des collègues qui a consacré la plus grande part de ses recherches au domaine de la prosopographie. En effet, Janine Desmulliez, Professeur à l’Université de Lille 3, dont l’Antiquité Tardive chrétienne a constitué le champ de recherche principal, s’est toujours intéressé à la prosopographie : en témoigne d’abord le sujet de son doctorat d’État, La christianisation de la Campanie jusqu’en 604, fondé sur une analyse minutieuse de la société campanienne. Elle a aussi été l’une des collaboratrices les plus efficaces du grand projet de la Prosopographie Chrétienne, particulièrement pour les volumes consacrés à l’Italie et à la Gaule, et s’est investie aussi dans celui de la Prosopographie Chrétienne de la Péninsule Ibérique. Mais, comme nous le savons tous, la curiosité du prosopographe sérieux ne se limite pas à sa période d’élection. Ainsi, l’ensemble offert à Janine Desmulliez et embrassant tout le monde romain aura, nous l’espérons, l’heur de lui plaire, et de rester ainsi un témoignage de la place qui lui est reconnue parmi les historiens de l’Antiquité.

6Le choix, comme il vient d’être dit, a été fait en faveur de la longue durée, de la République à la fin de l’Antiquité tardive ; il permet ainsi de revenir sur l’histoire des catégories socio-politiques ou des individus, en apportant son lot de nouveautés. En effet, la science de l’histoire n’est pas statique, et elle est renouvelée, en particulier pour l’Antiquité, non seulement par l’apparition, la révélation, la publication de nouveaux témoignages, mais aussi par l’adoption et la mise en œuvre de nouvelles approches scientifiques, qui rendent mieux compte des réalités – dans la mesure où nous pouvons encore les appréhender. Mais, en même temps, dans une société marquée par ce qu’il faut bien nommer un certain conservatisme, attachée aux formes et aux concepts traditionnels, comme la division en ordres, par exemple, la démarche permet de bien marquer les évolutions et même les bouleversements introduits par l’apparition, puis le triomphe du christianisme.

7On a donc retrouvé, au fil du volume, des considérations sur des groupes figurant depuis longtemps dans la hiérarchie qui structure la société de la Rome antique, dont certains n’ont pas toujours retenu suffisamment l’attention qu’ils méritent. Certes, nous ne le dirons pas des membres de l’ordre sénatorial, qui, ici, ont été considérés surtout dans leurs fonctions gouvernementales, dans l’Antiquité tardive, soit au niveau de l’État, dans le processus de leur nomination, soit dans leurs rapports avec leurs administrés, dans un contexte précis, celui de l’île de Chypre, dirigée d’abord, dans les débuts du ive s., par des praesides de rang équestre. Le second ordre de l’État n’a pas été oublié mais considéré sous des angles nouveaux : ainsi, l’étude des chevaliers romains, nés ou établis à Narbonne, capitale provinciale, qui nous éclaire sur l’histoire des membres des élites locales entrés dans le secundus ordo, montre bien que se mêlent l’aristocratie d’État et les notabilités locales et, si l’on me permet ce terme, autochtones et immigrés. On n’oubliera pas non plus l’attention prêtée, dans quelques provinces occidentales, à une catégorie particulière, celle des parentes proches d’officiers équestres, qui ne peuvent en aucun cas faire partie de l’ordre des chevaliers romains mais sont tenues de subir les contraintes du rang. Dans un autre contexte social, et en plein ve s. ap. J.-C., est analysé le groupe des officiers de l’armée impériale présents en Italie et mentionnés dans les lettres de Grégoire le Grand. Nous sommes là et nous restons dans la catégorie des privilégiés.

8Le sacré rejoint bientôt le profane : les dévots païens d’Ostie ainsi que leurs offrandes dans un cadre collectif ont permis de revenir sur les cultes locaux et leurs implications, dans le contexte très spécial du port de Rome, ouvert à toutes les influences. Quant aux prêtresses de Vénus à Pompéi, dignitaires locales, elles ont donné l’occasion d’évoquer d’autres aspects de la vie sociale, et singulièrement le rôle de la puissance économique, puisque ces dames sont connues aussi comme évergètes. C’est à cet aspect économique, fondamental dans la conception romaine de la société, qui a été mis en relief pour une catégorie bien spécifique, celle des moines de l’Antiquité Tardive, au sein de laquelle il convient de distinguer les simples clercs et les évêques, que s’est attachée une analyse fine des jugements divergents des contemporains sur l’état de pauvreté des uns, et sur la richesse des autres. Enfin, à l’opposé de la jouissance des fortunes, il existe la renonciation aux biens de ce monde, et la recherche du dépouillement et de l’ascétisme, comme n’ont pas hésité à le faire certains aristocrates gallo-romains, connus au début du ve s.

9Toutes ces recherches, quel que soit leur objet, découlent de la même conception de l’histoire et dépendent étroitement d’enquêtes prosopographiques ; elles établissent ainsi la continuité de la pratique scientifique, et partagent le même but. Mais il en en est d’autres, qui relèvent plus du genre biographique, car elles sont centrées sur un seul personnage. Dans ce volume, le lien est établi entre ces deux démarches par les considérations faites sur une catégorie bien déterminée, celle des usurpateurs, ceux qui, au fond, n’ont pu réaliser leur ambition, en revêtant la pourpre, de dominer tout l’Empire. Le phénomène de l’usurpation, ou de la tentative de l’usurpation, s’est manifesté dès l’établissement du régime impérial, avec l’apparition du faux Agrippa Postumus, et n’a cessé de se développer : les usurpateurs du iiie s. sont légion. La somme des biographies, tout fantaisistes qu’elles soient parfois, de ces faux princes, ouvre une perspective sur le ressenti du pouvoir impérial.

10Relevant plus du domaine de la pure biographie, quelques contributions figurant dans ce volume ont mis en exergue certaines grandes figures, appartenant aussi bien au monde temporel qu’au monde spirituel – encore que, souvent, ils ne peuvent pas être séparés. Par exemple, un réexamen de la Chronica Caesaraugustana montre que, si cette œuvre, en réalité anonyme, reste indispensable pour retracer le règne du roi wisigoth Geisalic, il faut s’en défier sur le plan de la chronologie.

11Se faire biographe, c’est aussi interpréter des données parfois réduites : il en va ainsi pour la figure de l’évêque Hilaire de Poitiers, dont la vie est rédigée, près d’un siècle et demi après sa mort par Venance Fortunat : le poète s’efforce de faire de son sujet le modèle du saint évêque, thaumaturge. De même, sont retracées les étapes de la vie d’Ossius de Cordoue, avant l’ouverture du Concile de Nicée, en mai 325, et surtout son intervention dans la querelle arienne.

12Mais, au fond, nous restons là dans le domaine de la description extérieure : c’est bien l’observation de la vie de l’autre ou des autres. Il faut évoquer ici aussi une autre manifestation, mise en valeur par les historiens depuis plus d’une vingtaine d’années : le phénomène de l’autoreprésentation. On n’est jamais mieux servi que par soi-même, dans un monde très attentif à tous les signes de distinction. Dans le domaine de la biographie, certains préfèrent s’en remettre à eux-mêmes pour laisser d’eux le portrait qui leur semble le plus ressemblant à leurs yeux et le plus apte à transmettre à la postérité la figure qu’ils ont façonnée. Cela permet aussi de justifier les actes et de défendre les positions prises tout au long de la vie. On peut certes recourir à l’autobiographie, mais celle-ci est toujours un peu suspectée de devenir un plaidoyer pro domo. Il existe des moyens plus subtils. Ainsi, c’est au travers de sa correspondance, soigneusement ordonnée, que Sidoine Apollinaire veut laisser de lui l’image « d’un ami fidèle, d’un évêque conscient de ses devoirs, d’un lettré ». Cette image est sciemment construite, suivant les choix exclusifs de son auteur, et doit, dans son intention, rester le seul témoignage crédible sur lui-même.

13Ainsi, prosopographie et biographie, avec leur optique différente, qu’il s’agisse de groupes bien définis, ou d’individus isolés, viennent cependant confluer, en voulant tenter d’assurer l’approche historique la plus complète possible. La conjonction de ces deux domaines reste indispensable, comme le montrent les contributions réunies dans ce volume.

14Mais pouvons-nous répondre à la question posée plus haut : comment apprécier l’attitude de l’historien ? Pénétrer dans la vie d’autrui n’est pas sans risque : on peut ainsi craindre à la fois les complaisances de l’identification ou les défiances devant la personnalité d’un sujet, qui reste cependant « notre frère ». La démarche de l’historien n’est ni vraiment neutre, ni vraiment innocente ; comme le rappelle Boris Cyrulnik, observer la Vie des Autres, l’expliquer et même parfois la juger, c’est aussi s’intéresser à la sienne propre et la soumettre au même examen. C’est aussi retrouver, dans toutes ces ombres qui nous escortent, le miroir de l’humanité.

Auteur

Directeur de recherches émérite du CNRS, directeur d’études émérite de l’École pratique des Hautes Études, Sciences historiques et philologiques, AnHiMA

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540