Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

De l’histoire à l’hagiographie : la Vie d’Hilaire de Poitiers selon Venance Fortunat

Luce Pietri

Résumé

Hilaire de Poitiers est honoré pour la première fois, deux siècles après sa mort, d’une Vita, rédigée par Venance Fortunat. Les seules sources dont dispose ce dernier sont réduites aux quelques données historiques fournies par les Chroniques de Sulpice Sévère, retraçant le parcours de l’egregius doctor dans ses combats contre les hérétiques ariens. Or, pour répondre à l’attente de lecteurs sûrs que la sainteté confère des pouvoirs surnaturels, le biographe se doit de présenter également son héros comme un thaumaturge : pour ce faire, il ne trouve d’autres ressources que de le créditer de deux miracles accomplis par son disciple Martin au témoignage du même Sulpice Sévère, et d’un troisième, inédit, destiné à démontrer que la virginité consacrée, illustrée dans le présent par l’abbesse Agnès et les moniales du monastère de Radegonde, constitue une tradition remontant jusqu’au premier évêque de la cité.

Two centuries after his death, Hilary of Poitiers was granted a biography, for the first time, by Venantius Fortunatus. The only sources available to that author were a few historical data in the Chronica of Sulpicius Severus, recording the tribulations of the egregius doctor in his struggles against Arianist heretics. In order however to meet the expectation of readers that were convinced of the supernatural powers of saints, the biographer has to present his hero as being also a thaumaturge. And, to achieve this, he has no other option than to credit him with two miracles performed by his disciple Martin, witnessing the same Sulpicius, and with a third one, completely new, designed to show that the tradition of a consacred virginity – at his time, exemplified by abbess Agnes and the nuns of Radegund’s monastery, was going back to the time of the first bishop of the city.

Texte intégral

  • 1 Au nombre des études les plus importantes : Labarre 1998 ; Goullet-Heinzelmann 2003 ; Vielberg 2006
  • 2 Ven. Fort., Vita s. Hilarii, MGH aa IV, 2, p. 1-7 (BHL3885-7) ; traduction en italien procurée par (...)

1De nombreuses et fructueuses recherches ont été consacrées au processus de « réécriture hagiographique ». L’étude des Vies composées au long des siècles en l’honneur d’un même saint montre clairement comment les nouvelles versions élaborées à partir d’une Vita primitive redéfinissent plus ou moins profondément, en fonction de l’idéal de sainteté prévalant à l’époque de chacun des hagiographes successifs, la personnalité et le rôle du héros1. On a, semble-t-il, moins étudié les cas, sans doute plus rares, dans lesquels un écrivain, faisant œuvre de pionnier en hagiographie, rédige, à partir d’une documentation historique ancienne faisant état de l’activité au service de la foi d’un membre de l’Église, une Vita pour magnifier les mérites de ce dernier ; or les remaniements opérés en passant d’un genre à un autre sont tout autant révélateurs d’une évolution dans la façon de concevoir la sainteté du personnage. C’est ce que met en évidence, de manière particulièrement nette me semble-t-il, la Vie d’Hilaire de Poitiers rédigée par Venance Fortunat2.

  • 3 Duval 2003, p. 133-151.
  • 4 Meyer 1901 met judicieusement en valeur, dans son titre (Der Gelegenheitsdichter) et par sa démonst (...)
  • 5 Pour cette bibliographie récente, trop abondante pour trouver place ici, nous renvoyons à l’Année p (...)

2Le regretté Yves-Marie Duval avait présenté, dans un colloque tenu à Trévise en 2001, une communication montrant comment les deux thèmes principaux illustrés dans la Vita s. Hilarii rédigée par Fortunat étaient tributaires de sources totalement différentes3. Prenant pour point de départ cette analyse très suggestive, j’ai voulu tenter de préciser la nature des objectifs poursuivis par l’auteur, en situant plus précisément la Vita Hilarii dans la carrière et l’œuvre du poète italien. L’une et l’autre, intrinsèquement liées chez le « Gelegenheitsdichter »4, sont en effet mieux connues grâce aux divers travaux qui leur ont été consacrés durant ces dernières années, et notamment grâce aux notices prosopographiques, enrichies par les acquis de toutes ces recherches, dédiées à Fortunat lui-même ainsi qu’à des membres de son proche entourage5.

  • 6 Ven. Fort., Carm., 8, 1, 21, Reydellet II, p. 125 : uoto Radegundis adhaesi.
  • 7 Quittant l’Italie à l’été ou l’automne 565, Fortunat assiste à Metz au mariage de Sigebert et Brune (...)
  • 8 Sur cette basilique, Boissavit-Camus 1998, p. 85-87.
  • 9 Greg. Tur., Hist., 10, 31, 6, MGH srm I, p. 529, ligne 18 et p. 530, ligne 18.
  • 10 Ven. Fort., Virtutes Hil., 5, MGH aa IV, 2, p. 8.
  • 11 Id., Vita Hil., 1-4, ibid., p. 1 et 2.
  • 12 Id., Vita Hil., 2, ibid., p. 1 : dum sui gregis auribus uox quodam modo et uita pastoris antiquissi (...)

3À peine établi à Poitiers, à l’appel de la reine-moniale Radegonde6, dans le courant de l’année 567, le poète italien, arrivé en Gaule deux ans plus tôt, est invité par l’évêque du lieu, Pascentius7, à rédiger la biographie de son illustre prédécesseur, Hilaire, disparu exactement deux siècles plus tôt. Enseveli dans une basilique suburbaine qui porte son nom8 et honoré d’un culte dont témoigne, déjà dans la seconde moitié du ve s., l’inscription par Perpetuus de son natale dans le calendrier liturgique de Tours9, Hilaire passe pour opérer à son tombeau des miracles que Fortunat est également chargé par Pascentius de recueillir dans un second opus, le Liber de uirtutibus s. Hilarii10. Or rien dans les sources historiques anciennes ne suggérait que l’évêque de Poitiers eût bénéficié de son vivant de tels pouvoirs miraculeux. C’est tout particulièrement cette lacune que Fortunat doit combler en composant en prose – il s’agit de son premier essai dans ce genre – la Vita Hilarii qu’il dédie à son commanditaire par un Prologue rédigé dans le style orné et fleuri apprécié par les membres de l’élite cultivée de l’époque : c’est, dit-il, par obéissance au pasteur qui se voue à « l’édification du peuple qui lui est cher » que, malgré l’indigence de son talent, il s’est mis à l’œuvre11. Mais le ton de celle-ci change du tout au tout, dès qu’est abordé, en termes beaucoup plus dépouillés, le récit hagiographique lui-même : Fortunat s’adresse visiblement à un public peu cultivé, sinon illettré, « d’auditeurs », celui composé par les membres de la communauté ecclésiale de Poitiers auquel pourra être lue, lors de la fête du saint, la Vie de ce dernier. D’où son souci de faire bref (à peine sept pages dans l’édition des MGH), pour que l’attention de ces derniers ne faiblisse pas12, et de faire simple grâce notamment à la stylisation du personnage, présenté dans tout le récit comme l’incarnation de la sainteté inhérente à la dignité épiscopale.

  • 13 Id., Vita Hil., 50, ibid., p. 6 ; Fortunat fait également, peut-être à la même époque, l’éloge de l (...)
  • 14 Id., Vita Hil., 27, ibid., p. 4 ; cf. Sulp. Sev, Chron., 2. 45. 2, SC 441, p. 328-330.
  • 15 Hieron., In Gal. 2, praef., PL 20, 380 ; Id., De uir. inl., 100, Ceresa-Gastaldo, p. 204-206.
  • 16 Sulp. Sev., Chron., 2. 39-45, SC 441, p. 312-332.
  • 17 Ven. Fort., Vita Hil., 14-16 et 21, MGH aa IV, 2, p. 2-3.
  • 18 Id., Vita Hil., 22-23, ibid., p. 3-4.
  • 19 Id., Vita Hil., 24-29 et 32, ibid., p. 4 et 5 ; à noter que Fortunat, pour expliquer le renvoi d’Hi (...)

4Dans une première partie, Fortunat s’inspire de documents historiques pour relater les combats menés au service de la foi par l’egregius doctor que fut l’évêque : des écrits de ce dernier, il cite le Commentaire sur les Psaumes et le De Trinitate en douze Livres13 sans probablement les avoir lus, à la différence peut-être de l’Ad Constantium, l’un des trois libelli composés au cours de la polémique opposant le Poitevin aux hérétiques14 ; mais il tient l’essentiel de son information de deux brèves notices de Jérôme15 et surtout des Chroniques de Sulpice Sévère16. À vrai dire, il se contente de résumer à grands traits les données plus complexes fournies par ses sources : après l’élection qui le porte sur le siège de Poitiers, Hilaire, en butte à l’hostilité des évêques ariens, est envoyé à la requête de ces derniers, sur ordre de Constance II, en exil dans la lointaine Phrygie ; au bout de quatre années, il est convoqué au concile réuni à Séleucie17. Ici, Fortunat agrémente ce récit assez austère d’une pieuse anecdote inconnue de ses sources : sur le chemin qui le conduit en Isaurie, il fait la rencontre d’une jeune païenne, Florentia, qu’à sa requête il baptise et qui, par la suite, abandonnant les siens eux aussi convertis, devait le suivre jusqu’à Poitiers, en affirmant qu’elle avait « pour père non celui qui l’avait engendrée, mais celui qui l’avait régénérée18 ». Favorablement accueilli à Séleucie, où il brille par sa sagesse et sa grande érudition, Hilaire fait ensuite partie de la délégation soutenant « la doctrine de la religion catholique » envoyée à Constantinople auprès de l’empereur ; alors qu’il lui demande à être confronté en un débat public à ses adversaires, ces derniers, redoutant d’être vaincus dans cette épreuve, obtiennent de Constance le renvoi en Gaule de l’évêque ; accueilli à Poitiers par les fidèles en liesse, Hilaire fait ensuite triompher la vraie foi dans plusieurs réunions conciliaires gauloises19.

  • 20 Id., Vita Hil., 6 et 8, ibid., p. 2.
  • 21 Cf. Constantius Lugdun., Vita s. Germani, 2, SC 112, p. 124 : « Soudain, il se transforme du tout a (...)
  • 22 Ven. Fort., Vita Hil., 8, ibid., p. 2 : adhuc, in laicali proposito constitutus diuino nutu pontifi (...)
  • 23 Id., Vita Hil., 30-32, ibid., p. 4-5.
  • 24 Voir les remarques à ce sujet de Pricoco 1993, p. 179 : le savant italien note dans nombre de Vitae(...)

5Cependant, Fortunat a pris soin d’accommoder à son projet hagiographique les informations puisées dans ses sources. Celles-ci, en dehors de la mention faite par Jérôme des origines pictaves d’Hilaire, demeuraient muettes au sujet du parcours de ce dernier avant son accession à l’épiscopat. Cette lacune est comblée par l’hagiographe qui fait de son héros, dans la première partie de sa vie, un laïc de noble extraction – ce qui est assez vraisemblable, étant donné la formation culturelle dont il a sûrement bénéficié –, au surplus marié et père d’une fille du nom d’Abra20 ; mais loin de développer, comme l’avait fait par exemple Constance de Lyon dans la Vie de saint Germain d’Auxerre, la thématique d’une conversion opérée à la suite de la consécration épiscopale21, Fortunat affirme au contraire que celle-ci n’a fait que ratifier une situation de fait : en « laïc très parfait », doté par la grâce divine du charisme épiscopal au point d’être considéré comme un modèle par les évêques, il enseignait déjà au peuple la « doctrine… de la sainte Trinité », ainsi revêtu du magistère de l’évêque avant même d’en avoir reçu le titre22. Une fois celui-ci obtenu, il aurait souhaité que son combat pour la vérité fût couronné par le martyre ; mais, par la volonté divine, il fallait qu’en sa qualité de confessor de la foi, il continuât de vivre en évêque et de prêcher la parole de vérité, afin que « les autres ne périssent », privés par l’erreur de la vie éternelle23. Hilaire offre donc tout au long de sa vie une unique image, celle du saint évêque24.

  • 25 Ven. Fort., Virtutes s. Hil., 5, MGH aa IV, 2, p. 8 : Sed quam plura superstitis in corpore fecerit (...)
  • 26 La Vita Martini est rédigée par Fortunat « au temps des moissons », après l’arrivée à Tours de Grég (...)
  • 27 Ven. Fort., Vita Martini, 4, 686-701, Quesnel, p. 100-101.
  • 28 Id., Vita Hil., 33, MGH aa IV, 2, p. 5 : tunc beatus Martinus aeque meritorum lumen non absconsum.

6C’est encore à ce charisme épiscopal qu’Hilaire doit les pouvoirs surnaturels qui font de lui le thaumaturge auquel Fortunat consacre la seconde partie de la Vita. Avouant qu’il n’a pu connaître, en raison du temps écoulé depuis sa mort, tous les prodiges opérés de son vivant par Hilaire25, mais désireux de satisfaire des auditeurs convaincus que les miracles sont les marqueurs indubitables de la sainteté, il choisit de relater trois de ceux procurés, selon lui, car absents des sources anciennes, par « l’homme de Dieu », en une succession qui manifeste la puissance croissante de sa uirtus. Pour les deux premiers, à défaut d’information, il puise son inspiration dans la Vita Martini de Sulpice Sévère. En deux épisodes empruntés à cet ouvrage, il substitue Hilaire à Martin, en prêtant à chaque fois, comme il se doit dans le juste respect de la hiérarchie, à l’évêque une puissance surnaturelle supérieure à celle du simple exorciste jadis mis en scène par Sulpice Sévère. Il convient ici de rappeler que c’est seulement en 574 ou 575 que Fortunat composera, en habillant de ses vers l’ouvrage de ce dernier, une Vie de Martin de Tours en quatre chants26, et acquittera ainsi la dette de reconnaissance contractée envers le saint évêque de Tours dont la uirtus l’avait naguère guéri à Ravenne d’une grave ophtalmie27. En commettant au profit de l’évêque de Poitiers ce larcin littéraire, l’Italien émigré en Gaule depuis 565 n’est pas exempt de remords, puisque, en contradiction avec la démonstration entreprise, il glisse, au début de son récit, un discret hommage à l’adresse « du bienheureux Martin, qui par ses mérites brille alors d’une lumière non cachée et égale » (sous entendu, à celle de son maître spirituel)28. Mais le dessein panégyrique qui préside à son présent ouvrage l’emporte ensuite sur cette considération.

  • 29 Sur ces omissions, voir Labarre 1998, p. 90 et 118-119.
  • 30 Ven. Fort., Vita Hil., 33-34, MGH aa, IV, 2, p. 5.
  • 31 Sulp. Sev., Vita Martini, 5, SC 133, p. 266.
  • 32 Ven. Fort., Vita Hil., 35-39, MGH aa, IV, 2, p. 5 ; on est tenté de rapprocher l’intervention d’Hil (...)

7Pour donner un cachet de véracité au premier miracle opéré par son héros, Fortunat a soin de le replacer dans le cadre d’événements historiques narrés par Sulpice Sévère ; mais, au prix de plusieurs omissions, il adapte ce contexte à son projet : comme il le fera plus tard dans sa Vita Martini, il passe sous silence le baptême reçu à Amiens par Martin, sa première venue à Poitiers avant l’exil d’Hilaire et son ordination, en cette dernière circonstance, à l’exorcistat29, de façon à présenter ici le disciple comme un simple catéchumène30 dont les pouvoirs ne peuvent s’égaler à ceux de son maître spirituel, l’évêque. En apporte une première illustration l’épisode situé dans l’île de Gallinaria, clairement construit par Fortunat pour être mis en parallèle, du moins par ses auditeurs et ses lecteurs les plus avertis, avec celui dans lequel Sulpice Sévère mettait en scène Martin : là où celui-ci, faisant retraite durant l’exil de l’évêque, avait bien failli périr empoisonné en prenant imprudemment pour nourriture une plante vénéneuse31, Hilaire, lors de son voyage de retour d’exil, débarque pour mettre triomphalement en fuite les serpents démoniaques qui infectaient le lieu de leur venin : « serviteur du second Adam », le Christ, il transforme l’île sinon en ce séjour paradisiaque dont avait été chassé le premier Adam, du moins en une contrée devenue habitable32.

  • 33 Sulp. Sev., Vita Martini, 7, 1-5, SC 133, p. 266-268.
  • 34 Ven. Fort., Vita Hil., 41-45, MGH aa IV, 2, p. 5-6.

8Même surenchère dans la seconde intervention miraculeuse attribuée à Hilaire, bien plus étroitement calquée sur un épisode de la Vita Martini : Sulpice Sévère avait narré comment Martin de retour à Poitiers, où il avait rejoint l’évêque revenu d’exil, s’était installé un ermitage non loin de cette ville, puis avait ramené à la vie l’un de ses compagnons, un catéchumène, décédé sans baptême33. Dans ce même lieu, dont Fortunat est le premier à donner le nom, Locoteiacum (= Ligugé), Hilaire est, quelque temps après son retour en Gaule, amené à entrer victorieusement en compétition avec son disciple : un nourrisson (infans) y était depuis plusieurs jours décédé, lui aussi sans baptême, et se trouvait ainsi condamné à une « double mort », car non seulement « il avait perdu la vie présente, mais il n’était pas exempt du châtiment du siècle futur », un second péril autrement plus grave que n’avait pas précédemment couru, semble-t-il au jugement de Fortunat, le catéchumène. Mais Hilaire, parce qu’il est détenteur du charisme épiscopal, est en mesure de relever le double défi, comme son biographe le fait dire à la mère éplorée de l’enfant : « Alors qu’il n’était qu’un débutant, Martin a rappelé à la vie un catéchumène mort. Toi, qui es évêque, rends, je t’en prie, mon fils, et à moi, et au baptême ! ». Le « père du peuple » s’exécute et, « recourant à ses armes habituelles », l’ardeur de sa prière, il réanime le nourrisson34.

  • 35 Id., Vita Hil., 18-20, ibid., p. 3, qui renvoie le lecteur à un épilogue narré plus loin dans le ré (...)
  • 36 Id., Vita Hil., 47 et 49, ibid., p. 6.

9Le thème de la paternité épiscopale reparaît une troisième fois à propos du dernier miracle, inédit celui-là, qui éclipse par son intensité dramatique les deux précédents et élève la sainteté de l’évêque jusqu’au sublime. À vrai dire, l’hagiographe avait soigneusement calculé ses effets, en amorçant dans la première partie de la Vita le récit qui, laissant en suspens le lecteur, devait trouver son épilogue seulement à la fin de la biographie. En effet, il séjournait en exil, quand Hilaire fut mystérieusement averti que sa fille était recherchée en mariage par un prétendant noble, riche et beau. Il avait alors écrit à Abra, demeurée en Gaule avec sa mère, une lettre, encore conservée de son temps à Poitiers selon Fortunat, lequel se borne toutefois à en résumer la teneur. Il informait la jeune fille que c’est à l’époux céleste qu’il la destinait, en la priant d’attendre son retour avant de prendre toute décision35. Revenu dans sa ville quelques années et quelques pages plus tard, l’évêque trouve sa fille dans les heureuses dispositions qu’il souhaitait, impatiente d’être présentée à Celui que son père a choisi. Alors, pour qu’Abra soit unie rapidement à l’époux céleste, le pius pater obtient par la force de ses prières (intentus orationibus) qu’échappant à la contagion du dérisoire monde d’ici-bas, sa fille, transportée de la terre au ciel, s’en aille vers le Christ et il conduit lui-même celle-ci jusqu’à sa sépulture. Il en ira de même pour la mère d’Abra qu’Hilaire, également par ses prières, « fait passer avant lui dans la gloire »36. Fortunat a bien senti qu’il devait à son lecteur, dérouté par le dénouement inattendu et brutal de l’épisode autant que par l’impassibilité d’Hilaire, cette apatheia qui lui permet de n’éprouver aucune douleur (sine dolore), un éclaircissement à ce qu’il qualifie de filiae mortificatae mysterium. Il considère, dit-il, que le miracle de la mort d’Abra est supérieur à celui de la résurrection du nouveau-né de Ligugé.

  • 37 Id., Vita Hil., 48, ibid., p. 6.

10Car, explique-t-il, le salut de celle-ci, trépassée immaculata, ne pouvait plus être compromis par le péché, un risque tout au contraire encore encouru par l’enfant rendu à la vie d’ici-bas, même après son baptême37. Tout à la fois évêque et père, Hilaire s’est donc voulu plus exemplairement exigeant pour la fille de son sang que pour ses fils et filles spirituels.

  • 38 Id., Vita Hil., 50-54, ibid., p. 6-7.
  • 39 Id., Vita Hil., 1-2, ibid., p. 1.

11Mais les objectifs poursuivis par l’hagiographe se situent au-delà des événements relatés, aussi spectaculaires soient-ils. En la personne de l’évêque Hilaire, remplissant la double fonction de docteur et de thaumaturge, ainsi que le rappelle l’elogium qui, avec la mort de ce dernier, clôt la biographie38, c’est la communauté ecclésiale de Poitiers toute entière qui se trouve glorifiée. Celui qui en fut sans doute le fondateur est demeuré la figure modèle de l’épiscopat pour ses successeurs jusqu’à l’époque de Pascentius, qui « marche sur ses traces », en se faisant le « gardien des fondements de la doctrine catholique » et en continuant ainsi, à son tour, de participer à l’édification du Temple39.

  • 40 Voir supra, note 7.
  • 41 Lettre de Radegonde dans Greg. Tur., Hist., 9, 42, MGH srm I, 1, p. 470, lignes 16-18.
  • 42 Ven. Fort., Carm, 8, 3, Reydellet II, p. 129-146.

12D’autre part, s’il ne bénéficie pas de charismes miraculeux, Pascentius est fidèle à l’idéal de virginité consacrée auquel son illustre prédécesseur avait rendu un hommage aussi héroïque qu’éclatant. On ne saurait en effet oublier que Fortunat rédige la Vita Hilarii très peu de temps après qu’à la tête du monastère fondé à Poitiers par la reine Radegonde, Agnès a été, à une date de peu postérieure au 17 novembre 567, consacrée abbesse40, « avec l’assentiment de l’évêque de la cité »41 ; pour cette dernière circonstance, le poète avait composé le Carmen de uirginitate, un épithalame mystique célébrant les noces de la vierge avec le Christ42. Lorsque, quelques semaines ou quelques mois plus tard, il entreprend d’écrire la biographie d’Hilaire, il est tout naturellement porté à faire d’Abra, mourant pour vivre avec l’époux céleste, le modèle de l’idéal virginal légué à l’Église de Poitiers par Hilaire.

Bibliographie

Boissavit-Camus 1998
B. Boissavit-Camus, « Poitiers », dans Topographie chrétienne des cités de la Gaule des origines au milieu du viiie siècle, X. Province ecclésiastique de Bordeaux, Paris, 1998, p. 65-92.

Duval 2003
Y.-M. Duval, « La Vie d’Hilaire de Fortunat : du docteur au thaumaturge », dans Convegno internazionale di studio ‘Venanzio Fortunato e il suo tempo’ (Treviso, 2001), Trévise, 2003, p. 133-151.

Goullet, Heinzelmann 2003
M. Goullet, M. Heinzelmann, La réécriture hagiographique dans l’Occident médiéval. Transformations formelles et idéologiques (Beiheft der Francia 58), Jan Thorbecke Verlag, 2003.

Heene 1989
K.
Heene, « Merovingian and Carolingian Hagiography. Continuity or Change in Public and Aims », An. Boll., 107, 1989, p. 415-428.

Labarre 1998
S. Labarre, Le manteau partagé. Deux métamorphoses poétiques de la Vie de saint Martin chez Paulin de Périgueux (ve s.) et Venance Fortunat (vie s.), Paris, 1998.

Meyer 1901
W.
Meyer, Der Gelegenheitsdichter Venantius Fortunatus, Berlin, 1901.

Palermo 1989
G.
Palermo, Vita dei santi Ilario e Radegonda di Poitiers, Rome, 1989.

Pricoco 1993
S.
Pricoco, « Gli scritti in prosa di Venanzio Fortunato », dans Atti del convegno internazionale di studi Venanzio Fortunato tra Italia e Francia (Treviso, 1990), Trévise, 1993, p. 175-193.

Van Uytfanghe 1985
M. Van Uytfanghe, « L’hagiographie et son public à l’époque mérovingienne », Studia Patristica, XVI, 2 (TU 129), 1985, p. 54-62.

Vielberg 2006
M. Vielberg, Der Mönchsbischof von Tours in Martinellus ; zur Form des hagiographischen Dossiers und seines spätantiken Leitbilds, Berlin, 2006.

Notes

1 Au nombre des études les plus importantes : Labarre 1998 ; Goullet-Heinzelmann 2003 ; Vielberg 2006.

2 Ven. Fort., Vita s. Hilarii, MGH aa IV, 2, p. 1-7 (BHL3885-7) ; traduction en italien procurée par Palermo 1989, p. 55-75.

3 Duval 2003, p. 133-151.

4 Meyer 1901 met judicieusement en valeur, dans son titre (Der Gelegenheitsdichter) et par sa démonstration, le lien étroit entre les œuvres poétiques (mais aussi prosaïques) de l’Italien et les « circonstances » de sa vie personnelle qui les ont fait naître.

5 Pour cette bibliographie récente, trop abondante pour trouver place ici, nous renvoyons à l’Année philologique ; chacun des personnages cités dans cette étude est l’objet d’une notice approfondie dans la PCBE 4 (à paraître prochainement) : ABRA ; AGNES 1 ; FORTVNATVS ; HILARIVS 1 ; PASCENTIVS ; RADEGVNDIS.

6 Ven. Fort., Carm., 8, 1, 21, Reydellet II, p. 125 : uoto Radegundis adhaesi.

7 Quittant l’Italie à l’été ou l’automne 565, Fortunat assiste à Metz au mariage de Sigebert et Brunehaut au printemps 566 ; après ce séjour en Austrasie, il gagne Paris, où il est présent de l’automne 566 aux premiers mois de 567 ; reprenant la route, après un bref passage à Tours, il parvient à Poitiers où il célèbre la consécration de l’abbesse Agnès opérée par des évêques, Germain de Paris en tête, venus dans la cité poitevine après la clôture, le 17 novembre 567, du concile de Tours. À Poitiers, « l’évêque de la cité » est encore Pascentius, dont le successeur, Maroueus, est attesté pour la première fois fin 568 ou début 569.

8 Sur cette basilique, Boissavit-Camus 1998, p. 85-87.

9 Greg. Tur., Hist., 10, 31, 6, MGH srm I, p. 529, ligne 18 et p. 530, ligne 18.

10 Ven. Fort., Virtutes Hil., 5, MGH aa IV, 2, p. 8.

11 Id., Vita Hil., 1-4, ibid., p. 1 et 2.

12 Id., Vita Hil., 2, ibid., p. 1 : dum sui gregis auribus uox quodam modo et uita pastoris antiquissimi resonaret ; Vita Hil., 5, ibid., p. 2 : sed ne protracta pagina fastidium potius generet quam prouocet auditorem.

13 Id., Vita Hil., 50, ibid., p. 6 ; Fortunat fait également, peut-être à la même époque, l’éloge de l’egregius doctor dans Carm., 3, 5, Reydellet I, p. 71-72, dans lequel il mentionne les « deux fois six livres » de cet ouvrage ; dans sa lettre à Martin de Braga, il avoue plus tard que « même s’il a fréquenté Hilaire » (et d’autres Pères de l’Église), il « les a connus dans un demi-sommeil » (Carm., 5, 1, 7, Reydellet II, p. 11).

14 Id., Vita Hil., 27, ibid., p. 4 ; cf. Sulp. Sev, Chron., 2. 45. 2, SC 441, p. 328-330.

15 Hieron., In Gal. 2, praef., PL 20, 380 ; Id., De uir. inl., 100, Ceresa-Gastaldo, p. 204-206.

16 Sulp. Sev., Chron., 2. 39-45, SC 441, p. 312-332.

17 Ven. Fort., Vita Hil., 14-16 et 21, MGH aa IV, 2, p. 2-3.

18 Id., Vita Hil., 22-23, ibid., p. 3-4.

19 Id., Vita Hil., 24-29 et 32, ibid., p. 4 et 5 ; à noter que Fortunat, pour expliquer le renvoi d’Hilaire en Gaule, suit l’explication donnée par Sulpice Sévère dans Chron., 2, 45, 2 : « en tant que germe de discorde et perturbateur de l’Orient, il reçoit l’ordre de rentrer en Gaule » et non celle, moins vraisemblable, fournie par le même auteur dans la Vita Martini, 6, 7 : « le souverain, pris de repentir, avait accordé à saint Hilaire l’autorisation de revenir d’exil. »

20 Id., Vita Hil., 6 et 8, ibid., p. 2.

21 Cf. Constantius Lugdun., Vita s. Germani, 2, SC 112, p. 124 : « Soudain, il se transforme du tout au tout. Il abandonne le service de ce monde, se charge de celui du ciel… »

22 Ven. Fort., Vita Hil., 8, ibid., p. 2 : adhuc, in laicali proposito constitutus diuino nutu pontificis gratiam possideret… ; 10-11 : O quam perfectissimum laicum, cuius imitatores ipso esse desiderat sacerdotes… Sanctae trinitatis informans…, non cessabat in plebe uerba ueritatis fructu fidei redundantia seminare.

23 Id., Vita Hil., 30-32, ibid., p. 4-5.

24 Voir les remarques à ce sujet de Pricoco 1993, p. 179 : le savant italien note dans nombre de Vitae rédigées par Fortunat l’abandon du genre de la biographie qu’il qualifie de cumulative, car célébrant plusieurs formes de sainteté incarnées successivement par un même personnage, comme par exemple dans la Vita Martini de Sulpice Sévère. La raison en est que ce dernier s’adressait à des lecteurs cultivés, tandis que Fortunat vise, à la demande de son commanditaire, on l’a vu, un public d’auditeurs, les simples fidèles peu instruits réunis dans l’assemblée ecclésiale : sur cette évolution, van Uytfanghe 1985 ; Heene 1989.

25 Ven. Fort., Virtutes s. Hil., 5, MGH aa IV, 2, p. 8 : Sed quam plura superstitis in corpore fecerit… non potui annorum uetistate subripiente contingere.

26 La Vita Martini est rédigée par Fortunat « au temps des moissons », après l’arrivée à Tours de Grégoire (septembre 573), auquel l’œuvre est dédiée (Ep. ad Gregorium, éd. Quesnel, p. 2-3) et encore du vivant de l’évêque Germain de Paris, décédé en mai 576 (Vita Martini, 4, 637, ibid. p. 98), soit à l’été 574 ou 575.

27 Ven. Fort., Vita Martini, 4, 686-701, Quesnel, p. 100-101.

28 Id., Vita Hil., 33, MGH aa IV, 2, p. 5 : tunc beatus Martinus aeque meritorum lumen non absconsum.

29 Sur ces omissions, voir Labarre 1998, p. 90 et 118-119.

30 Ven. Fort., Vita Hil., 33-34, MGH aa, IV, 2, p. 5.

31 Sulp. Sev., Vita Martini, 5, SC 133, p. 266.

32 Ven. Fort., Vita Hil., 35-39, MGH aa, IV, 2, p. 5 ; on est tenté de rapprocher l’intervention d’Hilaire à Gallinaria de celle d’Honorat chassant d’innombrables serpents de l’île de Lérins, ainsi que le rapporte Hilar. Arel., Vita Honorati, 15. 3-4, SC 235, p. 108-110 ; mais on ne saurait affirmer en toute certitude que Fortunat connaissait cette œuvre, en se fondant sur la seule et brève mention de Lerinus dans un de ses vers (Carm., 5, 2, 69, Reydellet II, p. 16).

33 Sulp. Sev., Vita Martini, 7, 1-5, SC 133, p. 266-268.

34 Ven. Fort., Vita Hil., 41-45, MGH aa IV, 2, p. 5-6.

35 Id., Vita Hil., 18-20, ibid., p. 3, qui renvoie le lecteur à un épilogue narré plus loin dans le récit : Sed qualiter ad illum sponsum peruenerit, locus in sequenti seruatur. La lettre à Abra parvenue jusqu’à nous (Ep. Accepi litteras tuas, CSEL 65, p. 237-244 ; traduite en italien par Palermo 1989, p. 88-92), contrairement à l’opinion de ce dernier, n’est sûrement pas de la main d’Hilaire : le père de famille qui adresse cette lettre est en effet un négociant parti en voyage à la recherche, pour sa fille, de la perle et du vêtement d’une valeur inestimable détenus par un très beau jeune homme, dont il révélera l’identité à Abra à son retour, si celle-ci renonce aux contrefaçons mondaines de ces deux biens, seuls vrais gages de la vie éternelle. Il s’agit donc d’un récit allégorique en partie inspiré par Mathieu 13, 45 (« Le royaume des cieux est semblable à un négociant en quête de perles fines ; en ayant trouvé une de grand prix, il s’en est allé vendre tout ce qu’il possède et il l’a achetée ») et adapté au cas d’une vierge qui, mutata ueste ici-bas, sera pour l’éternité revêtue de ce vêtement pourpre dont Fortunat pare Agnès (Carm., 8, 3, 275, Reydelet II, p. 141) et ses compagnes (Carm., 8, 4, 9-10, ibid., p. 147).

36 Id., Vita Hil., 47 et 49, ibid., p. 6.

37 Id., Vita Hil., 48, ibid., p. 6.

38 Id., Vita Hil., 50-54, ibid., p. 6-7.

39 Id., Vita Hil., 1-2, ibid., p. 1.

40 Voir supra, note 7.

41 Lettre de Radegonde dans Greg. Tur., Hist., 9, 42, MGH srm I, 1, p. 470, lignes 16-18.

42 Ven. Fort., Carm, 8, 3, Reydellet II, p. 129-146.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540