Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

La construction de son image par Sidoine Apollinaire à travers la publication de sa correspondance1

Françoise Prévot

Résumé

Il ne s’agit pas ici de dresser un portrait de Sidoine Apollinaire à travers le contenu de sa correspondance, mais de s’intéresser à sa démarche, à la façon dont il construit son image, non seulement par ce qu’il dit, par les thèmes qu’il choisit de traiter, mais aussi par la façon dont il construit son recueil, c’est-à-dire par le choix, la répartition et l’emplacement de ses lettres, de dates variées, dans les 9 livres de sa correspondance. En effet, ce classement n’est pas uniquement inspiré par des préoccupations littéraires et artistiques, mais aussi par le désir de se justifier et de défendre ce qui lui tient à cœur, comme le montrent d’abord la diffusion et l’organisation des trois premiers livres, puis la publication et l’organisation du recueil.

The aim of this paper is not to make a portrait of Sidonius Apolinaris, but to deal with his conception of his correspondence, the way he has built his own picture through his assertions, the themes he has chosen to develop, the construction of his anthology, the composition of the letters, choice, distribution and place of missives of various dates, in nine books. In fact, this classification is not only linked to literary and artistic concerns, but also by a wish to justify himself and to defend what is important for him, as the diffusion and organisation of the first three books show and then the publishing and organisation of the whole anthology.

Texte intégral

  • 1 Cette communication n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de l’équipe de la Prosopographie (...)
  • 1 Greg. Tur., Hist., 2, 21 : nobilissimus et de primis Galliarum senatoribus.
  • 2 Sid. Apoll., Ep., 1, 9.
  • 3 Ceux de son beau-père Avitus le 1er janvier 456, de Majorien en décembre 458 et d’Anthemius le 1er (...)

1Appartenant à l’illustre famille des Apollinares1, Sidoine Apollinaire est un grand aristocrate de Gaule mais aussi un lettré qui, comme il le dit lui-même, s’est « élevé jusqu’à la préfecture par la vertu de [sa] plume2 » : en effet, après avoir prononcé trois panégyriques impériaux3, il obtient la préfecture de la Ville pour l’année 468. De retour en Gaule, il commence la publication de sa correspondance dont il diffuse le premier volume en 469. D’autres livres suivent, à des dates controversées, pour aboutir à neuf, comme la correspondance de Pline. Ces lettres sont une source essentielle pour l’histoire mouvementée de la Gaule au ve siècle, qui voit à la fois l’installation de peuples barbares fédérés au service de l’Empire, en particulier Wisigoths et Burgondes, mais également la déliquescence progressive du pouvoir romain. Cette correspondance est aussi, bien sûr, une source unique pour cerner la personnalité de son auteur devenu évêque en 470.

  • 4 Sidoine Apollinaire, Loyen 1970, II, p. X.
  • 5 Amherdt 2001, p. 24.

2Il ne s’agit pas ici de dresser un portrait de Sidoine à travers le contenu de sa correspondance mais de s’intéresser à sa démarche, à la façon dont il construit son image, non seulement par ce qu’il dit, par les thèmes qu’il choisit de traiter, mais aussi par la façon dont il construit son recueil, c’est-à-dire par le choix, la répartition et l’emplacement de ses lettres, de dates variées, dans les neuf livres de son œuvre. En effet, ses lettres ne sont ni datées ni disposées dans un ordre chronologique. On considère en général que leur classement est uniquement « inspiré par des préoccupations littéraires et artistiques4 », notamment le principe de la uariatio des thèmes5. Ce souci est indubitable car c’est l’un des principes de la lettre d’art depuis Pline, mais il n’explique pas tout. Je vais donc tenter de montrer que Sidoine assigne à certaines de ses lettres un emplacement précis en fonction d’autres critères : le désir de se justifier et de défendre ce qui lui tient à cœur. Étant donné l’échelonnement de la publication, les circonstances dans lesquelles les différents livres ont été diffusés étaient différentes et la démarche de Sidoine a évolué au fil du temps. Je suivrai donc un plan chronologique en étudiant d’abord la diffusion et l’organisation des trois premiers livres, puis la publication et l’organisation du recueil.

La diffusion et l’organisation des trois premiers livres

  • 6 Contra Harries 1994, p. 10.

3Les deux premiers livres semblent constituer un diptyque, le premier étant en effet centré sur l’homme public, le second sur l’homme privé. Cependant, ils ne semblent pas avoir été diffusés en même temps6, car la lettre de dédicace à Constantius qui ouvre le livre 1 montre que Sidoine n’envoie alors qu’un seul livre tout en annonçant que, en cas de succès, il enverra à son ami « des volumes plus nombreux » (uolumina numeriosa). Cependant, le thème général du livre 2, diffusé quelques mois plus tard, était probablement déjà prévu. Comment Sidoine construit-il son image à travers l’organisation de ces deux livres ?

4Le livre 1 s’ouvre par la dédicace à Constantius qui a demandé à Sidoine de réunir en un volume, après les avoir révisées, « toutes les lettres qui seraient… un peu plus châtiées en raison du sujet, de la personne ou de la circonstance », et de suivre ainsi les traces de Symmaque et de Pline. Tout le monde s’accorde à placer la diffusion de ce premier livre en 469 car, centré sur l’homme public, il ne contient aucune lettre postérieure au début 469. Il est d’ailleurs essentiellement consacré au séjour de Sidoine à Rome, de l’automne 467 au début de 469, dont l’apogée est sa préfecture urbaine de 468. Or, curieusement, ce thème, qui fait l’unité du livre, n’apparaît que dans la troisième lettre, dans laquelle Sidoine avoue sans vergogne « consacrer des soins (…) vigilants à obtenir une dignité héréditaire dans [sa] famille ».

  • 7 Préfet du prétoire des Gaules en 451, il est apparenté à Sidoine, probablement par l’intermédiaire (...)
  • 8 Un de ses oncles paternels.
  • 9 Un célèbre jurisconsulte.
  • 10 Delaplace 2008, p. 359.

5La deuxième lettre, c’est-à-dire la première après la dédicace, n’a a priori rien à voir avec la préfecture : c’est une lettre ancienne (non datable), dans laquelle Sidoine fait le portrait élogieux du roi wisigoth Théodoric II (453-466), à la demande de son beau-frère Agricola qui connaît « la réputation de civilité » (fama ciuilitatem) du souverain et souhaite en apprendre davantage. Pour comprendre le choix et la position de cette lettre, il faut se replacer dans le contexte de la publication de ce livre dans le courant de 469, précisément évoqué dans la lettre 1, 7 : l’affaire Arvandus. Au début de 469 s’est ouvert à Rome devant le Sénat le procès de cet ami de Sidoine, préfet du prétoire des Gaules, accusé de concussion et surtout de « crime de lèse-majesté », en l’occurrence de trahison au profit du roi Euric qui règne sur les Wisigoths depuis 466. L’accusation était portée par une délégation « de la province de Gaule » conduite par d’autres amis (et même parents) de Sidoine : Tonantius Ferreolus7, Thaumastus8 et Petronius9. La pièce la plus accablante du dossier était une lettre envoyée par Arvandus à Euric, dans laquelle « il lui déconseillait de faire la paix avec l’empereur grec, lui montrait la nécessité d’attaquer les Bretons installés au nord de la Loire, et affirmait que les Gaules devaient, suivant le droit des peuples, être partagées avec les Burgondes ». Sidoine, prudemment, a quitté Rome avant le procès et n’a donc pas eu à prendre parti lors de la séance du Sénat qui a condamné à mort Arvandus, mais la lettre dans laquelle il fait le récit de l’affaire montre qu’il a ouvertement soutenu son ami et regrette que celui-ci n’ait pas suivi son conseil de tout nier. Or cette position lui a attiré bien des inimitiés, comme il le dit dès le début de la lettre 7 : « La chute d’Arvandus me tourmente et je ne dissimule pas mon tourment (…). J’ai été pour cet homme un ami au-delà de ce que justifiait sa légèreté et l’instabilité de son caractère : c’est ce que prouve l’hostilité qui, à cause de lui, s’est naguère allumée contre moi et dont la flamme m’a d’autant plus brûlé qu’elle m’a pris un peu au dépourvu ». C’est pourquoi Sidoine veut se justifier10 : il le fait explicitement dans la lettre 7 en arguant des devoirs de l’amitié, et se réjouit au passage que l’empereur, lui, admette très bien qu’on « aime ouvertement même des condamnés à mort » ; mais il le fait aussi implicitement par la construction de son livre.

  • 11 Sid. Apoll., Carm., 7, 400-580.
  • 12 Delaplace 2008, p. 359.

6En effet, la lettre 2, qui fait l’éloge de Théodoric et de sa ciuilitas, sert à dédouaner tous ceux qui ont cru possible de sauver Rome par la force gothique : non seulement Arvandus que Sidoine montre ensuite « sûr de son bon droit », mais aussi, évidemment, Sidoine lui-même dont le beau-père, Avitus, a été porté au trône par l’Assemblée des Gaules avec l’appui de Théodoric11. Placer cette lettre au tout début du livre donne donc tout de suite le ton12.

7La lettre 7 (l’affaire Arvandus), elle, est placée au cœur du livre, sans aucun respect de la chronologie, mais de façon judicieuse. Elle est en effet précédée par quatre lettres relatant la venue de Sidoine à Rome à la tête d’une délégation arverne et ses préparatifs pour obtenir une audience de l’empereur ; et suivie de trois lettres consacrées à la préfecture urbaine. L’affaire Arvandus est donc en sandwich au milieu de sujets plus glorieux pour l’auteur.

  • 13 Sid. Apoll., Ep., 1, 11, 17.

8Enfin, le livre se clôt par la lettre 11 dans laquelle Sidoine relate une histoire ancienne dont il a été le héros en 461 sous Majorien, l’affaire dite de la satire d’Arles. À l’époque, la rumeur lui attribuait une satire anonyme attaquant plusieurs collaborateurs de l’empereur et beaucoup se détournaient de lui. Mais à la fin d’un banquet, Majorien lui offrit l’occasion de présenter sa défense en improvisant un quatrain, ce qu’il fit avec brio. Lavé de tout soupçon, il fut alors chaudement applaudi, et tira finalement gloire de l’outrage subi13. Terminer son livre par le récit de cette affaire ancienne est donc une façon de montrer que, en 469 comme en 461, il triomphera des calomnies. Le livre 1 est donc une mise en scène et une défense de l’homme public.

9Le livre 2, au contraire, est consacré à l’homme privé, mis en scène dans ses relations avec sa famille – ses beaux-frères Ecdicius et Agricola ainsi que son oncle Apollinaris –, et avec ses amis. L’image affirmée, qui fait l’unité du livre, est celle d’un grand aristocrate menant une vie conforme à son rang. Ainsi, la douceur de vivre sur les domaines ruraux est mise en valeur dans trois lettres qui scandent le volume : la lettre 2 qui contient la fameuse description du domaine d’Avitacum en Auvergne ; puis la lettre 9, à peu près au centre, dans laquelle Sidoine évoque ses agréables séjours dans la région de Nîmes, chez son ami (Tonantius) Ferreolus et chez son oncle Apollinaris ; enfin, la lettre 14 dans laquelle il se propose de rendre visite à Maurisius à l’époque des vendanges.

  • 14 Amherdt 2001, p. 25.
  • 15 Sid. Apoll., Ep., 2, 3.
  • 16 Id., Ep., 5, 16, 4 ; Claud. Mam., De statu animae, I, praef. inscr. CSEL 11, p. 215-228.

10Comme chez Symmaque, un des modèles de Sidoine, l’échange de lettres est un « instrument d’amitié littéraire »14. Le cercle des amis étant une des bases de l’assise sociale de l’individu, ce n’est pas par hasard si la lettre 3 est adressée à (Magnus) Felix, l’un des correspondants de Sidoine les plus titrés. Issu d’une famille consulaire (son père fut consul en 460), Felix est alors préfet du prétoire des Gaules, et Sidoine, tout en le félicitant pour sa récente élévation au patriciat, affirme ne pas être jaloux que son correspondant ait obtenu avant lui cette dignité15, ce qui sous-entend évidemment qu’il l’obtiendra lui aussi, ce qui fut effectivement le cas16.

11Les autres facettes de l’image du grand aristocrate sont plus fragmentées, comme la nécessité de tenir son rang en usant à bon escient de sa recommandation (Ep., 4 : faciliter un mariage ; Ep., 5 et 7 : interventions dans un procès). L’image du lettré transparaît évidemment partout, mais elle est clairement défendue dans la lettre 10, adressée à Hesperius, rhéteur à Clermont. Quant à l’image du chrétien, même si de nombreuses lettres insérées plus tard dans les livres suivants montrent que Sidoine est en 469 sur la voie de la conuersio, elle n’apparaît que par raccroc, car ce n’est pas un thème classique de la lettre d’art. Ainsi, puisqu’Hesperius lui a demandé « quelques petits vers » (uersiculi), Sidoine lui envoie ceux qu’il vient de composer à la demande de l’évêque Patiens pour orner l’abside de l’ecclesia de Lyon (Ep., 10). D’autre part, dans la lettre 12, après avoir décliné une invitation à une partie de pêche car sa fille est souffrante, Sidoine conclut par une prière au Christ pour la guérison de la malade.

12Mais à côté de cette image classique de l’aristocrate, deux lettres, placées à des endroits stratégiques, sont très différentes et font le lien avec l’homme public du livre 1 en révélant un homme inquiet de l’évolution politique. Pour ouvrir le livre, Sidoine a choisi, non pas la lettre consacrée à Avitacum qui reflète si bien l’unité du volume, mais celle adressée vraisemblablement au début de 470 à son beau-frère Ecdicius, pour lui décrire les violences et exactions qu’endurent en son absence ses compatriotes (Arverni tui) du fait de Seronat qui « exalte les Goths et insulte les Romains ». Étant donné que l’État n’a plus ni force ni soldats, et que l’empereur Anthémius est sans ressource, Sidoine exhorte Ecdicius à regagner au plus vite l’Auvergne pour prendre la tête de la résistance.

13Cette lettre est tellement différente des autres, qu’on pourrait croire qu’elle a été ajoutée au dernier moment, juste avant la publication, mais je crois plutôt qu’elle a un double rôle : d’une part, elle alerte les cercles que fréquente Sidoine en montrant à quel point la civilisation romaine classique, célébrée par les autres lettres du livre, est menacée par l’ambition d’Euric dont Séronat n’est qu’un des sbires ; d’autre part, elle est le pendant de la lettre 2 du livre 1 (en fait la 1ère après la dédicace à Constantius). Alors que le portrait de Théodoric II, plein de ciuilitas, justifiait la bonne entente avec les Goths, l’évocation indirecte d’Euric, ce barbare, montre clairement que Sidoine a tourné la page et compris que, sous un tel roi, toute collaboration avec les Goths était devenue impossible. L’effet diptyque des livres 1 et 2 en est ainsi renforcé.

  • 17 Id., Ep., 2, 13.

14L’avant-dernière lettre du livre témoigne également de l’inquiétude de Sidoine. Il y conteste l’opinion de Serranus qui faisait l’éloge de Pétrone Maxime et le qualifiait de très heureux. Sidoine réfute ce jugement en soulignant les dangers que court celui qui siège « sur les sommets escarpés et glissants de la vie publique ». Comme il enchaîne ensuite avec l’histoire de Damoclès, on pourrait n’y voir qu’un exercice de style sur un sujet d’école, une des facettes du noble lettré. Mais j’y vois plutôt une réelle réflexion sur les événements récents de la vie politique : non seulement le sort de Pétrone Maxime, lynché à Rome en 455, mais aussi le destin fatal du beau-père de Sidoine, Avitus, puis de Majorien, tous deux assassinés, et une allusion à ses propres déboires17. La situation est catastrophique et il n’y a pas grand-chose à attendre du pouvoir impérial.

  • 18 Id., Ep., 7, 5, 8 et 9.

15Quelques semaines ou quelques mois après la publication du livre 2, Sidoine est élu évêque de Clermont, dans le courant du premier semestre 470. À ce titre, il préside l’élection épiscopale de Bourges durant l’été 470, à une époque où toutes les autres cités d’Aquitaine Première sont déjà aux mains d’Euric18. À partir de 471, l’Auvergne subit chaque année, lors de la saison militaire, les ravages de l’armée gothique. Sidoine est alors l’âme de la résistance de la cité jusqu’à ce que l’empereur Julius Nepos, en 475, cède l’Auvergne à Euric en échange de la Provence et que Sidoine soit contraint à l’exil. C’est dans ces circonstances, avant le départ pour l’exil, qu’il publie le 3e livre de sa correspondance.

  • 19 Dans Ep., 4, 22, 1, Sidoine précise que Léon lui a conseillé d’écrire un livre d’Histoire, maintena (...)

16Le livre 3 a, lui aussi, été diffusé séparément, en 474 ou au début de 475, car il ne contient aucune lettre postérieure à 474. En outre, il semble bien que, après cette publication, Sidoine ait un moment renoncé à poursuivre son œuvre. En effet, dans ep., 4, 10, juste après son retour d’exil, il affirme que son correspondant, (Magnus) Felix, ne doit pas redouter son éloquence car lui-même a achevé son libellum et n’écrira plus rien pour la publication19. Le livre 4 ne fait donc pas partie du recueil dont la lettre 4, 10 annonce l’achèvement. La diffusion du livre 3 a donc été faite séparément, avant celle du livre 4. De même, dans la lettre 4, 22, Sidoine refuse le conseil de Leo « de reporter sur un livre d’histoire, maintenant que [ses] livres de Lettres sont terminées, les soins qu’[il] consacrai[t] à [son] recueil épistolaire ».

17Ce livre 3 est donc constitué durant les premières années de l’épiscopat de Sidoine, à une époque très difficile à vivre. Il est plus court que les précédents, même s’il comporte 14 lettres comme le livre 2. Il est en outre moins finement élaboré car il est constitué de deux parties bien différenciées : d’abord des lettres rédigées de 470 à 474, centrées sur la situation politique, puis des lettres plus anciennes dans la lignée du livre 2.

18Les lettres 1 à 8 construisent l’image d’un défenseur de la liberté romaine contre les Goths. Les deux premières sont très significatives de la manière de procéder de Sidoine et de l’image qu’il veut donner de lui-même. Ainsi la lettre 1 (fin 471), adressée à son cousin Avitus, est construite en trois parties, dans un mouvement crescendo : d’abord, Sidoine célèbre la parenté et l’amitié qui le lient à son cousin et fait ainsi le lien avec le livre 2 dont l’un des thèmes était l’amitié. Puis il le remercie d’avoir fait don d’un domaine à « l’Église de [sa] petite ville de Clermont à la tête de laquelle on [le] voit placé, si immérité que cela soit ». Il montre ainsi que la situation a changé puisqu’il est devenu évêque. Enfin, la dernière partie de la lettre est consacrée à la situation politique, aux Goths, qui veulent « reculer jusqu’au Rhône et jusqu’à la Loire les bornes de leur domaine ». Il donne ainsi implicitement une des raisons, voire la raison essentielle, de son entrée dans le clergé : assumer une charge de service public à une époque où l’Empire est en danger.

19La lettre 2 (hiver 473-474) confirme cette interprétation. Sidoine y remercie Constantius (devenu prêtre) d’être venu de Lyon pour prêcher à Clermont et d’avoir rétabli la concorde dans la cité qui, ravagée par l’armée gothique, était en proie à de graves dissensions, probablement entre partisans et adversaires d’une alliance avec les Goths. L’Église apparaît donc à la fois comme la seule institution capable de rassembler les hommes et comme le rempart contre la barbarie. Ensuite, dans tout le livre, il n’est plus question de l’Église, sauf une brève allusion à la fin de la lettre 5 où Sidoine intervient en faveur d’un certain Donidius, son « fils sous le rapport de la profession ».

20Les lettres suivantes (3 à 8), sauf la lettre 5, évoquent le contexte politique, et construisent l’image d’un animateur de la défense de la liberté romaine. Sidoine alterne habilement d’une part les éloges (Ep., 3 : éloge d’Ecdicius qui a combattu victorieusement les Goths) et les félicitations à ceux qui assument le « service public » (militia), tel Eutropius, qui, exhorté par Sidoine, a quitté sa retraite philosophique pour devenir préfet du prétoire (Ep., 6) ; d’autre part, l’expression de son anxiété face au danger barbare, dans deux lettres adressées à Magnus Felix : la lettre 4 révèle ses craintes car Clermont est mal placée entre les Goths qui l’attaquent et les Burgondes censés la défendre et la lettre 7 le montre à la fois inquiet et plein d’espoir que l’ambassade du questeur Licinianus auprès d’Euric ait été fructueuse. Enfin, la lettre 8, la dernière de ce groupe, est un condensé des deux thèmes : Sidoine y félicite un certain Eucherius d’avoir servi héroïquement « l’État romain » (Romana respublica), apparemment en tant que militaire, à une époque où les forces romaines sont administrées « sans souci de la légalité » (inciuiliter) et sapées « par une nation de barbares fédérés ».

21Au milieu de ce groupe, la lettre 5 est apparemment très différente puisqu’il s’agit d’une intervention en faveur du sénateur Donidius qui, dans une affaire d’héritage, veut récupérer la terre de ses ancêtres. Sidoine y met en avant « la considération pour le souvenir des aïeux » (respectu auitae recordationis) et le « respect filial » (uerecundiae necessitate). Peut-être cherche-t-il seulement à varier les thèmes mais sa démarche semble plus subtile, car le sujet traité est particulièrement bien choisi au moment où la cité arverne est la proie des attaques barbares : derrière une affaire strictement privée, c’est la question de la mainmise barbare sur les terres romaines que Sidoine évoque implicitement en insérant cette lettre au milieu des textes « politiques ».

  • 20 Jord., Getica, 237-238 ; cf. Greg. Tur., Hist., 2, 18.

22Après ce premier groupe, Sidoine place des lettres pour la plupart indatables ou datant de 469. Elles montrent que, même dans la tourmente, l’auteur reste fidèle à son image d’aristocrate, soucieux de tenir son rang et imbu de son talent littéraire. On trouve ainsi deux lettres de recommandation, dont la première (Ep., 9) fait la transition entre les deux parties du livre : elle est en effet adressée au breton Riothamus, vraisemblablement le roi appelé par l’empereur Anthemius (467-472) qui fut battu par Euric – probablement à la bataille de Déols –, et se refugia en territoire burgonde20, dont le nom, à lui seul, évoque le contexte politique difficile, mais le contenu de la lettre reflète simplement le rôle d’un homme « de la situation et du rang » de Sidoine (loci mei aut ordinis) qui sollicite son intervention en faveur du porteur de la lettre.

23Sidoine insère ensuite trois « lettres de genre » : ses félicitations à son oncle Simplicius pour l’éducation de sa fille et le choix de son gendre, le récit de son intervention lors de la profanation du tombeau de son grand-père par des fossoyeurs, et le portrait d’un parasite, adressé à son fils Apollinaris (Ep., 9-11).

24La lettre finale est bien choisie pour clore le livre, voire l’ouvrage si, comme on l’a vu, Sidoine a un moment pensé arrêter là la publication de sa correspondance. Elle est en effet purement littéraire : Sidoine remercie le Grenoblois Placidus d’apprécier les « bagatelles » (nugae) qu’il a composées en prose ou en vers, mais se plaint des critiques émises par des détracteurs incompétents.

  • 21 Sid. Apoll., Ep., 9, 3, 3 ; 4, 10, 1 ; 8, 3, 1.
  • 22 Id., Ep., 8, 3, 1.
  • 23 Id., Ep., 8, 9, 1 et 5, v. 17.
  • 24 Id., Ep., 4, 10, 2.
  • 25 Id., Ep., 7, 17, 1.

25Quelques mois après la publication de ce livre 3, Julius Nepos cède l’Auvergne aux Wisigoths et Sidoine est condamné à l’exil à Livia, près de Carcassonne21. Au cours de l’année 476, grâce à l’influence de son ami Leo auprès du roi22, il est assigné à résidence à Bordeaux23. Au bout de deux mois, il accepte de composer un poème en l’honneur d’Euric et, à la fin de 476 ou au début de 477, grâce à l’aide d’un « patron » (patronus)24, vraisemblablement le comte Victorius qui dirige alors la cité arverne25, il est autorisé à regagner Clermont. C’est sans doute quelques mois après son retour qu’il ajoute quatre nouveaux livres aux trois premiers déjà diffusés et procède à la première édition du recueil complet.

La première édition du recueil (livres 1-7)

  • 26 PCBE, Gaule, Lupus 1.
  • 27 Sid. Apoll., Ep., 9, 11, 8.
  • 28 Les termes libellus et liber pourraient faire croire qu’il ne s’agit que d’un seul livre, mais c’es (...)

26Étant donné que Lupus, élu évêque de Troyes en 42726, siège depuis dix lustres (cinquante ans) quand il prend connaissance du recueil de Sidoine27, cette première édition date de 477/478 (en tenant compte d’une possible approximation des chiffres). Les quatre livres supplémentaires n’ont pas été diffusés auparavant séparément : en effet, alors que Lupus lui a reproché de ne pas lui avoir adressé son ouvrage28 personnellement, Sidoine se justifie et précise qu’il a largement honoré son correspondant dont le nom apparaît non seulement dans les trois lettres qui lui sont dédiées (toutes les trois dans le livre 6, dont une en tête du livre), mais aussi dans des missives adressées à d’autres personnes : or ces mentions supplémentaires du nom de Lupus ne figurent pas dans le livre 6, mais dans le 4 (Ep., 4, 17, 3) et le 7 (Ep., 7, 13, 1). Les livres 4 à 7 ont donc été ajoutés d’un coup, en 477/478, aux trois premiers livres déjà diffusés.

L’objectif proclamé

  • 29 Sid. Apoll., Ep., 7, 18, 1.
  • 30 Id., Ep., 9, 11, 7 (lettre insérée dans la 3e édition du recueil).
  • 31 Id., ibid.
  • 32 Id., Ep., 7, 18.

27Sidoine considère son œuvre achevée et adresse la dernière lettre du recueil à Constantius afin, dit-il, de clore l’ouvrage par celui qui en a été l’initiateur29. De même, il écrit à Lupus : « après avoir achevé mon ouvrage, mon esprit, désireux de prendre enfin des vacances, se refuse désormais à polir ce qu’il n’a pas l’intention de publier »30. Il estime avoir « écrit un livre plein et chargé… d’un assemblage varié de sujets, de circonstances et de personnes31 » et écrit à Constantius : « Je confie donc à ton jugement les mouvements divers de mon cœur (…). J’ai consacré en effet ma plume parfois à l’exhortation, le plus souvent à la louange, quelquefois aux conseils, rarement à la plainte, assez souvent au badinage32 ».

  • 33 Id., Ep., 7, 18, 1.

28Une œuvre non seulement variée, mais équilibrée. Prétendant n’avoir « jamais songé à composer un petit livre de ce genre » (mihi nil de libelli huiusce conscriptione meditanti), il n’a pu, dit-il, retrouver qu’un petit nombre de ses lettres. Aussi les a-t-il allongées pour étoffer l’ouvrage et précise : « à vrai dire, j’en ai eu vite fait avec ces maigres productions, qui de surcroît sont de peu d’importance, bien que mon esprit, une fois lancé, eût sans cesse envie d’écrire encore, observant avec précision cette règle de l’équilibre, selon laquelle le texte des lettres pouvait être développé si leur nombre était réduit33 ». On pourrait croire qu’il a cherché, de cette façon, à équilibrer les livres, en plaçant des lettres plus longues dans les livres qui en comptaient moins, mais il n’en est rien : les 12 lettres du livre 6 sont en moyenne nettement plus courtes que les 18 lettres du livre 7 et équivalentes aux 21 lettres du livre 5. La formule semble donc être de pure forme, sauf si on pense qu’elle ne concerne que le livre 7, qui est plus long que le 4 et le 5, alors qu’il contient quelques lettres de moins.

  • 34 Id., Ep., 7, 18, 2.

29Dans l’énoncé de cette « ligne éditrice », on voit nettement que Sidoine s’attache plus à la forme qu’au fond, comme il est d’ailleurs d’usage, à cette époque, dans les jugements littéraires. Cependant, il est « conscient que l’esprit se montre à plein dans un livre comme le visage dans un miroir34 » et cette conscience l’a conduit à construire son recueil pour présenter une certaine image de lui-même et mettre en valeur ce qui lui tenait à cœur, encore une fois non seulement par le contenu des lettres mais par leur disposition dans l’ouvrage.

L’organisation globale des livres 4 à 7

  • 35 Seul le livre 7 contient une lettre écrite pendant l’exil, mais tous présentent au moins une lettre (...)
  • 36 Sid. Apoll., Ep., 4, 2, 4 : lettre de Claudien Mamert lui-même, puis réponse de Sidoine en Ep., 4, (...)

30L’organisation générale est manifestement très pensée. Tout d’abord, dans chacun des livres 4 à 7, Sidoine mêle des lettres de toutes les époques : années 460, début de l’épiscopat, guerre, retour d’exil35. Ensuite, il distingue nettement les livres 4-5 et 6-7 en fonction des correspondants : ceux du premier groupe sont tous des laïcs, sauf le prêtre Claudien Mamert, qui figure au livre 4 en tant qu’ami « personnel et intime »36 ; ceux du deuxième groupe sont tous des ecclésiastiques, des religieux ou des conuersi menant une vie de religieux. Une seule exception : la lettre 7, 13, adressée à un laïc, mais dans laquelle Sidoine fait l’éloge du fils de son correspondant, le prêtre Himerius. Les 12 lettres du livre 6 et les 11 premières du livre 7 (qui en contient 18) sont toutes adressées à des évêques. Cette répartition des lettres montre bien ce que Sidoine considère désormais comme essentiel.

  • 37 Id., Ep., 9, 11, 5.

31En tête de chaque livre figure, classiquement, une lettre adressée à une personne que Sidoine veut particulièrement honorer, comme il le rappelle à Lupus quand il s’excuse de ne pas lui avoir adressé personnellement l’ouvrage : « Il y a encore un autre point, écrit-il, qui montre bien que la considération due à votre Révérence et à vos mérites a été observée : c’est que votre nom figure en tête de l’un de mes livres, comme vous occupez la première place parmi les sièges des évêques37 ». Mais le souci d’honorer ses correspondants les plus prestigieux n’est pas le seul moteur de ses choix. Il est en effet remarquable que chaque lettre qui ouvre un des livres 4 à 7 soit consacrée à l’un des thèmes clé de l’œuvre de Sidoine :

  • En tête du livre 4, se trouve la seule lettre de tout le recueil adressée, à une date indéterminée, à Probus, le mari de sa cousine germaine Eulalia : Sidoine y célèbre leur amitié, fondée sur leurs attaches familiales et sur leur communauté de goûts littéraires forgée au cours de leurs études ; puis il demande à Probus de respecter « les droits inébranlables de l’amitié » et l’assure que, de son côté, malgré la distance qui les sépare, il lui gardera son affection jusqu’à la mort.

  • En tête du livre 5, figure la lettre adressée en 470/471 au jurisconsulte Petronius, dont toute la première partie traite de l’activité littéraire (la 2e partie est une recommandation en faveur du porteur).

  • En tête du livre 6, Sidoine a placé une lettre adressée vers 472 à Lupus, dans laquelle, à travers l’éloge de son correspondant, il fait le portrait du pontife idéal.

  • Enfin, il place en tête du livre 7 la lettre adressée au printemps 473 à l’évêque Mamert de Vienne, dont le thème est à la fois politique (la dénonciation de l’expansion gothique) et religieux (les bienfaits attendus de la célébration des Rogations).

32Ces quatre lettres dégagent donc quatre thèmes essentiels, habilement disposés en une savante gradation : l’amitié, la culture littéraire, le rôle pastoral des évêques, pour terminer par l’importance essentielle de l’Église en ces temps difficiles. Les deux premières ne peuvent être préservées que grâce aux deux seconds. Il n’est évidemment plus question de la douceur de vivre aristocratique qui animait le livre 2 en 469. Cela ne veut pas dire que chaque livre soit entièrement consacré au thème évoqué par sa lettre d’ouverture, car trop d’uniformité lasserait le lecteur, mais le thème annoncé est celui qui occupe la plus large place dans le livre concerné.

L’organisation de chaque livre

33Contentons-nous ici de souligner quelques éléments importants.

  • 38 En 462/463, Felix est l’un des destinataires auxquels Sidoine achemine en imagination, par son dern (...)

34Le livre 4 est le plus varié car les quatre thèmes chers à Sidoine y sont entremêlés, mais le thème de l’amitié y est nettement prépondérant, en général au premier plan, parfois au second plan. Surtout, à plusieurs reprises, Sidoine n’hésite pas à relancer des amis qui ne lui ont pas écrit depuis longtemps, avec lesquels il était même peut-être en froid. Quatre lettres de ce genre scandent la première partie du livre, à intervalles réguliers : d’abord la lettre 1, adressée à Probus, dont nous avons déjà parlé, à qui il reproche son long silence ; puis les lettres 5 et 10, adressées à (Magnus) Felix, le frère de Probus. Alors qu’ils avaient des contacts réguliers jusqu’en 471 au moins38, Sidoine se plaint par deux fois du mutisme de Felix, fin 474 puis fin 476/début 477. Enfin, la lettre 14 reproche à Polemius, préfet du prétoire des Gaules fin 472/début 473, de garder le silence.

35Pourquoi Sidoine a-t-il choisi de placer en bonne position quatre lettres qui le montrent délaissé par ses amis, ce qui, a priori, ne paraît pas très glorieux ? Pourquoi montre-t-il en particulier, sans vergogne, que les deux fils du consul Magnus, les Narbonnais Probus et Felix, ne lui écrivent plus ? Et depuis quand, ce silence ? Étant donné que Narbonne est sous le contrôle des Goths depuis 462, alors qu’en 471 comme en 474, l’Auvergne, elle, est en lutte contre ces mêmes Goths, on peut penser que la rupture (si rupture il y a eu) entre les amis est liée à la conjoncture politique : les deux Narbonnais ont vraisemblablement désapprouvé l’hostilité de Sidoine envers Euric. Si c’est le cas, on comprend mieux le choix qu’a fait Sidoine en construisant son livre 4 en 477/478 : il veut montrer que, maintenant que la page politique est tournée, l’amitié doit reprendre ses droits qu’elle n’aurait jamais dû perdre.

36Cependant, il ne faut pas vexer ses correspondants en soulignant ainsi leur négligence. C’est pourquoi, immédiatement après la lettre 1 adressée à Probus lui reprochant de ne pas respecter « les droits inébranlables de l’amitié », figure une lettre de Claudien Mamert faisant exactement les mêmes reproches à Sidoine qui n’a pas accusé réception de l’ouvrage qu’il lui avait envoyé et même dédicacé (vraisemblablement le De statu animae). Placée à cet endroit, cette lettre a en outre d’autres avantages : tout d’abord, elle avance une excuse pour expliquer le silence de Sidoine (et donc, éventuellement celui de ses correspondants), le manque de temps. Ensuite, elle fait l’éloge de Sidoine en tant qu’évêque, ce qu’il ne pouvait décemment pas faire lui-même ! On comprend donc bien pourquoi il a choisi d’insérer dans son recueil cette seule lettre qui ne soit pas de lui.

37Juste après, il place la réponse qu’il a adressée à celui qu’il appelle son « Maître ». Et, là encore, la position de la lettre dans le livre est très judicieuse car, après des excuses plutôt embarrassées, Sidoine fait un brillant exercice de style pour célébrer la valeur de l’ouvrage de son correspondant et annonce son désir « d’atteindre progressivement une nouvelle manière d’écrire », en rapport avec « la mission sacrée » dont il est désormais chargé (§ 9).

38Les trois premières lettres du livre 4 le présentent donc successivement comme un ami fidèle, un évêque conscient de ses devoirs, un lettré. Ajoutons que la 4e, adressée sans doute au début de 470 à ses oncles Simplicius et Apollinaris avant son élévation à l’épiscopat, évoque les difficultés de la situation politique : Sidoine aimerait rencontrer ses oncles « si l’état des affaires publiques le permet » (si per statum publicum liceat) et leur demande de lui faire connaître par retour de courrier la situation dans leur contrée, c’est-à-dire la région de Nîmes. Les thèmes principaux traités dans les livres 4 à 7 sont donc annoncés d’emblée, dès le début du livre 4.

  • 39 Id., Ep., 6, 12, 5.
  • 40 Id., Ep., 6, 10. Sidoine intervient en faveur d’un diacre de Clermont qui a fui « la tourmente du p (...)

39Le livre 5 mêle lui aussi ces quatre thèmes, mais en mettant surtout en valeur l’homme de lettres, dès la lettre 1, et encore dans la dernière. Le livre 6 est le seul qui présente une réelle unité : tous les correspondants sont des évêques et toutes les lettres mettent en scène Sidoine en tant que pontife ; soit il remercie pour les exhortations salutaires qu’il a reçues, soit il en demande, soit il envoie des recommandations pour certaines de ses ouailles. La dernière lettre du livre, durant l’hiver 471-472, fait l’éloge de Patiens de Lyon et le remercie d’avoir envoyé du blé dans de nombreuses cités, y compris chez les Arvernes, « après les ravages des Goths39 ». De tout le livre, c’est la seule, avec la lettre 1040, qui évoque – très brièvement – les attaques gothiques. Elle fait donc habilement la transition avec le livre 7 dans lequel Sidoine entremêle l’image de l’évêque et celle du défenseur de la liberté romaine.

  • 41 La lettre 7, 2 raconte à Graecus de Marseille les aventures du lecteur Amantius ; la lettre 7, 3 ad (...)
  • 42 Id., Ep., 7, 11 à l’évêque Auspicius de Toul.
  • 43 Id., Ep., 7, 5, 8 et 9.

40Le livre 7 commence par 11 lettres adressées à des évêques. Pourquoi avoir réparti sur deux livres les 23 lettres « épiscopales » qui auraient pu tenir en un seul gros opuscule, équivalent du livre 4 qui contient 25 lettres ? En procédant ainsi, Sidoine peut faire à deux pontifes l’honneur d’ouvrir un livre : Lupus de Troyes au livre 6, Mamert de Vienne au livre 7. De plus, Patiens de Lyon, on vient de le voir, est lui aussi mis en valeur à la fin du livre 6. Enfin, dans le cadre de la construction générale du recueil, Sidoine peut répartir ses lettres aux évêques en deux groupes : au livre 6, celles qui sont directement liées à sa fonction pastorale ; au livre 7, celles qui le mettent en scène comme pontife assumant la défense des Arvernes face à l’expansion d’Euric. Toutes, en effet, sauf la 2 et la 341, évoquent le contexte politique et la pénible situation de l’Auvergne, bien mal placée entre l’ennemi gothique et le protecteur burgonde qui peut se révéler tout aussi dangereux42. C’est dans ce groupe que Sidoine a placé les trois lettres relatives à l’élection épiscopale de Bourges qu’il a dû présider quoique pontife débutant, parce que toutes les autres cités d’Aquitaine 1ère étaient sous le contrôle d’Euric43.

41C’est surtout dans ce groupe que se trouvent trois lettres virulentes contre Euric : dès la première phrase de la lettre 1, adressée à Mamert de Vienne, peut-être au printemps 473, le ton est donné : « Le bruit court que les Goths ont porté leur camp sur le sol romain : c’est toujours nous, malheureux Arvernes, qui sommes sur le chemin de telles invasions. Ce qui fournit en effet à la haine de nos ennemis des motifs particuliers, c’est qu’ils rencontrent dans la barrière que nous leur opposons, avec l’aide du Christ, le seul obstacle à l’ambition qu’ils n’ont pas encore réalisée, de donner pour limites à leur territoire, entre l’Océan et le Rhône, le cours de la Loire ». Face à une telle situation, le remède auquel recourt l’évêque Sidoine, ce sont les Rogations, qu’il a introduites à Clermont à l’instigation de Mamert (§ 2).

  • 44 Crocus et Simplicius (de Bourges ?).

42En 6e position, figure la lettre adressée en 475 à Basilius d’Aix qui participait alors aux négociations entre l’Empire et Euric, avec Graecus de Marseille, Faustus de Riez et Leontius d’Arles. Sidoine y dresse un tableau dramatique de la situation en Aquitaine où Euric, « le loup de notre temps… ronge les bergeries de l’Église » (§ 2), en ennemi déclaré « du nom de catholique » puisqu’il interdit le remplacement des évêques défunts et maintient en exil deux pontifes44. Sidoine fait une lecture chrétienne des événements et admet qu’il est « dans l’ordre des choses » que les Romains méprisés par Euric souffrent « ici-bas », comme Lazare à la porte du mauvais riche, car les souffrances sont « la médecine de l’âme » ; mais il craint que l’Église elle-même ne soit en péril et supplie Basilius d’obtenir, à la faveur des négociations, que l’on puisse à nouveau procéder à des ordinations d’évêques, « afin que les populations des Gaules qui sont englobées dans les limites de la zone gothique restent sous notre dépendance en vertu de leur foi, même si elles ne dépendent plus de nous en vertu du traité » (§ 10).

43Sidoine insère ensuite la lettre 7, très véhémente, qu’il a adressée peu de temps après à l’évêque Graecus de Marseille, après avoir eu connaissance du contenu du traité : l’Empire échangeait l’Auvergne contre la Provence et reconnaissait l’indépendance du royaume wisigoth. Il y accuse Graecus de n’avoir songé qu’à sa propre sécurité et d’avoir négocié un traité « qui n’est ni utile, ni convenable », « une paix honteuse », dont le prix est la servitude de ceux qui, « par amour pour Rome », ont pourtant résisté victorieusement à l’ennemi malgré les maux qu’ils ont endurés.

44C’est sans doute pour contrebalancer par avance la violence de ces reproches que Sidoine a placé au début du livre la lettre 2, adressée à Graecus en 470/471 et contenant le récit pittoresque des aventures du lecteur arverne Amantius. Ainsi, Graecus est honoré de deux lettres, dont une fort plaisante, dans laquelle Sidoine reconnaît avec humour qu’il s’est laissé abuser par un beau parleur.

45Toutes les autres missives montrent le lien très fort entre l’engagement chrétien de Sidoine et son attitude à l’égard des barbares, y compris les six dernières (avant la dédicace finale) adressées à des conuersi ou à des religieux. Après l’indignation qui animait la lettre 7 à Graecus est venu l’apaisement : l’essentiel est de se consacrer à Dieu, comme le fait par exemple (Tonantius) Ferreolus qui, après une brillante carrière civile, se situe désormais « parmi les parfaits du Christ » (Ep., 12). Sidoine insère ici des lettres plus anciennes, datant vraisemblablement de 469, avant son élévation à l’épiscopat, et faisant l’éloge du prêtre Himerius, parfait imitateur « du saint évêque Lupus » (Ep., 13), de Philagrius, qui incarne à la perfection et avec discrétion « le personnage d’un religieux » (Ep., 14), ou encore du Viennois Salonius (Ep., 15).

46Pour bien montrer qu’il a lui-même, grâce au Christ, surmonté les épreuves subies, Sidoine place ensuite la seule lettre de cette première édition de son recueil écrite pendant son exil : il y remerciait l’abbé Chariobaudus de lui avoir envoyé une lettre « de consolation » et d’avoir ainsi, par ses exhortations, allégé la « chaîne d’inquiétudes qui [s’était] forgée sous le poids de [son] angoisse » (Ep., 16). Puis vient la lettre 17 par laquelle, sans doute en 477, il adresse au moine Volusianus l’épitaphe qu’il a composée pour l’abbé Abraham qui vient de mourir, et lui demande de réformer, conformément aux ordonnances des Pères de Lérins ou de Grigny, « la règle flottante » du monastère fondé à Clermont par Abraham (Saint-Cirgues). Cette lettre a un triple avantage : elle donne l’image d’un évêque responsable ; elle offre l’image du chrétien idéal à travers l’éloge d’Abraham ; elle montre que Sidoine a accepté la domination gothique sans céder sur l’essentiel. En effet, tout en célébrant « le dévouement d’un personnage considérable, le comte Victorius », représentant de l’autorité wisigothique en Auvergne, qui a pris à sa charge le coût des funérailles d’Abraham, Sidoine précise : « le comte Victorius, qui est mon “patron” selon la loi du siècle mais mon fils selon la loi de l’Église ».

47Sidoine est donc apaisé mais ne renie rien et, quoi qu’il arrive, tient à présenter l’image d’un homme libre, comme il le dit à Constantius dans la dernière lettre du recueil : « Et si, au cours de ta lecture, tu me trouves ici ou là trop véhément à l’égard de certaines personnes, je veux que tu saches qu’avec l’aide de la main secourable du Christ je ne tolèrerai jamais la servilité de l’esprit, étant au demeurant parfaitement averti que les gens portent sur mon caractère un double jugement : si les timides en effet me disent téméraire, les gens au cœur vaillant parlent de ma liberté d’esprit ».

  • 45 Après juillet 479 et probablement avant 482 : voir PCBE, Gaule, Gaius Sollius Apollinaris.
  • 46 Après 482 : voir PCBE, Gaule, Gaius Sollius Apollinaris.
  • 47 Prévot 1995.

48Sidoine croyait alors son œuvre achevée, mais ses amis l’ont finalement poussé à publier un 8e45 puis un 9e livre46. La place me manque malheureusement pour analyser ici l’organisation de ces deux derniers volumes. Je me contenterais donc de souligner qu’ils montrent un net changement d’attitude. Face à une situation politique sur laquelle il n’a plus prise, dans un monde de plus en plus barbarisé, « le seul signe de noblesse sera désormais la connaissance des lettres », écrit Sidoine (Ep., 8, 2). Même s’il affirme que le temps est venu « de songer à la vie éternelle plutôt qu’à la renommée » (Ep., 8, 4), il se présente essentiellement en défenseur de la culture romaine et l’image qui domine désormais est celle du lettré, à peine tempérée par celle du chrétien. Dans la lettre 8, 14, il essaie certes de combiner les deux images par une nouvelle manière d’écrire, en faisant l’éloge de l’évêque Principius de Soissons par une série de métaphores, ce qui est un procédé stylistique classique, tout en suivant le canevas de la 2e homélie d’Origène sur le Lévitique, mais c’est exceptionnel47. Par deux lettres anciennes insérées dans chacun de ces deux derniers livres, Sidoine s’excuse implicitement de ne pas mettre son talent au service de l’Église : il s’avoue en effet incapable de célébrer saint Aignan en rédigeant « l’histoire de la guerre d’Attila » (Ep., 8, 15) ou de se lancer dans un commentaire des Écritures (Ep., 9, 2).

  • 48 Id., Ep., 9, 16, 3, v. 45.
  • 49 Id., ibid., v. 16-32.
  • 50 Id., ibid. v. 49-56.
  • 51 Id., ibid., v. 61-80.

49La dédicace du livre 9 n’affiche d’autre souci que littéraire : égaler Pline le Jeune, bien que Sidoine « se dédouane » en quelque sorte de ce parti pris profane en insérant ensuite 10 lettres adressées à des évêques à des dates diverses entre 470/471 et 477. Mais il termine par ce qui lui tient le plus à cœur à cette époque-là : cinq lettres (12-16) qui le présentent comme un poète – même si, dans la lettre 12, écrite en 482, il affirme avoir renoncé à la poésie « dès le début de [ses] fonctions religieuses » ; toutes contiennent ou annoncent l’envoi de poèmes. À la dernière, Sidoine joint un carmen de 84 vers, sorte de bilan de sa vie maintenant qu’il a atteint « les bornes de la vieillesse »48. Il y évoque les lauriers de sa carrière politique49 et rappelle qu’il s’est illustré tant en prose qu’en poésie malgré les grognements des envieux, avant de se consacrer uniquement au style épistolaire50. Pour terminer tout de même par une note chrétienne conforme à sa fonction, il annonce qu’il ne chantera désormais que les martyrs qui « ont acquis, au prix de la mort, les récompenses de la vie éternelle51 ». Mais la mort ne lui en laissa pas le temps.

  • 52 Prévot 1997, no 21.

50Son épitaphe récapitule les différentes images que Sidoine voulait donner de lui-même et se clôt par celle qu’il mettait le plus en avant à la fin de sa vie : « Qui que tu sois, quand tu viendras ici en larmes implorer Dieu, répands tes prières sur ce sépulcre propice : que Sidoine, là-haut, lui que personne n’ignore et qui est digne d’être lu du monde entier, soit invoqué pour toi52 ».

Bibliographie

Sidoine Apollinaire
Sidoine Apollinaire, Lettres, éd. A. Loyen, CUF, Paris, 1970.

Amherdt 2001
D. Amherdt, Sidoine Apollinaire, le quatrième livre de la Correspondance. Introduction et commentaire, Bern, 2001.

Delaplace 2008
Chr. Delaplace, Géostratégie des royaumes romanogothiques d’Occident. Les relations entre les Wisigoths et l’Empire romain 322-534, mémoire présenté pour l’Habilitation à diriger des recherches, Université de Toulouse-Le Mirail, 2008.

Harries 1994
J.
Harries, Sidonius Apollinaris and the Fall of Rome AD 407-485, Oxford, 1994.

Prévot 1995
F. Prévot, « Origène, Lactance, Jérôme et les autres : la culture chrétienne de Sidoine Apollinaire », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1995, p. 215-228.

Prévot 1997
F. Prévot, Recueil des Inscriptions chrétiennes de la Gaule, VIII, Aquitaine Première, Paris, CNRS, 1997.

Notes

1 Greg. Tur., Hist., 2, 21 : nobilissimus et de primis Galliarum senatoribus.

2 Sid. Apoll., Ep., 1, 9.

3 Ceux de son beau-père Avitus le 1er janvier 456, de Majorien en décembre 458 et d’Anthemius le 1er janvier 468.

4 Sidoine Apollinaire, Loyen 1970, II, p. X.

5 Amherdt 2001, p. 24.

6 Contra Harries 1994, p. 10.

7 Préfet du prétoire des Gaules en 451, il est apparenté à Sidoine, probablement par l’intermédiaire de leurs femmes respectives qui portent le même nom (Papianilla) : Ep., 12, 9, 3 et 7, 12, 1.

8 Un de ses oncles paternels.

9 Un célèbre jurisconsulte.

10 Delaplace 2008, p. 359.

11 Sid. Apoll., Carm., 7, 400-580.

12 Delaplace 2008, p. 359.

13 Sid. Apoll., Ep., 1, 11, 17.

14 Amherdt 2001, p. 25.

15 Sid. Apoll., Ep., 2, 3.

16 Id., Ep., 5, 16, 4 ; Claud. Mam., De statu animae, I, praef. inscr. CSEL 11, p. 215-228.

17 Id., Ep., 2, 13.

18 Id., Ep., 7, 5, 8 et 9.

19 Dans Ep., 4, 22, 1, Sidoine précise que Léon lui a conseillé d’écrire un livre d’Histoire, maintenant que son recueil de lettres est terminé (epistularum… iam terminatis libris), mais cette lettre peut avoir été intégrée in extremis dans le recueil des livres 1-7, ce qui paraît très improbable pour la lettre 4, 10.

20 Jord., Getica, 237-238 ; cf. Greg. Tur., Hist., 2, 18.

21 Sid. Apoll., Ep., 9, 3, 3 ; 4, 10, 1 ; 8, 3, 1.

22 Id., Ep., 8, 3, 1.

23 Id., Ep., 8, 9, 1 et 5, v. 17.

24 Id., Ep., 4, 10, 2.

25 Id., Ep., 7, 17, 1.

26 PCBE, Gaule, Lupus 1.

27 Sid. Apoll., Ep., 9, 11, 8.

28 Les termes libellus et liber pourraient faire croire qu’il ne s’agit que d’un seul livre, mais c’est là pure modestie. Sidoine parle en effet aussi d’opus et de uolumen.

29 Sid. Apoll., Ep., 7, 18, 1.

30 Id., Ep., 9, 11, 7 (lettre insérée dans la 3e édition du recueil).

31 Id., ibid.

32 Id., Ep., 7, 18.

33 Id., Ep., 7, 18, 1.

34 Id., Ep., 7, 18, 2.

35 Seul le livre 7 contient une lettre écrite pendant l’exil, mais tous présentent au moins une lettre écrite au retour de l’exil. Donc, si, contrairement à mon hypothèse, on supposait que les 4 derniers livres ont d’abord été diffusés séparément, ils l’auraient de toute façon été coup sur coup, de façon très rapprochée en 477/478. Leur organisation montre en tout cas que Sidoine avait un projet d’ensemble.

36 Sid. Apoll., Ep., 4, 2, 4 : lettre de Claudien Mamert lui-même, puis réponse de Sidoine en Ep., 4, 3, qui évoque, lui aussi, « les lois de l’amitié » (necessitudinis iura).

37 Id., Ep., 9, 11, 5.

38 En 462/463, Felix est l’un des destinataires auxquels Sidoine achemine en imagination, par son dernier carmen, son libellus de nugae (Carm., 24, 90-94). En 469, Felix annonce à Sidoine son élévation au patriciat, ce dont Sidoine le félicite (Ep., 2, 3, 1). Après l’élévation de Sidoine au siège épiscopal de Clermont en 470/471, Félix demeure en relations épistolaires avec lui (Ep., 3, 4).

39 Id., Ep., 6, 12, 5.

40 Id., Ep., 6, 10. Sidoine intervient en faveur d’un diacre de Clermont qui a fui « la tourmente du pillage gothique » (depredaetionis Gothicae turbinem) pour se réfugier à Auxerre.

41 La lettre 7, 2 raconte à Graecus de Marseille les aventures du lecteur Amantius ; la lettre 7, 3 adresse à Megethius, de siège inconnu, les Contestatiunculae (sorte de préfaces à la messe) rédigées par Sidoine et que Megethius lui a demandées.

42 Id., Ep., 7, 11 à l’évêque Auspicius de Toul.

43 Id., Ep., 7, 5, 8 et 9.

44 Crocus et Simplicius (de Bourges ?).

45 Après juillet 479 et probablement avant 482 : voir PCBE, Gaule, Gaius Sollius Apollinaris.

46 Après 482 : voir PCBE, Gaule, Gaius Sollius Apollinaris.

47 Prévot 1995.

48 Id., Ep., 9, 16, 3, v. 45.

49 Id., ibid., v. 16-32.

50 Id., ibid. v. 49-56.

51 Id., ibid., v. 61-80.

52 Prévot 1997, no 21.

Notes de fin

1 Cette communication n’aurait pu voir le jour sans l’aide précieuse de l’équipe de la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire (Gaule), dirigée par Luce Pietri, devant laquelle j’ai présenté la notice prosopographique de Sidoine Apollinaire et qui m’a fait bénéficier de ses remarques, toujours judicieuses, et de ses critiques constructives.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540