Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Prêtrises, évergétisme et liens familiaux : l’exemple des prêtresses de Vénus à Pompéi

Marie-Odile Charles-Laforge

Résumé

Il s’agit de mettre en évidence l’importance des ressources financières, souvent très variées, de l’élite dans l’obtention des fonctions civiques et religieuses, mais aussi du statut social pour les charges les plus prestigieuses au sein d’une cité. L’évergétisme occupe également une place non négligeable dans les activités de ces notables. Il existe très souvent un lien entre les fonctions masculines et féminines au sein d’une même famille, comme nous pouvons le voir à partir de l’exemple des prêtresses publiques de Vénus à Pompéi.

We would like to demonstrate the importance of the élite’s financial resources, mostly from very different origins, in order to obtain the civic and religious offices, but also the social status by the most prestigious functions within a city. The evergetism takes also a considerable place in the activities of these leading citizens. There is very often a link between the male and female offices within the same family, as we can see it from the example of the public priestesses of Venus in Pompeii.

Texte intégral

1Pompéi est une cité riche en informations diverses, sur le plan des institutions, de l’économie, de la société et de la religion. Les études pompéiennes se sont surtout intéressées au pouvoir exercé par les notables et les affranchis dans le domaine de la vie politique et économique. Il en est de même dans la plupart des études municipales en Italie où les femmes ne viennent se greffer que de façon occasionnelle. Plusieurs figures de femmes émergent de la documentation épigraphique pompéienne, notamment par le biais de l’exercice des prêtrises. Néanmoins, celle-ci n’est pas suffisante pour nous permettre de dresser un tableau complet de leurs activités et de leur rôle dans la cité. Lorsque leurs pères, leurs époux ou leurs fils sont également connus, nous pouvons tenter d’ébaucher une histoire familiale plus précise et mettre en avant les liens complexes entre évergétisme, activités économiques, civiques, et religieuses. Notre étude portera uniquement sur la prêtrise publique de Vénus, la plus prestigieuse et, par conséquent, sur cinq gentes pompéiennes, les Mamii, les Eumachii, les Holconii, les Istacidii et les Alleii, qui ont fourni chacune des magistrats, des prêtres et prêtresses.

Mamia

  • 1 Castrén 1975, p. 45, 188.
  • 2 Castrén 1975, p. 188. Ward 1998, p. 321.

2Les Mamii appartiennent à une vieille gens originaire de Préneste, attestée à Pompéi dès l’époque sabellienne1. L’un d’eux, Caius Mamius, fut l’un des premiers décurions n’appartenant pas aux familles de colons romains installés à partir de 80 avant J.-C. Propriétaires fonciers2, leur richesse permit à l’une de leurs parentes, Mamia, d’offrir un temple sur le forum de Pompéi, grâce à ses propres revenus. Sa fonction de prêtresse publique de Vénus montre l’importance de cette gens à l’époque augustéenne. Malheureusement, nous ignorons tout de sa famille, aucun mari ou enfant n’étant mentionné.

  • 3 CIL, X, 816 ; AE, 1992, 271 : « Mamia, fille de Publius, prêtresse publique, (a dédié ce temple) au (...)

3Mamia est connue par deux inscriptions et non des moindres. La première a été trouvée sur le côté est du forum et a fait couler beaucoup d’encre puisqu’il s’agit de la dédicace d’un monument dont la destination est très contestée du fait du caractère mutilé de l’inscription3 :

M[A]MIA P(VBLII) F(ILIA) SACERDOS PVBLIC(A)
GENI[..........]
OLO ET PEC[VNIA SVA]

  • 4 M[a]mia P(ublii) f(ilia) sacerdos public(a) Geni[o Aug(usti) s]olo et pec[unia sua].
  • 5 Zanker 1993, p. 90-93. Dobbins 1994, p. 661-668 et Wallat 1997, p. 107-127.
  • 6 Pour Wallat (1997, p. 275), il s’agit du « Temple de Tibère », alors que Dobbins (1994, p. 663-668) (...)

4Cette inscription, datée de l’époque augustéenne, appartiendrait, en raison de sa taille, à un bâtiment public. G. Fiorelli l’a rattachée dès sa découverte, sans aucune justification, à l’édifice situé au Nord de celui d’Eumachia (fig. 1), mais cette opinion a ensuite été largement suivie. L’inscription a été rapidement identifiée à la dédicace d’un « Temple du Génie d’Auguste »4, attribution influencée par l’autel du temple dit « de Vespasien », montrant le sacrifice du taureau en l’honneur du Genius Augusti, caractéristique du culte impérial (fig. 2). Ce sanctuaire a été assimilé à celui de Mamia5 et daterait du début du Principat6.

  • 7 Gradel 1992, p. 49.

5Selon I. Gradel7, la dédicace de Mamia ne ferait pas référence au Genius Augusti mais au Genius Coloniae ou Pompeiorum et doit être relue ainsi :

M[A]MIA P(VBLII) F(ILIA) SACERDOS PVBLIC(A) GENI[O
COLONIAE (uel POMPEIORVM) S]OLO ET PEC[VNIA SVA]

Fig. 1 : Plan du forum impérial

Fig. 1 : Plan du forum impérial

Zanker 1998, p. 87

  • 8 Nola : CIL, X, 1236 (Genius Coloniae). Pouzzoles : CIL, X, 1562-1568 (Genius Coloniae Puteolanorum) (...)
  • 9 Voir Ross Taylor 1920, p. 128-130 et p. 133.
  • 10 Gradel 1992, p. 47 ; pour les arguments, voir p. 43-50.
  • 11 Mau 1908, p. 98 sq., fig. 35 : selon cet auteur, c’est dans ce lieu que le Genius Augusti, uni aux (...)
  • 12 Gradel 1992, p. 53-55.

6Le culte du Genius Coloniae est très répandu en Italie, et plus particulièrement en Campanie8, alors que, selon cet auteur, contrairement à l’opinion communément acceptée9, il n’existe pas de culte public du Genius Augusti en dehors de Rome à cette époque10. Pour I. Gradel, l’édifice offert par Mamia serait le même que celui identifié par A. Mau11 comme le Sacellum Larum publicorum12. Même si le temple dit « de Vespasien » n’est pas celui dédié par Mamia, celle-ci a bel et bien offert un édifice qui devrait se situer, en toute logique, à proximité du forum où se dressent d’autres monuments de l’époque augustéenne, liés au culte et à l’idéologie impériale, comme ceux offerts par Marcus Tullius et Eumachia.

  • 13 CIL, X, 998 (ILS 6367) : Mamiae P(ublii) f(iliae) sacerdoti publicae locus sepultur(ae) datus decur (...)

7Mamia est également connue par sa tombe au-delà de la Porta di Ercolano13 :

MAMIAE P.F. SACERDOTI PVBLICAE LOCVS SEPVLTVR.
DATVS DECVRIONVM DECRETO

  • 14 Vetter 1953, no 32.
  • 15 Vénus et Méfitis sont appelées Fisica.
  • 16 Coarelli 1998 ; Barnabei 2007, p. 46.

8Les deux inscriptions de Mamia mentionnent sa fonction de prêtresse publique au service de Vénus. La gens Mamia est mentionnée dans une autre inscription pompéienne où se lit Mamiiesise Mefitaiiais14, faisant référence à la gens Mamia et aux fêtes des Mefitaia, en l’honneur de Méfitis. S’appuyant sur divers éléments15, et notamment sur ce document, certains historiens ont ainsi tenté d’établir un rapprochement entre Méfitis et Vénus16, la divinité protectrice de Pompéi. Si l’hypothèse est recevable, nous serions en présence d’une gens qui, participant au culte de Méfitis à l’époque samnite, aurait adopté la nouvelle forme du culte adressé à Venus Pompeiana à partir de la fondation de la colonie syllanienne, culte auquel elle reste encore attachée à l’époque augustéenne. Il s’agirait là d’un bel exemple de continuité du culte dans cette gens.

  • 17 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 242.
  • 18 Savunen 1997, p. 128-129. Hemelrijk 2006, p. 96.
  • 19 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 239.
  • 20 CIL, X, 998.
  • 21 Savunen 1997, p. 132. Ward 1998, p. 322-323.

9Le culte de Vénus est un des plus importants de Pompéi et sa prêtresse porte le titre de sacerdos publica, le nom de Vénus étant sous-entendu. Il était confié à des femmes appartenant à l’élite de la cité comme le montrent les quelques noms onnus de ces prêtresses17. Nous ignorons exactement en quoi consistaient leurs obligations mais, responsables des pratiques et des rites publics18, elles devaient également assumer des dépenses élevées, à l’exemple de Mamia et d’Eumachia. En contrepartie, elles bénéficiaient d’un immense prestige et de la reconnaissance de leurs concitoyens sous la forme de nombreux honneurs19 de leur vivant ou lors de leurs funérailles. En remerciement de ses largesses, Mamia fut honorée par la cité par un décret des décurions20 lui octroyant le terrain de l’emplacement du tombeau (fig. 3) et eut droit à des funérailles publiques (funus publicum), ce qui n’était octroyé qu’aux grands personnages de la cité tels que Marcus Tullius et Aulus Veius21.

Fig. 2 : Autel du temple dit de « Vespasien »

Fig. 2 : Autel du temple dit de « Vespasien »

© M.-O. Charles-Laforge

Fig. 3 : Tombeau de Mamia (Porta di Ercolano)

Fig. 3 : Tombeau de Mamia (Porta di Ercolano)

Kockel 1983, 9a

  • 22 Hemelrijk 2006, p. 92-93.
  • 23 À l’appui de cette thèse, les dons que Poppée et Néron ont faits à Vénus Pompeiana (AE, 1977, 217).(...)
  • 24 Savunen 1997, p. 129-130.
  • 25 Ibid.
  • 26 Castrén 1975, p. 96. Ward 1998, p. 322.

10E. Hemelrijk se fonde sur ces honneurs pour affirmer que les prêtresses du culte impérial étaient honorées par des statues et des funérailles publiques22. L. Savunen, quant à elle, pense que les prêtresses du culte de Vénus étaient également responsables du culte impérial en raison du lien étroit entre Vénus et la gens Iulia23 d’une part, entre Vénus et Pompéi d’autre part24. Il serait, par conséquent, possible que la construction de l’édifice dédié à Concordia et à Pietas par Eumachia, de même que le temple du Genius Augusti édifié par Mamia, fassent partie de leurs charges religieuses. Si la dédicace du temple s’adresse bien au Genius Augusti, cela pourrait confirmer la théorie de L. Savunen selon laquelle la prêtrise de Vénus et le culte impérial étaient liés25. P. Castrén affirme que ces constructions ont dû recevoir l’autorisation préalable du princeps lui-même, ou du moins ses encouragements26. Sans suivre complètement ce raisonnement, nous pouvons envisager qu’Auguste ait été tenu informé de la mise en place du culte impérial en Italie.

  • 27 Hemelrijk 2007.

11C’est à cette conclusion que parvient E. Hemelrijk lors de son étude sur les prêtresses du culte impérial dans les villes d’Italie et des provinces occidentales de l’empire romain. En réexaminant les rites qu’elles accomplissaient ainsi que leurs représentations, elle en vient à revoir les relations entre Rome et les villes d’Italie et des provinces d’Occident pour en conclure que ce sont les impératrices elles-mêmes qui ont établi le modèle pour leurs prêtresses27, telle Livie pour un certain nombre de statues féminines représentant des prêtresses.

12En faisant construire un des premiers bâtiments religieux de l’époque augustéenne lors de la réorganisation du forum, Mamia prouve son appartenance à ce petit groupe de familles de l’élite pompéienne qui a rempli un rôle de premier plan en introduisant à Pompéi l’idéologie impériale au travers de l’architecture, notamment.

  • 28 Castrén 1975, p. 71.

13Mamia et Eumachia, contemporaines de l’époque d’Auguste, ont été prêtresses de Vénus à peu près à la même période, Mamia étant probablement la première28.

Eumachia

  • 29 Une de ces inscriptions a été découverte sous le temple de Vénus : Eumachia L. f. /sigillum (AE, 19 (...)

14Au début de la période augustéenne, Eumachia a été effectivement prêtresse de Vénus comme l’indique le titre de sacerdos publica mentionné sur quatre des six inscriptions portant son nom29.

  • 30 Nonnis 1999, p. 84. Savunen 1997, p. 51.
  • 31 Nonnis 1999, p. 84.
  • 32 Castrén 1975, p. 165.
  • 33 Castrén 1975, p. 41, 47-48, 95, 165. Ward 1998, p. 326.
  • 34 Łoś 2000, p. 254.
  • 35 van der Werff 1989, p. 369, 372-373. Tchernia 1984, p. 94-95. Steinby 1984, p. 268-269 : selon elle (...)
  • 36 Łoś 2000, p. 254.
  • 37 Nonnis 1999, p. 84 : « la cui attività era forse legata alla commercializzazione di vino prodotto n (...)
  • 38 van der Werff 1989, p. 368-370.

15Comme Mamia, Eumachia appartient à une de ces riches familles bien en vue de Pompéi, impliquées dans « l’industrie des matériaux de construction, dans la production et le commerce du vin οu dans d’autres activités d’entrepreneur »30. Le membre le mieux connu de cette gens originaire de Campanie31, dont l’activité porte sur l’huile, le travail de la laine, la viticulture32, et surtout la production de céramiques de construction et d’amphores33, est Lucius Eumachius, également propriétaire d’ateliers fabriquant des amphores et des tuiles : de nombreuses tegulae découvertes à Pompéi et dans ses environs portaient le timbre LEVMACHI34. Il était surtout le plus important producteur d’amphores vinaires (Dressel 2-4) de la région du Vésuve à l’époque d’Auguste35, ces dernières ayant été retrouvées dans des régions lointaines comme en Bretagne, à Nimègue, Trèves, et même jusqu’à Carthage et Alexandrie36. Bien que Lucius Eumachius ait tiré d’importants revenus de son exploitation agricole37, J. H. van der Werff a émis un doute sur le fait que toutes les amphores aient contenu le vin de son seul domaine et penche plutôt pour l’hypothèse selon laquelle ce dernier en fournissait aux autres viticulteurs de la région38.

  • 39 Savunen 1997, p. 51.
  • 40 Nonnis 1999, p. 89 : « Si può anche notare, da ultimo, come, per quanto concerne gli Eumachii ed i (...)
  • 41 CIL, X, 8042, 47 a-s/48, a-g.
  • 42 Steinby 1984, p. 268. van der Werff 1989, p. 370-371. Nonnis 1999, p. 84 note 53.
  • 43 Savunen 1997, p. 51.
  • 44 Łoś 2000, p. 255.
  • 45 Ibid., p. 255.

16Nous ignorons si sa fille Eumachia s’investit dans ces productions de céramique car aucun timbre ne mentionne son nom, ni celui de son fils39. Néanmoins, la production a pu être confiée à un affranchi40 comme L. Eumachius Eros41 dont nous retrouvons le nom sur des tuiles datées de la fin de l’époque augustéenne42. Pour A. Łoś, « les figlinae et les officinae restèrent la propriété des Eumachii (…). Il ne fait pas de doute que L. Eumachius Eros fut un affranchi, soit du père d’Eumachia43, soit de celle-ci même »44. Après la mort d’Eumachius, L. Eumachius Eros a pu administrer la manufacture au nom d’Eumachia ou en devenir le propriétaire en vertu du testament de son patron45.

  • 46 Castrén 1975, p. 104, 166. Ward 1998, p. 327.
  • 47 Łoś 2000, p. 255 : « Cependant, il ne faut pas en tirer de conclusion trop catégorique, car l’épigr (...)
  • 48 Castrén 1975, p. 95.
  • 49 Castrén 1975, p. 95, 165.
  • 50 Idem, p. 95, 101-102 ; Nonnis 1999, p. 84 ; Moeller 1976.
  • 51 CIL, X, 810 : « Eumachia, fille de Lucius, prêtresse de la cité, en son nom et au nom de son fils, (...)

17Sa fille Eumachia fut prêtresse publique, un L. Eumachius Fuscus fut édile vers 31-32 après J.-C.46 ; en revanche, nous n’avons conservé aucune mention d’éventuelles fonctions municipales pour Lucius Eumachius47. Néanmoins, P. Castrén considère que les Eumachii formaient l’élite de la cité avec les Lassii, les Clodii, les Gellii, les Holconii, les Alleii et les Numistrii48, ces familles étant liées économiquement et par mariage. C’est ainsi qu’Eumachia épousa M. Numistrius Fronto dont la famille possédait des terres et s’occupait de l’élevage de moutons49. C’est sans doute à la suite de ce mariage qu’Eumachia s’est intéressée au travail de la laine au point de devenir la patronne des foulons50. Leur fils, Marcus Numistrius Fronto, est connu par la dédicace de l’édifice, dédié en 3 après J.-C., par Eumachia en son nom et en celui de son fils, à la Concordia Augusta et à la Pietas51 :

EVMACHIA L. F. SACERDOS PVBL. NOMINE SVO
ET M. NVMISTRI FRONTONIS FILI CHALCIDIVM CRYPTAM
PORTICVS CONCORDIAE
AVGVSTAE PIETATI SVA PEQVVNIA FECIT EADEMQVE
DEDICAVIT

  • 52 Savunen 1997, p. 55.
  • 53 Castrén 1975, p. 97 ; Dobbins 1994, p. 48-49 ; D’Arms 1988, p. 53 ; Savunen 1997, p. 51, 133.
  • 54 Savunen 1997, p. 66.
  • 55 Sur l’édifice d’Eumachia, voir, entre autres, Zanker 1993, p. 105-112 ; Moeller 1975 et Garcìa Camb (...)

18Le père et le fils ont souvent été confondus, certains attribuant même à ce dernier le duumvirat vraisemblablement exercé par le père, car cette fonction n’est pas mentionnée dans la dédicace52. Il semblerait que le père soit mort encore jeune durant l’exercice du dummvirat pour l’année 2/3 après J.-C.53, ce qui explique qu’il ne soit pas associé à son épouse et à son fils54. Eumachia a pu très tôt gérer la fortune héritée de son père et celle de son mari, fortune non négligeable si nous considérons l’édifice qu’elle a financé sur le forum55, de même que son tombeau monumental à exèdre dans la nécropole de la Porta di Nocera. Tout ceci démontre la puissance économique de la famille.

  • 56 Savunen 1997, p. 51 : peut-être a-t-elle acheté des terrains dans ce but.
  • 57 CIL, X, 810-811.
  • 58 D’Ambra 2012, p. 403. La statue était placée dans la niche centrale de la crypte est de l’édifice ((...)
  • 59 Garcìa Cambeiro 1975, p. 313, fig. 35, p. 315-316. Cf. D’Ambra 2012, p. 403, sur Livie, modèle de l (...)
  • 60 CIL, X, 813 : Eumachiae L(ucii) f(iliae) / sacerd(oti) publ(icae) / fullones.
  • 61 Castrén 1975, p. 95, 165-166. Ward 1998, p. 326.
  • 62 Richardson 1978. D’Ambra 2012, p. 403.
  • 63 Savunen 1997, p. 60. Ward (1998, p. 326) établit un parallèle entre Livie et Eumachia pour la mise (...)
  • 64 Savunen 1997, p. 55 : Livie aurait servi de modèle pour la statue de Concordia.

19Eumachia a, en effet, fait construire un vaste bâtiment sur le forum56. Deux dédicaces57 à l’entrée du bâtiment rappellent le don d’Eumachia et de son fils à Concordia et Pietas. Dans celui-ci, la statue d’Eumachia58 (fig. 4) occupe une place privilégiée avec celle de Concordia Augusta59 : l’inscription nous apprend que la statue a été dédiée par les foulons à leur « bienfaitrice »60, probablement leur patronne, étant donné les liens d’Eumachia avec l’activité lainière61. Un parallèle a été établi entre ce bâtiment et la Porticus Liviae à Rome62. L’idéologie impériale, l’architecture augustéenne et Livie ont servi de modèle à Eumachia63 pour le bâtiment et la statue de Concordia64.

  • 65 NS, 1890, p. 331.
  • 66 NS, 1890, p. 329-330.

20Le tombeau d’Eumachia pose un certain nombre de problèmes car nous ne trouvons aucune trace de M. Numistrius Fronto, père et fils. Un fragment d’inscription a été découvert à la Porta di Stabia, mentionnant [N]umi[strius] / Front[onis] / IIu[ir]65. Le lieu de la découverte serait lié, selon V. Kockel, au fait que les magistrats morts durant leur fonction avaient droit au funus publicum. Or, à proximité, se trouvent les tombeaux de deux autres magistrats, M. Tullius à l’époque d’Auguste et M. Alleius Minius, à l’époque de Claude66. Ceci expliquerait pourquoi il n’a pas été enterré dans le tombeau d’Eumachia.

21En revanche le tombeau d’Eumachia abrite 13 columellae destinés à sept hommes, cinq femmes et un corps non identifié. Le plus surprenant est la présence non expliquée de trois columellae pour des membres de la gens Alleia dont nous parlerons ultérieurement. Deux d’entre eux ne sont autres que Pomponia Decarchis et Alleius Nobilis, parents de Cn. Alleius Nigidius Maius, lui-même père d’Alleia Maia, prêtresse de Vénus et Cérès.

22La fortune d’Eumachia était suffisamment importante pour qu’elle puisse se faire construire un tombeau aussi monumental, reflet de son prestige dans la vie comme dans la mort (fig. 5).

23Alors que les membres des familles d’Eumachia et Mamia ne semblent pas avoir exercé des fonctions politiques aussi prestigieuses que les Holconii, par exemple, ces deux femmes ont joué un rôle considérable dans l’aménagement de la cité et de ses cultes, bien supérieur à celui d’Holconia.

Fig. 4 : Statue d’Eumachia

Fig. 4 : Statue d’Eumachia

Copie placée dans l’édifice d’Eumachia

Fig. 5 : Tombeau d’Eumachia (Porta di Nocera)

Fig. 5 : Tombeau d’Eumachia (Porta di Nocera)

Zanker 1998, pl. 5

Holconia

  • 67 Sur les Holconii, voir D’Arms 1988.
  • 68 Castrén 1975, p. 96, 176.
  • 69 CIL, X, 830.
  • 70 CIL, X, 839.
  • 71 CIL, X, 833-834.
  • 72 CIL, X, 840.
  • 73 Castrén 1975, p. 97, 104. Mouritsen 1988, p. 102. CIL, X, 840.
  • 74 CIL, X, 840, 943, 944.
  • 75 CIL, X, 945, 946.
  • 76 CIL, X, 838, 947, 948.
  • 77 CIL, X, 830 (Augusti Caesaris sacerdoti), 837, 839 (Augusti sacerdoti). La différence entre ces deu (...)
  • 78 Castrén 1975, p. 68.
  • 79 Castrén 1975, p. 99, 104.
  • 80 CIL, X, 787.

24Fille de M. Holconius Rufus, notable le plus influent de Pompéi dans les années 20 à 2 avant J.-C.67, Holconia fut également sacerdos publica. Sous Auguste, la gens Holconia68 était l’une des plus puissantes familles de Pompéi avec la figure dominante de Marcus Holconius Rufus, duumuir cinq fois, quinquennalis deux fois, tribunus militum a populo, patron de la colonie, dont la belle carrière et l’évergétisme furent récompensés par des honneurs, dont une statue élevée par ses concitoyens devant les thermes de Stabies, à l’intersection entre la Via Stabiana et la Via dell’Abbondanza69 (fig. 6), et une sella curulis au théâtre70. Il fit restaurer ce même théâtre71 en associant le nom de son frère au sien. M. Holconius Celer a fait carrière lui aussi : duumuir au moins une fois, quinqennalis designatus72 en 14 pour 15/16 après J.-C.73, il est désigné comme sacerdos Augusti74 et sacerdos diui Augusti75, ce qui nous amène après 14 de notre ère, alors que son frère M. Holconius Rufus est dit flamine d’Auguste dans plusieurs inscriptions76 mais aussi sacerdos77. Tous deux, en raison de leur position éminente, détenaient le sacerdoce le plus prestigieux du culte impérial, réservé aux membres de l’élite78. C’est sans doute le rang social de la gens qui a permis à Holconius Macer, fils d’un des deux frères, d’être choisi comme praefectus iure dicundo pour 40/41 après J.-C. à la place de l’empereur Caligula79. M. Holconius Rufus fit également des dons au temple d’Apollon80.

  • 81 Castrén 1975, p. 95, 176.
  • 82 Plin., Nat., 2, 6, 35 ; Colum., Rust., 3, 2, 27.
  • 83 Łoś 2000, p. 259.
  • 84 CIL, X, 8042, 57. Łoś 1996, p. 127.

25Les Holconii étaient des propriétaires fonciers qui tiraient leur principale source des revenus de la laine et de la production de vin81. Nous connaissons en effet un cépage cultivé en Campanie appelé Holconia82. Comme le remarque A. Łoś, « il ne fait aucun doute que ce cépage tirait son nom du nomen de Holconius »83. Leur fortune provenait également des figlinae situées sur leurs domaines comme le prouve une marque retrouvée sur une tegula mentionnant Holconia M. f.84.

Fig. 6 : Statue d’Holconius Rufus

Fig. 6 : Statue d’Holconius Rufus

Fausto, Felice Niccolini, Le case ed i monumenti di Pompeii : disegnati e descritti, Naples, 1854-1896, volume 2, pl. 8

  • 85 CIL, X, 950 : [Holc]oniae M(arci) f(iliae) / [sacerdo]ti publicae.
  • 86 Voir ci-dessus.

26Nous avons peu de renseignements sur Holconia bien que sa famille soit très célèbre. Son inscription ne nous donne que son nom et sa fonction de sacerdos publica85, sans indication d’un éventuel mariage. Étant données les fonctions occupées par son père et son oncle, il n’est pas étonnant qu’elle ait été choisie comme sacerdos publica, d’autant plus si le culte de Vénus est lié au culte impérial86.

  • 87 Savunen 1997, p. 134 ; Cristilli 1988, p. 35.

27L’emplacement de l’inscription nous est inconnu, mais celle-ci est semblable aux inscriptions sur les bases de statues. Il est possible qu’Holconia, en tant que prêtresse publique, ait reçu une statue sous les portiques bordant le forum, comme les autres personnages importants de la cité. L. Savunen songe plutôt au Macellum dans la mesure où il abrite des statues des membres de la famille impériale : les prêtresses de Vénus auraient pu y avoir leur place87.

28Comme dans le cas d’Holconia, la gens Istacidia est surtout connue par ses membres masculins.

Fig. 7 : Statue de prêtresse. Villa dei Misteri

Fig. 7 : Statue de prêtresse. Villa dei Misteri

SAP 4400

Istacidia

  • 88 CIL, X, 999 : Istacidia N(umeri) f(ilia) / Rufilla sacerd(os) / publica.
  • 89 CIL, X, 857a. Castrén 1975, p. 71, 100, 178 ; Savunen 1997, p. 135 ; Mouritsen 1988, p. 99.
  • 90 Kockel 1983, p. 66.
  • 91 Savunen 1997, p. 135.

29L’inscription mentionnant Istacidia, sacerdos publica88, est un peu plus tardive que celles de Mamia, Eumachia et Holconia. Son père, Numerius Istacidius N. f. Cilix fut duumuir à l’époque augustéenne89. La gens Istacidia était vraisemblablement propriétaire de la Villa dei Misteri si nous nous fondons sur un sigillum trouvé dans celle-ci, portant le nom d’un de ses affranchis, Lucius Istacidius Zosimus90, peut-être procurator de la villa. Dans cette dernière, une grande statue de prêtresse pourrait représenter Istacidia en tant que prêtresse de Vénus ou un autre membre de la gens91 (fig. 7). Néanmoins, sa présence dans cette villa est surprenante dans la mesure où les personnages importants, magistrats, prêtres et prêtresses, bénéficiaient de statues dans les espaces publics comme Eumachia ou Holconius Rufus.

  • 92 Kockel 1983, p. 66.
  • 93 N. Istacidius Helenus (CIL, X, 1027-1028) et N. Istacidius Ianuarius (CIL, X, 1027), pagani, Citus (...)
  • 94 Certaines inscriptions fragmentaires attribuées aux ministri Augusti ont pu appartenir au collège d (...)

30Les Istacidii devaient être beaucoup plus importants que ne le laisse supposer l’épigraphie92. Néanmoins, l’influence de la famille se retrouve dans les fonctions religieuses de second plan occupées par les esclaves et affranchis de la gens93, notamment des ministri Augusti94 liés au culte impérial.

  • 95 Dix-neuf columellae ont été découverts dans ce tombeau.
  • 96 Kockel 1983, p. 60.
  • 97 Ward 1998, p. 330.

31Nous ignorons qui a financé le tombeau de grande taille95 des Istacidii, en forme de tholos (fig. 8). La stèle d’Istacidia Rufilla est mieux conservée96, mais son inscription ne fait que commémorer sa prêtrise publique sans aucune mention, comme pour Mamia et Holconia, d’un éventuel mariage97.

  • 98 Kockel 1983, p. 60-65.
  • 99 Savunen 1997, p. 135.

32Le tombeau des Istacidii est daté par V. Kockel entre 25 et 50 après J.-C.98. En se fondant sur cette date, il apparaît qu’Istacidia est la dernière sacerdos publica que nous connaissions pour Pompéi99. En effet, Allei Maia est dite sacerdos Veneris et Cereris.

Fig. 8 : Tombeau des Istacidii (Porta di Ercolano)

Fig. 8 : Tombeau des Istacidii (Porta di Ercolano)

Kockel 1983, 11b

Alleia

  • 100 CIL, X, 1036. Nous ignorons quel était le lien de parenté entre ces deux femmes.

33Il s’agit ici d’Alleia Nigidia Maia, fille de Cn. Alleius Nigidius Maius, prêtresse de Vénus et Cérès, à ne pas confondre avec Alleia Decimilla, fille de Marcus, mère de M. Alleius Luccius Libella, prêtresse publique de Cérès100.

  • 101 NS, 1890, p. 333 : [A]lleia Mai f(ilia) / [s]acerd(os) V[eneri]s / et Cerer[is sib]i / ex dec(urion (...)
  • 102 Mouritsen 1988, p. 32, 34.
  • 103 Selon Savunen 1997, p. 161, « in Pompeii, Venus and Ceres were interconnected that was not necessar (...)
  • 104 CIL, X, 680, 688.
  • 105 CIL, X, 5191.
  • 106 CIL, IX, 3087.

34Alleia Maia est la seule prêtresse (publique) attestée qui soit au service à la fois de Vénus et de Cérès101. Elle a dû exercer cette prêtrise après le tremblement de terre de 62 après J.-C.102. À Pompéi, Vénus a été sans doute associée temporairement à une époque à Cérès, mais cela n’a rien d’exceptionnel103 comme nous pouvons le constater à Surrentum104, à Casinum105 et Sulmo106.

  • 107 Castrén 1975, p. 72.
  • 108 Idem, p. 123.
  • 109 Savunen 1997, p. 161.

35P. Castrén pense que la réunion de ces deux prêtrises est due au déclin d’un ou des deux cultes après le tremblement de terre107. Selon lui, dans les années 60-70 après J.-C., le culte d’Apollon et Mercure, identifiés à Auguste, aurait remplacé celui de Vénus Pompeiana comme le culte le plus important de la cité108. Faute de documents, il est difficile de savoir de façon exacte comment se présentait la situation religieuse dans ces années-là. Néanmoins, la reconstruction du temple de Vénus après le tremblement de terre prouve que cette divinité occupait toujours une place essentielle dans le paysage religieux. Le contexte de reconstruction de la cité n’était-il plus favorable aux largesses financières, notamment à la suite de transformations sociales au sein de l’élite109, d’où la réunion de ces deux sacerdoces aux mains d’une femme fortunée ? Cette hypothèse n’est pas satisfaisante si nous prenons en compte le vaste programme de reconstruction des différents bâtiments privés et publics de Pompéi par cette même élite.

  • 110 Idem, p. 129-130.

36Alleia Maia ne porte pas le titre de sacerdos publica ce qui, selon L. Savunen, signifierait que la prêtrise n’était pas soumise à des largesses publiques110. La réunion des deux prêtrises suffit peut-être à expliquer l’absence du titre de sacerdos publica dans la mesure où la prêtrise de Vénus et celle de Cérès sont toutes deux des prêtrises publiques.

  • 111 À l’inverse, les inscriptions d’Arellia (NS, 1910, p. 405) et d’Aesquillia Polla (NS, 1910, p. 390) (...)
  • 112 CIL, IV, 1180. Castrén 1975, p. 69 ; Ward 1998, p. 327.
  • 113 Ses fonctions ont été obtenues avant et après 62. Sur les détails de sa carrière, voir Van Buren 19 (...)
  • 114 Ward 1998, p. 331.

37L’épitaphe d’Alleia Maia, semblable à celle de Mamia, peut être datée de la dernière période de Pompéi, après 62 après J.-C. Elle nous apprend qu’Alleia Maia a été honorée d’un funus publicum par décret des décurions en raison de ses mérites, puisque son père n’est pas mentionné111. Or Alleia Maia fait partie des personnes les plus en vue de Pompéi depuis que son père, Cn. Alleius Nigidius Maius, a été quinquennalis, flamen de Néron112 et princeps coloniae113. Sur l’épitaphe d’Alleia, nulle mention du père, d’un mari ou d’enfants114.

  • 115 Il finança des jeux publics pro salute Ti. Claudi Caesaris Augu[sti] li[b]e[ro]rumque (Castrén 1975 (...)
  • 116 CIL, IV, 1177.
  • 117 Castrén 1975, p. 69, 108 ; CIL, IV, 1179.
  • 118 Łoś 1987, p. 867 note 135. Cf. Castrén 1975, p. 272.
  • 119 Łoś 1987, p. 866.
  • 120 Castrén 1975, p. 109. Ward 1998, p. 331.
  • 121 Alleius Nobilis était soit un affranchi, soit un fils d’affranchi selon Castrén (1975, p. 109). Sel (...)
  • 122 Łoś 1987, p. 866.
  • 123 Castrén 1975, p. 109.
  • 124 Castrén 1975, p. 96, 133 : production de vin, de laine et de tuiles.
  • 125 Mouritsen 1988, p. 83, 200 note 319.
  • 126 Kockel 1983, p. 19. Mouritsen 1988, p. 99.
  • 127 Castrén 1975, p. 104.

38Le statut élevé de la famille a été acquis à l’époque de Claude et Néron avec Cn. Alleius Nigidius Maius, flamen (Ti. Claudii) Caesaris Augusti115, princeps coloniae116, quinquennalis en 55-56117. Le duumvirat quinquennal couronnant une carrière municipale, il est possible que sa carrière ait commencé sous Tibère118. Celui-ci appartenait à l’origine à la gens Nigidia et fut adopté, probablement au début de sa carrière119, par Cn. Alleius Nobilis et son épouse Pomponia Decarchis120, personnages fortunés. Tous deux avaient des relations dans le milieu des affranchis ou étaient eux-mêmes affranchis121. Cette adoption lui permit de faire une belle carrière selon A. Łoś122. La gens Alleia, originaire de Campanie, bien connue sous Auguste et les Julio-Claudiens123, possédait probablement des intérêts dans le commerce124. Après la fondation de la colonie, un Alleius fut candidat à la fonction de quinquennalis125, puis, à l’époque augustéenne, nous trouvons M. Alleius Q. f. Minius126, duumuir, et son gendre M. Alleius Luccius Libella, quinquennalis en 25/26127.

  • 128 Idem, p. 133.
  • 129 CIL, X, 8071, 48 ; voir Castrén 1975, p. 195.
  • 130 CIL, X, 818.
  • 131 Castrén 1975, p. 195.
  • 132 Łoś 2000, p. 267.
  • 133 Castrén 1975, p. 195.
  • 134 Łoś 2000, p. 267.

39Les Nigidii sont une famille peu attestée à Pompéi128, mais bien à Capoue129 où ils avaient investi dans la production du bronze. Ils se sont ensuite installés à Pompéi : un des membres de la gens, M. Nigidius Vaccula, offrit un banc de bronze130, un grand poêle de bronze pour chauffer le tepidarium des Thermes du Forum ainsi qu’un second poêle pour les Thermes de Stabies. Était-il lié à la production et au commerce des bronzes de Capoue comme le suggérait P. Castrén131 ? Selon A. Łoś, « leur interprétation prête à discussion, car les inscriptions gravées sur ces objets n’étaient pas des estampilles de fabricants, mais des textes à rattacher aux actes d’évergétisme, comme le prouve la formule p(ecunia) s(ua). Ainsi, M. Nigidius Vaccula n’avait peut-être rien à voir avec la production de bronzes »132. Néanmoins, A. Łoś reconnaît que l’hypothèse de P. Castrén n’est pas totalement à exclure dans la mesure où des Nigidii apparaissent sur des timbres de vaisselles de bronze non encore publiés133. Partant du principe que le nom Nigidius n’était pas très répandu en Campanie, il en conclut qu’il est « assez vraisemblable que M. Nigidius Vaccula ait appartenu à la même famille que les fabricants de bronzes mentionnés par les timbres non publiés. La nature de l’acte de générosité choisi par Vaccula n’aurait donc pas été due au hasard, mais aurait été en rapport avec les intérêts de l’évergète dans la production de bronzes »134.

  • 135 Ibid.
  • 136 Łoś 1992, p. 274 : « On ignore s’il avait été en mesure de s’assurer l’appui de protecteurs influen (...)
  • 137 Andreau 1979, p. 224.

40Nous ignorons quels étaient les liens familiaux entre M. Nigidius Vaccula et Cn. Alleius Nigidius Maius, d’autant plus que ce dernier a été adopté par Alleius Nobilis. Cn. Alleius Nigidius Maius devait posséder une fortune confortable aux vues de ses actes d’évergétisme et du luxe de sa résidence urbaine, peutêtre grâce à la fabrication de bronzes135. De même, nous ne pouvons qu’émettre des hypothèses concernant les appuis éventuels apportés par sa famille d’adoption pour sa brillante carrière, sans aucune certitude136. En effet, l’adoption peut faciliter une entrée dans l’ordo mais, dans certains cas, « le bénéficiaire n’en était point (…) la famille adoptée, bien au contraire. C’est la famille adoptante qui, dans la plupart des cas, se révèle la moins connue, et celle dont l’adoption consacre l’entrée dans les groupes de la magistrature municipale »137.

Conclusion

41Mamia et Eumachia ont consacré une partie de leur fortune à l’aménagement du forum de Pompéi et ont atteint ainsi un prestige considérable au sein de la société pompéienne. Le choix des bâtiments offerts par ces deux femmes ne semble pas anodin, révélant un lien possible entre le culte de Vénus et le culte impérial comme le suggère L. Savunen, au moins à l’époque julio-claudienne. A. Bielman envisage les choses différemment : selon elle, « en Italie du Sud,

  • 138 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 241 note 52. Cérès était populaire en Campanie et dans les colonies g (...)

42le culte impérial semble avoir moins suscité de vocations sacerdotales que les prêtrises de Cérès et de Vénus, peut-être parce que ces derniers postes, soumis à l’influence grecque, étaient auréolés d’un prestige supérieur »138. Certes, Pompéi a été détruite relativement tôt, néanmoins, il peut paraître étonnant de ne pas trouver de flaminicae dans cette cité alors que le titre de flamen est attesté.

  • 139 En effet, comme le constate Łoś, « les familles appartenant à l’ordo decurionum depuis la fondation (...)

43Les autres prêtresses de Vénus, comme celles de Cérès, étaient également des femmes fortunées, membres des gentes les plus en vue, comme la gens Holconia et Alleia. Il semblerait que les familles d’Eumachia, Mamia et Istacidia, tout aussi riches, aient joué un rôle moindre dans la vie de la cité139 ; néanmoins, ces femmes ont réussi à s’élever socialement avec la prêtrise publique de Vénus, grâce à la fortune familiale bien plus que par le statut paternel.

44Ces femmes ont mis en avant leur richesse, leur position sociale et celle de leur famille, par la construction de somptueux monuments funéraires, ces derniers étant d’autant plus grands que l’influence de leur famille était moindre, semble-t-il, sur le plan civique et religieux, révélant ainsi l’image qu’elles voulaient laisser. Associées ou non dans la vie comme dans la mort à un père, un mari ou un fils, elles bénéficient des mêmes honneurs que les hommes éminents de la cité, que ce soit par leurs mérites personnels ou leur statut social.

  • 140 Selon Castrén (1975, p. 68), « the priesthood never became an important institution in Greece and R (...)
  • 141 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 241.
  • 142 Ibid.

45En effet, elles ont souvent été récompensées, à l’image des magistrats et des prêtres, par des statues, des inscriptions honorifiques voire des funérailles publiques. Par l’exercice des sacerdoces140 et leurs actes d’évergétisme, ces femmes fortunées ont atteint une notoriété considérable au sein de la société pompéienne, car, comme le constate A. Bielman, « c’est par le biais des prêtrises que les femmes ont acquis un rôle sur la scène publique »141. Selon elle, les prêtresses vivant dans la zone géographique soumise à l’influence grecque ont joui d’un prestige particulièrement élevé : « un prestige équivalent auréolait prêtres et prêtresses »142. L’exemple des prêtresses publiques de Vénus à Pompéi nous a permis de mettre en avant les liens existant entre l’exercice des charges publiques, la fortune familiale et le statut social des membres de la gens, sans oublier les alliances matrimoniales. En effet, l’appartenance à l’élite se fait par naissance, mariage ou adoption. Les relations familiales sont indispensables pour l’obtention de ces charges, mais leur exercice permet également d’asseoir la position des nouveaux membres, époux et enfants.

Bibliographie

Adamo Muscettola, Greco 1998
S.
Adamo Muscettola, G. Greco (éd.), I culti della Campania antica. Atti del Convegno internazionale di Studi in ricordo di Nazzarena Valenza Mele (Napoli 15-17 maggio 1995), Rome, 1998.

Andreau 1979
J. Andreau, « Remarques sur la société pompéienne », Dialoghi di archeologia, VII, 1979, p. 213-254.

Barnabei 2007
L.
Barnabei, « I culti di Pompei », dans Contributi di archeologia Vesuviana III, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2007, p. 11-88.

Bielman & Frei-Stolba 2000
A. Bielman, R. Frei-Stolba, « Le statut public des prêtresses dans l’Antiquité : un premier état de la question », dans Head-König, Mottu-Weber 2000, p. 229-242.

Castrén 1975
P. Castrén, Ordo pupulusque pompeianus. Polity and Society in Roman Pompeii (Acta Instituti romani Finlandia VIII), Rome, 1975.

Coarelli 1998
F. Coarelli, « Il culto di Mefitis in Campania e a Roma », dans Adamo Muscettola, Greco 1998, p. 185-190.

Cristilli 1988
A. Cristilli, « Tra evergetismo e culto imperiale : le statue-ritratto dal Macellum di Pompei », Rivista di Studi Pompeiani, XIX, 1988, p. 35-43.

D’ambra 2012
E.
D’Ambra, « Women on the Bay of Naples », dans James, Dillon 2012, p. 400-413.

D’Arms 1988
J. H.
D’Arms, « Pompeii and Rome in the Augustan Age and Beyond : the Eminence of the Gens Holconia », dans R. I. Curtis (éd.), Studia Pompeiana & Classica in Honor of Wilhelmina F. Jashemski, vol. 1, New Rochelle, 1988, p. 51-73.

De Caro 1998
S.
De Caro, « La lucerna d’oro di Pompei : un dono di Nerone a Venere pompeiana », dans Adamo Muscettola, Greco 1998, p. 239-244.

Dobbins 1994
J. J.
Dobbins, « Problems of Chronology, Decoration, and Urban Design in the Forum at Pompeii », JRS, 98, 1994, p. 629-694.

Garcìa Cambeiro 1975
E.
Garcìa Cambeiro, L’édifice d’Eumachia à Pompéi, Thèse Paris IV, 1975.

Gradel 1992
I.
Gradel, « Mamia’s Dedication, Emperor and Genius. The Imperial Cult in Italy and the Genius coloniae in Pompeii », Analecta Romana, 20, 1992, p. 43-58.

Head-König, Mottu-Weber 2000
A. L. Head-König, L. Mottu-Weber (éd.), Les femmes dans la société européenne, 8e congrès des historiennes suisses (Cahiers de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Genève, SHAG), Genève, 2000.

Hemelrijk 2006
E.
Hemelrijk, « Priestesses of the Imperial Cult in the Latin West : Benefactions and Honour », L’Antiquité Classique, 75, 2006, p. 85-117.

Hemelrijk 2007
E.
Hemelrijk, « Local Empresses : Priestesses of the Imperial Cult in the Cities of the Latin West », Phoenix, 61, 2007, p. 318-349.

James, Dillon 2012
S. L.
James, S. Dillon (éd.), A Companion to Women in the Ancient World, Oxford-New York, Blackwell, 2012.

Kockel 1983
V.
Kockel, Die Grabbauten vor dem Herkulaner Tor in Pompeji, Mayence, 1983.

Łoś 1987
A. Łoś, « Les affranchis dans la vie politique à Pompéi », MEFRA, 99.2, 1987, p. 847-873.

Łoś 1992
A. Łoś, « Quibus patet curia municipalis. Remarques sur la structure de la classe dirigeante de Pompéi », Cahiers Glotz, III, 1992, p. 259-297.

Łoś 2000
A. Łoś, « Les affaires “industrielles” des élites des villes campaniennes sous les Julio-Claudiens et les Flaviens », dans MEFRA, 112.1. 2000, p. 243-277.

Malherbe, Norris 1998
A. J.
Malherbe, F. R. Norris (éd.), The Early Church in its Context. Essays in honor of Everett Ferguson, Leyde-Boston, 1998.

Mau 1908
A.
Mau, Pompeji in Leben und Kunst, Leipzig, 1908.

Moeller 1973
W. O.
Moeller, « Gnaeus Alleius Nigidius Maius, princeps coloniae », Latomus, 32, 1973, p. 515-520.

Moeller 1975
W. O.
Moeller, « The date of dedication of the building of Eumachia », Cronache pompeiane, I, 1975, p. 232-236.

Moeller 1976
W. O.
Moeller, The Wool Trade in Ancient Pompeii. Studies of the Dutch Archaeological and Historical Society III, Leyde, 1976.

Mouritsen 1988
H.
Mouritsen, Elections, Magistrates, and the Municipal Elite. Studies in Pompeian Epigraphy (Analecta Romana Instituti Danici, suppl. XV), Rome, 1988.

Nonnis 1999
D. Nonnis, « Attività imprenditoriali e classi dirigenti nell’età repubblicana. Tre città campione », Cahiers Glotz, X, 1999, p. 71-109.

NS
Notizie degli Scavi

Richardson 1978
L. Richardson Jr., « Concordia and Concordia Augusta : Rome and Pompeii », La Parola del Passato, 33, 1978, p. 260-272.

Ross Taylor 1920
L.
Ross Taylor, « The worship of Augustus in Italy during his Lifetime », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, LI, 1920, p. 116-133.

Savunen 1997
L.
Savunen, Women in the Urban Texture of Pompeii, Helsinki, 1997.

Steinby 1984
E. M. Steinby, « La produzione laterizia », dans Pompei 79. Raccolta di studi per il decimonono centenario dell’eruzione vesuviana, a cura di F Zevi, Naples, 1979, p. 265-271.

Tchernia 1984
A.
Tchernia, « Il vino : produzione e commercio », dans Pompei 79. Raccolta di studi per il decimonono centenario dell’eruzione vesuviana, a cura di F Zevi, Naples, 1979, p. 87-96.

Torelli 1996
M.
Torelli, « Industria laterizia e aristocrazie locali », Cahiers Glotz, VII, 1996, p. 291-293.

Van Buren 1947
A. W.
Van Buren, « Cn. Alleius Nigidius Maius of Pompeii », AJPh, 68, 1947, p. 382-387.

van der Leest 2006
W.
van der Leest, Eumachia : Livia van Pompeii, Deventer, 2006.

van der Werff 1989
J. H.
van der Werff, « “L. Eumachii”. À propos d’une marque d’amphore trouvée à Nimègue », Berichten van de Rijksdienst voor het Oudheidkundig Bademanderzoek Jurgang, 39, 1989, p. 357-376.

Vetter 1953
E.
Vetter, Handbuch der italischen dialekte, I, Heidelberg, 1953.

Wallat 1997
K. Wallat, Die Ostseite des Forums von Pompeji, Francfort, 1997.

Ward 1998
R.B.
Ward, « The Public Priestesses of Pompeii », dans Malherbe, Norris 1998, p. 318-334.

Zanker 1993
P.
Zanker, Pompei. Società, immagini urbane, forme dell’abitare, Turin, 1993.

Zevi 1995
F.
Zevi, « Personaggi della Pompei sillana », Papers of the British School of Rome, 63, 1995, p. 1-24.

Notes

1 Castrén 1975, p. 45, 188.

2 Castrén 1975, p. 188. Ward 1998, p. 321.

3 CIL, X, 816 ; AE, 1992, 271 : « Mamia, fille de Publius, prêtresse publique, (a dédié ce temple) au Génie […] sur un terrain lui appartenant et à ses frais ». Il semblerait, qu’à cette époque, certains terrains longeant le forum n’appartenaient pas au domaine public, comme le terrain offert par M. Tullius.

4 M[a]mia P(ublii) f(ilia) sacerdos public(a) Geni[o Aug(usti) s]olo et pec[unia sua].

5 Zanker 1993, p. 90-93. Dobbins 1994, p. 661-668 et Wallat 1997, p. 107-127.

6 Pour Wallat (1997, p. 275), il s’agit du « Temple de Tibère », alors que Dobbins (1994, p. 663-668) remonte à l’époque augustéenne. Le problème de la datation de ce sanctuaire n’est pas notre propos.

7 Gradel 1992, p. 49.

8 Nola : CIL, X, 1236 (Genius Coloniae). Pouzzoles : CIL, X, 1562-1568 (Genius Coloniae Puteolanorum), 1574, 1591 (Genius Coloniae). Stabies : CIL, X, 772 (aedem Geni Stabiar(um)...).

9 Voir Ross Taylor 1920, p. 128-130 et p. 133.

10 Gradel 1992, p. 47 ; pour les arguments, voir p. 43-50.

11 Mau 1908, p. 98 sq., fig. 35 : selon cet auteur, c’est dans ce lieu que le Genius Augusti, uni aux Lares publics, aurait été honoré.

12 Gradel 1992, p. 53-55.

13 CIL, X, 998 (ILS 6367) : Mamiae P(ublii) f(iliae) sacerdoti publicae locus sepultur(ae) datus decurionum decreto. « À Mamia, fille de Publius, prêtresse de la cité. L’emplacement de ce tombeau a été donné par décret des décurions ». Kockel (1983, p. 60), date ce tombeau de l’époque augustéenne ou du début du règne de Tibère.

14 Vetter 1953, no 32.

15 Vénus et Méfitis sont appelées Fisica.

16 Coarelli 1998 ; Barnabei 2007, p. 46.

17 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 242.

18 Savunen 1997, p. 128-129. Hemelrijk 2006, p. 96.

19 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 239.

20 CIL, X, 998.

21 Savunen 1997, p. 132. Ward 1998, p. 322-323.

22 Hemelrijk 2006, p. 92-93.

23 À l’appui de cette thèse, les dons que Poppée et Néron ont faits à Vénus Pompeiana (AE, 1977, 217). Cf. De Caro 1998.

24 Savunen 1997, p. 129-130.

25 Ibid.

26 Castrén 1975, p. 96. Ward 1998, p. 322.

27 Hemelrijk 2007.

28 Castrén 1975, p. 71.

29 Une de ces inscriptions a été découverte sous le temple de Vénus : Eumachia L. f. /sigillum (AE, 1992, 277, plaque de marbre, époque augustéenne). Le texte devait se poursuivre sur une plaque jointive à droite, avec le nom de la prêtrise, sacerdos publica, et le verbe ayant pour objet sigillum.

30 Nonnis 1999, p. 84. Savunen 1997, p. 51.

31 Nonnis 1999, p. 84.

32 Castrén 1975, p. 165.

33 Castrén 1975, p. 41, 47-48, 95, 165. Ward 1998, p. 326.

34 Łoś 2000, p. 254.

35 van der Werff 1989, p. 369, 372-373. Tchernia 1984, p. 94-95. Steinby 1984, p. 268-269 : selon elle, la même argile a été utilisée pour fabriquer les amphores et les tuiles.

36 Łoś 2000, p. 254.

37 Nonnis 1999, p. 84 : « la cui attività era forse legata alla commercializzazione di vino prodotto nei suoi fundi ». Sur l’activité manufacturière de L. Eumachius et l’origine de sa famille, voir Zevi 1995 et Torelli 1996.

38 van der Werff 1989, p. 368-370.

39 Savunen 1997, p. 51.

40 Nonnis 1999, p. 89 : « Si può anche notare, da ultimo, come, per quanto concerne gli Eumachii ed i Lassii, il raggiungimento di una posizione di prestigio a Pompeii possa aver comportato un mutamento della loro strategia economica, la gestione delle attività imprenditoriali, in cui erano implicati i loro predecessori, è infatti ora affidato ad imprenditori di probabile condizione ο estrazione libertina, quali L. Eumachius Eros e C. Lassius Afer, che rappresentavano forse gli interessi dei loro patroni ».

41 CIL, X, 8042, 47 a-s/48, a-g.

42 Steinby 1984, p. 268. van der Werff 1989, p. 370-371. Nonnis 1999, p. 84 note 53.

43 Savunen 1997, p. 51.

44 Łoś 2000, p. 255.

45 Ibid., p. 255.

46 Castrén 1975, p. 104, 166. Ward 1998, p. 327.

47 Łoś 2000, p. 255 : « Cependant, il ne faut pas en tirer de conclusion trop catégorique, car l’épigraphie de Pompéi sous Auguste, bien que très abondante, ne mentionne pas plus de 60 % des noms de l’ensemble des magistrats de la colonie, entre 30 av. J.-C. et 14 ap. J.-C, et pas plus de 75 % de ses duumvirs ». Cf. Łoś 1992, p. 266 note 32.

48 Castrén 1975, p. 95.

49 Castrén 1975, p. 95, 165.

50 Idem, p. 95, 101-102 ; Nonnis 1999, p. 84 ; Moeller 1976.

51 CIL, X, 810 : « Eumachia, fille de Lucius, prêtresse de la cité, en son nom et au nom de son fils, Marcus Numistrius Fronto, a fait bâtir à ses frais et a dédié un vestibule, un cryptoportique et un portique en l’honneur de la Concorde Auguste et de la Piété ». La Concordia Augusta et la Pietas font vraisemblablement référence à Livie et Tibère.

52 Savunen 1997, p. 55.

53 Castrén 1975, p. 97 ; Dobbins 1994, p. 48-49 ; D’Arms 1988, p. 53 ; Savunen 1997, p. 51, 133.

54 Savunen 1997, p. 66.

55 Sur l’édifice d’Eumachia, voir, entre autres, Zanker 1993, p. 105-112 ; Moeller 1975 et Garcìa Cambeiro 1975.

56 Savunen 1997, p. 51 : peut-être a-t-elle acheté des terrains dans ce but.

57 CIL, X, 810-811.

58 D’Ambra 2012, p. 403. La statue était placée dans la niche centrale de la crypte est de l’édifice (Garcìa Cambeiro 1975, p. 80, 247, p. 301 sq., fig. 33).

59 Garcìa Cambeiro 1975, p. 313, fig. 35, p. 315-316. Cf. D’Ambra 2012, p. 403, sur Livie, modèle de la statue de Concordia.

60 CIL, X, 813 : Eumachiae L(ucii) f(iliae) / sacerd(oti) publ(icae) / fullones.

61 Castrén 1975, p. 95, 165-166. Ward 1998, p. 326.

62 Richardson 1978. D’Ambra 2012, p. 403.

63 Savunen 1997, p. 60. Ward (1998, p. 326) établit un parallèle entre Livie et Eumachia pour la mise en avant de la mère par rapport au fils. Voir Van der Leest 2006.

64 Savunen 1997, p. 55 : Livie aurait servi de modèle pour la statue de Concordia.

65 NS, 1890, p. 331.

66 NS, 1890, p. 329-330.

67 Sur les Holconii, voir D’Arms 1988.

68 Castrén 1975, p. 96, 176.

69 CIL, X, 830.

70 CIL, X, 839.

71 CIL, X, 833-834.

72 CIL, X, 840.

73 Castrén 1975, p. 97, 104. Mouritsen 1988, p. 102. CIL, X, 840.

74 CIL, X, 840, 943, 944.

75 CIL, X, 945, 946.

76 CIL, X, 838, 947, 948.

77 CIL, X, 830 (Augusti Caesaris sacerdoti), 837, 839 (Augusti sacerdoti). La différence entre ces deux intitulés de prêtrise n’est pas très claire. Castrén (1975, p. 68) pense qu’Holconius Rufus a été sacerdos puis flamen, sans pouvoir affirmer qu’il existe une différence entre ces prêtrises.

78 Castrén 1975, p. 68.

79 Castrén 1975, p. 99, 104.

80 CIL, X, 787.

81 Castrén 1975, p. 95, 176.

82 Plin., Nat., 2, 6, 35 ; Colum., Rust., 3, 2, 27.

83 Łoś 2000, p. 259.

84 CIL, X, 8042, 57. Łoś 1996, p. 127.

85 CIL, X, 950 : [Holc]oniae M(arci) f(iliae) / [sacerdo]ti publicae.

86 Voir ci-dessus.

87 Savunen 1997, p. 134 ; Cristilli 1988, p. 35.

88 CIL, X, 999 : Istacidia N(umeri) f(ilia) / Rufilla sacerd(os) / publica.

89 CIL, X, 857a. Castrén 1975, p. 71, 100, 178 ; Savunen 1997, p. 135 ; Mouritsen 1988, p. 99.

90 Kockel 1983, p. 66.

91 Savunen 1997, p. 135.

92 Kockel 1983, p. 66.

93 N. Istacidius Helenus (CIL, X, 1027-1028) et N. Istacidius Ianuarius (CIL, X, 1027), pagani, Citus Istacidiae L. f., Epaphra Istacidiae L. f., Haber Istacidiae L. f. (CIL, X, 910), Memor Istacidi (CIL, X, 888), Tertius Istacidiae L. f. (CIL, X, 910), ministri Augusti.

94 Certaines inscriptions fragmentaires attribuées aux ministri Augusti ont pu appartenir au collège des ministri Fortunae Augustae (cf. Mouritsen 1988, p. 95 et note 379).

95 Dix-neuf columellae ont été découverts dans ce tombeau.

96 Kockel 1983, p. 60.

97 Ward 1998, p. 330.

98 Kockel 1983, p. 60-65.

99 Savunen 1997, p. 135.

100 CIL, X, 1036. Nous ignorons quel était le lien de parenté entre ces deux femmes.

101 NS, 1890, p. 333 : [A]lleia Mai f(ilia) / [s]acerd(os) V[eneri]s / et Cerer[is sib]i / ex dec(urionum) decr(eto) pe[c(unia) pub(lica)].

102 Mouritsen 1988, p. 32, 34.

103 Selon Savunen 1997, p. 161, « in Pompeii, Venus and Ceres were interconnected that was not necessarily the case elsewhere ».

104 CIL, X, 680, 688.

105 CIL, X, 5191.

106 CIL, IX, 3087.

107 Castrén 1975, p. 72.

108 Idem, p. 123.

109 Savunen 1997, p. 161.

110 Idem, p. 129-130.

111 À l’inverse, les inscriptions d’Arellia (NS, 1910, p. 405) et d’Aesquillia Polla (NS, 1910, p. 390) mentionnent leurs époux.

112 CIL, IV, 1180. Castrén 1975, p. 69 ; Ward 1998, p. 327.

113 Ses fonctions ont été obtenues avant et après 62. Sur les détails de sa carrière, voir Van Buren 1947 et Moeller 1973.

114 Ward 1998, p. 331.

115 Il finança des jeux publics pro salute Ti. Claudi Caesaris Augu[sti] li[b]e[ro]rumque (Castrén 1975, p. 69, 108).

116 CIL, IV, 1177.

117 Castrén 1975, p. 69, 108 ; CIL, IV, 1179.

118 Łoś 1987, p. 867 note 135. Cf. Castrén 1975, p. 272.

119 Łoś 1987, p. 866.

120 Castrén 1975, p. 109. Ward 1998, p. 331.

121 Alleius Nobilis était soit un affranchi, soit un fils d’affranchi selon Castrén (1975, p. 109). Selon Łoś 1992, p. 273 note 64, leurs surnoms suggèrent le statut d’affranchi, mais il reconnaît également que « le cursus honorum de Maius fait naître des réserves quant au statut d’affranchi de ses parents adoptifs. D’ailleurs, le cognomen ne permet pas de déceler le statut social d’une manière incontestable » (Idem, p. 274).

122 Łoś 1987, p. 866.

123 Castrén 1975, p. 109.

124 Castrén 1975, p. 96, 133 : production de vin, de laine et de tuiles.

125 Mouritsen 1988, p. 83, 200 note 319.

126 Kockel 1983, p. 19. Mouritsen 1988, p. 99.

127 Castrén 1975, p. 104.

128 Idem, p. 133.

129 CIL, X, 8071, 48 ; voir Castrén 1975, p. 195.

130 CIL, X, 818.

131 Castrén 1975, p. 195.

132 Łoś 2000, p. 267.

133 Castrén 1975, p. 195.

134 Łoś 2000, p. 267.

135 Ibid.

136 Łoś 1992, p. 274 : « On ignore s’il avait été en mesure de s’assurer l’appui de protecteurs influents, appui sans lequel la promotion dans l’élite municipale était pratiquement impossible. Sa situation a dû changer après l’adoption faite par Cn. Alleius Nobilis. Celui-ci, malgré son statut d’affranchi, pouvait jouir d’un prestige dans la société pompéienne ; son nomen gentilice évoquait, pour les habitants de Pompéi, les notables éminents de l’époque républicaine et de la période augustéenne. Nigidius Maius, grâce à l’adoption, gagnait non seulement la position que donne un “bon” nom, mais aussi la possibilité de profiter de la fortune du père adoptif. Cette vision du début de la carrière de Cn. Alleius Nigidius Maius n’est qu’une hypothèse. Peut-être en réalité cela s’est-il présenté autrement ».

137 Andreau 1979, p. 224.

138 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 241 note 52. Cérès était populaire en Campanie et dans les colonies grecques, notamment à Naples (Castrén 1975, p. 71).

139 En effet, comme le constate Łoś, « les familles appartenant à l’ordo decurionum depuis la fondation de la colonie jusqu’à l’éruption du Vésuve constituaient un petit pourcentage du nombre général des familles qui participaient activement à la vie politique de Pompéi » (1992, p. 274).

140 Selon Castrén (1975, p. 68), « the priesthood never became an important institution in Greece and Rome », ce que semblent démentir les faits.

141 Bielman, Frei-Stolba 2000, p. 241.

142 Ibid.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan du forum impérial
Crédits Zanker 1998, p. 87
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2 : Autel du temple dit de « Vespasien »
Crédits © M.-O. Charles-Laforge
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3 : Tombeau de Mamia (Porta di Ercolano)
Crédits Kockel 1983, 9a
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 4 : Statue d’Eumachia
Crédits Copie placée dans l’édifice d’Eumachia
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5 : Tombeau d’Eumachia (Porta di Nocera)
Crédits Zanker 1998, pl. 5
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 6 : Statue d’Holconius Rufus
Crédits Fausto, Felice Niccolini, Le case ed i monumenti di Pompeii : disegnati e descritti, Naples, 1854-1896, volume 2, pl. 8
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 7 : Statue de prêtresse. Villa dei Misteri
Crédits SAP 4400
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 8 : Tombeau des Istacidii (Porta di Ercolano)
Crédits Kockel 1983, 11b
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48626/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540