Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Pour une prosopographie des dévots d’Ostie : dédicaces collectives, offrandes pour une collectivité

Françoise Van Haeperen

Résumé

Dans le cadre d’une enquête préliminaire sur les cultes d’Ostie, j’ai dressé une liste (provisoire) des dédicaces et dévots d’Ostie. Je m’intéresserai ici à une proportion non négligeable de ces offrandes : celles qui apparaissent liées à une « collectivité », que celle-ci en soit l’acteur ou le récepteur.

As part of a preliminary investigation about the cults of Ostia, I have compiled a (provisional) list of the dedications and devotees of Ostia. My focus here is to look at a significant proportion of these offerings: those that appear to be linked to a “community”, which is either the actor or the receptor of these gifts.

Texte intégral

Introduction

1Dans le cadre d’un projet plus vaste sur les cultes d’Ostie et de Portus, j’ai réuni une abondante documentation, littéraire, archéologique et bien sûr épigraphique. La collecte n’est pas terminée mais la moisson actuelle est déjà fort abondante : plus de 100 lieux de culte répertoriés mais aussi plus de 500 inscriptions, dont près de 300 dédicaces. J’entends par ce terme toute offrande aux dieux, de l’humble petite base de statuette au temple public dédié par un magistrat.

  • 1 Voir par exemple Scheid 1998, p. 20-22.
  • 2 Tran 2006. Sur la vie religieuse à Ostie, Steuernagel 2004 ; Van Haeperen 2011. Sur les vestiges co (...)

2C’est à ces dédicaces que je souhaite m’intéresser ici, en focalisant l’attention sur les dévots. Plus précisément, j’examinerai les offrandes dont le texte évoque des acteurs collectifs, soit plusieurs individus, soit une association (publique ou privée). On sait en effet que la religion romaine est une affaire de communauté, que celle-ci soit publique, de voisinage, professionnelle ou familiale1. On sait en outre que les collèges occupent une place importante dans la vie des ports de Rome2. Il m’a donc semblé intéressant d’orienter mon enquête dans la direction des offrandes liées à une collectivité, que celle-ci en soit l’acteur ou le récepteur.

3Je regroupe sous le terme « collectivité » des réalités fort diverses qui ont pour plus petit commun dénominateur la présence de plus d’un individu ou d’un groupe. S’il s’agit d’individus, ceux-ci peuvent agir ensemble, à divers titres : à titre officiel, en tant que magistrat, ou à titre privé, en tant que membre d’une association par exemple. Les inscriptions examinées sont datables, pour la très grande majorité d’entre elles, entre la fin du ie s. et le milieu du iiie s. de n. è.

4Les réflexions qui suivent sont le fruit d’un travail en cours et ne représentent qu’une étape préliminaire à une étude plus développée. Les chiffres et proportions que je donnerai sont dès lors provisoires et reflètent l’état actuel de mes recherches (basées sur le dépouillement du CIL, de l’AE et d’une série de publications relatives à Ostie). Le nombre total de dédicaces répertoriées s’élève à 320, correspondant à 294 inscriptions (puisqu’une même inscription peut énumérer plusieurs offrandes). Quel est le nombre d’inscriptions utilisables mentionnant un ou plusieurs dévots ou encore un groupe comme acteur ou récepteur de l’offrande ? Considérant que je ne reprends ici ni les textes fragmentaires, dont seules des parties infimes du nom sont conservées, ni les textes ne donnant aucune indication sur l’individu ou le groupe, le total s’élève à 222. Sur ce corpus de 222 dédicaces, près de la moitié (107) mentionnent plusieurs dévots ou un groupe, que ce dernier soit acteur ou récepteur de l’offrande.

Dédicaces émanant de la communauté civique ou de plusieurs de ses représentants

  • 3 Voir par exemple, AE, 1983, 174 (base d’un tripode dédié au iie s. av. n. è. par deux magistrats d’ (...)
  • 4 Voir par exemple, AE, 1946, 221 = AE, 1968, 80 (dédicace d’un temple de Bona Dea par le duovir M. M (...)

5Une partie des dédicaces émanant de plusieurs acteurs ou d’un groupe ont été posées à titre officiel (14). Nous ne nous y arrêterons guère. Signalons simplement que leurs acteurs peuvent être des magistrats de la colonie agissant collégialement3. Mais la majeure partie des dédicaces émanant de magistrats sont posées par un seul d’entre eux (elles se rapportent pour la plupart à des constructions ou restaurations de temples)4.

  • 5 CIL, XIV, 5326 : Decurionum decreto / Imp(eratori) Caesari T(ito) Aelio Hadriano Antonino Aug(usto) (...)

6Parfois n’apparaît que la mention du décret des décurions, sans que ne soit évoquée l’action d’un ou des duovirs. L’accent ne porte dès lors pas sur le(s) dédicant(s) mais sur le groupe qui a pris la décision de faire telle offrande. Tel est le cas par exemple de l’autel dédié, sur décret des décurions, à Antonin le Pieux et à la divine Faustine, en raison de leur remarquable concorde5.

  • 6 Voir par exemple : CIL, XIV, 4710, fin ier s. av. n. è. ; après le déplacement d’un compitum par le (...)
  • 7 Van Andringa 2009, p. 94-99.

7On trouve aussi des magistri uici offrant un lieu de réunion, un élément d’aménagement de celui-ci ou un autel6. Ceux-ci agissent (presque) toujours à titre collectif. Ce constat pourrait être lié à leur condition économique. Tout comme à Pompéi7, une partie de ces magistri uici apparaissent liés à des familles bien connues de la cité, dont ils sont des affranchis. Comme dans la cité vésuvienne, les grandes familles d’Ostie auraient donc exercé, par le biais de leurs anciens esclaves, un certain contrôle sur la vie cultuelle des quartiers.

  • 8 CIL, XIV, 5330 : en 203, une dédicace est posée en l’honneur de l’empereur Septime Sévère decreto c (...)

8L’observation suivante m’a davantage étonnée : les citoyens mêmes d’Ostie apparaissent également, à deux reprises, comme acteurs de dédicaces8. L’ensemble des citoyens d’Ostie se désignent, dans le deuxième cas, comme compotes uoti. Le vœu décennal qu’ils ont formulé s’est réalisé : il s’agit selon toute vraisemblance d’un vœu prononcé lors de l’accession au pouvoir de l’empereur Gallien en 253.

  • 9 Voir toutefois, à Suessa Aurunca, les uniuersi ciues qui décident d’honorer un patron bienfaiteur ((...)

9Un tel rôle des citoyens semble peu fréquent dans l’épigraphie du Latium. Une recherche rapide montre en effet que les ciues sont bien davantage cités comme bénéficiaires d’une évergésie (qui vaut éventuellement à son auteur d’être honoré par la cité) que comme acteurs d’une décision9.

  • 10 CIL, XIV, 8 et 12.

10Quant aux augustales d’Ostie, bien documentés individuellement, l’épigraphie ne nous a pas conservé trace de dédicaces qu’ils auraient posées à titre collectif (même si deux curatores Augustalium font des offrandes dans le cadre de leur ordo, l’un au Génie des sévirs, l’autre à celui de la colonie)10.

Dédicaces et dévots agissant dans le cadre d’une association

  • 11 Pour les références aux sources, voir le tableau infra. Pour un aperçu des collèges présents à Osti (...)

11Outre ces dédicaces publiques, une grande partie des offrandes (66) qui nous intéressent ont été posées dans le cadre d’une association. J’entends ici par association un groupe qui est désigné, soit explicitement comme « entité collective » (collegium, corpus), soit par un substantif au pluriel (qu’il s’agisse d’un nom de métier ou d’un type de dévots). Les associations au sein desquelles sont offertes ces dédicaces sont nombreuses et variées, tout comme les divinités honorées11.

12On trouve ainsi des collèges qui sont des associations de métier : des calfats, des mesureurs de grain, des vérificateurs de poids et mesures, des nauicularii ou des passeurs du Tibre. Mais sont aussi représentées des associations liées au culte d’une divinité honorée publiquement par la colonie (tels que les dendrophores et les cannophores actifs dans le culte de Magna Mater ou les hastiferi de Bellone), ou encore des associations de dévots qui n’œuvrent pas nécessairement au service d’un dieu de la cité (cultores Larum et imaginum dominorum praediorum Rusticelianorum).

13Le « culte impérial » occupe une place prééminente dans la plupart de ces associations (dans 10/18 pour Ostie mais non à Portus). Suivent le Génie du collège (4 à Ostie ; 1 à Portus), Mars (3 à Ostie), la Concorde (2 à Ostie, dans des inscriptions en rapport avec la domus Augusti d’Antonin le Pieux), ainsi que la/les divinité(s) principale(s) de l’association, qu’il s’agisse de Magna Mater ou d’Attis (pour les dendrophores et les cannophores), de Silvanus (pour les sacomarii), de Cérès pour les mesureurs de grains, des patrioi theoi pour les nauclères d’Alexandrie ou l’association des citoyens de Gaza à Portus.

  • 12 Van Haeperen 2011.

14Ce rapide aperçu ne doit toutefois pas occulter le fait que la majorité des associations (pour lesquelles nous disposons d’informations suffisantes) honorent plusieurs divinités12. Rien d’étonnant à cela en régime polythéiste.

  • 13 Mais on pourrait aussi songer à un lieu de culte du collège, édifié sur un terrain public – comme o (...)

15Que dédient ces associations ou dévots ? Des statuettes et des autels bien sûr, mais aussi leur schola, statio ou temple du groupe et même, dans un cas, une aedes qui pourrait ressortir du culte public. Le petit temple de Bellone dans le campus de Magna Mater est en effet édifié sur un terrain concédé par les décurions aux licteurs et esclaves publics qui in corpore sunt13. Les dédicaces sont parfois faites pour le salut de l’empereur (et éventuellement de sa famille). Elles sont parfois accompagnées de sportules. Deux dédicaces résultent d’un vœu fait par un membre du collège ou d’un avertissement donné par une divinité.

  • 14 Notons que certaines associations, tels les cannophores, se désignent tantôt comme une entité colle (...)
  • 15 CIL, XIV 4349 : Diuo / Traiano / colleg(ium) fabr(um) tignuarior(um) Osti(en)s(ium). Voir aussi, pa (...)
  • 16 CIL, XIV, 5320 : [N]umini domus Aug(ustae)/[co]rpus lenunc(u)lariorum / traiectus Luculli pecunia s (...)
  • 17 IG, XIV, 918.

16La dédicace peut être accomplie par le groupe, qui en apparaît comme le seul acteur14. Ainsi, le collège des charpentiers d’Ostie fait-il une dédicace au divin Trajan15. Quant au collège des passeurs du Tibre (traversée de Lucullus), il restaure, avec la permission du curateur du lit et des rives du Tibre, une construction dédiée au numen de la maison impériale16. Pour Portus, mentionnons l’exemple des nauclères de la flotte d’Alexandrie qui font une dédicace pour le salut de l’empereur Commode17.

  • 18 AE, 1971, 64 : Diuo Pio [P]ertinaci Au[g(usto)]/colleg(ium) fabr(um) [tignuar(iorum)] O [st(iensium (...)
  • 19 AE, 1948, 26 = AE, 1987, 203 : A(ulus) Liuius Proculus P(ublius) Lucilius/Gamala f(ilius) IIuir pra (...)
  • 20 CIL, XIV, 18 (Isiaci de Portus) : Pr]o salute Imp(eratoris) Caes(aris)/[[---]] P(ii) F(elicis) A/ug (...)

17D’autres dédicaces émanent du groupe dont le nom est donné, mais qui agit cette fois par l’intermédiaire d’un ou plusieurs de ses représentants. Les fabri tignuarii dédient ainsi, au divin Pertinax, par l’intermédiaire de ses magistrats quinquennaux, le nouveau temple qu’ils érigent sur le decumanus maximus18. C’est aussi par l’intermédiaire de ses représentants que l’association des licteurs et esclaves publics construit à ses frais le temple de Bellone sur un terrain qui lui a été assigné par décret des décurions19. On peut encore citer l’exemple des Isiaci de Portus qui restaurent, avec le prêtre d’Isis, un megaron ou celui d’un collège anonyme dont la statio est dédiée par ses deux magistri, très vraisemblablement20.

18Ces dédicants agissant au nom du groupe correspondent à des dignitaires de leur association, des quinquennales, un prêtre isiaque ou des épimélètes. Dans certains cas, ces dignitaires d’association agissent à deux ou trois. Cette pratique se manifeste surtout lors de la dédicace d’un édifice, temple ou schola. Peut-être faut-il y voir un désir partagé d’auto-célébration, mêlé à des considérations d’ordre économique ?

Tableau 1. Dédicants agissant au nom du groupe

Collèges

Nombre dédicants

Dignitaires dédicants

Chose dédiée

Référence

fabri tignuarii

3

mag(istri) q(uin) q(uennales)

temple

AE, 1971, 64

association des licteurs et esclaves publics

2

mention de dignité manque

temple

AE, 1948, 26

collège anonyme (AE, 1940, 6)

2

mention de dignité manque

statio

AE, 1940, 6

association de citoyens de Gaza (Portus)

1

ἐπιμελητὴς το ἱερο

? dédicace au theos patrios

IG, XIV, 926

Isiaci (Portus)

1 +

sacerdos + ceteri Isiaci

megaron

CIL, XIV, 18

cultores Serapis (Portus)

2

mention de dignité manque

schola

CIL, XIV, 123

  • 21 Voir par exemple, CIL, XIV, 2 (mensores) ; CIL, XIV, 51 (vérificateurs de poids et mesures) ; CIL, (...)
  • 22 CIL, XIV, 36 : Calpurnia / Chelido / typum matris / deum argenti / p(ondo) II cantnoforis(!) / Ost( (...)
  • 23 CIL, XIV, 44 : Numini / euidentissimo / Mineruae Aug(ustae) / sacrum / conseruatrici et / antistiti (...)
  • 24 CIL, XIV, 25 : Ioui Tutori / Q(uintus) Veturius Secundus / A(ulus) L(ibius) Hilarianus / quaglator( (...)

19La dédicace n’est pas toujours faite par le groupe ou au nom du groupe. Elle peut émaner d’un ou plusieurs de ses membres ou dignitaires, agissant cette fois à titre personnel21, au sein de l’association et/ou en faveur de celle-ci. Tel est le cas d’une dame qui offre aux cannophores une représentation de la Mère des dieux (de deux livres d’argent) et qui la dédie22. Mentionnons aussi l’exemple des Marcii Iulii, père et fils, l’un patron, l’autre membre du collège des stuppatores (calfats) qui offrent, avec un autre membre et un ancien président (honoratus), un autel ou une chapelle au numen de Minerve Auguste, déesse tutélaire de leur association23. Les attestations d’associations sont très rares pour le territoire d’Ostie ; il n’en reste pas moins que deux dignitaires y font, en faveur de leurs collègues dévots, une offrande à Jupiter Tutor24.

  • 25 Un affranchi d’un prêtre de Magna Mater (CIL, XIV, 53) ; un affranchi d’un affranchi procurateur de (...)
  • 26 Le patron du corpus pellionum (CIL, XIV, 10) ; un dévot de l’association des citoyens de Gaza (CIL, (...)

20Les 75 dévots agissant dans le cadre d’associations désignées comme telles sont tous citoyens. Quatre sont explicitement affranchis25, dont deux impériaux26. Près de la moitié des dévots pourraient cependant être des affranchis ou descendants d’affranchis, comme le laisse supposer leur cogonomen, qu’il s’agisse de cognomina grecs (25 ; 33 %) ou de cognomina latins populaires parmi les affranchis (tels Felix, etc. 10 ; 14 %). Je n’ai pas inclus parmi ceux-ci des dévots des dieux égyptiens de Portus, s’exprimant en grec et manifestement d’origine égyptienne (bouleute d’Alexandrie par exemple).

  • 27 Tran 2006, p. 115-118.

21Les proportions ainsi obtenues correspondent grosso modo à celles qu’atteint N. Tran dans son analyse des effectifs des collèges d’Ostie : environ 30 % de cognomina grecs et 15 % de cognomina latins fréquents dans le monde servile27.

  • 28 AE, 1948, 26 (M. Naevius Fructus) ; un autre dévot, portant le nomen de Naevius, est quinquennalis (...)
  • 29 Plusieurs membres du collège anonyme AE, 1940, 62 pourraient être des affranchis ou descendants d’a (...)
  • 30 CIL, XIV, 25 : un Liuius (A. Livius Hilarianus) et un Veturius (Q. Veturius Secundus).

22Une dizaine de dévots portent des noms de grandes familles d’Ostie (2 Antistii, 1 Fabius par exemple). Ils pourraient en être des affranchis ou des descendants de ceux-ci, tel par exemple un M. Naevius Fructus, dignitaire du collège des licteurs, affranchis et esclaves publics28. On les retrouve notamment dans le collège anonyme AE, 1940, 6229, ou parmi les cultores Iouis Tutoris30.

  • 31 Dendrophores : AE, 1989, 127 ; CIL, XIV, 69. Cannophores : CIL, XIV, 36, 37 (la dévote, une mater, (...)
  • 32 CIL, XIV, 100.

23Cinq femmes figurent parmi ces dévots. Quatre d’entre elles agissent, dans le cadre d’un des collèges liés au culte de Magna Mater31. La cinquième est associée par son père dans une dédicace faite à l’association des citoyens de Gaza qui avait son siège à Portus32. La proportion de femmes par rapport au nombre de dévots agissant dans le cadre d’association est de 6,5 %. Celle-ci apparaît comme légèrement inférieure à la proportion de femmes sur le nombre total de dévots d’Ostie et de Portus (près de 8 %). Cette légère différence n’est vraisemblablement guère significative mais elle pourrait s’expliquer par le fait que la majorité des associations ne sont pas ouvertes aux femmes, à l’exception de celles liées au culte de Magna Mater.

  • 33 Pour les références, voir tableau infra. Les dignitaires des associations suivantes font des dédica (...)

24Les dévots agissant dans la sphère associative sont en majorité des dignitaires de leur collège, des magistri quinquennales ou d’autres dignitaires (curatores, honorati, immunes, pater, mater) mais aussi des patrons33.

25Dans le cas d’associations liées au culte (de Magna Mater ou de divinités égyptiennes), les dédicants peuvent également être des prêtres attachés au sanctuaire.

  • 34 Tel est le cas de Marcus Antonius Ingenuus et de Lucius Aurelius Fortunatus, ainsi que de Lucius Co (...)
  • 35 AE, 1940, 62-63.
  • 36 IG, XIV, 926 et 1043.

26Certains dévots apparaissent à plusieurs reprises dans ces dédicaces faites dans le cadre d’une association34. Il s’agit – ce n’est guère étonnant – de dignitaires de ces groupes et d’un archigalle de Magna Mater. Observons en outre que certains d’entre eux, tels Marcus Antonius Ingenuus et Tiberius Claudius Papirius, agissent seul, dans d’autres dédicaces, qui ne sont pas explicitement liées à leur association. Il est cependant fort possible qu’elles se rattachent également à la sphère de leur collège. Dans le cas du premier, les deux inscriptions ont été retrouvées au même endroit (pas in situ, malheureusement) et semblent en outre porter la même date, le 5 des kalendes d’août – la première se rapporte à la dédicace de la schola, en 143, la seconde est une dédicace pour le salut de l’empereur Antonin en 14535. Dans le cas de Tiberius Claudius Papirius, on manque malheureusement d’indication sur le lieu et le contexte de découverte des dédicaces36. Toutefois, la mention de sa fonction d’épimélétès tou hiérou, dans les deux textes, laisse supposer qu’il agit dans le même cadre, c’est-à-dire, celui de l’association des citoyens de Gaza de Portus, qui honorent leur théos patrios, Marnas.

27Outre les offrandes examinées jusqu’à présent, une série de dédicaces collectives, ne faisant pas explicitement référence à un cadre associatif, pourraient se rattacher, elles aussi, à un groupe : leur contenu fournit en effet des indices en ce sens.

  • 37 Voir les dédicaces de soldats de la flotte de Misène (CIL, XIV, 110 = CCID, 440) et de la cohorte d (...)
  • 38 Nélis Clément 2000, p. 274
  • 39 CIL, XIV, 125 : Imp(eratori) Caesari M(arco) [A]urelio / Seuero Alexandro / Felic<i> Aug(usto) et Iuli</i> (...)

28Ainsi, les militaires stationnés à Ostie et à Portus peuvent adopter, en tant que dévots, des comportements similaires à ceux des associations37. L’exemple le plus parlant est celui de l’unité des frumentarii, stationnée à Portus. Les membres de cette unité y étaient chargés « d’assurer la sécurité dans le port et la cité et d’exercer un contrôle sur les mouvements des gens et des biens, avec les agents du fisc en poste sur place »38. Ceux-ci se voient attribuer un locus pour installer leur statio qui semble dédiée à la famille impériale39. Deux des frumentarii sont chargés de l’exécution de la dédicace. Le formulaire utilisé semble fort proche de celui adopté pour les dédicaces de scholae de collèges.

  • 40 Voir par exemple, CIL, XIV, 4327 : Anteros Aeli/orum et The/odora / Silua/no sancto aede/m diruta/m (...)
  • 41 CIL, XIV, 4319 : Numini / domus / Augusti / Victor et / Hedistus / uern(ae) disp(ensatores) / cum / (...)
  • 42 CIL, XIV, 4320 : Numini domus Aug(ustae) / Siluani iuuenis sacrum / sub cura Achillis Aug(usti) lib (...)

29Outre les militaires, des esclaves ou affranchis semblent également faire des offrandes à titre collectif40. Ainsi, deux esclaves, intendants, font-ils une dédicace au numen de la domus Augusti avec un affranchi impérial41. Si l’on accepte la restitution proposée par le CIL selon laquelle l’affranchi impérial Trajan serait magister, il semble naturel de rattacher ce texte à la sphère d’une association, qui serait ici un groupe d’esclaves et d’affranchis – travaillant peut-être au service de l’empereur, dont ils honorent le numen. Une autre dédicace au numen impérial pourrait faire l’objet d’une interprétation similaire42. Elle mentionne en effet un affranchi impérial et un esclave, qui semblent chacun revêtir une fonction : celle de « responsable » pour Achillis qui pourrait agir au nom d’un groupe plus large comme le laisse supposer la mention sub cura, celle d’« assistant » pour Xanthus. Un groupe semble ainsi se dessiner en filigrane des fonctions que l’on décèle dans ce texte.

  • 43 CIL, XIV, 4570. Voir Ep. lat. 2006, p. 282-284.

30Ces deux inscriptions pourraient donc être issues d’un groupe de travailleurs, comparable à celui que nous fait connaître une inscription exceptionnelle43. Résumons l’affaire sans entrer dans les détails. Les cultores larum et imaginum dominorum nostrorum, affranchis et esclaves impériaux travaillant dans un domaine impérial ayant autrefois appartenu à la famille des Rusticeli, demandent au procurateur du domaine la remise en état d’un locus consacré autrefois, afin qu’il soit fréquenté pro salute dominorum nostrorum Augustorum. Cet endroit leur est alors assigné ad sollemnes dies confrequentandos, pour la célébration des jours de fêtes réguliers. Tout comme ces cultores larum, les groupes qui semblent se dessiner en creux des deux inscriptions précédentes se réuniraient donc notamment autour d’un culte commun dédié à la famille impériale.

  • 44 Voir par exemple, CIL, XIV, 65 : C(aius) Valeri/us Heracles pat(er) / et C(ai) Valerii / Vitalis et (...)

31D’autres dédicaces offertes par plusieurs individus pourraient se rapporter à une communauté cultuelle, comme par exemple celles qui sont posées par des responsables du culte mithriaque, soit qualifiés de sacerdos, soit de pater, c’est-à-dire revêtus du plus haut grade d’initiation44. On notera cependant que la grande majorité des dédicaces faites dans le cadre du culte de Mithra sont posées par des individus agissant seuls. On y reviendra.

  • 45 RICIS, 2, 503/1107 ; RICIS, 2, 503/1130 = AE, 1988, 215 : [I(oui)] O(ptimo) M(aximo) S(erapidi) / H (...)
  • 46 RICIS, 2, 503/1201 et 1206 (Serapeum de Portus) ; CIL, XIV, 19 (megaron de Portus).

32Hors de la sphère publique, rares au final semblent donc les dédicaces collectives qui ne paraissent pas en rapport avec une association. Celles-ci sont en général posées par des membres d’une même famille : un père, agissant avec ses enfants, le plus souvent dans le cadre du culte isiaque, soit à Ostie, dans le temple de Sérapis45, soit à Portus, en rapport avec le temple de Sérapis ou le megaron d’Isis46. On ne peut cependant exclure qu’en filigrane de certains de ces actes se situe une association de cultores (surtout pour les dédicaces de Portus où de tels groupes sont attestés en relation avec les cultes isiaques).

  • 47 Ep. lat. 2006, p. 166, no 45.3

33Mentionnons aussi une inscription retrouvée dans la synagogue, posée par un individu, μετ[ὰ τν ἰ]δίὼ[ν], pro salute Augusti (ou Augustorum), qui dédie « le coffre pour la Loi Sacrée et fait construire avec son argent la partie de l’édifice où placer ce coffre »47. Ici aussi la dédicace semble faite au nom d’un groupe familial.

Dédicaces d’individus agissant seuls, destinées à une communauté professionnelle ou de voisinage

  • 48 Van Haeperen 2011.

34Évoquons enfin brièvement des dédicaces émanant d’individus agissant seuls, dont le texte ne fait pas explicitement référence à un groupe mais qui, étant donné le lieu de découverte, pourraient être destinées à une communauté professionnelle ou de voisinage. Que ce soit sur leur lieu de travail ou dans les espaces communs d’insula, les habitants d’Ostie – comme ailleurs dans le monde romain – ont en effet tendance à se réunir autour d’un culte commun. À Ostie, ces communautés élisent souvent Mithra comme divinité tutélaire, mais on retrouve aussi Silvanus, Sérapis, un dieu solaire, Bacchus ou encore des divinités dont l’identité nous reste inconnue48.

  • 49 AE, 1946, 118 : Felicissimus / ex uoto f(ecit).

35La grande majorité des dédicaces faites dans le cadre de ces communautés professionnelles ou de voisinage sont posées par des individus agissant seuls. Tel par exemple Felicissimus qui offre le célèbre pavement en mosaïque d’un mithrée auquel il a donné son nom (actuel)49.

36En outre, ceux-ci ne précisent jamais que leur don est fait au bénéfice de la communauté cultuelle, même quand c’est manifestement le cas (par exemple le don d’un pavement en mosaïque ou de mobilier cultuel). Peut-être est-ce dû à une capacité économique moindre par rapport aux membres et dignitaires des collèges qui se désignent comme tels et offrent d’ailleurs souvent des dédicaces dont le texte est plus long ?

  • 50 Van Haeperen 2010.

37La présence de prêtres de Mithra ou d’un individu dédiant une chapelle, par exemple dans un entrepôt, laisse évidemment supposer l’existence d’une communauté, mais le groupe humain bénéficiaire de l’offrande n’est pas précisé, à la différence de ce qu’on observe pour les collèges. Telle est parfois la situation dans les horrea de Rome où se développent des communautés cultuelles mais, dans certains cas, les travailleurs des entrepôts romains agissent collectivement et se définissent, par exemple, comme un sodalicium50.

Conclusion

38Que conclure au terme de ce parcours consacré aux dévots, dédicaces collectives et offrandes pour une collectivité ? Par rapport au total des offrandes, la proportion de ces dédicaces faites par ou pour une collectivité me semble fort élevée mais… faute d’études comparables (à ma connaissance) pour d’autres cités du Latium ou d’Italie, il est difficile de mesurer la spécificité – ou non – des cas d’Ostie et de Portus.

39On peut évidemment déjà supposer – sans trop de risques – que ce constat doit être mis en rapport avec la présence massive de collèges et d’associations dans la cité. Les collèges se qualifiant explicitement comme tels font en effet régulièrement des dédicaces à titre collectif ou par le biais de leurs dignitaires. Ce constat ne peut cependant pas être étendu aux associations professionnelles ou de voisinage, telles que définies ci-dessus. Les offrandes émanent alors, dans la plupart des cas, d’individus qui ne précisent pas leur rapport avec l’association qui se dessine en creux de l’espace cultuel commun, aménagé sur un lieu de travail ou d’habitat collectif.

40Quant à la proportion d’offrandes faites par ou au nom d’un groupe familial, celle-ci semble en revanche fort faible. Il est frappant de constater que ces dédicaces familiales concernent presque exclusivement les dieux égyptiens (à l’exception d’une dédicace faite par un père et sa fille pour les citoyens de Gaza, pro salute imperatoris et d’une autre faite cum suis par un fidèle du dieu des Juifs).

41Le terrain des dévots et dédicaces d’Ostie n’a été que partiellement déblayé par cette approche partielle. Je remercie les organisateurs du colloque de m’avoir donné l’occasion d’en explorer une facette.

Tableau 2. Dédicaces d’Ostie et de Portus, posées dans le cadre d’une association

42Les données reprises ci-dessous ne sont pas exhaustives ; elles se basent sur un dépouillement large mais non complet des sources ; elles ne contiennent pas de références à quelques associations dont le nom est manquant dans les inscriptions ou à des textes dont l’interprétation pose problème.

a. Ostie

Associations

Références (et nombre d’inscriptions)

Divinités honorées

Type de dédicace

cannophores

CCCA, III, 398, 399 ; CIL, XIV, 34, 35, 36, 37, 40, 116, 117, 118, 119, 285 (total : 12)

Magna Mater ; Attis ; empereur ; génie des décurions

dd (donum dedit) ; taurobole ; pro salute ; schola

collège indéterminé (AE, 1940, 62)

AE, 1940, 62 et 63 (total : 2)

empereur ; Victoria ; Concordia

dd ; pro salute ; statio

collegium uernarum marinorum

CIL, XIV, 5339

empereur ; Concordia

dd ; sportule

corpus familiae publicae libertorum et seruorum

AE, 1948, 26 et 27 ; Bloch, 1953, 3 ; CIL, XIV, 32 (total : 4)

Bellone ; génie des décurions ; Mars

dd ; templum ; pro salute

corpus lenunculariorum traiectus Luculli

CIL, XIV, 5320, 5380 (total : 2)

numen domus Aug. ; empereur

dd ; statio

corpus nauiculariorum maris Hadriatici

AE, 1987, 192

génie

dd

corpus pellionum

CIL, XIV, 10

génie

dd

corpus templi fori uinari

AE, 1955, 165

génie

dd

corpus traiectus Rusticeli

AE, 1989, 125 ; CIL, XIV, 4553, 4554, 4555, 4556, 5328 (total : 6)

empereur

dd ; sportule

cultores (Iouis Tutoris ?)

CIL, XIV, 25

Jupiter Tutor

dd

cultores Larum et imaginum dominorum praediorum Rusticelianorum

CIL, XIV, 4570

empereur

locus

dendrophores

AE, 1948, 24 ; 1987, 198 ; 1989, 127 ; CIL, XIV, 33, 45, 53, 67, 69, 71, 97, 107, 280 (total : 12)

Magna Mater ; empereur ; numen domus Aug. ; Mars ; Silvanus ; Terra Mater ; Virtus

dd ; sportule ; pro salute ; schola

fabri tignuarii

AE, 1912, 93 ; 1928, 124 ; 1971, 64 ; CIL, XIV, 5 (total : 4)

empereur diuus ; Mars

dd ; schola

hastiferi

AE, 1948, 28, 29, 31 ; 1967, 74 (total : 4)

numen domus Aug. ; empereur ; Magna Mater

dd ; aedes

mensores

CIL, XIV, 2

Cérès et Nymphes

dd (monitu) ; vœu

pistores

CIL, XIV, 4359

empereur

dd

sacomarii

CIL, XIV, 51

génie ; Silvanus

dd ; vœu

stuppatores

Bloch, 1953, 9

Mithra

dd ; templum

b. Portus

Associations

Références (et nombre d’inscriptions)

Divinités honorées

Type de dédicace

association de citoyens de Gaza

CIL, XIV 100 ; IG XIV 926 et 1043 (total : 3)

Marnas

pro salute imp. ; dd

collegium ? saccariorum salariorum

CIL, XIV 4285

Génie

pro salute ; dd

cultores de Sérapis

CIL, XIV, 123

Sérapis

schola

Isiaci

CIL, XIV, 18

pro salute ; megaron

nauclères d’Alexandrie

IG, XIV, 917, 918, 924 (total : 3)

patrioi theoi

pro salute ; dd

stuppatores

CIL, XIV, 44

Minerve

dd

10 (-1))

Bibliographie

Ep. lat. 2006
M. Cébeillac-Gervasoni, M. L. Caldelli, F. Zevi, Épigraphie latine, Paris, 2006.

Meiggs 1973
R. Meiggs, Roman Ostia, Oxford, 19732 [1960].

Nélis-Clément 2000
J. Nélis-Clément, Les Beneficiarii : militaires et administrateurs au service de l’empire (ier s. J.-C. – vie s. J.-C), Bordeaux, 2000.

Pavolini 2006
C. Pavolini, Ostia, Rome-Bari, 2006³ [1983].

Pensabene 2007
P.
Pensabene, Ostiensium marmorum decus et decor : studi architettonici, decorativi e archeometrici, Rome, 2007.

Scheid 1998
J. Scheid, La religion des Romains, Paris, 1998.

Steuernagel 2004
D.
Steuernagel, Kult und Alltag in römischen Hafenstädten. Soziale Prozesse in archäologischer Perspektive, Stuttgart, 2004.

Tran 2006
N. Tran, Les membres des associations romaines. Le rang des collegiati en Italie et en Gaules sous le Haut-Empire, Rome, 2006.

Van Andringa 2009
W. Van Andringa, Quotidien des dieux et des hommes. La vie religieuse dans les cités du Vésuve à l’époque romaine, Rome, 2009.

Van Haeperen 2010
Fr.
Van Haeperen, « Vie religieuse et horrea. Exemples de Rome et d’Ostie », Archiv für Religionsgeschichte, 12, 2010, p. 243-259.

Van Haeperen 2011
Fr. Van Haeperen, « Cohabitations religieuses à Ostie, port de Rome », dans N. Belayche, J.-D. Dubois (éd.), L’Oiseau et le poisson. Cohabitations religieuses dans les mondes grec et romain, Paris, 2011, p. 109-128.

Zevi 2009
F.
Zevi, « Catone e i cavalieri grassi : il culto di Vulcano ad Ostia : una proposta di lettura storica », MEFRA, 121.2, 2009, p. 502-513.

Notes

1 Voir par exemple Scheid 1998, p. 20-22.

2 Tran 2006. Sur la vie religieuse à Ostie, Steuernagel 2004 ; Van Haeperen 2011. Sur les vestiges conservés (et pour toute information relative aux lieux qui seront évoqués infra), voir Pavolini 2006.

3 Voir par exemple, AE, 1983, 174 (base d’un tripode dédié au iie s. av. n. è. par deux magistrats d’Ostie ; voir Ep. lat., 2006, p. 94-95) ; CIL, XIV, 4724 = AE, 1986, 115 (construction et embellissement d’un temple de Vulcain par deux duovirs) ; sur cette inscription, voir désormais Zevi 2009, p. 511-513.

4 Voir par exemple, AE, 1946, 221 = AE, 1968, 80 (dédicace d’un temple de Bona Dea par le duovir M. Maecilius Furrianus, vers le milieu du ier s. de n. è.).

5 CIL, XIV, 5326 : Decurionum decreto / Imp(eratori) Caesari T(ito) Aelio Hadriano Antonino Aug(usto) Pio, p(atri) p(atriae), / et diuae Faustinae ob insignem eorum concordiam ; / utique in ara uirgines quae in colonia Ostiensi nubent / item mariti earum supplicent (Ep. lat. 2006, p. 154) ; voir aussi AE, 1998, 277 a-d (dédicace, sur décret des décurions, d’une [porticus ?] diuorum (Ep. lat. 2006, p. 278-280).

6 Voir par exemple : CIL, XIV, 4710, fin ier s. av. n. è. ; après le déplacement d’un compitum par le célèbre duovir C. Cartilius Poplicola, plusieurs magistri uici contribuent à son aménagement, D(ecimus) Caecilius DD(ecimorum) l(ibertus) Nicia medicus / L (ucius) Marcius L(uci) l(ibertus) Stephanus / P(ublius) Naeuius P(ubli) l(ibertus) Heraclida / mag(istri) uici maceriem / et columnam de suo fecerunt / C(aius) Cartilius C(ai) l(ibertus) Hera[. Deux d’entre eux au moins sont affranchis de personnages appartenant à l’élite locale : Cartilius Poplicola mais aussi Publius Naevius. Sous l’empereur Claude, une réforme du culte des compita semble avoir eu lieu à Ostie (Pensabene 2007, p. 178-182) ; plusieurs magistri uici dédient alors, à leurs frais, de nouvelles chapelles aux Lares Augustes (voir par exemple : AE, 1964, 151 ; AE, 1964, 155 : les L. Seii qui y sont mentionnés pourraient être des descendants d’affranchis de M. Seius, chevalier romain, qui avait des propriétés à Ostie à la fin de la République). Sur ces grandes familles d’Ostie, voir Meiggs 1973, p. 189-211.

7 Van Andringa 2009, p. 94-99.

8 CIL, XIV, 5330 : en 203, une dédicace est posée en l’honneur de l’empereur Septime Sévère decreto colonorum Ostiensium ; CIL, XIV, 5334 (en 262-263) : Inuicto [[Gallieno]] exsuperan[tissimo] / Augusto / protectori imperii Romani omniumque salu[tis auctori(?)] / uniuersi ciues Ostienses / decennii uoti compot[es].

9 Voir toutefois, à Suessa Aurunca, les uniuersi ciues qui décident d’honorer un patron bienfaiteur (AE, 1940, 48) et à Lavinium (CIL, XIV, 2080) ainsi qu’à Arici (CIL, XIV, 2165), où l’ordo et les ciues honorent le patron de la cité.

10 CIL, XIV, 8 et 12.

11 Pour les références aux sources, voir le tableau infra. Pour un aperçu des collèges présents à Ostie, voir Ep. lat. 2006, p. 225-246 ; Tran 2006 passim. Sur la vie cultuelle des associations d’Ostie, voir Steuernagel 2004, p. 176-209.

12 Van Haeperen 2011.

13 Mais on pourrait aussi songer à un lieu de culte du collège, édifié sur un terrain public – comme on l’observe dans d’autres cas (voir par exemple AE, 1996, 309 [en 189-190] : le corpus pistorum se voit attribuer un locus par le préfet de l’annone, avec accord des décurions ; ou CIL, XIV, 5320 [infra] : la schola du collège des lenuncularii traiectus Luculli est manifestement située sur terrain public).

14 Notons que certaines associations, tels les cannophores, se désignent tantôt comme une entité collective, tantôt par un substantif pluriel. CCCA (Corpus Cultus Cybelae Attidisque), III, 398 : Genio / decurionum / Ostiensium / Cannefori ; CIL, XIV, 116 : Imp(eratori) Caes(ari) / L(ucio) Septimio Seuero / Pio Pertinaci Aug(usto) / corpus / cannophorum Ost(iensium)/arg(enti) p(ondo) I.

15 CIL, XIV 4349 : Diuo / Traiano / colleg(ium) fabr(um) tignuarior(um) Osti(en)s(ium). Voir aussi, par exemple CIL, XIV, 4359 : dédicace à l’empereur Antonin le Pieux par le corpus pistorum. Ces deux inscriptions, aux caractéristiques matérielles très proches, ont été trouvées en remploi dans le pavement des thermes de Neptune ; il est donc impossible de préciser où elles étaient posées à l’origine. Peut-être proviennent-elles toutes deux d’un même édifice (voir CIL) dédié au « culte impérial ».

16 CIL, XIV, 5320 : [N]umini domus Aug(ustae)/[co]rpus lenunc(u)lariorum / traiectus Luculli pecunia sua / firmiori et cultiori opere / fecerunt / [per] missu Ti(beri) Iuli Ferocis curatoris aluei / Tiberis et riparum.

17 IG, XIV, 918.

18 AE, 1971, 64 : Diuo Pio [P]ertinaci Au[g(usto)]/colleg(ium) fabr(um) [tignuar(iorum)] O [st(iensium)] / curam agentibus C(aio) Plotio Ca[---] Salinatore Ianuario L(ucio) Faianio / Olympo mag(istris) q(uin)q(uennalibus) lust(ri) XX[VIII].

19 AE, 1948, 26 = AE, 1987, 203 : A(ulus) Liuius Proculus P(ublius) Lucilius/Gamala f(ilius) IIuir praef(ectus) Caesar(is) / locum quod aedes Bellonae fieret / impensa lictorum et seruorum publicorum / qui in corpore sunt adsignauerunt d(ecreto) d(ecurionum) / cur(auerunt) / M(arco) Naeuio Fructo et [[---]]. Plus tard, cette même association fait agrandir ce temple ; cette fois, seule l’entité collective est mentionnée et non ses représentants. AE, 1948, 27 : Numini Bellonae sacr(um) / dec(reto) dec(urionum) publice loco adsignat(o) / lictores uiator(es) et honore usi et / liberti colon(iae) et seru(i) publici corpor(ati) / opere ampliato / sua pecunia restituerunt.

20 CIL, XIV, 18 (Isiaci de Portus) : Pr]o salute Imp(eratoris) Caes(aris)/[[---]] P(ii) F(elicis) A/ug(usti) Camurenius Veru(s) sac(erdos) / deae Isidis Cap(itolinae ?) / ced () et ceteri / [Isi] aci magar(um) de suo restitu(erunt) – l’interprétation des lettres CED pose problème ; aucune solution satisfaisant n’a encore été apportée à ce jour (voir RICIS 2, 503/1221) – ; AE, 1940, 62 : C(aio) Bellicio Flacco Torquato Ti(berio) Claudio [Attico Herode co(n)s(ulibus)]/statio dedicata V K (alendas) [---] / curante Antonio Ingenuo et Herenule[io Fausto---]/qui munera in statione posuerun(t).

21 Voir par exemple, CIL, XIV, 2 (mensores) ; CIL, XIV, 51 (vérificateurs de poids et mesures) ; CIL, XIV, 5380 (lenuncularii traiectus Luculli) ; CIL, XIV, 32 (corpus familiae publicae).

22 CIL, XIV, 36 : Calpurnia / Chelido / typum matris / deum argenti / p(ondo) II cantnoforis(!) / Ost(iensibus) d(onum) d(edit) / et dedicabit.

23 CIL, XIV, 44 : Numini / euidentissimo / Mineruae Aug(ustae) / sacrum / conseruatrici et / antistiti splendidis / simi corporis / stuppatorum orna / tam omni cultu d(onum) d(ederunt) / Marcii Iulii Carpus patr(o)n(us)/Carpus [f(ilius)] corp(oratus) Amat(i) Rufinian(us)/hon(oratus) Firmus hon(oratus).

24 CIL, XIV, 25 : Ioui Tutori / Q(uintus) Veturius Secundus / A(ulus) L(ibius) Hilarianus / quaglator(i) et curator(i) / donu(m) daeder(unt!) / cultoribus.

25 Un affranchi d’un prêtre de Magna Mater (CIL, XIV, 53) ; un affranchi d’un affranchi procurateur de la province de Crète (CIL, XIV, 51).

26 Le patron du corpus pellionum (CIL, XIV, 10) ; un dévot de l’association des citoyens de Gaza (CIL, XIV, 100).

27 Tran 2006, p. 115-118.

28 AE, 1948, 26 (M. Naevius Fructus) ; un autre dévot, portant le nomen de Naevius, est quinquennalis du corpus lenunculariorum traiectus Luculli (AE, 1987, 197).

29 Plusieurs membres du collège anonyme AE, 1940, 62 pourraient être des affranchis ou descendants d’affranchis de grandes familles d’Ostie : deux Antistii (C. Antistius Hermes et C. Antistius Onesimus, qui pourraient être issus d’affranchis du duovir de 127, M. Antistius Flavianus), deux Nasennii (père et fils, C. Nasennius Felix) et un Sergius (Cn. Sergius Felix). Sur ces grandes familles d’Ostie, voir Meiggs 1973, p. 189-211 ; 509-511..

30 CIL, XIV, 25 : un Liuius (A. Livius Hilarianus) et un Veturius (Q. Veturius Secundus).

31 Dendrophores : AE, 1989, 127 ; CIL, XIV, 69. Cannophores : CIL, XIV, 36, 37 (la dévote, une mater, est dans ce dernier cas associée à un homme, pater du collège).

32 CIL, XIV, 100.

33 Pour les références, voir tableau infra. Les dignitaires des associations suivantes font des dédicaces : un immunis et un honoratus des cannophores ; vraisemblablement deux quinquennales du collège anonyme AE, 1940, 62 ; un honoratus, un quinquennalis perpetuus, un immunis, un patron et quinquennalis, deux matres et un pater des dendrophores ; trois patrons des hastiferi ; deux quaglatori et un curator des cultores Iouis Tutoris ; deux quinquennales du corpus lenunculariorum traiectus Luculli ; un curateur et vraisemblablement deux quinquennales du corpus traiectus Rusticeli ; deux dignitaires du corpus lictorum et seruorum publicorum ; un patron et quinquennalis et deux quinquennales des mensores ; un patron ( ?) du corpus pellionum ; un patron des stuppatores d’Ostie ; un patron et deux honorati des stuppatores de Portus ; plusieurs quinquennales des fabri tignuarii ; un quinquennalis du collegium uernarum marinorum.

34 Tel est le cas de Marcus Antonius Ingenuus et de Lucius Aurelius Fortunatus, ainsi que de Lucius Cornelius Euhodus et de Herenuleius (Aulus) Faustus (dans le cadre du collège anonyme AE, 1940, 62) ; tel est aussi le cas de Quintus Caecilius Faustus, archigalle, qui fait deux dons aux cannophores (CIL, XIV, 34 et 35) ou encore de Marcus Marius Primitiuus (qui apparaît dans trois dédicaces au corpus traiectus Rusticeli ; AE, 1989, 125 ; CIL, XIV, 4553, 5328).

35 AE, 1940, 62-63.

36 IG, XIV, 926 et 1043.

37 Voir les dédicaces de soldats de la flotte de Misène (CIL, XIV, 110 = CCID, 440) et de la cohorte des vigiles (CIL, XIV, 6 = ILS, 414 ; CIL, XIV, 13)

38 Nélis Clément 2000, p. 274

39 CIL, XIV, 125 : Imp(eratori) Caesari M(arco) [A]urelio / Seuero Alexandro / Felic<i> Aug(usto) et Iuli(a)e Mameae / matri domini n(ostri) et castror(um) / totiusq(ue) d(omus) d(iuinae) statio n(umeri) fr[u]mentariorum / locus adsignatus ab Agricola Aug(usti) lib(erto) proc(uratore) p(ortus) u(triusque) / et Petronio Maxsimo(!) 7 (centurione) ann(onae) et Fabio Maronae 7 (centurione) / operum dedicatum III Non(as) Aug(ustas) Appio Cl(audio) Iuliano et Brutt(o) / Crispino co(n)s(ulibus) patrono Q(uinto) Turranio Masila cura(m) / agente P(ublio) Flauio Fl(aui) filio Iuniore / et Valerio Donato cur(antibus).

40 Voir par exemple, CIL, XIV, 4327 : Anteros Aeli/orum et The/odora / Silua/no sancto aede/m diruta/m a solo pecuni/a sua restitue/runt. CIL, XIV, 26.

41 CIL, XIV, 4319 : Numini / domus / Augusti / Victor et / Hedistus / uern(ae) disp(ensatores) / cum / Traiano / Aug(usti) lib(erto) / a(nni) X m(agistr)o.

42 CIL, XIV, 4320 : Numini domus Aug(ustae) / Siluani iuuenis sacrum / sub cura Achillis Aug(usti) lib(erti)/[---] at(t)endente Xantho.

43 CIL, XIV, 4570. Voir Ep. lat. 2006, p. 282-284.

44 Voir par exemple, CIL, XIV, 65 : C(aius) Valeri/us Heracles pat(er) / et C(ai) Valerii / Vitalis et Nico/mes sacerdo/tes s(ua) p(e)c(unia) p(o)s(ue)r(unt) /d(e)d(icatum) Idi(bus) Aug(ustis) Imp(eratore) / Com(modo) / VI et / Septi/miano / co(n)s(ulibus) ; voir aussi CIL, XIV, 64 et 4313.

45 RICIS, 2, 503/1107 ; RICIS, 2, 503/1130 = AE, 1988, 215 : [I(oui)] O(ptimo) M(aximo) S(erapidi) / Herculi / MMMM(arci) Iuli Chryso/phorus seuir Aug(ustalis) / idem q(uin)q(uennalis) cum Aeliano / qui et Serapione fil(io) / et Zosimo cum Phi/lippo fil(io) uoto susc/epto reddiderunt ; RICIS, 2, 503/1129 = AE, 1988, 213.

46 RICIS, 2, 503/1201 et 1206 (Serapeum de Portus) ; CIL, XIV, 19 (megaron de Portus).

47 Ep. lat. 2006, p. 166, no 45.3

48 Van Haeperen 2011.

49 AE, 1946, 118 : Felicissimus / ex uoto f(ecit).

50 Van Haeperen 2010.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540