Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Usurper la pourpre ou la difficile vie de ces « autres » principes

Stéphane Benoist

Abstract

Le croisement des sources épigraphiques, numismatiques, papyrologiques et littéraires doit permettre d’envisager une courte prosopographie de ces empereurs provisoires, ayant usurpé la pourpre, c’est-à-dire ayant échoué dans la conquête du pouvoir impérial, à Rome ou dans les provinces de l’empire. Au-delà des topoi littéraires, on pense notamment aux uitae de l’Histoire Auguste, titulatures épigraphiques et légendes des émissions monétaires ont pu redonner un peu d’existence à ces « autres » imperatores, souvent très proches du modèle normatif incarné par les princes légitimes, qui ont aspiré à une reconnaissance urbi et orbi. Quelques principes méthodologiques et axes de recherche sont proposés afin d’envisager au travers de l’étude des usurpateurs des avancées concernant notre compréhension du pouvoir impérial romain.

Epigraphic, numismatic, papyrological and literary evidence should allow a prosopographical approach of those usurpers who were temporary princes, e.g. who failed to conquer the power in Rome or in the imperial provinces. Going beyond literary clichés, especially those from the biographies of the SHA, epigraphic titulatures and inscriptions on coins have been able to give birth to those alter-imperatores (if not counter-), usually very closed to the normative model of the legitimate emperors, who tried to be recognized urbi et orbi. A few methodological and programmatic issues are proposed in order to strengthen our understanding of the Roman imperial power through the study of their usurpers.

Full text

1Res publica impériale et principat d’essence augustéenne. Définir ce qui ne peut l’être, ou comment être un empereur légitime ?

  • 1 Je cite le préambule des RGDA qui fournit matière à contextualiser l’affirmation d’un destin, le bi (...)
  • 2 Mommsen 1887-1896 ; Lacey 1996 ; Ferrary 2001a et 2001b ; et Girardet, 2007, pour le recueil de ses (...)
  • 3 Veyne 2005, « Qu’était-ce qu’un empereur romain ? », p. 15-78, pour une approche stimulante concern (...)

2Je partirai d’un discours aux origines, celui produit au long des années par le nouveau princeps de Rome, une histoire forcément orientée de la victoire durement acquise, à l’issue des guerres civiles, d’un compétiteur face à son ancien associé au sein du triumvirat à pouvoir constituant. La matrice de toutes les expressions postérieures de la conquête du pouvoir, d’une réécriture a posteriori des événements ayant porté un candidat à la pourpre, s’exprime solennellement à Rome et dans de nombreuses cités de l’imperium Romanum au travers de ces colonnes gravées reproduisant les Res gestae diui Augusti qui affirment l’auctoritas d’un père de la patrie ayant mis fin aux désordres des factions1. Dès lors, les Modernes se sont lancés dans une longue quête, le plus souvent un peu vaine, dans le but de définir précisément ce nouveau régime (nouus status), qui correspond beaucoup plus à un fonctionnement renouvelé d’une res publica refondée sous la conduite d’un tuteur : depuis la théorie de la dyarchie chère à Theodor Mommsen jusqu’aux analyses minutieuses de Jean-Louis Ferrary portant sur le fonctionnement des institutions au début du principat – et notamment sur la définition des pouvoirs d’Auguste sur la durée, de 36 à 23/22 avant notre ère –, en passant entre autres par les réflexions de Lacey ou de Girardet2. Il convient de souligner, au-delà des composantes juridiques et symboliques du pouvoir augustéen, quels sont les acteurs d’un processus institutionnel reposant sur le consensus et livrant à l’historien en ce début du xxie siècle une lecture pluriséculaire, du moins valable en grande partie jusqu’aux Sévères, de ce « qu’était un empereur romain ? », ou plus concrètement de ce qu’il n’était pas. La légitimité s’acquiert au terme d’une procédure subtile faisant intervenir le Sénat, l’armée et le peuple de Rome : patres, prétoriens et légionnaires, enfin comices impériaux à la composition renouvelée sous Auguste et Tibère3.

  • 4 Quelques références à propos de la portée du message augustéen et de la condamnation de la mémoire (...)
  • 5 Pour le contexte de l’année 44-43, l’affrontement entre Octavien et Marc Antoine et la position de (...)

3Je reviens sur la question récurrente de l’orientation de nos sources, de la partialité des témoignages, d’une histoire qui n’est pas forcément bienveillante à l’égard des vaincus. Si Antoine est bien le principal des factieux qu’Auguste ne nomme jamais dans le bilan-programme de son œuvre, qu’il voulut pérenniser par une diffusion très large dans l’imperium Romanum à sa mort, il n’a pas pour autant disparu, absorbé par les oubliettes d’une historia cruelle4. Certes, il nous appartient de lire en creux certaines données masquées par les mesures de condamnation d’une mémoire soumise aux aléas d’un parcours personnel ayant pris beaucoup de distance avec Rome, qu’il s’agisse d’actions plus ou moins spontanées à l’annonce de son suicide, ou de mesures concertées qui ont attendu l’avènement de Caligula pour être rapportées. On prendra soin également de lire les Philippiques avec le regard acéré du commentateur d’une littérature d’invective qui en dit long sur le débat politique à la fin de la république et sur les topoi d’une description codifiée des tyrans5 – j’y reviendrai ! Mais que dire d’obscurs militaires portés à l’imperium par leurs troupes et aussitôt éliminés, usurpation sans gloire quand il ne s’agit pas de forgeries d’un maître en roman historique, l’auteur de l’Histoire Auguste. Le iiie siècle offre de longues énumérations de noms auxquels il conviendrait de faire un sort (cf. section 1), les récits de nos sources livrant une leçon en matière de rhétorique politique : si tout n’est pas qu’affaire de discours (cf. section 3), en cette matière, départager le bon du mauvais prince, l’empereur de l’usurpateur demeure du ressort d’une enquête minutieuse, sinon de police : replacer les individus concernés dans le cadre des réseaux sociaux et familiaux, marier histoire, biographie et prosopographie, afin de répondre au programme ambitieux de ce volume collectif (cf. section 2).

  • 6 Martijn Icks, qui a rédigé, à Nimègue sous la direction de Lukas de Blois, une thèse récemment paru (...)

4S’interroger sur ces « autres » principes et proposer une telle réflexion dans le cadre d’une rencontre portant sur « Histoire, prosopographie, biographie dans l’empire romain », au-delà de la césure entre périodes républicaine et du Haut Empire d’une part et antiquité tardive chrétienne d’autre part, c’est assurément après des années de fréquentations, bonnes ou mauvaises, de ce pouvoir impérial romain, prendre la mesure de ce que représente celui-ci au sein d’une res publica impériale qui revêt inexorablement, étape par étape, les contours/les habits d’une monarchie. En choisissant d’inscrire en titre la pourpre, je mets l’accent, aux côtés des approches plus institutionnelles qui ont été menées sur le principat, sur les dimensions symboliques de reconnaissance de l’Imperator Caesar Augustus que les auteurs tardifs soulignent en un temps et des lieux – à Constantinople notamment – pour lesquels la dimension rituelle de l’accession à l’empire s’est imposée. Pour le dire comme David I. Kertzer, dont les analyses ont servi de fil conducteur au programme de recherche conduit par Martijn Icks à Heidelberg : « le rituel peut être vu comme une forme de rhétorique, la diffusion d’un message à travers une représentation symbolique complexe », ce que les perspectives de l’enquête de Roy A. Rappaport à propos du culte impérial, dont j’avais pour ma part souligné l’importance dans nos domaines, permet de confirmer6.

  • 7 Marrou 1972, cité en introduction supra, p. 20.
  • 8 Dans le cadre d’une recherche en cours sur les figures du discours impérial de célébration et de co (...)

5Je maintiens donc le cap, en poursuivant ma recherche sur le pouvoir impérial romain, ses figures, images et représentations, par des chemins de traverse qui m’étaient apparus somme toute essentiels : les cérémonies et commémorations urbi et orbi, le temps et l’espace de la cité-capitale et, au-delà, des grandes cités de l’empire investies par le pouvoir qui y joue – et y rejoue régulièrement – la partie de son avènement, la mise en scène par les mots, images et gestes souvent ritualisés, de sa légitimité. De la sorte, les réflexions qui suivent s’insèrent dans un programme de recherche en cours, n’ont aucun caractère définitif mais, bien au contraire, sont « en train de se faire » pour reprendre les mots de Marrou7, ce « work in progress » de nos amis anglais, parmi plusieurs fragments qui, mis bout à bout, pourraient déboucher sur un tableau plus construit, mais toujours provisoire, daté, d’une histoire de l’Imperium Romanum, après l’impossible imperium des femmes et dans l’étroite compagnie de quelques exemples de l’usage de la trahison, tirés des biographies de l’Histoire Auguste8.

1. Du bon usage de la liste

6Je débuterai fort logiquement mon propos, dans le cadre de cette rencontre portant sur les rapports entretenus entre l’histoire, la prosopographie et le genre biographique, et après les quelques rappels méthodologiques développés en introduction (cf. supra p. 14-18), par un inventaire de mes personnages, ces acteurs malheureux d’une compétition impériale. S’il s’agit bien de la première étape d’une démarche prosopographique, il est alors opportun de dresser une liste. Ce pourrait être un travail en soi, assez fastidieux mais tout à fait utile, qui dépasserait largement le cadre d’un développement limité dans le présent ouvrage collectif. Je partirai donc d’un travail de référence, véritable outil fort commode, sinon exempt de partis pris ou d’erreurs ponctuelles, les Römische Kaisertabelle de Dietmar Kienast (Kienast 20113). J’en ai extrait une liste de noms, me contentant d’actualiser ou de corriger les références à la PIR2 ou à la PLRE 1 :

  • Sous la rubrique « Gegenkaiser » : sous Claude, L. Arruntius Camillus Scribonianus (PIR2 A 1140) ; sous Galba, C. Nymphidius Sabinus (PIR2 N 250) ; sous Domitien, L. Antonius Saturninus (PIR2 A 874) ; sous Marc Aurèle, C. Avidius Cassius (PIR2 A 1402) ; sous Septime Sévère, L. Pescennius Niger (PIR2 P 254) et D. Clodius Albinus (PIR2 C 1186) ; sous Philippe l’Arabe, Ti. Claudius Marinus Pacatianus (PIR2 C 929-930), Iotapianus (PIR2 I 49), Marcus (PIR2 M 271), Silbannacus et Sponsianus (RIC, IV, 3, 66-67 et 105-106) ; sous Trébonien Galle, L Iulius Aurelius Sulpicius Severus Uranius Antoninus (PIR2 I 195) ; sous Valérien, Mareades (PIR2 M 273) ; sous Claude II, Censorinus (PIR2 C 656 ; PLRE Censorinus 3) ; sous Probus, Bonosus (PIR2 B 146 ; PLRE Bonosus 1), Proculus (PIR2 P 995 ; PLRE Proculus 1) et C. Iulius Saturninus (PIR2 I 546 ; PLRE Saturninus 12) ; sous Carin, M. Aurelius [Sabinus] Iulianus (PIR2 A 1538 ; PLRE Iulianus 24 et 38) ; sous Dioclétien, L. Domitius Domitianus (PLRE Domitianus 6), Aurelius Achilleus (PLRE Achilleus 1) et Eugenius (PLRE Eugenius 1) ; sous Maximien, Amandus (PLRE Amandus 1), Aelianus (PLRE Aelianus 1) et Iulianus (PLRE Iulianus 2) ; sous Maxence, L. Domitius Alexander (PLRE Alexander 17) ; sous Constantin, Calocaerus (PLRE Calocaerus) ; sous Valentinien I, Firmus (PLRE Firmus 3) ; sous Valens, Procopius (PLRE Procopius 4) et Marcellus (PLRE Marcellus 5).

  • Sous la rubrique « Usurpatoren » : sous Néron, C. Iulius Vindex (PIR2 I 628) et L. Clodius Macer (PIR2 C 1170) ; sous Gordien III, Sabinianus (PIR2 S 18) ou bien M. Asinius Sabinianus (PIR2 A 1251).

  • Sous la rubrique « Gegenkaiser und Usurpatoren » : sous Élagabal, Seleucus (PIR2 S 332), Uranius (PIR V 675 avec RE Suppl. IX, 1962, 1867 n ° 28 [Hanslik]), Gellius Maximus (PIR2 G 130) et […]s Verus (PIR V 292) ; sous Sévère Alexandre, L. Seius Herennius Sallustius Macrinus ? (PIR2 M 27), Taurinus (PIR2 T 41) et Ovinius Camillus (PIR2 O 184) ; sous Trajan Dèce, L. Priscus (PIR2 P 971) ou bien T. Iulius Priscus (PIR2 I 489) et Iulius Valens Licinianus (PIR2 I 610) ; sous Gallien, Ingenuus (PIR2 I 23 ; PLRE Ingenuus 1), C (ornelius ?) Regalianus (PIR2 R 36 ; PLRE Regalianus), Fulvius Macrianus Senior (PIR2 F 549 ; PLRE Macrianus 2) et Iunior (PIR2 F 546 ; PLRE Macrianus 3), Fulvius Quietus (PIR2 F 547 ; PLRE Quietus 1), Calpurnius Piso (PIR2 C 298 ; PLRE Piso 1), Valens (PIR V 7 ; PLRE Valens 2), Ballista (PIR2 B 41 ; PLRE Ballista), Mussius Aemilianus (PIR2 M 757 ; PLRE Aemilianus 6), Memor (PIR2 M 490), Aureolus (PIR2 A 1672 ; PLRE Aureolus), Trebellianus (PIR2 T 309 ; PLRE Trebellianus), Celsus (PIR2 C 646 ; PLRE Celsus) et Saturninus (PIR2 S 214) ; sous Constance II, Magnentius (PLRE Magnentius), Decentius (PLRE Decentius 3), Nepotianus (PLRE Nepotianus 5), Vetranio (PLRE Vetranio 1) et Silvanus (PLRE Silvanus 2) ; sous Théodose, Magnus Maximus (PLRE Maximus 39), Flavius Victor (PLRE Victor 14) et Eugenius (PLRE Eugenius 6).

  • Sous la rubrique « Gegenkaiser und Empörer » : sous Aurélien, Domitianus (PIR2 D 114 ; PLRE Domitianus 1), Urbanus (PIR V 677 ; PLRE Urbanus 1), Septimius (PIR2 S 418 uel Septimianus ; PLRE Septimus 1), Firmus (PIR2 F 162 ; PLRE Firmus 1) et Felicissimus (PIR2 F 140 ; PLRE Felicissimus 1).

  • À noter les rubriques « Palmyrenisches Reich (260-272) » avec la mention « Gegenkaiser unter Vaballathus » pour l’entrée Maeonius (PIR2 M 71 ; PLRE Maeonius), « Gallishes Sonderreich (Herbst 260-Sommer 274) » qui compte une entrée sous la mention « Usurpator unter Tetricus » pour Faustinus (PIR2 F 131 ; PLRE Faustinus 1) et « Britannisches Sonderreich (Ende 286 ?-297 ?) » sans entrée en ce qui nous concerne.

7Je ne commenterai évidemment pas la liste en elle-même, mais je vais méthodologiquement, et oserais-je dire de manière programmatique en vue d’une recherche plus conséquente, proposer quelques perspectives susceptibles de déboucher sur une liste corrigée, ordonnée différemment et pouvant servir de point de départ à une enquête sur les usurpateurs, compétiteurs d’un jour ou de quelques jours, sinon rarement d’une période plus longue.

  • 9 Paschoud, Szidat 1997, avec de nombreuses études de cas, et en partant de l’introduction de E. Flai (...)
  • 10 Amm. Marc., 26, 6, 14, à propos de l’achat de l’empire aux prétoriens : utque condictum est, ubi ex (...)
  • 11 En partant des analyses de Christol 20062, p. 137-165 et 170-173, et de la CAH2, p. 28-66 (par J. D (...)
  • 12 Se reporter à la lecture de la figure de Zénobie dans les vies de Gallien, Aurélien et Zénobie, pro (...)
  • 13 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 23 : Cum illam Aurelianus cepisset atque in conspectum suum adductam sic (...)
  • 14 Selon le Littré, « celui qui par violence, par ruse, s’empare des possessions, du pouvoir d’un autr (...)
  • 15 Barnes 1996 propose de revenir sur l’équivalence usurpateur/tyran, en soulignant les implications m (...)
  • 16 HA, Quadr. Tyr., 1. 1 : Minusculos tyrannos scio plerosque tacuisse aut breuiter praeterisse (…) et(...)
  • 17 D’une manière générale, on se reportera à la lecture proposée par Paschoud 1997, concernant l’usurp (...)

8Je débute par une première remarque concernant la classification retenue par Kienast. Je relève les quatre variations sur un même thème : « Gegenkaiser, Usurpatoren, Gegenkaiser und Usurpatoren, Gegenkaiser und Empörer ». J’avoue ne pas être convaincu par des « catégories » qui me semblent en grande partie peu précises : que sont des contre-empereurs par rapport à des usurpateurs, ceux qui seraient les deux à la fois, ou qui sont contre-empereurs et insurgés ? Je sais que le concept de contre-empereur a été grandement utilisé, notamment par nos amis allemands, en particulier pour l’époque tardive9. Je pense par exemple à Procope, avant-dernière entrée de la première rubrique, pour lequel Ammien Marcellin, dans son livre 26, offre un portrait saisissant en le comparant notamment à Didius Julianus, procédé qui nous permet d’évoquer d’un mot, avant d’y revenir, ces jeux de miroir, ou de masques si l’on préfère, entre « héros » de nos sources littéraires10. J’en veux pour preuve le fait que trois rubriques distinctes ont été consacrées par Kienast au royaume de Palmyre avec la mention d’un contre-empereur sous Vaballath – mais que serait un contre-empereur dans un contre-empire ? –, à l’empire séparatiste gaulois avec un usurpateur sous Tétricus, enfin à l’empire séparatiste breton sans usurpateur ou contre-empereur. Il me semble que les figures d’accompagnement du pouvoir impérial en une période donnée, très limitée dans le temps, un quart de siècle au iiie siècle, méritent un sort particulier que l’appellation de « Sonderreich » est loin de recouvrir tout à fait. Les mécanismes d’imitatio des formes romaines de pouvoir en Gaule, sans véritable affrontement direct sous Gallien en attendant une réunification « en douceur » sous Aurélien, ou d’une legatio sous Odénath, sont à détacher de l’idée trop réductrice d’usurpation11. Un commentaire suivi de la biographie de Zénobie12 dans l’Histoire Auguste pourrait en donner une clé de lecture : « Imperatorem te esse cognosco qui uincis » précise la reine de Palmyre en s’adressant à son vainqueur Aurélien13. Je m’en tiendrai faute de mieux au terme d’usurpateur en français14, les sources latines n’employant qu’un seul terme qui vaille, nous renvoyant à une autre grille de lecture, le tyrannus15, ce que l’introduction du Quadrige des tyrans permet d’éclairer à propos de ces minusculi tyranni, expression qui distingue ainsi les mauvais princes des usurpateurs – affaire de grandeur en quelque sorte ! –, avec une glose malaisée qui met l’accent sur ce qui seul importe : les conditions d’accès au pouvoir (à propos de Pescennius Niger, avec une mention significative de l’absence du sénat du processus de l’accession) ou la brièveté des règnes16. Mais c’est bien à une façon différente, proprement romaine, d’envisager le pouvoir impérial, sa détention et sa conduite, qu’il nous faut faire appel : qu’est-ce qui distingue un Pescennius Niger d’un Septime Sévère – sinon la victoire et, dans le second cas, le voyage légitimateur à Rome –, ou bien un Vitellius ou un Didius Julianus des tyrans de l’Histoire Auguste, les trente et le quadrige ? Tous sont de mauvais empereurs, les uns ayant eu une légitimité et entrant dans une catégorie officielle (une liste), quels que soient les aléas de leur memoria (condamnation, oubli), les autres ayant doublement échoué, certains s’avérant enfin de pures constructions littéraires, un exemplum rhétorique de l’HA17.

  • 18 Un essai d’analyse urbaine des proclamations de l’année 68-69 dans Benoist 2001.
  • 19 Cf. HA, Av. Cass., 7.
  • 20 Dans cette perspective, l’étude de Rubin 1980, à partir des sources littéraires, demeure exemplaire
  • 21 Je renvoie à mon hypothèse de lecture de cette cérémonie romaine de 274, un aduentus, avec les réfé (...)

9L’une des solutions permettant de lever certaines impasses serait de proposer une réécriture de l’histoire des compétiteurs malheureux, défaits. Il me semble que tout étant affaire de circonstances, c’est à une histoire des usurpations qu’il nous faudrait parvenir : à savoir la collecte des res gestae, en particulier ce qui m’apparaît essentiel pour se prononcer sur les modalités d’accès à l’imperium, en l’absence d’une règle, véritable norme institutionnelle, mais en présence d’un ensemble de gestes et d’acteurs. Quelle collation des pouvoirs ? En quels lieux ? Quel rôle joué jusqu’au iiie siècle par Rome, son sénat et son peuple, ce que les témoignages de l’HA peuvent en partie seulement aider à établir. On pourrait considérer en ce sens que les mauvais empereurs sont la plupart du temps des usurpateurs qui ont réussi, c’est-à-dire qui ont été reconnus à un moment donné par les forces légitimatrices du pouvoir à Rome : au-delà du rôle moteur des troupes, urbaines ou provinciales, l’acquiescement plus ou moins forcé du Sénat et la confirmation, ritualisée et inscrite comme telle dans les commentarii des Arvales (jusqu’au premier tiers du iiie siècle), du peuple via les comices. Il conviendrait donc d’établir une liste qui relèverait les lieux d’acclamation d’un imperator, puis les formes de reconnaissance urbaine de cette proclamation, que l’on pourrait suivre jusqu’à une date avancée du iiie siècle, enfin la prise en compte des traces matérielles du discours de commémoration d’un nouveau prince, sous la forme de titulatures épigraphiques ou d’émissions monétaires18. Il est plus simple toutefois, dans le présent inventaire des situations, d’isoler les cas de figures d’un usurpateur proclamé sous le règne d’un prince bien établi et, qui plus est, considéré par l’historiographie comme un bon prince, ce qui correspond parfaitement au cas d’Avidius Cassius dans le récit établi par l’HA de sa prise de pouvoir et de sa tyrannie19. Dans un deuxième temps, les périodes de crise sont révélatrices des modalités régulières ou exceptionnelles de dévolution des pouvoirs, mais également sont un laboratoire d’analyse privilégié par l’historien moderne confronté aux jeux d’écriture de ses devanciers (Tacite, Dion Cassius ou l’Histoire Auguste, pour ne citer que ces trois exemples)20. Je reviendrai dans la section suivante sur les cas les plus remarquables (68-69, 193-197). Assurément, une place à part serait à réserver pour un iiie siècle qui nous livre à lui tout seul une majorité remarquable de « Gegenkaiser » et d’« Usurpatoren » dans la liste de Kienast. On a déjà suffisamment souligné le cas particulier du milieu du siècle, de la capture de Valérien aux campagnes de réunification d’Aurélien. Ces années 260-274 (en prenant la date du terminus ante quem de la commémoration urbaine – aduentus sinon triomphe – du retour à l’unité21) concentrent un grand nombre de cas et une inventivité tout aussi remarquable de la part de l’auteur de l’HA, qu’il conviendrait de distinguer nettement dans nos recensements des usurpations impériales.

10Ceci m’amène à proposer pour conclure cette étape du raisonnement une troisième remarque programmatique : quels sont les critères d’établissement d’une nouvelle liste des usurpateurs, en suivant pour le moment le cadre chronologique retenu par Kienast dans son recensement, de Claude à Théodose, sur près de trois siècles et demi ? Il me semble qu’il convient tout d’abord de relever les lieux, les acteurs et les résultats immédiats de l’usurpation : prendre en compte, dans ce qui serait une description idéelle de l’avènement impérial, les éléments formellement attestés. Pour ce faire, il ne serait pas inutile de réintroduire dans la discussion le cas d’usurpations réussies, en période de crise, très révélateurs des mécanismes en jeu. En effet, la brièveté d’un règne, qui est avancée par l’HA, n’est pas un critère discriminant. Un Othon et un Vitellius au ier siècle, un Pertinax et un Didius Julianus à la fin du iie siècle, ont régné moins longtemps qu’un Pescennius Niger ou un Clodius Albinus dans leur secteur géographique respectif, cette dernière remarque faisant toute la différence. Une fois établie cette liste des critères de différenciation, Rome/province, armée/sénat et peuple, il importerait de contextualiser l’ensemble et de distinguer ainsi les règnes des empereurs en périodes de crise : par exemple les cas de Julius Vindex et de Clodius Macer sous Néron, qui me semblent très différents de celui placé par Kienast sous le même registre, Sabinianus sous Gordien III. Tout ceci permettrait enfin d’établir sur la base de notices prosopographiques l’état des sources disponibles, en distinguant les témoignages épigraphiques, numismatiques et papyrologiques des récits littéraires : ce qui nous introduit directement aux deux parties suivantes de ma réflexion, le recours à la prosopographie dans le cadre d’une histoire impériale, qui peut être de nature biographique, et l’attention scrupuleuse aux ressorts de la rhétorique en politique, à savoir la place accordée aux usurpations au sein du miroir des princes en construction.

2. Du bon usage de la prosopographie

  • 22 Greenhalgh 1975, Wellesley 20003, Nicols 1978 et Levick 1999, pour l’année 68-69, avec l’étude plus (...)
  • 23 Benoist 2001, 1999b, 2003b et 2007.
  • 24 Birley 19993, p. 212-229, « Appendix 2. The Septimii and Fulvii of Lepcis Magna, the Julii of Emesa (...)

11Si le travail d’établissement d’une liste peut être envisagé à partir des quelques remarques de méthode qui précèdent, il me semble utile de souligner l’apport de la démarche prosopographique dans ce vaste domaine de réflexion sur le pouvoir impérial, ses modes de dévolution et d’usurpation. Reconnaissons d’emblée que si la prosopographie n’est pas une fin en soi, comme je le rappelais en introduction de ce volume (cf. supra p. 19-20), son utilisation raisonnée en histoire politique et sociale fournit de précieux renseignements et permet d’incontestables avancées. Si je ne conteste pas l’apport de certaines recherches généalogiques en ces matières, je n’oublie pas qu’il ne m’est d’aucune utilité pour, employons un grand mot, penser le pouvoir impérial de connaître certains liens de parenté supposés, et toujours très difficiles à établir sans contestation aucune, s’ils ne me permettent pas de reconstruire des réseaux familiaux et sociaux qui réactualisent un débat toujours vif sur certains aspects de la société aristocratique d’une Rome impériale qui a maintenu la plupart des rouages de la res publica. Je note que certains ouvrages ayant étudié les crises d’approfondissement de l’empire ou de sa supposée décadence ont fait un usage très éclairant de la méthode prosopographique afin de rendre compte de certains enjeux, notamment les désignations impériales. C’est en partant d’une courte bibliographie très sélective que je voudrais suggérer quelques axes de recherche concernant le processus de légitimation ou de délégitimation du pouvoir impérial22. Ces choix, nécessairement arbitraires, sont nourris par une longue fréquentation de la documentation et de la bibliographie afin de résoudre un certain nombre de problèmes liés à des périodes d’affrontement révélant, mieux que d’autres peut-être, les fondements de l’État romain impérial : qu’il se soit agi de comprendre certains ressorts urbains de la crise de 68-69, ou bien sur le temps long et en particulier au iiie siècle le retour du prince dans la cité de Rome, ou encore dans le cadre de chroniques impériales pour l’Antiquité classique d’approfondir certaines époques plus ou moins significatives, par exemple le court règne de Nerva23. Je n’isolerai que trois séquences temporelles et proposerai brièvement quelques pistes de réflexion à partir des résultats obtenus, en particulier par certaines biographies impériales, véritables discours historiques nourris de prosopographie. On peut dès le départ isoler avant d’y revenir l’ouvrage d’Anthony Birley, notamment sa troisième édition (Birley 19993), qui fait montre des apports incontestables d’une démarche dans le but de décrire une période historique et d’aller au-delà de la vie d’un personnage particulier : on peut assurément discuter un certain nombre de propositions, mais on retiendra les leçons de méthode que sont par exemple les appendices, notamment le deuxième consacré aux Septimii et Fulvii de Lepcis Magna, aux Iulii d’Émèse et à leurs relations24.

  • 25 C’est encore le titre choisi par Cosme 2012 pour son étude, tout récemment parue, de cette « mutati (...)
  • 26 Pour ces trois personnages, on peut se reporter au traitement des trois premiers chapitres de Cosme(...)
  • 27 B. Levick dans Wellesley 20003, p. XVII-XXIV, à propos de la postérité de l’œuvre en vingt-cinq ans (...)
  • 28 Cf. supra p. 15-16, en partant de Nicolet 1970, p. 1211, n. 5 à propos de Fabia 1900.
  • 29 B. Levick dans Wellesley 20003, p. XXI : « Such developments may seem to have antiquated the narrat (...)
  • 30 Levick 1999, notamment les chapitres 2 et 11 (p. 14-22, à propos du commandement en Bretagne et des (...)

12Je commencerai par la situation de l’année 68-69, dite « année des quatre empereurs »25, qui permet de s’attarder sur la séquence des bons et mauvais princes et sur l’identité des usurpateurs. Ont été retenus trois cas avec C. Iulius Vindex, L. Clodius Macer et C. Nymphidius Sabinus26. Ce qui se joue au crépuscule de la dynastie julio-claudienne et à l’orée de la période flavienne est essentiel pour qui s’intéresse au pouvoir impérial, conception, fonctionnement et évolution. Les quatre ouvrages cités en référence (Greenhalgh 1975, Wellesley 20003, Nicols 1978 et Levick 1999) ont témoigné, chacun dans les limites assignées à leur objet, récits annalistiques, biographie impériale et analyse du fonctionnement de la politique urbaine, des apports de la prosopographie, en particulier pour le lecteur assidu, attentif et subtil de Tacite que fut Wellesley. La préface de Barbara Levick à la troisième édition de son récit de l’année 69, très traditionnel dans ses formes de narration, nous rappelle l’importance du matériau littéraire, les livres conservés des Histoires de Tacite en l’occurrence, et ce qu’un fin connaisseur de l’auteur peut en faire27. Ceci fait écho aux dimensions proprement biographiques des instrumenta célébrés par Nicolet dans son rapport de 1969, publié l’année suivante et que j’avais pris comme point de départ de ma réflexion introductive, ces onomastica dont la consultation offre un point de comparaison avec l’index de toute étude du type de celle conduite sur l’année 68-69 afin de mesurer l’apport d’une telle source28. Levick ajoute, dans son aggiornamento bibliographique, un titre qui permet, dans une démarche proprement conceptuelle concernant l’usurpation, de contrebalancer l’approche traditionnelle fondée prioritairement sur les sources littéraires29. La thèse d’Egon Flaig (Flaig 1992) rend compte de l’apport de la sociologie dans une telle recherche, mais nous éloigne un tant soit peu de notre démarche présente. En revanche, la biographie de Vespasien rédigée par cette élève de Sir Ronald Syme (Levick 1999) illustre parfaitement un usage insulaire de la méthode prosopographique au meilleur de ses intentions, puisqu’il s’agit de reconstruire une époque (donc faire de l’histoire), en narrant une vie (rédiger une biographie), tout en étant attentif aux réseaux familiaux et aux alliances politiques qui éclairent l’arrière-plan d’un parti flavien parvenu au pouvoir (Nicols 1978) : apparat critique très érudit, stemmata et plan de l’ouvrage illustrent parfaitement ce que je voulais souligner dans cette revue bibliographique, en renvoyant notamment aux chapitres intitulés « Vespasien et l’aristocratie », ou bien « les cités », et à sa prise en compte de la crise de 68-6930.

  • 31 Grainger 20042, chap. 7 et 8 (intitulé « Choice »), p. 73-88, en relevant les références constantes (...)

13Afin de poursuivre mon exploration par les années qui suivent immédiatement l’assassinat de Domitien jusqu’à l’installation seul au pouvoir de Trajan, je ferai un sort similaire à l’ouvrage de Grainger intitulé fort justement : « Nerva et la crise romaine de succession des années 96-99 » (Grainger, 20042). En apparence, je semble m’éloigner de mon objet d’étude. Point d’usurpateur durant cette courte période et nous devons remonter à l’année 89 pour retrouver une entrée « Gegenkaiser » chez Kienast avec L. Antonius Saturninus. Toutefois, les mécanismes de fonctionnement du principat me semblent particulièrement bien mis en valeur durant cette « crise », de la mort de Domitien au retour à Rome de Trajan. De plus, les sources contemporaines livrent un discours très construit sur l’image du bon prince, le jeu de miroir entre le contre-modèle (Domitien) et l’optimus princeps Trajan. Pline, Tacite ou Suétone, mais également Dion de Pruse ou Plutarque, qui nous a laissé par ailleurs les bioi des acteurs d’une autre crise, de 68-69 celle-là, participent à cette élaboration rhétorique, ce discours de représentation du pouvoir légitime des princes vertueux. Grainger livre un récit attentif aux moindres données prosopographiques, réussissant à recomposer ce qu’il nomme dans un chapitre remarquable « The aristocratic networks »31. Sachons tirer profit de cette construction idéologique, produit d’une aristocratie qui façonne, tout autant qu’elle est elle-même façonnée par, le pouvoir impérial. Sources littéraires et réseaux d’une société politique en première ligne, sinon en liberté, à la mort de Domitien, voilà ce qui peut lier tous les termes qui nous réunissent pour produire ce récit de la « vie des autres » !

  • 32 Pour ne citer qu’un exemple, il est aisé de lier la thèse sur Gallien, demeurée inédite, de M. Chri (...)
  • 33 En renvoyant, en partant de Birley 19993, à Christol 20062, la CAH XII2 et la Storia di Roma 3. Je (...)
  • 34 Je retiens trois exemples significatifs des approches des « tyrans » du iiie siècle : à propos de d (...)
  • 35 HA, Quadr. Tyr., 1 : 1. Minusculos tyrannos scio plerosque tacuisse aut breuiter praeterisse. Nam e (...)

14Dernière étape chronologique de cet inventaire du recours à la prosopographie, avant de conclure ces propos très génériques et programmatiques par les données rhétoriques du problème, avec un iiie siècle nous conduisant de la crise de succession, consécutive à l’assassinat de Commode, à la mise en place de la Tétrarchie. Point n’est besoin d’insister sur le renouvellement que l’on doit à un bon usage d’une méthode qui permit de corriger définitivement l’impression première d’un entre-deux désespérément inaccessible, entre une fallacieuse « paix romaine » d’un iie siècle d’or, et le renouveau de l’empire chrétien32. J’ai déjà fait un sort précédemment à l’ouvrage d’A. Birley ; la lecture croisée des études publiées dans les vingt dernières années en français, anglais et italien sur cette période s’avère lumineuse33. L’étude des carrières sénatoriales et équestres, la reconstitution du profil de certains militaires (les uiri militares) concourent à nourrir l’établissement d’une chronologie, puis le récit d’une période historique réputée obscure. À chaque fois, des sources épigraphiques et numismatiques aux œuvres littéraires, de Dion Cassius et Hérodien aux abréviateurs et à l’Histoire Auguste, la mise en série de toutes les données disponibles permet de sortir de l’ombre des pans entiers d’une histoire qui fit l’objet de multiples travestissements34. En démêlant le faux du vrai, en confrontant portraits de tyrans minuscules et de princes légitimes, bons ou mauvais, l’époque sévérienne ou les règnes de Valérien et de Gallien s’en sont trouvé éclairés. Qu’une histoire émerge des « mythistoricis uoluminibus » de l’HA confrontant Suétone à Marius Maximus35, que le recoupement des données et le recours aux différentes sciences de l’Antiquité, dont la prosopographie au premier chef, permettent de réécrire les res gestae des empereurs, des usurpateurs, et conduisent à écarter les fabulations tout en permettant l’inventaire rigoureux de figures impériales avérées, bons princes, tyrans, principes légitimes et usurpateurs, et la preuve est faite que l’on peut reprendre à nouveaux frais les rapports entre rhétorique et politique, histoire et littérature. La mise en série de toutes les données collectées étant la seule démarche envisageable !

3. Épilogue, du bon usage de la littérature : si tout n’était que discours…

15Le choix de l’HA, tout à fait volontaire, me permet d’aborder in fine dans cette histoire d’usurpateurs, par l’intermédiaire des uitae de ces imperatores-tyranni – en employant le vocabulaire qui permet de qualifier ceux qui ad famam uenire nequiuerunt (HA, Pesc. Nig., 9, 1, cité supra n. 16) – la construction d’un discours de représentation et commémoration du pouvoir impérial, élaboré sur le long terme, du ier au ive siècle, et rendant compte par des effets de miroir tout à fait révélateurs ce que pour certains milieux, notamment l’historiographie sénatoriale, devait être un empereur, ce qu’il n’était pas, bref le sens de ces listes établies avec « soin (?) » par nos sources, ea cura in edendis bonis malisque principibus (HA, Quadr. Tyr., 1, 3, cité n. 35). Je ne propose dans ce qui suit que quelques réflexions conclusives, en forme d’un programme de recherche en cours sur toutes les formes de discours impérial. C’est cette dimension spécifique de la construction d’une identité du pouvoir, du ier au ive siècle, qui m’importe et me semble offrir, pour une étude portant sur l’usurpation, les voies d’une mise en série instructive de toutes les données disponibles.

  • 36 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. C-CXXXI, à propos des pseudonymes, des empereurs dédicatair (...)
  • 37 Au sommaire de ces deux recueils de uitae, « Trente Tyrans » qui sont en fait trente-deux : Cyriadè (...)
  • 38 Dans cette perspective, je signale l’enquête de Wardman 1984, qui permet de remettre en contexte le (...)
  • 39 HA, Gall., 16, 1 (orbem terrarum uiginti prope <per> tyrannos uastari fecit, ita ut etiam mulieres illo </per> (...)
  • 40 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. 837-839.
  • 41 HA, Gall., 19, 7 : Et haec quidem de Gallieno hoc interim libro dixisse sufficiet. Nam et multa iam (...)
  • 42 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 1 : Omnis iam consumptus est pudor, si quidem fatigata re p. eo usque pe (...)
  • 43 À propos de Censorinus, l’analyse de Johne 1976.
  • 44 Cf. Syme 1971, p. 270.
  • 45 La seule et fragile mention d’une telle « existence » chez Aur. Vict., 33, 14 : Interim Victoria am (...)
  • 46 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. 858, avec Hérodien, 7, 1, 9-10 pour Quartinus (ancien consu (...)

16Je débute tout naturellement par ces délices de l’imposture, naguère relevés par André Chastagnol36, à propos de ces listes mensongères. Si les deux recueils biographiques des Trente tyrans et du Quadrige des tyrans nous fournissent une grande partie des entrées de la liste de Kienast pour un iiie siècle central, il convient en tout premier lieu d’en apurer l’énumération, tout en étant attentif aux renseignements formels contenus sur les personnages incriminés, qui peuvent nous fournir une carte d’identité tout à fait révélatrice37. La PIR tout comme la PLRE ont choisi d’insérer ces fantômes de l’Histoire Auguste, mais l’essentiel serait, après le croisement de toutes les données disponibles, de n’en retenir que ce qui peut nous importer, ce qui fait de tel ou tel usurpateur un minusculus tyrannus (Quadr. Tyr., 1, 2)38 ! Reprenons la liste des entrées des deux vies de l’HA, qui sont réparties par Kienast dans ses recensements règne par règne des « Gegenkaiser und Usurpatoren » et indiquons simplement, à la suite de Chastagnol, les inventions qui pourraient donner lieu à une histoire pour elle-même, cette référence aux mythistoricis uoluminibus. La vie des trente tyrans est censée couvrir les usurpations de la période qui mène de la capture de Valérien à la mort de Gallien, de 260 à 268. On trouve cependant dans la Vie de Gallien39 une première mention d’une vie des Vingt tyrans avec, pour moitié, des personnages bien attestés et, pour l’autre moitié, des figures précaires ou totalement inventées : d’une part, Postumus, Lollianus (derrière lequel se cache Laelianus), Marius, Ingénuus, Régalianus, Auréolus, Macrien le Jeune, Quiétus, Odénath et son fils aîné dénommé Hérodès et, d’autre part, Cyriadès (qui correspond à Mariadès), Valens le Jeune, Maeonius, Ballista, Pison, Trébellianus, Postumus le Jeune, Saturninus, Victorinus et son fils40. Est annoncée en outre une nouvelle liste portant à trente le nombre des usurpateurs-tyrans41, avec l’adjonction de personnages qui seraient postérieurs à la mort de Gallien : Marius, Tétricus et son fils, Zénobie et deux de ses fils, Hérennianus et Timolaus, Victoria, Aemilianus, Celsus et Valens l’Ancien. Une remarque en passant porte sur la présence des deux femmes insérées dans cet ensemble de vies de tyrans, Zénobie et Victoria42, ainsi que sur les deux ajouts postérieurs, ceux de Titus sous Maximin et de Censorinus sous Claude le Gothique43. Je ne fais la liste que des forgeries certaines : Postumus le Jeune pour lequel nous ne disposons d’aucune source épigraphique ou numismatique, Victorinus le Jeune de même, sans aucune attestation de quelque nature que ce soit, Pison, malgré une tentative de réhabilitation de la part de Ronald Syme qui en faisait un général de Gallien44, Trébellianus, Hérennianus et Timolaus, les fils de Zénobie, tout comme Hérodès, fils de son mari Odénath, Celsus, Victoria dont l’existence pourrait résulter d’une interprétation erronée d’Aurelius Victor, reprise par l’HA, à partir de monnaies à la Victoria Augusta45, enfin Censorinus. Mais on ajoutera en revanche à la liste de Kienast, sous Maximin le Thrace un certain Titus Quartinus, dont Dexippe ne parle pas mais qui est signalé par Hérodien, auquel on pourrait joindre également C. Petronius Magnus, selon l’Histoire Auguste et Hérodien46.

  • 47 Voir Benoist 2012e.
  • 48 Se reporter à Benoist 2012b.
  • 49 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 16 : Vox clara et uirilis. Seueritas, ubi necessitas postulabat, tyranno (...)

17Il nous faut tirer de ce faisceau de données mêlant le faux et le vrai, des usurpateurs et des personnages inventés pour faire nombre, un récit tout à fait instrumentalisé en ce qui concerne le mauvais prince Gallien et les bons usurpateurs qui lui contestèrent son pouvoir. Ce qui nous conduit à faire retour sur un fait avéré, le grand nombre de cas d’usurpateurs au iiie siècle, et plus particulièrement au milieu de ce siècle, avec la capture de Valérien et le règne de Gallien seul comme acmé. La situation générale de l’empire pose alors divers problèmes que la recherche récente du dernier quart de siècle a affrontés, en particulier la place à accorder aux entités séparatistes pour reprendre la classification de Kienast. L’HA ne procède nullement de la sorte, mélangeant notamment dans la Vie des trente tyrans les situations des Gaules, de Palmyre et les usurpateurs « plus minuscules encore », qui ont pu être proclamés sur divers champs de bataille ou de certains secteurs provinciaux. Quoi qu’il en soit de la conception que l’on se fait de ces relais locaux de l’autorité centrale, protégeant l’entité impériale aux frontières, comme le suggèrent certaines formulations de nos sources, le témoignage de l’HA, de parti pris et relayant une historiographie quasiment unanime, par exemple les abréviateurs du ive siècle, souligne la grandeur de certains comportements de ces autres « principes » dans le but affiché, et sans cesse réaffirmé, de nier au prince légitime toute vertu : Gallien en devient plus tyran et plus minuscule encore. J’ai isolé à dessein la biographie de Zénobie que je ne commenterai pas en tant que telle, mais qui affirme par l’absurde, l’imperium d’une femme, comme j’ai pu l’analyser par ailleurs47, le propos de l’auteur aux six hétéronymes : une délégitimation en règle du mauvais prince, selon une lecture tout à fait traditionnelle de l’usage de l’invective dans le débat politique et ce, à Rome, depuis la République et la figure tutélaire du Cicéron des Philippiques48. Je relève notamment l’emploi dès la première phrase (cité supra n. 42) du mot pudor, ou bien le double registre du féminin et de l’étranger (mulieres/peregrinae) pour finalement déboucher sur un portrait somme toute flatteur (nequissime agente optime) et un dialogue très significatif entre Zénobie et Aurélien (§ 23, cité supra n. 13), dont j’ai déjà relevé l’importance dans un jeu de miroir déformant. Les vertus d’une femme sont virilisées à mesure du processus de féminisation du prince régnant – on peut citer le registre dévalorisant de la mollesse opposée à la chasteté – et un étrange attelage qui lie la seueritas tyrannorum et la clementia bonorum principum dont on pourrait suivre les variations sur près de trois siècles49.

18Je conclurai sur le bon usage de la biographie des autres principes. La mise en regard des passages de la Vie de Pescennius Niger et du Quadrige des Tyrans (cité supra n. 16 et 35) est lumineuse pour la réflexion que j’ai tenté de mener, en modeste tribut à la « science en train de se faire », selon Marrou. En effet, elle souligne les enjeux de ces portraits d’usurpateurs dans un recueil biographique qui, tout en s’appuyant sur les grands devanciers que sont Suétone et Marius Maximus, même si une fois de plus ce dernier en prend pour son grade malgré un recours constant que l’analyse méthodique des sources utilisées vient confirmer, s’affirme comme un mensonge qui dit la vérité, la mythistoria se fondant sur les biographies classiques des iie et iiie siècles. Les raisons invoquées pour expliquer la difficulté du biographe en certaines circonstances sont remarquables : des fils adoptifs, des proclamations militaires, des règnes très brefs, proclamation et assassinat se succédant sans délai ! Méthodologiquement, le biographe s’est interrogé sur une catégorie intermédiaire et a choisi de rompre avec les pratiques de ses devanciers : isoler les usurpateurs et non pas les présenter dans le cadre de la uita des princes légitimes, leur donner en quelque sorte une majesté qui sied parfaitement aux desseins profonds de l’auteur en ce qui concerne la figure impériale et ses diverses déclinaisons. Il en va ainsi des mentions d’Avidius Cassius, Pescennius Niger et Clodius Albinus, ou pour les périodes antérieures de Vindex et Antonius (Quadrige des Tyrans, 1, 1-4, cité supra n. 35).

  • 50 HA, Av. Cass., 7, 1-9 : 1. Hic imperatorem se in oriente appellauit, ut quidam dicunt, Faustina uol (...)

19L’analyse des données collectées à propos de l’usurpation d’Avidius Cassius50 permet d’insister sur les éléments constitutifs d’une accession à l’imperium, inventaire nécessaire que j’invoquais en commençant cet exposé dans le dessein de proposer une nouvelle démarche d’établissement de la liste par collecte des sources disponibles, leur croisement, leur mise en série, en replaçant le contexte précis de l’usurpation au cœur du raisonnement. En l’occurrence, la proclamation à Antioche, avec le parallèle de Pescennius Niger et la mise en scène d’un aduentus à portée légitimatrice, les liens entre milites et populus – il s’agit ici de l’expression militibus et prouincialibus –, faisant allusion aux mécanismes des avènements urbi et orbi depuis le ier siècle, mais également, dans cette formulation cohérente pour l’époque tardive, la mention des ornamenta regia et du rôle du préfet du prétoire, évocation de la récompense donnée à celui qui favorise l’accession au pouvoir. Les rapports entre usurpation et légitimité sont bien exprimés par l’octroi du titre de diuus au défunt présumé, qu’il y ait eu fausse rumeur ou non, tout comme l’expression de la continuité dynastique incarnée par Faustine. La clémence du bon prince est par ailleurs conforme au portrait attendu de Marc Aurèle, qu’il s’agisse des mesures à l’encontre de l’hostis publicus, le rôle du sénat face à la situation romaine qui reproduit le topos de la peur du tyran et des menaces qu’il ferait peser sur l’Vrbs. Cet ultime passage nous donne une excellente illustration des enjeux d’une réflexion historique sur le pouvoir impérial romain, ses modalités d’accès, d’exercice et d’usurpation. Les figures rhétoriques de sa commémoration ou de sa condamnation peuvent aider à dépasser l’étape d’une analyse prosopographique d’un petit groupe d’individus à inscrire dans la société de leur temps, ces autres principes étant le meilleur faire-valoir, en particulier en période de crise, des détenteurs légitimes du pouvoir, concourant à renforcer un pouvoir parfois vacillant, exemplum et figures repoussoirs étant les deux faces d’une même réalité. Si tout est affaire de discours, encore convient-il qu’ils soient acceptés, que les différents acteurs d’un véritable rituel d’accession au pouvoir produisent un consensus et le mettent en scène, par les mots, les images et les gestes.

Bibliography

Barnes 1996
T. D.
Barnes, « Oppressor, Persecutor, Usurper : the Meaning of ‘Tyrannus’ in the Fourth Century », dans G. Bonamente, M. Mayer (éd.), Historiae Augustae Colloquium Barcinonense (HAC n. s. 4), Bari, Edipuglia, 1996, p. 55-65.

Benoist 1999a
S. Benoist, La Fête à Rome au premier siècle de l’Empire. Recherches sur l’univers festif sous les règnes d’Auguste et des Julio-Claudiens (coll. Latomus no 248), Bruxelles, 1999.

Benoist 1999b
S. Benoist, « Le retour du prince dans la Cité (juin 193-juillet 326) », Cahiers Glotz, X, 1999, p. 149-175.

Benoist 2000
S. Benoist, « Le prince et la société romaine d’empire au iiie siècle : le cas des ornamenta », actes de la table ronde : Réalités, aspects idéologiques et religieux du pouvoir impérial au iiie siècle (6 novembre 1999), Cahiers Glotz, XI, 2000, p. 309-329.

Benoist 2001
s. Benoist, « Le prince, la cité et les événements : l’année 68-69 à Rome », Historia : Zeitschrift für Alte Geschichte, 50.3, 2001, p. 279-311.

Benoist 2003a
S. Benoist, « Martelage et damnatio memoriae : une introduction », Cahiers Glotz, XIV, 2003 [2005], p. 231-240.

Benoist 2003b
S. Benoist, « Réflexions contemporaines sur le principat d’Auguste à Constantin », L’Antiquité Classique, 72, 2003, p. 275-289.

Benoist 2005
S. Benoist, Rome, le prince et la Cité. Pouvoir impérial et cérémonies publiques (ier siècle av. – début du ive siècle ap. J.-C.) (coll. Le Nœud Gordien), Paris, PUF, 2005.

Benoist 2006
S. Benoist, « Les Romains ont-ils cru à la divinité de leurs principes ? », dans A. Vigourt, X. Loriot, A. Bérenger-badel et B. Klein (dir.), Pouvoir et religion dans le monde romain, en hommage à Jean-Pierre Martin, Paris, PUPS, 2006, p. 115-127.

Benoist 2007
S. Benoist, « Vitae Caesarum et histoire impériale : Rome au miroir de ses princes », L’Antiquité Classique, 76, 2007, p. 205-220.

Benoist 2012a
S. Benoist, « Honte au mauvais prince, ou la construction d’un discours en miroir », dans R. Alexandre, Ch. Guérin et M. Jacotot (éd.), Rubor et Pudor. Vivre et penser la honte dans la Rome ancienne, Paris, éd. Rue d’Ulm, 2012, p. 83-98.

Benoist 2012b
S. Benoist, « Cicéron et Octavien, de la res publica au princeps, lectures croisées », dans R. Baudry, S. Destephen (éd.), La société romaine et ses élites, Mélanges Élizabeth Deniaux, Paris, Picard, 2012, p. 25-34.

Benoist 2012c
S. Benoist, « Le prince nu. Discoursen images, discours en mots. Représentation, célébration, dénonciation », dans F. Gherchanoc et V. Huet (éd.), Vêtements grec et romain : s’habiller et se déshabiller, Paris, Errance, 2012, p. 261-277.

Benoist 2012d
S. Benoist, « Trahir le prince : lecture(s) de l’Histoire Auguste », dans J.-Chr. Couvenhes, A. Queyrel-Bottineau et A. Vigourt (éd.), La trahison dans l’antiquité, Paris, PUPS, à paraître.

Benoist 2012e
S.
Benoist, « Women and imperium in Rome. Some imperial perspectives », dans A. Sharrock, J. Fabre-Serris (éd.), Women in War, Baltimore, Johns Hopkins University Press, à paraître.

Birley 19993
A. R. Birley, Septimius Severus, The African Emperor, Londres, Routledge, 19993 [1971].

Brandt 2002
H. Brandt, « De mortibus principum et tyrannorum. Tod und Leichenschändung in der Historia Augusta », dans G. Bonamente, Fr. Paschoud (éd.), Historiae Augustae Colloquium Perusinum (HAC n. s. 8), Bari, Edipuglia, 2002, p. 67-75.

CAH XII2
A. K. Bowman, P. Garnsey et A. Cameron (éd.), Cambridge Ancient History, XII2, The Crisis of Empire (A. D. 193-337), Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Christol 1981
M. Christol, L’État romain et la crise de l’Empire sous le règne des empereurs Valérien et Gallien (253-268), doctorat ès Lettres, Paris I-Panthéon Sorbonne, 1981.

Christol 1986
M. Christol, Essai sur l’évolution des carrières sénatoriales dans la seconde moitié du iiie s. ap. J.-C., Paris, 1986.

Christol 20062
M. Christol, L’empire romain du iiie siècle. Histoire politique (192-325 après J.-C.), Paris, Errance, 20062 [1997].

Cooley 2009
A. E.
Cooley, Res Gestae Divi Augusti. Text, Translation, and Commentary, Cambridge, 2009.

Cosme 2012
P. Cosme, L’année des quatre empereurs, Paris, Fayard, 2012.

Drinkwater 1987
J.
Drinkwater, The Gallic Empire (Historia-Einzelschrift no 52), Stuttgart, 1987.

Escribano 1996
v.
Escribano, « Maximus tyrannus : escritura historiográfica y tópos en la v. Max. » dans G. Bonamente, M. Mayer (éd.), Historiae Augustae Colloquium Barcinonense (HAC n. s. 4), Bari, Edipuglia, 1996, p. 197-234.

Estiot 2002
s.
Estiot, « Le tyran Saturninus : le dossier numismatique », dans G. Bonamente, Fr. Paschoud (éd.), Historiae Augustae Colloquium Perusinum (HAC n. s. 8), Bari, Edipuglia, 2002, p. 209-241.

Fabia 1900
Ph. Fabia, Onomasticon Taciteum (Annales de l’Université de Lyon, nouvelle série II, lettres 4), Paris, 1900.

Ferrary 2001a
J.-L. Ferrary, « Les pouvoirs d’Auguste : l’affranchissement de la limite du pomérium », dans N. Belayche (éd.), Rome : la Ville et le Prince aux deux premiers siècles de notre ère. Études d’histoire politique, sociale et religieuse, Rennes, PUR, 2001, p. 9-22.

Ferrary 2001b
J.-L. Ferrary, « À propos des pouvoirs d’Auguste », Cahiers Glotz, XII, 2001, p. 101-154.

Ferriès 2007
M.-C. Ferriès, « Le sort des partisans d’Antoine : damnatio memoriae ou clementia ? », dans S. Benoist (éd.), Mémoire et histoire. Les procédures de condamnation dans l’Antiquité romaine (coll. du CRUHL n ° 31), Metz, 2007, p. 41-58.

Flaig 1992
E.
Flaig, Den Kaiser herausfordern. Die Usurpation im Römischen Reich, Francfort, 1992.

Flaig 1997
E.
Flaig, « Für eine Konzeptionalisierung der Usurpation im Spätrömischen Reich », dans Paschoud, Szidat 1997, p. 15-34.

Flower 20112
H. Flower, The Art of Forgetting. Disgrace and Oblivion in Roman Political Culture, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 20112 [2006].

Girardet 2007
Kl. M.
Girardet, Rom auf dem Weg von der Republik zum Principat (Antiquitas, Reihe 1, Abhandlungen zur alten Geschichte, Bd. 53), Bonn, 2007.

Grainger 2004 2
J. D. Grainger, Nerva and the Roman succession crisis of AD 96-99, Londres, New York, Routledge, 20042 [2003].

Greenhalgh 1975
P. A. L.
Greenhalgh, The Year of the Four Emperors, New York, 1975.

Histoire Auguste
Histoire Auguste, Les empereurs romains des iie et iiie siècles (collection Bouquins), édition et traduction d’A. Chastagnol, Paris, Robert Laffont, 1994 ; Vies de Probus, Firmus, Saturnin, Proculus et Bonose, Carus Numérien et Carin, éd. et trad. F. Paschoud, Paris, 2001.

Icks 2012
M.
Icks, The Crimes of Elagabalus : The Life and Legacy of Rome’s Decadent Boy Emperor, Cambridge (MA), Harvard University Press, 2012.

Johne 1976
K.-P. Johne, « Die Biographie des Gegenkaisers Censorinus. Ein Beitrag zur sozialen Herkunft der Historia Augusta », dans A. Alföldi, J. Straub (éd.), Bonner Historia-Augusta-Colloquium 1972/1974, Bonn 1976, p. 131-142.

Kertzer 1988
D. I.
Kertzer, Ritual, Politics and Power, New Haven, Yale University Press, 1988.

Kienast 2011 3
D. Kienast, Römische Kaisertabelle. Grundzüge einer römischen Kaiserchronologie, Darmstadt, 20113 [1990].

Krause 2007
Chr.
Krause, « Herrschaft und Geschlechterhierarchie. Zur Funktionalisierung der Zenobiagestalt und anderer Usurpatoren in den Viten der Historia Augusta », Philologus, 151, 2007, p. 311-334.

Lacey 1996
W. K.
Lacey, Augustus and the Principate. The Evolution of the System (Arca Classical And Medieval Texts, Papers And Monographs no 35), Leeds, 1996.

Lenski 2002
n.
Lenski, Failure of Empire. Valens and the Roman State in the Fourth Century A. D., Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2002.

Levick 1999
B.
Levick, Vespasian, Londres, New York, Routledge, 1999.

Littré
P.-É. Littré, Dictionnaire de la langue française, édité par Encyclopaedia Britannica Inc., Chicago, 1994.

Marrou 1972
H. I.
Marrou, « La mia pedagogia », dans La mia pedagogia, Padoue, Liviana Editrice, 1972, p. 227-237 = Cahiers Marrou, 3, 2010, p. 34-45.

Mitchell, French 2012
S.
Mitchell, D. French, The Greek and Latin Inscriptions of Ankara (Ancyra). Vol. I : From Augustus to the end of the third century AD (Vestigia 62), Munich, 2012.

Mommsen 1887-1896
Th. Mommsen, Le droit public romain, trad. française de P. F. Girard (à partir de la 3e éd. de Römisches Staatsrecht, Leipzig, 1887-1888), t. 1-7, Paris, 1887-1896.

Mommsen 19062
Th. Mommsen, « Der Rechenschaftsbericht des Augustus », dans Gesammelte Schriften, IV, Berlin, 19062 [1887], p. 247-258.

Neri 1997
v. Neri, « Usurpatore come tiranno nel lessico politico della tarda antichità » dans Paschoud, Szidat 1997, p. 71-86.

Nicolet 1970
C. Nicolet, « Prosopographie et histoire sociale : Rome et l’Italie », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25e année, n. 5, 1970, p. 1209-1228.

Nicols 1978
J.
Nicols, Vespasian and the Partes Flavianae (Historia Einzelschriften Heft no 28), Wiesbaden, 1978.

Paschoud 1997
f. Paschoud, « Le tyran fantasmé : variations de l’Histoire Auguste sur le thème de l’usurpation » dans Id., Szidat 1997, p. 87-98.

Paschoud, Szidat 1997
F. Paschoud et J. Szidat (éd.), Usurpationem in der Spätantike (Historia-Einzelschrift no 111), Stuttgart, 1997.

PIR
E. Klebs et alii (éd.), Prosopographia Imperii Romani, 3 volumes, Berlin-Leipzig, 1897-1898.

PIR2
E Groag et alii (éd.), Prosopographia Imperii Romani, 2e édition, Berlin-Leipzig, 1933-.

PLRE
A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris (éd.), The Prosopography of the Later Roman Empire I – III, Cambridge, 1971-1992.

Rappaport 1999
R. A.
Rappaport, Ritual and Religion in the Making of Humanity (coll. Cambridge Studies in Social and Cultural Anthropology 110), Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

Rösger 1977
a.
Rösger, « Usurpatorenviten in der Historia Augusta », dans A. Lippold, N. Himmelmann (éd.), Bonner Festgabe Johannes Straub, Bonn, 1977, p. 359-393.

Rubin 1980
Z.
Rubin, Civil-War Propaganda and Historiography (collection Latomus no 173), Bruxelles, 1980.

Scheid 2007
J
Scheid, Res Gestae Divi Augusti. Hauts faits du divin Auguste, Paris, Les Belles Lettres, CUF, 2007.

Szidat 2010
J.
Szidat, Usurpator tanti nominis : Kaiser und Usurpator in der Spätantike (337-476 n. Chr.) (Historia Einzelschriften no 210), Stuttgart, 2010.

Storia di Roma 3
A. Momigliano et A. Schiavoni (dir.), Storia di Roma 3 : L’età tardoantica, Turin, 1993.

Syme 1971
R.
Syme, Emperors and Biography. Studies in the Historia Augusta, Oxford, Clarendon Press, 1971.

Veyne 2005
P. Veyne, L’empire gréco-romain (coll. Des travaux), Paris, éd. du Seuil, 2005.

Wardman 1984
A. E.
Wardman, « Usurpers and Internal Conflicts in the 4th Century A. D. », Historia : Zeitschrift für Alte Geschichte, 33.2, 1984, p. 220-237

Wellesley 20003
K. Wellesley, The year of the four emperors, avec une introduction de B. Levick, Londres, New York, Routledge, 2000 = The Long Year A. D. 69, Londres, 1975 [2e édition avec des notes additionnelles, 1989].

Yavetz 19902
Z. Yavetz, « The Res Gestae and Augustus’Public Image », dans F. Millar, E. Segal (éd.), Caesar Augustus. Seven Aspects, Oxford, Clarendon Paperbacks, 19902 [1984], p. 1-36.

Notes

1 Je cite le préambule des RGDA qui fournit matière à contextualiser l’affirmation d’un destin, le bilan-programme du désormais diuus Augustus, et son premier paragraphe, résumant l’entrée dans la carrière politique romaine du fils adoptif de César de l’été 44 à l’automne 43 : Rerum gestarum diui Augusti, quibus orbem terra[rum] imperio populi Rom[a] ni subiecit, et inpensarum, quas in rem publicam populumque Romanum fecit, incisarum in duabus aheneis pilis, quae su[n]t Romae positae, exemplar sub[i] ectum. 1.1. Annos undeuiginti natus exercitum priuato consilio et priuata impensa comparaui, per quem rem publicam a dominatione factionis oppressam in libertatem uindicaui. 2. Eo [nomi] ne senatus decretis honorif[i] cis in ordinem suum m [e adlegit C(aio) Pansa et A (ulo) Hirti] o consulibus con[sula] rem locum s [ententiae dicendae simu]l[dans et i]mperium mihi dedit. 3. Res publica n[e quid detrimenti caperet], me pro praetore simul cum consulibus pro[uidere iussit. 4. P]opulus autem eodem anno me consulem, cum [consul uterqu]e in bel[lo ceci] disset, et triumuirum rei publicae constituend[ae creauit]. Cf. Mommsen 19062, à propos de la « reine des inscriptions », p. 247, et Scheid 2007, Cooley 2009, pour les deux éditions les plus récentes. On trouve désormais dans Mitchell, French 2012, p. 66-138, l’édition avec photographies et relevés de l’inscription d’Ancyre.

2 Mommsen 1887-1896 ; Lacey 1996 ; Ferrary 2001a et 2001b ; et Girardet, 2007, pour le recueil de ses principales études.

3 Veyne 2005, « Qu’était-ce qu’un empereur romain ? », p. 15-78, pour une approche stimulante concernant la définition du pouvoir impérial romain, sur une très longue durée, d’Auguste au début du ve siècle, mais également sur l’interprétation évolutive des Modernes à propos de cette « monarchie ». Je récuse certaines formulations, notamment d’un césarisme conçu comme un absolutisme, même s’il est fondé sur une délégation de l’autorité !

4 Quelques références à propos de la portée du message augustéen et de la condamnation de la mémoire d’Antoine : Yavetz 1990 demeure une lecture judicieuse de l’ambition et des desseins des Res gestae ; pour un premier éclairage du dossier antonien, Benoist 2003a, p. 233 avec les références à la littérature antérieure, puis Flower 2006, notamment p. 116-121, enfin Ferriès 2007, concernant le sort des partisans d’Antoine.

5 Pour le contexte de l’année 44-43, l’affrontement entre Octavien et Marc Antoine et la position de Cicéron, Benoist 2012b.

6 Martijn Icks, qui a rédigé, à Nimègue sous la direction de Lukas de Blois, une thèse récemment parue sur Élagabal (Icks 2012), a conduit à l’université d’Heidelberg un projet de recherche européen « Marie Curie » consacré aux modes de création et de rejet des empereurs, en particulier au moyen de rituels qui peuvent être présentés tout autant de manière positive que négative, afin en ce dernier cas de dégrader l’image d’un empereur réputé mauvais. Cf. Kertzer 1988, Rappaport 1999 et, à propos de l’apport des réflexions de ce dernier pour l’histoire romaine, Benoist 2006, p. 126-127.

7 Marrou 1972, cité en introduction supra, p. 20.

8 Dans le cadre d’une recherche en cours sur les figures du discours impérial de célébration et de condamnation, quelques jalons récents d’une réflexion par étape : Benoist 2012a, 2012b, 2012c, 2012d et 2012e. Auparavant, les commémorations urbaines du prince ont fait l’objet de deux études, d’abord centrée sur le premier siècle du principat, puis élargie à un vaste Haut-Empire qui nous conduit d’Auguste à Constantin : cf. Benoist 1999a et 2005.

9 Paschoud, Szidat 1997, avec de nombreuses études de cas, et en partant de l’introduction de E. Flaig 1997.

10 Amm. Marc., 26, 6, 14, à propos de l’achat de l’empire aux prétoriens : utque condictum est, ubi excanduit radiis dies, idem Procopius diductus in cogitationes uarias Anastasianas balneas petit a sorore Constantini cognominatas, ubi locata nouerat signa, doctusque per arcanorum conscios omnes in eius studium consensisse societate coita nocturna fide salutis data libenter admissus constipatione uendibilium militum cum honore quidem sed in modum tenebatur obsessi, qui ut praetoriani quondam post Pertinacis necem licitantem imperii praemia Iulianum susceperant, ipsi quoque Procopium infausti dominatus exordia molientem adtenti ad omne conpendium defenderunt. Sur le contexte de cette usurpation sous le règne de Valens, en 366, Lenski 2002, p. 68-115. De la même façon, le récit de Dion Cassius s’attachant à décrire la crise de 68-69 est empreint des réalités de 193-197, Didius Julianus pouvant se retrouver sous les traits de Vitellius, par exemple à propos de la vente des charges palatines (Dio Cass., 64, 9, 2). Cf. Benoist 2001.

11 En partant des analyses de Christol 20062, p. 137-165 et 170-173, et de la CAH2, p. 28-66 (par J. Drinkwater, qui s’était précédemment intéressé à l’empire gaulois selon une perspective très discutée dans Drinkwater 1987). Une hypothèse de lecture de la position d’Odénath au sein des provinces d’Orient, avec les références aux sources, notamment papyrologiques et à la bibliographie : Benoist 2000.

12 Se reporter à la lecture de la figure de Zénobie dans les vies de Gallien, Aurélien et Zénobie, proposée par Krause 2007, qui s’attache à décrypter l’adaptation du portrait aux traits de caractère masculin comme contre-modèle, en utilisant les catégories du gender.

13 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 23 : Cum illam Aurelianus cepisset atque in conspectum suum adductam sic appellasset : « Quid est, Zenobia ? Ausa es insultare Romanis imperatoribus ? », illa dixisse fertur : « Imperatorem te esse cognosco, qui uincis, Gallienum et Aureolum et ceteros principes non putaui. Victoriam mei similem credens in consortium regni uenire, si facultas locorum pateretur, optaui. » Quelques éléments d’approche des biographies de l’Histoire Auguste dans notre perspective : Benoist 2012d et e.

14 Selon le Littré, « celui qui par violence, par ruse, s’empare des possessions, du pouvoir d’un autre ».

15 Barnes 1996 propose de revenir sur l’équivalence usurpateur/tyran, en soulignant les implications morales de l’emploi de tyrannus au ive siècle, à partir de la documentation littéraire et épigraphique (arc des decennalia de Constantin à Rome). On peut également compléter cette approche par l’étude quasi-contemporaine de Neri 1997.

16 HA, Quadr. Tyr., 1. 1 : Minusculos tyrannos scio plerosque tacuisse aut breuiter praeterisse (…) et Pesc. Nig., 9. 1. (…) Non enim facile, ut in principio libri diximus, quisquam uitas eorum mittit in libros, qui aut principes in re p. non fuerunt aut a senatu appellati non sunt imperatores, aut occisi citius ad famam uenire nequiuerunt. 2. Inde quod latet Vindex, quod Piso nescitur, quod omnes illi, qui aut tantum adoptati sunt aut a militibus imperatores appellati, ut sub Domitiano Antonius, aut cito interempti uitam cum imperii usurpatione posuerunt.

17 D’une manière générale, on se reportera à la lecture proposée par Paschoud 1997, concernant l’usurpateur et le tyran dans l’HA.

18 Un essai d’analyse urbaine des proclamations de l’année 68-69 dans Benoist 2001.

19 Cf. HA, Av. Cass., 7.

20 Dans cette perspective, l’étude de Rubin 1980, à partir des sources littéraires, demeure exemplaire.

21 Je renvoie à mon hypothèse de lecture de cette cérémonie romaine de 274, un aduentus, avec les références aux sources et à la littérature secondaire, dans le cadre de l’évolution des rituels d’entrée solennelle et de triomphe à Rome au iiie siècle : Benoist 2005, p. 79-91 et 211-228,

22 Greenhalgh 1975, Wellesley 20003, Nicols 1978 et Levick 1999, pour l’année 68-69, avec l’étude plus théorique de Flaig 1992, portant sur le premier siècle du principat ; Grainger 20042, concernant 96-99 ; enfin, Birley 19993 et Rubin 1980, à propos de la mise en place du pouvoir sévérien.

23 Benoist 2001, 1999b, 2003b et 2007.

24 Birley 19993, p. 212-229, « Appendix 2. The Septimii and Fulvii of Lepcis Magna, the Julii of Emesa and their Connections », avec 60 entrées prosopographiques.

25 C’est encore le titre choisi par Cosme 2012 pour son étude, tout récemment parue, de cette « mutation impériale ».

26 Pour ces trois personnages, on peut se reporter au traitement des trois premiers chapitres de Cosme 2012 : « Vindex », « La chute de Néron » et « Galba », p. 13-70, passim. Seule la figure de Vindex se détache de Wellesley 20003.

27 B. Levick dans Wellesley 20003, p. XVII-XXIV, à propos de la postérité de l’œuvre en vingt-cinq ans, ses mérites, notamment la lecture suivie et critique de Tacite, et les apports récents de la bibliographie. J’en extrais un court passage, dont le point de départ est fourni par la recension de M. A. R. Colledge dans Classical Review (27, 1977, p. 226-228) : « Colledge noted that Wellesley’s aim was ‘to provide a plain narrative’, making the important assumption that ‘Roman politicians and leaders were no less open to cool reason than we… this assumption, which is merely an act of faith, seems not infrequently to suggest verdicts and solutions different from those of Tacitus’. More subtle than individual theory is the change that has come over historical thinking in this country and elsewhere over the past quarter of a century. History has been assimilated to literature and indeed to historiography ; history is text, and monuments are ‘read’ » (p. XX-XXI).

28 Cf. supra p. 15-16, en partant de Nicolet 1970, p. 1211, n. 5 à propos de Fabia 1900.

29 B. Levick dans Wellesley 20003, p. XXI : « Such developments may seem to have antiquated the narrative form of analysis ; in particular, the principles and praxis of E. Flaig deserve close scrutiny. But the nub of the matter is not the methodology but the quality of the analyst », remarque qui suit immédiatement le passage cité supra n. 27.

30 Levick 1999, notamment les chapitres 2 et 11 (p. 14-22, à propos du commandement en Bretagne et des liens avec l’aristocratie ; et p. 170-183, fondé sur les données prosopographiques concernant les élites). Pour Wellesley 20003 et Levick 1999, je me permets de renvoyer à mes comptes rendus dans l’Antiquité classique, 70, 2001, p. 475 et 71, 2002, p. 457-459.

31 Grainger 20042, chap. 7 et 8 (intitulé « Choice »), p. 73-88, en relevant les références constantes aux études de prosopographie dans les notes, p. 140-144, en particulier la PIR2 et les principales enquêtes des trente dernières années.

32 Pour ne citer qu’un exemple, il est aisé de lier la thèse sur Gallien, demeurée inédite, de M. Christol, fondée en grande partie sur les sources épigraphiques et numismatiques, et les enquêtes fortement imprégnées de la méthode prosopographique de son maître Pflaum, qu’il a publiées successivement, à propos des carrières sénatoriales de la seconde partie du iiie siècle et afin d’établir une histoire politique de la période menant de l’assassinat de Commode au concile de Nicée : Christol 1981, 1986 & 20062.

33 En renvoyant, en partant de Birley 19993, à Christol 20062, la CAH XII2 et la Storia di Roma 3. Je signale un essai de réflexion historiographique à propos de la Cambridge Ancient History dans mon compte rendu de la Revue Historique, 650, avril 2009, p. 392-396.

34 Je retiens trois exemples significatifs des approches des « tyrans » du iiie siècle : à propos de deux mauvais princes exemplaires, Élagabal et Maximin le Thrace, érigés au rang de contre-modèle (Brandt 2002 et Escribano 1996) et d’un usurpateur que l’on peut tirer du néant, en confrontant la notice de l’HA et les données numismatiques et épigraphiques, Saturninus (Estiot 2002).

35 HA, Quadr. Tyr., 1 : 1. Minusculos tyrannos scio plerosque tacuisse aut breuiter praeterisse. Nam et Suetonius Tranquillus, emendatissimus et candidissimus scriptor, Antonium, Vindicem tacuit, contentus eo quod eos cursim perstrinxerat, et Marius Maximus, qui Auidium Marci temporibus, Albinum et Nigrum Seueri non suis propriis libris sed alienis innexuit. 2. Et de Suetonio non miramur, cui familiare fuit amare breuitatem. Quid Marius Maximus, homo omnium uerbosissimus, qui et mythistoricis se uoluminibus inplicauit, num ad istam descriptionem curamque descendit ? 3. Atque contra Trebellius Pollio ea fuit diligentia, ea cura in edendis bonis malisque principibus, ut etiam triginta tyrannos uno breuiter libro concluderet, qui Valeriani et Gallieni nec multo superiorum aut inferiorum principum fuere temporibus. 4. Quare [etiam] <nobis> quoque etiamsi <non tanta>, non tamen minima fuerit cura, ut dictis Aureliano, Tacito et Floriano, Probo etiam, magno ac singulari principe, cum dicendi essent Carus, Carinus et Numerianus, de Saturnino, Bonoso et Proculo et Firmo, qui sub Aureliano fuerant, non taceremus.

36 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. C-CXXXI, à propos des pseudonymes, des empereurs dédicataires, des auteurs apocryphes, des noms de personnes, des anachronismes, des faux documents, des inscriptions, monnaies, monuments et œuvres d’art, du droit et des père et grand-père de Flavius Vopiscus, après avoir défini les rapports dans cette œuvre entre mensonge et histoire.

37 Au sommaire de ces deux recueils de uitae, « Trente Tyrans » qui sont en fait trente-deux : Cyriadès-Mariadès, Postumus, Postumus le Jeune, Lollianus, Victorinus, Victorinus le Jeune, Marius, Ingénuus, Régilianus, Auréolus, Macrien, Macrien le Jeune, Quiétus, Odénath, Hérodès, Maeonius, Ballista, Valens, Valens l’Ancien, Pison, Aemilianus, Saturninus, Tétricus l’Ancien, Tétricus le Jeune, Trébellianus, Hérennianus, Timolaus, Celsus, Zénobie, Victoria, Titus et Censorinus ; et un « Quadrige des Tyrans » avec Firmus, Saturninus, Proculus et Bonosus.

38 Dans cette perspective, je signale l’enquête de Wardman 1984, qui permet de remettre en contexte les récits des abréviateurs et de l’HA, eux-mêmes confrontés aux usurpations et aux « tyrans » de leur époque, ce qui ne pouvait qu’influencer leurs approches des événements du iiie siècle. Déjà, l’étude de Rösger 1977 prit tout à la fois en compte les liens avec Suétone, les rapports entre Augusti, Caesares et tyranni, et l’inventaire des usurpations à partir du début du ive siècle, sous Constantin. La réflexion peut être poursuivie grâce au dernier titre en date de Szidat 2010, qui se place résolument dans le prolongement de l’approche conceptuelle de Flaig 1992, pour analyser les modifications de l’usurpation à partir des Constantinides.

39 HA, Gall., 16, 1 (orbem terrarum uiginti prope <per> tyrannos uastari fecit, ita ut etiam mulieres illo melius imperarent) ; 19, 6 (Fuisse autem et alios rebelliones sub eodem proprio dicemus loco, si quidem placuit uiginti tyrannos uno uolumine includere, idcirco quod nec multa de his dici possunt et in Gallieni uita pleraque iam dicta sunt) ; 21, 1-2 (Nunc transeamus ad uiginti tyrannos, qui Gallieni temporibus contemptu mali principis extiterunt. De quibus breuiter et pauca dicenda sunt ; 2. neque enim digni sunt eorum plerique, ut uolumen talium hominum saltim nominibus occupetur, quamuis aliqui non parum in se uirtutis habuisse uideantur, multum etiam rei p. profuisse).

40 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. 837-839.

41 HA, Gall., 19, 7 : Et haec quidem de Gallieno hoc interim libro dixisse sufficiet. Nam et multa iam in Valeriani uita dicta sunt, <multa> in libro, qui de triginta tyrannis inscribendus est, iam loquemur, quae iterari ac saepius dici minus utile uidebatur.

42 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 1 : Omnis iam consumptus est pudor, si quidem fatigata re p. eo usque peruentum est, ut Gallieno nequissime agente optime etiam mulieres imperarent, et quidem peregrinae. Ce qui permet, en ouverture de la première uita d’une femme dans l’HA, de faire honte au prince régnant, ce que confirme la vie suivante, portrait d’une seconde femme : 31, Victoria, 1 (Non tam digna res erat, ut etiam Vitruuia siue Victoria in litteras mitteretur, nisi Gallieni mores hoc facerent, ut memoria dignae etiam mulieres censerentur).

43 À propos de Censorinus, l’analyse de Johne 1976.

44 Cf. Syme 1971, p. 270.

45 La seule et fragile mention d’une telle « existence » chez Aur. Vict., 33, 14 : Interim Victoria amisso Victorino filio, legionibus grandi pecunia comprobantibus Tetricum imperatorem facit, qui familia nobili praesidatu Aquitanos tuebatur, filioque eius Tetrico Caesarea insignia impartiuntur.

46 A. Chastagnol dans Histoire Auguste, p. 858, avec Hérodien, 7, 1, 9-10 pour Quartinus (ancien consul ami d’Alexandre, revêtu de la pourpre par les archers Oschroéniens et trahi le soir même par Macedo qui aurait livré sa tête à Maximin) et 7, 1, 5-8, pour C. Pétronius Magnus (conjuration avortée de cet ancien consul, destinée à livrer Maximin aux Barbares, ou prétexte à une épuration conduite par l’empereur).

47 Voir Benoist 2012e.

48 Se reporter à Benoist 2012b.

49 HA, Tr. Tyr., 30, Zenobia, 16 : Vox clara et uirilis. Seueritas, ubi necessitas postulabat, tyrannorum, bonorum principum clementia, ubi pietas requirebat.

50 HA, Av. Cass., 7, 1-9 : 1. Hic imperatorem se in oriente appellauit, ut quidam dicunt, Faustina uolente, quae ualetudini Marci iam diffidebat et timebat, ne infantes filios tueri sola non posset atque aliquis existeret, qui capta statione regia infantes de medio tolleret. 2. Alii autem dicunt hanc artem adhibuisse militibus et prouincialibus Cassium contra Marci amorem, ut sibi posset consentiri, quod diceret Marcum diem suum obisse. 3. Nam et diuum eum appellasse dicitur, ut desiderium illius leniret. 4. Imperatorio animo cum processisset, eum, qui sibi aptauerat ornamenta regia, statim praefectum praetorii fecit ; qui et ipse occisus est Antonino inuito ab exercitu, qui et Maecianum, cui erat commissa Alexandria quique consenserat spe participatus Cassio, inuito atque ignorante Antonino interemit. 5. Nec tamen Antoninus grauiter est iratus rebellione cognita nec in eius liberos aut affectus saeuit. 6. Senatus illum hostem appellauit bonaque eius proscripsit. Quae Antoninus in priuatum aerarium congeri noluit, quare senatu praecipiente in aerarium publicum sunt relata. 7. Nec Romae terror defuit, cum quidam Auidium Cassium dicerent absente Antonino, qui nisi a uoluptariis unice amabatur, Romam esse uenturum atque urbem tyrannice direpturum, maxime senatorum causa, qui eum hostem iudicauerant bonis proscriptis. 8. Et amor Antonini hoc maxime enituit, quod consensu omnium praeter Antiochenses Auidius interemptus est ; 9. quem quidem occidi non iussit sed passus est, cum apud cunctos clarum esset, si potestatis suae fuisset, parsurum illi fuisse.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540