Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Histoire politique et sociale du monde romain et prosopographie. Le discours de la méthode, une introduction

Stéphane Benoist

Texte intégral

  • 1 Demougin 2011 ; PIR2 S (2006) et T (2009).
  • 2 Nicolet 1970 et Chastagnol 1970 = 1987, p. 25-31.

1Ma démarche se veut essentiellement historiographique et méthodologique ; ne sont cités en référence que quelques jalons bibliographiques sans aucune visée exhaustive : de très nombreuses études ont été rédigées sur la méthode prosopographique, son usage, ses apports et limites ; ne sont donc mentionnés que ce qui m’a semblé utile dans la perspective d’une approche liminaire et d’une visée programmatique. Je citerai en premier lieu une présentation de Ségolène Demougin, qui a accepté de se charger des conclusions du présent volume et qui avait eu le mérite, à l’occasion d’un séminaire international organisé à Lille à l’automne 2008, de replacer l’évolution d’une discipline dans le cadre des recherches en histoire ancienne d’un très long xxe siècle, depuis les prolégomènes des deux dernières décennies du xixe s. jusqu’à la parution récente de deux volumes de la deuxième édition de la Prosopographia Imperii Romani1. Je m’en tiendrai pour ma part au dernier demi-siècle et, plus particulièrement, je prendrai comme point de départ la tenue du Ve congrès de la fédération internationale d’Études classiques, réuni à Bonn du 1er au 6 septembre 1969 ; consacré au thème général de l’interprétation, avec une session dédiée à l’interprétation prosopographique de l’histoire romaine, quatre contributions y avaient été présentées dont celles de Claude Nicolet et d’André Chastagnol, qui furent publiées l’année suivante par les Annales avec un chapeau introductif rappelant l’utilisation faite par l’histoire romaine de cette méthode depuis la fin du xixe siècle, qui vit le premier emploi de ce terme2.

Histoire politique / histoire sociale

  • 3 Les deux autres contributions de cette session du congrès de 1969 furent publiées séparément, l’ann (...)
  • 4 Nicolet 1970, avec un long exposé des enjeux de la méthode prosopographique dans la note 4 des page (...)
  • 5 Pour une mise en perspective, Hurlet 2012, en partant de Millar 1998 et 2002 (où l’on trouve les ar (...)

2On pouvait fort justement, comme le suggère l’introduction du dossier des Annales, opposer les interventions de Broughton et den Boer qui, fondées sur une approche de cette méthode prosopographique comme interprétation de l’histoire politique, stigmatisaient à bon droit leur schéma d’explication trop systématique mais aboutissaient donc à un procès d’intention, et les deux contributions françaises, plus favorables, l’envisageant comme une méthode essentiellement d’histoire sociale3. Mais le caractère civique des sociétés anciennes permettait de dépasser ces oppositions stériles et de noter la complémentarité des approches politico-sociales, fortement solidaires – jugée par les Annales comme l’une de leurs caractéristiques les plus fascinantes. Cette opposition formelle, par l’usage interposé de la prosopographie, entre plusieurs démarches et angles d’approche, notamment de la république romaine, demeure un des enjeux de débats récents consacrés à la nature du régime romain de la res publica : la mention en 1970 de Gelzer – pour sa « noblesse de la république romaine » – et de Münzer – en tant que rédacteur de notices de la Real-Encyclopädie et pour ses études sur les sacerdoces –, afin de témoigner des résultats spectaculaires de la prosopographie4, et les oppositions frontales entre les thèses de Fergus Millar sur le rôle du populus Romanus et le caractère plus ou moins démocratique de la république romaine et celles de ses contradicteurs allemands, notamment Karl-Joachim Hölkeskamp, qui lui reprochaient tout particulièrement son utilisation limitée de l’historiographie, notamment l’histoire sociale allemande5.

Le mot et l’objet

  • 6 Nicolet 1970, note 3, p. 1210-1211.
  • 7 Godefroy 1743, VI, 2, p. 35-94.
  • 8 Universalis 2008, Corpus vol. 11, p. 821, col. a. La référence aux chevaliers romains atteste la pr (...)

3Quelques définitions s’imposent à propos de cette méthode d’élaboration documentaire et des principaux résultats qui en sont tirés, de l’établissement à la mise en série de notices individuelles. Je me fonde en particulier sur l’histoire du mot retracée par Claude Nicolet dans sa contribution6. Le premier emploi relevé provient des appendices de l’édition du Codex Theodosianus de Jacques Godefroy, qui offre au mot un champ d’investigation qu’il ne quittera jamais tout à fait : Prosopographia seu index personarum omnium quarum fit mentio in codice Theodosiano numero circiter Dccl7. En 1863, la première édition du dictionnaire d’Émile Littré place le terme sous le registre exclusif de la rhétorique en s’attachant à cette « espèce de description qui a pour objet de faire connaître les traits extérieurs, la figure, le maintien d’un homme, d’un animal ». Dans le praemonitum de 1896 à la première édition de la PIR (p. VI), non signé mais que Nicolet attribue sans hésitation à Th. Mommsen, est précisé le sens qu’il convient de donner au mot : Prosopographia haec cum appellauimus uocabulo non optimo, sed recepto. Le Dizionario Enciclopedico Italiano fournit de surcroît, à la date de 1958, les contours méthodologiques de l’entreprise : « Raccolta di notizie su personnagi di una epoca (o di una città, etc.) disposti in ordine alfabetico ». J’ajouterai les précisions du volume « corpus » de la dernière édition de l’Encyclopædia Universalis (2008) qui renvoie pour ce terme à trois entrées en histoire : « domaines et champs : histoire politique [contemporaine] et histoire sociale ; histoire et historiens ; sources et méthodes de l’historien », absentes de la précédente refonte (1996). J’extrais de la deuxième notice que l’on doit au contemporanéiste Olivier Lévy-Dumoulin les propos suivants : « La prosopographie a constitué une passerelle entre l’histoire des séries, l’histoire des masses, quasi déterministe, et la prise en compte des acteurs individuels. Pour les historiens de l’Antiquité, la prosopographie (qui, à l’origine, désigne la description d’une personne) a longtemps été une science auxiliaire étudiant les biographies des membres d’une catégorie spécifique de la société (les chevaliers romains, par exemple), faute de sources autorisant une histoire sociale. Depuis le milieu des années 1970, la prosopographie gagne tous les champs chronologiques de l’histoire »8.

  • 9 Fabia 1900 ; Birley 2000. Je relève quelques communications significatives prononcées dans le cadre (...)

4Si l’on s’en tient à l’objectif louable de Claude Nicolet, il importe de dépasser les procès d’intention (histoire politique et/ou sociale), en privilégiant dans cet état de la question l’approche d’une méthode que l’on a pu qualifier tout autant de « neutre », en en définissant sa portée et ses limites. La constitution de deux sortes d’instruments de travail, les onomastica et les fasti, s’est avérée indispensable aux progrès de cette discipline. Dans le premier cas, il s’agit de dictionnaires biographiques proches des instrumenta des philologues, comme le sont les indices nominum des éditions de textes. On peut citer à un siècle de distance deux onomastica qui abordent l’œuvre de deux amis sénateurs du tournant des ier et iie siècles de notre ère, Tacite et Pline le Jeune9, et correspondent à la constitution d’albums groupant tous les individus connus à titre individuel, pour la période considérée. Les Fasti regroupent pour leur part sous la forme de listes les individus partageant des caractéristiques communes, ceux ayant exercé les mêmes fonctions, les magistrats, les sénateurs, les fonctions apparentées ; ce qui permet de souligner les particularités des structures sociales et politiques de la cité de Rome en tant que société d’ordres – la tendance à l’hérédité, la constitution d’une nobilitas. Mais l’on s’accordera avec l’avertissement de Cl. Nicolet (1970, p. 1216), à savoir la nécessité de dépasser les stricts points de vue biographiques ou généalogiques pour déboucher sur les méthodes de l’histoire sociale par la mise en série. Ceci implique un certain arbitraire, les choix de l’historien passant de l’établissement et de l’étude des fasti à ceux des groupes eux-mêmes, nature, vocation, activités. Pour les magistrats ou titulaires de fonction, on s’attache au recrutement (géographique, social), à la valeur d’avancement (en somme le déroulement d’une carrière), à l’influence d’une famille, ou de la détention d’un tel poste. L’enquête prosopographique apparaît donc tout à la fois comme régressive et prospective, onomastique et généalogique, en appliquant par exemple les critères de l’enquête sur les chevaliers romains, comme le suggère toujours Nicolet, aux tribuns de la plèbe, aux magistrats inférieurs, et finalement aux magistrats et décurions municipaux.

  • 10 Nicolet 1970, p. 1226.

5Je citerai, avant de prendre désormais les définitions d’André Chastagnol comme fil conducteur, cette mise en garde salutaire de Claude Nicolet : « Son objet [de la prosopographie] ne saurait être en aucun cas la juxtaposition de notices individuelles ou même familiales : la biographie ou la généalogie ne ressortissent pas de la prosopographie, ou du moins n’en sont qu’une étape. Méthode propre d’abord à l’histoire politique (avec les Fasti), étendue maintenant à l’histoire sociale, la prosopographie suppose la mise en série, elle ne met en évidence l’individuel et l’exceptionnel que pour dégager, par contraste, le collectif et le normal »10.

La définition de la prosopographie

  • 11 Chastagnol 1970, p. 1229 = 1987, p. 25.

6En reprenant la mise au point qu’André Chastagnol publiait voilà plus de quarante ans, nous pouvons proposer la définition suivante en quatre points11. La méthode prosopographique s’attache à la constitution de notices individuelles fondées sur des renseignements biographiques de toutes sortes à propos de personnes ayant des liens entre eux. Dans un deuxième temps, il convient d’établir des listes générales dans l’ordre chronologique des individus entrant dans le cadre du lien commun délimité : des « fonctionnaires » (préfets du prétoire, de la Ville, gouverneurs), une catégorie sociale (sénateurs, chevaliers, aristocratie gauloise, étudiants de l’orateur Libanios), les membres d’une famille ou de plusieurs (Anicii, Ceionii, la famille d’Ausone), des sacerdoces ou les adeptes d’une religion, d’une secte. Les notices ainsi constituées, avec le numéro d’ordre de chaque individu, présentent leurs origines, leurs carrières, leurs activités, en faisant référence aux sources disponibles : textes littéraires, documents juridiques, administratifs, inscriptions ou papyrus. L’analyse comparée de l’ensemble des notices, à partir du matériel réuni, classé et interprété, permet enfin d’établir les points communs, les particularités, en vue d’une synthèse d’histoire générale.

  • 12 Seeck 1883 et 1906.
  • 13 Real-Encyclopädie ; PIR et PIR2 ; PLRE.
  • 14 Mandouze 1982.
  • 15 Chastagnol 1970, p. 1231 = 1987, p. 27. Le projet de la future PCBE fut exposé par Henri-Irénée Mar (...)
  • 16 Pietri 1999 & 2000 ; de même en 2008, citons le volume consacré à l’Asie : Destephen 2008. Notre co (...)

7On peut prendre quelques exemples des résultats de l’application d’une telle méthode de recherche. A. Chastagnol offrait naguère un état des lieux de ce qu’il estimait être « les principales contributions qui ont vu le jour jusqu’en 1945 ».Après avoir énuméré les publications essentielles d’Otto Seeck, celle de 1883, à propos des correspondants de Symmaque, en introduction à l’édition de ses œuvres dans les Monumenta Germaniae, puis celle de 1906 concernant les correspondants de Libanios12 ; il mentionnait les œuvres collectives de la Real-Encyclopädie, les notices étant classées comme dans un dictionnaire par ordre alphabétique, celles des ive et ve siècles étaient dues à O. Seeck puis W. Ensslin ; de la PIR (pour les trois premiers siècles de notre ère) et de la PLRE (seconde moitié du iiie siècle jusqu’à 395), qui était alors (en 1970) annoncée13. Il rappellait les trois directions principales prises par la recherche depuis 1945 : le personnel des fonctionnaires et administrateurs de l’empire, principalement éclairé par l’épigraphie ; les textes littéraires dont les œuvres des historiens et les correspondances afin d’étudier le cercle des individus qui gravitent autour d’un auteur ; l’étude des familles enfin. Nul doute que la parution en 1982 du premier volume de la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire consacré à l’Afrique14 eut répondu aux attentes formulées en ces termes en 1970 : « Espérons à ce sujet [le clergé chrétien et les fidèles de la nouvelle religion] que l’équipe dirigée à Paris par H.-I. Marrou ne tardera pas trop à entrer dans la voie des réalisations concrètes, après de longs et nécessaires travaux d’approche en une matière immense encore peu explorée et d’interprétation souvent délicate »15. On saluera le rôle joué par Charles et Luce Pietri dans cette phase « concrète » de préparation des volumes de la Prosopographie chrétienne et la participation de Janine Desmulliez aux publications récentes, en 1999 et 2000, traitant de l’Italie chrétienne, tandis que le volume consacré à l’Espagne est sous presse16.

  • 17 Pflaum 1960-1961 & 1982. Un programme de recherche de l’UMR 8210 AnHiMA (Ségolène Demougin, Xavier (...)
  • 18 Christol 1986 ; Demougin 1992 ; Jacques 1983 ; Scheid 1990 ; Dondin-payre 1993.

8Depuis les années 1970, il est possible d’établir une liste des principales enquêtes prosopographiques publiées. Elle serait forcément longue et un peu vaine. Je m’en tiendrai donc aux auditeurs réguliers du séminaire d’André Chastagnol à l’École pratique des Hautes Études, ive section des Sciences historiques et philologiques comme on la dénommait naguère, intitulé « Épigraphie latine impériale », qui prit la suite, de 1980 à 1996, de la conférence d’Hans-Georg Pflaum dont le nom reste attaché aux volumes qu’il consacra aux carrières procuratoriennes, modèle de la méthode prosopographique17. Je citerai pour mémoire les recherches des amis et élèves de Pflaum puis de Chastagnol : consacrées aux sénateurs du iiie siècle (Michel Christol), aux chevaliers Julio-Claudiens (Ségolène Demougin), aux curateurs des cités (François Jacques), aux frères Arvales (John Scheid) ou aux Acilii Glabriones (Monique Dondin-Payre), toutes ces études entrant dans les catégories évoquées dans le rapport de 197018.

  • 19 Nicolet 1970 ; Chastagnol 1970 = 1987, p. 25-31 ; Den Boer 1969 et Broughton 1972 ; enfin Chastagno (...)

9On jugera de la sorte la pérennité des réflexions méthodologiques et programmatiques des auteurs des rapports publiés voilà plus de quarante ans en se reportant aux différentes contributions de ce volume collectif, fruit d’un programme d'une rencontre scientifique présentée dans l’avant-propos qui précède cette introduction et qui a permis de retrouver les directions de recherche énumérées précédemment à propos de cette « Vie des autres. Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain ». Des principes usurpateurs (Stéphane Benoist) aux praesides de Chypre (Maria Kantiréa) et plus généralement aux gouverneurs de province des ive-vie siècles (Roland Delmaire), à propos du fonctionnement de l’empire, du pouvoir central à l’administration provinciale ; des chevaliers romains aux parentes d’officiers équestres, cette catégorie sociale étant envisagée sous deux angles d’approche différents : régional avec le témoignage de la cité de Narbonne (Maria-Luisa Bonsangue) et dans le cadre d’un essai de prosopographie des femmes (Anthony Álvarez Melero), des dévots d’Ostie (Françoise Van Haeperen) aux prêtresses de Vénus à Pompéi (Marie-Odile Charles-Laforge) et aux évêques présents au concile d’Arles (Xavier Loriot, qui n'a pu malheureusement rendre son texte), en ce qui concerne les adeptes des divers cultes ou religions. L’épigraphie est prépondérante dans la plupart des sujets évoqués précédemment ayant trait au Haut-Empire, tandis que l’apport des textes littéraires, souligné dans les rapports des congrès de 1969 et de 197919, est bien illustré par plusieurs contributions se rapportant à l’antiquité tardive : avec l’épistolaire de Grégoire le Grand pour une prosopographie des postes militaires (Pere Maymó y Capdevila), avec l’œuvre de Sidoine Apollinaire (Françoise Prévot) ou la Vie d’Hilaire de Poitiers selon Venance Fortunat (Luce Pietri) qui permettent d’envisager les liens entre histoire, biographie et hagiographie, ce que les biographies de moines invitent à approfondir au service d’une analyse concrète de la possession des richesses (Carles Buenacasa Pérez), ou d’une recherche portant sur l’expérience personnelle du salut (Raúl Villegas Marín). La Chronica Caesaraugustana est utilisée afin d’étayer une enquête portant sur le règne de Gesaleicus (Juan Antonio Jiménez Sánchez), tandis que la politique ecclésiastique de Constantin est éclairée ar la personnalité de l’évêque Hosius (Josep Vilella).

  • 20 Chastagnol 1970, p. 1235 = 1987, p. 31. On se reportera aux propos similaires tenus par Hans-Georg (...)

10Assurément, le titre de notre rencontre, qui nous fut aimablement suggéré par Ségolène Demougin, tout comme le sous-titre résument au mieux les divers aspects abordés par les intervenants réunis les 18 et 19 novembre 2010. Tous souscriraient sans hésiter aux propos de leurs illustres devanciers que j’ai pris pour guides dans ces quelques remarques introductives. En particulier, la conclusion de l’analyse de la prosopographie comme méthode de recherche par André Chastagnol. Je le cite : « la méthode prosopographique n’a pas la prétention de restituer à elle seule l’histoire dans sa totalité » ; plus loin : « c’est un fait d’évidence qu’il faut demeurer le plus prudent possible dans l’interprétation et l’appréciation des faits prosopographiques » ; et finalement : « la moindre précision apportée est bienvenue en un tel domaine, et, quand il se trouve que, par chance, l’apport est plus important, il n’y a qu’à s’en réjouir tout en conservant l’attitude d’humilité qui doit être celle de l’historien devant les progrès lents et continus ou les reculs momentanés (car il y en a) de sa science »20.

11J’achève cette courte introduction par une ultime remarque : Janine Desmulliez, Luce Pietri et Pierre Jaillette, adhérents de la Société des Amis d’Henri-Irénée Marrou-Davenson, apprécieront que je donne la parole pour finir au premier maître d’œuvre de la PCBE, en reprenant des propos publiés dans un opuscule confidentiel, mais repris récemment dans le troisième numéro des Cahiers Marrou en 2010 (Marrou 1972). Dans un texte peu diffusé, contemporain des rapports évoqués tout au long de cette introduction, le titulaire en Sorbonne de la chaire d’histoire du Christianisme s’exprimait au sujet de sa pédagogie. L’Université de France se heurtait alors aux problèmes « les plus difficiles » (je souligne, mais que dire de la situation présente !). Le maître y décrivait toutefois une conception de l’enseignement toute aristocratique, une initiation à la recherche, je cite : « non pas la science toute faite, mais la science en train de se faire », afin d’apprendre le métier d’historien, mais pas seulement : « pour être un bon historien, il faut être un homme réellement cultivé, un homme pleinement homme ». Je poursuivrai par cette remarque qui me servira de viatique pour ces ultimes paroles : « C’est pourquoi j’ai depuis longtemps élevé au rang d’un principe pédagogique la manie de l’excursus, de la digression (je me suis réjoui le jour où je lus sous la plume d’un savant jésuite irlandais : “comme son maître saint Augustin, M. Marrou ne peut se priver du plaisir d’ouvrir une digression”) » ; et cette conclusion toujours d’actualité : « L’histoire, c’est le rapport qui s’établit entre le passé qu’il recherche et le présent de l’historien capable de le retrouver, il y a donc quelque chose de nécessairement très personnel dans la recherche historique » ; plus loin : « la science aujourd’hui nous oblige à être étroitement spécialisés, – mais pour qu’elle ne se perde pas en minuties absurdes, il faut que toute recherche s’insère dans un vaste projet, que la question soulevée soit une grande question ». Ou pour le dire autrement, pas de prosopographie pour elle-même sinon au service d’une histoire politique, sociale, religieuse, car cette « vie des autres », c’est la nôtre, tout simplement.

Bibliographie

Alföldy 2005
G.
Alföldy, « Inschriften und Biographie in der römischen Welt », dans Vössing 2005, p. 29-52.

Birley 2000
A.
Birley, Onomasticon to the Younger Pliny. Letters and Panegyric, Munich, Leipzig, 2000.

De Blois 2005
L. De Blois, « Plutarch’s “Lycurgus” : a Platonic biography », dans Vössing 2005, p. 91-102.

Den Boer 1969
W.
Den Boer, « Die prosopographische Methode in der modernen Historiographie der Hohen Römischen Kaiserzeit », Mnemosyne, XXII-3, 1969, p. 268-280.

Broughton 1972
T. R. S.
Broughton, « Senate and senators of the Roman republic. The prosopographical approach », Aufstieg und Niedergang der römischen Welt. Geschichte und Kultur Roms im Spiegel der neueren Forschung. Joseph Vogt zu seinem 75. Geburtstag gewidmet, I : Von den Anfängen Roms bis zum Ausgang der Republik, 1. Politische Geschichte, H. von Temporini (éd.), Berlin, 1972, p. 250-265.

Chastagnol 1970
A. Chastagnol, « La prosopographie, méthode de recherche sur l’histoire du bas Empire », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25e année, n. 5, 1970. p. 1229-1235 = Chastagnol 1987, p. 25-31.

Chastagnol 1983
A. Chastagnol, « Quelques problèmes de la prosopographie romaine et byzantine des ive-ve siècles », Actes du VIIe congrès de la F. I. E. C., II, Budapest, 1983, p. 83-92 = Chastagnol 1987, p. 55-64.

Chastagnol 1987
A. Chastagnol, L’Italie et l’Afrique au Bas-Empire, Scripta varia 1, Lille, 1987.

Christol 1986
M. Christol, Essai sur l’évolution des carrières sénatoriales dans la seconde moitié du iiie siècle ap. J.-C., Paris, 1986.

Demougin 1992
S. Demougin, Prosopographie des chevaliers romains julio-claudiens (Collection de l’École Française de Rome 153), Rome, 1992.

Demougin 2011
S. Demougin, « Heurts et malheurs de la prosopographie », dans Figures d’empire, fragments de mémoire : Pouvoirs et identités dans le monde romain impérial (iie s. av. n. è. – vie s. ap. n. è.), S. Benoist, A. Daguey-Gaget et C. Hoët van Cauwenberghe (éd.), Lille, 2011, p. 321-343.

Demougin et al. 2006
S. Demougin, X. Loriot, P. Cosme, S. Lefebvre (éd.), Hans-Georg Pflaum, un historien du xxe siècle, École pratique des Hautes Études, Sciences historiques et philologiques, Hautes Études du monde gréco-romain 37, Droz, Genève, 2006.

Destephen 2008
S. Destephen, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 3 : Prosopographie du diocèse d’Asie (325-641), Paris, Association des amis du Centre d’histoire et civilisation de Byzance, 2008.

Dondin-Payre 1993
M. Dondin-Payre, Exercice du pouvoir et continuité gentilice. Les Acilii Glabriones : du iiie siècle av. J.-C. au ve siècle ap. J.-C. (Collection de l’École Française de Rome 180), Rome, 1993.

Eck 2005
W.
Eck, « Auf der Suche nach Personen und Persönlichkeiten : “cursus honorum” und Biographie », dans Vössing 2005, p. 53-72.

Errington 2005
R. M.
Errington, « Biographie in hellenistischen Inschriften », dans Vössing 2005, p. 13-28.

Fabia 1900
Ph. Fabia, Onomasticon Taciteum (Annales de l’Université de Lyon, nouvelle série. II, lettres 4), Paris, 1900.

Gelzer 1912
M.
Gelzer, Die Nobilität der römischen Republik, Leipzig-Berlin, 1912 = Kleine Schriften, 1962, p. 19-135 ; The Roman Nobility, traduit par R. Seager, Oxford, 1969.

Godefroy 1743
J.
Godefroy, Codex Theodosianus, éd. Weidmann, 1743.

Hölkeskamp 2004
K.-J.
Hölkeskamp, Rekonstruktionen einer Republik. Die politische Kultur des antiken Roms und die Forschung der letzten Jahrzente, Munich, 2004.

Hölkeskamp 2008
K.-J. Hölkeskamp, Reconstruire une République. Antiquité romaine. La « culture politique » de la Rome antique et la recherche des dernières décennies, traduit par C. Layre, Nantes, 2008.

Hölkeskamp 2010
K.-J.
Hölkeskamp, Reconstructing the Roman Republic. An Ancient Political Culture and Modern Research, Princeton, 2010.

Hurlet 2012
F. Hurlet, « Démocratie à Rome ? Quelle démocratie ? En relisant Millar (et Hölkeskamp) », dans Rome, a City and its Empire in perspective / Rome, une cité impériale en jeu, S. Benoist (éd.) (Impact of Empire 16), Leyde, Boston, 2012, p. 19-43.

Jacques 1983
F. Jacques, Les curateurs des cités dans l’Occident romain de Trajan à Gallien (Collection Études prosopographiques 5), Paris, 1983.

Le Roux 2006
P. Le Roux, « H.-G. Pflaum, l’armée romaine et l’empire », dans Demougin et al. 2006, p. 157-187.

Mandouze 1982
A. Mandouze, Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 1 : Prosopographie de l’Afrique chrétienne (303-553), Paris, éd. du CNRS, 1982.

Marrou 1953
H. I. Marrou, « Travaux concernant la prosopographie du bas empire », Actes du 2e Congrès International d’Épigraphie grecque et latine (Paris, 1952), Paris, Adrien-Maisonneuve, 1953, p. 90-93.

Marrou 1972
H. I.
Marrou, « La mia pedagogia », dans La mia pedagogia, Padoue, Liviana Editrice, 1972, p. 227-237 = Cahiers Marrou, 3, 2010, p. 34-45.

Millar 1998
F.
Millar, The Crowd in Rome in the Late Republic (Jerome Lectures 22), Ann Arbor, University of Michigan, 1998.

Millar 2002
F.
Millar, Rome, the Greek World, and the East I. The Roman Republic and the Augustan Revolution, H. M. Cotton, G. M. Rogers (éd.), Chapel Hill, Londres, 2002.

Münzer 1920
F.
Münzer, Römische Adelspartein und Adelsfamilien, Stuttgart, 1920.

Nicolet 1970
C. Nicolet, « Prosopographie et histoire sociale : Rome et l’Italie », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 25e année, n. 5, 1970, p. 1209-1228.

Paschoud 2005
Fr.
Paschoud, « Biographie und Panegyricus : wie spricht man vom lebenden Kaiser ? », dans Vössing 2005, p. 103-118.

Pflaum 1960-1961 ; 1982
H.-G. Pflaum, Les Carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, 1960-1961 (I-III) et 1982 (IV).

Pflaum 1974
H.-G. Pflaum, « Le Progrès des recherches prosopographiques concernant l’époque du Haut-Empire durant le dernier quart du siècle (1945-1970) », dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, II, Principat, 1, H. von Temporini (éd.), Berlin, 1974, p. 113-135.

Pietri 1999 ; 2000
Ch. Pietri, L. Pietri (dir.), Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, 2 : Prosopographie de l’Italie chrétienne (313-604), par J. Desmulliez, Chr. Fraisse-Coué, É. Paoli-Lafaye et al., 1, A-K, Paris, de Boccard, 1999, et 2, L-Z, Rome, École française de Rome, 2000.

PIR
Prosopographia Imperii Romani,
E. Klebs et al. (éd.), 3 volumes, Berlin-Leipzig, 1897-1898.

PIR2
Prosopographia Imperii Romani, 2e édition, E. Groag et al. (éd.), Berlin-Leipzig, 1933-.

PLRE
A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris (éd.), The Prosopography of the Later Roman Empire I–III, Cambridge, 1971-1992.

Real-Encyclopädie
A. Pauly, G. Wissowa, Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, 1893-1978.

Scheid 1990
J. Scheid, Le collège des Frères Arvales. Étude prosopographique du recrutement (69-304), Rome, 1990.

Seeck 1883
Monumenta Germaniae historica : Auctores Antiquissimi. 6.1 Q Aurelii Symmachi quae supersunt, éd. O. Seeck, Berlin, 1883, réimpression Munich 1984 et 2001.

Seeck 1906
O.
Seeck, Die Briefe des Libanius zeitlich geordnet, Leipzig, 1906, réimpression Hildesheim, 1966.

Speidel 2005
M. P.
Speidel, « Lebensbeschreibungen traianischhadrianischer Gardereiter », dans Vössing 2005, p. 73-89.

Universalis 2008
Encyclopædia Universalis, Paris, édition entièrement refondue, 2008.

Vössing 2005
K. Vössing (éd.). Biographie und Prosopographie : internationales Kolloquium zum 65. Geburtstag von Anthony R. Birley, 28. September 2002, Schloss Mickeln, Düsseldorf, Stuttgart, Steiner, 2005.

Notes

1 Demougin 2011 ; PIR2 S (2006) et T (2009).

2 Nicolet 1970 et Chastagnol 1970 = 1987, p. 25-31.

3 Les deux autres contributions de cette session du congrès de 1969 furent publiées séparément, l’année même du congrès dans le premier cas ou bien trois ans plus tard : Den Boer 1969 et Broughton 1972.

4 Nicolet 1970, avec un long exposé des enjeux de la méthode prosopographique dans la note 4 des pages 1214-1216, citant notamment Gelzer 1912 et Mûnzer 1920.

5 Pour une mise en perspective, Hurlet 2012, en partant de Millar 1998 et 2002 (où l’on trouve les articles des années 1980 et 1990 portant sur l’analyse de la res publica romaine) et d’Hölkeskamp 2004, 2008 et 2010.

6 Nicolet 1970, note 3, p. 1210-1211.

7 Godefroy 1743, VI, 2, p. 35-94.

8 Universalis 2008, Corpus vol. 11, p. 821, col. a. La référence aux chevaliers romains atteste la prise en compte notamment de l’étude de Nicolet 1970 et plus généralement du dossier des Annales, tout comme l’expression « sciences auxiliaires », faisant écho aux propos d’H.-G. Pflaum (Pflaum 1974, p. 135, cités infra note 20).

9 Fabia 1900 ; Birley 2000. Je relève quelques communications significatives prononcées dans le cadre d’un hommage destiné à célébrer l’œuvre d’Anthony Birley, regroupées au sein d’un volume opportunément intitulé : « Biographie et prosopographie ». Cf. Vössing 2005, avec Errington, Alföldy, Eck, Speidel, De Blois et Paschoud.

10 Nicolet 1970, p. 1226.

11 Chastagnol 1970, p. 1229 = 1987, p. 25.

12 Seeck 1883 et 1906.

13 Real-Encyclopädie ; PIR et PIR2 ; PLRE.

14 Mandouze 1982.

15 Chastagnol 1970, p. 1231 = 1987, p. 27. Le projet de la future PCBE fut exposé par Henri-Irénée Marrou dès 1953 (Marrou 1953).

16 Pietri 1999 & 2000 ; de même en 2008, citons le volume consacré à l’Asie : Destephen 2008. Notre collègue Josep Villela, de l’Université de Barcelone, est chargé de l’édition du volume de la PCBE Espagne.

17 Pflaum 1960-1961 & 1982. Un programme de recherche de l’UMR 8210 AnHiMA (Ségolène Demougin, Xavier Loriot) s’attèle à la préparation d’un supplément aux carrières, qui devrait être mis en ligne dans les prochaines années. Concernant la méthode de ce très grand savant, je signale le colloque organisé à l’ÉPHÉ pour les 25 ans de sa disparition : Demougin et al. 2006.

18 Christol 1986 ; Demougin 1992 ; Jacques 1983 ; Scheid 1990 ; Dondin-payre 1993.

19 Nicolet 1970 ; Chastagnol 1970 = 1987, p. 25-31 ; Den Boer 1969 et Broughton 1972 ; enfin Chastagnol 1983 = 1987, p. 55-64

20 Chastagnol 1970, p. 1235 = 1987, p. 31. On se reportera aux propos similaires tenus par Hans-Georg Pflaum dans son bilan publié dans l’ANRW, II. 1 en 1974 et reproduits par Patrick Le Roux lors du colloque d’hommage réuni à l’ÉPHÉ : Pflaum 1974, p. 135 et Le Roux 2006, p. 187 : « … nous proclamons bien clairement que les textes des historiens restent malgré tout nos sources essentielles et que la prosopographie comme ses sœurs épigraphie, papyrologie et numismatique n’est qu’une science auxiliaire, une discipline, dont on ne saurait guère se passer, mais qui ne fournit qu’une vue très partielle de cet ensemble du monde romain que nous tâchons de toujours mieux connaître pour mieux le comprendre ».

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540