Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vie des autres

 | 
Stéphane Benoist
, 
Christine Hoët-van Cauwenberghe

Avant-propos

Christine Hoët-van Cauwenberghe et Pierre Jaillette

Texte intégral

1Devenue une discipline à part entière, contribuant pleinement à la construction du discours historique, la prosopographie tire son nom du grec prosopon : un vocable qui désigne certes – c’est son sens premier – le masque de théâtre, mais aussi, le visage de celui qui le porte et, au-delà, le portrait complet de l’individu. Comme l’a très justement précisé André Chastagnol (1920-1996), dans son article « La prosopographie, méthode de recherche en histoire du Bas-Empire » paru dans les Annales ESC en 1970, p. 1229-1235, la recherche prosopographique a pour but « de constituer des notices individuelles regroupant les renseignements biographiques de toute sorte fournis par des personnages ayant entre eux un lien commun ». Elle s’applique à tout groupe social – qu’il s’agisse des sénateurs, des chevaliers, des notables municipaux – et embrasse dès lors tant l’Antiquité classique que l’Antiquité tardive et, au delà, toutes les périodes de l’histoire.

2C’est ici encore vers l'un des fondateurs de l’histoire ancienne, Théodore Mommsen (1817-1903), qu’il faut se tourner : c’est lui en effet qui, le premier, a ouvert ce nouveau champ de recherches en se fondant sur les travaux précurseurs de Louis-Sébastien Lenain de Tillemont (1637-1698). L’inlassable activité du grand savant allemand a rapidement permis de fédérer les énergies et dès 1897 paraissait, patronnée par l’Académie de Prusse à Berlin, la première édition de la Prosopographia Imperii Romani (PIR saec. I, II, III), sous l’égide d’Elimar Klebs (1852-1918) et d’Hermann Dessau (1856-1931). Le succès de l’entreprise conduisit alors Edmond Groag (1873-1945) et Arthur Stein (1871-1950) – surnommés par la suite par Hans-Georg Pflaum (1902-1979), lui-même grand prosopographe, « les dioscures de la seconde édition » –, à lancer en 1933 une seconde édition, poursuivie par Leiva Petersen (PIR 2) : elle est actuellement en bonne voie d’achèvement (le volume 8, fasc. 1, lettre T, est paru en 2009 sous la drection de Werner Eck, Matthäus Heil et Johannes Heinrichs). Par ailleurs, d’autres initiatives ont permis de compléter ce travail de base : elles visent à regrouper, par catégories sociales, les informations fournies par les sources. L’un des prolongements de ce type de recherches est actuellement la constitution de biographies approfondies consacrées à des individus pour lesquels nous disposons d’informations si étendues qu’il est difficile de s’en tenir à une simple notice.

3Pour la période tardive, Théodore Mommsen et Adolf von Harnack avaient aussi l’ambition de réaliser un dictionnaire prosopographique, mais devant l’étendue du travail à accomplir, il furent contraints d’y renoncer : ce n’est quasiment qu’un siècle plus tard que l’idée fut reprise, mais cette fois sous la forme de deux entreprises parallèles.

4D’une part, se constitua à Cambridge une équipe organisée autour d’Arnold H. M. Jones (1904-1970), de John R. Martindale et de John Morris (1913-1977). Le travail entrepris par ces savants aboutit à la publication de la Prosopography of the Later Roman Empire (PLRE), sous la forme de trois volumes en 1971 (de 260 à 395 ap. J.-C., A. H. M. Jones et J. R. Martindale), 1980 (de 395 à 527 ap. J.-C.) et 1992 (de 527 à 641 ap. J.-C., J. R. Martindale) : s’y dévoile, au travers de la reconstitution du cursus honorum des dignitaires de l’Empire, une image de l’appareil administratif de l’État tardif.

5Dans le même temps, une équipe de recherche française, dirigée par Henri-Irénée Marrou (1904-1977) s’engageait, dès 1951, dans la réalisation de la Prosopographie chrétienne du Bas-Empire (PCBE). Après la disparition du maître d’œuvre en 1977, ce furent les membres du centre de recherches Lenain de Tillemont qui poursuivirent le travail entrepris. Les options retenues par cette équipe étaient différentes de celles des chercheurs britanniques, puisque le but recherché était tout à la fois de réaliser une notice des chrétiens et, d’une façon plus générale, des personnages ayant eu un rapport quelconque avec l’Église. Soutenue par l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres la publication se poursuit activement :

  • le premier volume dirigé par André Mandouze (1916-2006), paru en 1982, est consacré à l’Afrique ;
  • le deuxième volume, dirigé par Charles et Luce Pietri, consacré à l’Italie, est paru en deux parties en 1999 et en 2000. Janine Desmulliez a activement contribué à cette publication, à laquelle ont également participé Christiane Fraisse-Coué, Elisabeth Paoli-Lafaye et Claire Sotinel ;
  • le troisième volume est consacré au diocèse d’Asie (325-641) : dirigé par Sylvain Destephen, il est paru en 2008 ;
  • sous la responsabilité de Luce Pietri, le quatrième volume, consacré à la Gaule, est en cours d’achèvement. Janine Desmulliez, ainsi que Françoise Prévot qui aborde dans le présent ouvrage la figure de Sidoine Apollinaire, y ont également participé ;
  • quant au cinquième volume, dont la parution est toute proche, il est consacré à l’Espagne ; la direction en est assuré par Josep Vilella, de l’université de Barcelone, qui aborde infra la politique ecclésiastique de Constantin ; y participent également Carles Buenacasa, Juan Antonio Jiménez Sánchez, Raul Villegas Marin et Pere Maymo y Capdevilla.

6Pour l’Antiquité tardive, la prosopographie s’appuie sur des sources de nature extrêmement variée : à la documentation littéraire, épigraphique, juridique, archéologique et numismatique, vient s’ajouter l’apport des lettres pontificales, des actes conciliaires, des vies de saints, un ensemble de textes dont le dépouillement s’appuie sur les éditions critiques les plus récentes. L’objectif visé est de présenter, pour chaque individu, le matériel documentaire le plus complet. Au-delà, il s’agit de constituer un instrument de travail de portée interdisciplinaire. Ainsi menées, les enquêtes font sortir de l’ombre tout à la fois des personnages importants, mais aussi, selon l’expression d’Henri-Irénée Marrou, des « fantassins de l’histoire », connus par une brève apparition, c’est-à-dire par une seule mention dans les sources antiques. À l’inverse, ainsi que le note Luce Pietri, des limites s’imposent pour certains personnages : « … l’évêque Amboise de Milan n’a pas été accueilli parce que sa seule biographie critique exigerait tout un volume. Quant aux papes, leurs notices, pour des raisons analogues, s’arrêtent à leur accession au pontificat » (PCBE Italie, p. VII). Les exemples proposés par les intervenants du colloque donnent aux lecteurs l’occasion d’apprécier la méthode prosopographique et leur permettent de déterminer en quoi elle fait avancer notre connaissance du monde antique tardif, en particulier de l’histoire du christianisme : confection de listes épiscopales avec chronologie, regards nouveaux sur l’étude des schismes et hérésies, possibilité d’analyser dans le temps et dans l’espace la christianisation du monde romain, etc. En outre, cette méthode apporte sur les sociétés de l’Antiquité tardive un éclairage différent de celui de la PLRE, car elle permet de s’intéresser aussi bien aux clercs qu’aux laïcs, mais également aux représentants du pouvoir politique intervenant dans la vie religieuse et aux aristocrates évergètes. Elle dépasse ainsi le seul cadre de la religion, permettant, par exemple pour l’Italie, de relever jusqu’à une époque tardive (vie s) le maintien des structures antiques de la cité, qu’elles soient politiques (fonctionnement des institutions municipales par exemple), juridiques, ou socio-économiques.

7Une partie fondamentale des objectifs de ces études est clairement énoncée par Hans-Georg Pflaum dans une allocation intitulée « Quelques réflexions sur l’interprétation prosopographique de l’Histoire romaine » et prononcée au congrès international des Études classiques à Bonn en 1969 : « Ce qui nous intéresse, c’est de saisir sur le vif la mobilité sociale, si caractéristique de Rome à toutes les époques, ce qui nous intéresse c’est d’arriver à force de sondages divers à travers la société de telle ou telle époque à mieux comprendre la stratification d’une société si fortement hiérarchisée ». Et l’orateur de lancer un vibrant appel : « (nous) n’avons qu’un seul but en tête, c’est de faire de tous ceux d’entre vous qui ne le sont pas encore, des adeptes fervents et enthousiastes, de vrais fanatiques de la prosopographie ».

8Les travaux rassemblés dans cet ouvrage sont offerts en hommage à Janine Desmulliez, professeur émérite de l’université Charles-de-Gaulle– Lille 3, Sciences Humaines et Sociales, fervente prosopographe formée à l’école de Charles Pietri (1932-1991), et toujours pleinement impliquée dans le groupe de travail de la Prosopographie Chrétienne du Bas-Empire (PCBE). Nous souhaitons la remercier chaleureusement pour l’œuvre accomplie au cours de ses années d’enseignement, de recherche et d’administration. Ces communications ont été prononcées à l’occasion d’un symposium international, organisé les 18 et 19 novembre 2010, et intitulé à la suite d’une suggestion de Ségolène Demougin, que nous remercions de surcroît d’avoir accepté de présenter les conclusions, « La vie des autres. Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain ».

9Ont été réunis, autour de Janine Desmulliez des membres de l’équipe travaillant à la rédaction de la PCBE – sa directrice, Luce Pietri, sa collègue et amie, Françoise Prévot –, mais aussi des chercheurs travaillant sur l’Espagne antique – Janine Desmulliez a, en effet, été l’artisan avec Josep Vilella, directeur du GRAT de l’université de Barcelone, de la mise en place d’un programme international entre l’université de Lille 3 et celle de Barcelone – et des collègues qui l’ont côtoyées étroitement comme Maria Luisa Bonsangue (université de Picardie) ou Marie-Odile Charles (université d’Artois). Des échanges avaient permis d’accueillir, à l’université de Lille au sein du laboratoire Halma-Ipel (UMR 8164, CNRS, Lille 3, MCC), Juan Antonio Jiménez Sánchez, en tant que post-doctorant pendant deux années et Carles Buenacasa, durant six mois. Ce groupe compte également Pere Maymo y Capdevilla et Raul Vilegas Marin que nous avons accueillis pour la première fois. Se sont associés de surcroît à l’hommage Maria Kantirea (université

10de Chypre), Françoise Van Haeperen (université de Louvain), Anthony Álvarez Melero (université Libre de Bruxelles et universidad de Sevilla) et Xavier Loriot (université de Paris IV).

11Ce symposium international d’Halma-Ipel fut la Ve manifestation organisée par le centre de recherches (Halma puis Halma-Ipel) auquel Janine Desmulliez a participé ; elle fut la cheville ouvrière de trois colloques internationaux durant la dernière décennie. Ce furent :

  • en 2001, le premier colloque d’Halma (en qualité d’UMR) consacré à l’épigraphie romaine, organisé et publié avec Christine Hoët-van Cauwenberghe et l’assistance de Juan Antonio Jiménez Sánchez ;
  • en 2003 le premier volet d’une enquête portant sur les Correspondances dans l’Antiquité, organisé avec Roland Delmaire et Pierre-Louis Gatier ;
  • en 2008, le second volet de la même enquête, organisé cette fois avec Jean-Christophe Jolivet et Christine Hoët-Van Cauwenberghe.

12Nous sommes donc heureux de présenter ce volume, rassemblant autour de Janine Desmulliez, et l’honorant comme elle le mérite, des travaux marquant le dynamisme de nos études sur le monde romain et la reconnaissance que ses collègues lui témoignent.

Remerciements

13Les organisateurs de cette rencontre et les éditeurs souhaitent remercier tous ceux qui ont œuvré à la bonne marche de ce colloque et de son édition : les organismes qui ont participé au financement (le Conseil régional Nord– Pas-de-Calais ; le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ; le centre de recherches Halma-Ipel), les Presses Universitaires du Septentrion qui ont accueilli ce volume dans leur collection « Histoire et civilisations », et les collègues qui ont apporté leur contribution avec tous ceux qui ont soutenu cette entreprise scientifique.

14Ils tiennent également à remercier Éric Rived, Prag d’anglais de l’UFR des Sciences historiques, artistiques et politiques de l’université de Lille 3, qui s’est chargé d’une partie des traductions en anglais des résumés des auteurs.

15Ils souhaitent aussi remercier vivement Christine Aubry, ingénieur d’études d’Halma-Ipel, pour l’aide précieuse apportée à l’organisation du colloque et pour la composition de l’ouvrage, réalisée avec la compétence qui est la sienne. Ils remercient enfin Marie-Pierre Fuchs et Jocelyne Casène pour l’aide efficace apportée à la tenue de la manifestation.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540