Version classiqueVersion mobile

Les casseurs de l’été 1566

 | 
Solange Deyon
, 
Alain Lottin

Annexes

Documents

Texte intégral

au seuil de l’été 1566 : une situation explosive

1Lettre de Maximilien Vilain de Gand, baron de Rassenghien, gouverneur de Lille-Douai-Or chies, à Marguerite de Parme (30 juin 1566).

2Madame,

3[...] Davantaige, je ne veulx laisser d’advertyr vostre Alteze comme ceste nuyct passée se sont de rechief faictes deulx presches, dont la principale que estait d’environ quatre mille personnes se fyst à environ deulx lieux de ceste ville de costé le chemyn de Tournay, par ung prédicant nommé, à che que j’entens, Cornille Le zaine qui est fils d’ung marischal de Roubaix, passé long tamps fugitif de ses pays pour la religion. Et selon le rapport quy m’en at esté faict par quelques gens fidelz s’estantz par mon sceu trouvé à la dite presche, ledit prédicant admonnestat entre aultres chozes ses auditeurs de ne commencher aulcun trouble ou acte séditieux, d’aultant qu’en che cas ylz ne seriont portez de personne, mais sy on les prenoit ou recerchoit seulement pour la foy ou pour avoir esté aulx presches, qu’ilz se tinsent touz asseurez qu’yls seriont secouruz avant que l’on eult moyen leur faire mal, et pour conclusion usant de telz propos en substance : Prions Dieu qu’yl vueille destruire ches papistes idolâtres, et ayontz bon couraige, car nous sommes assez forts mais nostre tamps n’est poinct encoires venu. Et prions à Dieu qu’yl vueille tousjours conserver en leur opinion ceulx des villes de Tournay et Armentières, et pareillement renforcer le bon commenchement que voyons à ceulx de Lille. Et estant ladite presche achevée, le prédicant par le moyen d’environ xx [20] satellites harquebousiers dont yl estoit environné s’esvanoyt par la presse avecqz telle dextérité qu’yl ne fust possible scavoir de quel costé yl s’estoit retiré.

4Et en quelque aultre presche quy s’est faicte depuis peu de jours près les limites du Tournésis, à trois lieues d’ichy, comme à la retraicte quelque troupe des auditeurs dirent au prédicant qu’yls aviont concluz en retournant au logis ruer sur quelquez mayson, ne seay quelle près Tournay, il leur desconseillast bien fort, disant qu’il n’estoit encoires tamps, et qu’yl leur diroit quant yl seroit heure et qu’yl espéroit que che seroit assez tost. Vostre Alteze peult assez juger par telz propos qu’ayant le tamps et occasion propice, ilz seriont légièrement prestz à donner quelquez part ungne trouse à despourveu sur quelquez abbaye champestre ou sur quelquez ville desgamye. Nous craindons qu’incontinent l’aoust des bledz faict et mené en grange, poulrat estre d’ichy à XV [15] jours ou trois sepmaines pour le plus, ilz ne taschent se faire maistres des champs quelque part, avant que les villes ayent moyen de se pourvoir, pour par che moyen affamer les villes et attirer par povreté plus grande compaignie, à quoy seroit expédient donner ordre de bonne heure et trouver moyen avant che pour divertyr leurs assamblées. Et combien que l’on m’at faict rapport que beaucoup de gentilshommes franchois se tiengnent secrètement prestz pour à la première occasion de tumulte offryr leur service, se vantans que au lieu de quatre mil Espaignols que le Roy Catholicque envoyast en France, qu’yls poulriont bien venyr quatre mille gentilshommes en Flandres et que le connestable depuis peu de jours doibt avoir donné response à quelques catholicques de Parys, se plaidant des Hughenotz qu’yls n’estoit heure de rompre la teste au Roy de cha et qu’ilz regardassent premièrement quel ordre le Roy catholicque mettrait en Flandres. Touteffois, j’espère, moyennant que l’on se puisse asseurer de la noblesse de par decha et que ceulx de la requeste n’eussent correspondance avecqz les assamblées de che peuple sectaire que plusieurs d’entre eulx m’ont asceuré que non, que je croy oussi, que l’on mettra encoires bien remède de rompre les entreprinses du peuple sans désordre, par démonstration de ladite noblesse. Si Vostre Alteze trouvait expédient de faire traicter avecqz les principaulx de la requeste pour scavoir leur intention sur le faict de ses assamblées que sont pernicieuses en tant d’esgard et quant à la publication de tel édict provisionnel que Vostre Alteze trouvera bon faire, se trouvassent présens en chacun quartier quelques des principaulx de leur députez. Je ne fay double qu’en résulterait grandi proffyct tant pour ester la mauvaise impression du peuple corrompu qu’oussy pour asseurer tant plus les juges et officiers de la bonne intention desdits Seigneurs. Remettant néantmoins le tout à la noble discrétion de Vostre Alteze, à laquelle ne fauldray tousjours de tout mon pouvoir obéyr.

5Madame, je supplie nostre Seigneur donner à Vostre Alteze l’accomplissement de ses plus haulx et vertueux désirs, après luy avoir très humblement baisé les mains. De Lille che dernier de Juing 1566.

6De Vostre Alteze. Très humble et obéissant serviteur. Maximilien Vylain.

7(A.G.R. Bruxelles, Papiers d’État et d’Audience n° 282, fol. 201-202).

8Les phrases en italiques sont soulignées dans le document original.

premiers rapports officiels sur l’iconoclastie

A) Dans la châtellenie de Lille

9Lettre de Maximilien Vilain de Gand, baron de Rassenghien, gouverneur de Lille-Douai-Or chies, à Marguerite de Parme, 16 août 1566.

10Madame,

11Je n’ay vollu laisser en toute diligence advertyr Vostre Alteze comme hier au soir plusieurs sectaires sortys du costé de La Leue, allant du long de la rivière de la Lys, soubz umbre d’aller à leurs presches, sont en ung instant allez à Messines, Quesnoy Warnenton, Comynes, où aidez et favorisez de leurs complices des lieux ont saccagié, rompu les imaiges, sépultures et faict fort grans désordres ez églises, hospitaulx et cloistres sans touteffois que j’aye entendu qu’ilz ayent tué personne ou oultragé, par che qu’yl n’y at eu résistance, et de là, à che que j’entens, sont tirez vers Wervy (Werwicq) et Menin, que est à présupposer pour le faire le mesme menassantz de retourner par Wambrechies que est à cheste chastellenie villaige fort infecté, pour y continuer leur dessaing, proposantz faire le mesme à l’entour d’ichy et en la ville s’ylz peuvent.Et comme ylz ont leurs intelligences par tout, il est mal possible se garder de leurs surprinses éz lieux poinct clos, de tant plus que craindant l’intelligence qu’ylz ont en cheste ville, je n’ose sortyr ou me deffaire de si peu de gens que j’ay pour secourir aulx champs et n’y voy plus de remède, n’est que Vostre Alteze incontinent et en toute diligence fache encheminer cheste part quelquez compaignyes d’hommes d’armes et lever gens pour leur faire teste. Et que se poulroit asseurer des gentilshommes remonstrans par provision, affin que par désespoir ylz ne se joindent à ceste multitude de peuple. Le pays seroit en moings de dangier de ruine sy avant que se contentanz de rayson, l’authorité et service de Sa Majesté et de Vostre Alteze y puissent estre gardez, attendant remède plus présent. Chependant, si pour le moings povions avoir ichy quelquez bonne fidèle compaignie d’hommes d’armes, j’espéroye, avecqz l’ayde des bons que l’on poulroit empescher beaucoup de désordres que se poulriont faire par le pays, tant qu’eussions moyen d’aultre secours ; suppliant Vostre Alteze très humblement y volloir donner ordre en toute diligence. Aultrement la confusion et espouement des bons n’y voyanz aulcune apparence de remède est si grande et générale qu’ylz sont prestz habandonner et pays et maysons. Et ne puis asseurer cheste ville sans aultre secours hasté, ny mesmes le chasteau, que je crains de tant plus fort que ne suis maistre de la grosse artillerie de la ville. Sy j’avoye quelque forche pour se, au besoin je m’en poulroye saisir d’authorité. Sy est que jusques à l’extrême n’abandonneray la ville ny le chasteau, tant qu’yl y aurai apparence y pouvoir faire service de Sa Majesté. Suppliant Vostre Alteze donner presse au remède selon que la nécessité le requiert, affin que venant plus urgent dangier, je aye moyen de garder du moings et pourvoir la ville de Douay, sy je suis constrainct partyr d’ichy, asseurant Vostre Alteze que pour le service de Dieu et de Sa Majesté ne manckeray d’exposer et ma vye et mon bien toutes les fois qu’elle le me commanderai. Mais pour le désordre que j’y voy journellement sans y povoir donner remède, il me desplaict que ne scauray respondre de la charge que Vostre Alteze m’at donné.

12Surquoy, Madame, je supplie Nostre Seigneur donner à Vostre Alteze en santé accomplissement de ses plus haulx et vertueulx désirs, après m’estre très humblement recommandé en sa bonne grâce. De Lille, che XVI [16] d’aoust 1566. De Vostre Alteze. Très humble et obéissant serviteur. Maximilien Vylain.

13(A.G.R. Bruxelles, Papiers d’État et d’Audience, no 282, fol. 303).

14Les phrases en italiques sont soulignées dans le document original.

B) En Flandre, autour d’Aire-sur-la-Lys

15Lettre de Jean de Morbecque, gouverneur d’Aire, à Marguerite de Parme, 18 août 1566.

16Madame,

17Je ne sçauroye exprimer ou escripre à Vostre Altèze la grande désolation qu’il y ast présentement en Flandrez pour y veoir journellement dégaster, ruyner et violler touttez les esglissez et cappellez dudit payz par les nouviaulx évangélisiez. Ilz ont prinz horz desdittez esglissez touttez les syboirez du sainct Sacrement, et sy en ont joué comme d’une boulle, et jecté la très-saincte consacrée hostie par terre, ont rompu lez tablez des hostelz, lez figurez et remembrancez du crucifix, de la Vierge et dez sainctz y estanz représentez, sy en ont faict du feu en plusieurs lieux. Davantaige ont abbattu lez hostelz, brisiet lez pierrez d’ycheulx et aussy rompu lez sçainctz fonz du battesme, deschirré lez livrez et déroppé touz les ornenemenz mesmement touttez lez nappez et aultrez lingez, servantz ausdittez esglissez ; sy ont par leurz thiranniez et grandez menachez déchassiet lez currez et lez aultrez prestrez. Ilz commenchent à venir aulx esglissez y fayre leurz prièrez, comme en forme de templez, et y doibvent preschietz de brief, disant qu’ils ont esté assez preschietz aulx cambz : de sorte que jusquez à Morbecque ne se dit présentement aulcunez messez. Ilz ont mandé de venir lundy ou mardy audit Morbecque, et y rammonner mon esglisse de la mesme sorte qu’ilz ont bien rammonné touttez les aultrez ; dont moy et touz mez subgiectz sommez en très-grande perplexité, pour ne pouvoir mentenir l’honneur et le servisse de Dieu, comme je l’avonz promiz et jurré. Nous sommmez bien malheureux d’avoir de tielz prescheurz ; quant à moy, je ne viz jamays ung tel évangile, du quel le bon Dieu par sa grasse nouz en délivrerai avecq le tampz. Hz ont estez par deux ou troys foys prèz du chasteau de la Motte, et y demandé l’entrée, pour abbattre la chappeile y estant, donnant menasches à mon lieutenant d’y entrer par les moïenz que auroye escript passé XV jourz à monseigneur d’Egmont. Et pour cez causez auroye suppliet à Son Excellence, comme en semblable je faiz aussy très-humblement à Vostre Altèze par cette présente, voulloir consentir et accordez y estre miz audit chasteau dix ou douze soldatz de recrue pour le tampz que Vostre Altèze pourrai veoir le servisse de Sa Majesté ; le ainsy requerre pouvant acertener Vostre Altèze que s’ilz avoient envie prendre lez armez apprèz avoir faict tant de désollationz en Flandrez, que cette place leur servirait grandement pour nuyre audit pays, et dont, pour ma descharge, en ay bien désirré advertir Vostre Altèze. J’avoye faict aussy entendre à monseigneur d’Egmont que ne avionz en la ville d’Ayre que cincquante soldatz, et que tiel nombre de genz n’estoit bien suffissant pour fayre bonne garde d’icelle, en tampz sy dangereux, de tant pluz que sommez circuys et environnez de toutes parz de genz dont l’on ne se poeult bonnement asseurrer ou confier. Et aussy pour les insollencez susdittez, il n’est croiable combien de genz et de chariotz chargiet de moeubles arrivent en ceste ville, et desquellez l’on ne se poeult asseurrer aultrement, ne fust que l’on y augmentast la guarnison, ou par y mettre quelque recrue. Je puyz bien asseurer aussy Vostre Altèze que depuys les désolationz qui se sont faictez en Flandrez, plusieurs de cette ville s’en démonstrent assez joïeulx et sy en tiennent propoz et parolles bien folks et tout aultrez qui ne solloient fayre auparavant. Par quoy le milleur moïen serrait, pour mieulx asseurrer le servisse de Sa Majesté en tout évènement, de accroistre et lever le nombre de cincquante ou LX touz soldaltz, que s’il plaisoit à Vostre Altèze m’accorder et consentir lez lever incontinent ; j’esperreroye de donner tiel ordre, avecq l’assistence du petit poeuple y estant, que le bon et fidelle service de Sa Majesté y serrat bien continué. Je supplie très-humblement à Vostre Altèze prendre cette mienne advertence à bonne part, et y donner la bonne et briefve résolution de vostre bon plaisir sur le tout, affin que, pour ma descharge, l’on puisse obvier à touz inconvénienz que pourraient advenir ausdittez deux placez.

18Madame, il plairat à Vostre Altèze moy commander voz très-nobles plaisirz, que mettray paine à tousjourz accomplir, et d’aussy bon coeur que d’icelluy que me recommandray très-humblement en vostre bonne grasse, suppliant celluy qui lez départ conserver Vostre Altèze en la sienne ; a Ayre, ce XVIIIe d’aoust XVe LXVI.

19De Vostre Altèze, Le très-humble et très-obéissant serviteur. Jehan de Morbecque.

20(Archives du Royaume à Bruxelles. Papiers d’Etat et d’Audience, 282 fol. 314.

21Publié dans E. de Coussemaker, Troubles religieux, t. II, pp. 84-85.

les « briseurs d’images » en action à l’abbaye de Crespin 26 août 1566

22Le jour et l’an que les Hughenois de Vallenciennes acompagniés de ceulx de Tournay ont violet et désolet l’église et abbaye de Crespin et en quel sorte, estant l’abbé absent et les religieux rethirés à Condé.

23Le XXVI [26]e jour du mois d’aoust XVC soixante-six [1566] par ung Lundy se trouvèrent à Crespin, environ les X [10] heurs du matin, environ Ve [500] hommes de la ville et faubours de Vallenchiennes, entre lesquels il y avoit X à XII chevaucheurs, pour les conduire et commander ce qu’ilz devoient faire à ladite abbaye, ayant pluisieurs harquebousiers en nombre de environ IIe [200] et les aultres de pluiseurs sorts de basions embastonnez, de pluiseurs marteaux de fer. Les noms desdits chevaucheurs, Jehan de Kartegnies, Collin Cramelon, Guillaume beau-filz du marteau d’or, Andrieu Single, etc. Eulx estans arrivez audit Crespin, aulcuns s’estoient transportez sur la chimetière de la paroiche ou ilz trouvèrent ung dieu de pitié assis sur une piere où il y avoit des piliers et couverture aussi de pierre d’Escaussine et le rompirent et abatèrent tout par pièce. Depuis entrèrent en l’église parotiale dudit Crespin par telle fureur qu’il rompirent tous les ymages y estans, aussi les pierres des autels, escrigneries et aultres choses qu’ils trouvèrent en icelle église, réservez la pierre d’autel de la chapelle Sainct Nicollas.

24Lesquels hughenois vinrent à la porte de l’abbaye. Eulx estans illecq, leur fu demandé par quelque serviteur de ladite abbaye ce qu’ils demandoient. Les aucuns firent respons qu’ils estoient venus pour rompre les ydoles et ymaiges. Respondit par ledit serviteur quel cherge qu’ils avoient de ce faire. Ils respondirent qu’ils avoient charge de la court et des nobles. Durant ce propos survint Collin Cramelon à cheval à ladite abbaye, demandant s’il avoit à boire et à mengier pour ses compaignons et qu’ilz avoient faim et soif. Voyant ce, on leur fu quérir ung tonneau de cervoise, de la chair et du pain. Ayant but et mengié, commenchèrent comme gens insensez et enraigés à monter es cambres d’en hault, rompant les peinctures, escrigneries, vairières, ban, huys, fenestre, et tout ce qu’ilz y trouvèrent. Ce faict, vinrent à l’église, commenchèrent à rompre les forme, les dépechant et décolpant par pièces, Et ce faisant, ledit Cramelon demanda d’avoir des cordes pour thirer embas les ymaiges estans allenthour du coeur ; dont on luy fist respons que il n’en y avoit nulles. Toutteffois, ils en trouvèrent. Ayant icelles cordes, par forche thirent de hault embas pluiseurs desdittes ymaiges et les aulcuns rompirent les testes, et que demora enthier que sainct Denis ; lequel ne seurent avoir par enbas, combien qu’il firent leur effort.

25Ce faict, vinrent à thirer à la balle le crucefix et ymaiges avoecq la pièce de bois portant ledit crucefix, avoecq l’entrée du coeur de la dite église sur le trin. Par après, vinrent à rompre les pierres des autels de ladite église, tables d’autels, chayères, ban, chandélabres et tous aultres ymaiges et pourtraitures estans es cappelles. Aussi au cloistre du monastère, avoecq le repozitoire du Sainct Sacrement et pluiseurs des vairières, aussi la porte du coeur ayant des pierres d’Ecaussine…

26Voyant par lesdits Hughenois, durant que leurs capitaines estoient à ladite chapelle, que le peuple dudit Crespin, aussi de pluiseurs villaiges à l’environ s’assambloient sur le marchié dudit Crespin, firent faire commandement, sur son de tambour, que nul ne se bougèrent et que ilz ne leur demandoient riens, et ne leur feraient dommaige et que ilz n’en avoient, sinon à l’église.

27...Lesdis Hughenois dirent aux manans dudit Crespin en partant que ilz ne deffendirent à leur frère chrétien d’aller à la presche à Vallenciennes.

28Aussi que ilz envoyeroient ung prédicant tous les dismence et se ilz failloient de trois dimence l’an que ilz seroient pugnis à la correction dudit prédicant.

29Deffendant de point dire messe, sonner, chanter ou baller audit Crespin, ou ilz viendront derechief saquaghier la plache.

30(A.D.N. 4 H 82, pièce 243.)

les événements tels qu’ils les ont vécus...

A) Le comte d’Epmont aux prises avec les « sectaires » en Flandre

31Lettre d’Egmont à la duchesse de Parme en date du 16 septembre 1566.

32D’Audenarde il est passé à Courtray où ay trouvé la ville bien catholicque et le service divin encores bien observé, le nombre des Calvinistes y est petit, mais ij at grand nombre d’Anabaptistes, tant en ladicte ville que villaiges de la chastellenie et, comme j’entens, vont journellement croissans pour n’estre recerchez ny empeschez. De là il est allé à Ypre, où il a trouvé, nonobstant la ruyne des églises précédente, le service divin ij estre remis et que l’évesque ij faict fort bon debvoir, preschant trois ou quatre fois la sepmaine, au grand contentement de tous gens de bien. Les sectaires tiennent encores occupée une esglise hors de ceste ville à ung ject d’arcq ou deux, et suis présentement empesché pour les en faire départir et leur désigner quelque aultre lieu champestre pour ij faire l’exercice de leurs presches. Lesdicts sectaires tiennent semblablement quasi toutes les esglises de ceste Basse Flandre, pays de la Leue et Cassel et se monstrent fort difficilz d’en départir et à ces fins sont venuz vers ceste ville, bien le nombre, à ce que j’entens, de sept à huict mil de ladicte Basse Flandre, pour me présenter requeste tendante aux fins de demourer en la possession des esglises par eulx occupées, disans que leur estoit concédé par certaine clause de l’accord faict par V. A. avec les gentilzhommes confédérez, qui dit ainsy que es lieulx où lesdicts presches de faict se sont faictes, qu’ilz n’useriont de port d’armes, schandale ny désordre publicque, estimans par là, attendu que devant la date dudict accord ilz avoyent presché es esglises, d’y debvoir demourer de tant plus qu’ilz allèguent qu’en plusieurs villaiges, ilz sont quasi tous de ladicte nouvelle religion. Si esse que pour estre leur nombre si grand ne leur at esté permis entrer en la ville, saulf que quelques députez de chascun quartier en assez souffisant nombre, ausquelz ay donné audiences et, après les avoir ouy, leur ay faict entendre qu’ilz ne pouvoient aucunement demeurer en la possession desdictes esgiises, lesquelles debviont estre plainement restituées es mains des Catholicques, comme aussy le service divin ij debvoit estre paisiblement exercé en la mesme sorte que j’aij traicté avec ceulx de Gand, dont leur ay bien voullu faire délivrer coppie, affin de leur induire de condescendre en conformité d’iceulx. Surquoy se sont retournez pour communicquer avec ceulx de leur nouvelle religion, se monstrans bien difficilz d’ij condescendre et usans, comme j’entens à leur département, d’estranges termes jusques à dire qu’ilz aijment myeulx en attendre la fortune et ij respandre la dernière goutte de leur sang. Je prie à Dieu que tant avecques ceulx de ceste ville que eulx je puisse achever de traicter aussy paisiblement, comme j’aij faict à Gand et Audenarde, combien que j’en double fort, veu la manière de faire de ce peuple icij qui se monstre du tout furieulx et insensé, sans respecter personne, par où sembleroit facillement se mectre en désespoir et attempter voijes estranges dont la perte du pays se pourrait ensuyvre. Considéré mesmes que la grande multitude qui est quasi incroyable et l’assiette du paijs qui est forte et voisine de la mer, la munition qu’ilz ont d’armes et les grandes bourgades joinctes leur pourraient donner occasion se joindre en armes XXX mil personnes et plus en peu d’heure, comme aussy la craincte qu’ilz ont d’estre recerchez et chastiez pour l’offence par eulx faicte, tant des saccaigemens et foulles faictes aux esgiises que aultres mésuz, dont nombre infiny se trouve coupable, parquoy pour leur oster ladicte diffidence et remectre le peuple plus en repos, servirait beaucoup si avant qu’ilz se vinssent au reste conformer à ce qui s’est passé à Gand, que quelque forme de pardon pour la qualité du peuple leur fust accordié, qui serait le moyen le plus seur de pouvoir cij-après chastier les principaulx chiefz, suyvant le pourject que j’envoye à V. A. soubz sa correction, pour ne l’avoir voullu attempter avant en advertir V. A. suppliant icelle voulloir haster sa responce pour ne perdre temps, vueillant bien assurer V. A. que ne me trouvis jamais si empesché que faiz présentement pour ces affaires icij, lesquelles trouve tout aultres que n’estimoye à Bruxelles. Parquoy, Madame, est plus que requis d’adviser de prompt et général remède, soit par la voye des Estatz-généraulx ou aultre convenable. Quant à ce que Madame écrit de permettre seulement les prêches et non pas l’excercice de leur culte, il dit : car de l’ung dépend l’aultre, parquoy il fault passer ledict exercice par connivence. Il faut aussi publier partout l’accord fait avec les Confédérés, afin que personne ne feigne de l’ignorer dans l’intention de ne pas s’y conformer.

33D’Ypre, le XVIe jour de septembre 1566.

34(A. G. Br. Audience 2442, original).

35Projet de pardon rédigé par le comte d’Egmont.

36forme du pardon que s.m. pourroit donner pour le pays de flandres, afin de mectre le commun peuple en repos

37S. M. pardonne à ceulx qui ont esté séduictz pour faire ces foulles et insolences aux églises d’Audenaerde et là-entour et ceulx qui ont prins les armes sans l’authorité de leur supérieur et par ce incourru crime de lèse-majesté, moyennant que ung chascun se conduyse dorèsenavant en toute modestie et selon les ordonnances de S. M., bien entendu et excepté que la Majesté veult et ordonne expressément que ’on prengne bon et soigneulx regard pour faire chastier ceulx qui ont esté autheurs et capitaines desdicts foulles, sacrilèges et insolences, comme aussi ceulx qui ont dict et soustenu malicieusement de ce povoir faire par commandement et ad vis de S. A. et des seigneurs principaulx de pardeçà.

38(A. G. Br. Audience 2442, copie, ajoutée à la lettre précédente).

39Les « Briseurs d’images » vus par le comte d’Egmont (document joint à la lettre d’Egmont à la duchesse de Parme, datée du 19 septembre à Ypres, de la même main et sur la même feuille).

40Raisons pourquoi] il semble estre nécessaire d’user de la forme de pardon par tout le pays de Flandres que s’ensuit.

41Premièrement, que le peuple dudict pays est en grande partie coulpable des sacrilèges, foulles et insolences faictes es esglises et ailleurs, estans aussy tous gens de basse qualité et fort subiectz à mutiner, ne se voullant remettre nullement à ouvrer, estant toutesfois le principal bien dudict pays fondé sur la manufacture, si comme drapperies, sajetteries, tapisseries, longes filletz et aultres choses semblables, lequel l’on ne sçauroit sans grande difficulté réduire de continuer au service de leurs maistres ouvriers, s’absentans journellement de leurs maisons de peur que l’on exécutera ceulx qui sont coulpables desdits sacrilèges et voîleries et mesmes aucuns principaulx marchans en sont coulpabîes, dont de chacun d’eulx vivent et dépendent à cause de ladite manufacture ledit populace, dont suyvroit grand inconvénient et la totalle ruyne de ladite manufacture etc. dudit pays de Flandres, se remettans les ungs à brigander, voiler le paijs et estre vagabondz et personnes inutilles n’ayant aucun moyen pour cest hyver de se soustenir, se resentans aussy grandement de la chierté de l’année passée.

42Que ledit pardon ne sert que pour excuser ceulx qui sont les moins coulpabîes ausquelz ne convient s’attacher pour la généralité et multitude, ains chastier les principaulx délincquans et autheurs, lesquelz principaulx l’on n’ose toucher sans asseurer le commun pour l’émotion que en pourrait sourdre.

43(A. G. Br. Audience 2442, original)

44Ces trois documents sont extraits de Correspondance française de Marguerite de Parme [...], publié par H.A. Enno van Gelder, t. II, pp. 439-442.

B) Des jours agités : le témoignage du curé de Richebourg (pays de Lalleu)

4524e témoin — Sire Jehan Martin, curé propriétaire dudict villaige de Richebourg, eaigié de quarante ans ou environ, ouy et examiné sur les poinctz et articles de ladicte instruction, a dict et déposé par son serment, in verbo sacerdotis, que tost après la Penthecouste de l’an quinze cens soixante et six l’on commencha audict Richebourg tenir assamblées et conventiculles secrètes par les sectaires de la nouvelle religion qu’ilz appellent réformée, dont les principaulx autheurs et conducteurs estaient Pierre Waucourt, Pierre Boutry, Antoine Waucourt, Jehan Le Roulx, Pierre Le Quoy dict Merchier, Martin Le Grand, Mathieu Le Pleu et Pierre, son fils, Anthoine Charlet et Anthoine David, tous dudict villaige de Richebourg. Et se faisoient les assamblées coustumièrement ès maisons desdictz Jehan Le Roulx et Pierre Boutry. Et le jour Sainct-Leurens enssuivant fut faicte en la chimetière dudict Richebourg une presche publicque par le prédicant d’Armentières nommé Julien, où assista grand nombre de poeuple, dont en y avoit jusques environ cincq cens armés enbâtonnés de harquebouses, picques et aultres basions invasibles, aïans enseigne desployée, tambourin et fiffre venus dudict Armentières, Menreville, La Gorgue, de la Venthie, Fresthubert, Cuinchy, Violaine et aultres lieux voisins. Et fut icelle presche faicte à l’heure que se debvoit chanter la grande messe en ladicte église sollempnellement, comme estant ledict jour la Dédicasse dudict lieu. Et pendant que la messe se chantoit et que le gardien des cordeliers de Béthune fut monté en sa chaier pour faire la prédication, entrèrent en ladicte église aucuns desdictz sectaires aïans harquebouses et pistoletz qu’ilz dressèrent vers ledict gardien, luy disant qu’il dict la vérité et ne luy feroient aulcun mal. Aultres disoient : « Il ment, qu’on le thire ! » l’appellant caffart, regnart, séducteur, tellement qu’il fut constraint de cesser et descendre de sa chair, et seroit décédé environ ung mois de la fraïeur et peur qu’il eult lors comme l’on dict. Et comme il déposant faisoit la consécration, lesdictz sectaires prononchoient parolles exécrables, disans qu’il tenoit et mangeoit Jehan le Blancq. Et après la préception, le vindrent prendre à l’autel et le desvestirent de ses ornemens, le frappant de pluisieurs coupz, et le menèrent à ladicte presche près la chaier du prédicant, en luy disant quy failloit quy le oyt, luy reprochant qu’il le avoit appelîé faulx prophète. À laquelle presche ilz menèrent aussy ledict gardien. El le jour de Mostre-Dame de my-aoust enssuivant, environ deulx heures après minuict, lesdictz sectaires de divers lieulx arrachèrent une grande croix quy estait en la chimentière, et d’icelle poulsèrent oultre le petit huis de ladicte église ; et en icelle abbatirent et rompirent trois tables d’autels, assçavoir : celle du grand autel, contenant l’histoire de la Passion de Nostre Seigneur Jésus Christ, que l’on estimoit VII ou VIIIe livres ; celle de Nostre-Dame en platte painture, et celle de Sainct Nicollas à ymaiges esievées ; rompirent pluisieurs ymaiges, le train quy avoit cousté VIe livres d’or, le crucifix estant assis dessus, le repositoire du Sainct Sacrement ; empartirent la chibolle, en laquelle estoient les hosties sacrées, brûlèrent aucuns livres à chanter, rompirent les verrières, les marbres des autels, et feirent ung dommaige inestimable ; prindrent le ploncq quy estoit dessus et ès nocquiers de ladicte église. Et le lendemain, en plain jour, rompirent touttes les croix et épitafes quy estoient en la chimentière en grand nombre. Croit que les dessusnommez furent présens ausdictz désordres, touttesfois ne les y veit la nuict ; mais le lendemain veit Martin Le Grand avecq une cungnye copper les estapliers du coeur, la chaier preschoire, les buffets des povres, de l’église, des trespassez et de Saincte Barbe, les croix et épitaffes de Iadicte chimentière. Et les aultres dessusnommez et leurs femmes assistoient et emportoient les pièches en leurs maisons qu’ilz ont bruslé. Et n’y euist sceu la justice remédier pour le grand nombre desdietz sectaires. Et leur faisoient le lieutenant et le maïeur commandement de cesser ; ausquelz ilz ne vollurent obéir, ains persévèrent tant que tout fut ruiné. Et depuis lesdicts sectaires ont faict prescher en Iadicte église pluisieurs fois, en laquelle n’a esté chanté messe l’espace de six sepmaines, jusques à ce que les presches furent accordées, que lors les feirent en la maison de Franchois Le Conte, dit Fransequin, et estoit leur prédicant ung nommé Jehan De Buire, que l’on disoit estre d’Aulchy le Chasteau, quy demeuroit en la maison de Jehan Du Bois.

46Dict que Pierre et Anthoine Waucourt, Pierre Boutry, Jehan Le Roulx, Anthoine Charlet, Pierre Stevendart, Anthoine Vittre et Gilles Boulet, et générallement tous ceulx dudict Richebourg quy tenoient Iadicte religion nouvelle, prindrent les armes, et feirent sonner le tambour et allèrent en armes jusques à la Venthie et oultre ; et aucuns deulx, comme on maintenoit, furent à la bataille de Lannoy. Et auparavant tous les dessusnommez avoient esté au Bacq à Wavrin, à Bailloeul en Flandres et à l’abbaye de Loos, dont ilz rapportèrent des ornemens, des napes et aultres moeubles. Et depuis les deffences publiées à son de trompe de par le seigneur d’Egmont de plus porter armes et violer les églises, devant la presche, ceulx que y estoient de divers lieux assamblées rompirent ung autels nouveau réediffié en ladicte église, despendirent les batteaulx des cloches, et fut le souply dudict déposant deschiréé par ung nommé Hubert, du villaige de Freshubert, de son stil coppeur de strain. Et estoient présens, quant ledict autel fut rompu, ledict Hubert, coppeur de strain, Hubert Regnault et Walleran son frère, de la paroisse de Lorgies et Noeufve-Chappelle ; et desserra ledict Walleran ung coup de harquebouse après ledict déposant, et le frappa sur son espaule de Iadicte harquebouse ; lesquels Hubert et Walleran ont esté aussy à la bataille de Wattrelos, ledict Walleran à cheval.

47A ouy dire et communément maintenir que lesdictz Pierre Boutry, Anthoine Charlet et Pierre Waucourt estoient du consistoire, auquel, comme il a entendu, se traictoient les affaires de leur religion, et ordonnoient de lever argent pour subvenir aux affaires de leur dicte religion. A ouy dire à aucuns desdictz sectaires que Se seigneur d’Escaubecque les assistoit et conseilloit, et estoient bien heureux d’avoir ung tel protecteur et chief. Sy a veu venir à la presche audict Richebourg une fois le seigneur de Longastre. Ne scet à parler des consistoires et assambles faictes à Sainct-Tron, Gand et Anvers.

48Dict qu’il a esté aguesté deulx ou trois fois desdict sectaires, assçavoir par Pierre Le Quoy, Gilles Boulet, Pierre Le Roy, Martin Le Grand, Pierre Stevendart, lesquels comme il retournoit de chanter le salve en ladicte église, estans embuchiez en son jardin embâtonnées de pistollets et espées le assalirent et luy donnèrent pluisieurs coups d’espées, mais ne fut bleschée par ce qu’il avoit mis aucuns livres allentour de luy. Et le lendemain de Sainct Bethremieulx dernier, comme il retournoit de la feste de Béthume, fut assailly pas lesdictz Pierre Le Quoy, Martin Le Grand et Pierre Stevendart, et luy donna ledict Le Quoy pîuisieurs coups de picque, de l’ung desquels il fut bleschie en la poictrine jusques au creu et en dangier de morir ; laquelle picque ledict Le Quoy avoit prins en la maison de luy déposant ung peu paravant, et l’avoir faict resmolir par le marichal dudict lieu, de présent fugitif, et s’estoit vanté que c’estoit pour ester les seurons à ces cafars : à raison de laquelle blesche a tenu le lict depuis ledict temps, et n’en est encoire guéry.

49Quy est ce qu’il en scet, sur tout requis et interroghuié. Ainsy signé : J. Martin prebstre.

50A.G.R. Bruxelles, Conseil des Troubles, no 91 (publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux, t. II, pp. 304-307).

un itinéraire spirituel : jean lesur, ministre du cateau-cambrésis

51Extraits de l’interrogatoire « libéral » de Jean Lesur, fait le 26 mars 1567 au Cateau-Cambrésis par les officiers de l’archevêque de Cambrai.

52Premièrement, enquis de son nom, eaige, qualité, nastivité et résidence. A dict qu’il se nomme Jehan Le Sur, eaigé de XXVII à XXVIII ans, natif d’Arras. Dict que sa première faculté a esté d’estre Carme en ladite ville d’Arras. Dict qu’il s’est party dudit couvent peult avoir environ cincq ans du consentement de son pryeur pour aller aux estudes. Enquis en quel les estudes. A dict ès collèges de Louvain, où il laissa son habit régulier pour prendre l’habyt laye et s’en partit, allant aux escolles à Genesve. De là vint à Moncornet, peult avoir deux ans où il feist sa première station et presche et y a résidé près d’ung an. Enquis qui l’avoit appelez, a dict ceulx de la ville. Mais premièrement, il vint de Genesve en Anvers et d’Anvers s’en retourna à Orléans où il estudia quelque temps et jusques ad ce qu’il fut appeliez pour ledit Moncornet.

53Enquis qui l’entretenait esdites estudes, dict qu’il ne scet quy l’entretenoit à Genesve, fors que, sur des lettres qu’il apportit d’Anvers on luy ministroit ses nécessités. Enquis quy fit délivrer lesdites lettres, a dict qu’il ne scet d’où elles venoient par ce que lors, les choses se faisoient en cachette...

54Enquis de Moncornet où il vint et résida, a dict qu’il fut envoyez à Tuppigny où il a résidé XI mois faisant office de ministre où il a veu quelquefois David Plouchart et quelque meulquinier dont sa femme s’appelle Magdeleine.

55Enquis comment il a eu accès et cognoissance à ceulx de ceste ville de Chastel a dict que preschant quelquefois à Preumont, Anthoine Du Quesne s’aprocha de luy présent et le compaigna à La Couronne. Certain temps après, Jennet Couronne vint vers luy à Tuppigny, apportant lettres pour le faire venir en ceste ville, mais par ce qu’il n’y avoit nom, ne voulut sur ce venir. Lendemain vint ung nommé Adrien de Laderie, comme il a retenu, ne le sachant aultrement assurer et luy amena ung cheval et vindrent par ensemble, avecq ung nommé Lucque Delauwe demeurant à Tuppigny, qui a esté la première ouverture et cognoissance qu’il a eus à ceulx de ceste ville[...].

56[...] Enquis comment et par quelle manière il a eub entrée en ceste ville, dit que par ung dimence, ayans faict la cenne à Preumont où estoyent Charles Ghuislain, Nicaise Le Clercq et leurs femmes, Bernard Guislain et sa femme, Anthoine Du Quesne et sa femme et la femme de David Plouchart, dont le soir furent soupper au logis de Loys Henry audict Preumont où estoient entre aultres le Reverendissime de Vendosme et sa femme, Anthoine Du Quesne et sa femme, auquel soupper leur vindrent nouvelles comment l’on avoit rompus toutes les ymaiges ès églises de Vallenciennes. Lors dict Monsieur Pinchart, ministre dudit Preumont à ceulx du Chastel, il en fault faire aultant en vostre ville. Respondit ledit Bernard Guislain Que non. Je vous en garderay bien. Respondit ung aultre, bannis de Cambray estant illecq et ayant apporté lesdictes nouvelles, dict ouy da nous le ferons.

57Après le soupper, estant revenu en son logis à La Couronne où estoit ledict messaiger venus de Vaîlenciennes, ung Jacques Loyseau, Jacques Leduc ung nommé Lamer et encoire ung quy estoit serviteur au logis Jean Thellier, tous dudict Preumont, prinrent conclusions de venir au Chastel et de faict partirent promptement. Venus en ceste ville, arrivèrent au logis de Claude Raverdy. Estans là, y vindrent incontinent Gervais de le Navire, Jehan Provin et pluisieurs aultres desquelz il n’a mémoire par ce que lors il n’en avoit cognoissance, où ladite mathière de rompre les ymaiges fut mise en question. Ce que empeschoit lesdits de le Navire et Provin. Néanmoings estoit ledict Provin d’avis que l’on feist la presche au temple et que la fut baptizé l’enfant dudict Provin. Toutteffois ceulx de Premont dict : Allons, allons fault il tant débattre et sortirent ladite maison suivy d’aulcuns [...].

58Enquis pourquoy il se vantoit d’avoir le placcart et puissance de rompre les ymaiges es églises : A sur ce respondu qu’il fut lors dict que Robert Bocquet avoit apportez le placcart de ce faire de la ville de Vallenciennes. Lors ce présens dict, mectant la main à la poche : Je l’ay aussy ; et on commencha à rire. Sur ce partirent de ladite maison, luy marchant tout le premier, suivy des aultres. Vad droit en l’église de Saint-Martin.

59Enquis pourquoy, passant au travers du marchet, il ne voullut respondre à aulcuns gens de bien qui l’appelloient pour empescher ladite emprise. A dict qu’il ne les cognoissoit et qu’il ne scavoit se ilz estoient de la religion ou non.

60Venus en ladite église, exhorta les aultres, ses complices, à ne desrober aulcunes choses. Lors il print ung benoitier de cuivre qu’il rua par terre. De là, allyt à une chapelle rompre ung confanon. Lors chacun feist la pareil et y eub là ung meslinge. Enquis quy print la cyboire du Saint Sacrement, dict ne l’avoir veu, ne touchez. Trop bien dict qu’il rompit ung var par terre qu’il trouva dans le repozitoire ou armaire du Saint Sacrement. Et quant le Saint Sacrement y eubt estez, dict qu’il ne respectait riens et l’eubt jectez par terre ; mais dict que le curet l’avoit emportez [...]

61[...] Dict [...] qu’il est marié, peult avoir XXVI mois ou environ ; et print femme à Creppy en Laonnois, avecq Helye Le Gros, natifve du pays de Liège, et selon l’institution de Calvin. De laquelle il a eub une fille encoire vivant [...] et imposa nom Abigaie.

62Dict oultre plus que les romptures d’ymaiges, rejection de son habyt monasticque et aultres actes semblables ont estez par cela qu’il n’estime le droit canon, le décret et décretalles, non plus avant qu’il n’est expressé par la parolle de Dieu. Et partant les voeux monasticques par luy faictz par cy devant, excommunicacions desdits droix et du pappe, ne l’estimes nullement obligatoires. Aussy qu’en l’eucaristy ou Sacrement de l’autel, n’y a point réellement et corporellement, après la consécration du prebtre, le corps de Nostre Seigneur [...].

63(A.D.N. 3 G 3706.)

les calvinistes : résister, aller de l’avant (septembre-octobre 1566)

64A) Ambroise Wille, ministre de Tournai, au consistoire de Valenciennes, le 20 septembre 1566 :

65[...] Quant à la ligue, de laquelle vous demandez nostre advis pour sçavoir nostre intention, il est maintenant trop tard quant au faict de la religion et exercice d’icelle, d’aultant qu’il nous fauldra marcher tout d’ung pied avec ceulx de Braibant, Flandres, Hollande et Zéelande, pour nous ayder et secourir l’ung l’aultre, au cas de nécessité, fut-ce de gens ou d’aultre chose. Nous l’avons faict avec ceulx de Lille, Armentières et les villaiges de tout à le thour, et aussy avec ceulx de la basse Flandres. C’estoit pour ceste cause-là que dernièrement, quand les frères Cornille et Gilles Dumont estoyent icy, que l’on vous prioit de vous transporter jusques icy, tellement que nous arrestasmes par ensemble que sy l’une des églises ou l’aultre estoit en quelque dangier par les adversaires ou aultrement, que, sur ung mot que nous envoyerions, incontinent le secours seroit envoyé.

66Quant au mot, je le vous veulx bien déclairer, priant que ne le dites à personne du consistoire, craignant que l’on n’en abuse, car sur ce mot l’on assemblerait bien XX ou XXXm hommes en moins de rien, afin que, si vous vous en vueillez servir, que vous vous en aydiez, pourvu que ce soit en extrême nécessité : Dieu vit et est tesmoing que Christ est mort pour nous. S’il vous advient que vous en ayez affaire (que Dieu ne veuille !), que vous le mettiez pour la salutation de vostre lettre, laquelle ne fera mention que de choses que l’on pourra bien sçavoir.

67En haste, ce XXe de septembre 1566.

68Pas de signature.

69A Messieurs les Ministres de Valenciennes, ès mains propres, à Valenciennes.

70B) Extrait d’une lettre circulaire destinée aux ministres des églises réformées dans les Pays-Bas, du 29 septembre

71[...] L’escript cy joinct est le double d’une lettre que ung ministre d’une des principales villes de pardeça envoyé à celluy d’une aultre ville, et ceîluy de qui elle vient escript et celluy qui la apporte dict de bouche que l’assemblée se faict à Gand et que devant peu de jours l’on prendra les armes.

72C) Lettre adressée par Gilles Le Clercq, secrétaire de L. de Nassau, au consistoire de Valenciennes, du 1er octobre 1566 :

73salut par jésus-christ

74Messieurs et frères, bien vous soit.

  • 1 Le comte de Homes.
  • 2 De Cambrai.

75J’ay entendu, partye par les lettres envoyées à Monseigneur d’Audrignies, partie par la relation du présent porteur, voz affères, et pour ce que sur ce fayct demandez l’advis de Monseigneur l’admiral1 et le nostre, je vous veus bien advertir par la présente que son advis ne porte poinct que vous vous trouviez, en la fachon que requiert Monseigneur de Noircarmes, à la citadelle2, car il me l’a ainsy faict entendre. Touttesfois ne le déclarez comme venant de luy. Pour mon advis, entendu l’impossibilité alléguée par ledict Seigneur de Noircarmes et ensemble l’advis uniforme du Magistrat, il ne trouveroyt que bon que députiez quelquung du consistoire pour faire compagnie à cestuy ou ceulx que Messieurs de la ville députeront pour se trouver vers ledict Seigneur de Noircarmes affin d’entendre sa volunté plus amplement, soit par escript, sans donner aulcun pooir à cestuy que envoyerez de vostre part de pooir traicter ou accorder avec ledict Seigneur de Noircarmes, ains seulement pour en faire son rapport au consistoire, alléguant pour exemple les aultres villes ausquelles se sont trouvés les Seigneurs, et que ce n’est chose de petite importance et laquelle mérite plus meure délibération que de bailler charge à quelques députez de pooir contracter pour toute une ville ; et me semble que si Monseigneur de Noircarmes est affectionné au bien de la ville, comme il dit, il ne doibt faire difficulté de signer de moyen. Touttesfois, là où il ne le vouldroit faire, vous pourriez pour la seconde fois luy proposer certains articles, le plus que pourrez à vostre advantaige, ne vous conformans aux aultres villes en tout et pour tout, pour n’estre si fort asservies, comme elles sont, par forteresses et chasteaulx. Et combien que ledict Seigneur de Noircarmes demande accélération, ne vous hastez trop, car ceulx d’Ypre et de Gand s’en sont mal trouvez, et nonobstant la présence de Monseigneur d’Aigmont, ceulx de Bruges ont prins jour d’advis de respondre. Et à ces uns, se trouvent à Gand avec ministres de tous quartiers pour adviser d’un commun accord comme ilz auront à besoigner, d’aultant que lesdicts d’Ypres taschent de révoquer leur signature ou pour le moins avoir meilleure interprétation des articles par eulx soussignés ; et pour tant ne vous conseillerons vous haster, car, au retour Monsieur de La Grange, vous entendrez les particularitez et les résolutions du synode, avec lequel sera bon que vous vous conformiez. Parquoy ne vous hastez, ains seulement entendez la volenté dudict Seigneur de Noircarmes, et après, si besoing est, je me trouveray vers vous pour conférer ensemble et faire tout ce que trouverez expédient que face pour vous.

  • 3 Parachever.

76Quant au faict des temples, nous ne avons poinct de haste, car il semble à plusieurs que ne les debvons pachever3, espérans chose meilleure. Touttesfois, pour monstrer obéissance, insistez ad ce que le Magistrat vous désigne lieux propres afin que les mettiez par là au tort.

77S’il y a chose d’importance dont deussiez estre advertyz, ne feray faulte.

78De Tournay, en haste, ce 1er d’octobre 1566.

79Le tout vostre, Gilles Leclercq.

80Ces trois documents, tirés des A.G.R. Bruxelles,État et Audience, Correspondance de Hainaut, ont été publiés par Ch. Paillard, dans les Mémoires de la société historique d’agriculture des arts et des sciences de Valenciennes, t. VI

un « marcheur » sur tournai et valenciennes raconte son aventure (décembre 1566)

81« S’ensuyt la déclaration des noms et surnoms de ceulx aians porté les armes contre le Roy, attesté par les personnes que s’ensuyt ». Du vingt-neufiesme de janvier, par devant Jacques Cambier et Jacques de Vienne, eschevins de l’Alloeue, audict bourg de le Venthie.

8218e témoin. — Jacques Pronnier, parmentier, demourant au bourg de le Venthie, eaigé de vingt-cincq ans ou environ, afferme que par ung jour de dimenche, paravant que le tambourin sonna audict lieu de la Venthie pour marchier vers Tournay, il veit sortir du logis de George Le Talle, demourant audict lieu, le prédicant Cornille, auquel il ne parla ; mais le lendemain pourmenant au marchié avecq Philippes Wastepatte et aultres dont présentement n’a mémoire, ledict Philippes leur disoit qu’il failloit le lendemain marchier quant le tambourin sonneroit, sans dire vers où. Et le lendemain, environ trois heures du matin, ledict tambourin commencha à sonner par touttes les rues, comme il feit environ les douze heures du disner. Et le veit partir vers le chemin de Sailly et que le suivoient Philippes Wastepatte aïant ung hallecret, morillon et picque, Pierre Wastepatte avecq une harquebouse, Franchois Doie, parmentier, Jacques de Le Becque, cuvelier, avecq une harquebouse, et Jehan Pronnier, son frère, aussy avecq une harquebouse. Et le lendemain au matin se partit luy déposant pour aller trouver la compaignie à Armentières, et estant en chemin trouva Josse Vraulmont, lequel luy bailla une harquebouse avecq laquelle il arriva à Armentières, où il trouva environ deux cens hommes, tant de ceste ville, Richebourg, La Gorgue que aultres lieux, avecq lesquelz au son du tambourin il marcha soubz trois enseignes à la conduicte de Robert Therier, lequel leur disoit que on trouveroit les princes et capitaines auprès de Tournay. Entendant par luy déposant que c’estoit pour le service du Roy. Et allèrent ledict jour couchier au Quesnoy, où ilz demourèrent depuis ledict jour de mercredy jusques au samedy enssuivant au matin. Pendant lequel temps y arriva ung nommé Rumault, à cheval, lequel y demoura environ deux heures, et après avoir communicqué audict Robert Therier, Philippes Wastepatte et aultres, se rethira, ne scet où, et ne le a depuis veu.

83Dict que la trappe partit ledict jour de samedy au matin, à la conduicte dudict Therier et ung nommé Jehan Soret, après que ledict Cornille oit faict la presche, en laquelle il déclaira qu’il descendoit grand nombre de gens tant d’Anvers, Gand, que aultres lieux, pour les venir trouver près Tournay. Et allèrent logier ledict jour à Tourcoing ; et luy depposant avecq Philippes et Jehan Wastepatte et ung nommé Thonnequin Gombert, filz de Benoist, demourant près la Belle-Croix, couchèrent à Wastrelos, au logis de la soeur desdicts Wastepatte. Le lendemain dimenche se joindirent avecq ladicte troppe quy passoit audict Wastrelos, et allèrent couchier à Templeuze ; le lendemain à Rumigny, et après à l’abbaye de Sainct-Nicollas ès faulxbourgs de Tournay, où la troppe demoura jusques au samedy enssuivant ; mais luy depposant en partit le mercredy et s’en vint à Tournay avecq ledict Philippes Wastepatte, Franchois Doie et aultres, où survint aussy Jehan Wastepatte. Et s’en partit luy déposant pour aller à Courtray, et ledicts Wastepatte et Doie retournèrent avecq les aultres, sur ce que ledict Therier leur vint dire que s’il ne partoient, que on les feroit pendre. Et depuis Courtray s’en retourna droict en sa maison.

84Dict que cependant qu’il estoit audict Tournay, l’on brusla ladicte abbaye de Sainct-Nicolas, mais n’y estoit présent, et s’est party, comme dict est, sans avoir receu ung pattart, voïant qu’ilz ne trouvoient les seigneurs que on leur avoit faict entendre et que c’estoit tout abus.

85Quy est ce qu’il en sect. Ainsy signé : Jacques Pronnier.

86(A.G.R. Bruxelles, Fonds du Conseil des Troubles, n° 91 publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux... t. II, pp. 249-250.)

les explications embrouillées des responsables de la châtellenie de Bergues

8727 Septembre 1567. Mémoire justificatif des bailli, vicomte, échevins et cuerheers de la châtellenie de Bergues.

88Pour de la part des bailly, visconte, eschevins et cuerheeren de la chastellenie de Berghes-Sainct-Winnocq donner responses et excuses sur les interrogatz contenuz en trois articles à eulx donnez par escript par messieurs et maistres Pierre Le Cock et Lievin Snouck, conseilliers du Roy nostre sire en son conseil de Flandres et commissaires de Sa Majesté en ceste partie, enssamble exhiber les ensseignemens duisans pour leur justification et descharge, disent et exhibent lesdicts de la chastellenie ce quy s’ensuyt...

89Et pour respondre plus particulièrement au contenu du second article desdicts interrogatz sonnant de mot à aultre ainsy : Pourquoi ils n’ont avecq l’assistence dés notables gentilzhommes et aultres de la chastellenie bons pour la relligion empesché les briz des ymages et aultres scandales advenuz en leur jurisdiction, et du moing quel debvoir ilz en ont faict ; dient et respondent lesdicts de la chastellenie que en aulcuns villages de la jurisdiction d’ycelle, sy comme de Herzele, Bambeke, Rexpoede, Oostcapple et Killem, enssamble aussy des vassaulx aïans leurs justices à part, sy comme Houtkercke, Wormhoudt, Ekelsbeque et Ledringheem, tous situez aux mètes et limites de la chastellenie au quartier de zuut, les ymages des églises ont estez en partie brisez et abatuz le XVT jour d’aougst LXVI.

90Comme aussy est advenu peu aprez le mesme jour ès villages de Ghivelde, Uxeem, Tetegheem, Leffrinchoucke et Brouckercke, estans de ladicte chastellenie, et Zoutcote vassal aiant aussy justice à part, et tous situez au quartier de Nort, le tout au grand regret et desplaisir des magistratz et aultres bonnes gens de ladicte chastellenie.

91Mais comme cela advint respectivement en chascun quartier èsdicts villaiges sur ung jour sy à despourveu subitement et quasi en ung tamps et moment et sans avoir eu ny oy nouvelles qu’il estoit en train ce faire, le tout par gens estrangiers et incognuz venans par grandes troupes audict quartier de Zuut, de Pont-Roard, ville et chastellenie de Cassel et d’ailleurs, et audict quartier de Noort, de Hondschote et de la chastellenie de Furnes par le villaige d’Adynckercke ; saulf seulement à Brouckercke où ledict brisement fust faict par aulcuns du meisme villaige il n’estoit possible ausdicts de la chastellenie, avecq telle assistence qu’ilz eussent sceu avoir, tant de gentilz hommes notables que aultres quelsconques, empescher lesdicts brisemens, en tant que il n’estoit possible sçavoir ès quelz lieux et tamps lesdicts brisemens se feraient, ny se trouver en temps ès dictes places ny partout en chascun lieu où ilz se faisoient distans les ung des aultres de une, deux, trois et quatre lieues et davantaige.

92Joinct que de touttes pars la chastellenie et villaiges sont ouvertz, et la campaigne la plus part couverte de hayes et buyssons, par où n’estoit possible apercevoir lesdictes troupes de loing, et que lesdictes églises quy de jour communément se tenoient ouvertes en la manière que dessuz ont esté surprinces.

93Oultre que en tel desaroi et désordre quy se veoit estre général presque par touttes les viles et payz, et en ung mesme tamps tous bons coeurs se trouvoient en telle perplexité et esbranlement que bonnement ilz n’avoient devant les yeulx ce qu’ilz eussent à faire, n’attendant aultre chose que venir en proye et pillaige voire saccagement des maivueillans.

94Mais pour préserver et garder les aultres villaiges de tel danger, desgat et scandale du mieulx qu’il fust possible, sy comme Warheem, Westcapple, Quadypre, Chocx, Crochte, Steene, Bierne, Spyckere, Aernoudscapple, Cappelle, Grand-Sintene, Petit-Sintene et Coudekercke, estans de la juridiction de la chastellenie, enssamble Pitgam vassal et aïans justice à part, èsquelz lieux lesdicts estrangiers audicts jours et tamps ne sont venuz, les bonnes gens par commun accord avecq les curez et advis des notables gentilzhommes et justiciers respectivement résidens, ont démiz lesdictes ymages et aultres cieraiges et ornemens des églises, sans aulcun desgat et rompture, pour les mectre et garder en secrètes places hors du danger desdicts malveullans, sur bon espoir d’amandement du tamps, et les povoir remectre et restituer en tamps et lieu, comme (louange à Dieu), les troubles cessez, présentement ilz sont restituez, et lesdictes églises remises en tel ordre et estoit que devant.

95Samblablement se recommencent fort à réparer les aultres églises brisés, tant que à l’aide de Dieu et bonne diligence, dévotion et zèle des bons catholycques, toutes choses se remectront de brief en bon et premier estat [...].

96[...] Supplians partant lesdicts officiers et justiciers, tant en leurs noms que pour touts aultres bons et fidèles subjectz de Sa Majesté en ladicte chastellenie, de recepvoir et prendre lesdictes raisons, responses et excuses à leur descharge en la melieure part, et sy en aulcunes choses l’on voldroit interprêter eulx avoir esté moings diligens, supplient très-humblement que ce soit imputé à la perplexité, esbranslement et estonnement, èsquelz avecq la pluspart du monde ilz se sont trouvez par les troubles et commotions sy soubitement élevez en tous lieux, et non à mauvaise volunté, désirans lesdicts de la chastellenie, laquelle (la mercy à Dieu) présentement se retrouve bien coie et pacifycque, à perpétuité demourer, persévérer et vivre au service en l’obéyssance et soubz la bonne protection de Sadicte Majesté leur propre et naturel seigneur et prince.

97Faict en ladicte ville de Bergues Saint-Winnocq et exhibé ès mains de mesdicts seigneurs les commissaires le XXVIIe jour de septembre XVe soixante-sept soubz les signatures de Jaques de Briaerde, greffier, et de Jehan de Wintere, pensionnaire de ladicte chastellenie.

98(Publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux..., t. III, pp. 187-198.)

le duc d’albe ordonne d’arrêter les briseurs d’images, le jour des cendres 1568

A) L’ordre donné (21 février 1568)

  • 4 Rassenghien fait fonction de gouverneur de Flandre, en remplacement d’Egmont.

99Au Seigneur de Rassenghien4.

100Monssr de Rassenghien, comme je suis adverty qu’il y a aulcuns des principaux et des plus chargez au fait des troubles et désordres passez qui sont retournez au limites de vostre gouvernement et y conversent journellement en public, en vilipendance de la justice et au grand scandai d’ung chascun, et que je ne treuve convenable de souffrir plus lointemps telz garnemens, espéciallement ceulx que l’on cognoit pour ministres, consistoriaux, briseurs des imaiges, ceulx aians fait faire ledit briz sacrilèges et ayans porté les armes contre Sa Majesté, suis résolu de faire appréhender et saisir au corps tous telz delincquans et malfacteurs. Et afin que ladite appréhension soit faicte dextrement, en ung mesme temps et jour par toutes les villes et lieux de votre gouvernement pour, par saisissement de l’ung en temps divers ne causer la fuyte et retraicte de l’aultre, vous requiers que précisément le troisième du mois procain, jours de Gendres, faictes appréhender au corps tous ceulx que trouverez chargez de crismes et delicts susdits, employans les commissaires estans celle part en l’une des villes de vostre dit gouvernement, ou verrez leur présence la plus nécessaire pour effectuer ladit apprehension. Et afin que lesdits commissaires aient à tenir avecq vous en cecy et aultres choses en dépendant toute bonne correspondance et sçavoir au surplus comment se régler, leur escriptz lettres dont leur envoions le double. Et pour les aultres villes et lieux, ou les commissaires ne pouront vacquer en ung mesme temps, y commettrez les officiers que trouverez catholicque entiers, non suspectz et nullement adonnez à ces nouvellitez pour faire ladite appréhention, et ou les trouvissiez ou aulcuns d’eulx aultres prendrez en leur lieu telz que cognoistrez à ce qualifiez et donnerez auxdits commissaires et officiers respectivement chascun en son quartier, telle assistence, ayde, secours et adresse dont ils auront besoing pour le meilleur accomplissement de leur charge, et suivant ce qu’escripvons ausdits commissaires seront les prisonniers delivrez à leur juge ordinaire et compétent, pour avoir la cognoissance de leurs faicts, crismez et mesuz, et procéder contre eulx par le dernière supplice ou aultrement, selon l’exigence des cas. Et afin qu’ils ne facent de ce aulcune difficulté soubz umbre que leur ay fait interdire par lesdits commissaires la cognoissance et judicature de ceulx qui se seroient meslez desdits troubles et désordres, les auctorisez à ce de ma part, leur enchargeant davantaige que de temps à aultre ils vous advertissent de la sentence qu’ils auront prononcée contre lesdicts délincquans et de l’exécution d’icelle, dont m’advertirez semblablement, bien entendu toutesfois que le magistrat soit catholicque entier, non suspect et nullement adonné aux nouvellitez ; et si avant que le trouvez ou aulcun en icellui autres, ordonnerez à tel magistrat de ne cognoistre ny procéder sur le fait desdits prisonniers sans l’advis adjonction et présence desdits commissaires, afin d’éviter toute fraude et suspition de malversation, ausquelz enchargerez semblablement ainsy le faire et le transporter à leur première comodité au lieu que besoing sera, pour avecq le magistrat illecq cognoistre sommièrement et de plain de la cause desdits prisonniers et avecq eulx procéder à la sentence diffinitive et exécution d’icelle.

101Et comme j’ai réservé aux commissaires l’annotation des biens de telz prisonniers, ne souffrirez que aultre s’en meslant ou s’y entremecte de auctorité privée.

102D’aultre part, comme par ordonnance aux commissaires d’Ypre de faire semblable appréhension des délincquans susdits audit III en ladite ville et aultres villes et lieux de leur district pour affaires illecq et les encharge de s’adresser et recourir à vous pour assistence sy besoing fut, ne faudrez de les ayder, secourir et assister de gens de guerre ou aultrement selon que verrez les occurences leur exploit le requérir, vous y emploiant selon la confidence que j’ai en vous et nous advertissant du succès de ceste appréhention ès limites de vostre gouvernement.

103A tant etc. De Bruxelles, le XXIe de febvrier 1567.

104(A.G.R. Bruxelles, Reg. du Conseil des Troubles, 22 août 1567-30 septembre 1568, copie ; original à Simancas. Publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux..., t. I, p. 260.)

B) L’exécution. Lettre de Rassenghien au duc d’Albe, 6 mars 1568

105Monseigneur,

106[...] Davantaige, Monseigneur, suyvant la charge qu’yl at pleu à Vostre Excellence me donner par aultre lettre sienne du XXIe de febvrier, que recheuz le XXVIIIe dudict mois, at esté faict tout debvoir possible par les officiers de che pays, avecque l’assistance de quelques soldatz qu’avoye faict venyr de Flandres ; tellement qu’au IIIe de che mois, jours désigné par lesdictes lettres et pour les crysmes y mentionez, suyvant l’extraict des informations tenues par les commissaires de che quartier sont esté appréhendez sur les limites de che gouvernement environ cincquante-quatre personnes des plus chargées, à l’endroict desquelz et aultre de semblable espèce quy se poulront encoire attraper ne fauldrons d’ensuyvre l’ordonnance de Vostre Excellence, laquelle serat advertye de tamps à aultre de che qu’on succèderai ; et s’il luy plaist avoir un billet plus particuliers des noms et qualitez prisonniers, ferons debvoir de l’envoyer.

107(Ibidem, t. II, p. 92.)

deux exemples de sentences

A) Le duc d’Albe, après avis du Conseil des Troubles condamne Nicolas Salengré, échevin de Laventie, à être exécuté par le feu (21 juin 1568)

108Veu par Monseigneur le ducq d’Alve, marquis de Coria, etc., lieutenant gouverneur et capitaine général pour le Roy nostre sire des pays de par deçà, le procès criminel allencontre de Nicolas Salengré, du bourg de la Venthie, ayant esté constitué prisonnier au chasteau de Béthune à cause des troubles passez et depuis par charge de Son Excellence mené ès prisons de Geste ville, chargé, attaint et convaincu d’avoir esté cause que Fredricq Wasselin, commis du bailly du Roy au pays de Lalleue, pour ce qu’il enrolloit audict Venthye les catholicques en délaissant les sectaires, a esté emmené prisonnier par aulcuns sectaires à La Gorgue et mis à la tour d’illecq, et esté à la première presche faicte audict Venthie le jour de St-Jacques et St-Cristoffel de l’an LXVI, et fréquenté tousjours depuis les aultres ; constrainct ses femmes et enffans et de les oyr aussy ; esté présent en l’église dudict Venthye au temps du bris des images, sans y avoir donné aulcun obstacle (combien qu’il fût lors eschevins), ains au contraire esté apperceu de rire voyant une jeusne fille jecter ou laisser cheoir par terre aulcunes images ; aussy avoir osté les clefz de ladicte église à celluy qui les avoit en garde, et les délivré à Mathieu Bayaert, sectaire, et dict qu’il estoit besoing rompre les cloches d’icelles église pour en faire artellerie ; et sur la remonstrance à luy faicte par Mahieu Crocheroy, eschevin de Lalleue, que estant eschevin il ne debvoit laisser vendre sur le marchyé dudict la Venthye livres réprouvés contre le sacrifice de la messe, avoit respondu qu’ilz se venderoient et n’en auroit aultre chose, et dict audict Crochry qu’il péchoit mortellement de dire son chapellet et de servire la vierge Marie et que c’estoit mal faict d’aller à la messe : disant que depuis il avoit sceu le mal qu’il se faisoit d’y aller qu’il ne s’y seroit plus trouvé. Davantaige d’avoir signé certain escript advenant la contribution obtenir la liberté de conscience, et y avoir pour ce contribué vingt pattarts et monstré à Sire Franchoys Caran, chappellain du curé de la Venthye en la mayson de Jehan de Watepate, en présence de plusieurs aultres, certaine pierre d’autel, procédant de l’église dudict Venthye, en laquelle avoit esté encassé en bois quelques reliques de sainct, et luy dict que en icelle estoit l’enchanterie et sorcelerye que luy et ses semblables prebstres faisoient en célébrant la messe, et que sans ce meschanteries et sorcelrie ilz ne povoient dire leurs messes ; luy disant davantaige que sy luy estoit deu quelque chose à cause de son service d’église, qu’il vinst vers eulx et qu’ilz payeraient, des deniers procédans de la vente qu’ilz feraient des calix, ornemens et vestiaires de ladicte église, et que l’on n’en avoit plus à faire.

109Par-dessus ce chargé d’avoir passé XXV ans esté infecté des sectes réprouvées.

110Veu aussy tout ce que ledict Salengré a voulu dire et aléguer pour ses deffence et décharge, Son Excellence le condempne d’avoir la teste trenchée, et déclaire tous ses biens confisquez au prouffict de Sa Majesté. Faict à Bruxelles, le XXIe jour de jung 1568. Bvt in Vt. Soubzsigné : le duc d’Alva.

111Et desoubz estoit escript : Depuys Son Excellence ayant eu rapport que le susdict prisonnier a réffusé d’admectre confesseur à luy envoyé et persistéez en ses erreurs, a ordonné, en cas qu’il demeure obstiné en sesdicts reffuz et erreurs, qu’il sera exécuté par le feu. Faict à Bruxelles, le XXVe jour de juing.

112Desoubz estoit escript et signé : Par ordonnance de Son Excellence : Pratz. Et en espaingnols : Sentencia de meurte, y de confiscation de bienes contra Niclaes Salengro, traydo preso de Bethuna en esta villa.

113(A.G.R. Bruxelles, Fonds du Conseil des Troubles. Publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux..., t. II, p. 360.)

B) Condamnation collective par contumace d’habitants d’Hazebrouck (30 mars 1568)

114Veu par monseigneur le duc d’Alve, marquis de Coria, etc. Gouverneur et capitaine général pour le Roy nostre Sire des pays de par deçà, les deffaultz obtenuz par le procureur général de Sa Majesté, impétrant de mandement criminel, demandeur, d’une part, contre Péronne Zweeren, vesve de feu Franchois de Pours, Michiel Broeders, bollengier, Philippe de Vilers, cousturier, Jehan Braems, marchand des draps de soye, Jacques de Smys, filz de Jehan, jeusne homme à marier, Guillaume de Guesere, filz de Nicolas, Mahieu Lherbier, Marguerite et Jacquelinne, filles de Eustace Hidde, Catherine et Chrestienne, filles de Nicolas Dekens, Nicolas Boddart, cousturier, et Marie sa femme, Jacques Boddart, filz de Nicolas et Marie Muus, sa femme, Marguerite Boddart, fille de Nicolas, Jehan de Roo, tordeur de fillets, Gilles Houfvenaghle, ministre, Guillaume Kerre Mahieu Bertau, couvreur d’ardoises, Jacques Serpieters, gantier, Franchoise Mulaert, vefve de feu Eloy van Stavele, et Marguerite sGuesers, fille de Jehan, tous demeurans à Hazebrouck, adjournez à comparoir en personne pardevant Son Excellence deuement contumacez et déboutez de toutes exceptions et deffences, d’aultre ; chargez tous les susnommez d’avoir favorisé la nouvelle secte et hanté les presches ;

115Et pardessus ce, lesdis Michiel Broeders, esté ung des chiefs des sectaires, ayant faict baptiser ung sien enffant à leur mode et esté choisy pour anchien ;

116Philippe de Villers, commis bris d’images, et avecq armes convoyé les prédicants et esté en pluisseurs séditieuses assemblées tant à Estaires que devant la ville de Furnes pour par force y délivrer aulcuns leurs complices prisonniers ;

117Jehan Braems, diffamé d’avoir donné charge de fendre les ymaiges abatues, payé les briseurs et le messagier ayant amené audict Hazebrouck les prédicants ;

118Jacques de Smys, renommé d’avoir leu et enseigné les sectaires ès assemblées tenues en la maison de sa mère ;

119Guillaume de Guesere, d’avoir brisé les ymaiges en pluisieurs églises, si comme à Estaple, Waelscappele et ailleurs ;

120Mahieu Lerbier, fréquentant les presches avecq armes et commis forche avecq aultres ses complices au logis du bailly, y criant : Vivent les gueulx, qu’on tue tous les papistes, et les prêtres les premiers, et après le dict bailly et aultres de la loy.

121Lesdites Catherine et Chrétienne, filles de Nicolas Dekens, d’estre fort obstinées en la nouvelle religion, ayans voulu empescher le curé dudict Hazebrouck d’oyr la confession de leur mère et luy administrer les Sainctz Sacramens en son extrême ;

122Le dict Nicolas Boddart et Jacques son filz, d’avoir commis bris d’ymaiges, s’estant aussy ledict Nicolas trouvé garny d’un marteau de plomb à la force commise au logis du susdict bailly avecq aultres ses complices, et depuis en la trouppe des sectaires, allans avec tamburin et armes vers la dicte ville d’Estaires ;

123Jehan de Roo, d’avoir esté messagier desdicts sectaires procurant leurs affaires ;

124Gilles Houfvenaghle, prédicant et ministre audict lieu ;

125Guillaume Kerre, Mahieu Bertau et Jacques Serpieters, commis bris d’ymaiges, ayant ledict Bertau aussy esté en armes à la deffaicte de Waterloot et auparavant à la séditieuse assemblée devant la dite ville de Furnes ;

126Franchoise Mulaert, esté fort séditieuse et malparlante tant contre les gens d’eglise que contre le Magistrat et aultres catholiques.

127Veues aussy les informations par le procureur général produictes à la vériffication des faictz dessus posez, ensamble les actes et exploictz y joinctz et par espécial l’acte de déboutement des dictz adjournez de toutes exceptions et deffences, Son Excellence, vuydant le prouffict des dicts deffaultz et déboutement, bannyt les dits adjournez et chascun d’eulx perpétuellement et à jamais hors de tous les pays et seigneuries de Sa Majesté, et confisque tous et quelzconques leurs biens meubles et immeubles, droictz et actions, fiefz et héritaiges, de quelque nature ou qualité et là part où ilz soyent situez au prouffict de Sa Majesté.

128Faict à Bruxelles, le pénultiesme jour de Mars 1567, avant Pasques. Ainsi signé : El duc d’Alva, et plus bas : J. de La Torre.

129Collation est faicte à son original signé comme dessus reposant ès mains de moy, secrétaire soubzscript, et trouvé accorder de mot à aultre, par moy, signé : J. de La Torre.

130(A.D.N., Série B, Chambre des Comptes, pièces à l’appui des comptes de confiscations ; publié par E. de Coussemaker, Troubles religieux..., t. II, pp. 112-114.)

Notes

1 Le comte de Homes.

2 De Cambrai.

3 Parachever.

4 Rassenghien fait fonction de gouverneur de Flandre, en remplacement d’Egmont.

© Presses universitaires du Septentrion, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search