Version classiqueVersion mobile

Banque et identité commerciale. La Société générale (1864-2014)

 | 
Hubert Bonin

Deuxième partie. L’identité commerciale d’un co-leader français (1920-1966)

Chapitre 5. La Société générale gagne une bataille de la guerre commerciale (durant les années 1920)

Texte intégral

1De façon spectaculaire, la Société générale (avec la Sogenal) s’affirme entre 1921 et 1928/29 comme la première banque française par ses dépôts et ses crédits, devant son rival de toujours, le Crédit lyonnais. L’environnement concurrentiel est rude : la jeune Banque nationale de crédit vient bousculer les positions acquises en offrant des conditions séduisantes ; plusieurs grosses banques régionales bénéficient de mouvements de fusion et de croissance pour s’affirmer en grandes maisons, tels le Crédit du Nord, la Banque générale du Nord, les établissements du groupe Cic, la Société marseillaise de crédit ou la banque Adam, tandis que les banques d’affaires se mettent à drainer des dépôts d’entreprises pour nourrir l’expansion de leurs prêts. La position conquise par la Société générale est d’autant plus méritante, par conséquent.

1. Tirer parti d’un réseau dense

2La Société générale bénéficie de l’héritage de l’ère Dorizon (1895-1913) : la multiplication des agences, des bureaux de quartier et de bourgades, l’a fait accéder, avec ses 1 500 guichets en 1929, aux bourgeoisies de toute taille, aux épargnants moyens, à « la France des petits », petits commerçants et artisans, d’où un total de 441 000 comptes clients en 1929. Le nombre des seuls bureaux périodiques a augmenté de 473 en 1914 à 750 en 1925 et 864 en 1930, avec, certaines années, une ouverture par semaine. Les publicités, que ce soit dans les magazines d’informations économiques, les catalogues de voyages ou de foires-expositions, sont destinées à maintenir l’image de marque de la maison ; celle-ci continue en effet à relier son nom et son renom, avec l’ampleur du capital réuni ; et elle insiste de plus en plus sur l’envergure de son réseau, tant en France qu’en Alsace, ainsi que sur son offre de points de contact étrangers et ultramarins.

3Le métier de banque d’escompte prospère encore plus, grâce à ce réseau et à l’organisation de traitement des effets, qui, quant à elle, s’appuie désormais sur les machines électro-comptables installées au Siège à partir du milieu des années 1920 ; la banque devient une « industrie de masse », en appui de la politique commerciale, dès lors que les clients profitent d’une meilleure rapidité des opérations comptables, tandis que les « écritures » deviennent plus fiables, avec moins d’erreurs, que ce soit pour les effets de commerce ou pour les opérations de Bourse.

  • 1 Organisation des services capitalistes, rapport d’inspection à l’agence d’Épernay, 19 février 1929, (...)

4Une masse de « garçons de bureau » parcourent les quartiers, les bourgades régionales et les zones rurales pour l’encaissement, et certains peuvent utiliser les premières voitures acquises par la maison ou les premiers cars, même si les trains d’intérêt local ou, en ville, les tramways dominent encore. Une vaste « banque en mouvement » s’ajoute ainsi aux guichets, qui, eux-mêmes, grâce aux centaines de bureaux auxiliaires, ouverts les jours de marché ou de foire, notamment, vont au-devant de la clientèle et lui facilite sa gestion des moyens de payement (collecte des liquidités, transport des titres à la vente ou pour le payement des coupons, etc.), en une stimulation de la « banque de proximité ». À Épernay, « les démarches sont nombreuses et bien conduites : cinq employés sont affectés à la tenue des bureaux périodiques et aux visites dans la clientèle rurale. L’agence dispose, depuis le mois de juillet, de deux automobiles qu’elle utilise quotidiennement »1.

5La formation des employés (22 000 salariés en 1929) et, surtout, des « employés supérieurs » et des « chefs de bureau » (des cadres moyens) s’améliore sensiblement : un système de concours et d’écoles régionales de préparation aux diverses facettes de gestion et d’action commerciale, à partir des années 1920, permet de faire progresser le niveau moyen des agents. En sus des méthodes de gestion administrative et comptable, on leur apprend le b.a.-ba des techniques commerciales.

2. La Société générale banque de crédit dynamique

6Les archives des dossiers du personnel cadre montrent combien la direction veille au dynamisme commercial de ses cadres de terrain. Elle le contrôle par le biais des tournées de ses inspecteurs ; elle le stimule surtout par une politique vigilante et subtile de promotion des meilleurs, qui, peu à peu, rejoignent de plus grosses agences, en fers de la lance de la combativité commerciale – et certains rejoignent même le Siège. Des appréciations élogieuses couronnent ces « héros » du commerce bancaire dans les dossiers de l’Inspection générale et de la direction du personnel.

  • 2 Dossier personnel d’Auguste Vinel ; divers dossiers d’archives de la Société générale.
  • 3 Ibidem, Évaluation du 28 juillet 1919.

7Sans personnaliser à l’excès une histoire d’entreprise institutionnelle, il faut bien reconnaître que le capital de savoir-faire du directeur d’agence apporte la force de levier complémentaire qui permet d’élargir la pénétration sur chaque place avec vigueur. Quelques cas de figure peuvent être mobilisés afin d’étayer notre propos. Auguste Vinel (1873-1949), licencié en droit, entré à la Société générale en 1899, a suivi la filière de l’Inspection (1901), avant d’accéder à la direction de l’agence de Dunkerque (1905). Il s’affirme dès lors en spécialiste de la banque commerciale portuaire2, puisqu’il devient directeur adjoint de la succursale d’Anvers de la Société française de banque et de dépôts, filiale belge de la Société générale, avant de rejoindre Marseille comme directeur de l’agence en janvier 1914 : « Excellent directeur, intelligent, instruit, très actif. Ses goûts autant que ses aptitudes le portent à rechercher les opérations de banque proprement dites. Marseille est une des places où il peut le mieux utiliser ses grandes connaissances professionnelles et faire valoir son expérience. M. Vinel connaît remarquablement la pratique des opérations documentaires. Conscient de la valeur des garanties réelles, quand elles sont régulièrement constituées, il ne redoute pas le risque. Il paraîtrait même audacieux en affaires à ceux qui n’étudieraient pas dans le détail les opérations engagées par lui et à qui échapperaient toutes les sûretés dont il s’entoure pour en assurer la bonne fin. »3 Il y reste sept ans avant de monter sur Paris, comme directeur des agences de province en janvier 1922 ; mais son capital de compétences acquis dans les trois ports où il a œuvré explique certainement qu’il évolue ensuite vers la direction du département Étranger, entre août 1927 et juillet 1934.

  • 4 Dossiers du personnel, archives de la Société générale.
  • 5 Ibidem.

8Sur le champ de la « banque industrielle », deux exemples sont révélateurs. Charles Husset4, d’abord cadre à Rouen en 1911-1921, assume la direction de l’agence de Longwy en janvier 1922-février 1926 et y accumule un capital d’expérience solide, d’où sa promotion ultérieure à la tête de la grosse agence de Lille (1926-1932). Son successeur Fernand Genevois, lui aussi formé dans le réseau depuis 1906, a été le numéro deux à Épinal et Compiègne avant de rejoindre Longwy, qu’il dirige de mars 1926 à sa retraite en décembre 1938. À l’échelle de son agence, il s’avère un véritable « banquier d’affaires » : « Pourvu d’un sens assez avisé des affaires, il entretient des relations suivies avec la clientèle. Celle-ci semble apprécier son caractère ouvert et très expansif » (1937). « La longue expérience des affaires que possède M. Genevois, jointe à un grand bon sens, lui permet d’assurer la gestion de son groupe dans de bonnes conditions. Il a des qualités de démarcheur et sait se faire apprécier de la clientèle »5 (1938).

3. Des prestations affûtées en banque d’entreprise

  • 6 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France sur la succursale de Longwy, 18 mai 1928.

9Si elle repose évidemment sur la force de l’organisation de firme de la banque dans son ensemble, la capacité à grignoter des parts de marché réside aussi dans le punch entrepreneurial que la maison favorise à une époque où elle devance le Crédit lyonnais (en 1921-1928) par ses encours de crédits. Sans la combativité souvent dangereuse de la Bnc, qui, considérée comme une « banque facile », prend des risques trop étendus (d’où une petite crise au milieu des années 1920 et son krach en 1931), la Société générale parvient à maintenir un équilibre optimal mais délicat entre prise de risque et maîtrise des risques. L’avantage comparatif décisif semble résider dans la combativité de la « banque d’entreprise » à travers l’octroi de crédits durables (découverts et avances sur garantie) : « Cette agence [de Longwy] a acquis une situation prépondérante dans les sociétés métallurgiques, auxquelles elle consent, à l’occasion, de larges crédits. »6 Une telle tactique s’explique car elle compense la maigre rentabilité des opérations courantes d’escompte, pourtant volumineuses, mais fortement concurrentielles.

  • 7 Rapport de l’Inspection générale à la succursale de Lille de la Banque de France, 30 janvier 1925.
  • 8 Dossier Cloez, évaluation par le directeur de l’agence de Lille, 15 septembre 1919, archives du per (...)
  • 9 Dossier Clœz, 15 septembre 1919, archives du personnel, archives de la Société générale.
  • 10 Note du 1er mars 1926, dossier Clœz, archives du personnel, archives de la Société générale.

10De même, Lille est une « agence très active, la plus importante, croit-on, des comptoirs de la Société générale. Le directeur, Arthur Clœz, connaît parfaitement la place, a su pénétrer dans les milieux industriels, accorde des découverts à long terme aux bonnes maisons et attire les dépôts par des taux plus élevés que ceux des confrères. »7 Sous-directeur (depuis 1907) puis directeur adjoint, Clœz s’avère ensuite un directeur exceptionnel, apte à relancer l’offensive de la Société générale en plein redémarrage de l’économie de paix. C’est « le principal artisan de notre influence auprès du haut négoce lillois, chez qui sa compétence technique et son expérience très éclairée et très complète des besoins spéciaux de la place sont unanimement connues et appréciées »8. « Sujet remarquable. A le sens et le goût, la passion même des affaires. Intelligence très vive. Jugement solide et sûr. Souplesse et fertile de combinaisons. Grande facilité et grande puissance de travail. Connaissance approfondie, à la fois théorique et pratique, du métier de banquier […]. Tempérament ardent et combatif, en même temps prudent et perspicace […]. S’impose à la clientèle par l’heureux choix de ses arguments, par sa compétence professionnelle évidente […]. Sait organiser. Sait commander. »9 « M. Clœz est un homme d’affaires. Son activité, sa vivacité d’esprit, l’ascendant qu’il exerce sur la clientèle font de lui une personnalité de premier plan. »10 Clœz reste six ans comme directeur de l’agence de Lille, avant de monter au Siège parisien comme (co-)directeur adjoint de la banque à la direction des agences de Paris (1926-1933).

  • 11 Dossier « brouillard » de l’émission d’obligations Aciéries de Longwy, Archives de la Société génér (...)

11Cette pénétration au cœur des communautés industrielles s’appuie aussi sur la banque d’affaires. Ainsi, derrière la Société nancéienne, la Société générale est co-chef de file de l’émission d’obligations des Aciéries de Longwy (une grande firme) en novembre 1927, et elle figure ainsi à ce rang sur le prospectus d’émission11. Ses services assurent l’ingénierie technique et financière du projet, qui évaluent le rendement pour le porteur, les charges pour la société émettrice, puis estiment la marge entre prix nominal et prix de placement, la commission des banques, etc. et en discutent les valeurs avec leurs homologues, étant entendu que l’opération serait réalisée par tiers par chacun des établissements, sans contrat de garantie (underwriting), dans le cadre d’un « placement pour compte, avec cependant garantie morale portant sur totalité de l’émission ». Puis, lors des émissions suivantes, la Société générale devient le premier chef de file, ce qui prouve qu’elle a convaincu de ses talents la direction financière de la firme cliente. Au sommet de la prospérité, elle participe à 478 opérations financières en 1928 ou à 607 en 1930 : son organisation de banque d’affaires et d’entreprise tourne à plein, forte d’un capital technique et humain large et efficace, mais aussi d’une image de marque séduisante auprès des responsables d’entreprise, sur la place parisienne ou sur les grosses places provinciales. Certes, un cartel fixe les parts de chacun pour les clients historiques ; mais rien n’empêche de négocier des modifications des barèmes à la marge. Cela explique une combativité âpre dans les discussions avec les clients et les confrères, et, surtout, le désir de partir à la conquête des clients nouveaux, quand des entreprises moyennes-grandes désirent émettre des actions ou des obligations.

12Par ailleurs, comme quelques confrères, la Société générale ne tarde pas à comprendre que les grosses pme clientes ont besoin d’un nouveau type de prêts, plus stables que le simple découvert, d’où la mise de la filiale Calif (Société de crédit à l’industrie française, 1928), pour le crédit à moyen terme. Elle a conscience de la concurrence sur ce créneau, et en devient l’un des acteurs importants.

  • 12 Cf. Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne (1871-1996), Paris, La collection historiq (...)
  • 13 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France sur la succursale de Longwy, 10 décembre 19 (...)
  • 14 Ibidem, 5 décembre 1926.

13Enfin, en des temps de forte instabilité monétaire, nationale ou internationale, la force de la Société générale dans l’activité de forex (foreign exchange), tant sur Paris qu’à Londres12, constitue un outil commercial clé. « L’agence [de Longwy] est magnifiquement outillée quant aux opérations de change : réception des cours par “sans fil” [télégraphe], achats et ventes de devises à Paris en cours de journée. Ce service est fort prisé dans une région qui traite de plus en plus avec l’étranger. »13 De tels profits nourrissent les dépôts, et la Société générale paraît compétitive dans ce domaine : « Les sociétés sont largement pourvues de devises étrangères conservées en comptes en livres, florins ou francs belges sur place (Société générale : 4,5 % à vue) ou dans des banques de la frontière belge. »14

  • 15 Vérification de l’Inspection générale du 24 juin 1925, agence de Roubaix, archives de la Société gé (...)
  • 16 Rapport de l’Inspection générale à la succursale de Lille de la Banque de France, 28 août 1929.

14Son agence de Roubaix dispose d’un « chef des bureaux chargé du service des changes » et son « portefeuille étranger [porte de] gros effets en livres, de France sur France, domiciliés, payables à Londres »15. La banque est ainsi capable de porter et traiter par elle-même, sans même le réescompter à la succursale lilloise de la Banque de France, comme ses consœurs locales, du « papier sur l’étranger […] libellé en monnaie étrangère, [… des] traites créées par des exportateurs de coton égyptien sur leurs acheteurs français et passées à l’ordre d’un commissionnaire ducroire, qui nous les remettait [car les cédants n’avaient pu] obtenir des maisons anglaises exportatrices le libellé en francs »16.

4. Le punch de la banque de courtage

15Si, en 1917-1926 ou à partir de 1936, l’inflation rogne sur la valeur des actifs, la France s’enrichit globalement grâce à la percée de la deuxième révolution industrielle et à la diversification de ses bourgeoisies petites et moyennes. Nombre d’entreprises de bonne taille entrent en Bourse, pour faire face à leurs investissements ; les grandes firmes multiplient les émissions d’actions et d’obligations, sur les conseils d’ailleurs de leurs banquiers.

16Tout d’abord, la Société générale participe activement au placement des valeurs publiques, dans le sillage des opérations de la guerre. L’État désargenté, dans l’attente de la reprise économique et des réparations allemandes, doit procéder à des émissions en série de bons de la Défense nationale, comme pendant la guerre. Et il émet des emprunts à long terme. Tirant parti de cette mobilisation pacifique, la banque de courtage de proximité s’exerce aussi par la contribution aux nombreux emprunts émis par les départements et les groupements de communes sinistrées (comme sur une affiche pour l’emprunt de reconstruction de la Meuse en 1922). En parallèle, la Société générale commence elle aussi à placer les obligations du jeune Crédit national, organisme créé en 1919 et orienté vers le financement à long terme de la reconstruction. La situation se stabilise vers 1926-1932, et les banques se contentent de placer des bons du Trésor chaque année.

17Plus tard, au fil des semestres, la maison s’associe aux « emprunts de conversion », qui suscitent l’échange des obligations émis pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre contre des titres moins coûteux pour le Trésor, puisqu’ils offrent un taux d’intérêt inférieur, ce qui s’explique par la reconstruction de l’image de marque de l’État, le repli de l’inflation et une confiance plus solide encore. Une fois de plus, le nom et le renom de la Société générale sont indissolublement liés dans la réussite de ces émissions d’obligations de l’État. Sur les affiches, l’appel aux épargnants est un peu « scolaire » par rapport aux belles affiches de la guerre et aux documents publicitaires ultérieurs. Mais il a valeur pédagogique autant que commerciale, puisqu’il doit informer sur les modalités techniques de ces opérations d’échange et convaincre tout à la fois.

  • 17 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, 15 septembre 1932.
  • 18 Note Rente 4,5 % 1932 amortissable en 75 ans, septembre 1932, archives de la Société générale, dire (...)

18Une vaste opération d’échange intervient par exemple en 1932 pour des titres 1915-1928. La Société générale est l’un des principaux intervenants sur ce créneau : « Les agences doivent inciter la clientèle à la conversion et s’opposer autant que possible aux demandes de remboursements. Il leur est recommandé de se préoccuper de rechercher dès maintenant les porteurs de titres pour les inviter à les déposer en vue de la conversion. »17 Plus de 80 circulaires sont adressées au réseau ! Il y va de la position de la maison sur la place et de ses revenus, par le biais des commissions d’échange. Les inspecteurs tournent dans les agences pour vérifier l’état de leur mobilisation ; les guichets envoient au Siège les résultats quotidiens de leurs opérations : « Les guichets sont les résultats apparaissent en retard ont été individuellement rappelés à l’ordre. »18 C’est une sorte d’état de guerre commercial… Des milliers d’affiches sont imprimées, mais elles sont relayées dans la profondeur du réseau par la distribution de dizaines ou centaines de milliers de prospectus, où des arguments commerciaux sont utilisés : placement sans frais, service au fil de l’eau.

19Des États d’Europe centrale et orientale sollicitent l’épargne ouest-européenne au tournant des années 1930 : derrière les banques d’affaires négociatrices, les banques de dépôts bataillent entre elles pour bien se positionner, et la Société générale est généralement la deuxième ou la troisième dans les classements des prospectus. Enfin, dans la seconde moitié des années 1930, la Société générale est appelée par le Trésor, comme ses consœurs, à vendre des bons émis pour combler le déficit budgétaire et financer peu ou prou la course aux armements.

20Les prospectus émis lors des émissions de titres au profit d’entreprises indiquent que, en de multiples occasions, la Société générale est le banquier d’affaires et de courtage privilégié auprès d’une clientèle de grandes firmes, dans la sidérurgie en particulier. Aux Aciéries de Longwy, la Société générale est ainsi co-chef de file avec la banque régionale, en 1931, et elle est placée en tête de la liste concernant De Wendel & Cie en 1930. Mais elle veut se montrer aussi fort active auprès des entreprises moyennes-grandes, telle cette papeterie alpine. Elle capitalise sur son activité de banque commerciale (crédits, gestion de trésorerie) pour obtenir le mandat d’émission d’obligations, et appose son seul nom sur le prospectus d’émission, ce qui prouve sa capacité à monter et conduire une opération par elle-même.

  • 19 Maurice Lorain, secrétaire général de la Société générale, réunion annuelle des directeurs d’agence (...)

21La fonction de banque de placement et d’épargne atteint ainsi un nouveau point culminant, après celui de la Belle Époque. Dans l’entre-deux-guerres, « la France des rentiers » prospère, puisque les revenus mobiliers dépassent les revenus de la propriété immobilière de ceux des pensions et retraites, avec une part oscillant entre 11 et 14 % du revenu des ménages selon les années. « Les opérations capitalistes [la vente des titres] ont toujours constitué une des bases essentielles de l’activité des établissements de crédit. Dans les circonstances actuelles [la crise et le repli de la banque commerciale], elles revêtent une importance plus grande encore en raison de la régularité des profits qu’elles engendrent. »19 Forte de ses 210 000 clients qui possèdent à la fois un compte-chèques et un compte-titres, la Société générale mobilise sans cesse son réseau avec combativité pour tenir son rang parmi les leaders de la profession, résister à la progression des banques moyennes-grandes concurrentes. Il faut nourrir l’activité bancaire et donc soutenir la rentabilité de son organisation commerciale – dont les coûts se sont accrus à cause du progrès des salaires, des concessions faites aux syndicats au milieu des années 1920 et des besoins d’investir dans les machines électro-comptables. Il faut aussi, au sommet de ce mécanisme, amortir l’énorme investissement effectué dans l’immeuble du Trocadéro, qui rassemble dans ses silos l’ensemble du traitement des titres brassés par la banque.

22Régulièrement, dans chaque région importante, on réunit les directeurs d’agence pour stimuler leur combativité et leur fournir les explications nécessaires : pour l’émission de bons du Trésor de juillet 1936, ces directeurs se rassemblent ainsi dans deux douzaines de villes, comme à Bordeaux, Dijon, Lyon, Tours ou Toulouse, car il faut stimuler leur motivation face aux réticences de clients quelque peu échaudés par l’élection du Front populaire. Or, face à cette crise de confiance, la banque se fait un point d’honneur de remplir sa mission, quelle que soit la couleur politique du gouvernement, surtout après les accusations proférées contre les banques – « le Mur d’argent » – après l’échec du Cartel des gauches de 1924-1926.

  • 20 Note Préparation de l’emprunt de conversion de la Caisse autonome d’amortissement, agence de Versai (...)
  • 21 Organisation des services capitalistes, Rapport d’inspection à l’agence de Reims, 19 février 1929, (...)

23La mise en œuvre de la politique commerciale exige, pour chaque opération, l’impression d’une masse de dépliants, d’affichettes, qui sont envoyées aux agences puis aux clients ou aux relais de placement (notaires, etc.). Pour le seul emprunt de 1920, la Société générale diffuse à elle seule parmi la clientèle potentielle ou effective 1 200 000 lettres imprimées, 250 000 plaquettes et brochures de propagande, 1 200 bandes-affiches, des tracts, tout en remettant aux agences un lot d’affiches illustrées et en menant une campagne de publicité dans les moyens de transport parisiens : Métropolitain, métro Nord-Sud, Compagnie d’omnibus, Est-Parisien, Nogentais, Tramway Rive gauche, Taximètres, etc. Le nom de la Société générale et l’emprunt public sont promus simultanément. « Deux jeux de prospectus ont été adressés d’abord à la clientèle connue de porteurs de titres à l’étranger, puis à l’ensemble de notre clientèle. En outre, des lettres particulières [mais pré-imprimées] ont été adressées à certains clients titulaires de comptes chèques ou de comptes courants. »20 À l’agence de Reims, en 1929, « il existe trois jeux d’enveloppes [pour la prospection financière] : un jeu pour les opérations à faible envergure, 500 ou 600 enveloppes ; un jeu moyen, 1 500 à 1 700. Le grand jeu comprend 7 000 adresses ; il touche non seulement la clientèle habituelle, mais toutes les personnes susceptibles de s’intéresser aux opérations en cours »21.

24La Sogenal publie un Bulletin régulier, une sorte de journal financier. La Société générale elle-même commande parfois des brochures épaisses, présentant tous les avantages de l’opération, qu’elle diffuse aux bons clients, comme pour l’émission de Rentes publiques en 1928, avec une plaquette d’une quarantaine de pages distribuée à 5 000 exemplaires. Enfin, des encarts sont publiés dans la presse, et, comme d’habitude, des « plumitifs d’affaires » rédigent pour les journaux des articles valorisant les opérations au sein des pages d’information financière.

25Sans entrer dans le détail, il est clair que, mis à part quelques déboires, quand la confiance des épargnants vacille, le succès couronne le plus souvent une telle force de frappe. Lors de l’émission de bons du Trésor du 9 au 16 mars 1935, la Société générale place 629,5 millions de titres, dont 503 en province ; 428 guichets dépassent leurs objectifs de placement, dont 76 les dépassent de plus de 150 % (avec 12 % des ventes) et 352 entre 101 et 150 % (avec 57 % des ventes). La maison reste derrière le Crédit lyonnais, mais parvient à la dépasser pour certaines opérations publiques et, surtout, elle bénéficie d’un accès privilégié à certaines grandes entreprises, d’où des fonctions de chef de file, dans la sidérurgie, notamment.

5. Les clés de voûte de la combativité commerciale

26L’on comprend que, aux côtés des « gestionnaires » et des « financiers », les « commerciaux » gardent toute leur place au sein de l’équipe dirigeante de l’entre-deux-guerres. Le vivier des directeurs d’agence alimente les flux de remplacement et de promotion des directions parisiennes liées aux opérations commerciales de banque. Une « culture commerciale » est entretenue avec attention au sein d’une banque de dépôts qui, aux côtés des opérations financières et de la banque d’entreprise à haut niveau, dépend fortement du dynamisme de son réseau pour nourrir sa croissance organique.

  • 22 Cf. Jacques Des Rotours, « Un chapitre de l’histoire de la Société générale : l’œuvre de Maurice Ro (...)

27L’homme clé de cette période qui anime au Siège la stratégie commerciale est Maurice Rossignol22, directeur des agences de province de 1918 à 1936 (épaulé par René Jacques), en clé de voûte de l’organisation régionale de la Société générale, d’autant plus qu’il est chargé de coordonner (pour les crédits) Paris et province au sein d’une direction centrale des opérations de banque, établie en 1932. Sous-directeur (1907) puis directeur de l’agence de Marseille (1911), il a été appelé à Paris en 1914 et joue un rôle essentiel dans l’animation de l’organisation commerciale jusqu’à sa retraite à la fin de 1936.

  • 23 Dossier personnel de Joseph Héraud, archives historiques de la Société générale.

28La direction Province comprend une trentaine de hauts cadres, tandis que celle du réseau de Paris et banlieue en rassemble une dizaine, sous la houlette, notamment, de Joseph Héraud23, de 1922 à 1933. Ce licencié en droit (né en 1876) est passé par l’Inspection (1903-1910) avant de devenir chef de service à la direction des agences de province ; il ne descend dans le réseau, comme directeur de l’agence de Lille, qu’entre février 1919 et février 1920, car il est promu alors directeur adjoint (1920) puis directeur (1923) de la maison, pour diriger les agences de Paris & banlieue, tout en devenant, en juillet 1932 (jusqu’à sa retraite en juillet 1934), l’adjoint de Rossignol, élevé alors au rang de directeur central des opérations de banque, en sus de ses responsabilités à la tête du réseau provincial. C’est donc lui aussi « un homme du réseau », un fin connaisseur à la fois de la gestion rigoureuse de l’organisation et des réponses à apporter à la pression commerciale et concurrentielle. Dans l’équipe de cette direction, l’on trouve alors aussi Louis Chaumeil, directeur adjoint puis directeur à partir de 1933 – jusqu’aux années 1950 –, épaulé par Jacques Sébire, venu de la Calif, la filiale de crédit à moyen terme, et Vinel ; Chaumeil a dirigé l’agence de Lille puis l’agence parisienne Édouard VII : la tradition de promotion est maintenue !

  • 24 Dossier personnel d’Émile Julié, archives historiques de la Société générale.

29Cette direction Province accueille en effet, entre autres, en 1922 le directeur de l’agence de Bordeaux, Émile Julié (né en 1869). Celui-ci, tout de même bachelier, a démarré comme simple employé en 1887 à l’agence de Montpellier et c’est par promotion interne qu’il a grimpé dans la hiérarchie de la maison, au fur et à mesure de son affirmation professionnelle : chef de bureaux à l’agence de Marseille en 1895, puis directeur d’agence, successivement à Perpignan (1902), Cognac (1905), Béziers (1908) et Bordeaux (mai-décembre 1921)24 : c’est donc « un homme de terrain », forgé aux arcanes de la banque de détail et de réseau, qui est appelé au Siège, comme directeur adjoint à la direction des agences de province (jusqu’en décembre 1933).

  • 25 Cf. Hubert Bonin, « Les inspecteurs des Finances et la modernisation de la firme bancaire depuis la (...)

30À ce poste, il contribue lui aussi à compenser le poids des « gestionnaires » – dont les inspecteurs des Finances mobilisés pour structurer « l’organisation de firme » bancaire25 – par « l’esprit commercial » soufflant de la base de la banque à guichets. Avec leurs patrons, c’est ainsi une cinquantaine de cadres qui tiennent les manettes de l’organisation commerciale de la banque, sans parler des équipes supervisant l’Afrique du Nord et le réseau étranger (supervisé par Léon Chadenet).

La Générale relance son effort publicitaire avec de nombreux encarts dans la presse financière.

La Générale relance son effort publicitaire avec de nombreux encarts dans la presse financière.

Un « syndicat » bancaire réunit la Générale et ses consœurs pour l’émission et le placement des titres, comme pour Schneider & Cie (décembre 1935).

Un « syndicat » bancaire réunit la Générale et ses consœurs pour l’émission et le placement des titres, comme pour Schneider & Cie (décembre 1935).

La Générale devient l’une des actrices du financement de la deuxième révolution industrielle dans la production et la distribution électrique, et dans l’électromécanique.

La Générale devient l’une des actrices du financement de la deuxième révolution industrielle dans la production et la distribution électrique, et dans l’électromécanique.

Ici, titres Union d’électricité (août 1930).

Société des aciéries de Longwy (octobre 1929, juin 1930 et juillet 1931).

Société des aciéries de Longwy (octobre 1929, juin 1930 et juillet 1931).

La Générale participe au financement de la seconde révolution industrielle en émettant et vendant les titres des « maîtres de forges », les firmes de l’acier lorraines.

La Générale participe activement aux émissions de : De Wendel & Cie (décembre 1930) et Les petits-fils de François De Wendel & Cie (octobre 1929).

La Générale participe activement aux émissions de : De Wendel & Cie (décembre 1930) et Les petits-fils de François De Wendel & Cie (octobre 1929).

La Générale place les titres des pays d’Europe centrale en construction (Emprunt extérieur de la République tchécoslovaque en avril 1932).

La Générale place les titres des pays d’Europe centrale en construction (Emprunt extérieur de la République tchécoslovaque en avril 1932).

Les banques aident l’État à gérer son surendettement et ses déficits, en plaçant notamment ses bons du Trésor (mars 1935).

Les banques aident l’État à gérer son surendettement et ses déficits, en plaçant notamment ses bons du Trésor (mars 1935).

L’ancrage régional de la Générale, grâce à ses grosses agences de province et à sa filiale Sogenal, lui permet d’accompagner le financement d’entreprises représentatives des régions industrielles, en Isère (Papeteries Henri Fredet & Cie) ou en Alsace (Société alsacienne de constructions mécaniques).

L’ancrage régional de la Générale, grâce à ses grosses agences de province et à sa filiale Sogenal, lui permet d’accompagner le financement d’entreprises représentatives des régions industrielles, en Isère (Papeteries Henri Fredet & Cie) ou en Alsace (Société alsacienne de constructions mécaniques).

La Générale participe au financement de la révolution de l’industrie pétrolière ; ici : Lille-Bonnières et Colombes.

La Générale participe au financement de la révolution de l’industrie pétrolière ; ici : Lille-Bonnières et Colombes.

La Générale s’insère dans le financement des grands magasins et des chaînes succursalistes, qui profitent du pouvoir d’achat des classes moyennes et de l’urbanisation : Société anonyme des Galeries Lafayette en novembre 1930 ; Société des Grands Magasins « Au Printemps » en 1927.

La Générale s’insère dans le financement des grands magasins et des chaînes succursalistes, qui profitent du pouvoir d’achat des classes moyennes et de l’urbanisation : Société anonyme des Galeries Lafayette en novembre 1930 ; Société des Grands Magasins « Au Printemps » en 1927.

Émission d’obligations en faveur de la société Hauts Fourneaux de la Chiers (janvier 1930), une grosse entreprise sidérurgique lorraine.

Émission d’obligations en faveur de la société Hauts Fourneaux de la Chiers (janvier 1930), une grosse entreprise sidérurgique lorraine.

Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise de raffinage de pétrole, Lille-Bonnière & Colombes (en 1930).

Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise de raffinage de pétrole, Lille-Bonnière & Colombes (en 1930).

La Générale est à la fois conceptrice et organisatrice de l’emprunt, en tant que banque d’affaires et d’entreprise, et distributrice des titres, en tant que banque de courtage auprès de ses clients.

Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise privée de production et de transport d’électricité, Force & Lumière (février 1930).

Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise privée de production et de transport d’électricité, Force & Lumière (février 1930).

Émission d’obligations en faveur de la grosse entreprise de grands magasins Paris-France (en 1927).

Émission d’obligations en faveur de la grosse entreprise de grands magasins Paris-France (en 1927).

La Société générale est l’une des quatre banques « chefs de file ».

Émission d’actions en faveur de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, une grande entreprise de production et de distribution d’électricité dans le grand Sud-Est (mars-avril 1927).

Émission d’actions en faveur de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, une grande entreprise de production et de distribution d’électricité dans le grand Sud-Est (mars-avril 1927).

La Société générale est l’un des huit chefs de file, derrière les banquiers attitrés de la firme.

Émission d’obligations en faveur d’Électro-Câble, l’une des grandes firmes fabriquant des câbles électriques (novembre 1929).

Émission d’obligations en faveur d’Électro-Câble, l’une des grandes firmes fabriquant des câbles électriques (novembre 1929).

Elle se place derrière les banques qui sont les banquiers habituels de la firme.

Émission d’obligations en faveur de Thomson-Houston, l’un des ancêtres de l’Alstom actuelle, car « tom » vient de « thom », abréviation de « Thomson ».

Émission d’obligations en faveur de Thomson-Houston, l’un des ancêtres de l’Alstom actuelle, car « tom » vient de « thom », abréviation de « Thomson ».

Tout prospectus d’émission cherche à convaincre le client des vertus financières de la firme et des perspectives de bénéfices.

Notes

1 Organisation des services capitalistes, rapport d’inspection à l’agence d’Épernay, 19 février 1929, archives de la Société générale.

2 Dossier personnel d’Auguste Vinel ; divers dossiers d’archives de la Société générale.

3 Ibidem, Évaluation du 28 juillet 1919.

4 Dossiers du personnel, archives de la Société générale.

5 Ibidem.

6 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France sur la succursale de Longwy, 18 mai 1928.

7 Rapport de l’Inspection générale à la succursale de Lille de la Banque de France, 30 janvier 1925.

8 Dossier Cloez, évaluation par le directeur de l’agence de Lille, 15 septembre 1919, archives du personnel, archives de la Société générale.

9 Dossier Clœz, 15 septembre 1919, archives du personnel, archives de la Société générale.

10 Note du 1er mars 1926, dossier Clœz, archives du personnel, archives de la Société générale.

11 Dossier « brouillard » de l’émission d’obligations Aciéries de Longwy, Archives de la Société générale, dossier Aciéries de Longwy, novembre 1927, 9970.

12 Cf. Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne (1871-1996), Paris, La collection historique de la Société générale, 1996.

13 Rapport de l’Inspection générale de la Banque de France sur la succursale de Longwy, 10 décembre 1925.

14 Ibidem, 5 décembre 1926.

15 Vérification de l’Inspection générale du 24 juin 1925, agence de Roubaix, archives de la Société générale.

16 Rapport de l’Inspection générale à la succursale de Lille de la Banque de France, 28 août 1929.

17 Procès-verbal du conseil d’administration de la Société générale, 15 septembre 1932.

18 Note Rente 4,5 % 1932 amortissable en 75 ans, septembre 1932, archives de la Société générale, direction des opérations financières, 3001/1 et 2.

19 Maurice Lorain, secrétaire général de la Société générale, réunion annuelle des directeurs d’agence, 9 mai 1933, archives de la Société générale.

20 Note Préparation de l’emprunt de conversion de la Caisse autonome d’amortissement, agence de Versailles, 20 février 1929, archives de la Société générale.

21 Organisation des services capitalistes, Rapport d’inspection à l’agence de Reims, 19 février 1929, archives de la Société générale.

22 Cf. Jacques Des Rotours, « Un chapitre de l’histoire de la Société générale : l’œuvre de Maurice Rossignol à la direction des agences de province », Siège et agences, n° 26, janvier 1959, p. 15-24.

23 Dossier personnel de Joseph Héraud, archives historiques de la Société générale.

24 Dossier personnel d’Émile Julié, archives historiques de la Société générale.

25 Cf. Hubert Bonin, « Les inspecteurs des Finances et la modernisation de la firme bancaire depuis la fin du xixe siècle » (p. 331-340) ; « Henri Ardant » (p. 341-342), in Fabien Cardoni, Nathalie Carré de Malberg et Michel Margairaz (dir.), Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances, Paris, Igpde-Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2012.

Table des illustrations

Titre La Générale relance son effort publicitaire avec de nombreux encarts dans la presse financière.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Un « syndicat » bancaire réunit la Générale et ses consœurs pour l’émission et le placement des titres, comme pour Schneider & Cie (décembre 1935).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre La Générale devient l’une des actrices du financement de la deuxième révolution industrielle dans la production et la distribution électrique, et dans l’électromécanique.
Légende Ici, titres Union d’électricité (août 1930).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Société des aciéries de Longwy (octobre 1929, juin 1930 et juillet 1931).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Légende La Générale participe au financement de la seconde révolution industrielle en émettant et vendant les titres des « maîtres de forges », les firmes de l’acier lorraines.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre La Générale participe activement aux émissions de : De Wendel & Cie (décembre 1930) et Les petits-fils de François De Wendel & Cie (octobre 1929).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre La Générale place les titres des pays d’Europe centrale en construction (Emprunt extérieur de la République tchécoslovaque en avril 1932).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Les banques aident l’État à gérer son surendettement et ses déficits, en plaçant notamment ses bons du Trésor (mars 1935).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre L’ancrage régional de la Générale, grâce à ses grosses agences de province et à sa filiale Sogenal, lui permet d’accompagner le financement d’entreprises représentatives des régions industrielles, en Isère (Papeteries Henri Fredet & Cie) ou en Alsace (Société alsacienne de constructions mécaniques).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre La Générale participe au financement de la révolution de l’industrie pétrolière ; ici : Lille-Bonnières et Colombes.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre La Générale s’insère dans le financement des grands magasins et des chaînes succursalistes, qui profitent du pouvoir d’achat des classes moyennes et de l’urbanisation : Société anonyme des Galeries Lafayette en novembre 1930 ; Société des Grands Magasins « Au Printemps » en 1927.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Émission d’obligations en faveur de la société Hauts Fourneaux de la Chiers (janvier 1930), une grosse entreprise sidérurgique lorraine.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise de raffinage de pétrole, Lille-Bonnière & Colombes (en 1930).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende La Générale est à la fois conceptrice et organisatrice de l’emprunt, en tant que banque d’affaires et d’entreprise, et distributrice des titres, en tant que banque de courtage auprès de ses clients.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Émission d’obligations en faveur d’une grosse entreprise privée de production et de transport d’électricité, Force & Lumière (février 1930).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Émission d’obligations en faveur de la grosse entreprise de grands magasins Paris-France (en 1927).
Légende La Société générale est l’une des quatre banques « chefs de file ».
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Émission d’actions en faveur de l’Énergie électrique du littoral méditerranéen, une grande entreprise de production et de distribution d’électricité dans le grand Sud-Est (mars-avril 1927).
Légende La Société générale est l’un des huit chefs de file, derrière les banquiers attitrés de la firme.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Émission d’obligations en faveur d’Électro-Câble, l’une des grandes firmes fabriquant des câbles électriques (novembre 1929).
Légende Elle se place derrière les banques qui sont les banquiers habituels de la firme.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Émission d’obligations en faveur de Thomson-Houston, l’un des ancêtres de l’Alstom actuelle, car « tom » vient de « thom », abréviation de « Thomson ».
Légende Tout prospectus d’émission cherche à convaincre le client des vertus financières de la firme et des perspectives de bénéfices.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4835/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search