Version classiqueVersion mobile

Banque et identité commerciale. La Société générale (1864-2014)

 | 
Hubert Bonin

Première partie. L’identité d’une banque des bourgeoisies et des entreprises (1864-1919)

Chapitre 3. Construire une grande banque commerciale (1890-1914)

Texte intégral

1Durant son deuxième quart de siècle, la Société générale change de dimension : comme le Crédit lyonnais, le leader français, elle participe à la création du « modèle économique » de la grande banque commerciale à guichets. Son portefeuille de métiers et de talents se diversifie plus encore et, surtout, s’étend à de nouveaux territoires, tant en France qu’à l’étranger ou outre-mer.

1. Une inflexion stratégique : la banque d’escompte

  • 1 Hubert Bonin, « Louis Dorizon, dirigeant de la Société générale : la construction d’une carrière et (...)

2Le nouveau directeur, Louis Dorizon1, effectue avec son Conseil et son équipe dirigeante un diagnostic stratégique clairvoyant : la banque vient de subir de graves déconvenues dans sa politique d’accompagnement de grandes opérations bancaires et financières à l’échelle internationale ; elle doit abandonner ce modèle de « banque industrielle », désormais assumé par un nouveau type, les banques d’affaires (Paribas, Banque parisienne, etc.) ; elle a échoué à développer le modèle de la puissante Société générale de Belgique, qui a bâti un groupe bancaire et financier identifié à son pays. C’est un recentrage stratégique sur la banque commerciale « pure ».

3Dans ce cadre, la Société générale devient une grande banque d’escompte. Son réseau doit s’étendre fortement, devenir le support de la circulation des traites, au profit des petites et moyennes entreprises (pme) tout autant qu’en faveur des grandes firmes et grandes maisons de négoce ; il doit devenir un outil d’encaissement de ces effets, de place en place, donc nourrir la liquidité du marché monétaire et interbancaire. Elle peut le faire en toute autonomie par rapport à la Banque de France, qui devient un robuste instrument de réescompte, car sa collecte de dépôts suffit à nourrir ses opérations d’escompte. Mais elle peut aussi recourir, en cas de tensions du marché de l’argent sur telle ou telle place ou à l’échelle nationale, à ce réescompte. Grâce à une énorme organisation centrale pour traiter une masse croissante d’effets, la Société générale s’affirme en un support clé du crédit à court terme aux entreprises de toute nature et de toute taille, par les traites à trois mois, renouvelables généralement, et liées à de réelles opérations d’échange interentreprises.

4Ses agences sont autant de pme pratiquant la banque d’entreprise par ce biais de l’escompte. Mais elles accordent aussi de nombreux crédits en blanc, par découvert ; des crédits documentaires, sur les places ouvertes aux échanges extérieures ; des avances sur garanties, quand l’emprunteur dépose des titres financiers (parts dans sa propre entreprise, fractions de son portefeuille d’actions et obligations) en gage. Les directeurs d’agence et les patrons de la banque commerciale au Siège deviennent encore plus des prospecteurs de clients emprunteurs, négocient les « conditions bancaires » pour rafler des parts de marché, enrayer la concurrence – même si des ententes limitent souvent l’avilissement des taux d’intérêt.

5Face aux banques locales et départementales, ils se veulent aussi des « banquiers maison », qui pratiquent la « banque relationnelle », celle qui se fonde sur l’appréciation des qualités intrinsèques de l’emprunteur, des perspectives de développement et d’autofinancement de sa société, de ses vertus morales, etc. Il faut éviter les « flambeurs », ceux qui mènent leur affaire avec trop de « facilité », donc en prenant trop de risques. Le bon responsable d’agence ou de division est celui qui équilibre avec doigté combativité commerciale et prise de risque. Mais la masse des opérations permet à la grande banque de profiter d’un système interne de compensation entre la multiplicité des gains et la récurrence de pertes partielles.

6Ce qui compte aussi est dorénavant la « signature » de la Société générale, au dos des effets de commerce. Elle y appose sa signature en sus du client de l’emprunteur et de l’emprunteur qui lui a fait crédit, d’où des « effets à trois signatures », qu’elle porte par elle-même jusqu’à l’échéance, qu’elle renouvelle, ou qu’elle peut faire réescompter à la Banque de France. La crédibilité de cette signature est en soi une forme de mise en valeur publicitaire : la perception de la solidité de cette signature profite ipso facto à la banque elle-même.

7La cristallisation d’une bonne image de marque commerciale passe enfin par une organisation solide et efficace : la fiabilité et la rapidité des opérations, l’aisance dans la prise de contact, sont des exigences de clients plutôt bien informés, car issus des classes moyennes et supérieures. Chaque agence s’est dotée de guichets d’escompte où l’on fait la queue, soi-même ou par le biais de ses employés, pour régler les échéances ou renouveler les traites. Des « garçons » parcourent la bourgade ou le quartier pour encaisser ces effets, parfois au domicile des petits patrons ou dans leur petite entreprise. Des « correspondants » (petites banques, notaires, etc.) font de même dans les petites villes dépourvues de guichet de la banque, ce qui suppose un bon effort de mise en liaison, puis d’entretien de ces faisceaux de relations en profondeur dans les régions, car ces relais sont peu ou prou les porteurs de l’image de marque de l’établissement.

2. Le rayonnement de la collecte des dépôts

  • 2 Cf. « Les fourmis de la banque. Les bureaux périodiques de la Société générale », Sogéchos, n° 95, (...)

8En continuité avec les initiatives historiques des années 1860-1880, la Société générale renforce sa stature de grande banque de dépôts. Le Cnep préfère limiter ses agences aux plus grandes places régionales ; le Cic s’appuie sur des « banques sœurs » ou « filleules » dans une douzaine de régions. Mais le Crédit lyonnais et sa consœur choisissent d’essaimer dans toute ville ou tout quartier disposant d’une clientèle potentielle. Comme le dit le patron du Lyonnais, il faut « réveiller l’épargne qui dort », inciter les petites et moyennes bourgeoisies à se « bancariser » : déposer son argent doit devenir plus attractif que thésauriser or et argent ou empiler des billets de banque sous son matelas ou dans son bas de laine… Aussi le réseau des agences et « bureaux de quartier » s’étend-il fortement pendant ce quart de siècle ; c’est le deuxième de France par son ampleur et sa densité, avec 1 023 guichets en 1913, dont 924 en province, par lesquels tout un essaim de ce qu’on appelle les « bureaux périodiques » (473 en 1914), ouverts un ou deux jours par semaine2.

9À cette diffusion géographique et à cet équipement matériel s’ajoute une combativité de conquête des déposants : l’image de marque, la pérennité et la solidité, la solvabilité, la liquidité sont autant d’atouts dans cette démarche. Les prestations de services comptent aussi : les déposants aisés sont satisfaits d’obtenir une « lettre de crédit » pour accéder à des liquidités auprès d’un guichet Société générale quand ils parcourent la France ; le carnet de chèques effectue sa percée ; les bons clients négocient des taux d’intérêt meilleurs, etc. Des salles de coffres complètent ces services, où peuvent être déposés des titres de Bourse, des bijoux, des objets d’art, des documents précieux. Mettre en avant l’offre d’un service de coffre est déterminant pour attirer à la Société générale les bourgeois précautionneux, désireux de protéger leurs actifs matériels ou documentaires. Cela peut fournir aussi l’occasion de les convaincre de passer à une autre étape : devenir client de la banque de courtage, souscrire des titres boursiers, ou placer leur épargne en comptes de dépôts, rapportant des intérêts.

10Les publicités mettant en valeur ces prestations se multiplient dans la presse, dans les annuaires ferroviaires ou touristiques, sur des dépliants distribués largement. Une véritable politique de communication commerciale prend ainsi corps, avec un budget important et, surtout, régulier, car il faut de la persévérance pour pénétrer toujours plus profondément au cœur des petites et moyennes bourgeoisies.

11Au fur et à mesure que la correspondance s’intensifie entre la banque et ses clients, la mobilisation de l’en-tête des courriers s’ajoute à l’éventail d’outils de promotion. L’on y insiste sur l’offre de prestations, sur la densité du réseau, et l’on rappelle l’assise financière de la maison. Être visible dans les guides de voyage et des hôtels permet une réclame aisément accessible à un relativement grand public et d’insister sur la présence de la banque un peu partout dans le pays, non loin d’une gare ou des axes principaux. Le Guide Joanne, l’ancêtre des guides actuels, est un vecteur de promotion essentiel, tout comme, dans un autre domaine, l’Almanach Hachette. Tous les ans, à partir de 1894, celui-ci propose, en sus d’un ensemble calendaire, des reportages, des conseils, et des publicités, dont celle de la Société générale.

  • 3 Cf. Plaquette Société générale, Catalogue de l’Exposition de Gand, 1912.

12La maison participe aussi à des expositions internationales ou des foires régionales, avec un stand à elle seule ou avec des consœurs. Elle y valorise ses portefeuilles de métiers et de savoir-faire. C’est le cas à l’Exposition internationale de Gand3 en 1913 : la solidité et la puissance de la Société générale sont mises en valeur d’autant plus aisément une fois que le nouvel immeuble central, puis Siège, est édifié au cœur du quartier de l’Opéra. Des dessins de l’immeuble figurent dès lors sur nombre de documents diffusés par la maison auprès de ses clients et partenaires, tout comme, souvent, le grand hall de l’Agence centrale – ouverte en novembre 1912 – ou l’entrée de la salle des coffres, devenus des « monuments » symboliques du succès de la deuxième révolution bancaire. La maison profite de l’Exposition universelle de Paris en 1900 pour célébrer sa puissance, avec un kiosque-guichet spécial et la responsabilité de l’emprunt émis pour financer l’événement.

3. Une machine à placer des titres

13Quand la « démocratie mobilière » s’étoffe, un vaste marché de placement de titres s’ouvre aux banques dynamiques. L’État français, les États ou municipalités étrangers, les entreprises, empruntent et émettent des obligations ; les sociétés anonymes émettent quant à elles des actions. Le réseau de la Société générale prend ainsi une nouvelle vocation : distribuer massivement ces titres auprès de ses clients souscripteurs. La faiblesse du Crédit mobilier des frères Pereire dans les années 1852-1867, qui avait lancé nombre d’émissions de titres pour les institutions devenues ses clientes, avait été de ne pas disposer de réseau de guichets pour être en contact avec les épargnants.

14Les grandes banques, au contraire, sont riches de leurs réseaux de guichets. Chaque agence d’une bonne importante s’équipe d’un « service titres ». Des guichets lui sont affectés où le client de « la banque assise » discute avec le banquier conseil. Mais celui-ci, muni d’une sacoche en cuir ad hoc, pouvant contenir les titres et les billets de banque ou les formulaires de virement, peut aussi, souvent, se rendre au domicile du client. Des panneaux sont accolés sur les vitres du guichet à l’extérieur et sur des panneaux à l’intérieur pour vanter telle ou telle émission ; des tableaux fournissent des données sur les cours de Bourse, soit en affichant les dépêches des agences d’information financière, soit en inscrivant les valeurs à la craie. Comme ses consœurs, la Société générale achète elle aussi des encarts de presse, finance des articles « orientés » en faveur d’une émission, imprime des milliers ou dizaines de milliers de dépliants pour informer ses clients des conditions d’émission. Une organisation vaste et ramifiée est ainsi construite dans ces années 1890-1910.

15Nombre de prospectus d’émission de titres permettent de mettre en valeur, en appoint de l’enjeu précis, les prestations de services de la banque. Ces prospectus d’émission de titres célèbrent, quand c’est le cas, le rôle actif de la Société générale dans le domaine de la banque de courtage, notamment quand elle assume la fonction de chef de fil du syndicat bancaire : voir le nom de Société générale au premier rang consacre cette puissance.

16Quand la Société générale est partie prenante d’une émission, c’est l’état de guerre ! Au Siège, la direction financière, en liaison avec le département Bourse, prépare ces documents de publicité, envoie des circulaires d’instructions aux agences, réunit des directeurs d’agence en cas de besoin, afin de les mobiliser. Dans les guichets, le service titres déclare lui aussi la mobilisation générale ! Il faut démarcher les clients, qu’ils soient des particuliers, des institutions financières (compagnies d’assurance, mutuelles, etc.), de riches gestionnaires de fortune, des notaires, etc. On contacte aussi les banquiers locaux, toujours contents de pouvoir participer à de telles opérations en bout de chaîne.

17Le plus souvent, le succès couronne de telles initiatives : les souscriptions dépassent les disponibilités ; il faut diviser les lots, répartir les titres disponibles. Et cette machine à placer les titres fait de la « banque de courtage » l’un des métiers les plus rentables de la Société générale. L’osmose entre elle et la banque de dépôts est évidente : le déposant disposant de liquidités est invité à en convertir une partie en investissement mobilier ; l’emprunteur, on l’a dit, peut déposer des titres en garantie d’un prêt. La banque vient donc manger des parts de marché aux banques régionales qui placent des titres de sociétés de leur terroir, aux notaires et autres conseillers des bourgeois fortunés. Là encore, la Société générale doit veiller aux risques, éviter la dérive vers la banque spéculative, comme le pratiquent trop d’établissements animés par des « financiers », qui prennent leurs clients pour des « gogos », comme on dit alors, qu’ils entraînent dans les « fièvres » en faveur de tel ou tel type de titres : les emprunts latino-américains, les actions de sociétés de mines d’or, etc., tout ce qui ressemble à des eldorados, vite décevants.

18Le banquier conseil, sur le terrain ou au Siège – pour les gros clients parisiens – propose aux clients d’échanger des titres anciens mais de bonne valeur en Bourse contre des titres nouveaux, à bon taux d’intérêt ou prometteurs en dividendes. Il aide les clients à placer les fonds de la dot des filles, l’argent restant aux veuves après le décès de leur époux, le portefeuille donné par leur famille à des femmes entrées dans les ordres, les liquidités procurées par un héritage ou par la vente de biens fonciers ou immobiliers. Là encore, au fil des années, la persévérance de cette combativité commerciale discrète aboutit à améliorer les parts de marché de la Société générale et, au bout du compte, ses revenus : commissions dans la pratique de la banque de placement, commissions de gestion, commissions de Bourse lors des échanges, etc. Chaque opération de banque de courtage se termine par une note qui précise l’ensemble des gains qu’elle aura procurés à la maison et donc à son compte annuel de profits et pertes. Aussi, à chaque fois, la maison prouve à la place la vitalité de son réseau et confirme sa capacité de placement, puisque les titres proposés sont « sur-souscrits », qu’on ne peut répondre à la demande : les guichets ont gagné beaucoup de clients, et de bons clients, confiants dans l’offre proposée.

4. Combattre pour obtenir des titres à placer

  • 4 Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne (1871-1996), La collection historique de la So (...)

19Encore faut-il que, en amont, la Société générale ait accès à des blocs de titres suffisants ! C’est pourquoi la combativité commerciale doit se situer aussi au niveau du métier de banque d’entreprise et de banque d’affaires – l’actuelle banque de financement et d’investissement. En effet, la direction financière doit convaincre les firmes qui émettent des titres de l’accueillir dans le syndicat d’émission, et même comme « chef de file ». Il ne s’agit pas ici d’une démarche de distribution, mais d’un commerce des hommes, des relations, des rapports d’influence, au cœur du capitalisme français et aussi de la City de Londres4 – là, pour obtenir des blocs de titres auprès des merchant banks qui dominent le monde anglo-saxon de la Bourse.

  • 5 Youssef Cassis & Éric Bussière (dir.), London and Paris as International Financial Centres in the T (...)

20La Société générale « se vend », vend son nom, vend son réseau de courtage. Elle possède sur Paris, et, à une moindre échelle, sur Londres5, quelques dizaines de responsables de haute volée, qui mènent ces négociations avec les firmes et les banques. Cette combativité met en jeu sa réputation : quel rang obtiendra-t-elle dans le classement des banques organisant le syndicat de garantie et le syndicat d’émission ? Or ce rang apparaît dans les « prospectus d’émission » – ce qu’on appelle aujourd’hui en anglais tombstones – qui sont distribués ensuite aux clients prospectés par la banque de courtage : s’ils voient leur banque bien positionnée, ils auront tendance à faire plus confiance à l’émission en cours, et la maison, quant à elle, « poussera » d’autant plus cette opération, mobilisera son réseau, affûtera sa combativité commerciale.

5. L’essaimage de la combativité commerciale

  • 6 Hubert Bonin, « La stratégie de déploiement international de la Société générale (des années 1870 a (...)
  • 7 Hubert Bonin, « Un modèle ? La Sogenal, une banque régionale européenne (1881-2001) », in Michel Le (...)

21Peu à peu, la Société générale prend confiance dans les vertus de son « modèle stratégique » et de son portefeuille de savoir-faire. La direction décide de les faire essaimer hors du territoire métropolitain6. En fait, l’Histoire lui a imposé de se doter d’une banque sœur en Allemagne, dans le sillage du rattachement de l’Alsace-Lorraine au Reich : la création de la Sogenal7 en 1881 permet de diffuser la combativité commerciale du groupe dans ces contrées, d’autant plus que cette filiale est soumise aux mêmes règles d’impulsion et de contrôle que sa maison mère.

  • 8 Hubert Bonin, La Société générale en Russie, Paris, La collection historique de la Société générale (...)

22Cependant, le plus symbolique est l’essaimage du portefeuille de savoir-faire de la banque commercial d’abord dans l’outre-mer français, en Algérie, avec l’installation, juste avant la guerre, d’un réseau de guichets au profit de la forte population européenne installée dans la colonie. C’est surtout en Russie qu’est dupliqué ce portefeuille de métiers : la Société générale y crée une filiale en 1901, la Banque du Nord, qui, après fusion avec une consœur, devient la Banque russo-asiatique en 1910. De cette date à sa nationalisation par le régime soviétique en 1918, c’est la première banque de dépôts russe8 ! Elle y gère quelque 150 guichets et anime une politique dynamique de prospection, non auprès des masses, bien sûr, mais auprès des firmes étrangères et, de plus en plus russes, des pme locales, des couches bourgeoises.

23Là aussi, la cristallisation d’un nom, d’une image de marque, d’une réputation, devient le levier d’un développement des crédits, de la collecte de dépôts, de l’émission de titres. Les affaires russes ne se résument nullement pour la Société générale au placement en France des fameux « emprunts russes » : c’est aussi le déploiement persévérant et discret d’une combativité commerciale sur les places marchandes essentielles de la Russie, avec toute une gamme de produits de banque d’entreprise adaptés à la configuration du marché local.

  • 9 Cf. Hubert Bonin, « La Société générale à l’assaut de la place de Lille-Roubaix-Tourcoing. Une Pari (...)
  • 10 Hubert Bonin, « La Société générale à Marseille de 1864 aux années 1930 », Industries en Provence. (...)

24À la Belle Époque, la Société générale profite pleinement des fruits de sa combativité commerciale : elle est devenue la deuxième banque française, derrière le Crédit lyonnais. Elle est à la fois une banque parisienne, avec son réseau et son portefeuille-clients dans chaque quartier de Paris et de la proche banlieue, et une banque pluri-régionale, qui vient damer le pion aux banques locales et régionales. Ainsi, dans le Nord, elle se veut autant nordiste que ses concurrentes de Lille ou Roubaix9, comme le Crédit du Nord ; et, à Marseille, elle consolide le rayonnement et le renom de son agence face à la Société marseillaise de crédit10 et aux banques familiales du cru. Elle promeut, sur toute place importante et dans la moindre bourgade constituant un marché solvable, sa gamme de produits de banque de crédit, de banque de dépôts et de gestion de patrimoine, et de banque de courtage. Elle a développé sa boîte à outils de communication commerciale, dans la presse, par les dépliants, par les encarts publicitaires, par ses agences, ou par les conseils prodigués par ses responsables d’agence.

Susciter la confiance : le nouveau Siège du boulevard Haussmann et le conseil d’administration de la Société générale en 1912.

Susciter la confiance : le nouveau Siège du boulevard Haussmann et le conseil d’administration de la Société générale en 1912.

L’agence R (40 rue du Louvre à Paris).

L’agence R (40 rue du Louvre à Paris).

Le bureau T (72 avenue de Villiers à Paris).

Le bureau T (72 avenue de Villiers à Paris).

Le bureau de Vernon.

Le bureau de Vernon.

L’agence de Vendôme.

L’agence de Vendôme.

Sécurité et services (1912) : il faut attirer les clients en valorisant les prestations de la banque de dépôts (transferts d’argent, crédits, dépôts de liquidités).

Sécurité et services (1912) : il faut attirer les clients en valorisant les prestations de la banque de dépôts (transferts d’argent, crédits, dépôts de liquidités).

La Société générale mobilise son réseau pour placer des titres auprès des investisseurs épargnants des bourgeoisies supérieure et moyenne.

La Société générale mobilise son réseau pour placer des titres auprès des investisseurs épargnants des bourgeoisies supérieure et moyenne.

Les pays émergents deviennent de gros émetteurs d’obligations, placées par le réseau de la Générale.

Les pays émergents deviennent de gros émetteurs d’obligations, placées par le réseau de la Générale.

L’agence de Saint-Servan.

L’agence de Saint-Servan.

Le bureau de Colombes (place de la République).

Le bureau de Colombes (place de la République).

Liste des opérations possibles à la Société générale en 1908.

Liste des opérations possibles à la Société générale en 1908.

Dès 1871, la Générale ouvre une agence à Londres, à la fois relais auprès de la City et mini-banque de dépôts.

Dès 1871, la Générale ouvre une agence à Londres, à la fois relais auprès de la City et mini-banque de dépôts.

Liste des agences de la Société Générale vers 1909/1912.

Liste des agences de la Société Générale vers 1909/1912.

Notes

1 Hubert Bonin, « Louis Dorizon, dirigeant de la Société générale : la construction d’une carrière et d’une stratégie bancaires (1874-1914) », Revue historique,ccxc/2, 1994, p. 511-527. Chantal Ronzon-Bélot, « Banquiers de la Belle Époque : les dirigeants de la Société générale vers 1900 », Histoire, économie, société, 2004, 23, n° 3, p. 411-432.

2 Cf. « Les fourmis de la banque. Les bureaux périodiques de la Société générale », Sogéchos, n° 95, octobre 1995, p. 26-29.

3 Cf. Plaquette Société générale, Catalogue de l’Exposition de Gand, 1912.

4 Hubert Bonin, La Société générale en Grande-Bretagne (1871-1996), La collection historique de la Société générale, Paris, 1996.

5 Youssef Cassis & Éric Bussière (dir.), London and Paris as International Financial Centres in the Twentieth Century, Oxford, Oxford University Press, 2005. Youssef Cassis, Les capitales du capital. Histoire des grandes places financières internationales, 1780-2005, Genève, Pictet & Slatkine, 2005 ; Capitals of Capital, Cambridge University Press, 2006.

6 Hubert Bonin, « La stratégie de déploiement international de la Société générale (des années 1870 aux années 1970) », in Olivier Feiertag et Isabelle Lespinet-Moret (dir.), L’économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Genève, Droz, 2010, p. 303-324.

7 Hubert Bonin, « Un modèle ? La Sogenal, une banque régionale européenne (1881-2001) », in Michel Lescure et Alain Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, p. 390-410. Raymond Poidevin, « Les banques alsaciennes entre la France et l’Allemagne de 1871 en 1914 », Revue d’Allemagne, octobre-décembre 1985, p. 479-489. Société générale alsacienne de banque, 1881-1981, Strasbourg.

8 Hubert Bonin, La Société générale en Russie, Paris, La collection historique de la Société générale, 1994 et 2003.

9 Cf. Hubert Bonin, « La Société générale à l’assaut de la place de Lille-Roubaix-Tourcoing. Une Parisienne au cœur des dynasties industrieuses nordistes (entre les deux guerres mondiales) », in Hubert Bonin et Jean-François Eck (dir.), Les banques et les mutations de l’industrie, Lille, Presses du Septentrion, 2012, p. 203-252.

10 Hubert Bonin, « La Société générale à Marseille de 1864 aux années 1930 », Industries en Provence. Dynamiques d’hier et aujourd’hui, n° 18, juin 2010, p. 7-18.

Table des illustrations

Titre Susciter la confiance : le nouveau Siège du boulevard Haussmann et le conseil d’administration de la Société générale en 1912.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 666k
Titre L’agence R (40 rue du Louvre à Paris).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Le bureau T (72 avenue de Villiers à Paris).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Titre Le bureau de Vernon.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre L’agence de Vendôme.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Sécurité et services (1912) : il faut attirer les clients en valorisant les prestations de la banque de dépôts (transferts d’argent, crédits, dépôts de liquidités).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Titre La Société générale mobilise son réseau pour placer des titres auprès des investisseurs épargnants des bourgeoisies supérieure et moyenne.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Les pays émergents deviennent de gros émetteurs d’obligations, placées par le réseau de la Générale.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre L’agence de Saint-Servan.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 471k
Titre Le bureau de Colombes (place de la République).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Liste des opérations possibles à la Société générale en 1908.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Dès 1871, la Générale ouvre une agence à Londres, à la fois relais auprès de la City et mini-banque de dépôts.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Liste des agences de la Société Générale vers 1909/1912.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/4831/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 972k

© Presses universitaires du Septentrion, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search