Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Conclusion générale : le destin politique de la Marne aux mains de familles alliées

Texte intégral

1À la suite du message radiophonique du 11 octobre 1940 lu par le maréchal Pétain et du discours de Grenoble, en date du 26 septembre 1872, prononcé par Léon Gambetta, la question du renouvellement des élites politiques et par conséquent celle de leur recrutement se posaient. Au terme de dix années de recherche, il apparaît clairement que l’ouverture démocratique des chambres élues sous la Troisième République est très partielle et très largement lacunaire ; comme le prouve cette analyse faite sur le département de la Marne.

2L’échelle d’analyse – échelle départementale – impose ses atouts et ses contraintes. Le prisme local est une limite évidente quant à la portée des conclusions avancées ; celles-ci devant être confirmées ou infirmées par d’autres études locales et départementales. Néanmoins, cette échelle est rendue nécessaire par des contingences matérielles et afin de mener une analyse la plus pertinente possible. C’est grâce à elle que l’étude porte sur toutes les fonctions politiques d’un département – du conseiller d’arrondissement au parlementaire. En effet, si les parlementaires de cette période sont aujourd’hui assez bien connus et si les questions relatives à leur recrutement et leur renouvellement ont fait l’objet d’une multitude de publications, il n’en est pas de même pour les élites politiques locales constituées des conseillers généraux et des conseillers d’arrondissement. Quant aux relations qui peuvent exister entre ces parlementaires et ces hommes politiques locaux, elles sont pratiquement absentes des études. L’existence même des conseillers d’arrondissement est très méconnue, pour ne pas dire inconnue. Ignorés ou oubliés des historiens et des politistes, les conseillers d’arrondissement ont pourtant toute leur place dans des analyses du personnel politique de la Troisième République. Il est même regrettable qu’aucune recherche n’ait été faite sur ce rouage essentiel pour la période comprise entre la loi du 28 pluviôse an VIII qui les instaure et leur suspension définitive par le texte du 12 octobre 1940. Cet oubli provient certainement du fait que les conseils d’arrondissement, et par conséquent leurs membres, n’avaient que des attributions limitées. Leur rôle premier est, en effet, d’émettre des vœux que le sous-préfet de l’arrondissement transmet au préfet et au conseil général. C’est pourquoi, certains candidats eux-mêmes en viennent à se demander si ce rôle est politique. Pourtant, il est évident que cette fonction est politique et à mettre en relation avec celle de conseiller général. Le calendrier électoral commun aux deux élections cantonales constitue le premier argument. Ce calendrier a pour conséquence la constitution, par les associations politiques locales, de couples de candidat ; l’un se présente au conseil général, l’autre au conseil d’arrondissement. Ces candidats partagent affiche électorale et programme politique. Le deuxième argument tient dans le mode d’élection. Celui-ci est strictement identique pour les élections législatives et les deux élections cantonales. Dès lors, pourquoi prendre en considération les uns et pas les autres ? Ensuite, il est évident que le conseiller d’arrondissement, en qualité d’électeur sénatorial, détient un pouvoir politique – même si le Sénat n’a pas la publicité du Palais Bourbon et si les élections sénatoriales soulèvent moins les passions populaires et sont, par conséquent, moins suivies par l’opinion publique. Le rôle politique du sénateur n’est pas à remettre en cause ; celui du conseiller d’arrondissement ne peut l’être non plus. Enfin, considéré par les élus comme une étape du cursus honorum, le siège de conseiller d’arrondissement reprend toute sa valeur politique. Ces arguments conduisent à considérer le conseiller d’arrondissement à l’égal du conseiller général et du député ; dès lors, cette enquête départementale se justifie pleinement et accouche même de conclusions nouvelles qui précisent notre connaissance des élites politiques. De plus, le conseiller général – pourtant plus connu que le conseiller d’arrondissement – n’a pratiquement pas fait l’objet d’analyses prosopographiques exhaustives. Cette étude avait donc pour but de combler ce vide historiographique tout en cherchant à confirmer ou infirmer certaines hypothèses formulées sur les parlementaires. Le choix de l’utilisation des méthodes prosopographiques s’est imposé assez rapidement. S’intéresser aux élus c’est, en effet, essayer de saisir l’essence du candidat idéal ; c’est aussi essayer de percevoir qui est l’homme derrière l’homme politique.

3Concevoir la figure du candidat c’est tenter de comprendre les atouts nécessaires pour être élu. Certains de ces atouts s’appuient sur des critères objectifs, subjectifs, conscients et inconscients ; critères dictés par les électeurs lors du vote. Les critères favorisant l’élection sont nombreux ; l’analyse des professions de foi, des affiches électorales, des parcours et carrières politiques montrent que trois ressorts (l’implantation locale, l’assise sociale et la sociabilité bourgeoise) sont plus importants que les autres tandis qu’un quatrième (l’inscription dans une famille présente en politique) joue un rôle plus prégnant que présupposé ; notamment dans le cadre de la réalité institutionnelle de la République et constitutionnelle du suffrage universel – pour le moins masculin.

4Les principaux ressorts de la carrière mettent en avant l’existence fréquente de liens réels entre le candidat et la circonscription électorale dans laquelle il se présente ; avec une différence importante entre les élus locaux et les parlementaires. Si lors des élections locales, l’implantation du candidat et de ses ascendants est véritablement un critère discriminant, il n’en est pas toujours de même pour les seconds. Ensuite, les quinquagénaires dominent les chambres. En pleine force de l’âge, ils sont actifs professionnellement ; leur crédibilité personnelle et leur crédit politique s’appuient sur ce parcours professionnel, sur la réussite de leur gestion familiale, sur l’expérience de la gestion des affaires privées, mais aussi sur leur participation aux instances dirigeantes de structures non politiques, mais publiques. Par conséquent, les réseaux sociaux multiples – dans lesquels le candidat s’inscrit – révèlent leur inscription réelle ou symbolique dans l’espace de sociabilité bourgeois traditionnel ou en cours de construction. Ces espaces évoluent, en effet, au fil du temps ; les élites se créent de nouveaux lieux de sociabilité au fur et à mesure de l’avancée dans le siècle. Si les justices de paix, les tribunaux et chambres de commerce tiennent une place considérable jusqu’au milieu de la première décennie du XXe siècle, ces lieux sont supplantés par les crédits agricoles, les syndicats agricoles et les partis politiques à partir de cette même période.

5Ces espaces de sociabilité constituent des filières d’accès aux chambres. Certaines de ces filières sont traditionnelles et basées sur la profession et le corporatisme, sur la participation aux rouages économiques locaux, sur la loge maçonnique, sur le tribunal de commerce, etc. Celles-ci perdent progressivement leur rôle de rampe d’accès aux fonctions politiques ; sauf peut-être la loge maçonnique puisque les données collectées sur ces sociétés semi-fermées ne sont pas exhaustives. En ce sens, évoquer l’idée d’un renouvellement des élites politiques sous la Troisième République et en conséquence un affaiblissement de la notion d’héritage en politique semble se justifier puisque les filières traditionnelles se tarissent. Effectivement, l’élu ne participe plus en 1940 aux mêmes espaces de sociabilité qu’en 1871 ; et de nouveaux sont apparus. Certains reprennent en grande partie les formes de ceux en place et utiles dans le cadre d’une stratégie électorale d’avant la Grande Guerre. Ces espaces deviennent et demeurent des viviers pour la bourgeoisie locale et les notables ruraux. Cette évolution est évidemment limitée par l’impact du réseau familial. Ce dernier laisse à penser que pour conserver une prégnance sur les rouages politiques, les hommes usent des filières “qui marchent” sans se préoccuper finalement de savoir si elles sont traditionnelles ou non. Maintenir sous tutelle des fonctions électives justifie toute stratégie.

6La crédibilité sociale du candidat s’appuie donc sur la profession de l’individu, sa fortune réelle ou estimée et par son appartenance à la bourgeoisie rurale ou urbaine locale. Cette appartenance n’est d’ailleurs pas récente mais s’inscrit dans un processus progressif d’embourgeoisement de la famille en son entier ; preuve qu’il existe une permanence du milieu social de recrutement des élites politiques. Les élus de 1871 à 1940 s’inscrivent donc assez souvent dans des dynasties politiques, au sein desquelles l’endogamie est élevée. Dès lors, l’inscription de l’individu dans des réseaux familiaux élargis – des Sippen – est fondamentale car celles-ci essaient de contrôler les rouages économiques, décisionnels et politiques locaux pour maintenir une assise sociale acquise de longue date. L’assise sociale et la bonne connaissance des rouages politiques locaux sont transmises en héritage. Cela conduit à une certaine forme de confiscation des fonctions politiques départementales. À l’image de leurs aïeux, de nombreux élus de la Troisième République exercent des fonctions politiques à l’échelon municipal avant leur entrée au conseil d’arrondissement, au conseil général, au palais Bourbon ou au palais de la rue de Vaugirard. La municipalité constitue un véritable tremplin d’accès aux fonctions politiques électives supérieures. Enfin et si aujourd’hui dans notre conception de l’espace politique, l’étiquette politique affichée lors des scrutins par le candidat est le premier critère du choix, il n’en est pas de même entre 1871 et la première décennie du XXe siècle ; moment où s’organisent véritablement les partis nationaux en prenant, pour certains, appui sur un maillage associatif préalable ou, pour d’autres, en le créant. Malgré tout, l’entre-deux-guerres ne voit pas la disparition des membres de groupes familiaux élargis au sein des chambres élues. Cela signifie que les Sippen s’adaptent aux nouveaux critères de choix des électeurs. Au début de la Troisième République, les critères de l’implantation locale et de l’existence préalable d’une ascendance en politique sont les plus importants. En 1940, l’étiquette politique et l’appartenance aux réseaux partidaires et extra-partidaires liés aux premiers (crédits et syndicats agricoles) influencent davantage les électeurs. Demeurent présents tout au long de la période les critères d’inscription sociale de l’individu dans la bourgeoisie locale, de l’appartenance à un réseau familial développé et reconnu.

7Le recrutement des hommes politiques de la Marne sous la Troisième République connaît donc quelques évolutions évidentes malgré l’existence de réelles pesanteurs qui limitent le renouvellement complet de ce corps particulier. La littérature scientifique a jusqu’ici montré le renouvellement de ces élites politiques, et en particulier celui des parlementaires, dès le début de la Troisième République. Ce fait demeure indéniable, sauf que le recrutement n’évolue pas radicalement. Les critères de choix des électeurs perdurent longtemps et leur ordre d’importance demeure le même, au moins jusqu’au milieu de la première décennie du XXe siècle. Dès lors, le renouvellement des élites politiques s’en trouve limité. D’ailleurs, les élites traditionnelles font véritablement preuve d’adaptation aux nouveaux critères de choix imposés par les électeurs, tant et si bien que le renouvellement peut apparaître comme superficiel. L’hérédité en République est une des pesanteurs les plus importantes même si elle ne se révèle qu’à l’analyse des complexes réseaux de parenté. Dans ce cadre, le choix de l’épouse et de la belle-famille apparaît comme crucial.

8Dans la Sippe, cependant, les connexions familiales entre les candidats peuvent parfois être très distendues ; si les relations de parenté ne sont pas toujours connues ou assurément certifiées par les candidats eux-mêmes, ils savent qu’ils appartiennent à une même élite ; un même microcosme social et familial dans lequel la participation à l’exercice politique est usuel. Cette élite se caractérise par le niveau social réel ou affiché (profession et inscription dans le tissu économique local, fortune, domesticité…), par l’appartenance à un mode de vie bourgeois avec ses sociabilités traditionnelles et/ou obligées (sociétés diverses, franc-maçonnerie…), par l’inscription dans une famille ou une belle-famille présente de longue date en politique. Ce dernier aspect permet donc de réfuter catégoriquement l’existence d’un renouvellement complet des élites politiques, et en particulier des élites politiques locales, sous la Troisième République, tant dans les cantons urbains que dans certains arrondissements ruraux.

9L’adaptation du groupe familial aux nouvelles exigences politiques des électeurs, dans le but de conserver une prééminence sur le paysage politique local est très nette dans le cas de ces Sippen. Celles-ci mêlent les liens familiaux traditionnels, la mise sous tutelle des structures économiques et décisionnelles locales et la prise en main des sièges politiques, du début à la fin de la Troisième République. Les membres de ces groupes familiaux sont élus au suffrage universel. Donc, ils s’inscrivent dans les évolutions perçues pour le recrutement de ces élites politiques. Certains changent ainsi d’étiquette politique au moment le plus opportun. Les membres de ces familles entrent dans les syndicats agricoles, quand ils ne les créent pas eux-mêmes, et délaissent les justices de paix au moment où l’impact des premiers se fait évident dans la construction du choix électoral. Toute la stratégie familiale se tourne vers la captation des desiderata des électeurs et l’anticipation des évolutions des critères de choix de ces derniers. En effet, ces critères évoluent avec certitude entre 1871 et 1940. En conséquence, les filières d’accès aux chambres départementales ou nationales, soumises à ces critères, changent également. C’est pourquoi, le profil du candidat idéal s’en trouve modifié. Néanmoins, les pesanteurs, et notamment celles familiales, limitent le réel renouvellement des élites politiques au cours du plus long régime républicain que la France ait connu ; malgré l’apparition de puissantes structures partidaires. L’hérédité en République est donc une réalité qui permet à quelques familles alliées de dominer l’espace politique départemental.

  • 1 Bruno Dumons, Les « saints de la République ». Les décorés de la Légion d’Honneur (1870-1940), Par (...)

10Intégré à des réseaux sociaux complexes, l’élu demeure cependant un individu à part. Son activité procède de sa notabilité, tandis que celle-ci se renforce au contact de la première. Cette notabilité renforcée est très largement perceptible par les décorations honorifiques que ces hommes reçoivent dans le cadre de leurs diverses activités. La multiplicité des décorations est éloquente, même pour un homme comme Léon Bourgeois ; ne conserve-t-il pas tant celles délivrées par la société de secours mutuels de La Neuville-au-Pont que l’or du Prix Nobel ? Par les décorations, et en particulier la légion d’Honneur,1 la médaille du mérite agricole, les palmes académiques, etc., les individus s’inscrivent dans d’autres formes de sociabilité. Les liens entre membres de ces réseaux secondaires sont plus lâches et plus distendus ; c’est pourquoi, ils n’ont pas été évoqués bien que la possession d’une décoration commune crée une fraternité de principe. Fraternité choisie qui complète le principe héréditaire.

Notes

1 Bruno Dumons, Les « saints de la République ». Les décorés de la Légion d’Honneur (1870-1940), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2009, 507 p.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search