Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Troisième partie. Parenté et Sippe : la politique une affaire de famille ?

Conclusion. Le spectre des deux-cents familles ?

Texte intégral

1Édouard Daladier s’insurge au milieu des années 1930 sur le poids des deux-cents familles qui trustent les fonctions dirigeantes de la Banque de France – et par extension impriment leur marque sur l’espace politique national. Dans l’espace politique départemental, les élites économiques et sociales dominent également.

2Que ce soit dans le monde rural, dans les espaces urbains ou sur de vastes portions du territoire marnais, les cousinages et Sippen permettent par le biais de pratiques népotiques à certaines familles de monopoliser les sièges au conseil d’arrondissement, au conseil général ou les fonctions parlementaires. Ce népotisme est une pratique intrafamiliale communément connue, souvent assumée, parfois revendiquée. Cette domination familiale se fait sur des durées qui dépassent les soixante-dix ans pris en considération dans cette étude. Les élus de la Troisième République sont les héritiers des hommes politiques d’hier – et sont pour certains les aïeux des femmes et des hommes politiques d’aujourd’hui. En ce sens, la pratique politique et (plus encore) le fauteuil électif sont considérés par certaines familles comme biens propres à se transmettre en héritage.

  • 1 Maurice Agulhon, « Les paysans dans la vie politique », in Georges Duby, Armand Wallon (dir.), op. (...)

3La Sippe est un vecteur pour envisager l’art de la politique comme un bien familial et met à mal la vision gambettiste exprimée dans le discours de Grenoble de 1872. Celle-ci s’appuie sur une analyse de la politique à l’échelle nationale et entend montrer ou prévenir d’un changement dans le recrutement des hommes politiques. Daniel Halévy confirme « la “Fin des notables” » et « la chute de la “République des Ducs” ». Pourtant, ces formules ne signifient pas la fin de tout notable ; elles mettent en lumière l’effacement partiel des anciens lignages nobiliaires au profit de lignages notabiliaires qui intègrent les premiers à leur marge. Ces éléments vont à l’encontre de l’émergence d’une “couche sociale nouvelle” que Gambetta annonçait ou appelait de ses vœux. Les électeurs du monde rural sous la Troisième République se trouvent, certes, « de nouveaux guides dans la moyenne bourgeoisie républicaine de médecins, de gens de loi, professeurs, négociants, petits industriels, qui évince les marquis et les maîtres de forges »1 mais celle-ci intègre pleinement les rouages de la notabilité et développe des pratiques matrimoniales internes très particulières et ancrées dans la longue durée qui favorisent la création d’une élite notabiliaire autant soudée par les liens du sang que par les pratiques traditionnelles et inhérentes à la bourgeoisie. Le renouvellement de la classe politique n’existe presque pas à l’échelle départementale : ni dans les espaces ruraux ni dans les espaces urbains. Même pour le choix de leurs parlementaires, les électeurs marnais puisent dans les viviers traditionnels, constitués des mêmes groupes de parenté.

4Entre 1871 et 1940, les hommes mandatés par les électeurs au suffrage universel pour garnir les rangs des assemblées locales, départementales ou parlementaires n’intègrent pas les rouages politiques du département par hasard. Ils s’inscrivent, dès avant leur élection dans des systèmes complexes, dans des réseaux sociaux aux multiples interfaces qui constituent autant de gages de la qualité du candidat. Le premier élément constitutif de celle-ci est, bien évidemment, le lieu de tous les apprentissages essentiels : la famille. Parfois considérés comme un héritage à transmettre, la pratique politique et le mandat électif constituent un patrimoine culturel familial. Élevé dans un contexte marqué par la politique, habitué à suivre les joutes électorales de son père ou de ses proches aïeux, l’individu acquiert, consciemment ou inconsciemment, les réflexes du candidat. Naître dans une famille présente en politique confère donc un avantage certain à l’individu car le monde politique ne lui est pas étranger et son éducation lui a souvent donné le goût de la controverse et des joutes verbales, etc. Le crédit politique personnel prend aussi appui sur une crédibilité familiale souvent enracinée. Celle-ci rejaillit naturellement sur le candidat.

5La transmission patrimoniale du fauteuil est donc essentielle au sein du groupe mais elle n’est cependant pas régie par la patrilinéarité ou un quelconque droit d’aînesse. D’ailleurs, vu de l’extérieur et de prime abord rien ne permet de croire que la Troisième République perpétue la tradition des “assemblées de cousins”. D’ailleurs, ce n’est pas ainsi que se vivent les conseillers généraux du département de la Marne bien qu’ils soient très souvent issus de la même Sippe ; mais pas forcément des mêmes branches. Tout cela s’organise très subtilement : les élus ne portent pas le même patronyme et les liens les unissant sont souvent complexes. Afin de conserver l’emprise familiale sur le paysage politique local, les membres de ces Sippen développent des stratégies politiques différenciées et évolutives ; l’objectif du groupe de parenté est de toujours présenter un candidat fidèle aux attentes des électeurs.

6Pourtant, le réseau familial, s’il tient une place non négligeable, n’est pas le seul levier utilisé par les candidats pour intégrer les chambres élues et celui-ci ne suffit pas toujours pour permettre l’élection ou le maintien en politique.

Notes

1 Maurice Agulhon, « Les paysans dans la vie politique », in Georges Duby, Armand Wallon (dir.), op. cit., pp. 348-349.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search