Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Troisième partie. Parenté et Sippe : la politique une affaire de famille ?

Du cousinage à la Sippe : des réseaux politiques familiaux à l’échelle du département

Texte intégral

1Les deux chapitres précédents ont montré l’impact de groupes familiaux sur le paysage politique d’un canton rural et des cantons urbains de la ville de Reims par l’intermédiaire d’une analyse des cousinages directs. Celle-ci a ainsi mis en lumière l’existence de liens de parenté directe entre élus de la République du même canton. Mais dans l’analyse de ces cousinages dans le canton rural, ont été esquissés l’existence de liens vers des élus situés en dehors du canton. Ceux-ci n’ont pas été tout particulièrement soulignés ; il convient de le faire désormais. De plus, l’analyse des cousinages directs ne permet pas de montrer la complexité des liens familiaux tissés à l’intérieur du groupe de parenté élargie : la Sippe. En effet, une Sippe c’est autre chose que la simple présence d’un ou plusieurs cousinage(s). Si la Sippe prend bien évidemment en considération les liens de cousinages directs, elle est aussi la prise en compte de toutes les relations indirectes. En reprenant le cas d’élus issus de cantons rémois, ces différences subtiles de définition apparaissent clairement. Les couples Thiénot-Charbonneaux et Langlet-Lévêque, tous deux inscrits en politique dans les cantons rémois, sont en cousinage direct par l’intermédiaire de leur ascendance Henrot, comme nous l’avons d’ores-et-déjà montré dans le chapitre précédent. Dans ce dernier chapitre, nous mettrons aussi en avant la réalité des cousinages directs entre élus de cantons différents : comme celui entretenu par Augustin Maillet et Édouard Vallet. Le premier est imprimeur à Reims, commune dont il est conseiller municipal et premier adjoint mais aussi conseiller d’arrondissement (pour le premier canton de 1886 à 1892) avant d’intégrer le conseil général de 1892 à 1904. Le second est cultivateur et marchand de bestiaux à Sommesous, commune qu’il dirige de 1912 à 1935, et conseiller général du canton de Sompuis de 1919 à 1940.

Figure 34. Le cousinage entre Augustin Maillet et Édouard Vallet

Figure 34. Le cousinage entre Augustin Maillet et Édouard Vallet

2Ensuite, nous prouverons autant que possible l’existence de véritables Sippen qui contrôlent une grande partie du paysage politique marnais sous la Troisième République. Ces Sippen étant constituées de liens directs et indirects redoublés, comme dans le cas du groupe de parenté élargi dans lequel s’insèrent Léon Mirman, Eugène Buirette, Léon Buirette, Paul Buirette et Camille Lenoir. Léon Mirman, professeur au Lycée de Reims de 1888 à 1893, est député de la Marne de 1893 à 1905, directeur de l’Assistance et de l’Hygiène au ministère de l’Intérieur du 10 octobre 1905 au 9 août 1914 et conseiller à la cour des Comptes du 27 novembre 1920 au 15 janvier 1921. La dynastie Buirette est composée d’industriels et filateurs : Eugène, le père, est maire de Suippes de 1900 à 1902, conseiller d’arrondissement du canton de Suippes de 1880 à 1892 et conseiller général de 1892 à 1893 ; Léon, le fils aîné, est maire de Suippes de 1903 à 1919 et conseiller général de 1911 à 1919 ; Paul, le fils cadet, est maire de Suippes de 1919 à 1940, conseiller d’arrondissement de 1913 à 1919 et conseiller général de 1919 à 1940. Enfin, Camille Lenoir est débitant de tabacs et de boissons à Reims, commune où il est conseiller municipal. Il est surtout conseiller général du deuxième canton de Reims de 1898 à 1901, avant d’intégrer le conseil d’arrondissement de 1904 à 1910 puis de revenir au conseil général au nom des électeurs du canton de Ville-en-Tardenois de 1919 à 1931 ; il siège aussi au palais Bourbon de 1905 à 1928.

Figure 35. Quelques branches de la Sippe Caurette-Jarot-Natier.

Figure 35. Quelques branches de la Sippe Caurette-Jarot-Natier.

3Dans ce chapitre, l’analyse est donc modifiée selon trois critères : le passage du cadre cantonal à l’échelle départementale, l’élargissement de l’étude familiale des seuls cousinages à celle des familles élargies (Sippen) et la prise en considération de l’ensemble des fonctions électives ; afin de montrer la réalité de la confiscation des sièges électifs locaux et nationaux et donc celle du pouvoir à l’échelle du département. Pour cela, nous reprendrons appui sur l’étude faite des cantons de Reims en changeant la focale d’analyse puis nous montrerons par l’étude d’un exemple probatoire comment les élus de la Marne mandatés au suffrage universel entre 1871 et 1940 intègrent de vastes réseaux familiaux qui s’étendent pratiquement à l’échelle départementale.

Reims dominée par une Sippe : impact politique et social de la bourgeoisie urbaine

4Nous avons déjà montré, dans le chapitre précédent, que les relations de cousinages n’épargnaient pas les cantons urbains rémois ; même si leur impact était moins prégnant que dans le canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Au-delà de ces réseaux de parenté directe, les élus de Reims, qu’ils soient élus locaux ou parlementaires, s’inscrivent dans des groupes de parenté élargie (Sippen) qui dominent l’espace politique rémois de manière indéniable et inscrivent leur influence sur d’autres circonscriptions électorales. Quelles sont les principales Sippen ainsi repérées ? Quelles sont leurs caractéristiques ? Dans quelle mesure dominent-elles l’espace politique départemental ? En quoi peut-on dire qu’elles confisquent les mandats soumis au suffrage universel ; suffrage universel qu’elles galvaudent ainsi par des pratiques népotiques considérables ?

L’aristocratie du Champagne truste les fonctions politiques supérieures

  • 1 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles). Essai d’anthropologie soci (...)

5La première branche de Sippe repérée à partir de quelques élus rémois correspond plus parfaitement que les autres à la définition de la Sippe utilisée par Régine Le Jan et les médiévistes spécialistes du Haut Moyen-Âge et des noblesses mérovingienne et carolingienne.1 Ce concept de Sippe se réfère à la constitution d’un groupe de parenté propre à l’aristocratie qui rassemble plusieurs familles liées entre elles par des liens du sang, d’alliance et d’amitié. Le groupe forme alors un réseau social, familial et d’intérêts communs. Transposé aux réalités bien différentes du XIXe siècle, le recours à ce concept prouve la confiscation du pouvoir et des sièges électifs par des groupes de parentés élargies, nobles et/ou associés, jusqu’aux confins du XXe siècle.

  • 2 Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français contenant tous les membres (...)
  • 3 Notice « Adrien Lannes de Montebello », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à (...)
  • 4 Notice « Bertrand de Mun », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris (...)
  • 5 Notice « Bertrand de Mun », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris (...)

6Les trois élus rémois qui intègrent cette Sippe ont des caractéristiques communes : ils sont tous à la tête d’une maison de négoce de vins de Champagne installée dans l’arrondissement de Reims, ils sont appelés à siéger au Palais Bourbon et ils ont tous des ascendants nobles ; que cette noblesse soit d’Ancien Régime ou d’Empire. Adrien Lannes de Montebello est comte et petit-fils de Jean Lannes, compagnon et maréchal de Napoléon Bonaparte, duc de Montebello et prince de Sievers ; Bertrand de Mun, également comte puis marquis de Mun, a dans son sang quatre quartiers de noblesses ; Louis Roederer est le fils de Félicité Béchet de Balan, descendante des seigneurs de Balan et de Bazeilles. Louis Roederer est le premier à entrer au Parlement : « Candidat officiel du gouvernement du Seize Mai, le 14 octobre 1877, il fut élu député de la deuxième circonscription de Reims (…). Cette élection fut invalidée par la majorité, et M. L. Roederer s’étant représenté le 7 juillet 1878, échoua. »2 Cette très brève apparition est suivie seize ans plus tard par l’entrée au Palais Bourbon d’Adrien de Montebello. Celui-ci connaît une carrière parlementaire parsemée de combats électoraux se soldant par trois défaites et quatre victoires. En 1881, il se présente dans le Gers face à Paul de Cassagnac et n’obtient que 44,11 % des voix. En 1885, il prend la « tête de la liste libérale dans la Seine-et-Oise, mais c’est la liste radicale qui l’emporte. »3 Élu le 20 août 1893, dans la deuxième circonscription de Reims avec 53,27 % des voix, il est réélu au premier tour lors du scrutin du 8 mai 1898 avec 51,55 % des voix et réélu de justesse au premier tour de scrutin le 27 avril 1902. En 1906, Adrien de Montebello, aux prises avec le maire de Reims (James Pozzi), est battu au second tour avec 46,59 % des voix. Quatre ans plus tard, l’heure de la revanche sonne et Adrien de Montebello remporte dès le premier tour le scrutin face au même adversaire. En 1914, le comte de Montebello se retire des affaires publiques, il est alors âgé de seulement soixante-deux ans mais laisse le combat électoral à un membre de sa Sippe : Bertrand de Mun. Âgé de quarante-trois ans seulement, « ses brillantes qualités personnelles, tout autant que son appartenance à deux familles illustres – l’une dans la politique, l’autre dans le grand négoce – lui ouvrirent naturellement le chemin de la députation après lui avoir valu son entrée au conseil municipal de la capitale du champagne. »4 Il est élu de justesse au second tour de scrutin le 10 mai 1914, avec vingt-quatre voix d’avance sur son adversaire James Pozzi (soit 0,17 % des votants). La guerre marque une rupture avec sa mobilisation et son retour à la Chambre est bref. En 1919, il ne se présente pas à sa propre succession « accordant la priorité à la remise en marche de la maison Clicquot-Ponsardin, dans une ville aux trois-quarts détruite. (…) Mais le démon de la politique le reprend très vite. »5 Il reconquiert son siège le 11 mai 1924 au bénéfice du scrutin de liste à la proportionnelle. Le 29 avril 1928, avec le retour au scrutin uninominal, Bertrand de Mun est battu au second tour d’une courte tête (cent-quarante-sept voix) par Gaston Poittevin, également député sortant.

7Ces trois hommes représentent la droite parlementaire : Roederer est plutôt monarchiste, de Montebello est progressiste, de Mun est affilié à la Fédération républicaine – parti de la droite conservatrice – qui, par l’Entente républicaine et démocratique (ERD) puis l’Union républicaine et démocratique (URD) participe aux élections.

  • 6 Parmi lesquels Gabriel, conseiller général du canton de Thiéblemont de 1871 à 1880 ; Théobald, cons (...)
  • 7 Marc de Beauvau-Craon est député de la Sarthe de 1852 à 1870.
  • 8 Grands industriels de la région de Sedan.
  • 9 Négociants en vins de Champagne.
  • 10 Les descendants du duc Albert de Broglie, président du Conseil lors de la crise de 1877.
  • 11 Descendants de Philippe, conseiller d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1800 à 1816.
  • 12 Dont Eugène, conseiller général du canton de Montmirail de 1871 à 1877.
  • 13 Eux-mêmes en relation familiale directe avec René de Chaubry de Troncenord, maire de Congy de 1865 (...)
  • 14 Dont Justin, député de la Marne de 1856 à 1864 et Lucien, député du Loir-et-Cher de 1889 à 1893.
  • 15 Élus de la Charente.
  • 16 Cette famille est bien implantée dans la Marne avec des liens avec les Bourgeois de Jessaint, famil (...)
  • 17 Dont Pierre, ministre de Napoléon III.
  • 18 Jacques Olry est conseiller général du canton de Colombey (Meurthe-et-Moselle) de 1867 à 1870, mair (...)
  • 19 Les membres de cette famille sont élus dans le Cher et dans l’Ardèche.
  • 20 Grands négociants en vins de Champagne et parmi lesquels Édouard, maire de Reims de 1852 à 1868, co (...)

8L’impact de ces cousinages dépasse très largement le cadre du seul département de la Marne et fait assez largement fi des bouleversements politiques et des transformations constitutionnelles. Ces trois députés rémois ne sont, en effet, pas les seuls membres de la Sippe à briguer et obtenir des fonctions électives, locales ou nationales, sous la Troisième République ; alors que l’influence familiale remonte au début du XIXe siècle et même au-delà pour certaines branches. Parmi les membres de cette Sippe élargie, et sans prétendre à l’exhaustivité, il convient de noter la présence des Barbier Lalobe de Felcourt,6 des de Beauvau-Craon,7 des Béchet de Balan,8 des Boisseau,9 des de Broglie,10 des de Caraman-Chimay, des du Cauzé de Nazelle,11 des Daru,12 des Durant de Mareuil, des Eschassériaux,13 des Haudos de Possesse,14 des Hennessy,15 des Hervey, des Johnston, des Kirgener de Planta,16 des Magne,17 des Olry,18 des Poniatowski, des Raoul-Duval, des Say, des de Voguë,19 des Werlé,20 etc.

Figure 36. Familles de la Sippe Werlé.

Figure 36. Familles de la Sippe Werlé.

9Adrien Lannes de Montebello, Bertrand de Mun et Louis Roederer entrent en cousinage par l’intermédiaire de la famille Werlé. Celle-ci se situe pratiquement au cœur du réseau familial repéré. La densité de ce réseau de parenté est importante puisque les familles qui donnent à la Marne des conseillers d’arrondissement, des conseillers généraux et des parlementaires sous la Troisième République sont très proches les unes des autres. Certaines connaissent des liens directs : Daru-Barbier de Felcourt. D’autres entretiennent des relations de proximité par le biais d’une autre famille : Leleu d’Aubilly-de Mun via Werlé. D’aucunes participent au même groupe de parenté élargie par le biais de deux familles intermédiaires – elles-mêmes en cousinage direct : de Chaubry de Troncenord-Lannes de Montebello par l’intermédiaire des familles Say et Fouquier. À la marge de cette Sippe, se font des liens entre les familles du groupe de parenté et quelques grandes familles dirigeantes du pays : les de Caraman-Chimay entretiennent des liens de sang avec les descendants de Napoléon Bonaparte ; mais aussi avec les Bourbon par l’intermédiaire des Le Tellier, parmi lesquels Michel Le Tellier et François Le Tellier de Louvois, ministres de Louis XIV.

  • 21 Jean Garrigues, Léon Say et le Centre gauche 1871-1896. La grande bourgeoisie libérale dans les déb (...)
  • 22 François Dubasque, « Jean Hennessy (1874-1944). Itinéraire militant d’un politique entre milieux ré (...)

10Ces familles partagent des liens du sang, souvent redoublés ; cela ne suffit cependant pas à constituer une Sippe. Encore faut-il, en effet, que les membres de ces branches familiales se côtoient, se connaissent et se reconnaissent comme cousins. Il est difficile de toujours saisir ces liens d’amitié entre les membres de ces branches familiales par le biais des archives qu’elles nous ont laissées. Pourtant, quelques indices permettent d’affirmer que ces familles agissent ensemble et entre-elles comme des fragments d’un groupe de parenté élargie très cohérent ; c’est-à-dire comme une véritable Sippe. Est-il ainsi étonnant qu’Adrien Lannes de Montebello soit le chef de cabinet de Léon Say au ministère des Finances ?21 Non. Est-il surprenant de retrouver Édouard Werlé et les Louis Roederer (père et fils) au sein de la chambre de commerce de Reims ? Pas plus. Est-il étrange de trouver parmi les membres du Jockey Club les Daru, les de la Rochefoucauld, les de Mun ou les de Beauvau-Craon ? Encore moins. Nous pourrions multiplier les exemples afin de prouver la profusion des liens entre les membres de ces familles ; en dehors des liens du sang. Mais surtout, l’appartenance à ce groupe de parenté signifie clairement entrer dans une famille ayant un pied en politique. François Dubasque nous en donne une claire et précise illustration : « Il faut souligner la forte influence qu’exerce Albert de Mun sur le début de la carrière politique de Jean Hennessy. Cette alliance matrimoniale permet au jeune marié de s’ouvrir à une nouvelle culture politique de droite, traditionaliste et contre-révolutionnaire. Le ralliement d’Albert de Mun à la République débouche sur la fondation, avec son ami Jacques Piou, de l’Action libérale populaire (1902) sur un programme de défense religieuse contre le Bloc des gauches. Jean Hennessy y adhère avec d’autres représentants des grandes familles de la région, notamment Xavier de la Rochefoucauld, Henri Castillon du Perron et le vicomte de Mareuil. Mais Albert de Mun fait surtout office de parrain politique de Jean Hennessy : c’est chez son beau-père que celui-ci répète ses premiers discours avant de les prononcer à la tribune de la Chambre des députés. »22 Dans ce court extrait, sont évoquées quatre branches familiales repérées à partir des députés des circonscriptions rémoises au cours de la Troisième République. Le rite de passage politique semble être pleinement intégré dans ce groupe familial et favorise l’apparition de ses membres dans le paysage politique local et national.

11Au sein de cette Sippe, est certifiée la présence de quatre-vingt-douze “hommes” politiques dont les fonctions municipales, cantonales ou nationales (étant exclus les préfets et les ministres) impactent le paysage politique départemental ou national de 1789 à nos jours. Pour les mandats locaux (maire, conseiller d’arrondissement et conseiller général), les données sont très fiables pour le département de la Marne mais beaucoup moins certaines pour les autres départements. Les mandats nationaux sont mieux connus, même s’il reste des doutes quant à la durée de présence de certains individus au Sénat impérial ou au sein de la Pairie. Quoi qu’il en soit, l’impact politique de cette Sippe dans le département de la Marne et en dehors de celui-ci est loin d’être négligeable.

  • 23 André-Jean Tudesq, « Les Pairs de France au temps de Guizot », in Revue d’histoire moderne et conte (...)

12De 1800 à 1940, les membres de la Sippe cumulent quatre-cent-soixante-cinq années de direction municipale, quatre-vingt-dix-sept ans de présence au conseil d’arrondissement, trois-cent-cinquante-deux ans d’assiduité sur les bancs des conseils généraux mais ces hommes intègrent surtout les chambres parlementaires : cinq-cent-deux ans dans la chambre basse et deux-cent-quatre-vingt-dix-sept ans à la chambre haute. Pour entrer quelque peu dans les détails, les lacunes quant aux mandats locaux en dehors de la Marne sont évidentes puisque la durée de présence à la tête d’une municipalité relevée ci-avant concerne une commune marnaise dans 90,11 % des cas ; alors que la proportion est encore plus grande pour les conseillers d’arrondissement puisque tous exercent dans la Marne. Quant aux conseillers généraux, la présence cumulée des hommes politiques marnais regroupe 63,35 % de la présence totale des membres de la Sippe dans ces assemblées départementales. Pourtant, dès lors que l’analyse porte sur les parlementaires, les données statistiques s’inversent : seulement 13,74 % de la présence au sein de l’Assemblée nationale est le fait de Marnais et seulement 15,49 % s’effectue dans la chambre haute. Cela signifie évidemment que, eu égard aux lacunes de notre documentation pour les mandats locaux, les membres de cette Sippe investissent clairement le Parlement. L’analyse chronologique de la présence de ces hommes dans les assemblées politiques locales ou nationales révèle que les maires siègent 40,80 % du temps au cours de la Troisième République, soit dans une proportion assez proche de celle des conseillers généraux (46,02 %) et des députés (53,39 %). Ces derniers montrent que si la Sippe connaît un enracinement assez ancien, elle parvient à conserver une certaine emprise sur les rouages politiques nationaux jusque sous la Troisième République. Cette emprise persiste malgré l’appartenance de ces familles à la noblesse ; que celle-ci soit d’Ancien Régime, d’Empire ou issue des Restaurations monarchiques. Dans le paysage politique, ces familles et leurs membres trustent véritablement les fauteuils prestigieux ; et en tout premier lieu ceux de parlementaires. En terme chronologique, il est à noter que l’influence des membres du groupe de parenté élargie au sein de la chambre haute tend à diminuer. Au temps de la pairie de France – de 1814 à 1848 –, de nombreux membres du groupe de parenté élargie viennent y siéger. François de Guéhéneuc y tient un fauteuil de 1832 à 1840 ; dans le cadre d’une carrière politique relativement fournie de maire d’Étoges (petite commune rurale du sud-ouest marnais) de 1812 à 1840, de conseiller de l’arrondissement d’Épernay de 1831 à 1833, de conseiller général de la Marne de 1833 à 1840 et de député de la Marne de 1828 à 1830. Cet homme appartient à un groupe de quatorze individus qui siègent comme Pair de France et qui appartiennent à la Sippe. Même si « les études sur la Chambre des Pairs sous le règne de Louis-Philippe ont dénoncé la faiblesse de son rôle politique et les insuffisances de sa fonction constitutionnelle »23, l’appartenance des Pairs de France au groupe de parenté renseigne sur la permanence de ces familles au sein des arcanes du pouvoir les plus élevés entre 1814 et 1848. La majeure partie du temps – de 1819 à 1848 –, au moins cinq membres de la Sippe se côtoient au sein de la pairie ; le maximum est de dix hommes en 1833-1834. À ce moment précis de la Monarchie de Juillet, Napoléon Daru, Joseph Durant de Mareuil, François de Guéhéneuc, Alexandre de la Rochefoucauld, François de la Rochefoucauld, Napoléon Lannes de Montebello, Adrien de Mun, Pierre de Peyronnet, Maurice de Riquet de Caraman-Chimay et Louis Roederer sont Pairs de France. Parmi ces hommes, la majorité appartient à des familles issues de l’ancienne noblesse de robe ou d’épée de l’Ancien Régime : Daru, de Mun, de Peyronnet, de Riquet de Caraman-Chimay, de la Rochefoucauld, Roederer ; d’autres – beaucoup moins nombreux – appartiennent à la noblesse d’Empire : Durant de Mareuil, de Guéhéneuc, Lannes de Montebello. Parmi ces neuf familles présentes au sein de la Pairie de France en 1833-1834, sept ont des descendants directs ou collatéraux portant les mêmes patronymes à posséder des fonctions politiques locales ou nationales sous la Troisième République au nom des électeurs du département de la Marne : Daru, de Mun, de Peyronnet, de la Rochefoucauld, Durant de Mareuil, Lannes de Montebello et Roederer. Trois deviennent parlementaires, trois siègent au sein du conseil général et un seul ne dépasse pas l’horizon politique de sa commune. Dès lors, affirmer l’existence d’une réelle hérédité entre des élus de la Marne sous la Troisième République et des hommes politiques des périodes antérieures ne semble pas être une simple vue de l’esprit. Bien au contraire puisque certains membres de ces lignées siègent au cours de la Quatrième puis de la Cinquième République comme Hélène Durant de Mareuil, députée PRL de Vendée en 1945 ou Axel Poniatowski, élu député UMP du Val-d’Oise en 2002.

13Les parlementaires des deux derniers siècles et membres de cette Sippe représentent vingt-neuf départements différents. En dehors de la Marne, la majeure partie des hommes représentent des départements situés dans le grand ouest : Eure, Seine-et-Oise, Cher, Charente et Charente-Maritime – pour ne citer que les départements les plus pourvoyeurs de parlementaires.

Figure 37. Les départements représentés par les membres de la Sippe (limites administratives de la Troisième République)

Figure 37. Les départements représentés par les membres de la Sippe (limites administratives de la Troisième République)

14La Marne est le département le plus souvent représenté au parlement par les membres de la Sippe mais une limite s’impose d’elle-même : le prisme volontairement marnocentré de notre analyse. Nous n’avons, en effet, pas relevé l’ensemble des mandats pour les familles collatérales quand ces dernières n’avaient aucun lien avec des branches marnaises du groupe de parenté élargie. Malgré tout, la présence de ce groupe de parenté élargie en politique – et tout particulièrement au Parlement – est continue et très importante. Au cours de la seule Troisième République, la Sippe fournit vingt-quatre parlementaires, dont quatre seulement siègent uniquement au Sénat. La présence du groupe de parenté est bien évidemment très forte au début de la Troisième République et a une réelle tendance à diminuer ; pourtant, les événements de 1876-1877 ne constituent pas une césure définitive. Si la baisse de la présence du groupe est avérée à partir de 1876, celle-ci reprend de l’envergure à compter de 1888 ; avant de décroître progressivement jusqu’en 1940. Au cours de cette Troisième République, seules les années 1933 à 1935 ne voient pas de membre de la Sippe siéger à l’Assemblée nationale. Quand l’année 1876 marque la fin de la carrière politique d’un membre du groupe de parenté, le contexte politique du moment ne joue pas dans tous les cas – comme il peut compter dans le cas de la fin de carrière de Nathaniel Johnston, alors âgé de quarante ans seulement. La fin de carrière parlementaire de Léonce de Voguë est, en effet, plus à créditer au compte de l’âge avancé de cet homme : il a soixante-et-onze ans en 1876 et décède le 25 juin de l’année suivante.

Figure 38. Présence de la Sippe au sein de la chambre basse (1871-1940)

Figure 38. Présence de la Sippe au sein de la chambre basse (1871-1940)

15En moyenne, les hommes de cette Sippe achèvent leur carrière parlementaire à l’âge de cinquante-neuf ans et cinq mois. Pourtant, quelques-uns d’entre eux achèvent assez tôt leur carrière parlementaire : soit pour des raisons politiques – comme pour Nathaniel Johnston, quarante ans en 1876 ou pour René Eschassériaux, trente-et-un ans après une seule législature effectuée sous l’étiquette de candidat officiel du gouvernement du Seize Mai ; soit pour cause de décès – comme dans le cas de Louis Roederer, décédé à trente-cinq ans en 1878. Sur les vingt députés de la Sippe au cours de la période, treize achèvent leur carrière politique alors qu’ils ont plus de soixante ans, trois décèdent au cours de leur mandat (Louis Roederer, Edgar Raoul-Duval à l’âge de cinquante-cinq ans en 1887 et Léon Say à l’âge de soixante-dix ans en 1896). Les septuagénaires se retirant définitivement de la vie politique sont au nombre de six. L’appartenance à un réseau de parenté aristocratique ne constitue donc pas un frein à l’élection au cours de la Troisième République et les mandats détenus par les membres de la Sippe sont relativement importants en termes de visibilité du réseau dans le paysage politique local et national. Louis de Voguë conserve ainsi son fauteuil de conseiller général du Cher de 1911 à la fin du second conflit mondial.

16Ces éléments prouvent que l’impact népotique dans les circonscriptions législatives rémoises au cours de la Troisième République existe – même s’il demeure assez limité – mais que ce népotisme connaît une réalité non négligeable dès lors que l’échelle d’étude est modifiée et dès lors que les branches connexes sont prises en considération. Si cette Sippe domine le paysage politique local et national par l’intermédiaire d’une présence importante au sein des conseils généraux et du Parlement, qu’en est-il des groupes de cousinage repéré parmi les élus locaux rémois ?

Quand la périphérie domine le centre : le réseau Arnould-Dauphinot

  • 24 Jacob Levy Moreno, Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 1934.
  • 25 Alain Reynaud, Société, espace et justice, Paris, PUF, 1981, 264 pages.
  • 26 On peut citer les travaux de Karl Marx et Friedrich Engels, Das Kapital, 1867-1894, 3 tomes ; de Sa (...)
  • 27 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1 (...)
  • 28 Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de la Marne, Rapport du Préfet, 1 (...)

17Dans cette analyse du groupe de parenté élargie constitué autour d’élus rémois dont les points de pivot (ou les meneurs puissants du gang, selon les termes d’analyse des sociogrammes et de la sociométrie définie par Jacob Levy Moreno)24 sont Charles Arnould et Jean-Simon Dauphinot, nous empruntons les concepts géographiques de centre et de périphérie. Ce couple conceptuel est défini par Alain Reynaud25 après emprunt aux études économiques d’inspiration marxiste.26 Dans ce groupe de parenté élargie, en effet, les élus des cantons de Reims sont fréquemment issus de familles implantées en dehors de ce centre urbain. Le paysage politique de la métropole rémoise – le centre – est ainsi sous la domination d’hommes politiques issus de familles dont les ramifications s’étendent par delà les limites cantonales – la périphérie – et qui s’inscrivent dans de véritables dynasties et dans de vastes groupes de cousinages ayant un impact politique loin d’être négligeable. Les relations entre Reims et les campagnes avoisinantes s’appuient sur d’évidentes raisons économiques. Reims est un carrefour marchand où l’entreprenariat est important. Les producteurs de vins de Champagne de la région y trouvent des relais vitaux, telles les maisons de négoce ; les éleveurs de moutons champenois y trouvent des débouchés pour leurs laines non peignées, non filées et/ou non tissées grâce aux manufactures lainières présentes en cette ville. « La filature en grand de la laine et du coton, la fabrication de lainages et tissus de toute espèce, figure au premier rang de l’industrie départementale. Reims est le centre de cette grande fabrication, dont la production annuelle est évaluée à 75 millions de francs, dont un tiers est exporté à l’étranger. »27 La renommée nationale et internationale de Reims à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle ne s’appuie pas seulement sur le commerce des vins de Champagne par l’intermédiaire de quelques grandes maisons négociantes comme Pommery (1836), Heidsieck (1785), Mumm (1827) ou Clicquot (1772). Elle passe également par cette activité lainière, qui est d’ailleurs la plus importante au point de vue économique, social et commercial. Chaque année la Chambre de commerce et d’industrie de Reims dresse un bilan de ce commerce des laines et des activités annexes et en informe le préfet et le conseil général. En 1866, le constat est positif puisque « la situation de nos principales industries est très satisfaisante, et nous devons nous en féliciter au lendemain d’une crise qui pouvait les atteindre beaucoup plus gravement. Il y a eu sans doute un temps d’arrêt marqué dans la prospérité de notre industrie lainière, qui avait pris, pendant la crise d’Amérique, un développement considérable. (…) Cependant, il n’y a pas eu de chômage ; le travail n’a pas fait défaut aux ouvriers, les salaires n’ont pas subi de réduction, et aujourd’hui on doit espérer avec raison une reprise qui fera disparaître les traces d’un ralentissement momentané. »28 Comme l’industrie lainière est l’une des plus importantes de Reims, aussi, n’est-il pas étonnant de voir des liens familiaux doubler ces liens d’intérêt économique et par conséquent de remarquer la proximité familiale entre Jean-Simon Dauphinot, manufacturier et directeur des ateliers Dauphinot-Pradine, et Charles Bourgeois, avocat puis propriétaire à Suippes. Le premier est conseiller municipal de Reims de 1860 à 1889, maire de Reims de 1868 à 1871, conseiller général de la Marne en 1870-1871, député de la Marne de 1871 à 1876 et sénateur de 1876 à 1888. Le second est conseiller général du canton de Suippes de 1852 à 1878. Pourtant parmi les ascendants communs de ces deux hommes et au rang des familles qui s’échangent des membres pour constituer une Sippe se trouvent des propriétaires éleveurs de moutons mérinos, des industriels de la filature des environs de Suippes, des négociants en laines et tissus. Claude Dauphinot, grand-père paternel de Jean-Simon, est ainsi propriétaire et marchand de laines à Suippes de 1795 à 1806 ; tandis que François Thiéry, grand-père maternel de Charles Bourgeois est éleveur de mouton et marchand de laines. Claude Dauphinot et François Thiéry ne sont pas des inconnus ni des étrangers l’un pour l’autre puisque les deux vivent dans la même ville de Suippes, le premier de 1776 à 1806 et le second de 1751 à 1807 ; mais surtout ces deux hommes sont des arrière-petits-cousins par leur ascendant commun : Jacques Dauphinot, boucher à Suippes.

  • 29 Alexandre Niess, « Parlementaires et élus locaux de la Marne sous la Troisième République : esquiss (...)
  • 30 Conseiller municipal de Reims de 1888 à 1892, maire de Reims de 1900 à 1904, conseiller général du (...)
  • 31 Conseiller général du deuxième canton de Reims de 1871 à 1889.
  • 32 Conseiller municipal de Reims de 1860 à 1889, maire de Reims de 1868 à 1871, conseiller général de (...)
  • 33 Conseiller municipal de Reims de 1870 à 1910, maire de Reims de 1872 à 1874 et de 1875 à 1881, dépu (...)
  • 34 Maire de Reims de 1908 à 1919, conseiller général du troisième canton de Reims de 1907 à 1925 et dé (...)
  • 35 Conseiller municipal de Reims et adjoint au maire, conseiller général du premier canton de Reims de (...)
  • 36 Conseiller municipal de Reims et conseiller général du premier canton de Reims de 1880 à 1889.
  • 37 Conseiller général du premier canton de Reims de 1934 à 1940.
  • 38 Conseiller municipal de Reims et député de la Marne de 1871 à 1877, de 1878 à 1885 et de 1889 à 189 (...)
  • 39 Conseiller municipal de Reims et député de la Marne de 1871 à 1876.
  • 40 Liste non exhaustive, par ordre alphabétique : Arnould, Aubert, Benoist, Bienfait, Blondeau, Bourge (...)
  • 41 Par ordre chronologique : Jacques Tronsson de 1805 à 1810, Guillaume de Paul de Saint-Marceaux de 1 (...)

18À Reims, l’importance de ces hommes développant et tissant entre eux des liens familiaux et politiques est loin d’être négligeable. L’emprise locale se concentre autour de la ville de Reims, mais pas seulement.29 Cependant, ce sont les seuls mandats rémois que nous analyserons plus avant. Ce groupe d’hommes se caractérise par l’accès d’une génération aux affaires politiques, sans que celle-ci profite outre mesure du changement de régime pour s’implanter. La présence en politique est, en effet, préexistante à ce dernier. Pour les circonscriptions rémoises, cette Sippe concerne principalement Charles Arnould,30 Jules Bienfait,31 Jean-Simon Dauphinot,32 Victor Diancourt,33 Jean-Baptiste Langlet,34 Félix Mennesson-Champagne,35 Charles Morizet,36 André Thiénot,37 Jules Thomas38 et Jules Warnier39. Ces hommes entrent en cousinages directs, comme Jules Bienfait et André Thiénot, ou indirects. Ces dix cumulent trente-et-un ans de direction des affaires municipales rémoises (sans prendre en compte les mandats de conseillers municipaux). L’influence sur la mairie de Reims s’effectue entre 1868 et 1919. Après cette date, aucun membre de ce groupe restreint de parenté ne prend en mains les destinées municipales. Pourtant entre 1868 et 1919, le fauteuil échoit pour 60,78 % du temps à un de ces dix hommes. Est-ce à dire que la Grande Guerre marque une rupture pour la présence de la Sippe en politique ? La réponse n’est pas si négative que ne le laisse supposer l’analyse du fauteuil de maire de Reims puisqu’au sein du conseil général, ce groupe de parenté envoie un de ses membres jusqu’en 1940. Entre 1870 et 1940, ces dix hommes siègent durant soixante-et-un ans en cumulé. Plusieurs d’entre eux siègent au conseil général de manière concomitante. Par exemple, entre 1907 et 1908, trois des quatre cantons rémois sont représentés au conseil général par des hommes issus de ce groupe : Félix Mennesson-Champagne (pour le premier canton), Jean-Baptiste Langlet (pour le troisième canton) et Charles Arnould (pour le quatrième canton). L’influence sur Reims est d’autant plus forte à compter de 1908, quand Jean-Baptiste Langlet devient maire de la ville, cumulant ainsi ce fauteuil de maire de la métropole départementale, si ce n’est régionale, et celui de conseiller général. C’est au sein de cette assemblée départementale que la présence est la plus durable mais pas forcément la plus remarquable. En effet, l’analyse des mandats parlementaires révèle que ces dix hommes cumulent quarante-cinq ans d’assiduité au palais Bourbon et trente-quatre au palais du Luxembourg. Cette présence est surtout très forte au début de la Troisième République. En 1871, trois députés de la Marne sont des Rémois, membres de ce groupe restreint de parenté. Ces éléments seraient suffisamment stupéfiants pour se suffire à eux-mêmes, sauf qu’en réalité de nombreuses familles40 s’associent à ces dix individus par parentèle avec des redoublements d’alliances fréquents. De nombreux responsables politiques du Second Empire (voire avant) et de la Troisième République, mais aussi de la période postérieure (ceci relevant d’une autre problématique) jouant un rôle non négligeable dans les rouages politiques locaux, départementaux ou nationaux s’inscrivent dans ce groupe de parenté qui créé un véritable réseau familial exerçant une emprise économique et politique sur la ville de Reims et ses environs. Cette implantation locale se mesure par la prégnance des membres de la Sippe aux commandes de la cité des sacres.41 En dehors de ces élus rémois, de nombreux individus présents dans le corpus se rattachent à ces familles, d’autres intègrent les rouages politiques locaux de très longue date. Pour le premier cas, nous pouvons évoquer, parmi bien d’autres, Gaston Buard, maire de Witry-lès-Reims de 1912 à 1936, conseiller d’arrondissement du canton de Bourgogne de 1913 à 1925 et conseiller général du même canton de 1925 à 1940. Pour le second cas, la présence de Jean-Baptiste Arnould, conseiller d’arrondissement de Reims de 1831 à 1833 et conseiller général de Reims de 1833 à 1845 est à signaler. Enfin, quelques hommes connaissent une situation exceptionnelle en siégeant en dehors du département de la Marne comme Ovide Arnould, élu conseiller général d’Alger de 1864 à 1867. Cette situation s’explique par la présence d’une vaste propriété de la famille Arnould en terre algérienne. Cette famille possède à Birkadem un vaste domaine agricole dont elle fait venir des productions pour alimenter le commerce des vins de Champagne. L’attachement à cette terre d’Algérie est évidemment économique mais aussi sentimental tant et si bien qu’en 1904, la dépouille de Charles Arnould y est transférée et inhumée, aux côtés de celles de sa mère Marie Morizet – décédée et inhumée à Birkadem en 1886 – tandis que son épouse Marie Becker y décèdera et y sera enterrée en 1919.

  • 42 Jean-Baptiste Arnould, négociant et fabricant de laines à Reims, est né à Suippes. Il est le grand- (...)
  • 43 Claude Dauphinot, grand-père paternel de Jean-Simon Dauphinot, est propriétaire et marchand à Suipp (...)

19Ce groupe de parenté domine l’espace politique local rémois mais entre dans les assemblées départementales et nationales les plus prestigieuses : aucun de ces dix hommes n’entre au conseil d’arrondissement ; deux seulement intègrent directement la chambre basse sans connaître de véritable cursus politique préalable. Issus, pour la plupart d’entre eux, de familles très présentes dans les communes rurales des cantons de l’arrondissement de Reims ou d’autres arrondissements marnais, ces hommes exercent par l’intermédiaire de leurs activités négociantes et industrielles une emprise sur le tissus économique rémois qui leur permet d’intégrer les rouages politiques de ces circonscriptions rémoises. C’est ainsi le cas des familles Arnould42 et Dauphinot.43 En temps utile, il conviendra donc de s’interroger sur la présence en politique de membres de cette Sippe sur les fauteuils électifs de la Troisième République au nom d’électeurs d’autres cantons, sans oublier qu’en arrière-plan à ces carrières étudiées pour la période comprise entre 1871 et 1940 existe une implication de membres de la Sippe dans l’espace politique départemental depuis 1800, au moins.

Les passerelles entre parentèles

20En y regardant de plus près, il existe des passerelles entre le réseau aristocratique et le réseau Arnould-Dauphinot par le biais des grands fabricants, des grands négociants et des professions libérales juridiques ou médicales – en résumé par des familles qui constituent une bourgeoisie urbaine bien implantée socialement qui s’échange des hommes et des femmes pour constituer un vaste réseau familial qui a vocation à dominer la ville de Reims au point de vue économique et politique.

21Au rang de ces familles-passerelles ou de ces hommes passerelles, on peut souligner l’importance de la famille Godinot qui constitue une véritable colonne vertébrale sur laquelle viennent se greffer, telles des côtes, les autres familles pour constituer le squelette de ce réseau. La famille Charbonneaux joue également ce rôle de passerelle entre le réseau aristocratique et le réseau Arnould-Dauphinot. De son côté, Charles Morizet constitue un véritable point de pivot : il est l’homme qui symbolise le mieux les passerelles entre ces deux parentèles.

  • 44 Renata Bournazel, « L’image de Lénine en Occident », Revue française de science politique, Paris, 1 (...)
  • 45 Résistant, agrégé de lettres et professeur d’université, il fait la majeure partie de sa carrière p (...)

22Charles Morizet naît à Moussy, près d’Épernay, le 24 juillet 1842 d’Éléonore Morizet, marchand de vins, et de Clarisse Duclos. Par le noyau parental, il s’inscrit dans le microcosme économique dominant de la région sparnacienne : la vigne et le vin. Pourtant, c’est sur le versant le plus lucratif de cette activité qu’il entre en jeu. Les vignerons de cette région viticole française sont, en effet, au cours du XIXe siècle les grands lésés de cette économie qui profite avant tout aux marchands de vins et plus encore aux grands négociants en vins de Champagne qui développent des marques très connues (Moët-et-Chandon, par exemple). Inscrit dès sa naissance dans la bourgeoisie locale, Charles Morizet effectue des études de droit qui lui permettent de devenir notaire à Reims. Installé dans la cité des sacres, le 1er décembre 1869, il prend pour épouse Blanche Délius. L’épouse est originaire de Reims où elle est née le 19 août 1850 de Gaston Délius, négociant en vins de Champagne, et d’Émilie Heidsieck, héritière de la célèbre famille propriétaire d’une grande marque de vins de Champagne éponyme. Par son mariage, Charles Morizet intègre la grande bourgeoisie du négoce des vins de Champagne de Reims mais également celle du commerce et de l’industrie lainière rémoise par l’intermédiaire de Georges Legrand et Pierre Fournival, aïeux de Blanche Délius. De ce fait, il entre en parenté éloignée avec Bertrand de Mun. Dans le même temps, il est un proche cousin de Charles Arnould qui effectue la véritable symbiose entre la bourgeoisie lainière (dont il est issu) et la bourgeoisie du négoce des vins de Champagne qu’il côtoie par son métier de chef de caves puis comme directeur de la maison Saint-Marceaux et Cie. Celui-ci est aussi propriétaire de vignes à Birkadem, en Algérie. Charles Morizet est donc un homme passerelle entre la Sippe aristocratique rémoise et la Sippe Arnould-Dauphinot. La descendance de Charles Morizet est, elle aussi, inscrite en cette bourgeoisie qui s’intéresse peu ou prou à la politique. Ses fils Georges et André effectuent de brillantes études qui leur permettent d’intégrer la bourgeoisie parisienne. Le premier devient professeur d’histoire agrégé au lycée Louis-le-Grand et est l’auteur de plusieurs essais historiques sur La princesse Marguerite de Lorraine (1895), L’histoire de la Lorraine (dans les années 1920) et sur L’Antiquité : l’Orient, la Grèce et Rome, rédigé conformément aux programmes du 31 mai 1902, enseignement des lycées et collèges (1904). Le second soutient en 1903 une thèse de doctorat de droit sur Les secrétariats ouvriers en Allemagne ; il devient journaliste et est encarté au parti communiste français dont il est délégué au troisième congrès du Komintern à Moscou en 1921.44 André Morizet suit la tradition familiale, et en premier lieu paternelle, de la politique en s’inscrivant à l’extrême gauche de son paysage politique contemporain. André Morizet est membre du PCF de 1920 à 1923, membre de l’Union socialiste communiste de 1923 à 1927 puis s’affilie à la SFIO de 1928 à 1942. Au point de vue des responsabilités politiques exercées, André Morizet est maire de Boulogne-Billancourt de 1919 à 1922 puis de 1925 à 1942, conseiller général de la Seine de 1925 à 1927 et sénateur de la Seine de 1927 à 1942. La fille d’André, Marianne, épouse Jacques Kosciusko.45 Au point de vue politique, Charles Morizet est un républicain radical. Il est ainsi plus proche des opinions politiques de Charles Arnould et de son fils André que de Bertrand de Mun ou de Jacques Kosciusko.

23Reims n’est finalement pas entre les mains de plusieurs groupes de parenté concurrents, mais est très largement dominée par un seul groupe de parenté qui constitue une vraie bourgeoisie urbaine qui se comporte pratiquement comme une aristocratie à l’échelle locale. Bien évidemment, cet impact familial sur l’espace politique a parfois tendance à s’effriter et il est possible de repérer au cours des soixante-dix ans de République étudiés, un certain assouplissement de la mainmise de ce groupe de parenté sur les fauteuils d’élus locaux ou de parlementaires. Pourtant, pas moins de trente-et-un élus de Reims intègrent cette Sippe. Ils cumulent quatre-vingt-sept ans de présence au sein du conseil d’arrondissement, cent-vingt-deux ans au sein du conseil général, quatre-vingt-onze ans sur les sièges du Palais Bourbon et trente-deux ans rue de Vaugirard.

24Si Reims est ainsi aux mains de certains réseaux qui connaissent des extensions en dehors des cantons rémois ; si les élus des cantons ruraux, à l’image du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, développent et s’inscrivent dans des réseaux de parenté établis et avérés ; peut-on considérer que les élus marnais entre 1871 et 1940 intègrent de vastes réseaux familiaux qui dominent – pour ne pas dire trustent ou phagocytent – le paysage politique départemental ?

Les élus marnais intègrent de vastes réseaux familiaux

  • 46 Alexandre Niess, Le renouvellement d’une élite politique. Les élus de la Marne sous la Troisième Ré (...)
  • 47 Ou réseau ménéhildien.

25Le paysage politique cantonal de Saint-Rémy-en-Bouzemont et de Reims est très largement dominé par des groupes de parenté qui développent des cousinages considérables et des pratiques matrimoniales semblables à celles des Sippen. Celles-ci trustent véritablement les fonctions politiques locales et nationales mises au suffrage entre 1871 et 1940. Des passerelles existent entre les élus rémois issus de deux groupes de cousinage initialement distincts mais qui participent de la même Sippe. En délaissant la cadre géographique cantonal et en nous intéressant aux liens développés par ce groupe de parenté élargi, quelle est la réelle ampleur de cette Sippe repérée à Reims ? Peut-on considérer qu’il existe une Sippe départementale qui domine l’ensemble du paysage politique de la Marne entre 1871 et 1940 ? Cette éventualité semble a priori tout simplement improbable, voire impensable dans le cadre de la République française et de ses institutions démocratiques. Nous avons déjà montré46 comment un groupe de parenté considérable se développait dans l’arrondissement de Sainte-Menehould, groupe de parenté élargi que nous avions alors dénommé Sippe ménéhildienne47 ; celle-ci s’articulait autour des familles Appert, Camus, Dommanget, Musquin et Raulin et recensait cent-quarante-quatre patronymes différents. L’étendue phénoménale de ce réseau ne résidait pas tant dans l’espace géographique concerné que dans le nombre d’hommes (cent-soixante-quatorze dont quarante-neuf membres du corpus) possédant des fonctions politiques, surtout locales, qui intégraient par lien familial direct ce groupe. Les hommes et fonctions politiques pris en considération débordaient largement du seul cadre chronologique des soixante-neuf années de la Troisième République ; montrant comment un groupe de parenté élargie dominait par la détention de mandats de maires, de conseillers d’arrondissement, de conseillers généraux, de député ou de sénateur l’ensemble de l’arrondissement de Sainte-Menehould. En affinant nos recherches dans les archives de l’état civil, nous pouvons désormais affirmer que ce groupe de parenté ménéhildien connaît des ramifications vers la Sippe rémoise mise en lumière dans ce chapitre et le précédent. Dès lors, il ne devient plus si incongru de se demander s’il n’existe pas une Sippe marnaise qui tend à dominer l’espace politique départemental entre 1871 et 1940.

Une Sippe marnaise ?

26Les recherches effectuées afin de connaître les connexions possibles entre les familles et les groupes de parenté ne sont pas, à ce jour, exhaustives. Certaines portions de l’espace départemental ont été l’objet d’une fouille moins systématique que d’autres ; il en est ainsi du sud-ouest marnais. Aussi, les conclusions ici proposées ne sont-elles que provisoires et demandent encore quelques compléments d’enquête et d’information avant de pouvoir affirmer l’existence d’une réelle domination de l’espace politique par une Sippe à l’échelle départementale. Cependant, dans le cadre chronologique restreint (1871-1940) et pour les fonctions politiques étudiées (conseiller d’arrondissement, conseiller général et parlementaire), le nombre des membres de ce groupe de parenté élargi s’élève à deux-cent-soixante-quatorze. Ces hommes correspondent à 55,58 % des membres du corpus. Cette proportion est suffisamment importante pour considérer l’impact de cette Sippe comme considérable. L’organisation et les liens redoublés sont extrêmement complexes entre ces deux-cent-quarante-neuf familles.

  • 48 AD. Marne – 3 Q, folio 65.

27Les liens de parenté sont effectifs et réels ; ils sont – la plupart du temps – connus des hommes politiques considérés. Influences et connaissances familiales ne commencent ni ne s’arrêtent aux portes de la maisonnée ; même celle créée par mariage. En effet, la famille est un groupe très large, une structure de relations complexes. En quelque sorte, l’œkoumène familial s’étend très loin ; pas obligatoirement au regard de l’espace dans lequel vit le groupe, mais à celui de la complexité des branches et ramifications. Les hommes du XIXe siècle et du premier XXe siècle – surtout ceux des campagnes – connaissent les membres très éloignés de leur groupe familial. Untel est un « cousin » par le truchement d’on ne sait quelle tante éloignée ; mais on le sait – et cela se sait. La déclaration de succession de Martin Massez nous le prouve et justifie que l’analyse des réseaux familiaux puisse remonter jusqu’à la cinquième génération, puisque tel a été le parti pris dans cette étude. N’ayant pas d’héritier direct, il institue comme légataire universel un cousin au septième degré, tandis que ses cousins aux cinquième, sixième et septième degrés deviennent ses légataires particuliers.48

Figure 39. Organisation de la Sippe repérée.

Figure 39. Organisation de la Sippe repérée.

Correspondance entre les numéros utilisés et les patronymes.
1 Dauphinot.
8 Gobreau.
9 Hurault.
13 Jaunet.
16 Gaillot.
17 Senart.
18 Varenne.
21 Maître.
23 Bourgeois.
27 Saguet.
28 Guédet.
29 Loisy.
31 Arnould.
32 Grenier.
37 Langlet.
39 Thiénot.
41 Luling.
52 Chevillion.
54 Portevin.
58 Mathieu.
60 Pérardel.
63 Champagne.
65 Perrier.
67 Duchataux.
72 Blondeau.
75 Morizet.
78 Aubert.
79 Thomas-Derevoge.
81 Lemaire.
82 Allais.
89 Ponsard.
92 Goerg.
93 Boban.
94 Joppé.
95 Bouilly.
97 Morel.
98 Lonclas.
99 Pouilliot.
101 Lambert.
102 Nottret.
105 Chevallier.
108 Maillet.
111 Prévost.
113 Vallet.
117 Deletrée.
120 Aubert.
126 Jolicoeur.
127 Rigollet.
130 Bayen.
139 Balourdet.
148 Warnier.
150 Bienfait.
159 Bergaut.
164 Chailliot.
165 Collard.
168 Hermant.
170 Tilloy.
171 Appert-Raulin.
174 Lancelot.
180 Matry.
183 Goguet.
185 Pérard.
186 Raunet.
193 Bataille.
196 Prignet.
197 Guérin.
201 Gillet.
202 Chémery.
203 Bourgeois.
206 Simon.
209 Petit.
218 Adnet.
219 Bellois.
224 Appert.
225 Raulin.
227 Bertrand.
229 Moulin.
232 Chaudron.
233 Brouillon.
234 Maulvaux.
238 Patizel.
239 Géraudel.
243 Barrois.
246 Joly.
251 Lefert.
253 Petit 2.
254 Varin.
255 Rohart.
257 Portier.
258 Gellot.
259 Paradis.
260 Lorin.
261 Herbillon.
272 Bourgeois.
275 Vagny.
277 Leclère.
290 Guérault.
293 Collard.
295 Guyot.
296 Coûtant.
300 Bouché.
303 Buard.
307 Landréat.
316 Fauquenot.
318 Maucourant.
319 Laffrique.
322 Bertrand.
325 Mancez.
326 Leroy.
327 Pillard.
330 Dallemagne.
331 Pilout.
341 Allizé.
342 Philippe.
344 Viret.
346 Remy.
348 Bouy.
349 Quenardel.
356 Gaillemain.
358 Mauclerc.
360 Dorget.
366 Leseurre.
369 Périn.
373 Duval.
378 Massez.
381 Boyet.
387 Jacquemin.
388 Royer.
392 Lorphelin.
396 Matthieu.
397 Leblanc.
399 Barbier de Felcourt.
407 Daru de Chaubry de.
412 Troncenord.
414 La Rochefoucauld.
416 de Mun.
422 Desrousseaux.
424 Durant de Mareuil.
433 Kirgener de Planta Lannes de.
434 Montebello.
436 Leleu d'Aubilly.
441 Roederer.
448 Mennesson.
457 Buirette.
458 Mirman.
459 Diancourt.
460 Renard.
463 Lenoir.
464 Bailliot.
478 Laurent.
481 Masson.
482 Jacquinet.
485 Blot.
486 Bichat.
493 Franquet.
494 Landréat.
495 Berge.
501 Censier.
502 Delabruyère.
506 Chrétien.
514 Blanrue.
524 Grange.
528 Barré.
537 Duhal.
543 Lambert.
551 Roger.
557 Charpentier.
560 Barbier.
568 Loppin.
570 Chartogne.
575 Michel.
579 Margaine.
580 Boivin.
584 Pérard.
589 David.
590 Vernimont.
592 Chamontin.
597 Prin.
601 Nidart.
605 Faupin.
606 Antoine.
608 Rayer.
620 Brocq.
621 Michel.
624 Jactat.
629 Frappart.
634 Fallon.
640 Ferin.
646 Evrard.
649 Bergère.
654 Haguenin.
656 Marlier.
660 Champenois.
662 Vautrin.
666 Leblanc.
667 Vanier.
673 Thomas.
675 Courmeaux.
676 Houzeau.
679 Deverdun.
681 Oudin.
682 Puisard.
683 Lancelot.
685 Bonville.
694 Monfeuillart.
695 Richard.
698 Guillaume.
701 Varlet.
706 Faure.
707 Duguet.
710 Herment.
711 Gérard.
715 Poterlot.
717 Gantelet.
718 Dondaine.
719 Warnet.
722 Pommier.
728 Sautret.
729 Villoteaux.
734 Carré.
737 Lourdeaux.
739 Juget.
743 Rondeaux.
744 Piot.
748 Hédoin.
749 Gérin.
751 Guénard.
753 Rosse.
755 Nanet.
758 Bertrand.
759 Marquette.
763 Dehours.
775 Lecomte.
776 Goujard.
779 Bornot.
783 Morant.
785 Guillemot.
786 Goumant.
787 Leroux.
790 Petit.
792 Valle.
793 Graingault.
796 Verrier.
802 Noailles.
Flye-Sainte-.
804 Marie.
814 Lallement Pierre dit.
817 Mery.
821 Decorne.
823 Noizet.

28Bien évidemment, les relations sont d’autant plus fortes et ténues que la distance généalogique et générationnelle est faible. Il en est, par exemple, ainsi dans le cadre des relations entretenues entre Paul Bertrand, Adrien Moulin et Félix Appert. Le premier est avoué à Sainte-Menehould mais est né le 11 décembre 1847 à Châlons-sur-Marne. Le second est notaire à Sainte-Menehould mais est né le 26 juin 1860 à Rethel. Le troisième est un général de division né le 12 juin 1817 à Saint-Rémy-sur-Bussy. Le plus âgé est conseiller général du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1871 à 1891 ; Paul Bertrand est maire de Sainte-Menehould de 1888 à 1892 et député de la Marne de 1889 à 1910 ; le plus jeune est maire de Sainte-Menehould de 1903 à 1912 et de 1914 à 1915 et conseiller général du canton de Sainte-Menehould de 1904 à 1910. Le premier est un cousin éloigné du troisième et le beau-frère par alliance du second.

  • 49 Elle est née le 26 novembre 1856 à Jubécourt, département de la Meuse, de Nicolas Arnould et d’Adel (...)
  • 50 Elle est née au même lieu le 29 décembre 1857.
  • 51 Nicolas Arnould est décédé le 18 juillet 1869 à Jubécourt, son épouse Adeline Noël est décédée le 2 (...)
  • 52 Alfred Séjourné est lieutenant-colonel à Roanne.
  • 53 Louis Napoléon Jossin, ancien avoué est aussi premier suppléant du juge de paix de Sainte-Menehould
  • 54 Dans l’acte, il est désigné comme « ami de l’épouse » puisque aucune parenté directe ne les lie. Il (...)
  • 55 Jean-Baptiste Moulin, propriétaire à Bar-le-Duc.
  • 56 Eugène Roussin-Laferrière est notaire à Sainte-Menehould dès 1844.
  • 57 ADM 2 E 563 41.

29Cécile Arnould49 épouse le lendemain de ses vingt ans Paul Bertrand. Le 2 juin 1879, Eugénie Arnould, cadette de la précédente,50 épouse à Sainte-Menehould Adrien Moulin. L’analyse des actes de mariage de ces quatre individus est riche d’enseignements sur le réseau de parenté et les conditions qui président à cet échange ; qui est bien plus que celui des consentements. Lors du premier mariage, parents et grands-parents de Cécile Arnould sont déjà tous décédés.51 La future épouse se présente sous la tutelle du conseil de famille et de son oncle Alfred Noël, maire de Remicourt. Les trois autres témoins du mariage sont l’oncle maternel de l’époux (Alfred Séjourné),52 l’ancien avoué Jossin53 et le général Appert.54 Au second mariage, Alfred Noël et Paul Bertrand se retrouvent parmi les témoins de l’épouse. Du côté de l’époux, un oncle paternel55 et un ancien notaire de Sainte-Menehould56 sont présents.57

30Lors de ces deux mariages, les témoins sont des proches parmi les plus familiers ; que ce soit au sein de la famille consanguine ou du cercle des amis. Ceux-ci intègrent parfois le réseau familial d’assez loin. C’est ainsi le cas de Félix Appert au regard de Cécile Arnould et de Paul Bertrand.

Figure 40. Liens de parenté entre Paul Bertrand, Adrien Moulin et Félix Appert

Figure 40. Liens de parenté entre Paul Bertrand, Adrien Moulin et Félix Appert

31Pourtant, l’impact politique de ce petit groupe familial ne s’arrête pas là puisque dans le cadre de la parentèle Appert, et par les alliances contractées par les membres de cette parentèle, d’autres hommes faisant partie intégrante du corpus peuvent être repérés.

Figure 41. Élus, membres de la parentèle Appert.

Figure 41. Élus, membres de la parentèle Appert.

32Les membres du corpus qui s’inscrivent dans une certaine proximité avec la parentèle Appert exercent des fonctions politiques non négligeables. En plus de celles déjà évoquées ci-avant, Justin Appert-Raulin est maire d’Oiry, conseiller d’arrondissement du canton d’Avize de 1924 à 1930 et conseiller général du canton d’Avize de 1930 à 1934 ; Julien Lorin est maire de Tilloy-Bellay de 1911 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1936 à 1940 ; Allyre Herbillon est maire de La Cheppe de 1912 à 1929 et conseiller d’arrondissement du canton de Suippes de 1919 à 1931 ; Henri Chamontin, gendre du précédent, est maire de La Cheppe à partir de 1929 et conseiller d’arrondissement du canton de Suippes de 1933 à 1940.

Figure 42. Position des élus Appert, Appert-Raulin, Bertrand, Moulin, Lorin, Herbillon et Chamontin dans la Sippe départementale.

Figure 42. Position des élus Appert, Appert-Raulin, Bertrand, Moulin, Lorin, Herbillon et Chamontin dans la Sippe départementale.

33Chacun des élus précédemment cités occupe une certaine position au sein de la Sippe mise en lumière. Plus les élus se trouvent vers le centre, plus ils possèdent de liens directs ou indirects avec d’autres élus du centre. Inversement, plus on s’éloigne du centre moins les relations sont nombreuses ou moins elles se font vers des hommes situés au centre du réseau. Si Félix Appert est au centre du réseau de parenté élargi avec Julien Lorin, Paul Bertrand et Justin Appert-Raulin ; Allyre Herbillon est à la limite extérieure de ce centre, dans une première frange périphérique à laquelle appartiennent également Adrien Moulin et Henri Chamontin. Aucun membre de ce groupe de parenté ne s’inscrit dans la périphérie la plus éloignée puisque Chamontin, Moulin et Herbillon possèdent un lien plus ou moins direct vers un autre élu du cœur de réseau. Adrien Moulin est le beau-frère de Paul Bertrand ; Henri Chamontin est le gendre d’Allyre Herbillon, lui-même en cousinage avec des élus non mentionnés dans notre exemple. Le cœur de Sippe est constitué de cent-trente-neuf branches patronymiques (55,82 %) ; chacune possède au moins un homme mandaté par les électeurs de la Marne sous la Troisième République pour les représenter au conseil d’arrondissement, au conseil général ou au parlement. La première périphérie regroupe soixante-trois patronymes (25,30 %).

34Afin d’affiner la compréhension de cette Sippe – et avant d’entrer plus avant dans le détail des relations de parenté qui s’y jouent et de mettre en lumière l’impact politique de ce groupe –, revenons sur les réseaux de parenté déjà évoqués : ceux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (réseau Dallemagne) et ceux des cantons rémois (réseau Werlé).

Figure 43. Les réseaux bouzemontois (ronds à pois) et rémois (noir) dans la Sippe.

Figure 43. Les réseaux bouzemontois (ronds à pois) et rémois (noir) dans la Sippe.

35La position des membres de ces deux réseaux de cousinages plus ou moins élargis souligne le fait que le cœur du réseau se compose socialement davantage selon le modèle bouzemontois que selon le modèle typiquement aristocratique du réseau Werlé. Dès lors, sous la Troisième République, si un groupe de parenté élargi parvient à maintenir des positions politiques acquises, les membres de ce groupe se rattachent moins souvent aux figures politiques tutélaires anciennes issues de la noblesse. Ces réseaux nobles se positionnent à la marge de la Sippe marnaise. La majeure partie des membres du réseau Werlé s’inscrit dans la périphérie (neuf patronymes – 75 %) dont deux dans la périphérie la plus éloignée (Durant de Mareuil et de Chaubry de Troncenord). À l’inverse, aucun patronyme du réseau Dallemagne n’est présent dans cette périphérie la plus éloignée et un seul (Matthieu – 8,33 %) s’inscrit dans la première périphérie ; le reste du réseau familial Dallemagne intègre le cœur de Sippe.

36Une description exhaustive des relations de parenté qui structurent cette Sippe est pratiquement impossible à dresser. Par conséquent, nous focaliserons notre attention sur certains types de relations de parenté.

37Les relations de parenté peuvent être de très nombreuses natures : la filialité, la germanité, la fratrie par alliance, l’alliance, le cousinage et la parentèle.

  • 58 Maire de Possesse de 1908 à 1925 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 19 (...)
  • 59 Maire de Possesse de 1925 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 19 (...)
  • 60 Conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1883 à 1910.
  • 61 Maire d’Heiltz-le-Maurupt de 1887 à 1888 et de 1892 à 1896 et conseiller d’arrondissement du canton (...)

38Les relations père-fils ne sont pas exclues dans la Sippe mais ne sont pas réellement visibles dans le cadre de sa représentation graphique ; père et fils portent, en effet, le même patronyme. Il en est de même pour les relations de germanité puisque les deux frères portent également le même patronyme. Le cas de filiations existe, par exemple, entre Georges Maulvaux58 et Pierre Maulvaux59. La relation de germanité est réelle entre Jules Pouilliot60 et Auguste Pouilliot61, fils d’Auguste Pouilliot et de Joséphine Chailliaut.

39L’existence de fratrie par alliance a déjà été montrée par l’existence des liens entre Paul Bertrand et Adrien Moulin, beaux-frères via leurs épouses respectives (Cécile et Eugénie Arnould).

  • 62 Il y est né le 20 mai 1844, de Pierre Morel et de Françoise Gérardin.
  • 63 Il est maire du Buisson de 1815 à 1851.
  • 64 Alexandre Morel, frère aîné de Pierre Morel, de 1851 à 1864, puis Alfred – le cadet – de 1864 à 187 (...)

40Dans le cadre de l’alliance, des élus peuvent être gendre et beau-père ; la relation entretenue par Alfred Morel (le gendre) et Auguste Pouilliot (le beau-père) est assez caractéristique. Alfred Morel est originaire du Buisson, commune située dans le canton de Thiéblemont.62 Son grand-père François Morel est maire de cette commune au moment de sa naissance.63 Jusqu’à l’année précédant son mariage, la commune est entre les mains de la famille Morel. À la suite du mandat de François Morel, ce sont ses oncles qui dirigent la municipalité.64 Le 16 avril 1872 à Heiltz-le-Maurupt, Alfred Morel prend pour épouse Mathilde Pouilliot, fille du vétérinaire Auguste Pouilliot et d’Herminie Lefèvre. À cette date, le père de l’épouse est conseiller d’arrondissement pour le canton d’Heiltz-le-Maurupt. Ce mariage est largement hypergamique comme le prouve le contrat de mariage passé devant maître Orgelet en mars de la même année. Alfred Morel y trouve une légitimité pour se présenter devant les électeurs vingt-sept ans plus tard et alors qu’il se fait appeler Morel-Pouilliot. Il faut dire qu’alors, l’oncle par alliance de ce dernier (Jules Pouilliot) est conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre depuis 1883 et président de l’association républicaine de ce canton.

41Au cours des chapitres précédents, nous avons mis en lumière la réalité des nombreuses relations de cousinage entre élus ; bien évidemment, certains cousinages se retrouvent au cœur de la Sippe étudiée. Les relations de cousinages multiples dans cette Sippe peuvent être éclairées par les liens entretenus par Marcel Duhal, Dominique Lambert, Benjamin Maucourant, Arsène Tilloy et son fils, Antoine.

Figure 44. Exemple de relations de cousinage direct entre cinq élus du réseau.

Figure 44. Exemple de relations de cousinage direct entre cinq élus du réseau.
  • 65 Née le 28 septembre 1829 à Ville-sur-Tourbe, elle épouse le 25 septembre 1849, quelques jours avant (...)
  • 66 Née le 20 août 1838 à Ville-sur-Tourbe ; elle y épouse, le 4 juin 1860, Dominique Lambert, cultivat (...)
  • 67 Née le 14 février 1836 à Ville-sur-Tourbe ; elle épouse au même lieu Marcellin Caquot, cultivateur (...)
  • 68 Henri Caquot ( ? -<1796), Pierre Godart, Étienne Dommanget et Antoine Gauchez (~1716-1771).

42Dans cet exemple, la famille Musquin tient un rôle singulier et tout particulièrement les filles de Jacques Musquin et Cécile Camus : Virginie65 et Aglaé.66 Par leur intermédiaire deux élus sont beaux-frères ; le fils de l’une est forcément le neveu de l’autre et le neveu par alliance de leurs conjoints. Dans le même temps, par le mariage de la troisième sœur – Victoire67 –, les sœurs Musquin intègrent la parentèle Caquot. Marcellin Caquot entre en cousinage avec plusieurs élus, sans être lui-même concerné. L’analyse des descendances de quatre de ses aïeux68 prouve les redoublements d’alliance entre ces familles et la constitution d’un cousinage très complexe.

 

  • 69 Voir supra. Ses cousins directs sont Félix Appert et Justin Appert-Raulin.
  • 70 4,82 % des patronymes de la Sippe impliqués en politique sous la Troisième République et 5,11 % des (...)

43Marcellin Caquot est en cousinage à partir de quatre de ses ascendances masculines avec neuf élus (soit 3,31 % de ceux qui s’inscrivent dans le groupe de parenté). Les cousinages sont parfois triplés, comme ceux entretenus entre lui et les Chevallier, père et fils. En plus de ces cousinages directs, il faut ajouter le cousinage indirect avec Arsène Chaudron, puisque sa petite-cousine Stéphanie Chaudron (par l’intermédiaire d’Henri Caquot) est également la cousine germaine d’Arsène Chaudron. De plus, certains de ses cousins directs ou par alliance – comme Paul Bertrand – entretiennent eux-mêmes des relations de cousinages avec d’autres hommes du corpus69. Il faut ajouter les liens de cousinage entretenus par l’intermédiaire de son épouse avec Marcel Duhal, Dominique Lambert, Benjamin Maucourant, Arsène Tilloy et Antoine Tilloy. Cela signifie clairement que Marcellin Caquot sans être membre du corpus côtoie dans son entourage matrimonial immédiat quatorze élus portant douze patronymes différents.70 Les ramifications de ce cousinage sont complexes et redoublées, voire triplées. Par le truchement des redoublements des alliances et par la multitude des relations entre les familles, des cousinages multiples existent entre les hommes issus du corpus qui intègrent le groupe de parenté étudié. Ces cousinages sont doublés de relations de parentèle qui construisent véritablement la Sippe. Il est possible de les entrevoir par les connexions faites entre les cousinages de Marcellin Caquot et ceux de Paul Bertrand ; il est également possible de les esquisser par l’intermédiaire des cousinages d’ores-et-déjà évoqués à Reims autour d’André Thiénot.

 

44Si les cousinages directs entre André Thiénot, Jean-Baptiste Langlet, Eugène Courmeaux et Jules Bienfait ont été évoqués au chapitre précédent ; ceux-ci s’intègrent dans un ensemble de relations complexes (quoique non exhaustives) qui engendrent une branche de Sippe, ou réseau de parentèle complexe. Dans cette parentèle, quatre autres élus côtoient ceux précédemment cités : Victor Duchataux, Julien Boban, Paul Goerg et Édouard Ponsard.

45L’ensemble de ces exemples montre que les hommes politiques de la Marne s’inscrivent – plus que dans un réseau de parenté – dans une Sippe au sein de laquelle la pratique politique fait partie intégrante de la construction de l’identité familiale. Les liens de parenté évoqués dans ces exemples concrets concernent vingt-deux patronymes ; pratiquement tous sont situés dans le cœur de la Sippe ; trois seulement sont situés dans la première frange périphérique – certains à la limite d’entrer dans le cœur de Sippe.

Figure 45. Les descendances communes issues de quatre branches ascendantes de Marcellin Caquot.

Figure 45. Les descendances communes issues de quatre branches ascendantes de Marcellin Caquot.

Figure 46. Une parentèle complexe en politique : autour d’André Thiénot.

Figure 46. Une parentèle complexe en politique : autour d’André Thiénot.

Figure 47. Position dans la Sippe des patronymes évoqués dans les exemples de liens de parenté.

Figure 47. Position dans la Sippe des patronymes évoqués dans les exemples de liens de parenté.

46Cette organisation familiale conduit à la confiscation partielle des sièges soumis au suffrage universel entre 1871 et 1940.

Impact du groupe sur le paysage politique marnais

  • 71 Dans le cadre de la thèse soutenue en 2008, l’analyse portait sur un groupe plus restreint d’indivi (...)

47La réalité des liens de parenté a été montrée, mais quel est l’impact véritable de ce réseau familial étendu sur la politique départementale ? Nous ne répondrons que partiellement à cette question puisque nous ne prendrons pas en considération les mandats municipaux. Ensuite, nous limiterons notre focale analytique à la seule Troisième République et aux mandats détenus par les hommes du corpus.71

  • 72 Raymond Férin, Gustave Haguenin, Camille Margaine, Henri Patizel et Ernest Vallé.
  • 73 Camille Lenoir et Ernest Monfeuillart.

48Les deux-cent-soixante-quatorze élus de la Marne sous la Troisième République qui intègrent cette Sippe cumulent les mandats et les fauteuils électifs. Leurs carrières sont relativement stéréotypées puisque 82,48 % d’entre eux ne siègent que sur un seul fauteuil ; ils sont deux-cent-vingt-six. Quarante-et-un ont deux mandats différents (14,96 % de la Sippe et 8,32 % de l’ensemble du corpus) ; cinq72 occupent au cours de leur carrière trois fauteuils différents et deux73 en occupent même quatre. La plupart de ces hommes (62,77 %) entrent seulement au conseil d’arrondissement. Dans l’ensemble, deux-cent-cinq (74,82 %) commencent leur carrière dans ce conseil et deux-cent-six (75,18 %) y passent puisque Camille Lenoir débute sa carrière au conseil général comme représentant du deuxième canton de Reims (entre 1898 et 1901) avant de siéger au conseil d’arrondissement pour le même canton de 1904 à 1910. Le conseil général est le point de départ de la carrière de cinquante-sept de ces hommes (20,80 %) mais quatre-vingt dix élus (32,85 %) y passent au cours de leur carrière. Douze hommes (4,38 %) entament sous la Troisième République une carrière parlementaire ; tous commencent au palais Bourbon. Sur l’ensemble de la Sippe, vingt-six hommes (9,49 %) passent par l’Assemblée nationale et sept (2,55 %) siègent au palais du Luxembourg. En comparaison avec l’ensemble des élus du corpus, les hommes appartenant à la Sippe sont favorisés pour l’accès au seul conseil d’arrondissement (+5,66 %) et au seul parlement (+5,48 %) mais ne le sont pas pour les autres types de carrière.

Tableau 28. Comparaison des carrières des membres de la Sippe avec l’ensemble des carrières étudiées.

mandats

Sippe

corpus

différentiel

CA

62,77 %

59,22 %

5,66 %

CA+CG

10,58 %

10,97 %

-3,69 %

CA+CG+P

1,83 %

1,86 %

-1,64 %

CA+P

0,00 %

0,42 %

CG

16,79 %

19,05 %

-13,46 %

CG+P

3,65 %

4,34 %

-18,90 %

P

4,38 %

4,14 %

5,48 %

  • 74 Élu en 1933 lors d’élections partielles, il quitte le conseil d’arrondissement l’année suivante.
  • 75 Élu en 1892 et battu l’année suivante.
  • 76 Victime de la crise ministérielle du Seize-Mai.
  • 77 Vingt-sept ans de présence au palais du Luxembourg.
  • 78 Député de 1905 à 1928.
  • 79 Conseiller général du canton de Fère-Champenoise de 1871 à 1909.
  • 80 Il siège au conseil d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1901 à 1940.

49Cependant, plus que la carrière, la longévité est primordiale à prendre en considération ; d’elle découle la mainmise de la Sippe sur les rouages politiques départementaux. Si certains font des carrières express – comme le conseiller d’arrondissement Pierre Maulvaux74, le conseiller général Eugène Buirette75, le député Édouard Ponsard76 –, d’autres monopolisent très longtemps les fauteuils sur lesquels ils sont mandatés – comme le sénateur Ernest Monfeuillart77, le député Camille Lenoir78, le conseiller général Pierre Guyot79 ou le conseiller d’arrondissement Charles Barré80.

  • 81 La durée moyenne des mandats de sénateur est de dix-sept ans et deux mois.
  • 82 La durée moyenne des mandats de député est de neuf ans et trois mois.
  • 83 La durée moyenne des mandats de conseiller général est de treize ans et quatre mois.
  • 84 La durée moyenne des mandats de conseiller d’arrondissement est de dix ans et cinq mois.

50Cumulés, les mandats des hommes de la Sippe font qu’ils siègent cent-vingt ans au Sénat81, deux-cent-quatre-vingt-six ans à l’Assemblée nationale82, mil-deux-cent-vingt-cinq ans au conseil général83 et deux-mil-cent-soixante-dix-huit ans au conseil d’arrondissement84. L’emprise est donc relativement considérable d’autant qu’elle doit être comparée au temps de mandat disponible entre 1871 et 1940. Les circonscriptions législatives marnaises évoluent assez peu sous la Troisième République et les circonscriptions sénatoriales demeurent identiques du début à la fin de la période considérée. Sur l’ensemble de la Troisième République, les députés de la Marne ont siégé quatre-cent-cinquante-sept ans en cumulé. Donc, la Sippe monopolise les fauteuils de députés pendant 62,58 % du temps disponible. Au Sénat, le rapport est pratiquement le même puisque sur les cent-quatre-vingt-douze ans disponibles, les membres du groupe de parenté siègent cent-vingt ans ; soit 62,5 % du temps. La proportion est un peu moins élevée – mais demeure considérable cependant – au sein de la chambre départementale puisque les élus de la Sippe y siègent 53,44 % du temps. Dans les conseils d’arrondissement, le temps de présence cumulé des hommes issus du groupe de parenté correspond à 66,56 % du temps disponible. Ces éléments confirment le moindre impact du groupe de parenté sur le conseil général même si cet impact demeure très largement supérieur à ce que ne pourrait le laisser présager l’existence du suffrage universel et la pratique réelle de la démocratie au cours de la Troisième République.

  • 85 Par ordre décroissant d’impact : Beine, Sompuis, Ville-sur-Tourbe, Marson, Saint-Rémy-en-Bouzemont, (...)
  • 86 Par ordre décroissant d’impact : Reims I, Écury-sur-Coole, Dormans, Fismes, Châlons-sur-Marne, Verz (...)
  • 87 Par ordre décroissant d’impact : Vitry-le-François, Vertus, Montmort et Reims IV.
  • 88 Par ordre décroissant d’impact : Ville-en-Tardenois, Sompuis, Ville-sur-Tourbe, Reims I et Avize.
  • 89 Par ordre décroissant d’impact : Suippes, Châtillon-sur-Marne, Fère-Champenoise, Heiltz-le-Maurupt, (...)
  • 90 Par ordre décroissant d’impact : Reims II, Aÿ, Reims III, Châlons-sur-Marne, Fismes, Montmort, Reim (...)

51Dans les chambres locales, les hommes du groupe de parenté sont présents dans presque tous les cantons – exceptés ceux d’Anglure, d’Épernay et d’Esternay. Leur présence n’est pas uniforme et certains cantons peuvent être considérés comme de véritables fiefs politiques des membres de la Sippe. L’arrondissement de Sainte-Menehould peut ainsi être qualifié tout comme quelques cantons appartenant aux arrondissements de Reims et de Vitry-le-François. Au cours de la Troisième République les électeurs du canton de Dommartin-sur-Yèvre envoient concomitamment trois conseillers d’arrondissement pour les représenter. Sur les deux-cent-dix ans de présence possible, les hommes issus du groupe de parenté siègent la totalité du temps. Il en est de même pour les cantons de Bourgogne (un seul conseiller d’arrondissement) et de Thiéblemont (deux conseillers d’arrondissement). Cette domination sans partage n’existe pas dans les autres cantons même si l’impact du groupe familial peut parfois y être très important. Pour les élections aux différents conseils d’arrondissement, les électeurs sont représentés par des hommes du groupe familial au cours de plus de 80 % du temps dans onze cantons85. Dans neuf cantons86, les hommes du groupe de parenté monopolisent les fauteuils électifs entre 58 et 77 % du temps. Enfin, dans quatre cantons87, l’impact est moindre (moins de 50 % avec un minimum de 13,46 % dans le quatrième canton de Reims). Au conseil général, chaque canton est représenté par un seul homme ; entre 1871 et 1940, cet homme est toujours issu de la Sippe mise en lumière pour quatre cantons : Beine, Bourgogne, Dommartin-sur-Yèvre et Marson. Ce monopole complet s’accompagne parfois d’une très nette domination dans d’autres cantons. Ainsi, dans cinq cantons88, plus de 80 % du temps, l’homme assis sur le fauteuil est issu du groupe de parenté. Dans huit cantons89, les hommes de la Sippe siègent très fréquemment (entre 58 et 77 % du temps) ; enfin dans douze cantons90, la présence est moindre (moins de 50 % du temps avec un minimum de 14,29 % à Sézanne et Vitry-le-François).

Figure 48. Part du temps de représentation du canton par des membres de la Sippe au conseil d’arrondissement (à gauche) et au conseil général (à droite).

Figure 48. Part du temps de représentation du canton par des membres de la Sippe au conseil d’arrondissement (à gauche) et au conseil général (à droite).

52Un groupe de parenté élargi (ou Sippe) domine donc assez largement l’espace politique départemental au point de monopoliser les sièges attachés à de nombreux cantons et à s’imposer très largement ailleurs. Même les fauteuils parlementaires n’échappent pas au groupe familial. Dans quelle mesure cette domination est-elle durable ? A-t-elle lieu au début ou se fait-elle sur la totalité de la période considérée ?

  • 91 Avec une durée moyenne des mandats de dix ans et demi.
  • 92 Durée moyenne des mandats : onze ans et demi.
  • 93 Durée moyenne des mandats : huit ans et neuf mois.
  • 94 Durée moyenne des mandats : quinze ans.
  • 95 Durée moyenne des mandats : quatorze ans et dix mois.
  • 96 Durée moyenne des mandats : huit ans et onze mois.
  • 97 Durée moyenne des mandats : huit ans et cinq mois.
  • 98 Durée moyenne des mandats : douze ans et neuf mois.
  • 99 Durée moyenne des mandats : sept ans.
  • 100 Durée moyenne des mandats : treize ans et quatre mois.
  • 101 Durée moyenne des mandats : vingt-trois ans et huit mois.
  • 102 Durée moyenne des mandats : neuf ans.

53Pour savoir si le groupe de parenté a réussi à pérenniser sa présence au cours de la Troisième République, une comparaison entre le nombre d’individus dans chaque chambre élue en 1871 et en 1940 est possible. En 1871, vingt-six conseillers d’arrondissement sur les quarante-six (soit 56,52 %) appartiennent au groupe de parenté élargi ; à la fin de la période, en 1940, ils sont vingt-trois sur quarante-sept (48,94 %). Si la proportion a quelque peu diminué, elle demeure très importante. Au conseil général, la baisse est plus sensible ; en 1871, les membres du groupe représentent 68,75 % des conseillers généraux (vingt-deux sur trente-deux) tandis qu’en 1940 ils ne sont plus que quinze sur trente-trois (45,45 %). À la chambre des députés, l’impact politique du groupe de parenté s’infléchit également, passant de 75 % en 1871 (avec six députés sur les huit du département) à 40 % (deux députés sur cinq). Au Sénat, la proportion demeure la même avec un sénateur sur trois en 1876 et 1940. Si l’influence de la famille semble s’estomper, celle-ci est encore fortement présente à la fin de la Troisième République et occupe des fauteuils dans toutes les assemblées prises en considération. L’influence n’est pas faible en 1940. Dès lors, il est difficile de concéder à Léon Gambetta l’existence et l’émergence d’une couche nouvelle en politique puisque ces hommes intègrent une Sippe déjà largement en fonction en 1871. Certes, l’influence sur le parlement est moindre mais celle-ci perdure tout au long de la Troisième République. L’entre-deux-guerres voit, cependant, de moins en moins d’hommes de ce groupe de parenté faire leur entrée en politique – sauf au conseil général ou la proportion se stabilise entre la Belle-Époque et l’entre-deux-guerres. Cela ne signifie pas pour autant que le groupe de parenté ne soit pas présent entre 1919 et 1940 ; comme le souligne tout à fait les statistiques sur les périodes de fin de mandat. Sur les deux-cent-neuf mandats de conseiller d’arrondissement, quatre-vingt-quatre91 débutent entre 1871 et 1893, soixante-douze92 entre 1894 et 1914 et cinquante-trois93 entre 1919 et 1940. Au conseil général, quarante-quatre94 membres du groupe arrivent entre 1871 et 1893, vingt-trois95 entre 1894 et 1914 et vingt-cinq96 entre 1919 et 1940. Pour les députés, vingt-et-un97 entrent à la Chambre au cours de la période initiale, sept98 dans la période intermédiaire et trois99 seulement dans la période finale. Au Sénat, trois100 commencent à siéger entre 1876 et 1893, trois101 au cours de la Belle-Époque et un102 seul au cours de l’entre-deux-guerres. Cette faible entrée en politique des membres du groupe au cours de la période finale peut en partie s’expliquer par la longueur des carrières entreprises par leurs prédécesseurs et commencées avant-guerre. Si les hommes du groupe entrent massivement en politique au cours des deux premières périodes de la Troisième République, l’entre-deux guerres en voit de très nombreux en fonction comme le confirme le tableau sur les fins de mandats.

Tableau 29. Nombre d’hommes mettant fin à leur carrière par période.

1871-1893

1894-1914

1919-1940

CA

52 (8-9)

71 (10-6)

86 (11-4)

CG

27 (11-11)

24 (14-2)

41 (13-9)

D

16 (6-2)

9 (11-8)

6 (13-8)

S

2 (9-6)

1 (21)

4 (20)

La durée moyenne de la carrière est exprimée en (Années-Mois).

54Cette présence continue dans les assemblées nationales et départementales – même celles dans lesquelles la présence du groupe est moindre – ne se dément pas. Ainsi, si la Sippe parvient à moins bien s’implanter au conseil général, sa présence dans cette haute assemblée départementale n’est jamais négligeable puisqu’entre 1871 et 1940, il n’y a jamais moins de quatorze membres du groupe qui y siègent. En clair, le conseil général de la Marne sous toute la Troisième République voit au moins 42,42 % de ses membres appartenir à cette Sippe. Au maximum, les hommes du groupe occupent 68,75 % des fauteuils au milieu des années 1870.

Figure 49. Nombre de fauteuils occupés par les hommes de la Sippe au conseil général de la Marne entre 1871 et 1940.

Figure 49. Nombre de fauteuils occupés par les hommes de la Sippe au conseil général de la Marne entre 1871 et 1940.
  • 103 En 1871, six députés sur les huit du département appartiennent de près ou de loin à la Sippe.
  • 104 Quatre sénateurs sur les sept du groupe de parenté y achèvent leur carrière.
  • 105 Dauphinot, Margaine, Perrier et Warnier.

55Au Parlement, la présence du groupe est très importante à la Chambre des Députés au début de la période103 avant de s’estomper tant et si bien que le Sénat constitue une sorte de refuge pour les hommes de la Sippe au cours de l’entre-deux-guerres104. Cette situation a tendance à conforter les évolutions politiques mises en lumière dans l’analyse du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont et du groupe de cousinages constitué autour de Louis Dallemagne. Plutôt républicain au début de la Troisième République, une grande partie des hommes du groupe de parenté glissent progressivement vers le conservatisme ; celui-ci est partiellement l’apanage de la chambre haute. Les six députés de 1871 sont Jean-Simon Dauphinot, Paul Flye-Sainte-Marie, Camille Margaine, Eugène Perrier, Alfred Thomas et Jules Warnier. Quatre105 s’inscrivent au cœur de la Sippe et deux dans la première frange périphérique.

Figure 50. Relations de parenté entre six des huit députés de la Marne de 1871.

Figure 50. Relations de parenté entre six des huit députés de la Marne de 1871.
  • 106 Deux familles fortement implantées à Suippes alors que les trois députés représentent Vitry-le-Fran (...)
  • 107 Appartenant au groupe patronymique no 224 de la Sippe.

56Parmi ces six députés, Jean-Simon Dauphinot sert de point de pivot du réseau. Toutes les relations de parenté entre élus passent par lui. Pourtant, la « distance » entre les élus est variable : de deux familles intermédiaires entre Dauphinot et Perrier à sept entre Dauphinot et Flye-Sainte-Marie. Certains individus peuvent même se passer de leur relation à Dauphinot pour entretenir entre eux des liens de cousinages plus ou moins éloignés et/ou complexes. Flye-Sainte-Marie, Margaine et Warnier, grâce aux connexions existantes entre les familles Jullion et Thiery106 ont de vagues accointances : huit familles intermédiaires entre Flye-Sainte-Marie et Warnier, neuf familles intermédiaires entre Margaine et Warnier, douze familles intermédiaires entre Flye-Sainte-Marie et Margaine. Les relations peuvent apparaître comme distendues ; en conséquence, la connaissance réelle de l’apparenté n’est pas certifiée. Pourtant dans ces familles relais, de nombreuses possèdent des mandats sous la Troisième République : cela signifie que les influences de ces députés de 1871 se sont conjuguées pour permettre aux membres de ces familles intermédiaires plus ou moins éloignées de s’inscrire dans le paysage politique départemental si elles ne l’étaient pas déjà à l’échelle locale. Ensuite, certaines relations familiales ont probablement été des facteurs favorables à l’entrée au palais Bourbon d’autres individus. Les relations de parenté entre Paul Flye-Sainte-Marie et Félix Appert107 sont, en effet, proches ; or, nous avons déjà montré l’existence des liens de cousinages très forts entre Félix Appert et Paul Bertrand, maire de Sainte-Menehould de 1888 à 1892 et député de la Marne de 1889 à 1910.

  • 108 Ces vingt-six députés sont : Paul Bertrand, Léon Bourgeois, Eugène Courmeaux, Paul Coutant, Jean-Si (...)

57Parmi les vingt-six hommes108 qui passent par la chambre basse du Parlement, certains effectuent des carrières remarquables : Léon Bourgeois, Camille et Alfred Margaine ou Ernest Vallé. Le premier et le dernier ont des carrières ministérielles d’envergure. Léon Bourgeois est avant tout un des maîtres à penser du mouvement radical, chef du gouvernement, président des deux chambres parlementaires. Ernest Vallé occupe la fonction prestigieuse de Garde des Sceaux et il participe au premier plan aux commissions d’enquête sur les affaires du canal de Panama. Camille Margaine est questeur de la Chambre des députés au début de la Troisième République tandis que son fils Alfred est un des quatre-vingt parlementaires à avoir refusé au Maréchal Pétain sa voix pour l’obtention des pleinspouvoirs.

58Néanmoins, ces figures exceptionnelles dans le paysage politique national le sont aussi au regard de la composition et de l’impact politique des membres du groupe de parenté élargi ; cette Sippe domine sans conteste l’espace politique départemental mais asseoid avant tout sa domination par l’intermédiaire des fonctions politiques locales.

Notes

1 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles). Essai d’anthropologie sociale, Paris, Presses de la Sorbonne, 1995, 571 pages.

2 Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français contenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le 1er mai 1789 jusqu’au 1er mai 1889 avec leurs noms, état civil, états des services, actes politiques, votes parlementaires, etc., Paris, Bourloton Éditeurs, 1889, tome V, p. 180.

3 Notice « Adrien Lannes de Montebello », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.

4 Notice « Bertrand de Mun », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960, tome VII, pp. 2541-2542.

5 Notice « Bertrand de Mun », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960, tome VII, pp. 2541-2542.

6 Parmi lesquels Gabriel, conseiller général du canton de Thiéblemont de 1871 à 1880 ; Théobald, conseiller général du canton de Sompuis de 1871 à 1877, mais qui a en fait conservé le siège qu’il détenait avant le début de la Troisième République ; Julien, fils du précédent, conseiller général du canton de Sompuis de 1886 à 1889.

7 Marc de Beauvau-Craon est député de la Sarthe de 1852 à 1870.

8 Grands industriels de la région de Sedan.

9 Négociants en vins de Champagne.

10 Les descendants du duc Albert de Broglie, président du Conseil lors de la crise de 1877.

11 Descendants de Philippe, conseiller d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1800 à 1816.

12 Dont Eugène, conseiller général du canton de Montmirail de 1871 à 1877.

13 Eux-mêmes en relation familiale directe avec René de Chaubry de Troncenord, maire de Congy de 1865 à 1871 et conseiller général du canton de Montmort de 1871 à 1877.

14 Dont Justin, député de la Marne de 1856 à 1864 et Lucien, député du Loir-et-Cher de 1889 à 1893.

15 Élus de la Charente.

16 Cette famille est bien implantée dans la Marne avec des liens avec les Bourgeois de Jessaint, famille qui donne le premier préfet du département. Gustave Kirgener de Planta est conseiller d’arrondissement du canton de Montmort de 1871 à 1880.

17 Dont Pierre, ministre de Napoléon III.

18 Jacques Olry est conseiller général du canton de Colombey (Meurthe-et-Moselle) de 1867 à 1870, maire de Bémécourt (Eure) à partir de 1876, conseiller général de Breteuil (Eure) de 1881 à 1901, député de l’Eure de 1889 à 1893.

19 Les membres de cette famille sont élus dans le Cher et dans l’Ardèche.

20 Grands négociants en vins de Champagne et parmi lesquels Édouard, maire de Reims de 1852 à 1868, conseiller général de la Marne de 1852 à 1871, député de la Marne de 1862 à 1870, tient une place importante.

21 Jean Garrigues, Léon Say et le Centre gauche 1871-1896. La grande bourgeoisie libérale dans les débuts de la troisième République, thèse de doctorat (dir. Philippe Vigier), Université de Paris X-Nanterre, 1993,  vol., 1300 pages ; Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires 1870-1900, Paris, Aubier, 1997, 432 pages.

22 François Dubasque, « Jean Hennessy (1874-1944). Itinéraire militant d’un politique entre milieux réformateurs et réseaux d’influence », Parlement(s). Revue d’histoire politique, no 7, 2007, p. 23.

23 André-Jean Tudesq, « Les Pairs de France au temps de Guizot », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, Paris, T. 3, vol. 4 (octobre-décembre), 1956, p. 262.

24 Jacob Levy Moreno, Fondements de la sociométrie, Paris, PUF, 1934.

25 Alain Reynaud, Société, espace et justice, Paris, PUF, 1981, 264 pages.

26 On peut citer les travaux de Karl Marx et Friedrich Engels, Das Kapital, 1867-1894, 3 tomes ; de Samir Amin, Le développement inégal, 1973, 364 pages ou de Werner Sombart, Der moderne Kapitalismus. Hitorisch-systematische Darstellung des gesamteuropäischen Wirtschaftslebens von seinen Anfängen bis zur Gegenwart, Munich, Dunkler und Humblot Verlag, 1902, 3 tomes.

27 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1980 (1882), p. 12.

28 Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de la Marne, Rapport du Préfet, 1866, p. 20.

29 Alexandre Niess, « Parlementaires et élus locaux de la Marne sous la Troisième République : esquisse prosopographique », in Jean Garrigues, Éric Anceau, Frédéric Attal, Noëlligne Castagnez, Noëlle Dauphin, Sabine Jansen et Olivier Tort, Actes du 57ème congrès de la CIHAE : Assemblées et parlements dans le monde, du Moyen-Âge à nos jours, Paris, Assemblée nationale, 2010, pp. 285-314. Alexandre Niess, « Le poids des Sippen dans le monde politique marnais de la Troisième République », in François Dubasque, Éric Kocher-Marboeuf (dir.), Fiefs, bastions et déserts électoraux de la révolution à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (à paraître).

30 Conseiller municipal de Reims de 1888 à 1892, maire de Reims de 1900 à 1904, conseiller général du quatrième canton de Reims de 1894 à 1900.

31 Conseiller général du deuxième canton de Reims de 1871 à 1889.

32 Conseiller municipal de Reims de 1860 à 1889, maire de Reims de 1868 à 1871, conseiller général de Reims 1870 à 1871, député de la Marne de 1871 à 1876 et sénateur de la Marne de 1876 à 1888.

33 Conseiller municipal de Reims de 1870 à 1910, maire de Reims de 1872 à 1874 et de 1875 à 1881, député de la Marne de 1879 à 1881 et sénateur de la Marne de 1886 à 1906.

34 Maire de Reims de 1908 à 1919, conseiller général du troisième canton de Reims de 1907 à 1925 et député de la Marne de 1889 à 1893.

35 Conseiller municipal de Reims et adjoint au maire, conseiller général du premier canton de Reims de 1904 à 1910, député de la Marne de 1885 à 1889.

36 Conseiller municipal de Reims et conseiller général du premier canton de Reims de 1880 à 1889.

37 Conseiller général du premier canton de Reims de 1934 à 1940.

38 Conseiller municipal de Reims et député de la Marne de 1871 à 1877, de 1878 à 1885 et de 1889 à 1893.

39 Conseiller municipal de Reims et député de la Marne de 1871 à 1876.

40 Liste non exhaustive, par ordre alphabétique : Arnould, Aubert, Benoist, Bienfait, Blondeau, Bourgeois, Charbonneaux, Chrétien, Dauphinot, David, Delanerie, Doyen, Duchataux, Faupin, Godinot, Guerlet, Heidsieck, Henriot, Henrot, Jaunet, Juget, Jullion, Lanson, Leblond, Lhotelain, Lourdeaux, Luton, Maître, Marchal, Mennesson, de la Morinerie, Morizet, Morlière, Orban, Palbrois, de Paul de Saint-Marceaux, Rouget, Savoye, Senart, Thiénot, Thiéry, Thomas-Derevoge, Tronsson, Varenne, etc.

41 Par ordre chronologique : Jacques Tronsson de 1805 à 1810, Guillaume de Paul de Saint-Marceaux de 1835 à 1837 et de 1839 à 1845, Jean-Simon Dauphinot de 1868 à 1871, Victor Diancourt de 1872 à 1874 et de 1875 à 1881, Octave Doyen de 1882 à 1884, Henri Henrot de 1884 à 1896, Charles Arnould de 1900 à 1904 et Jean-Baptiste Langlet de 1908 à 1919.

42 Jean-Baptiste Arnould, négociant et fabricant de laines à Reims, est né à Suippes. Il est le grand-père paternel de Charles Arnould.

43 Claude Dauphinot, grand-père paternel de Jean-Simon Dauphinot, est propriétaire et marchand à Suippes.

44 Renata Bournazel, « L’image de Lénine en Occident », Revue française de science politique, Paris, 1971, vol. 21, no 2, p. 318.

45 Résistant, agrégé de lettres et professeur d’université, il fait la majeure partie de sa carrière professionnelle dans le corps diplomatique en qualité d’ambassadeur (au Congo, aux États-Unis, auprès des Nations-Unies, etc.). Mis en retraite en 1977, il revient en France et s’engage définitivement en politique en devenant maire de Saint-Nom-la-Bretèche et secrétaire national du RPR pour les relations extérieures. Son expérience politique ayant commencé très tôt, alors qu’il est directeur-adjoint du cabinet de Léon Blum dans le gouvernement provisoire de 1946 puis comme directeur du cabinet civil du Président Vincent Auriol dès 1947. Jacques Kosciusko, dit Kosciusko-Morizet, est le père de François (maire de Sèvres depuis 1995, conseiller régional d’Île-de-France depuis 2004 et conseiller général des Hauts-de-Seine depuis 2006) et le grand-père de Nathalie Kosciusko-Morizet (maire de Longjumeau depuis 2008, conseillère régionale d’Île-de-France de 2004 à 2010, député de l’Essonne de 2002 à 2007, plusieurs fois membres du gouvernement comme secrétaire d’État et ministre).

46 Alexandre Niess, Le renouvellement d’une élite politique. Les élus de la Marne sous la Troisième République, thèse de doctorat, Université d’Orléans, 2010, 7 volumes.

47 Ou réseau ménéhildien.

48 AD. Marne – 3 Q, folio 65.

49 Elle est née le 26 novembre 1856 à Jubécourt, département de la Meuse, de Nicolas Arnould et d’Adeline Noël.

50 Elle est née au même lieu le 29 décembre 1857.

51 Nicolas Arnould est décédé le 18 juillet 1869 à Jubécourt, son épouse Adeline Noël est décédée le 26 mars 1860 à Sainte-Menehould. Ses grands-parents paternels, Louis Arnould et Jeanne Humbert sont respectivement décédés les 19 juin 1832 et 14 avril 1869. Ses grands-parents maternels, Nicolas Noël et Eugénie Lambert sont décédés les 11 mars 1875 à Sainte-Menehould et 31 mai 1839 à Remicourt.

52 Alfred Séjourné est lieutenant-colonel à Roanne.

53 Louis Napoléon Jossin, ancien avoué est aussi premier suppléant du juge de paix de Sainte-Menehould.

54 Dans l’acte, il est désigné comme « ami de l’épouse » puisque aucune parenté directe ne les lie. Il est assez surprenant que sa fonction de conseiller général du canton de Dommartin-sur-Yèvre ne soit pas mentionnée alors que celle de maire de Remicourt l’est pour Alfred Noël. De plus, il est témoin du côté de l’épouse mais entre dans la parenté de l’époux.

55 Jean-Baptiste Moulin, propriétaire à Bar-le-Duc.

56 Eugène Roussin-Laferrière est notaire à Sainte-Menehould dès 1844.

57 ADM 2 E 563 41.

58 Maire de Possesse de 1908 à 1925 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 1910 à 1919.

59 Maire de Possesse de 1925 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 1933 à 1934.

60 Conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1883 à 1910.

61 Maire d’Heiltz-le-Maurupt de 1887 à 1888 et de 1892 à 1896 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 1871 à 1889.

62 Il y est né le 20 mai 1844, de Pierre Morel et de Françoise Gérardin.

63 Il est maire du Buisson de 1815 à 1851.

64 Alexandre Morel, frère aîné de Pierre Morel, de 1851 à 1864, puis Alfred – le cadet – de 1864 à 1871.

65 Née le 28 septembre 1829 à Ville-sur-Tourbe, elle épouse le 25 septembre 1849, quelques jours avant son vingtième anniversaire, Arsène Tilloy, propriétaire à Servon.

66 Née le 20 août 1838 à Ville-sur-Tourbe ; elle y épouse, le 4 juin 1860, Dominique Lambert, cultivateur à Sommepy.

67 Née le 14 février 1836 à Ville-sur-Tourbe ; elle épouse au même lieu Marcellin Caquot, cultivateur à Fontaine-en-Dormois, le 22 avril 1857.

68 Henri Caquot ( ? -<1796), Pierre Godart, Étienne Dommanget et Antoine Gauchez (~1716-1771).

69 Voir supra. Ses cousins directs sont Félix Appert et Justin Appert-Raulin.

70 4,82 % des patronymes de la Sippe impliqués en politique sous la Troisième République et 5,11 % des élus de la Sippe.

71 Dans le cadre de la thèse soutenue en 2008, l’analyse portait sur un groupe plus restreint d’individus – appelés réseau ménéhildien – et prenait en compte les mandats municipaux, locaux et nationaux des ascendants et collatéraux sur la période 1800-1940. Nous renvoyons donc les lecteurs qui auraient besoin de tels renseignements et de telles analyses à la version non publiée de la thèse (chapitre 6, pp. 454-475).

72 Raymond Férin, Gustave Haguenin, Camille Margaine, Henri Patizel et Ernest Vallé.

73 Camille Lenoir et Ernest Monfeuillart.

74 Élu en 1933 lors d’élections partielles, il quitte le conseil d’arrondissement l’année suivante.

75 Élu en 1892 et battu l’année suivante.

76 Victime de la crise ministérielle du Seize-Mai.

77 Vingt-sept ans de présence au palais du Luxembourg.

78 Député de 1905 à 1928.

79 Conseiller général du canton de Fère-Champenoise de 1871 à 1909.

80 Il siège au conseil d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1901 à 1940.

81 La durée moyenne des mandats de sénateur est de dix-sept ans et deux mois.

82 La durée moyenne des mandats de député est de neuf ans et trois mois.

83 La durée moyenne des mandats de conseiller général est de treize ans et quatre mois.

84 La durée moyenne des mandats de conseiller d’arrondissement est de dix ans et cinq mois.

85 Par ordre décroissant d’impact : Beine, Sompuis, Ville-sur-Tourbe, Marson, Saint-Rémy-en-Bouzemont, Sainte-Menehould, Avize, Fère-Champenoise, Aÿ, Châtillon-sur-Marne et Ville-en-Tardenois.

86 Par ordre décroissant d’impact : Reims I, Écury-sur-Coole, Dormans, Fismes, Châlons-sur-Marne, Verzy, Heiltz-le-Maurupt, Reims II et Suippes.

87 Par ordre décroissant d’impact : Vitry-le-François, Vertus, Montmort et Reims IV.

88 Par ordre décroissant d’impact : Ville-en-Tardenois, Sompuis, Ville-sur-Tourbe, Reims I et Avize.

89 Par ordre décroissant d’impact : Suippes, Châtillon-sur-Marne, Fère-Champenoise, Heiltz-le-Maurupt, Écury-sur-Coole, Sainte-Menehould, Saint-Rémy-en-Bouzemont, Thiéblemont.

90 Par ordre décroissant d’impact : Reims II, Aÿ, Reims III, Châlons-sur-Marne, Fismes, Montmort, Reims IV, Dormans, Vertus, Montmirail, Sézanne, Vitry-le-François.

91 Avec une durée moyenne des mandats de dix ans et demi.

92 Durée moyenne des mandats : onze ans et demi.

93 Durée moyenne des mandats : huit ans et neuf mois.

94 Durée moyenne des mandats : quinze ans.

95 Durée moyenne des mandats : quatorze ans et dix mois.

96 Durée moyenne des mandats : huit ans et onze mois.

97 Durée moyenne des mandats : huit ans et cinq mois.

98 Durée moyenne des mandats : douze ans et neuf mois.

99 Durée moyenne des mandats : sept ans.

100 Durée moyenne des mandats : treize ans et quatre mois.

101 Durée moyenne des mandats : vingt-trois ans et huit mois.

102 Durée moyenne des mandats : neuf ans.

103 En 1871, six députés sur les huit du département appartiennent de près ou de loin à la Sippe.

104 Quatre sénateurs sur les sept du groupe de parenté y achèvent leur carrière.

105 Dauphinot, Margaine, Perrier et Warnier.

106 Deux familles fortement implantées à Suippes alors que les trois députés représentent Vitry-le-François pour Flye-Sainte-Marie, Sainte-Menehould pour Margaine et Reims pour Warnier.

107 Appartenant au groupe patronymique no 224 de la Sippe.

108 Ces vingt-six députés sont : Paul Bertrand, Léon Bourgeois, Eugène Courmeaux, Paul Coutant, Jean-Simon Dauphinot, Victor Diancourt, Hippolyte Faure, Raymond Férin, Paul Flye-Sainte-Marie, Gustave Haguenin, Jean-Baptiste Langlet, Adrien Lannes de Montebello, Camille Lenoir, Alfred Margaine, Camille Margaine, Félix Mennesson-Champagne, Léon Mirman, Ernest Monfeuillart, Bertrand de Mun, Eugène Perrier, Édouard Ponsard, Louis Roederer, Alfred Thomas, Félix Thomas-Derevoge, Ernest Vallé, Jules Warnier.

Table des illustrations

Titre Figure 34. Le cousinage entre Augustin Maillet et Édouard Vallet
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 35. Quelques branches de la Sippe Caurette-Jarot-Natier.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 36. Familles de la Sippe Werlé.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 37. Les départements représentés par les membres de la Sippe (limites administratives de la Troisième République)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 38. Présence de la Sippe au sein de la chambre basse (1871-1940)
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 39. Organisation de la Sippe repérée.
Légende Correspondance entre les numéros utilisés et les patronymes. 1 Dauphinot. 8 Gobreau. 9 Hurault. 13 Jaunet. 16 Gaillot. 17 Senart. 18 Varenne. 21 Maître. 23 Bourgeois. 27 Saguet. 28 Guédet. 29 Loisy. 31 Arnould. 32 Grenier. 37 Langlet. 39 Thiénot. 41 Luling. 52 Chevillion. 54 Portevin. 58 Mathieu. 60 Pérardel. 63 Champagne. 65 Perrier. 67 Duchataux. 72 Blondeau. 75 Morizet. 78 Aubert. 79 Thomas-Derevoge. 81 Lemaire. 82 Allais. 89 Ponsard. 92 Goerg. 93 Boban. 94 Joppé. 95 Bouilly. 97 Morel. 98 Lonclas. 99 Pouilliot. 101 Lambert. 102 Nottret. 105 Chevallier. 108 Maillet. 111 Prévost. 113 Vallet. 117 Deletrée. 120 Aubert. 126 Jolicoeur. 127 Rigollet. 130 Bayen. 139 Balourdet. 148 Warnier. 150 Bienfait. 159 Bergaut. 164 Chailliot. 165 Collard. 168 Hermant. 170 Tilloy. 171 Appert-Raulin. 174 Lancelot. 180 Matry. 183 Goguet. 185 Pérard. 186 Raunet. 193 Bataille. 196 Prignet. 197 Guérin. 201 Gillet. 202 Chémery. 203 Bourgeois. 206 Simon. 209 Petit. 218 Adnet. 219 Bellois. 224 Appert. 225 Raulin. 227 Bertrand. 229 Moulin. 232 Chaudron. 233 Brouillon. 234 Maulvaux. 238 Patizel. 239 Géraudel. 243 Barrois. 246 Joly. 251 Lefert. 253 Petit 2. 254 Varin. 255 Rohart. 257 Portier. 258 Gellot. 259 Paradis. 260 Lorin. 261 Herbillon. 272 Bourgeois. 275 Vagny. 277 Leclère. 290 Guérault. 293 Collard. 295 Guyot. 296 Coûtant. 300 Bouché. 303 Buard. 307 Landréat. 316 Fauquenot. 318 Maucourant. 319 Laffrique. 322 Bertrand. 325 Mancez. 326 Leroy. 327 Pillard. 330 Dallemagne. 331 Pilout. 341 Allizé. 342 Philippe. 344 Viret. 346 Remy. 348 Bouy. 349 Quenardel. 356 Gaillemain. 358 Mauclerc. 360 Dorget. 366 Leseurre. 369 Périn. 373 Duval. 378 Massez. 381 Boyet. 387 Jacquemin. 388 Royer. 392 Lorphelin. 396 Matthieu. 397 Leblanc. 399 Barbier de Felcourt. 407 Daru de Chaubry de. 412 Troncenord. 414 La Rochefoucauld. 416 de Mun. 422 Desrousseaux. 424 Durant de Mareuil. 433 Kirgener de Planta Lannes de. 434 Montebello. 436 Leleu d'Aubilly. 441 Roederer. 448 Mennesson. 457 Buirette. 458 Mirman. 459 Diancourt. 460 Renard. 463 Lenoir. 464 Bailliot. 478 Laurent. 481 Masson. 482 Jacquinet. 485 Blot. 486 Bichat. 493 Franquet. 494 Landréat. 495 Berge. 501 Censier. 502 Delabruyère. 506 Chrétien. 514 Blanrue. 524 Grange. 528 Barré. 537 Duhal. 543 Lambert. 551 Roger. 557 Charpentier. 560 Barbier. 568 Loppin. 570 Chartogne. 575 Michel. 579 Margaine. 580 Boivin. 584 Pérard. 589 David. 590 Vernimont. 592 Chamontin. 597 Prin. 601 Nidart. 605 Faupin. 606 Antoine. 608 Rayer. 620 Brocq. 621 Michel. 624 Jactat. 629 Frappart. 634 Fallon. 640 Ferin. 646 Evrard. 649 Bergère. 654 Haguenin. 656 Marlier. 660 Champenois. 662 Vautrin. 666 Leblanc. 667 Vanier. 673 Thomas. 675 Courmeaux. 676 Houzeau. 679 Deverdun. 681 Oudin. 682 Puisard. 683 Lancelot. 685 Bonville. 694 Monfeuillart. 695 Richard. 698 Guillaume. 701 Varlet. 706 Faure. 707 Duguet. 710 Herment. 711 Gérard. 715 Poterlot. 717 Gantelet. 718 Dondaine. 719 Warnet. 722 Pommier. 728 Sautret. 729 Villoteaux. 734 Carré. 737 Lourdeaux. 739 Juget. 743 Rondeaux. 744 Piot. 748 Hédoin. 749 Gérin. 751 Guénard. 753 Rosse. 755 Nanet. 758 Bertrand. 759 Marquette. 763 Dehours. 775 Lecomte. 776 Goujard. 779 Bornot. 783 Morant. 785 Guillemot. 786 Goumant. 787 Leroux. 790 Petit. 792 Valle. 793 Graingault. 796 Verrier. 802 Noailles. Flye-Sainte-. 804 Marie. 814 Lallement Pierre dit. 817 Mery. 821 Decorne. 823 Noizet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 40. Liens de parenté entre Paul Bertrand, Adrien Moulin et Félix Appert
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 41. Élus, membres de la parentèle Appert.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 42. Position des élus Appert, Appert-Raulin, Bertrand, Moulin, Lorin, Herbillon et Chamontin dans la Sippe départementale.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 43. Les réseaux bouzemontois (ronds à pois) et rémois (noir) dans la Sippe.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 44. Exemple de relations de cousinage direct entre cinq élus du réseau.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 45. Les descendances communes issues de quatre branches ascendantes de Marcellin Caquot.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 46. Une parentèle complexe en politique : autour d’André Thiénot.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 47. Position dans la Sippe des patronymes évoqués dans les exemples de liens de parenté.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 48. Part du temps de représentation du canton par des membres de la Sippe au conseil d’arrondissement (à gauche) et au conseil général (à droite).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 49. Nombre de fauteuils occupés par les hommes de la Sippe au conseil général de la Marne entre 1871 et 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 50. Relations de parenté entre six des huit députés de la Marne de 1871.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48302/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 320k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search