Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Troisième partie. Parenté et Sippe : la politique une affaire de famille ?

Les espaces urbains sous domination dynastique ?

Texte intégral

  • 1 Bétheny, Bezannes, Champigny, Cormontreuil, Ormes, Saint-Brice-Courcelles, Saint-Léonard, Taissy, T (...)
  • 2 Les cinquante élus sont les suivants et sont mentionnés comme suit : Prénom Nom de famille (mandat (...)

1Poser la question de l’existence d’une domination des rouages politiques urbains sous la Troisième République peut apparaître comme une véritable bravade, le fait d’une gageure. A priori, elle semble véritablement improbable. Dans l’espace urbain où se concentrent population, activités économiques variées et élites – culturelles, sociales et économiques –, quelques familles ne peuvent pas concentrer entre leurs mains les pouvoirs locaux au cours d’un régime démocratique régi par le suffrage universel pendant soixante-neuf ans ! Cette affirmation péremptoire demande, cependant, confirmation. Afin de s’en assurer, une analyse des élus de la principale métropole marnaise s’impose. Reims et les villages environnants1 constituent trois puis quatre cantons, à compter de la loi du 28 février 1889 et des élections d’avril 1889. Ces cantons rémois envoient siéger cinquante individus dans les institutions départementales entre 1871 et 1940.2 La méthode d’analyse utilisée dans le chapitre précédent est reprise pour l’étude de la question de la domination dynastique dans les espaces urbains. D’où viennent les élus rémois et leurs épouses ? Ceux-ci appartiennent-ils à des familles particulières qui constituent, ainsi, des familles de recrutement ? Si tel est le cas, ces familles intègrent-elles des réseaux aux ramifications complexes ? Finalement, est-il possible de considérer les cantons urbains, à l’image des cantons ruraux, comme des espaces de pratiques népotiques sous la Troisième République ?

Reims, une métropole urbaine où les populations se brassent

Les élus des cantons de Reims sont-ils rémois ?

  • 3 Victor Lambert naît à Bezannes.
  • 4 « Les voilà tous partis, pour faire leur campagne, On les voit à Paris, en Bourgogne en Champagne, (...)
  • 5 Martin Naudaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, 1895, 508 p.
  • 6 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), Paris, 1975, 2 tomes, (...)
  • 7 Préfet de l’Aisne, Conseil général du département de l’Aisne, Session 1868, Laon, de Coquet et Sten (...)

2Les lieux de naissance des élus de Reims sont connus dans 96 % des cas ; seuls ceux de Charles David et Louis Jacqmart demeurent incertains. Charles David est probablement né dans les Ardennes et Louis Jacqmart dans une commune située dans le Nord ou le Pas-de-Calais. Vingt-deux élus naissent dans les cantons d’élection (44 %), dont vingt-et-un à Reims même3 ; trente-trois sont marnais (66 %). Les élus de Reims sont majoritairement originaires du département de la Marne. Six hommes naissent dans un département limitrophe : deux dans l’Aisne (Camille Lenoir et Arthur Laurent-Déramez), trois dans les Ardennes (Jules Brébant, Charles David et Lucien Sorbon) et un en Haute-Marne (Jules Guichard). La situation géographique de Reims, à l’extrême nord-ouest du département de la Marne, explique l’importance des naissances axonaises (4 %) et ardennaises (6 %). Orainville, commune de l’Aisne, n’est qu’à 13,8 kilomètres au nord de Reims tandis que Poilcourt, commune des Ardennes, se situe à 19 kilomètres seulement au nord-nord-est de Reims. Les lieux de naissance des élus soulignent la faible influence parisienne sur la cité des sacres ; un seul élu (Gustave Laurent) est né à Paris. Cette présence relative ne doit, cependant, pas masquer l’extrême impact que possède Paris sur la métropole champenoise. Celui-ci se mesure d’abord par les unions : les élus se choisissent des épouses parisiennes ou décident de s’y marier. Jules Bienfait et Eugène Courmeaux épousent respectivement Cécile Ragot et Joséphine Chocardelle, nées à Paris. Mais surtout, cinq mariages (11,36 %) sont contractés à Paris : Arnould-Becker, Courmeaux-Chocardelle, Lenoir-Baudère, Marchandeau-Vieu et Marchandeau-Curillier. L’impact parisien se repère également par les études supérieures effectuées dans la capitale par les élus de Reims ; en particulier dans les facultés de droit et de médecine. Le passage par ces universités parisiennes favorise l’installation ponctuelle ou pérenne d’hommes qui n’ont pas ou peu d’attaches locales préalables et qui viennent pour l’essentiel du sud-ouest français. Ces hommes sont Napoléon Lasserre et Paul Marchandeau. Napoléon Lasserre naît à Castelnau-Magnoac dans les Hautes-Pyrénées et est un avocat passé par la faculté parisienne inscrit au barreau de Reims en 1865 avant d’être nommé, le 3 juillet 1880, substitut du procureur à Paris. À partir de 1880, Napoléon Lasserre quitte définitivement Reims et la Marne avec lesquelles il n’entretient aucune accointance particulière avant 1865 ; année où il s’inscrit au barreau et où il se présente aux élections législatives. Après 1880, Lasserre passe par Paris, Chambéry et Toulouse avant de finir sa carrière dans la magistrature en qualité de président de la cour d’appel d’Agen. Paul Marchandeau, né à Gaillac dans le Tarn, soutient, à Paris en 1909, une thèse de droit intitulée De la Vérification des pouvoirs devant les Chambres françaises. À la suite de cette soutenance, il s’inscrit au barreau de Reims, s’installe en cette ville et y demeure jusqu’en 1942, au moins. En 1925, il obtient la double casquette de maire de Reims et de conseiller général du troisième canton. L’année suivante, il entre au Palais Bourbon. En dehors de ces deux naissances d’élus dans des départements du sud-ouest, il est à souligner la présence de deux Creusois. L’un, Antoine Revardeaux, est natif de Gouzougnat ; l’autre, Léon Tixier, naît le 2 octobre 1865 à Saint-Dizier-Leyrenne. Le premier est entrepreneur de travaux publics, le second est entrepreneur en plâtrerie. Les deux communes de naissance de ces deux hommes sont distantes de trente-trois kilomètres l’une de l’autre et respectivement à 371,4 et à 398,5 kilomètres de Reims. Ces deux hommes appartiennent à ces vagues de migrations issues de la Creuse qui, à partir du XIXe siècle, donnent aux grandes villes en pleine mutation des hommes. Regroupés sous le vocable générique de « maçon de la Creuse », ces hommes quittent une Haute-Marche ayant de faibles ressources naturelles, presque inhospitalière où leurs familles ont des difficultés pour subsister et investissent avec plus ou moins de bonheur et de réussite les villes du nord. Ils ont leur chanson ; cette dernière évoque les vastes plaines champenoises et ses villes en construction.4 On les connaît grâce à l’une de leurs figures de proue : Martin Nadaud5 ; mais aussi par le biais d’études récentes.6 Antoine Revardeaux et Léon Tixier correspondent parfaitement à cet archétype, comme le souligne le rapport du préfet de l’Aisne en 1868 : « un autre décret du 2 mai 1868, a concédé à une Société civile ayant pour mandataires MM. Revardeaux, père et fils, entrepreneurs à Reims, l’établissement d’un pont sur l’Aisne à Maizy pour le passage du chemin vicinal de grande communication no 49 de Laon à Cormicy. Cette concession a eu lieu moyennant 1° un péage à percevoir pendant 60 années ; 2° une somme de 25.000 fr. à prélever sur les fonds de l’État ; 3° une autre subvention de 6.000 fr. représentant la dépense de construction des abords, accordée par le Conseil général dans sa séance du 25 août 1865. MM. Revardeaux ont pris leurs dispositions pour que ce pont soit livré à la circulation avant la fin de l’année courante. »7 François et Antoine Revardeaux mentionnés en cet extrait correspondent parfaitement à la chanson des maçons de la Creuse dont « les canaux et les ponts de la Seine à la Meuse pourraient citer les noms. » Ces naissances lointaines sont loin d’être minimes puisque 20,83 % des élus des cantons de Reims sont nés à plus de deux-cents kilomètres de la cité des sacres. Pourtant, la majeure partie des élus des cantons rémois naissent à moins de vingt-cinq kilomètres de Reims (52,08 %). Cet élément montre la concentration du bassin de recrutement des élus des cantons de Reims ; néanmoins, celle-ci est bien inférieure à celle enregistrée dans le canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont où un peu plus de 70 % des élus étaient nés à moins de vingt kilomètres du chef-lieu de canton.

Les stratégies matrimoniales des élus de Reims

  • 8 Certains par choix personnels comme Jean Knoeri ou Henri Jolicoeur, d’autres parce que les sources (...)

3L’ancrage local est important – et nous l’avons d’ores-et-déjà montré – pour les élus et est pratiquement nécessaire pour s’inscrire dans une famille ayant vocation à dominer l’espace politique local. Où les élus de Reims vont-ils se marier ? D’où proviennent les épouses de ces hommes ? Les cinquante élus contractent cinquante-deux mariages et si onze demeurent célibataires8 treize se marient deux fois.

4La distance moyenne entre le lieu de naissance de l’élu et celui de l’épouse s’élève à 66,77 km ; la plus longue distance (398,5 kilomètres) étant celle séparant Saint-Dizier-Leyrenne et Reims, communes de naissance de Léon Tixier et de son épouse Eugénie Vassal. Dix fois (23,26 %), les lieux de naissance de l’élu et de l’épouse correspondent ; à neuf reprises, cette situation concerne des Rémois (18,60 % de l’ensemble et 42,86 % des Rémois). Les deux cas qui ne concernent pas des natifs de Reims sont Maximilien Laurent et Camille Lenoir, respectivement nés à Sainte-Croix et à Montcornet dans l’Aisne ; ils choisissent des jeunes filles issues de leur commune d’origine. Quand les élus sont originaires de Reims, leur épouse vient d’une commune située, en moyenne, à 51,81 kilomètres. La distance maximale étant celle séparant Reims d’Accolay, communes de naissance d’Alfred Brouette et d’Antoinette Longpré : 179,1 kilomètres. Quand les élus ne sont pas natifs des cantons d’élection, leur femme vient, en moyenne, d’une commune située à 77,19 kilomètres de la leur. Pour dix d’entre eux (45 %), ils choisissent une épouse née à Reims. Il en est ainsi pour Charles Hurault, né à Châlons-sur-Marne, époux de Thérèse Huart, native de Reims. Ces hommes nés hors de Reims cherchent à s’y implanter ; le mariage étant un des moyens de cette implantation.

5D’ailleurs, l’ancrage local des épouses est plus fort que celui des élus. En effet, ces femmes d’élus naissent, en moyenne, à 51,49 kilomètres de Reims ; sans qu’il existe de grandes différences entre les épouses d’élus Rémois (51,47 kilomètres) et celles d’hommes nés hors des cantons d’élection (51,50 kilomètres). Dix-neuf épouses sont originaires de Reims (44,19 %), comme dans le cas du mariage entre Clovis Chézel et Julie Lemart. L’épouse née le plus loin de Reims est Élisabeth Vieu, épouse de Paul Marchandeau, native de Castres dans le Tarn, commune située à 642,6 kilomètres de Reims.

6Le mariage est bien un moyen pour les élus de prendre définitivement contact avec la cité des sacres ou de conforter leur assise locale comme le montre la distance moyenne entre le lieu du mariage et Reims. Pour les quarante-quatre mariages (84,62 %) pour lesquels des renseignements fiables ont été récoltés, la distance moyenne à Reims s’élève à 28,22 kilomètres. Là encore, il n’y a pas grande différence entre les lieux de mariage des élus nés à Reims (28,43 kilomètres) et ceux des hommes nés en dehors des cantons d’élection (28,03 kilomètres). Dans vingt-sept cas (61,36 %) le mariage se déroule à Reims. La stratégie matrimoniale est donc un facteur d’implantation dans la circonscription d’élection, ou tout au moins dans sa grande proximité ; et le choix de l’épouse est primordial puisque dans 71,43 % des cas, le mariage est célébré dans la commune de naissance de celle-ci. Dans 80,95 % des situations, la jeune fille naît à moins de vingt-cinq kilomètres du lieu où sont enregistrées les noces.

7Les épouses participent pleinement à l’enracinement local de leurs époux ; ces deux individus sont héritiers de traditions familiales qu’il convient d’analyser.

Origine géographique des noyaux familiaux et ascendants des élus de Reims

8Comme dans le cas de l’analyse des élus du canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont, l’étude des ascendances des élus et de leurs épouses est portée à la cinquième génération. L’échantillon théorique d’individus concernés par cette étude s’élève à trois-mil-cent-soixante-deux ; or, seuls mil-six-cent-soixante-quinze individus composent les ascendances regroupées, soit 52,97 %. Pour ces individus, les lieux de naissance sont connus avec précision pour neuf-cent-quarante-neuf d’entre eux, soit 56,66 %. Cinq-cent-trente-huit lieux de mariage sont également connus.

9Une analyse départementale de ces données montre la très nette prédominance marnaise. Rien d’étonnant à cela puisque les recherches dans ce département ont pratiquement été systématiques ; ce qui n’a pas été le cas pour d’autres départements. Quatre naissances ont eu lieu dans le cadre des frontières actuelles de l’Allemagne : à Buer-bei-Melle, Berlin, Rheinberg et Zweibrücken. Les naissances sont enregistrées dans 66,28 % des cas dans le département de la Marne. Celui-ci et les départements limitrophes sont le lieu de naissance de 87,88 % des individus de l’échantillon renseigné ; Paris ne concerne que 1,05 % d’entre eux. Deux départements limitrophes se dégagent par rapport aux autres : l’Aisne et ses quatre-vingt-cinq naissances (8,96 %) et les Ardennes avec quatre-vingt-douze naissances (9,69 %) ; cela ne peut surprendre au regard de la proximité géographique entre ces départements et les cantons d’élection étudiés. Pour les 11,07 % restant, la dispersion est importante puisque vingt-quatre départements sont concernés, des Hautes-Pyrénées au Nord et du Loir-et-Cher au Haut-Rhin.

10Quatre-cent-six mariages (75,46 %) ont lieu dans le département de la Marne dont cent-quarante-trois à Reims même (26,58 %). Seuls 1,12 % des mariages ont lieu à Paris ; après le département de la Marne, les départements de l’Aisne (trente mariages – 5,58 %), des Ardennes (trente-trois mariages – 6,13 %), de la Meuse (treize mariages – 2,42 %) et de la Haute-Marne (onze mariages – 2,04 %) sont des lieux privilégiés. Les autres mariages (7,06 %) se déroulent dans treize départements différents.

Figure 24. Départements de naissance (à gauche) et de mariage (à droite) des membres de l’échantillon.

Figure 24. Départements de naissance (à gauche) et de mariage (à droite) des membres de l’échantillon.

11L’analyse portée à l’échelle communale montre l’importance de Reims et de ses environs ; néanmoins, aucun élu et aucune épouse ne possède une ascendance complètement rémoise. Cet élément montre l’attraction qu’effectue cette ville sur les Marnais ; alors que son influence déborde largement en dehors du cadre départemental. Reims est donc une métropole qui brasse des populations variées et diverses dans leur provenance géographique. Dès lors, l’importance des liens du sang entre les élus de la République doit être moindre qu’ailleurs à cause de ce facteur de brassage de population, mais aussi au regard de l’importance démographique de la cité. Là encore, l’implantation rémoise ou marnaise passe prioritairement par les femmes ; et en premier lieu par les épouses, les mères et les belles-mères des élus.

12Les naissances se font dans deux-cent-cinquante-neuf communes différentes ; la moyenne des naissances par commune s’élève donc à seulement 3,72. Les communes où une seule naissance est certifiée sont, de loin, les plus nombreuses (cent-neuf) et correspondent à 42,08 % des communes représentées. Neuf communes – en dehors de Reims qui recense à elle seule cent-quatre-vingt-dix-neuf naissances – regroupent plus de onze naissances. Ces communes (3,86 % des communes) sont les lieux de naissance de cent-quinze individus représentant 12,12 % des membres de l’échantillon renseigné. Avec Reims, la proportion s’élève à 3,86 % des communes fournissant alors 33,08 % des membres de l’échantillon renseigné. Ces communes sont Pouillon (8,6 kilomètres) et Suippes (39 kilomètres) avec onze naissances, Cormontreuil (4,2 kilomètres) et Mailly-Champagne (12,9 kilomètres) avec douze naissances, Loivre (10,4 kilomètres), Montmort (40,4 kilomètres) et Sainte-Croix (30,7 kilomètres) avec treize naissances, Épernay (24,5 kilomètres) avec quatorze naissances et Verzenay (13,8 kilomètres) avec seize naissances. Ces neuf communes se situent en moyenne à vingt kilomètres de Reims, et la plus lointaine, Montmort est à quarante kilomètres seulement. Dès lors, s’il existe une vraie dispersion et une provenance lointaine de certaines branches ascendantes d’élus, la concentration autour de Reims et dans quelques communes précises existe ; aussi, est-il probable que certains élus et certaines de leurs épouses entrent en cousinage parce qu’issus de bassins de recrutement. Encore convient-il de mener une analyse patronymique complète afin de vérifier si l’existence de familles de recrutement est possible.

Les familles portées au pouvoir

  • 9 Cette statistique correspond à 1675 individus sur les 3162 potentiels.

13Les données sont légèrement moins précises que dans le cas de l’analyse du canton rural où l’échantillon renseigné correspondait à 62,9 % des individus (neuf-cent-soixante-quinze) et à 62,75 % des branches (cinq-cent-deux branches). Pour les cantons rémois, 52,97 % des élus, épouses et ascendants sont renseignés.9 Au quatrième degré d’ascendance, le nombre de lignée potentielle, et donc de patronyme différent, s’élève à mille-six-cent-trente-deux. Parmi celles-ci, huit-cent-soixante-dix sont connues, soit 53,31 %. Ces huit-cent-soixante-dix lignées portent six-cent-quatre-vingt-six patronymes différents, dont la plupart ne sont utilisés qu’une seule fois (42,13 %). Les patronymes qui reviennent moins de quatre fois sont au nombre de cinq-cent-quatre-vingt-quinze ; ils correspondent à 72,16 % des patronymes et regroupent mille-cent-cinq individus, soit 65,97 % de l’échantillon. Cette statistique constitue une limite évidente à l’existence de réseaux familiaux népotiques dans les cantons urbains rémois. En effet, si autant de patronymes reviennent si peu, c’est qu’aucune famille ne parvient véritablement à s’implanter durablement dans le paysage politique local. Dès lors, Léon Gambetta aurait vu juste en prédisant l’arrivée au pouvoir d’hommes nouveaux. Cela conforterait le principe égalitaire et libertaire de l’exercice effectif de la démocratie et du suffrage universel sous la Troisième République. Cependant, cette remarque liminaire est à pondérer.

  • 10 Deux individus portent le patronyme Censier, deux celui de Laurent, deux celui de Tixier et deux ce (...)
  • 11 Georges Censier est né à Reims le 22 février 1873 d’Henri Censier et de Victorine Brodier. Les deux (...)
  • 12 Dans ce canton seul le père et le fils Corbet portent le même patronyme, pour un corpus constitué d (...)

14D’abord, les cinquante conseillers généraux et d’arrondissement mandatés par les cantons de Reims ne portent pas cinquante patronymes différents, mais seulement quarante-six.10 Les huit individus portant le même nom correspondent ainsi à 16 % des élus du canton. En écartant les deux Laurent, homonymes, les six autres entretiennent des liens directs de filiation.11 Ces hommes correspondent donc à 12 % des élus des cantons de Reims sous la Troisième République. Dès lors et contrairement à la première conclusion esquissée, certains réseaux familiaux semblent jouer à Reims, comme ailleurs, un rôle non négligeable. La proportion de filiation dans ces cantons rémois, et urbains, est même supérieure à celle enregistrée dans le canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont où seulement 8,33 % des élus étaient concernés par la filiation.12

15Ensuite, vingt-huit patronymes reviennent plus de huit fois et concernent deux-cent-quarante-et-un individus. Ces patronymes correspondent à 4,08 % des patronymes portés et à 14,39 % des individus de l’échantillon.

Vingt-huit patronymes récurrents

  • 13 Ces cinq indicateurs ont été définis au chapitre précédent.
  • 14 TE = 1 – (nombre d’élus concernés/nombre de branches).
  • 15 IP = nombre de branches x100/nombre de branches total. Celui-ci s’élevant à 870.
  • 16 II = nombre d’individus portant ce patronyme x100/nombre total d’individus présents dans les ascend (...)
  • 17 TIP = nombre d’élus concernés par le patronyme x 100/nombre d’élus du canton. Celui-ci étant de 50.
  • 18 CP = TIP/(1x100/nombre de patronymes différents). Celui-ci étant de 686.

16Comme dans le cadre de l’étude du canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont, l’impact sur la vie politique locale des patronymes les plus récurrents présents dans les ascendances des élus et de leurs épouses peut se mesurer grâce à cinq indicateurs13 : le taux d’endogamie (TE)14, l’indice de parentèle (IP)15, l’indice d’impact individuel (II)16, le taux d’implication politique (TIP)17 et le coefficient de politisation (CP)18.

Tableau 25. À Reims : vingt-huit patronymes récurrents.

Tableau 25. À Reims : vingt-huit patronymes récurrents.

17Le taux d’endogamie (TE) moyen est relativement faible (0,25) et très proche de celui enregistré pour les patronymes les plus récurrents dans les ascendances des épouses et des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Cette endogamie limitée prouve que ces branches patronymiques engendrent assez peu de cousinages simples ou de cousinages du noyau. Pourtant, huit de ces patronymes (28,57 %) connaissent un taux d’endogamie élevé (supérieur à 0,5). Les élus intégrés à ces familles sont donc parfois issus directement d’un cousinage, entretiennent un quartier d’ascendance commun avec leur épouse ou tout au moins ont dans leurs ascendances respectives un patronyme commun. Cette situation est plus fréquente pour les élus des cantons rémois que pour les élus bouzemontois (21,43 %). Ce taux d’endogamie est même de 0,67 pour le patronyme Rémy. Il faut dire que le seul couple Quenardel-Gobert compte quatre branches ascendantes portant ce patronyme : une dans l’ascendance paternelle et une dans l’ascendance maternelle de Pierre Quenardel, et deux dans l’ascendance paternelle de son épouse. Cependant, seulement huit patronymes (28,57 %) montrent l’existence d’un taux d’endogamie faible ou moyen compris entre 0,17 et 0,5 tandis que les autres patronymes révèlent un taux d’endogamie nul (42,86 %). Cette dernière statistique est bien plus élevée pour les élus des cantons rémois que pour les élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Elle montre que les élus de Reims développent au sein de leur ascendance directe ou dans leur relation avec leur épouse moins de cousinages de l’individu ou du noyau que les élus de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Est-ce à dire que les redondances patronymiques relevées entre les branches ascendantes des élus et de leurs épouses reposent seulement sur l’homonymie ? Seule une analyse ultérieure de la réalité des cousinages peut permettre de répondre à cette question.

18Ces vingt-huit patronymes les plus récurrents représentent 4,08 % des patronymes de l’échantillon. Or, la somme des indices de parentèles (IP) est égale à 10 tandis que celle des indices d’impact individuel (II) s’élève à 14,39. Cela signifie donc que 4,08 % des patronymes sont à l’origine de 10 % des parentèles des élus et de leurs épouses et à l’origine de 14,39 % des individus présents dans les ascendances d’élus et de leurs épouses. Ces données sont inférieures à celles enregistrées dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (8,28 % des patronymes sont à l’origine de 24,5 % des parentèles et 25,23 % des individus) ; signe que la confiscation des mandants par quelques familles est moindre pour les cantons de Reims, si elle existe. Cependant, pour comparer pleinement ces deux espaces géographiques, une analyse des rapports, plus que des données, peut éclairer. Si, en effet, le quotient du rapport entre l’indice de parentèle et la représentation des patronymes est supérieur dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (2,96 contre 2,45), le quotient du rapport entre l’impact individuel et la part des patronymes est favorable aux cantons rémois (3,53 contre 3,05). Quoiqu’il en soit, ces éléments de comparaison sont proches les uns des autres ; signe que l’espace urbain est peut-être moins soumis aux pressions familiales et à l’importance du phénomène de cousinages mais ceux-ci n’en sont probablement pas absents. Si la suspicion de cousinages et la possible confiscation des sièges par quelques branches sont probables, leur existence ne demande qu’à être confirmée par l’analyse du coefficient de politisation et par une analyse plus fine de la réalité des cousinages.

19Le coefficient de politisation montre que les élus en lien avec ces vingt-huit patronymes récurrents ont au pire 13,72 % de chance en plus d’être élus que les autres individus. L’apport de certains noyaux familiaux est même bien plus élevé puisque posséder le patronyme Leclerc dans son ascendance ou celle de son épouse donne 68,60 % de chances supplémentaires d’intégrer les rouages politiques locaux. En moyenne, ce coefficient de politisation s’établit à 30,87 et dans la majeure partie des cas, il est de 27,44 (contre 41,75 de moyenne et un mode s’élevant à 42,25 pour le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont). Dès lors, pour que le coefficient de politisation soit un outil efficient, il faudrait que le quotient du rapport entre ces deux coefficients de politisation soit égal au quotient du rapport entre les élus entretenant dans les cantons d’élection des cousinages directs avérés. C’est-à-dire que le résultat du rapport entre 41,75 et 30,87 (soit 1,35) soit égal au résultat du rapport entre 17/24 et x/50 ; avec une marge d’erreur de 10 %. En clair, pour que le coefficient de politisation soit un véritable outil efficient, il faudrait que 26,23 élus des cantons rémois entretiennent des cousinages directs avec d’autres élus de ces cantons ; soit entre 23,61 et 28,86 élus en prenant en compte la marge d’erreur. C’est pourquoi, au-delà de l’analyse de ces différents taux (TE, IP, II, TIP, CP) qui ne montrent pas la réalité des cousinages, il faut entreprendre une analyse systématique pour trouver ces derniers.

20Par l’intermédiaire de ce tableau, en effet, les cousinages peuvent seulement être conjecturés en portant un regard sur les élus en lien avec les patronymes les plus récurrents. Trente-deux élus sur les cinquante mandatés au cours de la Troisième République entretiennent au moins un lien avec ces patronymes les plus récurrents ; soit 64 % d’entre eux. Certains multiplient les liens comme Edmond Lesourd (cinq présences), Pierre Quenardel et les Censier père et fils (quatre occurrences chacun) ou encore Charles Arnould, Georges Aubert, Jules Bienfait, Gustave Laurent et André Thiénot (trois références). Bien plus que le nombre d’occurrences, les relations entretenues entre les élus en rapport avec ces patronymes les plus récurrents permettent d’entrevoir les possibles liens de cousinages existant entre les noyaux familiaux de ces élus et de leurs épouses.

Tableau 26. Appartenance croisée des élus et/ou de leurs épouses à des patronymes communs

Tableau 26. Appartenance croisée des élus et/ou de leurs épouses à des patronymes communs

21Ce tableau d’appartenance croisée des élus ou de leurs épouses à des patronymes communs montre que si certains élus sont en liens avec un ou plusieurs patronymes récurrents, ils n’entretiennent pas de patronyme commun avec au moins un autre élu. Ces hommes sont Alfred Brouette, Irénée Lelièvre, Félix Mennesson et Francis Tixier. D’autres à l’inverse multiplient le nombre de liens. Néanmoins, la multiplication du nombre de liens ne signifie pas la multiplicité du nombre de relations. Ainsi, les Censier père et fils comptent chacun six liens mais ceux-ci se font pour chacun d’entre eux vers seulement trois autres individus. La redondance des liens n’est cependant pas négative puisqu’elle conforte les possibilités de cousinages au détriment de celles liées à l’homonymie patronymique ou à des cousinages du noyau. L’homonymie patronymique est purement le fait du hasard. Il peut y avoir homonymie entre deux lignées ascendantes parmi celles des élus ou de leurs épouses. Ainsi, le patronyme Gobert est présent dans deux branches distinctes, pour deux élus différents. Pierre Quenardel épouse, le 5 septembre 1848, Marguerite Gobert, arrière petite-fille de Jacques Gobert, vigneron à Mailly-Champagne tandis qu’Eugène Richard est l’arrière petit-fils de Simone Gobert, installée à Heutrégiville, sans qu’aucun lien de parenté puisse être esquissé entre ces deux lignées. Pour les cousinages du noyau, un exemple très révélateur est celui du patronyme François ; Ida François, épouse de Francis Tixier, est issue d’Isidore François (grand-père paternel) et de Joséphine François (grand-mère maternelle). Ainsi les huit porteurs du patronyme François concernent en fait l’ascendance de la seule épouse d’un élu ; épouse dont la naissance procède d’un cousinage. Dans le cadre de l’analyse de la présence de cousinages entre élus, la situation dans laquelle se trouve Georges Aubert est ainsi bien plus favorable que celle d’Eugène Mathieu ; pourtant, dans les deux cas, ces hommes connaissent cinq liens. Or, ces cinq liens se font pour Eugène Mathieu vers cinq individus différents par le biais des patronymes Lebrun et Prévost tandis que parmi les cinq liens de Georges Aubert deux sont redoublés vers Charles Arnould et Pierre Quenardel par l’intermédiaire des patronymes Arnould, Aubert et Quenardel ; trois patronymes portés par les élus eux-mêmes.

22Les appartenances croisées entre élus à partir des vingt-huit patronymes les plus récurrents peuvent se dessiner ainsi :

Figure 25. Relations entre élus en fonction de l’appartenance croisée à des patronymes communs.

Figure 25. Relations entre élus en fonction de l’appartenance croisée à des patronymes communs.

23Sur ce graphique, les élus sans lien avec au moins un autre membre de cet échantillon sont isolés. Une relation unique existe entre deux élus : Louis Guédet et Honoré Bataille. Les autres individus intègrent un vaste et complexe réseau de proximité patronymique pour lequel les réseaux de cousinages demeurent potentiels. Parmi tous ces liens probables, ou en dehors, quels sont les réels liens de cousinages directs ; c’est-à-dire ceux se faisant dans le cadre d’une ascendance directe commune ?

De la réalité des cousinages

24Partager dans son ascendance un patronyme commun ne certifie pas le cousinage. Après avoir démontré l’existence de croisements patronymiques pour 56 % des élus des cantons rémois, il convient d’attester les cousinages. Bien évidemment, la filiation est la relation de parenté la plus forte qui soit et dans cette recherche des cousinages, ceux-ci entendus comme relation de parenté, la filiation a toute sa place ; si ce n’est la première. Ces relations filiatives concernent six élus des cantons rémois : les Censier, les Tixier et les Wiet. Ces hommes correspondent à 12 % des élus de Reims. Cette proportion est loin d’être négligeable et engendre de vraies conséquences sur le paysage politique local ; conséquences sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement. En dehors de ces filiations, reste à déterminer l’existence de cousinages directs entre les noyaux familiaux constitués des élus et de leurs épouses. Cette recherche de liens de parentés directs entre noyaux familiaux a été systématique. Celle-ci s’effectue par la recherche d’un noyau familial commun parmi les ascendances des élus et de leurs épouses respectives ; constituant de fait deux branches issues d’un même couple. Cette méthode est la seule qui puisse certifier de l’existence de réels liens de parenté entre les groupes familiaux constitués des élus et de leurs épouses. Elle est bien plus fiable que la recherche de patronymes communs qui permet seulement d’émettre des hypothèses quant à l’existence de possibles relations de cousinages. Les résultats de cette recherche systématique peuvent être regroupés au sein d’un tableau synoptique et présentés par l’intermédiaire d’un sociogramme ; c’est-à-dire une représentation graphique – ou diagramme – des relations interindividuelles issue d’une analyse d’un réseau social.

Tableau 27. Tableau synoptique des relations de cousinages entre élus des cantons rémois.

Tableau 27. Tableau synoptique des relations de cousinages entre élus des cantons rémois.

25Ce tableau prend en compte l’ensemble des élus rémois et repère les cousinages et la densité de chacun. Il nous révèle que vingt-six élus n’entretiennent aucun lien de parenté direct avec d’autres élus des cantons rémois (52 %). Huit d’entre eux seulement (30,77 %) naissent dans une commune des cantons d’élections – dont sept à Reims. La distance orthodromique moyenne entre leur lieu de naissance et Reims est nettement plus élevée que la moyenne annoncée pour l’ensemble des élus des cantons rémois : 122,58 kilomètres contre 85,80 kilomètres. 25 % de ces hommes qui ne participent pas aux réseaux de parenté directs entre élus sont nés à plus de deux-cents kilomètres de Reims. Nés ailleurs, c’est donc ailleurs que leurs familles ont tissé leurs réseaux de parenté et de cousinages.

26Pour les autres, à l’inverse, 54,17 % d’entre eux sont natifs de Reims. Parmi ces hommes ayant des liens de parenté avec d’autres, nous retrouvons, bien évidemment, les filiations : celles-ci concernent les individus surlignés en rose. Chacun de ces individus possède forcément un lien direct avec son fils ou son père, selon les cas. L’existence d’un lien est mentionnée par un chiffre surligné en bleu. Au bout de chaque ligne, un total du nombre de relations pour l’élu concerné est indiqué ; et si le total n’est pas nul, alors il est surligné en vert. Charles Arnould possède ainsi deux liens de parenté directs avec deux individus différents : Charles Morizet et Gaston Rohart. Parfois, les relations familiales entretenues par deux élus sont multiples ; c’est notamment le cas pour les relations de parenté entre Georges Aubert et Pierre Quenardel. Pas moins de six relations de cousinages existent entre les deux noyaux familiaux constitués par ces hommes ; et en particulier entre Léontine Canard, fille du couple Canard-Duchêne – fondateurs de la maison de vins de Champagne éponyme en 1868 –, et le couple Quenardel-Gobert.

Figure 26. Relation de cousinages entre les couples Aubert-Canard et Quenardel-Gobert.

Figure 26. Relation de cousinages entre les couples Aubert-Canard et Quenardel-Gobert.

27La représentation graphique de ces cousinages entretenus par les couples Aubert-Canard et Quenardel-Gobert montre la complexité et la multiplicité des relations de parenté existant entre ces noyaux familiaux. Pourtant, dans la majorité des cas, les relations de cousinages repérées sont beaucoup moins complexes et beaucoup plus directes. Il en est ainsi dans le cadre du cousinage entre Jean-Baptiste Langlet et André Thiénot ; dans lequel Jean-Baptiste Langlet est cousin au quatrième degré de Léonie Charbonneaux, épouse d’André Thiénot, par le biais du couple formé d’Henry Henrot et de Marie Petit. Il convient de noter, la présence dans l’ascendance directe de Léonie Charbonneaux, d’Henri Henrot – docteur en médecine mais surtout conseiller municipal, adjoint au maire de Reims de 1871 à 1884 puis maire lui-même de 1884 à 1896.

Figure 27. Lien de parenté entre Jean Baptiste Langlet et Léonie Charbonneaux.

Figure 27. Lien de parenté entre Jean Baptiste Langlet et Léonie Charbonneaux.

28Cependant, cet arbre d’ascendance commune cache la forêt des liens entretenus par ces couples avec d’autres couples dont l’homme est porté au pouvoir par les électeurs des cantons rémois. En effet, le couple Thiénot-Charbonneaux entretient trois autres liens de parenté avec d’autres couples. Ceux-ci sont les couples Bienfait-Ragot et Bienfait-Tassin, à cause du remariage de Jules Bienfait, et le couple Courmeaux-Chocardelle. Ainsi, pour être véritablement complet et précis, voici comment pourrait se représenter les liens de cousinages entretenus entre tous ces couples :

Figure 28. Les cousinages directs entretenus par le couple Thiénot-Charbonneaux.

Figure 28. Les cousinages directs entretenus par le couple Thiénot-Charbonneaux.

29Là encore, complexité et multitude des liens de parenté conduisent à des cousinages redoublés et au renforcement des liens familiaux. Jules Bienfait, en épousant deux demi-sœurs, confortent son positionnement au sein du groupe familial. Ces deux femmes sont des cousines directes d’André Thiénot par l’intermédiaire de leur double ascendance Lochet et Godinot : Henriette Lochet est à la fois la grand-mère maternelle d’Aimée Tassin et de Cécile Ragot et la sœur de Pierre Lochet, arrière arrière-grand-père maternel d’André Thiénot ; tandis que ces deux Lochet épousent des descendants directs d’Oudart Godinot.

30Les exemples de cousinages issus du tableau synoptique pourraient être multipliés tant il en existe. Pas moins de vingt-quatre élus des cantons rémois, y compris ceux ayant des liens directs de filiation, entretiennent au moins un lien de parenté avec un autre élu rémois. Par conséquent 48 % des élus locaux de Reims entretiennent entre eux des relations de cousinage. Cette statistique est suffisamment évocatrice pour se passer de commentaire. Le nombre même d’individus concerné par ces cousinages est assez important pour dire que les circonscriptions électorales urbaines, à l’instar des rurales, sont en grande partie placée sous tutelle dynastique entre 1871 et 1940 ; à un moment où la République est institutionnelle et le suffrage universel constitutionnel.

31Cependant, si la proportion des Rémois entrant en cousinage (48 %) n’est pas négligeable, elle est loin d’atteindre les 70,83 % mentionnés pour le canton rural de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Ensuite, la densité des cousinages est moindre. À Reims, Georges Aubert et Pierre Quenardel compte six relations de cousinage entre eux tandis qu’à Saint-Rémy-en-Bouzemont, Louis Dallemagne et Alfred Philippe en entretiennent neuf. Quant à ceux qui possèdent des relations de parenté avec plusieurs élus, André Thiénot à Reims participe à seulement quatre relations de parenté avec trois hommes au moment où, à Saint-Rémy-en-Bouzemont, le même Philippe est au cœur d’un réseau constitué avec cinq autres élus bouzemontois pour un total de dix-neuf liens de parenté.

Figure 29. Les cousinages entre élus des cantons de Reims.

Figure 29. Les cousinages entre élus des cantons de Reims.
  • 19 Jacob Lévy Moreno, Fondements de la sociométrie, Paris, Presses Universitaires de France, 1934.

32Dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, trois réseaux distincts se partagent l’espace politique cantonal et fournissent 70,83 % des hommes qui siègent au nom des électeurs du canton dans les assemblées locales. Ces réseaux prennent trois formes distinctes, selon la classification élaborée par Jacob Lévy Moreno19 : une dyade avec Armand Champenois et Paul Vautrin (8,33 % des élus et une présence cumulée de vingt-trois ans), une chaîne avec Jean-Baptiste Corbet, Gaston Corbet et Paul Perroche (12,5 % des élus et une présence cumulée de vingt-quatre ans) et, enfin, un gang avec Louis Dallemagne, Léon Viret, Amédée Mauclerc, Alfred Philippe et Émile Loisy, prolongé par une chaîne constituée de Frédéric Leseurre puis de Louis Pilout via Émile Loisy, par une triade composée de Louis Dorget, Pol Matthieu et Émile Boyet via Louis Dallemagne et enfin par une étoile composée d’Émile Bouilly et Paul Lorphelin via Émile Boyet. Ce gang ramifié concerne 50 % des élus du canton. À Reims, la situation est toute autre : neuf petits réseaux de parenté parviennent à s’inscrire dans le paysage politique rémois. Cinq de ces familles placent seulement deux élus et forment ainsi des dyades – dans deux cas sur cinq les relations de parenté en jeu entre les deux hommes sont des relations père-fils (Censier et Wiet). Chacune de ces dyades concerne donc 4 % des élus rémois. Deux réseaux familiaux placent trois hommes, l’un sous la forme d’une chaîne (Honoré Bataille, Louis Guédet et Gustave Laurent), l’autre sous la forme d’une triade (Edmond Lesourd, Tixier père et fils). Chacun de ces réseaux regroupe ainsi 6 % des élus de Reims. Enfin, deux réseaux de parenté concernent chacun quatre individus ; soit 8 % des élus des cantons de Reims. L’un se présente sous la forme d’une chaîne (Félix Mennesson, Charles Morizet, Charles Arnould et Gaston Rohart), l’autre est en forme d’étoile, avec en position du meneur André Thiénot accompagné d’Eugène Courmeaux, Jules Bienfait et Jean-Baptiste Langlet. Les réseaux sans être absents de Reims y ont un poids moindre que dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Si des réseaux familiaux parviennent à accaparer une partie des sièges de conseiller d’arrondissement et de conseiller général des quatre cantons rémois, aucun réseau familial ne semble suffisamment puissant pour réellement s’imposer aux autres et à l’électorat urbain. Les deux réseaux dominants envoyant chacun quatre hommes et donnant, ainsi, chacun 8 % des élus de Reims.

33Pourtant, cette conclusion est à pondérer. En effet, les électeurs de la métropole départementale jouissent d’un privilège rare : celui de pouvoir compter deux députés et de peser très fortement dans la balance électorale des deux circonscriptions par rapport à la population rurale. Entre 1871 et 1940, les électeurs de l’arrondissement de Reims choisissent dix-neuf députés. Cinq d’entre eux (26,32 %) détiennent également des fonctions électives cantonales à Reims : Eugène Courmeaux, Jean-Baptiste Langlet, Camille Lenoir, Paul Marchandeau et Félix Mennesson. Cinq autres siègent au conseil d’arrondissement ou au conseil général pour d’autres cantons de l’arrondissement : Gustave Haguenin, Jean Jacquy, Ernest Monfeuillart, Alfred Thomas et Félix Thomas-Derevoge. Également cinq de ces hommes dirigent la cité des sacres : Victor Diancourt, Jean-Simon Dauphinot, Jean-Baptiste Langlet, Paul Marchandeau et James Pozzi. Quatre de ces députés siègent également au Sénat : Victor Diancourt, Jean-Simon Dauphinot, Jean Jacquy et Ernest Monfeuillart. En intégrant les quatorze députés qui ne soient pas déjà pris en considération dans l’échantillon, certaines relations de parenté directes s’en trouvent renforcées tandis que de nouvelles se révèlent. Jules Warnier, en effet, épouse Élisa David le 6 juin 1850 à Reims. Celle-ci est la fille d’Adolphe David et d’Alexandrine Lambert ; elle est donc la nièce d’Éliza David, mère des deux épouses de Jules Bienfait et cousine d’André Thiénot. Par ailleurs, les députés eux-mêmes entretiennent des relations de parenté : Adrien Lannes de Montebello est cousin par alliance de Bertrand de Mun. Ces liens de parenté directe ont des conséquences visibles sur le paysage politique des cantons et arrondissement de Reims.

Filiations et cousinages dans le paysage politique et social rémois

34De prime abord, l’urbanité confère aux électeurs des circonscriptions rémoises des possibilités multiples pour choisir leurs candidats et donc leurs élus ; il existe, néanmoins, des cousinages et des filiations qui permettent à certains réseaux familiaux de s’implanter localement. Pourtant, cette pratique népotique est moins massive que dans les cantons ruraux. Ainsi, népotisme et filiation concernent 48 % des élus rémois, mais mettent en action neuf réseaux familiaux distincts et parallèles tandis que, dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, 70,83 % des élus procèdent de groupes de parenté directe dont 50 % d’un seul et même réseau familial. Ainsi, en politique locale, l’urbanité semble être un frein à la pratique népotique mais ne la condamne pas totalement. La confiscation familiale de certains sièges est effective, mais comment s’effectue-t-elle ? Quel est l’impact social des membres du groupe de parenté directe ?

Le négoce rémois au devant de la scène

  • 20 Notice « Adrien Lannes de Montebello », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à (...)
  • 21 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vign (...)

35Pour mesurer l’impact social des élus de Reims et tout particulièrement celui des élus locaux issus des groupes de parenté directe repérés, le prisme professionnel donne quelques pistes de réponse intéressantes. Les professions des cinquante élus des cantons de Reims sont connues. Ces hommes choisis par leurs concitoyens sont souvent issus du négoce (28 %), des professions libérales juridiques (18 %), des professions libérales médicales (14 %). Ils sont parfois industriels (10 %), issus du monde de l’éducation et des professions intellectuelles (10 %) ou encore entrepreneurs. Ils sont rarement propriétaires ou employés (4 %), militaires de carrière (2 %) ou ouvrier (2 %). Si ces catégories socioprofessionnelles larges sont utiles, une analyse un peu plus fine s’avère nécessaire puisque les hommes issus du monde du négoce sont, en fait, pour moitié des membres du grand négoce – 21,42 % sont des hommes du négoce des vins de Champagne – et pour moitié représentent des hommes dont l’activité correspond à du commerce de proximité (cabaretier, buraliste, épicier, etc.). Parmi ceux-là, on peut aussi intégrer les deux députés directement issus de cousinages : Adrien Lannes de Montebello et Bertrand de Mun. Le premier « gros exploitant viticole, associé d’une maison de vins de Champagne qui porte son nom, défend les privilèges des petits bouilleurs de cru lors de la réforme de l’impôt sur les boissons (1895) et les intérêts des vignerons champenois à l’occasion du débat sur le projet interdisant la fabrication de vins artificiels (1896-97) »20 ; le second fonde la maison de négoce de vins de Champagne de Mun vers 1898 avant de prendre la direction de la très célèbre maison Clicquot-Ponsardin (celle de la fameuse Veuve Clicquot) de 1907 à 1951. Celui-ci joue un rôle fondamental au cours de la Troisième République dans les questions de délimitation de la Champagne viticole, des fraudes et de la gestion de la crise identitaire de la viticulture champenoise au début du siècle en qualité de président de l’Association viticole champenoise et du Syndicat des grandes marques de vin de Champagne.21

36Au sein des professions libérales juridiques, les avocats comme Napoléon Lasserre sont les plus nombreux (55,56 %) devant les notaires (44,44 %) ; alors que dans les professions libérales médicales, les médecins comme Henri Jolicoeur fournissent le plus gros du contingent (87,5 %) ; les autres exercent la profession de pharmacien – tel Lucien Sorbon.

37Aucun pharmacien n’entre dans la composition des groupes de parenté directe tandis que quatre docteurs en médecine sur les six repérés le font (66,67 %). Quatre négociants sur les sept présents parmi les élus des cantons de Reims (57,14 %) intègrent ces cousinages. Ils appartiennent tous au grand négoce, à l’image de Charles Arnould, et aucun n’exerce dans un commerce de proximité. Les membres des groupes de parenté qui dominent une partie de l’espace politique rémois appartiennent donc à des catégories professionnelles bien précises et intègrent plutôt les supérieures. Aucun militaire, aucun employé et aucun ouvrier ne parviennent, en effet, à intégrer ces rouages familiaux alors que trois industriels sur cinq ou deux entrepreneurs sur deux participent à ces groupes de parenté directe repérés pour les cantons rémois entre 1871 et 1940. Dans ceux-ci, les avocats sont nettement moins nombreux que les notaires (un contre quatre). Cela signifie qu’un seul avocat sur les cinq présents dans l’échantillon (20 %) connaît un lien de cousinage avec au moins un autre élu des cantons rémois. Quatre notaires sur les quatre de l’échantillon appartiennent aux groupes de parenté. L’activité notariale est une annexe fondamentale dans le cadre des transactions et présente, de fait, une proximité évidente avec le grand négoce.

Figure 30. Professions des membres des cousinages rémois

Figure 30. Professions des membres des cousinages rémois

38La différence entre l’avocat et les notaires est perceptible à l’analyse de la composition socioprofessionnelle des groupes de parenté directe. Si l’avocat Charles Portevin est en lien de cousinage direct avec l’industriel Eugène Mathieu, les notaires Félix Mennesson et Charles Morizet entrent en lien de cousinage avec deux négociants Charles Arnould – négociant en vins de Champagne – et Gaston Rohart – marchand de bois ; Charles Guédet de son côté est en lien de parenté directe avec Honoré Bataille – directeur des Galeries Rémoises – et avec Gustave Laurent – écrivain et historien ; enfin, André Thiénot (sans compter le lien de cousinage qu’il entretient avec Jules Warnier, grand négociant en tissus) est un cousin d’Eugène Courmeaux – à la fois ancien commis-voyageur et intéressé au capital de la maison de négoce en vins de Champagne Mumm et Cie et conservateur de la bibliothèque et du musée de Reims – mais aussi de deux docteurs en médecine : Jules Bienfait et Jean-Baptiste Langlet. Dans ce dernier exemple, les alliances des membres issus des professions libérales (juridiques et/ou médicales) sont manifestes. Ces hommes appartiennent au même monde, ils se choisissent des épouses parmi les milieux sociaux et professionnels qui sont les leurs ; conduisant ainsi, à des formes d’endogamie sociales et professionnelles sur lesquelles s’appuient ces hommes en parenté pour renforcer leur visibilité sociale dans le canton d’élection et pour asseoir leur confiscation plus ou moins importante des fonctions politiques locales.

L’empreinte politique des cousinages rémois

39Sous la Troisième République, les élus des cantons de Reims représentent pour leur très grande majorité des idées portées par des factions ou partis politiques de gauche ; ceci malgré le glissement progressif des membres du parti radical et radical-socialiste de la gauche radicale vers la gauche modérée puis vers le centre gauche. Au sein du conseil d’arrondissement de Reims, deux élus portent les valeurs et programmes de la droite libérale et conservatrice : Honoré Bataille et Charles Guédet ; deux autres développent un programme républicain plus modéré proche des idées défendues par l’Alliance républicaine démocratique ou par le Parti républicain démocratique, que cette affiliation soit déclarée ou non : Charles Hurault et Victor Lambert. Au conseil général, le constat est très proche. De nombreux élus de gauche siègent alors que peu d’élus de droite parviennent à enlever quelques sièges : Félix Mennesson et Henri Censier au nom des idées de la droite républicaine et progressiste, Charles Hurault, Gaston Rohart, Georges Censier et André Thiénot comme représentant des idées de l’Alliance républicaine démocratique. Tous sauf Victor Lambert (troisième canton) sont élus par le premier canton de Reims. Dès lors au point de vue politique, on doit différencier ce premier canton plutôt modéré voire de droite ou de centre-droit des autres cantons largement plus ancrés à gauche : notamment les troisième et quatrième cantons.

 

40Les premiers élus du premier canton de Reims sous la Troisième République siègent à gauche en qualité de républicains (Jules Brébant et Augustin Maillet de 1871 à 1892). À leur suite, les électeurs de ce canton sont représentés par des républicains radicaux jusqu’en 1907 (Eugène Mathieu et Antoine Revardeaux). À compter de 1907, Charles Hurault, Honoré Bataille et Charles Guédet font basculer ce canton dans le giron de la droite jusqu’à l’élection de Georges Aubert en 1925 ; celui-ci parvient à conserver son fauteuil jusqu’au déclenchement du second conflit mondial. Georges Aubert siège au sein des radicaux-socialistes. Les détenteurs du fauteuil de conseiller général de ce même premier canton de Reims connaissent une évolution politique relativement similaire à celle de leurs homologues du conseil d’arrondissement. Les premiers mandatés représentent des idées de gauche, parfois radicales : Napoléon Lasserre, Charles Morizet et Augustin Maillet ; ces hommes siègent de 1871 à 1904. Lors des élections de juillet 1904, Félix Mennesson apporte ce canton à l’escarcelle des républicains progressistes. Dans sa continuité, Henri Censier s’inscrit sous la même bannière. En 1912, avec l’arrivée sur le fauteuil de Charles Hurault puis de Gaston Rohart, le canton se positionne plutôt au centre-droit. Au début des années 1920, les radicaux-socialistes parviennent à enlever le fauteuil, mais leur prise de fonction dure le temps du seul mandat de Jules Guichard puisqu’en 1928, l’ARD, représentée par Georges Censier puis André Thiénot, reprend le fauteuil de conseiller général du premier canton de Reims et le conserve sous son influence jusqu’en 1940.

41Le deuxième canton de Reims est initialement représenté au conseil d’arrondissement par Pierre Quenardel pour lequel aucune étiquette précise n’a pu être définie. À partir de 1876, les conseillers d’arrondissement de ce canton s’inscrivent à gauche ; qu’ils soient républicain (Charles Portevin), radicaux (Charles Richard, Arthur Laurent et Camille Lenoir), radicaux-socialistes (Gustave Laurent, Alfred Brouette ou Nazaire Franquet) voire socialiste (Auguste Vassart). Au conseil général, les électeurs de ce canton choisissent comme représentants des républicains ancrés à gauche comme Jules Bienfait, Charles Richard, Camille Lenoir, Jean Knoeri, Gustave Laurent et Raymond Guyot.

Figure 31. Élus et étiquettes politiques à Reims de 1871 à 1940.

Figure 31. Élus et étiquettes politiques à Reims de 1871 à 1940.

42Le troisième canton de Reims, au début de la période, est plus radical que les autres. Au conseil d’arrondissement Irénée Lelièvre, représentant du comité ouvrier, prend le fauteuil et le conserve jusqu’en 1889 ; date à laquelle Eugène Wiet prend le relais au nom du programme radical. En 1891, Edmond Wiet s’assied sur le fauteuil occupé par son père. En 1895, Victor Lambert remporte les élections en s’inscrivant sous la bannière du centre-droit. Neuf ans plus tard, les radicaux-socialistes enlèvent le fauteuil et le conservent jusqu’au second conflit mondial par l’intermédiaire de Clovis Chézel. Au conseil général, l’évolution des étiquettes politiques des représentants du canton est sensiblement la même, sans l’intermède du basculement vers le centre-droit. Entre 1871 et 1881, Eugène Courmeaux représente les idées radicales. En 1881, il est remplacé par Rémy Lagrive, un républicain, qui laisse son fauteuil en 1891 à Eugène Wiet, républicain radical. En 1897, celui-ci est, comme au conseil d’arrondissement, remplacé par son fils Edmond qui porte les mêmes idées. Le basculement vers les idées radicales-socialistes se fait en 1907 avec l’entrée au conseil général de Jean-Baptiste Langlet, et se poursuit de 1925 à 1940 avec les élections de Paul Marchandeau.

43Le quatrième canton de Reims, créé en 1889, envoie siéger des hommes bien ancrés à gauche. Les conseillers d’arrondissement de 1889 à 1900 sont des radicaux : Nicolas Houzeau et Léon Vernouillet. Après 1900, les radicaux-socialistes enlèvent et conservent le fauteuil : Charles David, Léon Tixier, Jean Pannetier, Georges Hodin et Francis Tixier. Les conseillers généraux sont également radicaux (Charles Arnould et Lucien Sorbon) de 1894 à 1904, mais Henri Jolicoeur, républicain de gauche, avait pris le fauteuil de 1889 à 1894. En 1904, la vague radicale-socialiste submerge également ce quatrième canton avec l’entrée au conseil d’arrondissement d’Edmond Lesourd. Pourtant en 1919, le canton se radicalise avec l’élection d’Émile Guernier, représentant du socialisme unifié et membre éminent de la section rémoise de la CGT. En 1922 lors du renouvellement partiel, les électeurs du canton se tournent de nouveau vers le programme radical-socialiste avec l’élection de Jean Pannetier, avant que Georges Hodin ne reprenne le flambeau de 1928 à 1940.

44En regardant les rapports familiaux directs entretenus par les élus entre eux, l’implication des groupes familiaux sur certains cantons est flagrante et très prégnante.

Figure 32. Présence des cousinages sur les fauteuils électifs cantonaux de Reims.

Figure 32. Présence des cousinages sur les fauteuils électifs cantonaux de Reims.
  • 22 1871-1895 ; 1895-1914 ; 1919-1940.

45Le canton le plus marqué par ces familles en politique est le premier canton de Reims. Durant la Troisième République, le fauteuil de conseiller d’arrondissement est aux mains de ces différents réseaux durant quarante-trois ans (63,22 % du temps) alors que celui de conseil général est occupé pendant quarante-six ans (66,67 % du temps). De manière générale, la présence de ces réseaux familiaux est toujours plus grande sur le conseil général que sur le conseil d’arrondissement. Pour le deuxième canton la présence mesurée est de vingt-huit ans (40,56 % du temps) au conseil d’arrondissement pour trente ans (43,48 % du temps) au conseil général. Dans le troisième canton, les conseillers d’arrondissement issus de ces familles ne siègent que six ans (8,70 % du temps) tandis que les conseillers généraux siègent quarante-quatre ans (63,77 % du temps). Pour le quatrième canton, les familles dominent le conseil d’arrondissement durant dix-huit ans (35,29 % du temps) et le conseil général pendant quarante-quatre ans (86,27 % du temps). Les groupes restreints siègent parfois au seul conseil d’arrondissement (28,57 % – Aubert-Quenardel et Mathieu-Portevin), mais occupent beaucoup plus fréquemment des fauteuils dans les deux assemblées départementales (57,14 % – Jolicoeur-Maillet, Wiet-Wiet, Bataille-Guédet-Laurent, Lesourd-Tixier-Tixier). Un seul groupe restreint (Censier père et fils) envoie ses représentants au seul conseil général. Cette situation est également celle des familles qui comptent parmi leurs rangs quatre élus de la Troisième République. Le premier groupe familial (Bienfait-Courmeaux-Langlet-Thiénot) siège dans trois cantons différents pendant quarante-neuf ans, dont vingt-cinq dans le troisième canton et dix-huit dans le deuxième canton. Le second groupe familial d’importance (Arnould-Mennesson-Morizet-Rohart) siège beaucoup moins longtemps – vingt-sept ans – mais pratiquement exclusivement au nom des électeurs du premier canton – vingt-et-un ans. Ces deux groupes familiaux connaissent une présence au cours des trois périodes internes à la Troisième République.22 Cette présence continue n’existe pas pour les groupes familiaux plus restreints qui concentrent leur domination sur deux périodes – pour 85,71 % d’entre eux puisque les membres du groupe Jolicoeur-Maillet siègent uniquement au cours de la période initiale de la Troisième République. En règle générale (83,33 %), la présence familiale se fait sur deux périodes contiguës. Les groupes Mathieu-Portevin ou Wiet-Wiet sont, ainsi, présents sur les deux premières périodes étudiées tandis que les groupes Censier père et fils ou Bataille-Guédet-Lesourd prennent leurs fonctions au cours de la Belle-Époque et de l’entre-deux-guerres.

Figure 33. Cousinages directs et politique à Reims entre 1871 et 1940.

Figure 33. Cousinages directs et politique à Reims entre 1871 et 1940.

46Au point de vue politique, ces familles en politique ne représentent pas forcément des familles politiques. Le seul contre-exemple est le cas des Wiet père et fils où les deux membres représentent tous les deux strictement les mêmes idées : les idées radicales. Les membres des deux groupes de parenté les plus présents dans les rouages politiques locaux à Reims comptent à la fois des hommes de droite ou du centre-droit (André Thiénot pour le premier ; Félix Mennesson et Gaston Rohart pour le second) et des hommes de gauche ou du centre gauche (Jules Bienfait, Eugène Courmeaux, Jean-Baptiste Langlet pour le premier ; Charles Arnould et Charles Morizet pour le second).

47Dans les faits, les fauteuils de conseiller d’arrondissement et de conseiller général des cantons de Reims sont aux mains de quelques familles qui dominent en partie le paysage politique rémois. Ces familles semblent développer des stratégies électorales telles que ces hommes se présentent devant le suffrage des électeurs avec l’étiquette politique la plus appropriée en fonction de la situation sociale et politique du canton. Enfin, les électeurs confient à ces familles les destinées du canton de manière tout à fait consciente et réfléchie comme le prouve l’exemple des membres de la famille Censier.

  • 23 ADM, Aff. El. VI 1237.
  • 24 ADM, Aff. El. VI 1238.
  • 25 ADM, Aff. El. VI 1325.

48Fernand Censier, fils d’Henri, tente sa chance en politique en juillet 1922 : après l’élection de Jean Pannetier au conseil général, le siège de conseiller d’arrondissement est vacant et Fernand Censier se présente devant les électeurs du quatrième canton ; mais il n’est pas élu et est battu par le radical-socialiste Georges Hodin. Dans les affiches placardées lors de la campagne électorale qui précède le scrutin du 16 juillet 1922, Fernand Censier insiste sur ses atouts. Il fait écrire qu’« un bon conseiller d’arrondissement doit connaître à fond les intérêts et les besoins propres à son canton. (…) Un citoyen asservi à la tyrannie des partis, instrument d’une coterie d’arrivistes ou fidèle d’une chapelle d’illuminés, mettrait au premier plan de ses préoccupations les passions de son parti et les chimères de ses théories. Il négligerait, bon gré mal gré, nos intérêts. (…) Citoyens, Censier est un nom qui sonne bien à vos oreilles. Le digne père de Fernand Censier l’a rendu populaire parmi vous : il consacra toute sa vie à Reims dont il fut Conseiller municipal et siégea au Conseil général. »23 Ses soutiens estiment par ailleurs que « Fernand Censier n’a pas été, et ne sera jamais un trafiquant de la politique, un “comitard” monté en grade ; il n’est pas non plus de ces néophytes du radicalisme socialiste, qui cachent, sous une fausse étiquette, leur tempérament et leur situation de véritables bourgeois. »24 De son côté, Georges Censier – frère de Fernand – est candidat en juillet 1925 pour prendre la succession de Louis Guédet. Celui-ci fait placarder une affiche dans laquelle il écrit : « au moment où j’abandonne, pour des raisons de santé, le mandat que vous m’aviez confié au lendemain de la guerre, (…) je recommande sans réserve à vos suffrages, pour reprendre ma tâche, M. Georges Censier, si connu et aimé dans ce canton où son vénéré père, le grand et dévoué patriote, a été bien longtemps votre représentant ».25 Cette dernière allusion mentionne les mandats municipaux détenus par le père. Après un premier tour très serré, au scrutin de ballotage du 26 juillet 1925, les électeurs du premier canton désignent Georges Aubert pour les représenter. Celui-ci porte le programme radical-socialiste tandis que Georges Censier se présentait sous la bannière de l’ARD. Trois ans plus tard, Georges Censier se présente de nouveau devant les électeurs du premier canton mais cette fois pour intégrer le conseil général. Par cette candidature, il suit les sillons tracés par son père, conseiller général du premier canton de 1910 à 1911. Lors de cette élection de 1928, Georges Censier remplace Jules Guichard, radical-socialiste. L’alternance des étiquettes politiques et le déroulement de cette saga familiale montrent que les électeurs confient volontiers les rênes des destinées politiques cantonales à des hommes issus de familles connues et reconnues, si et seulement si il existe adéquation entre le nom et la fonction. Aucun des fils Censier ne siège au conseil d’arrondissement, mais Georges Censier entre, comme son père, au conseil général. Pour les électeurs des premier et quatrième cantons de Reims, le nom Censier est digne de les représenter dans la haute chambre départementale mais pas forcément au conseil d’arrondissement.

49Reims constitue le centre névralgique du négoce et de l’industrie du nord-ouest du département de la Marne par l’intermédiaire des vins de Champagne et du textile. Gros centre urbain s’il en est, Reims compte 81.328 habitants en 1882 (86.219 en prenant en considération les communes rurales des cantons rémois), 113.372 en 1911 et 75.433 en 1921. Néanmoins, par le truchement des réseaux de parenté directe, la confiscation népotique des mandats locaux est effective. Les cantons urbains ne sont donc pas, malgré les possibilités démographiques, économiques et sociales, à l’écart de ce processus où les familles s’inscrivent dans des réseaux sciemment organisés dont l’objectif est le maintien de l’assise sociale et le contrôle de la vie politique locale. Si les cousinages directs entre élus permettent la domination partielle de l’espace politique rémois, une étude plus complexe et complète des liens de parenté directs et indirects entre élus sans prendre en compte la circonscription électorale s’impose ; c’est-à-dire l’analyse de l’impact des Sippen dans le paysage politique départemental voire national.

Notes

1 Bétheny, Bezannes, Champigny, Cormontreuil, Ormes, Saint-Brice-Courcelles, Saint-Léonard, Taissy, Thillois, Tinqueux et Trois-Puits.

2 Les cinquante élus sont les suivants et sont mentionnés comme suit : Prénom Nom de famille (mandat abrégé numéro du canton en chiffres romains début-fin). Charles Arnould (CG IV 1894-1900) ; Georges Aubert (CA I 1925-1938) ; Honoré Bataille (CA I 1912-1919) ; Jules Bienfait (CG II 1871-1889) ; Jules Brébant (CA I 1871-1886) ; Alfred Brouette (CA II 1926-1933) ; Georges Censier (CG I 1928-1934) ; Henri Censier (CG I 1910-1911) ; Clovis Chézel (CA III 1904-1940) ; Eugène Courmeaux (CG III 1871-1881) ; Charles David (CG IV 1900-1913) ; Nazaire Franquet (CA II 1933-1940) ; Louis Guédet (CA I 1919-1925) ; Émile Guernier (CG IV 1919-1922) ; Jules Guichard (CG I 1922-1928) ; Raymond Guyot (CG II 1937-1940) ; Georges Hodin (CA IV 1922-1928 ; CG IV 1928-1940) ; Nicolas Houzeau (CA IV 1889-1895) ; Charles Hurault (CA I 1907-1912 ; CG I 1912-1919) ; Louis Jacqmart (CA II 1937-1940) ; Henri Jolicoeur (CG IV 1889-1894) ; Jean Knoeri (CG II 1901-1925) ; Rémy Lagrive (CG III 1881-1891) ; Victor Lambert (CA III 1895-1904) ; Jean-Baptiste Langlet (CG III 1907-1925) ; Napoléon Lasserre (CG I 1871-1880) ; Gustave Laurent (CA II 1910-1926 ; CG II 1926-1940) ; Arthur Laurent-Déramez (CA II 1889-1896) ; Irénée Lelièvre (CA III 1871-1889) ; Camille Lenoir (CG II 1898-1901 ; CA II 1904-1910) ; Édouard Lesourd (CG IV 1904-1919) ; Augustin Maillet (CA I 1886-1892 ; CG I 1892-1904) ; Paul Marchandeau (CG III 1925-1940) ; Eugène Mathieu (CA I 1892-1901) ; Félix Mennesson-Champagne (CG I 1904-1910) ; Charles Morizet (CG I 1880-1889) ; Jean Pannetier (CA IV 1919-1922 ; CG IV 1922-1928) ; Charles Portevin (CA II 1876-1883) ; Pierre Quenardel (CA II 1871-1876) ; Antoine Revardeaux (CA I 1901-1907) ; Charles Richard (CA II 1883-1889 ; CG II 1889-1898) ; Gaston Rohart (CG I 1919-1922) ; Lucien Sorbon (CG IV 1900-1904) ; André Thiénot (CG I 1934-1940) ; Francis Tixier (CA IV 1928-1940) ; Léon Tixier (CA IV 1913-1919) ; Auguste Vassart (CA II 1896-1904) ; Léon Vernouillet (CA IV 1895-1900) ; Edmond Wiet (CA III 1891-1895) ; Eugène Wiet (CA III 1889-1891 ; CG III 1891-1897).

3 Victor Lambert naît à Bezannes.

4 « Les voilà tous partis, pour faire leur campagne, On les voit à Paris, en Bourgogne en Champagne, Ils vont porter ailleurs, leur vie aventureuse, Ce sont des travailleurs, les maçons de la Creuse. /Tous les chemins de fer qui traversent la France, Et tous les ports de mer Ont connu leur souffrance, Les canaux et les ponts de la Seine à la Meuse, Pourraient citer les noms, des maçons de la Creuse. »

5 Martin Naudaud, Mémoires de Léonard, ancien garçon maçon, Bourganeuf, 1895, 508 p.

6 Alain Corbin, Archaïsme et modernité en Limousin au XIXe siècle (1845-1880), Paris, 1975, 2 tomes, 1167 p. ; Annie Moulin, Les Maçons de la Creuse, les origines du mouvement, Clermont-Ferrand, PIEMC, 1994, 564 p.

7 Préfet de l’Aisne, Conseil général du département de l’Aisne, Session 1868, Laon, de Coquet et Stenger, p. 209.

8 Certains par choix personnels comme Jean Knoeri ou Henri Jolicoeur, d’autres parce que les sources ne nous renseignent pas suffisamment.

9 Cette statistique correspond à 1675 individus sur les 3162 potentiels.

10 Deux individus portent le patronyme Censier, deux celui de Laurent, deux celui de Tixier et deux celui de Wiet.

11 Georges Censier est né à Reims le 22 février 1873 d’Henri Censier et de Victorine Brodier. Les deux élus ont été mandatés par les électeurs du premier canton de Reims pour les représenter au conseil général. Francis Tixier est né le 5 février 1892 à Reims de Léon Tixier et d’Eugénie Vassal. Il est, tout comme son père, conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims. Le docteur en médecine Edmond Wiet est né le 16 juin 1856 à Reims, d’Eugène Wiet, propriétaire et chef d’institution, et d’Élisabeth Bouquet. Edmond Wiet est conseiller municipal et adjoint au maire de Reims et conseiller d’arrondissement pour le troisième canton de Reims. Son père est conseiller municipal, conseiller d’arrondissement et conseiller général pour le même troisième canton de Reims.

12 Dans ce canton seul le père et le fils Corbet portent le même patronyme, pour un corpus constitué de vingt-quatre éléments.

13 Ces cinq indicateurs ont été définis au chapitre précédent.

14 TE = 1 – (nombre d’élus concernés/nombre de branches).

15 IP = nombre de branches x100/nombre de branches total. Celui-ci s’élevant à 870.

16 II = nombre d’individus portant ce patronyme x100/nombre total d’individus présents dans les ascendances. Celui-ci s’élevant à 1675.

17 TIP = nombre d’élus concernés par le patronyme x 100/nombre d’élus du canton. Celui-ci étant de 50.

18 CP = TIP/(1x100/nombre de patronymes différents). Celui-ci étant de 686.

19 Jacob Lévy Moreno, Fondements de la sociométrie, Paris, Presses Universitaires de France, 1934.

20 Notice « Adrien Lannes de Montebello », in Jean Jolly (dir.), Les parlementaires français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.

21 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vigneron champenois (1908-1914) », in Philippe Lacombrade, Fabien Nicolas (dir.), Vin et République, Paris, Pepper/L’Harmattan, « Cliopolis », 2009, pp. 97-111 ; et Alexandre Niess, « Les questions vitivinicoles au conseil général de la Marne (1811-1914), reflets des mutations dans les débats politiques départementaux », in Serge Wolikow (dir.), La construction contemporaine des territoires du Champagne. L’invention de la Champagne viticole (1811-1911-2011), à paraître.

22 1871-1895 ; 1895-1914 ; 1919-1940.

23 ADM, Aff. El. VI 1237.

24 ADM, Aff. El. VI 1238.

25 ADM, Aff. El. VI 1325.

Table des illustrations

Titre Figure 24. Départements de naissance (à gauche) et de mariage (à droite) des membres de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Tableau 25. À Reims : vingt-huit patronymes récurrents.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Tableau 26. Appartenance croisée des élus et/ou de leurs épouses à des patronymes communs
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 25. Relations entre élus en fonction de l’appartenance croisée à des patronymes communs.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 27. Tableau synoptique des relations de cousinages entre élus des cantons rémois.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 26. Relation de cousinages entre les couples Aubert-Canard et Quenardel-Gobert.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 27. Lien de parenté entre Jean Baptiste Langlet et Léonie Charbonneaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 28. Les cousinages directs entretenus par le couple Thiénot-Charbonneaux.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 29. Les cousinages entre élus des cantons de Reims.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 30. Professions des membres des cousinages rémois
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 31. Élus et étiquettes politiques à Reims de 1871 à 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 32. Présence des cousinages sur les fauteuils électifs cantonaux de Reims.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 33. Cousinages directs et politique à Reims entre 1871 et 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48296/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 123k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search