Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Troisième partie. Parenté et Sippe : la politique une affaire de famille ?

Une confiscation locale et rurale des mandats : l’exemple du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont

Texte intégral

  • 1 Annie Bleton-Ruget, « Territoire de famille », in Claude Patriat et Jean-Luc Parodi (dir.), L’héréd (...)

1Annie Bleton-Ruget a montré la transmission des pouvoirs chez les notables bressans et a expliqué que les familles implantées localement de longue date développent en ces cantons ruraux leurs initiatives privées (réseaux matrimoniaux, implantation du patrimoine, etc.), leurs activités professionnelles mais aussi les mandats politiques.1 Afin de confirmer cette analyse, point de départ de notre propre réflexion sur la prédominance des réseaux familiaux sur l’espace politique local par le biais des chambres représentatives départementales sous la Troisième République, nous prenons comme exemple le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Celui-ci extrêmement rural, est situé à l’extrême sud-est du département de la Marne. Qui sont les élus de ce canton ? Quelles carrières mènent-ils ? Existe-t-il des pôles de recrutement et/ou des familles souches qui conduisent conséquemment à une confiscation des sièges ? Peut-on alors repérer des stratégies familiales visant au népotisme politique ?

Des hommes et des carrières

2Mieux connaître les élus dans leurs caractéristiques individuelles, savoir quelles carrières ils effectuent, déterminer d’où ils viennent, etc. constituent une étape d’analyse préalable avant de s’interroger sur les familles dont ils sont issus et sur les réseaux familiaux qui en découlent. Dans le cadre des élections cantonales, les électeurs ont envoyé au conseil d’arrondissement et/ou au conseil général vingt-quatre individus (4,97 % des élus du corpus).

Caractéristiques de ces vingt-quatre élus locaux

3Qui sont ces hommes ? Quelle est leur profession ? Sont-ils mariés ?

  • 2 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerre (...)

4D’abord, les dates de naissances de ces hommes couvrent tout le dix-neuvième siècle. Le premier né est Jean-Baptiste Corbet ; il voit le jour le 24 octobre 1804. Le dernier, Jules Hutin, naît le 11 novembre 1895. La notion de génération constitue une véritable clé de compréhension des attitudes intellectuelles et politiques des individus.2 Ces hommes appartiennent à quatre générations différentes ; avec parfois, certains hommes passerelles entre les unes et les autres. D’abord, la génération des hommes qui vivent les contrecoups de la Révolution française sous la forme de soubresauts révolutionnaires sporadiques. Ils sont sept (29,17 %) à naître entre 1809 et 1832 et à connaître au moment de leur entrée dans l’âge adulte des phénomènes violents à visée politique. Paul Duval a ainsi vingt-deux ans et treize jours quand se déclenchent les journées révolutionnaires de février 1848. À la même date, Pol Matthieu est âgé de quinze ans et sept mois et il appartient également à la génération suivante ; celle des individus qui vivent leur entrée dans l’âge adulte au cours du Second Empire. Ils sont sept à y prendre part et à naître entre 1832 et 1846. Tous les autres (onze individus, soit 45,83 %) ne connaissent au cours de leur vie adulte que le régime républicain. Cinq, à l’image de Paul Vautrin, naissent sous la Troisième République. Ceux-là forment une sorte de génération au sein de la génération puisqu’ils naissent entre le 3 janvier 1873 (Louis Dorget) et le 18 mai 1876 (Champenois). La dernière génération est celle dite du feu. Ses membres arrivent à l’âge de maturité au cours de la Grande Guerre. Jules Hutin lui appartient et il célèbre son vingtième anniversaire en 1915.

Tableau 19. Les élus de Saint-Rémy-en-Bouzemont, leurs parents et épouses

Tableau 19. Les élus de Saint-Rémy-en-Bouzemont, leurs parents et épouses

5Ensuite, au point de vue politique, tous les hommes de la première génération représentent des idées républicaines et s’inscrivent, alors, plutôt à gauche de l’échiquier politique. Les hommes de la deuxième génération se présentent plus fréquemment (57,14 %) sous les bannières de la droite républicaine (du centre-droit aux conservateurs). Ceux de la troisième génération peuvent être qualifiés de modérés puisque 63,64 % d’entre eux représentent des partis centristes (avec toutes leurs nuances du centre-gauche au centre-droit) tandis que les trois autres s’insèrent à droite de l’échiquier politique. Enfin, Jules Hutin s’inscrit dans la continuité de la chambre bleu horizon constituée des anciens combattants quand il représente, dans les années 1930, les idées conservatrices portées par l’URD (Union républicaine démocratique). Ces éléments confirment la pertinence de la notion de génération, quand celle-ci sert à cerner des attitudes politiques individuelles au sein d’un groupe.

6Enfin, ces élus sont avant tout des hommes de la terre. Huit (33,33 %) sont cultivateurs, comme Achille Loisy, et trois (12,5 %) sont propriétaires, comme Jean-Baptiste Corbet. De son côté, Jules Lambert est marchand de bestiaux, tandis que deux sont des capitaines d’industrie agro-alimentaire : Émile Thivet est meunier, Jules Hutin propriétaire d’une fromagerie industrielle. Ces hommes proches des activités agricoles correspondent, ainsi, à 62,5 % des élus locaux du canton. Rien d’étonnant en soit dans un canton rural. Les autres sont magistrats ou avocats comme Émile Lévylier (12,5 %), instituteurs comme Léon Viret (12,5 %), docteurs en médecine comme Louis Ponsard (8,33 %), militaire de carrière comme Paul Duval ou notaire comme Frédéric Leseurre (4,17 %). L’analyse générationnelle de cette structure professionnelle cantonale révèle que dans la première génération, les hommes sont avant tout propriétaires (50 %). On y trouve également un militaire de carrière, un instituteur et un notaire, mais tous les propriétaires de l’échantillon se trouvent dans cette première génération. Les professions des hommes de la deuxième génération sont plus diverses. Un docteur en médecine (14,29 %) côtoie deux instituteurs (28,57 %), deux juristes et deux cultivateurs. Les hommes des troisième et quatrième générations sont, avant tout, des cultivateurs (54,55 %) et des industriels de la branche agroalimentaire (18,18 %) tandis que les négociants, les avocats et les docteurs en médecine (9,09 %) complètent la structure professionnelle. Sur le plan politique, tous les avocats, industriels et négociants représentent la droite. Les cultivateurs choisissent de représenter des idées modérées centristes (77,78 %) plutôt que des idées conservatrices (22,22 %), tout comme les propriétaires qui s’inscrivent tous sous la bannière républicaine.

7En dehors de ces caractéristiques personnelles, de quelle manière s’organisent les carrières de ces hommes ?

Les attributs de la carrière

8Les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont doivent élire un conseiller général et deux conseillers d’arrondissement pour les représenter. Entre 1871 et 1940, ils se choisissent vingt-quatre représentants dont six occupent le fauteuil de conseiller général et vingt celui de conseiller d’arrondissement, puisque Pol Matthieu et Émile Bouilly cumulent successivement les mandats de conseiller d’arrondissement et de conseiller général. Ces hommes, ont-ils été à la tête de leur commune de résidence ? Comment s’effectue leur carrière ? À quel âge entrent-ils au sein des assemblées locales ? Combien de temps dure leur carrière ?

  • 3 Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de la Marne, séance du 23 octobre (...)

9Entre 1871 et 1940, le canton est représenté à Châlons-sur-Marne par six conseillers généraux. Alexis Pilout, déjà nommé en 1870, se présente aux scrutins d’octobre 1871 et est élu « après un premier tour de scrutin infructueux. »3 Le 4 octobre 1874, il est confortablement réélu au premier tour. Entre ces deux élections, son score augmente très nettement puisque son nom rassemble 57,96 % des suffrages exprimés au second tour de 1871 et 70,1 % au premier tour de 1874. Ce scrutin passionne et déplace plus d’électeurs car le taux d’abstention est de 15,51 % contre 29,36 % en 1871. Alexis Pilout conserve son fauteuil jusqu’en 1886 ; il est alors âgé de soixante-dix-sept ans et est remplacé par Pol Matthieu, âgé de cinquante-quatre ans qui vient de passer douze ans au conseil d’arrondissement. Membre de la Ligue républicaine et président du comité républicain du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, il effectue un seul mandat de conseiller général. Malgré le soutien actif et affiché des deux conseillers d’arrondissement élus (Amédée Mauclerc et Eugène Lorphelin), il est battu au scrutin de ballotage du 7 août 1892 par Paul Perroche, avocat de quarante-sept ans, candidat républicain progressiste qui entre au conseil général pour dix-huit ans. Lors d’un banquet républicain organisé le 6 mars 1910, il annonce son retrait de la politique. Son successeur est son ancien adversaire du scrutin du 31 juillet 1904, Émile Thivet, candidat de l’Alliance républicaine démocratique (parti de centre-droit) ; âgé de trente-sept ans, son mandat est perturbé par la Grande Guerre. En 1919, les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont choisissent pour conseiller général Émile Lévylier, candidat de l’Entente Républicaine démocratique (grand parti de la droite républicaine libérale et conservatrice). Pourtant, trois ans plus tard, lors du scrutin de renouvellement de la moitié de l’assemblée, Émile Lévylier est battu par Émile Bouilly, candidat de quarante-neuf ans et ancien conseiller d’arrondissement. Cet homme représente les idées du PRDS et est continûment réélu jusqu’au déclenchement du second conflit mondial. La moitié de ces hommes participe victorieusement à une seule élection (Matthieu, Thivet et Lévylier) tandis que les trois autres remportent trois scrutins successifs (Pilout, Perroche et Bouilly). Cinq de ces conseillers généraux occupent à un moment ou un autre un fauteuil de maire ; seul Pilout, élu en 1871, fait exception. Deux effectuent donc un véritable cursus honorum en politique locale en détenant un fauteuil de maire, un autre de conseiller d’arrondissement avant d’entrer au conseil général : Pol Matthieu, maire de Saint-Rémy-en-Bouzemont de 1881 à 1888, et Émile Bouilly, maire d’Arzillières de 1912 à 1940. L’un d’entre eux cumule ses fonctions de conseiller général avec un fauteuil de parlementaire : Paul Perroche, député de 1902 à 1910. Il n’est pourtant pas le seul à briguer ces fonctions parlementaires puisqu’en 1919, Émile Lévylier se présente sans succès sur les listes du Bloc national. Au point de vue politique, le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont est républicain (plutôt à gauche) au début de la période, glisse vers le centre-gauche (1886-1892) avant que la droite et le centre-droit ne dominent l’espace politique cantonal jusqu’au second conflit mondial.

Tableau 20. Étiquettes politiques des conseillers généraux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont

Tableau 20. Étiquettes politiques des conseillers généraux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont

10À leur entrée au conseil général, ces hommes ont en moyenne cinquante-et-un ans et un mois. Ils sont un peu plus âgés que leurs homologues conseillers généraux sur toute la période et pour tout le département de la Marne dont l’âge moyen d’entrée au conseil général s’élève à cinquante ans et deux mois. Pour l’ensemble des scrutins, la moyenne d’âge des conseillers généraux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont s’élève à cinquante-cinq ans et neuf mois. Cet âge moyen est légèrement supérieur à la moyenne marnaise qui s’établit à cinquante-quatre ans et trois mois. Un seul est élu à soixante-dix ans passé : Alexis Pilout, lors de sa dernière élection en 1880. Un seul est trentenaire : Émile Thivet. L’âge moyen des conseillers généraux de ce canton est relativement proche de la moyenne départementale sans connaître d’exceptions majeures en terme de jeunesse ou de vieillesse, comme il peut en exister dans le reste du département : Gustave Maurice (élu en 1886 par le canton de Vitry-le-François à vingt-huit ans) ou Frédéric Guyot (quatre-vingt-trois ans dans le canton de Fère-Champenoise en 1904). Pourtant, la moyenne cantonale est biaisée par la seule carrière d’Alexis Pilout, élu à l’âge de soixante-deux ans en 1871 avant d’effectuer trois mandats consécutifs. Entre 1871 et 1893, l’âge moyen des conseillers généraux de la Marne s’établit à cinquante-deux ans et quatre mois ; à soixante-trois ans pour le conseiller général de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Au cours de la Belle-Époque et de l’entre-deux-guerres, inversement, les élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont moins âgés que leurs homologues marnais. Entre 1893 et 1914, l’âge moyen de l’élu bouzemontois lors du scrutin est de quarante-neuf ans, contre cinquantetrois ans et cinq mois pour tous les conseillers généraux. Entre 1919 et 1940, cet âge moyen bouzemontois est de cinquante-cinq ans et demi contre cinquante-huit ans et deux mois. Au regard de la longévité des carrières, les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont ne sont pas plus versatiles que leurs homologues marnais : un conseiller général de ce canton siège en moyenne onze ans et demi à Châlons-sur-Marne contre douze ans L’hérédité en République 223 et six mois pour l’ensemble des conseillers généraux marnais. Dans ses caractéristiques, le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont est donc proche de la moyenne départementale et ne peut donc pas être considéré comme une exception notable.

11Les conseillers d’arrondissement du canton siègent, dans les murs de la sous-préfecture située à Vitry-le-François, sur deux fauteuils.

12Le premier fauteuil est occupé par Jean-Baptiste Corbet, depuis 1863, et le passage à la République n’est pas pour lui une rupture. Son décès, le premier mars 1873 appelle prématurément les électeurs au scrutin le 22 juin. Ils lui choisissent comme successeur son fils, Gaston Corbet, dont la charge est donc d’achever le mandat commencé par son père. Or, celui-ci ne va pas au bout du mandat confié par les électeurs dont le terme officiel était fixé à la fin de la session d’avril 1877. En effet, comme son père, mais beaucoup plus prématurément que lui, Gaston Corbet décède en fonction, le 27 janvier 1877 à l’âge de trente-trois ans. Frédéric Leseurre prend la suite, siège neuf ans et prend la présidence du conseil d’arrondissement de Vitry-le-François avant d’être remplacé, le 1er août 1886, par Louis Dallemagne. La carrière de celui-ci est brève et également marquée par son décès survenu le 9 décembre 1889. Une élection cantonale est donc organisée le 2 février 1890. Ferdinand Loppin entre au conseil d’arrondissement sous étiquette républicaine pour un cours intermède de deux ans et demi. En 1892, le républicain Amédée Mauclerc est élu et effectue un mandat de trois ans. Il est remplacé par Achille Loisy, ancien conseiller d’arrondissement du canton voisin de Thiéblemont en 1886. Candidat républicain libéral et progressiste, il conserve le fauteuil jusqu’au renouvellement partiel de 1913. Jules Lambert, candidat malheureux en 1907, est élu le 3 août 1913 sous étiquette républicaine libérale. Il ne conserve pas son fauteuil après la Grande Guerre et Émile Boyet prend sa succession pour la durée d’un mandat. Louis Dorget, radical-socialiste, lui succède à la faveur du scrutin de 1925 ; pourtant, il n’achève pas son mandat et l’année suivante Armand Champenois, également radical-socialiste, prend sa succession. Lors des élections cantonales organisées en octobre 1931, Armand Champenois est sévèrement battu au premier tour de scrutin par le jeune candidat de l’Union Républicaine Démocratique : Jules Hutin. Celui-ci conserve son fauteuil jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. En soixante-neuf ans de Troisième République, ce siège de conseiller d’arrondissement est passé entre douze mains différentes. La durée moyenne du mandat est donc de cinq ans et huit mois, alors que la durée légale d’un mandat est de six ans. Quatre détenteurs décèdent au cours de leur premier mandat et effectuent par conséquent une courte carrière (deux ans et demi seulement en moyenne). Jean-Baptiste Corbet décède à l’âge de soixante-huit ans, son fils Gaston à trente-trois ans, Louis Dallemagne à l’âge de soixante-treize ans et Louis Dorget à l’âge de cinquante-deux ans. Deux seulement (Corbet fils et Boyet) ne détiennent pas de fauteuils de maire et seul Achille Loisy, dont la longévité est exceptionnelle avec dix-huit ans de présence sur le fauteuil de conseiller d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, occupe d’autres fonctions électives puisqu’il a été conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont en 1886.

13Le second fauteuil est d’abord occupé par Paul Duval depuis 1870. En 1874, Pol Matthieu, candidat de centre-gauche, le remplace et effectue deux mandats complets avant de laisser le fauteuil vacant à cause de son élection au conseil général. Élu en 1886 et réélu le 31 juillet 1892, Eugène Lorphelin prend la suite du sortant au nom du comité républicain cantonal et représente les mêmes idées que son prédécesseur ; mais le 28 juillet 1895, Alfred Philippe, candidat républicain libéral et progressiste est élu par les électeurs du canton. Il renouvelle son mandat lors du scrutin du 21 juillet 1901, mais est battu lors de celui du 28 juillet 1907 par Théophile Ponsard, candidat de l’Alliance républicaine démocratique. Il siège jusqu’en 1913 ; après avoir renouvelé son mandat de conseiller d’arrondissement, le 24 juillet 1910, date à laquelle il a été sans succès candidat au conseil général. Le 3 août 1913, Léon Viret, président du comité républicain démocratique du canton entre au conseil d’arrondissement. Au lendemain de la guerre, Émile Bouilly, républicain de gauche au début de sa carrière puis proche du PRDS (Parti républicain démocratique et social), effectue un cours passage de trois années avant d’être élu conseiller général. À partir du 16 juillet 1922, et pour toute la durée restante de l’entre-deux-guerres, Léopold Vautrin reprend ce fauteuil. En 1931 et en 1937, il se présente sous étiquette URD (Union républicaine démocratique) et est facilement réélu au premier tour. Sur ce fauteuil, la durée moyenne des mandats s’établit à huit ans et huit mois, sachant que deux de ses détenteurs passent au conseil général : l’un après douze ans de présence en cette assemblée, l’autre après trois ans seulement. Deux de ces élus ne sont pas maire de leur commune de résidence.

14Les conseillers d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont restent donc en moyenne six ans et dix mois en fonction. Ils sont pour 80 % d’entre eux maires de leur commune et deux seulement (10 %) accèdent au conseil général. Les deux élus de 1871 assumaient cette fonction avant le passage du Second Empire à la Troisième République.

Tableau 21. Étiquettes politiques des conseillers d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont

Tableau 21. Étiquettes politiques des conseillers d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont

15Au point de vue politique, ces conseillers d’arrondissement sont tous membres de tendances ou de partis politiques républicains. Le centre-gauche domine d’abord le paysage politique du canton, mais à partir de 1895, la droite (du centre-droit à la droite libérale et conservatrice) prend le pas sur ses adversaires de gauche, malgré quelques intermèdes assez courts durant l’entre-deux-guerres (de 1925 à 1931), période au cours de laquelle les radicaux-socialistes parviennent à enlever un siège sur les deux.

16À leur entrée en fonction, ces hommes son âgés en moyenne de cinquante-et-un ans et huit mois. Ils sont donc un peu plus âgés que leurs collègues entrant au conseil général mais aussi que les conseillers d’arrondissement marnais dont l’âge moyen à l’entrée en cette assemblée s’établit à cinquante ans et un mois.

17Tels sont les critères généraux de la carrière de ces élus locaux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. D’où viennent les élus ? Dans quelles familles s’intègrent-ils ? S’inscrivent-ils dans une dynastie ou dans un réseau familial népotique et tirent-ils avantage de certaines formes d’hérédité pour parvenir au conseil général ou au conseil d’arrondissement au nom des électeurs de ce canton rural ?

Origine géographique des élus du canton et de leurs épouses

18Les lieux de naissance des vingt-quatre élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont connus. Ces hommes sont nés dans vingt communes différentes, esquissant une certaine dispersion. Celle-ci est cependant assez limitée car quatorze sont originaires de communes du canton (58,33 % d’entre eux). Néanmoins, naître en dehors du canton ne signifie pas être né loin de celui-ci. Achille Loisy est ainsi né à Sapignicourt, commune du canton de Thiéblemont dont le finage est limitrophe de ceux des communes de Hauteville et d’Ambrières, situées dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. L’analyse des distances orthodromiques par rapport au chef-lieu de canton est révélatrice. Par exemple, Émile Thivet, natif de Larzicourt, commune du canton de Thiéblemont, est né à seulement 5,1 kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont ; alors qu’Émile Boyet est né aux Rivières-Henruel, dans son canton d’élection mais à 6,6 kilomètres du chef-lieu de canton. Dans le canton, les vingt-sept communes sont en moyenne distantes du chef-lieu de canton de 7,61 kilomètres. Les quatorze élus du canton sont, en moyenne, nés à 6,85 kilomètres du chef-lieu de canton. Celui-ci recense deux naissances. Neuf élus (Champenois, Duval, Vautrin, les deux Corbet, Dallemagne, Lorphelin, Mauclerc, Philippe) sont nés à plus de huit kilomètres du chef-lieu de canton. Les trois élus natifs de Giffaumont voient ainsi le jour dans une commune située à 11,5 kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont tandis que Dallemagne, né dans le canton, est le plus éloigné du chef-lieu avec 14,3 kilomètres. La distance orthodromique moyenne entre le lieu de naissance des élus et le chef-lieu de canton s’élève à 27,04 kilomètres. Pourtant, dix-sept élus (70,83 %) sont nés à moins de vingt kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont ; dont onze (45,83 %) à moins de dix kilomètres. Certes, quelques élus viennent de communes assez lointaines comme Dorget (Ancerville – 27,7 kilomètres), Loppin (Herpont – 41,4 kilomètres), Hutin (Bovée-sur-Barboure – 63,8 kilomètres), Ponsard (Épernay – 68,2 kilomètres), Viret (Ville-en-Selve – 68,9 kilomètres), Perroche (Montigny-la-Resle – 110,8 kilomètres) et Lévylier (Nancy – 112,5 kilomètres), mais la dispersion constatée par le nombre de communes représentées et par ces naissances lointaines n’est pas si importante.

19Entre 1871 et 1940, le canton compte vingt-sept communes et vingt-quatre élus, donc chaque commune aurait statistiquement eu la possibilité d’envoyer 0,88 natif dans les chambres électives locales. Or, la moyenne cantonale des communes pourvoyeuses d’élus s’établit à 1,4 puisque quatorze élus sont nés dans seulement dix communes différentes du canton. Trois sont nés à Giffaumont (Champenois, Duval et Vautrin), deux à Outines (les deux Corbet) et deux dans le chef-lieu de canton (Lambert et Matthieu). À elles trois, elles représentent 11,11 % des communes du canton et 24,10 % de la population cantonale en 1882, mais sont les communes de naissance de 29,17 % des élus du canton. Il existe assurément des pôles de recrutement sur l’ensemble de la période ; est-il possible de repérer des évolutions ?

20La Troisième République est longue et est traditionnellement découpée en trois temps distincts : 1871-1895, 1895-1918 et 1919-1940. Entre 1871 et 1895, ce sont les prémices de la République avec la mise en forme du nouveau système politique, les remous provoqués par les tentatives de retours monarchiste et bonapartiste, le boulangisme et l’affaire Dreyfus. En 1895, au cœur de la République modérée ont lieu des élections partielles qui conduisent au renouvellement de la moitié des conseils issus des élections cantonales. Cette année-là, les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont appelés aux urnes. De 1895 à 1914, c’est la Belle Époque, le temps des réformes sociales entreprises dans le cadre d’une République radicale bien assise. La Grande Guerre marque pour le département de la Marne le ralentissement des activités politiques locales. Le nord du département est occupé quatre ans durant. En 1919, les électeurs de l’ensemble du département sont appelés à élire de nouveaux représentants cantonaux. La troisième et dernière période est donc celle de l’entre-deux-guerres.

Figure 17. Provenance des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont en fonction des périodes 1871-1895, 1895-1919 et 1919-1940.

Figure 17. Provenance des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont en fonction des périodes 1871-1895, 1895-1919 et 1919-1940.

21Entre 1871 et 1895, 80 % des conseillers d’arrondissement sont originaires du canton. La distance orthodromique moyenne est de 13,01 kilomètres. Les deux-tiers des conseillers généraux sont nés dans le canton d’élection mais la distance orthodromique moyenne au chef-lieu de canton s’élève à 77,93 kilomètres, à cause de la naissance lointaine de Paul Perroche. Ce recrutement plutôt endogène s’effectue avant tout au centre et à l’est du canton délaissant le sud-ouest cantonal. Entre 1895 et 1918, seulement un conseiller d’arrondissement sur trois est originaire du canton d’élection et la distance orthodromique moyenne au chef-lieu de canton est de 30,13 kilomètres (2,3 fois plus qu’au cours de la période précédente), mais est toujours inférieure à celle des conseillers généraux qui s’élève à 57,95 kilomètres. Aucun conseiller général ne naît dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, même si la commune limitrophe de Larzicourt est représentée. Après le conflit mondial, le recrutement local reprend pour les conseillers d’arrondissement ; 66,67 % d’entre eux sont originaires du canton et la distance orthodromique moyenne au chef-lieu de canton est de 20,92 kilomètres. Seule exception, Jules Hutin est né à Bovée-sur-Barboure, commune située à 63,8 kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Si le recrutement local augmente également pour les conseillers généraux (50 %), il reste plus faible que pour les conseillers d’arrondissement. La distance orthodromique moyenne au chef-lieu de canton (58,45 kilomètres) demeure très largement supérieure à celle des conseillers d’arrondissement.

22Le recrutement des conseillers d’arrondissement de ce canton est plus local que celui des conseillers généraux. Ces hommes sont-ils membres de familles et de réseaux qui dominent l’espace politique local par des pratiques népotiques ? Pour que tel soit le cas, il faut au préalable que l’épouse soit originaire du canton d’élection. D’où viennent les épouses des élus ? Celles-ci permettent-elles à un homme né hors du canton de s’implanter avant son élection ? L’épouse tient, en effet, un rôle primordial dans l’accès à la fonction élective, comme nous l’avons déjà vu. Les vingt-quatre élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont tous mariés ; Louis Dallemagne et Paul Perroche l’ont été deux fois. L’échantillon est donc composé de vingt-six femmes.

23Les épouses des élus locaux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont nées dans vingt-deux communes différentes. Seulement neuf (34,62 %), à l’image de Pauline Molandre, sont natives du canton étudié et dix (38,46 %) naissent en dehors du département de la Marne. Pourtant, naître hors de la Marne ne signifie pas naître loin. Ainsi, deux épouses sont natives de Droyes : Francine Corbeil et Jeanne Lacourt. Or, ces deux femmes épousent des hommes nés dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. La première naît et se marie à seulement cinq kilomètres du lieu de naissance de son époux ; la seconde à six kilomètres. Cet exemple montre que les élus peuvent chercher hors du canton une épouse sans que la distance orthodromique séparant les deux communes soit très importante. À l’inverse, certains élus vont presque chercher à l’autre bout du monde leur épouse. C’est ainsi le cas pour Émile Lévylier, avocat à la cour d’appel de Paris, commune où il prend pour épouse Sara Aron, née le 5 mai 1866, à San Francisco. Comme Émile Lévylier est originaire de Nancy, alors la distance orthodromique entre les lieux de naissance des époux est exceptionnellement grande : 9.160 kilomètres. En moyenne, et étant exclue cette distance hors norme, la distance orthodromique séparant la commune de naissance de l’époux de celle de l’épouse est de 40,15 kilomètres. Le cas moyen est assez bien représenté par Louis Loppin, né à Herpont, qui prend pour épouse Félicité Belin, originaire d’Isle-sur-Marne, commune située à 39,7 kilomètres de là. Quatre épouses naissent dans la même commune que leur mari (26,67 %) : Léonie Huot (épouse Bouilly), Adrienne Lataix (épouse Dallemagne), Marthe Lacolle (épouse Lorphelin) et Zéphérine Vauthier (épouse Mauclerc). Les quatorze élus nés dans le canton se marient quinze fois. La distance orthodromique entre leur lieu de naissance et celui de leur épouse s’élève, en moyenne, à 40,55 kilomètres. Par sept fois, ils épousent des femmes également nées dans le canton (46,67 %). Quatre prennent pour épouse des demoiselles natives de communes éloignées de plus de quarante kilomètres de la leur (26,67 %) : Duval (42,9 kilomètres), Corbet fils (48,5 kilomètres), Lambert (88,5 kilomètres) et Pilout (385,6 kilomètres). La situation de ce dernier fausse assez largement la moyenne de cette distance orthodromique car, une fois exclue, celle-ci s’élève à 15,9 kilomètres seulement. Les élus du canton se marient donc généralement avec des jeunes filles issues du même bassin géographique qu’eux, renforçant ainsi leur implantation locale. Cette conclusion est confirmée à l’étude de la distance orthodromique moyenne entre le lieu de mariage et le chef-lieu du canton étudié. Celle-ci s’élève à 26,27 kilomètres pour les élus natifs du canton et à 30,85 kilomètres pour l’ensemble des élus locaux. Quand un élu n’est pas originaire du canton étudié, alors il choisit parfois (27,27 %) une jeune fille née dans ce canton ; et, surtout, célèbre son mariage dans le canton d’élection (54,55 %). Donc, même quand l’épouse n’est pas originaire du canton, par trois fois, le futur élu célèbre son mariage dans une commune du canton. Cet élément montre l’attachement préalable de l’élu à son canton d’élection bien que ni lui ni son épouse n’en soient natifs. En moyenne, la distance entre la commune de naissance de ces hommes et celle de leurs femmes s’élève à 44,06 kilomètres (étant bien évidemment exclue la situation extraordinaire du couple Lévylier-Aron) alors que la distance moyenne entre le lieu de mariage et le chef-lieu de canton est de seulement 20,07 kilomètres.

24En dehors de quatre cas (18,18 %), les élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont n’effectuent pas un grand déplacement pour aller se marier. Quatre (18,18 %) se marient dans leur commune d’origine, trois (13,63 %) dans une commune limitrophe et cinq (22,73 %) font moins de trente kilomètres. Il existe incontestablement un bassin de provenance des élus et de leurs épouses, mais correspond-il à des enracinements géographiques doublés de liens familiaux conduisant à certaines formes de népotisme local qui viserait à la confiscation des sièges électifs sous la Troisième République ?

Des familles souches ?

25Les élus locaux mandatés par les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont entre 1871 et 1940 sont souvent originaires du canton d’élection ou trouvent en ce canton une épouse. Un seul cas relativement exceptionnel, celui d’Émile Lévylier, né à Nancy à 112,5 kilomètres du chef-lieu de canton, qui épouse à Paris (située à 170,3 kilomètres) Sara Aron, native de San Francisco (à 9.095 kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont). Pourtant, rien de réellement surprenant dans cette union, ni dans le fait qu’Émile Lévylier puisse être conseiller général de la Marne au nom des électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, même si sa résidence et ses activités professionnelles sont avant tout parisiennes. Émile Léylier est, en effet, le fils d’un ancien sous-préfet de Vitry-le-François qui a gardé en cette localité et dans les environs des biens ; et tout particulièrement un château à Courdemanges, ancienne propriété de la famille Franchecourt. Cette propriété permet à Émile Lévylier, substitut du procureur à Bar-sur-Aube, Troyes et Rambouillet puis avocat à la cour d’appel de Paris, de dominer la communauté villageoise toujours constituée de moins de trois cents habitants, dont certains louent en fermage les terres des Lévylier. Ces éléments prouvent tout l’intérêt des parentés pour comprendre l’implantation locale de certains élus et conséquemment de leurs épouses.

Des familles implantées dans le canton d’élection

26Plusieurs méthodes peuvent contribuer à évaluer l’implantation d’une famille en un lieu donné. Choix a été fait de s’appuyer sur la concordance entre les lieux de naissance de l’élu, de son père et de sa mère. Pour vingt-deux des vingt-quatre élus locaux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (91,67 %), nous possédons des données fiables. Dans 38,1 % des cas, la commune de naissance de ces trois individus est la même, tandis que le fils naît dans la même commune que son père dans 33,33 % des situations. Louis Pilout naît ainsi dans la commune de Gigny-aux-Bois, tout comme son père Étienne, tandis que sa mère Reine Rougerat est native de Bussy-aux-Bois. Le déplacement entre ces deux communes n’est pas une expédition puisqu’elles sont séparées de seulement 1,5 kilomètre ; et aujourd’hui, depuis leur réunion en 1967, elles forment une seule commune. De son côté, Paul Duval, natif de Giffaumont, est le seul exemple d’individu (4,76 %) qui soit né dans une commune différente de celle de ses parents ; quant à eux, natifs de la même commune, puisque les deux sont nés à Vitry-le-François. Le troisième cas, le plus fréquent, est l’absence totale d’adéquation entre les trois communes (19,05 %). Frédéric Leseurre naît ainsi à Bréban, tandis que son père est né à Margerie et sa mère à Corbeil. Là encore, les déplacements ne se font pas sur des distances très élevées puisque Margerie et Corbeil sont des communes limitrophes dont les clochers sont séparés par seulement 7,6 kilomètres. Bréban se situe à 1,6 kilomètre à l’ouest de Corbeil et se trouve par conséquent à 9,1 kilomètres (ouest-nord-ouest) de Margerie. Et finalement, si Frédéric Leseurre n’est pas né dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, son père, lui, en est originaire. Les élus nés dans le canton d’élection sont-ils plus implantés que les autres ? Pour les quatorze natifs du canton et leurs parents, nous possédons des renseignements fiables. Moitié de ces hommes naissent dans la même commune que leur père et leur mère, à l’image d’Émile Bouilly. Trois (23,07 %) sont nés dans la même commune que leur père, comme Gaston Corbet et deux (15,38 %) viennent de la même commune que leur mère : ces deux hommes sont nés dans le chef-lieu de canton. Quand l’élu est natif du canton, une seule fois existe une totale discordance entre les trois lieux de naissance étudiés : Paul Lorphelin est né à Châtelraould-Saint-Louvent, son père Antoine à Hancourt et sa mère Anne Collard à Frignicourt (pour l’échantillon total, cette situation se présente pour quatre élus : 16,66 %). Là encore, les distances parcourues par le noyau Collard-Lorphelin sont relativement faibles : 14 kilomètres entre la commune de naissance du fils et celle du père, 4,1 kilomètres entre celle de l’élu et celle de sa mère, et finalement 17 kilomètres entre celles des parents. Cela montre bien que l’implantation familiale préalable des élus nés dans le canton est souvent assez ancienne.

27Pour affiner cette conclusion, une analyse des lieux de naissances des élus, épouses et ascendants sur cinq générations est nécessaire. Une telle étude pour vingt-quatre élus et vingt-six épouses s’effectue, en théorie, sur mille-cinq-cent-cinquante individus. Les recherches d’ascendance ont permis de dresser les fiches de neuf-cent-soixante-quinze personnes (62,90 %), pour lesquelles le lieu de naissance est connu dans 59,38 % des cas (cinq-cent-soixante-dix-neuf) ; ce qui correspond, ainsi, au lieu de naissance de 37,35 % de l’échantillon théorique. Ces individus naissent dans cent-quarante-cinq communes différentes dont soixante-sept (45,89 %) sont marnaises. Ressort de ces éléments statistiques une limite évidente à la concentration géographique puisque moins de la moitié des ascendants, élus et épouses, dont le lieu de naissance est connu, proviennent du département étudié et chaque commune donne naissance en moyenne à un peu moins de quatre individus (3,99). Trois communes de naissance n’entrent pas dans les délimitations actuelles de la France métropolitaine : Esch-sur-Alzette (Luxembourg), Bruxelles (Belgique) et San Francisco (États-Unis d’Amérique).

Figure 18. Nombre de naissances par département des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.

Figure 18. Nombre de naissances par département des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.

28Les départements les plus prolifiques en nombre de naissance se situent dans le quart nord-est du pays. La Marne est, de loin, le département de naissance le plus important avec trois-cent-quatre-vingt-douze naissances (68,17 %) ; suivie par la Haute-Marne, soixante-quatorze (12,87 %), la Meuse, trente (5,22 %), l’Yonne, dix-neuf (3,30 %) et la Moselle, quatorze (2,43 %). Paris ne fournit pas de nombreux individus dans les ascendances des élus locaux et de leurs épouses : seulement deux personnes en proviennent (0,35 %). Ces deux individus sont Pierre Vatelot, né le 26 janvier 1834, et Charlotte Florentin, née le 2 juin 1794. Pierre Vatelot est le grand-père paternel de Marthe Vatelot, épouse de Jules Hutin. Charlotte Florentin est la mère de Pierre Vatelot. Cette provenance parisienne concerne donc l’ascendance d’une seule épouse d’élu.

  • 4 On peut revenir sur le cas très particulier de la commune de Sainte-Livière. Marnaise et appartenan (...)

29En portant l’analyse à l’échelle communale, soixante-et-une sont le lieu de naissance d’un seul individu présent dans l’échantillon ; trente-trois le sont pour deux individus seulement. Ces communes regroupent donc cent-vingt-sept naissances (21,93 %). La dispersion des lieux de naissance semble donc être la règle ; elle interdit toute forme d’implantation géographique importante, par conséquent toute forme de concentration familiale et donc toute forme de népotisme. Cependant, certaines communes semblent être de véritables berceaux familiaux où les naissances présentes dans les ascendances des élus et de leurs épouses se multiplient. À Champaubertaux-Bois, on recense trente-deux naissances (5,53 %) ; à Sapignicourt, vingt-huit (4,84 %) ; à Ambrières, vingt-cinq (4,32 %) ; à Sainte-Livière, vingt-quatre (4,15 %) ; à Arzillières, vingt-et-une (3,63 %) ; à Giffaumont, dix-huit (3,11 %) et Hauteville, dix-sept (2,94 %). À elles seules, ces sept communes regroupent 28,52 % des individus présents dans l’échantillon pour lesquels le lieu de naissance est connu. Seule Sapignicourt n’est pas située dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, mais elle en est limitrophe.4 Cette concentration est d’autant plus remarquable que ces communes ne sont pas les plus populeuses du canton. Ainsi en 1882, Champaubert-aux-Bois (374 habitants), Ambrières (337 habitants), Sainte-Livière (304 habitants), Arzillières (340 habitants) et Hauteville (390 habitants) comptent respectivement moins d’habitants que Giffaumont (558 habitants), mais aussi que Saint-Rémy-en-Bouzemont (792 habitants), Drosnay (516 habitants), Margerie-Hancourt (441 habitants), Outines (479 habitants). Les quatre communes du canton les plus représentées dans l’échantillon regroupent 1 355 habitants, soit 17,85 % de la population cantonale de 1882, et concernent 17,63 % des lieux de naissance de l’échantillon. Les cinq communes les plus peuplées du canton en 1882 regroupent 2 786 habitants (36,71 %) et sont les lieux de naissance de 9,33 % des membres de l’échantillon. Pour ces communes, leur influence dans le paysage politique cantonal est bien moindre que leur poids démographique ; signe qu’il existe, en proportion inverse, des foyers de recrutement. Ceux-ci sont-ils le point de départ d’une pratique népotique ? Pour que tel soit le cas, il faudrait que ces foyers de recrutement se doublent d’une mainmise de certaines familles et de certains lignages.

Figure 19. Nombre de naissances par communes des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.

Figure 19. Nombre de naissances par communes des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.

Des patronymes communs parfois récurrents

30Une première approche patronymique révèle les limites de la confiscation des sièges puisque seuls Jean-Baptiste Corbet et Gaston Corbet portent le même patronyme ; le second étant le fils du premier. La succession des mandats de ces deux hommes se fait sans intervalle au tout début de la Troisième République. Les vingt-quatre élus du canton portent donc vingt-trois patronymes différents. S’il existe confiscation familiale des mandats, alors une analyse patronymique succincte ne permet pas de la repérer. Les élus, leurs épouses et leurs ascendants constituent un ensemble théorique de mille-cinq-cent-cinquante individus représentant huit-cents branches familiales et portant, ainsi, potentiellement huit-cents patronymes différents. Les données collectées sur l’échantillon portent sur neuf-cent-soixante-quinze individus (62,9 %) représentant cinq-cent-deux branches (62,75 %). Pourtant, ces branches ne regroupent pas cinq-cent-deux patronymes différents mais seulement trois-cent-trente-huit. Deux-cent-quarante-trois (71,89 % des patronymes représentés) n’apparaissent qu’une seule fois, ce qui interdit toute forme de cousinage. Cette donnée conduit à un premier résultat : il n’est pas de familles souches puisque les redondances patronymiques sont peu importantes. Par conséquent, il ne peut y avoir de confiscation familiale possible. Donc, le népotisme, à l’échelle locale, n’existe pas. Conclusion à confirmer ou infirmer après analyse plus approfondie des quelques redondances repérées. Par ailleurs, la prolixité d’un nom de famille ne constitue pas, de fait, un cousinage avéré ; un célèbre proverbe ne dit-il pas : « Plus d’un âne à la foire s’appelle Martin. » L’existence au sein des ascendances des élus et de leurs épouses de patronymes redoublés est la conséquence de six phénomènes possibles : l’homonymie, la filiation, le doublon, le cousinage simple, le cousinage du noyau ou le cousinage entre noyaux.

31Soit, en effet, nous avons affaire à de l’homonymie ; c’est, à notre connaissance, notamment le cas pour le patronyme Marchal. Parmi les branches renseignées, deux portent ce patronyme. La première est constituée de la descendance de Josèphe Marchal, mère de Ferdinand Gillard, né le 20 décembre 1794 à Hamoir, commune des Alpes-de-Haute-Provence. La seconde est l’ascendance d’Éléonore Marchal, née à Dormans, le 28 avril 1851. La première entre dans l’ascendance directe de Jules Hutin ; la seconde dans celle de l’épouse de Jules Lambert. Soit, cas exceptionnel, il existe filiation directe comme dans le cas du patronyme Corbet. Soit, situation extrêmement rarissime, il existe un doublon sans qu’il y ait cousinage ; comme dans le cas très particulier du patronyme Bonnamy. Louise Bonnamy, originaire de Doulaincourt en Haute-Marne et décédée à Argentenay dans l’Yonne, est ainsi l’épouse de deux élus du canton : Gaston Corbet et Paul Perroche. Soit, la redondance patronymique révèle l’existence d’un cousinage simple dans l’ascendance directe d’un individu. Cette situation existe par exemple dans l’ascendance d’Émile Bouilly, arrière-petit-fils de Victor Bouilly et d’Augustine Gras par sa branche paternelle et sa branche maternelle. Ce facteur explicatif est secondaire pour étudier la confiscation des fonctions politiques locales par le biais de pratiques népotiques, mais est révélateur de l’implantation familiale locale. Soit, il existe cousinage du noyau ; c’est-à-dire une relation de cousinage entre l’élu et son épouse, comme dans le cas du noyau Boyet/Pothier. Émile Boyet entre en cousinage avec son épouse Victoire Pothier : le grand-père maternel de l’élu (Augustin Lacolle) est, en effet, le frère de l’arrière-grand-père maternel de son épouse (Antoine Lacolle). Soit, des cousinages se font entre les noyaux constitués des élus et de leurs épouses. Le patronyme Maurup est révélateur de cette situation. Jeanne Maurup, née vers 1707 à Châtelraould-Saint-Louvent, est l’ascendante Sosa-Stradonitz no 29 de Delphine Charlot et l’ascendante Sosa-Stradonitz no 13 d’Alexis Pilout. Celui-ci est conseiller général du canton de 1871 à 1886 ; celle-là est l’épouse de Frédéric Leseurre, conseiller d’arrondissement de 1877 à 1886.

32Les possibilités de cousinages correspondent à 28,11 % des patronymes. À soixante-sept reprises (19,82 %), un patronyme correspond à deux branches différentes. Douze fois (3,55 %), le patronyme est porté par trois branches familiales. Cinq fois (1,48 % chacune), le patronyme correspond à quatre ou cinq branches. Trois fois (0,88 %), le patronyme est attaché à six branches familiales. Et une fois (0,30 %), le patronyme est porté par sept, huit ou neuf branches. Parmi ces vingt-huit patronymes, quatre correspondent à des patronymes portés par des élus (Boyet, Lambert, Loisy et Vautrin) et sept à des patronymes portés par des épouses (Boyet, Lataix, Loisy, Michel, Pothier, Taillefumier, Vauthier) ; signe de l’importance des épouses dans la réalisation des cousinages.

33L’impact de chacun des patronymes sur la vie politique locale peut se mesurer grâce à cinq indicateurs élaborés à partir de trois données : le nombre de branche familiale portant le patronyme donné, le nombre d’individus ainsi nommé et le nombre d’élus ayant directement ou par mariage ce patronyme dans leur famille. Les cinq indicateurs sont le taux d’endogamie (TE), l’indice de parentèle (IP), l’indice d’impact individuel (II), le taux d’implication politique (TIP) et le coefficient de politisation (CP).

  • 5 TE = 1 – (nombre d’élus concernés/nombre de branches).

34Le taux d’endogamie (TE) se mesure par la différence entre 1 (qui correspond à 100 %) et le quotient du rapport arithmétique entre le nombre de liens vers un élu et le nombre de branches repéré.5 Ce taux permet de mesurer l’endogamie dans l’ascendance des élus eux-mêmes ou des élus et de leurs épouses. Si un même patronyme est, en effet, relevé quatre fois et qu’il entre dans l’ascendance de quatre élus ou épouses, alors le TE est de 0, donc l’endogamie est nulle : il n’y a pas de cousinage à l’intérieur des ascendances. À l’inverse, si le patronyme est relevé quatre fois et qu’il concerne seulement deux ascendances d’élus ou d’épouses d’élus, cela signifie que TE est égal à 0,50 : moitié des cousinages en relation avec ce patronyme se font donc de manière endogamique, soit dans la seule ascendance de l’élu, soit entre l’élu et son épouse.

  • 6 IP = nombre de branches x100/nombre de branches total. Celui-ci s’élevant à 502.

35L’indice de parentèle (IP) permet de calculer l’impact des branches portant le patronyme indiqué par rapport au nombre total de branches connues pour les élus et leurs épouses.6 Plus que la valeur de cet indice pour chaque patronyme, la somme de ces valeurs est révélatrice.

  • 7 II = nombre d’individus portant ce patronyme x100/nombre total d’individus présents dans les ascend (...)

36L’indice d’impact individuel (II) correspond à la même démarche que l’indice de parentèle mais pour les individus eux-mêmes.7 Là encore, c’est la somme des indices d’impact individuel qui renseigne le mieux.

  • 8 TIP = nombre d’élus concernés par le patronyme x 100/nombre d’élus du canton. Celui-ci étant de 24.

37Le taux d’implication politique (TIP) se mesure par le rapport élevé au pourcentage entre le nombre d’élus concernés par le patronyme et le nombre total d’élus du canton8 ; il permet de mesurer de quelle manière le patronyme est présent au sein des assemblées locales.

  • 9 CP = TIP/ (1x100/nombre de patronymes différents). Celui-ci étant de 338.

38Le coefficient de politisation (CP) s’obtient par le rapport entre le taux d’implication politique (TIP) et la place détenue par le patronyme dans le corpus patronymique ; celle-ci étant de 0,296 % puisque chaque patronyme correspond, en effet, à un trois-cent-trente-huitième des patronymes recensés dans cette étude locale.9 Dès lors, des comparaisons entre la part du patronyme dans le corpus et l’impact du patronyme parmi les élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont se font grâce au calcul du coefficient de politisation. Plus ce coefficient est élevé, plus le patronyme a d’impact dans le cadre des élections cantonales.

39À partir de ces données, il est possible de dresser un tableau dont la lecture se fait comme suit : le patronyme Bertrand [Patronymes] est présent à trois reprises [Branches] par le biais de sept personnes [Individus] pour trois ascendances d’élus et/ou d’épouses [Élus]. Le taux d’endogamie est nul [TE]. Le patronyme Bertrand concerne trois branches sur cinq-cent-deux, soit 0,60 % [IP] et est porté par sept individus sur neuf-cent-soixante-quinze, soit 0,72 % [II]. Mais, trois élus sur les vingt-quatre du canton, soit 12,5 % [TIP], ont un lien avec ce patronyme. Les individus dont le patronyme Bertrand apparaît dans leur ascendance ou celle de leur épouse ont 42,25 % [CP] de chance en plus d’être élus que les autres ; signe de l’extrême importance de ce patronyme dans l’élection de conseillers d’arrondissement ou de conseillers généraux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sous la Troisième République.

 

  • 10 Clément, George, Gras, Lataix, Laurain et Vautrin.
  • 11 Chollier, Laboure, Lambert, Lacolle, Leseur, Loisy, Pierret, Pothier et Simonnet.

40Le taux d’endogamie (TE) moyen est relativement faible (0,27) ; signe que, ces branches patronymiques engendrent assez peu de cousinages simples ou de cousinages du noyau. Néanmoins, pour six de ces patronymes (21,43 %), le taux d’endogamie est a minima de 0,5.10 Ce dernier est même de 0,67 pour le patronyme Vautrin. À la suite de l’exemple de l’ascendance d’Émile Bouilly, les élus intégrés à ces familles sont donc parfois issus directement d’un cousinage, entretiennent un quartier d’ascendance commun avec leur épouse ou tout au moins ont dans leurs ascendances respectives un patronyme commun. Près d’un tiers de ces patronymes (neuf) montrent l’existence d’un taux d’endogamie moyen11 compris entre 0,33 et 0,44 ; le reste des patronymes ne révélant qu’un faible (inférieur à 0,25) ou nul taux d’endogamie. Un taux d’endogamie élevé révèle la prégnance de l’implantation familiale locale préalable et l’existence de cousinages très présents et limite par conséquent la présence d’un coefficient de politisation élevé. Un taux d’endogamie moyen est le reflet d’un ancrage préalable au niveau local par le jeu des alliances endogames. Quand le taux d’endogamie est faible ou nul, alors les cousinages se font entre les noyaux familiaux formés par les élus et leurs épouses.

Tableau 22. Vingt-huit patronymes aux implications politiques non négligeables.

Tableau 22. Vingt-huit patronymes aux implications politiques non négligeables.

41Ces vingt-huit patronymes les plus récurrents représentent 8,28 % des patronymes de l’échantillon. Or, la somme des indices de parentèles (IP) est égale à 24,5 tandis que celle des indices d’impact individuel (II) s’élève à 25,23. Cela signifie donc que 8,28 % des patronymes sont à l’origine de 24,5 % des parentèles des élus et de leurs épouses et à l’origine de 25,23 % des individus présents dans les ascendances d’élus et de leurs épouses. Ces deux éléments montrent que la suspicion de cousinages et la possible confiscation des sièges et mandats sont très probables et ne demandent qu’à être confirmées par l’analyse du coefficient de politisation et par une analyse plus fine de la réalité des cousinages.

42Le coefficient de politisation montre que les élus en lien avec ces vingt-huit patronymes récurrents ont au pire 28,17 % de chance en plus d’être élus que les autres individus. L’apport de certains noyaux familiaux est même bien plus élevée puisque posséder les patronymes Garnier ou Loisy dans son ascendance ou celle de son épouse donne 70,42 % de chances supplémentaires d’intégrer les rouages politiques locaux. Dans la majeure partie des cas, ce coefficient de politisation s’établit à 42,25.

43Pourtant, cette analyse relativement exhaustive des récurrences patronymiques les plus nombreuses par l’étude des différents taux (TE, IP, II, TIP, CP) ne montre pas la réalité des cousinages ; tout au plus, permet-elle de les suspecter.

Du patronyme commun à la réalité des cousinages

44Certains patronymes ont des liens redondants avec les élus et semblent montrer l’existence d’une potentielle mainmise familiale sur les sièges électoraux, mais constituent-ils des lignages et des cousinages ? Peut-on, dès lors, parler de réseaux qui seraient à la fois familiaux et politiques ? Quelle place tiennent en ces réseaux les élus du canton et leurs épouses ?

Tableau 23. Les cousinages entre les noyaux maritaux des élus.

Tableau 23. Les cousinages entre les noyaux maritaux des élus.

45Parmi les vingt-quatre élus du canton, seuls sept (29,17 %) n’entretiennent aucune relation de parenté directe ou indirecte (par mariage) avec un autre élu du canton, comme le souligne la valeur 0 présente dans la colonne T. Cette colonne correspond au total des liens de cousinage entretenus par le noyau dont le chef de famille est l’élu ; c’est-à-dire à la somme des lignes et colonnes portant le même numéro. Le T (Boyet) est, ainsi, la somme de la ligne 2 (2+1+1) et de la colonne 2 (3), pour un total de 7 (2+1+1+3). La valeur placée au croisement des lignes et des colonnes mentionne le nombre de possibilité de cousinage entre les noyaux conjugaux concernés. Par exemple, au croisement de la ligne no 19 et de la colonne no 24, on trouve le chiffre 3. Cela signifie en clair que le noyau Philippe/Molandre connaît trois liens de cousinages avec le noyau Viret/Parcollet. Ces derniers se font par l’intermédiaire de trois couples : le premier Henry Parcollet et Reine Contant, le deuxième Nicolas Philippe (1744-1828) et Élisabeth Bongrain (~1756-1834) et le dernier Simon Loisy (~1648-1712) et Jeanne Caquiat (~1651-1727).

Figure 20. Les cousinages entre les noyaux Philippe/Molandre et Viret/Parcollet.

Figure 20. Les cousinages entre les noyaux Philippe/Molandre et Viret/Parcollet.

46En nombre de cousinages vers d’autres noyaux conjugaux d’élus, le couple Philippe/Molandre est le plus prolifique (19) ; suivi par le double couple Dallemagne/Lataix et Dallemagne/Loisy (18).

  • 12 Il est maire de sa commune natale d’Ambrières de 1858 à 1881 et de 1884 à 1888. Il est élu conseill (...)
  • 13 Alphonse Curé est cultivateur et maire d’Ambrières de 1852 à 1858.
  • 14 Sébastien Loisy (1718-1776) est originaire de Perthes.
  • 15 Marie Claire Grignon (1716-1777) est native de Thiéblemont.
  • 16 Nous y trouvons la naissance de François Dallemagne, aïeul de Louis Vital. La proximité géographiqu (...)
  • 17 Archives Départementales de la Haute-Marne : E dépôt 2998 à 3000 et 5 Mi 386.
  • 18 Soixante-cinq garçons et soixante-dix huit filles.
  • 19 Quatre garçons et six filles qui correspondent à 6,99 % des naissances dont le patronyme du nouveau (...)
  • 20 Quinze garçons et dix-sept filles qui correspondent à 22,38 % des enfants dont le patronyme est Dal (...)
  • 21 Onze garçons et vingt-quatre filles. Les parrain ou marraine issus de la famille Dallemagne sont 2, (...)
  • 22 C’est le deuxième total derrière le patronyme Curé (96), devant les patronymes Navet (51), Loisy (3 (...)
  • 23 C’est le deuxième total derrière le patronyme Curé (108), loin devant les patronymes Navet (51), Lo (...)
  • 24 Le patronyme Curé compte 92 occurrences et celui Loisy 52.
  • 25 Soit 4,62 %.
  • 26 Le patronyme Dallemagne se place derrière les patronymes Curé 107 occurrences, Loisy 57 occurrences (...)
  • 27 Soit 5,20 %.
  • 28 Le patronyme Curé est présent dans 101 baptêmes, Loisy 37, Carré et Navet 33, Vincent 30.
  • 29 Soit 4,55 %.
  • 30 Le patronyme Curé est présent dans 93 baptêmes, ceux de Loisy 40 fois, Vincent 37 fois, Navet 31 fo (...)
  • 31 Soit 5,38 %.
  • 32 Il s’agit des mariages de Nicolas Curé avec Michelle Dallemagne le 1 janvier 1669, de Louis Curé av (...)
  • 33 Il s’agit des mariages de Salomon Navet avec Jeanne Dallemagne le 6 mai 1664, de Jean Pierre Navet (...)
  • 34 Il s’agit des mariages de Joseph Oudinot avec Marie Dallemagne le 8 janvier 1759, d’Augustin Oudino (...)
  • 35 Il s’agit du mariage de Claude Loisy et de Madeleine Dallemagne le 2 octobre 1747.
  • 36 Ces mariages sont ceux de Nicolas Dallemagne avec Madeleine Curé le 10 octobre 1701, de Jean Dallem (...)

47Les nombreux liens entretenus par Louis Dallemagne et ses épouses avec les vingt-huit noms de famille les plus récurrents et les fréquents liens de cousinages (18) qu’ils entretiennent avec plusieurs noyaux maritaux d’élus (5) sont tout à fait exceptionnels. Ils sont le résultat de deux mariages successifs avec deux femmes issues de lignages très implantés dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont et ses environs. Né à Ambrières, le 25 avril 1816, Louis Dallemagne épouse, en cette commune, le 7 mai 1844, Adrienne Lataix, également originaire d’Ambrières, où elle est née le 8 juin 1824. Elle y décède, le 6 août 1868, après avoir donné à Louis une fille (Aricie Dallemagne, née le 5 juin 1845) et un garçon (Alfred Dallemagne, né le 17 juillet 1861). Quatre ans après ce décès, Louis se remarie le 22 août 1872, à Vitry-le-François, avec Émilie Loisy. Celle-ci est née le 29 mai 1814 à Sapignicourt et est la veuve, depuis le 17 septembre 1871, d’Alphonse Curé. En soit, rien d’étonnant à ce qu’un veuf âgé de vingt-huit ans épouse en secondes noces une veuve de trente ans. Sauf que ! En 1872, Louis Dallemagne est maire d’Ambrières12 et Émilie Loisy est veuve du prédécesseur de son nouvel époux.13 Quels sont les liens véritables entretenus entre ces individus ? D’une part, la première et la seconde épouse de Louis Dallemagne sont petites-cousines ; toutes deux descendantes du couple formé par Sébastien Loisy14 et Claire Grignon.15 D’autre part, les familles Curé et Dallemagne sont toutes deux originaires de Perthes, en Haute-Marne,16 où elles entretiennent de nombreux liens de parenté. Ceux-ci peuvent être envisagés par l’analyse des registres d’état civil, et plus précisément les actes concernant les naissances et les mariages entre 1668 et 1802.17 Dans cette commune, le patronyme Dallemagne est très présent dans les actes d’état-civil : 6,42 % des naissances de cette commune, 11,41 % des mariages célébrés et 5,13 % des décès intervenus. Cent-quarante-trois naissances18 concernent le patronyme Dallemagne. Pour dix d’entre elles,19 le nom de famille de la mère était Curé, et pour trente-deux d’entre elles20 le patronyme du parrain et/ou de la marraine était Curé. En comparaison, les parrains ou marraines portant le nom de famille Dallemagne sont au nombre de trente-cinq.21 Parmi les parrains et marraines, on recense des membres de la famille Loisy, originaires de Sapignicourt, signe des relations établies entre ces deux groupes familiaux ; comme le prouve l’acte de baptême de Nicolas Dallemagne, fils de Pierre Dallemagne et de Françoise Jannot : le baptême est célébré le 15 mars 1783, l’enfant est filleul de Nicolas Loisy et de Pierrette Loisy, originaires de Sapignicourt. Mille-cent-vingt-sept naissances de garçons et mille-quatre-vingt-onze naissances de filles sont consignées sur les registres d’état-civil de la commune de Perthes. Parmi celles-ci, soixante-et-un garçons22 et soixante-sept filles23 sont nés d’une mère dont le nom de jeune fille est Dallemagne. Les parrains issus de la famille Dallemagne sont au nombre de quarante-cinq24 sur les neuf-cent-soixante-quatorze baptêmes de garçons pour lesquels un parrain est mentionné,25 et sont cinquante26 pour les neufcent-soixante-deux baptêmes de filles renseignés.27 Les marraines portant le patronyme Dallemagne sont quarante-quatre28 pour les neuf-cent-soixante-six baptêmes de garçons renseignés29 et cinquante-et-un30 sur neuf-cent-quarante-huit baptêmes de filles.31 Trente-sept mariages de jeunes filles Dallemagne, dont trois avec un homme nommé Curé,32 sont comptabilisés. C’est d’ailleurs ce patronyme qui est le plus récurrent avec ceux de Navet33 et Oudinot.34 Un seul mariage concerne les familles Dallemagne et Loisy.35 Au cours de la même période, vingt-sept mariages de jeunes hommes de la famille Dallemagne, dont quatre avec des jeunes filles de la famille Curé,36 sont enregistrés. Les redondances matrimoniales conduisent à penser que Louis Dallemagne et Alphonse Curé participent à un réseau de sociabilité commun, s’ils n’ont un lien de parenté direct. Les liens familiaux redoublés entretenus au sein d’un village permettent de considérer les familles comme un ensemble influencé par des stratégies matrimoniales et de parrainage, où tout est fait pour entretenir des liens étroits entre des groupes de parenté construits autour d’alliances et avec les redoublements de ces dernières, fussent-elles symboliques (comme l’est le parrainage).

48Ce cas est d’autant plus exceptionnel que Louis Dallemagne entretient, en conséquence, de nombreux liens de cousinage avec cinq autres noyaux conjugaux d’élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, mandatés au suffrage universel entre 1871 et 1940 : Dorget/Boyet, Loisy/Michel, Mauclerc/Vauthier, Philippe/Molandre et Viret/Parcollet. Ces six noyaux conjugués participent à un réseau de parenté et de cousinage dont l’impact sur le canton est loin d’être négligeable. D’abord, ces six individus entretiennent vingt-cinq liens vers des membres de l’échantillon, avec une moyenne de 4,17 liens, alors que la moyenne pour l’ensemble du canton s’établit à 1,75 lien (2,47 liens en écartant les noyaux familiaux isolés). En ce sens, le cas de Frédéric Leseurre est beaucoup plus proche de la moyenne cantonale alors qu’il entretient un cousinage avec le noyau Loisy/Michel et un avec Pilout/Vaudrus. À l’inverse, la relation de cousinage entre Champenois et Vautrin apparaît relativement insolite puisque chacun des deux noyaux conjugaux n’entretient de lien de cousinage qu’avec un seul autre noyau mais par le biais de sept relations de cousinage. Celles-ci procèdent de deux noyaux familiaux originels seulement : Nicolas Taillefumier et Anne Garnier, d’une part, et Pierre Vautrin et Marguerite Legrand, d’autre part.

Figure 21. Cousinages entre les noyaux Champenois/Taillefumier et Vautrin/Lacourt

Figure 21. Cousinages entre les noyaux Champenois/Taillefumier et Vautrin/Lacourt

49Le réseau de cousinage constitué des noyaux conjugaux Dallemagne/Lataix/Loisy, Dorget/Boyet, Loisy/Michel, Mauclerc/Vauthier, Philippe/Molandre et Viret/Parcollet s’étend au-delà de ces six par l’intermédiaire du cousinage entretenu par Loisy/Michel avec Leseurre/Charlot, noyau cousin du noyau Pilout/Vaudrus, mais aussi par les cousinages du noyau Dorget/ Boyet avec les noyaux Matthieu/Vagny et Boyet/Pothier, ce dernier étant en lien direct avec les noyaux Bouilly/Huot et Lorphelin/Lacolle.

Figure 22. Le réseau de cousinages le plus représenté.

Figure 22. Le réseau de cousinages le plus représenté.

50Avec ses extensions, par le biais de ses noyaux-pivots (Loisy/Michel et Dorget/Boyet), ce réseau de cousinages regroupe pas moins de la moitié des élus du canton. Celui-ci est composé à 66,67 % d’hommes de la terre (50 % de cultivateurs et 16,67 % de propriétaires). Au cœur du réseau, les cultivateurs et propriétaires entretiennent de forts liens avec deux des trois instituteurs de l’échantillon. Aux marges et par le biais de l’extension Loisy/Michel, ce réseau intègre un notaire et un propriétaire, tandis que l’extension Dorget/Boyet affirme le poids des cultivateurs dans le réseau (+3) et donne un lien vers un docteur en médecine. Ce réseau regroupe donc 75 % des cultivateurs de l’échantillon, 66,67 % des propriétaires ou des instituteurs de l’échantillon ; nulle trace, toutefois, des industriels, des négociants ou des magistrats et avocats. Ces hommes-là participent-ils aux réseaux familiaux qui envoient fréquemment des hommes siéger au conseil d’arrondissement ou au conseil général de la Marne ?

  • 37 Georges Corbet est né le 7 juin 1874, à Meaux.
  • 38 Avocat au tribunal de Vitry-le-François, natif de Montigny-la-Resle et père de François Perroche, n (...)
  • 39 François Perroche décède le 13 février 1899, à Outines.
  • 40 Native de Cannero en Italie, elle est descendante d’un avocat de Bar-sur-Aube.

51En dehors de ce vaste réseau, cinq autres élus ont des liens de cousinage. Le deuxième réseau est constitué des noyaux Champenois/Taillefumier et Vautrin/Lacourt. Les deux chefs de famille sont cultivateurs dans la commune de Giffaumont. Le troisième et dernier réseau se construit autour du noyau composé de Gaston Corbet et de son épouse Marguerite Bonnamy. Gaston Corbet est le fils de Jean-Baptiste Corbet, lui-même membre du corpus ; donc, bien plus qu’une relation de cousinage, nous avons ici une relation filiative. Celle-ci est doublée d’une relation toute particulière par le biais de Marguerite Bonnamy, née à Doulaincourt en Haute-Marne, du maître de forges Eugène Bonnamy et de Thérèse Bertrand. Le 25 juin 1872, à vingt-deux ans, elle épouse dans l’Yonne Gaston Corbet, alors que le père de celui-ci est conseiller d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont depuis 1863, propriétaire à Outines et maire de cette commune depuis 1846. Le 1er mars 1873, Jean-Baptiste décède et son fils est mandaté par les électeurs du canton pour lui succéder bien qu’il soit, alors, magistrat auprès du tribunal de Meaux. Gaston décède le 27 janvier 1877, à Sainte-Menehould. Marguerite Bonnamy se retrouve veuve à l’âge de vingt-sept ans avec à sa charge le jeune Georges.37 Elle épouse alors en 1881, un autre des quatre-cent-soixante-dix-neuf habitants de la commune d’Outines : Paul Perroche.38 François Perroche, fils du couple Perroche-Bonnamy, et Georges Corbet sont donc élevés ensemble, jusqu’au décès du premier.39 En 1892, Paul Perroche est élu conseiller général du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont et en 1902 il intègre le Palais Bourbon. Georges Corbet profite très largement de l’élection de son beau-père et des relations professionnelles tissées par celui-ci pour exercer la profession d’avocat et pour faire un beau deuxième mariage avec Pia Chevalier Lagenissière, à Dijon en 1904.40 Finalement, le lien entre les élus Gaston Corbet et Paul Perroche ne se fait pas dans leur ascendance directe, mais par leur épouse commune. Ce phénomène constitue un véritable hapax dans sa forme et est singulier au regard de la composition professionnelle de ses membres. Corbet père est propriétaire, Corbet fils exerce la profession de magistrat tandis que Perroche est avocat. Cela signifie que les électrons libres du canton exercent des professions toute particulières qui les met en avant dans le paysage professionnel cantonal : négociant (Lambert), militaire (Duval), industriel (Hutin et Thivet), docteur en médecine (Ponsard), avocat (Lévylier) et instituteur (Loppin) ; et, finalement, aucun cultivateur ne parvient à se faire élire en dehors des réseaux familiaux dont la mainmise est très importante puisque plus que des liens avec des patronymes communs, les élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sous la Troisième République entretiennent des relations de parenté pour 70,83 % d’entre eux. Pour la moitié des élus du canton, ces relations familiales procèdent d’un seul et même groupe de parenté ramifié. Il existe donc, au sein de foyers de recrutement, des familles qui accaparent une partie des sièges soumis au vote des électeurs sous la Troisième République, bien que le suffrage universel élargisse le corps électoral et bien que la liberté de candidature soit indéniable. Comment s’exprime cette emprise des réseaux de cousinages sur le paysage politique local ?

Du cousinage au népotisme politique

52Dix-sept élus du canton appartiennent à un réseau de cousinages, dont douze participent au même réseau de parenté. Quel est l’impact réel de ces réseaux sur les mandats politiques locaux ?

Main basse sur les assemblées locales, mais pas seulement

53Les trois réseaux repérés sont d’ampleur variable et n’ont, donc, pas le même impact sur le paysage politique du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont.

Tableau 24. Présence des membres des réseaux de cousinage sur les fauteuils mis aux voix des électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont entre 1871 et 1940.

Tableau 24. Présence des membres des réseaux de cousinage sur les fauteuils mis aux voix des électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont entre 1871 et 1940.

54Le groupe le moins nombreux envoie ses deux membres au conseil d’arrondissement ; le premier (Léopold Vautrin) de 1922 à 1940 et le second (Louis Champenois) de 1926 à 1931. Ces deux hommes siègent donc au cours de l’entre-deux-guerres et monopolisent même les fauteuils du conseil d’arrondissement de 1926 à 1931.

55Le réseau Corbet connaît une destinée un peu plus glorieuse. Certes, Jean-Baptiste Corbet et son fils Gaston siègent seulement au conseil d’arrondissement au cours des six premières années de la Troisième République mais Paul Perroche prend place au conseil général de 1892 à 1910 ; sans compter sa présence au parlement.

56Le troisième groupe familial accapare, davantage encore, les sièges avec ses douze membres. Par leur intermédiaire, ce réseau est présent dans les assemblées locales tout au long de la Troisième République. Au moins un membre du groupe siège au conseil d’arrondissement de 1874 à 1926. Les fauteuils de cette assemblée réservés aux représentants du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont monopolisés par les membres de cette famille de 1877 à 1889, puis de 1894 à 1907, et enfin de 1919 à 1922. Pendant trente ans, soit 43,48 % du temps que dure la Troisième République, ce réseau de cousinages truste ces mandats. En présence cumulée, le groupe siège au conseil d’arrondissement pendant quatre-vingt-deux ans et occupe alors 59,42 % du temps les fauteuils mis à élection. Non content d’accaparer ces fauteuils, le groupe familial est également présent au conseil général de 1871 à 1892 et de 1922 à 1940. Pendant trente-neuf ans (56,53 % de la Troisième République), le groupe siège dans la haute chambre départementale ; tant et si bien que la durée des mandats détenus par les membres de ce groupe de parenté directe s’élève à 54,11 % de la durée disponible pour effectuer un mandat sous la Troisième République. Parfois, les trois fauteuils sont aux mains des membres du groupe, représentant ainsi 100 % des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont ; telle est la situation cantonale entre 1877 et 1889.

57Pour les trois groupes, l’action politique ne se limite pas au conseil d’arrondissement ou au conseil général. Plusieurs de leurs membres dirigent, en effet, des municipalités. Vautrin est, ainsi, maire de Giffaumont de 1925 à 1940. Parmi les dix-sept élus en réseaux, seuls quatre (Boyet, Corbet fils, Lorphelin et Pilout) ne sont pas maires d’une commune. L’implantation en politique locale de ces réseaux de cousinage par le biais des élus sous la Troisième République est donc importante. Certaines communes sont longtemps dirigées par ces élus de la Troisième République. Outines est entre les mains de Jean-Baptiste Corbet de 1846 à 1873, avant d’être dirigée par Paul Perroche de 1890 à 1917. La durée de présence du réseau Corbet à la tête de cette commune s’élève alors à cinquante-quatre années. À Ambrières, Louis Dallemagne (de 1858 à 1881 puis de 1884 à 1888) et Jules Philippe (de 1888 à 1919) monopolisent le fauteuil de maire pendant cinquante-huit années consécutives. Si le réseau Corbet se concentre sur la commune d’Outines et si les membres du réseau Vautrin ne dirigent que la commune de Giffaumont (de 1912 à 1920 puis de 1925 à 1940), les membres du réseau Dallemagne dirigent sept communes différentes, dont Sapignicourt de 1892 à 1896, commune située dans le canton voisin de Thiéblemont. Les six communes du canton sont Ambrières (de 1858 à 1919 par Dallemagne et Philippe), Arzillières (de 1912 à 1940 par Bouilly), Blaise-sous-Hauteville (de 1912 à 1920 par Viret), Hauteville (de 1878 à 1895 par Leseurre et Mauclerc), Saint-Chéron (de 1908 à 1926 par Dorget) et Saint-Rémy-en-Bouzemont (de 1881 à 1888 par Matthieu). La visibilité politique des membres de ce réseau familial est loin d’être négligeable puisque le mandat municipal précède toujours le mandat cantonal ; de sorte que l’élection au conseil d’arrondissement ou au conseil général en est facilitée. Ce réseau Dallemagne contient, en son sein, les deux seuls élus à effectuer un cursus honorum local complet en ayant des fonctions municipales avant d’entrer au conseil d’arrondissement puis au conseil général : Bouilly et Matthieu. L’expertise municipale puis l’expérience de la gestion des menus dossiers cantonaux conduisent, parfois, à la haute chambre départementale ; tout cela, en prenant appui sur un réseau familial. Celui-ci ne se limite pas à la génération des élus ; et ces réseaux familiaux denses et ramifiés investissent l’espace public et politique local de longue date.

Une emprise locale et ancienne

58Les douze élus du réseau Dallemagne intègrent un réseau familial aux ramifications multiples. Celui-ci constitue un élément de justification de la candidature et de l’élection lors des échéances municipales et cantonales. Le réseau s’inscrit dans la durée et dépasse largement les bornes chronologiques de la Troisième République. Louis Dallemagne, lui-même, dirige la commune d’Ambrières pratiquement tout au long du Second Empire.

59L’emprise locale se mesure par la prise en considération des directions de municipalités par les autres membres du réseau de cousinage ; et, en tout premier lieu, par les ascendants directs des noyaux conjugaux des élus. Pourtant, certains comme Louis Lataix, né à Sainte-Livière le 28 juillet 1702 et décédé à Ambrières le 22 mars 1748, naissent, vivent et décèdent avant l’instauration des communes par la loi municipale du 14 décembre 1789 et ne peuvent donc intégrer les rouages politiques municipaux. D’autres, à l’image de Claude Dallemagne, né à Perthes vers 1698 et décédé en cette commune en 1762, sont installés hors du département de la Marne, dans des communes pour lesquelles aucune recherche n’a été effectuée. Pour les communes de la Marne, les archives départementales conservent des listes exhaustives et précises des maires depuis 1800.

60L’étude des mandats de maire effectués par des membres de la famille élargie est extrêmement révélatrice de cette politique familiale qui tend à considérer le mandat comme un véritable patrimoine familial. En effet, le groupe de cousinage le plus important du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont cumule avec certitude mille-six-cent-quatre-vingt-cinq ans de mandats cumulés, répartis dans trente-sept communes différentes, dont vingt situées dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. La moyenne s’établit à quarante-cinq ans et demi de présence à la tête de chaque commune ; pourtant, les différences sont importantes entre les trois ans de mandats effectués à Bussy-le-Château entre 1881 et 1884 par Onésime Jeny et les cent-six ans de présence à la tête du conseil municipal de Cloyes-sur-Marne par les membres des familles Jacquemin, Cugnot et Rogerat cousins d’Émile Boyet et de Delphine Charlot, épouse Leseurre. Dans les communes du canton, la durée moyenne de présence à la tête d’une commune s’élève à un peu plus de quarante-six ans ; avec, là encore, de fortes disparités entre les cinq ans de mandats à Isson de 1800 à 1805 et les quatre-vingt-dix-huit ans de direction municipale de Landricourt avec les familles Philippe, Loisy ou Curé.

Figure 23. Les communes de la Marne dirigées par des membres de la parenté entre 1800 et 1940.

Figure 23. Les communes de la Marne dirigées par des membres de la parenté entre 1800 et 1940.

61Les trois communes, situées en dehors du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, où des membres du groupe de parenté directe s’installent durablement sont Cloyes-sur-Marne pendant cent-six ans, Sapignicourt durant quatre-vingt-neuf ans et Vauclerc avec quatre-vingt-quatre ans de direction municipale. Bien que situées en dehors du canton, ces communes en sont géographiquement très proches. Vauclerc, la plus éloignée de ces communes, ne se trouve qu’à 6,9 kilomètres de Blaise-sous-Arzillières ; tandis que Cloyes-sur-Marne est à 3,9 kilomètres de Saint-Rémy-en-Bouzemont et Sapignicourt à 2,5 kilomètres d’Ambrières. La distance orthodromique moyenne entre les communes dirigées par un membre de la famille qui ne se situent pas dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont et la commune la plus proche comprise dans celui-ci est de 11,16 kilomètres. La Chapelle-Lasson est à 52,6 kilomètres et Bussy-le-Château à 42,7 kilomètres de Châtelraould-Saint-Louvent, tandis que toutes les autres communes sont situées à moins de 14,1 kilomètres : distance qui sépare Bignicourt-sur-Saulx de Hauteville. Ces deux communes, bien plus lointaines que les autres, exclues, alors les communes dirigées par des membres du réseau de parenté qui ne soient pas localisées dans le canton d’étude se situent, en moyenne, à 6,3 kilomètres d’une commune de ce canton. Cette forte concentration géographique pèse bien évidemment sur la destinée politique du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont et des hommes issus du groupe de parenté ; d’autant plus que de nombreuses communes du canton sont entre les mains de membres du groupe de parenté directe.

62Dans le canton, les cinq communes les plus fréquemment dirigées sont Landricourt (pendant quatre-vingt-dix-huit ans), Ambrières (quatre-vingt-quinze ans), Champaubert-aux-Bois (quatre-vingt-onze ans), Châtelraould-Saint-Louvent (quatre-vingt-sept-ans) et Arzillières (quatre-vingt-un ans). Dans ces communes, des membres du réseau de cousinages sont à la tête de la municipalité pendant plus de 57,86 % du temps ; ce taux monte à 70 % du temps à Landricourt. Bien évidemment, en dehors du canton, à Cloyes-sur-Marne, ce même taux monte à 75,71 % : un vrai record !

  • 41 Antoine Lataix détient le fauteuil de 1800 à 1805, Nicolas Dorget de 1805 à 1811, François Lataix d (...)
  • 42 François Loisy est maire de 1848 à 1852, Alphonse Curé de 1852 à 1858, Louis Dallemagne de 1858 à 1 (...)
  • 43 Soit 67,86 % du temps.

63À Ambrières, le fauteuil de maire est successivement occupé par Antoine Lataix, Nicolas Dorget, François Lataix, Jean Lataix puis Sébastien Loisy41 ; tous membres du groupe. Ce fauteuil quitte le giron familial en 1821 ; année marquée par la mort de Napoléon Bonaparte, par l’alliance politique des bonapartistes, des républicains et des monarchistes libéraux, et le retour au pouvoir des Ultras avec l’emblématique Jean-Baptiste de Villèle. À compter de cette date, le fauteuil est détenu par les familles Collet et Williame. Mais en 1848, avec le retour de la République, le fauteuil de maire revient dans l’escarcelle du groupe de parenté avec les directions de François Loisy, Alphonse Curé, Louis Dallemagne et Alfred Philippe.42 Après le premier conflit mondial, Charles Bouchot, non apparenté au réseau Dallemagne, occupe le fauteuil pendant neuf ans. Le retour du groupe de parenté se fait en mai 1928 pour un très court mandat de six mois avec Henri Taillefumier. Écarté par Gustave Robin puis par Léon Deschamps, Henri Taillefumier reprend la direction de la commune d’Ambrières entre 1931 et 1937. En cent-quarante ans, le groupe de parenté étudié monopolise le mandat de maire d’Ambrières pendant quatre-vingt-quinze ans.43 C’est dire si ce fauteuil de maire est considéré par le groupe de parenté comme un véritable patrimoine familial.

64Au début du dix-neuvième siècle, les membres du groupe de parenté dirigent déjà dix-sept communes dont neuf (52,94 %) dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont : Ambrières, Blaise-sous-Arzillières, Blaise-sous-Hauteville, Bussy-aux-Bois, Champaubert-aux-Bois, Gigny-aux-Bois, Hancourt, Hauteville et Isson. En 1940, les membres du groupe de cousinages dirigent encore six communes dont cinq (83,3 %) dans le canton, signe d’une certaine diminution de l’emprise sur l’espace politique local et d’un recentrage sur le canton ; même si au cours de la Troisième République, vingt-huit communes différentes sont dirigées par des membres du réseau de cousinages, dont seize (57,14 %) dans le canton. C’est en 1807 que le groupe est le plus présent ; année où, il dirige pas moins de vingt-et-une communes. Entre 1923 et 1927, le réseau de parenté ne dirige plus que cinq communes concomitamment : Arzillières, Bussy-aux-Bois, Châtelraould-Saint-Louvent, Landricourt, Saint-Chéron et Sainte-Livière – toutes sont situées dans le canton. En moyenne, sur les cent-quarante ans, le groupe de parenté dirige douze communes en même temps (11,99). Pourtant, la tendance est à une baisse globale puisqu’après une période initiale comprise entre 1800 et 1810 de très forte présence (plus de dix-sept communes dirigées) et une longue période de stabilisation qui dure un peu plus d’un siècle (entre 1813 et 1919) où le groupe dirige toujours entre neuf et quatorze communes, la période finale de l’entre-deux-guerres constitue un moment de moindre présence, avec toujours moins de neuf communes dirigées. Cette tendance à la baisse se confirme à l’analyse du nombre de municipalités détenues par les membres du groupe en fonction du régime politique. Au cours du Consulat, le groupe dirige en moyenne 17,8 communes ; chiffre qui n’est plus que de 16,6 sous le Premier Empire, de 14 au cours de la Restauration, 13,3 sous la Monarchie de Juillet. La Seconde République constitue un moment de léger sursaut avec une moyenne qui s’établit alors à 13,8 avant de connaître une baisse sensible au cours du Second Empire (10,6). La moyenne se stabilise alors ; au cours de la Troisième République, elle s’établit à 10,4. Néanmoins, au cours de celle-ci deux périodes très nettes se dégagent : avant la fin du premier conflit mondial, la moyenne s’établit à 12,2, constituant un véritable réveil du groupe de parenté avant un assoupissement final au cours de l’entre-deux-guerres où la moyenne n’est plus que de 6,14. Cette évolution à la baisse s’explique soit par un essoufflement de l’emprise familiale sur le paysage politique municipal, soit par le nombre important de modifications territoriales et administratives, soit par un problème lié aux données. L’essoufflement est à relativiser et ne semble pas être la bonne clé d’analyse ; il n’est qu’à voir l’impact du réseau sur les assemblées politiques cantonales pour s’en convaincre. Les modifications administratives donnent une partie de la réponse puisqu’entre 1800 et 1940, le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont perd pas moins de cinq communes et donc cinq fauteuils de maires dans le cadre des fusions administratives entre Margerie et Hancourt, Châtelraould et Saint-Louvent, Les Rivières et Henruel, mais aussi par le rattachement de Saint-Genest et d’Isson à la commune de Saint-Rémy-en-Bouzemont. Certes, ces fusions existent mais elles ne peuvent totalement expliquer cette baisse importante du nombre de communes dirigées par les membres du groupe à compter de 1852. Il faut sans doute rechercher une partie de l’explication dans la méthodologie de récupération des informations. En effet, à partir des ancêtres communs, toutes les branches descendantes et toutes les branches collatérales n’ont pas été étudiées ; dès lors, il est très fort probable que certains maires n’aient pas été repérés comme faisant partie intégrante du groupe de parenté directe. À Bréban par exemple, Adolphe Garnier et/ou Paul Person, respectivement maires de 1904 à 1908 et de 1908 à 1910, sont peut-être cousins germains, cousins directs ou par alliance des Chevreux qui dirigent la commune de 1806 à 1860 puis de 1884 à 1885 ; ceux-ci étant des cousins directs de Frédéric Leseurre et des cousins par alliance d’Achille Loisy par l’intermédiaire de son épouse Léonie Michel. Aussi, la baisse du nombre de communes dirigées par les membres du groupe à la fin de la Troisième République est à relativiser ; n’est-ce pas au cours de cette période qu’Émile Bouilly dirige à la fois la commune d’Arzillières pendant vingt-huit ans avant d’intégrer le conseil d’arrondissement pour un mandat de trois ans qui le propulse au conseil général où il siège jusqu’en 1940 ?

65Bien plus que de simples relations de cousinages, ce groupe de parenté directe met en place des stratégies népotiques qui conduisent à une certaine forme de confiscation des mandats et des sièges politiques locaux, qu’ils soient municipaux ou cantonaux. Comment repérer ces stratégies ? Quelles sont-elles ?

Stratégies du réseau familial en politique

  • 44 ADM, Aff. El. VI 427.
  • 45 ADM, Aff. El. VI 428.
  • 46 ADM, Aff. El. VI 429.
  • 47 ADM, Aff. El. VI 431.
  • 48 ADM, Aff. El. VI 430.
  • 49 ADM, Aff. El. VI 452.
  • 50 Léon Chastelain, Victor Simonnet et Émile Pothier-Rousselle.
  • 51 ADM, Aff. El. VI 1241.
  • 52 Ibid.

66Les liens familiaux s’inscrivent dans un paysage politique local défini et se doublent de liens politiques. Ceux-ci peuvent s’analyser par l’intermédiaire des affiches électorales, et celui-là par le biais des étiquettes politiques portées par les élus du canton. Entre 1871 et 1940, le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont connaît une évolution politique assez bien marquée. Profondément républicain, l’électorat du canton envoie sur les bancs des différentes assemblés locales des hommes se réclamant de la République – que l’on peut qualifier comme étant des hommes de gauche. Jusqu’en 1892, cet attachement à la République et l’inscription à gauche des élus du canton ne se dément pas. Au milieu des années 1890, avec l’entrée dans la Belle Époque et à l’aube de la République radicale, le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont se positionne résolument à droite ; avant que la puissante machine radicale-socialiste ne parvienne à placer en ce canton quelques banderilles au cours de l’entre-guerre-guerres. Ce virage des années 1890 est assez bien négocié par les réseaux familiaux qui dominent l’espace politique cantonal au cours de la Troisième République. En 1892, Perroche, qui se place dans le même réseau que les républicains Corbet, se présente sous la même étiquette44 ; avant de préciser : « Républicain libéral, je suis dévoué à nos Institutions et partisan de toutes nos lois sans réserves. »45 Même chose dans le réseau Dallemagne, où, jusque dans les années 1890, ses membres se présentent sous étiquette républicaine ou de centre-gauche. Lorphelin, Matthieu et Mauclerc se présentent, ainsi en 1892, comme candidats du comité républicain du canton46 en promettant que « tout ce qui aura rapport au bien-être de la classe ouvrière sera l’objet de notre plus vive sollicitude »47 ; tandis que le docteur Matthieu précise que « vous n’avez pas à craindre qu’à la veille de ma soixantième année je change d’opinions ou que je renonce à l’habitude de tenir mes engagements. »48 En 1895, Loisy et Philippe, dont les cousinages avec leurs prédécesseurs sont avérés, se présentent pourtant comme défenseurs d’une « République sagement progressiste et vraiment libérale [qui] peut seule assurer la paix sociale. »49 Ainsi ancrés à droite ou au centre-droit, les membres du groupe de parenté répondent aux nouvelles aspirations des électeurs du canton ; alors qu’en 1886 les candidats conservateurs et libéraux50 ont été battus. En 1922, lors des élections au conseil général, Émile Bouilly se présente aussi comme un « défenseur résolu de toutes les lois fondamentales votées par la République, qui a relevé la France de ses ruines »51 et proclame « Vive la France ! Vive la République Démocratique ! »52 Quel est l’élément le plus important aux yeux des électeurs : l’étiquette politique ou l’appartenance au groupe de parenté ? Est-ce l’opinion de l’électorat qui évolue ou sont-ce les membres du groupe de parenté qui évoluent politiquement ; l’électorat faisant alors son choix en fonction de critères où la participation au groupe familial prime sur l’étiquette politique du candidat ?

  • 53 ADM, Aff. El. VI 126, 206 à 209, 347 à 349, 427 à 432, 551 et 552, 628 et 629, 696, 830 et 831, 919 (...)
  • 54 ADM, Aff. El. VI 126, 347, 1263, 1397.
  • 55 Cinq concernent Perroche ou Philippe, quatre sont signées Lambert, Loisy, Lorphelin, Matthieu ou Th (...)
  • 56 Victor Simonnet fait apposé trois affiches (1886 et 1890), Léon Chastelain et Émile Pothier-Roussel (...)

67Les trente-sept affiches électorales53 placardées dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont au sujet des élections cantonales permettent parfois de mettre en lumière les stratégies familiales en politique. Certaines d’entre elles émanent des services préfectoraux afin de convoquer les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont dans le but de procéder à l’élection de leurs représentants et de leur rappeler les principes du scrutin.54 Elles n’ont aucun intérêt pour l’analyse des destinées politiques du canton et des hommes le représentant. Les trente-trois autres permettent de lire en filigrane les relations familiales ou leur absence. Les archives conservent des affiches pour quatorze élus55 et pour quatre de leurs opposants malheureux.56

  • 57 ADM, Aff. El. VI 551 et 552.
  • 58 ADM, Aff. El. VI 696.
  • 59 ADM, Aff. El. VI 921.

68D’abord, pour affirmer et afficher son appartenance à un réseau familial, Achille Loisy pratique l’emploi du double nom ; non seulement lors de sa première élection en 189557 mais aussi lors des campagnes suivantes de 190158 et de 1907.59

  • 60 ADM, Aff. El. VI 208.
  • 61 ADM, Aff. El. VI 831.

69Ensuite, la paternité glorieuse ou l’ascendance patronymique est invoquée par plusieurs candidats comme le prouvent Léon Chastelain, candidat au fauteuil de conseiller général en 1886, ou Émile Thivet, candidat au fauteuil de conseiller général en 1904. Le premier déclare : « vous me connaissez tous ; mon père et mon grand-père ont été, toute leur vie, cultivateurs. Je suis leurs traditions »60 ; le second : « remercie d’abord les membres du Comité de l’honneur qu’ils me font en me désignant au suffrage universel ; l’unanimité et la spontanéité de leur choix m’ont profondément touché, car j’y sens un témoignage d’estime qui ne m’est pas personnel, et que je dois reporter sur ceux de mon nom qui, avant moi, ont fait apprécier ici la probité de leur effort et la dignité de leur vie. Mon ambition – la seule – est de suivre la même voie. »61

  • 62 ADM, Aff. El. VI 206.
  • 63 ADM, Aff. El. VI 628.
  • 64 ADM, Aff. El. VI 1003.
  • 65 ADM, Aff. El. VI 1240.

70Plus intéressante encore est la pratique des affiches communes. Le renouvellement du mandat de conseiller général et des deux fauteuils de conseiller d’arrondissement s’effectuent souvent en même temps ; dès lors, les trois candidats peuvent parfois signer ensemble une ou plusieurs affiches. En 1886, les deux affiches apposées par Matthieu, Lorphelin et Dallemagne sont communes, tous trois membres du même réseau de parenté.62 Souvent, les membres du réseau de cousinages agissent ainsi. Treize affiches concernent un membre du réseau de parenté Dallemagne ; 84,62 % d’entre elles portent deux ou trois candidatures. Quand il y a plusieurs candidats sur l’affiche, ils appartiennent tous au réseau de parenté dans 54,55 % des cas. À l’inverse, les élus qui n’appartiennent pas au réseau de parenté le plus présent dans les rouages politiques locaux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont sont présents dans vingt affiches dont cinq seulement (25 %) portent plusieurs candidatures. Donc la règle générale pour ces hommes hors réseau est la pratique usuelle où une affiche correspond à un homme, comme dans le cas des campagnes menées par Perroche,63 Thivet64 ou Lévylier.65 En dehors du réseau de parenté, les candidats mettent donc un point d’honneur à mettre en valeur leur indépendance ; non seulement par cette pratique matérielle où l’affiche correspond à un homme mais aussi par les mots.

  • 66 ADM, Aff. El. VI 831.
  • 67 ADM, Aff. El. VI 429.
  • 68 ADM, Aff. El. VI 429.
  • 69 ADM, Aff. El. VI 427.
  • 70 Paul Perroche.
  • 71 ADM, Aff. El. VI 1004.

71Le candidat Thivet ne fait-il pas écrire : « je ne veux être l’homme d’une coterie. »66 En 1892, Paul Perroche exprime clairement sa position : « ma situation électorale assure mon impartialité, je ne relève d’aucune coterie. »67 Cette allusion explicite vise non seulement le réseau de parenté Dallemagne, que tout le monde connaît, mais aussi l’implication de ce dernier dans le comité républicain du canton. En effet, à la suite de ce passage, Paul Perroche renchérit en écrivant : « je n’admets aucun patronage. Arrière les intermédiaires électoraux qui sous prétexte de discipline voudraient tenir en tutelle le suffrage universel. »68 Dans le viseur de ses critiques, les candidats désignés par le comité républicain et leurs soutiens électoraux, soutiens tout à la fois politiques et familiaux. Pour lui, ce mélange des genres a provoqué le fait que « le comité républicain de Saint-Rémy a désigné à vos suffrages deux candidats au conseil d’arrondissement, dont l’un est inconnu dans la plupart des communes du canton et dont l’autre est impopulaire, même dans la commune où il a toujours habité. »69 Visés par cette affiche et désignés à la vindicte populaire, le conseiller sortant Paul Lorphelin (l’impopulaire) et Amédée Mauclerc (l’inconnu) appartiennent tous les deux au groupe de parenté. Malgré cette affiche, les deux seront élus conseillers d’arrondissement au grand dam de Paul Perroche, élu conseiller général. Donc, plus que les idées, il semble que les électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont choisissent avant tout des hommes, et sans doute des réseaux. C’est aussi, ce que souligne Thivet, lors de sa candidature au conseil général en 1910 quand il dit : « aujourd’hui que nous n’avons plus en face de nous un candidat70 dont la valeur personnelle peut entraîner les électeurs à voter pour l’homme plus que pour les idées, la victoire est certaine. »71 Il ne se trompait pas.

  • 72 ADM, Aff. El. VI 1291.
  • 73 ADM, Aff. El. VI 1006.

72À côté de cela, les amitiés se dessinent et s’écrivent noir sur blanc, comme pour Émile Bouilly, le 6 mai 1922 : « Mes chers, concitoyens, encouragé par les marques de sympathie que m’ont manifesté de nombreux amis de notre canton, je n’ai pas cru pouvoir me dérober aux pressantes sollicitations dont j’ai été l’objet, en vue de poser ma candidature au mandat de conseiller général, dont vous êtes appelés à désigner le titulaire le 14 mai prochain. »72 En 1910, Théophile Ponsard fait placarder : « Fort de l’insistance amicale de M. Perroche et de son bienveillant soutien, fier des sympathies qu’on me témoigne dans les différentes parties du canton, et confiant dans l’appui de vos voix, j’ai accepté » la candidature.73 Le soutien politique est affirmé par un homme qui n’entre pas dans le réseau de parenté et la caution est, elle aussi, recherchée en dehors du groupe de parenté le plus présent dans les rouages politiques cantonaux. Nombre de membres du réseau de parenté s’inscrivent dans la mouvance du comité républicain du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, dont le profil politique évolue de la gauche républicaine vers le centre-droit, à l’image du vote des électeurs du canton. Dès lors, la parenté directe, bien plus qu’un simple groupe familial, se comprend comme une structure népotique qui monopolise une partie des sièges électoraux soumis aux votes des électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont. L’appartenance conjointe à la famille et au groupement politique assure l’élection.

  • 74 ADM, Aff. El. VI 209.

73Cet élément est d’autant plus vrai quand le conseiller sortant, membre du groupe de parenté, désigne explicitement aux électeurs le choix à faire pour son successeur, lui-même apparenté au sortant. En 1886, Pilout appelle à voter pour Matthieu et ses colistiers comme celui-ci l’exprime dans une affiche électorale.74 Matthieu entend bien profiter de cette désignation.

  • 75 ADM, Aff. El. VI 920.
  • 76 ADM, Aff. El. VI 921.

74Néanmoins, l’appartenance au groupe de parenté ne préfigure pas obligatoirement l’élection car elle ne préfigure pas la sensibilité politique des hommes qui le compose, ni même des candidats. Il apparaît qu’au sein des vaincus, quelques hommes appartiennent au groupe de parenté dominant. Il est ainsi possible que des liens de parenté existent entre des membres du groupe et Émile Pothier-Rousselle, débouté en 1886, ou Raymond Taillefumier, battu en 1922. Mais cette discordance peut aller bien au-delà. En 1895, en 1901 et en 1907, Achille Loisy et Alfred Philippe sont candidats aux fonctions de conseillers d’arrondissement. En 1895 et 1901, ils font cause commune et s’exposent ensemble sur les affiches électorales, dans les professions de foi, dans les réunions publiques, etc. Ensemble ils font campagne, ensemble ils gagnent. En 1907, les deux conseillers d’arrondissements sortants (membre du groupe de parenté) se présentent ; mais chacun de leur côté avec un colistier différent, pris en dehors du groupe de cousinage. Il faut dire qu’entre les deux élections, 1905 est passée par là : les fins de l’affaire des fiches, l’affaire marocaine, la loi des deux ans et surtout la loi de séparation des Églises et de l’État ! Philippe, l’instituteur, se présente avec Lambert et ensemble, ils assurent aux électeurs d’être « des mandataires qui feront toujours preuve du plus large esprit de tolérance. »75 Loisy et Ponsard seront élus après une campagne où ils se présentent comme « loyalement républicains, et républicains de la première heure, nous sommes cependant fermement opposés à la politique violente, sectaire, antipatriotique et antimilitariste qui semble aujourd’hui plus que jamais guider les actes de nos gouvernants. »76 Face à la division du pays sur des sujets d’importance, les membres du groupe de parenté se divisent ; est-ce par conviction ou par pure stratégie électoraliste ?

75Cette étude cantonale montre l’existence de pôles de recrutement d’élus locaux (conseillers d’arrondissement et conseillers généraux) sur l’ensemble de la période. Ces pôles sont essentiellement ruraux. À l’intérieur de ces pôles naissent les élus et/ou leurs épouses. Ces noyaux conjugaux s’inscrivent dans des relations de parenté directe. Les membres de ces groupes de parenté directe occupent une partie des fonctions municipales, de la Révolution jusqu’au cœur de la Troisième République. Cela conduit au cours de celle-ci au monopole de ces familles sur les sièges soumis au suffrage universel. Cependant, et contrairement aux idées reçues, ces réseaux népotiques ne sont pas le fait des structures et mentalités conservatrices, mais sont, pour le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, révélateurs de pratiques de la gauche républicaine et des forces centristes.

76Ces conclusions concernent un espace rural ; les caractéristiques mises en lumière pourraient donc être seulement celles d’espaces ruraux dans lesquels la domination d’un groupe de parenté est sans doute plus prégnante que dans les espaces urbains où la densité de population, la profusion des élites économiques et politiques préexistantes, la multitude des hommes composant les comités politiques, la multiplicité des choix électoraux qui en découlent, etc. doivent permettre un renouvellement plus important des élus sous la Troisième République et donc laisser une moindre place, si ce n’est une place quasi nulle, au népotisme en politique.

Notes

1 Annie Bleton-Ruget, « Territoire de famille », in Claude Patriat et Jean-Luc Parodi (dir.), L’hérédité en politique, Paris, Economica, « Collectivités territoriales », 1992, p. 45-61.

2 Jean-François Sirinelli, Génération intellectuelle, Khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1988, 721 pages ; Jean-François Sirinelli (dir.), Générations intellectuelles, Paris, Les Cahiers de l’IHTP, Cahier no 6, novembre 1987 ; Jean-François Sirinelli, Les baby-boomers. Une génération 1945-1969, Paris, Fayard, 2003, 324 pages.

3 Procès-verbal des délibérations du Conseil général du département de la Marne, séance du 23 octobre 1871, p. 8.

4 On peut revenir sur le cas très particulier de la commune de Sainte-Livière. Marnaise et appartenant au canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, elle en fut détachée le 31 décembre 1974, en vertu de la loi Marcellin du 16 juillet 1971, pour devenir une commune associée à Éclaron, sous le nom d’Éclaron-Braucourt-Sainte-Livière et être alors située dans le département de la Haute-Marne.

5 TE = 1 – (nombre d’élus concernés/nombre de branches).

6 IP = nombre de branches x100/nombre de branches total. Celui-ci s’élevant à 502.

7 II = nombre d’individus portant ce patronyme x100/nombre total d’individus présents dans les ascendances. Celui-ci s’élevant à 975.

8 TIP = nombre d’élus concernés par le patronyme x 100/nombre d’élus du canton. Celui-ci étant de 24.

9 CP = TIP/ (1x100/nombre de patronymes différents). Celui-ci étant de 338.

10 Clément, George, Gras, Lataix, Laurain et Vautrin.

11 Chollier, Laboure, Lambert, Lacolle, Leseur, Loisy, Pierret, Pothier et Simonnet.

12 Il est maire de sa commune natale d’Ambrières de 1858 à 1881 et de 1884 à 1888. Il est élu conseiller d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont de 1886 à 1889, année de son décès (9 décembre).

13 Alphonse Curé est cultivateur et maire d’Ambrières de 1852 à 1858.

14 Sébastien Loisy (1718-1776) est originaire de Perthes.

15 Marie Claire Grignon (1716-1777) est native de Thiéblemont.

16 Nous y trouvons la naissance de François Dallemagne, aïeul de Louis Vital. La proximité géographique est grande entre ces familles presque toutes originaires de Perthes en Haute-Marne et communes limitrophes.

17 Archives Départementales de la Haute-Marne : E dépôt 2998 à 3000 et 5 Mi 386.

18 Soixante-cinq garçons et soixante-dix huit filles.

19 Quatre garçons et six filles qui correspondent à 6,99 % des naissances dont le patronyme du nouveau né est Dallemagne.

20 Quinze garçons et dix-sept filles qui correspondent à 22,38 % des enfants dont le patronyme est Dallemagne.

21 Onze garçons et vingt-quatre filles. Les parrain ou marraine issus de la famille Dallemagne sont 2,09 % plus présents que ceux portant le patronyme Curé.

22 C’est le deuxième total derrière le patronyme Curé (96), devant les patronymes Navet (51), Loisy (36), Godard (24), Bénard et Carré (23).

23 C’est le deuxième total derrière le patronyme Curé (108), loin devant les patronymes Navet (51), Loisy (38), Marisy (29), Dorget (25), Vincent (23) et Vanel (21).

24 Le patronyme Curé compte 92 occurrences et celui Loisy 52.

25 Soit 4,62 %.

26 Le patronyme Dallemagne se place derrière les patronymes Curé 107 occurrences, Loisy 57 occurrences, Cagnon 53 occurrences, mais devant Navet 41 occurrences.

27 Soit 5,20 %.

28 Le patronyme Curé est présent dans 101 baptêmes, Loisy 37, Carré et Navet 33, Vincent 30.

29 Soit 4,55 %.

30 Le patronyme Curé est présent dans 93 baptêmes, ceux de Loisy 40 fois, Vincent 37 fois, Navet 31 fois, Carré et Godard 28 fois.

31 Soit 5,38 %.

32 Il s’agit des mariages de Nicolas Curé avec Michelle Dallemagne le 1 janvier 1669, de Louis Curé avec Marguerite Dallemagne le 30 janvier 1731, et de Pierre Curé avec Jeanne Dallemagne le 24 novembre 1760. Les trois correspondent à 8,11 % des mariages de la commune.

33 Il s’agit des mariages de Salomon Navet avec Jeanne Dallemagne le 6 mai 1664, de Jean Pierre Navet avec Mathurine Dallemagne le 16 janvier 1792 et de Pierre Marin Navet avec Marie Rose Dallemagne le 28 novembre 1801.

34 Il s’agit des mariages de Joseph Oudinot avec Marie Dallemagne le 8 janvier 1759, d’Augustin Oudinot avec Anne Dallemagne le 7 juillet 1795 et de Joseph Oudinot avec Louise Dallemagne le 8 janvier 1801.

35 Il s’agit du mariage de Claude Loisy et de Madeleine Dallemagne le 2 octobre 1747.

36 Ces mariages sont ceux de Nicolas Dallemagne avec Madeleine Curé le 10 octobre 1701, de Jean Dallemagne avec Michelle Curé le 19 novembre 1714, de Simon Dallemagne avec Suzanne Curé le 24 novembre 1715 et du même Simon Dallemagne avec Marie Curé le 6 août 1744. Ces mariages constituent 14,81 % des mariages de Perthes.

37 Georges Corbet est né le 7 juin 1874, à Meaux.

38 Avocat au tribunal de Vitry-le-François, natif de Montigny-la-Resle et père de François Perroche, né à Outines le 24 février 1877. Au jour du mariage, il est veuf de Léonie Hermelin.

39 François Perroche décède le 13 février 1899, à Outines.

40 Native de Cannero en Italie, elle est descendante d’un avocat de Bar-sur-Aube.

41 Antoine Lataix détient le fauteuil de 1800 à 1805, Nicolas Dorget de 1805 à 1811, François Lataix de 1811 à 1812, Jean Lataix de 1812 à 1814 et Sébastien Loisy de 1814 à 1821.

42 François Loisy est maire de 1848 à 1852, Alphonse Curé de 1852 à 1858, Louis Dallemagne de 1858 à 1881 puis de 1884 à 1888, Jules Philippe de 1888 à 1919.

43 Soit 67,86 % du temps.

44 ADM, Aff. El. VI 427.

45 ADM, Aff. El. VI 428.

46 ADM, Aff. El. VI 429.

47 ADM, Aff. El. VI 431.

48 ADM, Aff. El. VI 430.

49 ADM, Aff. El. VI 452.

50 Léon Chastelain, Victor Simonnet et Émile Pothier-Rousselle.

51 ADM, Aff. El. VI 1241.

52 Ibid.

53 ADM, Aff. El. VI 126, 206 à 209, 347 à 349, 427 à 432, 551 et 552, 628 et 629, 696, 830 et 831, 919 à 921, 1003 à 1007, 1240 et 1241, 1263 à 1265, 1290 et 1291, 1397.

54 ADM, Aff. El. VI 126, 347, 1263, 1397.

55 Cinq concernent Perroche ou Philippe, quatre sont signées Lambert, Loisy, Lorphelin, Matthieu ou Thivet, trois soutiennent Ponsard, deux évoquent les candidatures de Dallemagne, Mauclerc ou Viret, tandis que les campagnes électorales de Lévylier, Loppin et Vautrin sont évoquées, pour chacun, par une seule affiche.

56 Victor Simonnet fait apposé trois affiches (1886 et 1890), Léon Chastelain et Émile Pothier-Rousselle deux (1886), Raymond Taillefumier une (1922).

57 ADM, Aff. El. VI 551 et 552.

58 ADM, Aff. El. VI 696.

59 ADM, Aff. El. VI 921.

60 ADM, Aff. El. VI 208.

61 ADM, Aff. El. VI 831.

62 ADM, Aff. El. VI 206.

63 ADM, Aff. El. VI 628.

64 ADM, Aff. El. VI 1003.

65 ADM, Aff. El. VI 1240.

66 ADM, Aff. El. VI 831.

67 ADM, Aff. El. VI 429.

68 ADM, Aff. El. VI 429.

69 ADM, Aff. El. VI 427.

70 Paul Perroche.

71 ADM, Aff. El. VI 1004.

72 ADM, Aff. El. VI 1291.

73 ADM, Aff. El. VI 1006.

74 ADM, Aff. El. VI 209.

75 ADM, Aff. El. VI 920.

76 ADM, Aff. El. VI 921.

Table des illustrations

Titre Tableau 19. Les élus de Saint-Rémy-en-Bouzemont, leurs parents et épouses
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Tableau 20. Étiquettes politiques des conseillers généraux du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau 21. Étiquettes politiques des conseillers d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 17. Provenance des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont en fonction des périodes 1871-1895, 1895-1919 et 1919-1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Figure 18. Nombre de naissances par département des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 19. Nombre de naissances par communes des élus du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de leurs épouses et aïeux respectifs.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Titre Tableau 22. Vingt-huit patronymes aux implications politiques non négligeables.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Tableau 23. Les cousinages entre les noyaux maritaux des élus.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Figure 20. Les cousinages entre les noyaux Philippe/Molandre et Viret/Parcollet.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 21. Cousinages entre les noyaux Champenois/Taillefumier et Vautrin/Lacourt
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 22. Le réseau de cousinages le plus représenté.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau 24. Présence des membres des réseaux de cousinage sur les fauteuils mis aux voix des électeurs du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont entre 1871 et 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 23. Les communes de la Marne dirigées par des membres de la parenté entre 1800 et 1940.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48293/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 289k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search