Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Troisième partie. Parenté et Sippe : la politique une affaire de famille ?

Introduction

Texte intégral

  • 1 De Noirlieu de 1814 à 1815 et de 1831 à 1843.
  • 2 De l’arrondissement de Sainte-Menehould de 1831 à 1833.
  • 3 De la Marne de 1833 à 1842.
  • 4 De Noirlieu de 1843 à 1871.
  • 5 De l’arrondissement de Sainte-Menehould de 1852 à 1871.
  • 6 De 1859 à 1878 et de 1884 à 1892.
  • 7 Du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1871 à 1883.

1Si Nicolas Barrois est maire,1 conseiller d’arrondissement2 et conseiller général3 et si son fils Ambroise Auguste reprend le flambeau paternel comme maire4 et conseiller d’arrondissement5, alors les mandats de maire de Saint-Mard-sur-le-Mont6 et de conseiller d’arrondissement7 détenus par Alexis Barrois, petit-cousin et arrière-petit cousin des deux précédents, s’inscrivent dans une forme de continuité. Au sein du conseil d’arrondissement de Sainte-Menehould, la famille Barrois occupe un fauteuil au cours des années 1830, pendant tout le Second Empire et sur les douze premières années de la Troisième République. Le parcours politique des membres de la famille Barrois interpelle et montre qu’au-delà des seuls ascendants directs de l’élu ou de son épouse, tous les cousinages et liens collatéraux permettent de comprendre la mainmise de certaines familles sur les sièges électifs.

  • 8 Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », Regard éloigné, Paris, Plon, 1983, pp. (...)
  • 9 Bernadette Tillard, « Parenté et parentalité, réflexions sur les termes et les champs disciplinaire (...)
  • 10 Ibidem.
  • 11 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles) : essai d’anthropologie soc (...)
  • 12 Bernadette Tillard, op. cit., p. 19.
  • 13 Claude Patriat, « Perspective cavalière. Où il est question de personnes éligibles naturellement et (...)

2Les membres du corpus intègrent une famille, mais surtout une famille politique. Cette expression traditionnellement utilisée pour parler du parti ou évoquer l’étiquette politique se considère ici au sens littéral des termes. Claude Lévi-Strauss a prouvé que la famille est un groupe social composé de personnes unies par des liens de parenté et constitué d’un atome initial à partir duquel se constitue une nouvelle famille. La famille, à l’image de l’individu, ne naît pas ex-nihilo mais s’intègre dans un réseau beaucoup plus large. « Dans toutes les sociétés humaines, la création d’une nouvelle famille a pour condition absolue l’existence préalable de deux autres familles, prêtes à fournir qui un homme, qui une femme, du mariage desquels naîtra une troisième famille, et ainsi de suite indéfiniment. (…) Une famille ne saurait exister s’il n’y avait d’abord une société : pluralité de familles qui reconnaissent l’existence de liens autres que la consanguinité, et que le procès mutuel de la filiation ne peut suivre son cours qu’intégré au procès social de l’alliance. »8 La famille « ou atome de parenté comprend les trois relations frère-sœur, homme-femme, parent-enfant. D’un point de vue épistémologique, la description de l’atome de parenté s’inscrit dans une vision structuraliste (…). La relation frère-sœur (ou relation de germanité) précède alors la relation conjugale et la relation parent-enfant. »9 Dès lors et par extension, la proximité des nouveaux atomes de parenté (famille dans le langage courant, famille nucléaire selon la définition sociologique), constitués par la création de familles nouvelles par le mariage d’un des membres de la relation de germanité, est un facteur important à prendre en considération. La parenté est donc en lien avec la famille en ce sens qu’elle est assurée par la multiplication des relations interhumaines au sein du groupe. La parenté se réfère du « point de vue anthropologique (…) à deux notions complémentaires : d’une part l’atome de parenté qui décrit la structure sociale restreinte et d’autre part le système de parenté qui correspond à l’organisation sociale élargie. »10 Cette organisation sociale élargie est étudiée par Régine Le Jan dans les mondes mérovingien et carolingien et dénommée pour cette période sous le terme de Sippe11 ; terme repris au sein de cette étude. « La parenté est alors considérée comme un ensemble de liens familiaux que des personnes se reconnaissent entre elles. Pour définir la parenté, nous parlons donc de liens, de relations entre les personnes. Ceci distingue la parenté de la parentèle qui désigne l’ensemble des personnes. »12 Ces liens autres que les liens de consanguinité, évoqués par Claude Lévi-Strauss et par Bernadette Tillard, peuvent être ceux d’une endogamie sociale qui conduit les familles les plus implantées à se donner mutuellement des hommes et des femmes, tissant ainsi, au sein de la société globale, un réseau où se combinent sociabilité et consanguinité. Le but de ce réseau serait de conserver une prééminence au sein du jeu politique local. Pourtant, Claude Patriat dans l’introduction de l’ouvrage collectif L’Hérédité en politique écrit que « parler d’hérédité en politique, plus précisément ici de transmission par voie parentale de mandats électifs, heurte le sens commun démocratique. Dans nos systèmes de démocraties représentatives, la compétition politique libre, dégagée d’interférences privées, doit pourvoir aux différentes instances de décision. Puisque l’essentiel de l’exercice du pouvoir par les citoyens s’y ramène au contrôle de l’élection et de l’élu, il importe de poser en préalable des citoyens clairvoyants, libres de leur choix, dans une offre préservant l’égalité des chances devant le suffrage universel. »13 Dès lors, la présence dans les ascendants directs de responsables politiques conduit-elle à une confiscation familiale des sièges ? Existe-t-il effectivement une reproduction endogame et ancrée localement suffisamment importante pour pouvoir parler de confiscation familiale, voire de népotisme ? Les élus de la Marne sous la Troisième République sont-ils issus de quelques noyaux familiaux qui accaparent les responsabilités politiques, fussent-elles électives au suffrage universel direct, étant de ce fait en contradiction avec la vision gambettiste de 1872 et avec l’idée du principe républicain tel qu’il est aujourd’hui envisagé ?

3Afin de trouver les cousinages directs ou indirects entre élus, la méthode consiste à repérer dans les ascendances des élus et de leurs épouses des individus communs. Sans entrer outre mesure dans le détail, il apparaît que les élus et les épouses ont des ascendants communs qui permettent aux élus d’entretenir entre eux des cousinages. Néanmoins, et à ce stade de l’analyse, aucune conclusion définitive ne peut être tirée. En effet, les redondances repérées peuvent signifier que l’élu lui-même est issu d’un cousinage par ses branches paternelles et maternelles. Elles peuvent aussi signifier que l’endogamie familiale concerne l’élu et son épouse. À moins qu’elle soit du fait de la seule ascendance de l’épouse. Enfin, la redondance peut révéler une simple homonymie. Ainsi, les noms et prénoms les plus fréquents dans les ascendances des élus et de leurs épouses sont “Nicole Croix” et “Jeanne Leblanc” avec sept occurrences. Ces sept occurrences peuvent correspondre à une seule femme qui fait sept fois liens vers un homme politique du corpus ; ou à plusieurs femmes (jusqu’à sept) qui seraient donc des homonymes. En fait, deux Nicole Croix différentes entrent dans des ascendances directes d’élus. La première, née à Recy le 21 mars 1759 de Jean Croix et de Marie Baudouin est décédée à Saint-Martin-sur-le-Pré le 11 février 1814. Elle intègre deux fois l’ascendance de Bellone Rigollet issu du mariage de deux cousins issus de germain : Gérasime Rigollet et Adélaïde Mangin. Cette Nicole Croix est donc aussi présente dans l’ascendance de Jules Rigollet, fils de Bellone Rigollet. À elle seule, elle concentre donc quatre occurrences mais fait lien vers deux élus. La seconde décède le 8 septembre 1837 à Courtisols où elle est née le 14 mars 1758 de Nicolas Croix et de Jeanne Grabut. Elle cumule trois occurrences, l’une dans l’ascendance directe de Julien Adnet ; les deux autres, dans l’ascendance d’Olympe Adnet, épouse de Gérasime Bellois. Ces deux élus entretiennent donc une réelle relation de cousinage indirecte. La présence d’une Nicole Croix dans les ascendances Rigollet et Adnet montre un exemple d’homonymie, dont il faut se méfier, et confirme la pertinence d’une analyse systématique de ces relations familiales complexes pour entrevoir les stratégies familiales (filiations, dynasties, apports de la belle-famille, cousinages…) au regard de l’accès aux fonctions politiques électives sous la Troisième République dans la Marne.

4Les entrées multiples sont assez nombreuses et favorisent l’existence de cousinages directs ou indirects entre les hommes envoyés dans les différentes chambres par les électeurs marnais.

5Ce constat ne suffit pas en soi pour comprendre l’ensemble du processus. Dans quelle mesure ces cousinages conduisent-ils à une véritable confiscation du pouvoir en République ? Qu’en est-il de la localisation de ce phénomène de cousinage ? A priori, cette confiscation familiale pourrait être principalement le fait des espaces ruraux, peut-être moins à même de présenter une multitude de candidats différents que les espaces urbains. L’implantation et la crédibilité familiales sont plus nettes dans les espaces ruraux où les élites (financières, intellectuelles, etc.) sont moins nombreuses et par conséquent plus visibles. Les espaces urbains marnais sont plus peuplés donc le nombre d’éligibles y serait potentiellement plus important puisque les comités locaux des partis auraient un panel plus important dans lequel effectuer le choix du candidat. Dès lors et a priori, si la confiscation familiale des sièges et le népotisme existent alors cette pratique serait un phénomène avant tout local et principalement rural. Qu’en est-il véritablement à l’échelle de la Marne sous la Troisième République ?

6Quelques conclusions relatives à cette question de la politique considérée comme un patrimoine familial ont déjà été esquissées par l’étude de l’implication des aïeux en politique, mais outre la dynastie, peut-on repérer une confiscation des sièges par le réseau familial élargi (Sippe) ; que ce soit dans les cantons ruraux comme celui de Saint-Rémy-en-Bouzemont, dans les cantons urbains de Reims, voire à l’échelle plus vaste de l’arrondissement ou du département ?

Notes

1 De Noirlieu de 1814 à 1815 et de 1831 à 1843.

2 De l’arrondissement de Sainte-Menehould de 1831 à 1833.

3 De la Marne de 1833 à 1842.

4 De Noirlieu de 1843 à 1871.

5 De l’arrondissement de Sainte-Menehould de 1852 à 1871.

6 De 1859 à 1878 et de 1884 à 1892.

7 Du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1871 à 1883.

8 Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », Regard éloigné, Paris, Plon, 1983, pp. 127-140.

9 Bernadette Tillard, « Parenté et parentalité, réflexions sur les termes et les champs disciplinaires », in Bernadette Tillard (dir.), Groupes de parenté. Recherches en éducation familiale et expériences associatives, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 18.

10 Ibidem.

11 Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècles) : essai d’anthropologie sociale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, 571 pages.

12 Bernadette Tillard, op. cit., p. 19.

13 Claude Patriat, « Perspective cavalière. Où il est question de personnes éligibles naturellement et légitimement par voie d’héritage », in Claude Patriat et Jean-Luc Parodi (dir.), L’hérédité en politique, Paris, Economica, « Collectivités territoriales », 1992, p. 1.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search