Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Deuxième Partie. L'élu, fruit de l'union de trois familles

Conclusion. Naître dans le microcosme politique et s’y marier

Texte intégral

1Passer du statut de candidat à celui d’élu est – pour certains – une véritable formalité ; la campagne électorale est une sinécure dont le résultat ne fait pratiquement aucun doute pour ceux possédant dans leurs mains les atouts nécessaires. Au premier rang de ces atouts : la transmission patrimoniale des mandats. Si le candidat naît dans une famille dans laquelle la pratique politicienne est ancrée, alors celui-ci a dès le départ davantage de chances que ses concurrents. Naître dans une famille qui a une pratique et une connaissance du microcosme politique est un atout indéniable. L’atout est d’autant plus fort que la pratique politique n’est pas seulement le fait du père mais concerne les aïeux, bisaïeux ou trisaïeux. D’abord, le père ou les aïeux servent de référence et de modèle dans le cadre de la pratique politicienne et dans l’habitude de cette pratique. Ensuite, par la présence en politique de ses proches, le futur candidat intègre une famille dont l’aura, la visibilité et le statut social lui confèrent une légitimité pour la conquête du pouvoir. De cette manière, se construisent des dynasties politiques locales dont l’ancrage s’effectue en premier lieu au sein des municipalités puis dans les assemblées départementales. Ces dynasties politiques locales possèdent des fonctions politiques sur le très long terme puisque certaines d’entre elles détiennent des fonctions dès le début du XIXe siècle.

2Si ce même candidat choisit une épouse dont les caractéristiques familiales et sociales sont proches des siennes, alors l’élection – si elle n’est pas assurée – en est très largement favorisée. Afin d’asseoir les positions sociales et politiques acquises, les élus développent des stratégies nuptiales tout à fait particulières. Le choix de l’épouse est tout à fait crucial ; celle-ci permet à son conjoint d’élargir, de confirmer ou d’asseoir – selon le type d’union et des liens de parenté préalables qui peuvent exister entre les époux – son assise familiale, sociale et par conséquent politique par l’intermédiaire des réseaux de parenté ainsi constitués dans son entourage. Baigné dans un microcosme politique par ses ascendances propres et/ou par celles de son épouse, l’époux mène alors une carrière politique singulière dans laquelle il entre avec plus de facilités que d’autres. Aussi, quand le candidat n’a pas la chance d’appartenir à une famille préalablement ancrée dans les rouages politiques locaux ou nationaux, il cherche fréquemment alliance matrimoniale auprès d’une jeune fille inscrite dans une famille de rang social suffisant, à l’aura réelle et au capital politique existant par l’intermédiaire d’une pratique politique de certains de ses membres. Dans ce cas, les stratégies électorales pour se faire élire ne manquent pas. Le candidat souligne son inscription dans sa belle-famille par l’intermédiaire des argumentaires développés dans ses affiches électorales, ses tracts et sa profession de foi. Pour la renforcer, il utilise assez fréquemment le double nom qui lui permet d’endosser personnellement l’aura sociale et politique de la famille de son épouse. Cette pratique du double nom est circonscrite à la sphère politique et ne déborde pas dans la sphère privée ou civile.

3En naissant dans le microcosme politique et en choisissant une épouse ayant des ascendants inscrits en politique, le candidat intègre des réseaux sociaux au profil particulier et fait de la politique une véritable affaire de famille.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search