Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Deuxième Partie. L'élu, fruit de l'union de trois familles

Le choix crucial de la belle-famille

Texte intégral

  • 1 C’est le cas de Julien Barbier Lalobe de Felcourt, maire de Maisons-en-Champagne de 1870 à 1919 et (...)
  • 2 Maurice Agulhon, « La société paysanne et la vie à la campagne », in Georges Duby, Armand Wallon (d (...)
  • 3 Enric Porqueres I Gené, « Cognatisme et voies du sang. La créativité du mariage canonique », L’Homm (...)

1Si les élus de la Marne sous la Troisième République ont des pères et des grands-pères maternels avec des fonctions politiques1 c’est bien que le choix de l’épouse, et par conséquent de la belle-famille, est important. « Du mariage, il y aurait à dire les conditions du choix, les coutumes prénuptiales (…), les stipulations économiques (…), »2 précise Maurice Agulhon. « Le mariage opère comme un moteur déclenchant une série de normes et d’interdits qui seraient la base des futurs comportements matrimoniaux. »3 Limiter ses possibilités de mariage aux jeunes filles issues de lignages inscrits en politique peut être envisagé par certains individus. Le beau-père est-il un homme politique ? L’épouse a-t-elle, à l’image de l’élu lui-même, des ascendants directs en politique ? Doit-on considérer le mariage – transaction économique de premier plan au cours du XIXe siècle – comme une stratégie visant à dominer l’espace politique local ? Les élus pratiquent-ils l’endogamie, l’exogamie ou l’hypergamie politique ?

Avoir un beau-père en politique, un avantage non négligeable

2Tous les élus ne contractent pas mariage, tandis que d’autres multiplient les alliances. Avec certitude quatre-cent-quarante-cinq mariages ont lieu et les pères des épouses sont connus dans 74,83 % des cas. Parmi ces pères, 18,62 % exercent des fonctions politiques en qualité de maire (79,03 %), de conseiller d’arrondissement (22,58 %), de conseiller général (8,06 %), de parlementaire (9,68 %), de préfet ou de sous-préfet (4,84 %). Quand et où siègent-ils ? Quand les deux familles s’associent-elles ? Quel peut être l’impact de ces hommes sur l’élection de leur gendre ? Autant de pistes à explorer pour comprendre les facteurs explicatifs de l’élection de certains membres du corpus.

Le cursus du beau-père

3Moitié des beaux-pères exercent des fonctions politiques sous la Troisième République (maires exclus) et 20,97 % avant le début de la Troisième République (maires exclus). Ces beaux-pères en politique avant 1871 siègent au conseil d’arrondissement (9,68 %), au conseil général (1,61 %), au parlement (4,84 %) ou ont été nommés à la tête d’une préfecture (4,84 %).

  • 4 Conseiller général et député de Charente-Maritime en 1849 et de 1852 à 1893.
  • 5 Maire de Congy de 1865 à 1871 et conseiller général du canton de Montmort de 1871 à 1877.
  • 6 Maire de Castres et sénateur du Tarn de 1905 à 1931.
  • 7 Maire de Reims de 1925 à 1940, conseiller général du troisième canton de Reims de 1925 à 1940, dépu (...)
  • 8 Conseiller général du canton de Châtillon-sur-Marne de 1919 à 1928 et député de la Marne de 1919 à  (...)
  • 9 Maire d’Hautvillers de 1934 à 1940 et député de la Marne de 1936 à 1940.

4Les beaux-pères parlementaires élus sous la Troisième République sont relativement rares au regard de l’ensemble des mariages enregistrés (0,67 %), ou des beaux-pères connus (0,90 %), mais constituent une part non négligeable des beaux-pères ayant des fonctions politiques (4,84 %) et surtout de ceux qui siègent sous la Troisième République (25 %). Certains de ces parlementaires siègent au début de la Troisième République et s’inscrivent dans une tradition nobiliaire déjà évoquée : René Eschassériaux4 est le beau-père de René de Chaubry de Troncenord5. D’autres ont des carrières qui débutent bien après l’affirmation de la République : Jacques Vieu6 est ainsi le beau-père de Paul Marchandeau7. Dans ces deux cas, les beauxpère ont des fonctions hors du département de la Marne. De son côté, Gaston Poittevin8 est le beau-père d’Henri Martin9.

  • 10 Maire de Vertus de 1893 à 1904, conseiller d’arrondissement du canton de Vertus de 1877 à 1895 et c (...)
  • 11 Maire de Vertus de 1876 à 1893 et conseiller général du canton de Vertus de 1871 à 1893.
  • 12 Sur la situation duquel on ne reviendra pas.
  • 13 AD. Marne – El VI 469.
  • 14 AD. Marne – El VI 469.
  • 15 AD. Marne – El VI 470. Affiche du 2 avril 1893, jour du scrutin.
  • 16 AD. Marne – El VI 468.
  • 17 Léon Victor Auguste Bourgeois.
  • 18 La suite de la carrière de Léon Bourgeois prouve qu’Henry Geoffroy s’était fourvoyé sur ce point. Y (...)
  • 19 AD. Marne – El VI 467.
  • 20 Ibid.
  • 21 AD. Marne – El VI 564.
  • 22 Ibidem.

5Les pères des épouses qui siègent en qualité de conseiller général entre 1871 et 1940 dans la Marne sont peu nombreux (4,84 % des beaux-pères en politique, soit 0,90 % des beaux-pères). Cléophace Bonnet,10 Paul Goerg11 et Gaston Poittevin12 sont dans cette situation. Les similitudes dans les carrières des deux premiers sont très nombreuses. Les deux siègent au conseil général pour le canton de Vertus en dirigeant dans le même temps le chef-lieu de canton. Leurs mandats se succèdent à la tête de la commune et sont séparés par deux petites années au conseil général. Le mandat de conseiller général de Paul Goerg s’achève avec le décès de celui-ci, le 24 janvier 1893. À cette date, Constant Cléophace Bonnet est conseiller municipal de Vertus et conseiller d’arrondissement depuis 1877 ; et ce dernier mandat court jusqu’en 1895. Celui-ci décide de le poursuivre et de ne pas se présenter à la succession de Paul Goerg lors du scrutin du 2 avril 1893. Julien Boban, gendre du défunt, postule à cette succession. Celui-ci montre la continuité avec le précédent détenteur du fauteuil de conseiller général dans une affiche électorale placardée à partir du 24 mars 1893. Il la signe « J. BOBAN-GOERG. »13 Le fait de se présenter sous le double patronyme Boban-Goerg est révélateur de ce sentiment d’héritage, renforcé par l’expression « poursuivre la continuation de son œuvre ».14 Par ailleurs, Julien Boban insiste sur son assise locale dans un débat portant sur le sujet brûlant des bouilleurs de crû lorsqu’il fait placarder : « je crois que vous me connaissez assez depuis 25 ans que j’habite au milieu de vous, pour être certains de pouvoir compter sur moi. »15 Face à lui se présente Henri Geoffroy, « docteur en droit, avocat à la cour d’appel de Paris, ancien secrétaire de la Conférence des avocats, conseiller municipal de Pocancy »16, qui le 31 mars 1893 fait placarder une affiche dans laquelle il estime qu’« une œuvre de justice vient de s’accomplir [puisque] vous savez tous quelle est la personnalité qui se cachait derrière M. Boban : c’était M. Bourgeois.17 Cette personnalité, politiquement, n’existe plus.18 M. Bourgeois est tombé hier du Ministère de la Justice, et il entraîne dans sa chute les comités qui n’avaient été créés que dans son intérêt électoral. (…) Toutes les promesses de faveurs faites au nom de M. Bourgeois, et de M. Boban, sa créature, sont anéanties. »19 Dans cette même affiche, il s’adresse directement aux vignerons du canton de Vertus en écrivant que « M. Boban, dont tout le mérite consiste dans le titre d’héritier de M. Goërg, vous a laissé ignorer à dessein que dans sa succession se trouvait aussi très probablement le titre de membre du Syndicat de défense anti-phylloxérique préfectoral, contre lequel vous protestez avec tant de raison. »20 Pour Henry Geoffroy, Julien Boban est l’héritier – à plusieurs titres – de Paul Goerg et cet état de fait est condamnable politiquement. Aux yeux des électeurs du canton, au contraire, cet héritage direct permet l’élection facile du candidat Boban. Néanmoins, deux ans plus tard, « en renonçant à solliciter vos suffrages, (…) [Julien] Boban laisse vacant le siège de conseiller général. »21 L’héritage politique et familial par l’intermédiaire du parrainage politique du beau-père n’a pas suffit à Julien Boban pour se maintenir au conseil général alors que Cléophace Bonnet s’érige en héritier politique de Paul Goerg lorsqu’il placarde : « Mes chers concitoyens, si vous me jugez digne de prendre part aux délibérations du Conseil général, mon devoir sera de marcher sur les traces de cet homme de bien, dont le souvenir nous est cher à tous et dont j’occupe les fonctions dans la ville de Vertus. »22 L’héritage favorise l’élection mais ne présuppose pas de la longévité de la carrière du gendre.

  • 23 Maire de Lisse-en-Champagne de 1876 à 1918 et conseiller d’arrondissement du canton de Vitry-le-Fra (...)
  • 24 Conseiller d’arrondissement du canton de Sézanne de 1925 à 1931.

6Quand le beau-père exerce une fonction politique sous la Troisième République, il est très fréquent (66,67 %) que celle-ci l’envoie au conseil d’arrondissement. Cléophace Bonnet fait partie de ce groupe mais il est le seul à être également maire et conseiller général. Les autres (deuxtiers des cas) sont fréquemment maire de leur commune et conseiller d’arrondissement comme Camille Gellot.23 Deux n’exercent pas d’autre mandat comme René François.24 Les débuts de carrière des beaux-pères sont équitablement partagés entre le début et la seconde moitié de la période étudiée. Auguste Pouilliot (1871) ou Nicolas Bertrand (1877) siègent aux prémices de ce régime politique, tandis qu’Henri Champagne (1918) ou Allyre Herbillon (1919) commencent à siéger au conseil d’arrondissement relativement tardivement dans la Troisième République. Un début tardif en politique des beaux-pères ne condamne pas la carrière du gendre. Il n’y a pas toujours passage de témoin entre le beau-père et son gendre, comme entre Paul Goerg et Julien Boban. Soit beaux-pères et gendres effectuent des carrières politiques courtes, soit celles-ci se font dans des cantons différents, soit avec des mandats différents.

  • 25 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920, député de 1889 à 1898 puis sénateur de la Marn (...)
  • 26 Maire de Châlons-sur-Marne de 1874 à 1884, conseiller général du canton de Châlons-sur-Marne de 187 (...)
  • 27 Maire de Cramant de 1878 à 1913 et conseiller d’arrondissement du canton d’Avize de 1880 à 1913.

7Les beaux-pères qui n’exercent pas de fonctions autres que municipales sont les plus nombreux (61,29 %). Les communes dirigées par les beaux-pères se répartissent dans toute la Marne et les gendres sont mandatés par les électeurs de pratiquement tous les cantons. Certains beaux-pères sont maires de communes situées en dehors du département de la Marne, à l’image de François Bourdon, maire de Broquiers, commune de l’Oise. En cette ville, naît sa fille Pauline, épouse d’Ernest Vallé25. D’autres sont maires de communes situées en dehors du canton d’élection de leur gendre, comme dans le cas d’Hippolyte Faure26, gendre de Laurent Caillot, maire de La Chaussée-sur-Marne de 1821 à 1831, commune où le parlementaire marnais termine sa vie dans le château de sa belle-famille en 1907. Bien souvent, gendre et beau-père appartiennent au même canton, si ce n’est à la même commune, comme Arthur Puisard27, gendre de Prosper Courtallier, maire de Cramant de 1871 à 1876.

8Si le cursus du beau-père est un argument pour contracter mariage, il faut savoir à quel moment celui-ci est organisé.

L’entrée dans la belle-famille

9À quel moment l’alliance entre les deux familles s’effectue-t-elle ? Le mariage est-il contracté avant ou après l’élection du beau-père et du gendre ? Ce mariage entre-t-il dans le cadre d’une stratégie électoraliste ?

10Quand le beau-père est un parlementaire de la Troisième République, l’alliance s’effectue toujours à l’apogée de la carrière du beau-père. Les élus entrent officiellement en parenté avec le parlementaire alors que ce dernier est en pleine activité et qu’eux-mêmes n’ont pas encore débuté la leur dans les instances départementales ou nationales. René de Chaubry de Troncenord épouse Jeanne Eschassériaux en juin 1866 : à cette date, René Eschassériaux est conseiller général (depuis près de vingt ans) et député (depuis quatorze ans) tandis que le gendre vient tout juste d’être nommé, par le préfet Amelin, maire de la commune rurale de Congy. En 1913, quand Paul Marchandeau prend pour épouse Élisabeth Vieu, à Paris, il est tout récemment installé à Reims et a gardé de forts contacts avec sa région d’origine. Lors du mariage, Jacques Vieu est sénateur du Tarn depuis huit ans.

  • 28 Six mois et quatorze jours après l’élection d’Auguste Pouilliot, neuf mois et vingt-deux jours aprè (...)
  • 29 AD. Marne – El VI 1046.
  • 30 Ibidem.

11Quand le beau-père est conseiller d’arrondissement, 50 % des mariages se déroulent avant l’élection du gendre alors que le beau-père détient un siège. Ernest Janin épouse Marie Bonnet, le 9 juin 1889, alors que Cléophace Bonnet est conseiller d’arrondissement depuis 1877. Le délai entre la prise de fonction du beau-père et la date du mariage est long dans ce seul cas. Pour Pierre Guérin (avec Hélène Champagne – 27 septembre 1920), Lucien Paradis (avec Aurélie Gellot – 18 décembre 1899) et Alfred Morel (avec Mathilde Pouilliot – 16 avril 1872), les mariages sont contractés assez rapidement après l’élection du père de l’épouse.28 Le cas le plus exceptionnel est celui du mariage entre Henri Chamontin et Étiennette Herbillon qui se déroule le 29 décembre 1919. Les élections visant à nommer un conseiller d’arrondissement se déroulent les 14 et 21 décembre de la même année. Le mariage est célébré dans la même quinzaine que l’élection d’Allyre Herbillon, déjà maire de La Cheppe depuis sept ans. Un seul mariage a lieu alors que le beau-père n’est plus en fonction : celui de Georges Maulvaux et Suzanne Bertrand, célébré à Thiéblemont le 27 février 1892 ; or à cette date, Nicolas Bertrand est décédé. Donc Georges Maulvaux, cultivateur à Possesse, prend pour épouse la deuxième fille de l’ancien conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont. Dix-huit ans plus tard, il entre lui-même au conseil d’arrondissement, au nom du canton d’Heiltz-le-Maurupt. Au cours de la campagne qui précède le scrutin du 24 juillet 1910, Georges Maulvaux dans ses affiches électorales ne fait aucunement mention de son beau-père et de son mandat. Avec son colistier (Édouard Leblanc), il préfère insister sur « l’expérience administrative [qu’ils ont] acquise dans la direction de [leurs] Mairies, [qui leur] permettra de traiter utilement les différentes questions économiques et fiscales rentrant dans les attributions des Conseillers d’arrondissement (…). »29 Chacun présente en deçà de son nom les titres et fonctions utiles à mentionner. « G. Maulvaux, maire de Possesse, délégué cantonal, secrétaire du comité républicain du canton d’Heiltz-le-Maurupt. Ed. Leblanc, maire de Bassuet, délégué cantonal, officier d’académie, président du comité républicain. »30 Georges Maulvaux ne juge pas utile d’évoquer son beau-père, décédé depuis vingt-cinq ans et qui représentait un canton différent. L’impact de la renommée de Nicolas Bertrand y est donc moindre, mais lui a déjà permis d’intégrer les rouages politiques locaux, valeurs plus sûres à présenter aux électeurs. Enfin, deux mariages se déroulent alors que le beau-père n’est pas encore conseiller d’arrondissement. Alphonse Bergaut prend pour épouse Georgette Pillard le 15 octobre 1910 ; or ce n’est que le 12 octobre 1913, que Paul Pillard est appelé à siéger au conseil d’arrondissement. Néanmoins, le beau-père est maire de sa commune depuis dix ans. Le cas le plus intrigant est celui du mariage entre Francis Tixier et Ida François qui se déroule à Sézanne le 27 septembre 1920. En effet, à cette date René François n’est ni conseiller d’arrondissement, ni maire (il est conseiller municipal et premier adjoint de Sézanne). Il exerce la profession de marchand de bois, son gendre celle d’entrepreneur en maçonnerie. Les familles de René François et de son épouse Armande Fossoyeux n’ont de lien ni avec la ville de Reims, ni avec la Creuse (département dont est originaire le père de Francis) puisque les François sont bien implantés à La Forestière, Nesle-la-Reposte et villages environnants tandis que les Fossoyeux se sont installés au milieu du XIXe siècle dans cet espace en provenance de La Chapelle-Lasson, commune située dans le canton d’Anglure. Certes, Isidore François, père de René François a été maire de la commune de La Forestière de 1896 à 1902, mais rien de comparable avec les mandats détenus par Léon Tixier, père de l’époux : conseiller municipal de Reims et surtout conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims de 1913 à 1919. Au jour du mariage, le père de l’époux n’est plus conseiller d’arrondissement tandis que son fils et le père de l’épouse ne le sont pas encore. On en vient à se demander qui du gendre ou du beau-père profite de l’implantation en politique de l’autre. Francis Tixier est élu conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims le 9 décembre 1928, alors que son père ne l’est plus depuis neuf ans et que son beau-père l’est devenu (pour le canton de Sézanne) lors des élections de juillet 1925.

12Une fois entré dans la belle-famille, quel peut être l’avenir politique du gendre ?

L’horizon politique du gendre

  • 31 A.D. Marne – El V 451.
  • 32 AD. Marne – El V 955.
  • 33 Ibidem.
  • 34 Ibid.
  • 35 AD. Marne – El V 873. (1928)
  • 36 AD. Marne – El V 872. (1928)
  • 37 AD. Marne – El V 782. (1924)

13Les parlementaires de la Troisième République pèsent véritablement dans les élections de leur gendre ; même ceux installés en dehors du département de la Marne. Les gendres sont toujours choisis par les électeurs de la Marne pour les représenter dans les plus hautes instances départementales ou à l’échelon national. Pourtant, il existe parfois des limites à l’influence du beau-père. René Eschassériaux est certes parlementaire mais René de Chaubry de Troncenord, qui entre au conseil général de la Marne dès 1871 au nom des électeurs du canton de Montmort, profite surtout de la considérable influence de sa propre famille dans le canton d’élection. Joseph de Chaubry de Troncenord, son père, était conseiller d’arrondissement de Montmort de 1833 à 1836 et conseiller général de 1840 à 1867 ; François de Chaubry de Troncenord, son grand-père, était maire de Congy de 1792 à 1826 et conseiller d’arrondissement de 1804 à 1819. Dès lors, on peut se demander si René de Chaubry de Troncenord a véritablement besoin de l’appui de son beau-père pour intégrer le conseil général de la Marne. L’aura politique de la famille Eschassériaux à l’échelle nationale est attestée par l’existence de nombreux députés. Le mariage entre René de Chaubry de Troncenord et Jeanne Eschassériaux procède davantage de l’endogamie nobiliaire que de la stratégie purement électoraliste ; même si dans le cadre de cette endogamie nobiliaire, la participation aux rouages politiques est un élément non négligeable. D’autant plus que le grand-père paternel de René de Chaubry de Troncenord a siégé sur les mêmes bancs de l’assemblée nationale de 1791 à 1792, au sein de la majorité réformatrice, que Joseph Eschassériaux, député de Charente-Maritime et grand-père paternel de René Eschassériaux. Les deux familles se côtoient depuis longtemps et sont, à l’origine, proches géographiquement (Sarthe et Haute-Vienne pour les Chaubry, Charente pour les Eschassériaux). Une autre situation familiale se révèle particulièrement intrigante. Henri Martin s’allie à Gaston Poittevin en épousant Pauline Poittevin au cours des années 1920. À cette date, Gaston Poittevin siège au Palais Bourbon et le gendre n’a pas de mandat politique. En 1936, Henri Martin se présente aux élections législatives et entre au Palais Bourbon après une âpre campagne électorale qui l’oppose à… son beau-père. Celui-ci ne joue pas le seul rôle de repoussoir. Certes, Henri Martin accuse son beau-père d’avoir « tout oublié (…) [de ses engagements politiques], déserté (…) [les votes cruciaux], trahi (…) [les travailleurs]. »31 Pourtant dans l’affiche du scrutin de ballottage, il se présente comme « candidat de discipline républicaine »32 pour défendre « la Paix, à l’intérieur comme à l’extérieur »,33 estimant que toutes les « améliorations sociales ont été arrachés par les partis de gauche au Bloc réactionnaire »34 tandis que son beau-père estime que par son élection « la discipline républicaine a triomphé des réactions coalisées »35 pour « assurer le succès des idées de laïcité, de progrès et de justice sociale »36 et « le maintien de la paix par le respect de la justice que la Société des Nations, fortifiée et élargie, (…) doit assurer envers tous les peuples. »37 Poittevin est aussi par certains aspects un modèle pour Martin et le député sortant rend possible la candidature du jeune Henri Martin qui aurait sans doute limité sa carrière à l’échelon départemental s’il n’avait eu sous les yeux l’exemple de son beau-père. Avoir un beau-père parlementaire sous la Troisième République favorise l’accès au parlement et au conseil général, même si ce facteur n’est pas unique pour expliquer le succès politique du genre considéré.

  • 38 Le scrutin du premier tour est prévu le 1er septembre. AD. Marne – El VI 723.
  • 39 AD. Marne – El VI 701.
  • 40 AD. Marne – El VI 723.

14Les gendres de conseillers généraux connaissent des destins politiques assez contrastés. Outre, Henri Martin qui intègre le conseil général et le parlement, les autres ont des carrières qui se limitent aux assemblées départementales. En juin 1889, alors que Cléophace Bonnet est conseiller d’arrondissement depuis douze ans, François Janin, docteur en médecine et collaborateur de son beau-père à Vertus, prend pour épouse Marie Bonnet. Le 27 août 1901,38 François Janin pose officiellement sa candidature au fauteuil de conseiller d’arrondissement au nom du canton de Vertus puisque Louis Lenoir est devenu conseiller général au bénéfice de « la retraite de l’honorable Docteur Bonnet [qui] laisse vacant au Conseil général le siège du canton de Vertus. »39 Les gendres intègrent le conseil général de manière brève ou le conseil d’arrondissement de manière durable. L’argument de la continuité et de l’héritage est utilisé pour intégrer la chambre haute départementale mais pas le conseil d’arrondissement. Ainsi, François Janin pourrait user de l’argument de la bonne connaissance des rouages politiques locaux et du conseil d’arrondissement grâce à l’expérience de son beau-père. Il n’en est rien ; tout juste évoque-t-il le fait que « le rôle politique du conseiller d’arrondissement étant assez effacé, je ne m’étendrai pas longuement sur mes opinions. »40 Le réseau familial est doublé d’un réseau politique d’envergure et il n’est nul besoin pour François Janin de se réclamer d’un quelconque héritage, tant ce dernier est connu de tous.

15Quand le beau-père est conseiller d’arrondissement, la concentration et la longévité des mandats constituent la règle. Les gendres des maire et conseiller d’arrondissement effectuent très souvent (71,43 %) exactement la même carrière que leur beau-père, comme par exemple Henri Chamontin, maire de La Cheppe à partir de 1929 et conseiller d’arrondissement du canton de Suippes dès 1933, gendre d’Allyre Herbillon, maire de la même commune de 1912 à 1929 et conseiller d’arrondissement de 1919 à 1931. Dans 60 % des cas, le gendre et son beau-père occupent le fauteuil de maire dans la même commune. Quand la commune diffère, le canton d’élection diffère également. C’est le cas pour Camille Gellot, maire de Lisse-en-Champagne de 1876 à 1918 et conseiller d’arrondissement du canton de Vitry-le-François de 1898 à 1907, beau-père de Lucien Paradis, maire de Dampierre-le-Château de 1911 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1910 à 1936. Les autres gendres (28,57 %) sont seulement conseiller d’arrondissement. Avoir un beau-père au conseil d’arrondissement sous la Troisième République facilite l’accès à cette même chambre pour le gendre. 50 % des gendres n’exercent pas dans le même canton que leur beau-père, comme Francis Tixier, conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims à partir de 1928, gendre de René François, conseiller d’arrondissement du canton de Sézanne de 1925 à 1931, puis à compter de 1937. En règle générale, les carrières sont longues, même pour ceux dont le beau-père entre en politique au lendemain du premier conflit mondial. Ceux qui détiennent un fauteuil de maire effectuent des carrières assez longues, tant dans la commune qu’au conseil d’arrondissement, avec une exception pour Auguste Pouilliot, maire pendant cinq ans seulement. La durée moyenne des mandats de maire des beaux-pères est de dix-huit ans et demi, tandis que leur présence au conseil d’arrondissement varie de huit (pour Nicolas Bertrand) à vingt-et-un ans (pour Paul Pillard), avec une durée moyenne de quatorze ans. Les carrières des beaux-pères ne sont donc pas forcément courtes et englobent en moyenne un peu plus de deux mandats consécutifs au sein du conseil d’arrondissement. Même celles débutées à la veille ou au lendemain de la Première Guerre mondiale sont assez longues. Paul Pillard siège ainsi au conseil d’arrondissement vingt-et-un ans et dirige la commune de Somsois pendant vingt ans. Seul René François apparaît comme une exception, lui qui siège au conseil d’arrondissement neuf ans seulement, alors que la moyenne s’établit à quatorze ans et neuf mois de présence. L’entre-deux-guerres est court, dès lors, il est probable que les carrières des gendres soient écourtées puisque les beaux-pères effectuent en moyenne de longs mandats de conseillers d’arrondissement. Pourtant, tel n’est pas le cas. Les durées moyennes des mandats de maire et de conseiller d’arrondissement des gendres sont certes plus courtes que celle des beaux-pères, mais ne sont pas négligeables. La durée moyenne des mandats de maire pour les gendres s’établit à seize ans et demi. Pierre Guérin a le mandat le plus court puisqu’il reprend les rênes de la commune de Cheppes-la-Prairie en 1935, alors que son beau-père, âgé de soixante-quinze ans, délaisse ce fauteuil. Sans faire de politique-fiction, si le changement de régime, et le terme de notre étude, s’était fait plus tard dans le siècle, il est probable que Pierre Guérin aurait eu une carrière de maire et de conseiller d’arrondissement plus longue. Pour ce dernier, il n’exerce que quatre ans, encore à la suite directe de son beau-père. C’est le mandat de conseiller d’arrondissement le plus court de ceux dont le beau-père a siégé au conseil d’arrondissement sous la Troisième République puisque la moyenne s’établit à onze ans et six mois. Le record de longévité est détenu par Lucien Paradis : maire de sa commune pendant vingt-neuf ans et conseiller d’arrondissement pendant vingt-six ans. Il faut préciser que son beau-père commence sa carrière en 1898 et que tous deux exercent leurs mandats dans des communes et des cantons différents.

  • 41 AD. Marne – El VI 723.

16Le conseil d’arrondissement constitue l’horizon politique de nombreux gendres. Certes, pour quelques-uns d’entre eux le temps a forcément manqué pour gravir les marches du cursus honorum. Pourtant, il semble que les gendres de conseillers d’arrondissement soient limités dans leur possibilité d’évolution à cette seule assemblée, où « le rôle politique (…) [est] assez effacé. »41 Près d’un homme sur cinq détenant une ou plusieurs fonction(s) politique(s) après 1871 ont un gendre mandaté par les électeurs de la Marne sous la Troisième République. La majorité intègre le conseil d’arrondissement, même si quelques cas exceptionnels concernent le conseil général ou le parlement. La globalité des soixante-neuf ans de République connaît ce phénomène très particulier et l’ensemble du territoire marnais est concerné. 62,42 % des gendres de maire siègent au conseil d’arrondissement, 84,62 % d’entre eux dirigent une commune et 13,16 % commencent leur carrière après le premier conflit mondial. La durée moyenne des carrières des gendres dont le beau-père est maire d’une commune s’élève à vingt-trois ans et dix mois.

  • 42 Les parlementaires dont le beau-père est seulement maire sont Hippolyte Faure, Léon Morillot et Ern (...)

17En général, les gendres débutent leur carrière politique avant 1893 (65,79 %). Ils sont même 34,21 % à l’entamer avant 1877. L’héritage entre gendre et beau-père est beaucoup plus fort et la continuité beaucoup plus prégnante au début de la Troisième République. Donc, l’idée d’un renouvellement des hommes, des couches sociales et des réseaux représentés au sein des chambres électives de ce régime évoquée par Léon Gambetta semble trouver une vérification, puisque progressivement le recours aux gendres de maires s’estompe. Pourtant, ce constat est à relativiser par l’impact des gendres de conseillers d’arrondissement à la fin de ce régime politique. De plus, les cantons rémois, de Montmirail, de Sézanne, etc., où aucun élu n’a un beau-père qui dirige une municipalité seraient alors les archétypes de ce renouvellement. Or, il n’en est rien. Ainsi, Prudent de Villiers, propriétaire à La Noue, est élu par les électeurs du canton d’Esternay. En novembre 1850, il épouse Sophie Dursus, fille d’Henri Dursus (maire de Mœurs de 1831 à 1833 et de Lachy de 1840 à 1852 puis de 1858 à 1865). La carrière politique de Prudent de Villiers, comme celle de 15,79 % des gendres, commence bien avant 1871 puisque l’autorité préfectorale, sur approbation de l’autorité ministérielle, nomme cet homme à la direction de la commune de La Noue dès 1852. En 1862, il intègre le conseil d’arrondissement. En 1871, il se présente pour intégrer le conseil général et recueille, au premier tour, 69,08 % des suffrages. Donc, l’élu, gendre de maire, intègre très souvent le conseil d’arrondissement (62,42 %), effectue parfois un cursus honorum local (13,16 %), entre assez peu au conseil général (avec ou sans mandat de maire – 10,53 %) et intègre très rarement les rouages parlementaires42 (7,89 %). Le gendre commence sa carrière tôt, quand celle-là n’a pas pris son essor sous le Second Empire. Les carrières effectuées sont relativement longues, avec des situations cependant contrastées. Frédéric Leseurre, maire d’Hauteville (1878-1884) et conseiller d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont (1877-1886), ne siège que neuf ans, tandis qu’Adonis Aubert, maire de Cheppes-la-Prairie de 1848 à 1881 et conseiller d’arrondissement du canton d’Écury-sur-Coole de 1875 à 1892, a une carrière de quarante-quatre ans. En ce sens, Pol Bayen apparaît comme un contre-exemple quasi parfait puisqu’il siège uniquement au sein du conseil général à compter des élections de 1934.

  • 43 Maurice Agulhon, « Les paysans dans la vie politique », in Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Hist (...)

18Quand les beaux-pères ont des fonctions politiques sous le Second Empire, les gendres de conseillers d’arrondissement et de conseillers généraux effectuent rarement une carrière dont l’horizon dépasse le conseil d’arrondissement. Dès lors avoir un beau-père qui a siégé sous le Second Empire au conseil d’arrondissement permet au gendre d’intégrer la même structure, rarement le conseil général (16,67 %), mais jamais le parlement. À l’inverse, les gendres de parlementaires et de préfets du Second Empire intègrent les rouages supérieurs de la République, que ce soit au conseil général (un tiers) ou au parlement (deux tiers). Eugène Perrier ou Désiré Warnier sont de ceux-ci. Ces gendres parlementaires siègent tous au début de la Troisième République, voire avant, et sont pour partie héritiers des anciens réseaux nobiliaires. Ils représentent généralement le centre droit ou la droite conservatrice. Léon Morillot est un exemple caractéristique. Né le 19 juillet 1838 au château d’Étrepy, résidence de sa famille maternelle, Léon Morillot est le fils d’Ange Morillot et de Félicité Davy de Chavigné. Il partage son enfance entre le château d’Étrepy et la résidence ligérienne de son père, directeur et administrateur de la compagnie des mines de La Roche-Molière et de Firminy depuis 1846. Cette double appartenance au département de la Marne et au département de la Loire permet à Léon Morillot d’épouser en premières noces, en 1872, sa cousine germaine Madeleine Davy de Chavigné, fille d’Alfred (maire d’Étrepy de 1865 à 1888) et de Virginie Domyné des Landres ; en secondes noces, en 1875, il épouse Mathilde Ducros, fille de Joseph Ducros, alors préfet du Rhône et ancien préfet de la Loire, et d’Éléonore Desmonts. Par ces deux mariages, Léon Morillot est gendre d’homme politique. Dans le premier cas, il est une exception puisque gendre de maire de la Marne, il effectue une carrière brillante en étant maire de Saint-Lumier-la-Populeuse de 1874 à 1909 (année de son décès), conseiller général du canton de Thiéblemont de 1886 à 1909 et député de la Marne de 1889 à 1902. Dans le second cas, il effectue une carrière relativement conforme aux gendres de parlementaires et de préfets. À la chambre des députés, il se présente comme un républicain conservateur. Sa carrière politique commence en 1874 mais ses accointances avec le monde politique remontent au Second Empire, moment où il est adjoint au chef de cabinet du ministre de l’Instruction Publique. En ce sens, Léon Morillot est révélateur de cette notabilité du pouvoir typique du XIXe siècle où se côtoient « marquis et maîtres de forges, » selon l’expression de Maurice Agulhon.43

19Lorsque les beaux-pères effectuent de belles carrières politiques, alors les gendres connaissent les ors de la République et constituent une élite politique locale indéniable. Rares sont les gendres à effectuer des carrières exceptionnelles quand le beau-père ne détient qu’un fauteuil municipal ou au mieux cantonal. Les épouses sont parfois filles d’hommes politiques, mais peut-on considérer qu’elles s’intègrent dans des dynasties familiales politiques ? Les relations entre la belle-famille et la politique sont-elles récentes ou héritées ?

Les aïeux de l’épouse en politique

20Les cadres de recherche d’ascendance des épouses sont les mêmes que pour celles des élus. Les ascendances sont certifiées pour 21,32 % d’entre elles à la seconde génération, pour 25,19 % à la troisième génération, pour 20,61 % à la quatrième génération et pour 54,20 % à la cinquième génération. Parmi les ascendants mâles, 11,31 % détiennent des fonctions politiques et assurent une importante présence familiale préalable dans les rouages politiques.

Occupation du terrain et dynasties par alliances

  • 44 L’aïeul ou grand-père constitue la troisième génération, le bisaïeul ou arrière-grand-père est la q (...)

21Les aïeux détenant des fonctions politiques sont presque exclusivement les grands-pères et les arrière-grands-pères des épouses. L’inscription préalable de la famille en politique n’est donc pas si lointaine et continue d’être un facteur d’élection pour l’individu masculin qui rejoint par mariage la famille. Dans 45,53 % des cas un aïeul est en politique ; dans 42,27 % des situations il s’agit du bisaïeul et dans seulement 12,20 % des cas le trisaïeul.44

22Dans le cas des trisaïeuls, l’apparition en politique de cet individu n’est pas la seule dans 73,33 % des cas ; c’est-à-dire que les épouses dont l’un des trisaïeul détient une fonction politique ont également au moins un autre ascendant en politique dans près des trois-quarts des situations. Pauline Loche fait en quelque sorte figure d’exception puisque dans son ascendance deux trisaïeuls détiennent un fauteuil de maire ; or, il s’agit du même fauteuil, celui de la commune de Bouy, détenu par Jean Loche. De plus en dehors de cet individu aucun autre ascendant direct de Pauline Loche ne détient de fonctions politiques avérées.

Figure 13. Relations de parenté entre Jean Loche, maire de Bouy au début du XIXe siècle, et Pauline Loche.

Figure 13. Relations de parenté entre Jean Loche, maire de Bouy au début du XIXe siècle, et Pauline Loche.
  • 45 Bernard Ménager, « La succession des mandats : une affaire de famille ? », in Jean-Marie Mayeur, Je (...)

23Certaines épouses ont dans leur ascendance directe plusieurs hommes politiques (12,91 % des épouses pour lesquelles une ascendance à la deuxième génération est avérée). Mais surtout, ces épouses sont en lien de parenté directe avec 57,84 % des ascendants (pères compris) qui ont des fonctions politiques. Plus de trente-sept pour cent d’entre elles, s’inscrivent dans des dynasties politiques constituées d’au moins trois ascendants en politique dans leur arbre généalogique. Cela signifie que 62,79 % des femmes ont deux ascendants en politique seulement. La dynastie à trois têtes correspond à 25,58 % des cas et celle à quatre têtes à 11,63 % des situations. Y a-t-il succession des mandats ou juxtaposition de mandats, procédant « d’une stratégie politique, (…) [pour] tout simplement occuper le maximum de surface au profit d’une famille, (…) [car] il s’agit toujours de l’implantation d’une famille dans un département ou une circonscription donnée45 » ?

 

  • 46 Edmond Chailliot conserve ce fauteuil de maire jusqu’en 1918 et lui ajoute celui de conseiller d’ar (...)
  • 47 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1 (...)
  • 48 Joseph Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment divisés suivant les di (...)
  • 49 Valérie Nègre, « La céruse et le blanchiment des villes de brique au milieu du XVIIIe siècle », Tec (...)

24Chaque individu a un père, deux aïeux, quatre bisaïeux et huit trisaïeux. Considérant que les épouses des élus de la Marne n’ont pas plus de quatre ascendants directs en politique, alors le nombre de combinaison possible d’inscription en politique s’élève à quarante-cinq. Chaque combinaison a donc statistiquement 2,22 % de chance d’être active. Or nombreuses ne le sont pas (26 soit 57,78 %) tandis que d’autres représentent de très nombreuses épouses : telle la combinaison 2-3 (un père et un grand-père en politique) qui correspond à 27,27 %. Suzanne Chailliot est dans cette situation : née le 3 octobre 1888, fille d’Edmond Chailliot, cultivateur et maire de Fontaine-sur-Coole depuis quatre ans.46 Son grand-père paternel, Cyrille Chailliot, est également cultivateur à Fontaine-sur-Coole et détient le fauteuil de maire de 1871 à son décès survenu le 4 janvier 1884. Ainsi, en 1884, Edmond prend directement la suite de son père à la tête de la petite commune rurale de Fontaine-sur-Coole qui compte à ce moment-là 129 habitants.47 Si les Chailliot sont effectivement des cultivateurs implantés dans une toute petite commune rurale peu peuplée du canton d’Écury-sur-Coole, ils peuvent être considérés comme des notables ruraux puisqu’en 1884, Cyrille Chailliot laisse en succession 592,36 francs en biens mobiliers et 22.902,75 francs de biens immobiliers. La valeur de cette mutation après décès est inférieure à la valeur moyenne des biens laissés par les hommes décédés et appartenant de près ou de loin à la parenté d’un élu (37.458,27 francs), mais constitue un capital non négligeable qui permet de considérer la famille Chailliot comme membre de la petite bourgeoisie rurale. Cyrille Chailliot en laissant 23.495,11 francs s’inscrit dans les hommes les plus fortunés du département pris en considération dans l’étude des fortunes puisque seulement 23,58 % d’entre eux transmettent plus de 20.000 francs. Ainsi au début du siècle, quand Suzanne Chailliot épouse Raymond Collard, originaire de Saint-Germain-la-Ville, commune située à quatorze kilomètres de Fontaine-sur-Coole, la mariée apporte à son époux son statut social, ses biens et fortune mais aussi son ascendance politique. Ces éléments favorisent très probablement l’élection de Raymond Collard quand il est élu conseiller d’arrondissement du canton de Marson en 1922 puis maire de Saint-Germain-la-Ville en 1928. Le canton de Marson est limitrophe du canton d’Écury-sur-Coole où sont implantés les Chailliot. Cet apport indéniable de l’épouse n’est cependant pas le seul et Raymond Collard a des arguments personnels à faire valoir. Industriel et négociant en craie, Raymond Collard est un employeur important de la commune (une dizaine de personnes travaillent en son usine) et il s’inscrit lui-aussi dans une dynastie politique locale. Son père, Léon Collard est cultivateur avant de fonder en 1875 une usine d’extraction de blanc de Champagne. Cette activité consiste à extraire la craie présente dans le sol de la Champagne Pouilleuse et de la transformer en boule de blanc. La craie broyée et pulvérisée est amenée par de l’eau dans des fossés et quand l’eau est retirée le blanc est extrait par pains et est mis à sécher dans des casiers avant de servir à plusieurs usages dont le principal est la céruse. « Du blanc de plomb mélangé avec divers argiles, soit terre de pipe que l’on trouve en Hollande, soit le vrai blanc venant d’Espagne, ou enfin avec du blanc de Troyes, quoique ce dernier soit le moins propre au mélange. (…). Le blanc de plomb, réuni avec un de ces blancs, se broie sous une meule montée verticalement. Cette opération finie, on le moule en petits pains de forme pyramidale, pesant environ deux livres. Ces pains nous sont envoyés enveloppés de papier et ficelés. »48 « Son emploi se développe considérablement dans les villes de brique de la région toulousaine. À partir du milieu du XVIIIe siècle, progressivement dans certaines villes et de façon autoritaire dans d’autres, la peinture à l’huile brun-rouge appliquée sur les parements apparents est abandonnée pour le blanc. L’effet est spectaculaire, les villes méridionales à dominante ocre-rouge virent au blanc. Ce changement dans le choix du coloris des parements correspond à un changement d’attitude à l’égard du matériau : la coloration blanche est motivée par la volonté d’imiter la pierre. »49 Cette extraction du blanc de Champagne occupe principalement des ouvriers agricoles pendant la période hivernale, celle de chômage des cultures qui donne au propriétaire de l’industrie une aura particulière au sein de la communauté villageoise. De plus, pour monter cette entreprise, Léon Collard a dû investir des capitaux, en sa possession, signe de l’opulence relative de cet agriculteur. En 1901, Léon Collard est élu conseiller d’arrondissement du canton de Marson, tandis que son père Sébastien Collard était maire de Saint-Germain-la-Ville de 1871 à 1874 et de 1876 à 1896. Tous ces éléments personnels ajoutés à ceux apportés par l’épouse favorisent les élections de Raymond Collard. Son épouse apporte crédits politiques et sociaux lors du mariage car c’est une demoiselle dont le père et le grand-père détiennent des fonctions politiques.

  • 50 Le père de l’épouse (génération 2) est en politique, l’un de ses grand-pères (génération 3) l’est é (...)

25Les fonctions détenues sur trois générations successives sont relativement peu fréquentes (13,63 %). Cela révèle une succession non linéaire ou un étalement géographique plus que chronologique des mandats détenus par les familles des épouses. Plus que par la succession des mandats, les familles des épouses occupent le terrain politique par la juxtaposition des mandats. Celle-ci concerne 34,88 % des ascendances d’élus dans lesquelles deux individus de même rang occupent des fonctions politiques. Ces juxtaposition et succession non linéaire concernent plus que les pères (65,12 %), les grands-pères des épouses puisque ceux-ci interviennent dans 74,42 % des ascendances en politique si celles-ci comptent plusieurs individus mandatés. Au sein des ascendances à trois têtes, la combinaison 2-3-5 est la plus fréquente, tandis que dans les ascendances à quatre têtes, la combinaison qui revient le plus souvent est la 2-3-4-4.50 Dans 13,63 % des situations, la présence en politique se fait sur trois générations consécutives (2-3-4 ou 3-4-5) qu’il y ait trois ou quatre ascendants concernés par des fonctions politiques. Ernestine Chevallier, née le 29 juin 1880 rue du puits Beauché à Florent-en-Argonne, s’inscrit dans une famille présente en politique de longue date où quatre de ses ascendants exercent des fonctions politiques locales (3-3-4-5). Elle est la fille d’Henry Chevallier, marchand de bois, et de Mélanie Petit. Son grand-père paternel, Louis Chevallier est maire de Florent-en-Argonne de 1852 à 1867, tandis que son grand-père maternel, Élie Petit est maire de la même commune de 1892 à 1906. Le 8 juillet 1856, Louis Chevallier, alors maire de Florent-en-Argonne, prend pour épouse en secondes noces Athalie Francart, fille de Julie Leclerc et de Philippe Francart, propriétaire et maire de Cernay-en-Dormois de 1852 à 1871, lui-même fils d’Antoine Francart, cultivateur et maire de Cernay-en-Dormois de 1807 à 1821, et d’Élisabeth Collignon. Les deux grands-pères d’Ernestine Chevallier, un bisaïeul et un trisaïeul occupent donc des fonctions politiques municipales au cours du XIXe siècle, dans deux communes distantes d’une vingtaine de kilomètres et situées dans deux cantons limitrophes, celui de Sainte-Menehould pour Florent-en-Argonne et celui de Ville-sur-Tourbe pour Cernay-en-Dormois. Le fauteuil de maire de Cernay-en-Dormois est ainsi occupé par les ascendants de génération 5 et 4 d’Ernestine Chevallier pendant trente-trois ans et celui de Florent-en-Argonne par ses deux grands-pères (génération 3) durant vingt-neuf ans. Le 29 août 1899, à Florent-en-Argonne, Ernestine Chevallier prend pour époux Léon Antoine, marchand de bois, né à Avocourt, commune de la Meuse située à vingt-cinq kilomètres à l’est de Florent-en-Argonne. Léon Antoine devient maire de Florent-en-Argonne de 1923 à 1935 et est élu conseiller d’arrondissement du canton de Sainte-Menehould au premier tour lors du scrutin du 18 octobre 1931. Les ascendants de l’époux sont originaires de la Meuse et sont installés à Avocourt, Montzéville, Malancourt et Cuisy ; ils ne possèdent donc pas de fonctions politiques dans le département de la Marne et aucun n’exerce, semble-t-il, de fonctions politiques locales dans la Meuse. Donc, contrairement au mariage Collard-Chailliot qui unit deux familles présentes en politique dans le département de la Marne, cette union Antoine-Chevallier permet à Léon Antoine de s’installer dans la commune et le canton de son épouse et de reprendre la tradition familiale de briguer des fonctions politiques.

Tableau 16. Les ascendants des épouses en politique

Tableau 16. Les ascendants des épouses en politique

26Quand les aïeux de l’épouse détiennent des mandats municipaux, alors le candidat obtient un accessit au conseil d’arrondissement. Néanmoins, certains candidats profitent des mandats nationaux des ascendants de leur épouse pour confirmer et conforter la présence familiale au parlement.

27Ainsi, Zélia Godot est révélatrice de la première situation en prenant appui sur le modèle 2-3-4-4. Née en 1860 à La Forestière – petite commune du canton d’Esternay – Zélia Godot est la fille de François, marchand de bois, et de Déodie Remy. Son père occupe le fauteuil de maire de la commune pendant quatorze ans, commençant sa carrière sous le Second Empire et l’achevant sous la Troisième République, sans que cependant le mode de désignation des maires n’ait évolué. Son grand-père paternel, Étienne Godot, né dans la même commune de La Forestière, est le fils de Vincent Godot, maire de La Forestière de 1811 à 1814. Il s’installe à Nesle-la-Reposte en 1820 après son mariage avec Thérèse Samson, fille de Martin Samson, maire de cette commune de 1815 à 1825 et de 1831 à 1835. Étienne Godot dirige la commune de Nesle-la-Reposte de 1840 à 1849.

Figure 14. Déplacement suite au mariage des membres de la famille Godot.

Figure 14. Déplacement suite au mariage des membres de la famille Godot.
  • 51 AD. Marne – El VI 397 et 398.
  • 52 AD. Marne – El VI 399.
  • 53 AD. Marne – El VI 397.
  • 54 Ibidem.
  • 55 Georges Alvès dos Santos, direction régionale des affaires culturelles, service de l’inventaire gén (...)
  • 56 AD. Marne : El VI 399.

28Le 25 mars 1888, Zélia Godot épouse Jules Masson, Docteur en médecine d’origine haut-marnaise installé à Fère-Champenoise avec ses parents à la fin des années 1870. Quatre ans après son mariage, Jules Masson se présente devant les électeurs du canton de Fère-Champenoise, au moment où le conseiller d’arrondissement sortant (Nicolas Philippe) préfère se consacrer à sa fonction de juge de paix du canton obtenue en 1890. Lors de ce scrutin, le candidat obtient 993 voix sur les 1923 votants et les 2268 inscrits, soit 51,64 % des suffrages exprimés, alors que l’abstention atteint 15,21 %. Lors de la campagne électorale, son adversaire (Frédéric Guérault, dit Guérault-Godard) insiste sur trois thèmes majeurs51 : son appartenance au canton de Fère-Champenoise, ses idées libérales et progressistes, son importance dans le tissu économique local. De son côté, Jules Masson met en avant son implication en faveur des œuvres pour l’instruction publique, son engagement politique et son réseau au sein de l’association républicaine. Il insiste également sur la campagne menée par son adversaire et sur sa qualité de « Champenois de naissance, du reste suffisamment connu [des électeurs] depuis quinze ans bientôt »52 alors que son adversaire se présente comme « enfant du canton et non pas arrivé d’hier. »53 Cet argument de l’implantation géographique locale est fondamental pour les candidats car il permet la proximité avec l’électeur et l’identification de ce dernier au candidat. Cette élection est, comme le souligne Frédéric Guérault, « rurale et politique. »54 Rurale parce que les questions d’agriculture sont omniprésentes au sein du conseil d’arrondissement, politique car le conseiller d’arrondissement est un grand électeur. Dès lors, les candidats se présentent comme étant proches des agriculteurs du canton. Frédéric Guérault est industriel, fondateur de la laiterie et fromagerie de Fère-Champenoise éponyme (fromagerie Guérault-Godard), qui traite environ 7.000 litres de lait par jour en 188955 ; pourtant, il se considère aussi comme agriculteur car il possède un élevage bovin qui n’est cependant en rien comparable aux activités industrielles de sa laiterie. De son côté, le docteur Masson se présente comme « propriétaire de fermes d’une certaine importance dans le département de la Marne. »56 Cette allusion fait explicitement référence à sa belle-famille qui possède, en effet, des terres dans le canton d’Esternay ; dont une partie lui a été amené dans la corbeille de la mariée. Dès lors, l’élection de Jules Masson s’appuie sur la renommée et sur l’assise de sa belle-famille. Dans cet exemple, les mandats détenus par les ascendants de l’épouse sont modestes (maire de petites communes rurales de l’ouest marnais) et la carrière politique du gendre l’est tout autant (Jules Masson est conseiller d’arrondissement jusqu’à son décès survenu le 7 janvier 1907), mais il montre comment la belle-famille apporte un précieux accessit au conseil d’arrondissement pour un homme qui n’est pas originaire du canton d’élection. Bien évidemment, cette présence préalable en politique des aïeux de l’épouse n’explique pas tout et la visibilité professionnelle du docteur Masson n’est sans doute pas un élément négligeable.

  • 57 Conseiller général de Reims de 1817 à 1819.
  • 58 Conseiller d’arrondissement de Reims de 1831 à 1833, pair de France de 1827 à 1848 et de 1864 à 187 (...)
  • 59 Maire d’Étoges de 1812 à 1840, conseiller d’arrondissement d’Épernay de 1831 à 1833 et membre du co (...)
  • 60 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », (...)

29De son côté, Marcelle Werlé montre que pour certaines familles le parlement est une résidence secondaire. La présence en politique des aïeux de cette demoiselle est de type 3-3-5-5. Native de Reims, elle est la petite-fille du maire de Reims de 1852 à 1868, conseiller général de Reims de 1852 à 1871 et député au Corps Législatif de 1862 à 1870 (Édouard Werlé). Par cette branche paternelle, elle est l’arrière arrière-petite-fille de Félix Boisseau57. Par la branche maternelle, elle est la petite-fille de Napoléon Lannes de Montebello58. Enfin, elle est arrière arrière-petite-fille de François Scholastique de Guéhéneuc59. Marcelle Werlé épouse, en juillet 1897, Bertrand de Mun. Ce dernier intègre facilement le parlement au nom des électeurs marnais grâce à la crédibilité de sa belle-famille, à sa forte implantation locale préalable et surtout par sa maîtrise des rouages politiques locaux, auxquels viennent s’adjoindre les rouages économiques. Ces familles sont négociantes en vins de Champagne, détiennent la direction des chambres de commerce, des tribunaux de commerce, des sociétés de secours mutuels locales, des caisses locales de crédit et sont actionnaires de la banque de France. Elles illustrent parfaitement ce réseau de nobles qui « détient des positions importantes dans l’appareil d’État (…). Même l’Empire qui se voulait en partie l’émanation de la volonté populaire choisissait systématiquement ses hauts fonctionnaires, ses députés, ses sénateurs, ses conseillers généraux, [ses conseillers d’arrondissement], ses maires au sein des privilégiés de la richesse et de la naissance. Les élections de 1871 ont redonné l’illusion à la noblesse et aux notables qu’ils jouissaient, même sans l’appui d’une dictature, d’un large pouvoir d’influence sur la population. (…) Bref, les notables ont gardé une large influence sociale [et politique] jusqu’avant 1914, »60 et même au-delà comme le prouve l’entrée au parlement de Bertrand de Mun en 1914 et sa seconde élection de 1924. Cette situation s’explique par la crédibilité de la belle-famille, mais aussi par l’endogamie sociale, financière et politique. Cette dernière permet à l’individu qui entre dans la famille de profiter du crédit de la belle-famille pour s’installer en politique et pour s’asseoir directement sur les bancs du parlement sans effectuer de cursus honorum local préalable. Ainsi, les mandats détenus par les ascendants de l’épouse conditionnent en partie les mandats détenus par les membres du corpus.

Avec quels bénéfices ?

30À la suite des deux exemples d’ascendance précédents, la présence en politique des ascendants de l’épouse permet de distinguer deux types de carrières : les carrières très locales, où le passage au conseil d’arrondissement demeure l’horizon le plus fréquent, et les carrières de parlementaires.

  • 61 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920 (président du conseil général de la Marne de 18 (...)
  • 62 Le dénombrement de 1872 comptabilise 222 habitants et celui de 1876 n’en recense plus que 196. AD. (...)

31Les élus ayant de la belle-famille en politique sont avant tout des élus locaux. En premier lieu, ils sont conseillers d’arrondissement (73,33 % d’entre eux intègrent cette assemblée au cours de leur carrière). La majeure partie des beaux-pères et des ascendants en politique étant des maires, il n’y a en soit rien d’étonnant à ce que le candidat ait une aura politique limitée puisque la crédibilité familiale joue sur un espace géographique restreint et donc sur une circonscription électorale bornée. Les mandats uniques sont relativement nombreux bien qu’ils ne soient pas les plus fréquents (29,16 %). Les carrières à deux mandats différents (55 % des carrières effectuées par les membres de l’échantillon), sont toutes, sans exception, accompagnées du mandat de maire ; c’est dire si l’assise extrêmement locale de ces élus est importante. Les carrières à trois mandats et plus (15,83 % des carrières) s’effectuent, elles aussi, sur une assise locale de l’élu en qualité de maire (94,76 %). Seul, Ernest Vallé61 effectue une exceptionnelle carrière politique sans être maire et alors que son beau-père François Bourdon, est maire d’une commune rurale de l’Oise (Broquiers). Au jour de son mariage, le 7 octobre 1874, cette commune compte approximativement deux-cents habitants.62 Ce contre-exemple montre que l’exercice de fonctions politiques par les membres de la belle-famille ne conditionne pas toujours l’élection de l’individu considéré. Parfois, c’est un facteur favorable à l’entrée en politique, si ce n’est à l’installation durable en politique.

32Par comparaison statistique des mandats effectués par les élus de cet échantillon et l’ensemble des élus de la Marne sous la Troisième République, il apparaît que l’élection au conseil d’arrondissement est favorisée (+16,19 %) et que l’entrée au parlement est également un peu plus fréquente (+1,2 %).

Tableau 17. Les mandats des élus dont la belle-famille détient des fonctions politiques.

ascendance de l’épouse en politique

Différentiel par rapport au corpus

M+CA

46,67 %

+ 25,22 %

M+CA+CG

9,17 %

+ 13,63 %

M+CA+CG+P

1,66 %

+ 33,87 %

M+CG

7,50 %

- 30,36 %

M+CG+P

4,17 %

+ 124,19 %

M+P

0,83 %

- 42,76 %

CA

15,83 %

- 27,88 %

CA+CG

0,00 %

- 100,00 %

CA+CG+P

0,00 %

- 100,00 %

CA+P

0,00 %

- 100,00 %

CG

8,33 %

+ 0,60 %

CG+P

0,83 %

- 66,53 %

P

5,00 %

+ 85,87 %

  • 63 Maire de Sainte-Menehould (chef-lieu de canton et sous-préfecture de la Marne jusqu’en 1926) de 186 (...)

33Les cursi honori locaux sont plus fréquents à l’image de celui effectué par Auguste Deverdun, maire de Vertus (chef-lieu de canton), conseiller d’arrondissement de 1920 à 1937 et conseiller général à la suite, époux de Félicie Morizet, petite-fille d’Antoine Clément (maire de Gionges de 1837 à 1846) et arrière-petite-fille de Clément Morizet (maire de Cramant de 1836 à 1839). Les carrières complètes, qui conduisent de la mairie au parlement en franchissant l’ensemble des étapes du parcours politique sont également plus nombreuses que la moyenne départementale (+33,87 %), comme le montre très bien celle effectuée par Camille Margaine63, époux à partir du 28 septembre 1863 de Victoire Simon dont le grand-père Louis Simon était conseiller d’arrondissement de Sainte-Menehould de 1800 à 1816.

34Mais avoir une belle-famille en politique permet d’accéder plus facilement au seul parlement. Bertrand de Mun n’en est pas tout à fait l’exemple archétypal, puisqu’il est le seul à avoir un père et des ascendants en politique cumulant la crédibilité familiale et celle de la belle-famille, en associant les expériences politiques de ses ascendants avec celles des aïeux de son épouse. Ainsi, grâce au réseau politique et familial de son épouse il a 85,87 % de chance supplémentaire d’intégrer le parlement (et seulement le parlement) que n’importe quel autre individu, mais grâce à la présence au parlement de son père il ajoute, en quelque sorte, des atouts dans son jeu.

35Pourtant, s’inscrire par mariage dans une belle famille présente en politique ne favorise pas le passage au conseil général. Pour occuper seulement un fauteuil dans cette assemblée départementale, la présence préalable de la belle-famille est légèrement favorisante (+0,60 %). Les élus dont la belle-famille détient des fonctions politiques effectuent moins que les autres un passage au conseil général au milieu d’une carrière plus développée (-12,59 %). Outre les mandats des élus, la présence préalable de la belle-famille en politique est-elle une pratique chronologiquement et géographiquement circonscrite ?

Avoir une belle-famille en politique est une pratique constante

36Tous les cantons sont concernés à un moment ou un autre par la présence sur un siège électif d’un homme dont l’épouse a des aïeux en politique. La pratique est donc relativement récurrente même s’il existe des situations contrastées. À l’est d’une ligne reliant Sommepy-Tahure à Faux-Fresnay, les électeurs font bien plus souvent appel à des hommes dont la belle-famille a une implantation politique préalable ; cantons auxquels il faut ajouter les cantons de Reims dont les élus sont autant impliqués dans ces réseaux familiaux et politiques que les élus de cantons ruraux comme Sompuis, Thiéblemont ou Écury-sur-Coole.

37De plus, toute la Troisième République est concernée par cette pratique même s’il existe des différences entre les périodes initiale, médiane et finale. Ainsi, entre 1871 et 1893, les électeurs des cantons du sud-est du département (Saint-Rémy-en-Bouzemont, Sompuis, Thiéblemont et Vitry-le-François) font très souvent appel à des élus intégrés à une belle-famille politique. Entre 1893 et 1914, le pôle se déplace vers le centre et le nord-est du département (Dommartin-sur-Yèvre, Châlons-sur-Marne et Verzy), avant d’englober finalement le centre ouest du département (Châlons-sur-Marne et Reims) entre 1919 et 1940. Ainsi, la pratique se développe partout dans le département. Elle est avant tout rurale entre 1871 et 1893 pour devenir surtout, mais pas seulement, urbaine entre 1919 et 1940. Cette pratique qui consiste à choisir un élu parmi une belle-famille implantée préalablement est avant tout le fait des électeurs de la première période considérée ; 48,33 % des élus à être dans cette situation commencent leur carrière avant 1893. La période médiane est la moins prolifique avec 24,17 % des débuts de carrière. Une légère recrudescence est perceptible au cours de l’entre-deux-guerres (27,50 % des carrières y sont commencées). Ce constat conduit à poser trois hypothèses : soit les élus s’intègrent moins dans des réseaux familiaux à partir de 1893 parce que le renouvellement des élites politiques républicaines est en cours, auquel cas, la vision gambettiste de 1872 est avérée ; soit ce sont les mêmes réseaux qui dominent le monde politique local (et en particulier dans les cantons orientaux du département) et la vision gambettiste est erronée ; soit l’entre-deux-guerres permet l’installation aux commandes des affaires politiques locales de nouveaux réseaux et de nouvelles familles, auquel cas, le discours gambettiste est à modérer. En tout état de cause, cette présence préalable d’une belle-famille en politique est permanente et suffisamment récurrente pour être un facteur favorisant indéniablement l’élection de certains candidats.

Une ressource politique essentielle : l’épouse

  • 64 Geneviève Bührer-Thierry, « Les femmes et la terre. Transmission des patrimoines et stratégies soci (...)
  • 65 Ibidem.
  • 66 Catherine Durandin, « Entre tradition et aventure », in Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire de (...)
  • 67 Cité par Geneviève Bührer-Thierry : François Bougard, « Actes privés et transferts patrimoniaux en (...)
  • 68 Geneviève Bührer-Thierry, op. cit.
  • 69 Adeline Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, « L’évolution de l’ (...)
  • 70 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », (...)
  • 71 Claude Morin, « L’Amérique latine et les femmes », Cahiers d’histoire, Montréal, Université de Mont (...)
  • 72 Adeline Daumard, op. cit., p. 368.

38Dans leur famille, les femmes sont essentielles dans la constitution de ces réseaux familiaux et politiques. Au-delà du simple constat de leur rôle traditionnel de transmission (transmission des héritages pécuniaires ou patrimoniaux, transmission des valeurs et de la mémoire familiale dont elles sont dépositaires, etc.), ces femmes du XIXe siècle, inscrites dans des réseaux de notabilité présents dans la sphère politique, ressemblent beaucoup aux femmes de l’élite carolingienne. « La société du monde carolingien, » comme le rappelle Geneviève Bührer-Thierry, « est dominée par une élite qui tire son pouvoir de la gloire de ses ancêtres associée à l’exercice d’une puissance économique fondée tant sur le patrimoine familial que sur les profits de tous ordres qu’elle retire du service du roi. »64 Pour le XIXe et le XXe siècles, il n’est pratiquement qu’à remplacer le mot roi par le mot État et le parallélisme est quasi parfait ; sauf que le patrimoine familial ne prend pas le même sens, ni ne revêt les mêmes réalités économiques. Ainsi, « au sein de ce patrimoine qui, au sens le plus large, désigne l’ensemble de tous les biens, meubles et immeubles, mais aussi tous les droits accumulés sur les terres et sur les hommes, les biens fonciers et les droits qui y sont attachés occupent à l’évidence une place centrale »65 dans le monde carolingien. Au XIXe siècle, et selon la vision proudhonienne de la société de ce temps, le notable correspond au bourgeois « qui vit du revenu de ses capitaux, de la rente de ses propriétés, du privilège des offices, une bourgeoisie qui forme une espèce d’aristocratie capitaliste et foncière analogue à l’ancienne noblesse. »66 Or, dans ces deux sociétés, « il apparaît assez clairement que les femmes sont “un vecteur privilégié des transferts patrimoniaux”67 à la fois entre les différents groupes familiaux par l’effet du mariage [et] à l’intérieur même de la famille par l’effet de la transmission héréditaire. (…) Les femmes ont un rôle spécifique à jouer dans les stratégies des familles (…) [par] leur capacité à transmettre des biens »68 mais aussi des valeurs du groupe dont elle est issue. « Mère de famille, la femme a une influence plus grande encore que son mari sur l’éducation de ses enfants. Cultivée, la femme, dans les milieux aisés surtout, dirige l’instruction de ses enfants et oriente la formation de leur esprit. (…) Parfois cette influence morale et intellectuelle se prolongeait au-delà des jeunes années. (…) Dans la moyenne bourgeoisie, la femme appartenait souvent à un milieu social plus élevé que son mari. Mariée avec un parvenu elle était restée dans son monde, si bien qu’elle transmettait tout naturellement à ses enfants les traditions, les habitudes de penser d’une société dans laquelle leur père venait seulement d’entrer. »69 Celui-ci prend contact avec la bourgeoisie (ses modes et ses codes) grâce à sa femme. Celle-ci transmet à son époux une partie de son héritage culturel. En tant que membre d’une famille inscrite en politique, elle transmet à son mari les sésames nécessaires à son élection. « Les femmes dans ces milieux jouent un rôle essentiel pour la mise en œuvre du mode de vie [bourgeois]. (…) Les femmes de la bourgeoisie (…) ont en charge toute la vie privée, la reproduction biologique de la famille et sa pérennité spirituelle, l’inculcation des manières et de l’éthique du milieu aux héritiers. »70 Comme le relève Claude Morin pour l’Amérique latine du XXe siècle, il faut « observer le rôle des femmes en politique. Leur statut de mères (d’éducatrices [et] donc [leur rôle dans la] transmission des valeurs) et leur adhésion à la pratique religieuse en ont davantage fait des agents conservateurs, dans la sphère privée tout au moins. »71 Ainsi, les valeurs et la crédibilité familiales sont transmises en partie, et de manière indéniable et non négligeable, par les femmes. Celles-ci ont vocation à être mères, mais aussi et en premier lieu à devenir épouses, car « avant même de se consacrer à ses enfants, la femme était une épouse et bien souvent, comme telle, la collaboratrice de son mari. »72 En matière politique, elle peut être conseillère, mais en ce cas les sources utilisées sont trop lacunaires pour évoquer avec précision la réalité de cette relation intime interne au couple. Elle peut aussi être un véritable faire-valoir quand l’implantation familiale au niveau local et la crédibilité familiale sont importantes.

La renommée de la belle-famille

39La renommée de la belle-famille s’adosse sur deux critères. L’un est subjectif et fait référence à l’aura, à la crédibilité acquise et consentie par les autres membres du corps social en fonction de facteurs tangibles (appartenance aux réseaux décisionnels et/ou du pouvoir) ou non (l’apparente opulence, l’accessibilité des hommes, etc.). L’autre critère est plus quantifiable, quoique parfois difficile à saisir par manque de sources, puisqu’il s’agit de la position sociale acquise en fonction de la fortune et du train de vie.

  • 73 La soutenance de thèse a lieu le 5 avril 1876 : Les Chemins de fer économiques à voie étroite et su (...)
  • 74 AD. Marne – 4 E 15322, acte no 130.
  • 75 Il est avocat au Conseil d’État et à la cour de cassation.
  • 76 AD. Marne – 7 M 75.

40Bien souvent, les deux critères se combinent comme dans le cas de l’ascendance de Virginie Sellier, fille d’Eugène Sellier et d’Euphémie Lebreton. Épouse de Léon Bourgeois, c’est de son côté que son mari vient chercher une assise locale préalable. Léon Bourgeois est né à Paris, y a effectué toutes ses études avant de se lancer dans une carrière de juriste. Le mariage entre les deux jeunes gens est prévu pour le 18 avril 1876. Un contrat de mariage est dressé devant maître Hubert, notaire à Châlons-sur-Marne, le 17 avril. À cette date, Léon Bourgeois est « docteur en droit,73 avocat à la cour d’appel de Paris »74 et travaille, depuis 1875, en collaboration avec Albert Christophle, avocat parisien75 réputé, député de l’Orne et ministre des Travaux Publics sous le gouvernement Dufaure depuis quelques semaines seulement (9 mars 1876). Le mariage est largement hypergamique puisque Léon Bourgeois apporte 51.933,50 francs de biens divers (dont 5 000 francs de biens personnels, linge, bijoux et bibliothèque, 31 750 francs en argent comptant, 11 183,50 francs de créance sur la succession de son défunt frère Camille et 4 000 francs d’un usufruit d’une propriété issue de la succession de sa mère, Augustine Euphrasie Hinoult). L’épouse apporte personnellement 4 422 francs, dont 3 000 francs de linge, bijoux et effets personnels et 1 422 francs en obligations diverses. Eugène Sellier et Euphémie Lebreton constituent à leur fille une dot relativement considérable dont le montant global s’élève à 100 000 francs dont 96 000 constitués d’obligations au porteur de la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée émises à différentes dates. De plus, l’aura politique de la famille Sellier et de ses alliés est considérable dans le département de la Marne. Étienne Sellier, grand-père de l’épouse, a détenu un fauteuil au conseil général de 1842 à 1858. À la signature du contrat de mariage, sont présents en qualité de témoins et de cousins de l’épouse Rose Mafflard et Maurice Varlet. Celui-ci est avocat à Châlons-sur-Marne mais surtout conseiller général de la Marne au nom des électeurs du canton d’Avize depuis 1871. Cette implantation familiale préalable et la crédibilité portée par les électeurs à l’égard de ce groupe familial sont primordiales pour comprendre les prémices de la carrière de haut fonctionnaire effectuée par Léon Bourgeois qui s’appuie tant sur ses réseaux personnels, liés au barreau de Paris, au ministre Christophle et à son ami de Marcère que sur sa belle-famille. En février 1888 pendant la campagne électorale des élections législatives menée face au général Boulanger, Léon Bourgeois y fait explicitement référence, indice de l’utilité des deux facteurs précédemment cités : « mes chers concitoyens, je crois inutile, en terminant, de vous parler longuement de moi. Allié depuis douze ans à l’une des vieilles familles de la Marne, j’ai parmi vous tous mes liens d’affection et d’intérêt. »76

41La situation de Léon Bourgeois est révélatrice de celles des membres du corpus qui prennent pour épouse une jeune fille dont l’ascendance est inscrite en politique.

Un indice : l’emploi du double nom

  • 77 Parmi les cinquante patronymes actuellement les plus fréquents de Savoie, vingt-neuf sont des patro (...)

42Dans ce contexte, l’emploi du double nom est extrêmement révélateur de l’importance accordée à la belle-famille et surtout de l’avantage politique que celle-ci peut conférer par la simple utilisation du patronyme. Bien évidemment, l’emploi du double nom n’est parfois que simple affaire de distinction entre deux branches présentes dans le même village et dont le patronyme est courant. Cet emploi est aussi caractéristique dans certaines régions françaises, comme la Savoie, par exemple, dont est originaire Maurice Dunand.77 Dans ce département, le 9 juillet 1846, Maurice Dunand naît aux Chapelles de François Dunand-Pivot et de Jeanne Albriet. Ses frères, Pierre et Joseph, utilisent ce patronyme de Dunand-Pivot tout au long de leur vie. En avril 1880, lors de son mariage avec Joséphine Rubin, Maurice Dunand est dénommé Dunand-Pivot. Douze ans plus tard, à Esternay, alors qu’il déclare la naissance de sa fille Nicole, Maurice n’emploie qu’un seul patronyme. Dans les campagnes électorales, seul le patronyme Dunand est utilisé.

43Cette pratique du double nom n’est pas ancrée dans le département de la Marne. Dès lors, utiliser un double patronyme relève d’une pratique de distinction ; surtout quand il est employé uniquement dans le cadre politique et non dans l’usage privé familial. Ainsi Émile Gérard, natif de Soulanges, épouse Valérie Flot à Songy le 25 septembre 1866. Valérie Flot est la fille de Joseph Flot, maire de Songy de 1840 à 1858. Au jour de son mariage, Émile Gérard est maire de sa commune natale de Soulanges depuis quatre ans. À compter de 1867, le couple Gérard-Flot s’installe à Songy et Émile Gérard utilise le double patronyme. Néanmoins, à la naissance de Berthe, en date du 7 août 1867, dans l’acte officiel du registre de l’état civil de la commune de Songy, cette dernière porte comme unique patronyme celui de Gérard et son père également. Pourtant, c’est bien comme Gérard-Flot que les électeurs du canton de Vitry-le-François et que l’administration connaît l’homme politique et public qu’est Émile Gérard.

Figure 15. Affiche électorale d’Émile Gérard pour le scrutin d’août 1880.

Figure 15. Affiche électorale d’Émile Gérard pour le scrutin d’août 1880.

44Cinquante-cinq individus utilisent le double patronyme (11,20 % des membres du corpus). Pour 9,09 % d’entre eux, ce double patronyme est issu d’une tradition familiale ou géographique. Cela signifie que pour 90,91 % d’entre eux, et à l’image d’Émile Gérard, l’emploi du double patronyme est un moyen d’associer la crédibilité de la belle-famille à la leur ou à celle de leur famille. Parmi ceux-là, 48 % épousent des jeunes femmes qui ont une ascendance en politique. Ainsi, quand une jeune femme a des aïeux en politique et qu’elle épouse un futur élu de la Marne sous la Troisième République, alors ce dernier emploie fréquemment le double patronyme ; signe que cette distinction est importante dans la stratégie de conquête électorale.

45Quand les jeunes épouses ne s’inscrivent pas dans un réseau à la fois familial et politique, et que le candidat utilise le double nom, alors celui-ci estime la crédibilité familiale selon d’autres ressorts que la présence préalable en politique. Ces ressorts sont, entre autres, le niveau social affiché ou par la richesse réelle ou supposée des ascendants. Ainsi, Cyrille Herment, candidat aux élections au conseil d’arrondissement en 1889, fait placarder des affiches électorales dans lesquelles il se présente sous le double nom Herment-Bidault. Bidault est le patronyme de son épouse, Jenny. Quel est l’intérêt pour cet homme de se présenter sous le double nom, alors que son épouse est originaire du canton voisin de Thiéblemont et que ses ascendants ne sont, semble-t-il pas, des hommes politiques ?

  • 78 AD. Marne – El VI 322.

Figure 16. Affiche électorale de Cyrille Herment (1889).78

Figure 16. Affiche électorale de Cyrille Herment (1889).78
  • 79 Annuaire de la Marne, 1832.
  • 80 Les cinq électeurs qui paient le plus d’impôt en 1831 sont David Leblanc-Duplessis (4 730,87 francs (...)

46En fait, l’assise sociale et pécuniaire de la famille Bidault est importante. Augustin Bidault, père de Jenny, fait partie en 1831 du sixième collège électoral de la Marne.79 La liste de ce collège électoral est remise à jour à la suite des trois Glorieuses des 27 au 29 juillet 1830 et de la rédaction de la charte constitutionnelle du 14 août qui renvoie à la loi électorale. Cette loi est votée le 19 avril 1831. À cette époque, Augustin Bidault paie 333,29 francs d’impôt. Il aurait donc pu être électeur, au regard du cens, sous le règne de Charles X si la condition d’âge n’avait été de trente ans. Le sixième corps électoral de 1831 compte 322 électeurs dont 72 dans le canton de Thiéblemont. Au sein de ce canton, la moyenne des impôts payés par les électeurs s’élève à 536,24 francs. Augustin Bidault est assez loin de cette moyenne et sa fortune n’a rien de comparable avec celle des plus riches hommes du canton.80 Pourtant, Augustin Bidault occupe le quarantième rang. Donc, vers 1830, la fortune du couple Bidault-Duchêne en fait le quarantième couple le plus aisé du canton. C’est dire si la crédibilité familiale par le biais de la fortune est un critère valide.

47L’emploi du double patronyme est un indice de l’importance prise par la belle-famille aux yeux du candidat aux chambres locales ou nationales sous la Troisième République. Par conséquent, le rang social, l’assise préalable et l’aura de la belle-famille ont une importance aux yeux des électeurs. Le candidat intègre un réseau familial vaste sur lequel il s’appuie, en invoquant ainsi des cautions politiques, sociales voire financières.

Le mariage comme stratégie électorale

  • 81 Vincent Gourdon, « Aux cœurs de la sociabilité villageoise : une analyse de réseaux à partir du cho (...)

48Le mariage est un moyen d’intégrer un ensemble familial plus vaste – un réseau de parenté – sur lequel peut s’appuyer le candidat aux élections cantonales, législatives, mais aussi sénatoriales, par le biais des grands électeurs. Le choix de l’épouse est donc fondamental et crucial. Le mariage est au cœur des sociabilités. « Le poids de l’anthropologie historique inspirée, surtout en France, par les problématiques de Lévi-Strauss, le fait que le mariage soit dans les sociétés rurales anciennes non seulement le moment fort de l’existence individuelle, mais encore l’occasion d’un transfert patrimonial intergénérationnel et interfamilial essentiel, et un événement créateur de parenté, donc de droits, de devoirs (solidarité) ou d’interdits, tout explique et justifie que l’alliance soit privilégiée dans le regard de l’organisation villageoise »81 et cantonale.

  • 82 Journal de la Marne, 22 août 1902.

49Dès lors, se choisir une épouse issue de tel groupe familial plutôt que de tel autre est un acte qui est loin d’être anodin. À l’inverse, il est intéressant de mentionner que l’élection fait parfois le mariage. Ainsi, et non sans humour, le Journal de la Marne fait paraître cet entrefilet : « Un siège législatif qui favorise les fiançailles, c’est celui d’Épernay. À peine M. Peignot fut-il nommé député radical, en remplacement de M. Vallé promu sénateur, qu’il épousa Mlle Dubois, fille du très distingué et très aimable général Dubois. Aux dernières élections, M. Peignot fut battu par M. Paul Coutant, avocat nationaliste. Immédiatement, on annonce les fiançailles du nouveau député d’Épernay avec Mlle Boizel. Mères prévoyantes qui avez des fils à marier, faites-leur poser leur candidature à Épernay. La contagion sévit sur tous les élus de la circonscription – quelle que soit leur nuance ! »82 Si parfois stratégie matrimoniale et stratégie électoraliste se mêlent, ici la prise de fonction politique montre comment l’individu passe du statut de candidat anonyme (ou presque) à celui d’élu, membre d’une élite mondaine.

50Aussi, repérer les évolutions entre les pratiques matrimoniales des élus et celles des autres individus éclaire sur les stratégies électoralistes. Les données collectées autour des élus, de leurs épouses, de leurs ascendants respectifs, une partie de leur descendance, des témoins, etc. montrent que 82,94 % des mariages sont célébrés dans le département de naissance de l’époux et dans 52,81 % dans la commune de naissance de l’époux. Pour l’échantillon constitué des seuls élus, la correspondance entre le lieu de naissance et le lieu du mariage n’est que de 33,67 %, signe de la plus grande mobilité des élus quant il s’agit de prendre compagne. Plus que l’endogamie géographique c’est bien l’endogamie sociale, si ce n’est l’hypergamie, qui est recherchée. Dès lors, les individus ne se limitent pas à l’horizon villageois, ni cantonal. Joseph Durant de Mareuil, né au château de Mareuil-en-Brie le 20 mai 1813, est révélateur de cette situation. Héritier de la noblesse d’Empire, il ne se choisit pas de compagne à Mareuil-en-Brie, ni même dans le canton de Montmort dont il est originaire, ni dans celui d’Aÿ où il est élu à partir de 1871. Joseph Durant ne choisit même pas Paris, ville où se concentrent les élites nobiliaires de France et où il possède, rue Saint-Honoré, un logement hérité de son père. En ce sens, sa pratique diffère de celles des hommes de son rang qui utilisent le mariage soit comme une implantation locale plus forte en y consacrant leurs unions, soit comme un des facteurs du paraître nobiliaire par le mariage dans leurs luxueuses résidences parisiennes et en profitent, ainsi, pour réaffirmer leur réseau de sociabilité parisien. René de Chaubry de Troncenord appartient à la première catégorie : né à Paris en 1832, il prend pour épouse une gasconne en 1866, dans la commune provinciale, et marnaise, où il s’est installé et possède un château. Édouard de Barthélémy appartient au second groupe : né à Angers, il prend pour épouse Charlotte L’Heureux, à Paris en mai 1854. Joseph Durant de Mareuil traverse l’Atlantique et prend pour épouse Carlota Garcia d’Almeida, native de Bahia, où le mariage est célébré le 12 mai 1847. À cette date, Joseph Durant de Mareuil est ministre plénipotentiaire à Rio-de-Janeiro. Ce n’est donc pas l’endogamie géographique qui est recherchée, mais bien l’endogamie sociale puisque Carlota Garcia d’Almeida est la fille de Thomas Garcia d’Almeida, ministre du tribunal suprême du Brésil. Ce titre de ministre est une distinction portée par les juges qui siègent au tribunal suprême, plus haute instance judiciaire du Brésil. Dans ce cas, le mariage n’a pas pour but immédiat une quelconque élection ; en effet, en quoi une Brésilienne eût-elle pu intervenir dans l’élection de son époux dans le canton d’Aÿ ? Par l’endogamie sociale, Joseph Durant de Mareuil perpétue une tradition familiale, assoie le prestige de sa branche et peut ainsi jouer sur les leviers traditionnels de la noblesse pour se faire élire en 1871 au conseil général et se faire nommer la même année à la tête de la commune d’Aÿ.

  • 83 Jacques Houdaille, « La bourgeoisie ancienne selon le dictionnaire généalogique d’André Delavenne » (...)
  • 84 André Delavenne (dir.), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 2 volumes, 19 (...)

51Des différences entre les mariages des individus présents dans la base de données et les seuls membres du corpus sont perceptibles quant au critère du lieu du mariage. Qu’en est-il de l’âge au premier mariage ? Les pratiques matrimoniales des élus de la Marne peuvent être comparées avec celles des membres de la bourgeoisie et des Français en règle générale grâce aux données collectées par Jacques Houdaille83 et par André Delavenne.84 Jacques Houdaille utilise des données pour 2.941 hommes et 2.850 femmes et montre que les bourgeois connaissent une nuptialité toute particulière puisque les hommes sont plus âgés en moyenne (toujours entre 29 ans et demi et 30 ans et demi) que les hommes de France en général (entre 28 et 29 ans), tandis que les femmes issues de la bourgeoisie se marient plus jeunes (entre 23 et 25 ans, en moyenne étant exclue la période 1700-1749 au cours de laquelle l’âge moyen au mariage s’établit à presque 26 ans). Au sein de la base de données créée autour des élus, l’âge moyen au mariage de l’ensemble des individus masculins avoisine vingt-six ans et onze mois pour les 10.367 hommes qui se marient entre 1700 et 1899. Pour les 10.428 femmes mariées entre 1700 et 1899, l’âge moyen au premier mariage s’établit à vingt-trois ans et neuf mois. Au regard de la bourgeoisie, les hommes de la base de données connaissent une nuptialité plus précoce puisque l’âge moyen au premier mariage des bourgeois entre 1700 et 1899 est de vingt-neuf ans et huit mois, tandis que pour les femmes il s’établit, pour la même période, à exactement vingt-quatre ans.

Tableau 18. Âge moyen et nombre de mariés par période.

Tableau 18. Âge moyen et nombre de mariés par période.

52La nuptialité des élus de la Marne sous la Troisième République diffère légèrement de celle des hommes présents dans la base de données et est très différente de celle mise en avant par Jacques Houdaille. L’âge moyen à la première nuptialité des élus de la Marne s’élève, en effet, à vingt-six ans et demi. Cette précocité dans la nuptialité prouve que cette question du mariage est primordiale aux yeux des futurs candidats et futurs élus. Les élus de la Marne s’inscrivent dans un profil matrimonial tout à fait particulier puisqu’ils se marient plus jeunes que leurs homologues bourgeois ou français et prennent pour épouses des femmes dont l’âge moyen avoisine celui des femmes bourgeoises. Cela signifie clairement que ces mariages sont souvent hypergamiques ; quand ils ne le sont pas, alors le choix précoce de l’épouse est effectué afin de maintenir une position sociale acquise ou de conforter une ascension sociale, par l’intermédiaire de l’intégration de l’individu et de sa famille à un réseau de sociabilité, et si possible de notabilité, nouveau ou grâce au redoublement des alliances au sein du groupe de parenté préexistant.

53En tout état de cause, la femme joue un rôle fondamental dans la constitution des réseaux de parenté et le choix de celle-ci est tout à fait crucial pour la carrière politique menée par l’époux.

Notes

1 C’est le cas de Julien Barbier Lalobe de Felcourt, maire de Maisons-en-Champagne de 1870 à 1919 et conseiller général du canton de Sompuis de 1886 à 1889, fils de Théobald Lalobe de Felcourt, maire de Maisons-en-Champagne de 1831 à 1870 et conseiller général de la Marne de 1865 à 1877, et petit-fils de Pierre Jacobé de la Franchecourt, conseiller d’arrondissement de Vitry-le-François de 1862 à 1871.

2 Maurice Agulhon, « La société paysanne et la vie à la campagne », in Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, tome 3, Paris, Éditions du Seuil, « Points Histoire », 1992, (1976), p. 322.

3 Enric Porqueres I Gené, « Cognatisme et voies du sang. La créativité du mariage canonique », L’Homme, 2000, no 154/155, p. 339.

4 Conseiller général et député de Charente-Maritime en 1849 et de 1852 à 1893.

5 Maire de Congy de 1865 à 1871 et conseiller général du canton de Montmort de 1871 à 1877.

6 Maire de Castres et sénateur du Tarn de 1905 à 1931.

7 Maire de Reims de 1925 à 1940, conseiller général du troisième canton de Reims de 1925 à 1940, député de la Marne de 1926 à 1940, sous-secrétaire d’État à la présidence du 13 décembre 1930 au 27 janvier 1931 et du 3 juin 1932 au 14 décembre 1932, ministre du Budget du 26 novembre 1933 au 7 février 1934, ministre des Finances et du Budget du 6 février 1934 au 7 février 1934, ministre de l’Intérieur du 13 octobre 1934 au 8 novembre 1934, ministre des Finances du 18 janvier 1938 au 13 mars 1938 et du 12 avril 1938 au 1er novembre 1938, ministre de la Justice et Garde des Sceaux du 1er novembre 1938 au 13 septembre 1939.

8 Conseiller général du canton de Châtillon-sur-Marne de 1919 à 1928 et député de la Marne de 1919 à 1936.

9 Maire d’Hautvillers de 1934 à 1940 et député de la Marne de 1936 à 1940.

10 Maire de Vertus de 1893 à 1904, conseiller d’arrondissement du canton de Vertus de 1877 à 1895 et conseiller général du canton de Vertus de 1895 à 1901.

11 Maire de Vertus de 1876 à 1893 et conseiller général du canton de Vertus de 1871 à 1893.

12 Sur la situation duquel on ne reviendra pas.

13 AD. Marne – El VI 469.

14 AD. Marne – El VI 469.

15 AD. Marne – El VI 470. Affiche du 2 avril 1893, jour du scrutin.

16 AD. Marne – El VI 468.

17 Léon Victor Auguste Bourgeois.

18 La suite de la carrière de Léon Bourgeois prouve qu’Henry Geoffroy s’était fourvoyé sur ce point. Y croyait-il véritablement ou n’était-ce là que rhétorique politicienne chargée de rallier à lui quelques électeurs ?

19 AD. Marne – El VI 467.

20 Ibid.

21 AD. Marne – El VI 564.

22 Ibidem.

23 Maire de Lisse-en-Champagne de 1876 à 1918 et conseiller d’arrondissement du canton de Vitry-le-François de 1898 à 1907.

24 Conseiller d’arrondissement du canton de Sézanne de 1925 à 1931.

25 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920, député de 1889 à 1898 puis sénateur de la Marne de 1898 à 1920 ; sous-secrétaire d’État à l’Intérieur entre juin et octobre 1898, ministre de la Justice et Garde des Sceaux de 1902 à 1905, vingt-neuvième président du Conseil général de la Marne de 1898 à 1919.

26 Maire de Châlons-sur-Marne de 1874 à 1884, conseiller général du canton de Châlons-sur-Marne de 1871 à 1889 et député de la Marne de 1877 à 1889.

27 Maire de Cramant de 1878 à 1913 et conseiller d’arrondissement du canton d’Avize de 1880 à 1913.

28 Six mois et quatorze jours après l’élection d’Auguste Pouilliot, neuf mois et vingt-deux jours après celle d’Henri Champagne et quatorze mois et trente jours après la prise de fonctions de Camille Gellot.

29 AD. Marne – El VI 1046.

30 Ibidem.

31 A.D. Marne – El V 451.

32 AD. Marne – El V 955.

33 Ibidem.

34 Ibid.

35 AD. Marne – El V 873. (1928)

36 AD. Marne – El V 872. (1928)

37 AD. Marne – El V 782. (1924)

38 Le scrutin du premier tour est prévu le 1er septembre. AD. Marne – El VI 723.

39 AD. Marne – El VI 701.

40 AD. Marne – El VI 723.

41 AD. Marne – El VI 723.

42 Les parlementaires dont le beau-père est seulement maire sont Hippolyte Faure, Léon Morillot et Ernest Vallé.

43 Maurice Agulhon, « Les paysans dans la vie politique », in Georges Duby, Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, tome 3, Paris, Seuil, « Points Histoire », 1992 (1976), p. 349.

44 L’aïeul ou grand-père constitue la troisième génération, le bisaïeul ou arrière-grand-père est la quatrième génération, le trisaïeul ou arrière arrière-grand-père correspond à la cinquième génération.

45 Bernard Ménager, « La succession des mandats : une affaire de famille ? », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 198.

46 Edmond Chailliot conserve ce fauteuil de maire jusqu’en 1918 et lui ajoute celui de conseiller d’arrondissement du canton d’Écury-sur-Coole à partir de 1898.

47 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1980 (1882), p. 48.

48 Joseph Morisot, Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages de bâtiment divisés suivant les différentes espèces de travaux, Paris, 1804, p. 15.

49 Valérie Nègre, « La céruse et le blanchiment des villes de brique au milieu du XVIIIe siècle », Techniques & Culture, no 38, 2002/1.

50 Le père de l’épouse (génération 2) est en politique, l’un de ses grand-pères (génération 3) l’est également tandis que la moitié des bisaïeux (génération 4) est également mandatée.

51 AD. Marne – El VI 397 et 398.

52 AD. Marne – El VI 399.

53 AD. Marne – El VI 397.

54 Ibidem.

55 Georges Alvès dos Santos, direction régionale des affaires culturelles, service de l’inventaire général, fiche IA51000288.

56 AD. Marne : El VI 399.

57 Conseiller général de Reims de 1817 à 1819.

58 Conseiller d’arrondissement de Reims de 1831 à 1833, pair de France de 1827 à 1848 et de 1864 à 1870, député de la Marne de 1849 à 1851 ayant exercé des fonctions ministérielles au Quai d’Orsay (du 31 mars 1839 au 12 mai 1839) et à la Marine et aux colonies (du 9 mai 1847 au 23 février 1848).

59 Maire d’Étoges de 1812 à 1840, conseiller d’arrondissement d’Épernay de 1831 à 1833 et membre du conseil général de la Marne de 1833 à 1840.

60 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2000 (1991), pp. 229-230.

61 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920 (président du conseil général de la Marne de 1898 à 1919), député de la Marne de 1889 à 1898, sénateur de la Marne de 1898 à 1920, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur du 28 juin 1898 au 28 octobre de la même année puis ministre de la Justice et Garde des Sceaux du 7 juin 1902 au 24 janvier 1905.

62 Le dénombrement de 1872 comptabilise 222 habitants et celui de 1876 n’en recense plus que 196. AD. Oise – 6 Mp 130.

63 Maire de Sainte-Menehould (chef-lieu de canton et sous-préfecture de la Marne jusqu’en 1926) de 1867 à 1874 et de 1876 à 1883, conseiller d’arrondissement de 1866 à 1867, conseiller général de 1867 à 1893 (il est vice-président au début de la Troisième République), député de la Marne de 1871 à 1888 (il occupe les fonctions de questeur de la Chambre), sénateur de la Marne de 1888 à 1893.

64 Geneviève Bührer-Thierry, « Les femmes et la terre. Transmission des patrimoines et stratégies sociales des familles dans l’aristocratie du monde carolingien (VIIe-Xe siècles) », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, Auxerre, no 8, 2004, introduction.

65 Ibidem.

66 Catherine Durandin, « Entre tradition et aventure », in Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Éditions Tallandier, « Pluriel », 1994 (1991), p. 321.

67 Cité par Geneviève Bührer-Thierry : François Bougard, « Actes privés et transferts patrimoniaux en Italie centro-méridionale » in Transferts patrimoniaux, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, tome 111/2, 1999, p. 550.

68 Geneviève Bührer-Thierry, op. cit.

69 Adeline Daumard, La bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, « L’évolution de l’Humanité », 1996 (École Pratique des Hautes Études, 1963), p. 366.

70 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2001 (1991), p. 249.

71 Claude Morin, « L’Amérique latine et les femmes », Cahiers d’histoire, Montréal, Université de Montréal, volume 16, 1996, pp. 52-56.

72 Adeline Daumard, op. cit., p. 368.

73 La soutenance de thèse a lieu le 5 avril 1876 : Les Chemins de fer économiques à voie étroite et sur accotements, Faculté de Droit de Paris, 1876.

74 AD. Marne – 4 E 15322, acte no 130.

75 Il est avocat au Conseil d’État et à la cour de cassation.

76 AD. Marne – 7 M 75.

77 Parmi les cinquante patronymes actuellement les plus fréquents de Savoie, vingt-neuf sont des patronymes doubles. Le patronyme Dunand-Pivot occupe le trente-quatrième rang. Parmi les vingt patronymes les plus courants, la proportion des doubles patronymes est encore plus importante puisque seize ont été recensés.

78 AD. Marne – El VI 322.

79 Annuaire de la Marne, 1832.

80 Les cinq électeurs qui paient le plus d’impôt en 1831 sont David Leblanc-Duplessis (4 730,87 francs), Jean-Baptiste Barbat (2 909,85 francs), Jean-Baptiste Labbé de Morambert (1 768,66 francs), Achille Davy de Chavigné (1 371,20 francs) et Joseph Delaunoy (1 276,86 francs).

81 Vincent Gourdon, « Aux cœurs de la sociabilité villageoise : une analyse de réseaux à partir du choix des conjoints et des témoins au mariage dans un village d’Île-de-France au XIXe siècle », Annales de démographie historique, 1/2005, p. 61.

82 Journal de la Marne, 22 août 1902.

83 Jacques Houdaille, « La bourgeoisie ancienne selon le dictionnaire généalogique d’André Delavenne », Population, 1988, volume 43, numéro 2, pp. 314-315.

84 André Delavenne (dir.), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 2 volumes, 1954-1955.

Table des illustrations

Titre Figure 13. Relations de parenté entre Jean Loche, maire de Bouy au début du XIXe siècle, et Pauline Loche.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 16. Les ascendants des épouses en politique
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 14. Déplacement suite au mariage des membres de la famille Godot.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 15. Affiche électorale d’Émile Gérard pour le scrutin d’août 1880.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Figure 16. Affiche électorale de Cyrille Herment (1889).78
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 18. Âge moyen et nombre de mariés par période.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48281/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search