Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Deuxième Partie. L'élu, fruit de l'union de trois familles

Le crédit politique en héritage

Texte intégral

  • 1 Alex Gillet est conseiller d’arrondissement du canton de Marson de 1888 à 1898.
  • 2 Victor Gillet est décédé le 19 mai 1888 alors qu’il détient le fauteuil de conseiller d’arrondissem (...)
  • 3 A. D. Marne – El VI 327.
  • 4 Ibidem.

1Pour assurer l’élection, certains candidats ne s’appuient pas seulement sur l’image ou les réseaux paternels mais insistent également sur la présence ancienne de la famille dans les rouages politiques locaux. Alex Gillet1 se présente à la succession de son père2 aux élections cantonales de 1888, puis au scrutin du renouvellement de son mandat en juillet 1889. Lors de cette campagne de 1889, Alex Gillet insiste sur « l’honneur que [les électeurs lui ont] fait, en [le] laissant, il y a un an, achever le mandat confié à [son] père »3 avant de rappeler son inscription dans une généalogie connue des électeurs quand il se dit « fils de cultivateurs »,4 où l’emploi du pluriel n’est pas anodin, étendant ainsi sa généalogie à l’ensemble de ses aïeux parmi lesquels les Gillet de Courtisols, de L’Épine et de Pogny mais aussi les Gobillard de Courtisols et les Thierry de La Neuville-au-Pont. Familles qui détiennent des mandats locaux.

  • 5 C’est-à-dire au-delà de l’arrière arrière-grand-père.
  • 6 La numérotation Sosa-Stradonitz, dite Sosa, est une forme de numérotation couramment utilisée en gé (...)

2L’homme, dès sa naissance, s’inscrit dans une famille ayant des codes et des rites particuliers. L’intégration dans les rouages politiques locaux ou nationaux peut en faire partie. L’enracinement en politique des ascendants directs (en dehors du père) est-il réel et important ? Les élus de la Marne sous la Troisième République constituent-ils un maillon d’une dynastie politique ? Seuls les ascendants masculins peuvent siéger et au-delà de la cinquième génération,5 l’influence sur l’individu est nettement moins importante. C’est pourquoi l’analyse porte sur les mandats détenus par les hommes des générations trois à cinq (c’est-à-dire les hommes dont le numéro Sosa6 est compris entre 4 et 30).

3Depuis quand la famille détient-elle des fonctions politiques ? Quels sont les mandats détenus ? Quel est l’impact des mandats des aïeux sur la carrière des élus de la Troisième République ?

La présence familiale en politique

Les mandats détenus par les aïeux

  • 7 Ces individus sont au nombre de douze : Claude Barbier Lalobe de Felcourt, Étienne Barbier, Adrien (...)

4Les aïeux sont généralement ancrés dans le paysage politique local et 74,47 % sont maires et 14,18 % conseillers d’arrondissement. Les parlementaires, à l’image de Joseph Desrousseaux, sont très peu nombreux (2,84 %). Les individus à l’aura nationale, en dehors des parlementaires, sont Adrien Bourgeois de Jessaint, préfet de la Marne, et Étienne Barbier, conseiller du roi Louis XV. Dix pour cent des ascendants ayant un rôle politique sont, à l’image des deux individus précédents et de la moitié des parlementaires évoqués : membres de la noblesse.7

Tableau 13. Les mandats détenus par les aïeux.

M

76,42 %

M+CA

4,07 %

M+CA + CG

2,44 %

M+CG

1,63 %

M+D

0,81 %

CA

8,94 %

CA+CG

0,81 %

CG

0,81 %

CG+D

2,44 %

Préfet

0,81 %

conseiller du roi

0,81 %

  • 8 Jean-Baptiste Arnould, Nicolas Bertrand, Nicolas Barrois, Jean Bourgeois, Cyril Brémont, Pierre Cha (...)
  • 9 Jean-Baptiste Arnould, Nicolas Barrois, Auguste Gallois et Scolastique de Guéhéneuc.
  • 10 Seul Claude Bourgeois est dans cette situation.
  • 11 Nicolas Barrois (maire de Noirlieu de 1814 à 1815 et de 1831 à 1843 ; conseiller d’arrondissement d (...)
  • 12 Joseph Desrousseaux, Claude Dorizy, Pierre Pérignon.
  • 13 La proportion s’élève à seulement 6,61 % des aïeux exerçant une fonction politique.
  • 14 Claude de Pleurre : maire de Pleurs de 1807 à 1810 ; député de la Noblesse aux États-Généraux de 17 (...)

5Les mandats uniques sont les plus fréquents (87,79 %), avec une très nette prépondérance pour le seul mandat de maire (76,42 %). Les vingt conseillers d’arrondissement8 siègent souvent dans cette seule assemblée (55 %). Ce mandat est rarement suivi de celui de conseiller général (3,25 % de l’ensemble et 20,00 % des conseillers d’arrondissement).9 Les membres de la noblesse dont les descendants sont mandatés entre 1871 et 1940 correspondent à 26,32 % de ces conseillers d’arrondissement. Les conseillers généraux détiennent rarement ce seul mandat,10 effectuent souvent un cursus honorum à l’échelle locale11 ou sont également députés.12 Néanmoins les aïeux siègent assez peu au sein de cette haute assemblée départementale.13 Aucun de ces ascendants n’est seulement parlementaire puisque celui qui n’est pas conseiller général est maire de Pleurs.14

La règle générale : une longue présence en politique

6L’inscription familiale dans le paysage politique local se fait sur une longue période. L’impact familial le plus fort est recensé au niveau local le plus bas : celui de la municipalité.

7Certaines communes sont seulement administrées par des aïeux, d’autres seulement par des élus de la Troisième République. Pourtant, 39,13 % d’entre elles sont sous la main des aïeux et des élus du corpus. Le siège est parfois détenu pendant très longtemps, comme le prouve le cas de la commune de Cloyes-sur-Marne où le fauteuil de maire est entre les mains des ascendants ou de Victor Jacquemin pendant cinquante-six ans. Victor Jacquemin la dirige de 1900 à 1907, son père François de 1848 à 1852, son grand-père paternel (no Sosa 4) Augustin de 1825 à 1840, de 1843 à 1848, son arrière-grand-père paternel (no Sosa 8) François de 1800 à 1815 et son arrière-grand-père paternel (no Sosa 10) Joseph de 1815 à 1825. Dans ce cas précis, seule l’ascendance paternelle contrôle la mairie de Cloyes-sur-Marne. Mais au-delà de la mairie, les aïeux peuvent occuper des fauteuils de politique locale plus prestigieux.

8Cette prégnance dans le paysage politique local s’explique parfois par la redondance des liens qui existent entre ces aïeux et les élus de la Marne sous la Troisième République. Plusieurs individus inscrits dans la même parentèle tiennent les rênes de la commune de Cloyes-sur-Marne pour la maintenir si longtemps dans le giron familial. Ces liens multiples sont donc à étudier avec attention pour comprendre les stratégies d’élection.

Un élu de la Troisième République comme aïeul

9La Troisième République est longue ; statistiquement, il est probable qu’un élu de la Marne mandaté à la fin de la période puisse être un descendant direct d’un homme politique ayant eu des fonctions au début de la période considérée. A priori et d’après une seule analyse patronymique cette situation n’existait pas dans le département de la Marne. Or, par les branches maternelles, grand-père et petit-fils intègrent le corpus. Malgré tout, la situation est extrêmement rare puisqu’elle ne concerne que 0,4 % des élus.

10Alfred Morel, maire de Ponthion de 1904 à 1925 et conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1910 à 1940 est le petit-fils, par l’intermédiaire de sa mère Mathilde Pouilliot, d’Auguste Pouilliot, maire d’Heiltz-le-Maurupt de 1887 à 1888 et de 1892 à 1896 et conseiller d’arrondissement du canton éponyme de 1871 à 1889.

11De son côté, Pierre Maulvaux, maire de Possesse de 1925 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltz-le-Maurupt de 1933 à 1934, est le petit-fils de Nicolas Bertrand, conseiller d’arrondissement du canton de Thièblemont de 1877 à 1885.

12Par deux fois, les cantons d’Heiltz-le-Maurupt et de Thiéblemont sont concernés par ces relations entre grand-père et petits-fils, dont le patronyme diffère.

13Georges Morel et Pierre Maulvaux intègrent des dynasties politiques. Pour le premier, son père, Alfred, est maire du Buisson de 1886 à 1908 et conseiller d’arrondissement de Thiéblemont de 1899 à 1908. Son arrière grand-père paternel, François Morel, est maire du Buisson de 1815 à 1851 ; son arrière-grand-père maternel, Auguste Pouilliot est maire de Soudron de 1876 à 1878. Pour le second, son père Georges Maulvaux est maire de Possesse de 1908 à 1925 et conseiller d’arrondissement du canton d’Heiltzle-Maurupt de 1910 à 1919 et son arrière-grand-père maternel, Claude Bertrand, est maire de Thiéblemont de 1866 à 1878.

Conséquences de cette ascendance sur la carrière de l’élu

Des carrières longues et locales facilitées

  • 15 73,27 % dirigent à un moment ou à un autre une municipalité.

14Les élus du corpus qui ont un ascendant (autre que leur père) en politique sont très fréquemment maire de leur commune de résidence, si ce n’est de naissance.15 Ce mandat s’accompagne bien évidemment d’un autre à l’échelon local ou national. La carrière au mandat unique n’est pas très fréquente (22 %) et ce mandat est très souvent celui de conseiller d’arrondissement. La proportion des maires et conseillers d’arrondissement s’élève à 47,52 %. Le conseil général est loin d’être délaissé puisque 35,64 % des élus ayant une ascendance en politique y siègent.

Tableau 14. Les mandats des descendants d’hommes politiques (en pourcentage).

M+CA

47,52

M+CA+CG

9,90

M+CA+CG+D

0,99

M+CA+CG+D+S

0,99

M+CA+CG+S

0,99

M+CG

12,87

CA

13,86

CA+CG

0,99

CA+CG+D

0,99

CA+D

0,99

CG

5,94

CG+D

1,98

D

1,98

15Les membres du corpus qui ont dans leur ascendance directe un homme exerçant des fonctions politiques sont assez peu nombreux à entrer dans les palais de la République, puisque seulement 8,91 % d’entre eux siègent au Sénat (0,99 %) ou à la Chambre des Députés (7,92 %). Cette proportion est cependant bien supérieure à celle des aïeux eux-mêmes (3,33 % d’entre eux sont parlementaires).

16Il est bien plus facile pour un descendant d’homme politique de s’installer à la mairie, véritable marchepied pour effectuer une carrière politique. Avoir un homme politique parmi ses aïeux confère, en effet, 20,77 % de chance supplémentaire de prendre les commandes des destinées communales. Près des trois-quarts des descendants d’hommes politiques briguent et obtiennent des mandats communaux et 76,23 % siègent au conseil d’arrondissement. L’assise locale est confortée par ce passage au conseil d’arrondissement qui est favorisé par rapport aux autres élus du corpus (+9,59 %). C’est le cas dans la carrière de Benoît Varenne, né à Sommepy le 22 novembre 1846, notaire à Beine dont il devient le maire en 1874 avant d’entrer au conseil d’arrondissement pour le canton éponyme en 1880. Benoît Varenne compte parmi ses ascendants paternels directs, François Varenne, maire de Sommepy de 1800 à 1807.

17Le passage au conseil général est favorisé (6,30 % de chances supplémentaires d’y accéder). 35,64 % des descendants d’hommes politiques passent par le conseil général et constituent ainsi une partie de l’élite politique départementale à l’image de Paul Guérault : maire de Fère-Champenoise dès 1912 et pour au moins trente ans, conseiller d’arrondissement du canton de Fère-Champenoise de 1919 à 1934 et conseiller général pour le même canton à compter de 1934. Paul Guérault est le fils de Frédéric Guérault, maire de Fère-Champenoise de 1908 à 1912, et l’arrière-petit-fils d’Ambroise Mathieu, maire de la même commune cent ans auparavant, de 1807 à 1815.

18L’accès au parlement n’est pas favorisé par la présence en politique d’un ascendant (-7,56 %), signe que les élections législatives et sénatoriales se jouent sur d’autres ressorts et finalement Jean-Simon Dauphinot et Léon Bourgeois constituent plutôt la règle, alors qu’Émile Flye-Sainte-Marie, petit-fils de Claude Dorizy, conseiller général du canton de Vitry-le-François de 1800 à 1814, député en 1791-1792 et président de l’Assemblée nationale du 2 au 15 avril 1792, constitue une notable et remarquable exception.

  • 16 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1 (...)

19Les carrières d’envergure comptant au moins trois mandats locaux (étant exclus ceux de maires) sont favorisées par la présence en politique d’ascendants directs (+17,56 %). C’est aussi le cas pour les carrières à quatre mandats (y compris ceux de maire) d’Henri Patizel, maire de Charmontois-le-Roi de 1904 à 1929 puis maire de Givry-en-Argonne de 1929 à 1940, communes distantes de neuf kilomètres, conseiller d’arrondissement du canton de Dommartin-sur-Yèvre de 1910 à 1919, conseiller général du même canton durant l’entre-deux-guerres et sénateur de la Marne de 1932 à 1940. Il est l’arrière-petit-fils de Nicolas Patizel, maire de Charmontois-le-Roi de 1813 à 1840 et l’arrière-arrière-petit-fils, par sa branche maternelle, de Claude Blanchin, maire du Châtelier de 1807 à 1812. Ces deux communes se situent dans le canton d’élection d’Henri Patizel. Le Châtelier est limitrophe de Givry-en-Argonne, commune la plus peuplée du canton, avec 598 habitants en 1882, contre 282 au Châtelier et 253 à Charmontois-le-Roy.16

20Les élus de la Troisième République inscrivent leur pratique politique dans une tradition ancestrale. Cette inscription dans la longue durée participe à une forme de gestion d’un héritage : héritage politique transmis au même titre que les héritages fonciers ou pécuniaires.

Une gestion de l’héritage à la hauteur ?

21Les stratégies familiales permettent une longue présence dans le paysage politique local. Les positions acquises par les ancêtres sont-elles conservées, confortées ou réduites par les élections des descendants ?

22Les descendants du préfet Adrien Bourgeois de Jessaint (Gustave Kirgener de Planta) et du conseiller du roi Étienne Barbier (Camille Barbier de Felcourt, Théobald Barbier Lalobe de Felcourt et son fils Julien) sont difficiles à comparer avec les autres dont les aïeux ont des mandats essentiellement locaux. Ceux-ci, les plus nombreux, vont nous intéresser prioritairement d’autant que nous savons que l’aïeul détient le seul mandat de maire dans de très nombreuses relations (77,78 %). Par conséquent, les membres du corpus ont augmenté la position acquise par l’aïeul puisqu’ils détiennent au moins un fauteuil au conseil d’arrondissement (14,28 % des cas). Le plus souvent, ils sont maire et conseiller d’arrondissement (55,24 % des cas). L’ascension dans le paysage politique local est même très nette dans dix cas, lorsque l’aïeul est maire et que les élus de la Troisième République effectuent un cursus honorum à l’échelle locale. 83,33 % d’entre eux ont un aïeul qui a exercé les seules fonctions de maire.

 

  • 17 Ces carrières sont celles qui prennent en considération au moins les mandats de conseillers générau (...)
  • 18 Jules Bourgeois, conseiller général du canton de Suippes de 1886 à 1892 et de 1893 à 1898 est le pe (...)
  • 19 Adrien Lannes de Montebello, député de la Marne de 1893 à 1906 et de 1910 à 1914 est l’arrière-peti (...)
  • 20 Le 22 juillet 1846.
  • 21 Il habite au 22 de la rue de Talleyrand.
  • 22 Il est inscrit comme avocat au barreau de Paris de 1873 à 1874, puis à celui de Reims à compter de (...)

23Quand les aïeux effectuent des carrières d’envergure (9,62 % des relations),17 leurs descendants directs parviennent parfois à conforter cette situation dans le paysage politique local,18 mais rarement à l’augmenter.19 Par contre, quand les aïeux détiennent les mandats de maire et de conseiller d’arrondissement (conjointement ou non), les descendants parviennent à augmenter l’acquis familial dans 96,72 % des cas en occupant des fonctions politiques supérieures. Ainsi, Félix Mennesson-Champagne est conseiller municipal et adjoint au maire de Reims mais aussi conseiller général du premier canton de Reims de 1904 à 1910 et député de la Marne de 1885 à 1889, tandis que son grand-père paternel Antoine Mennesson est maire de Boult-sur-Suippe de 1831 à 1832 et conseiller d’arrondissement de Reims aux mêmes dates. Ce dernier cas montre que l’influence de l’aïeul est réelle dans l’élection du descendant. En effet, Félix Mennesson-Champagne est né à Reims,20 vit à Reims,21 exerce sa profession à Paris puis à Reims22 ; pourtant ses liens avec le canton de Bourgogne demeurent importants. C’est dans ce canton que résidait jusqu’au 24 juillet 1832, son grand-père, notaire en l’étude de Boult-sur-Suippe depuis.

  • 23 Camille Barbier de Felcourt, Émile Bergé Alphonse Delétrée, Édouard Desrousseaux, Nicolas Frappart, (...)
  • 24 Gustave Haguenin.
  • 25 Henri Patizel.
  • 26 Ernest Monfeuillart.
  • 27 8,07 % des élus de la Marne sous la Troisième République effectuent un cursus honorum local compren (...)

24L’aïeul apparaît comme une caution dans de nombreuses élections ; c’est pourquoi 13,86 % des élus concernés par une ascendance en politique détiennent au moins trois sièges différents. Les cas de cursi honori à l’échelle locale (maire, conseiller d’arrondissement et conseiller général) représentent 9,90 % des carrières effectuées par ces élus ;23 un ajoute le mandat de député,24 un celui de sénateur25 et un autre les deux mandats de parlementaires.26 Les carrières comportant au moins trois mandats différents concernent 13,86 % des élus ayant un aïeul en politique ; cette proportion est supérieure à celle des élus du corpus (11,86 %). Par conséquent, les élus ayant un ascendant direct en politique ont plus de chance d’effectuer des carrières longues où plusieurs fauteuils différents, concomitamment ou non, sont occupés. Les cas de cursi honori à l’échelle locale sont assez révélateurs : les hommes ayant des aïeux en politique ont 23,85 % de chances supplémentaires de les effectuer que les autres.27

25Les carrières locales (maire et conseiller d’arrondissement, maire et conseiller général) et les carrières avec au moins trois fauteuils différents détenus par l’individu sont nettement favorisées lorsque l’élu possède dans son ascendance directe un homme politique (17,56 % de chances supplémentaires par rapport aux autres membres du corpus). Il n’est donc pas négligeable de bien naître ; c’est-à-dire pour un homme politique, de naître dans une famille où la pratique des affaires n’est pas inconnue.

Des dynasties politiques locales redoublées

26Certains ascendants ont des liens avec plusieurs élus et inversement un élu peut avoir plusieurs ascendants en politique. Ces relations concernent un élu sur cinq (20,91 %) et la proportion est proche de celle mentionnée pour les élus ayant un père en politique (22 %). Le discours gambettiste de Grenoble sur le renouvellement des élites est à modérer devant l’importance de la part d’héritage au sein des élus de la République.

Un élu a plusieurs aïeux en politique

27Très fréquemment, les élus de la Marne sont concernés par des liens familiaux d’ascendance directe avec un seul homme politique (72 %). Pourtant, certains ont dans leurs ascendants deux hommes politiques (21 %), parfois trois (5 %) et occasionnellement quatre (2 %). Ces situations remarquables demandent analyse afin de savoir comment s’organise l’influence familiale sur les fonctions politiques.

Tableau 15. Comparaison des mandats des aïeux et de ceux des membres du corpus.

Tableau 15. Comparaison des mandats des aïeux et de ceux des membres du corpus.
  • 28 Ces cinq élus sont Émile Bergé, Charles Chrétien, Victor Jacquemin, Georges Morel et Étienne Peigno (...)
  • 29 Émile Bergé et Charles Chrétien.
  • 30 Étienne Peignot.
  • 31 Victor Jacquemin et Georges Morel.

28Les liens triples concernent 4,95 % des élus, et 10,95 % des relations.28 Les élus qui entrent dans cette catégorie sont pour 60 % d’entre eux maires d’une commune rurale dont ils sont souvent originaires et Georges Morel apparaît comme une exception puisque maire de Ponthion alors qu’il est né au Buisson (ces deux dernières communes étant par ailleurs limitrophes). Tous intègrent le conseil d’arrondissement (deux pour le canton de Bourgogne,29 un pour le canton d’Esternay30 et deux pour le canton de Thiéblemont31). Seul Charles Chrétien n’exerce qu’au sein de cette chambre basse départementale. À l’inverse, seul Étienne Peignot entre au Palais Bourbon en 1899.

29De nombreux élus dans cette situation portent le même patronyme que l’aïeul possédant une fonction politique, qu’elle soit élective ou non : un sur trois pour Georges Morel ; deux sur trois pour Émile Bergé et Charles Chrétien ; trois sur trois pour Victor Jacquemin. Seul Étienne Peignot échappe à la règle puisque aucun ascendant exerçant une fonction politique ne porte le même patronyme que lui. La proportion globale est donc de 53,33 %. L’ascendance paternelle transmet, outre le patronyme, les responsabilités politiques. Émile Bergé, maire de Loivre de 1919 à 1921, conseiller d’arrondissement du canton de Bourgogne de 1908 à 1913, conseiller général du canton de Bourgogne de 1913 à 1925, est le petit-fils du maire de Pomacle de 1849 à 1856 (Jean Baptiste) et l’arrière-petit-fils du maire de Pomacle de 1826 à 1840 (Pierre).

30Cet exemple est révélateur de dynasties politiques locales. Les ascendants sont très fréquemment, et seulement, maires puisque 93,33 % des liens se font entre un élu de la Marne sous la Troisième République et un maire. Quatre élus sur cinq (Émile Bergé, Charles Chrétien, Victor Jacquemin et Étienne Peignot) n’ont dans leurs ascendants que des maires. Georges Morel, dont le grand-père est Auguste Pouilliot, lui-même élu du canton de Thiéblemont sous la Troisième République, apparaît comme un cas relativement exceptionnel, quoique nettement moins que ceux de Julien Barbier Lalobe de Felcourt et d’Augustin Royer qui comptent quatre hommes politiques dans leur ascendance directe.

  • 32 Lors de cette déclaration, le second témoin est Sévère Guillemin, instituteur à Cloyes-sur-Marne, t (...)

31La carrière et les ascendances d’Augustin Royer sont relativement proches des caractéristiques relevées pour les élus ayant trois liens avec des ascendants en politique. Il partage d’ailleurs trois de ses quatre ascendants avec Victor Jacquemin, dont il est le neveu. Sa mère Eulalie Jacquemin est, en effet, la sœur de Victor Jacquemin. Les deux élus ont selon leur état civil complet le prénom Augustin en commun : l’oncle est le parrain du neveu. L’oncle est également présent lors de la déclaration de la naissance de l’enfant dans les registres de la commune de Cloyes-sur-Marne.32 Les quatre ascendants d’Augustin Royer à avoir une fonction politique portent tous le patronyme de Jacquemin, appartiennent tous à sa branche maternelle et ont tous été maires de Cloyes-sur-Marne, commune où il est né et dont il devient maire de 1919 à 1940. C’est dans une véritable dynastie politique locale que s’inscrit Augustin Royer, et ce dès sa naissance.

32Julien Barbier Lalobe de Felcourt, est dans une situation bien différente. Il est difficile de rapprocher son cas des autres lignées d’hommes politiques. D’abord, il s’inscrit dans une famille noble, dont les membres occupent des fonctions politiques plus importantes que celles de maire. Seul son grand-père paternel, Claude Barbier Lalobe de Felcourt, occupe cette fonction à Maisons-en-Champagne de 1807 à 1831. Par ailleurs, il est le petit-fils de Pierre Jacobé de la Franchecourt, conseiller d’arrondissement de Vitry-le-François de 1862 à 1871, l’arrière-petit-fils d’Adolphe Jacobé de la Franchecourt, conseiller d’arrondissement de Vitry-le-François de 1846 à 1848, et l’arrière arrière-petit-fils d’Étienne Barbier. Julien Barbier Lalobe de Felcourt s’inscrit donc véritablement dans une lignée d’hommes politiques. En héritage, il reçoit patronyme, château, possessions et fortune, mais aussi l’obligation de diriger les affaires politiques locales, non pas au sein du conseil d’arrondissement, comme Augustin Royer ou Émile Bergé, mais au conseil général, comme son père Théobald avant lui (de 1865 à 1877). Ces fonctions politiques sont donc considérées comme un héritage à conserver et si possible à accroître. D’autant plus qu’en fait, Julien Barbier Lalobe de Felcourt s’inscrit dans un système de parentèle beaucoup plus vaste comme le montrent les liens entretenus entre certains de ses aïeux avec d’autres élus de la Marne sous la Troisième République.

Un aïeul commun à plusieurs élus

33Si Julien Barbier Lalobe de Felcourt est en lien direct avec Claude Barbier Lalobe de Felcourt, Pierre Jacobé de la Franchecourt, Adolphe Jacobé de la Franchecourt et Étienne Barbier, ces derniers entretiennent parfois, à l’image de ce dernier plusieurs liens avec des membres du corpus. Ainsi Théobald Barbier Lalobe de Felcourt, père de Julien, maire de Maisons-en-Champagne de 1831 à 1870 et conseiller général de la Marne de 1865 à 1877, est le fils de Claude Barbier Lalobe de Felcourt et l’arrière-petit-fils d’Étienne Barbier. De son côté Camille Barbier de Felcourt, maire d’Orconte de 1848 à 1886, conseiller d’arrondissement de Vitry-le-François de 1870 à 1871 et conseiller général du canton de Thiéblemont de 1871 à 1880 est lui aussi arrière-petit-fils d’Étienne Barbier et est donc le cousin de Théobald Barbier Lalobe de Felcourt et le grand-oncle de Julien.

34Quatorze individus entretiennent des relations multiples avec des membres du corpus. Douze ont deux descendants qui intègrent les rouages politiques locaux ou nationaux au nom des électeurs de la Marne, deux en ont trois. Ces individus représentent 11,57 % des aïeux en politique mais regroupent autour d’eux 21,90 % des relations. Une certaine concentration des mandats politiques locaux entre les mains de quelques familles existe même au cœur de la Troisième République. Ces familles en politique tirent leur origine d’une tradition relativement ancienne.

  • 33 Maire de Suippes de 1800 à 1807, aïeul de Charles Arnould, maire de Reims de 1900 à 1904 et conseil (...)
  • 34 En lien avec Julien Barbier Lalobe de Felcourt (maire et conseiller général), Théobald Barbier Lalo (...)
  • 35 Maire de Ville-sur-Tourbe de 1830 à 1834 et de 1835 à 1836, ascendant direct de Marcel Duhal, conse (...)
  • 36 Maire de Braux-Saint-Rémy de 1807 à 1833, aïeul d’Edmond Chevallier, maire de Braux-Sainte-Cohière (...)
  • 37 Maire de Sommesous de 1800 à 1804, en lien de parenté direct avec Alphonse Delétrée, maire de Somme (...)
  • 38 Tous trois maires de Cloyes-sur-Marne et aïeux de Victor Jacquemin, maire de Cloyessur-Marne de 190 (...)
  • 39 Maire de Florent-en-Argonne de 1809 à 1812, ascendant direct d’Eugène Lemaire, maire de Pogny de 18 (...)
  • 40 Maire d’Épernay de 1800 à 1815 et de 1826 à 1830 et conseiller général de la Marne de 1804 à 1833, (...)
  • 41 Maire du Buisson de 1815 à 1851, en parenté directe avec Alfred Morel, maire du Buisson de 1886 à 1 (...)
  • 42 Conseiller d’arrondissement de Sainte-Menehould de 1800 à 1816 et ascendant d’Alfred Margaine, cons (...)
  • 43 Maire de Sommepy de 1800 à 1807, en parenté avec Benoît Varenne, maire de Beine de 1874 à 1882 et c (...)
  • 44 Maire de Braux-Sainte-Cohière de 1817 à 1821 et de 1822 à 1831 et conseiller général de la Marne de (...)

35Les aïeux sont Jean-Baptiste Aubert,33 Étienne Barbier,34 Éloi Bourelle,35 Étienne Dommanget,36 Michel Hubert,37 François Jacquemin, Augustin Jacquemin et Joseph Jacquemin,38 Nicolas Lemaire,39 Rémy Moët de Romont,40 François Morel,41 Louis Simon,42 Pierre Varenne43 et Jean Varin.44 Ils exercent majoritairement les seules fonctions de maire (71,43 %) et sont très fréquemment liés à des descendants exerçant celles de maire et de conseiller d’arrondissement (53,33 %).

36La mairie est un objectif prioritaire pour les descendants de ces hommes politiques et 79,16 % d’entre eux gèrent les affaires municipales. Par rapport aux membres du corpus, ceux issus par cousinage d’un même ascendant présent en politique ont donc 30,5 % de chances supplémentaires d’obtenir ces mandats municipaux. Même par rapport à un individu ayant un seul aïeul en politique, la proportion est positive (+ 8,05 %). L’appartenance à cette ascendance politique est caractéristique de la construction d’élites politiques locales pour lesquelles l’accès au conseil d’arrondissement n’est pas un objectif prioritaire. En effet, les descendants communs d’un même homme politique entrent moins que la moyenne (- 8 %) au sein du conseil d’arrondissement. Le différentiel est encore plus grand avec les hommes ayant un aïeul en politique (- 12,55 %), tandis que l’accès au conseil général est très largement privilégié comparativement à l’ensemble des élus du corpus (+ 15,05 %). Le parlement n’est pas un refuge de ces descendances communes (- 61,21 %), sauf pour le cas très particulier de ceux qui obtiennent les fonctions de conseiller général et de parlementaire où l’appartenance à une descendance commune est un facteur très largement favorable, avec 68,15 % de chances supplémentaires d’effectuer cette belle carrière locale et nationale. C’est ainsi le cas pour Alfred Margaine, conseiller général de Ville-sur-Tourbe de 1901 à 1937 et député de la Marne de 1910 à 1940, un des quatre-vingt qui refusa de donner les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain, cousin d’Adrien Pérardel, maire de Francheville dès 1908 et conseiller d’arrondissement du canton de Marson à partir de 1922, par le biais de Nicolas Rivet, receveur des tailles et gabelles à Sainte-Menehould.

37De plus, seulement quatre élus s’inscrivant dans une descendance multiple n’effectuent qu’un seul mandat (Marcel Duhal, Achille Morel, Alexandre Senart et Charles Varin). Les carrières longues et comportant de nombreuses fonctions électives sont alors favorisées pour ceux qui ont des cousins en politique.

38Ainsi, ces relations entre plusieurs élus et un même ascendant direct commun, permettent de mettre en lumière l’impact de ces généalogies sur les chambres départementales (et en particulier le conseil général) et de montrer l’importance des filiations en politique, des fratries et des cousinages. Ces derniers se mesurent par ces liens directs, mais aussi par des liens indirects à aborder plus en détail, après l’analyse du rôle de la belle-famille dans les élections des élus politiques de la Marne sous la Troisième République. Celle-ci apporte aussi son lot de relations entre élus de la Troisième République avec des ascendants en politique.

Notes

1 Alex Gillet est conseiller d’arrondissement du canton de Marson de 1888 à 1898.

2 Victor Gillet est décédé le 19 mai 1888 alors qu’il détient le fauteuil de conseiller d’arrondissement du canton de Marson depuis 1883.

3 A. D. Marne – El VI 327.

4 Ibidem.

5 C’est-à-dire au-delà de l’arrière arrière-grand-père.

6 La numérotation Sosa-Stradonitz, dite Sosa, est une forme de numérotation couramment utilisée en généalogie pour mentionner des ascendances. Cette méthode permet de repérer, par le numéro qui lui est attribué, le sexe et la position d’un individu dans l’ascendance en ligne directe. Cette numérotation ne prend pas en compte les collatéraux. À chaque homme est attribué un numéro pair et toutes les femmes portent un numéro impair. Dans chaque couple le numéro de la femme correspond au numéro de l’homme + 1. Chaque père porte un numéro qui équivaut au double de celui de son fils ou de sa fille. La mère porte donc un numéro équivalent au double + 1. L’individu dont on recherche l’ascendance porte le no 1 (sans distinction de sexe) et est appelé de-cujus. Donc, le père du de-cujus porte le no 2 (le double du no 1), sa mère le no 3 (le no 2+1). Son grand-père paternel porte le no 4 (le double du no 2), sa grand-mère paternelle le no 5 (4+1). Son grand-père maternel porte le no 6 (le double du no 3), sa grand-mère maternelle le no 7 (6+1), etc... Ainsi chaque ancêtre est repérable par rapport à son numéro : Le no 357 est une femme (no impair). Elle est l’épouse du no 356. Elle est la mère du no 178 qui est un homme et qui est le père du no 89 (qui est une femme), etc.

7 Ces individus sont au nombre de douze : Claude Barbier Lalobe de Felcourt, Étienne Barbier, Adrien Bourgeois de Jessaint, Antoine Brocq de Fagnières, Pierre Chandon de Briailles, François de Chaubry de Troncenord, Joseph Desrousseaux, Scolastique de Guéhéneuc, Adolphe Jacobé de la Franchecourt, Pierre Jacobé de la Franchecourt, Joseph de La Rochelambert-Monfort, Rémy Moët de Romont et Claude de Pleurre.

8 Jean-Baptiste Arnould, Nicolas Bertrand, Nicolas Barrois, Jean Bourgeois, Cyril Brémont, Pierre Chandon de Briailles, François de Chaubry de Troncenord, Auguste Gallois, Pierre Goumant, Scolastique de Guéhéneuc, Adolphe Jacobé de la Franchecourt, Pierre Jacobé de la Franchecourt, Pierre Lambert, Jean-Baptiste Lorin, Antoine Mennesson, Pierre Petit, Pierre Portevin, Auguste Pouilliot, Antoine Saguet et Louis Simon.

9 Jean-Baptiste Arnould, Nicolas Barrois, Auguste Gallois et Scolastique de Guéhéneuc.

10 Seul Claude Bourgeois est dans cette situation.

11 Nicolas Barrois (maire de Noirlieu de 1814 à 1815 et de 1831 à 1843 ; conseiller d’arrondissement de Sainte-Menehould de 1831 à 1833 ; conseiller général de la Marne de 1833 à 1842), Auguste Gallois (maire de Saint-Germain-la-Ville de 1848 à 1861 ; conseiller d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1833 à 1845 ; conseiller général de la Marne de 1848 à 1861) et Scolastique de Guéhéneuc (maire d’Étoges de 1812 à 1840 ; conseiller d’arrondissement d’Épernay de 1831 à 1833 ; conseiller général de la Marne de 1833 à 1840).

12 Joseph Desrousseaux, Claude Dorizy, Pierre Pérignon.

13 La proportion s’élève à seulement 6,61 % des aïeux exerçant une fonction politique.

14 Claude de Pleurre : maire de Pleurs de 1807 à 1810 ; député de la Noblesse aux États-Généraux de 1789 (député du 20 mars 1789 au 30 septembre 1791).

15 73,27 % dirigent à un moment ou à un autre une municipalité.

16 Victor Malte-Brun, Marne. Géographie, histoire, statistique, administration, Éditions du Bastion, 1980 (1882), p. 53.

17 Ces carrières sont celles qui prennent en considération au moins les mandats de conseillers généraux. Les individus qui effectuent ce type de carrière sont Jean-Baptiste Arnould, Nicolas Barrois, Claude Bourgeois, Joseph Desrousseaux, Claude Dorizy, Auguste Gallois, Scolastique de Guéhéneuc, Rémy Moët de Romont, Pierre Pérignon et Jean Varin.

18 Jules Bourgeois, conseiller général du canton de Suippes de 1886 à 1892 et de 1893 à 1898 est le petit-fils de Claude Bourgeois, conseiller général de 1833 à 1852 ; Gaston Chandon de Briailles, maire d’Hautvillers de 1888 à 1912 et conseiller général du canton d’Avize de 1880 à 1887 est l’arrière-petit-fils de Rémy Moët de Romont, maire d’Épernay de 1800 à 1815 et de 1826 à 1830, et conseiller général de la Marne de 1804 à 1833 ; Louis Tirlet, conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1871 à 1874 et député de la Marne de 1849 à 1851 est le petit-fils de Pierre Pérignon, président du conseil général de la Seine et député de l’Aisne en 1815-1816.

19 Adrien Lannes de Montebello, député de la Marne de 1893 à 1906 et de 1910 à 1914 est l’arrière-petit-fils de Scolastique de Guéhéneuc, maire d’Étoges de 1812 à 1840, conseiller d’arrondissement d’Épernay de 1831 à 1833 et conseiller général de la Marne de 1833 à 1840.

20 Le 22 juillet 1846.

21 Il habite au 22 de la rue de Talleyrand.

22 Il est inscrit comme avocat au barreau de Paris de 1873 à 1874, puis à celui de Reims à compter de cette même année.

23 Camille Barbier de Felcourt, Émile Bergé Alphonse Delétrée, Édouard Desrousseaux, Nicolas Frappart, Émile Gérard, Henri Goumant, Désiré Lefert, Allyre Loche et Pol Matthieu.

24 Gustave Haguenin.

25 Henri Patizel.

26 Ernest Monfeuillart.

27 8,07 % des élus de la Marne sous la Troisième République effectuent un cursus honorum local comprenant les mandats de maire, conseiller d’arrondissement et conseiller général.

28 Ces cinq élus sont Émile Bergé, Charles Chrétien, Victor Jacquemin, Georges Morel et Étienne Peignot.

29 Émile Bergé et Charles Chrétien.

30 Étienne Peignot.

31 Victor Jacquemin et Georges Morel.

32 Lors de cette déclaration, le second témoin est Sévère Guillemin, instituteur à Cloyes-sur-Marne, témoin du mariage des grands-parents de l’élu (Augustin Jacquemin et Olympe Cugnot – 4 septembre 1843) et de la naissance de sa mère (Eulalie Jacquemin – 19 décembre 1845).

33 Maire de Suippes de 1800 à 1807, aïeul de Charles Arnould, maire de Reims de 1900 à 1904 et conseiller général du quatrième canton de Reims de 1894 à 1900 et d’Alexandre Senart, conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1874 à 1883.

34 En lien avec Julien Barbier Lalobe de Felcourt (maire et conseiller général), Théobald Barbier Lalobe de Felcourt (maire et conseiller général) et Camille Barbier de Felcourt (maire, conseiller d’arrondissement et conseiller général).

35 Maire de Ville-sur-Tourbe de 1830 à 1834 et de 1835 à 1836, ascendant direct de Marcel Duhal, conseiller d’arrondissement du canton de Ville-sur-Tourbe de 1934 à 1940, et de Benjamin Maucourant, maire de Ville-sur-Tourbe de 1881 à 1905 et conseiller d’arrondissement du canton de Ville-sur-Tourbe de 1889 à 1909.

36 Maire de Braux-Saint-Rémy de 1807 à 1833, aïeul d’Edmond Chevallier, maire de Braux-Sainte-Cohière de 1881 à 1886 et de 1896 à 1912 et conseiller d’arrondissement du canton de Sainte-Menehould de 1907 à 1913, et de Fernand Chevallier (fils du précédent), maire de Braux-Sainte-Cohière de 1919 à 1935 et conseiller d’arrondissement du canton de Sainte-Menehould de 1919 à 1925.

37 Maire de Sommesous de 1800 à 1804, en lien de parenté direct avec Alphonse Delétrée, maire de Sommesous de 1900 à 1912, conseiller d’arrondissement du canton de Sompuis de 1895 à 1913 et conseiller général du canton de Sompuis de 1913 à 1919, et avec Édouard Vallet, maire de Sommesous de 1912 à 1935 et conseiller général du canton de Sompuis de 1919 à 1940.

38 Tous trois maires de Cloyes-sur-Marne et aïeux de Victor Jacquemin, maire de Cloyessur-Marne de 1900 à 1907 et conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1901 à 1913, et d’Augustin Royer, maire de Cloyes-sur-Marne de 1919 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1913 à 1940.

39 Maire de Florent-en-Argonne de 1809 à 1812, ascendant direct d’Eugène Lemaire, maire de Pogny de 1862 à 1879 et conseiller d’arrondissement du canton de Marson de 1877 à 1898, et de Charles Varin, conseiller d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1848 à 1877.

40 Maire d’Épernay de 1800 à 1815 et de 1826 à 1830 et conseiller général de la Marne de 1804 à 1833, aïeul de Gaston Chandon de Briailles, maire d’Hautvillers de 1888 à 1912 et conseiller général du canton d’Avize de 1880 à 1887, et de Gabriel Chandon de Briailles, maire de Mailly-Champagne de 1852 à 1873 et conseiller d’arrondissement de Reims de 1852 à 1873.

41 Maire du Buisson de 1815 à 1851, en parenté directe avec Alfred Morel, maire du Buisson de 1886 à 1908 et conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1899 à 1908, avec Georges Morel, maire de Ponthion de 1904 à 1925 et conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1910 à 1940, et avec Achille Morel, conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont de 1880 à 1886.

42 Conseiller d’arrondissement de Sainte-Menehould de 1800 à 1816 et ascendant d’Alfred Margaine, conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1901 à 1940, député de la Marne de 1910 à 1940, sous-secrétaire d’État à la Guerre (du 10 juin 1914 au 13 du même mois) et sous-secrétaire d’État aux Travaux Publics (du 3 juin 1932 au 14 décembre 1932), et d’Adrien Pérardel, maire de Francheville de 1908 à 1940 et conseiller d’arrondissement du canton de Marson de 1922 à 1940.

43 Maire de Sommepy de 1800 à 1807, en parenté avec Benoît Varenne, maire de Beine de 1874 à 1882 et conseiller d’arrondissement du canton de Beine de 1880 à 1886, et avec Ernest Varenne, maire de Sommepy de 1892 à 1902, de 1903 à 1910 et de 1920 à 1924 et conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1892 à 1901.

44 Maire de Braux-Sainte-Cohière de 1817 à 1821 et de 1822 à 1831 et conseiller général de la Marne de 1800 à 1802, aïeul d’Eugène Lemaire, maire de Pogny de 1862 à 1879 et conseiller d’arrondissement du canton de Marson de 1877 à 1898, et de Charles Varin, conseiller d’arrondissement de Châlons-sur-Marne de 1848 à 1877.

Table des illustrations

Titre Tableau 15. Comparaison des mandats des aïeux et de ceux des membres du corpus.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search