Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Deuxième Partie. L'élu, fruit de l'union de trois familles

Tel père, tel fils

Texte intégral

1L’influence des pères se mesure par leur enracinement local via la naissance, la profession et les fonctions politiques. L’hérédité en politique se fait-elle par filiation ? Si oui, quelles fonctions politiques sont exercées ? Dans tous les cas et quelque soit le mode de désignation (nomination par le ministre sur la recommandation du préfet ou élection au suffrage censitaire ou universel qui confèrent une légitimité différente), la visibilité sociale préalable, l’importance des réseaux de sociabilité développés sont autant de critères faisant l’homme politique. Dès lors, les élus de la Marne sous la Troisième République suivent-ils des sillons déjà tracés par leur père ?

  • 1 Léon Mirman, La Route nationale, Fayard et Compagnie, Paris, 1934, 21e édition.
  • 2 Cette remarque n’est pas valable pour les parlemenatires dont l’aura dépasse largement le cadre du (...)
  • 3 Ingénieur et entrepreneur en maçonnerie, né à Reims en février 1892.

2Seuls les mandats locaux exercés dans la Marne sont pris en compte. Cette limite ne met pas en péril les conclusions puisque si l’exemple paternel a valeur pour le fils, comme le souligne très bien Léon Mirman dans son avant-propos de La Route nationale,1 il n’est pas certain que l’implantation paternelle en politique locale ait réellement valeur pour les électeurs marnais si le mandat est effectué hors du département. L’expérience paternelle a-t-elle, en effet, une quelconque influence sur les électeurs du quatrième canton de Reims lorsque ceux-ci choisissent en 1913 pour conseiller d’arrondissement Léon Tixier, entrepreneur en plâtrerie installé à Reims, mais originaire de Murat, écart de Saint-Dizier-Leyrenne, canton de Bourganeuf, département de la Creuse ? Jean Tixier, maçon et père de Léon, occupe-t-il ou non des fonctions électives locales ? Je ne sais et les électeurs rémois sans doute pas plus ; néanmoins et quand bien même ces derniers soient en mesure de la connaître, cette information influerait-elle sur leur choix ? Rien n’est moins sûr.2 A contrario, les électeurs du quatrième canton de Reims savent pertinemment que Francis Tixier,3 candidat aux élections cantonales de 1928, est le fils de Léon Tixier. Le succès politique du fils ne peut reposer sur le seul critère de l’existence d’une filiation, mais celle-ci y participe.

  • 4 Étienne Peignot est le fils d’Émile Peignot, maire de Marcilly-sur-Seine de 1881 à 1896, conseiller (...)

3Près d’un quart des élus de la Marne sous la Troisième République ont un père politicien et profitent peu ou prou de l’influence paternelle. La présence d’un père mandaté augmente ostensiblement au sein du groupe formé des élus de la Marne nés dans ce département (31,21 %). Dans ce cas, le capital politique paternel est un critère favorable à l’élection du fils d’autant que celui-ci insiste souvent sur le capital transmis. Pour Étienne Peignot,4 la filiation et le rôle détenu par son père au conseil général sont mentionnés dans une affiche électorale placardée quelques jours avant le scrutin des élections législatives du 5 février 1899 :

  • 5 A.D. Marne – Aff. El V 472.

« La candidature m’a été offerte par les représentants les plus autorisés du parti républicain dans l’arrondissement d’Épernay. Je l’ai acceptée non par ambition, mais par devoir. Originaire de l’arrondissement d’Épernay, j’appartiens à une famille de souche Champenoise très ancienne qui a toujours habité et habite encore pendant toute l’année l’arrondissement. Mon père a été Conseiller général du canton d’Anglure et, dans l’Assemblée départementale, il a toujours siégé parmi les républicains de gauche à qui il répugnait de souscrire à l’alliance avec le parti réactionnaire. Les idées que mon père a professées jusqu’à sa mort, je les ai toujours partagées. Elles ont assuré, à travers bien des luttes, le triomphe du parti républicain dans l’arrondissement (…).5 »

4Le fils réclame un capital politique, fait l’éloge du père et met en exergue la carrière paternelle. Le candidat met en avant le mandat de conseiller général ; or, Émile Peignot y a siégé quelques mois seulement mais a passé six ans au conseil d’arrondissement et a occupé pendant quinze ans le fauteuil de maire. Cet oubli relève de la stratégie électoraliste et montre que le type de mandat détenu par le père joue un rôle. Quels sont les débouchés politiques des fils ? Comment ces derniers gèrent-ils l’héritage politique laissé par le père ?

La carrière du père

Une activité en amont de la Troisième République

5Le rôle politique du père est parfois ancien et influence l’élection du fils, mettant ainsi à mal la vision gambettiste exprimée en 1872.

6Deux-tiers des pères qui jouent un rôle politique avéré l’ont exercé avant 1871. L’influence et l’assise sociales et politiques familiales préalables opèrent de longue date et apparaissent comme des facteurs non négligeables pour expliquer l’élection du fils sous la Troisième République – faisant ainsi largement fi des bouleversements constitutionnels. L’impact de ces fils dans le paysage politique marnais sous la Troisième République est assez important : un élu sur cinq a un père en politique avant celle-ci.

7Les pères sont assez fréquemment parlementaire ou ministre (8,22 %). Cette proportion est supérieure à celle des pères qui siègent seulement au sein des deux assemblées départementales (2,73 %), au sein du seul conseil général (2,73 % également), dans une mairie et au conseil général (4,04 %), au sein du seul conseil d’arrondissement (1,32 %) ou dans une mairie et au conseil d’arrondissement (5,48 %). Elle correspond à celle des élus dont le père a siégé au sein du conseil général (8,22 %). Les fils commencent pratiquement tous leur carrière politique à l’échelon départemental avant la Belle Époque.

8Le plus souvent, le père est seulement maire (72,60 %). Ce nombre pourrait supposer une extrême diversité des situations, or il n’en est presque rien car les élus dont le père détient seulement un mandat de maire avant 1871 effectuent sous la Troisième République des carrières relativement stéréotypées qui les mènent très souvent au seul conseil d’arrondissement.

Des mandats en République

9Les pères élus sous la Troisième République effectuent des carrières plus ou moins prestigieuses, les conduisant parfois au parlement.

  • 6 Alfred Margaine et Paul Vallé.
  • 7 Bernard Ménager, « La succession des mandats : une affaire de famille ? », in Jean-Marie Mayeur, Je (...)
  • 8 Jules Simon est député et sénateur. Néanmoins, il est député de la Marne du 8 février 1871 au 16 dé (...)
  • 9 Léon Bourgeois (député de 1888 à 1905 et sénateur de 1905 à 1925), Jean-Simon Dauphinot (député de  (...)
  • 10 Les trois enfants issus de son mariage avec Thérèse Herlem sont Victoire (1882- ?), Marguerite (188 (...)

10Entre 1871 et 1940, les élections législatives offrent cent-seize sièges à pourvoir et les élections sénatoriales vingt-quatre. Les premières appellent quarante-six députés au Palais Bourbon et les secondes nomment treize sénateurs. Par le cumul des mandats, cinquante parlementaires se partagent ces cent-quarante mandats. Deux fils intègrent le corpus,6 dont l’un en qualité de parlementaire lui-même. Donc, être parlementaire ne constitue pas un gage de l’engagement du fils en politique. Gambetta aurait donc raison de penser que la République apporte au parlement des hommes nouveaux, d’autant que les dynasties parlementaires, selon la définition de Bernard Ménager,7 sont inexistantes dans la Marne au cours de la période. Les deux parlementaires marnais dont les fils jouent un rôle politique occupent successivement les fauteuils de député et de sénateur. Cette visibilité toute particulière dans le paysage politique départemental confère donc aux fils de parlementaires une chance supplémentaire d’accéder aux fonctions politiques. En écartant le cas particulier de Jules Simon,8 les individus qui cumulent ces deux fauteuils entre 1871 et 1940 sont au nombre de neuf.9 Sur ces neuf, 22 % ont des fils élus dans le département de la Marne. Cette proportion augmente encore à regarder de près la composition familiale puisque tous ne peuvent pas avoir de fils élus, certains n’ont pas contracté mariage et vivent en célibataire (Ernest Haudos), d’autres cumulent les mandats jusqu’à la fin de la période ne laissant aucune place pour un héritier (Jean Jacquy), d’aucuns n’ont pas de descendance masculine (Ernest Monfeuillart10). Par conséquent, 40 % des parlementaires dans la possibilité de placer un fils en politique l’ont fait. Ce critère est donc particulièrement pertinent.

  • 11 Eugène Wiet est conseiller municipal de Reims de 1882 à 1890, en parallèle de son mandat de conseil (...)

11Pour les pères élus locaux, et du fait de la possibilité des cumuls, la situation dépend véritablement du ou des mandats(s) détenu(s). Les pères sont maires (24,07 %), conseillers d’arrondissement (14,81 %), conseillers généraux (9,26). Parfois, le père effectue un cursus honorum local complet (14,29 %). Un cas particulier, celui d’Edmond Wiet dont le père n’est pas maire mais conseiller municipal de Reims (81.328 habitants, dont 19.776 dans le 3e canton – non prises en compte les communes rurales incluses dans ce canton, en 1882),11 et dès lors ce mandat est comparable à celui de maire d’une petite commune rurale comme celle de Marcilly-sur-Seine, fief de la famille Peignot, qui compte à la même date 565 habitants.

  • 12 Auguste Noizet est maire de Grateuil, sa commune natale, de 1892 à 1902.
  • 13 Né à Grateuil en 1873, Paul Noizet en est le maire de 1906 à 1928 et de 1935 à 1940.
  • 14 Paul Guérault est maire de Fère-Champenoise de 1912 à 1940 avant d’être conseiller d’arrondissement (...)

12La carrière paternelle est souvent incomplète. Les fauteuils les plus souvent occupés par le père sont ceux de maire et de conseiller d’arrondissement (28,57 %). Rarement, le père est seulement conseiller général ou maire et conseiller général (8,57 %) ou seulement conseiller d’arrondissement (8,57 %). La visibilité politique locale du père passe pour 40 % des élus par le seul fauteuil de maire sous la Troisième République. Ainsi la mairie détenue par le père est un marchepied vers les fonctions électives départementales. Paul Noizet est assez caractéristique de cette situation. Fils d’un maire exerçant sous la Troisième République,12 il a lui-même été maire de sa commune13 (à l’image de 71,43 % de ceux dont le père a détenu le fauteuil de maire sous la Troisième République) et intègre le conseil d’arrondissement en 1914. À l’inverse, Léon Collard fait partie des exceptions en entrant d’abord au conseil d’arrondissement avant de diriger une commune. Les fils de maires siègent pratiquement tous (85,71 %) au sein du seul conseil d’arrondissement, les principaux contre-exemples étant les fils maires de communes de plus de deux-mille habitants dont les pères ont également été maires de ces communes populeuses.14 Cette remarque invite à analyser les débouchés réels des fils après avoir montré que la filiation était un argument de poids pour près d’un-quart du corpus.

La filiation, un argument de poids dans la carrière

13L’exercice politique paternel constitue un argument électoral de premier plan et permet la construction d’une carrière politique assez caractéristique. D’abord, et dans le prolongement du Second Empire, le terrain politique est dominé par ceux qui s’inscrivent dans une tradition nobiliaire ; ensuite, il existe souvent une véritable continuité entre la carrière du père et celle du fils ; enfin, les fonctions détenues par le père constituent un marchepied évident vers la scène politique pour le fils.

La politique comme tradition nobiliaire

  • 15 Pierre Daru (1767-1829).

14Les hommes dont le père a effectué une carrière politique d’envergure avant le début de la Troisième République s’inscrivent très souvent dans une famille noble où les descendants de la noblesse d’Empire sont les plus nombreux (83,33 %). Barons, comtes et vicomtes se placent donc dans la droite lignée de leur ascendance prestigieuse, tel le baron Eugène Daru, fils d’un comte anobli en 1809.15

  • 16 Albert de Mun (1841-1914) est député du Morbihan de 1876 à 1893 puis du Finistère de 1894 à 1919 ; (...)
  • 17 Napoléon Lannes de Montebello (1801-1874) a occupé les fonctions de ministre des Affaires Étrangère (...)
  • 18 Joseph Durant de Mareuil (1769-1855), consul à Brême (1799), ministre plénipotentiaire à Stuttgart (...)

15Les membres de ces familles nobles ont exercé des fonctions prestigieuses tant dans la haute administration française que dans les rouages politiques et continuent, même sous la Troisième République, à dominer l’espace public politique. Les pères des élus ont ainsi souvent intégré la paierie de France comme Pierre Daru (60 %), ont siégé au parlement comme Albert de Mun,16 ont exercé des fonctions ministérielles comme Napoléon Lannes de Montebello,17 ont côtoyé le pouvoir comme Joseph Durant de Mareuil.18 Cette proximité avec le pouvoir s’inscrit dans la durée et est un facteur évident de l’élection des fils dans le département de la Marne sous la Troisième République ; d’autant plus que l’implantation locale est souvent réelle.

  • 19 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Public (...)
  • 20 Dans 83,33 % des cas, le père a été soit député (Louis Tirlet), soit conseiller général (Joseph Dur (...)
  • 21 Joseph Durant de Mareuil (1769-1855) acquiert ainsi le château de Mareuil-en-Brie le 30 juillet 180 (...)

16Ce phénomène est loin d’être nouveau puisque « le crédit local dont disposent ces grands lignages en Champagne ne doit pas se mesurer simplement à l’aune de leur seule richesse, même si elle est indispensable pour l’entretien d’une vaste clientèle. En effet, leur influence découle aussi des droits éminents sur les hommes que confère la possession de ces vastes seigneuries. Or cet atout est particulièrement précieux dans une province telle que la Champagne, où (…) le souverain (…) a surtout besoin de s’appuyer sur des auxiliaires qui disposent depuis longtemps d’une réelle autorité, à la fois juridique et charismatique sur les populations locales. »19 Entre la période moderne et le XIXe siècle, la situation a certes évolué mais une grande partie de la construction du crédit politique local s’appuie sur les mêmes ressorts. À la fin du XIXe siècle, cette implantation marnaise se mesure par les mandats détenus par les pères dans le département d’élection20 et comme la visibilité familiale antérieure à l’entrée en scène des fils d’élus favorise cette dernière ; elle se mesure également par les possessions familiales – ancestrales ou récentes – des familles nobles qui participent à une implantation primordiale pour ceux qui détiennent en outre l’éducation et la fortune nécessaires pour faire de la politique leur métier. Ces hommes, et leurs pères avant eux, détiennent un pouvoir économique en qualité d’employeurs de nombreux ouvriers agricoles, par le fermage de leurs terres, etc.21

  • 22 Petite commune rurale de 444 habitants lors du dénombrement de 1882.
  • 23 Voir infra.

17La mairie est un point d’ancrage essentiel, c’est pourquoi, parmi d’autres, Eugène Daru est maire de Charleville22 de 1865 à 1884. Les fils issus de la noblesse représentent presque toujours des cantons ruraux, à l’image de Georges d’Aubilly, conseiller général du canton de Ville-en-Tardenois de 1864 à 1910 ; tant et si bien que certains considèrent leur canton comme un fief personnel comme le souligne très bien la campagne électorale menée par baron d’Aubilly en 1910.23

  • 24 Il conserve ce siège dix-neuf ans durant.

18En règle générale, l’entrée en politique des descendants des familles nobles intervient assez tôt ; à l’image de la carrière menée par Édouard de Barthélémy qui prend les commandes de la commune de Courmelois24 à l’âge de trente-neuf ans et entre l’année suivante au conseil général pour treize ans.

19Faire de la politique est une tradition nobiliaire mais les traditions politiques familiales diffèrent parfois. Sans revenir sur le parcours politique relativement bien connu de la famille de Mun, tous les rejetons de la noblesse élus sous la Troisième République ne sont pas tous des conservateurs acharnés. Certains s’inscrivent même dans une tradition plutôt républicaine. Hyacinthe de Barthélémy, père d’Édouard, siège au conseil général après la révolution de février 1848, mais n’a pas de survie politique au-delà du 2 décembre 1852 et l’instauration de l’Empire. C’est dans cette filiation que le membre du corpus se présente en 1871 devant les électeurs et c’est en qualité de défenseur de la République qu’il est élu.

  • 25 Né le 13 mars 1860 à Châlons-sur-Vesle, maire de Châlons-sur-Vesle de 1910 à la fin de la période c (...)
  • 26 Il a occupé les fonctions de maire de 1897 à 1910 et celles de conseiller d’arrondissement de 1889 (...)

20Les familles nobles constituent bien souvent un miroir pour de nombreux hommes politiques puisque les rapports entre noblesse et pouvoir sont ancestraux. Dès lors, certains essaient, à l’image des familles nobles de construire une reproduction sociale et politique. Il en est ainsi de nombreux fils de maires et conseillers d’arrondissement qui dans 85,71 % des cas exercent les mêmes fonctions que leur père (souvent élu sous la Troisième République), à l’image de Joseph Renard25, maire de sa commune natale à la suite de Charles Renard, son père.26 Il existe une certaine reproduction sociale et politique en plus de la reproduction naturelle, construite sur le modèle nobiliaire.

Une continuité politique entre père et fils

21Que ce soit au sein des familles nobles ou des autres, le temps de latence entre la sortie de scène du père et l’entrée en fonction du fils est bien souvent bref ; quand la continuité n’existe pas. Ainsi, Camille Thomas-Derevoge sort du conseil général en 1870 et son fils y fait son entrée en 1871. La même année René de Chaubry de Troncenord entre dans un conseil général quitté par Joseph, son père, quatre ans auparavant seulement. Ces deux exemples montrent qu’au sein du conseil général, au début de la Troisième République, la rupture est minime : des hommes nouveaux siègent, mais ils sont recrutés dans les mêmes familles que les hommes politiques du Second Empire. La chute de ce dernier est très récente et les électeurs font confiance à des personnes proches de celles soutenues par l’administration impériale pour les représenter au sein du conseil général ; ces exemples constituent-ils la règle ou l’exception ? Existe-t-il réellement une continuité entre les mandats détenus par le père et ceux du fils ? Peut-on considérer 1871 comme une rupture fondamentale ?

  • 27 Le père est maire de la commune de Maisons-en-Champagne de 1831 à 1870, le fils de 1870 à 1919.
  • 28 Étienne, père de Théobald, est maire avant lui de 1807 à 1831 ; la commune est donc dirigée par un (...)
  • 29 Le père prend ses fonctions de conseiller général dès 1865.
  • 30 Notaire à Sompuis et ancien conseiller d’arrondissement au nom du même canton depuis 1870.
  • 31 Il décède le 5 janvier 1885, dans son château de Maisons-en-Champagne.
  • 32 A.D. Marne – El VI 224.
  • 33 A.D. Marne – El VI 225.
  • 34 A.D. Marne – El VI 224.

22En règle générale, les mandats du fils commencent immédiatement après que le père les ait quittés. Gaston Corbet est ainsi élu, le 22 juin 1873, conseiller d’arrondissement du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont après le décès de son père Jean-Baptiste survenu le 1er mars. Les successions à la tête des communes s’effectuent très souvent en continuité directe. À Maisons-en-Champagne en 1870, Julien Barbier Lalobe de Felcourt succède à son père Théobald27 dans une commune sous tutelle familiale depuis 1807.28 Le père, membre de la noblesse champenoise, est également conseiller général avant les débuts de la Troisième République29 et le fils y siège neuf ans après le retrait du père. À la fin du mandat de Théobald, Célestin Lecomte30 prend le fauteuil de conseiller général et le conserve jusqu’à son décès le 20 mai 1886, alors que le renouvellement est initialement prévu en août. La préfecture n’effectue pas d’élections anticipées car aucune session du conseil général n’est prévue dans l’intervalle. Théobald Barbier Lalobe de Felcourt, décédé entre-temps,31 son fils Julien décide alors de briguer le siège. Le poids du nom suffit-il à l’élection ? Lors de la campagne électorale, nul besoin pour Julien de Felcourt de rappeler son ascendance illustre, les électeurs du canton la connaissent largement et ses adversaires politiques se chargent à toute occasion de la lui rappeler. Ainsi, nul mot sur son origine dans ses affiches électorales dans lesquelles il se déclare comme « enfant du pays, qu’[il n’a] jamais quitté »32, comme un « candidat agricole »33 lui qui est « maire de Maisons, Président du comice agricole de Vitry-le-François, et de la Société Hippique de la Marne, etc. »34 et c’est sur son programme qu’il s’étend tandis que son adversaire pour le scrutin de ballottage, Louis Joppé, fait placarder une affiche entre les deux tours de scrutin dans laquelle il fait écrire :

  • 35 En gras dans le texte. Il s’agit de Léandre Prévost, cultivateur à Sommesous et maire de cette comm (...)
  • 36 En majuscule dans le texte.
  • 37 A.D. Marne – El VI 227.

« Électeurs !
Nous venons de faire un choix excellent pour le Conseil d’Arrondissement en y envoyant M. Prévost, un des nôtres, un travailleur.35
Il nous reste à nommer notre conseiller général. Deux candidats sont en présence, M. de Felcourt et M. Joppé.
Le premier n’a eu que la peine de naître et a trouvé la fortune dans son berceau ; il n’a jamais été soldat et s’il est décoré c’est qu’il a plu au Saint-Père de lui envoyer une croix ; Jamais il n’a rien fait et il cache soigneusement son drapeau.
M. Joppé est le fils de ses œuvres ; depuis de longues années il habite notre canton où chacun le connaît et l’apprécie ; on ne pouvait nous représenter plus dignement au Conseil d’arrondissement où il a bien défendu nos intérêts.
Électeurs !
Notre choix ne saurait être douteux.
Laissons à M. de Felcourt tout son temps pour aller déposer ses adulations aux pieds de Marie-Thérèse.
Et votons tous pour notre ancien conseiller d’arrondissement, un travailleur,36 l’honorable M. Joppé.
Un groupe d’électeurs. »37

  • 38 Le candidat est en parenté avec les Haudos de Possesse, parmi lesquels il faut compter Justin, cons (...)
  • 39 Ses opposants lui reprochent le fait d’être commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire.
  • 40 Né à Saint-Étienne-au-Temple, près de Châlons-sur-Marne, le 17 novembre 1823, Louis Joppé s’install (...)
  • 41 Louis Joppé a cédé son étude en 1866 et est depuis lors exclusivement propriétaire terrien.
  • 42 On trouve présence dans sa maison d’Elvina Détin, née à Brandonvillers en 1857. AD. Marne – 122 M.
  • 43 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872 et Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e édition, (...)
  • 44 Trésor de la Langue Française informatisé, www.atilf.atilf.fr.
  • 45 Ibid.
  • 46 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872.
  • 47 Julien Barbier Lalobe de Felcourt soutient, le 17 juin 1863, une thèse de doctorat de droit sur Des (...)
  • 48 A.D. Marne – El VI 226.
  • 49 Avoué puis associé dans une maison de négoce de vins de champagne, il s’inscrit dans les rangs de l (...)
  • 50 Pharmacien et maire de Châlons-sur-Marne, il vote « pour l’invalidation de l’élection de Blanqui ». (...)
  • 51 Ancien receveur de l’Enregistrement qui vote « pour les ministères Gambetta et Ferry et contre la s (...)
  • 52 Ancien capitaine d’infanterie et questeur de la Chambre des Députés à partir de 1876, il siège au s (...)
  • 53 Notaire puis avocat à Reims, vice-président du comité républicain de Reims, élu sur un programme op (...)
  • 54 Notaire à Pontfaverger.
  • 55 A.D. Marne – El VI 227.
  • 56 Il est, en effet, le petit-fils de Jean Joppé, maire de Saint-Étienne-au-Temple, nommé à l’aune de (...)

23Louis Joppé, ancien conseiller d’arrondissement du canton de Sompuis, ne s’est pas présenté à sa propre succession et cherche à devenir conseiller général. Les détracteurs de Julien Barbier Lalobe de Felcourt développent trois niveaux de reproches : l’appartenance familiale et les possessions de celle-ci dans l’arrondissement de Vitry-le-François,38 les convictions religieuses39 et les opinions politiques du candidat. Pour Louis Joppé, les soutiens insistent sur des aspects subjectifs ; lui qui est très apprécié depuis son installation dans le canton.40 À des arguments politiques s’opposent donc, en premier lieu, ceux liés à l’affect. Ensuite, les soutiens de Louis Joppé développent un argumentaire autour du terme « travailleur », employé pour qualifier Léandre Prévost et Louis Joppé ; la première fois en l’imprimant en gras, la seconde fois en lettres capitales. Certes, Julien Barbier de Felcourt jouit de ses rentes et est un très grand propriétaire terrien ; néanmoins, Louis Joppé est un ancien notaire,41 également propriétaire terrien et il ne cultive pas lui-même, faisant appel à des journaliers et des manouvriers. Il mène grand train et a à son service de la domesticité qu’il loge et entretient.42 Il est évident que l’acception même du mot travailleur peut poser question. Les auteurs de l’affiche considèrent-ils que le travailleur est l’« homme adonné au travail »43, ou la « personne qui exerce une activité manuelle ou intellectuelle utile, qu’elle soit ou non rétribuée »44, ou la « personne qui exerce un métier, une profession »45 ou enfin « un ouvrier, un homme de travail, par opposition au capitaliste. »46 Si l’acception considérée est la première ou la seconde, il est difficile d’opposer véritablement Louis Joppé et Julien Barbier Lalobe de Felcourt qui exercent dans leur vie quotidienne peu ou prou les mêmes activités, ces dernières ne relevant pas seulement de l’activité professionnelle. Ils ont reçu la même formation de juriste47 et ne pratiquent pas au moment de l’élection une activité professionnelle en relation avec cette dernière. Au registre des activités utiles, peuvent être évoquées les nombreuses présidences et vice-présidences dont Julien de Felcourt a la charge. Si les électeurs de Louis Joppé estiment que le mot travailleur revêt le sens décliné dans la troisième définition, alors quelle différence faire entre un grand propriétaire terrien et un autre grand propriétaire terrien, sachant pertinemment qu’aucun des deux ne se salit véritablement les mains ? Reste la dernière définition, avec laquelle la figure de Louis Joppé n’apparaît pas non plus en conformité. En effet, il est peu probable que ses électeurs considèrent cette définition comme celle étant la plus proche de la réalité politique représentée par Louis Joppé, candidat soutenu par les six députés de la Marne48 : Eugène Blandin,49 Hippolyte Faure,50 Paul Guyot,51 Camille Margaine,52 Félix Mennesson-Champagne,53 Félix Thomas-Derevoge.54 Ils siègent sur les bancs de la gauche républicaine et ne pourraient cautionner un discours aussi clairement anticapitaliste, à connotation communiste, marxiste voire blanquiste. Par ailleurs, en faisant imprimer qu’il « est le fils de ses œuvres »,55 Louis Joppé aurait-il oublié de préciser aux électeurs qu’il s’inscrivait lui aussi dans une notabilité politique locale de longue date, visible dans son canton d’origine ?56 En tout état de cause, la proximité chronologique et l’assise familiale locale préalable évitent à Julien de Felcourt de se présenter comme le « fils de » d’autant que ses adversaires politiques se chargent de le faire à sa place. Malgré les attaques, l’implantation de son concurrent direct et les idées défendues par celui-ci, l’aura familiale entourant Julien de Felcourt a eu un impact suffisant pour le faire élire. Si le poids du nom suffit à l’élection, il faudra savoir si elle suffit à la longévité.

  • 57 Pierre Forgeot est le fils de Gustave qui a été maire d’Anglure de 1898 à 1919 et de 1925 à 1927, c (...)
  • 58 Étienne Peignot est le fils d’Eugène Peignot qui a été maire de Marcilly-sur-Seine de 1881 à 1896, (...)
  • 59 Le premier de 1914 à 1924 et de 1928 à 1936, le second de 1899 à 1902.
  • 60 Le premier a soutenu une thèse de doctorat de droit à Paris en 1911 sur Les Lapins de garenne devan (...)
  • 61 Le premier est élu député à 26 ans, le second à 28.

24Parfois la continuité entre le père et le fils se fait dans le cadre du cursus honorum. Ainsi, les pères qui effectuent la partie locale de ce parcours (maire et doublement conseiller) sous la Troisième République ont pratiquement toujours un fils qui achève la carrière entamée par le père en intégrant le parlement : tels Pierre Forgeot57 et Étienne Peignot.58 Ces deux individus ont quatre particularités communes. Ils sont tous deux originaires du canton d’Anglure, ont tous deux été élus comme député de la Marne,59 ont reçu une formation de juriste60 et ils comptent parmi les plus jeunes élus du corpus.61 La présence paternelle en politique permet ainsi à quelques individus de briguer des fonctions parlementaires auxquelles ils n’auraient sans doute pas pu prétendre sans la présence en politique de leur ascendant. Elle favorise, surtout, de jeunes individus, dont l’éducation leur permet de briguer des postes à responsabilités et de travailler au contact de la loi, d’entrer en politique par la grande porte. Parmi ceux dont les pères siègent avant 1871, le passage à la République marque-t-il une césure importante ?

  • 62 Le mandat est détenu par Charles Bourgeois jusqu’à son décès survenu le 22 janvier 1878.
  • 63 Daniel Halévy, La Fin des notables, tome 2, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, 415 pages

25Pour 83 % de ceux dont le père est élu local avant 1871, l’élection intervient avant 1893. Ils participent donc à la première phase de la Troisième République, celle de la mise en place des lois organisationnelles, de l’enracinement de la République avant que ne se mettent en place la République modérée (1893-1898) puis la République radicale (1898-1914). Ainsi, on peut dire que la Troisième République s’enracine, directement ou indirectement, grâce aux hommes qui ont fait le Second Empire. Certains élus participent aux affaires avant 1871, comme Charles Bourgeois, avocat à Paris, de retour dans sa commune natale de Suippes en 1845 et installé dans le château de Nantivet, où il a vu le jour. Dès 1852, il entre au conseil général de la Marne, siège qu’il occupe vingt-six ans durant.62 Cet enracinement ne concerne pas seulement les familles nobles, mais celles-ci sont révélatrices de l’absence de rupture en 1871. Daniel Halévy, dans La fin des notables. La République des Ducs,63 a montré que la césure s’opérait en 1877.

  • 64 Bertrand de Mun épouse, en 1897, Céline Werlé (1877-1945), petite-fille d’Édouard Werlé (maire de R (...)
  • 65 Bertrand de Mun est directeur d’une très grande enseigne du négoce de vins de Champagne. Après avoi (...)
  • 66 Bertrand de Mun est ainsi président du Syndicat des Grandes Marques de vins de Champagne de 1909 à  (...)

26La situation dans le département de la Marne corrobore cette absence de rupture en 1871 et montre un recul de la présence nobiliaire en 1877. Cependant, cette année ne marque pas réellement la fin de la noblesse en politique comme le montre l’analyse des fils de conseillers généraux du Second Empire. Plusieurs d’entre eux commencent leur carrière politique avec l’avènement de la République, mais certains, tel Jean-Joseph Durant de Mareuil, conservent leur mandat au-delà de l’année 1877. Certains entrent même au parlement au cours du XXe siècle, à l’image d’Adrien Lannes de Montebello ou de Bertrand de Mun. Quelles sont les causes des élections de ces membres de familles nobles en qualité de député de la Marne au cœur de la Troisième République ? La présence préalable d’un père en politique est à prendre en considération, mais n’est pas un facteur unique. À étudier le seul cas de Bertrand de Mun, d’autres critères entrent en ligne de compte : présence d’un réseau familial plus large,64 visibilité professionnelle,65 implication dans le tissu associatif ou syndical local,66 etc.

  • 67 Frédéric Bornot et René du Boys de Riocour sont maires des communes de Vert-la-Gravelle et Vitry-la (...)

27Enfin, 1871 ne marque pas véritablement de césure parce que les fils d’élus sont rarement des inconnus quand se met en place la Troisième République. Nombreux sont ceux à occuper au moins la fonction de maire et près de 80 % d’entre eux ont même effectué tout ou partie de leur mandat de conseiller d’arrondissement. Dès lors, la présence paternelle en politique, conjuguée avec la visibilité personnelle de l’élu, installé depuis très longtemps (deux d’entre eux débutent leur carrière au début des années 1840),67 permet d’expliquer la réussite de l’élection sous la Troisième République par une combinaison de facteurs parmi lesquels se retrouvent en partie les atavismes et en partie l’habitude prise par les citoyens de voir l’individu siéger dans l’une ou l’autre des assemblées départementales. Pourtant, la carrière du père constitue un véritable marchepied pour le fils.

La carrière du père, un marchepied pour le fils

  • 68 Natif de Loivre (20 mai 1838), il est le fils de Jean-Baptiste Delabruyère, maire de cette commune (...)
  • 69 Né à Dommartin-la-Planchette le 4 avril 1831 de Jean Michel, maire de ladite commune de 1840 à 1861 (...)
  • 70 Léon Bourgeois, Solidarité, op. cit., p. 45.

28Fréquemment, pour les hommes dont le père a été maire, la visibilité acquise par le père dans la commune a permis au fils de briguer le même fauteuil, conservant ainsi l’assise sociale et politique locale de la famille. Par la suite, ces individus accèdent en très grande majorité au conseil d’arrondissement où les enjeux partisans sont d’une faible importance. Ainsi, les élus dont le père a été maire avant les débuts de la Troisième République accèdent souvent à cette fonction de conseiller d’arrondissement et 22,64 % exercent seulement ce mandat : comme Octave Delabruyère,68 élu conseiller d’arrondissement du canton de Bourgogne en 1901. Le cas le plus fréquent (43,39 %) correspond à l’exemple d’Adolphe Michel69 : maire de sa commune natale à la suite de son père pendant une très longue période (de 1861 à 1908) et conseiller d’arrondissement du canton de Sainte-Menehould de 1871 à 1907. La construction progressive d’un nom se fait par l’intermédiaire des charges municipales ; celles-ci permettent à l’individu de faire sien l’héritage légué par son ascendant, et comme l’écrit Léon Bourgeois pour la société humaine elle-même, « chaque génération qui passe ne peut vraiment se considérer que comme étant l’usufruitière [du legs de tout le passé à tout l’avenir], elle n’en est investie qu’à charge de le conserver et de le restituer fidèlement. Et l’examen le plus attentif de la nature de l’héritage conduit à dire en outre : à charge de l’accroître. »70

  • 71 Décédé le 29 avril 1891.
  • 72 Henri Henrot est conseiller municipal depuis 1870, puis adjoint au maire de 1871 à 1884 et maire de (...)
  • 73 Ce scrutin a lieu après la démission d’Irénée Lelièvre.
  • 74 À la suite de la loi du 29 février 1889 qui porte le nombre de cantons rémois de trois à quatre, de (...)
  • 75 Les conseillers général et d’arrondissement de la 2e série (à laquelle appartient le troisième cant (...)
  • 76 Suite au décès de Charles Lagrive, intervenu le 29 avril 1891, les électeurs du troisième canton de (...)
  • 77 Après la victoire d’Eugène Wiet lors du scrutin d’avril 1891, les électeurs doivent pourvoir le fau (...)
  • 78 « Comité républicain du 3e canton de Reims »
  • 79 « (…) République progressiste »
  • 80 A.D. Marne, Aff. El. V 337.

29Rarement, il existe concomitance des mandats du père et du fils. Mais, quand Eugène Wiet devient conseiller général en remplacement de Charles Lagrive71 et abandonne ses fonctions de conseiller d’arrondissement, c’est Edmond, son fils, qui le remplace. La présence préalable du père en politique a été considérable pour la carrière d’Edmond d’autant que les deux Wiet entretiennent volontairement, par le biais de leurs affiches, la confusion dans l’esprit des électeurs. À son entrée au conseil d’arrondissement, Edmond Wiet n’est pas un nouveau venu en politique puisqu’il est déjà membre du conseil municipal aux côtés de son père et soutient l’activité municipale d’Henri Henrot.72 Pourtant en 1891, Eugène Wiet s’était présenté contre le docteur Henrot, dans le troisième canton de Reims. La parenté entre les deux candidats n’est pas un argument mis en avant par le fils pour s’assurer une élection, sans doute à cause de la concomitance de la carrière politique, des scrutins et des mandats. Néanmoins, la confusion entre les deux candidats est indubitablement et volontairement entretenue, par le comité de soutien des deux Wiet, dans le registre de la communication politique. Le calendrier électoral, véritablement singulier, permet l’entretien de cette confusion. Les électeurs du troisième canton de Reims sont, en effet, appelés aux urnes à quatre reprises au cours de la seule année 1889 (les 6 janvier,73 7 et 14 avril,74 et 28 juillet75) et deux fois au cours de l’année 1891 (les 21 juin76 et 13 septembre77). Lors de ces six scrutins, sont apposées sur les murs et panneaux électoraux des affiches portant le patronyme Wiet. Toutes les similitudes possibles (format de l’affiche, couleur de fond, typographie, patronage,78 programme79) sont ainsi entretenues comme moyen d’assurer la victoire du fils lors des élections au conseil d’arrondissement en 1891. L’utilisation par le père, en juillet 1889, du slogan « ni abstentions, ni confusions »80 en devient finalement comique. Néanmoins, le comité républicain radical du 3e canton de Reims ne pousse pas le mimétisme jusqu’au bout puisque dans les affiches du fils l’initiale du prénom E., la même que celle du père, est remplacée par sa fonction Dr. Ce type de filiation est extrêmement rare et plus souvent, la carrière du père sert de point de référence au fils.

30La filiation facilite globalement l’élection, que le candidat ou ses soutiens y fassent ou non explicitement référence. Pour Charles Arnould, le comité de soutien met en avant la paternité glorieuse ; Jules Bourgeois insiste personnellement dans plusieurs affiches électorales sur sa famille en politique ; Lucien Rigollet prend appui sur la position sociale acquise par son père.

  • 81 Charles Arnould est conseiller général du quatrième canton de Reims de 1894 à 1900 et occupe les fo (...)
  • 82 A.D. Marne – El VI 494.
  • 83 A.D. Marne – El VI 495.

31La candidature de Charles Arnould81 est portée par le comité républicain radical du 4e canton de Reims qui a « cherché, parmi les meilleurs citoyens, celui qui était le plus digne de vos suffrages par la fermeté de ses opinions, par l’habitude du travail et par les gages qu’il a depuis si longtemps donnés à la cause de la République »82 car « plus que jamais, il est indispensable de choisir comme mandataires des hommes connus pour leur fidélité à notre vieux programme. À une époque où trop de républicains, oublieux des leçons du passé, se déshonorent en s’alliant aux débris, prétendus ralliés, des partis monarchiques et cléricaux, vous n’hésiterez pas à donner vos voix à un homme dont la vie politique a été toute de dévouement à la République démocratique et laïque. (…) »83 Référence directe au long combat mené par Charles Arnould qui inclut l’héritage reçu du père, ardent défenseur de la République au milieu du XIXe siècle.

  • 84 De 1886 à 1892 et de 1893 à 1898.
  • 85 Il a occupé ce même fauteuil de 1852 au 22 janvier 1878, date de son décès.
  • 86 A.D. Marne – El VI 228.

32Jules Bourgeois est conseiller général du canton de Suippes84 tout comme son père, Charles.85 Au décès de celui-ci, Jules est procureur de la République près le tribunal de Troyes et ne se présente pas à la succession. Huit ans plus tard, Jules est revenu dans sa commune natale de Suippes, a repris les affaires familiales et délaissé sa carrière de magistrat alors qu’il n’a que quarante ans. Il se présente devant les électeurs du canton de Suippes pour siéger au conseil général. Dans son affiche électorale, il est très clair sur son ascendance : « Électeurs, je n’hésite pas à vous demander vos suffrages. Vous pourrez, si vous me les accordez, compter sur mon dévouement, je n’aurai d’ailleurs qu’à suivre les traditions de mon grand-père [Claude] et de mon père [Charles] qui, sans interruption, ont représenté le canton de Suippes au Conseil général pendant quarante-six ans, de 1832 à 1878. (…) »86 En ce 1er août 1886, si la confiscation dynastique du siège de conseiller général du canton de Suippes n’est pas totale, à cause des huit ans d’intermède assurés par Victor Crussaire, c’est à la famille Bourgeois qu’échoit de nouveau ce fauteuil. La présence du père et du grand-père au sein du conseil général est un argument de poids pour Jules Bourgeois.

  • 87 Il est maire de Saint-Martin-sur-le-Pré (1919-1940) où il est né le 21 juin 1870.
  • 88 A.D. Marne – El VI 1481.
  • 89 Conseiller d’arrondissement de 1889 à 1901 pour le même canton.
  • 90 Bellone Rigollet est ainsi président de la Ligue agricole de la Marne.

33De son côté, Lucien Rigollet87 est choisi par les électeurs du canton de Châlons-sur-Marne pour être conseiller d’arrondissement lors des scrutins des 7 et 14 octobre 1934. Il jouit des réseaux développés par son père. Dans une affiche, il se présente comme « maire de Saint-Martin-sur-le-Pré depuis 15 ans. Fidèle à la terre, d’indissolubles liens [l]’unissent à la ville de Châlons où la sympathie générale entoure [sa] famille »88 et en particulier son père Bellone Rigollet,89 sous-chef d’atelier à l’École des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne, membre de nombreuses associations locales.90

34Les fils s’appuient fréquemment sur les positions sociales et politiques acquises par les pères et sur les liens tissés par ces derniers dans et hors du cercle familial pour se faire élire. Dans ce cas, l’existence d’une paternité en politique est un facteur de la réussite du fils aux élections, même si cela ne préjuge en rien de la réussite de la carrière politique.

  • 91 Né à Outines le 24 octobre 1804, Jean-Baptiste Corbet est maire de sa commune natale de 1846 au 1er(...)
  • 92 Il est né le 29 septembre 1843.
  • 93 Il est né le 19 janvier 1814 à Moiremont, commune dont il est maire de 1852 à 1878. Il a également (...)

35La réussite électorale est bien plus facile quand les familles sont implantées dans le paysage politique local et dans les chambres représentatives depuis plusieurs décennies comme pour Gaston Corbet et Alfred Chémery. Jean-Baptiste Corbet, père du premier, est maire et conseiller d’arrondissement sous la Troisième République, mais a débuté ces deux mandats sous le Second Empire.91 Gaston Corbet succède à son père, décédé en cours de mandat. L’influence paternelle dans l’engagement politique ne fait pas de doute chez ce jeune homme, âgé de trente ans seulement.92 Paul Chémery93 achève son mandat de maire au cours de la Troisième République et celui de conseiller d’arrondissement avec la nouvelle ère républicaine. L’impact de ces mandats est considérable sur les électeurs du canton de Sainte-Menehould lorsque, plus de vingt ans plus tard en 1892, Alfred, son fils, se présente à leur suffrage.

  • 94 A. D. Marne – El VI 1328.
  • 95 Georges Aubert devient conseiller d’arrondissement.

36Néanmoins, posséder un nom ne suffit pas toujours à assurer l’élection comme le montre l’expérience de Georges Censier, candidat en juillet 1925 dans le premier canton de Reims pour accéder au conseil d’arrondissement. En tête à l’issue du premier tour « il s’en est fallu exactement de 204 voix pour que vous assuriez dimanche le succès de [sa] candidature. »94 Finalement battu par son adversaire après le scrutin de ballottage du 26 juillet,95 Georges Censier se représente trois ans plus tard aux suffrages de ses concitoyens et obtient le siège de conseiller général. Cet exemple montre assez bien que le nom confère au candidat une aura particulière, qui l’empêche même d’atteindre le plus bas échelon départemental puisque les électeurs préfèrent le voir siéger au conseil général ; cela esquisse les destinées politiques particulières de ces héritiers.

Les débouchés politiques des fils

Le poids du nom suffit-il à la longévité ?

37Le poids du nom suffit bien souvent au fils à se faire élire, mais celui-ci effectue-t-il pour autant une longue et brillante carrière ? Les carrières des fils d’élus sont en moyenne plus longues que celle de leurs homologues. Trois carrières d’hommes, fils de maires et de conseillers généraux issus de la noblesse – sachant que cette dernière perd progressivement de l’influence au cours de la Troisième République – le prouvent.

  • 96 AD. Marne – 8-9 M 73 (1889).

38Julien Barbier Lalobe de Felcourt est facilement élu au premier tour le 8 août 1886 (52,32 % des suffrages exprimés), mais n’effectue cependant pas une carrière d’envergure, contrairement à celle de son père. En effet, trois ans après son entrée au conseil général, il en ressort par la petite porte. Pourtant décidé à poursuivre sa carrière politique, les électeurs du canton de Sompuis ne lui renouvellent pas leur confiance. Un tract96 élogieux sur son bilan de conseiller général et surtout en qualité de président de la quatrième commission, chargée des questions agricoles ne convainc pas. Au deuxième tour de scrutin du 4 août 1889, les électeurs envoient Joseph Bertrand à Châlons-sur-Marne avec 50,26 % des suffrages exprimés. La défaite est courte mais significative. L’héritage patronymique peut parfois permettre une élection, mais ne garantit en rien la longévité politique de l’héritier si ce dernier ne présente pas suffisamment de gages solides à l’issue de son mandat, ni ne professe une ligne politique en conformité avec les désirs des électeurs. Néanmoins, les héritiers effectuent généralement de longues carrières.

  • 97 La mairie de Courmelois est détenue sans discontinuité par la famille de Barthélémy de 1854 à 1888, (...)
  • 98 Six ans séparent la sortie d’Antoine Leleu d’Aubilly de l’entrée de Georges. Dix-huit ans séparent (...)
  • 99 Les fils sont trop jeunes pour briguer les postes paternels : Georges Leleu d’Aubilly n’a que vingt (...)

39Outre la longueur des carrières, il faut considérer la jeunesse relative des héritiers appelés à siéger, puisque Georges Leleu d’Aubilly détient un fauteuil à vingt-six ans, Julien Barbier Lalobe de Felcourt à vingt-neuf ans et Édouard de Barthélémy à trente-neuf ans. Tous permettent un contrôle presque sans discontinuité de leur commune d’origine97 et tous entrent au conseil général après leur père, sans que la succession soit immédiate.98 Ce temps de latence s’explique souvent par le jeune âge des fils lors de la sortie politique du père.99 Les carrières municipales sont toutes très longues pour ces individus (dix-neuf ans pour Édouard de Barthélémy, quarante-quatre ans pour Georges Leleu d’Aubilly et quarante-neuf ans pour Julien Barbier Lalobe de Felcourt) alors que leur présence au conseil général dure trois ans pour Julien Barbier Lalobe de Felcourt, treize pour Édouard de Barthélémy et quarante-six ans, dont trente-neuf sous la Troisième République, pour Georges Leleu d’Aubilly. Ces longévités font bien évidemment fi des bouleversements constitutionnels connus par la France, confirmant que 1871 n’est vraiment pas une césure fondamentale.

Un accès privilégié aux fonctions électives supérieures

40Les fils d’hommes politiques accèdent-ils plus facilement que d’autres à certains fauteuils ? D’abord, le conseil général tient une place toute particulière puisque son accès y est très largement facilité et privilégié. Ensuite, les carrières des fils dépendent souvent des mandats détenus par le père.

41Considérés ensemble, les élus de la Marne sous la Troisième République dont le père s’inscrit en politique locale ou nationale représentent 22,36 % de l’ensemble des élus étudiés. Ceux-là acquièrent-ils une place singulière dans le paysage politique départemental ? Une comparaison entre les carrières menées par les fils de politiciens et les autres élus du corpus est nécessaire.

  • 100 Codes utilisés dans le tableau : M : maire, CA : conseiller d’arrondissement, CG : conseiller génér (...)

Tableau 11. Les mandats des élus ayant un père en politique100

Tableau 11. Les mandats des élus ayant un père en politique100
  • 101 Ils représentent 59,21 % des élus et 57,40 % de ceux dont le père a des fonctions politiques.

42La présence préalable d’un père en politique ne favorise pas l’accès aux fonctions de conseiller d’arrondissement quand elles sont assurées seules ou à l’exercice des fonctions conjuguées de maire et de conseiller d’arrondissement, puisque dans les deux cas, le différentiel est neutre quoique en légère défaveur des élus ayant un père en politique. Ces deux catégories d’élus constituent l’essentiel du corpus101. Donc pour ceux-là, le critère « avoir un père en politique » est un critère neutre, ne présentant ni avantages ni inconvénients.

43À l’inverse, pour l’accès aux carrières constituées des mandats de type 3, 6, 8, 9, 10, 13, 14, 15 et 18 « avoir un père en politique » est un critère positif. Ces carrières regroupent 24,22 % des élus du corpus. Pour les autres fonctions, dont les élus représentent 16,57 % du corpus, le critère « avoir un père en politique » n’est pas un critère favorisant.

Tableau 12. Surreprésentation ou sous représentation des fils d’hommes politiques selon le mandat

mandat

différentiel par rapport au corpus

maire

+ 9,88 %

conseiller d’arrondissement

- 4,07 %

conseiller général

+ 4,79 %

parlementaire

- 1,61 %

44Dans l’ensemble, les fils d’hommes politiques sont moins présents que leurs homologues sans parenté en politique dans les fonctions de conseiller d’arrondissement. Le conseil d’arrondissement n’est sans doute pas suffisamment prestigieux. Pour les parlementaires, leur représentation correspond peu ou prou à leur impact dans le corpus. En effet, sur les soixante-dix ans de République, les fils d’hommes politiques sont onze à devenir parlementaires ; or pour représenter fidèlement la part des fils d’hommes politiques dans le corpus global, il aurait fallu qu’ils soient 11,18 ; autant dire que la proportion est juste celle de la part réelle des élus considérés. En dehors de ces fonctions, leur reste donc la vitrine départementale : le conseil général au sein duquel ils accèdent bien au-delà de leur part dans le corpus (+ 4,79 %). Mais surtout, les fils d’hommes déjà inscrits dans le milieu politique parviennent bien plus facilement à se faire élire maire de leur commune de résidence, quand elle n’est pas leur commune d’origine. Dès lors, si ce n’est pas directement (avec l’accès à un siège de conseiller ou de parlementaire), l’influence paternelle permet à l’élu de gravir la première de toutes les marches, celle qui le conduit vers le fauteuil de maire, véritable sésame pour entrer dans une carrière plus vaste. La visibilité locale est le premier marchepied vers les mandats sous la Troisième République ; et c’est donc souvent de manière indirecte que joue l’influence paternelle, en ayant, en quelque sorte, préparé le terrain. Une fois cette première étape franchie, ces fils font plus souvent que les autres des carrières constituées de plusieurs mandats.

45L’analyse des fonctions détenues par les pères et la période chronologique au cours de laquelle ils effectuent leurs carrières permet d’affiner ces résultats.

  • 102 Conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1871 à son décès survenu le 11 janvier 1874.
  • 103 Adrien Lannes de Montebello, ancien chef de cabinet du ministre des Finances Léon Say et candidat m (...)
  • 104 Frédéric de Chaubry de Troncenord a été conseiller d’arrondissement de 1833 à 1836, avant d’intégre (...)
  • 105 Félix Thomas-Derevoge est député de la Marne de 1885 à 1889.
  • 106 Conseiller général de 1852 à 1878.
  • 107 Maire de Vandières de 1870 à 1887 et conseiller général de 1871 à 1887.
  • 108 Henri Goumant occupe le fauteuil de maire de Fismes en 1919, mais c’est dès 1895 qu’il entre au con (...)
  • 109 Louis Roederer est élu député de la Marne le 14 octobre 1877, mais son élection est contestée et fi (...)
  • 110 Louis Poirrier est élu sénateur de la Marne du 7 janvier 1894 au jour de son décès, le 16 septembre (...)
  • 111 Jean-Baptiste Bornot est maire de Vert-la-Gravelle de 1814 à 1840 et conseiller d’arrondissement de (...)
  • 112 Originaire de Selles, où il est né le 9 mai 1853 et où il réside la majeure partie de son temps.
  • 113 Maire de Selles de 1858 à 1865.
  • 114 Il détient ce fauteuil quarante ans durant, de 1889 à 1929.
  • 115 Il représente le canton de Beine au conseil d’arrondissement de Reims de 1886 à 1890.
  • 116 Élu par les électeurs du même canton, il y siège de 1890 à 1828.
  • 117 Il siège au palais Bourbon de 1898 à 1906.
  • 118 Il est présent au palais du Luxembourg de 1906 à 1932.

46Quand les pères siègent avant 1871, le conseil général est une assemblée refuge. Si le père a été parlementaire ou ministre, le fils occupe en règle générale des fonctions d’envergure sous la Troisième République en dehors du cas véritablement exceptionnel de Paul Houzeau, conseiller municipal de Reims et conseiller d’arrondissement. Les autres accèdent pour le moins au conseil général, comme le vicomte Tirlet,102 si ce n’est au Palais Bourbon, comme Adrien Lannes de Montebello.103 Dès lors, la présence préalable en politique d’un père qui se positionne au sein des élites politiques, mais aussi financières et intellectuelles, permet au fils d’acquérir une position politique non négligeable, se faisant ainsi le conservateur de la position sociale et politique acquise par ses prédécesseurs. La prémonition gambettiste ne se révèle donc pas aussi juste que son auteur l’aurait souhaitée. À l’échelon local, quand le père siège au conseil d’arrondissement et au conseil général, le fils entre au conseil général, reprenant et poursuivant ainsi le cursus honorum débuté par son père, en y ajoutant le fauteuil de maire de la commune d’origine que le père n’a pas occupé.104 Félix Thomas-Derevoge, maire de Pontfaverger de 1879 à 1881 et de 1881 à 1888, entre au conseil général en 1871 au nom des électeurs du canton de Beine et complète le tableau d’honneur de la famille quand, en 1885, il se présente aux élections législatives et entre au Palais Bourbon.105 Quand le père a été maire et conseiller général sous le Second Empire, alors le fils conserve dans tous les cas l’acquis politique familial en ayant ces deux mêmes fauteuils, sans passer ni par le conseil d’arrondissement, ni le parlement. Les fils de conseillers généraux siègent pour 83,33 % d’entre eux au sein du conseil général. Ce mandat est le seul pour seulement 16,67 % d’entre eux comme Charles Bourgeois106 tandis qu’il s’accompagne dans 50 % des cas du mandat de maire comme pour Édouard Desrousseaux107 et dans 16,67 % des cas des mandats de maire et de conseiller d’arrondissement à l’image d’Henri Goumant.108 Seul Louis Roederer109 connaît une carrière atypique au regard des autres élus constituant ce groupe puisqu’il siège uniquement au Palais Bourbon, et encore très brièvement à cause de son invalidation puis de son décès prématuré. L’élection du fils ne dépend pas de la longévité de la carrière du père, mais bien de l’exercice des fonctions politiques préalables puisque dans leur majorité, les carrières des pères au sein du conseil général sont brèves : Laurent Goumant siège de 1868 à 1871, Louis Desrousseaux de 1852 à 1857, Paul Chandon de Briailles de 1869 à 1871, Louis Roederer de 1852 à 1861, Jean-Baptiste Arnould de 1848 à 1852, etc. avec pour seul contre-exemple, la carrière de Claude Bourgeois, conseiller général de 1833 à 1852. Les hommes dont le père a été conseiller général avant 1871 et qui intègrent également cette chambre représentent bien souvent des cantons urbains (66,67 %) et 83,33 % de ces élus sont nés dans des communes urbaines. Quand le père a été maire et conseiller d’arrondissement, alors la mairie et le conseil d’arrondissement constituent l’horizon de tous les fils. Seul Louis Poirrier élargit le cursus honorum en devenant sénateur110 et dépasse ainsi la simple conception de la consolidation et de la conservation de l’héritage politique. En effet, les parcours individuels soulignent que les fauteuils de maire et de conseiller d’arrondissement sont très souvent considérés comme des possessions familiales puisque les fauteuils de maire sont les mêmes pour le père et le fils dans 87,5 % des cas, comme à Vert-la-Gravelle.111 La mairie et le conseil d’arrondissement constituent aussi l’horizon de ceux dont le père a seulement détenu un fauteuil municipal avant 1871. Les fils devenus conseillers généraux ne représentent que 3,77 % de l’ensemble, tout comme ceux qui accèdent aux postes parlementaires en plus d’un siège au conseil général. Ceux qui occupent les fonctions de maire et de conseiller général correspondent à 11,32 %, soit autant que ceux qui détiennent les mandats de maire, conseiller d’arrondissement et conseiller général. Les cas de cursus honorum intégraux sont très rares pour les descendants de maires siégeant avant 1871. Déjà rare en soit, 1,24 % du corpus, ces carrières complètes concernent ici 0,21 % des élus des prémices de la Troisième République. Ainsi, Ernest Monfeuillart,112 fils de François113 et d’Adèle Beauvais, occupe successivement les fonctions de maire de Selles,114 de conseiller d’arrondissement du canton de Beine,115 de conseiller général,116 de député de la Marne117 et de sénateur de la Marne.118 En ce sens, la carrière d’Ernest Monfeuillart est tout simplement exceptionnelle et prouve que la conservation de l’héritage politique n’est pas l’objectif de tous les fils d’hommes politiques.

  • 119 77,14 %.
  • 120 Dans 40 % des cas.
  • 121 Cette situation se présente dans seulement 5,71 % des cas.
  • 122 Ils ne constituent que 11,43 % du corpus.
  • 123 Pierre Forgeot et Henri Martin.
  • 124 Étienne Peignot.
  • 125 Alfred Margaine.
  • 126 Jules Bourgeois et Georges Censier.
  • 127 Julien Barbier Lalobe de Felcourt, Léon Buirette et Albert Labbé.
  • 128 Parmi lesquels Paul Vallé ou Edmond Wiet, etc.
  • 129 Parmi lesquels Léon Clément Collard, Paul Auguste Noizet, etc.
  • 130 On peut citer en exemple Pierre Forgeot, Henri Martin et Étienne Peignot.
  • 131 Ils représentent 1,66 % du corpus.

47Quand le père est élu sous la Troisième République, alors le fils siège souvent au conseil d’arrondissement.119 Cet accessit, le seul dans 28,57 % des situations, est fréquemment accompagné du mandat de maire,120 mais rarement de ceux de maire et de conseiller général.121 Demeure, une exception assez notable, celle d’Étienne Peignot, conseiller d’arrondissement et député. Les parlementaires sont assez peu nombreux dans cet ensemble.122 Deux d’entre eux sont maires et parlementaires,123 un est conseiller d’arrondissement et parlementaire124 et un est conseiller général et parlementaire.125 Deux fils ayant un père élu sous la Troisième République, soit 5,71 % de l’ensemble, accèdent directement au conseil général,126 tandis que trois conjuguent ce mandat avec celui de maire.127 Ces hommes détiennent dans 60 % des cas un mandat de maire. Les fils d’élus détiennent a minima, sauf quelques cas exceptionnels,128 les mêmes mandats que leur père et conservent donc l’héritage politique intact. Mais nombreux accroissent cet héritage politique en intégrant le conseil d’arrondissement129 ou le parlement.130 Néanmoins, aucun fils de maire ou de conseiller d’arrondissement élu sous la Troisième République n’intègre le conseil général, signe de la limite qui existe entre la fonction élective non politique, ou presque, de conseiller d’arrondissement et celle de conseiller général. Souvent, l’assise sociale et politique du père ne suffit pas pour que le fils intègre le conseil général si le père n’y a pas siégé. Ainsi, sur les élus dont le père a au moins détenu le mandat de conseiller général, sans être parlementaire,131 75 % siègent au sein du même conseil, dont 62,5 % dans cette seule assemblée ; 12,5 % passent au conseil d’arrondissement avant d’être élu conseiller général et 12,5 % siègent seulement au conseil d’arrondissement. Enfin 25 % deviennent parlementaires. Ainsi, ces 1,66 % du corpus correspondent en fait à 5,41 % des conseillers généraux et à 4,35 % des députés marnais de la Troisième République. Dès lors, la présence en politique, et qui plus est au sein du conseil général, du père est un formidable marchepied pour le fils, afin qu’il intègre cette même chambre départementale, voire brigue un mandat de parlementaire, de manière à accroître l’héritage transmis par le père ; héritage parfois bien difficile à gérer.

La gestion de l’héritage

48Avoir un père en politique facilite très certainement l’élection, mais estce si facile d’assumer cette filiation et cet héritage ?

Un capital facilement assumé ?

  • 132 Alfred Margaine naît à Sainte-Menehould le 18 novembre 1870 de Camille Margaine et de Lucile Simon. (...)
  • 133 Promotion Polytechnique 1895.
  • 134 Alfred Margaine est conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe du 28 juillet 1901 à la fin de (...)
  • 135 Dans ce troisième gouvernement Herriot, Alfred Margaine tutoie Paul Marchandeau, autre parlementair (...)
  • 136 Camille Margaine est maire de Sainte-Menehould de 1867 à 1874 et de 1876 à 1883, conseiller d’arron (...)
  • 137 Bien que Camille Margaine ne soit plus parlementaire, ni même en vie, la sortie de scène politique (...)

49Certains assument totalement cette paternité, notamment lorsqu’ils effectuent de brillantes carrières, en conformité avec les espoirs placés en eux. Ainsi, Alfred Margaine132 est le seul à entrer au parlement sous la Troisième République comme son père, après de brillantes études au Collège de Sainte-Menehould et à l’École des Ponts et Chaussées133 dont il ressort avec un diplôme d’ingénieur. Il met ses compétences au service de l’armée comme commandant du génie, puis en qualité de chef de bataillon. Cette expérience le rapproche de son père, ancien capitaine d’artillerie qui a été formé à Saint-Cyr. Son expérience professionnelle doublée de celle de politicien,134 le conduit au sous-secrétariat d’État à la Guerre dans le quatrième gouvernement Ribot (du 10 au 13 juin 1914) puis au sous-secrétariat d’État aux Travaux Publics (du 3 juin au 14 décembre 1932) dans le troisième gouvernement Herriot, avec pour ministre de tutelle Édouard Daladier.135 Sur le plan national, il est considéré grâce à ses nominations par différents chefs de gouvernement français ; néanmoins, la très grande instabilité ministérielle l’empêche finalement de briguer des postes ministériels sur la longue durée. Son entrée en politique est surtout marquée par la figure emblématique et tutélaire de son défunt père : Camille Margaine.136 En effet, celui-ci joue encore pleinement son rôle137 quand Alfred reprend en 1910 dans une affiche électorale les mots d’une lettre écrite par Léon Bourgeois.

  • 138 A.D. Marne – Aff. El V 701.

« Mon cher Conseiller Général,
(…) J’ai eu l’honneur d’être l’ami de votre père. (…) Il fut le premier parmi ceux qui me déléguèrent pour lui succéder, et son concours énergique contribua à m’ouvrir les portes de cette Assemblée où il avait tenu un si grand rôle et laissé de si nobles exemples.
C’est à son école que vous vous êtes préparé à la vie publique et déjà, par votre expérience des affaires et par l’indépendance de votre caractère vous avez, après lui, marqué votre place dans ce Conseil général dont il fut longtemps le président aimé et respecté. (…)
Ce sera une grande joie pour notre Démocratie champenoise de voir, grâce aux suffrages de l’arrondissement de Sainte-Menehould, le nom de Margaine reparaître parmi ceux des Représentants de la Nation. »138

  • 139 De 1901 à la fin de la période chronologique utilisée dans notre étude.
  • 140 Alfred Margaine est continûment élu député de 1910 à son retrait de la politique à l’été 1940, aprè (...)

50La trace importante laissée au parlement par son père permet à Alfred Margaine de se placer dans son sillon. Pourtant, le père n’est pour rien dans la longévité du fils dans ses mandats de conseiller général139 et de député140 qui relève soit de la qualité intrinsèque de l’homme en politique, soit de l’étiquette politique (quel que soit l’individu qui la représente), soit de l’homme (quels que soient son programme et son activité réelle). Finalement, l’entrée en politique d’Alfred Margaine procède des atavismes, tandis que sa longévité exprime davantage les prédispositions au métier d’homme politique et relève de l’habitude prise par l’électorat.

  • 141 Il est l’époux de Catherine Gaulard et le fondateur de la filature de Suippes Buirette-Gaulard et f (...)
  • 142 Léon Buirette, né en 1872, occupe le fauteuil de maire de 1903 à 1919 et celui de conseiller généra (...)
  • 143 Paul Buirette, né en 1878, est maire de la commune de Suippes de 1919 à 1940, à la suite de son frè (...)
  • 144 A.D. Marne – El VI 1141.
  • 145 A.D. Marne – El VI 1330.
  • 146 Eugène décède à Suippes le 5 décembre 1902.
  • 147 Dans cet ouvrage Léon Bourgeois présente la société comme une association humaine dans laquelle l’i (...)
  • 148 A.D. Marne – El VI 1330 et El VI 1412 : « Si vous me jugez digne de vous représenter à l’Assemblée (...)

51Tous les héritiers ne trouvent pas en leur père la figure tutélaire qu’ils espèrent et certains y adjoignent une caution politique extérieure. Telle est le cas des trois membres de la famille Buirette : Eugène Buirette,141 son fils aîné142 et son fils cadet.143 Les circonstances permettent la brève concomitance des mandats des deux frères puisque la Grande Guerre vient perturber le cours normal de la vie politique du département de la Marne et de celle du canton de Suippes, coupé en deux par la ligne de front pendant près de quatre ans. L’étude de ce cas familial esquisse les prémices de la mise en place d’une véritable dynastie politique qui noyaute des fonctions électives locales pendant quarante années consécutives à l’échelle municipale, pendant dix-huit ans au conseil d’arrondissement et pendant trente ans, dont vingt-neuf consécutifs, au conseil général. L’emprise est finalement limitée par l’élection de deux conseillers d’arrondissement au lieu d’un seul. L’appartenance familiale est un facteur de l’élection comme le montre la campagne menée par Paul Buirette pour l’élection prévue le 3 août 1913 : « Messieurs les Électeurs, M. Jaunet-Orban, ayant malgré nos désirs, décidé de ne plus se représenter, a bien voulu, en se retirant, désigner son successeur : M. Paul Buirette, frère de notre Conseiller général. »144 Deux ans plus tôt, son frère Léon Buirette réclame dans certaines affiches le patronage de son père, mais insiste aussi sur son programme politique et se place sous les auspices d’une figure tutélaire d’importance du département : Léon Bourgeois.145 Il faut dire qu’Eugène est décédé depuis près de neuf ans.146 Dès lors, c’est auprès de l’illustre Léon Bourgeois que Léon Buirette court chercher une légitimité en développant dans sa rhétorique de campagne une forte analogie avec le discours de Léon Bourgeois développé dans Solidarité paru en 1896147 et dont la dialectique est pratiquement reprise mot pour mot. Deux ans plus tard, Paul Buirette fait également appel à la tutelle de Léon Bourgeois.148 Donc, pour assumer pleinement l’héritage paternel, les deux frères adjoignent à la figure paternelle une figure tutélaire extérieure, montrant que l’héritage n’est pas facilement assumé seul. Certains vivent même leur investissement en politique comme un devoir familial et non comme un plaisir ou un épanouissement personnels.

Un poids à endosser ?

  • 149 Les élections cantonales organisées pour l’élection d’un conseiller d’arrondissement ont lieu les d (...)
  • 150 En 1905, Ernest Vallé est, en effet, conseiller général pour le canton d’Avize depuis près de vingt (...)

52Il est assez rare que les héritiers s’épanchent sur leurs états d’âme. Quelques indices permettent de penser que l’activité politique est parfois vécue comme une obligation familiale dont il a été difficile de se soustraire. Paul Vallé est semble-t-il dans cette situation. À l’époque où il est élu,149 son père assume des fonctions politiques locales et nationales importantes depuis longtemps.150 Cette paternité glorieuse est un facteur explicatif de la promotion précoce, malgré les attaques de la presse, de ce jeune homme de vingt-huit ans. La filiation explique l’élection mais cette candidature était-elle la volonté personnelle de Paul ou le reflet de la volonté d’Ernest ? Comme pour d’autres, Paul Vallé utilise les affiches électorales pour évoquer la filiation, sauf que, contrairement à la pratique usuelle, le père est encore en exercice et possède une véritable influence sur la politique locale. Comme pour les frères Buirette, Paul Vallé cherche des cautions politiques extérieures, bien que celles-ci intègrent pleinement le réseau paternel.

  • 151 A.D. Marne – Aff. El VI 855.

« Chers concitoyens,
Lors de sa récente réunion, l’Association Républicaine du Canton de Dormans m’a désigné (…) candidat (…).
Cet honneur que je n’avais pas sollicité m’a été offert si spontanément et si amicalement par l’Union des républicains du Canton, que je ne pouvais ni ne devais le refuser.
Cette désignation s’ajoutant au nom que je porte vous révèle de suite mes opinions.
Je suis pour une politique nettement démocratique pratiquée par des chefs du parti Républicain tels que Messieurs Léon Bourgeois, Waldeck-Rousseau et Combes. (…) »151

  • 152 Il se présente dans le canton de Dormans et son père est conseiller général du canton d’Avize.
  • 153 Edmond Lourdeaux détient ce siège depuis 1895.
  • 154 Cette démission est à replacer dans le contexte de la crise provoquée par la question de la délimit (...)
  • 155 A.D. Marne – Aff. El VI 855.
  • 156 Ibid.
  • 157 Cette dernière intervient le 23 janvier 1920.

53Paul Vallé ne s’appesantit pas sur la filiation, elle est connue de tous et Ernest Vallé est une vraie figure politique départementale. L’aura du père permet à Paul d’être élu au conseil d’arrondissement. Celle-ci aurait sans doute pu lui permettre de briguer un siège au conseil général, d’autant qu’il se présente dans un autre canton.152 Cette situation a des causes multiples. D’une part, Ernest Vallé a les moyens, en qualité de président du conseil général soutenu par une large majorité, de contrôler le conseil général et ses décisions. Aussi, entend-il placer un pion important au sein du conseil d’arrondissement. Qui mieux que son fils aurait pu être ce pion ? D’autre part, la configuration électorale et politique du canton de Dormans confirme ce choix. Quand Paul Vallé est élu conseiller d’arrondissement, le siège de conseiller général est détenu depuis longtemps par Edmond Lourdeaux.153 Le 28 juillet 1907, les électeurs du canton sont appelés à élire leur conseiller général. Paul ne se présente pas puisque le conseiller sortant, membre de la même mouvance politique, est de nouveau sur les rangs. Edmond Lourdeaux est d’ailleurs facilement réélu. La situation change en décembre 1910 suite à la démission du conseiller général154 et l’organisation de nouvelles élections. Paul Vallé ne se porte pas candidat et le comité cantonal ne l’y pousse pas. Or la pratique usuelle est d’offrir le fauteuil de conseiller général au conseiller d’arrondissement en fonction quand des élections partielles sont organisées ou quand le titulaire ne se présente pas à sa propre succession. Cette absence de candidature est probablement révélatrice de la politique menée par Ernest Vallé par l’intermédiaire de son fils. En effet, en 1905, la candidature du jeune Paul Vallé semble être l’expression de la volonté d’Ernest, même si Paul préfère insister lors de sa campagne électorale sur l’Association Républicaine du canton, sur le conseiller général en place et sur quelques grandes figures du radicalisme marnais et national. Le choix « si spontanément »155 opéré par l’Association Républicaine du canton, sans que Paul Vallé ne l’ait « sollicité, »156 laisse dubitatif. Qu’il ne l’ait pas demandé de son propre chef, peut-être, mais de là à ce que le choix soit spontané, il y a un pas. Les historiens du politique et les lexicologues savent bien que les hommes politiques cherchent à convaincre leurs électeurs sur les points d’achoppement et jamais sur ce qui est communément admis. Dès lors, faire imprimer ces propos pousse à mettre en doute leur véracité. Il est fort probable qu’Ernest se soit chargé de suggérer le nom de son fils au comité cantonal. Ensuite, Paul avoue dans cette affiche qu’il ne pouvait refuser la candidature – sans doute imposée par son père. Enfin, l’indice le plus troublant de l’implication quasi-totale de la figure paternelle dans la carrière politique du fils est la très étonnante démission de Paul Vallé au cours du premier semestre 1920. Paul Vallé a été réélu en décembre 1919, dans le cadre du renouvellement complet du conseil d’arrondissement. Cette démission ne peut être comprise qu’à la lumière du décès de son père.157 Ernest Vallé n’étant plus, Paul ne semble pas trouver de raison suffisante pour pouvoir poursuivre ni sa carrière politique, ni même son mandat, après quinze ans d’exercice ; alors qu’il conserve sa mission de délégué cantonal. L’entrée en politique de Paul Vallé est rendue possible grâce à la présence préalable du père en politique, et semble se faire uniquement selon la volonté de ce dernier. Les réélections successives procèdent des qualités personnelles du candidat et/ou de l’habitude de l’électorat. La sortie de scène renseigne explicitement sur le poids à endosser que revêt l’héritage politique. La carrière de Paul Vallé est presque imposée par Ernest à son fils qui assume très difficilement cette paternité glorieuse. Le cas n’est pas unique, il est le plus explicite et le plus évident.

Un legs à faire fructifier

  • 158 Parmi lesquels Paul Vallé ou Edmond Wiet, etc.

54Les fils d’hommes politiques détiennent a minima, sauf quelques cas exceptionnels,158 les mêmes mandats que leur père et conservent donc l’héritage politique intact. Plusieurs accroissent cet héritage politique en intégrant le conseil d’arrondissement ou le parlement. Néanmoins, aucun fils de maire ou de conseiller d’arrondissement élu sous la Troisième République n’intègre le conseil général, signe de la limite qui existe entre la fonction élective non politique, ou presque, de conseiller d’arrondissement et celle de conseiller général. L’assise sociale et politique du père ne suffit pas pour intégrer le conseil général si ce dernier n’y a pas siégé. Mais dans quelle proportion la présence du père facilite-t-elle l’élection ?

  • 159 Conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1871 à son décès en date du 11 janvier 1874, il (...)
  • 160 Dans l’ensemble du corpus, dix-sept élus effectuent ce type de parcours (soit seulement 3,52 % des (...)
  • 161 8 % des parlementaires ont un père mandaté sous la Troisième République.

55Les membres du corpus dont le père siège dans une assemblée locale ou nationale au cours du même régime politique ont tous des carrières traditionnelles, c’est-à-dire qu’ils n’effectuent pas un mandat sous un régime précédent, comme a pu le faire par exemple Louis Tirlet.159 La présence en politique d’un père favorise les carrières qui ne sont pas linéaires, ou qui ne correspondent pas à l’idée du cursus honorum. En effet, si le parcours idéal était de franchir successivement ou concomitamment, en fonction des mandats, les échelons des mandats en partant de celui de maire pour aboutir à celui de parlementaire en passant par ceux de conseillers d’arrondissement et général, force est de constater que l’influence paternelle des pères élus sous la Troisième République est nulle.160 A contrario, les élus qui brûlent des étapes et cumulent une fonction locale avec un fauteuil de parlementaire sont fréquemment descendants directs d’un élu de la Troisième République. Dès lors, il semble que l’influence paternelle joue pleinement son rôle d’ascenseur politique. Avoir un père en politique permet d’asseoir une influence au sein de la plus petite chambre départementale, souvent en association avec les assemblées municipales, mais favorise également l’accès au Palais Bourbon et/ou au Palais du Luxembourg.161 Dans ces cas, l’héritage politique est donc accru par le fils.

56Cette conclusion s’explique sans doute par le manque de temps puisque les carrières linéaires sont souvent longues et il faudrait que le père ait exercé des fonctions au début du régime politique étudié pour laisser du temps au fils de s’inscrire durablement en politique. Les soixante-dix ans de République seraient donc une unité de temps trop courte pour pouvoir observer ce type de carrières, mais pour le confirmer encore faut-il s’intéresser aux élus dont les pères ont détenu des mandats avant la Troisième République.

  • 162 15,11 % du corpus représente en réalité 15,38 % des parlementaires qui n’exercent que cette fonctio (...)

57Lorsque le père s’inscrit en politique avant 1871, le fils acquiert des chances supplémentaires d’obtenir à son tour un mandat. Les atavismes se révèlent importants et prouvent les pesanteurs dès lors que des fonctions politiques sont en jeu. Là encore, la présence en politique avant 1871 d’un père permet l’accomplissement des carrières les plus atypiques et les moins linéaires. Outre l’accès au conseil général (direct, seul ou associé à l’exercice d’autres fonctions) ou à la mairie (bien au-dessus de la proportion des maires présents dans le corpus avec 15,15 % de chances supplémentaires d’être élu), la présence paternelle en politique confère le droit d’accéder à la première étape du cursus honorum, qui si elle n’est pas nécessaire, accentue la visibilité locale de l’individu et lui donne un surcroît de chance d’accéder aux fonctions électives locales sous la Troisième République. L’accès à plusieurs fonctions politiques est privilégié car les carrières comprenant plusieurs types de mandats sont plus importantes pour ces élus que leur poids réel dans le corpus. Les élus ayant un père en politique avant 1871 accèdent beaucoup plus que les autres élus à ces carrières comptabilisant au moins trois fonctions électives (+39,31 %). La présence préalable du père en politique ne permet pas toujours au fils de s’assurer un accès aux chambres nationales. L’accès direct au parlement est quelque peu facilité,162 mais sur l’ensemble des parlementaires seuls 14 % ont un père en politique avant la Troisième République. Cette présence préalable n’est donc pas un critère explicatif de l’élection des parlementaires. Donc, s’il y a accroissement de l’héritage politique du père, celui-ci demeure largement à l’échelle locale pour les fils d’hommes politiques en fonction avant le début de la Troisième République.

  • 163 Vigneron à Hautvillers, maire d’Hautvillers de 1934 à 1940 et député de 1936 à 1940, fils d’Alphons (...)

58Cet héritage n’est pas seulement paternel et plusieurs membres du corpus font appel au passé politique de leurs aïeux ou à des membres de leur belle-famille, tel Henri Martin.163

Notes

1 Léon Mirman, La Route nationale, Fayard et Compagnie, Paris, 1934, 21e édition.

2 Cette remarque n’est pas valable pour les parlemenatires dont l’aura dépasse largement le cadre du département d’élection.

3 Ingénieur et entrepreneur en maçonnerie, né à Reims en février 1892.

4 Étienne Peignot est le fils d’Émile Peignot, maire de Marcilly-sur-Seine de 1881 à 1896, conseiller d’arrondissement du canton d’Anglure du 5 août 1889 au 28 juillet 1895 et conseiller général pour le même canton du 5 août 1895 au 6 juillet 1896, date de son décès.

5 A.D. Marne – Aff. El V 472.

6 Alfred Margaine et Paul Vallé.

7 Bernard Ménager, « La succession des mandats : une affaire de famille ? », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, pp. 197-210.

8 Jules Simon est député et sénateur. Néanmoins, il est député de la Marne du 8 février 1871 au 16 décembre 1875 avant d’être élu par ses pairs, sénateur inamovible en 1876. Il n’est donc pas considéré comme sénateur de la Marne.

9 Léon Bourgeois (député de 1888 à 1905 et sénateur de 1905 à 1925), Jean-Simon Dauphinot (député de 1871 à 1876 et sénateur de 1876 à 1888), Victor Diancourt (député de 1879 à 1881 et sénateur de 1886 à 1906), Ernest Haudos (député de 1910 à 1925 et sénateur de 1925 à 1933), Jean Jacquy (député de 1925 à 1928 et sénateur de 1932 à la fin de la période étudiée), Désiré Leblond (député de 1871 à 1879 et sénateur de 1879 à 1886), Camille Margaine (député de 1871 à 1888 et sénateur de 1888 à 1893), Ernest Monfeuillart (député de 1898 à 1906 et sénateur de 1906 à 1932) et Ernest Vallé (député de 1889 à 1898 et sénateur de 1898 à 1920).

10 Les trois enfants issus de son mariage avec Thérèse Herlem sont Victoire (1882- ?), Marguerite (1884-1885) et Paule (1887- ?).

11 Eugène Wiet est conseiller municipal de Reims de 1882 à 1890, en parallèle de son mandat de conseiller d’arrondissement de 1889 à 1891, avant d’être élu conseiller général de 1891 à 1897, année où il décède à Reims, le 16 décembre.

12 Auguste Noizet est maire de Grateuil, sa commune natale, de 1892 à 1902.

13 Né à Grateuil en 1873, Paul Noizet en est le maire de 1906 à 1928 et de 1935 à 1940.

14 Paul Guérault est maire de Fère-Champenoise de 1912 à 1940 avant d’être conseiller d’arrondissement du canton éponyme de 1919 à 1934 puis conseiller général. Il est le fils d’Henri Guérault, maire de Fère-Champenoise de 1906 à 1912. Albert Labbé est maire de Montmirail de 1893 à 1900 et conseiller général du canton éponyme de 1895 à 1901. Il est le fils d’Auguste Labbé, maire de Montmirail de 1887 à 1888.

15 Pierre Daru (1767-1829).

16 Albert de Mun (1841-1914) est député du Morbihan de 1876 à 1893 puis du Finistère de 1894 à 1919 ; Louis Tirlet est député de la Marne de 1827 à 1837. Napoléon Lannes de Montebello (1801-1874) est député de la Marne de 1849 à 1851 puis sénateur de 1864 à 1870.

17 Napoléon Lannes de Montebello (1801-1874) a occupé les fonctions de ministre des Affaires Étrangères du 31 mars au 12 mai 1839 et de ministre de la Marine et des Colonies du 9 mai 1847 au 23 février 1848.

18 Joseph Durant de Mareuil (1769-1855), consul à Brême (1799), ministre plénipotentiaire à Stuttgart (1809-1810), puis à Naples (1813) avant d’exercer les fonctions d’ambassadeur à La Haye (1821-1823 puis 1831).

19 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 20.

20 Dans 83,33 % des cas, le père a été soit député (Louis Tirlet), soit conseiller général (Joseph Durant de Mareuil), soit conseiller d’arrondissement (Napoléon Lannes de Montebello) dans la Marne.

21 Joseph Durant de Mareuil (1769-1855) acquiert ainsi le château de Mareuil-en-Brie le 30 juillet 1802. La propriété du château de Mareuil-en-Brie se compose du parc du château (40 hectares), de deux moulins, d’une maison d’habitation, d’un étang, de quatre fermes (258,5 hectares), de terres labourables et prés (47,39 hectares), de bois (244 hectares). Alexandre Niess, « Le château de Mareuil-en-Brie et la famille Durant (1802-1832) » in Du Pays Sézannais, n7, juin 2006, pp. 13-21.

22 Petite commune rurale de 444 habitants lors du dénombrement de 1882.

23 Voir infra.

24 Il conserve ce siège dix-neuf ans durant.

25 Né le 13 mars 1860 à Châlons-sur-Vesle, maire de Châlons-sur-Vesle de 1910 à la fin de la période concernée par cette étude et conseiller d’arrondissement du canton de Fismes à compter de 1908.

26 Il a occupé les fonctions de maire de 1897 à 1910 et celles de conseiller d’arrondissement de 1889 à 1895.

27 Le père est maire de la commune de Maisons-en-Champagne de 1831 à 1870, le fils de 1870 à 1919.

28 Étienne, père de Théobald, est maire avant lui de 1807 à 1831 ; la commune est donc dirigée par un membre de la famille sans discontinuité de 1807 à 1919, par le biais d’une dynastie politique locale.

29 Le père prend ses fonctions de conseiller général dès 1865.

30 Notaire à Sompuis et ancien conseiller d’arrondissement au nom du même canton depuis 1870.

31 Il décède le 5 janvier 1885, dans son château de Maisons-en-Champagne.

32 A.D. Marne – El VI 224.

33 A.D. Marne – El VI 225.

34 A.D. Marne – El VI 224.

35 En gras dans le texte. Il s’agit de Léandre Prévost, cultivateur à Sommesous et maire de cette commune depuis 1876. Il le reste jusqu’au 28 octobre 1900, date de son décès.

36 En majuscule dans le texte.

37 A.D. Marne – El VI 227.

38 Le candidat est en parenté avec les Haudos de Possesse, parmi lesquels il faut compter Justin, conseiller général de la Marne de 1845 à 1864 et député de la Marne de 1856 à 1864. Il ne faut pas oublier que le candidat incriminé est aussi le petit-cousin de Gabriel Barbier de Felcourt, maire d’Orconte de 1848 à 1886 et conseiller général pour le canton de Thiéblemont de 1871 à 1880 et que ses cousins portent les noms illustres de Lefevre de Norrois, de Thionville, des Réaulx, etc.

39 Ses opposants lui reprochent le fait d’être commandeur de l’Ordre de Saint-Grégoire.

40 Né à Saint-Étienne-au-Temple, près de Châlons-sur-Marne, le 17 novembre 1823, Louis Joppé s’installe, en effet, dans le canton comme notaire en 1853. Il se marie avec Adelina Chevreux (en 1857) et devient alors propriétaire terrien à Somsois, à compter de 1866.

41 Louis Joppé a cédé son étude en 1866 et est depuis lors exclusivement propriétaire terrien.

42 On trouve présence dans sa maison d’Elvina Détin, née à Brandonvillers en 1857. AD. Marne – 122 M.

43 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872 et Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e édition, 1832-1835, tome 2, p. 878.

44 Trésor de la Langue Française informatisé, www.atilf.atilf.fr.

45 Ibid.

46 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1872.

47 Julien Barbier Lalobe de Felcourt soutient, le 17 juin 1863, une thèse de doctorat de droit sur Des exceptions de l’irrévocabilité des donations entre vifs.

48 A.D. Marne – El VI 226.

49 Avoué puis associé dans une maison de négoce de vins de champagne, il s’inscrit dans les rangs de l’Union républicaine, groupe d’anciens républicains radicaux qui se sont rapprochés du centre et dont le chef de file est Léon Gambetta. Il est d’ailleurs sous-secrétaire d’État à la Guerre (1881-1882) dans le gouvernement Gambetta.

50 Pharmacien et maire de Châlons-sur-Marne, il vote « pour l’invalidation de l’élection de Blanqui ». Adolphe Robert, Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton, tome 2, p. 611.

51 Ancien receveur de l’Enregistrement qui vote « pour les ministères Gambetta et Ferry et contre la séparation des Églises et de l’État. » Ibid., tome 3, p. 299.

52 Ancien capitaine d’infanterie et questeur de la Chambre des Députés à partir de 1876, il siège au sein de la gauche républicaine mais se rapproche progressivement des gambettistes.

53 Notaire puis avocat à Reims, vice-président du comité républicain de Reims, élu sur un programme opportuniste, il s’oppose donc au radicalisme et s’inscrit à la suite de Jules Grévy, Léon Gambetta, etc.

54 Notaire à Pontfaverger.

55 A.D. Marne – El VI 227.

56 Il est, en effet, le petit-fils de Jean Joppé, maire de Saint-Étienne-au-Temple, nommé à l’aune de la Restauration.

57 Pierre Forgeot est le fils de Gustave qui a été maire d’Anglure de 1898 à 1919 et de 1925 à 1927, conseiller d’arrondissement du canton éponyme de 1895 à 1899 et conseiller général de 1899 à 1927.

58 Étienne Peignot est le fils d’Eugène Peignot qui a été maire de Marcilly-sur-Seine de 1881 à 1896, conseiller d’arrondissement du canton d’Anglure de 1889 à 1895 et conseiller général de 1895 à 1896.

59 Le premier de 1914 à 1924 et de 1928 à 1936, le second de 1899 à 1902.

60 Le premier a soutenu une thèse de doctorat de droit à Paris en 1911 sur Les Lapins de garenne devant la loi et la jurisprudence et exerce avant son élection comme avocat, le second est substitut du procureur de la République.

61 Le premier est élu député à 26 ans, le second à 28.

62 Le mandat est détenu par Charles Bourgeois jusqu’à son décès survenu le 22 janvier 1878.

63 Daniel Halévy, La Fin des notables, tome 2, La République des Ducs, Paris, Grasset, 1937, 415 pages.

64 Bertrand de Mun épouse, en 1897, Céline Werlé (1877-1945), petite-fille d’Édouard Werlé (maire de Reims de 1852 à 1868, conseiller général de la Marne de 1852 à 1871, député de la Marne de 1862 à 1870). Dans le même temps, cette jeune femme s’inscrit dans un réseau familial beaucoup plus large dans lequel s’inscrit les familles Barbier Lalobe de Felcourt, Boisseau, Daru, Kirgener de Planta, Lannes de Montebello, Magne, Roederer, etc.

65 Bertrand de Mun est directeur d’une très grande enseigne du négoce de vins de Champagne. Après avoir fondé la maison de négoce de Mun, il prend la présidence de la célèbre marque Veuve Clicquot-Ponsardin.

66 Bertrand de Mun est ainsi président du Syndicat des Grandes Marques de vins de Champagne de 1909 à 1914 ou encore président de l’Association viticole champenoise (AVC) dès 1913.

67 Frédéric Bornot et René du Boys de Riocour sont maires des communes de Vert-la-Gravelle et Vitry-la-Ville dès 1840.

68 Natif de Loivre (20 mai 1838), il est le fils de Jean-Baptiste Delabruyère, maire de cette commune de 1848 à 1865.

69 Né à Dommartin-la-Planchette le 4 avril 1831 de Jean Michel, maire de ladite commune de 1840 à 1861, et de Marie-Claude Petit.

70 Léon Bourgeois, Solidarité, op. cit., p. 45.

71 Décédé le 29 avril 1891.

72 Henri Henrot est conseiller municipal depuis 1870, puis adjoint au maire de 1871 à 1884 et maire de Reims depuis cette date. Docteur en médecine, comme Edmond Wiet, ce dernier en devient l’adjoint en 1895, après avoir quitté son fauteuil au conseil d’arrondissement.

73 Ce scrutin a lieu après la démission d’Irénée Lelièvre.

74 À la suite de la loi du 29 février 1889 qui porte le nombre de cantons rémois de trois à quatre, des élections cantonales pour désigner des conseillers généraux et des conseillers d’arrondissement sont organisées.

75 Les conseillers général et d’arrondissement de la 2e série (à laquelle appartient le troisième canton de Reims) doivent être renouvelés.

76 Suite au décès de Charles Lagrive, intervenu le 29 avril 1891, les électeurs du troisième canton de Reims doivent se choisir un nouveau conseiller général.

77 Après la victoire d’Eugène Wiet lors du scrutin d’avril 1891, les électeurs doivent pourvoir le fauteuil de conseiller d’arrondissement.

78 « Comité républicain du 3e canton de Reims »

79 « (…) République progressiste »

80 A.D. Marne, Aff. El. V 337.

81 Charles Arnould est conseiller général du quatrième canton de Reims de 1894 à 1900 et occupe les fonctions de maire de Reims de 1900 à son décès intervenu le 30 mars 1904. Son père, Jean-Baptiste Arnould, était conseiller général de la Marne de 1848 à 1852 et est décédé le 23 février 1853 à Châlons-sur-Marne. Charles Arnould (né en 1847) n’a donc pas réellement connu son père aux affaires, cela ne l’empêche cependant pas d’évoquer le passé familial glorieux.

82 A.D. Marne – El VI 494.

83 A.D. Marne – El VI 495.

84 De 1886 à 1892 et de 1893 à 1898.

85 Il a occupé ce même fauteuil de 1852 au 22 janvier 1878, date de son décès.

86 A.D. Marne – El VI 228.

87 Il est maire de Saint-Martin-sur-le-Pré (1919-1940) où il est né le 21 juin 1870.

88 A.D. Marne – El VI 1481.

89 Conseiller d’arrondissement de 1889 à 1901 pour le même canton.

90 Bellone Rigollet est ainsi président de la Ligue agricole de la Marne.

91 Né à Outines le 24 octobre 1804, Jean-Baptiste Corbet est maire de sa commune natale de 1846 au 1er mars 1873, tandis qu’il est conseiller d’arrondissement à compter de 1863.

92 Il est né le 29 septembre 1843.

93 Il est né le 19 janvier 1814 à Moiremont, commune dont il est maire de 1852 à 1878. Il a également été conseiller d’arrondissement de 1852 à 1871.

94 A. D. Marne – El VI 1328.

95 Georges Aubert devient conseiller d’arrondissement.

96 AD. Marne – 8-9 M 73 (1889).

97 La mairie de Courmelois est détenue sans discontinuité par la famille de Barthélémy de 1854 à 1888, la commune d’Aubilly est détenue par le père et le fils Leleu d’Aubilly de 1823 à 1859, puis de 1865 à 1906, Maisons-en-Champagne est aux mains de la famille Barbier Lalobe de Felcourt de 1807 à 1919.

98 Six ans séparent la sortie d’Antoine Leleu d’Aubilly de l’entrée de Georges. Dix-huit ans séparent la fin du mandat d’Hyacinthe de Barthélémy de l’élection d’Édouard. Julien Barbier Lalobe de Felcourt est élu conseiller général neuf ans après son père.

99 Les fils sont trop jeunes pour briguer les postes paternels : Georges Leleu d’Aubilly n’a que vingt ans en 1859, Édouard de Barthélémy a seulement vingt-deux ans en 1852 et seul Julien Barbier Lalobe de Felcourt âgé de trente-six ans aurait pu se présenter à la succession paternelle, mais le contexte politique national n’était pas favorable en 1877.

100 Codes utilisés dans le tableau : M : maire, CA : conseiller d’arrondissement, CG : conseiller général, P : parlementaire, avt. III° : ayant siégé avant la Troisième République.
Colonne A : pourcentage d’élus qui parmi ceux qui exercent la carrière présentée ont un père en politique avant eux.
Colonne B : différentiel exprimé selon l’écart à la moyenne. Le différentiel est considéré comme positif (+) dès lors que celui-ci est supérieur d’au moins 5 % à la moyenne, est considéré comme négatif (-) dès lors que le pourcentage indiqué est inférieur à la moyenne d’au moins 5 %, est neutre (=) quand l’écart entre celui-ci et la moyenne est inférieur à 5 %.

101 Ils représentent 59,21 % des élus et 57,40 % de ceux dont le père a des fonctions politiques.

102 Conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1871 à son décès survenu le 11 janvier 1874.

103 Adrien Lannes de Montebello, ancien chef de cabinet du ministre des Finances Léon Say et candidat malheureux aux élections législatives dans le Gers et en Seine-et-Oise, est finalement élu dans la Marne où il possède un château et des vignes, à Mareuil-sur-Aÿ, en 1893. Il conserve son fauteuil de député de 1893 à 1906, le perd en 1906, le récupère en 1910, avant de le perdre définitivement en 1914.

104 Frédéric de Chaubry de Troncenord a été conseiller d’arrondissement de 1833 à 1836, avant d’intégrer le conseil général de 1840 à 1867. Camille Thomas-Derevoge a été conseiller d’arrondissement de Reims de 1858 à 1861 et conseiller général de la Marne de 1861 à 1870.

105 Félix Thomas-Derevoge est député de la Marne de 1885 à 1889.

106 Conseiller général de 1852 à 1878.

107 Maire de Vandières de 1870 à 1887 et conseiller général de 1871 à 1887.

108 Henri Goumant occupe le fauteuil de maire de Fismes en 1919, mais c’est dès 1895 qu’il entre au conseil d’arrondissement pour le canton de Fismes. Quatre ans plus tard, il fait son entrée au conseil général ; conseil qu’il voit fonctionner de l’intérieur pendant vingt ans.

109 Louis Roederer est élu député de la Marne le 14 octobre 1877, mais son élection est contestée et finalement annulée. Le 7 juillet 1878, les électeurs envoient Alfred Thomas siéger au Palais Bourbon en lieu et place de Louis Roederer. Celui-ci n’aura pas l’occasion de se représenter devant les électeurs de la deuxième circonscription de la Marne puisqu’il décède à Reims le 27 juillet 1880. Son père, Louis Roederer, a occupé un siège au conseil général de 1852 à 1861.

110 Louis Poirrier est élu sénateur de la Marne du 7 janvier 1894 au jour de son décès, le 16 septembre 1898. Avant cela, Louis Poirrier a occupé le fauteuil de maire d’Esternay de 1865 à 1898, a siégé au conseil d’arrondissement de 1863 à 1877, avant d’entrer au conseil général en 1877 pour les vingt-et-un ans suivants.

111 Jean-Baptiste Bornot est maire de Vert-la-Gravelle de 1814 à 1840 et conseiller d’arrondissement de 1833 à 1848, son fils Frédéric est maire de Vert-la-Gravelle de 1840 à 1848 et de 1852 à 1865 et conseiller d’arrondissement de 1848 à 1877.

112 Originaire de Selles, où il est né le 9 mai 1853 et où il réside la majeure partie de son temps.

113 Maire de Selles de 1858 à 1865.

114 Il détient ce fauteuil quarante ans durant, de 1889 à 1929.

115 Il représente le canton de Beine au conseil d’arrondissement de Reims de 1886 à 1890.

116 Élu par les électeurs du même canton, il y siège de 1890 à 1828.

117 Il siège au palais Bourbon de 1898 à 1906.

118 Il est présent au palais du Luxembourg de 1906 à 1932.

119 77,14 %.

120 Dans 40 % des cas.

121 Cette situation se présente dans seulement 5,71 % des cas.

122 Ils ne constituent que 11,43 % du corpus.

123 Pierre Forgeot et Henri Martin.

124 Étienne Peignot.

125 Alfred Margaine.

126 Jules Bourgeois et Georges Censier.

127 Julien Barbier Lalobe de Felcourt, Léon Buirette et Albert Labbé.

128 Parmi lesquels Paul Vallé ou Edmond Wiet, etc.

129 Parmi lesquels Léon Clément Collard, Paul Auguste Noizet, etc.

130 On peut citer en exemple Pierre Forgeot, Henri Martin et Étienne Peignot.

131 Ils représentent 1,66 % du corpus.

132 Alfred Margaine naît à Sainte-Menehould le 18 novembre 1870 de Camille Margaine et de Lucile Simon. Il est le troisième enfant et le deuxième fils de ce couple.

133 Promotion Polytechnique 1895.

134 Alfred Margaine est conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe du 28 juillet 1901 à la fin de la Troisième République et député de la Marne à compter de 1910.

135 Dans ce troisième gouvernement Herriot, Alfred Margaine tutoie Paul Marchandeau, autre parlementaire radical-socialiste de la Marne, alors sous-secrétaire d’État à la Présidence du Conseil.

136 Camille Margaine est maire de Sainte-Menehould de 1867 à 1874 et de 1876 à 1883, conseiller d’arrondissement du canton de Sainte-Menehould de 1866 à 1867, conseiller général du canton de Sainte-Menehould de 1867 à 1893, député de la Marne de 1871 à 1888 (questeur de la Chambre de 1876 à 1887) et sénateur de la Marne de 1888 à 1893.

137 Bien que Camille Margaine ne soit plus parlementaire, ni même en vie, la sortie de scène politique coïncidant avec le jour de son décès (13 octobre 1893). Ainsi, le passé politique du père est évoqué dix-sept ans après sa mort pour permettre, si ce n’est assurer, au fils une entrée au palais Bourbon.

138 A.D. Marne – Aff. El V 701.

139 De 1901 à la fin de la période chronologique utilisée dans notre étude.

140 Alfred Margaine est continûment élu député de 1910 à son retrait de la politique à l’été 1940, après son vote, parmi les quatre-vingts parlementaires, contre l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940, au Grand Casino de Vichy. Voir Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Seuil, « Univers Historique », 2001, p. 122.

141 Il est l’époux de Catherine Gaulard et le fondateur de la filature de Suippes Buirette-Gaulard et fils. Par ailleurs, il est maire de Suippes de 1900 à 1902, conseiller d’arrondissement du canton de Suippes de 1880 à 1892 et conseiller général de 1892 à 1893.

142 Léon Buirette, né en 1872, occupe le fauteuil de maire de 1903 à 1919 et celui de conseiller général pour le même canton de 1911 à 1919.

143 Paul Buirette, né en 1878, est maire de la commune de Suippes de 1919 à 1940, à la suite de son frère aîné, est conseiller d’arrondissement entre 1913 et 1919, alors que son aîné est conseiller général, et est conseiller général de 1919 à 1940, à la suite de son frère

144 A.D. Marne – El VI 1141.

145 A.D. Marne – El VI 1330.

146 Eugène décède à Suippes le 5 décembre 1902.

147 Dans cet ouvrage Léon Bourgeois présente la société comme une association humaine dans laquelle l’individu s’épanouit. Cette association doit permettre de faire « le compte des charges et des avantages, des apports et des prélèvements, des doits et des avoirs » (Léon Bourgeois, Solidarité, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, « Sociologie », 1998 (Paris, Armand Colin, 1912), p. 37) afin de déterminer justement les droits et les devoirs de chacun des individus constituant cette association humaine considérée comme une loi sociale naturelle. Léon Bourgeois va même plus loin, puisque l’homme étant le produit de ses ancêtres, eux-mêmes associés et solidaires par nature, il considère alors que « l’obéissance au devoir social n’est que l’acceptation d’une charge en échange d’un profit. C’est la reconnaissance d’une dette. » (Idem., p. 39) L’homme a donc naturellement une dette envers la société puisqu’il « naît débiteur de l’association humaine » (Idem., p. 43) et en intégrant l’association humaine il y prend sa part de l’héritage accumulé par les ancêtres et « chaque génération qui passe ne peut vraiment se considérer que comme étant l’usufruitière [du legs de tout le passé à tout l’avenir], elle n’en est investie qu’à charge de le conserver et de le restituer fidèlement. Et l’examen le plus attentif de la nature de l’héritage conduit à dire en outre : à charge de l’accroître. » (Idem., p. 45) Un quasi-contrat est alors tacitement passé entre celui qui intègre l’association humaine et l’association humaine elle-même, quasi-contrat contracté au jour de la naissance et dont les termes courent jusqu’à la mort de l’individu.

148 A.D. Marne – El VI 1330 et El VI 1412 : « Si vous me jugez digne de vous représenter à l’Assemblée d’arrondissement, je m’emploierai de mon vieux pour y discuter vos intérêts et, lorsque l’occasion s’en présentera, défendre l’idée républicaine telle que le conçoit M. Léon Bourgeois. »

149 Les élections cantonales organisées pour l’élection d’un conseiller d’arrondissement ont lieu les dimanches 9 et 16 juillet 1905, à la suite du décès de Paul Leclère.

150 En 1905, Ernest Vallé est, en effet, conseiller général pour le canton d’Avize depuis près de vingt ans (1887), est président de ce même conseil général de la Marne (depuis 1898), a été député du 22 septembre 1889 au 6 décembre 1898, date à laquelle il démissionne pour siéger au Sénat. Outre ces mandats, Ernest Vallé est également une grande figure de la politique française de la Troisième République et du radicalisme. Sous-secrétaire d’État à l’Intérieur, dans le ministère Brisson, il est rapporteur général en 1893, avant d’être président en 1897, des commissions d’enquête sur les affaires du Panama. Il est surtout Garde des Sceaux de la République, et par conséquent ministre de la Justice, au moment où son fils est élu au conseil d’arrondissement.

151 A.D. Marne – Aff. El VI 855.

152 Il se présente dans le canton de Dormans et son père est conseiller général du canton d’Avize.

153 Edmond Lourdeaux détient ce siège depuis 1895.

154 Cette démission est à replacer dans le contexte de la crise provoquée par la question de la délimitation de la Champagne viticole et qui agite les départements de l’Aisne, de l’Aube et de la Marne.

155 A.D. Marne – Aff. El VI 855.

156 Ibid.

157 Cette dernière intervient le 23 janvier 1920.

158 Parmi lesquels Paul Vallé ou Edmond Wiet, etc.

159 Conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe de 1871 à son décès en date du 11 janvier 1874, il a été député pour le département de la Marne de 1849 à 1851.

160 Dans l’ensemble du corpus, dix-sept élus effectuent ce type de parcours (soit seulement 3,52 % des élus) mais aucun ne compte un père en politique sous la Troisième République.

161 8 % des parlementaires ont un père mandaté sous la Troisième République.

162 15,11 % du corpus représente en réalité 15,38 % des parlementaires qui n’exercent que cette fonction.

163 Vigneron à Hautvillers, maire d’Hautvillers de 1934 à 1940 et député de 1936 à 1940, fils d’Alphonse (vigneron à Hautvillers, maire de cette commune de 1912 à 1934 et conseiller d’arrondissement du canton d’Aÿ de 1919 à 1928) et gendre de Gaston Poittevin (vigneron à Cumières, village situé à quelques kilomètres d’Hautvillers, est conseiller général du canton de Châtillon-sur-Marne et député de la Marne depuis 1919).

Table des illustrations

Titre Tableau 11. Les mandats des élus ayant un père en politique100
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search