Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Deuxième Partie. L'élu, fruit de l'union de trois familles

Introduction

Texte intégral

1Selon le discours de Léon Gambetta sur l’avènement des couches sociales nouvelles, prononcé à Grenoble en septembre 1872, la République favoriserait la candidature d’hommes nouveaux et porteurs d’idées nouvelles au profit de couches sociales jusque-là délaissées par la politique.

  • 1 Cité par René Sédillot, Les deux cents familles, Paris, Perrin, « Vérités et Légendes », 1988, p.  (...)
  • 2 Bertrand Gille, La banque en France au XIXe siècle, Genève, Droz, 1970. Yves Leclercq, La Banque s (...)
  • 3 Jean Garrigues, La République… op. cit.
  • 4 Éric Anceau, Les députés… op. cit., p. 127.

2Cette évolution ne peut être immédiate ; néanmoins, le 28 octobre 1934, à la tribune du Congrès radical de Nantes, Édouard Daladier s’exclame : « Deux-cents familles sont maîtresses de l’économie française et, en fait, de la politique française. Ce sont des forces qu’un État démocratique ne devrait pas tolérer, que Richelieu n’eût pas tolérées dans le royaume de France. L’influence des deux-cents familles pèse sur le système fiscal, sur les transports, sur le crédit. Les deux-cents familles placent au pouvoir leurs délégués. Elles interviennent sur l’opinion publique, car elles contrôlent la presse. »1 Si les deux-cents familles – telles que définies par Édouard Daladier – ont été remises en cause2, il est vrai que les milieux d’affaires dominent les rouages économiques de la France de la Troisième République et une partie de la sphère politique.3 Quelle est la réalité des faits entre le souhait optimiste de Gambetta et le constat pessimiste de Daladier ; non pas à l’échelle nationale mais à l’échelon local ? L’analyse des parcours familiaux en politique permet de repérer les filiations ou les dynasties politiques. « Sans remonter jusqu’à la nuit des temps, il nous faut évoquer dans le détail les ascendants (…) [et savoir] dans quelle mesure les carrières politiques (…) s’expliquent par celles des générations antérieures. »4

3De manière générale, un individu est le produit de l’union de deux familles : celle de son père et celle de sa mère. Pourtant, l’élu est le fruit d’une troisième famille : celle de son épouse. Celle-ci participe à la construction de la crédibilité et de la visibilité du candidat dans sa circonscription.

  • 5 Adolphe Robert, Georges Cougny, Edgar Bourloton, Dictionnaire des parlementaires français. 1789-18 (...)

4Crédibilité ou visibilité du candidat passent par les mandats détenus par les ascendants : de maire (nommés ou élus) à partir du Consulat, de conseillers généraux ou d’arrondissement et de parlementaire depuis 1789. La mobilité ou la provenance extérieure au département de certaines familles engendrent des lacunes par manque d’information sur les mandats locaux. Cette difficulté est moindre pour les parlementaires5 dont on connaît généralement assez bien le parcours. Pour le département d’étude, les archives départementales conservent des listes plus ou moins complètes dans les séries 8M et 9M des membres du conseil général et du conseil d’arrondissement de leur création à 1870 et des informations peuvent être trouvées dans les annuaires départementaux et dans les archives de l’état civil.

5Ces éléments permettent d’évoquer la figure tutélaire paternelle et les filiations directes en politique, de montrer la construction du crédit politique familial sur le long terme par une participation multiple des ascendants aux rouages politiques locaux ou nationaux, et d’analyser le poids non négligeable apporté à ce crédit politique par la belle-famille.

Notes

1 Cité par René Sédillot, Les deux cents familles, Paris, Perrin, « Vérités et Légendes », 1988, p. 13.

2 Bertrand Gille, La banque en France au XIXe siècle, Genève, Droz, 1970. Yves Leclercq, La Banque supérieure. La Banque de France de 1800 à 1914, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque de l’économiste », 2010.

3 Jean Garrigues, La République… op. cit.

4 Éric Anceau, Les députés… op. cit., p. 127.

5 Adolphe Robert, Georges Cougny, Edgar Bourloton, Dictionnaire des parlementaires français. 1789-1889, Paris, Slatkine (réédition de 1889), 5 volumes ; Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français. Notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, Presses Universitaires de France, 1960, 10 volumes ; Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise, Les parlementaires aquitains sous la Troisième République, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998, 632 pages ; Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie. 1871-1940, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 2000, 352 pages ; Arlette Schweitz, Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, Paris, Publication de la Sorbonne, tome 2, 2001, 640 pages, etc. Voir également la base de données sur le site Internet de l’Assemblée nationale.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search