Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Première Partie. Les ressorts de la carrière politique

Des sociabilité et socialité mondaines

Texte intégral

  • 1 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabili (...)
  • 2 Maurice Agulhon, « Préface », in Michel Leuwers (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle. Hérit (...)
  • 3 Ibid., p. 6.
  • 4 Ibid., p. 7.

1Maurice Agulhon, pionnier en matière d’étude des sociabilités bourgeoises par le biais des cercles,1 en a déjà montré l’importance. La sociabilité est l’aptitude à vivre en société et l’ensemble des formes prises par cette aptitude. Parmi elles, il en est de « tout le secteur de la vie humaine qui n’est déterminé ni par le quotidien de la vie domestique et professionnelle, ni par les obligations et les lois venant des autorités municipales, paroissiales ou étatiques. »2 Ainsi, la sociabilité se compose d’un « étage moyen d’activité [qui] possède le double caractère d’être à la fois facultatif et collectif. (…) Or ces activités triviales ne sont pas pour autant “naturelles” (au sens où les seuls besoins physiologiques les détermineraient), elles ont leur variation dans le temps, leur variation selon les degrés de richesse, leur variation selon les habitudes régionales (…) ; bref, elles ont leurs normes, qui sont aussi sociales que d’autres. »3 La sociabilité, constituée de toutes les activités collectives à l’origine d’un lien social, ne revêt aucun caractère d’obligation ; la pratique de ces activités résulte du goût et de l’envie de l’individu. « Personne n’est obligé d’aller jouer aux boules, ni de prendre part à une œuvre charitable, ni de “faire de la politique”. »4 Le niveau social dans lequel se recrutent les participants à l’activité commune est souvent un facteur discriminant.

  • 5 Jean-Pierre Chaline, « L’activité associative des parlementaires parisiens », in Jean-Marie Mayeur (...)
  • 6 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), (...)

2La sociabilité révèle les réseaux de connaissances ou de relations constitués autour de l’individu en fonction de l’image sociale à renvoyer à ses concitoyens. L’homme politique est avant tout un homme public et l’élection procède de choix extrêmement complexes parmi lesquels la crédibilité du candidat est un facteur essentiel. L’électeur fait confiance à celui dont il sait tout et dont il se sent proche. L’étude de l’activité associative est « une dimension à ne pas négliger dans la vie d’un homme politique, [il s’agit d’] un des éléments constitutifs du réseau qui l’aidera à se faire élire puis à enraciner son influence. »5 Gilles Le Béguec estime que « dans un régime de liberté, une assemblée (…) est, par essence en quelque sorte, un lieu où convergent des personnes intégrées dans des réseaux les plus divers. »6 Quels sont les réseaux choisis par les élus de la Marne ?

  • 7 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « Points (...)
  • 8 Michel Dumoulin, Els Witte, Nouvelle histoire de Belgique, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 126.
  • 9 Catherine Durandin, « Entre tradition et aventure », in Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire de (...)
  • 10 Émile Littré, « socialité », in Dictionnaire, Paris, 1872-1877.

3Inscrits dans un processus de progressif embourgeoisement ou dans une consolidation de leur statut social, les élus adoptent les pratiques sociales inhérentes à leur rang et intègrent une sociabilité mondaine indéniable. Entre 1871 et 1914, « les éléments essentiels du mode de vie bourgeois restent les mêmes que dans les décennies précédentes. »7 « La bourgeoisie se construit comme une classe sociale cohérente, structurée par d’autres éléments que politiques, tels que la sociabilité bourgeoise, les stratégies matrimoniales, les affinités d’intérêts matériels »8 et « l’usage du temps libre établit des hiérarchies (…) entre ceux qui prétendront aimer la marche à pied parce qu’ils n’ont pas les moyens d’élever des chevaux et ceux qui vont courir à cheval parce que les autres, trop nombreux, marchent à pied, avec philosophie, ou montent à bicyclette… »9 Ainsi, si les élus intègrent l’élite, leurs réseaux de sociabilité doivent permettre de la mettre en œuvre. « La sociabilité [étant] la tendance à vivre en société, la socialité [est] le résultat de cette tendance, le mode de vie qu’elle détermine. »10 Par leur sociabilité, les élus montrent leur implication dans le tissu économique local, leur active participation à l’avènement de la société des loisirs et leur investissement au service de leurs concitoyens.

L’implication dans le tissu économique local

4Avant ou concomitamment avec l’exercice de fonctions politiques, les élus sont acteurs de la vie économique locale. Outre leur activité quotidienne, ils participent à la gestion des tribunaux et des chambres de commerce, des comices et des associations agricoles.

Les comices et associations agricoles : un tremplin qui perdure

5Les comices agricoles sont héritiers des sociétés d’agricultures, sciences et arts d’Ancien Régime qui ont été supprimées en 1793. Ils sont remis en vigueur le 31 mai 1833. Le département de la Marne compte un comice départemental et six comices locaux : Châlons-sur-Marne, Épernay, Reims, Sainte-Menehould, Sézanne et Vitry-le-François. Ces structures s’organisent autour d’un bureau et d’un conseil d’administration.

  • 11 Les fonctions sont abrégées en P (président), VP (vice-président), S (secrétaire), VS (vice-secréta (...)
  • 12 Ponsard, Lequeux (deux fois), Lhotelain, Sarazin, Bailliot, J. Barbier Lalobe de Felcourt, Chaudron (...)
  • 13 Ponsard, Lequeux (deux fois), Lhotelain, Bouché, Delabruyère, Sarazin, Bailliot, Labbé, Jolly, Till (...)

6En 1869, douze fauteuils de comices agricoles sont détenus par des membres du corpus (26,67 % des fauteuils disponibles) dont quatre des sept présidences et trois des sept vice-présidences. En 1877, dix-sept membres du corpus occupent un de ces fauteuils, dont cinq présidences et deux vice-présidences.11 En 1889, dix12 sièges sont occupés avant les douze13 de 1901.

  • 14 De Sainte-Menehould.
  • 15 AD. Marne – Aff. El VI. 1238.

7Les comices agricoles conservent leur influence sur le monde politique. L’appartenance à ces comices agricoles ne cesse pas avec la Grande Guerre et demeure un argument de campagne comme le souligne une affiche électorale de mai 1922 de Charles Pougnant, signée « conseiller municipal,14 conseiller d’arrondissement, trésorier du comice. »15 Cette signature montre l’importance accordée au comice agricole. Siéger en ces institutions économiques locales et de défense professionnelle est un facteur positif à l’heure du choix. Cet argument est d’autant plus important quand le candidat d’un canton rural n’appartient pas, par sa profession, au monde agricole. Professeur au collège de Sainte-Menehould, Charles Pougnant a effectivement intérêt à souligner son implication dans les questions agricoles, véritablement centrales dans les préoccupations des électeurs.

8L’inscription de l’individu dans une structure décisionnelle de ce type est donc un élément positif dans le curriculum vitae du candidat. C’est pourquoi les relations entre monde politique et comices agricoles demeurent importantes tout au long de la Troisième République.

9En relation avec le monde rural, surreprésenté dans les chambres, les lieux de sociabilité traditionnels sont les sociétés, associations agricoles et hippiques. La Société d’horticulture, de viticulture et de sylviculture de Reims ou le Comité antiphylloxérique d’Épernay sont de ceux-là. Si la vocation de ces associations est de favoriser, développer et moderniser l’agriculture, les membres ne sont pas tous issus du monde agricole. Les pharmaciens et docteurs en médecine sont ainsi nombreux à intégrer ces rouages associatifs locaux. Leurs connaissances scientifiques s’adjoignent, en effet, aux connaissances techniques des cultivateurs et propriétaires. Le docteur Henri Jolicoeur est à la fois secrétaire général de la Société d’horticulture, de viticulture et de sylviculture de Reims, membre du Comité antiphylloxérique de Reims et président de la Société d’apiculture de Reims. Pourtant, les compétences ne justifient pas toujours l’appartenance à un groupement quel qu’il soit. Le goût et l’envie guident également les choix et par conséquent la sociabilité qui les accompagne. Appartient à la même Société de viticulture, d’horticulture et de sylviculture de Reims, Antoine Revardeaux, entrepreneur en travaux publics. Celui-ci est passionné par l’horticulture et le jardinage, il est même fondateur du Syndicat des jardiniers de Reims et des riverains de la Vesle. Cette sociabilité choisie l’est davantage par goût personnel que par compétence professionnelle ; même si par sa profession, il entretient un lien avec le monde sylvicole et les marchands de bois.

  • 16 Conseiller général de la Marne au nom des électeurs du canton de Montmirail à compter du 10 octobre (...)
  • 17 Conseiller général du même canton de Montmirail de 1871 à 1877.

10Le monde hippique, au sens large – du haras à la société d’encouragement pour les améliorations chevalines, en passant par les sociétés de courses – est primordial. Le Jockey Club est la structure la plus éminente en ce domaine, même si les élus à en être membres sont peu nombreux. Parmi eux, Jean de La Rochefoucauld,16 fils et petit-fils de membres du Jockey Club, est en cousinage avec le président de ce cercle lors de son élection. Il est difficile de savoir s’il se passionnait véritablement pour les chevaux et les courses hippiques ou si cette inscription au Jockey Club relève de la tradition familiale et surtout de la pratique nobiliaire obligatoire. En revanche, le goût des chevaux et des courses hippiques tient véritablement Eugène Daru,17 membre du Jockey Club et propriétaire de chevaux de courses. Ainsi, le 17 mai 1857, Brassia une pouliche de trois ans appartenant au baron Daru remporte le premier prix du Gros-Chêne disputé à Chantilly. Outre la somme de 2 200 francs, cette victoire rapporte au baron Daru l’estime des propriétaires équins, du monde hippique et de la presse. En appartenant à l’élite des sociétés hippiques, ces hommes constituent des exceptions. Nombreux sont les élus à s’inscrire dans des sociétés locales ; au parfum et à l’esprit de cénacle loin de celui de libéralisation et d’ouverture qui souffle au lendemain de la loi de juillet 1901. La Société hippique de la Marne est longtemps dirigée par Alfred Werlé et regroupe une sociabilité mondaine, quasi nobiliaire, autour du monde équin. Parmi ses administrateurs, Julien Barbier Lalobe de Felcourt ou Alfred Lequeux et au rang des membres la présence très probable de Bertrand de Mun, beau-frère d’Alfred Werlé. Par ailleurs, les sociétés de courses sont aussi des lieux de rendez-vous pour la bonne société marnaise comme la Société des courses de Vitry-le-François. L’esprit des membres y demeure très largement traditionaliste, comme le souligne le profil sociopolitique des membres du bureau et du conseil d’administration. En 1882, siègent comme administrateurs Léon Leroy et Édouard Oudinot, tandis que Louis-Gustave Maurice est vice-secrétaire et Marcel Périn est président. L’étude de ce très petit groupe montre une société dirigée par des hommes plutôt jeunes, pour lesquels évoquer l’idée d’une génération n’est pas usurpée. Marcel Périn est né vers 1840, Léon Leroy en 1843 et Édouard Oudinot est né au milieu des années 1830. Louis-Gustave Maurice, né en 1858, est âgé de seulement vingt-quatre ans. Au registre professionnel, elle attire plus particulièrement des hommes de la terre puisque trois sont agriculteurs alors que Marcel Périn est banquier. Sur le plan des idées politiques, ils s’inscrivent plus volontiers à droite (avec des différences) qu’à gauche (où seul Louis-Gustave Maurice prend place). Donc, à l’image du Jockey Club, ces sociétés locales proches du monde hippique s’inscrivent essentiellement dans la tradition du club fermé et dans une culture politique de droite. Elles restent entre 1871 et 1940 un vivier pour les élus de cette tendance.

La chambre et le tribunal de commerce : le tarissement d’une filière

11Le tribunal de commerce représente une partie des élites économiques et son influence est importante au début de la Troisième République. Les accointances entre tribunal de commerce et politique sont fortes. 61,17 % des hommes présents au sein du tribunal de commerce et en politique sont élus entre 1871 et 1893, 35,69 % entre 1893 et 1914, avant un très net déclin (3,14 % entre 1919 et 1940). Le tribunal de commerce est un lieu de sociabilité pour les hommes politiques du début de la Troisième République, comme il le fut sous le Second Empire. Malgré tout, certains membres exercent au tribunal de commerce jusque tard dans le XXe siècle, à l’image du maître couvreur Alfred Brouette. L’année 1901 est assez révélatrice des imbrications entre politique et tribunal de commerce : Auguste Loche est président et Octave Bellois est juge à Châlons-sur-Marne ; Gaston Chandon de Briailles est juge suppléant à Épernay ; Victor Lambert et Honoré Bataille sont respectivement juge et juge suppléant à Reims. Les deux tribunaux les plus concernés sont ceux de Reims et de Châlons-sur-Marne. Les conseillers généraux y siègent un peu plus fréquemment que les conseillers d’arrondissement. La représentation politique est pratiquement partagée : deux hommes de droite (Bataille et Chandon de Briailles) pour trois hommes de gauche. Sur l’ensemble de la Troisième République, les hommes de droite correspondent à 36,38 % des individus, ceux du centre-gauche à 9,1 %, ceux de la gauche sont les plus présents (54,51 %). L’évolution politique révèle que les hommes de droite représentent toujours plus de 30 % des individus (40,28 % entre 1871 et 1893, 36,47 % entre 1900 et 1914 et 31,72 % pour l’entre-deux-guerres), malgré une décroissance non négligeable ; celle-ci est moins importante que celle enregistrée dans le corpus. Le tribunal de commerce, sans constituer un véritable bastion de la droite, demeure une structure de repli pour les anciens élus de droite et est une des filières privilégiées pour l’accès aux chambres électives pour les hommes de droite. Honoré Bataille est ainsi juge du tribunal de commerce bien avant son élection, en 1912. Le centre-gauche est assez bien représenté au début de la Troisième République (12,15 %), mais son impact chute irrémédiablement (5,21 % pour la période intermédiaire) pour devenir nul après 1919.

  • 18 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaire, op. cit.

12Le tribunal de commerce, au lendemain de la Grande Guerre, n’est plus un espace de sociabilité où se tissent les réseaux nécessaires à l’élection politique comme se fut le cas au cours de la période favorable aux milieux d’affaires.18 Cette relative perte d’influence du milieu économique sur le monde politique se perçoit par le biais des chambres de commerce.

  • 19 Adolphe Trébuchet, « Chambre de commerce », in Alexandre Baudrimont, Jean-Dominique Blanqui (dir.),(...)
  • 20 Par ordre alphabétique et en indiquant l’ancienneté dans la chambre, siègent à cette date : le comt (...)

13Supprimées en décembre 1791, les chambres de commerce furent réorganisées par la loi du 24 décembre 1802. Adolphe Trébuchet19 dresse un portrait des chambres de commerce et décrit, en filigrane, une partie de la sociabilité qui s’y joue. Les « principaux négociants » votent et choisissent parmi leurs pairs leurs représentants ; dès lors, cette structure confirme la place de la notabilité marchande dans la cité. Au pouvoir économique s’ajoute donc une aura particulière. En 1869,20 les membres de la chambre de commerce de Reims correspondent à cette élite marchande, bourgeoise et urbaine dont l’impact économique est prépondérant sur la ville de Reims. Leur négoce s’intéresse aux vins de Champagne (Édouard Werlé ou Louis Roederer) ou aux tissus (Charles Lochet ou Jules Warnier). Leur impact politique – passé ou à venir – est tout aussi visible que leur importance économique. Tous les échelons sont concernés. La ville de Reims : Dauphinot (1868-1871) et Werlé (1852-1868) en sont maire. L’échelon cantonal est bien représenté avec Lecointre (1848-1852), Lochet (1852-1871) et Maille-Leblanc (1842-1848) comme conseillers d’arrondissement ; Camu-Bertherand (1861-1870), Dauphinot (1870-1871), Perrier (1855-1871), Roederer (1852-1861) et Werlé (1852-1871) comme conseillers généraux. Le parlement n’échappe pas au contrôle de ces hommes : Dauphinot (député de 1871 à 1876 et sénateur de 1876 à 1888), Warnier (député de 1871 à 1876) et Werlé (député de 1862 à 1870) siègent à Paris. À la veille de 1871 et dans les prémices de la République, la chambre de commerce de Reims est une puissante structure pourvoyeuse d’hommes politiques. Qu’en est-il dix ans, vingt-cinq ans et quarante ans après l’instauration de la République, à Reims et à Châlons-sur-Marne ?

14En 1881, la chambre de commerce de Reims est dirigée par le sénateur Dauphinot. Le recrutement se diversifie avec un élargissement du bassin géographique, même si la ville de Reims conserve la suprématie pour le nombre de sièges occupés. Au registre de l’implication politique, seul Dauphinot intègre le corpus, bien qu’il ne soit pas le seul à posséder des responsabilités : César Poulain a été maire de Reims et Auguste Lepointe a été conseiller d’arrondissement de Sainte-Menehould de 1870 à 1871.

15La chambre consultative des arts et manufactures de Châlons-sur-Marne est créée par un acte du 10 thermidor an XI. En 1869, trois membres du corpus y sont présents : Lamoureux, Perrier et Rousseau ; Marcel Pochet est le père d’un membre du corpus. En 1881, parmi les douze membres de la chambre de commerce de Châlons-sur-Marne, deux (Faure et Buirette) intègrent le corpus. Les relations entre monde économique et monde politique sont fortes mais l’influence du grand négoce sur la politique décline progressivement.

  • 21 Jules Poullot (président), Raymond de la Morinerie (vice-président), Alfred Hébert, Alfred Werlé, P (...)

16Vingt-cinq ans après, la situation a changé avec l’ouverture d’une chambre de commerce à Châlons-sur-Marne depuis le 27 juillet 1893, en remplacement de la chambre consultative des arts et manufactures. En 1896, cette chambre de commerce regroupe douze membres, parmi lesquels Buirette, Lallement, François, Delétrée et Leblanc-Bigerel. L’influence sur le paysage politique local en devient non négligeable. Les élites commerçantes et négociantes ont donc davantage de latitude pour dominer l’espace économique, grâce à leur activité principale, mais aussi l’espace public et politique. Au sein de la chambre de commerce de Reims, aucun des seize membres21 n’appartient au corpus. Quelques-uns entretiennent des relations familiales plus ou moins proches avec certains élus de la République. Alfred Werlé est le beau-frère de Bertrand de Mun, tandis que Raoul Chandon est le frère de Gaston Chandon de Briailles.

  • 22 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vign (...)

17En 1911, à Reims, frère et beau-frère remplacent les deux titulaires au sein du nouvel organigramme de la chambre de commerce de Reims. Ainsi, parmi les dix-huit membres de la chambre de commerce, deux intègrent le corpus. Mais aucun des deux n’est mandaté par les électeurs marnais à ce moment-là. Gaston Chandon de Briailles a quitté le conseil général depuis déjà vingt-quatre ans. Bertrand de Mun n’est élu qu’en 1914. Pour le premier, cette présence consacre son retour aux activités de négoce de vins de Champagne dans le cadre de la maison familiale : Moët-et-Chandon. Pour le second, président de la maison de négoce en vins de Champagne Veuve-Clicquot-Ponsardin, la défense des intérêts professionnels est un facteur de son élection en 1914 comme député de la Marne. Son rôle dans la crise identitaire et économique qui secoue la Champagne entre 1908 et 1911, n’est pas étranger à son élection.22

18À Châlons-sur-Marne, seul Ernest Lallement a conservé sa place en 1911. Ainsi, le déclin est plus lent que celui observé à Reims grâce à l’électrochoc de la transformation-création de la chambre de commerce de Châlons-sur-Marne en 1893.

19La chambre de commerce n’est pas une antichambre du pouvoir. Dès avant la Première Guerre mondiale, elle ne l’est plus. L’industrie et le négoce se détachent progressivement du monde politique et perdent de leur influence sur les rouages politiques locaux entre 1871 et 1914.

Goûts personnels et participation à la société des loisirs

20Les goûts personnels des individus les conduisent à des pratiques de sociabilité. Avec l’avènement des loisirs, les sociétés, clubs et associations se multiplient. De la société de chasse locale aux activités sportives et mondaines du bowling green, du yachting ou du tennis, les espaces urbains – en particulier – deviennent les lieux d’une sociabilité nouvelle influencée directement par le monde anglo-saxon où la pratique du club est plus ancienne et mieux implantée. Ces lieux de sociabilité sont multiples et variés et les plus récurrents sont la société savante, la loge maçonnique, les associations patriotiques, de tir et de gymnastique, en complément des activités de loisir.

L’élu et les sociétés savantes

  • 23 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France (XIXe-XXe siècles), (...)

21Au registre de la sociabilité, les sociétés savantes apparaissent comme un point d’ancrage important des réseaux. Jean-Pierre Chaline a montré que les sociétés savantes sont des lieux de vie et de rencontre des élites économiques et politiques.23 Trois sociétés savantes sont créées dans la Marne entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle. À Châlons-sur-Marne, la Société académique des Sciences, Arts et Commerce de la Marne a une vocation départementale mais son recrutement est essentiellement châlonnais, tandis que l’Académie royale, puis impériale et enfin nationale de Reims est géocentrée sur cette ville et ses environs. La création la plus tardive (1861) concerne la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François dont le recrutement s’effectue dans tout l’arrondissement et parfois au-delà.

22Entre 1861 et 1911, cette société savante compte de vingt-deux à vingt-six membres titulaires, plusieurs dizaines de membres associés et de membres correspondants. Le niveau d’intégration à la société et à ses travaux diffère en fonction de ces statuts. Le recrutement est plutôt géocentré sur le canton de Vitry-le-François (30,77 % des membres sont du canton) et ses proches environs (61,54 % viennent des cantons limitrophes). Les membres qui sont, ont été ou seront élus de la Marne sous la Troisième République ont été repérés pour les périodes 1871-1881 et 1901-1911. Leur nombre diminue et représente toujours une forte minorité. En 1871, cinq élus font partie des membres de cette société : les cantons de Marson et de Vitry-le-François sont représentés par leur conseiller général et leur conseiller d’arrondissement, le canton de Sompuis par son conseiller général. Les membres de cette société savante briguent et obtiennent des mandats jusqu’au milieu des années 1920. Deux sont même élus pour la première fois au lendemain du premier conflit mondial : Léon Maugin (conseiller d’arrondissement du canton de Vitry-le-François) et Émile Lévylier (conseiller général du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont.)

Figure 10. Les élus membres de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François entre 1871 et 1881 et entre 1901 et 1911.

Figure 10. Les élus membres de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François entre 1871 et 1881 et entre 1901 et 1911.
  • 24 Les élus de gauche ne représentent que 23,08 %.
  • 25 L’étiquette politique d’Alexis Legrand n’est pas totalement certifiée, mais il est fort probable qu (...)

23La Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François constitue un véritable point d’ancrage pour les élus de droite (69,23 % des élus membres).24 Pourtant, le docteur Léon Maugin (élu de gauche) est conservateur de la bibliothèque de la société avant 1898, président entre 1899 et 1900 puis trésorier entre 1902 et 1904. En 1871, six membres du corpus participent à cette société et 83,33 % s’inscrivent à droite.25 La comparaison entre l’évolution politique de la Marne et l’évolution du nombre d’élus membres de cette Société des sciences et arts de Vitry-le-François montre une très nette corrélation. En effet, entre 1901 et 1914, le canton de Vitry-le-François et les cantons limitrophes, dont sont issus les élus membres de cette Société, demeurent pratiquement les derniers à envoyer des élus de droite au conseil général. Si la sociabilité traditionnelle des hommes de droite passe par cette société savante, alors il est normal que les élus-membres soient progressivement moins nombreux puisque les élus de droite sont eux-mêmes moins nombreux dans le paysage politique local. En 1919, pour l’ensemble des cantons les plus méridionaux et orientaux du département de la Marne, seul le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont choisit un conseiller général de droite : Émile Lévylier, avocat à Paris et membre de la Société des sciences et arts de Vitry-le-François. Cette dernière est donc un lieu privilégié de la sociabilité de droite, puisqu’elle permet à un nombre conséquent de ses membres d’intégrer les rouages politiques locaux.

24Néanmoins, toutes les sociétés savantes de la Marne et de France, sous la Troisième République, ne sont pas des foyers de recrutement des hommes politiques de droite. L’Académie nationale de Reims le prouve assez largement pour une période d’analyse comparable.

  • 26 Membre de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne depuis 1846, en a été le (...)
  • 27 Membre éminent de la Société des sciences et arts de Vitry-le-François.

25Entre 1871 et 1881, huit élus garnissent les rangs de l’Académie nationale de Reims, tandis que quatre sont membres correspondants. Les membres correspondants les plus éloignés géographiquement représentent un lien vers d’autres sociétés savantes locales comme Eugène Perrier26 ou Édouard Ponsard.27 Les membres de l’Académie nationale de Reims intègrent en général les rouages politiques supérieurs. En effet, seul Jules Brébant, docteur en médecine, siège seulement au sein du conseil d’arrondissement de 1871 à 1886. Augustin Maillet passe également par le conseil d’arrondissement mais n’y trouve qu’une position transitoire avant de rejoindre le conseil général. Sur les huit membres titulaires de cette société académique à intégrer les rouages politiques cantonaux ou nationaux, cinq siègent au conseil général et trois sont parlementaires. Les fauteuils de députés de Reims, au début de la Troisième République, sont véritablement confisqués par les membres de la société académique, tout comme le fauteuil de conseiller général du canton de Bourgogne. Les fauteuils de députés sont occupés par ces hommes de 1871 à 1876 (Jean-Simon Dauphinot), de 1871 à 1877, de 1878 à 1885 et de 1889 à 1893 (Alfred Thomas) et de 1879 à 1881 (Victor Diancourt). Ainsi pendant huit ans, les deux députés rémois sont membres de cette société savante.

Figure 11. Les élus membres de l’Académie nationale de Reims entre 1871 et 1881.

Figure 11. Les élus membres de l’Académie nationale de Reims entre 1871 et 1881.

26Tous les membres rémois sont de gauche et sur l’ensemble des membres titulaires seul Prosper Lhotelain est un homme du centre-droit. 87,5 % des membres de l’Académie nationale de Reims commencent leur carrière au cours de la phase initiale de la Troisième République et 62,5 % siègent même dès 1871. Pourtant, l’impact de cette société savante sur le paysage politique local persiste puisque les membres titulaires de la période 1871-1881 détiennent des mandats jusqu’en 1906. Les hommes qui siègent entre 1893 et 1914 représentent 50 % des élus membres de cette société entre 1871 et 1881. Cette société savante est un véritable espace occupé par les élus, presque un vivier pour les vocations politiques. Contrairement à la Société des sciences et arts de Vitry-le-François, cette structure favorise les carrières des hommes de gauche, signe que l’amour de l’art, des belles-lettres et des recherches historiques n’est pas l’apanage d’un groupe politique, mais est bien celui d’un groupe social, auquel se rattachent tant les élus de droite que les élus de gauche du temps de la République des Ducs ou de la Belle-Époque. Pourtant tous les membres correspondants sont des hommes de droite, élus dans des cantons non rémois. Cependant, cette filière de recrutement se tarit à l’image de celle de la Société des sciences et arts de Vitry-le-François. La perte de vitesse de ces sociétés n’est pas seulement corrélée au prisme politique droite-gauche mais montre bien un changement du rapport entre ces sociétés savantes et la bourgeoisie.

  • 28 Louis Guédet, Gustave Alexandre Laurent et Alexandre Senart.
  • 29 Les huit membres titulaires de la période 1871-1881 sont docteurs en médecine (2), avocats (2), nég (...)

27Entre 1901 et 1911, les élus, non présents entre 1871 et 1881, sont au nombre de trois.28 Guédet et Laurent sont des membres titulaires, Senart est membre honoraire. Ce dernier détient cette fonction de manière véritablement honorifique, en sa qualité de marnais d’exception, comme président de la cour d’appel de Paris. Ses mandats électifs locaux sont d’ailleurs à cette date terminés depuis très longtemps puisqu’il a siégé au conseil général de 1874 à 1883 au nom des électeurs du canton de Ville-sur-Tourbe. Guédet et Laurent ne sont pas encore élus quand ils intègrent l’Académie, cette dernière joue donc toujours un rôle pour la crédibilité du candidat. Mais le faible nombre permet d’affirmer que les filières de recrutement ont très largement évolué. La société académique locale qui tenait un rôle primordial dans les réseaux mondains de sociabilité du XIXe siècle n’est plus le lieu de recrutement des élites politiques, même locales, à la fin de la Troisième République. Certes, Gustave Laurent demeure conseiller général jusqu’en 1937, mais il fait figure d’exception, alors qu’Antoine Lasserre, soixante-sept ans plus tôt confirmait, avec un profil similaire, la règle. Cette évolution du recrutement est un facteur explicatif du renouvellement des élites politiques sous la Troisième République, mis en lumière par ailleurs pour les parlementaires. Pourtant, était-ce là le souhait de Léon Gambetta alors qu’il évoquait le renouvellement des hommes politiques ? Rien n’est moins sûr, surtout pour ce qui concerne l’Académie de Reims, dont les membres élus par les Marnais sont des républicains, et correspondent au profil social de l’homme politique presque idéal selon Léon Gambetta.29

La loge maçonnique, un espace singulier et privilégié

  • 30 Pierre-Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, R (...)
  • 31 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)
  • 32 Ibid., p. 38.
  • 33 Pierre-Yves Beaurepaire, op. cit., p. 109.

28La loge maçonnique est un espace de sociabilité certain. Pierre-Yves Beaurepaire s’est interrogé, à l’échelle européenne, sur « les questions essentielles : (…) Comment articule-t-on l’affiliation maçonnique avec son dispositif social et sociable ? Dans quelle mesure intervient-elle sur un espace et un réseau relationnels ? Avant d’être une institution, la loge est d’abord une communauté de pairs où un individu s’insère en société. »30 L’étude de la société et de la sociabilité maçonniques est primordiale puisque dès le XVIIIe siècle, « la loge maçonnique, creuset d’une sociabilité bourgeoise émancipée du modèle de la société de cour, est au cœur du processus de production de L’Espace public exposé par Jürgen Habermas à partir de 1962.31 Une “sphère politique publique” encore appelée “sphère publique bourgeoise” s’émancipe de la tutelle de l’État absolutiste – c’est-à-dire de la “sphère du pouvoir public” – et de la Société de cour – raison pour laquelle elle est dite “bourgeoise”. “La sphère publique bourgeoise peut être tout d’abord comprise comme étant la sphère des personnes privées rassemblées en un public.”32 »33 La loge maçonnique se présente comme un lieu de formation et de pouvoir d’une élite éclairée.

  • 34 Pierre Guillaume, La Franc-maçonnerie à Reims (1740-2000), et plus particulièrement le tome 3, Des (...)

29Les sources disponibles sont assez rares et indirectes : correspondances privées, accusations publiques de complot maçonnique et la thèse de Pierre Guillaume.34

30Les principales loges du département sont affiliées au Grand Orient de France : La Sincérité (Reims), La Bienfaisance (Châlons-sur-Marne,) La loge Anatole France (Épernay) ou Les Vertus Réunies (Vitry-le-François). Les lacunes sont très nombreuses pour ces dernières loges qui regroupent sans doute davantage d’élus de la Marne que ne le laisse supposer cette approche. Une étude systématique reste à effectuer pour les connaître, c’est pourquoi notre regard porte surtout sur les loges rémoises.

  • 35 Député de la Marne dès 1871 mais initié dès 1855.
  • 36 Expert-comptable et vénérable de la loge L’Évolution sociale de Reims dès 1928, élu conseiller géné (...)

31Les francs-maçons en politique sont des hommes très singuliers. Leur présence couvre l’ensemble de la Troisième République d’Alfred Thomas35 à Louis Jacqmart.36 En 1940, leur présence est encore significative au parlement : Paul Marchandeau (conseiller général et député), Henri Martin (conseiller général et député), Ernest Haudos (sénateur), tout comme elle l’était à l’entame de la Troisième République, Jules Thomas (député), Camille Margaine (conseiller général et député), Jules Simon (député).

  • 37 Le plus jeune est Paul Marchandeau, initié à Gaillac, à la loge Orion, à l’âge de vingt-deux ans. L (...)

32La loge maçonnique est une filière d’accès au fauteuil électif car, en moyenne, les individus qui entrent en politique sont initiés depuis un peu plus de sept ans. Philippe Censier est initié en 1883, à l’âge de trente-huit ans, mais son entrée au conseil général ne s’effectue que vingt-sept ans après cette initiation maçonnique. Victor Petit est initié seulement deux ans avant son entrée au conseil d’arrondissement. Seuls 35 % des élus sont initiés après leurs prises de fonction au sein du conseil d’arrondissement, du conseil général ou du parlement. L’âge moyen des initiés est de trente-sept ans et un mois,37 tandis que l’élection des francs-maçons se fait au cours de leur quarante-quatrième année. La première prise de fonction politique est plus précoce que celle des autres membres du corpus. L’activité maçonnique et les réseaux de sociabilité qui l’accompagnent favorisent les candidats les plus jeunes. Auguste Vassart est ainsi âgé de seulement trente-et-un ans quand il est élu, mais a été initié six ans plus tôt au sein de la Sincérité de Reims. À l’inverse, Philippe Censier et Modeste Macquart ont soixante-cinq ans à leur élection. Le premier est initié depuis vingt-sept ans, le second depuis treize ans.

33L’appartenance à la loge facilite l’accès aux fonctions électives supérieures (parlement et conseil général) puisque 46,43 % des francs-maçons répertoriés sont des parlementaires et 75 % des membres de l’échantillon passent par le conseil général. Le réseau maçonnique est un réel et puissant vecteur de réussite politique, presque un viatique nécessaire, à moins que les données récoltées sur les élus locaux déséquilibrent les conclusions.

  • 38 M = maire ; CA = conseiller d’arrondissement ; CG = conseiller général ; P = parlementaire.

Tableau 9. Les mandats détenus par les francs-maçons38

francs-maçons

corpus

différentiel

M+CA

7,14 %

37,27 %

- 19,16 %

M+CA+CG

3,57 %

8,07 %

- 44,24 %

M+CA+CG+P

0,00 %

1,24 %

M+CG

0,00 %

10,77 %

M+CG+P

17,86 %

1,86 %

+ 960,22 %

M+P

0,00 %

1,45 %

CA

10,71 %

21,95 %

- 48,79 %

CA+CG

7,14 %

2,90 %

+ 246,21 %

CA+CG+P

3,57 %

0,62 %

+ 575,81 %

CA+P

0,00 %

0,41 %

CG

25,00 %

8,28 %

+ 301,93 %

CG+P

17,86 %

2,48 %

+ 720,16 %

P

7,14 %

2,69 %

+ 265,43 %

34Les élus francs-maçons exercent souvent (25 %) des fonctions directives au sein de leur loge ; à l’image de Paul Guyot, vénérable de la loge des Vertus Réunies de Vitry-le-François. Certains créent de nouvelles loges maçonniques, comme Henri Martin qui, sans quitter La Bienfaisance de Châlons-sur-Marne, dont le vénérable est son beau-père, crée une nouvelle structure maçonnique à Épernay. Cette création participe de la rupture voulue par le gendre, dans le cadre des luttes intestines qui opposent ces deux hommes sur le plan politique.

35L’analyse de La Sincérité permet d’esquisser la présence des hommes politiques dans cette structure maçonnique, de repérer les liens qui existent entre eux et ceux qu’ils entretiennent avec des réseaux extérieurs à la loge maçonnique.

Figure 12. Partie du réseau de sociabilité des membres de la loge La Sincérité de Reims.

Figure 12. Partie du réseau de sociabilité des membres de la loge La Sincérité de Reims.

36Les frères de la loge peuvent entretenir en dehors de celle-ci des relations familiales (François et Hippolyte Alloënd-Bessand sont frères), associatives (entre 1871 et 1880, Antoine Lasserre et Alfred Thomas partagent les séances de l’Académie nationale de Reims) ou politiques (Paul Marchandeau est président des comités radicaux-socialistes et républicains-socialistes de Reims et candidat de la Liste d’Union des Gauches en 1924, liste à laquelle participe Camille Lenoir, membre du comité radical-socialiste et républicain-socialiste du deuxième canton de Reims).

  • 39 Alfred Thomas est Vénérable à plusieurs reprises : de 1860 à 1862, de 1864 à 1870, de 1881 à 1885 e (...)

37Certains francs-maçons possèdent une audience remarquée au sein de la loge, participent à de nombreuses activités sociables et développent des réseaux hors de la loge très importants comme Alfred Thomas.39

  • 40 Philip Nord, « Utopistes, radicaux et universalistes. Les francs-maçons aux origines de la Troisièm (...)

38Au cœur du réseau maçonnique et politique constitué par la loge La Sincérité de Reims, les francs-maçons les plus importants sont Léon Bourgeois, Jean Knoeri, Gustave Laurent, Camille Lenoir, Paul Marchandeau, Alfred Thomas et Ernest Vallé. Les non affiliés à La Sincérité qui entretiennent de fortes accointances personnelles et politiques avec ces individus sont Charles Barré, Ernest Haudos, Louis Lenoir, Alfred Margaine, Ernest Martin, Henri Merlin, Ernest Monfeuillart et Gaston Poittevin ; dont certains sont initiés dans d’autres loges. Le rôle politique de la Franc-maçonnerie est indéniable, « l’extrême droite française [n’]a [t-elle pas] toujours considéré la Troisième République comme la créature de la Franc-maçonnerie, comme l’instrument de sinistres complots ourdis par les loges [ ?] (…) Bien sûr, la République n’était pas dirigée par un complot maçonnique, mais sa dette à l’égard de la Franc-maçonnerie ne peut être contestée. On estime que pendant la période allant de 1877 au début de la Première Guerre mondiale 40 % des ministres, à l’exception des militaires, étaient francs-maçons. »40 La Sincérité de Reims n’échappe pas à cette règle et fait mieux puisque pratiquement la liste complète des candidats aux élections législatives de 1924 et des sénateurs de la Marne qui siègent à ce moment-là représentent une loge. Les sénateurs en question sont Léon Bourgeois, Ernest Auguste Monfeuillart et Henri Merlin (loge de Reims). Les candidats sont Camille Lenoir, Louis Lenoir et Paul Marchandeau (loge de Reims), Ernest Haudos (loge de Reims et des Vertues Réunies de Vitry-le-François), Gaston Poittevin (loge de Reims et vénérable de La Bienfaisance de Châlons-sur-Marne), Alfred Margaine (probable franc-maçon car son père était initié), seul Lapie ne semble pas être franc-maçon.

39Après le scrutin de ces législatives de 1924, les hommes envoyés au palais Bourbon par les électeurs marnais sont Ernest Haudos (radical), Jean Jacquy (URD), Jules Lobet (SFIO), Camille Lenoir (radical), Alfred Margaine (radical), Bertrand de Mun (Alliance républicaine) et Gaston Poittevin (radical). Parmi eux, trois sont francs-maçons et un entretient des liens étroits avec la franc-maçonnerie sans pour autant que son initiation soit certifiée. 57,14 % des députés de la Marne et 100 % des sénateurs sont francs-maçons en 1924. Quatre ans plus tard, l’impact maçonnique direct est encore plus fort avec la réduction du nombre de sièges à pourvoir de sept à cinq. Parmi les cinq députés, deux sont francs-maçons (Paul Marchandeau et Gaston Poittevin) et deux (Alfred Margaine et Raymond Férin) entretiennent de forts liens avec la Franc-maçonnerie. Au Sénat, siègent toujours Henri Merlin et Ernest Monfeuillart, tandis que le frère Ernest Haudos a remplacé le frère Léon Bourgeois. La Franc-maçonnerie détient 37,5 % des fauteuils de parlementaires marnais en 1928 alors que les sympathisants en occupent 50 %. L’impact maçonnique est réel bien après la fin de la Grande Guerre et cette dernière ne marque pas une césure fondamentale. L’impact maçonnique s’il est fort au début de la Troisième République demeure tout au long du régime politique étudié.

  • 41 Philip Nord, op. cit., p. 75.

40Dans la Marne, comme ailleurs, les relations entre Franc-maçonnerie et radicalisme se vérifient. « Léon Bourgeois, le père fondateur du Solidarisme, était lui-même, ce qui n’étonnera personne, un notable franc-maçon. Que les francs-maçons aient joué un rôle décisif dans la formation du parti radical, le principal protecteur politique du mouvement Solidariste, n’étonnera personne non plus. »41 Une grande majorité des francs-maçons étudiés placent leur combat politique sous la bannière radicale et radicale-socialiste et les non francs-maçons qui tissent des liens avec eux intègrent des réseaux politiques parallèles où le comité républicain cantonal (affilié peu ou prou au parti radical) tient une place centrale. S’il n’est pas certain que Charles Barré ait été franc-maçon au sein de La Bienfaisance de Châlons-sur-Marne, il entretient de fortes relations avec Léon Bourgeois, Paul Marchandeau et Camille Lenoir, qui le placent au cœur du réseau de sociabilité, de solidarité et donc de relations politiques ou non, tissées par eux dans le département de la Marne. Charles Barré est notamment président de la section rurale de l’Association républicaine du canton de Châlons-sur-Marne de 1901 à 1940. Loin d’être un cas unique, Charles Barré est très révélateur des liens tissés entre Franc-maçonnerie et structures politiques locales et radicales.

  • 42 Pierre Guillaume, op. cit., p. 633.
  • 43 Pierre-Yves Beaurepaire, op. cit., p. 109.

41La loge maçonnique est un lieu d’expression des sociabilités essentiellement bourgeoises comme le prouve les professions exercées par les vénérables des loges rémoises, de leur création à 1940. Le vénérable « convoque la loge, la dirige, préside toutes les commissions et la représente. Il en surveille l’administration, et contrôle le travail du secrétaire, du trésorier et des autres officiers. (…) Ce sont là des pouvoirs régaliens, tempérés cependant par le rôle de l’Orateur (“gardien de la Constitution”), et par la réélection annuelle. »42 Cette élection est essentielle car s’il ne s’agit pas de politique, la loge maçonnique est un espace public soustrait à la publicité et un lieu de pouvoir43 aux pratiques démocratiques.

  • 44 Sœur Hélène Chambelland, chirurgien-dentiste, vénérable de la loge Le Niveau de 1936 à 1945.
  • 45 Conseiller général du deuxième canton de Reims à partir de 1937.

42Les loges rémoises, avant 1940, sont dominées par des hommes et une femme44 dont la profession les rattache à la bourgeoisie urbaine : artisanat, négoce ou industrie (36,19 %), professions libérales ou cadres supérieurs dont une grande partie de hauts fonctionnaires (48,57 %). Pourtant, le recrutement socioprofessionnel des vénérables diffère entre les loges. À La Sincérité, les vénérables s’inscrivent totalement dans le cadre défini précédemment, c’est-à-dire celui d’une loge bourgeoise. À L’Évolution sociale, loge rémoise plus populaire, les sept vénérables entre 1925 et 1940 sont quincaillier, entrepreneur, expert-comptable, ingénieur (deux), architecte et docteur en médecine. D’une loge à l’autre, le recrutement socioprofessionnel des vénérables diffère et il est probable que celui des membres soit à l’image de celui des vénérables. Apparue au cours de l’entre-deux-guerres, L’Évolution sociale est dirigée entre 1928 et 1932 puis entre 1933 et 1935 par Louis Jacqmart.45 À la fin de la Troisième République existe un renouvellement léger et progressif des élites dans le cadre de structures identiques à celles qui dominent l’espace public et politique depuis le XVIIIe siècle.

La société patriotique, de gymnastique ou de tir

  • 46 Société de gymnastique de Reims (1868), la Gauloise (1869), la Fraternelle (1872), la Vigilante (18 (...)

43Parmi les nouveautés séculaires, le foisonnement des créations des sociétés gymniques et de tir est le plus important : en terme de nombre d’adhésions et de visibilité locale. Pour la plupart issues du traumatisme causé par la défaite française face aux armées prussiennes, considérées comme mieux préparées physiquement, ces sociétés sont à la fois gymniques et patriotiques comme leur dénomination le rappelle : Le Réveil à Épernay, La Gauloise, La Sentinelle ou La Vaillante à Reims, La Renaissance à Châlons-sur-Marne, La Patriote à Sermaize-les-Bains, etc. Cette fonction patriotique est évidente pour le général Chanzy, lors de la fête fédérale de gymnastique de 1882, à Reims : « Faites-nous des hommes, nous en ferons des soldats. » En cette ville, les huit associations qui forment l’Union rémoise des sociétés de gymnastiques sont créées à partir de janvier 1868.46

  • 47 Joseph Goumant, élu conservateur, est président de La Fismoise.
  • 48 Napoléon Lasserre, républicain, est président de La Gauloise de Reims en 1879-1880.

44Directement impliqués ou par le biais de fonctions honorifiques, les hommes politiques locaux s’inscrivent tous, à droite47 comme à gauche,48 dans cet élan créateur et dans le développement des sociétés gymniques et/ ou de tir. Le phénomène des créations de sociétés gymniques ne concerne donc pas seulement les espaces les plus urbanisés, même au cours des années 1870. Ces sociétés gymniques sont à la fois des lieux de sociabilité et des lieux d’exercice de fonctions administratives et de prises de décisions qui permettent à l’individu de se familiariser avec les principes des assemblées quand ils s’inscrivent dans ces structures avant leur élection. Léon Jolly est ainsi trésorier de L’Étoile de Sézanne de 1877 à 1880, il entre en politique six ans après avoir quitté cette fonction. Sans avoir une importance considérable dans le choix opéré par les électeurs, l’exercice de fonctions sociales préalables est une préparation non négligeable pour les postulants aux rouages politiques, a minima locaux.

45En revanche, la présidence d’honneur ou la vice-présidence d’honneur procède d’un autre processus. Ainsi, en 1896, les membres de La Sentinelle placent leur société sous les auspices d’un ancien député de la circonscription (Alfred Thomas – président d’honneur), du député en exercice (Adrien Lannes de Montebello – vice-président d’honneur) et du conseiller d’arrondissement du troisième canton de Reims (Victor Lambert – vice-président d’honneur). Mais pourquoi choisir le conseiller d’arrondissement et non le conseiller général, pourtant plus apte à obtenir de la part de l’assemblée départementale des subsides ? Faut-il y voir une défiance à l’égard de ce dernier ? Au point de vue politique, La Sentinelle joue la carte de l’éclectisme. Le président d’honneur est un républicain radical, les vice-présidents sont républicain-progressiste pour le député et républicain pour le conseiller d’arrondissement. Le conseiller général quant à lui est radical. Les membres du bureau ont-ils considéré qu’il valait mieux élargir le panel des autorités morales afin de recruter le plus de membres possibles ? Peut-être. Probablement ont-ils aussi été gênés par le fait qu’Eugène Wiet, conseiller général du troisième canton, soutienne publiquement La Vaillante, une société gymnique adverse, dont il est le président d’honneur et dont le fils Edmond Wiet, ancien conseiller d’arrondissement, est le vice-président d’honneur. Pourtant, il apparaît que l’exercice de multiples présidences d’honneur, au sein de sociétés parfois concurrentes, ne gêne en rien les hommes politiques. En 1901, Victor Lambert est ainsi président d’honneur de la Société colombophile La Patriote et de La Colombe Cérès, autre société colombophile de Reims. Cet exemple montre l’implication des hommes politiques dans les structures associatives locales au-delà du cadre unique de la société gymnique et de tir. Au cours de cette seule année 1901, Victor Lambert cumule les présidences ou vice-présidences d’honneur de six sociétés différentes. Avec les deux sociétés colombophiles et La Sentinelle, il est président d’honneur de l’Orphéon des enfants de Saint-Rémy et d’une fanfare de trompettes (L’Etoile rémoise) et vice-président de la Fanfare du troisième canton de Reims. Loin d’être éclectiques, ces choix s’effectuent donc autour de trois thèmes principaux : la gymnastique et le tir, la musique et la colombophilie. Ces trois thèmes s’inscrivent entre traditions et renouveaux. Tradition de l’art ancestral colombophile, renouveau néanmoins puisque la création de la première association colombophile à Roubaix intervient en 1849. Ces activités s’inscrivent en tout cas dans le renouveau de l’utilisation du temps par les hommes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

L’élu s’accorde des loisirs

  • 49 Conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims de 1889 à 1895 et conseiller municipal de (...)
  • 50 Elle ne le devient qu’à partir de 1856.
  • 51 Les sections athlétisme depuis 1882, rugby depuis 1892 et football depuis 1896 sont les plus ancien (...)

46Le foisonnement des sociétés, clubs et associations commence dans les années 1880, les premières sociétés sont plus anciennes comme Les Régates rémoises ; société sportive créée à Reims, en 1854. Paul Houzeau49 est président de la section musicale de cette société des années 1860 à 1874. Véritable institution dans le paysage rémois, les Régates constituent une société omnisport d’inspiration britannique puisque la société a pour référence originelle la Boat race organisée depuis 1829 sur la Tamise entre les universitaires d’Oxford et ceux de Cambridge. Au moment de la création des Régates rémoises, la Boat race n’est pas encore annuelle.50 Néanmoins, l’esprit mondain de ces combats singuliers à distance (courses diverses, tennis, etc.) où dominent le fair-play et la courtoisie, plane sur les événements sportifs organisés dès la création rémoise. Sans pouvoir les comparer ni au Racing Club de France51 ni au Jockey Club, ces Régates rémoises se situent, dans l’organisation et le recrutement social entre ces deux types de structures. La plus ancienne est d’inspiration noble, la seconde née de la volonté des élèves du lycée Condorcet. Les Régates rémoises sont créées par la bourgeoisie urbaine pour satisfaire ses envies et besoins, en reprenant les codes sportifs anglo-saxons. Ainsi, les hommes, qui à l’image de Paul Houzeau, intègrent cette société, participent, au début de la Troisième République, à l’élaboration d’une sociabilité bourgeoise dont les réseaux sont relativement récents, bien que l’existence des sports et jeux soit souvent ancienne et que leur pratique soit traditionnelle.

47Ce développement dépasse la simple participation aux activités sportives ou culturelles proposées dans ces sociétés. Le Syndicat des pêcheurs à la ligne de Reims et des environs le montre parfaitement. En 1900, cette structure place son action sous la haute autorité d’un comité d’honneur constitué du sous-préfet de Reims et des conseillers généraux des quatre cantons de Reims. Véritable caution, ces hommes sont également des soutiens de la société lors des demandes de subvention effectuées auprès du conseil général, mais aussi un gage de sérieux et de qualité pour ceux qui désirent pratiquer cette activité sportive et ludique. Mais surtout, ils apportent à cette société, leurs propres réseaux de sociabilité, leurs liens avec le monde économique, le monde politique et les autres structures de sociabilité auxquels ils participent.

  • 52 Louis Victor Diancourt, Hercule et Omphale : tragédie, Strasbourg, Berger-Levrault, 1866, 80 pages.
  • 53 AD. Marne – J 5240.
  • 54 Une distribution des rôles est envisagée mais aucune trace ne laisse supposer qu’il y ait eu une re (...)
  • 55 Jean-Pierre Ravaux, « Léon Bourgeois, sculpteur et ami des arts », in Alexandre Niess, Maurice Vaïs (...)

48Enfin, certains élus développent des passions qui les conduisent à l’action. Victor Diancourt est un bibliophile averti et un collectionneur au goût sûr d’œuvres variées : histoire, théâtre… Ce goût du théâtre, de la belle lettre et de la lecture le conduit à l’écriture et en particulier à l’écriture théâtrale. En 1866, Victor Diancourt publie une tragédie intitulée Hercule et Omphale.52 Eugène Courmeaux, de son côté, écrit avec Émile Catelain, un drame en cinq actes intitulé Le Secret des Champfort dont « l’action se passe en Vendée, le premier acte en 1789, le second en 1791, les trois derniers en 1792. »53 Si ce drame n’a jamais été édité – ni même joué54 –, si l’intérêt littéraire de l’œuvre de Diancourt n’est pas certain, ces indéniables exemples montrent que les élus de la Marne de la fin du XIXe siècle ont un rapport tout particulier aux arts, sciences et belles-lettres de leur temps. Elles permettent de mettre à jour une partie de la personnalité de ces hommes qui mettent en œuvre des goûts parallèles à l’exercice du pouvoir et à la pratique politique. Léon Bourgeois est aussi un amateur d’art. S’il possède des œuvres d’une qualité artistique évidente, il n’est pas certain que Léon Bourgeois ait agi avec la sculpture comme Victor Diancourt avec la littérature ; il développe des compétences artistiques personnelles indéniables. « Il fut même un artiste amateur, non dénué de talent. Il n’eut évidemment pas beaucoup de temps à consacrer aux domaines dans lesquels il s’exprima, et les œuvres qui nous sont parvenues sont en nombre infime »55 mais elles existent, signes d’une activité réelle. Il prit même quelques leçons auprès de son ami Rodin et du sculpteur champenois Massoulle.

49Au-delà de ces goûts personnels, ce qui caractérise au plus haut point les hommes politiques, c’est le fait qu’ils soient au service de leurs concitoyens ; ces services ne sont pas seulement rendus par l’intermédiaire du pouvoir politique et des mandats électifs.

L’élu au service de ses concitoyens

50L’homme politique est responsable de la res publica et se met, dans le cadre d’un régime démocratique et républicain, au service de la chose publique et donc de ses concitoyens. Avant d’intégrer les rouages politiques locaux ou nationaux, le candidat fait preuve de son attachement à leur égard par diverses structures qui facilitent sa visibilité et accroissent sa crédibilité. Celles-ci sont la justice de paix, la délégation cantonale, les Caisses d’Épargne et de prévoyance, les Crédits agricoles, les sociétés de bienfaisance, les syndicats et les partis politiques.

La justice de paix : une filière jusqu’à la fin de la Belle Époque

  • 56 Jérémy Dupuy, La figure sociale du juge de paix au dix-neuvième siècle. L’exemple des Ardennes (181 (...)
  • 57 Ibid., p. 11.

51L’objectif de la justice de paix, instaurée par la loi des 16 et 24 août 1790, est de mettre au service des citoyens une justice de très grande proximité, accessible et efficace, chargée de régler les menus litiges et dont les décisions s’inscrivent dans une démarche de conciliation des parties opposées. Si la loi de 1790 laisse toute latitude quant au choix des membres de la justice de paix, un processus de professionnalisation voit le jour à compter de 1929. Avant cela, un docteur en médecine ou un industriel pour lesquels le droit est étranger peuvent siéger en ces instances puisque leurs décisions doivent s’assimiler à celles du bon père de famille, réglant les petits différends en son canton comme il peut le faire en sa maison. Les juges de paix ou leurs suppléants viennent souvent du monde juridique (greffiers, huissiers de justice, notaires ou avocats).56 Dans la Marne, moitié des juges de paix exercent une profession libérale juridique. Les plus nombreux sont notaires (34,38 %), la structure même de la justice de paix, calquée sur le maillage cantonal, favorise leur présence. Alfred Maître, notaire à Suippes, conseiller d’arrondissement dudit canton à partir de 1871 est également juge de paix à compter de 1876. L’implantation locale de ce notaire lui favorise certainement la tâche puisque l’objectif est de rendre une justice de proximité rapide, efficace et peu coûteuse. Par leur participation à la justice de paix, les membres du corpus – et surtout ceux qui n’exercent pas une profession juridique – acquièrent un statut social particulier et une visibilité cantonale indéniable. « Le juge de paix peut-il être considéré comme faisant partie intégrante d’une élite, en l’occurrence locale ? Par son statut professionnel, la considération dont il est entouré (les différentes décorations et les mandats politiques), il appartient à un petit groupe de personnes à l’influence certaine sur les destinées et l’évolution sociopolitique et économique d’un département. »57 Qu’ils deviennent juges de paix pendant ou avant leur mandat, ils font partie intégrante d’une élite ; élite morale à qui l’administration judiciaire peut confier une charge, même minime. Entré à la justice de paix du canton de Sézanne en 1868, en qualité de second suppléant, Julien Laviarde appartient à la bourgeoisie rurale locale. Élu au conseil d’arrondissement l’année précédente, il est reconnu par les électeurs comme digne de confiance. Celle-ci est transférée sur ses capacités supposées à traiter les affaires courantes de la justice de paix. Il ne déçoit pas et devient premier suppléant huit ans plus tard. Si la justice de paix est un rouage judiciaire, la nomination de ses membres est forcément une question politique. Aussi, en 1879, Julien Laviarde quitte probablement la justice de paix à cause de son appartenance à la mouvance conservatrice du canton. Il fait, en effet, partie des notables exceptions en sa qualité d’homme de droite puisque les membres du corpus à intégrer la justice de paix sont dans 80,77 % des hommes de gauche.

52L’influence des hommes politiques sur la justice de paix se fait sentir essentiellement entre 1900 et 1914. À cette époque, l’exercice de la justice de paix favorise l’élection et peut être considéré comme un critère de choix des électeurs. D’ailleurs, les candidats aux élections cantonales ne s’y trompent pas et font placarder leur appartenance à la justice de paix. Après la Première Guerre mondiale, la justice de paix, n’est plus une filière de recrutement des élus. Effectivement, certains individus à l’image d’Édouard Vallet, boucher-négociant en bestiaux et cultivateur à Sommesous, suppléant du juge de paix du canton de Sompuis de 1920 à 1935, continuent à siéger dans cette institution judiciaire après 1919, mais leur proportion diminue très fortement. Celle-ci est de 37,5 % avant 1895, de 56,26 % entre 1900 et 1914 et de seulement 6,24 % au cours de l’entre-deux-guerres. La professionnalisation de la justice de paix explique le tarissement de cette filière. Celui-ci est d’autant plus prononcé que les notaires exercent de moins en moins de fonctions politiques locales.

La délégation cantonale, antichambre du pouvoir local

  • 58 Il s’agit du conseil départemental d’enseignement primaire composé du « préfet, de l’inspecteur d’a (...)
  • 59 Loi du 30 octobre 1886 relative à l’organisation de l’enseignement primaire, Titre 4, chapitre 1, a (...)

53La délégation cantonale, créée par la loi Falloux du 15 mars 1850, est une structure attachée au ministère de l’Instruction publique. Les délégués cantonaux sont des auxiliaires de l’administration chargés d’inspecter les instituteurs, de vérifier leurs sentiments politiques et religieux, et de veiller à la moralité de leur enseignement et de leur action. Avec l’avènement de la République, les missions des délégués cantonaux à la mode Falloux sont mal perçues. Le 30 octobre 1886, par la loi Goblet, et le 18 janvier 1887, par un décret de mise en application, les délégations cantonales changent quelque peu de mission, mais pas d’appellation. Les délégués cantonaux sont désignés par « le conseil départemental58 (…) pour surveiller les écoles publiques et privées du canton (…). Les délégués sont nommés pour trois ans. Ils sont rééligibles et toujours révocables. Chaque délégué correspond tant avec le conseil départemental auquel il doit adresser ses rapports qu’avec les autorités locales pour tout ce qui regarde l’état et les besoins de l’enseignement primaire dans sa circonscription. Il peut quand il n’est pas membre du conseil départemental assister à ses séances avec voix consultative pour les affaires intéressant les écoles de sa circonscription. Les délégués se réunissent au moins une fois tous les trois mois au chef-lieu de canton, sous la présidence de celui d’entre eux qu’ils désignent, pour convenir des avis à transmettre au conseil départemental. »59 Ces hommes sont désignés par un conseil dans lequel siègent le préfet et des conseillers généraux. Leur nomination est éminemment politique. La tradition issue de la loi Falloux avait repris pour une grande part celle des comités de surveillance des écoles ou comités de charité, instaurés sous la Restauration dont les membres étaient appelés notables. En 1886, la loi évoque ni le mode de désignation ni les qualités requises des délégués cantonaux. On suppose qu’ils doivent être moraux, plutôt républicains puisque chargés de surveiller l’école de la République, mais indépendants et impartiaux. Ces individus jouent un rôle de sage consulté pour des questions à la fois scolaires et morales. Dès lors, leur recrutement semble devoir se faire au sein des élites traditionnelles des campagnes et des villes. Au rang de ces élites, les élites politiques ne sont pas en reste : parmi les délégués cantonaux, sont recensés plusieurs conseillers d’arrondissement, conseillers généraux, députés ou sénateurs. Leur nombre est considérable. Les archives donnent des renseignements relativement fiables pour la période 1879-1914 et la période 1922-1925. Entre 1879 et 1925, sont nommés par le conseil départemental de l’enseignement primaire deux-cent-soixante-quinze membres du corpus (56,12 % de l’ensemble des élus et 56,81 % des élus en vie après 1879). La délégation cantonale est véritablement l’antichambre du conseil général pour les questions d’enseignement primaire dont il a la charge.

54À l’image d’Émile Thivet, délégué cantonal dès 1903 puis conseiller d’arrondissement en 1910, nombreux sont les individus à passer par la délégation cantonale avant d’intégrer les rouages politiques locaux ou nationaux (43,27 %). Dans 36,36 % des cas, l’individu intègre la délégation cantonale alors qu’il a déjà un rôle politique local ou national affirmé grâce à l’expertise en affaires scolaires, acquise au sein des assemblées, ou tout au moins grâce à l’expérience de l’administration départementale. L’appartenance à la délégation cantonale avant l’entrée en politique locale est un argument électoral : l’exemple de Jules Langlet, en juillet 1907, le prouve. Notaire à Faux-Fresnay, il a construit sa crédibilité et sa notabilité autour de sa profession et par sa participation aux divers rouages politiques, économiques, sociaux du canton parmi lesquels la délégation cantonale. Cette fonction lui permet de côtoyer plusieurs autres membres du corpus bien avant son élection.

55Si certains intègrent la délégation cantonale avant leur élection et si d’autres sont élus puis entrent à la délégation cantonale, il en existe pour lesquels le doute subsiste. Celui-ci concerne les individus (23,64 %) dont la carrière débute entre 1871 et 1879 – date à laquelle commence la série de données précises sur la délégation cantonale – ou entre 1919 et 1922 – puisque les données de cette période ne sont pas certifiées. Si tous intègrent la délégation cantonale avant d’être élus, alors ce critère deviendrait extrêmement intéressant en termes de filière d’accès aux chambres élus puisque 66,91 % des deux-cent-soixante-quinze individus concernés seraient alors dans cette situation. Il est peu probable que le facteur soit aussi positif, mais compris entre 43,27 % et 66,91 % ; la délégation cantonale constitue une réelle antichambre du conseil général et du conseil d’arrondissement.

L’essor des Caisses d’Épargne et de prévoyance et du Crédit agricole

56Les caisses d’Épargne et de prévoyance apparaissent dans le premier tiers du XIXe siècle et sont soumises à législation le 9 avril 1881.

57En 1871, quinze communes du département ont développé leur caisse d’Épargne locale. Elles n’étaient que six en 1840 et neuf en 1860. Elles s’organisent autour d’un conseil de directeurs, parfois d’un conseil de directeurs adjoints dans les villes les plus importantes du département. Les caisses des communes rurales sont des succursales des caisses d’Épargne urbaines situées dans les chefs-lieux d’arrondissement. Le développement de ces caisses d’Épargne et de prévoyance est considérable au cours de la Troisième République, puisque vingt-neuf établissements de ce genre sont actifs en 1885. En 1902, il en existe cinquante et, en 1914, soixante-treize.

58Ces institutions d’épargne et de prévoyance sont souvent administrées localement en liaison avec le bureau de bienfaisance, émanation du conseil municipal. Les conseillers municipaux à siéger dans les caisses d’épargne et de prévoyance sont donc très nombreux, et comme les élus de la Marne sont très fréquemment membres du conseil municipal de leur commune d’origine, alors, par extension, ils siègent souvent au sein du conseil d’administration de la caisse d’épargne locale. En 1881, quarante-sept élus dirigent ou administrent une telle institution, ils sont soixante en 1911. Parmi ces derniers certains sont directeurs titulaires des caisses les plus importantes du département, comme Charles David, négociant, cabaretier et débitant de tabacs à Reims ou Romain Garet, propriétaire à Châlons-sur-Marne. D’autres sont directeurs adjoints, à l’image de Prosper Lhotelain, propriétaire et président du comice agricole de l’arrondissement de Reims. Certains sont administrateurs des caisses locales, comme Alex Gillet, cultivateur et négociant en grains à Courtisols. Les vice-présidents de sections locales sont également présents, comme Paul Balourdet, vice-président de la caisse d’épargne et de prévoyance d’Ambonnay. Enfin, les élus qui, en 1911, sont maires d’une commune dans laquelle se trouve une caisse d’épargne sont très fréquemment présidents de celle-ci. Eugène Guillaume, propriétaire-viticulteur, maire du Mesnil-sur-Oger est ainsi président de la caisse d’Épargne de cette commune.

59Le conseil d’administration de la caisse d’Épargne est donc un lieu où se développent des accointances qui peuvent parfois mener au conseil d’arrondissement, au conseil général, mais rarement au parlement. Ces lieux sont effectivement prioritairement administrés par des élus locaux, en fonction ou en devenir. Les exceptions notables se faisant dans la métropole départementale où quelques parlementaires, surtout au début de la période peuvent les diriger à l’image de Victor Diancourt, président de la caisse d’Épargne dès 1876, ancien maire de Reims (1872-1874), conseiller municipal et député de la Marne en 1879.

60Le Crédit agricole est également un organe de soutien financier au monde agricole où se joue une sociabilité. Régies par la loi du 5 novembre 1894, les caisses régionale et locale du crédit agricole mutuel de Châlons-sur-Marne sont administrées au niveau de l’arrondissement par un bureau composé d’un président, d’un vice-président, d’un secrétaire comptable et d’un secrétaire adjoint, par un conseil d’administration composé de quinze membres et les présidences des trente-six caisses locales complètent la structure dirigeante. La composition en est bien connue pour la période 1906-1914.

Tableau 10. Responsabilités détenues par des membres du corpus au Crédit agricole de Châlons-sur-Marne entre 1906 et 1914.

Tableau 10. Responsabilités détenues par des membres du corpus au Crédit agricole de Châlons-sur-Marne entre 1906 et 1914.
  • 60 Eugène Lancelot est cultivateur à Aulnay-sur-Marne où il est maire et conseiller général du canton (...)

61La direction est occupée en permanence par des membres du corpus. De 1906 à 1910, la présidence est aux mains de Charles Barré puis passe à Eugène Lancelot, jusque-là vice-président. Pour remplacer Eugène Lancelot, promu, les membres du conseil d’administration choisissent Gérasime Bellois. Dans le cadre du renouvellement de ce bureau, Raymond Goujard obtient la place de secrétaire adjoint. De 1911 à 1914, le bureau est composé à 75 % d’hommes présents dans le corpus.60 Cette activité publique importante dans l’arrondissement est un facteur qui facilite l’entrée en politique de ceux qui n’y sont pas déjà.

  • 61 Ils sont situés aux 16 de la rue de Marne, au cœur de la ville de Châlons-sur-Marne, à deux pas de (...)

62Les liens entre ce crédit agricole de l’arrondissement de Châlons-sur-Marne, les associations républicaines du canton éponyme et du syndicat agricole la Ligue agricole de la Marne sont évidents : ils partagent les mêmes administrateurs et les mêmes locaux.61 Défenseurs des intérêts économiques de leurs concitoyens, ces hommes bien en vue assoient leur visibilité dans leur canton ou arrondissement.

L’élu et son épouse dans les œuvres de charité et de bienfaisance

  • 62 Cécile Nicco-Kérinvel, « La générosité et l’amour : des passions politiques, », in Revue de métaphy (...)
  • 63 Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises (...)

63Charité et bienfaisance sont des facteurs de sociabilité explorés par les historiens ou les sociologues.62 Si la charité est une vertu individuelle dans laquelle des ressorts religieux sont opérants, la bienfaisance est considérée comme le devoir social résultant de la solidarité entre les hommes. La bienfaisance engendre des politiques urbaines et départementales assimilées à la protection sociale.63 Cette bienfaisance est protéiforme : bureaux de bienfaisance (secours des indigents, aides aux besoins matériels et immédiats des familles les plus en difficulté, de manière temporaire ou durable), asiles (structures d’accueil pour les vieillards), hospices (accueil des malades). Enfin, l’enfance malheureuse interpelle, tant et si bien que les structures d’aide dédiées à cette partie de la population sont très nombreuses et peuvent être d’initiatives publiques ou privées (société de protection de l’enfance ou société de charité maternelle, etc.). La particularité de ces questions est qu’elles sont, une fois n’est pas coutume, asexuées.

64Les sociétés de charité maternelles créées en 1826 et 1827 à Châlons-sur-Marne et à Reims constituent un lieu de sociabilité des familles bourgeoises. Ces sociétés sont dirigées par un bureau du conseil d’administration, des dames administrantes (membres du conseil d’administration) et des dames agrégées (membres de la société). Les patronymes de ces dames sont en 1871, très révélateurs de la provenance sociale de ces femmes, même si cette participation est pratiquement considérée comme indirecte. Leur nom de jeune fille est rarement mentionné, quant à leur prénom il n’apparaît jamais. Zoé Legrand est dame agrégée de la Société de charité maternelle de Reims (dès 1860) et dame administrante (de 1871 à 1912) ; pourtant, dans les annuaires départementaux nulle trace de Zoé Legrand. Par contre, on trouve mention de madame S. Dauphinot. Ainsi, avec la publication des annuaires départementaux, l’activité charitable et de bienfaisance des femmes est immédiatement créditée en faveur de l’époux. À l’heure des choix électoraux, la présence dans l’annuaire départemental influence l’électeur et cette dernière serait moindre pour le candidat si la mention était madame Zoé Legrand, épouse Dauphinot, plutôt que madame S. Dauphinot. En ce sens, la bienfaisance féminine participe de la construction de l’aura personnelle de l’époux et est un facteur de l’élection ou de la réélection. Tout au moins, cette sociabilité de la bienfaisance confirme la place des membres du corpus et de leurs épouses au sein de la bourgeoisie de la cité.

  • 64 La présidente est madame Delasalle, les vice-présidentes sont Charlotte L’heureux et Adeline Perrot (...)
  • 65 Julie Deullin (épouse Duguet), Céline Leduc (épouse Goerg), Aline Boudaille (épouse Lemaire), Mathi (...)
  • 66 Le président du conseil d’administration est Jules Nicolas Bienfait.

65En 1882, la Société de charité maternelle de Châlons-sur-Marne est dirigée par huit femmes.64 Trois d’entre elles sont proches des membres du corpus : Charlotte L’Heureux est l’épouse d’Édouard de Barthélémy, Adeline Perrot est l’épouse d’Émile Perrier et Madame Chanoine est l’épouse du général Chanoine. Donc, en 1882, 25 % des femmes qui dirigent la société de charité maternelle de Châlons-sur-Marne sont des épouses d’hommes politiques, tandis qu’une autre entretient des liens étroits et familiaux avec un homme politique. Parmi les dames administrantes, 8,47 % d’entre elles sont des épouses de membres du corpus.65 La situation n’est pas propre à cette société châlonnaise puisque la même année, Zoé Legrand est vice-présidente de la Société de charité maternelle de Reims. Toujours en 1882, mais au sein de la Société protectrice de l’enfance, administrée par des hommes, mais qui s’appuie sur des dames patronnesses66 : on trouve parmi elles Blanche Délius et Aimée Tassin. La première est l’épouse de Charles Morizet, la seconde est l’épouse du président Jules Bienfait.

66Cette prégnance des élus et de leurs épouses au sein des sociétés de bienfaisance plus spécifiquement destinées à l’enfance perdure. Ainsi, en 1901, parmi les membres bienfaiteurs de la Société de charité maternelle de Châlons-sur-Marne, on trouve Hippolyte Faure et le général Chanoine, tandis que les épouses Chanoine (Delphine Frossard), Goerg (Céline Leduc), Lemaire (Aline Boudaille) et Lequeux (Mathilde Bardin) demeurent des dames administrantes de la société. Dix ans plus tard, sont toujours présentes les épouses Goerg, Lemaire et Lequeux, tandis que sont venues s’adjoindre mesdames Allais (Pauline Lemaire) et Aubert (Eugénie Bataille). À Reims, en 1901, Zoé Legrand est présidente de la Société de charité maternelle, tandis que madame Duchataux (Cécile Dupont) est dame administrante et madame Mennesson est dame agrégée. La même évolution se retrouve au sein de la Société protectrice de l’enfance, où madame Bienfait est conseillère. Or entre 1882 et 1901, madame Bienfait n’est plus la même. Aimée Tassin, première épouse du docteur Bienfait, est décédée le 13 mars 1883. En 1901, la conseillère de la Société protectrice de l’enfance est la seconde épouse et veuve de Jules Bienfait : Cécile Ragot. Cet exemple montre bien que bienfaisance et charité sont, dans de nombreux cas, affaires de couple. La participation à telle ou telle structure de bienfaisance est un choix, une stratégie familiale afin d’intégrer des réseaux de sociabilité bourgeois et urbains, ou de confirmer son intégration. En 1901, Fanny Valser, sœur du pharmacien et professeur à l’École de médecine de Reims, est également une des dames patronnesses de la Société protectrice de l’enfance. Elle permet à son époux, Augustin Maillet, imprimeur à Reims originaire de Sommesous, de confirmer son intégration aux réseaux de sociabilité bourgeois de la cité des sacres.

67Les autres espaces de sociabilité ne sont pas des lieux privilégiés par les élus de la Marne. Ainsi, la société Saint-Vincent-de-Paul bien implantée à Reims et à Châlons-sur-Marne n’attire pas ceux qui siègent au nom des électeurs de la Marne, à moins que ce soient les hommes de ce type de société qui n’attirent pas à eux les électeurs. Même la société protectrice de l’enfance est un cas extrême puisque le nombre des élus ou de leurs épouses à participer à la vie de ces structures de bienfaisance, de solidarité et, en même temps, de sociabilité est limité.

68Le bureau de bienfaisance est l’outil municipal incontournable de la bienfaisance tandis que la société de secours mutuels constitue une organisation locale d’initiative privée.

69Les bureaux de bienfaisance municipaux sont les structures les plus importantes en nombre. Presque tous les élus intègrent à un moment ou à un autre ce genre de structure à partir du moment où ils exercent des fonctions municipales. Le président du bureau de bienfaisance est toujours le maire. La participation des membres du corpus aux bureaux de bienfaisance est donc très fréquente. En 1882, à Arrigny, deux des cinq membres du bureau de bienfaisance appartiennent au corpus, à Ville-sur-Tourbe, trois des cinq sièges sont concernés, etc.

  • 67 Paul Houis, La Mutualité et les sociétés de secours mutuels, Nantes, Dugas (thèse de doctorat écono (...)
  • 68 Ibid., p. 2.
  • 69 Ibid., p. 9.

70Parallèlement à ces structures municipales se créent des sociétés de secours mutuels d’initiatives privées. « La mutualité est une nouvelle solution proposée à la question sociale. »67 Selon Paul Houis, « la question sociale n’est pas nouvelle »68 mais la société de secours mutuels a pour vocation de réunir « l’idée d’épargne [et] le génie de la Mutualité, c’est-à-dire le support en commun des risques de l’existence, et cela au moyen de l’épargne collective. (…) L’idée essentielle de la Mutualité, celle qui donne son nom à cette institution, c’est de réunir d’une part les épargnes, d’autre part les risques d’un grand nombre d’individus, afin de répartir ensuite la somme des risques sur tous les associés. (…) Au lieu d’épargner chacun pour soi, un certain nombre d’[individus] s’associent pour amasser une épargne commune. Le but de cette épargne est de secourir ceux des associés qui viendront à en avoir besoin. »69 Le recrutement des associés s’effectue géographiquement (Société de secours mutuels de Pogny), concerne un certain type de professionnels et une zone géographique plus ou moins vaste (Société de secours mutuels des instituteurs et institutrices du département de la Marne ou Société de secours mutuels des ateliers des chemins de fer de l’Est à Épernay). Le développement de ces sociétés de secours mutuels est exponentiel. On en recense 32 en 1871 et leur nombre atteint 311 en 1914. Même les communes rurales et peu peuplées parviennent à développer des structures de secours mutuels grâce au décret du 26 mars 1852.

71La principale conséquence de ce foisonnement est l’intégration importante des hommes politiques, soit pendant leur mandat, au titre de membre actif ou honoraire, soit avant leur entrée en politique. Émile Fallon fait partie du second groupe, à l’instar de la majeure partie des membres du corpus. Récompensé par la médaille de bronze de la mutualité (promotion du 14 juillet 1910), pour son activité au sein de la société de secours mutuels de Mourmelon-le-Grand, il n’est pas, à cette date, investi en politique locale. Il prend les fauteuils de maire et de conseiller d’arrondissement à Onésime Champenois, après le premier conflit mondial. Les membres du premier groupe deviennent souvent des présidents honoraires. Le choix du président honoraire est tout particulièrement symbolique. Il en est ainsi de la présidence honoraire de la Société de secours mutuels des instituteurs et institutrices du département de la Marne confiée de 1880 à 1907 à Hippolyte Faure, ancien président de cette même société pendant plus de vingt ans. Le choix est souvent symbolique comme dans le cas de la présidence d’honneur de la Société de secours mutuels de La Neuville-au-Pont décernée à Léon Bourgeois, successeur d’Hippolyte Faure ; société dont aucun des deux n’a jamais été sociétaire ni membre dirigeant. En choisissant Léon Bourgeois et en le décorant de plusieurs croix de la société, les membres du conseil d’administration de cette société de secours mutuels font preuve de leur attachement aux idées développées par le père du solidarisme et soulignent ainsi l’œuvre de l’illustre Marnais, ministre du Travail et de la Prévoyance sociale du 14 janvier 1912 au 21 janvier 1913 et du 20 mars 1917 au 7 juillet de la même année.

72Nombreux sont les élus à intégrer ces structures chargées de la question sociale locale et immédiate, mais certains s’y distinguent tout particulièrement. Ainsi, Innocent Villoteaux, président de la Société de secours mutuels de maladie et de retraite La Prévoyante de Festigny, est récompensé à plusieurs reprises : récipiendaire du diplôme de la Mutualité avec mention honorable (promotion du 14 juillet 1910), de la médaille de bronze de la Mutualité (promotion du 14 juillet 1913) pour ses actions au sein de cette société de secours mutuels. Homme d’action publique, dans le cadre de cette société de secours mutuels, il prend par la suite des responsabilités politiques : conseiller municipal dès 1900, maire en 1919, puis le 13 août 1920 il remplace Paul Vallé démissionnaire, au conseil d’arrondissement.

73Le plus décoré du corpus est Charles Gaillemain. Il reçoit le diplôme de la Mutualité avec mention honorable avant 1907, la médaille d’argent le 14 juillet 1908, puis deux médailles d’or à quelques mois d’intervalle.

74Le diplôme de la Mutualité avec mention honorable est décerné cinq-cent-quatre-vingt-huit fois et les membres du corpus représentent 4,93 % des décorés. Mais, ils représentent 7,65 % des décorés de la médaille de bronze, 5,63 % des porteurs de la médaille d’argent, et reçoivent, entre 1898 et 1913, 23,08 % des médailles d’or distribuées à des Marnais. Une grande part exerce au niveau local des fonctions dont l’impact est réel sur la vie quotidienne de leurs concitoyens sans que ces archives des décorations n’aient eu à garder trace de leur implication. Pourtant, ces actions favorisent très certainement l’élection des individus et ces distinctions participent, au même titre que d’autres décorations, à renforcer la crédibilité du candidat. Ayant fait ses preuves l’homme peut être envoyé en toute confiance au sein des assemblées politiques représentatives.

75La place de la société de secours mutuels ne cesse d’augmenter entre 1871 et 1914. Après le premier conflit mondial, les données récoltées sont beaucoup moins fiables, mais il n’en demeure pas moins vrai que ces structures continuent d’accueillir nombre de ceux qui composent le corpus, ceux-ci étant encore décorés. Ainsi, Charles Bourgeois, négociant à La Neuville-au-Pont, est trésorier de la société de secours mutuels de cette commune de 1908 à 1919. Au lendemain du premier conflit mondial, il en devient président. Situé en Argonne, dans une zone détruite à plus de 90 %, le village de La Neuville-au-Pont est véritablement sinistré. Le retour des réfugiés doit être organisé. La Société de secours mutuels y joue dès lors un rôle fondamental. Celui-ci est très probablement favorisé puisque le président de cette dernière est en même temps le maire de la commune. Six ans plus tard, le 19 juillet 1925, Charles Bourgeois se présente aux élections cantonales et est élu conseiller d’arrondissement. Nul doute que les activités menées dans la société de secours mutuels de La Neuville-au-Pont ont joué un rôle dans la crédibilité du candidat. Cette dernière est reconnue le 21 juillet 1926 quand il reçoit la médaille de bronze de la Mutualité ; pourtant activité et reconnaissance mutualistes précèdent souvent activité et reconnaissance politiques locales.

Le syndicalisme agricole véritable espace de formation des élites rurales

  • 70 Dite loi Le Chapelier.
  • 71 Loi du 21 mars 1884 relative à la création de syndicats professionnels.
  • 72 Claude-Isabelle Brelot, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », in Ca (...)

76Avec la loi du 21 mars 1884, dite loi Waldeck-Rousseau, « sont abrogés la loi des 14-17 juin 179170 et l’article 416 du code pénal. »71 À la suite de cette libéralisation du droit syndical, le syndicalisme agricole apparaît. La Ligue agricole de la Marne est fondée le 28 janvier 1888 à Châlons-sur-Marne. Cette structure, plus grosse organisation syndicale départementale, fédération de syndicats cantonaux, n’est pas la première à voir le jour dans le département. En 1884, peu de temps après la publication de la loi est créée la Chambre syndicale des négociants en grains et farines de l’arrondissement de Vitry-le-François. En juillet 1886, est créée l’Association syndicale patronale des agriculteurs de l’arrondissement de Vitry-le-François. À l’échelle nationale le syndicalisme agricole apparaît comme une « opportunité d’un renouvellement du clientélisme traditionnel [pour] la noblesse, »72 mais le syndicalisme marnais est fondé et dirigé par des notables non nobles. Néanmoins, il existe un syndicat qui n’en prend pas le nom et qui n’est pas très vindicatif : la Société d’horticulture et de viticulture d’Épernay, dirigée par Charles de Cazanove, Gaston Chandon de Briailles, l’abbé Gouilly, Henri Gallice, etc. Sans prendre en considération cette structure atypique dans le département de la Marne, peu active et regroupant assez peu d’adhérents, deux grands syndicats agricoles s’opposent dans la Marne : la Ligue agricole de la Marne et le Syndicat agricole libre de la Marne, fondé le 21 mars 1884.

  • 73 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920, député de la Marne de 1889 à 1898, sénateur de (...)
  • 74 Maire de Châlons-sur-Marne de 1906 à 1908.

77Le conseil d’administration de la Ligue agricole de la Marne rassemble vingt-deux membres, auxquels il faut ajouter les deux avocats spécialisés dans le contentieux et les sept membres du bureau. Les avocats du syndicat sont au cours de la période 1896-1914 immuables : Ernest Vallé73 et Alfred Damel.74 Le Syndicat agricole libre de la Marne compte cinq membres du bureau et cinq correspondants départementaux.

78La Ligue agricole de la Marne est le lieu d’exercice d’assez nombreux membres du corpus. Entre 1896 et 1914, vingt-trois élus de la Marne sous la Troisième République intègrent ce syndicat, non pas comme simple membre, mais en qualité d’administrateur. Si leur impact réel va decrescendo (ils sont seize en 1896 et neuf en 1914), leur influence demeure très importante car ils ne représentent jamais moins de 30 % des administrateurs du syndicat.

79Au Syndicat agricole libre de la Marne, l’influence des membres du corpus évolue de la même façon, sauf que leur influence ne dépasse jamais 30 % (entre 1901 et 1903), correspond souvent à 20 % (1896-1900 ; 1904-1909) et tombe à 10 % en fin de période (1910-1914).

80Cette présence signifie-t-elle une élection facilitée ? Il est difficile de dresser un bilan définitif. Parmi les vingt-trois membres de la Ligue agricole de la Marne, 21,74 % commencent leur carrière avant la création du syndicat et 22,22 % sont élus avant leur entrée au conseil d’administration de la Ligue agricole de la Marne. Pour 27,78 % des individus, le mandat commence après la création du syndicat, mais avant l’existence de sources fiables. L’appartenance au syndicat agricole favorise l’élection de 50 % à 77,78 % des membres du corpus à intégrer le conseil d’administration de la Ligue agricole.

81Au point de vue politique, aucune ambiguïté n’est possible pour ce syndicat qui se présente comme républicain et laïque. Tous ses membres représentent la gauche, qu’elle soit radicale ou modérée. Cette affiliation politique est évidente à regarder le parcours de deux hommes qui entrent ou sortent de cette structure en fonction de l’évolution de leurs convictions politiques. Entre 1896 et 1904, Edmond Chevallier est membre du conseil d’administration de la Ligue agricole de la Marne. En 1904, lors des élections municipales, il se présente comme candidat républicain progressiste et quitte le syndicat agricole. Dans un parcours inverse, Henri Portier, candidat progressiste lors des municipales de 1908, se présente finalement sous la bannière de la gauche républicaine modérée lors des cantonales de 1910. Élu pour le canton de Dommartin-sur-Yèvre, il intègre à ce moment-là le comité républicain du canton et deux ans plus tard, il devient administrateur de la Ligue agricole de la Marne. Selon ces deux parcours individuels, la sensibilité politique joue un rôle dans ces structures syndicales. Si la Ligue agricole de la Marne est de gauche, alors le Syndicat agricole libre de la Marne est plutôt de droite avec pour membres Julien Barbier Lalobe de Felcourt, Alfred Lequeux, Léon Morillot ou Édouard Ponsard.

  • 75 Président, père d’Henri Deverdun, membre du parti radical et radical-socialiste, se présente aux él (...)
  • 76 Vice-président.
  • 77 Vice-président, maire de Selles à compter de 1889, conseiller d’arrondissement du canton de Beine d (...)
  • 78 Vice-président. Il s’agit du frère d’Alfred Margaine, conseiller général du canton de Ville-sur-Tou (...)
  • 79 Vice-président. Conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont depuis 1913.
  • 80 Secrétaire.
  • 81 Trésorier.

82Ce syndicalisme agricole occupe une véritable place dans le paysage politique et social de la Troisième République, il s’adosse en réalité sur une puissante organisation d’associations agricoles cantonales et de groupes politiques cantonaux, comme le montre très bien l’exemple de Charles Barré. Membre fondateur de la Ligue agricole de la Marne le 28 janvier 1888, secrétaire dudit syndicat de 1888 à 1901 puis président de 1901 à 1939, il s’inscrit également dans d’autres syndicats qui se rattachent à la Ligue agricole de la Marne. En 1914, il est président de la Ligue agricole de la Marne, vice-président de l’union agricole, horticole et viticole de la Marne. Au sein de ce bureau, il côtoie, Gustave Deverdun,75 Ernest Vallé,76 Ernest Monfeuillart,77 Albert Margaine,78 Augustin Royer,79 un certain monsieur Lebrun de Châlons-sur-Marne,80 et Henri Champagne.81 Charles Barré est dans le même temps président de l’association républicaine du canton de Châlons-sur-Marne.

Associations politiques et partis favorisent soutiens et amitiés

  • 82 Expression créée par Daniel Halévy (Daniel Halévy, La Fin des notables, Paris, Grasset, 1930, 301 p (...)
  • 83 René Rémond, La Vie politique en France 1879-1939. La république souveraine, Paris, Fayard, « Agora (...)

83C’est à l’aune du XXe siècle que sont créés les premiers partis politiques en France, et le premier de ceux-ci est le parti républicain, radical et radical-socialiste, fondé en juin 1901. Avant cette date, des groupes, des affinités, des soutiens personnels existent, des cautions institutionnelles se font également jour. Pourtant, le parti transforme radicalement le paysage politique. Les filières d’accès traditionnelles, multiples mais relativement codifiées, aux assemblées locales ou nationales sont bouleversées. Jusqu’à la création de véritables partis, les hommes politiques ont fait connaître leurs capacités à gérer la cité, ont mis en avant leur crédibilité par l’intermédiaire d’une foultitude de filières parmi lesquelles les rouages économiques, judiciaires, les conseils d’administration, les structures de bienfaisance, les sociétés savantes, les loges maçonniques, etc. La vie politique partidaire transforme le mode de recrutement des élus et participe à la création de l’expression « la fin des notables. »82 Les candidats de 1871 et de 1936 ne sont pas les mêmes. Celui de 1936 représente obligatoirement un parti, ou une organisation politique à structure pseudo-partidaire, celui de 1871 représente un groupe social, des intérêts de groupe et défend une conception politique individuelle. Les partis sont issus d’une « transformation continue (…) à commencer par leur identité, et pas seulement leurs appellations. En soixante ans, le paysage s’est totalement renouvelé : un député élu en 1877 n’aurait retrouvé dans la Chambre de 1936 aucun des groupes qui composaient l’arc qui lui était familier, et réciproquement aucune des formations qui emplissait l’hémicycle de la dernière législature de la Troisième République n’était représentée comme telle dans les Chambres des années 1880, même si telle ou telle pouvait s’y chercher quelque grand ancêtre dans le souci de s’inscrire dans la durée. »83 Si le phénomène est national, il marque en profondeur le paysage politique local et départemental. Les grands partis nationaux s’appuient sur un maillage plus ou moins dense, en fonction de leurs capacités à imprégner les campagnes, en fonction des moyens logistiques mis à disposition par les superstructures afin de développer l’infrastructure, en fonction des capacités d’intégration au sein des assemblées des électrons libres qui peuvent se présenter et être élus, etc. Il est possible de repérer trois périodes distinctes, une (1871-1905) où les amitiés en politiques sont assez informelles, une (1910-1940) où les structures partidaires dominent le champ politique, et une période transitoire (1900-1914) où les associations locales jouent un rôle déterminant.

84Entre 1871 et 1905, les réseaux de soutien mis en œuvre lors des campagnes électorales sont clairement assimilés à des réseaux d’amitié. Cette dernière est-elle réelle ou feinte, de façade et finalement construite pour les seules contingences électorales ? Est sûre l’importance revêtue par le réseau, qu’il soit qualifié de soutien ou d’amitié. Quand le soutien est considéré comme amical par l’un des deux membres de la relation, en changer correspond clairement à une trahison. C’est en tout cas ainsi, qu’Alfred Autier juge, lors des élections cantonales du 31 juillet 1904, l’attitude de Nicolas Lavison lors de celles de 1898 :

  • 84 AD. Marne – Aff. El VI 825.

« Électeurs,
Jugez si vous devez croire des hommes dont les convictions sont si légères, les amitiés si inconstantes et qui ont pour guide, non pas les intérêts de la ville de Sainte-Menehould et du canton, mais leur intérêt personnel et une ambition exagérée. »84

85Selon la symbolique traditionnelle du monde politique, Nicolas Lavison a retourné sa veste. Les reproches formulés à l’égard du candidat Lavison-Gouilly reviennent fréquemment dans les affiches électorales. Dans celles-ci, les soutiens sont très clairement affirmés, les amitiés aussi.

  • 85 Le canton compte 21 135 habitants en 1882.
  • 86 Ne signent pas le républicain Évrard Mignon et les réactionnaires Auguste Forzy et Ange Rémy. AD. M (...)
  • 87 Le douzième homme est le candidat lui-même.

86Parfois ces réseaux constituent de véritables litanies qui viennent ponctuer la profession de foi placardée. Ainsi, en juin 1891, Henri Henrot, maire de Reims et candidat aux élections cantonales, fait afficher la liste impressionnante de ses soutiens. Ces derniers sont au nombre de cent-vingt-neuf ! Certes au regard de la population du troisième canton de Reims,85 ce nombre n’est pas si important (à peine plus de 0,6 % de la population cantonale), mais un tiers de l’espace disponible sur l’affiche sert à indiquer les soutiens du candidat. En comparaison, l’année suivante, dans le cadre des cantonales visant à désigner un conseiller général pour le canton de Châtillon-sur-Marne, le candidat Adolphe Carré désigne son comité de patronage composé de vingt-quatre individus (approximativement 0,4 % de la population cantonale). Dès lors, la liste présentée dans l’affiche diffusée par Henri Henrot peut apparaître comme relativement conforme aux normes entre 1871 et 1905. Cependant, plus que le nombre des soutiens, la qualité de ceux-ci s’avère primordiale. Ainsi, le bureau du comité de soutien d’Henri Henrot compte trois conseillers municipaux de Reims, un professeur, un représentant de commerce, un teinturier, un journaliste, un propriétaire et un photographe, tandis que la composition socioprofessionnelle du comité complet laisse une place importante aux artisans et commerçants de proximité, tels les boulangers, les épiciers, etc. Ces catégories socioprofessionnelles correspondent à 40,74 % des membres. Les employés constituent 34,57 % des signataires. En dehors du maire-candidat, un seul individu exerce une profession libérale : le pharmacien Lartilleux. À Châtillon-sur-Marne, onze des dix-neuf maires du canton soutiennent la candidature d’Adolphe Carré et leurs signatures sont apposées à côté de celles de huit des onze membres86 du conseil municipal de Châtillon-sur-Marne.87 La qualité des soutiens, plus que leur nombre, explique l’élection d’Adolphe Carré et la défaite d’Henri Henrot puisque les mandats électoraux détenus par les soutiens et leur profession entrent en ligne de compte.

87Ces groupes de soutien sont très fréquents avant la création et le développement des structures partidaires. Ces dernières remplacent des affinités individuelles et personnelles par des affinités codifiées et institutionnalisées par le biais du parti politique, surtout entre 1910 et 1940.

88Dans la Marne, le réseau partidaire le plus important est celui des Associations républicaines de gauche. Les partis de droite et de centre-droit s’y structurent plus tardivement. Pourtant, l’impression d’uniformité et d’homogénéité de la gauche marnaise qui se dégage des campagnes électorales et des affiches politiques utilisées lors de celles-ci est relativement trompeuse. L’association républicaine est en réalité multiple et regroupe en son sein une multitude de composantes politiques différentes. De gauche, il n’est donc pas et il vaut mieux évoquer les gauches. L’extrême, avec les partis socialistes et communistes, est assez peu présente. Le centre-gauche ne prend pas appui sur un véritable parti constitué et est davantage présent avant la structuration de la vie politique en vie partidaire. Entre ces deux éléments une vaste gauche radicale ou modérée.

89En période préélectorale, ce temps des partis est marqué par la disparition progressive des campagnes traditionnelles, faites d’homme à homme par le biais d’affiches électorales contextualisées, au profit de slogans généraux et de thèmes nationaux, où les oppositions se font de groupe à groupe. Il en est ainsi lors des élections législatives de 1932, au cours de laquelle plusieurs affiches nationales viennent fleurir les murs et panneaux électoraux. Ce changement d’échelle, où les questions locales sont progressivement supplantées par les thèmes nationaux, est surtout le reflet des tactiques socialistes et communistes.

  • 88 AD. Marne – Aff. El V 862.
  • 89 AD. Marne – Aff. El V 867.

90Lors des élections législatives de 1928, René Bonneau, candidat républicain indépendant constate la réalité de l’importance des partis et de leurs pratiques sur la vie politique et développe un discours antipartidaire net.88 Il montre la confiscation de la vie politique par les grands partis organisés grâce au déploiement de moyens financiers colossaux dégagés sur le plan national et fait de la politique une lutte d’idées, voire d’idéologies, entre des capitalistes bigots et des travailleurs internationalistes. La vision simpliste participe au discours antiparlementariste et antipartidaire. Pourtant, ce modèle de vie politique est si présent et ancré que dans l’affiche de remerciements et d’appel à la continuation de la lutte pour le scrutin de ballottage, le même René Bonneau,89 en vient à se contredire en fin d’affiche quand il demande aux candidats indépendants de se grouper et de former… un parti ! Ainsi, ce qu’il rejette en bloc, il est dans l’obligation d’envisager de l’appliquer, afin d’infléchir la politique. Cet exemple prouve que le parti est véritablement devenu une pièce maîtresse et incontournable de la vie politique française et une vitrine obligatoire pour le candidat.

  • 90 François Regnauld, Le Radicalisme marnais de 1919 à 1939, Reims, Université de Reims, Mémoire de ma (...)

91Entre 1910 et 1940, le paysage politique marnais est marqué par l’omniprésence du vaste réseau radical-socialiste90 dominé par les figures d’Ernest Vallé (jusqu’en 1920), de Léon Bourgeois (jusqu’en 1925), d’Ernest Monfeuillart (jusqu’en 1932) et de Gaston Poittevin (à compter de 1925).

92Pourtant, les radicaux-socialistes marnais ne constituent pas un tout homogène et plusieurs tendances existent. De l’aile gauche à l’aile droite, de Lucien Prud’homme à Pierre Forgeot, les divergences sont parfois importantes. Si Lucien Prud’homme n’exclue pas l’alliance avec les socialistes et même les communistes, René François se présente en 1937 comme « républicain radical-socialiste anti-communiste ». Pourtant la structure partidaire radicale-socialiste par les moyens logistiques mis en œuvre, et notamment l’utilisation de L’Éclaireur de l’Est organe de presse officiel longtemps dirigé par Paul Marchandeau, et surtout par l’étiquette politique qu’elle confère attire.

93Entre 1900 et 1914, se créée une phase transitoire au cours de laquelle les membres du corpus développent des stratégies multiples, en partie traditionnelles, en partie nouvelles, afin de définir des sociabilités temporaires, créées le temps des campagnes électorales, ou permanentes. La période est marquée par la création à l’échelle nationale des partis politiques et à l’échelle locale par celle des associations républicaines cantonales. Celles-ci entretiennent des liens entre-elles et constituent de vastes et complexes réseaux politiques, dont trois pôles majeurs ressortent.

  • 91 Secrétaire puis, à partir de 1901, président de l’association châlonnaise.
  • 92 Président de l’association républicaine du canton d’Écury-sur-Coole tout au long de la période.
  • 93 Président de celle du canton d’Heiltz-le-Maurupt.

94Le premier groupe constitue un noyau dur composé de trois élus qui dirigent de 1896 à 1914 une partie de la structure républicaine : Charles Barré,91 Eugène Lancelot92 et Édouard Leblanc.93

95Le second groupe concentre les pouvoirs à partir de 1901 avec un apogée en 1910, année où plusieurs sont en activité. Dans ce groupe se trouve par exemple Léon Buirette, filateur à Suippes où il est maire de 1903 à 1919. Celui-ci est surtout président de l’association républicaine du canton de Suippes de 1901 à 1911. Cette même année, il entre au conseil général.

96Le troisième groupe se construit autour d’individus qui prennent la présidence d’associations républicaines en 1914 à Reims et dans les cantons environnants.

97Au cours de cette période transitoire, les individus utilisent les ressorts traditionnels et les filières d’accès en voie de construction proches des associations républicaines : la Ligue agricole de la Marne, le crédit agricole et la délégation cantonale.

98Entre 1896 et 1914, les cinquante-deux dirigeants des associations républicaines tissent un réseau dans lequel cent-cinquante-sept autres membres du corpus les côtoient. Ce réseau constitué autour de quelques fonctions publiques regroupe, pour une courte période d’exercice (1896-1914), 42,65 % des élus de la Marne sous la Troisième République et se construit autour de liens multiples entre les élus de la Belle-Époque. L’enchevêtrement des structures politiques, économiques ou associatives, conduit au maintien d’une élite choisie, qui se vit comme telle et intègre aussi les rouages traditionnels des élites anciennes. Ainsi, la Ligue agricole de la Marne et les crédits agricoles locaux constituent de véritables annexes des associations républicaines.

99Ce microcosme, où se côtoient ces élites urbaines et rurales, connaît des ramifications redoublées par l’intermédiaire de la délégation cantonale nommée par le conseil départemental de l’instruction primaire, véritable antichambre du pouvoir local, comme évoqué précédemment. Il s’avère donc que les fonctions publiques exercées par les hommes politiques ne sont pas choisies au hasard. Le contrôle exercé par les associations républicaines sur des rouages importants, essentiels pour certains dans la vie quotidienne de leurs concitoyens, créé une structure suffisamment puissante pour que leurs membres dirigeants intègrent la fonction politique. La notabilité, si elle ne naît pas de cette participation active s’en enrichit. C’est en quelque sorte le cercle vertueux de la notabilité qu’intègrent ces hommes. En étant notables, ils parviennent à être nommés comme délégué cantonal, or cette notabilité se construit grâce à la participation active au sein du syndicat, du comice agricole local, etc. Pourtant la première marche ne peut être franchie qu’à condition d’être d’ores et déjà reconnu par ses pairs. Cette reconnaissance s’effectue essentiellement sur la crédibilité professionnelle, la crédibilité sociale et la crédibilité familiale. Ainsi, sans se transmettre de manière héréditaire, certaines fonctions non politiques mais porteuses de notabilité sont occupées par des pères puis des fils. Camille Gellot, par exemple est délégué cantonal de 1901 à 1914, alors que son père l’est de 1879 à 1890. Cette situation sans constituer la règle, n’est pas si rare et confirme que la notabilité se construit de génération en génération et mène aux chambres politiques élues au suffrage universel.

Notes

1 Maurice Agulhon, Le Cercle dans la France bourgeoise (1810-1848). Étude d’une mutation de sociabilité, Paris, Armand Colin, 1977, 105 pages.

2 Maurice Agulhon, « Préface », in Michel Leuwers (dir.), Élites et sociabilité au XIXe siècle. Héritages, identités, Lille/Douai, Centre de Recherche sur l’Histoire de l’Europe du Nord-Ouest (Université Lille III)/Société d’agriculture sciences et arts de Douai/Université d’Artois, 2001, p. 7.

3 Ibid., p. 6.

4 Ibid., p. 7.

5 Jean-Pierre Chaline, « L’activité associative des parlementaires parisiens », in Jean-Marie Mayeur (dir.), Les parlementaires de la Seine sous la Troisième République, tome 1, Études, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 37.

6 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 241.

7 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « Points – Histoire », 2001 (1991), p. 248.

8 Michel Dumoulin, Els Witte, Nouvelle histoire de Belgique, Bruxelles, Complexe, 2005, p. 126.

9 Catherine Durandin, « Entre tradition et aventure », in Guy Chaussinand-Nogaret (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Tallandier, « Pluriel », 1991, pp. 436-437.

10 Émile Littré, « socialité », in Dictionnaire, Paris, 1872-1877.

11 Les fonctions sont abrégées en P (président), VP (vice-président), S (secrétaire), VS (vice-secrétaire), T (trésorier), CA (Conseil d’administration), les comices également : comice départemental (D), Châlons-sur-Marne (C), Épernay (E), Reims (R), Sainte-Menehould (SM), Sézanne (S) et Vitry-le-François (V). Ponsard (P – D), Lequeux (S – D), Ponsard (P – C), Lequeux (S – C), Lhotelain (S – R), Durant de Mareuil, Vanier, Sarazin, Thomas-Derevoge (CA – R), Barbier Lalobe de Felcourt Th. (P – V), Jémot (VS – E), de Pleurre (P – S), de Villiers (VP – S), Nidart (P – SM), Tilloy (VP – SM), Géraudel (S – SM).

12 Ponsard, Lequeux (deux fois), Lhotelain, Sarazin, Bailliot, J. Barbier Lalobe de Felcourt, Chaudron et Géraudel.

13 Ponsard, Lequeux (deux fois), Lhotelain, Bouché, Delabruyère, Sarazin, Bailliot, Labbé, Jolly, Tilloy, Duval, Prin.

14 De Sainte-Menehould.

15 AD. Marne – Aff. El VI. 1238.

16 Conseiller général de la Marne au nom des électeurs du canton de Montmirail à compter du 10 octobre 1937.

17 Conseiller général du même canton de Montmirail de 1871 à 1877.

18 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaire, op. cit.

19 Adolphe Trébuchet, « Chambre de commerce », in Alexandre Baudrimont, Jean-Dominique Blanqui (dir.), Dictionnaire de l’industrie manufacturière, commerciale et agricole, Paris, Baillière, 1833, tome 3, pp. 190-192.

20 Par ordre alphabétique et en indiquant l’ancienneté dans la chambre, siègent à cette date : le comte de Brunet (1854), Louis Camu-Bertherand (1848), Jean-Simon Dauphinot (1864), Pierre Lecointre (1847), Charles Lochet (1854), Edmond Lucas-Billet (1848), Roland Maille-Leblanc (1854), Marteau (1868), Louis Midoc (1840), Charles Perrier (1864), Eugène Perrier (1854), Louis Roederer (1854), Charles Rogelet (1864), Antoine Villeminot-Huart (1854), Jules Warnier (1864), Édouard Werlé (1842).

21 Jules Poullot (président), Raymond de la Morinerie (vice-président), Alfred Hébert, Alfred Werlé, Pierre Martin-Ragot, Virgile Girardot, Émile Hannier, Raoul Chandon, Félix Benoist, Vasseur, Maurice Noirot, Firmin Charbonneaux, Charles Marteau, Edmond de Ayala, Noblesse et Eugène Gosset.

22 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vigneron champenois (1908-1914) », in Philippe Lacombrade, Fabien Nicolas (dir.), Vin et République, Paris, Pepper/L’Harmattan, « Cliopolis », 2009, pp. 97-111 ; et Alexandre Niess, « Les questions vitivinicoles au conseil général de la Marne (1811-1914), reflets des mutations dans les débats politiques départementaux », in Serge Wolikow (dir.), La construction contemporaine des territoires du Champagne. L’invention de la Champagne viticole (1811-1911-2011), à paraître.

23 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes en France (XIXe-XXe siècles), Paris, CTHS, 1995, 270 pages.

24 Les élus de gauche ne représentent que 23,08 %.

25 L’étiquette politique d’Alexis Legrand n’est pas totalement certifiée, mais il est fort probable qu’il siège à droite.

26 Membre de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne depuis 1846, en a été le vice-président entre 1858 et 1859 et le président de 1859 à 1863, puis de 1867 à 1869.

27 Membre éminent de la Société des sciences et arts de Vitry-le-François.

28 Louis Guédet, Gustave Alexandre Laurent et Alexandre Senart.

29 Les huit membres titulaires de la période 1871-1881 sont docteurs en médecine (2), avocats (2), négociants en tissus (2), cultivateur (1) et imprimeur (1). Ce recrutement socioprofessionnel des membres de l’Académie nationale de Reims n’est pas très loin de représenter la composition sociopolitique idéale de chambres élues selon Léon Gambetta, l’avocat, descendant de pharmaciens. Les six membres titulaires de la période 1901-1911 exercent les professions de négociant en tissus (1), imprimeur (1), avocat (1), greffier (1), notaire (1) et cultivateur (1). Là encore la structure socioprofessionnelle évolue relativement peu et semble conforme aux vœux gambettistes.

30 Pierre-Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, pp. 9-10.

31 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, « Critique de la politique », 1993 (Strukturwandel der Öffentlichkeit [1962]), 324 pages.

32 Ibid., p. 38.

33 Pierre-Yves Beaurepaire, op. cit., p. 109.

34 Pierre Guillaume, La Franc-maçonnerie à Reims (1740-2000), et plus particulièrement le tome 3, Des francs-maçons. Les “Hauts Grades” de la Franc-maçonnerie, Reims, Thèse de doctorat sous la direction de M. le Professeur Patrick Demouy, Université de Reims-Champagne-Ardenne, 2002.

35 Député de la Marne dès 1871 mais initié dès 1855.

36 Expert-comptable et vénérable de la loge L’Évolution sociale de Reims dès 1928, élu conseiller général en 1937.

37 Le plus jeune est Paul Marchandeau, initié à Gaillac, à la loge Orion, à l’âge de vingt-deux ans. Le plus âgé est Victor Philbert, initié à Reims, à la loge de La Sincérité, à l’âge de cinquante-trois ans.

38 M = maire ; CA = conseiller d’arrondissement ; CG = conseiller général ; P = parlementaire.

39 Alfred Thomas est Vénérable à plusieurs reprises : de 1860 à 1862, de 1864 à 1870, de 1881 à 1885 et entre 1887 et 1888.

40 Philip Nord, « Utopistes, radicaux et universalistes. Les francs-maçons aux origines de la Troisième République », in Luis P. Martin, Les francs-maçons dans la cité. Les cultures politiques de la Franc-maçonnerie en Europe. XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 59.

41 Philip Nord, op. cit., p. 75.

42 Pierre Guillaume, op. cit., p. 633.

43 Pierre-Yves Beaurepaire, op. cit., p. 109.

44 Sœur Hélène Chambelland, chirurgien-dentiste, vénérable de la loge Le Niveau de 1936 à 1945.

45 Conseiller général du deuxième canton de Reims à partir de 1937.

46 Société de gymnastique de Reims (1868), la Gauloise (1869), la Fraternelle (1872), la Vigilante (1880), la Rémoise (1880), la Patrie (1881), la Sentinelle (1883), les Volontaires d’Alsace-Lorraine (1886).

47 Joseph Goumant, élu conservateur, est président de La Fismoise.

48 Napoléon Lasserre, républicain, est président de La Gauloise de Reims en 1879-1880.

49 Conseiller d’arrondissement du quatrième canton de Reims de 1889 à 1895 et conseiller municipal de Reims.

50 Elle ne le devient qu’à partir de 1856.

51 Les sections athlétisme depuis 1882, rugby depuis 1892 et football depuis 1896 sont les plus anciennes.

52 Louis Victor Diancourt, Hercule et Omphale : tragédie, Strasbourg, Berger-Levrault, 1866, 80 pages.

53 AD. Marne – J 5240.

54 Une distribution des rôles est envisagée mais aucune trace ne laisse supposer qu’il y ait eu une représentation.

55 Jean-Pierre Ravaux, « Léon Bourgeois, sculpteur et ami des arts », in Alexandre Niess, Maurice Vaïsse (dir.), Léon Bourgeois. Du solidarisme à la Société des Nations, Langres, Guéniot/ARPEGE, 2006, p. 135.

56 Jérémy Dupuy, La figure sociale du juge de paix au dix-neuvième siècle. L’exemple des Ardennes (1815-1914), Reims, Université de Reims, Mémoire de DEA, 2005.

57 Ibid., p. 11.

58 Il s’agit du conseil départemental d’enseignement primaire composé du « préfet, de l’inspecteur d’académie, de quatre conseillers généraux élus par leurs collègues, le directeur de l’école normale d’instituteur, la directrice de l’école normale d’institutrices, de deux instituteurs, de deux institutrices et de deux inspecteurs de l’enseignement primaire désignés par le ministre. » Loi du 30 octobre 1886 relative à l’organisation de l’enseignement primaire, Titre 4, chapitre 1, article 44.

59 Loi du 30 octobre 1886 relative à l’organisation de l’enseignement primaire, Titre 4, chapitre 1, article 52.

60 Eugène Lancelot est cultivateur à Aulnay-sur-Marne où il est maire et conseiller général du canton d’Écury-sur-Coole depuis 1898. Gérasime Bellois, entrepreneur de travaux publics à Courtisols, est maire de cette commune depuis 1896 et siège au conseil général au nom des électeurs du canton de Marson depuis dix ans. Raymond Goujard, cultivateur, est maire de Juvigny. Il n’est élu au conseil d’arrondissement qu’au lendemain de la guerre.

61 Ils sont situés aux 16 de la rue de Marne, au cœur de la ville de Châlons-sur-Marne, à deux pas de l’Hôtel de Ville ; avant d’être déplacés rue d’Orfeuil.

62 Cécile Nicco-Kérinvel, « La générosité et l’amour : des passions politiques, », in Revue de métaphysique et de morale, Paris, Presses Universitaires de France, no 58, 2008, pp. 247-267. Sylvain Rappaport, « Le temps de la vertu : vertu de la lenteur », in Revue Historique, no 621, 2002, pp. 51-76.

63 Yannick Marec, Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, 404 pages.

64 La présidente est madame Delasalle, les vice-présidentes sont Charlotte L’heureux et Adeline Perrot. Le conseil d’administration se compose de madame Copin, de madame Jules Chanoine, de madame Chalette, de madame Rémy épouse Drouot et de madame Piéton épouse Faillet.

65 Julie Deullin (épouse Duguet), Céline Leduc (épouse Goerg), Aline Boudaille (épouse Lemaire), Mathilde Bardin (épouse Lequeux) et Rose Mafflard (épouse Varlet).

66 Le président du conseil d’administration est Jules Nicolas Bienfait.

67 Paul Houis, La Mutualité et les sociétés de secours mutuels, Nantes, Dugas (thèse de doctorat économique, Université de Rennes), 1907, p. 1.

68 Ibid., p. 2.

69 Ibid., p. 9.

70 Dite loi Le Chapelier.

71 Loi du 21 mars 1884 relative à la création de syndicats professionnels.

72 Claude-Isabelle Brelot, « Le syndicalisme agricole et la noblesse en France de 1884 à 1914 », in Cahiers d’histoire, 1996, no 2,

73 Conseiller général du canton d’Avize de 1887 à 1920, député de la Marne de 1889 à 1898, sénateur de la Marne de 1898 à 1920, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur du 28 juin au 28 octobre 1898 et ministre de la Justice et Garde des Sceaux du 7 juin 1902 au 24 janvier 1905.

74 Maire de Châlons-sur-Marne de 1906 à 1908.

75 Président, père d’Henri Deverdun, membre du parti radical et radical-socialiste, se présente aux élections cantonales de 1920, est élu conseiller d’arrondissement, avant d’entrer au conseil général en 1937.

76 Vice-président.

77 Vice-président, maire de Selles à compter de 1889, conseiller d’arrondissement du canton de Beine de 1886 à 1890, conseiller général du canton de Beine depuis 1890, député de la Marne de 1898 à 1906 et sénateur depuis 1906.

78 Vice-président. Il s’agit du frère d’Alfred Margaine, conseiller général du canton de Ville-sur-Tourbe depuis 1901 et député depuis 1910, et du fils de Camille Margaine, maire de Sainte-Menehould de 1867 à 1874 et de 1876 à 1883, conseiller général du canton de Sainte-Menehould de 1871 à 1893, député de la Marne de 1871 à 1888 et sénateur de la Marne de 1888 à 1893.

79 Vice-président. Conseiller d’arrondissement du canton de Thiéblemont depuis 1913.

80 Secrétaire.

81 Trésorier.

82 Expression créée par Daniel Halévy (Daniel Halévy, La Fin des notables, Paris, Grasset, 1930, 301 pages) et reprise par Jean-Marie Mayeur (Jean-Marie Mayeur reprend cette formulation de Daniel Halévy en titre du premier chapitre de la synthèse qu’il écrit sur Les Débuts de la Troisième République, Paris, Seuil, « Points », 1973) et par Christophe Charle (Sans employer véritablement la formule, il use d’un artifice langagier pour suggérer ce phénomène alors que dans le chapitre de son Histoire sociale de la France au XIXe siècle, il évoque, page 229, la « Noblesse et les notables : déclin ou reconversion ? ».).

83 René Rémond, La Vie politique en France 1879-1939. La république souveraine, Paris, Fayard, « Agora », 2002, p. 241.

84 AD. Marne – Aff. El VI 825.

85 Le canton compte 21 135 habitants en 1882.

86 Ne signent pas le républicain Évrard Mignon et les réactionnaires Auguste Forzy et Ange Rémy. AD. Marne – 10 M 107.

87 Le douzième homme est le candidat lui-même.

88 AD. Marne – Aff. El V 862.

89 AD. Marne – Aff. El V 867.

90 François Regnauld, Le Radicalisme marnais de 1919 à 1939, Reims, Université de Reims, Mémoire de maîtrise sous la direction de Monsieur le Professeur Georges Clause, 1975.

91 Secrétaire puis, à partir de 1901, président de l’association châlonnaise.

92 Président de l’association républicaine du canton d’Écury-sur-Coole tout au long de la période.

93 Président de celle du canton d’Heiltz-le-Maurupt.

Table des illustrations

Titre Figure 10. Les élus membres de la Société des Sciences et Arts de Vitry-le-François entre 1871 et 1881 et entre 1901 et 1911.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 11. Les élus membres de l’Académie nationale de Reims entre 1871 et 1881.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48263/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 12. Partie du réseau de sociabilité des membres de la loge La Sincérité de Reims.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48263/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tableau 10. Responsabilités détenues par des membres du corpus au Crédit agricole de Châlons-sur-Marne entre 1906 et 1914.
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48263/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search