Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Première Partie. Les ressorts de la carrière politique

Une assise sociale bien établie

Texte intégral

  • 1 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré (...)

1« Naître (…) au siècle dernier [au dix-neuvième siècle] signifie encore le plus souvent être déterminé par son milieu, son origine. L’étude de la condition sociale des futurs [élus] éclaire bien des devenirs sociaux et politiques, »1 souligne Éric Anceau. Cette position sociale se mesure a posteriori par l’intermédiaire de plusieurs critères, certains étant objectifs d’autres plus subjectifs. La profession est un indicateur intéressant, même si les dénominations fluctuent d’un lieu à un autre et d’une époque à l’autre. Ensuite, la fortune laissée au décès renseigne sur le niveau et le mode de vie. Quelle est la position sociale acquise par les élus et leurs ascendants directs ? Les électeurs des cantons ruraux font-ils appel à des cultivateurs ou à des membres de la bourgeoisie du chef-lieu de canton où vit le médecin, le notaire, l’entrepreneur et parfois l’industriel local ? Au registre de la fortune, les élus sont-ils comparables à leurs concitoyens électeurs ?

Assise et ascension sociales : le prisme de la profession

  • 2 Julien Adnet, Henri Champagne et Émile Loisy.

2La taxinomie professionnelle est à manipuler avec précaution ; les termes usités peuvent revêtir des réalités économiques et sociales différentes. Deux individus d’une même catégorie professionnelle peuvent ne rien avoir en commun quant à la position sociale réellement acquise. Ainsi, Eugène Adnet, Théodule Champagne et Victor Loisy sont qualifiés dans les actes d’état civil et lors de leur déclaration de mutation après décès de « cultivateur ». Pourtant, ces trois cultivateurs, pères d’élus sous la Troisième République,2 n’affichent pas le même mode de vie et n’ont pas acquis la même position sociale. Décédé en août 1870, Champagne laisse en héritage 680 francs. La fortune d’Adnet, décédé le 10 juillet 1888, s’élève à 11 932,11 francs et celle de Loisy, décédé en octobre 1889, regroupe des biens d’une valeur globale de 24 969,38 francs. Bien sûr, un docteur en médecine reste un docteur en médecine et un avocat un avocat ; néanmoins, ces étiquettes dont la commodité est parfois très trompeuse sont à manipuler avec la plus extrême précaution. Cependant, il est difficile de faire sans ces catégorisations, en partie, arbitraires. Quelle profession exerce l’élu de la Marne sous la Troisième République ? Est-il possible de repérer des évolutions dans la structure professionnelle des chambres ? Existe-t-il des différences cantonales ? Le recrutement est-il différencié en fonction des mandats ? L’élu exerce-t-il la même profession que son père ou est-il possible de repérer une ascension sociale par le prisme des professions exercées ?

Des élus possédants et instruits

3Les élus de la Marne exercent cinquante-et-une professions différentes qui se ventilent en dix catégories professionnelles principales. Les données manquent pour seulement 4,33 % des élus.

Tableau 2. Répartition des professions des élus en dix catégories principales.

Code

Intitulé

Pourcentage

0

Métiers de l’agriculture

39,59 %

1

Salariés de l’agriculture

0,00 %

2

Métiers de l’industrie et du commerce

20,21 %

3

Professions libérales et cadres supérieurs

28,45 %

4

Cadres moyens

1,65 %

5

Employés

1,86 %

6

Ouvriers

2,06 %

7

Personnels de service et domesticité

0,21 %

8

Divers

1,65 %

9

Sans données

4,33 %

4Les professionnels de la terre (propriétaires, cultivateurs ou vignerons), à l’image de Pierre Leblanc, sont de loin les plus nombreux (39,59 %). Les membres des professions libérales, juridiques ou médicales sont très présents (28,45 %) car la crédibilité des titulaires de ces charges au sein du canton de résidence et d’exercice est importante. Enfin, les négociants et les capitaines d’industrie (20,21 %) sont très représentés.

5Ces trois grandes catégories regroupent des possédants, souvent d’envergure, apparentés peu ou prou à la bourgeoisie. Une analyse effectuée à l’échelle de la profession révèle quelques aspects de la situation sociale estimée de ces hommes. Au sein des métiers de la terre, les différences sociales peuvent être importantes et les sources évoquent une certaine hiérarchie. De prime abord, les propriétaires semblent avoir une vie plus confortable que celle des cultivateurs et des viticulteurs. En ce sens, ces propriétaires constitueraient une élite rurale dans laquelle les rejoindraient quelques cultivateurs. Les viticulteurs, ou vignerons, comme Paul Balourdet, sont assez peu nombreux. Quelques-uns intègrent la catégorie des propriétaires mais pour la plupart leur niveau social n’est pas, au XIXe siècle et au début du XXe siècle, le même que celui des exploitants agricoles et éleveurs du département.

6Les figures sociales emblématiques des campagnes intègrent très largement les rouages politiques locaux ou nationaux. Celles-ci sont composées des notaires comme Charles Gaillemain (8,87 %), des médecins tel Sophronie Moret (5,77 %), des négociants (9,28 %) en vins de Champagne (comme Louis Roederer), en bois (comme Léon Antoine), en laines et tissus (comme Jules Warnier), de bestiaux (comme Jules Lambert) ou des industriels (4,54 %) urbains comme Paul Buirette ou ruraux comme Raymond Collard. Au sein des industriels marnais, plusieurs types se dégagent. Les industriels de la filature et des textiles, comme Jean-Simon Dauphinot et Eugène Buirette, sont aujourd’hui encore les plus connus. Les industriels de l’agroalimentaire sont les plus nombreux. Parmi eux, les fromagers (comme Jules Hutin et Paul Guérault) développent leurs activités même en dehors du département de la Marne alors que les fabricants de sucre (à l’image d’Henri Goumant) sont peu nombreux. En ville, les avocats et les magistrats (4,54 %) tiennent le haut du pavé avec les médecins, les négociants et les industriels.

  • 3 « Telles sont les raisons qui m’ont conduit à penser que l’élection est un des plus funestes périls (...)
  • 4 Jacques Poirier, Françoise Salaün, Médecin ou malade ? La médecine en France aux XIXe et XXe siècle (...)
  • 5 Pierre Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles (1800-1945), Paris, Comité d’Histoi (...)
  • 6 Bénédicte Vergez, Le Monde des médecins au XXe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, « Le monde de  (...)
  • 7 Ibidem.
  • 8 Jean-Paul Barrière, « Notaires des villes et des champs : les origines sociales d’une “profession” (...)

7Selon le prisme imparfait de la profession, les élites sociales semblent intégrer les rouages politiques dans 47,23 % des cas – étant exclus les cultivateurs dont une partie non négligeable appartient probablement à cette même élite. Cette appartenance à l’élite sociale n’est pas seulement estimée a posteriori comme le montre Honoré de Balzac dans son Médecin de campagne, écrit en 1833, dans lequel est décrit le rôle social et politique détenu par un docteur en médecine installé à la campagne. Le docteur Benassis, préoccupé par le bonheur et le bien-être de ses concitoyens, est un fervent adversaire du suffrage universel3 mais tient le rôle du réformateur et de l’homme politique, au sens littéral du terme. De leur côté, Jacques Poirier et Françoise Salaün montrent « comment l’image du médecin rend compte de son pouvoir (…). Cet art [médical] a en effet quelque chose de tyrannique. Ni la jeunesse, ni la fortune, ni l’esprit, ni le rang, ni la beauté, ne peuvent se soustraire à sa domination, et le potentat, comme l’esclave, sont forcés de s’y soumettre. »4 Cette emprise du médecin sur la population se transfère en quelque sorte du champ médical au champ politique. Ce passage de l’un à l’autre est favorisé par la position sociale du médecin. Comme le souligne Pierre Guillaume,5 le médecin est un acteur social omniprésent depuis le XVIIIe siècle. Il est largement écarté du jeu politique à cause de sa naissance et commence à être reconnu lors de la période censitaire. Il détient un rôle social amplifié du pouvoir politique avec l’avènement du suffrage universel. Comme « la médecine et le droit restent les orientations coutumières des rejetons de la bourgeoisie et des classes moyennes »6 alors, le notaire, comme le médecin, appartient dans le monde rural à la couche sociale supérieure. En effet, « (…) les fils d’ouvriers ou de paysans restent rares, voire absents : ce n’est pas vers la médecine que mène le cursus des boursiers de la République. Parmi les médecins qui ont commencé leurs études avant 1939, 25 % d’entre eux ont un père qui exerçait une profession libérale et 17 % cadre supérieur. Les fils de cadres moyens représentent 19 %, 13 % pour les fils de commerçants, seulement 6 % pour les employés et 4,5 % pour les agriculteurs. La présence des enfants d’ouvriers est anecdotique. »7 Les médecins procèdent et acquièrent un niveau social élevé. Une analyse comparable aboutit à des résultats proches pour les notaires.8 Le notariat se renouvelle profondément dans le premier tiers du XIXe siècle, mais une fortune et une instruction minimales sont nécessaires pour acheter la charge et tenir l’étude. La diversification des origines ne permet pas une véritable démocratisation du recrutement, d’autant qu’après 1880, la crise de la profession entraîne un plus fort recrutement endogène. Ce dernier influe sur l’image des notaires et du notariat, dont les membres sont assimilés à la bourgeoisie locale.

8Les élus appartiennent rarement aux couches populaires, industrieuses et ouvrières. Les petits commerçants (1,86 %), les artisans (2,47 %), les ouvriers (2,06 %), les employés (1,86 %) et encore plus les domestiques (0,21 %) sont pratiquement exclus de l’exercice politique, même local. Émile Lemineur est une exception notable au parcours véritablement atypique : avant son mariage avec Anaïs Gauthiez, en janvier 1882, date à laquelle il s’installe à Vavray-le-Grand en qualité de vigneron, celui-ci est domestique de cultures auprès de Charles Maillard, propriétaire terrien et maire de la commune de Vernancourt. Néanmoins, cette situation de domesticité temporaire se rapproche plus de la notion d’apprentissage que de réelle domesticité ; comme les clercs de notaires peuvent être logés chez leur patron avant qu’ils ne prennent une étude à leur compte.

9Pour briguer un mandat, une position professionnelle acquise et bourgeoise semble nécessaire. Mais quelle est la structure professionnelle des chambres élues par les Marnais entre 1871 et 1940 ?

Des assemblées à la structure professionnelle différenciée

10La structure socioprofessionnelle des élus dépend, a priori, du statut du canton. Si, dans le canton rural d’Esternay, les professionnels de la terre étaient les plus nombreux et si dans les cantons urbains rémois, les professions libérales l’emportaient sur les autres catégories sociales, rien d’étonnant à cela. Ensuite la qualité du mandat joue sur cette structure. Si Émile Lemineur, vigneron et ancien domestique accède au conseil d’arrondissement, aurait-il pu être ministre de la Justice comme l’avocat Ernest Vallé ? Enfin, le recrutement socioprofessionnel des élus n’est pas immuable et connaît des évolutions bien marquées dans le temps.

En fait, la répartition géographique de la structure socioprofessionnelle est assez singulière. Fréquemment, le canton d’Esternay est représenté par des hommes issus des professions libérales. La répartition cantonale n’est pas aussi nette et schématique que présupposée. Effectivement, les rares ouvriers et employés du corpus sont élus dans les cantons urbains. Les professions libérales, capitaines d’industries et négociants accaparent en grande partie les mandats urbains des cantons rémois et sparnacien (Image 100000000000000F0000000F91207F202AB27994.jpg). Cependant, les cantons ruraux ne sont pas détenus exclusivement par les professionnels de la terre. L’est du département (Image 100000000000000E0000000F19D4462EEC5896B9.jpg) correspond assez fidèlement à cette représentation : les propriétaires et cultivateurs y sont les plus nombreux et laissent quelques fauteuils entre les mains de membres issus des professions libérales. Le centre du département (Image 100000000000000E0000000F6D07D75AC5D2910B.jpg) laisse une place importante aux hommes issus du monde du commerce et de l’industrie, principalement textile dans la haute et moyenne vallée de la Suippe. À l’ouest du département (Image 100000000000000F0000000FDDD6E163CF707BBB.jpg), le partage est relativement équitable entre les agriculteurs et les professions libérales, du négoce et de l’industrie.

Figure 3. Catégorisation géographique en fonction des professions exercées par les élus.

Image 10000000000002B30000024BB6C87CA6D4AE66FA.jpg

  • 9 Pierre Milza, « Présentation », in André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous (...)
  • 10 Ibid., p. 16.

11Pour dépasser le concept des « tempéraments » politiques,9 développé par André Siegfried, dès 1913, dans son Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, et si « les clivages de la géologie recoupent effectivement assez bien ceux de la polarisation politique, »10 les différences de structures socioprofessionnelles doivent être confrontées à d’autres critères : âge, solidarités familiales, étiquette politique, etc., mais aussi prendre en considération le mandat détenu et le facteur chronologique.

12Le recrutement socioprofessionnel diffère-t-il en fonction du mandat obtenu ? Les entrants dans les assemblées sont-ils les mêmes au conseil d’arrondissement et au parlement ?

13La faible place des salariés agricoles, cadres moyens, employés et domestiques est constante. Les négociants et industriels correspondent à, presque toujours, 20 % des élus des assemblées.

Figure 4. Structure socioprofessionnelle en fonction du siège détenu.

Image 10000000000002AF000001A31750E3FDC71E8647.jpg

  • 11 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin, Les Par (...)

14Il existe une corrélation entre l’impact des professionnels de la terre et des professions libérales et cadres supérieurs. Moins l’influence politique et le prestige du mandat sont grands, plus les postes sont occupés par des professionnels de l’agriculture ; a contrario plus l’influence politique du fauteuil occupé et le prestige de la fonction sont grands, plus les professions libérales sont présentes. En ce sens, Gilles Le Béguec considère que « le réseau, le plus solide et le plus étendu, est celui de la République des avocats [et qu’] il n’y a pas lieu de s’attarder sur les raisons expliquant pourquoi les élites issues du monde des barreaux ont occupé une place prépondérante dans les assemblées législatives de la période. On sait que le trait n’est pas spécifique à la France. »11 Analyse pertinente pour le cadre marnais sous la Troisième République puisque les professions libérales et cadres supérieurs représentent 51,11 % des députés et 46,15 % des sénateurs marnais entre 1871 et 1940. Les professions libérales juridiques sont très présentes et les avocats du Palais Bourbon représentent 34,78 %. Ainsi, Paul Marchandeau est pleinement caractéristique de la composition socioprofessionnelle des chambres élues par les électeurs du département de la Marne ; avocat, et accessoirement publiciste, il entre au conseil général de la Marne en août 1925 et au palais Bourbon en mars 1926, après une tentative infructueuse lors du scrutin de mai 1924. Il est révélateur de cette mainmise des professions libérales juridiques sur les pouvoirs politiques d’envergure, qui délaissent le conseil d’arrondissement où le débat est peu politique et dont le fauteuil ne confère pas à son détenteur un grand prestige.

  • 12 AD. Marne – Aff. El VI 638.
  • 13 Il entre au conseil d’arrondissement en 1886. Trois ans plus tard, il prend le fauteuil de maire de (...)

15À l’inverse, 91,92 % des cultivateurs intègrent le conseil d’arrondissement et pour 81,82 % d’entre eux la carrière politique s’achève à cet échelon de responsabilité politique. Si un renouvellement des élites politiques de la Marne sous la Troisième République avec l’avènement des cultivateurs existe, ce qui demeure à démontrer, deux bémols persistent. D’abord, certains cultivateurs vivent bourgeoisement ; ensuite, ces cultivateurs n’investissent pas véritablement le champ politique en bavardant au sein d’un conseil d’arrondissement dont les pouvoirs sont limités. Les candidats en conviennent eux-mêmes : Odile François et Louis Lenoir dans une affiche électorale de 1898 écrivent : « nos attributions, assez restreintes cependant, ne nous ont pas permis dans ces derniers temps, de vous être aussi utiles que nous l’aurions désiré, en vous servant d’intermédiaires près de l’administration supérieure dans vos justes revendications ».12 Pourtant, le seul élu de la Marne qui connaisse une carrière complète – un cursus honorum parfait – est un cultivateur. En tout cas, ainsi est-il présenté sur les affiches électorales, dans les tracts et les fiches individuelles de renseignement. Ernest Monfeuillart13 est cultivateur à Selles, tout du moins essaie-t-il de nous le faire croire à moins qu’en toute bonne foi, il ne se présente comme tel. Pourtant, il est loin de la figure sociale traditionnelle du cultivateur. D’abord, à Selles, il occupe une maison de maître située à l’extrémité orientale du village. La propriété est d’envergure, ceinte de bois et parcourue en son sein par la Suippe. Ensuite, Ernest Monfeuillart, quand il réside à Selles, se fait servir par cinq domestiques (une femme et quatre hommes). Les sources ne sont pas suffisamment précises pour savoir s’il s’agit de domestiques d’intérieur (valet, cocher, etc.) ou de domestiques de cultures. Néanmoins, aux vues des activités politiques d’Ernest Monfeuillart, il est peu probable qu’il s’occupât lui-même de ses terres ; aussi, tout ou partie de ces domestiques masculins travaillent la terre en lieu et place du maître de maison qui vit bien plus bourgeoisement que la moyenne des cultivateurs de son village, de son canton et même de son arrondissement. En effet, peu nombreux sont les cultivateurs de la vallée de la Suippe à posséder une maison de maître dans leur village natal, un appartement situé au 25 de l’avenue Rapp à Paris et une superbe villa urbaine à Reims. Ces éléments de mesure, plus objectifs que la seule profession déclarée des élus, font d’Ernest Monfeuillart bien plus qu’un cultivateur dont la carrière politique serait brillante. Cet exemple est révélateur à trois niveaux. Premièrement, le groupe des cultivateurs est loin de constituer, contrairement à d’autres, un groupe social homogène. Deuxièmement, l’analyse des fortunes et de la domesticité s’avère utile pour tenter de mesurer un niveau social réel, ou tout au moins réaliste. Troisièmement, la profession doit être confrontée non seulement au mandat mais aussi au déroulement complet de la carrière.

Tableau 3. Structure socioprofessionnelle des élus en fonction de la carrière politique.

Image 10000000000003010000010AB43501CBD5271028.jpg

  • 14 Albert Thibaudet, La République des professeurs, 1927.
  • 15 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », op. cit., p. 244-245.

16Les carrières s’effectuent souvent sur un seul fauteuil (82,92 %) et si ce dernier est au conseil d’arrondissement, alors les professions les plus représentées sont celles de cultivateur (28,32 %), de propriétaire (12,59 %) et de notaire (9,09 %). La proportion des notaires est presque la même quand la carrière s’effectue seulement au sein du conseil général, mais celle des propriétaires y est bien supérieure (23,76 %). Les avocats sont nombreux à siéger seulement au sein de ce conseil général (7,92 %). Au palais Bourbon, les plus nombreux sont les négociants en vins et les professeurs (25 %). Plus du tiers des professeurs élus intègrent seulement ce lieu de la démocratie, ce qui a permis à Albert Thibaudet de parler d’une République des professeurs.14 Pourtant, l’impact réel de ces hommes sur l’électorat marnais et au sein de l’ensemble des parlementaires mandatés par le département de la Marne en limite la réalité. Selon Gilles Le Béguec, « il paraît abusif de parler, comme certains l’ont fait parfois, d’une République des ingénieurs ou même d’une République des professeurs. (…) Il n’y a pas de République des professeurs comme il y a une République des avocats, c’est-à-dire un ensemble cohérent de réseaux et de filières en prise permanente sur l’univers électoral et parlementaire. »15 Les professeurs ne représentent effectivement que 6,12 % des parlementaires marnais et 6,67 % de ceux qui siègent au palais Bourbon au nom des électeurs marnais. Quant aux négociants en vins présents dans la seule chambre basse du parlement, leurs noms, plus que la profession, sont évocateurs du niveau social de ces hommes : Lannes de Montebello (de Mareuil-sur-Aÿ), de Mun (de Reims), Perrier (de Châlons) et Roederer (de Reims).

17Quant aux carrières constituées de plusieurs mandats, les professions les plus représentées à l’échelon local sont celles de cultivateurs (14 %), de propriétaires (12 %), de médecins et notaires (10 %) ; à l’échelon parlementaire, médecins (9,09 %) et avocats (21,21 %) effectuent fréquemment des carrières.

18Est-il possible de repérer une transformation des structures socioprofessionnelles des chambres élues par les Marnais entre 1871 et 1940 ?

19En 1871, les professionnels de la terre correspondent à 32,14 % des élus, leur présence est encore plus importante en 1940 (50 %). Le monde du négoce et de l’industrie est également davantage représenté en 1940 qu’en 1871, avec un passage de 11,90 % à 25,68 %. En 1940, trois-quarts des élus sont donc issus de ces deux catégories socioprofessionnelles.

  • 16 Jean Vigreux, « Les campagnes françaises et la politique », in Parlement(s). Revue d’histoire polit (...)

20Avec le développement des principes démocratiques attachés aux élections libres au suffrage universel masculin, et à la suite du discours de Grenoble de 1872, on est en droit de penser que le poids des catégories 5 et 6 (ouvriers et employés), puisse augmenter ostensiblement. Certes, une croissance est perceptible, elle est même nette pour les ouvriers puisque entre 1871 et 1940 leur impact dans le paysage politique marnais a plus que doublé, passant de 1,19 % à 2,70 %. Néanmoins, employés et ouvriers demeurent pratiquement absents des rouages politiques, même locaux. Entre 1871 et 1940, les professions libérales juridiques et médicales et des cadres supérieurs perdent le plus d’influence sur la politique marnaise avec un impact divisé par trois (de 40 % à 15 %). Enfin, au regret de Philippe Pétain exprimé dans un discours radiophonique d’octobre 1940, les militaires, déjà assez peu nombreux en 1871, disparaissent complètement des bancs des assemblées, remplacés par les cadres moyens, et en particulier les instituteurs. En 1871, les élus exercent vingt-deux professions différentes. En 1940, le panel est plus large et s’établit à vingt-sept. Les cultivateurs représentent 3,57 % des élus de 1871 mais 39,19 % de ceux de 1940. La catégorie des métiers de l’agriculture augmente globalement, mais cette croissance s’accompagne d’une véritable explosion de la part prise par les cultivateurs au détriment des propriétaires, dont la proportion passe de 27,38 % à 4,05 % seulement. Cependant, comme évoqué précédemment, nombre de cultivateurs de 1940 peuvent être assimilés aux propriétaires de 1871 en termes de mode de vie, de niveau de fortune réel, etc. Les évolutions du vocable tempèrent, en effet, ce qui apparaît de prime abord comme une conséquence du recrutement des individus et de la politisation progressive des campagnes. Jean Vigreux estime que « dans un contexte d’expansion du libéralisme politique dès 1830, (…) on assiste à une intégration plus large des campagnes à la vie politique, (…) une “descente de la politique” vers la paysannerie. »16 Certes, mais cette « descente de la politique » est-elle un mouvement de fond si puissant que la paysannerie participe aux rouages politiques locaux ou est-ce une partie de cette paysannerie qui s’élève socialement pour devenir l’égale des propriétaires d’antan ? Seule une analyse des fortunes permet de trancher.

21L’impact politique des docteurs en médecine et des notaires passe respectivement de 7,14 % à 0 % et de 17,86 % à 1,5 %. La disparition de ces notables urbains et ruraux des rouages politiques tend à confirmer la vision gambettiste d’un renouvellement des élites politiques de la République. Néanmoins, l’avocat Gambetta, petit-fils de pharmacien, ne considérerait-il pas ces professions comme partie intégrante de ces couches nouvelles qui doivent assurer la gestion des affaires publiques ? Or entre 1871 et 1940, la part des avocats passe de 8,33 % à 2,70 %, alors que les pharmaciens pratiquement absents en 1871 ne siègent plus en 1940. Dès lors, ces évolutions sont-elles le résultat d’une politique récente ou s’inscrivent-elles dans un processus long ?

22Quelles sont les caractéristiques du recrutement socioprofessionnel en considérant la Troisième République non plus dans sa globalité, ni par ses dates extrêmes, mais comme formée de trois temps distincts : la période initiale (1871-1893) étant celle de la mise en place et de la consolidation de la République, la période centrale (1893-1914) correspondant peu ou prou à la Belle Époque, enfin la période finale (1919-1940) constituée de l’entre-deux-guerres ? La période initiale appelle deux-cent-treize hommes, la centrale cent-quarante-cinq et la finale cent-vingt-sept. Ces hommes exercent respectivement trente-trois, trente-neuf puis trente-huit professions différentes.

Figure 5. Évolution par période chronologique des recrutements socioprofessionnels des élus

Image 10000000000002B7000001988029DCA074FC74CA.jpg

  • 17 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris, Aubier, 1997, 432 pages.

23La disparition des militaires de carrière est très rapide puisque après l’épisode Boulanger aucun n’entre dans les chambres élues par les Marnais. La progression des professionnels de la terre est quasiment strictement corrélée à la perte d’influence des professions libérales juridiques et médicales et des cadres supérieurs, tandis que le temps des « hommes d’affaires »17 est plutôt celui de la Belle Époque. Il faut dire qu’après la grande récession des années 1870-1890, les entrepreneurs et industriels entrevoient des perspectives d’avenir plus radieuses qui correspondent assez bien avec l’esprit positiviste du temps, la foi dans les progrès scientifiques et sociaux, etc.

  • 18 Gilles Le Béguec, La République des avocats, Paris, Armand Colin, « L’histoire au temps présent », (...)

24Dans le même temps, employés et ouvriers connaissent des opportunités d’accès de plus en plus nombreuses, sans qu’elles soient véritablement bouleversantes pour la structure globale des chambres. Au registre des professions, les médecins maintiennent relativement leur emprise sur la politique locale puisque s’ils représentent 7,04 % des élus de la période initiale, leur impact est de 7,59 % dans la période intermédiaire, avant de tomber à 1,57 % au cours de l’entre-deux-guerres. Le premier conflit mondial est une véritable césure pour ces professions libérales médicales, alors que la « République des avocats »18 ne domine pas tant l’espace politique local qu’elle ne le fait à l’échelon national. Cette mainmise des avocats et des professions libérales juridiques s’érode bien plus vite que celle des professions libérales médicales, mais les membres de cette catégorie socioprofessionnelle parviennent en fin de compte à mieux se maintenir que ces premiers. Le rapport aux affaires et la technicité des débats est sans doute à l’origine de ce maintien.

Tableau 4. Évolution de la part des professions libérales

1871-1893

1893-1914

1919-1940

Professions libérales juridiques

21,60 %

11,03 %

6,30 %

Professions libérales médicales

9,39 %

10,34 %

4,72 %

  • 19 Jean-Paul Barrière, op. cit.

25Ainsi, les professions libérales juridiques représentent près du quart des nouveaux entrants dans le paysage politique marnais entre 1871 et 1893, alors que leur apport, entre 1919 et 1940, est égal à celui des propriétaires, mais inférieur à celui des viticulteurs. Si en 1871 l’entrée dans les assemblées élues concerne un ouvrier qualifié pour dix avocats et pour trente-et-un notaire, le rapport entre 1919 et 1940 s’établit à un pour un dans les deux cas. Pourtant, cette réalité n’est pas vraiment le reflet d’une démocratisation ou d’une prise de pouvoir des classes populaires ou ouvrières, mais marque presque exclusivement le déclin des professions libérales dont l’énorme influence sur la politique locale s’essouffle. La perte d’influence des notaires dans la Marne est comparable à celle mentionnée par Jean-Paul Barrière19 pour la région aquitaine à la même époque.

26Ce déclin (en nombre de mandats exercés) des professions libérales est aussi corrélé à un large processus d’ascension sociale pour nombre d’élus.

Entre reproduction et ascension sociales

27Les professions des pères sont connues pour trois-cent-trente-six d’entre eux ; en les comparant à celles des fils, il est alors possible de repérer s’il existe reproduction, ascension, régression ou stagnation sociale.

28Les pères exercent en majorité (51,34 %) des professions liées à l’exploitation de la terre. Ils sont, en pourcentage, plus présents dans ces professions que leurs fils. À l’inverse, les professions libérales et les cadres supérieurs sont moins présents chez les pères (11,64 %) que chez les fils (28,45 %). Les pères sont un peu plus fréquemment issus du monde du commerce, de l’artisanat et de l’industrie que leurs fils. Par ailleurs, les pères sont deux fois plus nombreux que leurs fils à exercer des professions d’employés ou de cadres moyens, mais leur impact dans la politique locale ou nationale demeure marginal. La part des ouvriers est sensiblement similaire (3,09 % pour les pères, 3,06 % pour les fils) et presque insignifiante.

Figure 6. Catégories socioprofessionnelles des pères et des fils.

Image 10000000000002AA0000019BFBA916AEBACB1C54.jpg

29La place prépondérante des cultivateurs est très nette (27,16 %). Les propriétaires demeurent relativement nombreux (16,12 %). Néanmoins, le plus intéressant sans doute est la répartition des catégories 2 et 3. En effet, au sein de la catégorie 2, les plus nombreux sont les négociants (7,16 %) et les artisans (6,87 %). Néanmoins, dans cette catégorie, le grand négoce, l’industrie capitaliste d’envergure et l’entreprenariat massif restent des activités marginales à côté des activités de proximité telles que l’épicerie, l’entreprise de maçonnerie, la ferblanterie, la bourrellerie, etc. Ces activités regroupent en réalité 52,94 % des individus intégrant cette catégorie socioprofessionnelle du négoce, de l’industrie et de l’artisanat. Ainsi, l’image que l’on doit se faire de ces hommes doit être plus proche de celle d’Émile Mailly que de Jacques Goerg. Le premier, ferblantier à Avenay, est le père de Marcel Mailly, maire d’Aÿ de 1912 à 1927 et conseiller général du canton éponyme de 1913 à 1927, qui décède à Avenay le 19 novembre 1878 en laissant à ses héritiers une succession d’une valeur globale de 9 163,55 francs. Le second, négociant à Châlons-sur-Marne, père de Paul Goerg, maire de Vertus de 1876 à 1893 et conseiller général du canton éponyme de 1871 à 1893, décède à Châlons-sur-Marne le 18 août 1835 et laisse à ses héritiers une succession d’une valeur globale de 123 324,35 francs. Pourtant, les fils sont tous deux maire du chef-lieu de canton et conseiller général tandis que les pères s’inscrivent dans la catégorie socioprofessionnelle 2.

Figure 7. Ventilation en sous catégories socioprofessionnelles des professions exercées par les pères.

Image 10000000000002E9000001BD086EA33C7265D606.jpg

  • 20 27,14 % des professions libérales juridiques, 30,77 % de pères intégrant cette catégorie socioprofe (...)

30Au sein de la catégorie des professions libérales et cadres supérieurs, les pères d’élus intègrent plus fréquemment la haute fonction publique que les professions libérales médicales (1,82 % dont 1,04 % de médecins). Les pères de cette catégorie 3 exercent fréquemment une profession libérale juridique. Dans cette sous catégorie, les notaires sont les plus nombreux.20 Les pères employés de bureau (0,60 %), employés de commerce (2,69 %), contremaîtres (0,30 %), ouvriers qualifiés (1,79 %), etc. représentent une infime minorité bien loin derrière les juristes (6,27 %), les artisans (6,87 %), les négociants (7,16 %) ou les viticulteurs (7,46 %), sans parler des propriétaires (16,12 %) et des cultivateurs (27,16 %).

31La reproduction sociale est un phénomène récurrent puisque dans 39,70 % des cas, le fils exerce strictement la même profession que son père. Ainsi, Félix Thomas-Derevoge est notaire à Pontfaverger, tout comme son père, Camille, l’était avant lui. Pourtant, là aussi le vocable peut induire une mauvaise interprétation de la réalité à cause de l’usage indifférencié de « cultivateur » et de « propriétaire ». Ainsi, si le fils est propriétaire et le père cultivateur, alors ils n’entrent pas dans la précédente statistique, bien que la reproduction sociale soit probable.

32La reproduction sociale est très forte chez les cultivateurs (80,22 %) et quand les fils n’appartiennent pas à la même catégorie socioprofessionnelle, alors ils intègrent souvent les professions libérales (8,79 %). Chez les propriétaires, la reproduction sociale est également très forte (61,11 %) et les horizons professionnels des fils de propriétaires les conduisent fréquemment à l’étude, au barreau, à l’officine ou au cabinet puisque 27,78 % des fils de propriétaires intègrent les professions libérales juridiques ou médicales. Chez les vignerons, le taux de reproduction sociale atteint 76 % et si le fils n’exerce pas un métier de l’agriculture, alors il est fréquemment instituteur (8 %) ou exerce une profession libérale médicale (8 %), parfois en rapport avec le monde agricole, tel Eugène Bichat, vétérinaire à Heiltz-le-Maurupt.

33Dans l’industrie, l’artisanat, le commerce et le négoce, les portes de sorties offertes aux fils sont un peu différentes.

Figure 8. Reproduction sociale dans le monde de l’industrie, du négoce et de l’artisanat.

Image 10000000000002CC000001B35F35BBF57019FDE6.jpg

34Les fils de négociants continuent la tradition familiale dans 65,22 % des situations, exercent des professions libérales (20,83 %) ou servent l’État (8,33 %). La boutique retient 44,44 % des fils et conduit fréquemment les autres vers les professions libérales (33,33 %) : l’explication tient essentiellement aux moyens financiers disponibles dans ces catégories socioprofessionnelles pour permettre au fils de mener des études. Comme pour le petit commerce, les fils issus du monde de l’artisanat ne demeurent pas tous artisans et la reproduction sociale y est plus faible que pour les autres catégories sociales. Les destinées des fils d’artisans les conduisent vers deux directions : le service de l’État (13,04 %) ou les métiers de l’agriculture (17,39 %). Grâce à l’enrichissement paternel, les fils parviennent comme Camille Lenoir à effectuer des études ; si bien que le fils du sabotier axonais devient instituteur. D’autres, installés au village, parviennent à épouser la fille d’un cultivateur ; comme Jules Blondeau, fils d’un tonnelier, devient propriétaire à Aÿ en épousant Florimone Bertault, fille d’un propriétaire agéen. De leur côté, entrepreneurs et industriels connaissent une forte reproduction sociale (81,82 % et 68,75 %), il faut dire que les transmissions directes, de père en fils, d’affaires ne sont pas rares. Ainsi, Gérasime Bellois reprend à son compte, un peu avant les années 1890, l’entreprise de travaux publics familiale située à Courtisols et la fait fructifier jusque dans les années 1930.

35Pour les fils de médecins, de vétérinaires ou de pharmaciens, la reproduction sociale est importante (85,71 %). Quand le père s’inscrit dans ces professions libérales médicales et que le fils demeure dans la même catégorie socioprofessionnelle sans garder la même profession, alors parfois le fils choisit souvent la voie juridique (28,67 %). Le cas de la famille Houzeau est atypique puisque Paul Houzeau, le fils, est industriel en produits chimiques tandis que son père Nicolas Houzeau est pharmacien ; celui-ci adepte de la chimie dans et hors son officine, est à l’origine de l’activité industrielle développée par son fils.

36Quand le fils se dirige vers une autre catégorie socioprofessionnelle, c’est, fréquemment, pour devenir propriétaire terrien. Cela se fait souvent par mariage, comme pour Ernest Bertrand, fils de l’huissier Joseph Bertrand, et époux d’Émilie Bertrand, sa cousine germaine, fille de Jules Bertrand, propriétaire à Saint-Ouen-Domprot.

  • 21 AD. Marne – 21 J 20. Alexandre Niess, « Le château de Mareuil-en-Brie et la famille Durant (1802-18 (...)

37Si la reproduction sociale est plutôt la règle, ce n’est pas du tout le cas pour les fils de hauts fonctionnaires (10 %) qui se tournent plutôt vers la propriété foncière. L’objectif premier est l’installation définitive dans une commune, dans un canton, dans un arrondissement. Le cas de Jean-Joseph Durant de Mareuil est assez atypique. Son père, Jacques Durant de Mareuil, diplomate (en Bade-Wurtemberg, en Italie, en Hollande et en Angleterre) acquiert en 1802,21 le château de Mareuil-en-Brie pour y installer sa famille avant de le revendre en 1836. Le fils suit les traces du père en étant diplomate au Brésil, d’où il revient avec femme et enfants et s’installe à Aÿ, où il poursuit l’acquisition de biens immeubles et en particulier de terres et de vignes. En effet, le retour en France de Jean-Joseph Durant de Mareuil se fait peu après le décès de son père au château d’Aÿ, laissant la gestion du domaine familial entre les mains de sa veuve Caroline de Schott, alors âgée de soixante-quatre ans. C’est pourquoi, Jean-Joseph Durant de Mareuil entre au conseil général en 1871 au nom des électeurs du canton d’Aÿ en se présentant en qualité de propriétaire.

  • 22 Il a mené de brillantes études de droit achevées en 1911 par la soutenance d’un doctorant portant s (...)
  • 23 Anonyme – Marguerite Louise Martinat ( ?), Pierre Forgeot. Sa pensée politique, Paris, Joli, 1975, (...)
  • 24 Alexandre Niess, « Un angluriot au Palais Bourbon : Pierre Eugène Gustave Forgeot (1888-1956 », Du (...)

38Pour les employés et ouvriers, quand les fils intègrent une chambre élue au nom des électeurs du département de la Marne, alors ces derniers exercent rarement la même profession que leur père. Le taux de reproduction sociale est faible (22,22 %). Essentiellement, les fils se tournent vers l’industrie ou le négoce (38,88 %), vers les professions libérales (22,22 %) et vers les métiers de l’agriculture (11,11 %). L’ascension sociale, à la lecture de ces résultats catégoriels, est donc effective et importante. Elle est, cependant, à nuancer par l’analyse précise des professions exercées par les fils et par la situation sociale du père à son décès. Ainsi, si Thimothée Langlet, père du docteur en médecine Jean-Baptiste Langlet, est effectivement contremaître au début de sa carrière professionnelle, celui-ci gravit rapidement les échelons au sein de la société industrielle et commerciale qui l’emploie et achève sa vie en qualité de courtier de fabrique. Par ailleurs, il est lui-même fils d’un médecin-chirurgien du XVIIIe siècle, aussi la reproduction sociale est plus forte que ne le laisse supposer l’analyse statistique catégorielle entre père et fils. Dans les autres cas, l’ascension sociale s’effectue par le biais de professions bien moins prestigieuses. Ainsi, Gustave Forgeot est fils d’un conducteur des chemins de fer de l’Est partageant sa vie entre Paris et Troyes. Il s’installe à Anglure suite à son mariage avec Eugénie Duterme, comme bonnetier et fabricant de bas, passant ainsi dans la catégorie 2 (industrie et négoce) alors que son activité est en réalité familiale, peu productive et spécialisée dans une région (les vallées de la Seine et de l’Aube) où elle est très présente. Plus intéressante est la continuité de cette ascension sociale par le fils de Gustave : Pierre Forgeot est juriste et avocat22 et son entrée à la Chambre des députés est remarquée grâce à son éloquence,23 avant qu’il n’intègre un ministère.24

39Pour conclure, il existe un recrutement différencié facilité par une assise sociale déjà acquise. Selon le prisme des professions, les électeurs n’envoient pas les mêmes individus dans les chambres nationales et les assemblées locales. Si la reproduction sociale est forte chez les possédants (terriens ou industriels) et les professions socialement valorisées, l’ascension sociale est plutôt de mise quand le père exerce une profession intermédiaire ou à faible valeur sociale. Pourtant, l’ascension est rarement fulgurante. L’augmentation du capital social est progressive, comme le montre l’exemple de la famille Forgeot. En deux générations, cette famille augmente parallèlement ses capitaux social et politique, ce qui conduit à s’interroger sur un autre vecteur de cette assise sociale : la fortune.

Un rang social estimé selon la fortune

  • 25 Jean Estèbe, Les Ministres de la République 1871-1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des (...)
  • 26 Anne-Marie Sohn, « La fortune : une approche originale du personnel politique et de son engagement  (...)
  • 27 Marguerite Perrot, Le Mode de vie des familles bourgeoises (1873-1953), Paris, Armand Colin/Fondati (...)

40Les critères objectifs pour estimer le rang social ne sont pas très nombreux et les sources pour les aborder sont, même quand elles sont sérielles, relativement incomplètes ou imprécises. À l’inverse, quand elles sont généreuses en informations indubitables ces dernières sont alors difficiles d’accès parce que englobées dans une masse considérable. Aborder les possessions personnelles, la fortune, le budget familial, le train de vie, etc. n’est pas chose aisée. Pourtant, « l’apport d’une étude des fortunes pour la connaissance fine du personnel politique n’est plus à démontrer depuis les travaux, entre autres, de Jean Estèbe.25 L’enquête sur les parlementaires a ainsi d’emblée inscrit le thème dans son programme, avec plus d’ambition encore étant donné l’ampleur du corpus. Cette ambition est pour une part restée inachevée en raison des difficultés de collecte que pose une telle recherche. »26 En dehors de ces éléments et comme le souligne Marguerite Perrot, « la présence (…) de domestiques traduit la jouissance d’un revenu élevé, un certain dédain pour les tâches matérielles et l’habitude de commander. »27 Cette recherche de la présence de domestiques dans les foyers des hommes du corpus est donc utile pour repérer les élus au mode de vie bourgeois ou tout au moins d’un niveau de fortune assez élevé.

Un embourgeoisement continu

  • 28 Ibidem.
  • 29 Adeline Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l (...)
  • 30 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », (...)
  • 31 Maurice Agulhon, « Les transformations du monde paysan », in Georges Duby et Armand Wallon (dir.), (...)
  • 32 Dictionnaire biographique de la Marne, Châlons-sur-Marne, 1907.
  • 33 Victor (vingt-cinq ans), Emma (vingt-trois ans), Édouard (vingt-deux ans), Albert (vingt et un ans) (...)
  • 34 Arsène, âgé de vingt-six ans, Benjamin, âgé de dix-neuf ans, Paul, âgé de dix-huit ans et Achile, â (...)
  • 35 Trois femmes et sept hommes.
  • 36 Maurice Agulhon, op. cit., p. 459.

41Il n’est jamais facile de donner une définition claire, précise, immuable d’une portion du corps social, ce dernier étant en perpétuel mouvement et en recomposition permanente. Marguerite Perrot estime le bourgeois à travers « l’importance symbolique du “salon,” qui implique une résidence confortable, des relations mondaines et des loisirs (…), la présence dans les familles bourgeoises de plusieurs domestiques, (…) une formation intellectuelle commune – la possession du “baccalauréat” en a longtemps été le symbole – [ce qui] semblait réserver aux membres d’une certaine classe sociale l’accession aux carrières les plus considérées ou les plus rémunératrices. »28 Pour Adeline Daumard, « en dépit des recherches nombreuses qui, depuis le XIXe siècle, ont été faites sur la bourgeoisie en particulier et les classes sociales en général, aucune définition n’est satisfaisante pour l’historien, car aucune ne rend compte de la condition ni de la psychologie des hommes, qui au XIXe siècle, vivaient comme des bourgeois, réagissaient en bourgeois, se considéraient comme des bourgeois étaient jugés comme tels par leur entourage et la société toute entière. »29 Pour Christophe Charle, les bourgeoisies, dans leur acception restrictive, correspondent « aux propriétaires et/ou [aux] cadres dirigeants des affaires industrielles, commerciales, financières ou des entreprises agricoles les plus importantes. Bien que d’autres groupes privilégiés par la fonction ou le niveau de culture continuent d’être englobés sous ce terme générique, conformément à l’usage des trois premiers quart du XIXe siècle, la diffusion de l’idéologie socialiste tend à faire de la bourgeoisie économique la bourgeoisie par excellence, dans la vision commune du temps, puisque l’ennemie de l’ouvrier, le parasite du paysan ou l’auteur de la ruine d’une partie des classes moyennes. (…) La pluralité des bourgeoisies tient à la hiérarchie des fortunes, à leur localisation, à leur répartition sectorielle, au degré d’ouverture au patronat selon l’âge et la concentration de la branche, aux liens proches ou lointains avec la terre, à la distance par rapport au capital financier, c’est-à-dire à Paris, mais aussi à des données plus idéologiques : l’appartenance religieuse (…) et les rapports avec la politique. »30 Pour le monde rural, qui concerne la majeure partie du département de la Marne entre 1871 et 1940, Maurice Agulhon montre que pour « les couches supérieures de la paysannerie, (…) le type traditionnel (…) [est] celui du pater familias, “riche laboureur” au Nord, “bon ménager” au Midi, maître d’une maisonnée bien pourvue d’enfants et de serviteurs, paysan par son labeur personnel mais élevé au-dessus du peuple par sa “sagesse”, – ce type n’est pas sans prolongements ; toutefois il tourne à l’entrepreneur cossu et se rapproche moralement du bourgeois. »31 En ce sens, Arsène Tilloy est proche de ce pater familias à la frontière entre paysannerie et bourgeoisie (définie selon les critères de Christophe Charle de fortune et de proximité avec le pouvoir, de Marguerite Perrot et de Maurice Agulhon au regard de la domesticité). En effet, dans la ferme de la Chapelle, « plus importante ferme de l’arrondissement de Sainte-Menehould, ancienne propriété des princes de Condé, de la duchesse d’Elbeuf, du comte Tirlet, de la famille Senart, avant d’entrer dans les mains de la famille Tilloy en 1810 »32 vivent au dénombrement de 1876 Arsène Tilloy (le pater familias), son épouse Virginie Musquin, six33 de leurs dix enfants,34 mais aussi dix domestiques35 et un berger pour lequel il est difficile de savoir s’il est un employé, un domestique à gages ou un étranger logé. Cette situation montre bien les prémices de « la modification des sources de recrutement de cette main-d’œuvre : celle-ci vient moins des campagnes proches, puisque la population indigente tend à en disparaître, que des pays plus lointains, »36 puisque quatre viennent de la commune de Servon, sur le finage de laquelle se trouve la ferme de la Chapelle, trois viennent de villages proches (Binarville, Cernay-en-Dormois et Malmy) et quatre du “lointain” Luxembourg.

  • 37 Adeline Daumard, La Bourgeoisie…, op. cit., p. 59.
  • 38 Paul Cornut, Répartition de la fortune privée en France par département et nature des biens au cour (...)
  • 39 Alain Plessis, « L’ère de la stabilité ? Le franc au dix-neuvième siècle », conférence au MINEFI, 7 (...)
  • 40 Ibidem.
  • 41 Adeline Daumard, op. cit., p. 60.
  • 42 Les données chiffrées énoncées par Paul Cornut sont erronées puisque en reprenant celles de la page (...)
  • 43 Paul Cornut, op. cit., p. 411.

42En règle générale, les sources montrent un embourgeoisement progressif mais continu des familles portées au pouvoir. « Seules les déclarations de mutations après décès faites à l’enregistrement donnent une vue globale sur l’ensemble des possédants, en prenant ce terme dans sa plus large acception »37 malgré les difficultés liées à l’accès à l’information, puisque ces mutations sont toujours déclaratives. Ce n’est pas tant la fraude fiscale, phénomène relativement peu présent avant le premier conflit mondial, que les différences entre certaines données déclaratives et leur pendant normatif, notamment en ce qui concerne les prénoms, qui posent souci. Il n’est, en effet, pas rare que l’usage diffère de la déclaration faite à la naissance, ce qui ne facilite en rien la recherche de l’information. Ces déclarations de mutations après décès concernent la période 1803-1908 pour neuf-cent-quatre-vingt-sept individus issus des parentèles, ascendances et branches collatérales des élus de la Marne et renseignent sur la fortune de l’environnement familial. Les renseignements collectés par Paul Cornut,38 pour la période 1908-1953, permettent des comparaisons. Ces dernières sont rendues possibles grâce à l’extrême stabilité de la monnaie entre le 27 mars 803, date de la création du franc germinal ou franc or, et la Première Guerre mondiale. Néanmoins, cette stabilité du franc or, véritable référence aux yeux des Français de l’entre-deux-guerres, engendre une légende dorée, une « vision idyllique (…) [qui] ne correspond qu’imparfaitement à la réalité. »39 Même si, cette « stabilité du franc (…) évoque (…) l’absence de ce que nous appelons l’inflation. (…) La moyenne des deux indices, dont on se sert souvent par commodité pour suivre l’évolution du pouvoir d’achat du franc, est pratiquement, en 1906 au même niveau qu’en 1820. On peut donc affirmer que ce pouvoir d’achat est demeuré constant. (…) Donc que cette absence d’inflation des prix durant l’ensemble du XIXe siècle »40 est effective. Néanmoins, « les contemporains se [sont] plaints de la hausse du coût de la vie, [bien que] nous considérions la période de la monarchie constitutionnelle comme une époque de stabilité monétaire. »41 Aussi, comparer des valeurs mobilières et immobilières consignées dans des mutations après décès de 1908, d’après les relevés de Paul Cornut, et celles de mutations du début du siècle, comme celle de Marguerite Aubert, épouse de Louis Soucat, dressée au bureau de l’enregistrement de Sompuis le 6 avril 1807 est possible. Selon Paul Cornut, dans la première moitié du XXe siècle, les déclarations de mutations après décès enregistrées dans le département de la Marne sont bien au-delà de la moyenne nationale. En 1908, la fortune privée mentionnée dans les mutations après décès s’élève à 9 123 francs42 dans le département de la Marne, tandis que la moyenne nationale s’établit à 5 055 francs.43 Ce département est ainsi le troisième plus riche, en fortune privée, en 1908 après la Seine (16 684 francs) et la Seine-et-Oise (9 128 francs). Ce facteur est à prendre en considération quant à la richesse effective des ascendants et collatéraux des élus de la Troisième République.

Figure 9. Les fortunes privées déclarées. A gauche : élus et proches ; à droite : Marne.

Image 10000000000002B40000014D1613BBE83B710166.jpg

43La stabilité du franc n’empêche en rien la croissance des fortunes. En 1908, les fortunes déclarées dans la Marne dans les mutations après décès s’élèvent en moyenne à 9 123,00 francs. Or, entre 1803 et 1908, les fortunes déclarées des ascendants et collatéraux des membres du corpus sont, en moyenne, bien plus élevées que celles déclarées par l’ensemble des Marnais. Ainsi, les élus de la Marne s’inscrivent dans des familles, en moyenne, bien plus riches que les familles marnaises moyennes, elles-mêmes plus riches (1,81 fois plus) que les familles françaises. Entre 1803 et 1830, les mutations après décès des ascendants et collatéraux montrent une fortune privée moyenne de 22 079,76 francs, soit 2,42 fois plus que la fortune individuelle, privée, moyenne et marnaise de 1908 et 4,37 fois plus que la fortune moyenne, individuelle et privée française. Ces proportions ne cessent d’augmenter puisque pour la période suivante (1831-1870) la fortune privée des proches des élus s’élève à 32 678,79 francs en moyenne et pour la période finale (1871-1908) celle-ci atteint 68 713,37 francs. Sur l’ensemble de la période 1803-1908, la fortune privée moyenne atteint 32 307,92 francs, soit un niveau comparable à celui de 1934 pour l’ensemble des Marnais (31 138,00 francs). Ces montants font-ils des ascendants et collatéraux d’élus des bourgeois ? Dans l’esprit, probablement, puisque les valeurs des déclarations sont celles d’une frange plus aisée que la moyenne départementale, elle-même au dessus de la moyenne nationale. Dans les faits, rien n’est moins sûr, d’autant qu’Adeline Daumard a montré pour la bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848 que le niveau de fortunes de cette dernière s’établissait à des niveaux encore supérieurs. Paul Cornut, pour 1908 et 1934, montre que les rapports entre France et Marne, et entre Seine et Marne sont en faveur du département d’analyse dans le premier cas et nettement en sa défaveur dans le second. La Seine est en ce sens un cas assez particulier, pourtant c’est avec cette portion du territoire qu’il est le plus aisé de faire des comparaisons puisque des études préalables existent. Pour Paris en 1820, Adeline Daumard estime que les mutations après décès d’une valeur inférieure à 500 francs correspondent à celles des milieux populaires, que celles dont le montant s’élève de 500 à 2 000 francs sont le reflet des franges supérieures de ces mêmes milieux populaires. Au-delà de 2 000 francs et jusqu’à 20 000 francs, ces déclarations sont le fait de la petite bourgeoisie, tandis que de 20 000 à 500 000 francs se trouve une grande classe moyenne. Quant à l’aristocratie de la richesse, elle déclare plus de 500 000 francs.

Tableau 5. Répartition de la valeur des déclarations de mutations après décès dans la Marne et à Paris.

Image 10000000000002A9000000D2C24B44A074E6EC11.jpg

44Les déclarations dressées dans la Marne avant 1830 appartiennent à la petite bourgeoisie. Les milieux populaires sont sous-représentés par rapport à la répartition parisienne, signe de l’aisance financière ancienne des familles d’élus. À cette date, les fortunes marnaises supérieures à 20 000 francs sont 1,65 fois plus nombreuses qu’à Paris. Pour la période 1831-1870, les évolutions à Paris et dans la Marne sont en partie similaires, avec une légère augmentation de la part des milieux populaires et une nette augmentation de l’aristocratie financière. À Paris, la part de la petite bourgeoisie est en net recul mais, dans l’environnement familial des élus, celle-ci demeure prépondérante et se maintient à un niveau équivalent. Par contre, les classes bourgeoises moyennes sont en progression. Ces familles sont intégrées dans un processus progressif d’embourgeoisement. Cette ascension sociale, marquée par l’évolution des fortunes déclarées au décès et l’embourgeoisement, même modeste, se confirment avec l’analyse des déclarations de mutations après décès de la période 1871-1908. Au cours de cette période, la part des milieux populaires se réduit pour atteindre seulement 11,64 %, tandis que les déclarations de mutations après décès correspondant en valeur à celles des couches supérieures de ces milieux populaires représentent 13,70 % de l’ensemble. Considérées ensemble, ces couches sociales constituaient entre 1803 et 1830 41,76 % de l’ensemble, engendraient encore 36,61 % des déclarations de la période 1831-1870, mais sont à l’origine de seulement un quart des mutations de la période 1871-1908. La part des mutations similaires à celles des petits bourgeois s’estompe également, passant de 45,9 % à 39 %. À l’inverse, les couches bourgeoises moyennes (31,85 %) et l’aristocratie financière prennent une part de plus en plus importante, la proportion de cette dernière atteint même, lors de la période finale, 3,77 % des déclarations de mutations après décès alors qu’aucune déclaration de la période initiale n’entrait dans cette catégorie. L’embourgeoisement progressif de la famille Dauphinot est caractéristique. Le père de Jean-Simon Dauphinot, fabricant de tissus et négociant à Reims, laisse, en 1844, à ses héritiers une fortune de 538 869,99 francs, tandis que le grand-père de ce dernier, boulanger-aubergiste-cultivateur à Suippes, n’a laissé à son décès que 7 164 francs en 1809. En deux générations, la famille Dauphinot passe de la petite bourgeoisie à l’aristocratie financière. L’alliance avec la famille Pradine, dont le profil d’ascension sociale par le biais du négoce de laines est similaire, participe à cet enrichissement et cet enracinement dans la grande bourgeoisie rémoise. Ainsi, Catherine Luton, grand-mère maternelle de Jean-Simon Dauphinot, laisse à ses héritiers en 1848 une succession coquette de 77 000 francs, tandis que dix-huit ans plus tard, son époux, Joseph Pradine lègue une fortune privée estimée à 371 244 francs.

45Contrairement à l’exemple précédent, les femmes décèdent, en moyenne, plus riches que les hommes (42 003,79 francs contre 37 458,27 francs). Cette remarque permet de supposer qu’il existe des politiques matrimoniales bien particulières à repérer où l’hypergamie est réelle, à moins que cette situation soit le reflet du décès plus précoce des hommes, les femmes déclarant ainsi, en fonction des termes contractuels du mariage, moitié de la fortune du couple plus leurs apports personnels. Néanmoins, les mutations après décès se ventilent sensiblement de la même façon selon les catégories définies par Adeline Daumard.

Tableau 6. La valeur des mutations après décès selon le sexe du décédé.

Hommes

Femmes

moins de 500 francs

13,04 %

12,88 %

entre 500 et 2 000 francs

17,68 %

19,20 %

entre 2 000 et 20 000 francs

45,71 %

44,26 %

entre 20 000 et 500 000 francs

21,79 %

22,01 %

plus de 500 000 francs

1,79 %

1,64 %

46Les familles des élus s’inscrivent dans la bourgeoisie mais cette dernière se définit, selon Christophe Charle, en fonction du niveau de fortune et de la répartition sectorielle de celle-ci. Ainsi, la fortune bourgeoise se veut plus mobilière qu’immobilière, plus capitaliste que terrienne.

Une bourgeoisie terrienne ou capitaliste ?

47Dans sa thèse, Paul Cornut détaille les valeurs mobilières et immobilières, entre les rentes sur l’État, les obligations, les actions et parts de fondateurs, les parts d’intérêts, les valeurs mobilières étrangères, le numéraire, les assurances sur la vie, les dépôts et comptes courants, les livrets, les fonds de commerce et les meubles corporels pour la valeur mobilière, les immeubles à usage agricole et les autres immeubles pour les valeurs immobilières. Ces comparaisons peuvent être faites entre fortunes privées globales, mais surtout entre valeurs mobilières et valeurs immobilières. La fortune des ascendants et collatéraux d’élus de la Marne sous la Troisième République sont-elles plutôt faites de mobilier (mobilier corporel, obligations, créances diverses, etc.) ou de biens immeubles (maisons, terres, etc.) ? Ces familles sont-elles plutôt capitalistes ou propriétaires terriens ?

  • 44 Maire de Saint-Martin-aux-Champs de 1892 à 1902 et de 1907 à 1913.
  • 45 Conseiller d’arrondissement du 1er canton de Reims de 1919 à 1925.
  • 46 Maire de Sapignicourt de 1815 à 1821.

48Selon les données collectées par Paul Cornut pour le premier XXe siècle, les valeurs mobilières déclarées sont supérieures aux valeurs immobilières. Le rapport entre les unes et les autres s’établit en 1908 à 2,77 et en 1934 à 3,33. À l’échelle nationale, le rapport entre les valeurs mobilières et les valeurs immobilières s’établit aux mêmes dates à seulement 1,51 et 1,37. Donc, les déclarations de mutations après décès dans la Marne sont en général plus porteuses de capital que la moyenne nationale. Pour les déclarations de mutation des ascendants et collatéraux, ce rapport s’établit à 1,57 pour la période 1871-1908, à 1,62 pour la période 1831-1870 et à 4,78 pour la période 1803-1830. Mais plus que le rapport, la comparaison des valeurs est intéressante. En 1908, les valeurs immobilières moyennes déclarées dans la Marne s’élèvent à un peu plus de 3 000 francs et les valeurs mobilières à un peu moins de 7 000 francs. En 1804, les parentèles des élus déclarent environ 4 000 francs en immeubles et 18 000 francs en mobilier ; ces montants s’élèvent, en 1856, à 12 500 et 20 000 francs, et en 1882 à 27 000 et 42 000 francs. Les valeurs déclarées par les proches et ascendants des élus sont donc, sans aucune mesure, bien supérieures à la moyenne départementale du début du XXe siècle. Les élus s’inscrivent dans des familles caractéristiques de la petite bourgeoisie, non seulement à cause de la valeur des mutations et des fortunes, mais aussi par la ventilation de cette dernière. Sans abandonner le lien à l’immeuble (et surtout à la terre), ces fortunes se construisent autour du capital, des rentes, des actions, etc., dans une situation d’entre-deux où la propriété foncière demeure capitale. La déclaration de la mutation après décès d’Aurélie Loisy est révélatrice de cette situation. Celle-ci est l’épouse d’un maire (Auguste Guédet44), la mère d’un conseiller municipal de Reims entré au conseil d’arrondissement (Louis Guédet45), la petite-fille d’un maire (Louis Loisy46)... Lors de sa déclaration de mutation après décès sont mentionnés les divers biens propres à la défunte parmi lesquels se trouvent des biens immeubles situés à Perthes (Haute-Marne), obtenus suite aux successions de son père Pierre Loisy et de sa grand-mère maternelle. L’ensemble des biens propres est ainsi évalué à 30 000 francs, dont 11 000 francs d’apport au mariage. Néanmoins, les valeurs mobilières sont légèrement supérieures aux valeurs immobilières, signe que cette bourgeoisie, est à l’image d’Arsène Tilloy, une bourgeoisie rurale dont les pratiques se situent entre les pratiques traditionnelles des propriétaires terriens et les pratiques nouvelles de la bourgeoisie capitaliste.

Un rapport naturel au pouvoir

  • 47 AD. Marne – 3 Q Châlons 1836 – folios 139-140.
  • 48 AD. Marne – Ibid. et 3 Q Épernay 1826 – folios 67-68.

49Dans sa définition de la bourgeoisie, Christophe Charle mentionne le rapport à la politique. D’après les mutations après décès des hommes politiques, leur fortune privée moyenne s’élève à 101 849,52 francs ; mais la médiane s’établit à 22 600 francs. Ces hommes appartiennent à la moyenne bourgeoisie. Cette inscription est renforcée par la ventilation dans les catégories sociales définies par Adeline Daumard. En effet, sur la période 1803-1908, peu d’hommes issus des classes populaires (5,48 %) et des classes populaires supérieures (5,48 %) obtiennent un mandat politique. La part des assimilés à la petite bourgeoisie n’est pas négligeable (34,25 %) et celle de ceux appartenant à l’aristocratie financière est considérable (6,85 %), mais le plus gros du contingent (47,95 %) est constitué de ces bourgeois moyens dont la valeur des déclarations oscille entre 20 000 et 500 000 francs. Rémy Moët de Romont, négociant en vins de Champagne à Épernay, y décédé le 31 août 1841, ancien maire d’Épernay et conseiller d’arrondissement, grand-père de Gabriel Chandon de Briailles (maire de Mailly-Champagne de 1852 à 1873 et conseiller d’arrondissement du canton de Verzy de 1852 à 1873), est un bon exemple de cette bourgeoisie du négoce puisqu’il lègue 113 312,20 francs, le tout en valeurs mobilières. De son côté, Jacques Goerg, décédé négociant et propriétaire à Châlons-sur-Marne le 18 août 1835, transmet à ses cinq enfants des valeurs mobilières s’élevant à 6 204,35 francs et des valeurs immobilières pour 117 120 francs.47 Ces dernières sont constituées de la moitié d’une maison et de ses dépendances, de quarante-cinq hectares quatorze ares de terres et prés situés sur les finages de Juvigny, Aigny et La Veuve, de la moitié de deux hectares cinq ares et huit centiares de terres et la moitié de deux ares soixante dix centiares situés à Aulnay-sur-Marne ; le tout produisant un revenu brut de 5 856 francs, capitalisé au denier vingt et dont la valeur s’élève donc à 117 120 francs. Les valeurs immobilières sont plus importantes que les valeurs mobilières, bien que Jacques Goerg soit négociant. Cela s’explique par la succession mobilière faite par son épouse, Éléonore Richard, décédée le 11 novembre 1826, qui laisse 362 358,83 francs à ses héritiers, dont 97,06 % en valeurs mobilières.48

Tableau 7. Fortune au décès et fonctions sociales

Image 10000000000002E90000011D7F63E0892A8EA0CD.jpg

Comparaisons effectuées avec les données chiffrées de Christophe Charle, Les élites de la République…, op. cit.

50Pour les membres du corpus décédés avant 1908 et pour lesquels des mutations après décès donnent des renseignements précis, ces déclarations montrent un niveau de vie global proche de celui affiché dans le monde des affaires de la période 1880-1900. La moyenne des déclarations de mutations après décès de ces hommes s’élève ainsi à 456 187,83 francs, et placent ces hommes dans la haute bourgeoisie locale. Exactement moitié se situe dans cette bourgeoisie moyenne définie par Adeline Daumard, tandis que 37,50 % appartiennent à l’aristocratie de la richesse. Au sein de cette bourgeoisie moyenne, 75 % décèdent avec des fortunes privées supérieures à 100 000 francs. La ventilation entre valeurs mobilières et valeurs immobilières est strictement identique à celle de l’ensemble des membres des parentés décédés entre 1871 et 1908 puisque le rapport entre les premières et les secondes s’élève à 1,57 et est proche du rapport national qui s’élève pour 1908 à 1,51.

  • 49 AD. Marne – Aff. El VI 556.

51Si la fortune globale des élus et de leurs proches est supérieure à la moyenne alors les électeurs considèrent très probablement ce critère comme un élément déterminant dans leur choix final. En juillet 1895, Henri de Saint-Amand-Ferrageau le pense et déclare : « indépendant de fortune et de caractère, je n’ai rien à désirer ni à demander pour moi. »49 S’il peut être surprenant de débuter sa profession de foi ainsi, la démarche de ce candidat est claire. Les candidats doivent, pour être de bons élus, vouloir uniquement le bien public. Or pour travailler au mieux pour celui-ci, il ne faut pas travailler pour son bien propre. Aussi, n’avoir rien à désirer, posséder tout ce dont on a besoin, et même davantage, est un gage de l’engagement politique au service des autres, et donc la certitude d’être un élu d’excellente qualité. Cette petite phrase n’est pas anodine et permet de supposer qu’aux yeux de certains électeurs, ce critère de la fortune personnelle est un gage de qualité de l’élu.

52Par leurs mutations après décès ou par celles des membres de leurs parentèles, les élus s’inscrivent donc dans des familles bourgeoises dont le processus d’embourgeoisement est continu tout au long du XIXe siècle. Si les déclarations de mutation après décès permettent de catégoriser objectivement les déclarants en fonction de leurs possessions, la présence d’une domesticité vivant sous le toit du patron est un autre indice du rang social.

La domesticité, reflet de l’aisance

  • 50 AD. Marne – 127 M.
  • 51 AD. Marne – 127 M.
  • 52 AD. Marne – 127 M.
  • 53 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e édition, 1832, tome 1, p. 571.
  • 54 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1863-1877.

53La domesticité se recherche par l’intermédiaire des dénombrements de population. Dans ces dénombrements, aucune donnée juridique quant au lien entretenu entre l’hébergeur et l’hébergé n’est mentionnée. Si le terme de « domestique » apparaît, ceux de « bonne », « servante », « nourrice », « gouvernante », « femme de chambre », « cuisinière », « valet », « cocher », etc. sont également employés par les services compétents. Ainsi, Arsène Quenardel, propriétaire, maire de Verzenay de 1888 à 1895 et conseiller d’arrondissement de 1883 à 1895, a à son service un domestique et une bonne.50 De son côté, Victor Petit vit à Hermonville avec son épouse, ses enfants et sa servante,51 tandis que Félix Thomas-Derevoge, notaire, maire de Pontfaverger de 1879 à 1888 et conseiller général du canton de Beine de 1871 à 1890 loge avant 1880 à Pontfaverger avec sa femme, son fils, ses filles, son père, trois domestiques (ainsi dénommés dans le registre) et une nourrice.52 Distinction est faite entre les trois domestiques (un homme et deux femmes) et la nourrice. Est-elle faite en fonction du statut de la nourrice dans la maisonnée ? Marque-t-elle une différence quant aux liens qui unissent cette personne et la famille ? Dans les registres, les habitants sont inscrits par maisonnée, néanmoins tous les résidents du foyer n’appartiennent pas à la famille de sang. Pourtant l’absence de lien ne reflète pas non plus présence de domesticité. Ainsi, les notaires hébergent parfois leurs clercs, les propriétaires logent chez eux certains de leurs ouvriers agricoles, etc. Ceux-ci n’appartiennent bien souvent pas à la famille, stricto sensu, mais ne sont pas non plus des domestiques. Ainsi, Paul Champion vit dans sa ferme d’Allemanche avec sa femme, ses trois enfants, sa belle-mère, une domestique et un ouvrier agricole. Ce dernier est d’ailleurs à peine plus âgé que les enfants de son patron. Cet individu n’entre pas dans le cadre de la définition stricte de la domesticité. Celle-ci reflète, depuis son apparition vers 1583, « le fait de vivre sous le même toit », se caractérise par « la condition d’une personne qui est au service d’une autre »53 dans le sens où « la domesticité a remplacé l’esclavage. »54

  • 55 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vign (...)

54Une analyse exhaustive des dénombrements de population n’a pu être entreprise, notamment pour les espaces urbains. Le sondage porte sur 62,21 % des élus et écarte volontairement les élus rémois (sans doute parmi les plus fortunés) afin de déterminer un niveau de vie et/ou un niveau de fortune des élus issus du monde rural. Si, selon les déclarations de mutations après décès, les élus de la Marne s’inscrivent dans des familles dont le niveau de fortune correspond, pour une grande part au moins, à la petite bourgeoisie et ceci dès le début du XIXe siècle, alors il est pour eux normal et de tradition familiale de vivre selon le mode de vie bourgeois. Celui-ci passe, en partie, par la présence d’une domesticité plus ou moins importante. Rien d’étonnant, donc, à ce que 56,44 % des élus aient à leur service une domesticité. Tous les cantons étudiés sont concernés. En moyenne, chaque élu tient à sa disposition un peu plus de deux domestiques (2,47). Dans les cantons où l’élevage extensif et la sylviculture sont des activités très prégnantes, la présence de domesticité est plus forte : Heiltz-le-Maurupt (3 domestiques par élu en moyenne), Thiéblemont (3,25), Ville-sur-Tourbe (3,64), Esternay (3,67) et Sainte-Menehould (4,5). Le canton de Ville-en-Tardenois (3,29) dont l’économie est mixte (petite polyculture, petite sylviculture et viticulture) et le canton de Dormans (4,5 – majoritairement viticole) échappent à cette règle. Pourtant, les élus cultivateurs sont les plus fournis en domesticité alors que les vignerons ont à l’inverse très peu de domestiques. À la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, les vignerons marnais ne constituent pas une bourgeoisie ; bien au contraire, ils possèdent généralement quelques ares seulement et ne produisent presque pas de vin de Champagne à leur nom, mais revendent leur raisin ou leur jus aux négociants et aux pressoirs locaux. À l’inverse, ceux qui vivent du négoce des vins de Champagne, à l’image de Jean-Rémy Moët appartiennent à la grande bourgeoisie locale. C’est de cette situation que naît, avec le problème du phylloxéra destructeur des vignes champenoises, la crise viticole des années 1908-1911.55 Les déclarations de mutation après décès des ascendants et collatéraux propriétaires entre 1803 et 1908 s’élèvent à 36 777,28 francs, les faisant intégrer la moyenne bourgeoisie. Les cultivateurs laissent à leurs héritiers des fortunes privées moyennes de 12 278,40 francs, ce qui fait d’eux des petits bourgeois confortablement établis, tandis que les vignerons transmettent 5 230,88 francs.

  • 56 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Mœurs de province, Paris, Michel Lévy frères, 1857, p. 19.
  • 57 Honoré Balzac, Le Médecin de campagne, Bruxelles, Louis Hauman et Compagnie, 1833, pp. 71-72.

55Les besoins en main d’œuvre des propriétaires terriens, en un temps où la mécanisation n’est pas la règle pour les travaux agricoles, expliquent ainsi le recours à la domesticité, et en particulier à la domesticité masculine. Les propriétaires terriens ont en moyenne 3,11 domestiques à leur service, dont 1,31 femme et 1,80 homme. Chez les cultivateurs, le poids des hommes est encore plus important signe que l’aisance des cultivateurs ne se transcrit pas forcément par un mode de vie bourgeois dans lequel la femme de chambre, la cuisinière ou la bonne tient une place indéniable. Les cultivateurs ont en moyenne 2,83 domestiques, soit à peine moins que les propriétaires, mais seulement 0,69 femme pour 2,14 hommes. À l’inverse, les professions libérales juridiques et sanitaires (notaires, avocats, avoués, huissiers, vétérinaires, médecins, pharmaciens, etc.), qui constituent 28,14 % des élus ayant des domestiques, ont à leur service assez peu de domestiques (1,67 en moyenne) et généralement des femmes (1,30). Ernest Janin, docteur en médecine à Vertus, vit ainsi dans sa demeure du boulevard Paul Goerg avec son épouse Marie Bonnet, ses trois filles Yvonne, Simone et Henriette. Avec eux logent une nourrice, une cuisinière et un cocher. Ce dernier est, en quelque sorte, une nécessité pour ce médecin vivant au chef-lieu de canton dont la clientèle est urbaine et rurale. Ernest Janin incarne bien ces professions libérales qui vivent bourgeoisement au cœur de cantons ruraux, un peu à l’image de Charles Bovary56 ou de M. Benassis.57

  • 58 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Au sans pareil éditeurs, « la bibliothèque des chefs-d’œuvre  (...)
  • 59 Cousin et ancien collaborateur (entre 1800 et 1801) de Pierre Daru dont il a été le témoin de maria (...)
  • 60 AD. Marne – 3 Q Suippes 1902.

56Si les hommes de la terre et les professions libérales constituent près des trois-quarts de ceux qui ont à leur service des domestiques, les entrepreneurs, industriels, négociants et marchands représentent environ 15 % des élus qui ont une domesticité. Eugène Buirette, industriel filateur à Suippes, conseiller d’arrondissement de 1880 à 1892, conseiller général de 1892 à 1893 et maire de cette commune de 1900 à 1903, est assez révélateur de ces hommes qui vivent sous le même toit que leur famille de sang, leurs domestiques et une partie de leur personnel. Ainsi, en 1881, dans sa demeure du quai de l’Arquebuse à Suippes, alors âgé de quarante ans, il vit avec son épouse Catherine Gaulard, ses fils Léon et Paul, deux domestiques (âgées de vingt-six et dix-neuf ans) et Allyre Molé, âgé de trente-trois ans, contremaître de sa filature. Il est finalement très proche de la figure de Monsieur de Rênal, « M. le maire [de Verrières] (…), chevalier de plusieurs ordres (…) [propriétaire d’une] grande fabrique de clous »58 qui a à son service des domestiques parmi lesquels des valets et une femme de chambre, Élisa. Le début de ce roman écrit vers 1830 par Henri Beyle,59 sous le nom de plume de Stendhal, montre l’importance des liens entre la fortune industrielle et le monde politique, le poids et la fonction des décorations au dix-neuvième siècle et la nécessaire présence d’une domesticité, reflet du mode de vie. Eugène Buirette, est à l’image de M. de Rênal, un industriel qui a construit sa fortune par le biais de cette activité économique (il laisse, en 1902, en héritage à ses enfants une fortune mobilière et immobilière colossale qui s’élève à 719 487,32 francs),60 est décoré de la Légion d’Honneur et des palmes académiques, exerce un pouvoir local conséquent et a à son service plusieurs domestiques.

57Les autres catégories socioprofessionnelles sont assez peu représentées au sein de ces élus ayant à leur service une domesticité : artisans (2,99 %), militaires (1,80 %), employés (0,60 %).

58Les bourgeoisies traditionnelles n’ont pas le monopole du recours à la domesticité. Les élus peuvent donc être des agriculteurs et néanmoins n’être point nécessiteux. Nombreux sont ceux dont le portrait ressemble en partie à ces bourgeois ruraux précédemment décrits que sont les membres de la famille Tilloy. Vivants, pour une grande partie d’entre eux, comme des bourgeois au milieu des ruraux, quels types de rouages politiques intègrent ces hommes ayant une domesticité à leur service ? Cette élite financière et sociale correspond-elle à l’élite politique ?

59En fait, ces élus sont rarement des parlementaires. Nombre d’entre eux ont des résidences parisiennes où ils sont servis par une domesticité recensée à Paris. C’est pourquoi la sous-représentation des parlementaires n’est sans doute pas révélatrice. Pour le reste, la prédominance des conseillers d’arrondissement peut surprendre puisque ces hommes au mode de vie bourgeois n’intègrent pas forcément les rouages politiques départementaux les plus élevés.

Tableau 8. Les mandats détenus par les élus qui ont une domesticité.

élus à domesticité

corpus

différentiel

CA

66,67 %

59,21 %

112,59 %

CA + CG

9,94 %

10,97 %

90,62 %

CA + CG + P

2,34 %

1,86 %

125,76 %

CG

16,37 %

19,05 %

85,95 %

CG + P

4,09 %

4,35 %

94,10 %

P

0,58 %

4,14 %

14,13 %

60Les conseillers d’arrondissement correspondent à 72,04 % des hommes du corpus et à 78,95 % de ceux servis par une domesticité et 38,57 % d’entre eux ont une domesticité. Le mode de vie bourgeois favorise probablement l’élection, même pour intégrer le conseil d’arrondissement ; et ceci jusque tard dans le XXe siècle.

  • 61 Exactement 23,61 %.

61Les élus locaux de 1871 ont une domesticité pour 59,72 % d’entre eux (51,72 % des conseillers généraux et 65,12 % des conseillers d’arrondissement). L’appartenance au monde bourgeois est donc loin d’être équivoque. En 1940, la proportion est bien plus faible, mais demeure révélatrice puisque près du quart61 des élus locaux de 1940 ont une domesticité à leur service, signe que le mode de vie bourgeois des élus de la République persiste largement, d’autant que les sources compulsées pour cette période sont loin d’être exhaustives. En 1940, c’est encore un conseiller général sur cinq et un conseiller d’arrondissement sur quatre qui a une domesticité. Plus de la moitié des élus pour lesquels une domesticité est attestée intègrent la politique locale entre 1871 et 1893. Pour la période 1893-1914, la proportion est de 29,82 % et s’élève à 17,54 % pour l’entre-deux guerres.

62La présence continue de domesticité prouve que le recrutement des élus politiques de la Marne s’effectue dans le vivier constitué par la bourgeoisie, que celle-ci revête les oripeaux traditionnels des bourgeois urbains ou ceux, plus en rapport avec les réalités économiques et sociales de la Marne sous la Troisième République, d’une bourgeoisie rurale, agraire ou non.

63La profession de l’élu et sa fortune constituent un double capital qui renforce l’assise sociale. L’aspect pécuniaire est loin d’être négligeable mais la part symbolique confère à la position sociale de certains individus un “capital-confiance” auprès des électeurs qui se transforme en “capital-crédit” lors des élections. Ce crédit individuel se construit progressivement et les électeurs s’appuient sur des critères objectifs ou subjectifs pour le constituer, ou tout au moins l’évaluer. Au sein de ces critères, la profession de l’individu et le niveau de vie, réel ou supposé tiennent une place importante. À cette crédibilité personnelle s’ajoute celle des parents et en particulier du père de l’individu. Mais, comme l’embourgeoisement, la crédibilité familiale se construit progressivement, patiemment, de génération en génération. Elle se fait grâce à l’inscription des individus dans des structures organisées et codifiées au sein desquelles se joue une grande partie de la sociabilité du candidat. Celle-ci passe par le biais des groupes, sociétés, cercles, associations et structures économiques et sociales locales au sein desquels s’inscrit l’individu. Dès lors, qu’en est-il de ces lieux et espaces de sociabilité qui construisent l’identité et le profil du candidat élu ?

Notes

1 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 79.

2 Julien Adnet, Henri Champagne et Émile Loisy.

3 « Telles sont les raisons qui m’ont conduit à penser que l’élection est un des plus funestes périls pour l’existence des sociétés modernes. » Honoré de Balzac, Le Médecin de campagne, Bruxelles, Hauman et compagnie, 1833, cité dans Gilbert Guislain, Balzac. Biographie, analyse littéraire, étude détaillée des principales œuvres, Paris, Jeunes Éditions/Studyrama, 2004, p. 127.

4 Jacques Poirier, Françoise Salaün, Médecin ou malade ? La médecine en France aux XIXe et XXe siècles, Paris, Masson, p. 177.

5 Pierre Guillaume, Le rôle social du médecin depuis deux siècles (1800-1945), Paris, Comité d’Histoire de la sécurité sociale, 1996, 320 pages.

6 Bénédicte Vergez, Le Monde des médecins au XXe siècle, Bruxelles, Éditions Complexe, « Le monde de », p. 194.

7 Ibidem.

8 Jean-Paul Barrière, « Notaires des villes et des champs : les origines sociales d’une “profession” au XIXe siècle », Le Mouvement social, 1997, no 181, pp. 73-104.

9 Pierre Milza, « Présentation », in André Siegfried, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la Troisième République, Paris, Imprimerie nationale 1995 (Armand Colin, 1913), p. 21.

10 Ibid., p. 16.

11 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin, Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 243.

12 AD. Marne – Aff. El VI 638.

13 Il entre au conseil d’arrondissement en 1886. Trois ans plus tard, il prend le fauteuil de maire de la commune, où il a vu le jour le 9 mai 1853. En 1890, Félix Thomas-Derevoge, conseiller général sortant, refuse de briguer un cinquième mandat et Ernest Monfeuillart intègre cette chambre pour trente-huit ans (il y occupe les fonctions de vice-président puis de président). Entre temps, il cire également les bancs du palais Bourbon de 1898 à 1906 et s’en va rue de Vaugirard à compter de cette date. Il quitte définitivement la politique en 1932, il est alors âgé de soixante-dix-neuf ans.

14 Albert Thibaudet, La République des professeurs, 1927.

15 Gilles Le Béguec, « Les réseaux », op. cit., p. 244-245.

16 Jean Vigreux, « Les campagnes françaises et la politique », in Parlement(s). Revue d’histoire politique, no 5, 2006, pp. 54-55.

17 Jean Garrigues, La République des hommes d’affaires (1870-1900), Paris, Aubier, 1997, 432 pages.

18 Gilles Le Béguec, La République des avocats, Paris, Armand Colin, « L’histoire au temps présent », 2003, 230 pages.

19 Jean-Paul Barrière, op. cit.

20 27,14 % des professions libérales juridiques, 30,77 % de pères intégrant cette catégorie socioprofessionnelle 3 et 3,58 % des pères renseignés sur le critère de la profession sont notaires.

21 AD. Marne – 21 J 20. Alexandre Niess, « Le château de Mareuil-en-Brie et la famille Durant (1802-1836) », Du Pays Sézannais, Centre d’Études du Pays Sézannais, no 7, juin 2006, pp. 13-21.

22 Il a mené de brillantes études de droit achevées en 1911 par la soutenance d’un doctorant portant sur Les lapins de garenne devant la loi et la jurisprudence.

23 Anonyme – Marguerite Louise Martinat ( ?), Pierre Forgeot. Sa pensée politique, Paris, Joli, 1975, 367 pages. Ouvrage hagiographique construit autour des interventions de Pierre Forgeot à la Chambre des députés, toutes suivies des commentaires (les plus élogieux) de la presse parisienne ou locale. Cet ensemble documentaire publié anonymement est probablement l’œuvre de son épouse comme permet de le croire la dédicace des pages 5 et 6 : « À mes chers enfants, dans la solitude de Ker-Jacques où mon être meurtri voulait se réfugier, j’ai cherché tout ce qu’avait dit, tout ce qu’avait écrit, tout ce qu’avait pensé celui que partout je voulais retrouver, et ce travail était un rapprochement. De toutes mes forces j’ai voulu comprendre sa noble vie : son but et son action. J’ai senti que je ne devais pas laisser dans l’ombre et peut-être dans l’oubli une vie qui fut, pendant une période, si brillante et toujours exemplaire. J’ai retrouvé et relu ces discours prononcés à la Chambre des Députés qui eurent un si grand retentissement et suscitèrent tant de commentaires élogieux, souvent enthousiastes. Je les ai réunis dans ce volume (…). »

24 Alexandre Niess, « Un angluriot au Palais Bourbon : Pierre Eugène Gustave Forgeot (1888-1956 », Du Pays Sézannais, Centre d’Études du Pays Sézannais, no 8, juin 2007, pp. 25-28.

25 Jean Estèbe, Les Ministres de la République 1871-1914, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982.

26 Anne-Marie Sohn, « La fortune : une approche originale du personnel politique et de son engagement », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline et Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 211.

27 Marguerite Perrot, Le Mode de vie des familles bourgeoises (1873-1953), Paris, Armand Colin/Fondation nationale des sciences politiques, « Recherches sur l’économie française », 1961, p. 3.

28 Ibidem.

29 Adeline Daumard, La Bourgeoisie parisienne de 1815 à 1848, Paris, Albin Michel, « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », 1996 (École Pratique des Hautes Études, 1963), p. XXXI.

30 Christophe Charle, Histoire sociale de la France au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Points Histoire », 2001 (1991), pp. 239-240.

31 Maurice Agulhon, « Les transformations du monde paysan », in Georges Duby et Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, tome 3, Paris, Seuil, « Points Histoire », 1992 (1976), pp. 458-460.

32 Dictionnaire biographique de la Marne, Châlons-sur-Marne, 1907.

33 Victor (vingt-cinq ans), Emma (vingt-trois ans), Édouard (vingt-deux ans), Albert (vingt et un ans), Virginie (seize ans) et Théophile (sept ans).

34 Arsène, âgé de vingt-six ans, Benjamin, âgé de dix-neuf ans, Paul, âgé de dix-huit ans et Achile, âgé de treize ans, ne sont pas recensés comme résidents à la ferme de la Chapelle. Le premier est l’aîné de la fratrie.

35 Trois femmes et sept hommes.

36 Maurice Agulhon, op. cit., p. 459.

37 Adeline Daumard, La Bourgeoisie…, op. cit., p. 59.

38 Paul Cornut, Répartition de la fortune privée en France par département et nature des biens au cours de la première moitié du XXe siècle, Paris, Armand Colin, 1963, 659 pages.

39 Alain Plessis, « L’ère de la stabilité ? Le franc au dix-neuvième siècle », conférence au MINEFI, 7 janvier 2002. En ligne : www.finances.gouv.fr/fonds_documentaire/euro2002/zoom3/conference/france19e2.htm.

40 Ibidem.

41 Adeline Daumard, op. cit., p. 60.

42 Les données chiffrées énoncées par Paul Cornut sont erronées puisque en reprenant celles de la page 509, qui concernent le département de la Marne, la valeur moyenne des mutations par décès est de 9 123 francs et non pas 9 128 francs, comme indiqué.

43 Paul Cornut, op. cit., p. 411.

44 Maire de Saint-Martin-aux-Champs de 1892 à 1902 et de 1907 à 1913.

45 Conseiller d’arrondissement du 1er canton de Reims de 1919 à 1925.

46 Maire de Sapignicourt de 1815 à 1821.

47 AD. Marne – 3 Q Châlons 1836 – folios 139-140.

48 AD. Marne – Ibid. et 3 Q Épernay 1826 – folios 67-68.

49 AD. Marne – Aff. El VI 556.

50 AD. Marne – 127 M.

51 AD. Marne – 127 M.

52 AD. Marne – 127 M.

53 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, 6e édition, 1832, tome 1, p. 571.

54 Émile Littré, Dictionnaire, Paris, 1863-1877.

55 Alexandre Niess, « Champagne rouge, Champagne sang. De l’épineuse question de la définition du vigneron champenois », in Vin et République, Paris, Pepper/L’Harmattan, 2009 ; Alexandre Niess, « Les questions vitivinicoles au conseil général de la Marne (1811-1914), reflets des mutations dans les débats politiques départementaux » in Serge Wolikow (dir.), Construction des territoires contemporains de la Champagne, Université de Bourgogne, à paraître.

56 Gustave Flaubert, Madame Bovary. Mœurs de province, Paris, Michel Lévy frères, 1857, p. 19.

57 Honoré Balzac, Le Médecin de campagne, Bruxelles, Louis Hauman et Compagnie, 1833, pp. 71-72.

58 Stendhal, Le Rouge et le Noir, Paris, Au sans pareil éditeurs, « la bibliothèque des chefs-d’œuvre », 1996, pp. 14-15.

59 Cousin et ancien collaborateur (entre 1800 et 1801) de Pierre Daru dont il a été le témoin de mariage le 17 mai 1802, ce dernier étant le père d’Eugène Daru, maire de Charleville de 1865 à 1884 et conseiller général du canton de Montmirail de 1871 à 1877.

60 AD. Marne – 3 Q Suippes 1902.

61 Exactement 23,61 %.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search