Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Première Partie. Les ressorts de la carrière politique

Une implantation locale bien venue

Texte intégral

  • 1 A.D. Marne – El. V 530.

« Je ne suis pas un nouveau venu parmi vous. Depuis plus de vingt ans, j’appartiens à votre arrondissement ; depuis douze ans je suis Maire de la commune d’Outines ; et, depuis dix ans, je fais partie du Conseil général comme représentant du canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont.
Mon séjour prolongé à la campagne, mes relations permanentes avec les cultivateurs m’ont initié depuis longtemps à leurs besoins. La surveillance de mon exploitation m’a permis d’acquérir l’expérience des choses agricoles. (…)
Paul Perroche,
Docteur en Droit,
Maire d’ Outines,
Conseiller général de la Marne. »1

  • 2 Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Presses Universitaires de Fr (...)
  • 3 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré (...)
  • 4 Pierre Bonte, « L’échange est-il universel ? », L’Homme, no 154-155, 2000, p. 39.

1Fort de son ancrage dans la vie politique cantonale, de sa formation lui permettant d’intervenir efficacement dans les débats d’une assemblée parfois technocratique où s’utilise abondamment le vocabulaire spécifique du droit, de sa fine connaissance de la vie de ses concitoyens de l’arrondissement de Vitry-le-François dans lequel le vote rural des propriétaires, cultivateurs, éleveurs et vignerons pèse lourd dans la balance électorale, Paul Perroche présente une candidature, qu’il juge légitime, pour accéder au palais Bourbon. Dans cet extrait d’affiche électorale, les thèmes abordés sont loin d’être anodins ; l’attachement réel à la circonscription d’élection est un sujet majeur des campagnes électorales. Souvent, les candidats font référence à leur origine, à celle de leurs père et mère. Dès lors et à la suite des travaux de Claude Lévi-Strauss,2 les sociologues comme Pierre Bonte ou les historiens du politique comme Éric Anceau3 considèrent le groupe primaire (la famille) comme fondamental ; « l’ouvrage de Claude Lévi-Strauss conserve, à l’épreuve des données nouvelles, une grande partie de sa valeur heuristique, et il continue à inspirer la réflexion théorique dans le domaine de l’étude anthropologique de la parenté. »4 Quelles sont les origines géographiques des membres du groupe primaire ? D’où viennent les élus ? En quoi la provenance géographique peut-elle être un critère de l’élection ?

Les élus : des hommes du cru ?

2Les archives de l’état civil, principalement, mais aussi les archives notariales, fiscales et les annuaires départementaux fournissent de précieux renseignements pour aborder cette question de la provenance géographique des élus et donc celle de leur implantation locale.

  • 5 Alain Testard, « Quelques considérations sur le temps dans la parenté et le mariage entre cousins c (...)

3Les élus constituent le cœur de l’étude ; l’analyse de leur provenance géographique est donc première. D’aucuns rétorqueraient que l’ordre naturel et chronologique commande de débuter l’analyse par le noyau parental plutôt que par leur descendant. Certes, pourtant, le point de pivot est l’élu. Sans lui aucune analyse des parents n’est utile ; de plus, Alain Testard a montré l’utilité de l’inversion temporelle dans les études sur la parenté. Selon lui, si le rapport filiatif est marqué temporellement, « la réversibilité du temps, si contraire à nos conceptions selon lesquelles le temps est par essence irréversible, n’est pas un produit de l’imagination. »5 Par conséquent, une analyse des lieux de naissance des élus peut précéder celle de leurs parents.

Les élus sont avant tout des Marnais

  • 6 Les natifs des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise ne sont pas très nombreux (17 pour l (...)
  • 7 Cet espace géographique compte les départements de l’Aisne, des Ardennes, de l’Aube, de la Côte-d’O (...)

4Les lieux de naissance de 95,12 % des élus sont connus avec précision. Plus des trois-quarts des élus sont natifs du département d’élection (76,92 %). Une partie non négligeable d’entre eux (9,61 %) naît dans les départements limitrophes tandis que la macrocéphalie parisienne n’est pas très importante.6 Le grand nord-est7 fournit 89,14 % des élus étudiés.

  • 8 Ce sont les départements de l’Aisne, des Ardennes, de l’Aube, de la Haute-Marne, de la Meuse et de (...)
  • 9 Trente des quarante-cinq élus natifs de ces six départements sont nés à moins de vingt-cinq kilomèt (...)
  • 10 Finalement 83,37 % des élus de la Marne sont nés dans ce département ou à moins de vingt-cinq kilom (...)
  • 11 Cette situation concerne 30 % des élus nés dans un rayon inférieur à vingt-cinq kilomètres de la li (...)
  • 12 Nicolas Léon Vernimont épouse Eudoxie Chapiteaux le 25 novembre 1868 à Servon.
  • 13 Ces deux hommes sont élus au nom du canton de Ville-sur-Tourbe ; Gabriel Guillain siège au conseil (...)

5Pour les élus nés dans un département limitrophe,8 porter l’analyse à l’échelle communale révèle la proximité entre le lieu de naissance et le département d’élection. Les communes situées à moins de vingt-cinq kilomètres de la limite administrative du département de la Marne sont des lieux privilégiés de naissance des futurs élus non Marnais de naissance.9 Dès lors, la proximité géographique entre la commune d’origine et la circonscription d’élection est plus grande que ne le laisse supposer une étude à l’échelle départementale.10 Certaines communes de naissance des élus sont même limitrophes au département de la Marne.11 Les habitants des villages font largement fi des limites administratives quand il s’agit de nouer des alliances matrimoniales ; surtout si à la clef une dot foncière ou pécuniaire d’importance se profile. Ainsi, Nicolas Vernimont, natif d’Autry, épouse une jeune fille native de Servon, où il s’installe comme marchand de bois.12 Le déplacement n’est pas une expédition puisque seulement huit kilomètres séparent ces deux villages de l’Argonne. Pour Gabriel Guillain, les raisons du déplacement sont claires : Séchault est un petit village des Ardennes dans lequel il n’existe pas d’étude notariale ; or, il a mené des études de droit qui lui permettent de briguer la charge de notaire. Il parvient à acheter celle située non loin de chez ses parents, à Ville-sur-Tourbe où il fait souche. Séchault et Ville-sur-Tourbe sont des communes séparées par seulement dix kilomètres. Certes, l’étude notariale la plus proche de Séchault demeure celle de Monthois (six kilomètres), mais l’opportunité de l’acquérir n’a pu se présenter à Gabriel Guillain.13

  • 14 Il y est né le 10 avril 1835.

6Auguste Fourman, horloger à Dormans, constitue un hapax. Il est originaire de Sarrelouis14 et est donc né en dehors de l’espace français. À sa naissance, en effet, la ville vient de changer de main. Intégrée au Grand Duché de Lorraine, cette ville passe sous domination française en 1766 à la mort du beau-père de Louis XV, Stanislas Leszczynski. Construite pour servir de ville-frontière avec les États allemands, elle demeure française jusqu’au lendemain des guerres napoléoniennes et, en 1816, est annexée à la Prusse et intégrée à la province de Rhénanie. Cela fait donc un peu moins de vingt ans que la ville n’est plus française quand Auguste Fourman naît.

7Généralement natifs du département d’élection, les élus sont-ils issus des villes ou des campagnes ? La répartition est-elle équitable ou fait-elle apparaître des pôles de recrutement ?

  • 15 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses pendant la première moitié du XIXe siècle (...)
  • 16 Louis-Napoléon Bonaparte, L’extinction du paupérisme, Paris, La Guillotière, 1848 (août 1844), pp.  (...)
  • 17 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Arthaud, 1987 (1963), p. 420.

8La Marne, à l’image de la France, est essentiellement rurale, mais connaît une croissance urbaine intense au cours du dix-neuvième siècle. Dès lors, recenser un nombre conséquent d’élus issus des villes marnaises pourrait être un signe des évolutions économiques et sociales, mais aussi politiques du temps. Celles-ci étant marquées par le renforcement économique, social et politique d’une bourgeoisie capitaliste en parallèle d’une paupérisation des couches ouvrières qui engendre la considération des classes laborieuses comme des classes dangereuses.15 En conséquence de l’industrialisation, l’idée du rôle social et politique des masses sort renforcée et celle de l’organisation structurelle de la lutte ouvrière germe. « Aujourd’hui, le règne des castes est fini, on ne peut gouverner qu’avec les masses. (…) Les masses sans organisation ne sont rien ; disciplinées elles sont tout. Sans organisations elles ne peuvent ni parler ni se faire comprendre ; elles ne peuvent même ni écouter, ni recevoir une impulsion commune. »16 Pour Fernand Braudel, « le mérite de l’Occident est d’avoir cherché avec véhémence une riposte sociale, humaine, assez efficace et valable aux duretés multiples de l’industrialisation. Il a fabriqué un humanisme social, dirions-nous, si nous n’avions abusé déjà de ce mot commode. Cette élaboration s’est faite au cours du triste, dramatique et génial XIXe siècle – triste, si l’on songe à la laideur de la vie quotidienne ; dramatique si l’on considère sa séquence de troubles et de guerres ; génial si l’on veut récapituler ses progrès scientifiques et techniques, et même, à un moindre degré, sociaux. »17 Acteur de ce siècle protéiforme, Léon Gambetta considère que ces évolutions socioéconomiques doivent avoir un impact sur le paysage politique. Comme le monde change, alors il devrait produire des hommes politiques nouveaux. Si le poids des villes augmente, un renouvellement social pourrait alors être envisagé sous la Troisième République.

  • 18 Victor-Adolphe Malte-Brun, Marne. Géographie – Histoire – Statistique – Administration, Le Bastion, (...)

9Le cadre cantonal d’une grande partie des élections étudiées favorise l’éparpillement des naissances. Pourtant, l’analyse à l’échelle communale révèle assez fidèlement le maillage urbain départemental. À la tête de ce dernier, la ville de Reims et ses vingt-neuf natifs. La cité des sacres est suivie des villes de Châlons-sur-Marne et de Suippes (respectivement douze et dix élus). Sept élus sont nés à Sainte-Menehould et à Épernay ; six à Courtisols et à Sommepy, cinq à Ville-sur-Tourbe. Nulle présence d’une ville comme Vitry-le-François. Cette commune compte, pourtant, toujours plus de sept-mille habitants sous la Troisième République. À l’inverse, Courtisols, Sommepy et Ville-sur-Tourbe demeurent des bourgades tout au long de la période considérée : en 1882, Courtisols compte 1 533 habitants, Sommepy 926 et Ville-sur-Tourbe 560.18 La concentration des naissances dans ces bourgs conduit-elle à une confiscation familiale des mandats ? Par exemple, existe-t-il des liens familiaux entre Julien Adnet, Justin Appert-Raulin, Octave Bellois, Alex Gillet, Victor Gillet et Martin Massez : les six élus originaires de Courtisols ? En dehors de la redondance du patronyme Gillet, rien ne permet de le présumer ; encore faudra-t-il, en temps utile, analyser plus avant cet aspect.

Figure 1. Commune de naissance des élus d’origine marnaise

Figure 1. Commune de naissance des élus d’origine marnaise
  • 19 René Rémond, La Vie politique en France. 1879-1939, la République souveraine, Paris, Fayard « Agora (...)

10Il n’existe pas de réel foyer de recrutement des élus de la Marne au sein même du département d’élection et le poids démographique de la ville de Reims n’est même pas représenté à sa juste valeur par ces vingt-neuf naissances. En 1882, Reims rassemble 19,94 % de la population départementale. Les vingt-neuf naissances rémoises correspondent à 8,06 % des élus d’origine marnaise et à seulement 5,89 % des membres du corpus. Le poids des campagnes s’explique par le mode de scrutin qui « avantage la France rurale en privant la population des villes d’une représentation proportionnée à son importance numérique. Jusqu’à la fin de la Troisième République, le monde de la campagne bénéficia d’une nette surreprésentation. La société française restera tardivement, il est vrai, en majorité rurale : ce n’est pas avant le recensement de 1931 que la population dite rurale cessera de détenir la majorité absolue. »19 René Rémond analyse les élections législatives et utilise le cadre de la circonscription comme point de départ ; notre analyse intègre les élus locaux et se fait à l’échelle communale. Malgré les différences méthodologiques, les conclusions sont proches. Encore convient-il d’affiner l’analyse en considérant séparément les parlementaires et les élus locaux.

Les Marnais des campagnes montent à Paris

  • 20 63,04 % des députés et 64,29 % des sénateurs sont originaires du département de la Marne.
  • 21 Ces individus correspondent à deux sénateurs sur quatorze et quatre députés sur quarante-six.

11Les parlementaires de la Marne sont essentiellement issus du département d’élection.20 Le poids de Paris n’est pas négligeable d’un point de vue statistique (14,29 % des sénateurs et 8,69 % des députés en sont originaires),21 pourtant l’impact du cumul des mandats fait que seuls quatre parlementaires sont d’origine parisienne : Léon Bourgeois (député et sénateur), Adrien Lannes de Montebello (député), Désiré Leblond (député et sénateur) et Léon Mirman (député).

  • 22 Dont Jules Suisse, dit Jules Simon, nommé sénateur inamovible lors de la création du Sénat.
  • 23 Natif du Morbihan.
  • 24 Originaire de Saône-et-Loire.
  • 25 Félix Drelon – Clermont-Ferrand ; Bertrand de Mun – Versailles et Adrien Pozzi – Pau.
  • 26 Henri Merlin – Châteaudun et Jules Simon – Lorient.
  • 27 Marcel Déat – Guérigny ; Jean Jacquy – Montceau-les-Mines ; Paul Marchandeau – Gaillac ; Adhémar Pé (...)
  • 28 Eugène Blandin – La Villeneuve-les-Converts ; Paul Guyot – Chavanges ; Camille Lenoir – Montcornet (...)
  • 29 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré (...)
  • 30 Loin de là même, puisque Sainte-Menehould ne dépasse presque jamais les 5.000 habitants entre 1870 (...)
  • 31 Victor-Adolphe Malte-Brun, op. cit., p. 42.
  • 32 Un siècle de population communale – 1872-1975 – La Marne, Direction régionale de l’INSEE de Champag (...)

12Treize députés et trois sénateurs22 ne sont ni Marnais ni Parisiens. Ces seize sièges différents sont détenus par quatorze individus puisque Jules Simon23 et Jean Jacquy24 sont député avant d’entrer au Sénat. Ces quatorze parlementaires viennent assez peu des chefs-lieux départementaux (trois),25 rarement de villes sous-préfectures (deux),26 fréquemment de chefs-lieux de cantons (cinq)27 et souvent de communes rurales (quatre).28 Dans son étude sur les députés du Second Empire, Éric Anceau indique que « 25,77 % [d’entre eux] sont nés dans un chef-lieu départemental autre que Paris. À l’inverse, 14,52 % ont vu le jour dans un village ou un gros bourg qui n’est même pas chef-lieu de canton. Ces “naissances au village” concernent surtout quelques grandes familles nobles dont l’implantation locale a tout du véritable fief ainsi que les milieux les plus modestes, en particulier celui des paysans. »29 La comparaison stricto sensu entre députés du Second Empire et parlementaires marnais de la Troisième République est difficile. Primo, Éric Anceau analyse tous les départements français de 1852 à 1870. Secundo, il considère les députés comme un tout et n’effectue pas de statistiques départementales. Tertio, le nombre d’individus étudiés diffère radicalement. Néanmoins, préfectures et sous-préfectures regroupent (en intégrant les Marnais et les Parisiens) 51,11 % des députés du corpus. Cette proportion tombe à 20 %, en ne considérant que les horsains, soit un taux assez proche de celui de la France du Second Empire, une fois retranché l’impact parisien. Mais, quand les Parisiens sont intégrés dans les statistiques d’Éric Anceau, ce dernier montre l’importance des préfectures (47,96 % des lieux de naissance) et obtient un pourcentage assez proche de celui en vigueur dans la Marne sous la Troisième République. Les chefs-lieux de département fournissent un contingent important de députés, ce qui remet en cause les conclusions de René Rémond bien que les critères étudiés diffèrent (circonscription/lieu de naissance). Mais, les sous-préfectures marnaises de Vitry-le-François et Sainte-Menehould ne dépassent jamais les dix-milles habitants30 et leurs activités sont plus proches de celles de la campagne environnante que des activités industrieuses des villes et faubourgs, puisque Victor-Adolphe Malte-Brun « constate la réputation méritée des asperges, des melons et de la charcuterie de Sainte-Menehould. »31 Enfin, aucun député n’est natif d’Épernay, dont la population explose littéralement au cours de la période, passant d’environ quatre-mille habitants en 1872 à vingt-quatre-mille-deux-cents en 1921.32

  • 33 Sans prendre en considération les naissances dans les chefs-lieux de cantons.
  • 34 Zoé Labiche, fille d’un propriétaire, marchand et notaire de la commune (Nicolas).
  • 35 Son père (Étienne) et son grand-père (Augustin) sont confiseurs à Vitry-le-François.
  • 36 Il est maire de 1881 à 1888, conseiller général de 1880 à 1886 et député de 1881 à 1889.

13Pour les allochtones, la « naissance au village »33 concerne plus d’individus que la naissance dans la ville préfecture (23,53 % des cas). Loin des naissances nobiliaires constatées par Éric Anceau, le cadre social est plutôt celui de la bourgeoisie qui hésite encore entre urbanité et ruralité ; entre l’ancien modèle social et le nouveau imposé par les contingences économiques et sociales. Ce mode de vie bourgeois conduit généralement les enfants vers des professions typiquement urbaines : médecine, notariat, fonction publique, etc. Il en est ainsi de Paul Guyot, né à Chavanges, commune rurale de l’Aube où vit la famille de sa mère,34 c’est dans la ville paternelle de Vitry-le-François35 qu’il s’installe comme receveur de l’Enregistrement et des Domaines, avant d’en devenir le maire, le conseiller général et le député.36 Né au village, Paul Guyot représente, néanmoins, la ville sous-préfecture à la Chambre et montre aussi que les députés nés hors de la Marne y ont parfois des liens très forts avant leur élection.

Figure 2. Commune de naissance des députés et des sénateurs nés dans la Marne

Figure 2. Commune de naissance des députés et des sénateurs nés dans la Marne
  • 37 Le taux est de 62,22 % en analysant tous les députés sans distinction de provenance départementale.
  • 38 15 % des élus de la Marne au Parlement y sont nés.
  • 39 La proportion est de 51 % contre 71,43 %. Les chefs-lieux de cantons dont ils sont issus (Chevillon (...)

14Naître au chef-lieu de canton, dans une sous-préfecture ou dans la préfecture donne plus de chance d’entrer au Parlement puisque 62,07 % des parlementaires originaires de la Marne en sont issus.37 Quant aux Rémois, ils sont nettement plus présents dans les rouages politiques d’envergure nationale38 et représentent même 31,03 % des députés d’origine marnaise et 22,22 % des sénateurs nés dans le département. La « naissance au village » n’est pas le cas le plus fréquent. Ce modèle n’est cependant pas totalement dépassé puisque Éric Anceau repère cette situation dans moins de 15 % des cas. Dans la Marne sous la Troisième République, elle se présente pour 37,93 % des députés d’origine marnaise et, pour tous les députés, dans un cas sur trois. 40 % des sénateurs nés dans la Marne sont concernés ; signe de l’importance prise par le monde des campagnes dans cette chambre haute. En conclusion, un natif est moins souvent urbain qu’un allogène.39

  • 40 Le choix s’est porté sur des départements pour lesquels des données fiables existaient sous forme d (...)

15Le cas marnais est-il atypique ou révélateur de situations existantes par ailleurs ? Les départements de la Dordogne, de l’Eure et de la Meuse servent de comparateurs.40

  • 41 Ces villes ont un statut administratif différent : Alger peut être considérée comme la préfecture d (...)

16Un élu de la Dordogne est né à Alger et un élu de l’Eure est né à Turin.41 Au sein des départements de naissance, d’où viennent les parlementaires périgourdins, eurois, meusiens et marnais ?

Tableau 1. Répartition des naissances par département et en fonction du type de commune (en %).

Tableau 1. Répartition des naissances par département et en fonction du type de commune (en %).

17Les situations départementales varient en fonction de leurs particularités propres au regard de la structure du maillage urbain et de l’organisation agricole et économique. En conséquence, la très grande ruralité des économies périgourdine et meusienne axées sur les pratiques extensives et sur les activités liées au bois ainsi que la très forte dispersion de l’habitat provoquent un éparpillement plus grand du bassin de recrutement où le village tient une place prépondérante (47,06 % et 57,69 %). Dans ces départements, le village et le chef-lieu de canton (souvent très rural et peu peuplé) sont le cadre privilégié de la naissance des futurs parlementaires (78,43 % et 80,77 %) issus du recrutement endogène ; ce dernier étant considérable (77,3 % des élus sont Périgourdins). Villages et chefs-lieux de canton tiennent aussi une place importante pour les Eurois de souche (72 %), mais leur impact est nettement moindre puisqu’ils ne représentent que 52,1 % des parlementaires de l’Eure sous la Troisième République. Pour l’Eure, les allogènes font pencher la balance vers le recrutement en préfecture. Les neuf élus nés à Paris représentent à eux seuls 18,75 % des élus de l’Eure. Cette proportion est bien plus élevée qu’en Dordogne (3 %). L’éloignement à la capitale et le cadre économique jouent leur rôle. Mais cette proportion est aussi supérieure à celle rencontrée dans la Marne (8,89 %), où l’éloignement à la capitale ne peut être un argument recevable. La situation meusienne est proche de la réalité euroise dans le sens où la prégnance des élus d’origine parisienne est importante. Sur l’ensemble, ces élus nés à Paris constituent 16,67 % des parlementaires meusiens, 50 % des natifs des préfectures et 43,75 % des parlementaires non meusiens d’origine, montrant que la proximité géographique ne préjuge pas de la similitude économique, sociale et politique ni de la similitude des recrutements des élites politiques. Les chefs-lieux de canton et sous-préfectures marnaises jouent un rôle plus important qu’ailleurs dans le recrutement des parlementaires de la Troisième République.

  • 42 Voir le tableau supra, dressé à partir des données contenues dans la partie dictionnaire de l’ouvra (...)
  • 43 Il s’agit de la région de Haute-Normandie comprenant les départements de l’Eure et de la Seine-Infé (...)
  • 44 Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn, « Les parlementaires de Haute-Normandie : portrait de groupe  (...)
  • 45 Paul Vidal de la Blache, Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette, 1908 (1903), tome  (...)
  • 46 Idem, p. 94.
  • 47 Onésime Reclus, France, Algérie et colonies, Hachette, Paris, 1886, p. 131.
  • 48 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Armand Colin, 1976.
  • 49 Le département est créé par la loi du 22 décembre 1789 et par le décret du 26 février 1790, appliqu (...)

18L’Eure est nettement plus polarisée par Paris que la Marne. Les relations Paris-Normandie sont plus ténues et cette conclusion s’appuie sur deux idées reçues. La première tient à l’image de l’électorat haut-normand, la seconde à l’image de la Champagne. L’électorat de l’Eure est, selon Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn, ainsi perçu : « l’idée reçue est qu’en cette province méfiante, on n’accorderait ses suffrages qu’aux natifs du terroir, l’exception qui confirme la règle étant celle de Pierre Mendès France, type du “parachuté” élu non sans peine à Louviers, et encore, seulement à la fin de la Troisième République. Or c’est une réalité bien différente que présentent les chiffres42 : sur l’ensemble de la période et de la région,43 plus de 36 % des parlementaires régionaux sont nés hors des deux départements de la Seine-Inférieure et de l’Eure et si 5 % sont originaires de Basse-Normandie, les autres ont tous vus le jour à Paris ou dans le reste de la France. La proportion de ces “horsains” atteint même près de 42 % dans l’Eure, accrue là, il est vrai, par la naissance dans la capitale de plusieurs descendants de lignées bien normandes comme Albert de Broglie, Louis Passy ou André Join-Lambert. »44 L’Eure est constituée en grande partie du Vexin normand, englobant une partie des pays de Caux et du Vexin français ; autant de pays salués par les géographes, d’Onésime Redon à Paul Vidal de la Blache : « C’est par un talus rectiligne formant terrasse, que le Vexin domine les mamelonnements verdoyants de la Thelle et du Bray. À l’est, c’est par des rampes raides qu’il fait front sur l’Oise. Mais, les argiles qui servent de soubassement au calcaire entretiennent à sa base une fraîche végétation ; le limon des plateaux a coulé par-dessus les épaules des vallées en couches assez épaisses pour que l’usage d’y creuser des caves y soit général. Enfin surtout, le calcaire se prête admirablement à la construction. De ces entrailles sont sortis ces tours et ces clochers qui signalent le moindre village. Ces conditions ont fait naître une des lignes d’établissements les plus nettes et les plus remarquables de la région parisienne : celle qui par Valmondois, Pontoise, Jouy-le-Moutier, Andrésy, s’est emparée du bord de la rampe calcaire. Là se succèdent, en disposition linéaire, châteaux, forteresses, églises, et ces riches villages qui, par des rampes ou des gradins taillés dans la pierre, descendent vers des vergers. »45 La description de ce Vexin est bien plus positive que celle de la Champagne quand Paul Vidal de la Blache écrit « qu’en Champagne, la vie est absente ou languit sur des plateaux presque réduit à leur maigre tuf. »46 Pour les géographes du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l’image de la Champagne n’est pas celle de la prospère région où se côtoient vignobles de haute qualité et grandes plaines céréalières extrêmement lucratives. Bien loin de là, puisqu’un fameux proverbe local dit expressément que « quatre-vingt-dix-neuf moutons et un Champenois, ça fait cent bêtes », ajoutez à cela le fait que la Champagne est pouilleuse et le tableau est complet. Onésime Reclus ne lésine pas sur les qualificatifs péjoratifs, pour décrire et caractériser cet espace ; son œuvre est loin d’être un poème, tout au mieux constitue-t-elle une litanie funèbre : « Elle [la Champagne] n’est pas belle, elle n’est pas riche, elle n’est point bocagère, elle a de tristes chaumières et de laids villages. Son nom la peint : Pouilleuse ne signifiait pas seulement couvert de poux, rongé de vermine, il voulait aussi dire pauvre, misérable, nu, ce qu’est justement le plateau de la Champagne. (…) Sa dure carapace n’entretient que des herbes rabougries, (…) elle donne à regret une vie languissante aux semences qu’on lui confie. »47 Bien évidemment, les géographes d’aujourd’hui accordent une importance moindre à ces descriptions du paysage empreintes de romantisme et de jugements à l’emporte-pièce, mais ce qu’il faut retenir de ces quelques lignes de Paul Vidal de la Blache et d’Onésime Reclus, n’est pas tant dans la réalité des descriptions que dans la perception d’un espace à un moment donné. Dès 1976, Armand Frémont a montré la pertinence des concepts d’espace vécu et d’espace perçu.48 Il a mis en lumière la corrélation entre les représentations de l’espace, la réalité des pratiques quotidiennes au sein de cet espace et les interrelations sociales qui s’y jouaient. L’espace perçu résulte de l’association de l’imaginaire de l’individu et des phénomènes sociaux qui l’influencent. Ainsi, les mots des géographes cités expriment comment était perçue la Champagne. Nous pouvons en dégager une partie des impacts jusque dans le domaine politique. Pour la Marne sous la Troisième République, cette image négative, doublée d’un dynamisme économique relatif, pousse à un recrutement endogène fort (64,4 % des élus de la Marne sont Marnais) parce que la région n’est ni attractive ni pourvoyeuse d’emplois de qualité. Dans ce recrutement endogène, la sous-préfecture tient une place qu’elle ne tient pas ailleurs. Il faut dire que le département de la Marne connaît une situation très particulière puisque la ville principale en terme démographique, n’est pas le chef-lieu du département. Cela s’explique par le contexte de création du département.49 L’objectif premier du législateur de 1789 a été de créer des départements de taille relativement homogènes (de 6 à 8 000 km²) dans lesquels le chef-lieu se situerait, autant que possible, au centre du département et à une journée de cheval des principales autres villes. Cette situation n’est pas vraie pour de nombreux départements, tel le Rhône et son chef-lieu Lyon. Ainsi, au regard de la situation rhodanienne, rien n’eût empêché de faire de Reims la préfecture de la Marne, si ce n’est une réticence à l’égard de la symbolique rémoise. Pour la Marne, les rédacteurs du projet de loi ont préféré donner une place importante à Châlons-sur-Marne au détriment de Reims, la véritable métropole régionale ; le terme de métropole, étant ici considéré dans tous les sens du terme. Métropole dans sa définition géographique, d’abord ; où la métropole est une ville densément peuplée, économiquement, commercialement et culturellement dynamique qui attire à elle des habitants nouveaux, des clients, des visiteurs, etc. Métropole dans sa définition historique, ensuite ; où la métropole est la ville métropolitaine, c’est-à-dire celle du siège de l’évêque métropolitain, ordinairement appelé archevêque. Reims est en effet le siège archiépiscopal, tandis que Châlons-sur-Marne n’est qu’un siège épiscopal. Là n’est pas la raison première du choix de Châlons-sur-Marne comme chef-lieu de département. Reims n’est pas n’importe quel archevêché. La cathédrale de Reims, n’est pas n’importe quelle cathédrale. En effet, l’archevêque de Reims est le « faiseur de rois » et sa cathédrale est celle des sacres. Le contexte incite ainsi les législateurs à priver Reims d’un prestige issu d’un privilège monarchique. Dès lors, la surreprésentation des sous-préfectures dans les espaces de recrutement des élus marnais s’explique par cette antériorité historique toute particulière. Malgré tout, les parlementaires sont originaires, dans près de 60 % des cas, des campagnes (villages ou, au mieux, chefs-lieux de canton).

Des élus locaux bien nommés

19Le cadre légal de l’élection des élus locaux est le canton. Trente-deux, puis trente-trois, cantons constituent les circonscriptions électorales marnaises. Celles-ci sont presque immuables car les évolutions sont rarissimes mais ne sont pas à exclure. Ainsi, Reims est dotée d’un quatrième canton lors d’un remaniement en 1889. L’arrondissement de Sainte-Menehould est démantelé et est inclus dans l’arrondissement de Châlons-sur-Marne le 10 septembre 1926. Cette dernière modification administrative n’entraîne pas de suppression de canton et ne change pas le nombre d’élus par canton. Deux critères permettent de distinguer les élus locaux entre eux : le canton représenté et le type de mandat. Les hommes sont élus par leurs concitoyens pour siéger au conseil d’arrondissement ou au conseil général.

  • 50 95,40 % des communes de naissances sont connus pour les conseillers d’arrondissement élus par les M (...)
  • 51 77,30 % des conseillers d’arrondissement sont nés dans la Marne. Cette proportion s’élève à 81,02 % (...)
  • 52 Respectivement 64,44 % et 64,29 %.
  • 53 Ces trente communes sur six-cent-dix-neuf regroupent 166 874 habitants.
  • 54 Victor-Adolphe Malte-Brun, op. cit., pp. 48-sq.
  • 55 Finalement, Reims est le lieu de naissance de 4,46 % des conseillers d’arrondissement originaires d (...)
  • 56 Le dénombrement de 1882 révèle la présence de 560 habitants.
  • 57 Châlons-sur-Marne regroupe 4,96 % de la population départementale. Victor-Adolphe Malte-Brun, op. c (...)

20Les lieux de naissance d’une très grande partie des conseillers d’arrondissement sont connus.50 Principalement natifs du département d’étude,51 ils le sont plus que les députés et les sénateurs.52 Le grand nord-est de la France fournit 91,26 % des conseillers d’arrondissement de la Marne. Seuls 1,44 % des conseillers d’arrondissement sont nés à Paris ; cette proportion est nettement moins élevées que pour les fonctions électives parlementaires (8,89 % des députés et 14,29 % des sénateurs). Les deux-cent-soixante-neuf Marnais sont nés dans cent-soixante-dix communes différentes. Le poids des chefs-lieux de canton marnais dans les naissances des élus n’est pas négligeable puisque 19,33 % des élus originaires du département de la Marne y sont nés. Ces chefs-lieux de canton représentent 4,85 % des communes et ils sont donc surreprésentés par l’intermédiaire des hommes qui y sont nés. Pourtant, ces 19,33 % ne sont pas corrélés au poids démographique des communes considérées.53 En 1882, le poids démographique de ces chefs-lieux de canton s’élève à 40,92 % de la population départementale.54 Cette différence s’explique principalement par le poids démographique démesuré de la seule ville de Reims. Cette dernière regroupe 19,94 % de la population départementale, mais est représentée par trois (puis quatre à compter de 1889) conseillers d’arrondissement à la fois.55 À l’inverse, Ville-sur-Tourbe représente 0,14 % de la population départementale,56 mais a, comme Reims, la possibilité de faire siéger trois conseillers d’arrondissement concomitamment et les conseillers d’arrondissement qui en sont originaires représentent 2,07 % des conseillers nés dans la Marne. Néanmoins, l’impact rémois est conséquent puisque les élus nés à Reims représentent 60 % de ceux nés dans une sous-préfecture marnaise ; ces derniers correspondent à 7,44 % des conseillers d’arrondissement nés dans la Marne. En comparaison, le poids de Châlons-sur-Marne est moindre puisque la préfecture est le lieu de naissance de seulement 2,23 % des conseillers d’arrondissement nés dans le département, ce qui est loin de représenter son poids démographique.57 Comme pour les parlementaires, il semble que le monde rural soit nettement plus représenté que les espaces urbains. Le ratio entre poids démographique et nombre d’élus originaires des communes est nettement en faveur des villages et des petites villes, sauf quand elles sont chef-lieu de canton. Le ratio indiquant une juste représentation est 1. Plus ce ratio est faible (entre 0 et 1), plus la commune est surreprésentée ; plus ce ratio est fort (entre 1 et ∞) plus la commune est sous-représentée. Ce ratio est ainsi de 0,07 pour Ville-sur-Tourbe, de 2,22 pour Châlons-sur-Marne ou 4,47 pour Reims. En considérant les chefs-lieux de canton, les sous-préfectures et la préfecture, ce ratio s’établit à 2,12. Néanmoins, les seuls chefs-lieux de cantons (exclues les villes préfecture ou sous-préfectures) sont plutôt bien représentés au regard de leur poids démographique global, le ratio étant de 0,96.

  • 58 Les lieux de naissance de 93,14 % des conseillers généraux sont connus.
  • 59 Cette proportion s’élève à 72,32 % des élus dont le lieu de naissance est connu.
  • 60 Le ratio est de 0,79.
  • 61 Le ratio s’établit à 1,6.
  • 62 Le ratio est de 0,9.
  • 63 Avec un ratio de 0,5.

21Le constat est assez voisin pour les élus au conseil général.58 68,82 % des conseillers généraux sont nés dans le département de la Marne59 ; le grand nord-est de la France fournit 89,27 % des détenteurs de siège. Les conseillers généraux sont assez souvent natifs de Paris (5,65 % d’entre eux y sont nés) ; leur proportion est près de quatre fois plus élevée que pour les conseillers d’arrondissement, mais reste inférieure à celle des parlementaires. Le chef-lieu de canton y est aussi nettement plus représenté qu’au conseil d’arrondissement puisque 45,31 % des individus nés dans la Marne en sont originaires. La représentation de ces communes par l’intermédiaire de natifs siégeant au conseil général est alors proche de leur poids démographique. En reprenant les trois mêmes communes, les chiffres diffèrent assez radicalement. Châlons-sur-Marne regroupe 6,25 % des conseillers généraux nés dans la Marne, Reims 12,5 % et Ville-sur-Tourbe aucun. Le ratio entre nombre d’élus originaires et poids démographique montre très nettement la surreprésentation de la préfecture,60 la légère sous-représentation rémoise,61 cette dernière étant bien moins marquée que chez les conseillers d’arrondissement et la légère surreprésentation des chefs-lieux de canton.62 Ceux-ci sont plus représentés que les villes importantes du département.63 Les villes moyennes fournissent donc un contingent non négligeable de conseillers généraux. L’hypothèse est donc que le recrutement social diffère de celui du conseil d’arrondissement parce que les critères de choix ne sont pas les mêmes. Ces critères sont nombreux, parmi lesquels la visibilité dans le canton, la présence du candidat dans les lieux de sociabilité (associations politiques, justices de paix, regroupements divers et variés), la présence dans ces communes de catégories socioprofessionnelles différentes (les docteurs en médecine, les notaires, les pharmaciens, etc.). En effet, les associations, les structures politiques et para-politiques, les professions libérales sont souvent concentrées dans le chef-lieu de canton tandis que le village extrêmement rural regroupe les hommes employés aux travaux des champs, aux travaux artisanaux (bourreliers, maréchaux-ferrants, charrons, etc.) ou de commerce de proximité (boulangers, aubergistes, etc.). Ces pistes hypothétiques restent à confirmer par des analyses plus pointues des professions, des modes de sociabilités, etc.

22Finalement, les élus locaux méritent bien ce titre non seulement parce qu’ils s’occupent d’affaires purement locales mais aussi au regard de leur provenance géographique. Cette analyse doit être affinée par une étude à l’échelle cantonale. Certes, les élus locaux de la Marne sont essentiellement du département, mais sont-ils du canton qu’ils représentent ?

  • 64 Ces espaces sont les cantons d’Anglure, Bourgogne, Châtillon-sur-Marne, Dommartin-sur-Yèvre, Éperna (...)
  • 65 Deux-tiers seulement des lieux de naissance des élus sont précisément connus (8 sur 12). Le reste d (...)
  • 66 Cette situation concerne respectivement 33,33 % et 76,47 % des cas, pour des cantons dont les lieux (...)
  • 67 Tous ces cantons élisent moins de 40 % d’autochtones (Anglure et Fère-Champenoise : 33,33 % ; Fisme (...)
  • 68 Tous ces cantons élisent plus de 75 % d’autochtones (Thiéblemont : 75 % ; Saint-Rémy-en-Bouzemont : (...)
  • 69 Esternay recrute 41,67 % d’autochtones, Heiltz-le-Maurupt 86,67 %.
  • 70 Sont dans cette situation les cantons de Sézanne (70,00 %) et de Suippes (71,43 %).

23Pour l’ensemble des élus locaux (conseillers généraux et conseillers d’arrondissement), 94,95 % des lieux de naissance sont précisément localisés et 77,83 % des élus sont d’origine marnaise ; 90,91 % sont nés dans un département du grand nord-est de la France et seulement 3,10 % sont nés à Paris. Pour les seules naissances marnaises, les disparités cantonales sont relativement importantes. Parmi les trente aires géographiques étudiées, un tiers sont totalement renseignées sur le critère « lieu de naissance de l’élu »64 alors que la moins bien renseignée sur ce critère est le canton de Dormans.65 Un candidat local est rarement représentant du canton d’Anglure mais est très souvent choisi par les électeurs du canton de Dommartin-sur-Yèvre.66 La proximité des cantons avec d’autres départements n’est pas un critère valide puisque les électeurs des cantons d’Anglure, de Fère-Champenoise, de Fismes et de Montmirail67 recrutent peu de locaux, alors qu’à l’inverse les électeurs des cantons de Saint-Rémy-en-Bouzemont, de Thiéblemont, de Dommartin-sur-Yèvre et d’Heiltz-le-Maurupt68 estiment l’endogamie pratiquement nécessaire. La ruralité des cantons ne peut être un caractère discriminant au regard de l’endogamie puisque des cantons comme Esternay ou Heiltz-le-Maurupt, tous deux extrêmement ruraux, sans activité industrielle particulière, ni ville d’importance, possèdent des caractéristiques en terme de recrutement très différenciées.69 Pourtant, en dehors des cantons de la préfecture ou des sous-préfectures, les cantons plutôt ruraux dominés par une localité urbaine semblent concentrer le recrutement dans l’espace très local.70 Est-ce à dire que le recrutement des campagnes est plus endogène et donc plus révélateur de réseaux que celui des villes ? La seule analyse des lieux de naissance des élus locaux ne peut permettre de répondre ; pourtant, elle permet d’affirmer que le sud-ouest marnais (la Brie) est moins attaché à ses natifs que l’est du département (l’Argonne).

  • 71 En passant par le sud agéen, le sud suippas, l’ouest marsonnier et l’ouest vitryat.

24Une ligne de partage courbe nord-ouest/sud-est se dessine assez nettement en partant du sud du canton de Châtillon-sur-Marne pour rejoindre l’ouest du canton de Sompuis.71 Cette dernière pourrait être révélatrice si elle s’applique également au regard de l’étiquette politique de l’élu, de l’assise familiale, de la profession de l’élu, etc. Le fait d’être natif du canton ne favorise pas partout, ni toujours, l’accès au siège électoral. Dès lors, il convient de savoir si les parents des élus sont eux aussi natifs du canton d’élection de leur fils ou non.

Une implantation locale parentale

25Connaître le lieu de naissance de l’élu permet d’évaluer partiellement l’implantation locale des candidats car cela ne permet pas de mesurer si cette implantation s’inscrit dans un cycle long ou court. Le noyau parental est-il originaire de la Marne ? Si oui, les parents sont-ils nés dans le canton d’élection de leur fils ?

Le lieu de naissance du père, à l’origine de l’enracinement ?

  • 72 En ce qui concerne cette donnée, Joseph Grèque est un hapax.

26Analyser le lieu de naissance du père permet de savoir si celui-ci naît dans le même département, dans le même canton ou dans la même commune que son fils. Par conséquent, il est possible de mesurer l’inscription paternelle dans le canton ou la circonscription d’élection, mais aussi d’évaluer la mobilité des familles portées au pouvoir. Pour affiner les conclusions, différenciation doit être faite en fonction des circonscriptions électorales en distinguant les élus locaux des parlementaires. Cette analyse ne peut s’appliquer aux enfants naturels et écarte par conséquent Joseph Grèque, fils naturel déclaré d’Élisabeth Grèque.72

  • 73 Par le cumul des mandats au cours de la carrière, certains individus sont donc comptabilisés deux f (...)
  • 74 Parmi eux, 43,75 % des parlementaires sont natifs de la Marne.
  • 75 Il est né à Chavanges d’un père vitryat et d’une mère auboise.

27Les lieux de naissance des pères des parlementaires sont connus pour 78,33 % d’entre eux ; la différence entre les pères des quarante-six députés et des quatorze sénateurs est relativement faible (78,26 % et 78,57 %).73 Les pères sont essentiellement originaires du département de la Marne (59,57 %). Le bassin de recrutement privilégié se situe dans le grand nord-est. Un seul père est originaire de Paris : Napoléon Lannes de Montebello, père d’Adrien Lannes de Montebello. Quand les pères sont issus de régions éloignées de la Marne, ils sont très souvent (83,33 %) natifs de villes importantes (préfectures ou sous-préfectures) comme André Boissonnet, père du sénateur Alfred Boissonnet, né à Annonay ou Louis Drelon, père du député Félix Drelon, natif de Clermont-Ferrand ; la naissance au village d’Augustin Merlin, père du sénateur Henri Merlin, dans la commune iséroise de Valencin est un cas exceptionnel. Sur l’ensemble des parlementaires, seuls 46,15 % naissent dans la même commune que leur père. Cette situation concerne essentiellement des Marnais (88,89 %) comme Hilaire Patizel, père d’Henri Patizel, natifs de Charmontois-le-Roi. Hors du département de la Marne, seuls Adrien Lannes de Montebello et Félix Drelon naissent dans la même commune que leur père. 50 % des sénateurs naissent dans la même commune que leur père et dans ce cas, tous dans une commune marnaise. Dans 15,38 % des cas, père et fils sont Marnais mais naissent dans deux communes différentes. Félix Mennesson est ainsi natif de Reims tandis que son père est né à Boult-sur-Suippe. Quand les pères ne sont pas originaires du département d’élection, sont-ce les élus qui quittent leur région d’origine pour s’installer dans la Marne ou ces derniers sont-ils originaires du département de la Marne après que leur père s’y soit installé ? 41,03 % des parlementaires naissent dans un département différent de celui de leur père.74 Quand le père n’est pas né dans le département d’élection du fils, celui-ci inversement y est très souvent né. Seulement 20,51 % des parlementaires marnais n’ont aucun de lien avec ce département. Le cas de Paul Guyot se révèle très particulier puisqu’il est le seul parlementaire à naître hors du département de la Marne mais à avoir un père marnais.75 Parmi les pères de sénateurs deux sont nés dans la Marne mais dans une autre commune que leur fils, comme le père de Jean-Simon Dauphinot, né à Suippes alors que son fils est né à Reims. Deux pères sont originaires d’un département différent tandis que le fils est Marnais, à l’image d’Ange Morillot, né à Nogent-sur-Seine alors que son fils Léon Morillot est né à Étrepy. Un seul est né dans un département différent de celui de son fils sans que celui-ci ne soit la Marne : Augustin Merlin est natif de Valencin, son fils Henri Merlin naît à Châteaudun. Le cas de Jules Simon aurait pu être évoqué en considérant qu’il intègre le Sénat, même si c’est en qualité de sénateur inamovible et donc s’il n’est pas spécifiquement choisi par les grands électeurs du département de la Marne.

  • 76 Les pères de natifs de la Marne viennent de l’Aisne (7), de l’Ardèche (1), des Ardennes (8), de l’A (...)

28Les lieux de naissance des pères des élus locaux sont bien moins connus (65,05 %). À une énorme majorité, ces lieux sont situés dans le département de la Marne (81,23 %). Les élus locaux sont natifs de la même commune que leur père dans 56,79 % des cas. Cette corrélation concerne avant tout les élus nés dans la Marne (93,25 %) ; même si certains élus locaux marnais naissent en dehors du département mais dans la même commune que leur père. Par exemple, Honoré Bataille et son père François Bataille sont nés à Villampuy. L’implantation départementale, voire communale, est donc importante. Quand la corrélation n’existe pas, les départements limitrophes sont très représentés puisque 67,65 % des pères, dont le fils est né dans la Marne mais qui ne sont pas originaires de ce même département en sont issus.76 Dans son ensemble, le grand nord-est de la France est le lieu de naissance privilégié de ces pères non originaires de la Marne, dont le fils est Marnais (79,41 %). Les élus locaux nés hors de la Marne ne sont pas toujours originaires de la même commune que leur père (42,31 %). Quand père et fils ne sont pas originaires du même département, il arrive dans 23,08 % des cas que le père soit Marnais. Louis Dorget voit le jour à Ancerville, dans la Meuse, le 3 janvier 1873. Il est le fils naturel de Mélanie Mathieu car son père, Henri Dorget, ne le reconnaît comme son fils qu’après acte passé à Vitry-le-François, le 7 décembre 1885. Henri Dorget est cultivateur à Ambrières où il est né le 27 juillet 1855. En dehors de cette importance générale du département de la Marne dans la destinée des élus, il reste, quelques cas exceptionnels, où père et fils ne sont pas originaires du département de la Marne, ni même natifs du même département (2,09 %). Cette situation est essentiellement le fait de familles nobles ou celles de hauts fonctionnaires, pour lesquels la mobilité est un mode de vie. Édouard de Barthélémy est né à Angers, son père Hyacinthe de Barthélémy est né à Belfort.

29L’implantation locale paternelle est importante pour nombre d’élus locaux, mais cet ancrage est également à chercher du côté de la mère.

La mère : le point d’ancrage de l’élu dans sa circonscription

30La mère peut être un point d’ancrage préalable pour l’élu dans la circonscription d’élection ; néanmoins les conclusions statistiques sont à prendre avec précautions puisque les lieux de naissance des mères des membres du corpus sont connus dans seulement 57,05 % des cas.

  • 77 Emma Destouy naît le 14 octobre 1836 à Montmirail, d’Antoine Destouy et Florence Petit de Champlain (...)

31Les lieux de naissance des mères de parlementaires sont attestés dans 56,67 % des situations, avec une faible différence entre les mères de sénateurs (57,14 %) et les mères de députés (56,52 %). Les mères sont pour 70,59 % d’entre elles originaires de la Marne. Aussi surprenant que cela puisse paraître, aucune n’est née à Paris. Dans 74,07 % des cas, les fils naissent dans la même commune que leurs mères ; comme dans le cas de Paul Guyot né de Zoé Labiche à Chavanges. Les mères nées dans la même commune marnaise que leur fils représentent 62,96 % de l’ensemble et 77,27 % des mères nées dans la Marne. Quand il n’existe pas de corrélation départementale (11,11 %), la majorité de ces mères sont nées dans la Marne ou dans le département limitrophe des Ardennes. C’est notamment le cas dans la relation de maternité entre Félicité Béchet de Balan et Louis Roederer ; née à Sedan alors que son fils est natif de Reims. En règle générale, la provenance géographique des mères est davantage centrée autour de la circonscription d’élection de leur fils que ne l’est celle des pères, avec une limite quant à la représentativité des renseignements obtenus. L’inscription géographique de l’élu procède, dans de nombreux cas, de la branche maternelle. Henri Merlin est en ce sens très révélateur, puisque si ce dernier est né à Châteaudun, où son père était procureur impérial, sa mère est originaire de la Marne. Née à Montmirail,77 elle y réside de 1836 à 1841, avant que ses père et mère ne s’installent au Thoult-Trosnay. Cette implantation de la famille maternelle d’Henri Merlin, avocat à la cour d’appel de Paris, permet à ce dernier de cumuler les mandats dans l’ouest du département de la Marne : il est successivement conseiller d’arrondissement du canton de Montmirail de 1895 à 1901 puis conseiller général du même canton à compter de 1901 et c’est en 1920 qu’il entre au palais du Luxembourg. Les mères de sénateurs sont dans 75 % des cas originaires de la Marne, tandis que les mères de députés le sont dans 73,07 % des situations. Les députés nés hors du département de la Marne sont toujours nés dans la même commune que leur mère ; comme, par exemple, Jules Simon et sa mère, Marguerite Fontaine, nés à Lorient. Finalement, les députés sont plus souvent issus de la commune de naissance maternelle (75 %) que les sénateurs (50 %). Les comparaisons interdépartementales sont difficiles à faire sur ces questions puisque les dictionnaires régionaux ou départementaux ne donnent que très rarement les renseignements sur les ascendants des élus, et encore moins sur les ascendants féminins.

32Les lieux de naissance des mères des élus locaux de la Marne sous la Troisième République sont connus dans seulement 57,05 % des cas. Les conclusions sont très proches de celles tirées des mères de parlementaires puisque ces dernières sont très souvent natives du département d’élection de leur fils (84,13 %). Dans 89,41 % des cas, le fils est né dans la même commune que sa mère ; et dans 60,56 % des cas cette commune est marnaise. Échappe, par exemple, à cette règle Henri Chamontin, fils de Rose Nicolas, tous deux nés à Joyeuse, en Ardèche. Les horsains sont rares mais sont très souvent parisiens ou originaires des départements limitrophes. Les élus locaux nés à Paris d’une mère parisienne sont tous issus des rangs de la noblesse. Ce fait est révélateur de la centralisation du pouvoir à Paris, mais aussi de la prépondérance des nobles issus de l’Ancien Régime, de l’Empire ou de la Restauration à demeurer proches du pouvoir ; et donc à graviter en ce lieu, y posséder une résidence, y rencontrer et y choisir une épouse. Quand l’élu est né dans la Marne, il arrive parfois que la mère soit originaire d’un autre département du nord-est (93,69 %), comme Henriette Labielle, native de Lille, mère de Georges Aubert, natif de Reims. Extrêmement rares (1,35 %) sont les naissances de mères à l’étranger : Caroline de Schottest ainsi native de Stuttgart alors que son fils Jean-Joseph Durant de Mareuil est né à Mareuil-en-Brie. Mais cette différence de département de naissance est à pondérer par la distance réelle existant entre les deux lieux. En effet, pour Théophile Vassart il y a bien dichotomie entre son lieu de naissance et celui de sa mère, mais aussi entre ces lieux de naissance et le canton d’élection. Pourtant, les distances effectuées ne sont pas extraordinairement importantes. Né à Pontfaverger d’une mère née à La Neuville-en-Tourne-à-Fuy (Ardennes – 7 kilomètres), il est élu pour le deuxième canton de Reims (22 kilomètres). La mobilité est donc souvent statistiquement avérée mais est très largement relative au regard du parcours géographique véritablement effectué. L’ancrage local maternel est bien plus important que l’ancrage géographique paternel, puisque les élus locaux nés hors de la Marne et dont la mère n’est ni marnaise ni née dans le même département ne représentent qu’une infime minorité du corpus (0,65 %). Et finalement, la situation d’Édouard Desrousseaux, né à Vandières d’Adèle Ferrand, originaire de Liège, apparaît comme un parfait contre-exemple.

Une double attache locale par le noyau parental

33L’analyse de la provenance géographique du noyau parental considéré comme un ensemble indissociable prouve une implantation locale importante. Les lieux de naissance du père et de la mère des élus locaux sont connus dans 55,16 % des cas. Les parents des élus locaux sont parfois nés dans la même commune (38,59 %), tandis que la correspondance père/mère/élu local est relativement récurrente : 38,18 % puisqu’en fait tous les élus dont les pères et mères sont originaires de la même commune, naissent eux-mêmes dans cette commune, sauf Émile Marguet, né à Mourmelon-le-Grand de parents originaires de Mourmelon-le-Petit (ces deux communes sont mitoyennes et les deux clochers sont distants de 4760 mètres). Cela révèle un ancrage départemental très fort puisque dans 93,48 % des cas la correspondance du lieu de naissance concerne des Marnais. Maurice Dunand, natif des Chapelles en Savoie, ou Jules Foucart, originaire d’Holnon dans l’Aisne, constituent des exemples contradictoires puisque ces hommes naissent dans la même commune que leurs parents, mais en dehors de la Marne.

34L’analyse à l’échelle communale montre des implantations très locales ; cependant, cette échelle est à la fois trop précise puisque la circonscription d’élection demeure le canton et à la fois trop vague puisque naître dans la même commune marnaise que son père et sa mère, n’engendre pas forcément l’élection dans le canton d’origine. Ainsi, Étienne Peignot est né, comme son père (Émile Peignot) et sa mère (Mathilde Villiers-Herluison), à Marcilly-sur-Seine, située dans le canton d’Anglure ; néanmoins, c’est au nom du canton d’Esternay qu’il siège au conseil d’arrondissement de 1904 à 1913.

35À l’échelle cantonale, 81,11 % des élus naissent dans le même canton que leur père et 88,33 % dans le même canton que leur mère. Dans 76,11 % des cas, père et mère sont natifs du même canton ; dans cette situation, il est extrêmement fréquent que le futur élu soit également natif de ce canton : 97,81 %. Parmi les exceptions, Arsène Chaudron naît dans le canton de Dommartin-sur-Yèvre d’Étienne Chaudron et de Julie Priant, originaires du canton de Sainte-Menehould. Les noyaux parentaux et élus natifs du même canton regroupent 28,94 % des élus locaux de la Marne sous la Troisième République. L’ancrage local est donc relativement important. Néanmoins, le canton de naissance est-il le canton d’élection ? Réponse positive dans 83,09 % des situations. L’immense majorité des élus nés dans le même canton que leurs parents sont donc mandatés par les électeurs de ce même canton pour les représenter dans les chambres départementales. L’élu, son père et sa mère naissent tous trois dans le futur canton d’élection de l’individu pris en considération pour 24,41 % des élus locaux.

36Pourtant, la répartition cantonale n’est pas uniforme puisque certains cantons ne connaissent aucune implantation familiale remarquable comme les cantons de Sézanne et de Fismes ; tandis que d’autres font très souvent appel à des enfants du canton, nés de parents natifs du canton : c’est notamment le cas des cantons de Sainte-Menehould (douze élus) et de Ville-sur-Tourbe (dix élus). La ligne de partage entre les cantons pourvoyeurs d’autochtones plutôt que d’horsains est pratiquement la même que celle esquissée précédemment (nord-ouest/sud-est).

37L’implantation locale de nombreux élus est réelle et très forte. Est-ce pour autant un facteur discriminant à l’heure du choix effectué par les électeurs ?

L’endogénisme78 comme argument électoral

  • 78 Néologisme utilisé au cours des années 1990 dans le cadre d’études économiques et géographiques. «  (...)

38Les élus sont essentiellement issus du département d’élection, et naissent souvent dans leur circonscription électorale parce que les hommes nés et vivants dans les villes et villages du canton s’intéressent à la bonne gestion de celui-ci. Si le candidat souhaite de manière naturelle représenter un canton qu’il connaît et aime, au-delà de ces considérations sentimentales, le critère géographique est un atout électoral de poids.

Un thème de campagne récurrent

39En effet, comment ne pas considérer cette implantation locale comme un argument de campagne de poids quand de nombreux élus insistent sur cet aspect dans leur programme politique. Quel intérêt auraient-ils à aborder ce thème s’il n’était pas important aux yeux des électeurs ?

  • 79 AD. Marne – Aff. El VI 1241.
  • 80 AD. Marne – Aff. El V 472.

40Les candidats aux élections locales ou nationales insistent sur leurs origines locales, à l’image d’Émile Bouilly ou d’Étienne Peignot. Le premier fait placarder : « mes chers concitoyens, (…) notre canton est essentiellement agricole. Il semble donc naturel que vous choisissiez, parmi les agriculteurs de notre région, celui qui doit vous représenter à l’assemblée départementale. Si j’ai quelque titre à solliciter vos suffrages, c’est parce que je suis un des vôtres, né dans le canton, vivant au milieu de vous, partageant vos travaux, connaissant vos besoins et vos intérêts, dont vous cherchez un défenseur autorisé. Je ne crois pas utile de vous faire des promesses. »79 Le second écrit : « Originaire de l’arrondissement d’Épernay, j’appartiens à une famille de souche Champenoise très ancienne qui a toujours habité et habite encore pendant toute l’année l’arrondissement. »80 De manière récurrente, les candidats insistent sur leur bonne connaissance des situations économiques et politiques locales.

  • 81 Il est né à Paris, y réside une grande partie de l’année au 166, rue du faubourg Saint-Honoré.
  • 82 AD. Marne – Aff. El VI 1168.

41Les candidats non natifs du canton estiment cette situation comme un handicap. Ils tentent d’y remédier avant que leur adversaire n’ait le temps de les accuser d’être étranger au canton. L’utilisation de subterfuges linguistiques n’est pas rare. Voici comment Édouard Jacob81 se présente aux électeurs du canton de Sézanne : « attaché à votre pays par ma famille et par mon affection personnelle depuis de longues années, je vous demande de me considérer comme un de ses enfants. »82 Cet argument, développé dans une affiche électorale de 1919, n’est pas tout à fait faux. Son père s’est installé à Mondement vraisemblablement dans le dernier tiers du dix-neuvième siècle et a été élu maire dès 1878. Édouard a repris ce fauteuil en 1899. Sa sœur, a épousé Hippolyte de Peyronnet descendant d’une grande famille sézannaise, en 1903. Si Édouard Jacob développe cet argumentaire c’est que les candidats étrangers au canton sont souvent très mal perçus, surtout lorsqu’ils ne sont pas préalablement et durablement installés dans le tissu politique, économique et/ou social du canton. Ainsi, Édouard Jacob est assez révélateur, lui qui hésite encore en 1919 à se qualifier d’homme du canton alors qu’il dirige une commune, certes modeste, du canton depuis vingt ans. Malgré les années passées en ce lieu, le candidat Jacob n’ose se présenter sans rappeler qu’il est un étranger de souche, mais pas de cœur.

  • 83 AD. Marne – Aff. El VI 388.
  • 84 AD. Marne – Aff. El V 314. Élections législatives de 1889.

42Selon certains candidats, ce critère géographique passe avant toute considération politique lors du choix de l’élu ; ce qui est presque un comble. Ainsi, Adolphe Carré, dit Carré-Legrand, dans une affiche électorale de juillet 1892, fait écrire que « quoique vous soyez, pour la plupart, de bons Républicains, vous avez jusqu’ici donné la majorité de vos suffrages à des réactionnaires. Nous connaissons la cause de cette anomalie : elle réside uniquement dans votre volonté d’être représentés au Conseil départemental par un mandataire pris dans le Canton. Nous partageons votre désir, mais il faut que nous prouvions par le choix et l’élection de notre Candidat que le Canton de Châtillon n’est pas le camp retranché de la réaction. »83 Cet argument est valable tant aux élections cantonales que lors des élections législatives. Les candidatures extérieures au département, excepté le cas très particulier de l’élection de Jules Simon en 1871, n’ont pratiquement aucune chance d’aboutir à l’image de celles du général Boulanger. En 1889, le général Boulanger se présente dans la circonscription rémoise et le comité de l’Alliance républicaine fait placarder une affiche explicite : « À bas Boulanger ! À bas la Candidature étrangère ! Votons pour un candidat rémois ! Votons pour L. Mennesson ! Vive la République. »84

  • 85 AD. Marne – Aff. El V 414.
  • 86 Cette chanson a été publiée peu de temps avant sa candidature, au cours de l’année 1897, vraisembla (...)
  • 87 AD. Marne – Aff. El V 414.

43Les candidatures fantaisistes ou les tentatives de parachutage constituent des échecs par manque d’implantation locale. Ainsi, Gaston Mardochée Brunswick, plus connu sous le nom de Montéhus, se présente sous ce pseudonyme de chansonnier dans la circonscription de Châlons-sur-Marne en mai 1898. Dans une affiche électorale, il écrit : « Pourquoi pas ? M. Félix Faure, Président de la République Française, était bien tanneur ! Je suis poète-chansonnier. Pourquoi ne serais-je pas député ? Je suis Parisien, j’ai fait mon devoir de Français, c’est-à-dire j’ai fait mes trois ans, élevé au grade de tambour en pied au 153e d’infanterie, à Toul. Mon opinion est celle de tout bon Français. J’aime et défends la République. »85 L’auteur d’Au camarade du 153e86 ne sera pas élu de la Marne et ne sera jamais député. Son étiquette politique n’est probablement pas rédhibitoire aux yeux des électeurs châlonnais et de la circonscription, puisqu’il se présente comme candidat républicain indépendant et non, comme il eût été tenté de la faire à la veille du premier conflit mondial, sous le drapeau de la révolution anarcho-socialiste. Mais il est parisien, quelque peu parachuté, et se présente face à Léon Bourgeois, déjà, véritable institution du paysage politique marnais et français. A-t-il vraiment l’espoir d’entrer au palais Bourbon ou cette candidature n’est-elle qu’une bravade ? En vérité, au-delà de l’étiquette politique, le programme développé dans l’affiche électorale prouve que cette candidature est pour partie fantaisiste. La première proposition de sa profession de foi est ainsi la « suppression du Sénat : corps composé de vieux gagas bons à dormir sur leur fauteuil et démolir ce que font nos députés ».87 Ces candidatures non locales et fantaisistes sont rares mais sont vouées à l’échec.

Être étranger au canton : un handicap souligné

  • 88 AD. Marne – Aff. El VI 1021.
  • 89 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.
  • 90 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.
  • 91 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.
  • 92 Le retour aux affaires a lieu en 1854.
  • 93 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.

44Parfois, la campagne électorale menée contre l’étranger est véhémente ; comme le prouve celle du baron d’Aubilly menée à l’encontre d’Auguste Luling, en 1910.88 Dans cette campagne électorale, le ton utilisé par le baron d’Aubilly est à la fois xénophobe et méprisant. Les arguments de Georges d’Aubilly visent durement son adversaire politique, mais ils se retournent contre lui en ce sens où les électeurs peuvent à leur tour se sentir méprisés, à défaut de se sentir maîtrisés par le candidat noble qui considère le canton comme un fief électoral et les électeurs comme ses créatures politiques. Une affiche électorale souligne très clairement cet aspect : « n’importe quelle candidature venant rompre dans le canton de Ville-en-Tardenois la vieille union familiale de l’élu et de ses électeurs, eut été une tristesse pour nos populations ; mais celle qu’on voudrait nous imposer blesse vraiment nos sentiments les plus intimes. (…) Nous ne lui contestons nullement le droit de vivre agréablement chez nous, mais qu’il ne prétende pas représenter notre population ! »89 Non seulement, le baron d’Aubilly considère le canton de Ville-en-Tardenois comme son fief politique et les électeurs de ce canton comme ses électeurs mais ce qui le choque le plus c’est l’outrecuidance du docteur Luling qui le pousse à poser sa candidature. L’audace est d’autant plus grande que le docteur Luling est, aux yeux du baron d’Aubilly, un étranger comme le souligne très largement l’affiche de campagne : « ce n’est pas une question de forme ; nous savons que M. Luling est très régulièrement naturalisé français ; nous savons qu’il est riche et ambitieux, et fait pour le moment de la politique radicale-socialiste. (…) M. Luling a eu depuis sa naissance quatre nationalités, trois depuis sa majorité ; c’est trop pour parler au nom des Champenois, qui sont assez indépendants pour lui préférer l’un d’entre eux. »90 L’argumentaire se fait extrêmement virulent voire belliqueux quand Georges Leleu d’Aubilly demande aux électeurs du canton de « [marcher] au scrutin pour défendre l’indépendance de notre Canton en criant : La France aux Français de race ! La Champagne à ses Enfants ! »91 Est-ce le ton guerrier, xénophobe et condescendant de cet argumentaire qui conduit en 1910 à la défaite du baron d’Aubilly alors qu’il détient le fauteuil de conseiller général depuis quarante-six ans ? Cette campagne électorale se déroule dans un climat délétère et cette affiche a sans doute fait du tort à un homme de soixante-et-onze ans dans lequel les électeurs ne semblent plus se reconnaître. L’élection initiale de Georges Leleu d’Aubilly s’effectue pratiquement dans le cadre d’une succession héritée du père et l’affiche de 1910, soit près de quarante ans après le premier mandat, montre que le critère d’élection est principalement celui de l’habitude prise par les électeurs, devenus bel et bien ceux de d’Aubilly. Les Leleu d’Aubilly s’inscrivent dans une tradition impériale et monarchiste. Le père est ainsi conseiller général de 1839 à 1848. La révolution de février 1848 marque une rupture pour la carrière politique du père, cette dernière ne reprenant qu’avec le retour en grâce d’un régime plus autoritaire et moins républicain : le Second Empire.92 Dans les affiches électorales ou dans les comptes-rendus de séances du conseil général, Georges Leleu d’Aubilly se fait tout bonnement appeler d’Aubilly ; laissant ainsi son patronyme d’origine de côté pour seulement être assimilé à sa terre d’origine – terre qu’il continue de dominer économiquement et politiquement, tel un fief. Dès lors, il n’est pas étonnant de lire dans l’affiche électorale des passages dans lesquels d’Aubilly se perçoit et se décrit tel un seigneur en sa seigneurie, un père à la tête de sa familia, au sens large. Bien plus que de paternalisme, c’est d’archaïsme dont il fait ainsi preuve. Archaïsme et xénophobie ont été sanctionnés par le vote des électeurs. Ceux-ci envoient siéger au conseil général en lieu et place du baron le maire de Sapicourt-Courcelles depuis 1900 et conseiller d’arrondissement depuis 1907, ces fameux « titres sans portée »93 selon l’expression du baron d’Aubilly.

  • 94 AD. Marne – Aff. El VI 472.
  • 95 Édouard Fleuricourt est né à Doullens, dans la Somme, le premier juillet 1840 et est, par sa femme, (...)
  • 96 Adhémar Élie Hippolyte Péchadre est né à Juillac le 23 août 1862.
  • 97 AD. Marne – Aff. El VI 801.
  • 98 AD. Marne – Aff. El VI 810.
  • 99 AD. Marne – Aff. El VI 800.
  • 100 AD. Marne – Aff. El VI 802.
  • 101 La première affiche dit du candidat Péchadre qu’il est sans expérience, alors que la seconde insist (...)
  • 102 AD. Marne – Aff. El VI 803. Le reste de l’affiche aborde un autre terrain tout aussi intéressant : (...)
  • 103 AD. Marne – Aff. El VI 806.
  • 104 AD. Marne – Aff. El VI 800.

45Par ailleurs, le qualificatif “étranger” utilisé dans certaines affiches revêt toujours un caractère négatif et souvent calomnieux, comme le prouve une affiche d’Eugène Buirette, dit Buirette-Gaulard, datée de 1893 : « Électeurs de Suippes. Mon adversaire aux abois me fait qualifier d’étranger à votre commune par son Journal de la Marne ; il rappelle ma lettre signée un Suippas depuis 25 ans, et dans laquelle je traitais de lâches ceux qui n’ont pas eu le courage de signer leurs insultes. J’accepte le terrain sur lequel on désire me placer ; votre vote dimanche sera très significatif : vous saurez reconnaître si ma présence ici depuis 25 ans, et les services rendus à votre pays méritent que vous fassiez justice des attaques odieuses dont je suis l’objet. Buirette-Gaulard. Suippes, le 29 avril 1893. »94 Outré d’être considéré par Jules Bourgeois comme étranger à une commune dans laquelle il réside et détient une filature importante, Eugène Buirette répond de manière relativement véhémente sur le sujet. Cette réponse et les diverses polémiques qui s’en suivent prouvent que l’implantation locale du candidat est un des critères du choix des électeurs. Sinon, à quoi bon s’offusquer, alors qu’effectivement Eugène Buirette est originaire de Marle, commune du département de l’Aisne ? Cette polémique a finalement raison du candidat Buirette. Est-ce cet argument précis qui met un terme à la carrière politique de l’industriel suippas ? Il est très difficile de répondre à cette question, mais le résultat est là : en 1893, Jules Bourgeois reprend le fauteuil de conseiller général du canton de Suippes, perdu un an plus tôt. Certaines campagnes électorales se construisent presque exclusivement autour du thème de l’implantation locale préalable des candidats. Telle celle menée, en 1898, par Édouard Fleuricourt, maire d’Épernay depuis 1889 et conseiller général depuis 1896. Face à lui, se présente Adhémar Péchadre. Pourtant, non originaire d’Épernay, ni du canton, ni même du département,95 Édouard Fleuricourt fait glisser la bataille politique sur ce terrain de l’implantation puisque son adversaire corrézien96 vient tenter sa chance politique dans le canton. Pour Fleuricourt, la campagne commence ainsi : « Électeurs, en présence de l’envahissement, dans notre Ville, par d’audacieux étrangers, sans scrupules, chassés d’ailleurs, qui viennent semer la haine, ayant recours à d’infâmes grossièretés et d’impudents mensonges avec l’espoir de bouleverser la société, le devoir de tous les honnêtes gens de tous les partis, quelle qu’en soit la nuance, est de repousser ce terrible et dangereux état de choses, en votant pour le candidat de l’Union et de l’Ordre. »97 Le décor est planté. Édouard Fleuricourt et ses partisans décident de mener le combat sur le thème de l’appartenance véritable au canton et ne reculeront devant aucun argument, aucune image pour parvenir à leurs fins. De son côté, le docteur Péchadre insiste dans ses affiches sur la lutte menée contre la réaction, représentée par l’avocat Fleuricourt, chef d’une majorité municipale qu’il combat avec le soutien des ouvriers, des républicains et des anticléricaux, mais vient rarement sur le terrain espéré par ses adversaires. Dans une seule affiche, les partisans de Péchadre répondent en disant que « ses ennemis politiques lui reprochent son éloignement. C’est là une piètre manœuvre, car ils savent bien que beaucoup de Conseillers Généraux n’habitent pas leur canton. Le Docteur Péchadre, du reste, est conseiller municipal d’Épernay ; il y paie des impôts et il y a sa famille ; c’est vous dire que ce n’est pas un étranger. Il vient à Épernay souvent plusieurs fois par semaine et se trouve bien placé pour remplir facilement et avec une entière indépendance le mandat que vous lui confierez. »98 Édouard Fleuricourt et ses soutiens politiques enfoncent le clou et estiment que « le vaniteux Péchadre, étranger à notre canton, et à notre département, essaye par tous les mensonges indignes d’un représentant d’obtenir vos voix pour se faire nommer Conseiller Général. Pour se donner de l’importance sentant la veste arriver, il se réfère au nom de M. Vallé, notre estimé député que nous avons tous acclamé le 8 Mai. »99 Et alors, qu’ils font les comparatifs des deux candidats en présence, les soutiens d’Édouard Fleuricourt n’y vont pas par quatre chemins, estimant que « l’un, ancien docteur sans clientèle, M. Péchadre, sans expérience, étranger à notre Canton, cherchant un titre pour vivre plus facilement à ne rien faire, nous fait les plus irréalisables promesses, et ne recule devant aucun mensonge pour nous duper – c’est facile à voir. L’autre, M. Fleuricourt, habitant Épernay depuis très longtemps, connu de tous, ayant une grande influence et de l’expérience en toutes choses par ses longs rapports dans le canton et dans les administrations, excellent et honnête homme, très obligeant ne demandant qu’à rendre service à tous dans la mesure du possible, incapable de mauvais moyens, de basse réclame et de mensonge, nous offre le plus de garanties. »100 Styles hagiographique pour l’un et véritablement calomnieux pour l’autre sont au cœur de la campagne électorale. Si l’adversaire n’est effectivement pas originaire du canton, Fleuricourt montre qu’il mérite d’être considéré comme un enfant du pays puisque ses qualités morales individuelles sont bien supérieures à celles de son adversaire, prêt à toutes les bassesses. Celles-ci sont explicitées dans une autre affiche qui, bien qu’elle contredise en partie l’affiche précédente,101 insiste sur l’image du canton qui viendrait à élire un étranger, incapable et assoiffé de pouvoir. Les électeurs doivent absolument percevoir ce candidat de cette façon pour voter en faveur d’Édouard Fleuricourt. « Électeurs, vous répondrez, nous en sommes convaincus, en donnant un congé en règle à ces insolents, à ces menteurs, à ces étrangers qui courent Ville et Campagnes, pour obtenir des mandats et s’en servir de moyens d’existence. Vous ne laisserez pas infliger cette honte à Épernay, celle de croire qu’il faudrait confier la représentation du Canton à des agitateurs, à des incapables, à des étrangers du Canton n’y ayant aucun intérêt, capables des pires aventures. »102 En dehors de ces affiches virulentes, le candidat Fleuricourt essaie de montrer le bien-fondé de sa démarche qui consiste à dénigrer son adversaire parce qu’il n’est pas implanté dans le canton. « Vous avez à élire un Conseiller général. Deux Candidats sollicitent vos suffrages : M. Péchadre, autrefois Docteur à Épernay, et M. Fleuricourt, Maire d’Épernay. En examinant sagement et sans passion le mérite des deux Candidats, il est facile de savoir auquel doivent aller les suffrages de tous les électeurs, vrais républicains désirant l’ordre, le travail, le calme et les affaires. M. Péchadre n’a été que de passage à Épernay. Il n’y possède rien, ni dans le canton ni dans le département, c’est un étranger. Il paraît qu’il habite Paris, qu’il voyage, bientôt il sera à Toulouse, qui sait où on le trouvera ? On peut dire, sans être injuste, que c’est un voyageur. »103 Lors de cette campagne électorale le thème de l’implantation locale joue un rôle fondamental. Moteur de la campagne de l’un des candidats, le second refuse en grande partie ce jeu. Malgré la violence des propos tenus dans les réunions politiques et dans les affiches électorales et malgré la promesse d’une grande « veste, »104 le docteur Péchadre sort vainqueur de cette lutte électorale. Il est probable que Fleuricourt ait perdu cette élection en focalisant son attention sur ce seul argument de la non-appartenance au canton et en dénigrant systématiquement son adversaire. Peut-être a-t-il accepté de mener la campagne électorale sur ce ton et ce terrain parce qu’il se savait en difficulté face à cet adversaire. Le thème est important aux yeux des électeurs, mais n’est pas le seul critère pour l’élection d’un conseiller général comme le prouve cet exemple.

46L’endogamie locale, est forte, que celle-ci soit du fait du père, de la mère ou des deux parents. Peu d’individus n’ont véritablement aucun lien avec le département, si ce n’est la circonscription ou le canton, avant leur élection. L’assise locale est un critère explicatif important du choix des électeurs dans le cadre des élections cantonales, législatives et sénatoriales comme le prouvent les très nombreuses occurrences de ce thème dans les campagnes électorales. Néanmoins, l’implantation géographique, personnelle et/ou familiale, ne peut expliquer à elle seule l’élection ; aussi convient-il de prendre en considération d’autres facteurs explicatifs et en particulier ceux ayant trait à l’assise sociale du candidat et du noyau parental.

Notes

1 A.D. Marne – El. V 530.

2 Claude Lévi-Strauss, Les Structures élémentaires de la parenté, Paris, Presses Universitaires de France, 1949 et Claude Lévi-Strauss, « Du mariage dans un degré rapproché », Regard éloigné, Paris, Plon, 1983, pp. 127-140.

3 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000.

4 Pierre Bonte, « L’échange est-il universel ? », L’Homme, no 154-155, 2000, p. 39.

5 Alain Testard, « Quelques considérations sur le temps dans la parenté et le mariage entre cousins croisés », L’Homme, no 154-155, 2000, p. 549.

6 Les natifs des départements de la Seine et de la Seine-et-Oise ne sont pas très nombreux (17 pour le premier et un seul pour le second) et représentent moins de 4 % de l’ensemble.

7 Cet espace géographique compte les départements de l’Aisne, des Ardennes, de l’Aube, de la Côte-d’Or, de la Marne, de la Haute-Marne, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse, de la Moselle, du Nord, du Bas-Rhin, du Haut-Rhin (y compris l’actuel Territoire de Belfort), de la Haute-Saône, des Vosges et de l’Yonne.

8 Ce sont les départements de l’Aisne, des Ardennes, de l’Aube, de la Haute-Marne, de la Meuse et de la Seine-et-Marne.

9 Trente des quarante-cinq élus natifs de ces six départements sont nés à moins de vingt-cinq kilomètres de la limite administrative.

10 Finalement 83,37 % des élus de la Marne sont nés dans ce département ou à moins de vingt-cinq kilomètres de celui-ci.

11 Cette situation concerne 30 % des élus nés dans un rayon inférieur à vingt-cinq kilomètres de la limite administrative de la Marne et les communes de Concevreux, Coulonges-Cohan et Guyencourt pour l’Aisne, Autry, Manre et Séchault pour les Ardennes, Chavanges pour l’Aube, Braucourt pour la Haute-Marne et Varennes-en-Argonne pour la Meuse.

12 Nicolas Léon Vernimont épouse Eudoxie Chapiteaux le 25 novembre 1868 à Servon.

13 Ces deux hommes sont élus au nom du canton de Ville-sur-Tourbe ; Gabriel Guillain siège au conseil général (1883-1892), Nicolas Vernimont au conseil d’arrondissement (même période).

14 Il y est né le 10 avril 1835.

15 Louis Chevalier, Classes laborieuses, classes dangereuses pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Librairie Générale Française, 1978, 735 pages.

16 Louis-Napoléon Bonaparte, L’extinction du paupérisme, Paris, La Guillotière, 1848 (août 1844), pp. 7-8.

17 Fernand Braudel, Grammaire des civilisations, Paris, Arthaud, 1987 (1963), p. 420.

18 Victor-Adolphe Malte-Brun, Marne. Géographie – Histoire – Statistique – Administration, Le Bastion, 1980 (1882).

19 René Rémond, La Vie politique en France. 1879-1939, la République souveraine, Paris, Fayard « Agora », 2005 (1969-2002), p. 80.

20 63,04 % des députés et 64,29 % des sénateurs sont originaires du département de la Marne.

21 Ces individus correspondent à deux sénateurs sur quatorze et quatre députés sur quarante-six.

22 Dont Jules Suisse, dit Jules Simon, nommé sénateur inamovible lors de la création du Sénat.

23 Natif du Morbihan.

24 Originaire de Saône-et-Loire.

25 Félix Drelon – Clermont-Ferrand ; Bertrand de Mun – Versailles et Adrien Pozzi – Pau.

26 Henri Merlin – Châteaudun et Jules Simon – Lorient.

27 Marcel Déat – Guérigny ; Jean Jacquy – Montceau-les-Mines ; Paul Marchandeau – Gaillac ; Adhémar Péchadre – Juillac et Pierre Pitois – Chevillon.

28 Eugène Blandin – La Villeneuve-les-Converts ; Paul Guyot – Chavanges ; Camille Lenoir – Montcornet et Paul Perroche – Montigny-la-Resle.

29 Éric Anceau, Les Députés du Second Empire. Prosopographie d’une élite du XIXe siècle, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 95.

30 Loin de là même, puisque Sainte-Menehould ne dépasse presque jamais les 5.000 habitants entre 1870 et 1940.

31 Victor-Adolphe Malte-Brun, op. cit., p. 42.

32 Un siècle de population communale – 1872-1975 – La Marne, Direction régionale de l’INSEE de Champagne-Ardenne, Reims, s.d., 43 pages

33 Sans prendre en considération les naissances dans les chefs-lieux de cantons.

34 Zoé Labiche, fille d’un propriétaire, marchand et notaire de la commune (Nicolas).

35 Son père (Étienne) et son grand-père (Augustin) sont confiseurs à Vitry-le-François.

36 Il est maire de 1881 à 1888, conseiller général de 1880 à 1886 et député de 1881 à 1889.

37 Le taux est de 62,22 % en analysant tous les députés sans distinction de provenance départementale.

38 15 % des élus de la Marne au Parlement y sont nés.

39 La proportion est de 51 % contre 71,43 %. Les chefs-lieux de cantons dont ils sont issus (Chevillon, Gaillac, Guérigny et Montceau-les-Mines) sont bien plus peuplés que les chefs-lieux de cantons marnais (Anglure, Fère-Champenoise, etc.).

40 Le choix s’est porté sur des départements pour lesquels des données fiables existaient sous forme de publications accessibles grâce aux travaux de Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise ; de Jean-Pierre Chaline et Anne-Marie Sohn ; et de Jean El Gammal. Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise (dir.), Dictionnaire des parlementaires aquitains sous la Troisième République, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998, 632 pages ; Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie. 1871-1940, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 2000, 352 pages ; Jean El Gammal, (dir.), Dictionnaire des parlementaires lorrains de la Troisième République, Metz, Éditions Serpenoise, 2006.

41 Ces villes ont un statut administratif différent : Alger peut être considérée comme la préfecture d’un département français (même si la naissance d’Albert Sarlande a lieu le 29 avril 1847, soit un an avant la constitution officielle du département algérois), tandis que Turin est la capitale du royaume de Piémont-Sardaigne.

42 Voir le tableau supra, dressé à partir des données contenues dans la partie dictionnaire de l’ouvrage.

43 Il s’agit de la région de Haute-Normandie comprenant les départements de l’Eure et de la Seine-Inférieure.

44 Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn, « Les parlementaires de Haute-Normandie : portrait de groupe » in Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie. 1871-1940, Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 2000, p. 8. La dernière remarque montre, déjà, l’importance de prendre en considération non seulement l’individu mais aussi, et plus encore, le contexte familial élargi ; et donc qu’il faut à l’historien s’intéresser aussi aux familles larges, aux aïeux, aux cousinages, etc.

45 Paul Vidal de la Blache, Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette, 1908 (1903), tome 1, p. 135.

46 Idem, p. 94.

47 Onésime Reclus, France, Algérie et colonies, Hachette, Paris, 1886, p. 131.

48 Armand Frémont, La région, espace vécu, Paris, Armand Colin, 1976.

49 Le département est créé par la loi du 22 décembre 1789 et par le décret du 26 février 1790, appliqué à compter du 4 mars 1790.

50 95,40 % des communes de naissances sont connus pour les conseillers d’arrondissement élus par les Marnais sous la Troisième République.

51 77,30 % des conseillers d’arrondissement sont nés dans la Marne. Cette proportion s’élève à 81,02 % des élus pour lesquels le lieu de naissance est connu.

52 Respectivement 64,44 % et 64,29 %.

53 Ces trente communes sur six-cent-dix-neuf regroupent 166 874 habitants.

54 Victor-Adolphe Malte-Brun, op. cit., pp. 48-sq.

55 Finalement, Reims est le lieu de naissance de 4,46 % des conseillers d’arrondissement originaires de la Marne.

56 Le dénombrement de 1882 révèle la présence de 560 habitants.

57 Châlons-sur-Marne regroupe 4,96 % de la population départementale. Victor-Adolphe Malte-Brun, op. cit., p. 48.

58 Les lieux de naissance de 93,14 % des conseillers généraux sont connus.

59 Cette proportion s’élève à 72,32 % des élus dont le lieu de naissance est connu.

60 Le ratio est de 0,79.

61 Le ratio s’établit à 1,6.

62 Le ratio est de 0,9.

63 Avec un ratio de 0,5.

64 Ces espaces sont les cantons d’Anglure, Bourgogne, Châtillon-sur-Marne, Dommartin-sur-Yèvre, Épernay, Marson, Sompuis, Verzy, Ville-en-Tardenois et Ville-sur-Tourbe.

65 Deux-tiers seulement des lieux de naissance des élus sont précisément connus (8 sur 12). Le reste des résultats s’échelonne entre 81,25 % et 95,45 %.

66 Cette situation concerne respectivement 33,33 % et 76,47 % des cas, pour des cantons dont les lieux de naissances sont tous connus.

67 Tous ces cantons élisent moins de 40 % d’autochtones (Anglure et Fère-Champenoise : 33,33 % ; Fismes et Montmirail 25,00 %).

68 Tous ces cantons élisent plus de 75 % d’autochtones (Thiéblemont : 75 % ; Saint-Rémy-en-Bouzemont : 76,19 % ; Dommartin-sur-Yèvre : 76,47 % ; Heiltz-le-Maurupt : 86,67).

69 Esternay recrute 41,67 % d’autochtones, Heiltz-le-Maurupt 86,67 %.

70 Sont dans cette situation les cantons de Sézanne (70,00 %) et de Suippes (71,43 %).

71 En passant par le sud agéen, le sud suippas, l’ouest marsonnier et l’ouest vitryat.

72 En ce qui concerne cette donnée, Joseph Grèque est un hapax.

73 Par le cumul des mandats au cours de la carrière, certains individus sont donc comptabilisés deux fois.

74 Parmi eux, 43,75 % des parlementaires sont natifs de la Marne.

75 Il est né à Chavanges d’un père vitryat et d’une mère auboise.

76 Les pères de natifs de la Marne viennent de l’Aisne (7), de l’Ardèche (1), des Ardennes (8), de l’Aube (2), de la Creuse (1), de l’Indre (1), de la Haute-Marne (3), de la Meurthe-et-Moselle (1), de la Meuse (3), de la Moselle (1), du Nord (1), de la Saône-et-Loire (1), de Paris (2), de la Seine-Maritime (1) et de la Haute-Vienne (1).

77 Emma Destouy naît le 14 octobre 1836 à Montmirail, d’Antoine Destouy et Florence Petit de Champlain. Le père est notaire à Montmirail de 1829 à 1841. À cette date, c’est en qualité de propriétaire qu’il s’installe au Thoult-Trosnay.

78 Néologisme utilisé au cours des années 1990 dans le cadre d’études économiques et géographiques. « Les caractères de l’économie nationale et internationale s’inscrivent dans les territoires, et les modèles de développement affectent et orientent l’organisation de la production agricole, au point qu’aujourd’hui, on puisse assurer que l’endogénisme, ce qui a trait aux lieux, est de plus en plus atténué sous le poids ou l’effet des encadrements. On assisterait à l’“élargissement” des territoires inscrits dans les enjeux économiques. » Odile Hoffmann, Marielle Pépin-Lehalleur, Jean-Yves Marchal, « Transformations de la vie rurale dans la plaine côtière du Golfe du Mexique (États du Tamaulipas et du Veracruz, Mexique) : Évaluation du territoire sous l’effet des politiques agricoles », in Mondialisation de l’économie et développement des territoires, colloque de l’ASRDLF, Saint-Étienne, 1990, p. 434.

79 AD. Marne – Aff. El VI 1241.

80 AD. Marne – Aff. El V 472.

81 Il est né à Paris, y réside une grande partie de l’année au 166, rue du faubourg Saint-Honoré.

82 AD. Marne – Aff. El VI 1168.

83 AD. Marne – Aff. El VI 388.

84 AD. Marne – Aff. El V 314. Élections législatives de 1889.

85 AD. Marne – Aff. El V 414.

86 Cette chanson a été publiée peu de temps avant sa candidature, au cours de l’année 1897, vraisemblablement à Châlons-sur-Marne.

87 AD. Marne – Aff. El V 414.

88 AD. Marne – Aff. El VI 1021.

89 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.

90 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.

91 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.

92 Le retour aux affaires a lieu en 1854.

93 A.D. Marne – Aff. El VI 1021.

94 AD. Marne – Aff. El VI 472.

95 Édouard Fleuricourt est né à Doullens, dans la Somme, le premier juillet 1840 et est, par sa femme, intégré à une grande famille de notaires et d’avocats d’Abbeville qui compte dans ses rangs plusieurs hommes politiques locaux abbevillois, mais aussi à un groupe familial bien implanté dans les milieux industriels rémois.

96 Adhémar Élie Hippolyte Péchadre est né à Juillac le 23 août 1862.

97 AD. Marne – Aff. El VI 801.

98 AD. Marne – Aff. El VI 810.

99 AD. Marne – Aff. El VI 800.

100 AD. Marne – Aff. El VI 802.

101 La première affiche dit du candidat Péchadre qu’il est sans expérience, alors que la seconde insiste davantage sur l’inaction politique de l’élu municipal Péchadre. La différence est minime mais montre que les contradictions dans cette campagne électorale ne sont pas du seul fait du candidat Péchadre. Cette remarque pousse à se méfier, davantage encore, du style hagiographique des affiches placardées par Édouard Fleuricourt.

102 AD. Marne – Aff. El VI 803. Le reste de l’affiche aborde un autre terrain tout aussi intéressant : « L’ancien docteur Péchadre a été nommé Conseiller municipal d’Épernay, il n’a assisté qu’à quatre séances sur quatorze depuis un an. Il a refusé d’être de toutes les Commissions, de tous les Bureaux. Il n’a jamais demandé, lui et ses amis, que de voter des dépenses nouvelles, ou des plaisanteries, singulière façon de réduire les impôts d’Octroi et les autres….. Farceur ! (…) Péchadre est un ambitieux dangereux pour tous les partis. (…) Tous vous donnerez le congé qu’il mérite à cet ambitieux sans scrupules. »

103 AD. Marne – Aff. El VI 806.

104 AD. Marne – Aff. El VI 800.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Commune de naissance des élus d’origine marnaise
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 2. Commune de naissance des députés et des sénateurs nés dans la Marne
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau 1. Répartition des naissances par département et en fonction du type de commune (en %).
URL http://books.openedition.org/septentrion/docannexe/image/48257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search