Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Première Partie. Les ressorts de la carrière politique

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir notamment le rapport Thouret (29 septembre 1789), les lois des 14 et 22 décembre 1789, celles (...)

1Trois critères favorisent plus que d’autres l’accès au siège électif entre 1871 et 1940 : une implantation locale préexistante, une position sociale acquise et l’intégration dans une sociabilité notable. Or, ces trois éléments sous-entendent souvent l’appartenance à une famille ; celle-ci étant alors bien implantée localement, présente dans les rouages socio-économiques locaux et intégrée dans une sociabilité visible et reconnue. Dès lors, la position sociale et la visibilité des élus sont souvent héritées. C’est pourquoi, ces ressorts de la carrière politique peuvent être une conséquence d’un héritage partiel. Héritage réel malgré l’existence du suffrage universel masculin et d’un cadre législatif1 qui régit l’entrée dans les assemblées locales ou nationales.

  • 2 Le taux d’abstention au premier tour de cette élection cantonale est tel (57,97 %) que Jean-Simon (...)

2Les fonctions de conseillers généraux et de conseillers d’arrondissement sont créées sous le Consulat. Enter 1791 et 1793, ces hommes sont élus. Les quarante années suivantes, ils sont nommés par le gouvernement suite aux propositions faites par le préfet et le sous-préfet. Cette situation dure jusqu’à la loi électorale de 1833, date à laquelle l’entrée au conseil d’arrondissement ou au conseil général se fait par l’intermédiaire d’une élection au suffrage censitaire. Après la loi du 3 juillet 1848, le suffrage universel masculin devient la règle. Pour être élu au premier tour, le candidat doit obtenir la majorité des suffrages et ceux de plus du quart des électeurs inscrits. Ainsi, Jean-Simon Dauphinot n’entre pas au conseil général de la Marne après le scrutin du 8 octobre 1871. Il a pourtant réuni 51,86 % des suffrages exprimés (1 224 sur 2 360), mais ses partisans ne représentent pas le quart des électeurs inscrits sur les listes électorales (5 614).2 Quand aucun candidat ne remplit les conditions légales après un tour de scrutin, un second tour est organisé. Lors de ce scrutin se maintiennent au moins deux candidats. Ceux-ci sont souvent les hommes ayant obtenu le plus de voix au premier tour. Cependant, les stratégies politiciennes conduisent à des pratiques parfois loufoques, comme dans le canton d’Avize en 1871. À l’issue du premier tour du 8 octobre, Lebrun obtient 502 voix (32,18 % des suffrages), Mathieu regroupe sur son nom 444 voix (28,46 %), Renard a 387 voix (24,81 %), Varlet compte 75 voix à son actif (4,81 %) et Loche seulement 52 voix (3,33 %) tandis que 77 bulletins blancs et nuls ont garni les urnes. Dans le principe, les candidats Lebrun et Mathieu auraient pu se présenter devant les électeurs au second tour. Dans le cas d’une triangulaire, ils auraient pu être accompagnés par Renard. Or, Lebrun et Mathieu sont sensiblement du même bord politique. Par discipline républicaine, le second décide de ne pas se présenter au second tour afin de clarifier la situation, du moins le croit-il. Le duel attendu doit donc opposer le républicain Lebrun et le conservateur, plus ou moins rallié, Renard. Mais le 15 octobre, les électeurs du canton d’Avize ont à choisir entre Renard et Varlet ! Ce dernier a rassemblé seulement 4,81 % des voix au premier tour ; le pari du camp républicain s’avère risqué car Renard a attiré sur son nom près d’un quart des suffrages. Certes, en additionnant les voix obtenues par Lebrun, Mathieu et Varlet, la majorité absolue semble acquise aux républicains, mais rien n’est assuré en matière électorale. D’ailleurs, ce second tour passionne beaucoup moins les électeurs et le taux d’abstention passe de 37,12 % à 56,63 % ; les électeurs ayant, semble-t-il, des difficultés à se reconnaître dans les candidats Varlet et Renard. Maurice Varlet est élu avec 54,46 % des suffrages exprimés (586 voix) contre 40,99 % (441 voix) pour son adversaire. Même s’il obtient moins de 25 % des voix des inscrits (23,62 %), il est tout de même élu puisque ce critère est seulement valide au premier tour de scrutin. En cas d’égalité au second tour, situation rarissime mais pas impossible, le plus âgé des deux candidats est appelé à siéger.

3Enfin, le cadre législatif limite l’âge d’accès aux différentes chambres représentatives. Les conseillers généraux et d’arrondissement sont soumis à l’article 6 de la loi du 10 août 1871, selon lequel « sont éligibles (…) tous les citoyens inscrits sur une liste d’électeurs ou justifiant qu’ils devaient y être inscrits avant le jour de l’élection, âgés de vingt-trois ans accomplis. » L’article 4 du décret du 28 janvier 1871 relatif à l’élection des députés rappelle que « l’éligibilité sera réglée conformément aux dispositions du titre IV de la loi du 15 mars 1849. » L’article 3 de la loi du 24 février 1875, relative à l’organisation du Sénat, énonce que « nul ne peut être sénateur s’il n’est Français, âgé de quarante ans au moins et s’il ne jouit de ses droits civils et politiques. »

4Une fois qu’ils répondent à ces critères légaux, les candidats peuvent se présenter autant de fois qu’ils le désirent aux élections cantonales, législatives ou sénatoriales et se construire une carrière plus ou moins longue, plus ou moins linéaire en fonction des desiderata des électeurs. Desiderata au rang desquels se trouvent l’implantation locale préexistante, une position sociale acquise et l’appartenance à des réseaux de sociabilité bien identifiés.

Notes

1 Voir notamment le rapport Thouret (29 septembre 1789), les lois des 14 et 22 décembre 1789, celles du 26 février 1790, du 14 frimaire an II (4 décembre 1793), et tout particulièrement celle du 28 pluviôse an VIII (17 février 1800) qui fixe la structure presque définitive des assemblées départementales.

2 Le taux d’abstention au premier tour de cette élection cantonale est tel (57,97 %) que Jean-Simon Dauphinot pour être élu au premier tour face à Napoléon Lasserre aurait dû réunir sur son nom 1 404 votes. Au second tour, le taux d’abstention est relativement proche de celui du premier tour (56,80 %) et seulement vingt-trois électeurs supplémentaires se déplacent. Napoléon Lasserre est élu au second tour avec 51,42 % des suffrages et soixante-neuf voix d’avance sur Jean-Simon Dauphinot, qui possédait cent-trente-sept voix d’avance à l’issue du premier tour.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search