Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Introduction

Texte intégral

  • 1 Députée des Hauts-de-Seine et maire de Puteaux.
  • 2 Information relayée par Le Figaro : « Jean Sarkozy devra attendre pour devenir député », www.lefig (...)
  • 3 Jean Sarkozy se faire détrôner par Clara Dewaele, entrée au conseil général du Calvados en septemb (...)
  • 4 Selon le Journal du Dimanche qui reprend les mots de Jean Sarkozy publiés dans Le Parisien daté du (...)

1Jean Sarkozy, fils du président de la République Nicolas Sarkozy, devait-il attendre pour devenir député ? Début avril 2009, les partis politiques peaufinent les élections européennes du 7 juin et les déclarations de candidature se font de plus en plus nombreuses à l’approche de la date limite de dépôt des listes officielles (22 mai). Rumeurs de candidature et bruits de couloir sont relayés par la presse. S’y trouve l’éventualité d’une candidature en Île-de-France de Joëlle Ceccaldi-Raynaud1 en position d’éligible sur la liste emmenée par deux piliers du gouvernement (Michel Barnier et Rachida Dati). On laisse entendre que le poste de député laissé vacant pourrait échoir à Jean Sarkozy dans le cadre d’une élection législative partielle organisée en septembre 2009.2 Déjà conseiller général des Hauts-de-Seine depuis le 16 mars 2008, Jean Sarkozy, né le 1er septembre 1986, aurait alors pu devenir le plus jeune député de l’Hexagone, après avoir détenu le titre de plus jeune conseiller général de France en mars 2008.3 Cette succession indirecte, Nicolas Sarkozy a détenu le fauteuil de député en question de 1988 à 2007, suscite admiration, agacement voire révulsion tant au sein du microcosme politique que de l’opinion publique en fonction de l’appartenance politique de l’interrogé.4

  • 5 Jean-Louis Debré, Dynasties républicaines, Paris, Fayard, 1er avril 2009, 353 pages.
  • 6 Dans son ouvrage, Jean-Louis Debré s’attache à montrer les destinées familiales des Arago, des Car (...)
  • 7 Selon l’expression de Claudine Goldstein, République et républicains en France de 1848 à nos jours (...)

2L’épisode retient l’attention des politistes ; il doit également retenir celle des historiens. Les relations entre hérédité et République sont au cœur de la vie politique quotidienne comme le prouvent l’exemple précédent ainsi que l’ouvrage de Jean-Louis Debré intitulé Dynasties républicaines.5 En dehors de quelques familles qu’il érige en mythes républicains,6 il convient de s’interroger sur les liens profonds entre hérédité et République tant ces deux notions semblent initialement s’ignorer. Dans le substrat culturel commun des Français, l’héritage s’accoquine plus facilement avec le principe monarchique qu’avec la République. Il ne s’agit pas tant de la res publica à la romaine où la chose publique est finalement confisquée par quelques familles patriciennes et sénatoriales, mais de la conception démocratique de la République promue par les Lumières puis les hommes politiques du XIXe siècle, principalement définie par des valeurs et le suffrage universel. En 1848, les républicains fondent un régime dépourvu de roi, dans lequel le peuple est souverain dans un État légaliste. Plus qu’un régime politique résumé par des institutions spécifiques, la République incarne d’abord un idéal, souvent mystique, la “religion de la Liberté”.7 De sorte que la liberté du choix de son représentant au sein d’assemblées élues est première.

  • 8 « Le bon historien, lui, ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sa (...)
  • 9 Maurice Agulhon et allii (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Presses de l (...)

3Une célèbre formule de Marc Bloch8 nous incite à quérir des réponses dans l’analyse des élus de la République. Comme tant d’autres, nous utiliserons la méthode prosopographique qui, pour répondre à une question d’ordre politique interrogent les facteurs sociaux. Et il est vrai qu’« il y a longtemps déjà que le point de vue social est entré dans l’histoire politique. »9

  • 10 Christophe Charle, Jean Nagle, Marc Perrichet, Michel Richard, Denis Woronoff (dir.), Prosopograph (...)
  • 11 Franco Ferraroti, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales (...)
  • 12 Marta Dvorak, La Création biographique. Biographical Creation, Rennes, Presses Universitaires de R (...)
  • 13 Lawrence Stone, « Prosopography », in Daedalus, 100(1), 1971, p. 49.
  • 14 Le Grand Larousse du dix-neuvième siècle, Paris, tome XIII, p. 286.
  • 15 Ces arts consistent à créer des ensembles cohérents, harmonieux et compréhensibles d’un seul coup (...)

4Essentielle pour étudier les élus, « la visée prosopographique consiste à constituer la biographie collective d’un corps ou d’un groupe de personnes en établissant et en croisant des notices individuelles. »10 Revenir à l’individu pour comprendre le groupe, analyser le groupe pour connaître la société politique, tels sont les enjeux de cette méthode. Ceux-ci, montrés par Franco Ferraroti11 pour les sciences sociales et humaines, intègrent en partie la sociologie. Biographie et prosopographie ne sont donc pas synonymes. « Les récits de vie évoquent les errements d’une époque ou les failles d’un milieu social, révèlent les passions et les combats »12 de l’acteur étudié, tandis que la prosopographie conduit à l’analyse d’un corps, d’une institution ou d’un groupe social donnés. Elle n’est pas la juxtaposition de biographies considérées pour elles-mêmes, même si l’individu est le passage nécessaire et obligé. Les ardeurs des contemporanéistes ont longtemps été freinées par ce qu’écrivait Lawrence Stone sur les prosopographes : « ces collectionneurs d’informations biographiques [qui] appartiennent, d’une certaine façon, à la même catégorie que les lépidoptérophiles, les philatélistes et les nicophiles. »13 Certes, étymologiquement, la prosopographie est « l’art de tracer des portraits »14, mais, pour l’historien, elle devient celui de dresser des portraits collectifs par le croisement de portraits individuels. Elle s’apparente, en quelque sorte, à de la marqueterie, de la mosaïque ou du patchwork15 appliqués au corps social.

  • 16 Marc Bloch, op. cit., p. 52.
  • 17 Hans-Georg Pflaum, Les Procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, A. Maisonneuve, 1 (...)
  • 18 Lilie Von Ralph-Johannes, Claudia Ludwig, Thomas Pratsch, Ilse Rochow (dir.), Prosopographie der m (...)
  • 19 Prosopographie als Sozialgeschichte ? Methoden personengeschichtlicher Erforschung des Mittelalter (...)
  • 20 Jean-Luc Le Cam, « Prosopographie d’élèves boursiers en Allemagne protestante au XVIe siècle », in(...)
  • 21 Ce renouveau est caractérisé par la publication progressive, dès 1978, sous la direction de Louis (...)
  • 22 Louis Girard, Antoine Prost, Rémi Gossez, Les Conseillers généraux en 1870, Paris, Presses Univers (...)
  • 23 André-Jean Tudesq, Les Conseillers généraux en France au temps de Guizot (1840-1848), Paris, Press (...)
  • 24 Louis Girard, William Serman, Édouard Cadet, Rémi Gossez, La Chambre des députés en 1837-1839. Com (...)
  • 25 Louis Girard, Maurice Agulhon, Jean-Louis Robert, William Serman (dir.), Les Maires en France du C (...)
  • 26 Jean Estèbe, Les Ministres de la République 1871-1914, Toulouse, Thèse de doctorat d’Histoire cont (...)
  • 27 Hélène Millet (dir.), Informatique et prosopographie. Actes de la Table Ronde du CNRS - Paris, 25- (...)
  • 28 Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième Ré (...)
  • 29 Ibid. ; Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Norm (...)

5Malgré les réserves de Lawrence Stone, la valeur heuristique de la prosopographie pour « la science (…) des hommes, dans le temps »16 a très tôt été comprise par les historiens antiquisants et médiévistes. Hans-Georg Pflaum est l’un des premiers à la mettre en œuvre en France, quand il étudie les procurateurs équestres romains.17 À l’étranger, la publication de projets colossaux,18 la multiplication des ouvrages épistémologiques,19 la parution de monographies en Allemagne, en Suisse ou dans le monde anglo-saxon montrent l’intérêt croissant qu’elle suscite. Néanmoins, prosopographies germanophone ou anglo-saxonne s’intéressent assez peu à l’histoire politique et presque jamais à la période contemporaine. En France, et en abandonnant progressivement leurs réticences, les historiens contemporanéistes investissent ce champ, depuis le début des années 1980, avec succès. La méthode prosopographique, aujourd’hui, éprouvée est mise en œuvre dans l’étude de corps constitués20 ou de groupes sociaux aux contours plus flous21. Pour l’étude des élus, le sillon a été initialement tracé par le CRH19 (Centre de recherches en Histoire du XIXe siècle). Précocement et dès 1967, Louis Girard, Antoine Prost et Rémi Gossez publient une synthèse sur les conseillers généraux de 1870,22 tandis qu’André-Jean Tudescq étudie ceux de 1840 à 1848.23 La même équipe, dirigée par Louis Girard, confirme l’efficacité de la méthode en 1976.24 Après les conseillers généraux et les députés, vie est donnée aux maires de France,25 tandis que Jean Estèbe fait œuvre de pionnier en étudiant les ministres.26 À compter de 1984, les historiens médiévistes s’interrogent sur les apports de l’informatique,27 tandis que les contemporanéistes Jean-Marie Mayeur et Maurice Agulhon lancent un projet sur les parlementaires français de la Troisième République. Cette étude mobilise en région de nombreux chercheurs et les résultats de l’enquête nationale sont publiés en 2003.28 L’ouvrage montre leur disparité mais souligne des réussites, tels les dictionnaires régionaux issus des travaux.29

  • 30 Liste en Annexe 1.
  • 31 Émile Littré, « socialité », in Dictionnaire, Paris, 1872-1877.

6Afin d’appréhender au mieux les 493 individus qui composent notre corpus,30 l’utilisation de la prosopographie s’impose d’elle-même. Dans le cadre des relations entre hérédité et République, elle invite d’abord à se mesurer aux actes d’état civil et à entrer dans la peau du généalogiste pour traquer les liens de parenté et de cousinage. Elle invite à se frotter aux actes notariés et aux registres fiscaux des bureaux de l’enregistrement pour mesurer l’assise sociale des élus et de leurs proches. Les réseaux de sociabilité locaux s’étudient grâce à la composition des bureaux et conseils d’administration des principales sociétés autorisées. Ces sources permettent ainsi de positionner chaque élu dans son contexte familial, économique et social ou, pour mieux dire, dans une sociabilité et une socialité ; « la sociabilité [étant] la tendance à vivre en société, la socialité le résultat de cette tendance, le mode de vie qu’elle détermine. »31

  • 32 Noëlline Castagnez, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la Quatrième République,(...)
  • 33 Nous ne pouvons dresser une liste exhaustive de ces dictionnaires biographiques dont la méthode pr (...)
  • 34 Christophe Charle, « Du bon usage de la biographie sociale comparée ou les trois âges de la biogra (...)
  • 35 Ibid., p. 57.
  • 36 Noëlline Castagnez, « Au sujet de Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la Quatriè (...)
  • 37 Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (19 (...)

7Néanmoins, il convient de combiner cette méthode avec les perspectives ouvertes par la micro-histoire italienne alors particulièrement éclairante. « La prosopographie, conçue comme une micro-analyse, permet de prendre en compte la part irréductible de l’individu, sa complexité et sa liberté. »32 Le renouvellement historiographique récent et la multiplication des dictionnaires biographiques33 expliquent « la spécificité des prosopographies modernes par rapport aux dictionnaires classiques. »34 Pour Christophe Charle, la prosopographie a franchi un cap et peut être considérée comme de la « biographie collective. »35 Celle-ci s’appuie sur « la démarche prosopographique, [ne visant] plus seulement à mettre en avant des phénomènes récurrents, mais aussi à mettre en valeur le facteur individuel. (…) Elle permet donc d’introduire dans l’analyse la complexité des itinéraires individuels et la part de liberté irréductible de chacun, mais aussi le poids des représentations. »36 Finalement, la biographie collective ne considère plus les individus étudiés comme des numéros interchangeables, mais permet de s’écarter du questionnaire stéréotypé, base de la construction des notices individuelles, lorsque les sources rendent à chacun des acteurs de la vie politique une part de leur humanité et de leur existence matérielle. Il en est ainsi de certaines correspondances, parfois sacrifiées sur l’autel de la prosopographie parce que d’une trop faible récurrence statistique, même si elles éclairent l’homme dans son irréductible part de liberté. Ainsi, la biographie collective ne se contente pas des réponses statistiques, opérantes à condition que le corpus soit suffisamment renseigné, elle analyse, explique, laisse une place à l’humanité de l’individu, comme l’a montré Olivier Wieviorka avec les parlementaires du 10 juillet 1940.37 Ce prisme permet alors d’interroger les relations entre hérédité et République pour ces 493 individus en soulignant leurs caractères communs ou leurs spécificités.

  • 38 Ce débat est initialement soulevé par Pierre Rougerie dans « Faut-il départementaliser l’histoire (...)
  • 39 Pour Gilles Le Béguec, les élus locaux sont les maires, les conseillers généraux et les conseiller (...)
  • 40 Marie-Hélène Marchand, Les Conseillers généraux en France depuis 1945, Paris, Armand Colin/Fondati (...)
  • 41 Les ouvrages qui entrent dans cette catégorie ont été mentionnés, sans souci d’exhaustivité, dans (...)
  • 42 Nous prenons appui sur la formule utilisée par Annette Becker pour qualifier les populations occup (...)

8La démarche s’appuie donc sur l’expérience éprouvée de l’analyse d’une catégorie d’individus déjà – du moins le croit-on – bien connue : les élus de la Troisième République. Le cadre départemental suscite de nombreux débats,38 mais s’avère incontournable pour mener une enquête prosopographique la plus fouillée possible, surtout lorsqu’elle s’étend aux échelons inférieurs du cursus politique. Car là est l’apport essentiel de cet ouvrage qui propose non seulement une large stratigraphie des élus marnais en allant des parlementaires aux conseillers généraux et d’arrondissement mais qui embrasse aussi toute l’étendue du régime. Si les parlementaires sont les mieux connus, les élus locaux, strictement définis par Gilles Le Béguec,39 ont fait l’objet d’assez peu d’études d’historiens. Il existe, en effet, une « lacune grave en ce qui concerne la vie locale en France, [puisque] ignorés (…) par la science politique, les conseillers généraux n’ont fait l’objet que de monographies locales ou de remarques éparses dans des ouvrages consacrés à d’autres sujets. »40 Valide en 1970 pour les conseillers généraux de la Quatrième République, cette remarque est aujourd’hui toujours valable pour ceux de la Troisième. Quand elles existent, ces études s’inscrivent dans une typologie simple. Soit elles sont commandées par le conseil général lui-même, au titre d’une valorisation patrimoniale de l’institution. Soit elles analysent les actions du conseil général dans un domaine précis. Soit, enfin, elles s’intéressent à une période particulière, qui n’est pas la Troisième République. Finalement, peu d’entre elles interrogent les conseillers généraux et encore moins leur notabilisation et leur confiscation familiale des mandats.41 Par ailleurs, quasiment aucune étude ne prend en considération les conseillers d’arrondissement, les grands “oubliés” de la politique.42 De sorte qu’intégrer les élus locaux dans cette étude de l’hérédité en République offre une nouvelle approche sur la question classique du renouvellement du personnel politique.

9Dans le discours prononcé à Grenoble le 26 septembre 1872, Léon Gambetta déclare ainsi : « (…) [N’a-t-on] pas vu apparaître, depuis la chute de l’Empire, une génération neuve, ardente, quoique contenue, intelligente, propre aux affaires, amoureuse de la justice, soucieuse des droits généraux ? [Ne l’a-t-on] pas vue faire son entrée dans les conseils municipaux, s’élever, par degrés, dans les autres conseils électifs du pays, réclamer et se faire sa place, de plus en plus grande, dans les luttes électorales ? N’a-t-on pas vu apparaître, sur toute la surface du pays – et je tiens infiniment à mettre en relief cette génération nouvelle de la démocratie –, un nouveau personnel politique électoral, un nouveau personnel du suffrage universel ? N’a-t-on pas vu les travailleurs des villes et des campagnes, ce monde du travail à qui appartient l’avenir, faire son entrée dans les affaires politiques ? N’est-ce pas l’avertissement caractéristique que le pays – après avoir essayé bien des formes de gouvernement – veut enfin s’adresser à une autre couche sociale pour expérimenter la forme républicaine ? Oui ! Je pressens, je sens, j’annonce la venue et la présence, dans la politique, d’une couche sociale nouvelle qui est aux affaires depuis tantôt dix-huit mois, et qui est loin, à coup sûr, d’être inférieure à ses devancières. (…) ». Or, le maréchal Pétain, dans son discours radiophonique du 11 octobre 1940 aux Français, qui annonce la Révolution nationale déclare instaurer un ordre nouveau dans lequel « renaîtront les élites véritables que le régime passé a mis des années à détruire et qui constitueront des cadres nécessaires au développement du bien-être et de la dignité de tous. » L’écho de ces déclarations prospectives qui encadrent la Troisième République doit être mis en perspective par l’historien. La Troisième République, le plus long régime politique d’expression démocratique par le biais du suffrage semi-universel que la France ait connu, voit-elle un renouvellement de son personnel politique ? Ses élus sont-ils recrutés au sein des mêmes élites et des mêmes familles qu’au cours des régimes précédents ? Peut-on considérer qu’il existe un héritage en politique à l’égal de l’héritage patrimonial dans le régime républicain ?

10Pour analyser ce recrutement des élus de la Marne entre 1871 et 1940, il faut évoquer les critères de choix des électeurs au rang desquels les plus importants sont l’implantation locale, la position sociale du candidat et sa visibilité dans le paysage social ; trois éléments constitutifs des ressorts initiaux de la carrière. Ensuite, si l’élu est un homme du monde et qu’il en subit en conséquence les influences, il est aussi le produit de sa famille et en premier lieu de la famille de sang (ascendants directs) et il se construit un noyau familial nouveau en prenant le capital fourni de la famille choisie (son épouse et la belle-famille). Enfin, l’élu intègre de vastes réseaux familiaux, ceux de la famille élargie (cousinages), bien plus opérants à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle que dans nos sociétés occidentales contemporaines.

Notes

1 Députée des Hauts-de-Seine et maire de Puteaux.

2 Information relayée par Le Figaro : « Jean Sarkozy devra attendre pour devenir député », www.lefigaro.fr/politique [mis en ligne le 13/04/2009 ; 09h25].

3 Jean Sarkozy se faire détrôner par Clara Dewaele, entrée au conseil général du Calvados en septembre 2008.

4 Selon le Journal du Dimanche qui reprend les mots de Jean Sarkozy publiés dans Le Parisien daté du 9 avril, celui-ci n’aurait pas eu l’intention de se présenter à ces élections législtatives partielles puisque « Ce genre de calcul ne fait pas partie de [sa] culture politique », www.lejdd.fr [mis en ligne le 09/04/2009 : 07h01].

5 Jean-Louis Debré, Dynasties républicaines, Paris, Fayard, 1er avril 2009, 353 pages.

6 Dans son ouvrage, Jean-Louis Debré s’attache à montrer les destinées familiales des Arago, des Carnot, des Debré, des Ferry, des Jeanneney et des Joxe.

7 Selon l’expression de Claudine Goldstein, République et républicains en France de 1848 à nos jours, Paris, Ellipses, 2000, p. 6.

8 « Le bon historien, lui, ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier. » dans Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1997 (1993), p. 51.

9 Maurice Agulhon et allii (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Presses de la Sorbonne, 1986, p. 7.

10 Christophe Charle, Jean Nagle, Marc Perrichet, Michel Richard, Denis Woronoff (dir.), Prosopographie des élites françaises. Guide de recherches (XVIe-Vingtième siècles), Paris, CNRS-IHMC, 1980, p. 6.

11 Franco Ferraroti, Histoire et histoires de vie. La méthode biographique dans les sciences sociales, Paris, Klincksieck et Compagnie, « Librairie des Méridiens », 1983, 195 pages.

12 Marta Dvorak, La Création biographique. Biographical Creation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, « Collection de l’AFEC », no 5, 1997, 315 pages.

13 Lawrence Stone, « Prosopography », in Daedalus, 100(1), 1971, p. 49.

14 Le Grand Larousse du dix-neuvième siècle, Paris, tome XIII, p. 286.

15 Ces arts consistent à créer des ensembles cohérents, harmonieux et compréhensibles d’un seul coup d’œil à partir d’une multitude d’éléments originellement distincts et ayant leur propre cohérence. Tel est le rôle de la méthode prosopographique appliqué à l’étude d’un corps social préalablement défini.

16 Marc Bloch, op. cit., p. 52.

17 Hans-Georg Pflaum, Les Procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, Paris, A. Maisonneuve, 1950, 357 pages.

18 Lilie Von Ralph-Johannes, Claudia Ludwig, Thomas Pratsch, Ilse Rochow (dir.), Prosopographie der mittelbyzantinischen Zeit, Berlin, Walter de Gruyter and Co, 7 tomes de prévus (tome 1 : décembre 1998, tome 2 : été 2009) ; The Prosopography of the Later Roman Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, 1626 pages, etc.

19 Prosopographie als Sozialgeschichte ? Methoden personengeschichtlicher Erforschung des Mittelalters, Sektionbeiträge zum 32. Deutschen Historikertag Hamburg, 1978, 64 pages.

20 Jean-Luc Le Cam, « Prosopographie d’élèves boursiers en Allemagne protestante au XVIe siècle », in Millet Hélène (dir.), Informatique et prosopographie, Paris, CNRS Éditions, 1985, pp. 19-38 ; Emmanuel de Waresquiel, Un groupe d’hommes considérables. Les pairs de France et la Chambre des pairs héréditaire de la Restauration (1814-1831), Paris, Fayard, 2006, 502 pages, etc.

21 Ce renouveau est caractérisé par la publication progressive, dès 1978, sous la direction de Louis Bergeron et Guy Chaussinand-Nogaret des tomes consacrés aux Grands Notables du Premier Empire, Paris, CNRS Éditions. Pour information, le chapitre concernant la Marne a été rédigé par Georges Clause, dans le tome 7, paru en 1981. À la suite de ces travaux pionniers, de nombreuses études sur les élites ont été menées. Il serait présomptueux d’en vouloir dresser une liste exhaustive ; néanmoins il est intéressant de citer celle de Jacques Bottin qui montre l’élargissement du concept d’élites. Jacques Bottin, « Élites marchandes et connaissance du grand commerce au début de l’époque moderne : bilan provisoire d’une expérience rouennaise », in Jean-Philippe Genet, Günther Lottes (dir.), L’État moderne et les élites (XIIIe-XVIIIe siècles). Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, Publications de la Sorbonne, 1996, pp. 453-465. Pour les groupes politiques, on peut citer le travail d’Olivier Tort, L’Impossible unité : la droite française sous la Restauration (1814-1830), Paris, Université Paris IV-Sorbonne, Thèse de Doctorat sous la direction de M. le Professeur Jean-Pierre Chaline, 2007, ou celui entrepris par l’ANR-GAULHORE sur les Gaullistes, entre autres.

22 Louis Girard, Antoine Prost, Rémi Gossez, Les Conseillers généraux en 1870, Paris, Presses Universitaires de France, 1967, 271 pages.

23 André-Jean Tudesq, Les Conseillers généraux en France au temps de Guizot (1840-1848), Paris, Presses de la Fondation Nationale de Sciences Politiques, 1967, 294 pages.

24 Louis Girard, William Serman, Édouard Cadet, Rémi Gossez, La Chambre des députés en 1837-1839. Composition, activité, vocabulaire, Paris, Publications de la Sorbonne, 1976, 246 pages.

25 Louis Girard, Maurice Agulhon, Jean-Louis Robert, William Serman (dir.), Les Maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, 462 pages.

26 Jean Estèbe, Les Ministres de la République 1871-1914, Toulouse, Thèse de doctorat d’Histoire contemporaine sous la direction de M. le Professeur Jacques Godechot, Université de Toulouse-Le Mirail, 1978, 3 volumes ; Jean Estèbe, Les Ministres de la République 1871-1914, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1982, 255 pages.

27 Hélène Millet (dir.), Informatique et prosopographie. Actes de la Table Ronde du CNRS - Paris, 25-26 octobre 1984, Paris, CNRS Éditions, 1985, 360 pages.

28 Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline, Alain Corbin (dir.), Les Parlementaires de la Troisième République. Actes du colloque international réalisé par le Centre de recherches en histoire du dix-neuvième siècle (Universités Paris I et Paris IV, UMR 8072 du CNRS) le 18 et 19 octobre 2001, Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire de la France aux dix-neuvième et vingtième siècles », no 61, 2003, 459 pages.

29 Ibid. ; Jean-Pierre Chaline, Anne-Marie Sohn (dir.), Dictionnaire des parlementaires de Haute-Normandie (1871-1940), Rouen, Publication de l’Université de Rouen, 2000, 351 pages ; Jean El Gammal, François Roth, Jean-Claude Debreil (dir.), Dictionnaire des parlementaires lorrains de la Troisième République, Metz, Serpenoise, 2006, 422 pages ; Sylvie Guillaume, Bernard Lachaise (dir.), Dictionnaire des parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, 1998, 624 pages, entre autres.

30 Liste en Annexe 1.

31 Émile Littré, « socialité », in Dictionnaire, Paris, 1872-1877.

32 Noëlline Castagnez, Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la Quatrième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 11.

33 Nous ne pouvons dresser une liste exhaustive de ces dictionnaires biographiques dont la méthode principale a consisté en l’utilisation de la prosopographie, néanmoins certains constituent des jalons incontournables. En premier lieu, celui que les chercheurs appellent communément et abusivement « Le Maitron » du nom de Jean Maitron, premier coordinateur, à compter de 1955, du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français et dont le publication s’est étalée sur trente ans, s’achevant sous la direction de Claude Pennetier. En 1985, Christophe Charle publie les deux volumes du dictionnaire biographique consacré aux Professeurs de la Faculté des Lettres de Paris (1809-1939), rapidement suivi par celui consacré aux Professeurs du Collège de France de 1901 à 1939 (1988) et celui dédié aux Professeurs de la Faculté des Sciences de Paris de 1901 à 1939 (1989). Aujourd’hui, ces dictionnaires sont nombreux et concernent presque tous les aspects de la vie politique ou économique (comme le prouve l’exemple des Entrepreneurs du Second Empire).

34 Christophe Charle, « Du bon usage de la biographie sociale comparée ou les trois âges de la biographie collective », in Michel Dreyfus, Claude Pennetier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), La part des militants. Biographie du mouvement ouvrier : Autour du Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, Paris, Les Éditions Ouvrières, 1996, pp. 52-53.

35 Ibid., p. 57.

36 Noëlline Castagnez, « Au sujet de Socialistes en République. Les parlementaires SFIO de la Quatrième République », séminaire de l’IHTP, Renouvellement de l’histoire des partis, à paraître

37 Olivier Wieviorka, Les Orphelins de la République. Destinées des députés et sénateurs français (1940-1945), Paris, Seuil, « L’Univers Historique », 2001, 464 pages.

38 Ce débat est initialement soulevé par Pierre Rougerie dans « Faut-il départementaliser l’histoire de France ? », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1966, vol. 21, no 1, pp. 178-193.

39 Pour Gilles Le Béguec, les élus locaux sont les maires, les conseillers généraux et les conseillers d’arrondissement. Gilles Le Béguec, « L’élu local », Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli (dir.), La France d’un siècle à l’autre. 1914-2000. Dictionnaire critique, Paris, Hachette Littératures, 1999, pp. 544-551. Nous avons choisi d’écarter les maires parce que le mode de désignation n’est pas, avant la loi municipale du 5 avril 1884, basé sur le suffrage semi-universel, ni direct, ni indirect, mais surtout parce que le nombre important de communes rurales faiblement peuplées, dans lesquelles le choix démocratique est très restreint, biaiserait les résultats de l’analyse des rapports entre hérédité et République. En effet, les maires ruraux sont très souvent choisis parmi ceux qui savent lire et écrire et parmi les “coqs de village”, c’est-à-dire ceux qui gèrent leurs terres. Leur recrutement est donc très largement endogène et souvent le fauteuil échoit aux membres des mêmes familles.

40 Marie-Hélène Marchand, Les Conseillers généraux en France depuis 1945, Paris, Armand Colin/Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1970, p. 11.

41 Les ouvrages qui entrent dans cette catégorie ont été mentionnés, sans souci d’exhaustivité, dans l’introduction de la thèse. Alexandre Niess, Le Renouvellement d’une élite politique. Les élus de la Marne sous la Troisième République (1871-1940), thèse de doctorat sous la direction de Jean Garrigues, université d’Orléans, 2008, pp. 19-21.

42 Nous prenons appui sur la formule utilisée par Annette Becker pour qualifier les populations occupées, les déportés civils et les prisonniers de guerre. Annette Becker, Oubliés de la Grande Guerre. Humanitaire et culture de guerre. Déportés civils, populations occupées et prisonniers de guerre (1914-1918), Paris, Hachette, « Pluriel », 2003 (1998), 396 pages. En ce sens, l’étude dirigée par Denis Peschanski et Gilles Le Béguec, Les élites locales dans la tourmente : du Front populaire aux années cinquante, Paris, CNRS Éditions, 2000, 460 pages, peut alors apparaître comme un remarquable contre-exemple, mais elle ne concerne pas la Troisième République.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search