Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Préface

Jean Garrigues

Texte intégral

1Certains historiens courent après les modes. D’autres, plus intègres, choisissent leurs sujets en fonction des sources dont ils disposent, afin que la tâche ne soit pas trop ardue. Mais il existe une troisième catégorie d’historiens, celle à laquelle appartient Alexandre Niess, qui se passionnent d’abord pour un sujet avant de le traiter de fond en comble, sans épargner sa peine et sans se soucier du dernier créneau porteur. La thèse dont est issue ce livre est à cet égard un modèle d’opiniâtreté scientifique, de rigueur intellectuelle, et, pour tout dire, d’éthique professionnelle.

2Il lui a fallu en effet beaucoup de persévérance pour constituer le corpus de cette enquête prosopographique sur 493 élus du département de la Marne sous la Troisième République. Lui qui s’était frotté, jeune chercheur, à des cénacles internationaux, aux États-Unis et au Canada, lui qui avait déjà publié deux ouvrages remarqués, l’un consacré aux cimetières militaires et aux monuments aux morts de la Marne et l’autre, en co-direction avec le professeur Maurice Vaïsse, consacré à Léon Bourgeois, figure de proue de l’histoire du radicalisme, le voilà qui revenait avec sa thèse aux fondements de son identité d’homme comme de son métier d’historien.

  • 1 Maurice Agulhon (et alii), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la (...)

3Les hésitations initiales qui étaient celles de son directeur de thèse, un peu rebuté par la dimension trop localiste du sujet, ont été rapidement balayées par la jubilation communicative du chercheur et surtout par la problématique du renouvellement des élites. Dans la continuité des travaux initiés par la grande enquête prosopographique co-dirigée par Alain Corbin, Jean-Marie Mayeur et Jean-Pierre Chaline sur les parlementaires de la Troisième République, ainsi que des recherches menées par les historiens, les politistes ou les anthropologues sur les élites locales1, Alexandre Niess a choisi le département de la Marne comme le champ d’expérimentation d’une investigation scientifique sans précédent sur la quasi-totalité du personnel politique de la Troisième République. Outre les députés et les conseillers généraux, il y inclut une catégorie presque inconnue jusque-là, celle des conseillers d’arrondissement, ce qui constitue l’un des grands apports de sa recherche.

4Appuyée sur la consultation quasi-exhaustive de tous les fonds concernant de près ou de loin le personnel politique dans les archives de la Marne (mais aussi dans plusieurs départements comparés, le Puy-de-Dôme, le Rhône, la Savoie, le Tarn, etc.), ainsi que leurs publications et leurs proclamations électorales, et adossée à une maîtrise tout à fait exceptionnelle des outils informatiques, son étude statistique, cartographique et factorielle fera date dans l’histoire des élites locales et régionales.

5Sans entrer dans les détails d’un ouvrage qui fourmille d’indications très stimulantes pour l’historien et qui remet en cause bien des idées reçues, on peut en souligner les qualités méthodologiques : la précision exceptionnelle de l’investigation, aussi bien en ce qui concerne les cursus politiques proprement dits que les positionnements démographiques et sociaux des élus, ou leurs stratégies familiales, qui constituent le cœur de la démonstration ; la richesse de l’appareil cartographique et statistique qui à la fois valide et illustre cette méticulosité scientifique tout à fait unique ; la comparaison de ses résultats avec d’autres exemples départementaux et avec le modèle hexagonal, visant à souligner l’exception marnaise ou au contraire à valider à une échelle nationale les constations observées sur le terrain ; le souci permanent d’incarner cet impressionnant dispositif statistique par des exemples concrets, qu’ils s’agissent des cursus politiques (Étienne Peignot, Léon Mirman), des parcours sociaux (Dauphinot), des enracinements notabiliaires (La Rochefoucauld), des héritages familiaux (Vallé), des lignées dominantes (Lannes de Montebello), ou encore de la sociabilité intellectuelle et politique (Léon Bourgeois).

6L’étude fouillée des parcours politiques, caractérisés par la linéarité, la longévité et le cumul, et remettant en cause le “mythe de la gérontocratie”, l’analyse des facteurs d’enracinement local, de l’endogénisme comme argument électoral, des trajectoires d’embourgeoisement et de rattachement à la terre, la cartographie généalogique minutieuse proposée par Alexandre Niess, ainsi que l’attention portée aux filières de formation, aux réseaux de pouvoir et de sociabilité qui structurent l’espace politique marnais beaucoup plus que les organisations partisanes ou électorales, sont des points saillants de cette thèse.

7En recourant aux notions de famille au sens large et de parenté, il insère sa réflexion d’historien au cœur de l’anthropologie politique, en soulignant combien la famille et la parenté en général demeurent des structures premières dans le fonctionnement du lien social, et en particulier politique. Il rejoint de ce fait les travaux pionniers de Claude Lévy-Strauss, des anthropologues du politique comme Claude Rivière et Marc Abelès, ou ceux des historiens du social comme Maurice Agulhon ou Yves Lequin. Les historiens et les politistes de l’Italie ont eux aussi emprunté cette voie historiographique en ayant recours à la notion de “clan”. En recourant à la notion de Sippe, Alexandre Niess se rapproche de ces travaux majeurs et apporte des éléments convaincants sur le faible renouvellement des élites politiques dans la mesure où celles-ci sont puisées dans les mêmes viviers familiaux et traditionnels. Les anciens notables donneraient les nouveaux élus de la Marne sous la Troisième République, ce qui nuancerait fortement certaines idées reçues dans l’histoire sociale et politique contemporaine sur le profond renouvellement engendré par la républicanisation de la société française. Cela démontrerait également la forte capacité d’adaptation des notables et des anciennes élites en “homme politique moderne”. Par ailleurs, l’étude fine, et que l’on imagine très chronophage, des unions des élus, montre qu’elles permettent d’approfondir l’enracinement local par l’endogamie et prolongent ce qu’Alexandre Niess appelle “l’embourgeoisement”. Bien qu’elles soient exclues du champ politique, la place des femmes est ainsi réévaluée, y compris dans leur participation aux réseaux locaux de sociabilité, ce qui plairait à Michelle Perrot. Cet apport de la thèse d’Alexandre Niess à l’histoire des femmes n’est donc pas négligeable.

8En somme, il nous enseigne que, sous la Troisième République, les critères de sélection des candidats procèdent moins des partis que de la culture politique locale et de la patrimonialisation des mandats. Le cœur de la démonstration réside d’ailleurs à nos yeux dans l’analyse des stratégies de patrimonialisation politique dans le canton de Saint-Rémy-en-Bouzemont comme dans l’espace urbain rémois. C’est là que la “méthode” Niess déploie toutes ses qualités et toute sa richesse analytique, visant à souligner, de façon irréfutable, la domination de quelques lignées insubmersibles sur la vie politique locale et départementale tout au long de la période 1870-1940, et ce en dépit des accidents politiques et des renouvellements générationnels.

9Il fallait beaucoup de courage pour s’attaquer à un sujet apparemment ingrat, et qui pouvait déboucher sur des impasses interprétatives. Il fallait un appétit d’investigation hors norme, ainsi qu’une maîtrise exceptionnelle des outils informatiques de quantification. On a rarement vu les outils informatique et cartographique mis avec un tel luxe de précision, une telle finesse, une telle attention au détail, une aussi éblouissante virtuosité, au service de l’histoire. Ces qualités définissent la démarche d’Alexandre Niess et elles confèrent à son travail une dimension tout à fait exceptionnelle. Nul doute qu’elle sera reconnue par tous ses lecteurs.

Notes

1 Maurice Agulhon (et alii), Les maires en France du Consulat à nos jours, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986 ; Yves Pourcher, Les maîtres de granit. Les notables de Lozère du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Plon. 1987 ; Guillaume Marrel, L’élu et son double. Cumul des mandats et construction de l’État républicain en France du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle, thèse de doctorat en science politique, université de Grenoble II, 2003 ; Bruno Dumons et Gilles Pollet (dir.), Administrer la ville en Europe (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2004.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search