Version classiqueVersion mobile

L’hérédité en République

 | 
Alexandre Niess

Remerciements

À ma très aimée épouse, Caroline.
Aux membres de notre Sippe.

Texte intégral

1S’il n’est jamais simple d’investir un champ de recherche et de consacrer à celui-ci le temps et la patience nécessaires pour parvenir à ses fins ; s’il n’est jamais aisé de déclarer comme achevée sa recherche ; il existe pour moi une tâche encore plus difficile : l’épreuve des remerciements. Vous dressez la liste incommensurable des personnes auprès desquelles vous êtes redevables une fois, dix fois, mille fois… par les aides qu’elles ont pu vous apporter sur tous les plans pour mener à bien votre recherche ; et vous finissez toujours par en oublier. Certaines en prendront ombrage, d’autres s’en amuseront, d’aucunes n’y prêteront guère attention… Pourtant, éviter cet exercice de style périlleux apparaîtrait comme le comble de l’ingratitude ; par conséquent… et avec toutes mes confuses excuses pour ceux que je vais immanquablement oublier… je me plie à la tradition – comme d’autres entrent en politique.

2Bien évidemment, les premiers mots ne peuvent être que bien légers et faibles à l’égard du soutien, de l’affection, de l’indulgence, de la patience de mes proches et en tout premier lieu de mon épouse. Cette œuvre est autant la mienne que la sienne au regard des week-ends et des vacances sacrifiés mais surtout eu égard au temps passé – enfermé comme un ermite – dans les dépôts d’archives ou dans mon bureau à manipuler virtuellement des fiches individuelles ou familiales, des cartes, des logiciels plus ou moins barbares. Son indéfectible soutien malgré cette « Thérèse » si envahissante dans notre vie commune mérite mieux que ces quelques lignes ; qu’elles témoignent, cependant, de ma profonde gratitude.

3Ensuite, je suis profondément redevable à celles et ceux qui ont placé leur confiance dans ce projet de recherches. Je remercie sincèrement Jean Garrigues qui, il y a quelques années déjà, a reçu avec bienveillance un jeune homme intimidé venu lui présenter un axe de recherches. Si l’auteur de ces lignes avait l’intime conviction de la possible réussite de son projet, le regard expérimenté de son directeur de recherche le mettait en garde contre certaines faiblesses potentielles de son sujet. Je reçus de sa part une pleine et entière confiance, une attentive écoute, des échanges stimulants… ; la préface est loin d’être sa seule contribution à cette publication. Je ne saurai oublier Catherine Nicault qui a suivi les premiers jalons de cette recherche ; qu’elle soit associée à la réussite de celle-ci. Enfin, mes premiers pas de chercheur ont été guidés par Maurice Vaïsse, cet ouvrage lui doit beaucoup ; qu’il en soit grandement remercié.

4Que Noëlline Castagnez, Éric Anceau, Emmanuel Melin et l’ensemble des amis et collègues du Comité d’Histoire Parlementaire et Politique reçoivent toute mon amitié pour leurs stimulants soutiens, les enrichissantes conversations et fructueux débats ; qu’ils trouvent en ces pages leurs apports à la réflexion et à la rédaction qui ont conduit à la finalisation de ce projet de publication ; qu’Alexandre Borrell qui a souvent pris bien plus que sa part du travail « parlementesque » pour me laisser le temps de rédiger cet ouvrage en soit grandement remercié ; c’est désormais à mon tour d’endosser ce rôle afin qu’il puisse achever ses propres travaux de recherche. Que ces mots l’encouragent dans cette voie et lui assurent mon indéfectible soutien.

5Enfin, cette recherche ne serait pas sans le compétent, attentif et précieux personnel des différents dépôts d’archives et en premier lieu celui de Châlons-en-Champagne. Elle n’aurait pas non plus pu voir le jour sans les bénévoles de l’association ARBRE qui gèrent et mettent en ligne des dépouillements systématiques d’archives de l’état civil. Elle doit également beaucoup aux géniaux concepteurs de logiciels, sans lesquels le travail prosopographique serait bien plus difficile : BSD Concept pour Heredis ; Articque pour Cartes-et-Données ; Antonio Da Cruz pour PhotoFiltre ; Adobe pour Illustrator ; Pierre Molette, Agnès Landré et Rodolphe Ghiglione pour Tropes ; Vladimir Batagelj et Andrej Mrvar pour Pajek, etc.

6Enfin, cet ouvrage ne serait rien sans la patience, l’énergie et le professionnalisme de Jérôme Vaillant des éditions du Septentrion et de Michel Leymarie, directeur de la collection.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search