Version classiqueVersion mobile

L’exemplification dans les dissertations

 | 
Isabelle Delcambre

Préface

André Petitjean

Texte intégral

1Objet canonique de l’enseignement du français dans l’hexagone, la dissertation continue néanmoins de souffrir de défauts patents du côté de l’enseignable, si l’on en juge par les chapitres dits méthodologiques des manuels scolaires et par les nombreux opuscules consacrés à l’apprentissage de la rhétorique de cet exercice scolaire.

2Le premier mérite de l’ouvrage d’Isabelle Delcambre tient au fait que l’auteur a essayé de décrire les principaux modes de fonctionnement de ce genre d’écrit, afin de promouvoir un enseignement explicite, susceptible d’améliorer la compétence rédactionnelle des élèves. Pour ce faire, s'appuyant sur les travaux publiés ces dernières années sur l’argumentation, Isabelle Delcambre spécifie les contraintes du genre dissertatoire par rapport à la textualité argumentative.

3Dans un second temps, Isabelle Delcambre restreint les possibles de sa recherche à l’opération d’exemplification et à certains marqueurs linguistiques qui la caractérisent. Au passage, le lecteur, tout au long d’une revue de questions rigoureuse, bénéficiera des savoirs de l’auteur sur les théories rhétorique, logique, cognitive et linguistique de l'exemplification.

4Dans un troisième temps, Isabelle Delcambre met en pratique les savoirs discursifs et linguistiques qu'elle manipule pour observer et décrire les productions d’élèves de seconde d’un lycée d'enseignement général de la banlieue lilloise. L’étude porte à la fois sur l’organisation globale des devoirs et sur les stratégies d’exemplification. Bien que focalisée de manière dominante sur les productions écrites, l’analyse permet à l’auteur, à partir des difficultés scripturales constatées, de reconstruire certains processus rédactionnels mis en œuvre par les apprentis-scripteurs. Au terme de ce parcours, l’exemplification apparaît dans toute sa complexité. Ce qui permet au lecteur de mieux comprendre les difficultés des élèves, qu’elles soient plutôt cognitives (frontières entre exemple et analogie, raisonnement inductif ou déductif...) ou plutôt linguistiques et discursives (maîtrise des marqueurs d’exemplification et gestion textuelle des exemples).

5Dans la dernière partie de son ouvrage, Isabelle Delcambre, sans abandonner sa posture d'analyste - elle examine les dissertations d’une autre seconde - se veut plus praxéologique dans son travail. A l'intérieur d’une logique de recherche-action, Isabelle Delcambre propose deux séquences didactiques dans lesquelles on trouvera - racontées, décrites et analysées - les moments forts d’un « événement » pédagogique :

  • évaluation diagnostique initiale et repérage des difficultés (elles se situent tant au niveau de la compréhension du sujet du devoir, de la planification globale de l’écrit que des stratégies d'exemplification)
  • traitement des réponses et élaboration d’activités visant à automatiser la mise en texte des stratégies d’exemplification, suivies d’une évaluation terminale.

6A l’ouverture d’une collection consacrée à la didactique, l’ouvrage d’Isabelle Delcambre est un bon exemple qui illustre ce que la communauté peut attendre de ce champ disciplinaire. En effet, l’auteur allie à une solide connaissance de la réalité d’une classe un maniement rigoureux des savoirs nécessaires à l’investigation didactique et, cela, à des fins tant heuristiques que pratiques.

© Presses universitaires du Septentrion, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search