Version classiqueVersion mobile

La Côte d’Opale en guerre d’Algérie 1954-1962

 | 
Marc Coppin

Partie II. Des hommes et des femmes qui prennent position

Des milieux réceptifs ?

Texte intégral

1Sur la Côte d’Opale, le conflit algérien ne laisse pas indifférent et les réactions sont nombreuses, tant en mai 1958, qu’en janvier 1960 ou en avril 1961. Mais toutes les catégories sociales sont-elles à un même degré réceptives aux événements ? Chrétiens heurtés dans leur foi, intellectuels, enseignants, responsables du monde associatif, sont souvent les premiers vecteurs de réaction. Mais la population du littoral agit-elle spontanément, ou est-elle entraînée par des leaders locaux, encadrée par des organisations politiques et syndicales ?

Les Églises

Les positions des hiérarchies officielles

L’Église catholique1

  • 1 Les informations qui suivent sont reprises de mayeur j.-m., Les évêques et la guerre d’Algérie, « L (...)

2Le premier texte sur l’Algérie de l’Assemblée des cardinaux et archevêques date du 14 octobre 1955. Il évoque « les événements douloureux de l’Afrique du nord », insiste sur le fait « qu’ils posent à la conscience de tous les Français et des jeunes en particulier, de graves et angoissants problèmes ». Le propos est marqué par le souci de « sauvegarder à la fois les droits de la patrie et l’amour de tous les hommes » et invite à interpréter prudemment les situations. Les chrétiens « sauront réprouver les faits odieux sans se laisser aller à des généralisations abusives ». Le ton est plutôt à la défense de l’armée française.

3La deuxième déclaration importante est datée du 14 mars 1957. Elle dénonce « l’oubli parfois total du respect dû à la personne humaine » et évoque pour la première fois « des troubles et des doutes qui vont jusqu’à remettre en question les devoirs élémentaires envers la patrie », c’est-à-dire les cas d’insoumission. Elle ne prend pas parti et dénonce à la fois « le terrorisme aveugle » et le contre-terrorisme de l’armée. Elle invite les soldats « à éviter rigoureusement tous les excès contraires au droit naturel et à la loi de Dieu ». La déclaration contient la formule maintes fois reprise : « Il n’est jamais permis de mettre au service d’une cause, même bonne, des moyens intrinsèquement mauvais ».

4Dans la déclaration de l’ACA du 7 mars 1958, les cardinaux et archevêques observent qu’« un grand désarroi règne dans les esprits ». Ils redisent le devoir du patriotisme « sans haine envers les autres peuples » et affirment que « la France a une tradition d’honneur à maintenir dans la sauvegarde de la morale internationale ». Puis, pendant une période de près de deux ans, le silence, sans doute due à l’incertitude sur la politique que mène le général de Gaulle, auquel la très grande majorité de l’épiscopat semble faire confiance.

5Le 14 octobre 1960, l’ACA « s’émeut du désarroi qui envahit beaucoup de consciences, spécialement de jeunes. Ceux-ci se demandent, dans l’incertitude et parfois dans l’anxiété, où se trouve le devoir ». Le texte est accompagné d’une description réaliste des actes condamnés : « procédés violents pour arracher les aveux », « exécutions sommaires », « mesures de représailles visant des innocents ». Pour la première fois, l’ACA affirme que de tels actes « ébranlent, dans la conscience des subordonnés, la légitimité de l’autorité ». Le 19 décembre 1960, l’ACA lance un appui discret à la politique du général de Gaulle en rappelant l’obligation de voter lors du référendum du 8 janvier 1961 : « l’abstention serait une démission devant le devoir civique ». Le 25 avril 1961, face au putsch, les cardinaux invitent à « l’union dans la prière pour éviter la guerre civile », et rendent hommage au pouvoir légitime, marquant, une fois encore, un soutien à la politique du chef de l’État.

6Face à l’OAS, l’ACA, le 13 octobre 1961, publie une déclaration intitulée : « La violence contre la loi de Dieu » dont les propos sont fermes. « Chercher à créer un climat de guerre civile, c’est devenir responsable de la guerre civile ». Le ton est le même alors que les accords d’Évian viennent d’être signés, et que l’OAS multiplie les attentats meurtriers : « La foi chrétienne et la simple morale humaine condamnent des groupements qui font preuve du mépris le plus profond des personnes ». Mais ces discours chrétiens sont aussi des discours patriotiques qui insistent sur l’amour de la patrie, l’amour de la France, la vocation de la France, soit des positions très voisines de celles du chef de l’État. Le 30 mai, dans l’ultime appel relatif à l’Algérie, les cardinaux adjurent « tous les hommes de bonne volonté de cesser ou de faire cesser ces tueries sans nom et presque sans nombre ».

7Une autre instance de l’Église catholique, la Mission de France, consacre une de ses sessions en mars 1958 à la guerre d’Algérie. Ses conclusions sont soumises au Cardinal Liénart, prélat de la Mission, et approuvées par lui. En voici quelques extraits :

  • 2 Lettre aux Communautés de la Mission de France, mars 1958.

Il n’est pas traître à sa patrie, le chrétien qui exige le respect des droits des autres. Il ne démoralise ni l’armée ni la nation, le chrétien qui condamne certaines méthodes inhumaines. Il est au contraire fidèle à sa patrie en essayant de promouvoir sa vraie grandeur, qui n’est pas que de puissance et de force matérielle, mais de maintien et d’accroissement de son authentique patrimoine spirituel […]
Prêtres de l’Église catholique fondée par le Christ pour toutes les races et toutes les civilisations de la terre, nous n’avons pas le droit de nous enfermer dans des vues étroitement nationales. Nous devons témoigner que l’Église ne se confond avec aucune nation déjà existante […] S’il est avéré qu’en Algérie un peuple existe et veut exister comme distinct du peuple français, nous pouvons donc nettement déclarer que l’Église n’est pas davantage opposée là qu’ailleurs à l’accession de ce peuple à son indépendance. L’évangélisation ne peut être un prétexte à la domination d’un peuple sur un autre […] Des informations dignes de foi que nous donnent des soldats de nos secteurs revenus d’Algérie et confirmées par des témoignages nombreux et autorisés, font apparaître l’emploi, en Algérie, d’un ensemble de méthodes inhumaines : arrestation arbitraire, torture physique et torture psychique, exécution sans jugements, massacre de populations civiles, ratissage, exécution de prisonniers, achèvement des blessés. La morale chrétienne réprouve formellement ces méthodes2.

8Dans ces conclusions, la Mission de France prend nettement position pour l’indépendance de l’Algérie, contre la « domination d’un peuple sur un autre », c’est-à-dire contre le colonialisme. Elle refuse tout discours patriotique ou nationaliste et dénonce l’usage de la torture et autres exactions par l’armée française. À la date de mars 1958, cette position est anticonformiste et très en avance sur le reste de la hiérarchie catholique.

La hiérarchie protestante3

  • 3 Les informations qui suivent sont reprises de Bolle P., Le protestantisme français et la guerre d’A (...)

9L’Afrique de Nord est une préoccupation avant le début de la guerre d’Algérie. Le 14 juin 1954, le Synode national du Havre vote un vœu où figurent les deux mots-clés « justice » et « réconciliation ». La préoccupation permanente ce sont les pratiques policières et les exécutions sommaires. Le premier texte contre la torture est publié dès le 10 février 1955 par la commission sociale de l’Église réformée de France et immédiatement une note est envoyée aux autorités pour signaler ces pratiques et demander leur arrêt immédiat. De même, le pasteur Westphal intervient de façon très ferme auprès de Maurice Papon, préfet de police de Paris, après la répression de la manifestation d’octobre 1961.

10Une deuxième dominante se découvre grâce aux textes où les conseils et assemblées témoignent de leur inquiétude au sujet de l’état d’esprit des appelés ou rappelés. Le désarroi et l’angoisse de beaucoup d’entre eux éclatent lorsque ces jeunes gens sont confrontés aux méthodes dites de « pacification ». Il y a des familles qui attendent de l’Église une prise de position. Deux grands textes de la Fédération protestante de France leur répondent. Celui du 12 mars 1957, « Protestation contre les pratiques policières et la torture », texte destiné à répondre à cette angoisse du contingent. Un an plus tard, le texte du 25 mars 1958 renouvelle avec plus de vigueur encore la même protestation car « les abus se perpétuent » et rien n’a été fait.

11Une autre dominante touche à la paix. « La paix juste et fraternelle » suivant l’expression de mai 1959. Mais comment l’obtenir ? Faut-il envisager un retour à la situation de 1953, certes avec quelques améliorations sociales ou économiques ? Ou faut-il parler d’indépendance ? Dès que l’Algérie est à l’ordre du jour, c’est l’opposition ou le blocage. Pour un certain nombre de pasteurs et de laïcs de l’ERF, cette discussion devient une hantise car l’Algérie risque d’introduire la division dans l’Église. Dans les textes produits entre 1954 et 1959, il semble que le choix implicite soit celui d’une Algérie toujours rattachée à la France, peut-être sur des bases nouvelles, mais avec le maintien d’une présence française en Algérie.

12Une seconde période, très différente, se détache durant l’année 1960. En effet, la situation du « chien muet », expression qui est utilisée durant ces années par ceux qui voulaient que l’Église parle, va se modifier pour trois raisons : tout d’abord, le retour au pouvoir du général de Gaulle avec son programme d’autodétermination en septembre 1959, de négociation en juin 1960 et d’« Algérie algérienne » en septembre 1960 ; et surtout le choc de la « semaine des barricades » qui déclenche immédiatement un message de confiance du Conseil de la FPF. Il est suggéré au général « de sauvegarder l’autorité de l’État, faire respecter la légalité républicaine et promouvoir la réconciliation nationale ».

13L’assemblée de Montbéliard, du 29 octobre au 1er novembre 1960 produit une déclaration vigoureuse sur l’Algérie qui marque les esprits. « La poursuite de la guerre accélère inexorablement la détérioration morale et juridique de l’État ». Dans ce texte est posé le triptyque « trêve, négociation, médiation » et sont abordées les trois attitudes : insoumission, refus légitime de la torture et objection de conscience. L’insoumission n’est certes pas justifiée, mais elle n’est pas condamnée ; et l’Église déclare rester en communion avec ceux qui font ce choix. Il y a donc un soutien moral, matériel et juridique qui est affirmé aussi bien pour les insoumis que pour les objecteurs.

14À partir de 1961-62, l’ERF se condamne au silence pour ne pas briser son unité. Au Synode national de Valence, en mai 1961, quatre jours après le putsch d’Alger, le vœu sur l’Algérie reste platonique : il est question de « compréhension mutuelle » et de « réconciliation ». La FPF reste donc la seule parole du protestantisme français avec deux textes, celui du 17 octobre 1961 sur le respect de la personne humaine et l’accueil des rapatriés ; et surtout celui du 12 janvier 1962 : « La situation du pays se dégrade rapidement, la justice y est bafouée et l’homme, chaque jour, davantage méprisé ». Ce message affirme la solidarité avec les victimes, exhorte à la vigilance envers l’OAS et souligne la menace de l’anarchie et de la guerre civile.

Syndicats et intellectuels chrétiens, presse chrétienne

La CFTC4

  • 4 Les informations qui suivent sont reprises de Branciard M., La CFTC, « La guerre d’Algérie et les c (...)

15Au début du conflit, la confédération considère qu’il s’agit d’un problème économique et social, d’où des revendications portant sur les salaires ou la protection de la main d’œuvre algérienne. Puis le Conseil national d’avril 1957 « dénonce toutes les actions et méthodes d’intimidation, de terrorisme, de tortures, de mutilations, quelles qu’elles soient et d’où qu’elles viennent, comme une violation des droits sacrés de la personne humaine ». À la suite du bombardement de Sakhiet, la CFTC s’interroge sur la capacité du pouvoir civil à contrôler les militaires. C’est cette dégradation de la situation politique qui conduit le CN d’avril 1958 à adopter à la quasi-unanimité une déclaration demandant aux responsables français la recherche systématique de « rapports loyaux » et de « dialogues » avec « les milieux les plus divers de la population algérienne, pour aboutir rapidement à une solution négociée... » Le 13 mai 1958, entre les dirigeants et la plupart des adhérents et militants, c’est l’heure des incompréhensions.

En défendant les institutions démocratiques, comment expliquer qu’on n’entend pas absoudre les dirigeants de la IVe République qui ont conduit le pays dans cette impasse et qu’on ne s’est pas privé de critiquer auparavant. Pour la masse des adhérents, mieux vaut de Gaulle, même imposé par la pression de la rue, que Gaillard, Pflimlin ou Mollet. Une campagne d’explication est entreprise au lendemain de l’accession de de Gaulle au pouvoir.

16La CFTC approuve le principe de l’autodétermination en septembre 1959 et demande à ses organisations de développer un courant d’opinion, afin d’accélérer le processus de négociation. La semaine des barricades en janvier 1960, le putsch des généraux en avril 1961, sont l’occasion pour la CFTC d’affirmer, par une grève d’une heure avec les autres centrales, « la résolution de la classe ouvrière de s’opposer à toutes menaces qui tendent à mettre en cause les institutions et les libertés démocratiques ». Mais au sein de la confédération, si la grande majorité est d’accord pour s’associer à la CGT, à l’occasion de faits exceptionnels, seule une minorité estime qu’il faut maintenir constamment des liaisons entre toutes les organisations. Ce n’est que sous la pression de l’OAS que la CFTC, la CGT, la FEN et l’UNEF se retrouvent côte à côte pour une journée nationale d’action pour la paix le 19 décembre 1961. Il faudra aussi les tragiques événements de Charonne du 8 février 1962, pour que toutes les centrales manifestent en commun à l’occasion des obsèques des victimes.

La Jeunesse ouvrière chrétienne

17Le désarroi est profond dans la conscience de jeunes chrétiens de la Côte d’Opale, appelés à se battre contre des adversaires qui défendent une cause qu’ils sont nombreux à trouver juste. La JOC appelle au dialogue le 19 avril 1956 :

L’usage de la force ne résout rien. Comment peut-on espérer, sans le dialogue qu’exige les respects de la dignité et des aspirations légitimes de chacun, créer une atmosphère de détente et rapprocher deux communautés qui auront demain à vivre dans la paix retrouvée ?

  • 5 Archives diocésaines, 4K11, Fédération J.O.C. Boulogne/Etaples, 356 : 1927-1977 La JOC a 50 ans/L’h (...)
  • 6 Ibidem.

18Dans les mois troublés de la guerre d’Algérie, les slogans sont récurrents : « les armes ne peuvent rétablir la paix, il faut chercher le dialogue. L’action de la JOC se situe pour l’égalité entre jeunes travailleurs algériens et français ». Elle en arrive à dire que l’Algérie doit réussir son indépendance5. Malgré le climat entretenu, la JOC et des jeunes travailleurs avec elle, refusent la torture, le racisme et condamne l’action de l’OAS. Sur la fédération de Boulogne – Étaples, de 1957 à 1960, des actions spécifiques sont menées par un système de lettres tournantes aux appelés en AFN et de ci, de là, quelques actions antimilitaristes. Les jeunes restés sur place s’organisent par quartier, et font des réunions dans lesquelles le racisme est dénoncé. Ils envoient des colis aux appelés de leur paroisse6.

19Avec 15 années de recul, voici comment la JOC Mines Artois relate son action durant cette période.

  • 7 50 ans de JOC Mines Artois 1927-1977, Liévin imprimerie Artésienne, 1977, 52 p. Archives Diocésaine (...)

LES JOCISTES S’ORGANISENT :
Ils envoient des journaux aux soldats. De la fédé, comme de nombreuses fédés de France part la « Lettre aux Soldats » rédigée par les jocistes et les jeunes travailleurs. On y donne une place importante à la correspondance avec ceux qui sont en ALGÉRIE.
D’autres « canards » se faisaient : à BRUAY « Radio ch’timi » à LIBERCOURT « l’ÉCHO JOCISTE » où le militaire en ALGÉRIE était souvent représenté, seul sur un piton rocheux, en tenue de combat, guettant pour ne pas être surpris – ce dessin devient la couverture de chaque numéro de « l’ÉCHO JOCISTE » qui paraît chaque mois de 59 à 61.
Des jeunes rentrent d’ALGÉRIE, déboussolés ; il faudra du temps pour se réadapter. Beaucoup dénoncent la torture. La JOC a essayé de répandre le respect de toute personne7.

20La JOC situe clairement son action dans un cadre social d’aide et de soutien psychologique aux jeunes appelés, loin du champ politique, au contraire du Mouvement de libération ouvrière de Calais :

  • 8 Archives Diocésaines, Arras.

Nous pensons que l’air du colonialisme, tel qu’il a toujours été conçu, est périmé. L’émancipation des peuples colonisés est en soi très heureux et rien ne pourra l’arrêter. Le pays qui commémore chaque année la prise de la Bastille serait bien mal placé pour s’y opposer. Nous pensons qu’il serait plus souhaitable que la France témoigne à la face du Monde, que grâce à son action civilisatrice, ces peuples sont capables de se gérer eux-mêmes […]8

Les intellectuels catholiques9

  • 9 Fouilloux E., Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962), Rioux J.-P. et Sirinelli J (...)

21Par comparaison avec d’autres milieux, l’intervention chrétienne est précoce. Elle est le fait d’une sensibilisation antérieure à la crise des empires coloniaux. Esprit n’a jamais caché ses réticences à l’égard de la guerre d’Indochine, et s’est insurgé contre la répression à Madagascar, avant de publier dès 1947 sous la plume d’André Mandouze et d’autres, une série d’articles prémonitoires intitulée « Prévenons la guerre d’Afrique du Nord ». Moins de 15 jours après la « Toussaint rouge », François Mauriac prononce en conclusion de la Semaine des intellectuels catholiques sa méditation « Le Christ aussi est homme », qui dénonce l’usage de la torture avec un retentissement considérable. Henri Marrou estime que « personne ne peut douter que l’ère colonisatrice ne soit révolue : l’Europe ne peut plus refuser la liberté aux peuples à qui elle en a apporté la semence ». « On ne défend pas une noble cause par des moyens infects », écrit-il encore dès avril 1956. Avec André Mandouze, Louis Massignon et François Mauriac, ils forment les « 4 M », apôtres de paix au nom de leur conviction chrétienne. Mais les intellectuels catholiques sont divisés. Plusieurs collègues catholiques signent, comme Henri Bédarida, le texte de soutien à l’effort militaire des professeurs de Sorbonne le 23 mai 1956. Nombreux sont encore les signataires catholiques du « Manifeste des intellectuels français pour la résistance à l’abandon » d’octobre 1960. Mais la coupure décisive intervient avec l’instauration de la Ve République. L’arrivée au pouvoir du général de Gaulle, c’est l’espoir d’une paix négociée pour certains, et la menace du fascisme pour d’autres, comme Henri Marrou pour qui « libertés démocratiques » est incompatible avec « régime de pouvoir personnel ».

22D’autres auteurs sont plus durs avec les intellectuels et la hiérarchie catholiques qu’ils jugent assez favorables à l’Algérie française.

  • 10 Manceron G., Remaoun H., D’une rive à l’autre, La guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Pari (...)

Les catholiques favorables à l’Algérie française, pour avoir moins fait parler d’eux, n’ayant pas été moins actifs, avec de nombreux articles signés Jean de Fabrègues ou Gabriel Marcel dans La France catholique, Georges Bidault dans Carrefour, Gustave Thibon dans La Nation française, ou encore Jean Madiran dans Rivarol. Et à l’action militante en faveur de la décolonisation de prélats comme Mgr Chappoule, évêque d’Angers, ou Mgr Gerlier, archevêque de Lyon, a répondu l’attitude de Mgr Salièges, archevêque de Toulouse, qui signa en avril 1956 l’appel pour le salut et le renouveau de l’Algérie française10.

23Quelle est l’influence de ces intellectuels ? Dans une lettre au père Jean-Paul Coelenbier, le directeur de l’agence de Dunkerque de la Compagnie générale transatlantique écrit :

Sur le problème de l’Algérie la position d’un bon Français ne devrait pas différer d’une position religieuse, puisque celle-ci est affaire de conscience. Malheureusement, beaucoup trop de Français sont prisonniers de leur milieu social et d’habitudes de pensée qui ne sont guère chrétiennes, même lorsque ces Français sont croyants et pratiquants, et cela est grave. J’avais pensé troubler la conscience de quelques amis avec l’appui de Bernanos, Emmanuel Mounier, Mauriac… Je n’ai réussi qu’à rendre Bernanos, Mounier, Mauriac suspects, voire même Claudel. Ces auteurs ne seraient que des intellectuels, plus intellectuels que chrétiens et cela clôt la discussion. Ces amis seraient bien embarrassés de définir un intellectuel, mais l’étiquette est commode. « Un écrivain ne devrait jamais faire de politique » […] On croit rêver. Pousser à faire la guerre ne choque pas ces chrétiens, mais qui crie « casse-cou » fait de la politique. C’est ahurissant…

24La lettre est signée « un catholique qui n’a plus la foi, mais conserve l’espoir de la retrouver avec l’aide de Péguy, Bloy, Bernanos, Mounier, Mauriac… » L’image que ses amis véhiculent de l’intellectuel, laisse planer un doute sur leur influence réelle.

La presse

25Au début du conflit, les journaux catholiques restent muets, ou plutôt, ils ne prennent pas de position politique sur le déroulement ou la gestion des « événements d’Algérie ».

  • 11 Hilaire Y.M. (dir.), Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, éditions Privat, Toulouse, (...)

Le réveil vint plus tard, au printemps 1957, avec la révélation des tortures et des exactions. Des milieux divers réagirent, notamment les catholiques. La Croix du Nord prit position. Nord Eclair qui avait publié des articles montrant qu’il comprenait la spécificité du problème algérien, accentua sa campagne en faveur d’une solution politique. Le Comité d’études du problème algérien qui regroupait surtout des universitaires lillois, le Comité douaisien pour la paix en Afrique du Nord plus politisé et ouvert à la Nouvelle Gauche, œuvrant en ce sens. La JEC, la CFTC intervinrent. L’opinion publique ne bascula pas, mais ces diverses initiatives préparèrent les esprits aux évolutions ultérieures11.

  • 12 Bedarida R., La gauche chrétienne et la guerre d’Algérie, « La guerre d’Algérie et les chrétiens »,(...)

26Mais sur le littoral l’Église catholique est peu entendue, les journaux ne participant pas directement au débat sur la torture. La lecture de la presse catholique peut aider à se positionner, à se faire une opinion. « Faut-il partir ? », « cette guerre est-elle juste ? », voilà des questions qui reviennent sans cesse. À la dernière question, La Vie Intellectuelle ne répond pas mais, au lendemain de la répression conduite en riposte aux soulèvements du 20 août 1955 dans le Constantinois, elle écrit en octobre12 :

Là où existent des situations de guerre qui menacent de pousser les antagonismes – jusqu’à l’absolu de la haine, l’objection de conscience pourra soudain être le dernier recours du soldat qui entend rester un homme, et il faut en affirmer […] la légitimité et la constante possibilité.

  • 13 Ibid.

27À la fin de 1956, la Chronique Sociale de France publie les résultats d’une enquête menée sur le thème : « Catholiques de droite ? Catholiques de gauche ? » Deux réponses seulement font allusion aux problèmes d’Afrique du Nord. Pour la première, la ligne de clivage entre droite et gauche passe par le problème colonial13 :

L’attitude à l’égard de l’Arabe semble bien déterminer la position catholique de droite, catholique de gauche : le chrétien pro-arabe est catholique de gauche, progressiste, tandis que l’anti-arabe est catholique de droite, conservateur type « vieille France ». Quant à la seconde réponse, elle se situe dans une optique voisine, en opposant universalisme et particularisme : « en face des Nord-Africains, l’homme de gauche voit surtout les ressemblances (ce sont des hommes), l’homme de droite les différences (ce sont des Musulmans, etc.) »

28Le 13 octobre 1960, le rédacteur en chef de La Croix, le R.P. Wenger, écrit : « Les jeunes qui se refusent à des actions déshonorantes ont pour eux la morale, le droit et la loi ». Le principal quotidien catholique prend clairement position. La Croix est d’ailleurs saisie 40 fois entre 1957 et 1960. Deux autres foyers d’opinions chrétiennes, Témoignage chrétien et Esprit, ouvrent leurs colonnes à des auteurs révoltés par la conduite française de la guerre ou favorables à l’émancipation des Algériens. Mais il s’agit là de journaux ou de revues à faible tirage.

Dans les paroisses

  • 14 Archives départementales, centre Besnier, E93, no 1 : janvier – février 1955 au no 31 novembre 1957

29La position pacifiste, humaniste, de certains clercs ou intellectuels catholiques se retrouve dans L’Alouette, journal paroissial de Pihen-les-Guînes et de Bonningues-les-Calais14. Dès les premiers mois du conflit, en 1955, la guerre est qualifiée de « fratricide », et le journal de tenter, de manière pédagogique, de montrer que les musulmans sont des hommes, comme les chrétiens, mais qu’ils sont souvent très pauvres, d’où l’immigration vers la métropole. Est-ce à dire que beaucoup de paroissiens partagent ces idées, ces valeurs ?

  • 15 La Voix du Nord, 29 mai 1958, p. 3.

30Dans les moments de crises institutionnelles graves, l’Église appelle à des prières dans les paroisses. Fin mai 1958, le Cardinal Liénart prescrit des prières publiques pour la France15, une « messe pour la France et pour le rétablissement de la concorde et de la paix à l’intérieur et en AFN […] afin d’obtenir pour notre patrie la protection toute puissante de Dieu ». Sous le titre : « Des prières pour la France dans les églises de Calais », Nord Littoral publie début juin un appel de Mgr Perrin.

  • 16 Nord Littoral, 2 juin 1958, p. 2.

Dimanche, dans toutes les églises du diocèse d’Arras, il a été donné lecture d’un communiqué de Mgr Perrin aux termes duquel « dans les circonstances graves et périlleuses, pour l’unité française et la concorde des esprits, il est tout naturel qu’un chrétien se tourne vers Dieu ».
C’est pourquoi, à la suite des cardinaux et archevêques de France, Mgr l’évêque d’Arras invite tous les curés de son diocèse à convoquer leurs paroissiens à une messe pour la France.
Cette messe, ajoute Mgr Perrin, pourra être célébrée soit le soir du jeudi de la Fête-Dieu, soit le 6 juin, à l’occasion du premier vendredi du mois16.

31De la même façon, à l’issue de la semaine des barricades, en janvier 1960, les fidèles de Boulogne-sur-Mer sont appelés à la prière.

  • 17 La Voix du Nord, 27 janvier 1960, p. 6, Les fidèles ont prié pour l’unité de l’Église et de la Fran (...)

En raison des événements d’Algérie, M. le chanoine Charlet demanda à l’assistance d’invoquer Notre-Dame de Boulogne, qui fit si bien l’unité au moment des fêtes du Grand retour pour l’unité de la France, en cette période douloureuse où des Français se dressent contre des Français17.

32L’Évêché de Lille transmet à La Voix du Nord le texte d’un communiqué de « Son éminence » le cardinal Liénart qui demande également des prières pour le rétablissement de la concorde entre Français :

  • 18 La Voix du Nord, 30 janvier 1960, p. 3

Dans les circonstances extrêmement graves que nous traversons, notre devoir est de recourir à Dieu dans la prière. Nous demandons à MM. Les Curés de donner comme intention aux fidèles, à tous les offices du dimanche 31 janvier, le rétablissement de la paix en Algérie et l’union des esprits et des cœurs dans le respect des pouvoirs établis et le souci du bien commun de la nation. Nous prescrivons aux prêtres de réciter à la messe l’oraison No 9, Pro concordia in congregatione servanda (pro re gravi), à partir du 31 janvier jusqu’au 7 février inclusivement18.

  • 19 La Voix du Nord, 25 avril, p. 2.

33Lors du putsch d’avril 1961, la délégation diocésaine de Lille du mouvement « Pax Christi » invite les catholiques à « prier collectivement pour que soit épargné au pays le drame d’une guerre civile. Elle rappelle le devoir d’obéissance à l’autorité légitime ». « Surtout dans la conjoncture internationale actuelle », dit-elle, « La notion de bien commun, maintes fois invoquée dans les textes de la hiérarchie, fait un devoir aux catholiques, où qu’ils soient, de n’obéir qu’aux ordres émanant de cette autorité légitime19. »

34En février 1962, après les huit morts du métro Charonne, un communiqué du clergé de Calais rappelle la doctrine de l’Église sur la violence et sur la responsabilité des citoyens.

  • 20 Nord Littoral, 13 février 1962, p. 2.

Les exigences fondamentales de la loi de Dieu inscrites au cœur de l’homme et celles de la conscience chrétienne sont absolues : aucune circonstance, aucun prétexte, à aucun moment, ne peuvent en dispenser. Tu respecteras ton prochain c’est-à-dire tout homme – et d’abord le malheureux et même ton ennemi – dans sa personne, dans sa vie, dans son honneur et dans ses biens […] La violence appelle la violence. Chercher à créer un climat de guerre civile, c’est devenir responsable de la guerre civile ; c’est ruiner ce que l’on veut sauver […] Un chrétien doit savoir qu’on perd la patrie, au lieu de la défendre, quand on use, pour la sauver d’armes qui tuent son âme : cette âme, c’est l’amitié fraternelle et le respect mutuel20.

35Il s’agit là d’un rappel, et non d’une prise de position militante du clergé local.

36Face à la guerre d’Algérie, l’opposition entre chrétiens de gauche et chrétiens de droite n’est pas totalement pertinente. Les positions sont avant tout morales et éthiques, avant d’être politiques.

Les intellectuels

Chronologie de l’engagement intellectuel

  • 21 Crouzet M., « La bataille des intellectuels français », La Nef, cahier no 12-13, octobre 1962-janvi (...)

37Il existe plusieurs vecteurs de prises de position publiques, la littérature de témoignage, les pétitions, la presse écrite, les maisons d’édition comme le Seuil, Minuit et Maspero qui n’hésitent pas à publier des ouvrages qui risquent la censure. Mais c’est la plume qui est décisive car la radio et la télévision sont inaccessibles, monopolisés par le pouvoir. La guerre d’Algérie est donc aussi une « bataille de l’écrit »21.

  • 22 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français en guerre d’Algérie, op. cit.

Elle a marqué en profondeur une génération de jeunes clercs en lui conférant un principe d’identité. De ce point de vue, c’est l’événement qui a pesé sur l’intellectuel. Mais peut-on dire que l’intellectuel a pesé sur l’événement ? Le débat est toujours là, près de trente ans après les accords d’Évian : pour les uns, les « chers professeurs » (selon l’expression ironique de M. Bourgès–Maunoury) ont saboté délibérément l’effort de guerre français et sapé toute possibilité d’une victoire sur le terrain. Pour d’autres, les intellectuels ont sauvé l’honneur du pays, gangrené par huit années de guerres coloniales et entaché par la violence de la répression et par l’usage de la torture22.

  • 23 Manceron G., Remaoun H., D’une rive à l’autre, La guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Pari (...)

38Beaucoup d’hommes de gauche, à l’image de Guy Mollet, sont de « purs produits de la République des professeurs ». Leur vision de l’émancipation coloniale passe par la promotion individuelle et l’égalité progressive des droits. À quoi s’ajoute, pour les laïques, une incompréhension et une hostilité à l’égard du nationalisme algérien qui leur paraît inspiré par l’islam. Même des organisations comme la Ligue de l’enseignement et la Ligue des droits de l’homme, qui se trouvent à l’avant-garde de combats démocratiques antérieurs, tardent à prendre des positions claires sur ce conflit. La première, sous l’influence de son président Albert Bayet favorable à l’Algérie française, soutient longtemps le « colonialisme de progrès ». Ce n’est qu’après la « Semaine des barricades » d’Alger de janvier 1960 qu’elle se rallie au combat pour l’indépendance de l’Algérie. Quant à la Ligue des droits de l’homme, il faut attendre l’élection de Daniel Mayer comme président pour que des positions claires soient enfin adoptées à partir de janvier 195923.

  • 24 Tetart P., France Observateur et l’Algérie. Les hussards de Cassandre, La Plume dans la plaie, Les (...)

39En 1954, les rapports Est-Ouest semblent, à la plupart des intellectuels engagés, plus importants que les problèmes coloniaux. Les éditoriaux de Claude Bourdet dans France Observateur font exception. Le 16 décembre 1954, la rédaction s’en prend à François Mitterrand, Ministre de l’intérieur, dans « L’Algérie n’est pas la France ». Le 13 janvier 1955, l’éditorial a pour titre : « La vérité sur la torture en Algérie »24. À la fin de l’année 1955, une interview et un livre brouillent la conception du nationalisme algérien que la gauche française pouvait avoir jusque-là. L’interview réalisée dans les maquis de Kabylie par Robert Barrat, pour France-Observateur, fait connaître le FLN en France. En décembre 1955, c’est la sortie du livre de Francis et Colette Jeanson, L’Algérie hors-la-loi, qui prend nettement parti pour le FLN. C’est en cette même fin d’année 1955 que la « bataille de l’écrit » commence. En octobre sort un numéro spécial d’Esprit : « Arrêtons la guerre d’Algérie ». Le Monde des 6-7 novembre, titre en page 4 : « plusieurs personnalités se groupent au sein d’un comité d’action contre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord ». Le sociologue Edgar Morin, Sartre et Mauriac y adhèrent.

40Mais dès le printemps 1956, le milieu intellectuel commence à se scinder. Le 5 avril, Henri Marrou, publie dans Le Monde une « Libre opinion », intitulée « France, ô ma patrie », dans laquelle il s’élève contre les « moyens infects » qui sont employés par les forces de répression en Algérie : « Passant à la torture, je ne puis éviter, écrivait-il, de parler de “Gestapo” : partout en Algérie, la chose n’est niée par personne, ont été installés de véritables laboratoires de torture, avec baignoire électrique, et tout ce qu’il faut ». De l’autre côté de l’échiquier politique, plusieurs collègues catholiques signent, comme Henri Bédarida, le texte de soutien à l’effort militaire des professeurs de Sorbonne qui apparaît un peu, le 23 mai 1956, comme une réponse au cri d’indignation d’Henri Marrou. Le 21 avril, Le Monde publie un appel « pour le salut et le renouveau de l’Algérie française », sans ambiguïté en faveur de l’Algérie française. Pourtant, ses signataires n’appartiennent pas tous à la droite. Le clivage droite-gauche n’est donc pas totalement opératoire pour rendre compte du débat à cette date. Jean-Jacques Servan-Schreiber, quant à lui, écrit dans l’Express qu’il n’admet pas le « refus de servir ».

41Le « dossier Jean Muller », est publié dans le 38e cahier de Témoignage chrétien, début 1957. Il contient le cahier et les lettres d’un soldat, responsable du scoutisme français, tombé en embuscade. Muller y témoigne du racisme et de la torture, une de ses lettres s’achève par ces mots terribles : « Nous sommes désespérés [...] de voir des Français employer des procédés qui relèvent de la barbarie nazie ». En mars 1957, une lettre ouverte est adressée au président Coty, signée par Henri Marrou, l’abbé Pierre et J. Wahl, avec les noms, entre autres, de René Rémond, Paul Ricoeur, François Mauriac. Jacques Soustelle obtient les applaudissements de l’Assemblée nationale au même moment, en parlant des « quatre grands de la contre-propagande française » : L’Express, France-Observateur, Le Monde et Témoignage chrétien, presse engagée pour la décolonisation, donc partisane. Cet éventail de journaux représente pour les autorités militaires la « presse défaitiste ». Le même mois, le journal socialiste Demain titre : « le silence est impossible ». Le 5 avril, une manifestation d’intellectuels se déroule pour la défense des droits de l’homme avec notamment Jean Cocteau, Vercors, Pierre Cot.

42Dans cette année 1957, un livre fait sensation, celui de l’écrivain catholique Pierre-Henri Simon, Contre la torture. L’éditorialiste du Monde, Hubert Beuve-Méry, écrit : « Pierre-Henri Simon a la tranquille audace de rappeler les principes et de citer, parmi d’autres, quelques faits […] Dès maintenant, les Français doivent savoir qu’ils n’ont plus tout à fait le droit de condamner dans les mêmes termes qu’il y a dix ans les destructeurs d’Oradour, et les tortionnaires de la Gestapo ». Une campagne d’intellectuels se développe alors ; un Comité de résistance spirituelle est fondé, qui publie un recueil de textes accablant, Des rappelés témoignent. Un autre ouvrage est remarqué en 1957, celui de Raymond Aron qui publie La tragédie algérienne, dans lequel il démontre le caractère inéluctable de l’indépendance, par une argumentation politique, démographique et économique.

  • 25 Agrikoliansky E., La gauche, le libéralisme politique et les droits de l’homme, Becker J.J. et Cand (...)

43En juin, la disparition du jeune mathématicien communiste Maurice Audin, arrêté par les parachutistes français à Alger, accentue la crise morale. Le 12 février 1958, le livre La Question est diffusé pour la première fois au cours d’une conférence de presse du Comité Maurice-Audin. 60 000 exemplaires sont vendus en quelques semaines. Plus d’un mois après sa parution, le gouvernement de Félix Gaillard s’avise que ce livre est subversif. La saisie est ordonnée le 27 mars, mais l’ouvrage est largement publié dans la Gazette de Lausanne. L’affaire Audin montre comment de nouveaux intellectuels, comme Pierre Vidal-Naquet lui-même, Madeleine Rebérioux, alors membre du PCF, ou encore Laurent Schwartz, militant trotskiste, réinvestissent à la fin des années 1950 la référence à l’affaire Dreyfus pour dénoncer la politique française et instruire le procès de l’armée […] Le recours au droit, l’appel à la raison et à la démarche historique pour dénoncer les exactions et les mensonges des institutions répressives, contribuent donc à redonner aux intellectuels une place centrale dans les mobilisations pour la défense des libertés25.

44La césure décisive du monde intellectuel intervient après mai 1958, le gaullisme tendant à brouiller les cartes. Le 25 mai, un Comité national universitaire de défense de la République est créé autour des professeurs Jankélévitch, Kastler, Schwartz, Madaule, Ricœur et Rodinson. Mais Hubert Beuve-Méry finit par soutenir le retour du général comme un moindre mal ; à L’Express, François Mauriac prend parti en faveur de de Gaulle, malgré l’opposition de Pierre Mendès-France et de la direction du journal.

  • 26 Winock M., Ce qu’on savait vraiment, L’Histoire, no 292, novembre 2004, Guerre d’Algérie : Ce qu’on (...)

La grande presse et les autres médias, au nom de l’Algérie française ou au nom de la restauration de l’État, au nom de la paix civile ou contre l’éventualité d’un nouveau Front populaire, soutiennent l’investiture de Gaulle et la nouvelle constitution. L’antigaullisme de la presse d’opposition de gauche est de plus en plus entamé par la politique même du Général, et le soutien de l’opinion qu’il en reçoit. On attendait la dictature, c’est la décolonisation26.

45La solution négociée, politique du conflit, Le Canard enchaîné l’attend de la gauche au pouvoir. Comme l’écrivit Tréno le 22 octobre 1958 :

  • 27 Martin L., L’honneur du « Canard enchaîné », L’Histoire, no 292, op. cit.

ce sabre est en train d’accomplir un prodige. Il ouvre une voie dans laquelle Pierre Mendès-France lui-même aurait hésité à s’engager […] Que dois-je faire sinon dire : bravo ? […] C’est un monde, avouez-le, qu’un général, même en retraite, se mette à faire le boulot du chef du Parti socialiste, que dis-je ? À réparer les dégâts causés par celui-ci, à remédier à tout cet irrémédiable. Jules Guesde s’en arracherait la barbe. Quelle époque de c… !27

  • 28 Thenault S, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Flammarion, 2005, 303 p., Ch. 11 Quand (...)

46En 1959, les repères idéologiques sont définitivement bouleversés. C’est un militaire classé à droite, et accusé de surcroît de « coup d’État », qui prend l’initiative de provoquer l’autodétermination et devient dès lors, la cible des tenants de l’Algérie française. À l’automne, des publications insistent sur la généralisation de la torture et des disparitions, contre la thèse d’abus isolés. Les Temps modernes reproduisent deux Cahiers verts des disparitions qui recensent, à l’initiative de Jacques Vergès, près de 200 plaintes28. Le 6 septembre 1960, dans Le Monde, « 121 écrivains, universitaires et artistes ont signé une pétition sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ». Le journal reproduit les trois propositions finales de l’appel :

Nous respectons et jugeons justifié le refus de prendre les armes contre le peuple algérien.
Nous respectons et jugeons justifiée la conduite des Français qui estiment de leur devoir d’apporter aide et protection aux Algériens opprimés au nom du peuple français
La cause du peuple algérien, qui contribue de façon décisive à ruiner le système colonial, est la cause de tous les hommes libres.

47À cet appel, répond en octobre 1960, le « Manifeste des intellectuels français pour la résistance à l’abandon ». Plus de trois cents signataires attaquent les « déclarations scandaleuses » des « 121 », œuvre d’une « cinquième colonne » attaquant « notre pays » et « l’Occident ». La pétition entend dénier « aux apologistes de la désertion le droit de se poser en représentants de l’intelligence française ». La guerre d’Algérie est perçue comme « une lutte imposée à la France par une minorité de rebelles fanatiques, terroristes et racistes » ; l’armée française, « à côté de tâches qui lui sont propres, accomplit depuis des années une mission civilisatrice, sociale et humaine ». La critique des « 121 » est sans appel : « c’est une des formes les plus lâches de la trahison que d’empoisonner, jour après jour, la conscience de la France – d’intoxiquer son opinion publique – et de faire croire à l’étranger que le pays souhaite l’abandon de l’Algérie et la mutilation du territoire ».

48La presse de droite est divisée depuis le 16 septembre 1959. À l’extrême droite, favorable à l’Algérie française puis à l’OAS et donc hostile au gouvernement : Rivarol, Aspects de la France, L’Homme nouveau, L’Esprit public. En faveur de l’Algérie française mais sans extrémisme, L’Aurore et Le Parisien libéré. Le Figaro, France-Soir, Paris-Match suivent plus ou moins la politique gaullienne. La presse de gauche se rapproche du chef de l’État avec les attentats de l’OAS qui provoquent une quasi-unanimité métropolitaine contre elle. Le Monde, France-Observateur, Témoignage chrétien, Esprit subissent ce que le président de la Fédération de la Presse, Albert Bayet, appelle en mai 1961 « la dictature du plastic ».

49Mais quel est l’impact réel de l’engagement des intellectuels sur l’opinion publique ? Le constat est plus que mitigé. L’avant-garde des clercs n’a jamais eu l’initiative, n’a jamais pu influer sur l’enchaînement des événements, ni en Algérie ni en métropole et n’a guère eu de relais dans la France profonde. L’audience des intellectuels des deux camps est probablement moins importante que ce qui a été écrit par la suite.

  • 29 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français dans la mêlée, op. cit., p. 130.

Est-ce que le choc des photos de Paris-Match, avec son lectorat de 8 millions de Français, ne pesa pas davantage que le poids des mots des intellectuels ? Les transistors durant le « putsch des généraux » ou la photographie du visage ensanglanté de la petite Delphine Renard ont probablement pesé bien plus lourd, dans la balance finale, que les « 121 » ou le Comité de Vincennes29.

  • 30 Ibidem.

50Même si « les gouvernants considèrent les intellectuels comme des rêveurs et de mauvais acteurs d’une pièce qui leur échappe, en d’autres termes capables seulement de songeries et coupables de singeries30 », il serait excessif de dire que leur engagement ne fut qu’un phénomène endogène et que les intellectuels n’ont parlé qu’aux intellectuels.

51Sur la Côte d’Opale, l’absence de centre universitaire et de journaliste de notoriété nationale, est un élément modérateur de l’influence des intellectuels.

Le monde enseignant

  • 31 Grelle B., Naissance d’une fédération : la naissance de la fédération du Nord et PSU, 1956-1963, Pa (...)

52Le monde enseignant est à coup sûr un des plus réactifs, peut-être parce qu’il est plus sensible aux problèmes politiques ou moraux du conflit, que les travailleurs plus affectés par les conséquences économiques de la poursuite de la guerre. De plus, les enseignants sont nombreux à militer dans des partis, notamment au PCF ou au PSU. Les instituteurs et les professeurs représentent au sein de ce dernier 19,64 % des effectifs en 196131. Mais quelle est l’influence réelle des enseignants ? Sont-ils, sur la Côte d’Opale, des relais d’opinion de ce qui se fait et décide à Paris, ou réagissent-ils de façon autonome ?

53La mobilisation enseignante est particulièrement conséquente lors des crises institutionnelles qui parcourent la guerre d’Algérie. Les enseignants se rassemblent autour de slogans communs aux syndicats de gauche, ou à des associations comme la Ligue des Droits de l’Homme, contre les « menées factieuses ou fascistes », pour la défense des institutions républicaines. Ainsi le syndicat national des instituteurs, groupe de Calais, réuni le mercredi 14 mai 1958, décide à l’unanimité d’adresser au Président de la République le télégramme suivant :

  • 32 Nord Littoral, 16 mai 1958, p. 3.

Instituteurs, groupe syndical de Calais, violemment indignés par coup de force Algérie demandent Monsieur le Président de la République assurer fermement respect Institutions républicaines et sanctionner factieux.
Le secrétaire du groupe de Calais, R. REMBOTTE32.

  • 33 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3.
  • 34 La Voix du Nord, 1-2 juin 1958, p. 3.

54De la même façon, la grande grève de l’enseignement organisée le 30 mai 1958, suivie à 85 % à Calais, a pour but de « sauver la République »33. Ce qui n’est pas toujours du goût des parents d’élèves, comme dans l’arrondissement d’Arras, où une « grève de protestation des écoliers de Gaudiempré et de Saint-Amand-lez-Pas » est signalée34. Les parents les ont gardés à la maison en matière de protestation contre la grève du personnel enseignant. Une résolution est portée au conseiller général car les parents estiment que la grève a un caractère trop politique et donc porte atteinte à la neutralité du service public.

  • 35 Nord Matin, 31 mai 1958, p. 4.

55La mobilisation est équivalente sur Dunkerque. « Grève des enseignants suivie à 84 % dans l’arrondissement » titre Nord Matin35, qui publie une motion des professeurs SNES, SNET, SGEN-CFTC des Collèges techniques et Jean Bart qui :

Expriment leur émotion devant les coups de force d’Alger et d’Ajaccio. Condamnent les procédés d’intimidation militaire contraires aux principes républicains de subordination du pouvoir militaire au pouvoir civil. Affirment leur attachement à une République démocratique et leur opposition à tout pouvoir personnel.

  • 36 GENTY J.-R., « La guerre d’Algérie et la population du Nord-Pas-de-Calais, 1954-1962 », thèse de 3e(...)

56En mai 1958, la mobilisation enseignante entraîne la mise en place de comité de vigilance, comme à Dunkerque36. Le comité, animé par André Pierrard, député, membre du Comité Central du Parti Communiste, instituteur de surcroît, compte nombre de professeurs appartenant à la cellule communiste du Lycée Jean Bart, mais aussi des instituteurs et bien sûr des dockers. Il n’est pas rare d’être membre de la corporation enseignante et responsable syndical communiste. Les enseignants se retrouvent par ailleurs en nombre important dans les comités, comité Audin ou de défense des Libertés Individuelles.

  • 37 Nord Matin, 29 janvier 1960, p. 5.

57Localement, les réactions sont très déterminées. En janvier 1960, la section du SGEN– CFTC du lycée Jean Bart de Dunkerque, déclare que « la classe ouvrière s’opposera à toutes les menaces qui tendent à mettre en cause les institutions37 ». À Calais, Nord Littoral titre : « Trente-sept professeurs du Collège des garçons, pour la paix en Algérie et contre le fascisme ». 37 professeurs sur 39 signent la pétition suivante :

  • 38 Nord Littoral, 30 janvier 1960, p. 2.

Les enseignants du collège de Calais, conscients du danger que fait courir à la France et à la République, l’émeute organisée par les fascistes d’Alger, demandent respectueusement à Monsieur le Président de la République :
– le désarmement immédiat des émeutiers ;
– la mise hors d’état de nuire de leurs organisations ;
– l’établissement de la paix en Algérie par la négociation, sur la base de l’application directe de l’autodétermination38.

58L’année 1960 est celle de l’unité syndicale. Le 1er février, CGT, CFTC, FEN, UNEF, PCF, PSA, Union Progressiste, UDSR, Ligue des Droits de l’Homme et FO, manifestent ensemble pour la négociation et la paix. Après son congrès en novembre 1960, la FEN constitue avec la CGT un « Front syndical commun pour la paix en Algérie ».

59La tentative de putsch d’avril 1961, est l’occasion d’une nouvelle mobilisation. Le 23, le SNI groupe de Calais fait publier en page 2 de Nord Littoral un communiqué qui prend la forme d’un appel à la résistance. Le SNI :

dénonce la tentative que font les rebelles de forcer les jeunes du contingent à participer à une aventure criminelle ; demande à ses adhérents de faire preuve de plus extrême vigilance et de se tenir prêts à répondre aux mots d’ordre lancés par le SNI et la FEN. Comme l’ont fait le SNI et la FEN sur le plan national, il renouvelle pour sa part l’engagement solennel qu’il a pris avec toutes les organisations syndicales le 30 janvier, le 30 juin et le 27 octobre 1960 de s’opposer par la grève générale à tout coup de force.

60Le lendemain, une motion des enseignants du lycée Sophie Berthelot de Calais condamne les évènements. Le personnel à l’unanimité :

  • 39 Nord Littoral, 25 avril 1961, p. 2.

CONDAMNE la rébellion des Généraux et Militaires factieux qui, au mépris de la volonté de la Nation exigeant la Paix négociée par l’application de l’autodétermination, n’hésitent pas à se dresser contre cette volonté.
RÉCLAME la destitution des Généraux félons et l’arrestation immédiate des instigateurs de ce nouveau complot ultra.
DÉNONCE la tentative des généraux rebelles visant à intimider les jeunes du contingent, afin de les entraîner dans leur aventure criminelle39.

61Là encore se retrouvent le désir de mettre en œuvre au plus vite la politique d’autodétermination voulue par de Gaulle, la volonté d’épargner les jeunes du contingent et d’éviter la guerre civile.

  • 40 Nord Littoral, 2 mai 1961, p. 2.

62La FEN n’hésite pas à transformer l’action syndicale en action politique. Pour son secrétaire calaisien, Robert Rembotte, c’est la classe ouvrière aidée par la conduite exemplaire des soldats du contingent et par les républicains qui a sauvé le pays de la rébellion fasciste d’Alger. Il estime que la grève du 24 avril a été un avertissement qui s’adressait autant au général de Gaulle et à son gouvernement qu’aux factieux d’Alger40.

  • 41 CAMT, FEN cotes 1998 011, 2BB98 et 99. Documents soumis à dérogation.
  • 42 A.D. du Pas-de-Calais, 1W23338 Cabinet du Préfet. Document soumis à dérogation.

63L’action des enseignants consiste également à signer des pétitions. L’une des plus importantes date de novembre 1960. Elle a pour titre : « Appel à l’opinion pour une paix négociée », est nationale et recueille seulement une petite dizaine de signatures à Saint-Omer contre 109 sur Calais41, directeurs d’école, enseignants, instituteurs essentiellement, auxquels se joignent parfois des parents d’élèves de toutes professions. Les Renseignements Généraux ont collecté télégrammes et motions de la Fédération des Œuvres laïques et des enseignants en soutien à la République contre la rébellion et les « factieux » en avril 196142, avec les noms d’instituteurs de Coulogne, d’enseignants du Lycée de Montreuil-sur-Mer, du Lycée Mariette et du lycée technique de Boulogne.

  • 43 Pour s’en faire une idée, il faut dépouiller les archives de la FEN, déposées au Centre des Archive (...)
  • 44 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3.

64Ces grèves ont-elles un véritable impact ?43 La grève du 30 mai 1958 connaît un succès très inégal : 65 % de grévistes dans le Nord, avec un chiffre de manifestants sur les pavés de Lille jamais encore atteint, mais des défections enregistrées ailleurs par crainte d’une manifestation politique. Dans le Pas-de-Calais, 70 % des instituteurs sont en grève, mais dans le secondaire les chiffres du SNES sont moins triomphants, parfois même mauvais comme à Arras, la préfecture. À Calais, si l’ordre de grève a été suivi à 85 % par le personnel enseignant de la ville et des environs, les chiffres sont très variables d’un établissement à un autre. Au collège de garçons, la grève est presque totalement suivie, alors qu’au collège de filles 7 professeurs sur 23 n’ont pas pris leur poste44.

  • 45 Nord Littoral, 4 février 1962, p. 2.

65Le 4 février 1962, Nord Littoral publie un appel du SNI et du SNET, sous le titre « Les enseignants de Calais et environs participeront à la journée universitaire de protestation du 6 février »45. Il est signé par M. Rembotte pour le SNI et M. Canipel pour le SNET.

Chaque jour la situation morale du pays se dégrade. Les principes fondamentaux de garantie et de respect de la vie et de la dignité humaine sont méconnus ; les libertés collectives et individuelles sont bafouées ; aux droits de l’Homme se substituent la violence et le crime. Le fascisme hideux renaissant veut entrainer la nation toute entière vers le pire. La prolongation du drame algérien en est à l’origine. La paix par la négociation est devenue l’impératif absolu de l’heure.

66Mais cet appel à la résistance au fascisme n’entraîne pas l’unité syndicale, car le même jour, deux pages plus loin, Nord Littoral publie un communiqué du bureau de la section du SNES du Lycée de garçons de Calais qui s’est réuni le 2 février.

Le bureau ayant d’autre part examiné le différent surgi le 25 janvier entre les représentants du SNES et la direction de la section départementale FEN, approuve la démission des représentants du SNES à la commission administrative de la section départementale de la FEN à la suite de manœuvres du SNI et se désolidarise de toutes les décisions prises par la CA et le bureau en leur absence.

Étant donné ce différent et considérant par ailleurs les divergences de vues sur la façon de mener la lutte antifasciste qui séparent le SNES d’une part, la direction de la FEN et le SNI d’autre part, le Bureau décide de ne pas participer à l’organisation de la réunion qui se tiendra à Calais le 6 février à l’initiative de la section départementale FEN.

  • 46 CAMT, FEN, 2BB102.

67Les enseignants calaisiens se divisent entre SNI et FEN d’une part, SNES d’autre part, et cessent le travail à deux heures différentes. La division syndicale est confirmée par les archives de la FEN, selon lesquelles les arrêts de travail à partir de 16 h sont suivis à 99 % dans le Pas-de-Calais, avec 6 rassemblements organisés dans le département : Arras, Boulogne, Béthune, Lens, Saint-Omer, Calais. 3 500 personnes au total participent ce 6 février, mais le monde syndical enseignant est divisé avec le refus de la FEN de voir le SGEN manifester à ses côtés. Lors de la grève du 13 février 1962, en hommage aux victimes de Charonne, la grève a été suivie à 85-90 % dans le Nord, accompagnée de dépôts de gerbes dans de nombreuses localités46.

  • 47 Nord Littoral, 7 avril 1962, p. 2.

68Le jour même de la signature des accords d’Évian, alors que le cessez-le-feu voulu par le gouvernement est accepté, le SNI accuse encore les pouvoirs publics, indirectement le chef de l’État, d’être responsable de la situation en Algérie. D’ailleurs, dans une tribune libre du 7 avril 1962, le SNI rappelle clairement son opposition au pouvoir personnel, même s’il ne souhaite pas donner de consigne de vote47.

69S’il y a pu avoir des prises de position individuelles, à aucun moment les syndicats enseignants de la Côte d’Opale n’appellent à manifester, à exprimer leur refus de la torture. Comment expliquer qu’un tel mot d’ordre n’ait jamais été utilisé pour rassembler ? L’absence alors de centre universitaire sur le littoral peut être un élément de réponse, la mobilisation contre la torture ne bénéficiant pas du relais d’intellectuels de renom comme cela est le cas ailleurs. Sur le littoral la mobilisation enseignante est surtout politique, pour la défense de la République et des libertés. Les raisons éthiques sont absentes des slogans mobilisateurs. Peut-être que les enseignants ont été sensibles au seul champ d’action métropolitain. Mais au point de parler d’indifférence à l’égard de ce qui se passait en Algérie, si loin de la Côte d’Opale ?

La population : des interventions spontanées ou encadrées ?

  • 48 Winock M. et Azéma J.P., Pacifisme et attentisme, Rioux J.P., (dir.), La guerre d’Algérie et les Fr (...)

70Pour prendre position, il faut se faire une opinion. Or, pendant la guerre d’Algérie, le désarroi de l’opinion est patent, et ce, avant tout, pour des raisons politiques. En 1956, Guy Mollet gagne la bataille électorale en dénonçant « une guerre imbécile et sans issue ». Après la journée du 6 février 1956 à Alger, sa politique intransigeante lui vaut les éloges de la presse de droite. Au début d’avril, François Mauriac écrit dans L’Express : « Qu’est-ce qu’un ministère socialiste ? Nous le savons aujourd’hui : c’est un ministère qui exécute les besognes que le pays ne souffrirait pas d’un gouvernement de droite ». Le socialiste André Philip résume la responsabilité de son parti dans la démoralisation de l’esprit public : « Une politique de droite faite par des hommes qui se disent de gauche aboutit à la disparition de toute opinion publique dans le pays : la droite se tait, puisque ses idées sont au pouvoir ; la gauche se tait, puisque ses hommes y sont »48. Comment dès lors se positionner politiquement face à la guerre et intervenir dans le cours du conflit ?

Des interventions spontanées liées aux circonstances

71La lecture de la presse est utile pour recenser les prises de position des habitants de la Côte d’Opale. À quelques semaines de la crise du 13 mai 1958, l’état d’esprit de la population littorale est perceptible dans des lettres publiées dans les journaux. 22 familles du quartier populaire du Petit Courgain, à Calais, ayant un ou deux fils en Algérie, adressent une lettre au député-maire de leur ville et à Nord Littoral, « pour que les pouvoirs publics soient informés de cet état d’esprit ».

  • 49 Nord Littoral, 20 avril 1958, p. 2.

Si l’on en juge sur les réactions des Calaisiens, il est permis d’estimer que la guerre d’Algérie est absolument impopulaire en France […] révoltées par l’annonce de la mort en Algérie de trois nouveaux soldats calaisiens. Nous nous demandons avec angoisse combien il faudra encore de cadavres pour que le gouvernement se décide à faire des rapprochements pour que cesse le massacre […] Nous pensons que nos enfants n’ont pas été élevés jusqu’à 20 ans pour se faire tuer dans une guerre qui dure depuis 4 ans et qui risque de durer autant que la guerre d’Indochine. Quoiqu’il arrive, cela ne nous donnera certainement pas des conditions de vie meilleures et nos garçons auront donné leur vie pour rien […] Beaucoup d’entre nous pleurent tous les jours. Cela ne peut pas durer49.

72Au député-maire socialiste :

Vous avez été élu aux dernières élections sur un programme qui promettait la recherche d’une paix négociée en Algérie. Malheureusement nous attendons toujours […] Quand M. Guy Mollet était chef du gouvernement, il a envoyé encore plus de soldats en Algérie au lieu de tenir ses promesses électorales.

73Le même jour, une lettre signée M. Joly est publiée par le journal. Il souhaite « élever une vive protestation contre la guerre d’Algérie » :

sur le sort de nos enfants qui […] sont envoyés à l’abattoir […] les soldats qui tombent chaque jour pour une cause indéfendable […] rien n’empêchera l’Algérie d’être indépendante […] alors pourquoi dépenser de l’argent pour faire tuer notre jeunesse ? Nord Littoral devrait prendre la tête d’une véritable croisade et sous forme de référendum demander à la population calaisienne de se prononcer pour la paix ou la guerre à l’Algérie […] Quant aux soldats Warnot, Leuilliot, Niéman et Deuez, morts pour la France, qu’est-ce que c’était pour eux, un coin de terre calaisienne ou des environs ? Et nul n’arrivera à nous faire avaler qu’en trouvant la mort en Algérie, ils défendaient Calais ou ses environs, mais une chose certaine, les intérêts de quelques gros capitalistes. En vous écrivant je regarde la photo de M. Félix Gaillard et je m’aperçois qu’il est encore bien jeune. Pourquoi ne s’engage-t-il pas ? L’armée aurait avec lui un fameux Gaillard.

74La lettre est datée du 18 avril. C’est une réaction à chaud. La veille, la population calaisienne a appris la mort de trois jeunes de la cité, décédés le même jour.

75Une lettre au ton très amer, signée Madame Veuve B., demeurant boulevard Victor-Hugo, à Calais, est publiée par Nord Littoral dans la rubrique « Nos lecteurs ont la parole » :

  • 50 Nord Littoral, 23 avril 1958, p. 2.

[…] cela devient plus qu’un abus quand vous entendez, en radio, des politiciens qui viennent vous dire : ce n’est pas une guerre mais une pacification, c’est plus qu’un abus quand ils osent faire campagne électorale demandant les voix à ceux à qui ils prennent les enfants pour jeter là-bas. Est-ce du cynisme ou de l’inconscience ? Quand on nous dit que le président Coty consulte ces messieurs, ne croyez-vous pas que c’est le peuple qui doit être consulté, et non ces messieurs qui étaient déjà là en 39 […] qu’à part quelques milliers (des patriotes avec la peau des autres, il y en a toujours eu) le peuple est las de voir ceux qu’ils ont envoyés se faire tuer en Algérie en leur donnant le nom de pacification […] Quand on pense que l’homme du dernier quart d’heure […] est un socialiste ; le parti qu’on vénérait pour ses doctrines de paix ; il l’assassine son parti […] On condamne un bourreau de bêtes et celui qui fait tomber des centaines ou des milliers de gars de 20 ans, alors y a-t-il une justice pour lui ?50

76La critique du parti socialiste est sévère, et la condamnation sans appel. À noter que la lettre n’est pas anonyme, c’est le journal qui a pris la décision de cacher le nom de famille.

  • 51 Nord Littoral, 15 mai 1958, p. 3.

77Le 15 mai 1958, Nord Littoral titre « L’opinion publique calaisienne s’est émue à la lecture de cette manchette », en reproduisant la « une » de la veille51. Le journaliste Robert Lassus interroge le « Calaisien moyen ».

78Un artisan de 43 ans, marié, 2 enfants, sensible à la situation politique :

Le Français en a marre. L’Algérie c’est le signal d’alarme qui fera peutêtre réfléchir les députés. Les petits jeux parlementaires sont à l’origine directe de ce coup de force […] Nos représentants sont des gamins turbulents qui ne se soucient guère de la gravité de l’heure. L’affaire d’Alger est une conséquence logique de ce j’m’enfoutisme officiel […] Je n’approuve pas l’illégalité mais je dois reconnaître que la leçon est méritée.

79L’incapacité de la IVe République est également soulignée par un ancien combattant de 69 ans :

Les Français ne doivent surtout pas se dresser les uns contre les autres […] L’heure est venue de faire abstraction des ambitions personnelles, de mettre fin à la corrida confuse qui sévit au Parlement. Le peuple français en a par-dessus la tête […] L’affaire d’Alger est un solennel avertissement.

80Le personnel politique est aussi dénoncé et accusé par un contremaître, père de 5 enfants :

Je n’ai jamais fait de politique de ma vie, mais cette fois la coupe déborde. Notre régime, sur lequel tous les espoirs sont fondés, est bien mal parti. Les fautifs ? Mais ceux qui, depuis la Libération, se sont succédés au pouvoir ! Ces braves députés renversent le gouvernement mais ne sont point capables d’en reformer un autre.

81Les députés sont responsables de ce qui se passe en Algérie, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille accepter l’indépendance, selon un chef de bureau de 39 ans :

Ces messieurs du palais Bourbon récoltent ce que leur carence, leur bêtise et leur négligence ont semé depuis plusieurs années. Mais je souhaite de tout mon cœur que l’Algérie reste française.

82Un industriel de 35 ans donne une analyse plus fine et s’inquiète du risque de guerre civile :

Ce n’est pas seulement la Méditerranée qui sépare les 2 villes, mais encore une question d’ambiance, de climat politique. Le putsch qui vient de se produire prouve bien que l’affaire d’Algérie risque de déchirer de plus en plus les Français.

83Un retraité de la fonction publique âgé de 71 ans déclare la patrie en danger :

Le respect des lois est une grande, une belle chose. C’est pourquoi je n’approuve pas le coup de force des généraux. Cependant ces événements feront réfléchir nos parlementaires. Ceux-ci vont-ils recouvrer la raison ? […] Il faut sauver la France, c’est un vieux qui vous le dit. La patrie est en danger. Mobilisons tous les hommes de bonne volonté. La France est tombée bien bas. Redressons-la !

84Le constat est partagé par un électricien bien plus jeune, il a 29 ans :

Je sais cependant une chose : l’homme de la rue en a assez. La situation économique se pourrit de plus en plus. Quand le mouton sera affaibli, ses voisins l’égorgeront. La France est ce mouton…

85C’est un cheminot de 34 ans, marié et père de 2 enfants qui trouve la solution de façon prémonitoire :

Nous sommes au bord du précipice. Le pays n’est pas content. Ses raisons sont valables. Le problème algérien est terriblement complexe. Mais entre nous, je ne prône pas une prise de pouvoir par l’armée. Rien ne vaut la bonne vieille République. Il nous faudrait un homme honnête, propre, énergique, capable de sortir la France du marasme dans lequel elle patauge…

86De sexe, d’âge, de profession, et de situation familiale différents, tous confirment le discrédit dont souffre la IVe République. Le retour du général de Gaulle est d’autant mieux accepté par une population qui ne maîtrise pas totalement les données du problème algérien, ou qui s’y intéresse peu.

87Après 1958, ce type d’interventions spontanées dans la presse n’apparaît plus, ce qui peut être un signe de l’acceptation de la politique menée par le chef de l’État. Une dernière lettre, en 1960, témoigne d’une intervention spontanée, liée à des circonstances malheureuses. Choqués par la mort en Algérie d’un jeune instituteur de l’école de leurs enfants, Michel Meats, les parents d’élèves du Fort-Nieulay, quartier populaire de Calais, écrivent au général de Gaulle et leur lettre est reproduite dans Nord Littoral.

  • 52 Nord Littoral, 9 février 1960, p. 3.

Le comité […] stupéfait par l’annonce du décès du jeune instituteur MEATS Michel […] renouvelle son indignation contre la poursuite d’une guerre injuste, fratricide, qui a semé la douleur et le deuil dans bien des foyers, notamment dans la population laborieuse du Fort Nieulay ; demande au Président […] d’arrêter les combats en Algérie52.

88Ici l’émotion des parents explique l’intervention auprès du chef de l’État. Il ne s’agit plus seulement d’adultes mais cette fois d’enfants confrontés aux réalités de la guerre, à la disparition d’un instituteur qu’ils connaissaient.

Une opinion encadrée

89D’autres lettres sont régulièrement envoyées à la presse ou aux municipalités au nom de la population du littoral, mais elles sont signées d’organisations politiques, le plus souvent proches du PCF, comme l’Union des Femmes françaises. À Boulogne-sur-Mer, dès 1955, le comité de l’UFF, associé à d’autres organisations proches des communistes, interpelle le conseil municipal pour forcer les élus au débat politique.

  • 53 Délibérations du Conseil municipal de Boulogne-sur-Mer, 30 septembre 1955, AM Boulogne-sur-Mer, 59W (...)

L’UFF se fait le porte-parole de toutes femmes ayant un fils ou un mari sous les drapeaux […] Volonté des femmes de voir arrêter cette guerre qui coûte et qui déjà sème la mort dans les familles françaises, algériennes et marocaines […] Nous protestons contre le rappel des jeunes disponibles qui trouble la vie économique du pays […] Nous demandons la fin immédiate des opérations qui fait couler tant de sang en Algérie et au Maroc […] L’arrêt de l’envoi des jeunes dans ces pays et le retour immédiat des rappelés dans leur famille.
Signé : UFF, Mouvement de libération du Peuple, Association familiale ouvrière, Mouvement de libération ouvrière, Union de la Jeunesse Républicaine53.

90Le maire socialiste, Henri Henneguelle répond « Nous ne sommes pas ici pour prendre une délibération ou un vœu en la matière. J’applique l’article 72 en toutes circonstances semblables ». Un conseiller municipal s’exclame alors : « Nous avons tout de même le droit de dire dans un conseil municipal si nous sommes pour ou contre la guerre ». Le maire refuse et applique strictement le règlement.

91Le conseil municipal de la ville reçoit à la fin de la même année une lettre des habitants des Cités Bourre et colonne sud, Haute-Ville, Centre, Bréquerecque, des quartiers populaires.

  • 54 Délibérations du Conseil municipal de Boulogne-sur-Mer, 12 décembre 1955, AM Boulogne-sur-Mer, 59W1 (...)

Pendant la guerre 1914/18 nous étions des enfants et nombreuses sont celles d’entre nous qui ont perdu leur père ou quelqu’un de leur famille.
À la guerre 1939/44, le père étant prisonnier, nous avons élevé seules nos enfants au prix d’immenses sacrifices, et sous les continuels bombardements.
Alors qu’à la conférence de Genève en juillet dernier, plusieurs pays avaient commencé à désarmer, un immense espoir de paix se levait et nous pensions que notre pays à l’exemple de ceux-ci allait faire de même.
En plus on nous enlève nos fils pour les jeter dans un nouveau foyer de guerre, en Afrique du Nord.
Les mères de soldats, rappelés, unies par le même sentiment ont lancé un appel s’adressant aux femmes de Boulogne.
Plus de 700 femmes dans Boulogne ont pris position sur les problèmes d’Afrique du Nord et cela ne s’arrêtera pas là ; inlassables les mères de soldats ont pris la résolution d’alerter toute la population boulonnaise sur ces graves événements.
Nous, femmes de Boulogne, nous ne voulons plus que le sang coule en Algérie. Nous comprenons d’autant plus l’angoisse des mères et femmes de soldats que nous avons des enfants nous aussi et qu’ils souffrent également du fait de l’énorme budget de guerre […]54.

92Le maire refuse à nouveau que le conseil discute de questions politiques, mais cette lettre est intéressante à plusieurs titres. Elle interpelle les élus sur le coût de la guerre, qui rejaillit bien sûr sur les finances locales, mais également sur la pérennité des conflits et des souffrances depuis le début du XXe siècle. Une continuité est établie avec les deux conflits mondiaux et les sacrifices déjà encourus. Deux autres éléments sont remarquables : la « précocité » de l’interpellation, et le fait que les familles signataires sont de gauche, même « inorganisées ». Si aucune affiliation n’est revendiquée, cette lettre rappelle beaucoup les comités de mères de soldats que le PCF organise. En tout cas les habitants semblent encadrés, pris en charge par des militants de gauche pour la formulation des revendications.

93Le Comité de Calais de l’UFF s’adresse à Monsieur le Président de la République dans une lettre dont il fournit une copie à Nord Littoral, après le décès des trois Calaisiens évoqués au paragraphe précédent.

  • 55 Nord Littoral, 24 avril 1958, p. 2.

Nous avons l’honneur de vous mettre au courant de l’émotion qui règne dans notre ville de Calais. Depuis le début de la guerre en Algérie, déjà 20 jeunes soldats du Calaisis ont été tués (à Calais, à Blériot-Plage, à Marck, à Campagne-les-Guînes, à Tournehem). La semaine dernière, on apprenait, le même jour, avec stupeur et une profonde douleur la mort de 3 jeunes Calaisiens. Samedi 19 Avril, devant une foule très nombreuse ont eu lieu les funérailles d’un jeune Calaisien, toujours tué en Algérie. L’angoisse est dans tous les cœurs et la colère commence à monter dans les foyers calaisiens. À Calais, dans tous les milieux on peut entendre dire : il faut arrêter cette guerre de plus en plus meurtrière. Déjà, depuis le début de la guerre, l’Union des Femmes Françaises a appelé les femmes de Calais à faire connaître leur volonté de faire cesser cette guerre qui tue leurs enfants et qu’elles payent par une misère accrue […]
C’est dans ce climat favorable à la paix en Algérie, que les Calaisiens ont appris, Monsieur le Président de la République, que vous aviez appelé pour former le nouveau gouvernement M. Georges Bidault qui, par ses déclarations intempestives quant à la poursuite de la guerre et de son intensification, a soulevé l’indignation de toutes les couches sociales, surtout des couches laborieuses de notre ville. Dien-Bien-Phu n’a donc pas suffi.
Au risque de nous répéter, Monsieur le Président de la République, les Calaisiens dont nous sommes sûres d’interpréter les sentiments profonds veulent la paix en Algérie. Il y a certainement entre eux des divergences quant à l’avenir politique de l’Algérie. Mais la question essentielle aujourd’hui, c’est d’arrêter la guerre, par la négociation avec ceux contre qui on se bat […]55

94La lettre est signée par la secrétaire du comité, Mme Renée Langlet, par ailleurs conseiller municipal de Calais. Bien que jouant sur l’émotion, le message reste politique. Il faut arrêter la guerre par la négociation, avant un nouveau Dien-Bien-Phu, c’est-à-dire avant une défaite militaire et une humiliation. L’Algérie n’est pas la France et l’UFF distingue bien les peuples des deux pays.

  • 56 Nord Littoral, 17 mai 1961, p. 3.
  • 57 Nord Littoral, 24 mai 1961, p. 5.

95Autre mouvement proche du PCF, le Mouvement de la paix est très actif au mois de mai 1961. Il organise une journée d’action pour la paix en Algérie le mercredi 17 et appelle à « la levée de l’article 16, qui vise à limiter l’expression de la volonté populaire de paix en Algérie »56. Des Comités de la Paix se forment, à Calais-Nord, dans le quartier du Beau-Marais, chez les dockers ou bien encore dans les établissements industriels comme aux usines Brampton. Ensemble ils déclarent vouloir lutter pour « exprimer la volonté du peuple français d’en finir avec la guerre57.

96L’organisation qui encadre peut être également d’inspiration chrétienne

  • 58 Nord Littoral, 30 janvier 1960, p. 4.

Depuis 1955, le Mouvement de Libération Ouvrière n’a cessé de reconnaître au peuple algérien le droit à l’indépendance politique et demandait pour TOUS les Algériens « tout pouvoir de détermination, sans contrainte et en parfaite connaissance de cause » […]
Travailleurs… Réclamez auprès de votre député, auprès des pouvoirs publics :
L’application de la politique d’autodétermination à bref délai ;
La dissolution de toutes les organisations fascistes de France et d’Algérie ;
Le châtiment des instigateurs de l’insurrection d’ Alger.
Le Mouvement de Libération Ouvrière, Section de Calais58.

97Après Charonne, le Comité de Vigilance Antifasciste de Calais, qui encadre les réactions locales, écrit dans Nord Littoral le 11 février 1962 :

Le pouvoir gaulliste a fait couler le sang des antifascistes : il a montré ainsi la véritable nature de sa politique. En déchaînant ses forces contre les antifascistes, il favorise les entreprises factieuses. Le peuple de France aspire à l’ordre et à la sécurité […] Devant l’urgence du danger le Comité se félicite de la constitution de comités antifascistes dans les entreprises : aux Filés, chez les dockers, chez Brampton et chez les cheminots.

  • 59 Nord Littoral, 11 mars 1962, p. 6.

98Et en mars : « Travailleurs et Républicains ! […] Le fascisme ne passera pas. C’en est assez de la complicité gouvernementale »59. La presse est à cette période très lue, et la reproduction constante des positions des uns et des autres, majoritairement opposés à la guerre en Algérie, dans les colonnes des quotidiens peut influencer la population littorale.

 

99Les Églises comme les intellectuels ont pris position, plus ou moins rapidement, contre la poursuite du conflit. Trois pôles opposés à la guerre se distinguent. La gauche chrétienne, au service de la paix et de l’intégrité de la personne, le PCF et ses organisations satellites et la « nouvelle gauche », née du double rejet de la SFIO et du PCF, représentée par le PSU. Mais ces trois pôles sont trop divergents pour se rapprocher. Les socialistes, quant à eux, restent longtemps empêtrés dans leur rêve d’un colonialisme de progrès, attaché à l’idée d’assimilation, épris des principes de 1789, qui refuse la séparation entre races, peuples et religions, et s’oppose aux nationalismes français et algérien, comme aux milieux religieux au nom de la laïcité.

  • 60 Perrot M., L’air du temps, p. 283.
  • 61 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français en guerre d’Algérie, op. cit.

100Les prises de position publiques sont d’abord celles des militants politiques et syndicaux, avec une très nette surreprésentation de la gauche. Mais la position dominante semble être le non-engagement, la mobilisation populaire contre et surtout pour le maintien de la France en Algérie est faible. Et l’action des intellectuels n’a guère d’influence sur une opinion dominée par l’attentisme. « Nous n’entraînions pas les masses » reconnaît Michelle Perrot60. Pendant l’été 1958, l’opposition au général de Gaulle ne dépasse guère les limites du monde enseignant et du parti communiste. Pourtant, dans la mémoire collective, le milieu intellectuel ignore ou disqualifie les textes de droite et amplifie rétrospectivement l’impact, sur le moment, des textes de gauche. D’où une certaine « hémiplégie du souvenir »61.

101Cet engagement, même limité, de la Côte d’Opale, est-il plutôt d’ordre moral, religieux ou d’ordre politique ? Il est à coup sûr politique tant il y a peu d’empressement à défendre la IVe République, tant les partis se divisent sur le retour du général de Gaulle au printemps 1958 et tant la crainte d’une défaite de la démocratie face au fascisme est grande. Il est peut-être moral car le conflit est perçu comme fratricide, jamais dans une dimension nationaliste ou patriotique. C’est en tout cas lors des crises qui menacent gravement les institutions républicaines que le littoral s’est montré le plus réceptif, spontanément ou encadré par des organisations de gauche.

Notes

1 Les informations qui suivent sont reprises de mayeur j.-m., Les évêques et la guerre d’Algérie, « La guerre d’Algérie et les chrétiens », Les Cahiers de l’IHTP, no 9, octobre 1988, CNRS.

2 Lettre aux Communautés de la Mission de France, mars 1958.

3 Les informations qui suivent sont reprises de Bolle P., Le protestantisme français et la guerre d’Algérie, « La guerre d’Algérie et les chrétiens », Les Cahiers de l’IHTP, no 9, octobre 1988, CNRS. Mais les protestants ne semblent pas nombreux sur le littoral, car les deux départements de la région ne figurent pas parmi ceux où le nombre de protestants dépasse les 10 000 personnes, d’après Dreyfus F.-G., Premiers résultats d’une sociologie du Protestantisme en France, Archives des sciences sociales des religions. NO 8, JUILLET DECEMBRE 1959. pp. 147-157.

4 Les informations qui suivent sont reprises de Branciard M., La CFTC, « La guerre d’Algérie et les chrétiens », Les Cahiers de l’IHTP, no 9, octobre 1988, CNRS.

5 Archives diocésaines, 4K11, Fédération J.O.C. Boulogne/Etaples, 356 : 1927-1977 La JOC a 50 ans/L’histoire de la JOC-JOCF sur la fédération d’Hazebrouck, p. 30 La JOC et la guerre d’Algérie.

6 Ibidem.

7 50 ans de JOC Mines Artois 1927-1977, Liévin imprimerie Artésienne, 1977, 52 p. Archives Diocésaines, Arras, p. 26.

8 Archives Diocésaines, Arras.

9 Fouilloux E., Intellectuels catholiques et guerre d’Algérie (1954-1962), Rioux J.-P. et Sirinelli J.-F., La guerre d’Algérie et les intellectuels français, Bruxelles, Éditions Complexe, 1991, 405 p.

10 Manceron G., Remaoun H., D’une rive à l’autre, La guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Paris, Syros, 1993, La résistance française à la guerre et ses limites, p. 194.

11 Hilaire Y.M. (dir.), Histoire du Nord-Pas-de-Calais de 1900 à nos jours, éditions Privat, Toulouse, 1982, p. 393 à 405.

12 Bedarida R., La gauche chrétienne et la guerre d’Algérie, « La guerre d’Algérie et les chrétiens », Les Cahiers de l’IHTP, no 9, octobre 1988, CNRS.

13 Ibid.

14 Archives départementales, centre Besnier, E93, no 1 : janvier – février 1955 au no 31 novembre 1957.

15 La Voix du Nord, 29 mai 1958, p. 3.

16 Nord Littoral, 2 juin 1958, p. 2.

17 La Voix du Nord, 27 janvier 1960, p. 6, Les fidèles ont prié pour l’unité de l’Église et de la France.

18 La Voix du Nord, 30 janvier 1960, p. 3

19 La Voix du Nord, 25 avril, p. 2.

20 Nord Littoral, 13 février 1962, p. 2.

21 Crouzet M., « La bataille des intellectuels français », La Nef, cahier no 12-13, octobre 1962-janvier 1963, pp. 47-65, citation p. 51

22 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français en guerre d’Algérie, op. cit.

23 Manceron G., Remaoun H., D’une rive à l’autre, La guerre d’Algérie de la mémoire à l’histoire, Paris, Syros, 1993.

24 Tetart P., France Observateur et l’Algérie. Les hussards de Cassandre, La Plume dans la plaie, Les écrivains journalistes et la guerre d’Algérie, Édition préparée par Philippe Baudorre Presses Universitaires de Bordeaux, Pessac, 2003.

25 Agrikoliansky E., La gauche, le libéralisme politique et les droits de l’homme, Becker J.J. et Candar G. (dir.), Histoire des gauches en France, volume 2, XXe siècle : à l’épreuve de l’histoire, Paris, La Découverte, 2004, p. 534-535.

26 Winock M., Ce qu’on savait vraiment, L’Histoire, no 292, novembre 2004, Guerre d’Algérie : Ce qu’on savait vraiment.

27 Martin L., L’honneur du « Canard enchaîné », L’Histoire, no 292, op. cit.

28 Thenault S, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Flammarion, 2005, 303 p., Ch. 11 Quand la guerre gagne la métropole.

29 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français dans la mêlée, op. cit., p. 130.

30 Ibidem.

31 Grelle B., Naissance d’une fédération : la naissance de la fédération du Nord et PSU, 1956-1963, Paris, Syros, 1975 cité par Gentil J.-R., « La guerre d’Algérie et la population du Nord-Pas-de-Calais, 1954-1962 », thèse de 3e cycle sous la direction de M. Marcel Gillet, 1983, ch. 17.

32 Nord Littoral, 16 mai 1958, p. 3.

33 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3.

34 La Voix du Nord, 1-2 juin 1958, p. 3.

35 Nord Matin, 31 mai 1958, p. 4.

36 GENTY J.-R., « La guerre d’Algérie et la population du Nord-Pas-de-Calais, 1954-1962 », thèse de 3e cycle sous la direction de M. Marcel Gillet, 1983, Chapitre 9 : Le 13 mai 1958.

37 Nord Matin, 29 janvier 1960, p. 5.

38 Nord Littoral, 30 janvier 1960, p. 2.

39 Nord Littoral, 25 avril 1961, p. 2.

40 Nord Littoral, 2 mai 1961, p. 2.

41 CAMT, FEN cotes 1998 011, 2BB98 et 99. Documents soumis à dérogation.

42 A.D. du Pas-de-Calais, 1W23338 Cabinet du Préfet. Document soumis à dérogation.

43 Pour s’en faire une idée, il faut dépouiller les archives de la FEN, déposées au Centre des Archives du Monde du Travail de Roubaix, cotes 1998 011, 2BB40 à 108. Documents soumis à dérogation.

44 Nord Littoral, 31 mai 1958, p. 3.

45 Nord Littoral, 4 février 1962, p. 2.

46 CAMT, FEN, 2BB102.

47 Nord Littoral, 7 avril 1962, p. 2.

48 Winock M. et Azéma J.P., Pacifisme et attentisme, Rioux J.P., (dir.), La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

49 Nord Littoral, 20 avril 1958, p. 2.

50 Nord Littoral, 23 avril 1958, p. 2.

51 Nord Littoral, 15 mai 1958, p. 3.

52 Nord Littoral, 9 février 1960, p. 3.

53 Délibérations du Conseil municipal de Boulogne-sur-Mer, 30 septembre 1955, AM Boulogne-sur-Mer, 59W13.

54 Délibérations du Conseil municipal de Boulogne-sur-Mer, 12 décembre 1955, AM Boulogne-sur-Mer, 59W13.

55 Nord Littoral, 24 avril 1958, p. 2.

56 Nord Littoral, 17 mai 1961, p. 3.

57 Nord Littoral, 24 mai 1961, p. 5.

58 Nord Littoral, 30 janvier 1960, p. 4.

59 Nord Littoral, 11 mars 1962, p. 6.

60 Perrot M., L’air du temps, p. 283.

61 Sirinelli J.-F., Les intellectuels français en guerre d’Algérie, op. cit.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search