Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La parole publique en ville

 | 
Stefano Simiz

4e partie. L'espace politique et social

La Révolution Française à Bar-le-Duc : parole contrôlée, parole libérée ?

Laurent Jalabert

Texte intégral

  • 1 « La convention Nationale décrète que la commune de Bar-le-Duc portera à l’avenir le nom de Bar-su (...)

1Pourquoi choisir Bar-le-Duc ? Celle-ci est la première ville française à changer de nom par décret de la Convention Nationale du 9 octobre 17921, mais ce n’est pas là une raison essentielle. Ancienne capitale ducale, petite cité possédant une élite administrative avec la Chambre des Comptes et le siège d’un bailliage assez étendu, à l’heure de la Révolution, la ville compte un peu plus de 9 000 habitants et devient, suite à une passe d’armes avec Verdun, le chef-lieu du département de la Meuse (juillet 1790). L’administration départementale s’installe dans les locaux de l’ancienne Chambre des Comptes, donc dans le château, et la ville accueille également l’administration du district de Bar (13 cantons), le tribunal du district. Avec la municipalité et une Société des Amis de la Constitution, cette petite ville concentrait alors les éléments de cette nouvelle France en création et qui constituaient a priori autant de moteurs à une parole publique.

  • 2 D’ailleurs, l’analyse de la bibliographie apporte des surprises. En effet, peu d’études s’intéress (...)

2Cette parole révolutionnaire – je n’entends pas nécessairement polémiste – apparaît comme l’une des images fortes de cette période. En effet, pour qui regarde et analyse les mouvements de la Révolution française, la parole semble omniprésente même si elle n’est pas toujours mesurable, quantifiable2. À quel type de parole fait-on référence ? Il s’agit bien de la parole autorisée, légitime pourrait-on dire, en ce qu’elle existe dans des espaces reconnus comme lieux de discussion, de débat. Certes, la rue, la place pourraient faire l’objet d’une analyse mais tel n’est pas ici le propos. Ce que je voudrais ici montrer, c’est l’évolution de cette parole légitime ainsi que les modalités de son expression. On peut ainsi se demander qui prend la parole, selon quelles modalités et pour quel(s) public(s) ? Questions qui nous poussent à observer les formes de publicité données à la parole à l’époque révolutionnaire, sans pouvoir en mesurer la réception.

3Nous partirons donc des anciennes modalités de la prise de parole laïque, pour mieux mesurer l’ouverture à de nouvelles modalités d’expression langagière, dans des temporalités nouvelles, dans des lieux nouveaux, et avec des vecteurs de cette parole qui ne sont certes pas nécessairement nouveaux mais employés différemment.

1.- Les modalités anciennes de prises de paroles : doléances, discours, serments

  • 3 Par exemple, lorsque Marie-Antoinette passe à Bar, les 10 et 11 mai 1770, le doyen de la collégial (...)

4Dans la société d’Ancien régime, la population n’est pas muette. Certes, au regard des modalités officielles d’expression, il n’est laissé que peu d’espaces à la parole publique et celle-ci est certainement victime – au moins partiellement – d’une part d’autocensure. En effet, les lieux de la parole laïque avant 1789 se condensent sur quelques pôles, quelques moments aussi : le tribunal, où les modalités de prise de parole suivent une codification assez forte, les serments et les discours3 pour lesquels on peut faire un semblable constat, les assemblées telles celles d’État, de la municipalité ou de la communauté villageoise. Quelles sont alors les modalités de cette parole publique ? Prenons deux exemples qui nous serviront, en quelque sorte, de valeur étalon pour la suite du propos.

  • 4 Le serment ne disparaît bien entendu pas avec la Révolution mais, au-delà des formules standardisé (...)

5Le serment représente une autre forme traditionnelle, très codifiée, de prise de parole4. En fait, c’est une parole autorisée et non libre qui se fait entendre, à l’exemple de la cérémonie du 8 février 1737 qui délie les sujets du duché de Bar de leur serment de fidélité à François III pour leur faire reconnaître Stanislas comme nouveau souverain. Bien entendu, à Bar même, en présence de La Galaizière, ce n’est pas le menu peuple que l’on entend : les mots sont prononcés à la Chambre des Comptes de Bar, puis dans la grande salle du château en présence des cinq baillis du duché, qui prêtent également serment à Louis XV. C’est dans un cadre très cérémoniel que sont lues et enregistrées les lettres patentes de prise de possession du duché au nom de Stanislas. L’expression de la population se limite aux acclamations de « vive le roi ! » lorsque de l’argent lui est jeté en fin de journée ou, peut-être, le 13 février lorsque les lettres patentes sont affichées aux carrefours. Le 9 février, La Galaizière reçoit les autorités locales, autre occasion d’une prise de parole codifiée.

  • 5 Charles Aimond, Histoire de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, 1982, p. 254.
  • 6 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 50, fol. 93 v°.

6Traditionnellement, la municipalité offre un autre cadre de discussion, comme en 1730, où le Conseil de Ville détermine les modalités de l’accueil du nouveau duc François III, dont on pense qu’il pourrait passer par Bar à son retour de Paris où il a prêté hommage (1er février). Adresse, cadeaux et feux d’artifice sont prévus mais le duc ne se rend pas dans l’ancienne capitale et ce n’est qu’en octobre 1730 que le maire peut officiellement le saluer à Commercy. C’est l’occasion de présenter des doléances, notamment celle de jouir à nouveau du droit à l’élection des officiers de l’Hôtel de Ville5. Mais qu’est-ce que la prise de parole dans le Conseil de Ville ? Celle-ci est codifiée, tout au moins dans sa transcription écrite. L’observation des comptes-rendus de délibérations nous en donne une idée. Les propos sont tenus devant la « chambre assemblée », devant le « maire et MM. les Conseillers en l’Hostel de Ville et M. le Lieutenant général et président ». Cette assemblée n’est pas fermée et s’ouvre parfois à un nombre plus important d’individus, lorsqu’il y a nécessité de discuter certains points particuliers : ainsi, le 31 janvier 1765, pour protester contre la double imposition de la Subvention et des ponts-et-chaussées ; en octobre 1788, on convoque les notables avec la « chambre »6, mais nous sommes là dans un contexte pleinement français. On devine la prise de parole d’un orateur – un lecteur faudrait-il peut-être dire –, un représentant, comme le 4 février 1731 : « le sindic a rendu compte du voyage par luy fait avec Mr. Le maire a Luneville et de la manière gracieuse avec laquelle SAR Madame ont eu la bonte de recevoir les compliments de la ville et les présents ordinaires ». Cette visite fait suite à l’assemblée électorale du 2 janvier et de la désignation comme maire pour trois années de l’avocat Joseph Moat. La prise de parole correspond donc au rapport d’une mission pour laquelle des frais ont été engagés, ainsi que l’honneur de la Ville. On devine, sans en avoir la trace, les discussions autour des présents « ordinaires » à offrir et, peut-être, de la formulation du compliment.

  • 7 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 47.
  • 8 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 42, fol. 1 r°.
  • 9 Ibid., fol. 4 r°.

7Quoi qu’il en soit, à la municipalité, le moteur du propos est la demande écrite, enregistrée : « Sur la demande de…, sur le placet de… » ou une parole spontanée des membres assemblés : « sur la représentation (ou proposition) du syndic… »7. On devine alors l’intervention à bien des occasions de « l’orateur secrétaire » qui lit un document – une demande – qui donne lieu à la délibération : « sur la remontrance faitte par Dame Claude Marchal […] délibéré et accordé à la dite Dame huit des dix arbres… »8. De cette lecture, on a la trace encore plus évidente lorsque le texte a été retranscrit par écrit, comme celui de la requête au duc de Jean Baptiste Millot, secrétaire de l’Hôtel de Ville, pour désigner un nouveau responsable des ponts et chaussées dans le Barrois9. La prise de parole ne s’appuie pas seulement sur l’écrit : elle conserve une certaine spontanéité, comme en témoigne cette intervention du 6 novembre 1737 :

  • 10 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 44, fol. 13 v°.

Sur la proposition du syndic qu’il est informé que Madame la Chancelière passera demain en cette ville pour se rendre en Lorraine et qu’il est nécessaire de la complimenter à son passage et de lui offrir des confitures sèches et liquides […] a été délibéré que Madame la Chancelière sera complimentée à son passage par M. le Maire accompagné du syndic et qu’il lui sera présenté six douzaines de pots de confitures avec des dragées10.

8Petit texte anodin qui fait référence à la venue de Mme de La Galaizière mais qui nous indique aussi qu’il y a eu échange d’idées sur le présent à faire : le syndic propose des confitures et la résolution finale y ajoute des dragées. Des délibérations, avant l’époque révolutionnaire, il en existe donc même si les personnes impliquées correspondent à un cercle restreint de représentants.

  • 11 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 42, fol. 1 v° et suiv.
  • 12 Charles Aimond, Histoire de Bar… op. cit., p. 254.

9Les registres de délibération de la municipalité portent d’ailleurs au cours de ces années 1730 la trace de la discussion. En effet, des pages nous montrent une organisation avec l’objet puis, avec un décalage sur la gauche un nouveau paragraphe qui débute par les mots suivants : « a été délibéré… » ; en-dessous, un mot isolé : « approuvé », modeste trace du débat et de la pratique d’une forme de vote11. De quoi parle-t-on par ailleurs ? Il s’agit avant tout de discuter de finances et de répondre aux demandes du Conseil royal, comme, par exemple, en 1735, lorsqu’il s’agit de trouver, payer et faire acheminer plus de 5 000 rations de foin à Sarrelouis12.

  • 13 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 48, fol. 190 r° ; Charles Aimond, Histoire de Bar… op. cit.,(...)
  • 14 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 48, fol. 91 v° et 92 r°.

10Avec le passage progressif sous la domination française, en germe avec Stanislas puis effectif après 1766, la parole municipale ne semble pas avoir subi de modification majeure même si l’on peut détecter une parole davantage encadrée. Au temps de Stanislas, le conseil de Ville est sous tutelle : c’est lui qui pourvoit aux charges de maire, syndic et des conseillers. En 1754, il impose l’assistance de son procureur aux délibérations. En 1756, La Galaizière alla plus loin en affirmant le droit au lieutenant général du bailliage de présider le conseil. Pour cela, il choisit De Longeaux, représentant de la noblesse, et non le représentant du Tiers, le conseiller Chevallier. En octobre 1766, le conseil urbain prend son visage définitif : un maire royal à 1 000 livres, un lieutenant du maire aussi lieutenant de police (700 livres), 4 échevins (500 livres), un échevin receveur de l’octroi (1 000 livres), un procureur du roi (500 livres) et un secrétaire greffier (500 livres) à avec un commis (200 livres)13. L’intendant paraît dès lors davantage présent comme on le voit aux formules en usage : « la Chambre, sous le bon plaisir de M. l’Intendant, a autorisé… », ou encore « a esté delibéré sous le bon plaisir de M. l’Intendant »14.

11Cela étant, à la veille de la Révolution, la parole discutée n’est pas morte au sein du conseil. À l’occasion de l’assemblée extraordinaire du 26 octobre 1788, le procureur du roi, aussi syndic, met alors en délibération la proposition suivante :

  • 15 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460 liasse 50, fol. 93 v°.

S’il n’était point important de réclamer la bienfaisance de S. M. le rétablissement des États provinciaux du Barrois qui ont subsisté dans cette province jusqu’en 1664 inclusivement et si une demande ne doit pas être annoncée à l’assemblée des notables convoquée pour le trois novembre prochain à l’effet de donner leur avis sur la forme en laquelle les États généraux seront convoqués, sauf à solliciter ensuite des dits États généraux la réintégration de la province dans son privilège à cet égard : cette proposition a été accueillie universellement par les notables qui en ont senti tout l’intérêt15.

  • 16 Ibid., fol. 94 r°.
  • 17 Ibid., fol. 99 et suiv.

12Cette idée a des suites. Le 4 novembre, après le travail de commissaires chargés de rédiger un mémoire sur le passé des États provinciaux, lecture est faite devant le Conseil et les notables du texte préparé pour être présenté au roi. Le mémoire, recopié et décrit comme « aussi précis que solide », a été « unanimement approuvé » ce qu’une cinquantaine de signatures atteste16. Toutefois, les discussions ne s’arrêtent pas là car le 21 novembre, « sur avis qu’il faudrait peut-être accompagner le mémoire », donc de désigner une personne de Bar, le choix se porte sur un Barisien résidant à Paris : « sur quoi la Chambre, mettant toute sa confiance dans le caractère obligeant et le zèle patriotique de M. le Baron de Mouzin, grand bailli de Commercy, maître de camp de cavalerie »17. Cette parole portée à Versailles n’eut pas de suite car, en effet, dans les cahiers de doléances de Bar, la demande est réitérée.

13À la veille de la Révolution, doléances, requêtes, discours officiels constituent bien les grands vecteurs de la parole publique laïque. Avec l’appel du 8 août 1788 aux États généraux, la monarchie ouvre, sans le soupçonner, la boîte de Pandore du verbe libéré.

2.- L’ouverture à la parole

14Comme précédemment, la prise de parole publique est perceptible par l’écrit : c’est une forme d’oralité transcrite, destinée à être lue. Comme pour les doléances, l’orateur s’entend au travers des mots écrits. C’est ainsi que les paroles des Barisiens sont à nouveau entendues à Versailles : le 2 février 1789, quinze représentants des trois ordres signent une adresse au roi pour lui demander au nom du duché des élections distinctes de celui de Lorraine.

  • 18 Ibid., fol. 103 v° et suiv.

15Quels sont les événements qui ouvrent le chemin de la parole publique en ces premières semaines de la Révolution ? On pense en premier lieu à la rédaction des doléances. La cité de Bar-le-Duc, intégrée au royaume à compter de 1766 n’échappe pas à la règle et au cours des premiers mois de 1789, la parole devient prolifique. Pour les membres des trois ordres, plus particulièrement du tiers, s’offre l’occasion de se faire entendre. L’élection des députés du tiers constitue un rendez-vous propice : celle-ci a lieu par quartier, selon l’ordonnance du bailli de Bar18 ; nous n’avons pas les mots prononcés à cette occasion mais l’élection ne s’est certainement pas effectuée avec une assistance muette. L’orateur se fait alors plus visible. Lors de l’assemblée du 18 mars, le maire M. de La Barrière prononce un discours « qui a été universellement applaudi » ; il invite les députés « à faire part à l’assemblée de ce qu’ils ont par déjà réfléchi sur cet objet important, et de leurs observations : sur quoi plusieurs de MM. Les députés ont lu des projets de cahiers… ». Bien entendu, l’opération est longue et fastidieuse, d’où la proposition du maire de constituer un comité d’au moins huit personnes « pour former une représentation suffisante du tiers état ».

  • 19 Ces discours se trouvent à la Bibliothèque municipale de Bar-le-Duc, ms 69.

16Le contenu du cahier du Tiers est approuvé le 18 mars en l’hôtel commun de la Ville et le 20 mars, les trois ordres sont assemblés tôt le matin à la collégiale Saint-Pierre mais il n’y a pas de mouvement d’union : les ordres délibèrent séparément afin de savoir s’ils rédigent un seul cahier, s’appuyant sur celui du Tiers-État, ce qui est refusé par la noblesse, non par le clergé. Le 25 mars, 200 délégués du Tiers élisent les six personnes chargées, le 31, de désigner les députés aux États généraux, qui sont alors le lieutenant général Gossin et Ulry, avocat général du roi. Les élites du Tiers ont toujours le monopole de l’expression publique. Malheureusement, les archives ne nous livrent pas d’autres éléments sur la prise de parole que ceux concernant le discours d’introduction. Ces premières réunions des assemblées liées aux États généraux offrent les premières prises de paroles publiques sous la forme de discours, donc sous un aspect très formel. À l’exemple du duc de Chatelet face aux députés de la noblesse du Barrois, le 1er avril 1789, ou celui de Tromard de la Riolle à ceux du Tiers19.

  • 20 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 235.
  • 21 Ibid., fol. 125 r°.
  • 22 Voir le rapport de Nicolas Adam, lieutenant de Police du même jour (Archi. dép. de la Meuse, E dép (...)

17Il n’y a pas que les « grands événements » qui ouvrent les instances de la parole. Les relevés de délibération nous indiquent en effet une forte prégnance de la question alimentaire. Bar, comme d’autres lieux en cet été 1789, connaît des problèmes de ravitaillement. La parole populaire tient alors le pavé barisien : le 4 juin, des rassemblements de plusieurs centaines de personnes sont signalés en ville basse, pour réclamer du blé. Un rapport de police nous indique que « cinq ou six cents personnes demandant avec violence et sédition du bled » s’étaient rassemblés en Ville-Basse20. Paroles diffuses, populaires et certainement spontanées devant les demeures des boulangers, mais dont nous n’avons pas la trace. La municipalité réagit par diverses mesures. Le 1er juillet 1789, le conseil de Ville est convoqué de même que « tous les habitants de cette ville »21, à l’invitation du procureur du roi, à l’Hôtel de Ville : c’est encore l’élite qui a la parole et qui commissionne entre autres André Pélissier, marchand, pour l’achat de grains. Le 27 juillet, le procureur du roi et syndic de la Ville, Charles Baudot, convoque une assemblée malheureuse dans l’église Saint-Etienne ; alors qu’il prononce un discours, célébrant la volonté des ordres privilégiés de discuter avec le Tiers, l’agitation gagne la nef. Pelissier est violemment pris à partie par des gens du peuple, puis molesté : un ecclésiastique parvient à peine à lui donner le sacrement de l’extrême-onction avant que le malheureux ne soit sorti de l’église, roué de coups, etc22. Instant terrible à la faveur d’une prise de parole officielle et publique mais qui ne trouve plus d’échos par la suite, si ce n’est évidemment le jugement et l’exécution des coupables.

18À travers ces quelques brefs aperçus, on devine l’importance de l’événement comme moteur premier de la prise de parole, et avec cette période révolutionnaire qui s’ouvre, les occasions ne manquent pas.

3.- Les temporalités de la parole

  • 23 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 1476.
  • 24 Archi. dép. de la Meuse, dépôt 460, 1479 (séance du 19 mars 1793, assemblée de la Ville-Basse).

19La prise de parole en public suit la scansion des moments forts – tels les élections – et des événements particuliers, comme la fuite du roi ou la proclamation de la République. Dans nos codes actuels, les élections apparaissent comme un moment privilégié de la prise de parole, ce qui était peut-être le cas à l’époque révolutionnaire. Cependant, les traces laissées sont bien maigres, pour ne pas dire inexistantes. En effet, lorsque l’on scrute les comptes-rendus des élections à compter de celles de 1790, on ne détecte guère de prise de parole « libre », destinée à convaincre un auditoire. À titre d’exemple, prenons les élections pour les membres du corps municipal. La prise de parole se résume à la lecture des décrets de l’Assemblée nationale des 29 et 30 décembre 1789, rappelant la procédure du vote, puis en des serments, tant des présidents que secrétaires d’assemblées électorales que des votants dont on souhaite qu’ils prêtent « le serment dont la formule vient d’être lue et acceptée unanimement […], ensuite il déposera son bulletin, et son nom sera inscrit sur le procès verbal »23. Aux élections de 1792-1793, on ne relève pas davantage de traces de discours, de déclarations ou d’un quelconque art oratoire. Ce qui apparaît à nouveau, c’est le serment, ici de « maintenir la liberté, l’égalité de la République française et de mourir en la défendant »24. Assez étrangement, on assiste à une forme d’expression publique, le vote, mais « muette », tout au moins dans les archives.

  • 25 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 414.
  • 26 Le constat est le même lorsque l’on observe les comptes-rendus de la municipalité de Ligny-en-Barr (...)
  • 27 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 70/1. A contrario, la condamnation de Louis XVI apparaît bien dans (...)
  • 28 François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1 (...)

20La fuite et l’arrestation du roi à Varennes-en-Argonne donnent lieu à des prises de paroles qui illustrent des scissions dans le camp des révolutionnaires. En effet, à la Municipalité de Bar, l’annonce de l’arrestation donne lieu à des élans d’éloquence. Le compte-rendu du corps municipal du 24 juin énonce que « le salut de l’Empire étant attaché au retour de la famille royale dans la capitale », on ne pouvait que féliciter l’action de la municipalité de Varennes. On demande qu’une députation se rende à Varennes pour remercier ladite municipalité, etc. Discours et applaudissements retentissent d’une « voix unanime »25. La relation de cet événement est d’autant plus intéressante que les registres de la municipalité ne mentionneront absolument rien à l’occasion de la mort de Louis XVI26. En attendant, la Société populaire s’agite beaucoup à l’occasion de cette fuite. Dès la nouvelle connue le 22 juin 1791 au matin ; la Société fait publier une adresse diffusant l’idée que le roi a été enlevé27. Cette attitude nous montre la modération, à cette date, des révolutionnaires les plus en vue de la ville. Pourtant, l’agitation est réelle à Bar où la population attend d’être informée. Si la Société n’envenime pas les choses, jouant la carte de la modération, la teneur des discours change progressivement, surtout au cours de l’automne 1791. A priori, la Constituante a interdit par décret à ces sociétés d’avoir « sous aucune forme une existence politique »28, mais c’était sans compter avec la réalité de la puissance des Jacobins. Pour le moment, l’aile dure, avec Regnault, est en retrait mais la ligne se durcit, ici comme ailleurs.

21Avec la République, puis surtout l’épuration des sociétés à partir de juin 1793, la parole à la Société a certainement pris un ton davantage « patriotique », au sens montagnard du terme. Les discours de Regnault en témoignent mais malheureusement les registres de la Société s’arrêtent le 28 juillet 1792. Si l’on s’attache à observer les propos de la Société des Sans-culottes de Commercy, dans une adresse au Conseil général du 27 novembre 1793, on mesure l’écart avec la modération des propos des années précédentes :

  • 29 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 69.

Les sans culottes de Commercy, longtemps intimidés par la malveillance, viennent de rompre tous leurs liens. Leur société populaire régénérée reprend ses séances. Elle se promet que vous soutiendrez ses efforts. Elle ne compte pas ses membres, mais elle les pèse. Tous sont embrasés du feu sacré de la liberté. Tous défendront de tout leur pouvoir l’unité et l’indivisibilité de la République. Ils ont juré guerre à mort aux ennemis du Peuple quels qu’ils soient. Tous les yeux doivent être aujourd’hui clairvoyants. Depuis les journées des 31 mai, 1 et 2 juin, il ne peut plus y avoir de dupes. Quand la Patrie est en danger, l’insouciance est un crime. Les bons citoyens doivent se lever, nous nous levons29.

22Petit morceau de l’éloquence révolutionnaire qui nous montre, au-delà de la teneur même du propos, la profonde oralité de cet écrit. Il n’est pas difficile d’imaginer un orateur prononcer ce discours devant ses collègues sociétaires avant l’envoi au Conseil général.

  • 30 En particulier chez Regnault-Warin (Biblio. mun. de Bar-le-Duc, 21 191).
  • 31 Compte-rendu détaillé de la cérémonie du 22 avril 1792 dans Archi. dép. de la Meuse, L 2190.

23D’autres moments forts offrent toute leur place à la parole révolutionnaire, comme la proclamation de la première constitution, celle de la République ou celle de la constitution de 179330. C’est notamment à ces moments que s’illustrent quelques tribuns locaux de la Société, comme Regnault-Warin. Les fêtes représentent aussi des moments privilégiés de la prise de parole publique, sous la forme de serments, de chants, d’hymnes, mais aussi de discours. Citons à titre d’exemple celui de plus de soixante pages prononcé par Regnault-Warin à l’occasion de l’inauguration d’un buste de Mirabeau. L’ensemble de la cérémonie est ponctuée de prises de parole, du président de la Société et du maire31. Le long discours de Regnault-Warin est d’abord prononcé devant la Société, le 16 avril, approuvé pour être lu mais aussi imprimé à mille exemplaires. On peut y lire des passages typiques de son art oratoire :

  • 32 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, 21 191, p. 60.

Fuyez, vils insectes qui croassez sur sa tombe, disparaissez reptiles orgueilleux, rentrez dans le néant calomnieux éphémères, qui n’eûtes jamais dû en sortir32.

  • 33 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 1311 ; voir aussi Léon Thévenin, « La fête constitutionnelle du 1 (...)

24Les fêtes et les cérémonies offrent ainsi de nouvelles occasions de laisser libre cours à la parole en public. Lors de la fête de l’An II en « l’honneur de l’humanité et de la victoire remportée sur nos ennemis » (20 Messidor), cette parole est omniprésente, sous diverses formes. Canons et musique militaires sont mis en évidence, mais aussi la poésie, le chant patriotique. Une scénographie met en avant le Verbe sous toutes ses formes, par exemple au moment ou « Bellone ou la Victoire, accompagnée de six femmes » couronnent les défenseurs symbolisés en leur disant individuellement « Reçois le prix de ton courage ! »33. Bien entendu, le discours est présent : « un citoyen montera sur la tribune et prononcera une discours laconique et républicain qui sera analogue à l’objet de la fête ».

4.- Vecteurs de la parole

  • 34 Voir par exemple le relevé des pétitions pour le District de Bar (Archi. dép. de la Meuse, L 223).
  • 35 Archi. dép. de la Meuse, L 2148 (29 mai 1793).

25Ces vecteurs de la parole ne sont pas a priori nouveaux. En effet, l’utilisation d’une forme écrite, imprimée ou non, est largement usitée au cours de l’Ancien régime. Une différence cependant, de taille : avec la Révolution, il y a une systématisation du recours aux pétitions, aux libelles et aux journaux avec, cela est connu, une grande liberté d’emploi jusqu’au durcissement en 1793. La systématisation de l’emploi à la pétition est évidente. Pour preuve, les relevés synthétiques et enregistrés sous la forme de tableaux que l’on trouve dans les archives ; d’ailleurs, l’existence même de cette sous-catégorie de classement dans les répertoires nous montre la place occupée par ce mode d’expression. Pour celles adressées au District, qui sont de tous types, on devine assez bien la prise de parole du rapporteur par le biais du passage à l’écrit34 ; par contre, il ne s’agit pas d’un fonctionnement très différent des requêtes présentées auparavant à la municipalité d’Ancien régime, si ce n’est que l’on passe peut-être moins par un individu que par une instance. Face à une autre instance, le Comité de Salut Public, en mai 1793, il n’en est pas autrement : c’est le citoyen Launois qui présente la pétition du citoyen Lepreux, demandant sa mise en liberté35.

  • 36 Robert Darnton, Le Diable dans le bénitier. L’art de la calomnie en France, 1650-1800, Paris, Gall (...)
  • 37 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 414, fol. 60 v°.
  • 38 Biblio. mun. de Bar, ms 70/1 (liasse D).

26Autre vecteur de cette parole publique, l’imprimé lui-même, sous deux formes : le libelle et le journal. Les libelles sont d’une utilisation bien connue pour l’Ancien régime, ayant toujours retenu l’attention du pouvoir36. À Bar, on en décèle l’emploi, sans en avoir l’exemplaire original. Par exemple, le 9 juin 1791, le maire convoque le conseil à propos d’un libelle « diffamatoire »37. Devant l’assemblée, il pose sur le bureau « un livre intitulé Instructions familiaires en forme de cathéssisme mis à la portée des simples fidèles, et finissant par ces mots de les instruire et de leurs administrer les sacrements ». Bien entendu, pas de nom d’auteur ni d’imprimeur. Le procureur de la commune prend la parole, indique qu’il est urgent d’arrêter la diffusion de ce texte « impie, séditieux et diffamatoire » qui n’a pour but que de soulever les citoyens contre les décrets de l’Assemblée nationale, de rompre l’ordre public. Nous avons ainsi la teneur du discours du procureur qui demande de déposer une plainte devant le tribunal du District afin de poursuivre « les auteurs, les distributeurs et colporteurs » ; de plus, il demande que la délibération qui va intervenir soit imprimée, publiée et affichée « dans tous les lieux ordinaires ». Une discussion s’ensuit avec l’analyse du contenu pour en connaître l’esprit. Sans surprise, la condamnation tombe, avec des menaces d’amende (200 livres) et de prison (huit jours) pour tout diffuseur de ce libelle, qui, on le devine, porte sur la constitution civile du clergé. Comme demandé, il y a plainte officielle et affichage de la délibération. Nous avons ainsi le processus délibératoire détaillé : un événement – ici le libelle – déclenche une réunion avec la prise de parole d’un orateur qui bien entendu veut convaincre son auditoire. Pour cela, il accompagne la parole de la matérialité du crime décelé (le libelle) en le plaçant sur le bureau. Il oriente la discussion à venir en en fixant les grandes lignes. On retrouve une démarche semblable pour un autre libelle présenté le 13 avril 1792, intitulé Le Roy et les traîtres dénoncés au peuple français et à l’Assemblée nationale38.

  • 39 Michel Maigret, « Regards sur la presse meusienne », Journaux en Lorraine (Maurice Didelot, dir.),(...)
  • 40 Les exemplaires de ces journaux se trouvent, pour l’Observateur barisien aux Archives départementa (...)
  • 41 De ce journal, un seul exemplaire connu, situé à la bibliothèque municipale de Barle-Duc (référenc (...)

27Rôle de l’imprimé également avec les journaux. À Bar, deux journaux seulement existent avant le Narrateur de la Meuse (1804)39, fruits de l’actif Regnault-Warrin. En octobre 1789, il s’agit de l’Observateur barisien, imprimé chez Moucheron et Duval ; journal de 8 pages, cet hebdomadaire semble disparaître dès novembre, la Société des Amis de la Constitution refusant d’y prendre des abonnements40. À côté des nouvelles littéraires, des nouvelles du bailliage de Bar et des comptes-rendus personnalisés des séances de l’Assemblée nationale qui n’ont guère plu, semble-t-il, aux modérés des Amis de la Constitution. Vient ensuite Le Républicain de la Meuse, autre hebdomadaire de 19 pages, dont le premier numéro paraît à la mi-août 1793 chez Choppin. Il dura peut-être quelques mois41. Divisé en six parties, Regnault-Warin veut rendre accessible la Constitution, les textes législatifs mais aussi donner son avis sur l’administration locale et départementale. Voilà deux tentatives et deux témoignages de la fougue révolutionnaire de ce jeune jacobin.

28Plus généralement, dans une modeste ville comme Bar, on peut mesurer l’importance de l’imprimé comme courroie de transmission de la parole publique. En effet, dès le temps de la préparation des États généraux, l’art oratoire trouve un relais dans des feuillets de format inoctavo. Par exemple, le discours prononcé par Pierre-François Gossin, lieutenant-général du bailliage, à l’ouverture de l’assemblée des trois ordres à Bar (20 mars 1789).

  • 42 Pour la Lorraine, voir Christian Forget, « Portrait de groupe. Les membres des sociétés populaires (...)
  • 43 La municipalité discute le 20 juillet 1790 sur la demande de reconnaissance de la création de cett (...)
  • 44 Jean Boutier, Philippe Boutry, Serge Bonin, Atlas de la Révolution française, t. VI : Les sociétés (...)
  • 45 Le Journal des Amis de la Constitution, fondé par Choderlos de Laclos, joua un grand rôle dans la (...)
  • 46 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution à Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, 1989, p. 68 (Dossiers docum (...)
  • 47 Pour la question des chiffres, voir Atlas de la Révolution française… op. cit., p. 14-15.
  • 48 François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique… op. cit., p. 108.
  • 49 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 70.
  • 50 Par exemple, de nombreux imprimés à la Bibliothèque municipale de Bar (ms 70/2).
  • 51 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 70/1.

29L’un des vecteurs majeurs de la parole publique a été la Société des Amis de la Constitution42, fondée le 17 juin 1790 dans une salle du couvent des minimes43, soit dans la grande vague de création de ces sociétés dans l’ensemble de la France44. Peut-être faut-il y voir l’influence combinée de Paris et l’impulsion donnée par les jacobins45, de la Société de Nancy, déjà présente en 1789, lorsqu’un dénommé Lavallée aurait exhorté des Barisiens à fonder une société dans leur ville en avril 179046. Quoi qu’il en soit, Bar est l’une des 5 500 communes à posséder l’une de ces sociétés entre 1789 et l’An III47. Cette société a constitué un espace tout à fait privilégié de prise de parole, d’expérimentation du langage, de l’apprentissage du discours, du règne de l’opinion48, mais aussi d’écoute de toutes les nouvelles parvenant à Bar au cours des premières années révolutionnaires. Ceux qui y avaient accès n’étaient en rien des gens issus des couches modestes : sur les 350 membres connus – faible total pour une ville peuplée d’environ 10 000 habitants –, une cinquantaine n’habite pas Bar et les autres sont des nobles, des ecclésiastiques et des bourgeois. Le versement de trois livres à l’entrée constitue bien entendu un frein à l’accès des plus pauvres, sans parler des carences culturelles. La société, dont les séances normales sont prévues pour 17h les lundi, mercredi et samedi, est en outre abonnée à une vingtaine de journaux qui représentent alors une source d’information et de discussion essentielles. D’ailleurs, même si l’on n’en a plus la trace concrète, il est certain qu’elle créa rapidement un journal tiré à 600 exemplaires, sous la direction de l’abbé Deseaux49. De plus, la société utilise abondamment l’imprimé pour faire connaître et diffuser une partie de ses débats, des opinions émises par les uns ou les autres. Pour s’en rendre compte, il suffit d’ouvrir certaines liasses d’archives50. L’imprimé est aussi employé pour lancer publiquement le débat, comme lorsqu’elle fait publier une adresse à la municipalité donnant son avis publiquement, le 12 mai 1791, sur l’inutilité de vouloir « occuper le peuple » à curer le canal d’ici à l’été51. La Société soutient également le verbe révolutionnaire en faisant publier au printemps 1792 un recueil de chansons patriotiques, dans le contexte de la guerre.

  • 52 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 74.

30La Société reste bien entendu une instance de prise de parole privilégiée pour les élites sociales en cette période d’effervescence révolutionnaire, motivée notamment grâce aux nouvelles des journaux mais aussi grâce à la correspondance entretenue avec une centaine d’autres sociétés en France. Ce sont ces élites qui expérimentent la parole révolutionnaire au détriment des couches populaires, tout au moins au cours de la monarchie constitutionnelle. Cette parole reste d’ailleurs modérée, les sociétaires refusant par exemple dans leurs débats la confiscation des biens des émigrés52. Bien bourgeoise et protectrice de l’ordre établi cette petite académie maîtrise l’opinion publique à Bar, n’hésitant pas à intervenir dans les élections, toujours par le biais de l’imprimé.

  • 53 Archi. dép. de la Meuse, L 1290 : par exemple celle du 9 Nivôse An II.

31La parole au sein même de cette société serait à analyser pour elle-même. Le règlement de 1790 fait apparaître la codification de la prise de parole, avec le rôle éminent du président, modérateur par excellence. L’ordre des demandes organise cette parole. Avec le durcissement révolutionnaire, la prise de pouvoir par la Montagne et l’épuration de la Société, on devine un ton plus virulent et une prise de parole peut-être davantage personnifiée : les orateurs sont plus souvent nommés, même si cette information n’est pas systématique : « un sociétaire expose que… », « Sur la motion d’un sociétaire… ». En règle générale, les séances débutent toutes par des hymnes patriotiques53 et le ton adopté par les orateurs est plus vif. À la manière d’une institution ordinaire, l’écho des mots prononcés nous est donné par des commentaires écrits énonçant entre autres les « vifs applaudissements ».

5.- Prendre la parole : la figure de l’orateur

32Dès les premiers temps de la Révolution apparait une nouvelle figure d’orateur. Celui-ci quitte la chaire pour gagner la tribune. En quelque sorte, il y a une forme de sécularisation de cette figure avec notamment le verbe et non plus seulement le statut qui donne la valeur à l’orateur. En effet, nous pouvons mettre en avant deux personnages déjà évoqués : Gossin et Regnault-Warrin, deux hommes aux âges et statuts différents.

  • 54 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 102.

33Pierre-François Gossin (né le 10 mai 1753) est un modéré qui finit d’ailleurs le 22 juillet 1794 sous la guillotine. Avocat au parlement puis lieutenant-général civil et criminel du bailliage de Bar, il préside l’assemblée générale des trois ordres le 20 mars 1789. À cette occasion, il donne libre cours à son art oratoire. Député à la Constituante, il revient à Bar en tant que procureur-syndic du Département. Très rapidement, il ne fréquente plus la Société des Amis de la Constitution et invite les représentants du département à ne pas s’associer à la cérémonie du 22 avril 1792 en l’honneur de Mirabeau54.

  • 55 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 69.
  • 56 Biblio. mun. de Bar-le Duc, ms 75, fol. 182 et suiv.

34Au sein même de la société, il y a certes une forme collective de l’orateur, retranscrite dans les adresses à l’Assemblée nationale ou à la commune de Bar, mais des figures individuelles ressortent néanmoins : un certain Major, Jean Baptiste Joseph Innocent Philadelphe Regnault-Warrin. Né le 25 décembre 1775, malgré son jeune âge, il apparaît rapidement comme l’une des voix révolutionnaires de Bar, tant dans la société qu’ailleurs. Un témoignage tardif, recueilli en 1866, nous dit : « Regnault était de taille moyenne. Il avait alors 25 à 30 ans ; on n’entendait parler que de lui »55. Littérateur, « tête exaltée », il n’hésite pas à prendre la plume pour dénoncer les actes « anti-révolutionnaires » au ministre de la justice. Il quitte Bar au début de l’été 1792 pour devenir secrétaire militaire à Verdun puis est employé à l’État-major de l’armée des Ardennes. Il est dénoncé pour avoir aidé des proscrits de la Gironde, mais la disparition de Robespierre lui fait recouvrir la liberté. Tout au long de son existence, il écrit une trentaine « d’ouvrages », dont sept entre 1790 et 1792. Éléments de politique, la Constitution française mise à la portée de tout le monde (1791), Bibliothèque du citoyen, Le siècle de Louis XVI (1791), Révision de la Constitution française et Conseils au peuple sur son salut et opinion sur les dangers de la Patrie (1792)56. Lorsque Regnault prend la parole à la tribune de la société, on perçoit son verbe enthousiaste et aussi l’accueil fait à ses propos : applaudissement et mouvements approbateurs sont rapportés dans les comptes-rendus. N’écrit-il pas : « ô Sainte Guillotine, ô héros de la Révolution, quand viendras-tu arroser le pavé encore vierge de la Commune de Bar ? ». C’est ce même Regnault qui rallie l’Empire – après un nouveau séjour en prison – puis la Restauration.

  • 57 B.N.F., 8°Lb 39.5920.

35Une partie de son art oratoire de Regnault lui est utile pour contrer ses adversaires, en particulier à attaquer Gossin, notamment dans une brochure de juin 179257 :

  • 58 Cité d’après Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 104.

Et si ce même individu s’avisait de noircir le papier de ses idées et qu’il les lardât de ces mots : patrie, civisme, constitution, afin de dorer la pilule aristocratique d’une écorce de patriotisme ; et que pendant qu’il imprimerait de si belles choses il tolérât les prêtres réfractaires, et persécutât les meilleurs citoyens ; il fréquentât la lie impure d’une ex-noblesse putride et infectée, et qu’il méprisât les cercles où le civisme et la liberté sont les objets de la conservation, un tel homme ferait dire de lui : il n’a que l’apparence du patriotisme58.

36On imagine bien le jeune orateur tenant de semblables propos lors de séances de la société. Ce fervent républicain ne manque pas d’attaquer « Louis le gros », de commenter les actes de l’Assemblée Nationale et d’amener le Ministre de la justice Duranthon à demander au Directoire de la Meuse d’engager des poursuites contre lui. Les événements du 20 juin à Paris puis le péril de l’invasion lui font néanmoins oublier cette idée.

  • 59 Archi. dép. de la Meuse, L 2188

37Pour la plupart des individus qui s’expriment au cours de cette période, le qualificatif d’orateur est certainement excessif tant que l’on ne peut mesurer leur parole. Cette prise de parole reste en partie encadrée, à l’exemple de ce qui se passe dans la Société populaire où le Président distribue ce droit à l’éloquence, rappelle l’orateur à l’ordre s’il sort de son discours59. Il en est de même lorsque l’on aborde la place des femmes. Elles n’apparaissent que ponctuellement dans les actes de la société, comme lors de la séance du 14 Nivôse An II :

  • 60 Archi. dép. de la Meuse, L 2190.

La citoyenne Goubert ayant chanté un hymne patriotique à l’invitation de la Société pour l’ouverture de la séance, a fait la motion que les sans-culottes de la Société fassent tous leurs efforts pour éteindre le fanatisme qui règne dans les campagnes60.

38Le 11 mars 1793, des jeunes femmes se sont faites annoncées à la Société. L’une d’entre elles a demandé la parole :

  • 61 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

Citoyen président, nous avons recueillis les dons que les citoyens de la ville ont fait pour venir au secours des défenseurs de la Patrie : ils se montent à 1475 livres sans compter 45 chemises, 54 paires de bas, 26 paires de souliers et beaucoup d’autres effets. Nous prions la Société de les joindre à ceux qu’elle se propose de faire passer au corps administratif et de présenter à l’Assemblée Nationale cette adresse où se trouve l’expression de nos vœux et de notre dévouement61.

39Ladite citoyenne, jamais nommée, donne lecture de l’adresse et est couverte des plus vifs applaudissements. Suit la réponse du président, exaltant les vertus des citoyennes dans un langage assez condescendant ; un membre demande que les noms des citoyennes qui ont œuvré pour la Patrie soient donnés ; un autre demande que leur adresse soit imprimée.

40La parole trouve surtout de nouveaux espaces d’expressions dans le cadre révolutionnaire et cela tient bien entendu aux lieux nouveaux – assemblées, conseils, comités – qui constituent autant d’occasion de se faire entendre.

6.- Les espaces de la parole publique

  • 62 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 50 (délibérations du 21 mars 1788).

41Il n’est pas possible d’étudier l’ensemble des lieux où cette nouvelle parole est exercée. Soulignons que des raisons pratiques ont favorisé la pérennisation de l’usage de certains lieux où cette parole pouvait s’exercer, dans la continuité de l’Ancien régime. En effet, l’Hôtel de Ville, sur la place Saint-Etienne, demeure celui du corps municipal, ce qui n’empêche un réel souci d’amélioration de l’aire d’écoute en certaines occasions ponctuelles. Ainsi, dans le cadre de la préparation de l’Assemblée provinciale, en mars 1788, la Commission intermédiaire donne des indications pour préparer les lieux : « a été délibéré qu’il sera fait sur la grande salle de l’Hôtel de Ville des gradins et un arrangement du local tel qu’il peut le promettre propre à tenir l’assemblée du district de cette ville ». À titre d’exemple dont on doit s’inspirer, une lettre du 21 mars 1788 décrit celle tenue à Nancy, où l’on évoque l’arrangement de la grande salle de l’Hôtel de Ville avec entre autre une estrade et le positionnement des représentants des trois ordres62.

42Le rôle de l’église comme espace privilégié de la parole publique – également pour les réunions profanes – est bien connu : d’ailleurs, la malheureuse affaire Pélissier s’est déroulée dans l’église Saint-Etienne le 27 juillet 1789, lors d’une réunion publique convoquée par la municipalité. Il n’est donc pas étonnant de voir se dérouler les assemblées électorales de 1790 à l’église du couvent des Augustins (à présent sous le titre de Saint-Antoine). Elles visent à nommer les administrateurs du département, du district et de la ville de Bar. Mais l’histoire de l’église des Augustins comme espace de prise de parole ne s’arrête pas là. De septembre 1791 à novembre 1793, l’église Saint-Antoine devient le lieu de culte de la paroisse du même nom. À compter de sa fermeture au culte, son attribution change pour devenir la salle de réunion de la Société populaire de Bar. Le 19 prairial An II, les nouveaux plans de la salle destinée à recevoir les assemblées de la Société populaire de Barsur-Ornain sont établis, avec des travaux estimés à plus de 16 000 livres ; sous la tribune, une inscription : « le peuple surveillant les droits et les autorités constituées ». Les plans présentés soulèvent des questions : l’exhaussement considérable de la voûte en lambris et la proximité du canal n’occasionneront-ils pas un air froid et humide dans la salle ? La voix de l’orateur, dans une salle aussi vaste sera-t-elle perçue de tous ? Pourra-t-on voir l’orateur de toutes les places ? Un autre projet alternatif, pour l’église des Antonins, est présenté pour 11 500 livres. Là aussi des soucis liés à la perception de la parole se font jour :

  • 63 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

1°. De ne placer que cinq cents personnes, compris dans une tribune avec portail avec deux retours latéraux sur les deuxièmes arcades ; il est vrai qu’en se serrant et restant debout dans les allées on en placeroit davantage comme au premier projet. 2°. Les trois cinquième à peu près de l’assemblée verront le Président, le Bureau et l’orateur ; moitié du surplus environ ne verront que l’un ou l’autre, le Bureau ou l’orateur ; enfin un cinquième ne verroit ni l’un ni l’autre, à cause des piliers très épais de l’édifice63.

43La discussion semble tourner autour du dilemme suivant :

  1. Solidité médiocre, plus de dépense, plus d’auditeur, dont on pense que plusieurs ne pourront pas bien entendre les discours prononcés mais pourront tous voir.
  2. Solidité positive, moins de dépenses, moins d’auditeurs, qui tous pourront bien entendre les discours prononcés mais dont environ un cinquième ne verra ni Bureau ni orateur.
  • 64 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

44Bref, comme le résume le rapporteur, le choix est entre « voir et le doute de ne pas entendre, et entendre sans voir » (21 floréal An II). Le 9 prairial, suite à la venue du représentant Mallarmé le 2 du même mois, la commission chargée de veiller à la construction d’un local pour la Société populaire a fait le choix de l’église des Augustins, dont on possède les plans des aménagements ; les transformations cessent avec la chute de Robespierre, et l’église est rendue au culte en 179564. On le voit à travers ces quelques propos, la réalité du souci d’offrir les meilleures conditions d’audition et de perception générale de l’acte de la prise de parole est au cœur des réflexions. Tous savent bien que voir l’orateur contribue à bien « l’entendre », donc à augmenter l’impact de sa parole. Aucune décision n’est toutefois prise, aussi la Société populaire reste-telle dans les locaux du Collège Gilles de Trèves, située dans la nouvelle rue Mirabeau rebaptisée rue Marat, le 1er décembre 1793.

45Un autre espace de prise de parole, nouveau et en quelque sorte transfert de la chaire de l’église, est constitué par la tribune. Celle-ci est partout présente lorsque la parole doit être prise publiquement, tant dans une salle dévouée à cela qu’à l’extérieur, lors des fêtes révolutionnaires notamment. Pour finir, un seul exemple, à la « Société populaire, jacobite, montagnarde et révolutionnaire de Bar-sur-Ornin », lors de la séance du « premier de la seconde décade de l’An deux de la République une et indivisible ». On y voit le citoyen Desprelles monter à la tribune pour prononcer

  • 65 Archi. dép. de la Meuse, L 2189.

un discours énergique applaudi à vif à trente reprises, au milieu duquel il déclare que si la Commune de Bar ne renferme plus de jeunes gens non mariés pour servir la Patrie en qualité de cavalier, il offre de marcher lui-même et demande acte de l’enrôlement qu’il fait de ce moment même, ce que la Société accepte avec reconnoissance et applaudissement65.

*

46À Bar, parole contrôlée, parole libérée ? Ici comme ailleurs, sous l’Ancien régime, le contrôle de la parole est évident, même sous son aspect écrit. Avec la Révolution, peut-on parler d’une libération de la parole publique, d’une parole nouvelle perceptible à travers des sources ? Très certainement, mais il faut compter avec des temps et des lieux qui en modifient l’expression. Prendre la parole dans les instances administratives et représentatives est certainement plus simple qu’avant, même si bien entendu les codes oraux existent. Le lieu d’une certaine liberté de la parole apparaît être celui de la Société populaire, qui pourtant, dans un premier temps bride tout de même une parole pouvant être jugée excessive. L’un des faits marquants est bien entendu l’ouverture à la rue d’une parole autre que séditieuse. Paroles imprimées, distribuées et affichées, commentées aussi – mais comment le percevoir ? –, paroles prononcées lors des fêtes, il s’agit là d’autant d’occasions de diffuser les pensées révolutionnaires.

47Une question reste ouverte : avec la Révolution, surtout l’instauration du régime républicain, qu’en est-il de la parole populaire ? Celle-ci a bien existé, n’en doutons pas. Elle a pu se nourrir des affiches et imprimés diffusés tant par les instances officielles que par la société elle-même : elle prend alors corps dans la rue ou dans différents espaces de sociabilité populaire. Pour en prendre la mesure, les traces manquent cependant. On en trouve que lorsque cette parole devient choquante, donne lieu à un rapport de police, ou parce qu’elle trouve un écho officiel. Voilà un champ d’analyse largement ouvert, tout comme celui de la parole publique à cette époque.

Notes

1 « La convention Nationale décrète que la commune de Bar-le-Duc portera à l’avenir le nom de Bar-sur-Ornin », ou plutôt après correction de la faute d’orthographe, le nom de Bar-sur-Ornain. Le changement de nom est confirmé le 8 avril 1793, mais cette fois ci le nouveau nom est Bar-sur-Meurthe. C’est à nouveau une erreur. En effet, la Meurthe se trouve à plus de 80 kilomètres de Bar-le-Duc. Le 8 juillet 1793, l’erreur est rectifiée par un autre décret et le nom définitif devient Bar-sur-Ornain.

2 D’ailleurs, l’analyse de la bibliographie apporte des surprises. En effet, peu d’études s’intéressent directement à cette thématique de la prise de parole. Il existe les travaux de Jacques Guilhaumou, comme son article intitulé « Prises de parole démocratiques et pouvoirs intermédiaires pendant la Révolution française », Politix, 1994, 7, no 26, p. 86-107 ; plus récemment un numéro spécial des Annales historiques de la Révolution française, de 2006, dirigé par Christine Fauré, sur Les femmes et la parole révolutionnaire.

3 Par exemple, lorsque Marie-Antoinette passe à Bar, les 10 et 11 mai 1770, le doyen de la collégiale Saint-Maxe, Maillet, adresse son compliment, suivant un rituel défini.

4 Le serment ne disparaît bien entendu pas avec la Révolution mais, au-delà des formules standardisées, il peut alors s’accompagner de propos publics annexes, à l’exemple de ces prêtres expliquant leur serment à la constitution civile du clergé.

5 Charles Aimond, Histoire de Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, 1982, p. 254.

6 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 50, fol. 93 v°.

7 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 47.

8 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 42, fol. 1 r°.

9 Ibid., fol. 4 r°.

10 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 44, fol. 13 v°.

11 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, liasse 42, fol. 1 v° et suiv.

12 Charles Aimond, Histoire de Bar… op. cit., p. 254.

13 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 48, fol. 190 r° ; Charles Aimond, Histoire de Bar… op. cit., p. 266.

14 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 48, fol. 91 v° et 92 r°.

15 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460 liasse 50, fol. 93 v°.

16 Ibid., fol. 94 r°.

17 Ibid., fol. 99 et suiv.

18 Ibid., fol. 103 v° et suiv.

19 Ces discours se trouvent à la Bibliothèque municipale de Bar-le-Duc, ms 69.

20 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 235.

21 Ibid., fol. 125 r°.

22 Voir le rapport de Nicolas Adam, lieutenant de Police du même jour (Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 235).

23 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 1476.

24 Archi. dép. de la Meuse, dépôt 460, 1479 (séance du 19 mars 1793, assemblée de la Ville-Basse).

25 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 414.

26 Le constat est le même lorsque l’on observe les comptes-rendus de la municipalité de Ligny-en-Barrois de janvier 1793 (Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 217, 78).

27 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 70/1. A contrario, la condamnation de Louis XVI apparaît bien dans les discussions de cette Société populaire.

28 François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 125.

29 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 69.

30 En particulier chez Regnault-Warin (Biblio. mun. de Bar-le-Duc, 21 191).

31 Compte-rendu détaillé de la cérémonie du 22 avril 1792 dans Archi. dép. de la Meuse, L 2190.

32 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, 21 191, p. 60.

33 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 1311 ; voir aussi Léon Thévenin, « La fête constitutionnelle du 10 août 1793 à Bar-sur-Ornain », Bulletin de la société des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc, 4e série, tome VI, 1907, p. 39-57.

34 Voir par exemple le relevé des pétitions pour le District de Bar (Archi. dép. de la Meuse, L 223).

35 Archi. dép. de la Meuse, L 2148 (29 mai 1793).

36 Robert Darnton, Le Diable dans le bénitier. L’art de la calomnie en France, 1650-1800, Paris, Gallimard, 2010.

37 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 414, fol. 60 v°.

38 Biblio. mun. de Bar, ms 70/1 (liasse D).

39 Michel Maigret, « Regards sur la presse meusienne », Journaux en Lorraine (Maurice Didelot, dir.), Annales de l’Est, no spécial, 2007, p. 41-46.

40 Les exemplaires de ces journaux se trouvent, pour l’Observateur barisien aux Archives départementales de la Meuse et pour le Républicain de la Meuse à la Bibliothèque de Bar-le-Duc (Biblio. mun. de Bar, 21 191).

41 De ce journal, un seul exemplaire connu, situé à la bibliothèque municipale de Barle-Duc (référence 20 191).

42 Pour la Lorraine, voir Christian Forget, « Portrait de groupe. Les membres des sociétés populaires lorraines de l’An II », Annales de l’Est, no 4, 1993, p. 277-293. Cet article ne donne pas de mentions particulières sur la Société de Bar.

43 La municipalité discute le 20 juillet 1790 sur la demande de reconnaissance de la création de cette Société dont les assemblées s’effectuent « dans une salle du collège de cette ville, de l’agrément de M.M. les administrateurs du dit collège » (Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 414, fol. 22 v°-23 r°). Bar appartient ainsi aux 91 premières fondations existantes en juin 1790 (F. Furet, M. Ozouf, Dictionnaire critique… op. cit., p. 115).

44 Jean Boutier, Philippe Boutry, Serge Bonin, Atlas de la Révolution française, t. VI : Les sociétés populaires, Paris, 1992, p. 38. À cet égard, la Meuse a compté une densité assez remarquable – à l’échelle lorraine – de sociétés politiques : certes moins que la Meurthe (56) mais davantage que la Moselle (23) et les Vosges (22) (Ibid., p. 103).

45 Le Journal des Amis de la Constitution, fondé par Choderlos de Laclos, joua un grand rôle dans la diffusion des travaux des sociétaires parisiens.

46 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution à Bar-le-Duc, Bar-le-Duc, 1989, p. 68 (Dossiers documentaires meusiens 1989).

47 Pour la question des chiffres, voir Atlas de la Révolution française… op. cit., p. 14-15.

48 François Furet, Mona Ozouf, Dictionnaire critique… op. cit., p. 108.

49 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 70.

50 Par exemple, de nombreux imprimés à la Bibliothèque municipale de Bar (ms 70/2).

51 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 70/1.

52 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 74.

53 Archi. dép. de la Meuse, L 1290 : par exemple celle du 9 Nivôse An II.

54 Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 102.

55 Biblio. mun. de Bar-le-Duc, ms 69.

56 Biblio. mun. de Bar-le Duc, ms 75, fol. 182 et suiv.

57 B.N.F., 8°Lb 39.5920.

58 Cité d’après Fernand Braudel, Les débuts de la Révolution… op. cit., p. 104.

59 Archi. dép. de la Meuse, L 2188

60 Archi. dép. de la Meuse, L 2190.

61 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

62 Archi. dép. de la Meuse, E dépôt 460, 50 (délibérations du 21 mars 1788).

63 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

64 Archi. dép. de la Meuse, L 2191.

65 Archi. dép. de la Meuse, L 2189.

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540