Version classiqueVersion mobile

L’Histoire économique en mouvement

 | 
Jean-Claude Daumas

Première partie. L'histoire économique en France aujourd'hui

L’histoire économique et sociale : autour des changements de paradigmes

Laurence Fontaine

Texte intégral

1L'Institut universitaire européen où j'ai enseigné entre 1995 et 2003 est un bon observatoire pour entrer dans les diverses historiographies nationales et un premier constat soulignerait la désaffection pour l'histoire économique. De fait, après des années de grand développement institutionnel entre les décennies 1950 et 1970, elle est entrée dans une phase de recul. Certes, celui-ci s'est révélé inégal selon les pays européens : net en Angleterre et en Allemagne où les centres spécifiquement consacrés à l'histoire économique sont progressivement rattachés aux départements d'histoire générale, et peu accusé en Espagne et aux Pays-Bas où les écoles d'histoire économique sont encore très vivantes.

2À côté des signes institutionnels, la multiplication des séminaires et colloques sur le thème de la crise de l'histoire et de l'histoire économique qui ont eu lieu surtout dans les années 1990 est un autre signe du travail de recomposition. Enfin, par-delà les débats, le désintérêt s'est dit dans la courbe décroissante – inégalement décroissante d'ailleurs selon les pays – des sujets de thèses portant sur l'histoire économique en Europe. À l'Institut universitaire européen, par exemple, de majoritaires dans les premières années de l'Institut jusqu'à la fin des années 80, les projets de thèse en histoire économique sont progressivement devenus presque inexistants parmi les candidats quand j'y enseignais. Cette manière de voter avec les pieds que dit le déclin des sujets de thèse, incite à entrer dans le débat sur les recompositions de la discipline.

3Avant toute chose, il faut souligner que le problème n'est pas tant celui de la qualité de l'offre car l'histoire économique a continué à donner des œuvres diversifiées mêlant l'histoire sociale et culturelle à des questionnements traditionnellement économiques et n'a en rien à rougir de son bilan, mais qu'il s'agit plutôt d'un problème de demande qui, dans une certaine mesure, la dépasse car il renvoie à des changements complets de paradigme qui sont liés à la fois aux transformations politiques du monde contemporain et à des changements de perspectives dans la manière de construire les objets historiques.

4De fait, le statut majeur qu'avait l'histoire économique a toujours eu des détracteurs mais la radicale remise en cause de son leadership est peut-être à chercher dans la faillite sociale successive des deux mouvements politiques qui ont tenté de donner à l'économie la primauté absolue dans les fondements de la connaissance historique : le matérialisme historique d'abord puis l'économie néolibérale ensuite qui a profité après la chute du Mur du succès politique de l'économie de marché. La crise de l'histoire économique serait d'abord une conséquence de la fin de la guerre froide puis de la remise en cause de la dérégulation des marchés de ces trente dernières années.

5Comme en décalque à l'émiettement politique qui a suivi la chute du Mur et à l'éclosion des multiples revendications d'identité contemporaines, la fin de la domination du matérialisme historique a permis l'éclosion d'approches plus complexes, tantôt plus sociales et institutionnelles, tantôt plus culturelles. Curieusement, ce foisonnement méthodologique, qui a débuté sans être théorisé, symptôme, a-t-on dit, de la crise de l'histoire, n'était pas tant signe d'une crise de l'histoire mais plutôt du paradigme économique qui dominait alors les problématiques historiennes. Les évolutions politiques ont ainsi sonné successivement le glas des deux mouvements qui avaient tenté de donner à l'économie la primauté absolue dans les fondements de la connaissance historique.

I. La crise du paradigme économique

6De fait, jusqu’au XIXe siècle, il n'y a pas de séparation entre politique et économique dans le sens où sans cesse le politique et le culturel entrent dans les analyses. Le livre d'Adam Smith, Recherche sur la Nature et les Causes de la Richesse des Nations, qui est aussi un livre politique, en est un très bon exemple. Il n'y a pas un développement qui ne prenne pas en compte les comportements et les institutions et ce, jusque dans l'analyse des organisations commerçantes. Il y oppose toujours ceux qui ont la liberté de gérer leur petite propriété foncière, leur boutique ou leur entreprise industrielle à ceux qui gaspillent les ressources parce que leurs propriétés ou leurs entreprises sont trop vastes et gérées par des intermédiaires plus occupés, à l'instar de leurs maîtres, à montrer leur puissance et leur magnificence, qu'à gérer avec compétence ces divers biens. Derrière ce clivage, Smith renvoie à deux types d'économie politique et de société : l'économie politique agraire qui est en fait l'économie politique aristocratique et l'économie politique marchande, seule capable de permettre le développement d'une société fondée sur la liberté individuelle et le respect des contrats et seule à même d'apporter du travail à tous et, avec lui, de la richesse et de la liberté.

7Le primat de l'économique s'est construit avec Marx durant la première industrialisation dans sa volonté de combattre l'exploitation sociale née du capitalisme industriel. De fait, le matérialisme historique pose en principe de méthode le primat de l'économie. Pour lui, toutes les causes et donc toutes les transformations se ramènent à des causes économiques. L'économie est le fondement de l'histoire et son développement est comme autonome et porte tous les autres phénomènes et développements historiques. En ce sens, elle n'est pas un principe heuristique que l'on teste et confronte aux situations historiques mais un principe constituant. Cette séparation va rester vivante jusqu'aux années 1980 et se nourrir d'un riche courant de théoriciens et d'historiens.

  • 1 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris (...)
  • 2 Polanyi K., « Le fascisme et la terminologie marxiste » [1934], in Essais…, op. cit. (n. 1), p. 42 (...)

8L'œuvre de Polanyi est en cela exemplaire. Il écrit pendant la montée du fascisme et alors que la grande crise des années 1930 secoue l'Europe. Il théorise dans La Grande Transformation, publiée en 1944, cette séparation du politique et de l'économique qui aurait eu lieu au XIXe siècle1. C'est face à la crise économique, morale et politique qu'il a théorisé la séparation de l'économique et du politique et qu'il en a fait le fossoyeur de la démocratie au profit du fascisme. Il veut « conserver la démocratie et abolir le capitalisme » et, pour ce faire, il compte sur la création d'un régime socialiste : « En effet, de la même manière que le capitalisme a besoin du système politique fasciste comme complément, la démocratie a besoin d'une économie socialiste qui constituerait son extension »2. Mais avec ce désencastrement, il légitime à nouveau l'autonomie de l'économie. Or, depuis le XVIIIe siècle, économie de marché et démocratie font bon ménage, même si la démocratie avait – et a encore – beaucoup de chemin à faire pour être une réalité qui donne à tous les mêmes droits et les mêmes chances. L'avenir socialiste n'avait pas, lui, de pédigree et Polanyi lui en donne un en liant économie socialiste et démocratie. Pour ce faire, il s'appuie sur le passé, un passé qui aurait connu des sociétés solidaires, fondées sur des économies du don et de la redistribution – les sociétés archaïques et les sociétés européennes préindustrielles – et il opère un double désencastrement, l'un revendiqué et l'autre occulté : il coupe le lien entre politique et marché pour réinscrire la démocratie dans un régime politique qui ne l'a pas portée, et, sans le dire, il brise également le lien entre économie du don et régime aristocratique.

9Avec la crise des sociétés communistes, un réencastrement méthodologique de l'économie dans l'histoire générale s'est parallèlement opéré et, en même temps, les historiens ont redécouvert les pensées qui, en leur temps, avaient discuté le marxisme, comme celle de Max Weber, ou s'y étaient opposées, comme celle de Georg Simmel.

  • 3 Weber M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (nombreuses éditions chez Flammarion et (...)
  • 4 Trigilia C. (trad. de l’italien par Catherine Drubigny), Sociologie économique. État, marché et so (...)

10Max Weber qui avait travaillé sur les conditions culturelles et institutionnelles qui avaient favorisé l'éclosion du capitalisme occidental, a montré les « affinités électives » entre éthique protestante et esprit du capitalisme, souligné le rôle de la ville qui « rend libre » et qui permet l'élargissement du marché à travers le développement du commerce et insisté sur la nécessaire formation d'un État rationnel parmi les conditions qui ont rendu possible le développement du capitalisme occidental3. Il a également contesté la prétention du marxisme à prévoir le futur à partir de lois sociales et n'a d'ailleurs pensé son propre travail que comme un modèle idéal-typique d'un système historique : le capitalisme moderne. S'il ne discute pas le versant politique du marxisme dans ses écrits scientifiques, il livre sa pensée dans des interventions politiques, comme à la conférence tenue à Vienne en juillet 1918 sur Le socialisme où il critique la vision de Marx sur la chute du capitalisme comme produit de ses crises récurrentes et où il imagine plutôt une « transformation graduelle de l'ancienne économie, avec ses entrepreneurs en concurrence intensive, évoluant vers une économie régulée, soit par des fonctionnaires de l'État, soit par des cartels avec la coparticipation de fonctionnaires »4.

  • 5 Simmel G., Les problèmes de la Philosophie de l’histoire, 3 éditions du vivant de l’auteur (1892, (...)

11Simmel qui a également fait un grand retour dans le monde académique avait dénoncé dès 1892 dans Les problèmes de la Philosophie de l'histoire5 ce problème de la parthénogénèse de l'économie en se demandant comment les changements économiques eux-mêmes pouvaient s'opérer, si l'évolution des mœurs, du droit, de la religion, de la littérature etc. suivait la courbe de l'évolution économique, sans avoir de réelle influence sur cette évolution. Il relevait la circularité de la pensée puisque, d'une part, chaque forme de production était censée être parfaitement adaptée à son temps, et d'autre part, que ce temps était exclusivement déterminé par les conditions de production ; comment alors, à partir de cette harmonie, une évolution pouvait-elle se former ?

12Simmel insistait également sur le fait qu'en plus d'être une philosophie de l'histoire, le matérialisme historique avait aussi une ambition politique. C'est cette ambition qui expliquait à ses yeux pourquoi les données économiques ont eu la préséance absolue sur les autres manifestations de l'activité humaine avec lesquelles elles sont pourtant en continuelle interaction. De fait, parmi tous les besoins humains, les besoins économiques, pris de manière générale, ont une très grande invariance à travers l'histoire et ils sont les seuls intérêts dont on soit sûr qu'ils soient partagés par tous. Le matérialisme historique avait trouvé là une manière de s'adresser à tous les défavorisés car tous partagent ces soucis économiques.

  • 6 Granovetter M. et Swedberg R. (eds), The Sociology of Economic Life, New York, Westview Press, 200 (...)
  • 7 Granovetter M., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, 1973, (...)
  • 8 Rothschild E., « An Alarming Commercial Crisis in Eighteenth-Century Angoulême : Sentiments in Eco (...)
  • 9 Braudel F. et Labrousse E. (éds), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1970, t (...)
  • 10 Labrousse E., La crise de l’économie française à la fin de l’ancien régime et au début de la révol (...)
  • 11 Rothschild E., « An Alarming Commercial Crisis in Eighteenth-Century Angoulême : Sentiments in Eco (...)

13Aux États-Unis, les travaux d'Oliver Williamson et ceux de Douglass North combattaient la rationalité économique et faisaient entrer dans les analyses économiques les coûts de transaction et le rôle des institutions dès le milieu des années 1950. Enfin, à partir des années 1980, la nouvelle sociologie économique6 a étendu le champ des questions posées par l'histoire économique et profondément renouvelé ses méthodes : les interrogations sur les modes de production ont disparu des agendas au profit d'analyses sur les réseaux comme mode de structuration du champ économique7, de la prise en compte des diverses rationalités avec lesquelles les individus agissent et des institutions formelles autant qu'informelles de l'économie. Un très bon exemple de ce courant qui réinsère l'économie dans la société est illustré par l'article d'Emma Rothschild sur l'affaire d'Angoulême avec laquelle Turgot débute son Mémoire sur les prêts d'argent8. En la décortiquant, elle croise le fer avec les historiens des idées économiques oublieux des contextes et avec les historiens trop soucieux du nombre et de la série. Elle montre que dans cette affaire éminemment économique, les protagonistes ne parlent pas d'économie mais d'institutions, de sentiments et de relations sociales et que l'histoire économique ne devrait pas, contrairement à ce qu'écrit Labrousse, être uniquement concernée par ce qui se répète, par les relations stables, par ce qui peut être compté et par la recherche de lois causales. En s'attachant, avec Turgot, au problème de l'usure – un faux problème selon Braudel et Labrousse9 – et à une histoire concrète qui agite des individus pris dans des systèmes de preuve divers et hétérogènes, elle souligne qu'en se détournant du singulier et de l'irrégulier, les historiens économiques ont oublié de s'intéresser à des notions pourtant essentielles à la bonne marche des affaires économiques comme le risque né de l'arbitraire et des lois dont on ne sait jamais si elles seront appliquées et qui pèsent sur les acteurs et contre lesquels il n'y a pas d'assurance possible hormis les relations personnelles et politiques. Au terme de cette enquête, qui fait pénétrer dans « les mœurs industrielles » pour reprendre les mots de Tocqueville, elle conclut que les sources économiques de la Révolution française ne sont pas seulement des séries de prix et de production ou des indicateurs de prospérité et de misère10 mais qu'elles doivent inclure aussi ce que les gens ont dit et écrit au sujet de leur vie économique, leurs observations sur les règlements, les impôts et la jurisprudence sur l'usure11. L'économique est aussi une expérience individuelle dont il faut comprendre le vécu.

14Dans les années 1990, un nouveau travail de critique des théories économiques qui refusent de penser qu'elles sont aussi et immanquablement sociales et politiques a remis en cause les modèles économiques, fondés sur les seuls modèles mathématiques et autour du seul équilibre des marchés. Les critiques sont nées des dégâts sociaux causés par les politiques ultralibérales : la fracture sociale, la montée du chômage en Europe, la paupérisation ou plus exactement l'accroissement de l'écart entre une minorité qui profite de la mondialisation des économies et des dérégulations et une majorité qui craint d'être rejetée dans la précarité. Il y a dix ans déjà, Pierre Bourdieu dénonçait

  • 12 Bourdieu P., « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998, p. 3.

cette théorie tutélaire [qui] est une pure fiction mathématique, fondée dès l'origine, sur une formidable abstraction : celle qui, au nom d'une conception aussi étroite que stricte de la rationalité identifiée à la rationalité individuelle, consiste à mettre entre parenthèses les conditions économiques et sociales des dispositions rationnelles et des structures économiques et sociales qui sont la condition de leur exercice12.

15Le résultat est que l'économie qui se présente comme une science dure a commencé à être perçue comme une idéologie et une idéologie destructrice de la société. La société produite par le leadership de l'économie, qu'elle soit communiste ou néolibérale, s'est révélée à beaucoup moralement inadmissible. Contextualiser et historiciser la pensée et les modèles économiques a été une manière d'invalider cette abstraction théorique qui se présentait comme inéluctable et nécessaire.

16Ainsi, si les besoins économiques sont très largement partagés, les économies politiques dans lesquels ils se lovent offrent, elles, une variabilité que les modèles de l'économie néoclassique affichée, ou masquée faute de réflexion, ne prennent pas en compte puisqu'ils reposent sur la rationalité des comportements individuels, sur une circulation parfaite de l'information, sur des sociétés organisées autour de l'individu et sur l'idée que tout ce qui n'est pas performant est amené à disparaître. Le problème est que toutes ces assomptions sont questionnables. L'explication par la rationalité et l'intérêt est historiquement un peu courte car l'intérêt n'est pas une donnée, mais un problème qu'il faut résoudre en expliquant les formes changeantes de l'intérêt selon les groupes sociaux et les économies politiques.

17De fait, appliqués aux économies contemporaines, les modèles économiques néoclassiques peuvent être parfois des instruments d'analyse des marchés défendables quand on songe à la volonté prédictive de l'économie et à la nécessité qu'elle peut revendiquer de simplifier la complexité du réel pour travailler sur des modèles simples, mais ils sont en revanche totalement inadéquats pour comprendre les économies d’ancien régime. On peut effectivement imaginer, dans nos sociétés où les systèmes économiques sont très développés que des intérêts purement économiques puissent mener comme une existence abstraite – et cela reste à mon sens encore à prouver –, mais, dans les sociétés anciennes, la dimension économique d'un phénomène n'en est jamais qu'un des aspects, tout comme dans d'autres sociétés du monde contemporain ; les autres aspects sociaux, culturels, éthiques et politiques contribuant à déterminer les conséquences économiques du phénomène.

18Ainsi, avec l’éclatement des questionnements et l’ouverture vers des voies de recherche nouvelles, les sujets traditionnels de l’histoire économique se sont épuisés au profit de nouvelles thématiques. Les thèmes classiques de l’histoire marxiste comme l’étude des modes de production, avec en vedette le passage du féodalisme au capitalisme, ont été largement abandonnés. Les thèmes chers aux économistes, les grandes notions globalisantes comme celles de progrès et de modernité se sont heurtées aux divisions économiques et sociales qu’elles masquaient et ont été, soit abandonnées, soit fortement contestées au profit de l’étude des diverses segmentations économiques et sociales. La réflexion anthropologique récente a montré, par exemple, que les échanges n’étaient pas seulement orientés vers la maximisation du profit et que des systèmes de dons et des enjeux de pouvoirs sont aussi à l’œuvre dans tous les marchés, y compris d’ailleurs ceux d’aujourd’hui. De nouvelles notions comme l’étude de la confiance sont devenus des objets économiques, des questions sur l’économie informelle sont apparues et l’approche du travail, de l’organisation des marchés, de la production et de la demande ont progressivement intégré ces nouvelles manières de faire de l’histoire.

19À côté de ces discussions qui ont pris place à l’intérieur de l’histoire économique, même s’il convient de rappeler combien les frontières sont, en France, toujours restées floues puisque les centres d’histoire économique sont également des centres d’histoire sociale, ces deux disciplines ont été confrontées aux évolutions théoriques et méthodologiques de l’histoire de manière générale.

II. Trois influences décisives

20Parmi les influences qui ont profondément marqué les manières de faire de l’histoire dans ces vingt dernières années, trois méritent d’être relevées pour l’influence transversale qu’elles ont eue : la pensée de Michel Foucault, l’histoire du genre et la critique littéraire.

21Michel Foucault a attiré l’attention sur de nouveaux domaines et sa lecture a eu des effets théoriques décisifs. Si son influence est complètement absente des premiers travaux sur l’histoire sociale de la criminalité, de la justice et de l’emprisonnement dans les années 1970, elle devient très nette à partir des années 1980. Les recherches sur les catégories sexuelles, les prisons, l’assistance, l’histoire des sciences etc. sont des thèmes qui ont été marqués par son influence.

  • 13 Foucault M., Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 (...)

22Il a en particulier fondamentalement réorienté la conception du pouvoir en le dissociant des conceptions traditionnelles du gouvernement et de l’État qui privilégiaient les institutions, la domination de classe au bénéfice d’une conception dispersée et décentrée du pouvoir et de sa « microphysique ». Il a sensibilisé les historiens aux formes subtiles et complexes des rapports entre pouvoir et savoir en produisant le concept extraordinairement fertile de discours comme moyen de théoriser tout à la fois les règles internes, les régularités de champs particuliers du savoir (« les régimes de vérité ») et les structures plus générales des idées et des présupposés qui délimitent ce qui peut et ne peut pas être dit et pensé dans des situations particulières de lieu et de temps. Cela a radicalement mis en cause les présupposés des historiens sur les forces qui façonnent les individus et les groupes sociaux. De là est né le travail sur le concept de classification. Les classifications sont en effet devenues problématiques : elles ne sont plus le résultat d’une différence empiriquement constatée entre des objets. Elles sont au contraire le résultat d’une opération mentale qui préexiste à l’objet auquel elles s’appliquent13.

23Cette influence est toujours active et revendiquée comme en atteste le billet d’un professeur d’économie qui écrivait il y a quelques semaines :

  • 14 Colletis G., « Pour une approche globale et anthropologique », Le Monde, 10 octobre 2009.

Au-delà des postulats, la réflexion critique doit aussi porter sur les faits et données eux-mêmes, supposés « neutres » et décrivant la « réalité ». Or un des apports essentiels de penseurs aussi différents que Michel Foucault ou Georges Orwell est de mettre l’accent sur la double question des représentations et du langage. Cette question est très largement négligée par les économistes ; ils ignorent ou feignent d’ignorer que les statistiques et les indicateurs qu’ils construisent ou manipulent s’appuient sur des représentations du monde14.

24L’histoire du genre a mis du temps à surmonter les préjugés inscrits dans les structures de la profession et l’organisation de la discipline. En outre, une bonne partie des travaux a longtemps été neutralisée parce que les historiennes se plaçaient dans une sphère séparée et se cantonnaient à étudier l’histoire des femmes. Ce n’est qu’avec le passage de l’histoire des femmes au concept de genre, de différence sexuelle, que des chantiers entiers de l’histoire ont alors été repensés comme, par exemple, l’histoire du travail, la formation des classes, la citoyenneté et la sphère publique, le fascisme etc.

25La critique littéraire a, elle, poussé à retravailler les textes, autant ceux que les historiens produisent que ceux qu’ils utilisent.

  • 15 White H., Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, Baltimore, Johns (...)
  • 16 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, suivi de Foucault révolutionne l’histoire, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 17 Certeau M. de, L’Écriture de l’histoire, Paris, Folio Histoire, 2002.

26Du côté des pratiques de l’historien, les grandes réflexions sont venues dans les années 1980 de la théorie littéraire qui posait le problème depuis une dizaine d’années. La figure de référence est Hayden White qui, dès 1973, a remis en question avec son livre Metahistory : the historical imagination in nineteenth-century Europe15 les frontières entre disciplines littéraires et sciences sociales. Le débat commençait en France avec le livre de Paul Veyne, Comment on écrit l'histoire16 et l’article de Michel de Certeau « L’opération historique »17, ainsi que les travaux de Roland Barthes et de Paul Ricoeur.

27Hayden White a d’abord travaillé sur la manière dont s’est construite l’opposition entre histoire et fiction et il a cherché les raisons pour lesquelles cette coupure est restée vivante si longtemps dans la pensée occidentale. Jusqu’aux Lumières, explique-t-il, l’histoire est considérée comme une branche de la rhétorique et sa nature « fictionnelle » est généralement reconnue, l’opposition se situant entre « vérité » et « erreur » plutôt qu’entre faits et imagination et il est entendu que les modes de présentation, les techniques d’écriture, peuvent donner au lecteur diverses sortes de vérité. La vérité n’est donc pas réduite aux faits mais à la combinaison des faits et des procédures rhétoriques : raison et imagination sont mobilisées pour représenter la vérité. La rupture se fait au début du XIXe siècle et la vérité se construit non plus tant face à l’erreur mais dans l’opposition à la fiction. La vérité devient synonyme de faits. Fiction et vérité deviennent alors radicalement disjointes et l’histoire se pense contre la fiction et, en particulier, contre le roman : elle est, elle, une représentation de ce qui est, alors que le roman est une représentation du possible ou de l’imaginable. Ainsi naissait le rêve d’un discours historique qui ne consisterait en rien d’autre que la description d’un ensemble de faits qui étaient ou avaient été en principe observables. La présentation, l’agencement de ces faits, propre à l’histoire, dans leur déroulement chronologique permettant de faire ressortir leur sens réel. Le respect de la chronologie fonde alors la vérité du récit historique.

28En abandonnant les techniques de l’écrivain ou de l’orateur, les historiens ont laissé de côté ce qui était regardé au XVIIIe siècle comme des procédures intuitives, partagées avec les producteurs de fictions, qui permettent au lecteur d’appréhender la réalité. Mais ce qu’Hyden White montre dans son grand livre Metahistory est que, malgré ces volontés affichées, les historiens et les plus « scientifiques » de l’époque ont tous produit des histoires qui ont leur correspondance dans un des styles d’écriture romanesque de l’époque. De fait, à chaque genre de roman (romantique, réaliste, symboliste, et moderniste) correspond un genre équivalent d’écrit historique. L’historiographie romantique a produit Michelet ; l’historiographie réaliste, Ranke ; l’historiographie symboliste Burckhard et l’historiographie moderniste Spengler.

29Les historiens ont continué à croire que les interprétations différentes produites à partir de la même série de données historiques étaient dues à des distorsions idéologiques ou à une mauvaise collecte des données. Ils ont toujours pensé que si l’on arrivait à ôter l’idéologie et à en rester aux seuls faits, l’histoire produirait un savoir aussi sûr que celui offert par les sciences physiques et aussi objectif qu’un exercice mathématique. Ils n’ont pas réalisé que les faits ne parlent pas en eux-mêmes, mais que l’historien les fait parler, parle à leur place et assemble des fragments du passé en un tout dont la cohérence est – dans sa représentation – une forme purement discursive. Ces processus de mise en forme, de mise en intrigue sont des processus littéraires. L’historien utilise donc les mêmes stratégies narratives et les mêmes figures rhétoriques que l’homme de littérature, les mêmes figures de style, les mêmes manières de mettre en mot les relations qu’il analyse. Bref, récits de fiction et récits d’histoire ont en commun une même manière de faire agir leurs « personnages », une même façon de construire la temporalité, une même conception de la causalité.

  • 18 McCloskey D. N., « The Rhetoric of Economics », Journal of Economic Literature, vol. XXI, juin 198 (...)

30Or, le prix payé par cette « méthode historique » couplée à l’hostilité envers la réflexion conceptuelle, la philosophie et l’imagination est lourd : l’oubli du poetic moment dans l’écriture même de l’histoire fonctionne alors chez les historiens à leur insu, dans leur dos, et leur interdit toute possibilité de regard critique. En outre, l’historien, qui tire ainsi une ligne entre philosophie et histoire, oublie que tout discours historique contient, même implicitement, une philosophie de l’histoire. La différence entre histoire – comme elle est traditionnellement pratiquée – et philosophie de l’histoire dit cruellement Hyden White est que la philosophie de l’histoire expose l’appareil conceptuel qu’elle utilise pour rendre raison des faits alors que l’histoire enfoui cet appareil conceptuel dans l’écriture même de l’histoire. Une historienne économique, Dreirdre McCloskey, en analysant la production économique a montré toute la pertinence de ces changements de perspective nés de la critique littéraire18.

31Le regard sur les sources a également été transformé. Une première avancée a été d’attirer l’attention sur l’ensemble des langages : les langages verbaux, gestuels et rituels, sans opposer les discours aux autres formes d’expression qui organisent les actions ou les passions. Ainsi, les gestes les plus primaires comme la naissance, la mort, la maladie, les manières de se nourrir, les formes du travail qui sont des pratiques qui prennent sens dans ces trois niveaux de discours ont constitué de nouveaux objets d’histoire.

32Du côté des textes comme sources, la critique littéraire a mis en évidence que les discours échappaient à leur auteur car ils n’ont de sens que dans la manière dont ils sont reçus. La notion d’unité des textes, de leur sens univoque a éclaté et, avec elle, la notion de texte comme un tout cohérent et celle de l’interprétation centrée sur les intentions de l’auteur a été mise en question. La critique a fait ressortir le caractère nécessairement ouvert des textes, leur « indécidabilité », la multiplicité des sens. Les cultural studies, comme le postmodernisme, sont nés de cet éclatement de la notion d’auteur et de ce changement de perspective : plutôt que de comprendre ce que signifie le texte, il est plus pertinent de saisir comment il fonctionne. Cette position d’analyse a débordé la seule analyse des textes écrits, où elle est née, pour englober toute sorte de documents, d’expériences, de comportements et d’événements. Le texte est devenu la métaphore de toute réalité.

33Ainsi, les bouleversements politiques des trente dernières années et les débats qui les ont accompagnés avec, en particulier, le déclin quantitatif de la classe ouvrière historique, la banqueroute économique, politique et morale des systèmes communistes, mais aussi la montée de nouveaux enjeux comme les demandes de reconnaissance et de prise en compte des femmes et des diverses minorités, les craquements de l’État providence, les nouveaux défis de la mondialisation et l’émergence des problèmes de l’environnement ont eu raison des paradigmes qui fondaient l’histoire jusqu’alors. Tous les modèles qui hiérarchisaient la société avec un système de causalité emboîtée dont l’économie était généralement le socle ont perdu leur évidence. D’une manière générale, le paradigme de « la société » comme un objet unique, ayant une cohérence structurelle, a été lui aussi abandonné. L’histoire est devenue un récit sans conclusions, sans téléologie ; on ne peut plus parier sur un gagnant. Les grands idéaux qui façonnaient les grands thèmes de l’histoire comme mouvement de progrès et d’émancipation : émancipation des peuples, des classes, des femmes etc., progrès et modernisation ont perdu leur pouvoir et leur attrait.

Conclusion

34Crises politiques contemporaines et questionnements ont ainsi conduit à des changements complets de paradigmes dont les deux plus manifestes sont le passage de l’objectivité à la subjectivité avec le retour du sujet comme acteur dans l’histoire et la remise en question des catégories sur lesquelles était fondée l’histoire sociale : les historiens ont pris conscience que les catégories qu’ils maniaient avaient elles-mêmes une histoire, et que l’histoire sociale était faite aussi de l’histoire des raisons et des usages des classements destinés à produire la connaissance de la société. C’est donc bien la confiance en l’idée d’une totalité sociale, d’une cohérence en histoire telle qu’elle était jusqu’alors pensée dans la pratique matérialiste et structuraliste qui est remise en cause, qui a été victime de cette évolution intellectuelle.

35La catégorie du social est sortie transformée par ces nouvelles approches : elle mêle dorénavant intimement position sociale et culturelle car le social se constitue autant dans des positions de pouvoir institutionnalisées, ou des places dans le jeu économique, que dans les pratiques discursives ; car toutes les pratiques sont aussi discursives. On comprend pourquoi de nouveaux objets ont correspondu à ces changements de perspectives comme en atteste l’intérêt croissant des étudiants pour toutes les questions qui traitent de l’identité, de la mémoire et de la subjectivité.

  • 19 Greenblatt S., Shakesperian Negociations. The Circulation of Social Energy in Renaissance England,(...)

36Sortir de la crise signifierait donc, à mon sens, réencastrer l’économie dans les systèmes d’interdépendance qui sont aux fondements des dynamiques historiques. Plutôt que de se techniciser, l’histoire économique devrait également retrouver plus d’ambition et chercher à complexifier les questionnaires de l’histoire culturelle qui, à son tour, tend à oublier que les idées et les représentations ne sont qu’un élément de la complexité du social et que des enjeux de pouvoir et de contrôle des ressources sont toujours intimement mêlés à ses objets, fussent-ils les plus littéraires comme l’écriture d’une pièce de théâtre19.

37La mondialisation est un autre défi que les historiens ont commencé à prendre en compte avec la multiplication des études sur les migrations, le colonialisme, le transnational et en redéfinissant les espaces de leurs objets d’étude pour qu’ils tiennent compte, au-delà du local et du national, de l’ensemble des lieux pertinents pour traiter leurs questions. L’histoire de l’Europe est ainsi devenue impensable sans une prise en compte de ses relations avec le reste du monde et, en particulier, avec les zones où elle exerçait sa domination.

Notes

1 Polanyi K., La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 [édition originale anglaise 1944]. Une collection de ses essais encadrée d’une préface et d’une postface qui visent à en montrer la modernité vient de paraître : Essais de Karl Polanyi, Paris, Seuil, 2008.

2 Polanyi K., « Le fascisme et la terminologie marxiste » [1934], in Essais…, op. cit. (n. 1), p. 425-429 (427).

3 Weber M., L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (nombreuses éditions chez Flammarion et en poche) ; Économie et société, esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard, 1992.

4 Trigilia C. (trad. de l’italien par Catherine Drubigny), Sociologie économique. État, marché et société dans le capitalisme moderne, Paris, Armand Colin, 2002, chap. 3.

5 Simmel G., Les problèmes de la Philosophie de l’histoire, 3 éditions du vivant de l’auteur (1892, 1905 et 1907), 3e partie, Paris, PUF, 1984.

6 Granovetter M. et Swedberg R. (eds), The Sociology of Economic Life, New York, Westview Press, 2002.

7 Granovetter M., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, no 6, 1973, p. 1360-1380 ; Le Marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2000,

8 Rothschild E., « An Alarming Commercial Crisis in Eighteenth-Century Angoulême : Sentiments in Economic History », Economic History Review, New Series, vol. 51, no 2, 1998, p. 268-293.

9 Braudel F. et Labrousse E. (éds), Histoire économique et sociale de la France, Paris, PUF, 1970, t. III, p. 207, dernière édition en 1993.

10 Labrousse E., La crise de l’économie française à la fin de l’ancien régime et au début de la révolution, Paris, PUF, 1990 [1943] avec une préface de Jean-Claude Perrot.

11 Rothschild E., « An Alarming Commercial Crisis in Eighteenth-Century Angoulême : Sentiments in Economic History », Economic History Review, New Series, vol. 51, no. 2, 1998, p. 268-293.

12 Bourdieu P., « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998, p. 3.

13 Foucault M., Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966 ; L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969 ; Naissance de la Biopolitique. Cours au Collège de France 1978-1979, Paris, Seuil, 2004.

14 Colletis G., « Pour une approche globale et anthropologique », Le Monde, 10 octobre 2009.

15 White H., Metahistory : The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1974.

16 Veyne P., Comment on écrit l’histoire, suivi de Foucault révolutionne l’histoire, Paris, Seuil, 1978.

17 Certeau M. de, L’Écriture de l’histoire, Paris, Folio Histoire, 2002.

18 McCloskey D. N., « The Rhetoric of Economics », Journal of Economic Literature, vol. XXI, juin 1983, p. 481-517.

19 Greenblatt S., Shakesperian Negociations. The Circulation of Social Energy in Renaissance England, Oxford, Oxford University Press, 2000 [1988].

© Presses universitaires du Septentrion, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search